Très intéressante cette histoire, qui mobilise tous les chiens de garde – flute, voilà qu’il y a des conséquences à ce qu’ils écrivent…

Alors oui, je condamne l’expulsion de tout journaliste professionnel qui, faisant honnêtement son travail, sera expulsé pour avoir dit la vérité.

Mais désolé, comment voulez-vous que je sache si Mme Gauthier rentre dans cette catégorie, ou si elle est du même tonneau que les envoyés spéciaux en Russie ou en Syrie ? Surtout qu’elle travaille à l’Obs, qui publie parfois de fabuleux papiers, et parfois des papiers de Vincent Jauvert, “grand reporter” dont on parle souvent ici.

Tiens, amusant, je suis tombé la semaine passée sur un long article de Claude Got, qui se bat contre la violence routière, et qui dénonçait un ponte du Nouvel Obs :

  • le livre d’Airy Routier, rédacteur en chef de la rubrique “enquêtes” du Nouvel observateur : “La France sans permis“. Ce livre offre un panorama complet de toutes le techniques de désinformation utilisables pour manipuler l’opinion. Il est donc un outil exceptionnel pour analyser comment un journaliste peut abandonner toute référence à ce qui constitue la base de la déontologie de sa profession pour tenter de défendre son attitude d’usager ayant perdu tous les points de son permis et qui continue de conduire.
  • Airy Routier ayant déposé une plainte pour diffamation à la suite de la publication de mon livre “La violence routière – des mensonges qui tuent” en septembre 2007 aux éditions Lavoisier, j’ai développé une nouvelle analyse plus précise de ses mensonges dans un ensemble de documents qui ont été présentés devant la 17ème chambre correctionnelle pour assurer ma défense. L’ensemble de ces documents est accessible à partir de la page : la plainte d’Airy Routier, qui donne également accès au texte de la plainte et au jugement qui m’a relaxé. (Source)

Si vous voulez rire, allez voir la plainte et surtout le jugement qui détruit Routier (qui n’a même pas été viré à l’époque), c’est incroyable.

Et comme il est impossible de porte plainte contre un journaliste d’un grand média – oh, pas forcément au tribunal, une haute autorité éthique et morale HAME me suffirait bien – pour violation des principes éthiques élémentaires, tout ceci perdure. Et pourquoi pas introduire une carte de presse à points aussi. 12 points, 1 point de moins à chaque condamnation maximale par la HAME, plus de points, plus de carte de presse – on passe du statut de journaliste à éditorialiste ou rédacteur.

C’est certes discutable, mais ce qui ne l’est pas, c’est que ce 4e pouvoir (et je ne parle pas du journaliste de femme actuelle là…) n’ait pas le moindre contrôle pour garantir une honnêteté morale dans le traitement de l’information. Celle-ci exige aussi plus de moyens et de temps, le financement est un autre sujet (traité de façon intéressante par le Monde diplomatique par exemple). C’est moins de liberté qu’aujourd’hui, mais le lecteur doit aussi avoir la liberté d’être bien informé. Un pâtissier ne fait pas n’importe quoi avec ses gâteaux, sa liberté est bridée car il essaie de ne pas empoisonner le corps de ses clients ; je ne vois pas pourquoi un journaliste pourrait impunément empoisonner l’esprit de ses lecteurs, qui, en plus, ne s’en rendront même pas compte (vu que son patron est d’accord, il ne risque rien).

Si j’ai appris une chose depuis ces années d’analyse, c’est qu’on ne peut pas avoir confiance A PRIORI dans les informations internationales d’un média mainstream. C’est des fois vrai, des fois incomplet voire faux.

Et donc, ne connaissant rien à la Chine, je ne peux accorder ma confiance à Mme Gauthier sans connaitre le sujet.

Et puis soyons sérieux, cette agitation frise le ridicule, des journalistes étrangers en Chine, il y en a des centaines et des centaines, je pense qu’il ne doivent pas tous être vendus à la Chine (ou alors, il va falloir qu’on discute sérieusement).

Ah, qu’on ne me qualifie pas de pro-Jinping (après pro-Poutine et pro-Assad, j’ai eu ma part), j’ai déjà écrit plusieurs fois que la Chine étant une dictature communiste, je ne comprenais pas qu’on commerce (autant) avec elle et qu’on ne condamne durement pas les atteintes récurrentes aux Droits de l’Homme (ben oui, j’essaie d’avoir des principes cohérents, et je milite pour une politique étrangère honorable).

Je ne comprends pas cette façon colonialiste de critiquer sans arrêt les autres pays en développement, et d’avoir des pudeurs de jeune vierge sur tout ce qui déraille chez nous.

Et je vais citer 4 points de non-traitement d’informations capitales récentes, sur la seule Syrie (et “traitement”, ce n’est pas en parler en 10 lignes une fois page 16. Du vrai traitement, ce sont des unes répétées, un traitement long et régulier – prenez la façon obsessionnelle dont ils traitent Poutine depuis 3 ans ; ça c’est un “traitement” de qualité, je ne parle ici que de la forme, pas du fond bien entendu).

1/ Le fait que la France ait livré des armes à des rebelles en Syrie, contrairement au Droit international, comme l’a reconnu François Hollande. Armes qui ont tué des centaines d’appelés du contingent Syriens, et qui se sont retrouvé pour la plupart dans les mains de djihadistes.

2/ Le fait que le gouvernement a caviardé le rapport qu’il a rendu public sur l’attaque au gaz en Syrie en 2003, supprimant les passages qui indiquaient qu’Assad pouvait être innocent, le tout pour qu’on bombarde la Syrie. Cette manipulation est clairement de la haute trahison, et devrait être traitée comme telle. (source : Malbrunot/Chesnot)

3/ La fait que la France ait refusé la proposition de collaboration d’Assad sur les djihadistes français en Syrie, comme Bernard Squarcini en a accusé Manuel Valls

4/ Le rôle des gouvernements Turc, Saoudien et Qatari (et de leurs proches) dans le soutien au terrorisme

bonus/ Moins certain, le fait que la France aurait peut-être participé à la préparation d’un coup d’État en Syrie en 2012 – ce qui mériterait une enquête sévère, après la Libye

Le traitement de ces points, très en-dessous du minimum acceptable, est déjà une indignité pour la profession, qui s’ajoute aux bourdes et mensonges récurrents (ah, tiens Kadhafi n’était pas en train de tirer sur son peuple quand on l’a attaqué – super enquête les amis, bravo).

Alors au final, il y a un siècle, Marc Twain écrivait “Si vous ne lisez pas la presse, vous n’êtes pas informé. Si vous lisez la presse, vous êtes mal informé”.

20 ans d’observation du monde m’ont convaincu qu’il vaut mieux ne pas être informé (vu qu’on ne fait alors rien) plutôt qu’être mal informé (vu qu’on s’empresse de faire n’importe quoi, ce qui ajoute aux malheurs du monde).

============================================

L’expulsion de Chine de notre consœur Ursula Gauthier est injustifiable

L’Obs, 30/12/2015

Correspondante à Pékin du magazine “L’Obs”, Ursula Gauthier est sommée de quitter le pays le 31 décembre. La réaction de Paris manque de fermeté.

Nous nous élevons contre le traitement injurieux réservé par la République populaire de Chine à la correspondante à Pékin du magazine “L’Obs”, Ursula Gauthier. Après avoir subi une campagne d’insultes dans les médias officiels et essuyé des menaces de mort postées sur sa page Facebook, celle-ci vient de se voir signifier par les autorités chinoises son expulsion du pays le 31 décembre à minuit. Nous déplorons par ailleurs l’apparente volonté des autorités françaises de ne pas faire de vagues autour de cette expulsion injustifiable.

Ursula Gauthier est singulièrement accusée par Pékin d’avoir “encouragé le terrorisme” dans un article publié le 18 novembre sur le site de l’hebdomadaire “L’Obs“, et en conséquence de ne pas être “apte” à travailler comme journaliste en Chine. La situation est digne d’un roman de Franz Kafka. Les autorités communistes exigent d’elle “une autocritique” en bonne et due forme, pour des propos qui lui sont faussement attribués.

Ben ils demandent juste des excuses en fait…

Cela me semble bizarre d’attribuer de “faux propos” à un journaliste pour un article écrit. Vous avez des preuves ?

Parce que bon, si on lui reproche de faux propos, je vois mal où est le problème pour écrire un communiqué indiquant que la vision du gouvernement chinois est la bonne…

L’article qui lui est reproché traite de la situation au Xinjiang, une vaste région de l’ouest du pays où s’affrontent, depuis de nombreuses années, la police et l’armée chinoise, d’un côté, et une frange militante de la “minorité ethnique” ouïgoure, turcophone et majoritairement musulmane, de l’autre. Il est fait grief à Mme Gauthier d’écrire que la politique d’assimilation forcée de Pékin à l’encontre des 10 millions d’Ouïgours, surtout dans les domaines culturels, religieux et linguistique, est en partie responsable des attaques sanglantes, à caractère terroriste pour certaines, dont les Han (ethnie majoritaire en Chine) et des officiels chinois ont été la cible ces dernières années. Pour Pékin, en revanche, la quasi-totalité de ces “incidents” est à mettre sur le dos du “terrorisme international” au même titre que les attentats de novembre dernier à Paris.

Mme Gauthier était accréditée depuis 2009. Elle connaît parfaitement la Chine, où elle avait déjà séjourné auparavant pendant une dizaine d’années. C’est l’une des rares journalistes en poste à Pékin à se rendre régulièrement dans les régions tibétaines et au Xinjiang, où les autorités chinoises sont confrontées à des mouvements de protestation récurrents qui sont invariablement réprimés. La presse officielle chinoise en souffle rarement mot, tandis que tout est fait pour dissuader les médias étrangers de se rendre sur place pour rendre compte de la situation. Il est pratiquement impossible pour un journaliste de travailler au Xinjiang sans être pris en filature par des agents en civil. D’audacieux reporters sont régulièrement interpellés ou expulsés de la région. Personne ne sait vraiment ce qui se passe non plus dans la “Région autonome du Tibet”, car les reporters ne peuvent y exercer librement leur métier, en particulier depuis de sanglantes émeutes survenues en 2008.

Ah. Donc vous indiquez personne ne sait ce qui se passe là-bas. J’imagine que Mme Gauthier a donc été très prudente dans ses propos.

Diplomatie de paillasson

Ca rime drôlement bien avec journalisme de paillasson notez…

Tout indique qu’en raison, entre autres, de son intérêt soutenu pour les régions du Tibet et du Xinjiang, Ursula Gauthier figurait sur une sorte de liste noire de journalistes devenus indésirables, et dont il fallait se débarrasser. L’agence officielle Chine nouvelle semble le confirmer en jugeant à cet égard que, “depuis longtemps, Ursula Gauthier a toujours fait preuve de partialité politique sur la Chine, et publie souvent des articles sans fondements“.

Ben oui, c’est une “journaliste”© française s’occupant de l’international à l’Obs, c’est donc bien possible – je n’en sais rien…

Circonstance “aggravante”, le fait qu’elle parle couramment chinois l’immunisait contre les pressions qu’exercent les autorités sur les interprètes et assistants chinois des journalistes étrangers. Ces derniers sont souvent contraints de faire des rapports à la police sur les activités de leur employeur.

La priorité absolue accordée par le gouvernement français à la “diplomatie économique” a probablement facilité les choses pour le pouvoir chinois. Le corollaire de cette “diplomatie du paillasson” – silence sur les condamnations de prisonniers politiques et silence sur les violations de la liberté de parole – garantissait d’une certaine manière que Paris laisserait expulser Mme Gauthier sans trop gesticuler. Le ministère des Affaires étrangères français s’est en effet contenté de deux lignes de réaction :

“Nous regrettons que le visa de Mme Ursula Gauthier n’ait pas été renouvelé. La France rappelle l’importance que les journalistes puissent exercer leur métier partout dans le monde.”

Point final.

Ben c’est comme pour l’attaque au gaz de 2013. Les experts du Quai d’Orsay ont peut être indiqué que la journaliste n’était pas fiable, ce qui pourrait  expliquer la réaction minimale. Vous avez enquêté ?

Il est bon de rappeler que, lorsque la Chine menaça de ne pas renouveler les visas de plusieurs journalistes du “New York Times” en 2013, en raison d’articles qui avaient déplu, le vice-président américain, Joe Biden, s’empressa d’intervenir. Il informa en personne le président chinois, Xi Jinping, qu’il y aurait des conséquences si les reporters étaient expulsés. Le message a porté. En 2009, la Chine menaça de ne pas renouveler le visa d’un responsable de la maison de production française Hikari, en raison d’un documentaire qu’il avait produit pour France 5, intitulé “Tian Anmen, mémoire interdite”. Le ministre des Affaires étrangères de l’époque, Bernard Kouchner, fit savoir que deux journalistes de l’agence Chine nouvelle en poste en France se verraient privés de visa si cette menace était exécutée. Une fois encore, l’affaire fut réglée sans dommages.

Quelle qu’en soit la motivation, le manque de fermeté des autorités françaises est irresponsable. Le travail des correspondants étrangers en Chine est essentiel à la compréhension de ce pays. Or, les correspondants français à Pékin et leurs collègues étrangers se trouvent désormais davantage qu’auparavant à la merci d’un caprice autoritaire du département de la propagande du Parti communiste – qui est le véritable donneur d’ordre en la matière. La Chine, qui figure à la 176e place sur 180 sur l’échelle de la liberté de la presse établie par Reporters sans frontières, peut pour sa part donner d’elle-même une image plus édulcorée.

Donc l’info c’est que le 176e pays sur 180 mérite son classement ?

La Chine populaire, deuxième puissance économique mondiale, dont le pouvoir autoritaire et opaque ne cesse de s’affirmer, mérite qu’on s’y intéresse de plus en plus près. Force est néanmoins de constater que l’expulsion d’Ursula Gauthier ne va pas dans ce sens.

Si vous pouviez commencer par vous occuper de la France, j’aimerais autant, les conséquences nous frappant directement désormais – merci…

Stéphane Albouy, directeur des rédactions du “Parisien/Aujourd’hui en France”, Christophe Ayad, chef du service International, “Le Monde”, David Carzon, directeur adjoint de la rédaction de “Libération”, Matthieu Croissandeau, directeur de “L’Obs”, Sara Daniel, reporter, chef du service étranger, “L’Obs”, Arnaud de La Grange, chef du service International, “Le Figaro”, Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières, Marc Epstein, rédacteur en chef du service Monde, “L’Express”, Jérôme Fenoglio, directeur du “Monde”, Johan Hufnagel, directeur délégué des rédactions de “Libération”, Laurent Joffrin, directeur de “Libération”, Michèle Léridon, directrice de l’information de l’AFP, Marc Semo, rédacteur en chef de la rubrique internationale, “Libération”,  Sylvie Lasserre, journaliste et auteur, Marion Zipfel, journaliste, Marianne Barriaux, Séverine Bardon, Frédéric Bobin, François Bougon, Charlie Buffet, Boris Cambreleng,Anthony Dufour, Hélène Duvigneau, Benjamin Goducheau, Philippe Grangereau, Myrto Grecos, Gabriel Grésillon, Jean-Yves Huchet, Stéphane Lagarde, Philippe Massonnet, Pascale Nivelle, Carrie Nooten, Bruno Philip, Jordan Pouille, Abel Segretin, Michaël Sztanke, Pascale Trouillaud, Elisabeth Zingg, Joris Zylberman, anciens correspondants en Chine de l’Agence France-Presse, “Les Echos”, “Le Figaro”, “Libération”, “Le Monde”, Radio France Internationale et autres médias.

=======================================================

L’article en question

Après les attentats, la solidarité de la Chine n’est pas sans arrière-pensées, par Ursula Gauthier

Rien que le titre est superbe, une pierre de plus à l’amitié entre les nations

Source : L’Obs, 18/11/2005

Pékin proclame sa solidarité avec la France. Mais demande le même soutien international à sa propre “lutte contre le terrorisme”, l’écrasement sans merci de la minorité musulmane Ouïgour.

Ah, c’est sur que si ce n’est pas du “terrorisme” et s’ils “écrasent sans merci”… Il est clair que si ce n’est pas vrai (et je n’en sais rien), ça mérite expulsion…

Les attentats du 13 novembre ont de toute évidence touché une corde sensible dans le cœur des Chinois. Dans une société qui a tendance à se sentir à part, voire mal aimée, et qui en retour n’éprouve que peu de sympathie pour le reste du monde,

Ah, bon…. C’est beau la xénophobie quand même…

C’est sympa de dire ça, j’imagine que Mme Gauthier connait par coeur toute la société chinoise (ce doit être du plein temps son job vu le nombre).

Ils abusent les chinois de demander des excuses, du coup…

la force des réactions d’empathie a surpris les observateurs.

C’est fascinant d’écrire ça. On dirait un discours de journaliste pro-colonialisme du XIXe siècle (façon “quoi, ils ont un coeur les Nègres ?”)

Peut-être que c’est simplement parce qu’ils éprouvent de la sympathie pour le reste du monde, en fait…

“Je n’ai jamais vu ça, confie un diplomate : depuis samedi c’est une procession ininterrompue de Chinois de tous bords, enfants des écoles, étudiants, ‘amis de la France’ ou passants anonymes, qui se succèdent à l’ambassade de France à Pékin pour y déposer des fleurs et signer le livre de condoléances.”

En bleu, blanc et rouge

Il suffit d’en feuilleter les pages pour entendre un étonnant cri d’amour : “Prière pour Paris, paix sur Paris, amour toujours pour Paris”, clame une inscription ; une autre affirme : “Aujourd’hui, je suis avec les Français ! Il n’y a pas de peur en nous !” ; “A toi Paris, avec mon plus grand amour, vive la France, vive la liberté !”, s’exclame une troisième ; “J’ai deux amours, mon pays et Paris”, puis :

“Paris est au sommet de la culture, de l’art et de la liberté. Rien n’ébranlera sa position unique dans l’histoire de l’humanité”…”

La tribu des tycoons s’est mise au diapason de cette vague populaire. Première historique : une chaleureuse lettre, signée de huit des plus grands patrons chinois – dont le fameux Jack Ma, PDG d’Alibaba et Wang Jianlin, l’homme le plus riche de Chine – a été adressée à François Hollande. A Shanghai, la célèbre tour de la télévision s’est affichée en bleu, blanc et rouge toute la soirée du samedi, tandis que les réseaux sociaux étaient envahis de centaines de milliers de messages bouleversés.

Pourquoi tant d’émotion ? “Parce que Paris est pour nous la plus belle ville du monde, explique un jeune Pékinois, presque une sorte de paradis sur terre. Tous ceux qui ont la chance de connaître Paris l’adorent. Tous ceux qui n’ont pas cette chance rêvent d’y aller un jour.”

C’est très touchant, merci frères Chinois !

Arrière-pensées

Les pouvoirs publics n’ont pas été en reste. Xi Jinping a affirmé à François Hollande qu’il se tenait aux côtés de la France dans son “combat contre le terrorisme”. Belle solidarité, mais non dénuée d’arrière-pensées.

ah, c’est très sympa aussi de dire ça… J’apprécierais moyen si j’étais citoyen chinois..

J’attends les articles de l’Obs que les “arrières pensées ” de Valls et Hollande après les attentats du 13/11.

Car à peine quelques heures plus tard, le ministère chinois de la Sécurité publique, ne reculant devant aucun amalgame, annonçait avoir capturé les responsables d’une attaque, qualifiée également de “terroriste”, qui avait fait une cinquantaine de morts deux mois plus tôt à Baicheng, au Xinjiang.

Salauds de niakoués, je suis sûr que ça faisait 50 jours qu’ils les avaient capturés, et mis dans une petite cage en attendant des attentats en France…

Or, aussi sanglante qu’elle ait été, l’attaque de Baicheng ne ressemble en rien aux attentats du 13 novembre. Il s’agissait en réalité d’une explosion de rage localisée, telle qu’il s’en produit de plus en plus fréquemment dans cette province excentrée dont les habitants, les Ouïgours turcophones et musulmans, subissent une répression impitoyable. Poussé à bout, un petit groupe de Ouïgours armés de hachoirs s’en était pris à une mine de charbon et à ses ouvriers chinois han, probablement pour venger un abus, une injustice, une expropriation (voir l’encadré en bas de l’article).

C’est-à-dire que Mme Gauthier, en Chine, elle a tous les tenants et aboutissants de ce qui passe à Baicheng, où elle ne réside apparemment pas. Et j’imagine en plus qu’un occidental doit très facilement enquêter là-bas, les gens doivent être super coopératifs…

Repose en paix, Conditionnel…

Mais pour Pékin qui refuse de reconnaître sa propre responsabilité dans la montée de l’exaspération de ses minorités,

alors que nous, en France, on reconnait super facilement notre responsabilité dans la montée de l’exaspération de nos minorités hein…

la multiplication récente des incidents sanglants au Xinjiang ne peut être que l’œuvre d’une organisation djihadiste internationale.

Donc, sous-entendu assez clairement : Pékin délire avec des thèses complotistes.

Dès le lendemain dimanche, lors du G20 d’Antalya, le N°1 chinois déclarait : “Les attentats de Paris montrent que la communauté internationale doit joindre ses efforts et fonder son combat contre le terrorisme sur une collaboration renforcée”, ajoutant de façon significative : “Il ne devrait pas y avoir deux poids deux mesures.”

En clair : si la Chine se déclare solidaire des pays menacés par l’État islamique, elle réclame en retour le soutien de la communauté internationale dans ses propres démêlés avec sa minorité la plus remuante : les Ouïgours du Xinjiang.

Donc sous-entendu encore : la Chine, elle, n’est pas menacée par le terrorisme international. Intéressant…

“Les mêmes problèmes que vous”

Récemment, la vague de violence a même débordé les frontières de cette province excentrée plus proche de Kaboul que de Pékin, pour venir frapper les grandes villes des régions han. Les armes sont toujours aussi rudimentaires – armes blanches, explosifs artisanaux

et les kamikazes à Paris, ils avaient des explosifs industriels commandés sur Amazon ?

Elle en sait des choses quand même Mme Gauthier, elle arrive même à différencier et classer les types d’explosifs…

mais ces embryons de groupes armés commencent à montrer des signes d’organisation plus complexe.

Hmmm, intéressant, mais on n’en saura pas plus…

Or, malgré le nombre considérable de victimes, l’action de ces commandos ouïgours n’a pas ému la communauté internationale.

Lors du même G20, le ministre des Affaires étrangères, Wang Yi, mettait les points sur les i : “L’ONU doit jouer le rôle de front uni contre le terrorisme international qui s’en prend également la Chine. Le combat contre l’ETIM (mouvement extrémiste ouïgour) est une partie importante de la lutte globale contre le terrorisme.”

L’ETIM, c’est précisément l’organisation jihadiste transfrontalière à laquelle Pékin aimerait attribuer tous ses ennuis au Xinjiang. Le hic, c’est que de nombreux experts doutent que l’ETIM soit ce groupe cohérent et dangereux décrit par la Chine.

Marie Mendras ?

Certains vont même jusqu’à douter de son existence.

Ah oui, carrément.

Donc la journaliste écrit quasiment noir sur blanc que le gouvernement chinois ment à propos de l’existence même d’un groupe terroriste qu’il accuse de l’avoir attaqué et massacré des dizaines de Chinois…

Après les attentats du 11 septembre, George Bush, désireux par dessus tout de nouer une alliance avec Pékin, avait accepté d’inscrire l’ETIM sur sa liste des organisations terroristes. Aujourd’hui, il ne figure plus sur cette liste.

Retiré quand ? Et surtout pourquoi ? Ils justifient toujours les Américains ? Enquête svp.

Bon, en attendant, dans le rapport annuel Américain sur le terrorisme dans le monde 2014, il y a ça :

Bon, après, je ne suis pas sûr que les États-Unis aient vocation à être la référence pour définir si une organisation chinoise opérant en Chine est terroriste ou pas…

Il y a par exemple l’ONU – qui a une liste 2015 des organisations sanctionnées :

En s’entêtant à invoquer le terrorisme international, le gouvernement chinois semble surtout vouloir convaincre sa propre opinion publique et accréditer l’idée que la violence au Xinjiang fait partie d’un problème global, estime Nicolas Becquelin, spécialiste du Xinjiang à Amnesty international. Sans doute essaie-t-il aussi d’obtenir un peu de légitimité vis-à-vis de la communauté internationale, en disant : ‘voyez, nous avons les mêmes problèmes que vous’.”

Répression impitoyable

Pour les organisations des droits de l’homme, la violence au Xinjiang est plutôt due à la radicalisation de jeunes poussés à bout par la répression impitoyable qui écrase tous les aspects de la vie des Ouïgours : culture, langue, religion, accès à l’éducation, au travail, voire à un simple passeport. Dernièrement, elle s’est encore alourdie.

Quelques exemples :

  • une série de prénoms musulmans traditionnels sont désormais prohibés, ceux qui les portent doivent en changer…
  • Les restaurants ouïgours sont maintenant tenus d’offrir à leur clientèle de l’alcool et des cigarettes…
  • Les fonctionnaires sont tenus de manger publiquement pendant le ramadan…
  • Tout barbu est bien entendu suspect d’extrémisme religieux, ainsi que toute femme portant le foulard islamique…
  • Et maintenant, est suspecté d’extrémisme tout jeune qui arrête le tabac ou qui refuse de boire une bière…

Enfin, si c’est vrai, maintenant, face à ce genre d’affirmation, j’attends désormais des preuves solides pour le croire.

Il est peu probable que la Chine obtienne de nouveau, comme après le 11 septembre, la coopération des Américains et des Européens.

Ah bon ? Pourquoi ??

Etant donné le contrôle écrasant exercé par le pouvoir sur la société et le territoire, il est également peu probable que les djihadistes de l’Etat islamique fassent jamais jonction avec les enragés du Xinjiang.

Collector, vous allez voir pourquoi…

Mais tant que la situation des Ouïgours continuera d’empirer, les belles mégapoles chinoises seront toujours exposées au risque d’attaques à la machette.

Ursula Gauthier, correspondante à Pékin

Encadré :

Sept femmes et trois enfants parmi les “terroristes”

Incroyable ce titre quand on a lu le texte…

L’opération policière qui vient de s’achever au Xinjiang contre les personnes suspectées d’avoir attaqué une mine de charbon il y a deux mois, a entraîné la mort de 17 personnes. “Tous les terroristes ont été tués” a indiqué le Ministre de la sécurité publique, qui a salué cette “grande victoire dans la guerre contre le terrorisme”. Mais on apprend de source indépendante que sept femmes et trois enfants en bas âge figuraient parmi les 17 “terroristes” tués. Selon Radio Free Asia (RFA), une radio basée à Washington, il s’agit de membres des familles des trois suspects.

“Radio Free Asia (R.F.A.) est fondée, en 1950, par la CIA à travers une organisation appelée Committee for Free Asia” En 1994, Radio Free Asia est ressuscitée par l’International Broadcasting Act qui est voté par le Congrès des États-Unis. Elle est financée par une subvention fédérale annuelle (Wikipedia)

Ces trois notables de la préfecture de Baicheng s’étaient en effet enfuis après leur sanglante attaque au couteau contre les ouvriers han de la mine de charbon, et vivaient cachés avec femme et enfants dans les montagnes environnantes. Selon plusieurs officiers de police de Baicheng, joints au téléphone par RFA, ce sont des militaires qui ont fait sauter la grotte où se terraient les fugitifs, tuant non seulement les trois suspects mais aussi leur femme, leurs fils, leurs filles et trois enfants, dont les plus jeunes n’avaient que six et un an. Dans une interview antérieure, un responsable local avait précisé aux journalistes de RFA que les femmes et enfants qui accompagnaient les trois hommes dans leur fuite n’étaient pas impliqués dans l’attaque contre la mine de charbon.

Il en sait des choses le “responsable local”.

Bref, quels barbares ces militaires chinois qui tuent des gens innocents juste pour rigoler…

Les autorités chinoises craignant d’alimenter l’hostilité qui règne entre la majorité han et la minorité ouïgoure, les médias fournissent très peu de détails sur les incidents violents qui secouent le Xinjiang. Quant aux opérations de répression, elles ne donnent lieu à aucune annonce et aucune publicité. Selon plusieurs personnes interrogées par RFA, le Ministère de la Sécurité publique a fait cette fois une exception et s’est saisi de l’occasion créée par les attentats de Paris pour publier dès le lendemain les détails de son raid “anti-terroriste”. Le but : accréditer la thèse officielle selon laquelle la Chine est elle aussi exposée aux attaques du terrorisme international.

Bon, bref, encore un truc bizarre invérifiable…

Pour les organisations des droits de l’homme, les incidents violents du Xinjiang sont des réactions de colère contre la politique ultra-répressive que subit la minorité ouïgoure, et ne peuvent être assimilés à l’activité de groupes jihadistes internationaux. Un enseignant de Baicheng a déclaré à RFI : “Comment le gouvernement espère-t-il faire croire au monde que sept femmes et trois gosses étaient des terroristes ? Que l’arrestation de plus de 1000 personnes suite à l’attentat de septembre était une “opération anti-terroriste” légitime ? Et que de contraindre des milliers de paysans à participer à une chasse à l’homme aux côtés des militaires était une procédure normale ?” U. G.

Enfin, si tout ça est vrai…

=======================================================

Je termine par cet extrait du dernier article du journaliste Seymour Hersh :

Moustapha a aussi impliqué la Chine, un allié d’Assad, qui a promis plus de 30 milliards de dollars pour la reconstruction de la Syrie après la guerre. La Chine aussi s’inquiète de l’EI. Il m’a expliqué que « La Chine apprécie la situation selon trois points de vue » : le droit international et la légitimité, le positionnement global de sa stratégie, et les activités des djihadistes Ouighours de la province extrême orientale du Xinjiang. Le Xinjiang est frontalier avec 8 nations – la Mongolie, la Russie, le Kazakhstan, le Kyrgyzstan, le Tajikistan, l’Afghanistan, le Pakistan et l’Inde – et, selon le point de vue chinois, ils servent de porte d’entrée au terrorisme en provenance du monde entier et au sein même du pays. De nombreux combattants Ouighours actuellement en Syrie sont connus pour être des membres du Mouvement Islamique de l’Est du Turkestan – une organisation séparatiste souvent violente qui cherche à établir un État islamique Ouighour dans le Xinjiang. « Le fait qu’ils aient été aidés par les services secrets turcs pour se rendre en Syrie depuis la Chine en passant par la Turquie a été à la source de tensions énormes entre services secrets chinois et turcs » selon Moustapha. « La Chine est inquiète du soutien de la Turquie envers les combattants Ouighours en Syrie, qui pourrait très bien s’étendre au Xinjkiang. Nous fournissons déjà des informations concernant ces terroristes et les routes qu’ils empruntent pour rejoindre la Syrie aux services secrets chinois. »
Les inquiétudes de Moustapha ont été répercutées par un analyste des questions de politique étrangère à Washington, qui a suivi de près le transit des djihadistes à travers la Turquie vers la Syrie. L’analyste, dont les points de vue sont recherchés de nombreux hauts fonctionnaires du Gouvernement, m’a confié qu’ « Erdogan a transporté des Ouighours vers la Syrie par des moyens de transport spéciaux tandis que son gouvernement s’agitait en faveur de leur combat en Chine. Les terroristes musulmans ouighours et birmans qui s’échappent par la Thailande se procurent d’une manière ou d’une autre des passeports turcs puis sont acheminés vers la Turquie d’où ils transitent vers la Syrie. » Il a ajouté qu’il existait ce qui ressemble à une autre « ratline» [NdT : route secrète] qui acheminait des Ouighours – les estimations vont de quelques centaines à quelques milliers – depuis la Chine via le Kazakhstan pour un éventuel transit par la Turquie vers le territoire de l’EI en Syrie. Il m’a confié que « Le renseignement américain n’est pas bien informé sur ces activités parce que les infiltrés qui ne sont pas satisfaits de la politique [américaine] , ne communiquent pas là-dessus avec eux. » Il a ajouté qu’ « il n’était pas certain que les officiels responsables de la politique syrienne au Département d’État et à la Maison Blanche obtenaient ces informations. » Le journal IHS-Jane’s Defence Weekly a estimé en octobre qu’au moins 5000 futurs combattants Ouighours étaient arrivés en Turquie depuis 2013, dont peut-être 2000 avaient fait mouvement vers la Syrie. Moustapha a déclaré qu’il détenait des informations selon lesquelles « au moins 860 combattants Ouighours se trouveraient en Syrie. »
Les inquiétudes croissantes de la Chine sur la question des Ouighours et ses liens avec la Syrie et l’EI sont un sujet d’étude constant de Christina Lin, une universitaire qui s’est intéressée aux questions chinoises il y a 10 ans alors qu’elle était en poste au Pentagone sous la direction de Donald Rumsfeld. « J’ai grandi à Taïwan, et je suis venue au Pentagone comme experte de la Chine. J’avais l’habitude de démoniser les Chinois en les traitant d’idéologues, et ils sont loin d’être parfaits. Mais au fil des années, alors que je les vois s’ouvrir et évoluer, j’ai commencé à changer de perspective. Je vois désormais la Chine comme un partenaire potentiel pour différents enjeux globaux, particulièrement au Moyen-Orient. Il y a beaucoup d’endroit – la Syrie en est un – où les États-Unis et la Chine doivent coopérer en matière de sécurité régionale et de contre-terrorisme. Il y a quelques semaines, la Chine et l’Inde, deux ennemis issus de la guerre froide qui se haïssent plus que la Chine et les États-Unis eux-mêmes, ont mené une série d’exercices conjoints de contre-terrorisme. Et aujourd’hui la Chine et la Russie souhaitent tous les deux coopérer en matière de terrorisme avec les États-Unis. » La Chine voit les choses de la façon suivante selon Lin : les militants Ouighours qui se sont rendus en Syrie sont entrainés par l’EI aux techniques de survie qui leur permettront de retourner en Chine lors de voyages secrets, afin de perpétrer des actes terroristes là-bàs. Lin a écrit dans un article paru en septembre « Si Assad échoue, les combattants djihadistes de la Tchétchènie russe, du Xinjiang chinois, et du Cachemire indien tourneront leurs yeux vers leurs fronts respectifs pour continuer le djihad, soutenus par une nouvelle base opérationnelle en Syrie, bien financée et au cœur du Moyen Orient. »
=======================================================
Voilà voilà voilà…
Quelqu’un peut-il d’urgence communiquer le 06 de Mme Lin à Mme Gauthier pour une sévère remise à niveau ?
En tous cas, ceci est passionnant. Vous avez brutalement une illustration du rôle fondamental du journaliste dans la vision qu’il transmet d’un sujet international. Le même sujet traité par 2 personnes aboutit à des perceptions complètement dfférentes.
Mais ce qui est intéressant, dans ces sujets, et qui permet souvent de trancher, et la LOGIQUE des choses.
Quand on lit Mme Gauthier, on a un gouvernement chinois dictatorial (ce qu’il est, hein), qui ment comme un arracheur de dents, en inventant des organisations terroristes, cherchant à profiter des attentats de Paris pour pouvoir continuer à tuer des enfants à sa guise. Et qui OSE expulser Mme Gauthier, apparemment la journaliste la plus compétente, honnête et courageuse en Chine (vu qu’il n’expulse pas souvent des journalistes). On comprend mal pourquoi il vise autant Mme Gauthier, et prend le risque de se fâcher avec la France. Il doit être un peu fou (comme Poutine, Assad, l’Iran, Tsipras avant juillet, etc). Et notre gouvernement est pleutre. OK
Quand on lit ensuite Hersh (c’est quand même une chance que nous ayons traduit cet énorme billet !) , la vision est que le gouvernement chinois dictatorial est aussi confronté au terrorisme international, a peur que les djihadistes reviennent en Chine. Il a alors manifesté, comme son peuple, une grande solidarité avec la France.  Et là, une des principales journalistes françaises sort ce papier, qu’il doit juger assez abject, sur un sujet très sensible. Et il l’expulse. Et le gouvernement français la soutient peu, car il sait que les Chinois ont plutôt raison.
Pour ma part, je suis incapable de trancher, ne connaissant pas le dossier.
En revanche, j’encourage les autres pays à expulser les journalistes français aussi véhéments qui ne respectent pas la déontologie de base du métier (en en apportant des preuves) – cela n’affectera guère leur image souvent déjà déplorable chez nous, mais au moins, ça coupera le robinet.
Mais c’est suffisant pour que je maintienne ma position initiale, dans le doute : c’est sans moi pour le soutien…
Rendez-vous en 2016 !
EDIT : on m’a signalé en commentaire, merci. Je ne commente pas à ce stade.

69 réponses à [Affaire Ursula Gauthier] Ben non, je ne défendrai les journalistes (expulsés) que le jour où j’aurai le droit de porter plainte contre eux…

Commentaires recommandés

caliban Le 31 décembre 2015 à 05h05

Les “Yoghurts” (dixit Bernard Kouchner qui semble aussi calé que les reporters de l’Obs) sont désignés responsables par les autorités chinoises de :
• 16 morts dans l’attaque d’un poste de police durant les JO de Pékin (4 août 2008)
• 5 morts et 40 blessés dans un attentat Place Tian’anmen (28 octobre 2013)
• 29 tués au couteau et 130 blessés dans un attentat à Kunming, capitale du Yunnan (1er mars 2014)
• 50 mineurs tués le 18 septembre 2015

Et la dame s’étonne que systématiquement mettre des guillemets au mot terrorisme lui coûte son visa.

Une remarque très juste trouvée sur ce site (http://www.legrandsoir.info/pourquoi-ursula-gauthier-de-l-obs-a-du-quitter-la-chine-et-pourquoi-on-s-en-f.html)
“Si Ursula Gauthier avait écrit sur les attentats terroristes de Paris (janvier et novembre) ce qu’elle a écrit sur les attentats au Xinjiang, elle aurait eu à en répondre devant la Justice française et elle aurait été licenciée par son journal, avec l’approbation des médias et dans le silence de RSF.”

Et cette sentence (assez clémente à mon avis) : “Le péché mortel d’un journaliste est de croire qu’il est intellectuellement supérieur à tous ses lecteurs, que ceux-ci n’ont aucun moyen de vérifier ce qu’il écrit ni de sentir, sous la présentation partielle et partiale des faits, un discours engagé et un coeur froid.”

  1. caliban Le 31 décembre 2015 à 05h05
    Afficher/Masquer

    Les “Yoghurts” (dixit Bernard Kouchner qui semble aussi calé que les reporters de l’Obs) sont désignés responsables par les autorités chinoises de :
    • 16 morts dans l’attaque d’un poste de police durant les JO de Pékin (4 août 2008)
    • 5 morts et 40 blessés dans un attentat Place Tian’anmen (28 octobre 2013)
    • 29 tués au couteau et 130 blessés dans un attentat à Kunming, capitale du Yunnan (1er mars 2014)
    • 50 mineurs tués le 18 septembre 2015

    Et la dame s’étonne que systématiquement mettre des guillemets au mot terrorisme lui coûte son visa.

    Une remarque très juste trouvée sur ce site (http://www.legrandsoir.info/pourquoi-ursula-gauthier-de-l-obs-a-du-quitter-la-chine-et-pourquoi-on-s-en-f.html)
    “Si Ursula Gauthier avait écrit sur les attentats terroristes de Paris (janvier et novembre) ce qu’elle a écrit sur les attentats au Xinjiang, elle aurait eu à en répondre devant la Justice française et elle aurait été licenciée par son journal, avec l’approbation des médias et dans le silence de RSF.”

    Et cette sentence (assez clémente à mon avis) : “Le péché mortel d’un journaliste est de croire qu’il est intellectuellement supérieur à tous ses lecteurs, que ceux-ci n’ont aucun moyen de vérifier ce qu’il écrit ni de sentir, sous la présentation partielle et partiale des faits, un discours engagé et un coeur froid.”


    • Kiwixar Le 31 décembre 2015 à 09h48
      Afficher/Masquer

      L’article de Maxime Vivas sur Legrandsoir est vraiment remarquable.


  2. Charles Michael Le 31 décembre 2015 à 05h16
    Afficher/Masquer

    Cet été un attentat à la bombe avait fait plus de 20 morts à Bangkok.
    La cible un temple boudhiste particulièrement fréquenté par des touristes (ou pas) Chinois.

    Les suspects ont été arrétés, gràce aux caméras de surveillance. D’origine Ouighoure mais avec nombreux passeports, vrais ou faux, turcs.

    A propos de journalistes maltraités, un de plus assassiné il y a 4 jours en Turquie. Voilà une reconversion facile pour Mme Gautier:
    dénoncer le terrorisme d’Etat de Tayip Erdogan, bien documentée la répressions contre les Kurdes… sur RT.


  3. Lamonette Le 31 décembre 2015 à 05h18
    Afficher/Masquer

    C’est ce que je n’arrête pas de tenter de dire: le tiercé gagnant sera tjs “l’intellectuel opposant démocrate”.

    Si toutefois, puisque nous vivons dans ce monde, le 3615 Ursulla fiche encore le bazar via twitter au niveau de l’état, c’est promis, j’esquisse un sourire.


  4. Papagateau Le 31 décembre 2015 à 05h24
    Afficher/Masquer

    Vous avez oublié de commenter le chapeau.
    C’est important, le chapeau, beaucoup de lecteurs ne vont pas plus loin. Ou lisent après “en diagonale”.
    Pourtant tout était déjà dans le chapeau : ” écrasement sans pitié de la minorité musulmane Ouïgour “.

    Qu’est ce que les américains ont fait en Irak pendant 10 ans ? Pour parler des 3 dernières années : Libye, Syrie, Ukraine. Et par leurs alliés saoudiens , la minorité chiite du Yémen.

    J’ai l’impression que plus c’est l’exact inverse de la réalité, et plus il y a de risque que ça se retrouve dans les “quotidiens de référence, de qualité”.


    • Crapaud Rouge Le 31 décembre 2015 à 11h02
      Afficher/Masquer

      100% d’accord avec tout votre commentaire. Ajoutons simplement que les Occidentaux, à vouloir “dénoncer” les atteintes aux droits de l’homme dans certains pays, sont en retard d’une guerre. D’abord parce que le vent tourne, l’avenir est désormais du côté du Tiers-Monde d’antan qui se fonde sur le principe de non-ingérence. Donc, même si cette Mme Gautier dit la vérité, le reste du monde s’en fout. Ensuite parce que les Occidentaux ont de facto clairement renoncé aux droits de l’homme depuis le 9/11, et, pratiquant tout ce qu’ils dénoncent chez les autres, ont perdu toute crédibilité. Comme le note Olivier, (“Si vous pouviez commencer par vous occuper de la France…“), cette Mme Gautier devrait d’abord “faire ses preuves” ici, histoire de prouver sa bonne foi, au lieu de nous rejouer la pénultième version du “double standard”.


      • vincent Le 31 décembre 2015 à 13h58
        Afficher/Masquer

        Cependant je ne crois pas en ces allégation comme quoi la chine veut détruire les identités régionale. J’ai trouvé pas mal d’article sur les ouighours et les musulmans de chine, relatant leur bonne intégration et le respect de leur pratique dans toutes la chine. Je ne les ai plus sous la mains. Par contre pour ce qui concerne le Tibet, j’ai cet excellent Blog, qui démonte les mythes de destruction de la culture tibétaine (mythe auquel j’adhérait à contre coeur, mais qui grâce à quelques ouvrage s’est révélé être faux)
        http://www.tibetdoc.eu/spip/

        Voila c’est tenu par des gens qui y sont allé, et qui ont fait plein de phots, ils vivent en Belgique et je ne crois pas qu’ils soient financer par Pékin.

        Plusieurs raisons à la non destruction d’une culture régionnale pour le gouvernement chinois

        C’est un pays qui compte 55 ethnies différent, avec autant de dialecte et de langues officiels.
        Politiquement il parait stupide de se mettre à dos tous ces peuples en voulant les uniformiser et les transformer en Han, à moins de s’appeler Hitler, mais jusqu’à présent les chinois, n’ont pas défini une race supérieur à une autre, même s’il y a une majorité Han qui elle même est issue d’un brassage historique entre différentes ethnies.

        Xi Jinping a déclaré, bon cela vaut ce que cela vaut, qu’un bon gouverneur régional devait connaitre les langues locales.

        La Chine opère aussi une perpétuelle séparation du religieux de la politique, ce que bien peu de pays fond dans le monde, et qui pourtant permettrait de dépasser ces guerres folles au nom d’un dieu.

        Enfin je renvoit l’occident à son passé destructeur, que ce soit les USA vis à vis des indien, ou même la France qui a cherché a supprimer les langues locales Bretonne, et corse. Alors certes on a pas autant d’ethnie qu’en Chine, mais déjà sur le peu que l’on a on a effectuer une destruction culturelle qui a rendu les Corses bien amère. On est plus condamnable que la Chine sur ce sujet. Sans parler aujourd’hui des problèmes avec les communautés musulmane.

        Alors bien sur les chinois ne sont pas parfait, le gouvernement est gangrené par la corruption, ils ont encore la main un peu lourde, et exerce une réel pression, mais mais mais, j’aime à croire que cela évolue dans le bon sens, et plutôt que de leur faire la morale, cherchons à dialoguer pour favoriser l’ouverture.


      • Crapaud Rouge Le 31 décembre 2015 à 15h32
        Afficher/Masquer

        Cependant je ne crois pas en ces allégation comme quoi la chine veut détruire les identités régionale.” : oui, dans la mesure où une “identité régionale” ne peut jamais être éradiquée, il en reste toujours quelque chose, ne serait-ce qu’à cause du milieu. On ne vit pas au Tibet, à 4900 m d’altitude moyenne, comme en Corse !… Mais, dans le cas du Tibet, quand un régime athée comme celui de Pékin impose le choix du Dalaï-Lama, il coupe la tête politico-religieuse à l'”identité régionale”. Et comme le reste suit, c’est-à-dire que toute pratique religieuse se voit interdite ou autorisée selon des critères administratifs, il n’en reste qu’une pratique culturelle à la mode occidentale. Ajoutez à cela la “modernisation”, (routes, voies ferrées, écoles, industries, téléphones portables, banques, état civil,…), et vous avez vidé l’identité régionale de sa substance.


        • vincent Le 31 décembre 2015 à 16h46
          Afficher/Masquer

          Je ne sais pas.

          Pour autant je suis pas contre leur athéisme quand on voit les méfaits de la religions à travers l’histoire. D’ailleurs ce n’est pas parce que la Chine fut communiste qu’il y a cette réglementation sur le plan religieux, cela a toujours été le cas dans l’histoire antique . Si bien qu’on a jamais vu un gouvernement religieux à la tête du pays. Personnellement je suis pour la séparation du religieux et du politique, et ma foi séparer le Dalaï Lama de son rôle politique n’est pas une mauvaise chose en soi. Mais concernant les interdiction
          http://www.tibetdoc.eu/spip/spip.php?article151

          Voila un article qui résume bien la législation, et personnellement je suis assez d’accord sur le fond. Ils n’empêchent pas pour autant les gens d’avoir leur propre croyance, de ce côté ci je pense que la culture tibétaine et les autres culture locales peuvent subsister en chine comme dans la mondialisation. Il faut peut être aussi admettre qu’une culture est quelque chose qui évolue perpétuellement, et que ces changement ne sont pas toujours négatifs.

          Et à ce titre, si je suis votre argumentaire, les chinois ne sont pas plus condamnable que les autres pays à la disparition des cultures locales. Puisque c’est liée à la mondialisation. Ils sont quand même dans une sauvegarde des cultures locales , ne serait ce que la langue déjà, ou les musée dédié à la médecine tibétaine. Quelle minorité au monde bénéficie d’autant de soin apporter par son gouvernement?

          Je pense dans tout les cas que jamais le monde ne sera uniforme, mais on peut se retrouver autour de valeur commune qui s’accorde sur la cohésion des peuples entre eux. Les manière différeront, mais le but sera le même. Et c’est par le dialogue et l’échange que l’on peut permettre la sauvegarde et la bonne intégration des peuples dans le monde.


          • Crapaud Rouge Le 31 décembre 2015 à 20h11
            Afficher/Masquer

            Et à ce titre, si je suis votre argumentaire, les chinois ne sont pas plus condamnable que les autres pays à la disparition des cultures locales.” : oui, tout à fait ! C’est un peu le même phénomène qui se déroule partout : la modernité est imposée parce que l’on considère que c’est “bien” de faire “profiter” du “progrès” les régions les plus reculées. Mais s’agissant du Tibet, théocratie archaïque pratiquant le servage, il faut bien reconnaître que l’arrivée des communistes a été positive. Voir cette vidéo avec des images des années 50 : https://www.youtube.com/watch?v=pJgDzFRyzY0 C’est de la propagande communiste mais, la 1ère partie, qui décrit le régime tibétain traditionnel, celui du Dalaï-Lama, est criant de vérité.


            • vincent Le 06 janvier 2016 à 22h21
              Afficher/Masquer

              Je vous suggère aussi l’excellente autobiographie de tashi tsering, mon combat pour un tibet moderne. Il a connu tout, de l’ancien système au maoisme fou de la révolution culturelle à sa réintégration dans son pays et il finit sur son oeuvre qu’est le dictionnaire trilingue Tibetain Chinois, Anglais, soutenu et financer par le gouvernement de l’époque.

              je suis ravit que l’on se rejoigne sur ce sujet. Merci pour le lien, je regarderais à l’occasion.


  5. Hortus Le 31 décembre 2015 à 06h18
    Afficher/Masquer

    Voir aussi l’excellent article de Maxime Vivas dans “Le Grand Soir”.
    http://legrandsoir.info/pourquoi-ursula-gauthier-de-l-obs-a-du-quitter-la-chine-et-pourquoi-on-s-en-f.html


  6. couci couça Le 31 décembre 2015 à 07h08
    Afficher/Masquer

    Bien d’accord avec vous .
    Le cas “Gauthier” n’est qu’un épisode de plus .
    Ca touche aussi bien les médias ( TV, radios , journaux ) publics que privés ?
    Je résume :
    Nous citoyens français avons à nous déterminer notamment au moment des élections .
    Sur la base des informations que nous avons pu obtenir .
    Il nous est largement recommandé de voter .
    Mais plus ça va plus les médias principaux sont craignos , c’est à dire non fiables .
    Donc il nous est impossible de faire notre devoir électoral sans prendre le risque extrême d’être trompé .
    Comment ?
    C’est étudié pour ?
    Il ne s’agit que de manipulations pour arriver à un résultat sur de grand nombres ou de nous endormir ?


  7. Gibbs Le 31 décembre 2015 à 07h42
    Afficher/Masquer

    Bientôt la carte de presse sera plus intéressante a obtenir qu’un passeport diplomatique.

    Sinon quand es ce que M hollande va aller installer la démocratie 1.0 en chine ? Déroutons notre porte avion et allons y, formons une coalition comme nous savons si bien le faire et envahissons ce pays qui veux faire taire nos valeureux journalistes.


  8. Gotfried Le 31 décembre 2015 à 07h44
    Afficher/Masquer

    “Poussé à bout, un petit groupe de Ouïgours armés de hachoirs s’en était pris à une mine de charbon et à ses ouvriers chinois han, probablement pour venger un abus, une injustice, une expropriation”

    Ah ok. Donc en fait, c’est pas du terrorisme: c’est “juste” un groupe d’Ouïghours qui ont massacré cinquante personnes sans défense en raisons de leur appartenance ethnique. On est rassurés! A un moment, on a cru que ça pourrait être presque aussi grave que le terrible attentat islamo-terroriste qui s’est déroulé cet été à Saint-Quentin-Fallavières (si, souvenez vous: cet employé qui a décapité son patron après que celui-ci l’ait enguirlandé pour avoir renversé une palette, et qui a par la suite revendiqué son crime au nom de Daesh). Mais là ouf! ce n’est qu’une banale tentative d’épuration ethnique suprémaciste. Heureusement qu’Ursula était là pour remettre les pendules de Pékin à l’heure: on ne mélange pas le terrorisme international qui a tué 130 bons Français au Bataclan, et la simple haine raciste à tendance génocidaire qui tue 50 chinois. Nous on est la patrie des Droits de l’Homme, alors que les chinois, y’en a plein…

    “Quelques exemples :
    […]Tout barbu est bien entendu suspect d’extrémisme religieux, ainsi que toute femme portant le foulard islamique…
    Et maintenant, est suspecté d’extrémisme tout jeune qui arrête le tabac ou qui refuse de boire une bière…”

    Qu’elle se rassure, c’est maintenant aussi le cas en France.
    http://www.ajib.fr/wp-content/uploads/2015/01/10945610_781316268588106_4862344029557180391_n.jpg

    Je ne doute pas du fait qu’il ne fait probablement pas bon vivre être Ouïghour sous un régime qui assume sa filiation avec celui de la Révolution Culturelle et du Grand Bond en Avant, et je comprends que la situation difficile, peut-être même dramatique, de certaines personnes, provoque leur radicalisation violente et les pousse au crime. Cependant le ton adopté par Ursula Gauthier est presque plus celui de l’excuse, voire de la justification, que celui de la compréhension: le coupable, c’est le gouvernement chinois, “qui tue des femmes et des enfants” (c’est moins grave de tuer un homme adulte, comme ces mineurs Hans).

    Faut-il donc s’étonner que son visa lui soit retiré? Est-ce terriblement plus choquant que l’avalanche ahurissante de condamnations à de la prison ferme au motif “d’apologie du terrorisme” dans les mois ayant suivi les évènement du 7 janvier, l’immense majorité d’entre eux émis sous forme d’insultes et de provocations à l’égard de la police, et allant jusqu’à la convocation en commissariat d’un garçonnet de 8 ans? Les journalistes brillent par leur silence lorsque la liberté d’expression de tous est entamée. Ce qui s’illustre dans cette affaire Ursula Gauthier, c’est surtout une solidarité professionnelle sans borne, au sein d’un milieu globalement rongé par l’incompétence, la corruption, et l’absence de déontologie.


    • vincent Le 31 décembre 2015 à 14h12
      Afficher/Masquer

      Je suis d’accord avec vous, mais pas sur la filiation de la révolution culturelle et du grand bond en avant. Tout deux désavouées par Deng Xiaoping, c’est d’ailleurs sous son “règne” qu’est réinstauré le confuciannisme, et aujourd’hui le gouvernement finance la restauration des temples. Donc non on ne peut pas affirmer que la chine actuelle continue une politique folle des années 70. Les Hui qui sont 3 millions en Chine et sont tous musulmans vivent très bien leur religions, même le voile est toléré dans les écoles de certaines localité. Je crois pour ma part, (je peux me tromper) que le génocide culturel aux Xingjiang que l’on impute au chinois, de même que le génocide culturel du tibet, est un mythe. Je vous renvoi à ce site concernant le tibet.
      http://www.tibetdoc.eu/spip/
      Et honnêtement je ne vois pas l’intérêt pour le gouvernement de faire ce genre de politique, sachant pertinemment que cela produit des révolte. Les tibétains apprennent leur langue en premier au Tibet, et Tashi Tséring un tibétain qui a tout vécu des années 40 à 2000, a été soutenu par le gouvernement pour la fondation d’école au tibet, et l’élaboration d’un dictionnaire trilingue Tibétain, Chinois Anglais.
      Peut on en dire autant du breton ou du corse chez nous? Je ne crois pas.

      Et puis si Pékin martyrise ses minorités, quid des 54 autres? On en entend jamais parlé, et à mon avis c’est parce qu’il n y a pas grand chose à en dire.

      Il y a des problèmes aux Xingjiang, et probablement aussi une incompréhension des deux côté, cependant je ne crois pas que les chinois en veulent aux ouighours pour leur religions ou leur différence.

      Enfin je ne sais pas pour la liste de mesures aculturelles “prise” par le gouvernement Chinois, elles me paraissent trop aberrante pour être vrai. Et si c’est le cas, j’en suis alors très triste.


  9. Le Yéti Le 31 décembre 2015 à 07h51
    Afficher/Masquer

    Ursula Gautier, journaliste au Nouvelobs, a été expulsée de Chine pour voir écrit, à propos d’un massacre d’une cinquantaine de personnes à Baicheng par les Ouïgours :

    “Aussi sanglante qu’elle ait été, l’attaque de Baicheng ne ressemble en rien aux attentats du 13 novembre. Il s’agissait en réalité d’une explosion de rage localisée.”

    Imaginez qu’un journaliste chinois ou autre écrive :

    “Les attentats du 13 novembre a Paris ne sont en réalité qu’une explosion de rage localisée dans les banlieues sinistrées françaises…”


  10. Boubanka46 Le 31 décembre 2015 à 08h28
    Afficher/Masquer

    Cette expulsion nous montre que la Russie est une démocratie. En Russie, il y a une réelle liberté de la presse malgré quelques entraves. Cette presse libre est parfois une presse anti-gouvernementale pour ne pas dire anti-russe surement financée par les occidentaux… pardon soutenue par l’opinion internationale.
    La chine est une dictature “communiste” où le politburo ressemble maintenant au medef; le rêve du comité des forges. On ne peut que regretter l’expulsion de cette journaliste même si la réaction corporatiste de la caste supérieure médiatique est toujours agaçante. Nos média sont des média d’opinion qui traitent tous les sujets sous un angle engagé. Cela ne choque personne que le figaro roule pour la droite et Libé pour la gauche sans chercher à donner une vue objective. Je le regrette mais c’est comme cela, Il faut juste être conscient que cela ne se limite pas à la politique intérieure. Quant aux Ouigours, ils ne faudrait pas les réduire à de simples chinois islamisés dont certains plongent dans le fanatisme violent. Comme les Kurdes, les Ouigours appartiennent un peuple à cheval entre plusieurs pays. Ethniquement et culturellement ils sont très éloignés des chinois et subissent l’assimilation et l’acculturation forcée comme c’est le cas dans d’autre pays. En ce domaine, ce n’est pas la France qui est la mieux placée pour donner des leçons à la Chine.


    • Alfred Le 02 janvier 2016 à 00h23
      Afficher/Masquer

      Libé roule pour la gauche? Mais c’est un propos de journaliste de l’obs ça!..


  11. Kiwixar Le 31 décembre 2015 à 09h24
    Afficher/Masquer

    “Les attentats du 13 novembre ont de toute évidence touché une corde sensible dans le cœur des Chinois. Dans une société qui a tendance à se sentir à part, voire mal aimée, et qui en retour n’éprouve que peu de sympathie pour le reste du monde, la force des réactions d’empathie a surpris les observateurs.”

    Connaissant plutôt bien la Chine et les Chinois (et étant sinophile), je pense comprendre son expulsion rien qu’en lisant ce paragraphe xénophone anti-chinois à la con. Les Chinois se sentent-ils à part? Quelque part oui, forcément, comme tous les citoyens des “grandes nations” possédant une histoire multi-millénaire. Souffrent-ils de la pathologie “exceptionnaliste” des Américains qui souhaitent exporter la “démocratie” et leur american-way-of-shitting-the-planet? Certainement pas.

    “Mal-aimés?” Ca m’étonnerait qu’ils ressentent ça (si on excepte les Japonais, mais c’est réciproque, et légitime vu le passif historique). Jalousés, peut-être bien, à la fois au niveau de la diaspora chinoise en Asie, et de tous les Chinois très riches qui achètent de l’immobilier de luxe partout sur la planète. Mais bon, il vaut mieux faire envie que pitié.

    “Peu de sympathie pour le reste du monde” : c’est faux et c’est bien de l’insulte gratuite destinée à dénigrer les Chinois. Et oui, Ursula, t’es invitée chez les gens et tu pisses sur le tapis, et ben on t’invite poliment à rentrer chez toi, hein. Ca va pas être une grande perte pour notre connaissance de ce qui se passe en Chine, vu que tu n’aimes pas les Chinois, manifestement.

    …. Sinon, à propos du système politique chinois (“IQcracie”, les plus intelligents qui grimpent la pyramide du pouvoir), je recommenderais qu’on n’étale pas trop notre “exceptionnalisme blanc” d’avoir trouvé la bonne formule (dictature capitaliste du pognon) où 80% des gens sont mécontents de leurs dirigeants et s’appauvrissent, tandis que les Chinois sont certainement 2/3 à être satisfaits des leurs, même s’ils ne les élisent pas.


    • Wilmotte Karim Le 31 décembre 2015 à 10h13
      Afficher/Masquer

      “dictature capitaliste du pognon”

      Rassurez-vous, c’est aussi le cas en Chine.


      • Kiwixar Le 31 décembre 2015 à 21h19
        Afficher/Masquer

        Oui, je ne défends pas leur système politique ou économique actuel, ma sinophilie concerne les Chinois en général, leur culture, leur art, avec certains domaines où j’ai une franche admiration (pharmacopée, acupuncture).

        Ceci dit, c’est leur système politique “dictatorial” qui a permis le maintien de la souveraineté de la Chine alors que les puissances étrangères s’échinaient à la dépecer (un peu comme la Russie a failli être dépecée sous Elstine), et qui a permis à la majorité des Chinois de sortir de la misère en quelques décennies, même si évidemment ce n’est pas parfait (pollution, travailleurs migrants, corruption). Et aujourd’hui, ils continuent à développer la Chine avec des grands travaux (rail, Nouvelle Route de la Soie, thorium).

        Qu’est-ce que la démocratie française a accompli en quelques décennies? Appauvrissement général, dette pharaonique, bradage des biens de l’Etat (barrages etc), désindustrialisation, destruction de la protection sociale, banlieues ethniques de non-droit, perte de souveraineté, Otanisation, guerres externes (Libye etc), 50% des votants qui ne votent plus, dégoûtés, 85% d’opinions négatives sur le chef de l’Etat et la clique politique actuelle. Et en plus, c’est jamais de leur faute : vous allez voir que les faillites bancaires ou la ponction sur les comptes des déposants, ça va être la faute à Poutine!

        Il y a 10 ans les Chinois admiraient la France, aujourd’hui ils sont interloqués, dans 10 ans ils auront pitié.


    • kriss34 Le 31 décembre 2015 à 11h48
      Afficher/Masquer

      C’est bien d’écrire que vous êtes sinophile parce qu’on aurait pas remarqué sinon! Et moi, connaissant plutôt bien l’Afrique, je vous réponds que les Africains sont particulièrement reconnaissants du pillage de leurs ressources par leurs nouveaux maîtres Chinois. Et ce n’est pas parce que c’est une grande Nation comme vous le dites qu’on va se priver du droit de les critiquer. Et notamment leur hégémonisme, certes très différent de celui des Américains (que vous semblez particulièrement vomir dans vos innombrables posts, fort applaudis dans ces colonnes.).

      Du reste ne le prenez pas personnellement : c’est tout ce billet qui me laisse une drôle d’impression. Une logique poussée à l’extrême de, si c’est l’Obs qui le dit ça peut pas être vrai. Ca peut pas être vrai que dans un monde multipolaire, tous les vainqueurs soient des enfoirés.
      J’ai l’impression que comme Hugo, on prend le contrepied par goût du contrepied. “J’aime l’araignée et j’aime l’ortie, Parce qu’on les hait”.


      • Wilmotte Karim Le 31 décembre 2015 à 13h18
        Afficher/Masquer

        “si c’est l’Obs qui le dit ça peut pas être vrai”

        1- Il n’y a pas d’argument, de fait sérieux soutenant les thèses avancées par la journaliste dans son article.
        2- C’est courant avec l’Obs (mais pas seulement eux).
        3- Si vous transposez l’article dans le contexte français d’après le Bataclan… la journaliste serait, si pas poursuivie pour “apologie au terrorisme”, mais au moins conspuée par tout les médias et licenciée (bon, ils n’auraient jamais permis que son article soit publié!).


      • JOEBUCK Le 31 décembre 2015 à 15h32
        Afficher/Masquer

        … les Africains sont particulièrement reconnaissants du pillage de leurs ressources par leurs nouveaux maîtres Chinois…vous voulez dire qu’ils nous regrettent ? perso au maghreb et en côte d’ivoire, je trouve les chinois bien plus travailleur et bien moins arrogant que ne l’étaient les colons français.. après on ne connait surement pas la même afrique….


        • vincent Le 31 décembre 2015 à 16h48
          Afficher/Masquer

          Oui puis les chinois achètent ces ressources, et investissent dans l’Afrique. Et même si tout n’est pas claire qu’il peut y avoir des “affaire” cela demeure toujours plus équitable que ce qu’a fait l’europe pendant 2 siècles.


      • Crapaud Rouge Le 31 décembre 2015 à 16h20
        Afficher/Masquer

        je vous réponds que les Africains sont particulièrement reconnaissants du pillage de leurs ressources par leurs nouveaux maîtres Chinois” : bonne réponse ! Dans les commentaires précédents, l’on se félicite du respect des cultures régionales par les communistes, mais ce n’est qu’un aspect des choses. Il y en a beaucoup d’autres qui sont fortement critiquables dans la Chine moderne, à commencer par son capitalisme débridé. En revanche, je ne crois pas qu’Olivier ait pris le “contrepied par goût du contrepied“, car son billet est très argumenté. S’appuyant sur les travaux très sérieux de Seymour Hersh, (http://www.les-crises.fr/echanges-entre-militaires-par-seymour-hersh/), il montre qu’Ursula Gautier nie le problème du terrorisme au Xinjkiang.


      • Kiwixar Le 31 décembre 2015 à 21h34
        Afficher/Masquer

        Certaines actions externes de la Chine sont bien sûr criticables, mais vu le passé (et le présent) colonial de la France, je trouve qu’on est mal placés pour critiquer ce qu’ils font en Afrique! Par contre, très criticable est ce que la Chine est en train de faire en mer de Chine Sud, avec des îlots construits dans les eaux internationales à quelques minutes de vol des Philippines. Donc, ils risquent à l’avenir (on verra) de devenir hégémonistes, mais ils ont encore un très très très très long chemin à faire avant d’égaler le niveau néfaste des Etats-Unis.

        Et, connaissant les Chinois, ils arroseront avec des yuans plutôt qu’avec du napalm.

        Note : je ne vomis pas les Américains, mais leur Etat Profond qui dirige leur Etat, et dont les Américains pâtissent comme nous tous. Washington est le cancer des USA comme Bruxelles est le cancer de l’Europe.


  12. oz Le 31 décembre 2015 à 09h34
    Afficher/Masquer

    Sur la question de l’évaluation à géométrie variable du terrorisme islamiste, il faut reconnaître qu’Ursula Gautier est en parfaite adéquation avec la position du gouvernement français et des gouvernements occidentaux en général, aussi bien que de la presse aux ordres: ils sont contre sur leur territoire, mais ils sont franchement pro-terroristes sur les territoires étrangers qu’ils souhaitent déstabiliser.


  13. Alberto Le 31 décembre 2015 à 09h40
    Afficher/Masquer

    Selon Ursula Gauthier, au Xinjiang, « Tout barbu est bien entendu suspect d’extrémisme religieux, ainsi que toute femme portant le foulard islamique… »
    Tandis qu’en France :
    « Musulman et aveugle, il est dénoncé par sa voisine pour s’être rasé la barbe. »
    https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/un-avocat-conteste-l-assignation-residence-d-une-avignonnais-fiche-s-1448557888
    « En gare de Massy (Essonne), la police évacue le train et lui saute dessus pour l’arrêter. Des passagers auraient trouvé suspects son comportement et son aspect : le jeune homme est barbu et il portait des gants. »
    http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/11/23/les-petites-bavures-de-l-etat-d-urgence_4815803_4355770.html
    Et la suite sur ce site :
    https://wiki.laquadrature.net/%C3%89tat_urgence/Recensement


  14. Alae Le 31 décembre 2015 à 10h49
    Afficher/Masquer

    [modéré]

    Sur un sujet plus important, un bon article sur le Xinjiang et les manoeuvres de déstabilisation qu’y mènent les USA depuis des années. Des ONG parasitaires de type NED (autrement dit, la CIA) y sont logées à demeure et attisent conflits et divisions en permanence.
    L’article donne la liste des “ONG humanitaires” américaines pro-ouïgoures installées localement, comme des vers dans des fruits, ainsi que le montant de leurs financements par le Département d’Etat US.
    http://www.globalresearch.ca/turmoil-in-hong-kong-terrorism-in-xinjiang-americas-covert-war-on-china/5409079

    Et un article de 2009 sur le même sujet, avec les liens entre leaders ouïgours en exil, le NED, d’autres relais de la CIA comme Radio Free Europe/Radio Liberty, etc.
    http://www.globalresearch.ca/washington-is-playing-a-deeper-game-with-china/14327
    C’est passionnant. Tout un monde, mais pas du tout, alors pas du tout celui que rapportent nos médias. Le contraire, même : dans le Xinjiang, la Chine n’est pas l’agresseur, mais bien l’agressé.


  15. Jeanne L Le 31 décembre 2015 à 11h46
    Afficher/Masquer

    C’est tout de même effarant cette propension qu’ont les journalistes des journaux “dans la ligne” à chercher à toute force à dire “cela ne ressemble en rien à …” (ici aux attentats du 13 Novembre)
    Bref à tout ramener à soi, à ses propres concepts et analyses.
    Véritable ethnocentrisme même pas repéré (pour des envoyés permanents !!!)

    A faire également de la surenchère: “chez nous, les attentats ,c’est des vrais de vrais, des totalement injustifiables car nous sommes totalement innocents, purs et porteurs du Vrai”.
    Les autres attentats, ceux à coups de couteau, sur les marchés à Bagdad, dans les écoles à Beslan, dans les gares de Volgograd (Stalingrad) ce sont des attentats qui n’en sont pas tout à fait: la preuve: ceux qui sont attaqués ne sont pas tout à fait innocents: peut-être bien des chiites en pays sunnites (ou le contraire), des Ouigours ( qui ont des contentieux à régler)contre les méchants Hans, ou bien des jeux olympiques organisés dans un pays despotique qu’il faut bien contrer…

    Bref, il y a des attentats terroristes dans l’absolu (les vrais, les américains, les français), et des attentats terroristes relatifs (les russes, les syriens, les irakiens et les chinois).

    Les journalistes au lieu de montrer des relations précises, des rapports de forces subtils et meurtriers, jouent seulement de cette surenchère.
    Le malheur c’est que les expulsions ne les font pas réfléchir, mais on nous les renvoie !
    Et chez nous, ils vont sévir encore plus, continuant, en rajoutant, drapés dans leur bon droit de martyrs du quatrième pouvoir !!


    • Crapaud Rouge Le 31 décembre 2015 à 16h45
      Afficher/Masquer

      C’est le “deux poids deux mesures” alias “double standard” : une pratique exécrable mais qui est de règle chez nos “merdias”. Ainsi, en Chine les attentats s’expliqueraient par la “répression impitoyable” qui les a précédé, alors que rien ne saurait expliquer celui du Bataclan. Il ne reste donc qu’à décréter l’état d’urgence et promulguer des lois liberticides.


      • vincent Le 31 décembre 2015 à 16h55
        Afficher/Masquer

        C’est pareil pour les attentats de Bangkok, j’avais lu un édito du Ouest France qui limite trouvait normal les attentat parce que la Thailande n’était pas une démocratie.


  16. Le Rouméliote Le 31 décembre 2015 à 11h50
    Afficher/Masquer

    La soupe servie par les “journalistes” mainstream n’a plus rien à voir avec le véritable journalisme du temps de John Reed ou d’Albert Londres. Systématiquement, sur tous les sujets que je connais (bien), leurs “analyses” ne sont que de la propagande. Alors, je n’ai aucune raison de leur faire confiance sur ce que je ne connais pas. Par exemple, la désinformation générale sur la Grèce depuis 2009.
    [Modéré : sans lien avec l’article]


    • sadsam Le 31 décembre 2015 à 13h18
      Afficher/Masquer

      @bonne idée Rouméliote de rappeler les articles de John Reed ou d’Albert Londres.

      Au cours des années 70, les aînés de Mme Gauthier (beaucoup d’entre eux en tous cas) trouvaient que le maoïsme ou la révolution culturelle étaient très bien pour les Chinois qui n’étaient pas faits comme nous.
      Simon Leys avait bien ferraillé avec eux sur ce point.

      Le ton de l’article d’Ursula Gauthier rappelle effectivement celui des articles de Mme Mendras. Si elles parlent le chinois ou le russe et si elles ont vécu longtemps à l’étranger, comment comprendre qu’elles soient à ce point formatées par le “microcosme” Saint-Germain des Prés ?


      • Louis Robert Le 31 décembre 2015 à 14h18
        Afficher/Masquer

        Comment comprendre?

        Il y a de multiples façons de savoir, pourvu qu’on le veuille.

        Quant à moi, j’ai beaucoup appris, notamment, de l’ouvrage suivant:

        “Inside the Company: CIA Diary”, Philip Agee …

        M’a semblée révélatrice, à l’époque, la longue liste d’agents donnée en annexe… avec mention de leurs occupations professionnelles officielles respectives… Je comprends que l’on ait fait l’impossible afin que ce livre ne paraisse pas.

        Sur l’essentiel, je doute que les méthodes de recrutement et d’infiltration aient beaucoup changé.


        • sadsam Le 31 décembre 2015 à 23h33
          Afficher/Masquer

          @Merci Louis
          Je vais chercher ce livre.
          Evidemment nous nous souvenons des confessions de ce journaliste allemand qui avaient été publiées sur ce site l’été 2014 et dont le nom m’échappe maintenant. Les pressions et incitations étaient dans ce cas très directes. Et le journaliste les avait acceptées avant de faire son “coming out” sur le tard.

          Mais il doit y avoir également des méthodologies plus subtiles : les “consignes” passent-elles par les redchefs ou par des liens avec des think-tanks ? Ou y a-t-il aussi un esprit “moutonnier” parmi les journalistes occidentaux qui écrivent tous plus ou moins la même chose ? Sont-ils tout simplement paresseux ? ou dépassés ?

          Quelques uns des journalistes qui étaient à Timisoara ont fait leur examen de conscience, certains même ont changé de métier après.

          Mais le problème n’est pas vraiment nouveau. Pour l’examiner d’un coeur plus léger, il faut relire le grand classique qu’est “Scoop” d’Evelyn Waugh (pendant la guerre d’Ethiopie). Le roman commence ainsi : à la suite d’une confusion de nom, le rédacteur de la rubrique “jardinage” est envoyé chez le Négus….


          • Louis Robert Le 01 janvier 2016 à 03h30
            Afficher/Masquer

            Ce qui m’apparaît nouveau, c’est l’ampleur du phénomène médiatique, sa mondialisation, sa globalisation, pour tout dire son pourrissement, qui enlèvent toute importance véritable à l’individu Ursula et à son sort en Chine… En effet, nous assistons ici à une dégradation extrême des produits médiatiques, pire, à une véritable déshumanisation qui est décadence et qui entraîne notre autodestruction. Cela présuppose un dessein, la poursuite de fins géopolitiques, la déclaration de guerres médiatiques au moyen d’organisations gigantesques qui vont bien au-delà des piètres individus.

            Le dossier ukrainien si abondamment, si profondément et si magistralement traité sur ce site même, et durant de longs mois, est un cas d’espèce remarquable. Le dossier grec (épisode Syriza-Tsipras) en est un autre, tout comme l’est désormais celui de la Syrie du reste. Or tous ces dossiers sont interreliés, témoignent des mêmes enjeux géopolitiques mondiaux, des mêmes luttes de pouvoir qui laissent oublié, bien loin derrière, le divertissement auquel nous convie une quelconque Mme Ursula…


  17. Spectre Le 31 décembre 2015 à 12h55
    Afficher/Masquer

    Cette énième campagne d’indignation sélective à propos d’un parfait non-évènement m’aura bien fait rire. Pendant ce temps, une petite bande de milliardaires détient la majorité des médias papiers en France (sans doute par philanthropie !), mais bizarrement on trouve moins de belles âmes pour s’en indigner — y compris chez les millions de “Charlie” qui, paraît-il, étaient descendus manifester pour la liberté d’expression…


    • Frédérique Le 31 décembre 2015 à 16h47
      Afficher/Masquer

      L’indignation qui devrait nous étouffer ne devrait pas être le fait qu’une “petite bande de milliardaires détient la majorité des médias papiers en France “, après tout s’ils ont les moyens de se les payer, mais le fait que des centaines de millions d’euros de subventions sortent de la poche du contribuable pour leur permettre d’exister, au lieu de sortir des faramineux comptes en banques de leurs propriétaires.
      Nous finançons “à l’insu de notre plein gré ☺”, la propagande destinée à nous laver le cerveau, et après, il nous faut faire les fonds de tiroir pour permettre aux médias de ré-information d’exister.
      Il est bien là le scandale!


  18. Denis Griesmar Le 31 décembre 2015 à 13h15
    Afficher/Masquer

    S’il est naturellement indispensable de toujours vérifier les faits avant d’écrire, il faut bien voir que cela est très difficile en Chine, qui est une dictature. Sans compter qu’il est impossible, vu la profondeur historique du contexte, de tout recadrer dans un article. Or beaucoup de commentaires négligent ce contexte. La réalité est que le peuple Ouïghour du Turkestan oriental est radicalement différent du peuple chinois, sur le plan linguistique, culturel, etc. Les Ouïghours n’ont jamais donné de dynastie à la Chine. Ils ont été indépendants pendant des siècles ; ils ont produit la première grande littérature du monde türk. Lorsqu’ils ont été ensuite, épisodiquement, vassaux de l’empire chinois, la domination de celui-ci est restée très théorique. Au XIXème siècle, lorsque les Chinois ont commencé à occuper concrètement ce territoire, qu’ils ont alors nommé “Xinjiang” (Frontière de l’Ouest), les Ouïghours se sont révoltés 64 fois en un siècle. Ils ont alors connu de nouveau une brève indépendance, avant de succomber sous la main de fer du Parti communiste chinois. Mais la Résistance n’a au fond jamais cessé. Tout le problème est de savoir s’il faut parler de “résistants” ou de “terroristes”. Mais la prise en compte de l’Histoire longue tend plutôt à faire pencher pour la première hypothèse. Aujourd’hui, le Grand Jeu, et les grandes manoeuvres, où les Américains ont pris le relais des Anglais, continuent sous une autre forme. Pendant ce temps, les Chinois, qui veulent exploiter les fantastiques ressources minérales du territoire, y “importent” des Hans par millions, pour essayer de minoriser, dans leur propre pays, les Ouïghours, qui ne trouvent plus de travail chez eux, qui assistent à la destruction de leur architecture traditionnelle, et à des provocations sans fin. Le simple fait que les Chinois Han soient passés, en quelques décennies, de 7 % à 40 % de la population, devrait mettre la puce à l’oreille. Rappeler ce contexte ne permet certes pas de juger avec certitude de chaque incident, mais permet de remarquer des constantes, où les Hans n’ont pas le beau rôle. La bonne comparaison (ou du moins la moins mauvaise) est donc celle de la période de l’Occupation de la France par les Allemands lors de la Seconde Guerre mondiale. Simplement, là, l’Histoire se déroule sur une plus longue période.


    • JOEBUCK Le 31 décembre 2015 à 15h45
      Afficher/Masquer

      Tout le problème est de savoir s’il faut parler de “résistants” ou de “terroristes”….non on parle de l’obs !!! pour l’obs la resistance palestinienne n’existe pas elle est terroriste idem pour le pkk…par contre il ne parle pas de terroriste corse…les mots sont importants ….
      vouloir parler du fond c’est juste noyer le poisson…


  19. Max Le 31 décembre 2015 à 13h25
    Afficher/Masquer

    Nous vivons depuis plusieurs 10enes d’années dans un choc des civilisations.
    D’une année sur l’autre ce n’est pas visible ou alors si peu.
    Mais quand on regarde de 10 ans en 10 ans on constate ce basculement et cela va de plus en plus vite.
    L’occident a perdu, lentement mais surement le monopole des sciences, des techniques et de la finance pour ne citer que ces trois.
    Le dernier bastion, celui des médias en dehors de l’UE/USA n’existe plus, si tant qu’il a un jour existé.
    L’Occident et ses modèles ne font plus rêver et par extension sa conception de la liberté de la presse, trop de crimes ayant été commis sous couvert de la liberté journalistique.
    Ca ne veut pas dire que ce qu’a écrit madame Gauthier est inintéressant mais les millions de morts des guerres de l’OTAN/USA/UE sont passés par la, dans un silence journalistique Abyssal.
    Comme l’influence des USA/UE baisse d’année en année, il en va de même pour leurs médias, nous ne sommes plus au début du XXème siècle.
    C’est triste pour nous.


  20. Louis Robert Le 31 décembre 2015 à 13h30
    Afficher/Masquer

    Suggestion: dès sa rentrée en France, Mme Ursula devrait être dirigée vers la Corse à titre de grand reporter permanent.


  21. Spectre Le 31 décembre 2015 à 13h31
    Afficher/Masquer
  22. Christian Durante Le 31 décembre 2015 à 15h35
    Afficher/Masquer

    Quelle fin d’année en fanfare ! Deuxième cours de remise à niveau (il en faudra encore beaucoup) pour “journalistes” qui confondent leur petite Doha bien creuse avec une information tant soit peu recherchée et vérifiée.
    Encore bravo.


  23. anatole27 Le 31 décembre 2015 à 15h45
    Afficher/Masquer

    Dans un tweet du 7 décembre Ursula Gauthier compare l’EI et MAO

    https://twitter.com/ugauthier/status/674080464093622272

    elle est donc logique avec elle même les terroristes c’est les chinois


  24. Roland Marounek Le 31 décembre 2015 à 16h08
    Afficher/Masquer

    J’avais essayé de faire passer le commentaire ci-dessous sur le site de l’Obs et sur celui du Figaro à la suite de leur article s’indignant de cette absence de liberté d’expression en Chine….Résultat? Censuré. Je trouve cela plutôt cocasse
    “C’est intéressant de lire l’article incriminé: La journaliste va jusqu’à y *justifier* le massacre de 50 ouvriers à coup de hachoir : ce petit groupe de Ouïgours, “probablement” dit-elle, ne faisaient que se venger d’un abus ou d’une injustice! C’est évident que la liberté d’expression en France est illimitée, (bon à la censure de l’agence Sana près), mais je me demande quand même quel serait la réaction si un journaliste étranger à Paris justifiait les attentats du 13 novembre, en expliquant que les membres d’une certaines communauté ethnique sont “poussés à bout par les abus ou les injustices”, que Paris “refuse de reconnaître sa propre responsabilité dans la montée de l’exaspération de ses minorités”, et concluant que “tant que la situation des xxx continuera d’empirer, les belles mégapoles françaises seront toujours exposées au risque d’attaques à la kalachnikov” ?”


    • Louis Robert Le 31 décembre 2015 à 18h06
      Afficher/Masquer

      Quelle serait la réaction?

      On l’a vu pour bien moins que ça… Le Pouvoir soulèverait alors le soupçon, l’examen voire l’accusation d'”apologie du terrorisme”. Par là, le chantage a désormais la voie libre dans les masses françaises. Ainsi va la nouvelle “normalité”.


  25. Malek Le 31 décembre 2015 à 17h21
    Afficher/Masquer

    A propos des “dommages collateraux” revoir l’excellent et poignant reportage de Jeremy Scahill, Dirty Wars.

    https://en.m.wikipedia.org/wiki/Dirty_Wars


  26. vincent Le 31 décembre 2015 à 17h28
    Afficher/Masquer

    Merci pour cet article très enrichissant qui remet dans son contexte avec honnêteté cet événement. Et montre que la version du gouvernement de Pékin, n’est pas toujours la version de propagande comme on le sous entend souvent. C’est bien fait pour cette dame. Je me demande quand même comment on peut être aussi hermétique en ayant passer une partie de sa vie dans un tel pays? C’est vraiment triste.


    • Malek Le 31 décembre 2015 à 17h53
      Afficher/Masquer

      En fait, les expatriés ont un point de vue tres biaisé sur le pays d’accueil, souvent entaché de categories hierarchisantes, et cela réclame un reel effort de leur part pour avoir un point de vue honnête et structuré sur la vie locale. La plupart ne le font pas et ne voit le monde qu’a travers le filtre du pays d’origine, pendant de nombreuses annees, de plus souvent ils resident en une zone urbaine plutôt aisée. J’ai ete expatrie en Asie du SE et je reste tres humble sur ma connaissance des populations et moeurs locales, mais par contre Mme Gautier, elle a tout compris, arrogance quand tu nous tiens….


      • vincent Le 31 décembre 2015 à 17h57
        Afficher/Masquer

        Oui vous avez surement raison, j’ai une connaissance qui m’expliquais que la communauté française de Pékin s’intégrais peu et parfois même ne parlait pas la langue. Elle avait dû insister pour pouvoir être dans un quartier avec des habitants du pays.

        Malheureusement c’est cet hermétisme qui nous coûte cher à tous, le jour où on aura compris que pour permettre des avancés, il faut d’abord avancer vers les autres, eh bien on aura fait un grand pas.

        Merci pour la réponse.


        • Wilmotte Karim Le 31 décembre 2015 à 18h41
          Afficher/Masquer

          @vincent
          C’est ainsi avec les “expats”/”réfugiés”/”migrants”/étrangers de part le monde.
          Il y a un phénomène général et assez systématique de rassemblement dés que la chose est possible.

          Cela ne vaut pas pour tout les individus, mais certainement pour toutes les nations/ethnies.


  27. John V. Doe Le 31 décembre 2015 à 18h05
    Afficher/Masquer

    Pas d’accord. Cette journaliste a pleinement le droit de raconter des salades, comme l’a chacun d’entre nous et cela ne donne pas droit à l’expulser d’où que ce soit, pas plus que nous ou de soi-disant “doubles nationaux”. Chacun peut vivre et travailler où il veut et dire ce qu’il veut tant que ce ne sont pas des appels à la haine ou au meurtre.

    Je ne peux pas défendre ici le droit de chacun à dire qu’il est ou n’est pas Charlie ou Merabet ou Brinsolaro voire Coulibaly (ah, non, pas lui : cf “non à l’appel à la haine ou au meurtre”) et le refuser en Chine. Ce n’est pas parce que la France a juridiquement aboli le droit à la libre expression que nous devons cautionner des faits du même genre ailleurs.

    Par contre, je dénie aux “presstitute” qui défendent ces entraves ici de les critiquer ailleurs. En disant cela, je vise explicitement les hypocrites qui ont signé l’appel http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20151229.OBS2059/l-expulsion-de-chine-de-notre-cons-ur-ursula-gauthier-est-injustifiable.html, d’Albouy à Zylberman & C° tout en ne levant pas le petit doigt pour défendre notre liberté d’expression en France, soi-disant “urgence” (imaginaire issu du théâtre sécuritaire) ou pas. Et là, oui, je suis très fâché : la connerie est innée et à donc des excuses, être un faux-cul de ce format sur des sujets aussi fondamentaux demande du travail et ça, ce n’est pas pardonnable 😉


    • Kiwixar Le 31 décembre 2015 à 20h36
      Afficher/Masquer

      “et cela ne donne pas droit à l’expulser d’où que ce soit”
      “Chacun peut vivre et travailler où il veut et dire ce qu’il veut”

      Non. Chaque pays a le droit de décider de ses propres lois et de quels étrangers sont autorisés à être résidents. Cette dame s’est fait virer parce qu’elle pondait des articles biaisés, insultants et anti-chinois systématiques, et 95% des Chinois approuvent son expulsion. Qu’elle aille donc en Espagne nous parler de l’oppression de Madrid sur les “terroristes” de l’ETA.


    • christian gedeon Le 01 janvier 2016 à 12h14
      Afficher/Masquer

      Alors comme çà,on a le droit de vivre où on veut de faire ce qu’on veut et de raconter ce qu’on veut? Elle commence bien l’année 2016! Ben en fait non…on n’ a pas ce droit,point barre.


  28. naz Le 31 décembre 2015 à 18h33
    Afficher/Masquer

    (oups, bizarre!mon texte est parti sans crier gare!)
    J’ai lu cet article de Maxime Vivas qui semble complémentaire:

    http://www.legrandsoir.info/pourquoi-ursula-gauthier-de-l-obs-a-du-quitter-la-chine-et-pourquoi-on-s-en-f.html


  29. petitjean Le 31 décembre 2015 à 18h46
    Afficher/Masquer
  30. bluetonga Le 31 décembre 2015 à 19h34
    Afficher/Masquer

    Un petit clic wikipedia et hop :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Troubles_en_R%C3%A9gion_autonome_ou%C3%AFghoure_du_Xinjiang

    Où on apprend que le contentieux entre ouighours et hans est très ancien, et incidemment, s’est par exemple soldé par plus de 200 attentats à la bombe entre 1987 et 1990. Plus une énumération des nombreux incidents et confrontations depuis lors.

    Bref, il y a dans cette province du Xinjiang beaucoup d’agitation, et manifestement, une spirale terrorisme/répression assez classique lorsqu’un état central fort se heurte à une minorité très nationaliste. Il y a réellement terrorisme des indépendantistes, et réellement répression des autorités, avec les excès que l’on peut imaginer.

    Madame Gauthier n’a donc probablement pas tort quand elle affirme que la menace terroriste est abusivement brandie par Pékin pour régler un problème d’insubordination domestique, et rameuter l’opinion publique à sa cause (Poutine avait agi de la même manière vis-à-vis des Tchétchènes après le 11 septembre, et la “guerre à la terreur” est une franchise qui a permis à l’impérialisme américain de déployer ses ailes et ses serres prédatrices sur le proche et moyen-orient, ainsi que sur la société civile américaine). Elle produit néanmoins un compte-rendu totalement biaisé, éludant la question du terrorisme ouïghour, bien réel, ainsi que la légitimité ou tout au moins la nécessité du gouvernement chinois de maintenir son unité nationale (une question qui mériterait au moins d’être abordée, pas seulement ignorée). Et bien sûr, elle semble particulièrement mal informée d’une participation active de nationalistes ouïghours dans les rangs de l’EI.

    La presse française et les bonnes âmes nous jouent encore le chœur des vierges effarouchées. Mais son expulsion est assez logique au vu de ses propos clairement tendancieux et elliptiques sur un sujet sensible, de sécurité nationale. Sans même mentionner les généralisations un peu abusives sur le caractère hostile des Chinois à l’égard de l’étranger. Je suis tout prêt à croire que madame Gauthier parle le chinois, je ne suis pas sûr qu’elle comprennent les Chinois.


    • vincent Le 31 décembre 2015 à 22h16
      Afficher/Masquer

      Et ce n’est pas ce genre d’article qui va aider à une amélioration de la situation la bas. Après méfiez vous de wikipédia ils ne sont pas toujours dans le plus pertinent concernant les sujets les plus sensibles. Je pense sincèrement que Pékin veut essayer d’arranger la situation, mais il y a tellement de gens qui mettent la main dedans pour foutre le bordel que cela stagne dans des tensions. L’indépendance n’est clairement pas la solution pour les Ouighours ils ne seront jamais tranquille. Mais on peut espérer voir apparaitre des bonnes volontés des deux côtés. Un pari sur l’avenir en somme.


      • vincent Le 31 décembre 2015 à 22h21
        Afficher/Masquer

        Et puis pour la question de l’argument terroriste abusif, je trouve injuste d’approuver son propos. Les espagnols vis à vis des Basques, et le Royaume Uni vis à vis de l’IRA ne se sont pas géné pour considéré les indépendantiste comme terroriste, et dans le fond ils l’étaient. On ne peut pas, sous prétexte que c’est la Chine, dire qu’ils ont pas le droit non plus de dire que c’est du terrorisme. Ca l’est, à partir du moment où des type s’organisent pour commettre un massacre c’est instituer de la terreur. Donc oui c’est du terrorisme et le faire passer pour autre que cela me parait assez monstrueux. Quelques soient les raison, rien n’excuse le massacre.


        • bluetonga Le 01 janvier 2016 à 00h32
          Afficher/Masquer

          C’est ce que je dis Vincent. Il y a terrorisme et il y a répression. En bonne journaliste occidentale, madame Gauthier a choisi son camp : elle dénonce la répression. Dans le cas des USA, de l’UK ou de la France, elle choisira l’autre : elle dénoncera le terrorisme.


    • Furax Le 01 janvier 2016 à 10h44
      Afficher/Masquer

      Elle s’en fiche un peu de comprendre les Chinois. Cette personne appartient à l’immense cohorte des gens qui se prétendent journalistes mais dont le véritable métier est, comme le dit l’article, d’être éditorialiste militant, autrement dit une propagandiste.

      Ceci étant dit, le problème du Xinjiang est comparable à celui du Tibet. Ce sont des colonies, légalement déclarées chinoises par le gouvernement chinois alors que les autochtones ne se sentent pas chinois, et que le gouvernement chinois a les moyens de contrôler par la force et de noyer sous le nombre des colons d’ethnie han.

      Le terrorisme reste le terrorisme, mais dans un conflit asymétrique le faible à souvent recours à ce moyen. Un moyen certes ignoble mais souvent le seul moyen possible. Un terroriste qui se retrouve finalement dans le camp des vainqueurs, cela s’appelle un résistant, voire un héros, et cela donne même parfois des dirigeants politiques (cf. Irlande partie Eire, Israël avec le groupe Stern, Algérie, … etc).


    • christian gedeon Le 01 janvier 2016 à 12h19
      Afficher/Masquer

      Mais cher ami,les impérialistes américains soutiennent bec et ongles les islamistes “yogourths” kouchnériens. Quant à Poutine,en brisant l’islamisme téchétchène,il a rendu un distingué service à la Russie et aux états périphériques. Parce que vous croyez quoi? Que le islamistes tchétchènes wahhabites sont le nec plus ultra de la liberté? heureusement que la Chine est loin…autrement les BHL et autres Kouchner seraient déjà en train de demander l’envoi d’un corps expéditionnaire..


  31. Benjamin Le 01 janvier 2016 à 14h25
    Afficher/Masquer

    Perso, je pense que dans ce cas comme dans tous les autres cas ce qu’il faut c’est recouper les sources.
    On est d’accord le problème est qu’en Chine il est très difficile de faire sortir de l’info et de parler de certains sujets. Dans le contexte actuel vous allez peut-être dire que c’est normal, mais Melissa Chan, une journaliste d’Al Jazeera (bouh la vilaine chaine qatari), s’est fait expulser en 2012 (c’était la 1ère expulsion en 14 ans en Chine) après des reportages TV sur les camps de travaux forcés (pourquoi certains produits chinois sont si peu chers? Ben c’est pour ça. Tout le monde le sait mais faut pas en parler) ou les black jails.

    Perso je connais une journaliste française qui a bossé pour le South China Morning Post à HK, et est maintenant correspondante pour AP à Pékin, et ben oui c’est très compliqué de faire son taf et apparemment de plus en plus compliqué (même si perso je ne suis pas anti Xi, je considère qu’il fait plutôt du bon boulot pour nettoyer le parti de la clique de Jiang Zemin pour lequel je n’ai aucune sympathie. Et c’est toujours cette grille de lecture que je privilégie pour comprendre ce qui se passe en Chine, par ex ce qui s’est passé à HK en 2014 n’a à mon sens que peu à voir avec des groupes « financés par la CIA » comme vous l’aviez relayé, mais a essentiellement à voir avec les luttes de pouvoir interne au sein du panier de crabe qu’est le PCC => le clan Jiang qui était sous le feu de Xi – via la pseudo « campagne anti corruption » – contrôlant encore à cette époque HK et Macao et voulant foutre Xi dans la merde via le white paper en espérant que les choses dérapent), et en effet tous les journalistes étrangers savent que si ils veulent continuer à bosser là-bas ben il faut pas trop toucher à certains sujets.

    Sur les ouïgours, c’est clairement compliqué, mais ça fait un moment (avant le 11 septembre 2001) que pas mal de gens expliquent que l’attitude du régime dans cette région est parfaitement colonialiste et qu’après avoir expliqué à qui voulait l’entendre que les ouïgours étaient grosso modo des agents de la CIA, après le 11 septembre 2001, du jour au lendemain, ils sont devenus des terroristes. Bon moi je veux bien, l’un n’exclus pas nécessairement l’autre, mais un tel opportunisme me dérange et ayant lu depuis de nombreuses années des rapports convergents sur la disparitions de nombreux jeunes ouïgours (voir aussi l’extraction forcée d’organes à partir des années 90 voir les articles / livre de Ethan Gutmann sur ce sujet) ben je peux aussi imaginer qu’un gouvernement quel qu’il soit (mais encore plus un régime comme celui du PCC) puisse pousser des jeunes vers l’extrémisme et avoir même intérêt à cela. Moi je veux bien qu’il y ait des ouïgours qui fassent le djihad en Syrie et qu’il y ait des attaques dans le Xinjiang, mais ma réaction en 2015/2016 est plutôt de ne pas être du tout surpris, je suis plutôt surpris que ça n’ai pas pris bien plus d’ampleur.

    Donc multipliez les sources, vous pouvez lire un autre prix Pulitzer, comme Ian Johnson (qui a vécu de nombreuses années en Chine, a gagné le Pulitzer pour une série d’articles sur le Falun Gong et a écrit un livre sur l’Islam, « Une mosquée à Munich » où il explique comment les frères musulmans se sont implantés en occident à la faveur de la guerre froide). Je pense qu’il connait son sujet (la Chine / l’Islam), or il est plutôt du côté d’Ilham Tohti et explique que le PCC ne veut pas de « modérés » dans le Xinjiang…


  32. bourdeaux Le 02 janvier 2016 à 10h40
    Afficher/Masquer

    “La France rappelle l’importance que les journalistes puissent …” On appréciera au passage la belle faute de syntaxe. Le plumitif du ministère aurait été mieux inspiré d’écrire : La France rappelle l’importance qu’il y a à ce que les journalistes puissent…, ou bien : La France rappelle qu’elle juge important que les journalistes puissent…


Charte de modérations des commentaires