Je vous avoue que c’est le genre d’information qui remotive – on se sent moins seul…

Mentions spéciale à nos médias pour la non-reprise de cette information.

Le communiqué du centre Simon Wiesenthal du 12/04/2015

Le centre Simon Wiesenthal condamne fermement les décisions prises par le parlement ukrainien d’assimiler le Nazisme et le Communisme et de reconnaître les collaborateurs nazis locaux comme des « combattants de la liberté »

12 avril 2015 (Source)

Jérusalem – Le centre Simon Wiesenthal a durement critiqué ce jour les deux décisions prises la semaine dernière par le Parlement ukrainien (Verkhova Rada) d’assimiler les crimes du Nazisme et du Communisme en interdisant les deux régimes et de reconnaître les collaborateurs nazis locaux comme des « combattants de la liberté », leur permettant ainsi de bénéficier d’avantages particuliers.

Dans une déclaration réalisée ce jour par son Directeur pour l’Europe orientale, l’historien de l’Holocauste Efraim Zuroff, le Centre a qualifié ces décisions de distorsion scandaleuse de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et de l’Holocauste.

Selon Zuroff :

« Le vote d’une interdiction du nazisme et du communisme consiste à mettre à égalité le régime le plus génocidaire de l’histoire humaine avec le régime qui a libéré Auschwitz et contribué à mettre fin au règne de la terreur du Troisième Reich.

Dans le même esprit, la décision d’honorer les collaborateurs nazis locaux et de les gratifier d’aides spéciales transforme les hommes de main d’Hitler en héros, en dépit de leur participation active et zélée au meurtre de masse de Juifs innocents.

Ces tentatives de réécrire l’Histoire, qui sont répandues à travers les pays anciennement communistes d’Europe de l’Est, ne pourront jamais effacer les crimes commis par les collaborateurs nazis de ces pays, et ne font que prouver qu’ils ne disposent clairement pas des valeurs occidentales qu’ils prétendent avoir adoptées lors de leur transition vers la démocratie. »

Pour plus d’information : Dr. Efraim Zuroff 972.50.721.4156 Twitter: @EZuroff, rejoignez le Centre sur Facebook, www.facebook.com/simonwiesenthalcenter, ou suivez @simonwiesenthal pour des mises à jour envoyées directement sur votre compte Twitter.

Le Centre Simon Wiesenthal est une des plus vastes organisations juives internationales de défense des Droits de l’Homme avec plus 400 000 familles membres aux États-Unis. C’est une ONG reconnue par des agences telles que les Nations Unies, l’UNESCO, l’OSCE, l’OEA, le Conseil de l’Europe et le Latin American Parliament (Parlatino).

Traduction : Les-Crises.fr

La référence

Je vous renvoie à l’étude de ces collaborateurs ukrainiens réalisée sur le blog l’été 2014 :

http://www.les-crises.fr/le-sort-des-juifs-en-galicie-1/

https://www.les-crises.fr/le-sort-des-juifs-en-galicie-2/

https://www.les-crises.fr/u3-6-l-upa-en-action-et-les-massacres-de-la-volhynie/

En mai 1941, lors d’une réunion à Cracovie la direction de l’OUN-B (l’organisation des nationalistes ukrainiens) indiqua que « Les Juifs en URSS constituent le soutien le plus fidèle du régime bolchevique, et l’avant-garde de l’impérialisme moscovite en Ukraine. Le gouvernement moscovito-bolchévique exploite les sentiments anti-juifs des masses ukrainiennes pour détourner leur attention de la véritable cause de leur malheur et de les canaliser dans un moment de frustration dans les pogroms contre les Juifs. L’OUN combats les Juifs en tant que pilier du régime moscovito-bolchévique et, simultanément, il rend les masses conscientes du fait que l’ennemi principal est Moscou. »

Lors de cette réunion, l’OUN a adopté le programme « Lutte et l’action de l’OUN pendant la guerre » qui décrit le plan d’action lors du début de l’invasion nazie de l’URSS. Dans la section G de ce document – « Directives pour les premiers jours de l’organisation du nouvel État ukrainien », est dressée la liste des activités à mener durant l’été 1941. Dans le paragraphe « Politique envers les minorités » l’OUN-B ordonne :

« Les Moscovites, les Polonais et les Juifs nous sont hostiles et doivent être exterminés dans cette lutte, en en particulier ceux qui résisteraient à notre régime : il faut les reconduire dans leurs terres, surtout : détruire leur intelligentsia qui pourrait être dans des positions de pouvoir. […] Les soi-disant paysans polonais doivent être assimilés, et il faut détruire leurs leaders. […] Les Juifs doivent être isolés, relevés de leurs fonctions gouvernementales pour empêcher le sabotage, et ceux qui sont jugés nécessaires ne pourront travailler qu’avec un surveillant. […]L’assimilation des Juifs n’est pas possible. »

Le 25 juin 1941, Stetsko – le futur « chef de l’État », donc -, dans un rapport à Bandera, écrivait déjà :

«Nous créons une milice qui aidera à éliminer les Juifs et à protéger la population. ».

Déclaration de I. Stetsko, nationaliste ukrainien désigné comme président de l’éphémère “Ukraine libérée” en juillet 1941 :

« Bien que je considère que c’est Moscou, qui en fait tient l’Ukraine en captivité, et non pas les Juifs, comme l’ennemi principal et décisif, je considère tout de même pleinement le rôle indéniablement nuisible et hostile des Juifs, qui aident Moscou à asservir Ukraine. Je soutiens donc la destruction des Juifs et la pertinence de l’apport des méthodes allemandes d’extermination des Juifs en Ukraine, plutôt que de tenter de les assimiler. » (aout 1941…)

À droite, un nouveau “héros” ukrainien en 1941…

Un ghetto de 120 000 Juifs est créé à Lviv fin 1941. Il sera entièrement liquidé en deux ans dans le camp d’extermination de Belzec. Au retour des Soviétiques en juillet 1944, il ne restait environ que 800 Juifs survivants – dont le célèbre chasseur de nazis Simon Wiesenthal – donc on comprend la vigilance du centre en Ukraine…

Simon Wiesenthal

La nouvelle loi 2558

Vous notez que notre presse n’a pas repris l’information sur la loi 2558, votée par 254 députés sur 450, à l’initiative du député Youri Choukhevytch, fils du chef de l’UPA Roman Choukhevytch (qui avait déjà organisé plusieurs assassinats politiques avant la guerre, comme celui du ministre de l’Intérieur polonais, Bronisław Pieracki).

En revanche, la presse israélienne l’a fait, comme le Jerusalem Post ici

On apprend ici et ici (merci la BBC) que :

  • il sera désormais interdit de nier le caractère criminel du nazisme et du communisme
  • sera interdit toute propagande et tout symbole de ces régimes (dont drapeau rouge, faucille et marteau, toute statue ou plaque en la mémoire des dirigeants soviétiques, tout nom de ville en référence à l’URSS et ses dirigeants etc.).
  • les combattants de l’OUN et l’UPA obtiennent le statut d’ancien combattant.

Vous aurez compris que la condamnation du nazisme, si elle est toujours bonne à prendre, est le paravent de l’objectif réel de l’interdiction du communisme. J’attends de voir comment ils vont faire pour appliquer cette loi dans les bataillons armés fascistes…

Bref, une loi de “réconciliation nationale” qui va ne pas vraiment souder le pays !

politique ukraine

Vous lirez ici les exploits de l’UPA, tel (ici sur Wikipédia) le massacre de 60 000 civils Polonais en 1943

Victimes polonaises de l’UPA à Lipniki

Victimes polonaises de l’UPA

Donc pour finir, merci au nouveau parlement “pro-occidental” (élu en octobre 2014 pour mémoire, sous les vivas de notre presse) !

Et on finit par Libération :

et :

RIP Ukraine…

57 réponses à [IMPORTANT] Le centre Simon Wiesenthal condamne fermement les décisions prises par le parlement ukrainien d’assimiler le Nazisme et le Communisme et de reconnaître les collaborateurs nazis locaux comme des « combattants de la liberté »

  1. Renaud 2 Le 17 avril 2015 à 13h59
    Afficher/Masquer

    Voici un lien vers la traduction d’un article du fameux John Pilger : http://www.legrandsoir.info/la-renaissance-du-fascisme-sous-une-forme-moderne.html.
    On assiste effectivement à une renaissance du fascisme, mais qui s’inscrit dans la continuité des actions menées précédemment contre le Chili, l’Afghanistan (qui a connu la fin du féodalisme, la liberté d’opinion religieuse et des droits équivalents hommes-femmes en 78), la Yougoslavie, l’Irak, la Lybie, etc.
    On comprend la sympathie de Washington pour le gouvernement ukrainien. Ce dernier compare les Russes à des doryphores, tandis que leur machine enregistrant les victimes des drones sur l’ordre d’Obama s’appelle Bugsplat (bug : insecte, splat : onomatopée correspondant à… taper splat dans votre moteur de recherche “Images” vous comprendrez…).

    “Selon le New York Times, Obama fait sa sélection à partir d’une liste des personnes à tuer que la CIA lui présente chaque mardi dans la Situation Room de la Maison Blanche. Il décide alors, sans la moindre justification légale, qui vivra et qui mourra. Son arme de bourreau est le missile Hellfire [les feux de l’enfer, NdT] emporté par un avion sans pilote connu sous le nom de drone. Ces missiles rôtissent leurs victimes et laissent la région parsemée de cadavres calcinés. Chaque frappe est enregistrée sur une console très éloignée du point d’impact, console nommée Bugsplat.”


    • Charles Michael Le 17 avril 2015 à 15h03
      Afficher/Masquer

      Je pense qu’ écrasseur de cafards traduirait bien l’ “esprit” bugsplat.

      ça encourage, y’a pas à dire, d’avoir le Nobel de la Paix.


    • dupontg Le 17 avril 2015 à 22h37
      Afficher/Masquer

      Zeus avait la foudre à sa disposition….
      le chef d’une nation aussi exceptionnelle que les US se devait d’avoir un equivalent


  2. antoniob Le 17 avril 2015 à 14h42
    Afficher/Masquer

    il était temps qu’un organisme tel le Centre Wiesenthal se manifeste un peu.
    Néanmoins le silence médiatique des universitaires spécialistes de la période, de même que l’absence de protestations officielles (ou alors non échotées?) de connaisseurs de l’histoire post-soviétique de l’ultra-nationalisme galicien et néo-nazisme, tel l’Institut Hannah Arendt, superviseur d’un ouvrage référence sur ce thème, est inquiétant.
    Aussi, et je n’ai pas les liens sous la main, c’est parmi des travaux des institutions européennes elles-mêmes, sur l’évolution des paysages politiques en Europe centrale et orientale dans la foulée de la fin des régimes communistes, qu’on trouve des rapports et mises en garde sur la vague ultra-nationaliste, en Ukraine surtout.
    Il est possible de monter sans trop de travail des sites pointant sur des documents “en béton” mettant en évidence comment la Commission Européenne et la plupart des gouvernements prennent leurs électeurs pour des idiots et manipulent sans aucune honte, conscience, éthique, l’Histoire. De la part de l’Allemagne j’appelles cela un élement du Drang nach Osten 2.0.


  3. V_Parlier Le 17 avril 2015 à 14h46
    Afficher/Masquer

    Et même quel contraste avec le suivisme US du gouvernement israélien (qui ne saisit même pas cette occasion de se racheter facilement, c’est dire…).


  4. Johan Le 17 avril 2015 à 16h01
    Afficher/Masquer

    Vous aurez compris que la condamnation du nazisme, si elle est toujours bonne à prendre, est le paravent de l’objectif réel de l’interdiction du communisme. ”

    C’est une thèse intéressante, mais sans arguments elle n’est qu’opinion.


    • eskape Le 17 avril 2015 à 23h56
      Afficher/Masquer

      surtout que, en même temps, on glorifie ces mêmes nazis. c’est aussi un argument évident, non. mais le plus évident est de suivre simplement toute l’évolution de l’ukraine depuis un an, bien sûr pas à travers du prisme médias mainstream, mais simplement en utilisant ses connaissances de l’histoire et son bagage culturel. si on en a, évidemment…


  5. Quentin Le 17 avril 2015 à 16h17
    Afficher/Masquer
  6. Arnold99 Le 17 avril 2015 à 16h22
    Afficher/Masquer

    On ne peut que louer une telle déclaration.

    Visiblement, pour ces personnes, les archives et l’histoire servent encore à éclairer le présent.

    Comment ne pas voir dans les développements de l’Ukraine une corrélation avec ceux de l’Allemagne des années 30 soutenus par des affairistes et ignorés par les élites européennes.

    Maintenant, reste le problème initial, celui de faire rentrer dans le tube le dentifrice sorti par les cowboys..

    Ce sera le peuple ukrainien qui subira les conséquences des dogmes venant d’outre atlantique qui, une fois le bazar bien installé, regarderont le spectacle en mangeant des popcorns. C’est une habitude de longue date.

    Mis à part mettre réellement la main sur le contrôle des aides extérieures fournies à ce pays, nous allons nourrir une bête qui se retournera contre la main qui l’a nourrie.

    Comme l’océan est vaste, cet axe de résolution de crise n’intéressera jamais les USA qui préfèreront continuer à jeter de l’huile sur le feu pour empêcher une action conjointe des Européens.


    • Chris Le 17 avril 2015 à 16h45
      Afficher/Masquer

      N’oubliez pas qu’à l’instar des Pays Baltes et ceux de l’Ex-Yougoslavie, l’Ukraine est un marché à prendre pour l’Allemagne toute proche !


  7. ulule Le 17 avril 2015 à 16h39
    Afficher/Masquer

    Un article intéressant de Johannes Stern : “Comment la résurgence du militarisme allemand a-t-elle été préparée?” (19 mai 201) http://www.wsws.org/fr/articles/2014/mai2014/alle-m19.shtml

    – « projet chapeauté par le Stiftung Wissenschaft und Politik (SWP, Institut allemand pour les affaires internationales) partiellement financé par l’État allemand et le laboratoire d’idées installé à Washington, le German Marshall Fund (GMF)

    – « À la conclusion des consultations à l’automne dernier, un document (http://www.swp-berlin.org/fileadmin/contents/products/projekt_papiere/GermanForeignSecurityPolicy_SWP_GMF_2013.pdf) a paru sous le titre «Nouveau pouvoir, nouvelle responsabilité: Éléments d’une politique étrangère et de sécurité allemande pour un monde en évolution»

    – « Steinmeier a fait défiler une liste de pays considérés comme faisant partie de la sphère d’influence de l’impérialisme allemand. Il a déclaré: «La Syrie, l’Ukraine, l’Iran, l’Irak, la Libye, le Mali, la République centrafricaine, le Soudan du Sud, l’Afghanistan, les tensions en Asie de l’Est – voilà une liste incomplète des poudrières de l’année à venir.

    ==> « Il est remarquable que le professeur de droit Georg Nolte ait représenté l’Université Humboldt dans ces discussions. Il est le fils de l’historien Ernst Nolte, qui avait provoqué la «dispute des historiens» en 1986 en minimisant les crimes des nazis.
    Le regain du militarisme allemand nécessite de réécrire l’histoire du vingtième siècle et de banaliser les crimes de l’impérialisme allemand durant les deux guerres mondiales. L’Université Humboldt se spécialise dans cette tâche depuis déjà un certain temps. Le directeur du département d’Histoire de l’Europe de l’Est, Jörg Baberowski, s’est consacré à la réhabilitation d’Ernst Nolte. Der Spiegel l’a récemment cité disant, «Nolte a subi une injustice. Il avait raison sur l’histoire.»


    • LBSSO Le 17 avril 2015 à 22h49
      Afficher/Masquer

      correction d’une de mes phrases:

      Nolt a expliqué que les nazis avaient commis « des crimes atroces auxquels nul autre ne peut être comparé dans l’histoire du monde ».


  8. Louve Bleue Le 17 avril 2015 à 16h55
    Afficher/Masquer

    Je vous fait part d’un rêve bizarre fait pendant ma sieste, juste avant de découvrir cet article (je précise n’avoir bu aucune goutte d’alcool depuis plusieurs jours, vinaigre dans la salade excepté ! ) . Il y avait un insecte genre cafard noir. “on” tentait de l’ écraser mais il s’est multiplié plutôt quant on croyait avoir réussi et ils se dispersaient à la vitesse grand V . Et puis ils se sont diversifiés en taille, aspect et couleurs pour devenir des insectes comme des papillons, des hannetons, des scarabées … Et maintenant je lis ça ! Un prix Nobel qui se comporte comme un écraseur de” cafards” sans savoir que ces “cafards” sont en fin de compte l’avenir du monde ? Je vous laisse vous faire votre propre interprétation. La révolution de couleurs qui va saper le pouvoir nord-américain ?


    • ig Le 17 avril 2015 à 19h04
      Afficher/Masquer

      “Ils nous ont enterrés,ils ne savaient pas que nous étions des graines”


  9. arthur78 Le 17 avril 2015 à 17h15
    Afficher/Masquer

    Stepan Bandera, l’Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN) et l’Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA) n’étaient pas des nazis mais des nationalistes, c’est pas moi qui le dit c’est Boris Sokolov sur le site de BHL

    http://laregledujeu.org/le-maidan-lettres-de-kiev/2014/04/15/bandera-hitler-et-poutine/

    Tout le monde sait que BHL dit que des conneries, mais il y a quand même des limites …


    • arthur78 Le 17 avril 2015 à 17h18
      Afficher/Masquer

      d’ailleurs c’est pas pour rien que l’UE a emis une resolution à ce sujet en 2010, il serait peut être temps que le gouvernement francais se positionne sur Bandera …

      http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+TA+P7-TA-2010-0035+0+DOC+XML+V0//EN

      20. Deeply deplores the decision by the outgoing President of Ukraine, Viktor Yushchenko, posthumously to award Stepan Bandera, a leader of the Organisation of Ukrainian Nationalists (OUN) which collaborated with Nazi Germany, the title of ‘National Hero of Ukraine’; hopes, in this regard, that the new Ukrainian leadership will reconsider such decisions and will maintain its commitment to European values;


    • KB Le 17 avril 2015 à 19h27
      Afficher/Masquer

      Le pire est que cela est écrit dans les manuels / livres d’histoire scolaires (!!!) : les combattants UPA luttaient contre le communisme et pour la libération de l’ukraine. Rien que ça !
      D’ailleurs dans cette perspective le meurtre de Oles Bouzina est terrible car il s’apprêtait à écrire “le livre général d’histoire de l’ukraine” et vous pouvez mesurer l’intelligence du bonhomme en visionnant son video ( lien dans le post précédent ). Car Oles Bouzina était un écrivain, publiciste et poète. Il était un véritable Ukrainien. L’amour qu’il portait pour l’Ukraine est égal à celui qu’un enfant porte pour sa mère, même si elle est toxico et alcoolique. Quand l’Ukraine tue ses enfants tels Oles Bouzina, elle se tue elle-même.


      • V_Parlier Le 18 avril 2015 à 00h03
        Afficher/Masquer

        Oles Bouzina, décrit avec mépris par RFI comme “fils d’un ex lieutenant de KGB” (parce-que c’est son “activité” principale ou parce-que finalement on peut le tuer?), fait partie de la longue liste noire de Guerashchenko. C’est de plus en plus incroyable mais ils ne reculent devant rien: http://www.youtube.com/watch?v=u897rwZQCUc . Intéressant aussi, la réaction d’Anatoli Shariy: http://www.youtube.com/watch?v=xruzv_4DGjE .


  10. Yvon Thoraval Le 17 avril 2015 à 17h50
    Afficher/Masquer

    Commentaire sur le “share facebook” :
    sur mon ordi (macbook pro) le widget facebook apparaît en bas de la fenêtre, cf screenshot :

    si bien qu’il est impossible de valider pour publier, c’est dommage …

    même chose sur un autre ordi ssous linux avec écran de 1280×800 pixels^2;


  11. pyrrhogaster Le 17 avril 2015 à 17h57
    Afficher/Masquer

    Phrase tronquée dans mon commentaire précédent :
    “qui le rend parfaitement comparable, sous cet horrible aspect, à son ennemi nazi”


    • Charles Michael Le 17 avril 2015 à 20h47
      Afficher/Masquer

      Pas d’accord, je sais que c’est un thème à la mode, sur le comptage des victimes.

      la différence et elle est essentielle est dans le propos, le pourquoi de ces crimes, les bases idéologiques du nazisme sont strictement dominatrices, inégalitaires, racistes, bellicistes, esclavagistes
      celles du communisme version Lenine-Staline sont (en théorie) humanistes, égalitaires, promettant justice sociale, liberté et universalisme.

      que ça ait dévié en dictature (monstrueuse) et nomenclatura était sans doute fatal mais n’était pas inscrit dans le programme.

      je ne suis pas trop marxiste, pas statiste non plus, l’Etat me fait peur et rien de la Charlie Parade ne me plait ni ne me rassure.


    • nouche Le 18 avril 2015 à 01h14
      Afficher/Masquer

      tu peux comparer Hitler et Staline

      tu ne peux pas comparer le nazisme, et le communisme.

      regarde cuba, pays communiste, qui a connu l’un des plus longs embargo, et qui pourtant donne les meilleurs medecins au monde.


  12. pucciarelli Le 17 avril 2015 à 18h13
    Afficher/Masquer

    J’attends avec curiosité la réaction de BHL, dont le profil devient franchement “craignos”. Quelle bêtise! Cordialement.


  13. nouche Le 17 avril 2015 à 18h19
    Afficher/Masquer

    si on ne devait que s’en tenir aux nombres de morts, alors il faudrait aussi interdire le capitalisme, la democratie, qui eux aussi ont fait des guerres avec des millions de mort.

    on ne peut pas comparer le nazisme, qui appelait a l’extermination massive de “races” avec d’autres ideologies.


    • eskape Le 18 avril 2015 à 00h26
      Afficher/Masquer

      exact ! surtout (voir un article dans les-crises.fr) qu’on peut mentionner aussi les 4 à 8 millions de morts !!!, en une vingtaine d’années, et même pas dans une guerre mondiale ou au moins “equitable”, qui constitue ainsi un pur massacre gratuit, et silencieux (tout le monde s’en fout) et ignoble (bah, pourquoi decompter des morts sans valeur) en Irak-Afghanistan-pakistan (et encore, la lybie n’est pas encore “decomptee”) alors, sur quel compte comptabiliser ce crime caractérisé contre l’humanite ? la democratie ? le combat pour la liberté ? les valeurs occidentales ? alors, continuons à” comparer”, tant qu’il y a matière à comparer, et à compter pour les autres, ca nous évitera toujours à réfléchir à nos propres responsabilités, et nous confondre dans notre supériorité de donneurs de leçons.


    • nouche Le 18 avril 2015 à 01h12
      Afficher/Masquer

      je fais une correction :

      j’ai parle du nazisme au passe, mais helas avec l’Ukraine, que ce soit via le bataillon Azov ouvertement neonazi, ou meme leur premier ministre qui parle de “sous hommes”, il faut encore parler au present.


  14. RB83 Le 17 avril 2015 à 18h26
    Afficher/Masquer

    Je suis toujours surpris de la mansuétude dont jouit le communisme. Le nazisme pronait un racisme de races tandis que le communisme pronait un racisme de classes sociales. Même s’il est vrai que l’URSS a largement contribué à vaincre le nazisme, l’ennemi de mon ennemi ne devient pas nécessairement mon ami et ça ne le rend pas plus acceptable.
    Il me semble qu’il faut juger les arbres à leurs fruits. Le nazisme a tué des millions de personnes au nom d’une idéologie raciste, le communisme en a également tué des millions, et sans doute même plus, également au nom d’une idéologie pronant une autre forme de racisme.


    • Subotai Le 17 avril 2015 à 19h34
      Afficher/Masquer

      On refait un petit tour dans ses Humanités et on revient avec des arguments et un raisonnement..? Mmm?


    • Alae Le 17 avril 2015 à 21h01
      Afficher/Masquer

      Un “racisme de classes sociales” ?
      WTF?


    • Médiacrate Le 17 avril 2015 à 22h31
      Afficher/Masquer

      faux mauvaise interprétation le communisme n’a pas voulu privilégié la bourgeoisie c’est vrai, mais
      a voulu créer une nouvelle mentalité ou tous le monde avait les mêmes chances d’accomplir son destin. il est vrai que l’homme étant l’homme cette ambition d’un homme nouveau altruiste débarrassé de la lutte des classes ne pouvait que mal se terminer.


    • eskape Le 18 avril 2015 à 00h44
      Afficher/Masquer

      mansuétude, quelle mansuétude ? il n’existe plus, le communisme (dans sa forme soviétique, on est bien d’accord que c’est de celui-là qu’on parle, non ?) . il s’est sabordé, et de manière pacifique, tout à son honneur, malgré ses horreurs passées. et ca fait belle lurette qu’il ne tue plus. a la différence du nazisme, qui a commencé à tuer (sous d’autres formes et expressions- colonialisme, esclavagisme, capitalisme) bien avant le communisme, et compte continuer allégrement à le faire. alors, RB83, vous êtes bien la preuve que ce n’est pas le communisme qui bénéficie de mansuétude dans cette affaire.


    • Tonton Poupou Le 18 avril 2015 à 12h02
      Afficher/Masquer

      RB83
      Puisque certains esprit simples vont puiser dans un livre de propagande les justifications de leur vision politique, à propos du communisme, comparé stupidement au nazisme, alors, abaissons nous à leur niveau, pour mieux les confondre, et examinons brièvement les crimes du capitalisme.
      Par manque de temps et d’espace, je m’abstiendrais de citer tous les crimes de tous les pays capitalistes du XIXe et XX siècle, je citerai juste brièvement, l’ensemble des guerres coloniales et de décolonisation de cette période, la première guerre mondiale, la seconde guerre mondiale – Hitler étant une pure créature du Grand Capital international, instrumentalisé contre le communisme – les 100 000 communistes grecs tués après 1945, les deux millions de communistes indonésiens assassinés dans les années soixante, les trois ou quatre (personne encore aujourd’hui ne connaît le nombre exact) millions de vietnamiens mort durant le guerre entre 1960 et 1975, les milliers de communiste irakiens exécutés par Saddam Hussein (avec bénédiction américaine), les dizaines de milliers de victimes communistes des dictatures sud américaines (avec bénédiction américaine) etc, etc … on pourrait ainsi longtemps continuer !
      Mais pour rester franco français, et en ne développant pas les détails du massacre des révolutionnaires de 1848 (quinze mille) et de la Commune de Paris (trente mille) par la droite française, je me focaliserai juste sur la dernière moitié du XXe siècle :
      La répression de Sétif (1945) : quarante cinq mille morts.
      Madagascar (1947) : Quatre vingt mille victimes.
      Indochine : (1946 – 1954) : deux millions de morts.
      Algérie : (1954 – 1962) : un million de morts.
      Etc …
      Si l’on rapporte, le nombre de ses victimes à celui de sa population, la France se place dans le peloton de tête des pays massacreurs de la seconde partie du XXe siècle. Je rappel que le code pénal français caractérise le crime contre l’humanité comme suit : « pratique massive et systématique d’exécutions sommaires, d’enlèvements de personnes suivis de leurs disparitions, de la torture ou d’actes inhumains (…) »
      A cette époque la seule organisation d’importance à lutter contre cet enchainement de violence fut le Parti Communiste Français dans une solitude presque absolue. En face, ce passé là passe très aisément !
      Quant au « Livre noir du capitalisme » il s’écrit tous les jours sous nos yeux. Et si chaque système doit se juger à l’aune du nombre de ses victimes innocentes, de quel poids pèserons les dizaines de milliers d’enfants qui, selon l’UNICEF, meurent chaque jour de malnutrition dans le monde.
      Le malheur des hommes mérite mieux qu’un livre tapageur. L’espérance d’y remédier exige d’avantage qu’une opération de propagande.


      • Pierre Le 18 avril 2015 à 16h07
        Afficher/Masquer

        J’ajoute, sans être royaliste !!!, que les “noyés de Nantes” me restent aussi en travers de la gorge , avec les autres “guillotinés” vite fait bien fait ! Sans parler des destructions nombreuses des biens et patrimoines de 1789 à 1793 , qui auraient pu être au moins conservés pour toute la Nation, alors en matière de Révolution, les Français peuvent aussi faire profil bas. (humour et désespérance !! ??)


  15. Jean Louis Le 17 avril 2015 à 18h26
    Afficher/Masquer

    « Le vote d’une interdiction du nazisme et du communisme consiste à mettre à égalité le régime le plus génocidaire de l’histoire humaine avec le régime qui a libéré Auschwitz et contribué à mettre fin au règne de la terreur du Troisième Reich.”

    Pas tout à fait vrai. Le génocide ukrainien l’Holodomor reste à jamais graver dans la mémoire du peuple d’Ukraine d’où certainement une animosité anti-russe. Certes les soviétiques ont libéré les camps et détruit le nazisme mais les communistes ne sont pas rose pour autant. Il y a eu plus de génocide chez les communistes que chez les nazis et ce dès 1917 avec les chrétiens orthodoxes.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Holodomor


    • Wilmotte Karim Le 17 avril 2015 à 18h51
      Afficher/Masquer

      Il n’y a pas eu de génocide ukrainien.
      Il y a eu une famine qui a touché une vaste partie de l’URSS, en ce compris bien loin de l’Ukraine.

      Quand aux régions les plus hostiles aux Russes, elles n’ont pas pu vivre l’Holodomor, puisqu’elles n’étaient pas soviétiques à cette époque.


    • Boubanka46 Le 17 avril 2015 à 20h38
      Afficher/Masquer

      La notion d’holodomor est de mon point de vue contestable. J’avais appris au millénaire précèdent que les communistes et en particulier Stanile avaient réprimé, affamé, “décimé” le monde paysan incompris, méprisé et craint par eux. La chasse au koulak enseigné de nos jour au collège à mon fils perpétue l’enseignement de cette version de l’histoire.
      Une recherche simple sur internet montre que dans toutes les républiques soviétiques, les paysans ont souffert. Certe les ukrainiens ont été les plus touchés en nombre mais en proportion se sont les kazakhs qui ont le plus soufferts. Quant aux russes, les cosaques du sud ont été aussi très durement touchés.
      L’holodomor me parait une récupération de cette tragédie à des fins nationalistes car l’holodomor présente ces crimes soviétiques staniliens comme un génocide des ukrainiens par les russes. Ce mensonge revient à traiter de génocidaire les paysans cosaques russes eux meme victime du meme massacre.
      J’ai découvert l’holodomor dans une rediffusion d’une interview d’un spécialiste de l’ukraine cette été. Il expliquait l’utilisation politique de cet évènement. Par exemple, Il faisait remarquer que les commémoration de l’holodomor étaient très importantes dans l’ouest de l’ukraine qui n’avait pas souffert des massacres car ce territoire faisait partie de la Pologne à cette époque. En revanche l’est de l’ukraine russophone qui fut très touché pas l’holodomor celébre peu ou pas l’événement.


      • Pierre Le 17 avril 2015 à 20h55
        Afficher/Masquer

        Il y a bien un documentaire russe (hélàs !!??) mais quand même contradictoire qui prouve que l’épisode “Golodomor” a autant touché les régions de la Russie du Sud . La famine a même duré plus longtemps qu’en Ukraine, parce que les autorités soviétiques ont plus rapidement réagi pour cesser la “collectivisation forcée” en Ukraine. Ils ont même d’urgence transféré beaucoup de matériels agricoles de la Russie du Sud vers l’Ukraine -au pire moment pour sauver le blé ukrainien. Le documentaire a une ligne rédactionnelle – celle de montrer que les dirigeants bolcheviks ukrainiens ont toujours fait du “zèle” auprès de Staline et en même temps certains, comme Kossior, ont favorisé “l’ukrainisation” de la République, en s’appuyant sur la dénonciation de l’esprit “Grand Russien” faite par le grand Lénine. Conclusion : l’histoire que s’est compliquée !!!


  16. philbrasov Le 17 avril 2015 à 18h33
    Afficher/Masquer

    a la radio aujourd’hui et pas encore dans les médias français..
    encore un journaliste ukrainien tue ce jour, pour avoir enquêté apparemment sur des affaires de défrichage sauvage de forets…
    on en saura plus demain ..OU jamais…


  17. Boubanka46 Le 17 avril 2015 à 18h45
    Afficher/Masquer

    Bravo, BHL et tous les pro “maidan” béats pour ne par dire hystériques devraient se remettre en question. Ils ne vont quand meme pas oser dire que les membres du centre Simon Wiesenthal sont des trolls russes ou des nostalgiques de l’union soviétique, ou encore des anti-européen lepenistes néo-nazis adorateurs de poutine, l’hitler du troisième milinaire


  18. SwallowGood Le 17 avril 2015 à 18h57
    Afficher/Masquer

    Oui, condamnation. C’est bien. Mais il y a une autre version de cette affaire:
    http://www.lesnouvellesdufutur.fr/les-nouvelles-du-futur-billets/p4.html
    Condamnation ou pas, ce sont des dingos qui nous dirigent : ils veulent la guerre.
    Et aujourd’hui, on apprend que la France envoie en Pologne des chars Leclerc…
    Ils veulent la guerre, c’est l’évidence.

    Olivier, il faudrait que vous lanciez une pétition “Non à la Guerre en Europe de l’Est” (et tout ce qui va en ce sens) ; vous verrez qu’il y aura des centaines de milliers de personnes pour la signer ; assez pour faire réfléchir les fous qui nous dirigent.


  19. philbrasov Le 17 avril 2015 à 20h17
    Afficher/Masquer

    je confirme que le département d;etat US a considéré cette “mission” QUE de qq semaines,,,, et prévoit d’armer cette garde nationale d’arme “NON LÉTALES”….
    on a vu comme cela a commence au Vietnam….
    imaginons un instant Poutine dire au monde.. “envoyons 300 parachutistes russes former les rebelles du donbass” et les armer d’armes NON LÉTALES.


  20. Charles Michael Le 17 avril 2015 à 20h37
    Afficher/Masquer

    Il y aurait de quoi, ça fait des années que l’Arabie Saoudite est le meilleur allié d’Israêl, probablement son seul et dernier.

    lire sur ce sujet dedefensa aujourd’hui, qui vous renvoie aussi à Robert Parry et l’excellent chroniqueur Indien (dont je ne veut pas écorcher le nom).


  21. Boubanka46 Le 17 avril 2015 à 21h27
    Afficher/Masquer

    Derrière le terme politiquement correct de “milices maidan” repris par nos media, se cachent surement les néonazis de svoboda et de secteur droit puisqu’ils assuraient le service d’ordre des révolutionnaires.
    Quant aux instructeurs, si on ajoutent les britanniques, les canadiens et maintenant les américains cela fait presque mille personnes. Je pense que ce sont plus des combattants. Les “instructeurs” anglo-saxons semble le pendant des “volontaires” russes en quelque sorte.


  22. wesson Le 17 avril 2015 à 23h18
    Afficher/Masquer

    l’AIPAC c’est comme le CRIF en France: Ce sont les représentants du Likoud Israélien.

    Israël étant lui-même un pays qui poursuit un projet colonial tel que cela se faisait au siècle passé.


  23. yanis Le 17 avril 2015 à 23h27
    Afficher/Masquer

    Le message de G Friedman ,

    Est clair et sans détour sur la volonté totalitariste des États-Unis ,

    Et sans aucune limite de moyens légaux et illégaux peu importe,

    Avec la même idéologie destructrice que les nazis d’autrefois ,

    Et cela dans une conférence aux yeux du monde entier ,

    Tel Hitler le faisait , Le centre Simon Wiesenthal , avant de faire

    L’amalgame des nazis avec les communistes , devrait faire un devoir de mémoire

    Pour les 28 MILLIONS DE MORTS soviétiques , qui nous ont délivrés des nazis,
    Certes cela n’excuse aucunement Staline de ce qu’il fit à son peuple.
    Mais nous avons une dette envers le peuple russe , quoi que nous en pensions
    Et à l’envers d’une propagande qui dure depuis 70 ans , et à laquelle DE GAULLE
    Ne s’est pas laissé prendre, en refusant , de célébrer le débarquement du
    6 JUIN 1945 .

    Ce même centre ne peut ignorer que porophore devient président appuyé par washington et Bruxelles , et sa garde nationale est composée par les bataillons néo-nazis , AZOV , l’AIDAR , et le DNIEPR , qui se distinguent dans les atrocités,
    Vérifiables sur vidéos, contre la population en Ukraine orientale.

    Le centre wiesenthal ne peut ignorer aussi , que la 173ème division aéroportée
    À envoyé plusieurs centaines d’instructeurs us , des britanniques et des instructeurs de l’otan , tout le monde sait que ces bataillons ont une véritable idéologie nazie , ayant les mêmes emblèmes que la division SS DAS REICH de l’Allemagne nazie.
    Alors pourquoi le centre simon wiesenthal , ne condamne t-il pas ,
    Les participants à la résurgence du nazisme : les États-Unis , la grande Bretagne ,
    L’OTAN , Bruxelles ?


  24. sa Le 17 avril 2015 à 23h58
    Afficher/Masquer

    Je ne m’attendais vraiment pas à trouver un commentaire autant en phase avec ma pensée sur ce site.. merci Fabien !


    • V_Parlier Le 18 avril 2015 à 00h15
      Afficher/Masquer

      Faites attention les gars… En ce moment Valls a la gachette facile et il doit avoir en stock une grosse provision de mauvaise foi ! Vous allez frôler le délit de droit commun, oups…


  25. LBSSO Le 18 avril 2015 à 02h08
    Afficher/Masquer

    Merci
    un autre post précédemment avait mis une partie du texte en ligne.
    Cette vidéo est une confirmation que la lutte entre la Russie et les USA via l’Ukraine est également une lutte géopolitique entre l’Allemagne et les américains.


  26. RGT Le 18 avril 2015 à 10h14
    Afficher/Masquer

    Cette remise en place est excellente et j’étais étonné de leur silence depuis le début des événements.

    Cette prise soudaine de conscience ne serait-elle pas “un peu liée” à la purge qui se produit actuellement en Ukraine ?

    Sincèrement, je pense que leur silence était grandement dû à la volonté du département d’état qui ne souhaitait pas que les “alliés” de Porochenko ne soient trop ostracisés.

    Désormais “le Grand Échiquier” n’a plus besoin des “défenseurs des valeurs occidentales” et la curée est lancée.
    Curée qui sera accompagnée d’une seconde “lustration” bien sûr, “spécialité locale” en Ukraine.

    Au fait, que va faire le centre Simon Wiesenthal concernant Kolomoky ?

    Je pense qu’ils sont vraiment très ennuyés en ce moment.

    Si ça se trouve on retrouvera cet “Opposant à Poutine” sauvagement assassiné devant les portes du Kremlin. Encore un coup tordu du FSB contre la Liberté d’Expression et les Valeurs Occidentales.


  27. Le centre Simon Wiesenthal condamne fermement les décisions prises par le parlement ukrainien de notamment reconnaître les collaborateurs nazis locaux comme des « combattants de la liberté » | Europe Israël news Le 18 avril 2015 à 14h18
    Afficher/Masquer

    […] (traduction) Imprimer, sauvegarder en PDF, envoyer à un […]


  28. Vassili Arkhipov Le 18 avril 2015 à 14h42
    Afficher/Masquer

    c’est vrai, rien de fantastique à voir cette réaction de la part de l’institut Wiesenthal. Il n’en reste pas moins qu’ils ont le mérite d’être plus cohérents, et honnêtes que dautres. Moi je n’ai pas beaucoup entendu le CRIF et autres organisations dénoncer la montée du nazisme en Ukraine. Quoi qu’on pense de ce genre d’institutions, celle ci a au moins le mérite ne ne pas se foutre de notre gueule…


  29. Goldoni Le 18 avril 2015 à 15h31
    Afficher/Masquer

    Poutine met en garde Israël qui s’apprête à livrer des armes létales à l’Ukraine. Interviennent en Ukraine des militaires U.S., canadiens, anglais…. Près d’un millier. Le SBU truffé de représentants du renseignement américain est dirigé par un agent ukrainien de la CIA. La communication du pouvoir -clivante- n’est pas faite au hasard et soutient la lustration : les multiples assassinats, les arrestations, les convocations devant les organismes punitifs, l’anticommunisme et les attaques anti-russes sont le quotidien. Un regime policier, type Pinochet, s’installe en Europe avec la bénédiction anglo-saxonne et le silence de l’Europe (confiée à la Pologne et aux pays Baltes).


Charte de modérations des commentaires