Le secteur automobile est historiquement un des piliers de l’économie américaine. Observons son évolution depuis les années 1930 :

Ventes d'automobiles aux États-Unis

On remarque tout d’abord les pics des ventes en 1973 et 1986, avec 11,4 millions de voitures vendues. Le pays étant équipé (et même suréquipé), on observe une stagnation des ventes annuelles autour de 8 millions durant les 15 années qui ont suivi, avant l’écroulement lié à la Crise.

On note également l’écroulement de la part de marché des constructeurs américains depuis les années 1980, passée de 95 % à 45 %, au bénéfice des constructeurs japonais. Soulignons toutefois que ces derniers produisent la majorité des automobiles aux États-Unis.

Ventes d'automobiles aux États-Unis

On note toutefois le fort recul de la production sur le territoire américain, passée de près de 80 % à 40 % en à peine une quinzaine d’années… On comprend ainsi que le gouvernement ait volé à la rescousse des constructeurs américains qui ont failli disparaître en 2009.

La chute des ventes globales est particulièrement remarquable quand on sait que la population américaine croit fortement, d’environ 3 millions d’habitants par an. Il est donc intéressant de ramener ces chiffres à un nombre de ventes mensuelles pour 1 000 habitants :

Ventes d'automobiles aux USA

On observe la forte chute des ventes d’automobiles, passées de 50 pour 1 000 habitants à 20 pour 1 000, en une trentaine d’années !

A contrario, on observe une nette croissance des ventes de camions légers (qui complètent les automobiles pour arriver à la notion américaine de “véhicules légers” ; ce sont des camions de moins de 1 800 kg, incluant les vans et pickups).

La chute liée à la crise de 2008 est impressionante, encore plus forte que celle survenue durant la crise de 1978 ; il avait alors fallu près de huit années pour retrouver le niveau d’avant la crise…

Ventes d'automobiles aux États-Unis

Ventes d'automobiles aux États-Unis

On voit bien la forte chute liée à la crise, le sursaut lié à une prime gouvernementale, et la lente remontée depuis fin 2009. Les ventes restent toutefois 20 % inférieures à leur niveau d’avant crise.

Les commentaires sont fermés.

Charte de modérations des commentaires