Bonjour, en tant que bon Français, je vous écris pour dénoncer mon voisin qui n’est pas Charlie…

Deux collégiens ont été convoqués devant la Cellule de citoyenneté et tranquillité publique

La Cellule de citoyenneté et tranquillité publique a reçu les deux collégiens et leurs parents dans une procédure de

La Cellule de citoyenneté et tranquillité publique a reçu les deux collégiens et leurs parents dans une procédure de “Rappel à l’ordre”

Vendredi après-midi s’est tenue, dans la salle d’honneur de l’hôtel de ville, une cérémonie au caractère très solennel : un rappel à l’ordre, organisé dans le cadre de la Cellule de citoyenneté et de tranquillité publique.

Deux collégiens, accompagnés de leurs parents, y étaient convoqués par le député-maire Bernard Reynès, qui les a reçus, entouré de l’adjoint chargé des affaires scolaires (Claude Labarde), de l’adjoint à la sécurité (Michel Lombardo), des chefs d’établissement des deux collèges de la ville, du chef de la police municipale (Max Chaumeil) et de la directrice du CCAS (Élisabeth Rousset).

Possible condamnation

Motif ? Ces deux jeunes, âgés de 12 et 13 ans et demi, n’ont pas respecté l’affiche “Je suis Charlie”, apposée dans leurs deux collèges, après les tragiques événements de ce début de mois, et ils n’ont pas marqué la minute de silence, tenant même des propos jugés inquiétants.

Si ce rendez-vous s’est déroulé à huis clos, l’élu, qui a agi en vertu des pouvoirs qui lui sont conférés par la loi, a expliqué, à l’issue, que cette procédure s’adressait autant aux enfants qu’à leurs familles. “Nous ne pouvons en effet pas considérer qu’un adolescent de cet âge-là est totalement responsable de ses propos et de ses agissements”. L’objectif était donc ausside sensibiliser leurs proches à leur responsabilité éducative.

Après le rappel des faits par les deux principaux et après avoir écouté les arguments des parents sur la conduite des deux adolescents, la responsable du CCAS leur a proposé un accompagnement éducatif.

“Nous avons voulu leur faire comprendre la gravité de leurs actes. Et leur donner l’occasion de se ressaisir. Cette procédure est un avertissement d’une grande fermeté mais c’est aussi une main tendue. Ce sont des faits que nous ne voulons absolument pas laisser passer”, explique aussi le premier magistrat de la commune. Il a également insisté sur le fait que cette fois-ci il s’en est tenu à un rappel à l’ordre mais que la loi l’autorise, s’il le décidait, à leur demander réparation du préjudice subi par la Ville.

Et, en cas de réitération, il se verra “dans l’obligation d’en informer le Procureur de la République qui pourra décider d’une sanction, laquelle pourrait déboucher sur une condamnation par un tribunal.” Ce qu’il n’a pas souhaité pour l’instant, afin d’éviter des conséquences dommageables sur leur avenir.

Des propos corroborés par Mounir Layouen, principal du collège Roquecoquille. “Après le rappel des faits, j’ai dit à l’élève, qui a offensé la mémoire des victimes, la gravité de ses gestes. Que c’était inadmissible, inacceptable et incompatible avec le message d’unité nationale, avec les valeurs de la République. Je lui ai aussi expliqué qu’il tombait sous le coup de la loi. Qu’ayant plus de 13 ans, il est passible de poursuites devant un tribunal. C’était un message de fermeté, qui se veut pédagogique et une main tendue à la famille”. Mêmes propos aussi de Jean-Jacques Ayme, directeur du collège Saint-Joseph. “C’est un soutien à la parentalité”, a conclu la directrice du CCAS.

Source : La Provence, 01/02/2015

185 réponses à Châteaurenard : ils n’avaient pas respecté l’affiche “Je suis Charlie”

Commentaires recommandés

Kiwixar Le 23 février 2015 à 05h46

En URSS, ils mettaient les dissidents en hôpital psychiatrique, directement. Ca réduisait un peu le boulot de la police de la pensée. Aujourd’hui, en UERSS, on a tout de l’URSS, y compris la surveillance généralisée, mais on n’a pas :
– le logement gratuit
– l’emploi garanti
– le chauffage dans les logements
– la Pravda où on apprenait plein de trucs en lisant entre les lignes et en sautant les 2 premiers paragraphes

L’URSS était donc techniquement mieux que l’UERSS actuelle.

“Deux collégiens, accompagnés de leurs parents, y étaient convoqués”
Est-ce que des élus (maires, députés-maire) ont juridiquement le pouvoir de convoquer leurs administrés?

  1. Kiwixar Le 23 février 2015 à 05h46
    Afficher/Masquer

    En URSS, ils mettaient les dissidents en hôpital psychiatrique, directement. Ca réduisait un peu le boulot de la police de la pensée. Aujourd’hui, en UERSS, on a tout de l’URSS, y compris la surveillance généralisée, mais on n’a pas :
    – le logement gratuit
    – l’emploi garanti
    – le chauffage dans les logements
    – la Pravda où on apprenait plein de trucs en lisant entre les lignes et en sautant les 2 premiers paragraphes

    L’URSS était donc techniquement mieux que l’UERSS actuelle.

    “Deux collégiens, accompagnés de leurs parents, y étaient convoqués”
    Est-ce que des élus (maires, députés-maire) ont juridiquement le pouvoir de convoquer leurs administrés?


    • Caramba! Le 23 février 2015 à 06h25
      Afficher/Masquer

      Dans une france normale, ces enfants auraient été pris en charge par des éducateurs spécialisés et pas convoqué devant ces vieux croutons imbibés d’européisme.Mais, il n ‘y a plus de france normale, elle est remplacée par une dictature de la penseé unique;
      j’ai honte pour eux,


      • Joanna Le 23 février 2015 à 06h57
        Afficher/Masquer

        J’ai plutôt l’impression que dans une France normale il n’y aurait pas eu tout ce bourrage de crane imposé : affiche “je suis C. …” et minute de silence.
        Chacun étant libre de penser, se recueillir dans le respect, sans endoctrinement.

        Et pour moi une France normale s’écrit avec une majuscule …


        • Zarathousthra Le 24 février 2015 à 08h14
          Afficher/Masquer

          La petite france de maintenant nous fait un peu honte alors on ne met plus de majuscule.


    • xavier Tdl Le 23 février 2015 à 06h37
      Afficher/Masquer

      La France est tellement satisfaite de son unique moment “d’unité nationale” depuis 40 ans qu’elle fait tout, mais absolument tout, pour le prolonger et se maintenir dans cet état d’extase qui permet de ne plus avoir à penser aux vrais problèmes… quitte a punir ceux qui commettent le sacrilège de casser cette belle image de symbiose collective… Se mettre d’accord uniquement sur des choses comme le droit à insulter, voilà qui renvoie une belle image de la France, des français et de leurs valeurs


      • Chris Le 23 février 2015 à 12h51
        Afficher/Masquer

        Les valeurs du CAC 40 ?


    • Potemkin Le 23 février 2015 à 08h55
      Afficher/Masquer

      Pas de comparaison fallacieuse s’il vous plait (même si j’imagine que vous avez dit ça avec une bonne dose de second degré) :

      * le logement gratuit était souvent fourni par l’usine dans lequel travaillait l’ouvrier, c’était des taudis dignes de nos “meilleurs” HLM dans lesquels beaucoup d’entre nous ne pourrait pas vivre à l’heure actuel. Seulement au bout de plusieurs dizaines d’années de service à la patrie l’ouvrier obtenait en cadeau un petit appartement.

      *l’emploi garanti : pas trop dur pour un pays qui a perdu 80% de sa population homme pendant la seconde guerre mondiale et qui n’acceptait pas forcement beaucoup l’immigration.

      * le chauffage était géré par la ville (comme c’est encore beaucoup le cas à l’heure actuel) , il n’était donc pas rare que le chauffage soit mis seulement à partir de température TRES basse.

      Sans compter les salaires extrêmement bas qui ont engendré énormément de corruption : exemple frappant, l’école n’était pas gratuite, dans les faits …


      • Krystyna Hawrot Le 23 février 2015 à 10h03
        Afficher/Masquer

        Ah ah ah!!! Ca me fait bien rire votre commentaire!!!

        Le logement soit disant taudis était dans des immeubles tout neufs, sortis de terre, propres secs, avec salle de bain, eau courante, chaude et quand je dis chauffé c’est pas à l’électricité comme en France ou 90% de la chaleur s’évacue de l’appartement avant qu’on puisse ressentir qu’on est à l’intérieur de l’appart et pas à l’extérieur! Pas une seule trace d’humidité ou de champignons qui ornent si souvent les traces de nos logements parisiens!!!

        Tous les jours je regrette l’appartement de mes parents, dans un quartier populaire de Varsovie, TOUS LES JOURS quand je regarde mon taudis parisien à prix d’or!!! Si on avait gardé Jaruzelski, moi aussi j’aurais eu droit à un appartement comme celui de mes parents et pas à mon taudis parisien précaire!!!

        Même les migrants polonais les plus occidentaux quand ils voient les appartements parisiens ils disent unanimement (surtout une fois qu’ils ont vécu l’hiver au chauffage à l’électricité et les moisissures sur les murs et la facture de 70 Euros par mois d’EDF pour 25m2), – “C’est ca, habiter à Paris??? Mais nous on était mieux dans nos appartements communistes!”

        Ce n’est pas vrai qu’on mettait le chauffage quand il faisait très froid: en Pologne il y a une date, celle du 15 octobre ou du 25 octobre. Avant le 1 novembre en tout cas.

        Dernièrement il ne faut pas parler de HLM, ce n’était pas des HLM au sens français du terme. C’était des logements en propriété coopérative: vous ne les obteniez pas gratos, il fallait verser un petit accompte, payer un loyer très modéré à la coopérative ( TOUS les travaux, même la moindre fuite d’eau était pris en charge par la coopérative) et vous étiez PROPRIETAIRE en droit coopératif de votre logement. Vous pouviez échanger, vendre votre part de coopérative et laisser en héritage le logement à vos enfants. C’est sur cette base que vit encore toute l’Europe de l’est, la base de la survie de 140 millions d’Européens soumis à un capitalisme impitoyable, de la Baltique à l’Adriatique et la Mer Noire, est basé sur ces logements!!!
        Pareil pour les appartements d’entreprise- vous aviez un contrat de bail illimité avec cette entreprise, donc il n’y avait aucun risque qu’on vous vire. L’expulsion n’éxistait pas. C’est hélas ce qu’on compris les habitants de la cité minière de Walbrzych quand les nouveaux maitres les ont spoliés de leurs usines et de leurs appartements – là ils ont senti leur douleur.
        http://cadtm.org/Pologne-La-privatisation-corrompue

        Certes, la qualité des appartements dépendait du niveau de vie dans chaque pays. En visitant les Balkans et l’ex URSS je me suis aperçu que la qualité des logements en Pologne était moindre qu’en Bulgarie, Yougoslavie ou en Ukraine. Les standards étaient plus bas, par exemple, dans les années 60 on donnait 50m2 à une famille de 4 personnes ce qui était très petit. Au même moment les Bulgares, les Yougoslaves et les Ukrainiens bénéficiaient de logements bien construits, spacieux, avec loggias, balcons, ascenceurs…

        Mais la Pologne, merci nos amis les Allemands, était ruinée, Varsovie, Wroclaw, Gdansk, Szczecin n’étaient qu’amas de ruines. Il fallait loger plus de 3 millions de SDF en plus de l’exode rural lié à l’industrialisation. Et on l’a fait dans un temps records de 25 ans. A la fin des années 70 le standard des logements en Pologne se rapprochait de celui de tous les autres pays de l’Est.

        Vous n’avez qu’à voir vous même en allant en Pologne et ailleurs;

        Pour ce qui est du travail, le salaire n”étant pas une résultante d’un marché, il ne reflétait pas ce qu’on recevait en échange de son travail: logement presque gratuit, culture gratuite, loisirs et vacances à 10% du prix réels, transports idem.

        Je ne laisserais personne dire des mensonges sur les appartements communistes!


        • Titus Le 23 février 2015 à 10h15
          Afficher/Masquer

          Voilà pourquoi j’aime tant Internet et “les crises” : des témoignages bruts, clairs précis, du vécu sans filtre. Merci Madame, merci OB.


          • Anne Le 23 février 2015 à 21h55
            Afficher/Masquer

            Krystyna, faisait peut être partie de la classe privilégiée?

            A la lire on se demande pourquoi Solidarnosk s’est battu et pourquoi tant de gens ont rejeté le système paradisiaque qu’elle décrit.

            Pour avoir vu la réalité, en URSS, pas dans cette idyllique Pologne 🙂 ……..quand je lis cela je suis écœurée.

            On se demande pourquoi les gens vivant dans un tel paradis cherchaient à le fuir par tous les moyens.

            Krystyna faisait partie des privilégiés et comme elle est moins privilégiée elle n’est pas contente


            • sadsam Le 23 février 2015 à 22h26
              Afficher/Masquer

              @Anne,

              Vous devriez parler avec votre plombier ou votre chauffeur de taxi polonais ; ces personnes qui viennent de milieux modestes et qui ont du boulot ici parce qu’ils sont travailleurs disent TOUS qu’ils regrettent la vie d’avant (frais médicaux notamment, cela revient tout le temps, ils envoient beaucoup d’argent en Pologne pour les soins de santé de leurs enfants et petits enfants).
              Entre parenthèses, ils sont aussi très déstabilisés par les déclarations de leurs dirigeants sur l’Ukraine.


            • Anne Le 25 février 2015 à 13h25
              Afficher/Masquer

              @sasdam
              Je prends les transports en commun,
              Mon plombier n’est pas polonais, on m’en avait indiqué un mais il travaillait au noir 🙁

              Pour faire l’étude que vous préconisez il va falloir que je dégage un budget taxi, comment faire ? Payer moins cher un plombier polonais au noir ?

              Pour le logement, il y a une piste qui n’a pas été explorée ici : l’attribution des HLM, il y a des HLM super à Paris, mais les gens qui y sont ne devraient pas y être, ils y sont par copinage, y restent à vie et s’achètent une résidence secondaire.

              Allez chercher chez les politiques tous partis confondus, ces petits malins, bien logés à peu de frais.

              Et pour les attributions HLM, dans les mairies communistes jouxtant Paris ils n’étaient pas les derniers pour jouer du passe droit…dont ils profitent encore.


        • Jacqueline 63 Le 23 février 2015 à 10h43
          Afficher/Masquer

          merci pour votre témoignage Krystyna !


          • Anne Le 25 février 2015 à 16h46
            Afficher/Masquer

            Il faut vérifier le contexte avant de remercier, ( des trémolos dans la voix), le son de cloche de Krystina, qui n’est qu’un son de cloche, celui sans doute d’une petite fille plus privilégiée que d’autres, et bien plus privilégiée surtout que beaucoup de petites filles russes qui durent partager des appartements communautaires souvent insalubres avec toute leur famille.

            Sa nostalgie pour le bon temps de son enfance, dû sans doute à des parents bien placés, ne devraient l’aveugler ainsi c’est indécent….

            Et elle va même jusqu’à regretter Jaruzelski, il vaut mieux en rire qu’en pleurer.


        • achriline Le 23 février 2015 à 11h04
          Afficher/Masquer

          Merci pour ce retour d’expérience vécue.
          Le commentaire de potemkin prouve que la propagande a marché, marche et marchera encore et toujours.
          Et c’est pour ça que les sites comme “les-crises” sont importants pour nous aider à déjouer ses pièges.
          Pour revenir au sujet du billet, je m’auto-censure pour ne pas être “modéré” (à juste titre).


          • Stef Le 23 février 2015 à 11h33
            Afficher/Masquer

            Je pense simplement que potemkin est cuirassé dans ses certitudes


          • Anne Le 25 février 2015 à 16h34
            Afficher/Masquer

            Je pense que Potemkin connaît juste un peu mieux le sujet que vous…..sa compagne est russe d’origine, elle était une trés bonne élève mais n’a pas pu faire d’études supérieures, dans votre paradis communiste : elle ne devait pas connaître les bonnes personnes pour le piston…

            pareil pour ses parents, ils ne faisaient pas partie de la nomenklatura ni du parti communiste de l’URSS, sinon ils auraient été bien logés, auraient eu une “datcha” dans une zone résidentielle protégée, des magasins pour “l’élite” etc…

            S’ils avaient été syndicalistes, employés ou ouvriers modèles, en cela je parle “d’ouvriers politiquement irréprochables dans la ligne du parti”,
            rien à voir avec ouvriers “faisant vraiment bien leur travail”, alors ils auraient eu l’appart des parents de Krystina, “dans un quartier ouvrier populaire ” comme elle dit, je crois à peu prés, mais un truc bien mieux que les taudis parisiens, hors de prix.

            Et vous applaudissez de toutes vos forces, et l’en remerciez avec des trémolos dans la voix….c’est pathétique vraiment.

            La compagne de Potemkine aurait pu faire les études supérieures que ses résultats scolaires lui permettaient de faire, et qu’elle n’a pas pu faire faute de piston et pots de vins…
            Ce n’est pas de la propagande qu’il fait c’est vous qui en faites et sur des falsifications,

            Ah le paradis qu’était l’URSS !

            C’est dommage qu’ici il y ait des gens qui gobent la propagande des vieux nostalgiques du Pc, des enragés de la vulgate communiste, et pas celle de Potemkine qui a un exemple vécu, par sa compagne, et ses beaux parents.

            Nostalgiques du Pc qui n’ont jamais vu ce que c’était que de vivre en URSS.

            Certains connaissent les ex pays de l’est, mais ces pays et leurs dirigeants étaient bien arrosés par l’argent soviétique, (…ils ont reçu la manne européenne par la suite) et profitaient d’un meilleur niveau de vie que les soviétiques de base.


            • Soyouz Le 27 février 2015 à 22h44
              Afficher/Masquer

              Je regrette Anne de te contredire. Ma femme n’est pas d’origine russe, elle est russe et a 51 ans, nous sommes mariés depuis 5 ans. Elle a vécu à Rostov sur le Don et passé là-bas plus de temps pendant la période soviétique qu’elle n’en a vécu jusqu’à présent. Je ne vais pas reprendre point par point tous les avantages et inconvénients comparés aux nôtres, il y en avait, bien sûr, comme chez nous. Sache qu’elle m’affirme avoir été heureuse durant ce temps, qu’elle en a la nostalgie comme beaucoup de ses compatriotes de son age. Elle s’appelle Vera.


        • Kiwixar Le 23 février 2015 à 11h27
          Afficher/Masquer

          Merci pour votre témoignage, Krystyna. Ce serait hors du sujet de ce billet de s’étendre sur la vie dans les pays communistes par rapport à la calamité qu’est le capitalisme cartélisé (“croony capitalism”) actuel pour beaucoup beaucoup de gens, donc j’espère qu’on pourra développer la réflexion sur un autre billet dédié.
          De toute manière, il nous faut remettre en cause notre mode de vie, car la planète ne peut pas survivre avec 7 milliards de pollueurs, alors que les augmentations de la productivité et des techniques nous permettraient d’avoir tous une vie confortable (sans excès) en travaillant 2 jours par semaine.


          • Mélissa Le 23 février 2015 à 11h47
            Afficher/Masquer

            En toute objectivité,je fais mienne cette déclaration du président Poutine :

            “Ne pas regretter l’URSS,c’est ne pas avoir de cœur…
            La regretter,c’est ne pas avoir de tête…”


            • Louis Le 23 février 2015 à 13h44
              Afficher/Masquer

              « Celui qui ne regrette pas l’URSS n’a pas de cœur, celui qui souhaite sa restauration n’a pas de tête »

              C’est ça la vraie citation 😉


          • LBSSO Le 23 février 2015 à 12h38
            Afficher/Masquer

            Bonjour Kiiwxar et Melissa,

            En aparte car hors sujet:je vous ai fait un commentaire au sujet de votre discussion qui m’a intéressé au sujet de NZ ,avec retard (revue de presse du 21 02).Aussi je pense que vous ne l’avez pas vu. Si vous en avez le temps et le désir votre avis m’intéresse bigrement .

            Dans tous les cas merci .


            • LBSSO Le 23 février 2015 à 18h57
              Afficher/Masquer

              Merci à vous deux !

              J’ai laissé trois liens suite à vos réponses.


        • David D Le 23 février 2015 à 11h29
          Afficher/Masquer

          Ouais, dans quasi toutes grandes les villes de France, on loue une appartement avec une seule pièce pour 45% du SMIC ! Allez 530 euros les 17 mètres carrés !
          Le chauffage, s’il est électrique, il vaut mieux se trouver dans une région où il ne fait pas froid et humide, car du coup de novembre à février je n’ose pas imaginer les frais !
          Comme si cela ne suffisait pas, il y a la taxe d’habitation, un troisième loyer dans l’année !
          Celui qui gagne donc le SMIC, il vit dans une pièce et plus de la moitié de sa paie y passe !
          Après, il faut voir comment c’est équipé : le frigo le freezer est trop petit donc on ne peut pas voir venir pour la viande, il faut tout le temps faire des courses ! En plus, très souvent, il ne marche même pas correctement et ne crée pas assez de froid !
          Seule solution, acheter son frigo !
          Les plaques chauffantes pour la cuisine, oh ben on a équipé de façon à gagner de la place, du coup on ne peut pas mettre une casserole et une poêle en même temps, on n’a pas la place, et parfois la hotte est non pas au-dessus des plaques chauffantes, mais au-dessus de l’évier et des plaques chauffantes avec l’espace minimale pour faire sécher la vaisselle !
          La salle de bains aussi on gagne de la place avec la taille de l’évier et pourtant l’armoire en hauteur sur le mur vous empêche de vous pencher sur l’évier, mais c’est pas grave !
          Et ça ne s’arrête pas là, vous avez des immeubles pas si anciens où les fuites d’eau à répétition se trouvent entre les appartements, entre les étages, fuite du troisième étage au deuxième, et plus tard fuite du deuxième étage au premier étage !
          Et on peut parler bien sûr de la moisissure et donc de l’évacuation de l’eau, de l’humidité, on peut parler des radiateurs bouchés où le proprio a du mal à comprendre que c’est à lui de le changer, on a les prétendus meublés sans étagères, on a la fenêtre qui s’ouvre pour donner sur un mur, on a le logement d’une pièce où on entend le plancher de l’étage au-dessus si pas l’intégralité des conversations des voisins, même si le mur n’est pas une cloison en papier!
          Ajoutons qu’en général il y a le problème des lessives il faut une machine à laver et la possibilité de sécher ses affaires, sinon le pauvre paie une fortune les machines en ville quand le riche fait des économies domestiques conséquentes !
          C’est super de vivre au SMIC dans une seule pièce ! On n’a pas intérêt à posséder des livres, des disques, des DVD, des objets, et une pièce de 15 ou 17 mètres carrés, une table une chaise un lit un coin ordi si on en a un pour s’échapper ! Sinon pour bouger ben on va dépenser dehors dans un bar, on prend le café, car chez soi c’est juste une pièce!
          Et on loue toute sa vie, et à la fin il n’y a rien qui nous est resté évidemment!
          Ah c’est sûr que dehors les rues sont bien, les voitures sont belles à voir passer, l’éclairage assure, il y a des endroits aménagés qui en jettent ! C’est sûr qu’il y a tout dans les magasins, c’est sûr qu’on a un bon pouvoir d’achat, d’autant plus si on va dans un pays moins riche, dans un pays de l’est, ah ça c’est sûr, encore que les vacances seront toujours plus coûteuses que de rester chez soi!
          C’est sûr qu’on a de beaux ordis, de belles babioles occidentales, mais jusqu’à plus ample informé ça n’a jamais été la richesse que de passer la moitié de sa paie à vivre dans une pièce de 17 mètres carrés un autre tiers de la paie passe dans une bouffe de piètre qualité !
          Voilà la vie pour une écrasante majorité de smicards !
          Moi, je m’en fous de Charlie, ce que j’attends c’est la révolution !


          • Anne Le 25 février 2015 à 13h45
            Afficher/Masquer

            Normalement en France, il y a les HLM, d’ailleurs certains très grands, et même luxueux, mais ceux qui s’y sont incrustés lorsqu’ils y avaient droit (ex : étudiant alors que maman était secrétaire à la mairie, ça aide)…y restent fermement cramponnés, malgré leurs revenus.

            Les gens en HLM s’incrustent pour payer un loyer dérisoire, ceux qui en attendent, attendent longtemps car il y a des prioritaires appuyés par des associations….dans ma commune très facile d’accès pour Paris, il y a des HLM de luxe tous neufs superbes..mais à mon avis comme vous ne devez pas être dans la bonne liste, appuyée par la bonne association d’aide aux prioritaires, vous n’avez que peu de chances.

            Si vous voulez faire la révolution il va vous falloir un tempérament de requin, autrement vous serez dévoré comme menu fretin, et vous attendre à quelques surprises imprévues et pas trés agréables.

            Surtout que ça ne se passera pas comme la “révolution des œillets” au Portugal, jadis, la situation économique n’est plus la même, ça risque d’être trés méchant pour tout le monde cette fois.

            Il y a sûrement des pistes à trouver pour contrer les nuisances de l’oligarchie sans que cela tourne au bain de sang dont vous et moi serons les premières victimes.


          • benoit Le 25 février 2015 à 18h00
            Afficher/Masquer

            … et en ajoutant que la loi Macron prévoit la fin de l’encadrement des loyers, on est en plein paradis capitaliste ! Le message de Krystyna est la pour nous rappeler qu’on ne doit pas oublier que pendant la guerre froide la propagande marchait dans le deux sens, et que nous y étions soumis tous comme les habitants des pays de l’est. La propagande étatsunienne que nous découvrons aujourd’hui grâce à internet, elle a toujours existé. A l’ouest elle est faite plus subtilement (en utilisant plus l’autosuggestion), mais ça reste de la propagande et malheureusement c’est beaucoup plus nocif – car moins facilement identifiable et déjouable – que la propagande soviétique. Un exemple parmi d’autres : le pataquès “je suis Charlie” alors que les guerres et déstabilisations engendrées par l’occident génèrent tous les jours bien plus de morts que les attentats de Charlie Hebdo (Irak, Syrie, Lybie, Ukraine …). La propagande de l’occident fait vivre celui qui n’y prend pas garde dans un monde virtuel qui engendrera beaucoup de désillusions, d’incompréhension, de conflits et d’injustices.


        • davski Le 23 février 2015 à 12h59
          Afficher/Masquer

          Sauf que la Pologne n’était pas en URSS.

          Parlez nous des magasins vides, de l’état de guerre, des ouvriers tués par la police, de l’inflation à 60%…
          Pas de chômage, non, tout comme en France à la même période.


          • Krystyna Hawrot Le 23 février 2015 à 21h32
            Afficher/Masquer

            “L’état de guerre” dont vous parlez a duré exactement du 13 décembre 1981 au 13 décembre 1982 soit 1 an sur 45 années de la Pologne Populaire (République Populaire de Pologne, PRL).

            Et même là, et tous les livres des historiens mêmes de droite le disent, que les plus durs ont été les 2 premiers mois avec les arrestations des militants de Solidarnosc. Mais en lisant les témoignages vous vous apercevez que ce n’étaient pas les tortures comme en Amérique Latine – les détenus étaient “internés” dans des résidences de vacances transformées en centres de rétention. Personne n’a été torturé – seuls ceux qui était emprisonnés suite à une manif dans la rue étaient parfois battus par la police locale, pas par le SB. Comme on disait chez nous, en 1988 dans le syndicat étudiants NZS (Organisation Indépendante des Etudiants – Niezalezne Zrzeszenie Studentow, auquel j’ai appartenu) – “envoyez les filles, la milice et les ZOMOS ne frappent pas les filles!” – ce qui était vrai.

            Le gouvernement avait une peur panique de l’Occident, de ce que l’Occident allait dire, Amnesty, les syndicats occidentaux etc.
            C’est pour cela que Lech Walesa n’a jamais été en prison mais juste chez lui en résidence surveillée. C’est pour cela que les 3/4 des militants emprisonnés ont été amnistié dès l’Etat de siège levé.

            C’est pour cela que quand au terme de 6 ans de cavale, caché par des militantes de Solidarnosc Zbigniew Bujak, le vrai leader de Solidarnosc a été attrapé en 1986, il n’a passé que quelques mois en prison car l’amnistie générale et totale a été décrétée en 1986.

            Les seuls ouvriers tués en 1981 était les 9 de la mine Wujek, – il y a eu procès, encore sous le régime, et les miliciens coupables sont partis en prison.
            C’était bien pire en 1970, oui – mais les émeutes de Gdansk ont couté aussi son poste à Gomulka, on ne peut pas dire que le régime était fier de cela!
            Comme a Radom en 1976. Cependant, quand on compare aux nombres des victimes de la répression en Amérique Latine ou au Maroc sous Hassan II par exemple, le régime polonais était un amateur!

            Pareil pour les magasins vides – sur 45 ans de régime communiste il faut penser au rationnement post-guerre (10 ans comme en France, les années 50) puis au fait que la Pologne n’a jamais eu de crédit de Plan Marshall et était une économie quasi autarcique dans les années 60. Les fameux magasins vides c’est surtout l’année des grève de Solidarnosc – de novembre 1980 à décembre 1981. Mais je défis tout pays occidental de tenir encore debout après 1 an de grèves ininterrompues, permanentes et massives d’un syndicat de 8 millions de membres!

            Alors certes, ce n”était pas la conso à l’occidentale, mais dans les années 70 et 80 après 1981, ont peut dire qu’on avait ce dont on avait besoin. Surtout qu’en Pologne la propriété privée a toujours existé dans l’artisanat et le commerce.

            Excellent livre d’un collectif d’historiens sur Solidarnosc clandestine
            (hélas rien de traduit en Français, avis à ceux qui veulent financer des traduction…)
            http://www.isppan.waw.pl/ksiegarnia/solidarnosc.htm
            Autre livre sur Solidarnosc clandestine et la répression – de l’historienne américaines Shana Penn
            http://www.press.umich.edu/183672/solidaritys_secret


        • Potemkin Le 23 février 2015 à 13h06
          Afficher/Masquer

          Je ferai signe à mes beau parents d’aller à Varsovie. Ils ont sûrement pas eu de chance à Saint Petersbourg, j’espère que ce sont bien les seuls.

          Quant à ma compagne (Russe d’origine) je lui expliquerai également que si elle a dû vivre au milieu des cafards et qu’elle n’a pas pu aller à l’université d’état malgré ses 5/5 c’est de sa faute.

          Et s’il vous plait ne faite pas comme tout ces “Charlie” : ce n’est pas pasque j’essaie de ne pas être manichéen que “la propagande Américaine à fonctionné”.

          PS : Oui, évidemment, le HLM c’était totalement imagé


          • Carabistouille Le 23 février 2015 à 13h56
            Afficher/Masquer

            C’est un peu ce dont je parlais l’autre jour. Avec certaines personnes du blog, encore un effort, et ils vont nous jurer que l’URSS de Brenev c’était le paradis des soviets, le bon vieux temps.


            • Anne Le 23 février 2015 à 22h03
              Afficher/Masquer

              Carabistouille,
              Alors là je vous comprends à 100 pour cent, il y en a qui sont dans un déni total, aussi graves que les néocons dans leur genre.
              Vous aviez bien raison.
              Lorsque je lis les commentaires extasiés par le post de Krystina, des gens qui sont tellement qu’on leur serve une “véritè” qu’ils attendaient tant….
              C’est pathétique….


          • Michel Le 23 février 2015 à 14h58
            Afficher/Masquer

            Merci Potemkin et Laurent K pour vos témoignages.
            Comme dit Carabistouille, un peu plus et on va croire que l’URSS était mieux.


            • languedoc 30 Le 23 février 2015 à 18h42
              Afficher/Masquer

              Dès qu’on parle de l’URSS on est dans la démesure, selon votre bord politique c’est l’enfer ou le paradis. Je pense que la vérité doit se trouver entre les deux. Et puis, chez nous non plus c’est pas le paradis, si j’en crois David D, il s’en faut même de beaucoup.


          • Anne Le 23 février 2015 à 21h40
            Afficher/Masquer

            @ Potemkin

            Cent pour cent d’accord avec vous, il y a des gens ici qui ont des hallucinations à postériori, ou bien ils ne savent pas ce que c’était….ou ils ne sont pas allés là bas dans les conditions du commun des mortels…ils rêvent.

            En URSS, tous ceux qui faisaient parti du “parti”, ” parti communiste” et je veux dire, eux seuls : ils avaient TOUT : appartements spacieux, datcha, etc, et les autres : appartements communautaires : on attend son tour pour la cuisine et on vit à 6, toutes générations confondues, dans UNE seule pièce, on accède au logement par une cour répugnante et le tout est agrémenté de cafards, on est surveillé continuellement.

            C’est pour cela que je ne dirais JAMAIS, jamais, jamais, que le communisme c’est bien, partout absolument partout, où il a été mis en place, cela a été un échec effroyable pour les libertés individuelles, et en plus le communisme n’a jamais été capable de nourrir et vêtir correctement les populations, exception la Chine actuelle, pour une certaine partie de la population, (mais le sort d’un grand nombre d’ouvriers, il faut le dire, n’est vraiment pas enviable).

            Le communisme chinois semble être surtout un régime autoritaire plutôt qu’un régime communiste tel qu’on se l’imagine en terme de “partage” .

            D’ailleurs il n’a jamais, jamais eu de fraternel partage dans les pays communistes, il y an avaient comme partout ” des plus égaux que d’autres” .

            Relisez la “ferme des animaux” Orwell décrit bien ce monde totalitaire, le résultat dans les faits : une élite privilégiée, qui s’est juste glissée dans les draps de la classe privilégiée qu’elle a réussi à tuer, et qui étouffe le peuple à son tour.

            Belle réussite en effet.

            Sans parler du goulag, des injustices, de la privation de liberté, du conformisme obligatoire, des famines, de la tristesse des villes…. Et également la corruption qui va avec.

            Que des gens trés bien aient réussi à survivre dans ces pays communistes avec inventivité, intelligence, une immense dose d’humour, oui, beaucoup de gens cultivés instruits remarquables oui, il y en avait, mais ils n’avaient aucune liberté de sortir du pays sans l’approbation du parti, en fait de l’administration omniprésente le représentant.

            Que la chute du communisme ait été une aggravation terrible du sort de beaucoup de gens, qui étaient au moins un peu protégés dans ce régime avec pensions, vacances. etc, oui, cela a été trés difficile, car il y avait pour la plus grande partie des gens une égalité dans les conditions misérables, et une certaine protection en découlait, le téléphone était gratuit par exemple (…même si c’était un bon moyen de surveillance)….

            ET PUIS SURTOUT Il faut bien reconnaître que les oligarques sont souvent d’ancien cadres du parti communiste, bien placés pour jouer les vautours lors de la chute du communisme.

            Cela on ne le dit pas assez.

            Les oligarques communistes ils existaient déjà : ils ne pouvaient pas faire vraiment joujou avec les capitaux du monde entier, ils se contentaient d’énormes avantages en nature, avaient accès à des magasins réservés, et toutes sortes de privilèges quasiment héréditaires d’ailleurs…

            C’étaient les apparatchiks, ou les porteurs de la petite carte rouge du parti communiste, la carte servait à tout : coupe file pour les queues nombreuses, des musées spectacles etc…et…pour obtenir une voiture, luxe réservé à ” l’élite” qui avait droit aussi à une nourriture inaccessible au commun des mortels, même si pour nous ce “saucisson” obtenu avec tant de difficultés, luxe énorme pour les russes du commun, nous laissaient pantois….

            Relisez le livre : “rue du prolétaire rouge”, tous ceux qui peignent en rose bonbon, un univers gris qui était révoltant par tant de côtés….devraient s’instruire un petit peu.

            Vous auriez dû faire un tour là bas, cafards grouillants à tous les étages. contre lesquels la famille doit lutter continuellement, (cafards d’ailleurs même pour le touriste à l’hôtel, qui en plus n’avait pas le droit de s’écarter de trois mètres de l’itinéraire prévu par ” l’Intourist” )
            cela pendant les 70 ans de règne du parti communiste en URSS, il ne faudrait pas l’oublier.

            PEUT ÊTRE Q´EN POLOGNE C’ÉTAIT VIVABLE…je n’en sais rien, je sais juste qu’ils pouvaient plus facilement venir en France dans les années 60/70 ILS AVAIENT PLUS DE LIBERTÉS, MAIS POUR LA MAJORITÉ DES RUSSES C’ÉTAIT UNE PRISON SORDIDE.

            C’est pour cela que les Russes disent que leur passé est notre avenir, (désinformation, obligation au conformisme (ex : charlisme obligatoire).,, baisse du niveau de vie, peuple sans vraie classe moyenne ( que certains appellent bourgeoisie bien â tort), donc prolétarisation sous la domination d’une “élite” apparatchiks politiques qui est au dessus des lois qui sont pour le commun des mortels.

            Le capitalisme néocon, est une abomination, l’oligarchie capitaliste, un monde déshumanisé, mais le communisme tel qu’il a été partout où il fut au pouvoir fut une abomination également.

            A nous d’inventer autre chose.


            • nicol4s314 Le 24 février 2015 à 01h39
              Afficher/Masquer

              Ce que tu dis est vrai, en partie… Il n’y avait pas que la Russie dans l’union soviétique, il y a d’autres pays et la situation variait d’un pays à l’autre. Ma connaissance directe se limite à un seul de ses pays (la Bulgarie), mais c’est suffisant pour que je sache que c’était différent. L’exemple typique, c’est la Yougoslavie.

              Autre chose, tes critiques sont justes mais on peut, malheureusement, les étendre à nos contrées. Par exemple, le goulag, ouais, vrai, mais vrai aussi que c’est une pratique qui existait sous le tsar qui a été perduré et, disons, approfondie, industrialisée en quelques sorte. De la même façon la Chine a gardé un côté impérial, communiste ou pas. Il y a des schémas, géographiques, sociologiques, culturels, qui sont plus prégnants que les utopies politiques.

              Mais continuons, le goulag, met le en balance avec le bagne, les déportation d’indésirables politiques (Louise Michel par ex), guantanamo plus récemment, et le réseau de prisons secrètes de la CIA. Pire : ce qu’ont fait les anglais au Kenya dans les années 50, bref.

              Que le communisme est été détourné, c’est clair, mais les problèmes qu’il pointait sont toujours là. Et si il a échoué, il a aussi eu de beaux résultats, qui nous montrent qu’une alternative est toujours possible.

              Ne l’oubliez pas.


            • Anne Le 25 février 2015 à 13h57
              Afficher/Masquer

              @Nicol4s314

              Je vous cite “il n’y avait pas que la Russie dans l’union soviétique “..

              Certes, il y avait par exemple l’Ouzbekistan, l’Ukraine etc…

              Mais ni la Bulgarie, ni la Pologne, à fortiori ni la Yougoslavie, Hongrie,,etc n’ont fait partie de l’URSS,
              Ces pays faisaient partie du pacte de Varsovie, du bloc de l’Est…mais pas de l’URSS.

              Faites vous partie des jeunes victimes du mauvais enseignement de l’histoire au Collège et Lycée de notre chère Éducation Nationale ???


            • nicol4s314 Le 26 février 2015 à 15h51
              Afficher/Masquer

              @Anne, bonjour, je le sais bien mais je ne voulais pas entrer trop dans les détail car ça n’était pas pertinent sur la problématique qui nous occupe. Quand les commentaires sont trop longs et personne ne les lis.

              Que la Bulgarie ait été ou non dans l’URSS ne change rien au problème. Ce pays, comme la Roumanie (je ne connais pas le cas polonais mais je ne pense pas que la différence puisse être énorme) faisait bloc entièrement avec l’URSS. Que ce soit au niveau géopolitique ou idéologique il lui était complètement inféodé, comme les autres. Sans entrer dans le détail ; russe obligatoire à l’école, formation et influence du personnel politique par Moscou, absolument tout était lié et sous influence. Et la Bulgarie faisaient parti avec la Roumanie des régime les plus fidèles à la ligne de l’URSS, les “monsieur niet” dans le réunions internationales car toujours derrière Moscou.

              (La Yougoslavie de Tito est un cas à part, ce qui en fait justement un exemple parfait).

              Pour mes connaissances sur le sujet (forcement incomplètes car la période est encore beaucoup trop récente), rien à voir avec le collège ou l’école, ce que je sais je ne l’aurais pas pu l’apprendre à l’école. Surtout pas pour un pays aussi “insignifiant” que la Bulgarie. Encore que j’ai eu quelques profs (bon ok, deux ;)) ) remarquables.

              Je le sais parce que j’ai vu les deux côtés, que le sujet m’intéresse suffisamment, et que j’ai aussi questionné les vieux, et les jeunes pour avoir leur point de vue et leur souvenirs (ce qui est facilité par le fait que j’ai encore beaucoup de famille là-bas). Et je n’ai pas terminé, avant que les derniers ne disparaissent, je compte retourner là-bas avec mon cahier et mon stylo pour poser le plus de questions. Malheureusement les personnes les plus intéressantes que je pouvais connaitre ont déjà disparues.

              Mon grand père était au pc et au gouvernement bulgare… Ce qui m’a permis aussi d’apprendre plusieurs choses que le public ne sait pas forcement.

              Si il y a un truc que j’ai bien vu depuis gamin, c’est que la propagande existait de deux côtés. Celle de là-bas était gratinée, j’ai des anecdotes qui ferait exploser de rire tout le monde. Mais elle est tombée cette propagande, progressivement pour x raisons qui nous éloignerais du sujet.

              Par contre, si un travail de contre-propagande a été mené là-bas, il n’en n’est rien ici d’ou cette polémique qui n’en n’est pas vraiment une. Simplement un patchwork de points de vue, qui pris dans leur ensemble s’approche un peu plus de la vérité objective.


          • Marco Le 24 février 2015 à 21h28
            Afficher/Masquer

            @Potemkin,
            Mon epouse est aussi d’origine russe et elle a vecu la periode URSS ainsi que celle d’Eltsine.
            De part son temoignage, je confirme ce que Krystina a dit sur le logement, chauffage, loisirs, …
            Pour les logements, ce n’etait pas le luxe, mais assez confortable (Douche, WC, …), il est vrai, souvent des appartements communaux (Plusieurs familles logent dans le meme apart). La proprete du logement dependait souvent de celle de ses habitants, il y a de bons souvenirs quand les familles s’entendaient bien.
            Certaines entreprises donnaient un appartement individuel aux familles.

            Pour le chauffage, celui-ci etait mis en route a dates precises et dependant des regions (Debut Septembre en Siberie ou mon epouse a vecu, debut Octobre dans les pays du caucase ou elle a aussi vecu).
            Les colos pour les enfants, les vacances pour les salaries, les transports presque gratuits, “des kopecks” comme dit mon epouse.
            Pour le goulag, mon epouse ne connait ni parmi ses amis, ni parmi ses relations quelqu’un qui en a souffert.
            Par contre, chez tous ses amis, relations et dans sa famille meme, il y a un ou plusieurs morts de la 2eme guerre mondiale.

            Ayant vecu un peu aux USA, je peux vous dire que quand on quitte les grandes villes et si l’on s’enfonce dans le pays profond, on rencontre tres souvent des taudis ou des gens qui vivent en caravane dans le desert (Desert de Mojave par exemple). Sans oublier qu’aujourd’hui 1/6 de la population americaine mange avec les bons du gouvernement. Je ne parle meme pas du prix des etudes.

            Si vous vous souvenez, la France n’est pas en reste cote bidonvilles, ils ont existe jusque dans les annees 70 et ils reapparaissent aujourd’hui.

            Beaucoup de Russes, meme s’ils ne desirent pas revenir a l’epoque sovietique, en gardent une certaine nostalgie.

            Voila mon petit temoignage sans pretention, mais apres, il y a en Russie comme ailleurs ceux qui disent “meriter mieux”.


        • Laurent K Le 23 février 2015 à 13h48
          Afficher/Masquer

          Mon expérience se limite à deux appartements (un à Moscou et un à Osh en Kirghizie) juste après la fin de l’URSS. Elle n’a pas été très bonne non plus: cages d’escaliers déplorables, murs décrépits, plancher troué pour l’appartement de Moscou (ne surtout pas se lever la nuit pour aller boire un verre de lait sinon on se retrouve chez le voisin du dessous car le plus gros trou se trouvait devant le frigo), tas d’ordures non ramassés… Pas vraiment un cadre de vie sympa. Même les HLM pourris de ma banlieue parisienne faisaient office de maison de luxe à coté.

          Cela ne justifie pas ce qui s’est passé par la suite mais il ne faut pas non plus tomber dans le travers d’idéaliser l’URSS. Elle ne s’est pas cassée la figure sans raison.


          • Kiwixar Le 23 février 2015 à 14h15
            Afficher/Masquer

            Je n’ai pas dit que l’URSS c’était bien, j’ai dit que l’UERSS (capitalisme cartélisé), c’est pire!

            Quelque chose de bien mieux que l’URSS : un pays capitaliste “sain”, où il n’y a pas d’ententes entre grandes entreprises, où les entreprises du CAC paient le même % d’impôts que les PME, où on ne fait pas chier les PME avec des lois et de la bureaucratie à la con, où on ne prend pas l’argent du contribuable pour sauver des banques, où les ultra-riches paient autant d’impôts que les pauvres (pas d’évasion fiscales ou de niches), où le taux de TVA est faible, où le ratio dans une entreprise entre le salaire le plus bas et le plus haut est de 100, etc. Où il n’y a pas d’obsolescence programmée, où les produits sont garantis 10 ans, où les pièces détachées sont dispos 20 ans. Où le taux d’impôts sur les super-riches dépend du taux de chômage : 80% d’impôts si 5 millions de chômeurs, 70% si 4m, 60% si 3m, 50% si 2m, 40% si 1m.


            • JT Le 23 février 2015 à 21h52
              Afficher/Masquer

              Je suis d’accord avec vous pour dénoncer les excès du capitalisme, les guerres qu’il a soutenues et causées, mais votre méconnaissance du système soviétique fait froid dans le dos. Et je l’ai déjà écrit un peu plus loin : le fait que vos commentaires aient rencontré un tel assentiment me navre encore plus. Que ce soit pour Charlie ou pour une pseudo pensée alternative, le mimétisme est de rigueur.


            • Kiwixar Le 23 février 2015 à 23h52
              Afficher/Masquer

              Bon, disons les choses autrement. Techniquement, le choléra est mieux que la peste, parce qu’au moins on n’a pas de bubons et c’est moins transmissible. Suis-en train de dire que le choléra c’est bien?

              Pour avoir habité longtemps dans 2 pays communistes et discuté longuement avec les locaux, il est clair que (hormis des périodes noires comme la Révolution Culturelle), il y a une nostalgie d’une partie de la population, qui sait de quoi elle parle (contrairement à nous). Quelque part, et je sais que c’est difficile à concevoir pour de nombreuses personnes ici, mais une grande partie des habitants étaient plus heureux que maintenant dans notre paradis capitaliste, en particulier aujourd’hui où les classes moyennes sont en train d’être décimées, la stasi est partout et le Politburo de Bruxelles ne nous veut pas du bien.

              Il faudrait un billet dédié au sujet, car il y a beaucoup à argumenter et à apprendre (sans invectives), notamment parce qu’en Occident on a une vue suprématiste sur la supériorité de notre modèle. La 3e voie serait quelque chose combinant les avantages du communisme avec les avantages d’un “bon” capitalisme, car un même un “bon” capitalisme est voué à détruire la planète, et je trouve aberrant d’avoir à travailler 35 heures par semaines quand 5 heures par semaine sont suffisantes pour assurer mes besoins vitaux, grâce aux progrès techniques réalisés depuis 1 siècle.


            • Anne Le 25 février 2015 à 17h08
              Afficher/Masquer

              JT
              Je suis tout â fait d’accord avec votre commentaire.

              C’est consternant et navrant.

              J’étais en voyage à l’étranger, très occupée. et j’ai découvert ces post avec un jour de retard et ces commentaires élogieux sur le système soviétique m’ont consterné.

              Cette suite de commentaires, en plus complètement hors sujet, est difficilement compréhensible sur ce site, le hors sujet a duré de façon inexplicable…


        • anne jordan Le 23 février 2015 à 14h46
          Afficher/Masquer

          merci Kristina !
          votre témoignage corobore ceux d’amis ayant habité en DDR !


        • nicol4s314 Le 23 février 2015 à 14h49
          Afficher/Masquer

          Je confirme ce que dit Krystyna, j’ai connu la Bulgarie communiste et honnêtement, malgré les côtés négatifs (le flicage de la population) je me demande sincèrement quel système était le mieux finalement.

          Ce qui est sûr c’est que beaucoup de gens deviennent nostalgiques, la vie était beaucoup plus facile avant. Aujourd’hui c’est la misère noire. Je ne suis pas sûr qu’il y ai encore de l’espoir.


          • Anne Le 26 février 2015 à 19h13
            Afficher/Masquer

            Cher Nicolas,

            J’espère que vous n’allez pas prendre ce post pour un coup bas.

            D’autant plus que pour vous répondre ici, je me réfère aux posts que vous m’avez adressés aujourd’hui…

            Cependant, dans le hors sujet, dérivé d’abord d’un post de Kiwixar, puis sur lequel, Kristina a sauté à pieds joints pour faire une véritable propagande sur les magnifiques conditions de vie en Pologne, j’ai trouvé qu’il y avait quelquechose d’un peu fort, de trop mensonger impossible à laisser passer, quel que soit mon seuil de tolérance aux opinions des autres, il y a une limite à ne pas franchir et cette limite est tout simplement celle de l’honnêteté.

            Et tous les autres commentateurs,extasiés, quasiment la larme à l’œil, parce oh bonheur suprême, apogée de leur vie de communistes, ils pouvaient voir écrit que les appartements à Varsovie, c’était bien bien mieux qu’à Paris…pathétique comme je l’ai déjà dit….

            Tout comme vous,
            Krystina faisait partie du milieu très favorisé, à l’intérieur du système le plus inégalitaire qui puisse exister, (n’en déplaise aux ignorants par choix), alors qu’il était censé apporter justement l’égalité, ce qui, Il faut le reconnaître, est quand même le comble du cynisme….

            Je ne m’étends pas sur les cruautés et crimes du système…beaucoup de bons livres et d’héroïques dissidents, ont écrit avec suffisamment de talent pour l’édification des foules…

            Il n’y a pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.

            PS : malgré mon rejet du communisme, je soutiens de tout cœur les populations du Dombass et les Novorossiens bombardés et martyrisés, je ne m’intéresse pas à leur appartenance politique, mon soutient va aux victimes pas aux bourreaux et aux nazis.


            • nicol4s314 Le 27 février 2015 à 16h17
              Afficher/Masquer

              Cher Anne, non je ne prend pas ta réponse pour un coup bas, mais je ne comprend pas que tu ne tienne pas compte des différents points de vue apportés.

              Déjà, je n’ai vu personne ici béat d’admiration pour l’URSS, la larme à l’œil ou ce genre de choses. Et je ne comprend pas ce qui te choque quand on fait remarquer que la situation du logement en URSS était bien meilleure qu’aujourd’hui. C’est un fait, je ne connais que la Bulgarie mais je t’invite a allez voir sur place pour te faire une idée. Sans même parler des gens à la rue.

              Je doute que Krystina ai fait parti d’un milieu favorisé, il faudrait le lui demander. Pas moi, pas ma famille.

              Même en étant membre du pc, même en étant au gouvernement. Je sais bien qu’en Russie, les membres du système était privilégiés, mais la Bulgarie n’est pas la Russie.
              Mon grand-père travaillait, il avait droit à un logement tout simple, comme les autres. Il avait une lada toute pourrie (enfin nuançons, la lada c’est la Kalashnikov de la voiture. Un de me oncles a roulé avec la même pendant plus de vingt ans, rafistolée avec des bouts de ficelle, il a fait trois fois le tour du compteur).
              Les seuls privilégiés dont j’ai connaissance sont les douaniers de l’époque (pas la peine de préciser pourquoi). Mais je te promet que la prochaine fois que je vais là-bas, je demanderais plus de précisions sur la corruption qui pouvait exister à l’époque et si des membres haut placé du régime se servait de leur position pour obtenir des privilèges.

              Ceux de ma famille qui était encarté était des purs et durs convaincus de la justesse de leur combat. Certains ont rendu leur carte dans les années 50 dégoûtés par la dérive autoritaire. Les autres pensaient que c’était nécessaire. Un d’entre eux, officier dans l’armée rouge, s’est suicidé d’un façon plus qu’étrange (on m’a appelé Nicolas en sa mémoire). On ne saura jamais vraiment la vérité. Quand ma mère a épousé un français, son père a tout fait pour empêcher le mariage. Ensuite il a été saqué sur le mode “ta fille a épousé un capitaliste, tu ne sais pas tenir ta fille”. La fin de sa vie a été encore plus misérable. Dans les années 90 leur retraite d’un an ne permettait que de payer les frais de chauffage de l’hiver. Il a du continué a faire un travail très pénible, en extérieur, malgré plusieurs infarctus. Puis alzeihmer l’a privé de toutes ses facultés après qu’il ai vu le monde qu’il aimait s’effondrer et être pillé. Aujourd’hui, les routes sont délabrées, mal entretenues (l’europe a aussi de bon côtés, certains fond permettent de refaire de grande portions de routes). Le quart ou le tiers de la population active a émigré, les gens les plus qualifiés et les mieux formés. Le niveau d’éducation, qui était de très haute qualité, baisse de plus en plus. Des villages entiers sont vides, à l’abandon. Les champs retournent en friches, la nature reprend ses droits. On ne peut pas nourrir décemment sa famille en travaillant, c’est le règne de la débrouille, comme à l’époque communiste, mais en pire. Sauf qu’ils sont plus libres, oui, mais ils s’en foutent aujourd’hui. A Stara Zagora, dans le centre du pays, le salaire moyen est de 200 leva (100 euros). A d’autres endroit c’est 400. Même avec les prix de là-bas, c’est impossible d’y arriver.

              Le seul endroit ou on peut s’en sortir, c’est la capitale. Les salaires sont plus élevés, il y a du travail : les pays est devenu un petit paradis fiscal, avec un taux d’imposition à 10%. Il y a des investissements, des boites comme HP, IBM, Ubisoft. C’est le seul point positif, et encore, à nuancer aussi. Beaucoup jeunes partent à la capitale. S’endettent pour acheter un logement. Comme un cousin, mais qui a du se résoudre à laisser femme et enfants pour partir en Croatie pour pouvoir payer les traites (c’est mieux payé, usine de cigarettes).

              Le peuple bulgare, que j’ai connu humaniste, ouvert d’esprit et tolérant est en train de changer. Société d’hyperconsommation mis en avant, pub comme aux US à outrance, corruption généralisée, côtoie grande misère matérielle et intellectuelle. A la base ces gens sont comme ici, humanisme, droit de l’homme, rejet des facismes. Et pourtant la dernière fois qui j’y ai été, en juin dernier, j’ai vu quelque chose de nouveau apparaître. Des croix gammée sur les murs, le folkhlore facho habituel (croix celtique, 19|88, HH etc.) côtoie symbôles communistes, dans un concours morbide. Voila ce qu’a été pour beaucoup l’accès à la démocratie.

              J’ai grandi en France (c’est moi le seul privilégié de cette histoire, et ma mère aussi). J’ai été en Bulgarie annuellement. Pour les vacances. Je continue de m’y rendre.

              On a tous lu Soljenitsyne, on sait tous la réalité du système soviétique, ça n’empêche pas qu’il y avait aussi de bons côtés.


            • nicol4s314 Le 27 février 2015 à 16h30
              Afficher/Masquer

              Anne, regarde ça stp :

              https://www.youtube.com/watch?v=GxlM1EPG2hE

              “Confrontés à la misère, certains Bulgares sont envahis par le désespoir : sept individus se sont immolés par le feu depuis février. Six d’entre eux ont péri. A Radnevo, c’est un père de famille qui a mis fin à ses jours de cette façon, comme pour mieux alerter sur une situation devenue insupportable pour lui. Au médecin, sur son lit d’hôpital, il a expliqué avant de décéder, “ne plus pouvoir rembourser ses dettes et faire vivre sa famille.”

              Ces gestes illustrent de manière criante, le malaise social qui s’est emparé de ce pays, le plus pauvre de l’Union européenne. En février et mars, des dizaines de milliers de personnes ont protesté contre la misère et la corruption. Des manifestations qui ont atteint une ampleur inédite en Bulgarie. Ce mouvement de contestation a entraîné la démission du gouvernement de centre-droit et l’organisation d’élections anticipées en mai prochain.”

              J’en tremble, Elin Pelin, c’est le coin d’ou vient ma famille.


        • Pierre Bacara Le 23 février 2015 à 15h34
          Afficher/Masquer

          J’ai vécu en Russie, entre autres dans un appartement stalinien construit en 1942.
          Pierre de taille, chauffage central en standard (puissant), double vitrage en standard (efficace) et parquet en vrai bois (pas imitation comme chez nous) en standard.

          Seul bémol : chaudière coupée en août chaque année et donc pas d’eau chaude pour la douche pendant un mois (le truc soviétique) ! Le reste du temps, quand ça chauffe, ça chauffe sérieux – comme dans les trains de nuit russes d’ailleurs : bon tuyau pour se déplacer confortablement en ex-URSS, avec lits confortables, vodka 1ère classe, caviar (je suis très sérieux) et surtout, surtout, suspensions de luxe pour un bon sommeil, pas comme dans les train de nuit en France…. Re-bémol : salle de bains fermée une heure avant l’arrivée, donc il faut se lever une heure plus tôt pour être propre en descendant du train à l’arrivée. Résultat : une heure de sommeil en moins, ajoutée à la vodka de la veille, les arrivées sont gratinées… Bienvenue en Russie.

          Bien, maintenant, pour ne pas tomber dans l’angélisme, et pour les amoureux de la grande littérature russe et des gros livres, je suggère : Les enfants de l’Arbat, d’Anatoli Rybakov.
          Il s’agit des aventures de deux jeunes gens, une jeune homme et une jeune femme, dans toute l’URSS, de 1933 à 1943 (l’époque où a été construit l’appartement sus-mentionné). Là, c’est moins la fête.

          Dans cent ans, ce roman sera plus célèbre que Les frères Karamazov.


          • Anne Le 26 février 2015 à 19h24
            Afficher/Masquer

            En ce moment même il y a des négociations pour utiliser le savoir des Russes en matière de trains

            Beaucoup de lignes de trains de nuit internationaux ont été abandonnées ces dernières années, mais peut être, grâce aux savoir faire russe certaines lignes vont êtres crées…


            • Anne Le 26 février 2015 à 19h28
              Afficher/Masquer

              Rectificatif : des mots ont sauté, désolée, mon post ci dessus est illisible

              Je veux dire “savoir faire” des Russes en matière de trains DE NUiT

              Merci


        • Chris Le 23 février 2015 à 15h36
          Afficher/Masquer

          Merci Krystyna. Pour mémoire, en 1980 un ami yougoslave (Slovénie), ingénieur des mines, avait à sa disposition (couple + 1 enfant) un appartement de 3 pièces + cuisine habitable (env. 75 m2) dans un immeuble de 9 étages avec double ascenseurs, chauffage central, menuiserie à double vitrage, porte palière lourde, balcon, cuisine avec meuble évier, cave individuelle et local à vélos communautaire, place de parc en surface. Le standard locatif qu’on trouvait en Suisse à la même époque et 40 ans en avance sur celui qu’on trouve en France !
          L’entretien de l’immeuble était impeccable, ce qu’on ne peut plus dire maintenant…
          Le loyer versé à son propriétaire (la mine d’uranium qui l’employait) équivalait à 20% de son salaire. Il avait acheter cuisinière et frigo. Le gaz pour l’eau chaude de la cuisine et de la salle de bain (butane) était à sa charge, mais le chauffe-eau faisait partie de la location de même que la fourniture d’eau. Electricité en sus.
          En 1991, lors du changement de régime économique, son employeur vendait en préemption son appartement pour 18’000 francs suisses. Il hésitait, n’ayant pas toute cette somme (*). Je le convainquis que c’était la chance de sa vie et lui prêtait le reste. Sur le marché actuel, son appart. vaut presque dix fois plus… en euros (très proche de Ljubljana avec dessertes publiques). Le but n’étant pas de faire une affaire mais d’avoir un toit sur la tête, car à l’époque le marché locatif était inexistant à cause du système économique.
          Les peuples occidentaux sont encore victimes de la propagande anti-communiste et anti-russe qui sévit plus d’un demi-siècle et qui perdure sous d’autres formes/incantations. Que ne leur a-t-on pas fait croire pour justifier et rendre recevable la razzia en coupe réglée par la financiarisation made in USA ! Et ça continue…
          (*) le couple dépensait tout son salaire (loyer, impôts à la source, nourriture et petites factures déduits) dans ses loisirs et voiture (à prix indigènes aussi !) et voyageait beaucoup dans l’espace soviétique et en Europe. Avoir des économies n’était pas dans la doxa.


          • LeDahu Le 23 février 2015 à 23h49
            Afficher/Masquer

            je peux pas dire c’était la réalité partout car j’ai aussi vécu en Serbie, la Slovénie était un peu spéciale!


        • nulnespropheteensonpays Le 23 février 2015 à 15h45
          Afficher/Masquer

          merci beaucoup , pas de sdf je suppose?


          • nicol4s314 Le 23 février 2015 à 17h17
            Afficher/Masquer

            Non mais il n’est pas impossible qu’il y ai eu des gens exclus du système sans que cela se voit. C’était le cas en Russie sous Staline (d’après Voline pour ceux qui connaissent).


        • sergeat Le 23 février 2015 à 15h55
          Afficher/Masquer

          Ayant fait des études en ex-URSS je confirme les dires de Krystyna:meme pour un étudiant il n y avait pas à faire des petits boulots,tout etait gratuit ou cela coutait quelques roubles symboliques(avion Leninegrade Moscou…..) bien sure le surplus matérialiste n avait pas encore pénétré ces pays et tant mieux.


        • personne Le 23 février 2015 à 18h21
          Afficher/Masquer

          désolée, chère Krystyna Hawrot : Il y a encore aujourd’hui des français – si, si – qui préfèrent ne pas vivre à PARIS dont les logements sont très (trop) chers : on peut trouver des volumes plus conséquents avec ou, mieux, sans moisissures à un prix plus abordable si on accepte de ne pas vivre à Paris, ce qui, avouons le, représente aussi une contrainte. mais le fait est qu’on a un certain choix de vie en quelque sorte en fonction de son budget, à condition qu’on ne se laisse pas prendre aux sirènes du “il faut” …
          quoiqu’il en soit, merci de votre témoignage sur ce que nous connaissons moins et de très loin : c’est très important de savoir cela aussi.


        • bruno Le 23 février 2015 à 19h04
          Afficher/Masquer

          Bravo Krystyna !!!


        • LeDahu Le 23 février 2015 à 23h45
          Afficher/Masquer

          Je peux aussi donner mon témoignage, en Tchèque Rep, en EU; mon logement ‘époque communiste’ était propre et de jamais de souci, l’électrice par contre….. tout le monde s’occupait des espaces communales; même avec le déneigement. les transports qui marchent même moins 20. Gros souci est le chômage, le prix des choses, comme le lait ou les vêtements. Mémé avec un salaire pas mal, il fallait serrer la ceinture pour les courses en € bien sur. J’avoue que souvent les gens qu’il avait des choses mieux avec le communisme, le top était un Rom, qui m’avait dit tout le monde avait du travaille.


        • christiangedeon Le 24 février 2015 à 12h42
          Afficher/Masquer

          Et niema,çà ne vous parle pas? niema de ceci,niema de cela…du moins pour le commun du peuple…par contre pour les “bien dans la ligne ” il y avait indéniablement des tas d’avantages,c’est sûr,dans les magasins ad hoc. Meilleurs souvenirs de 1971 à 1975,où j’ai, passé quelques mois chaque année dans le “merveilleux ” appartement du 15 ultiza Kopinska à Varsovie…c’est marrant,parce que j’ai passé des moments merveilleux dans le pays de ma mère,mais je n’y ai certes pas vu le confort et l’abondance que vous décrivez…je ne devais pas avoir les bonnes lunettes,probablement. je vous donne cependant acte du fait,que dans la mesure de ce qui était permis,les gens étaient plus agréables qu’aujourd’hui. Mais bon,de là à en faire un paradis!


      • Chris Le 23 février 2015 à 12h56
        Afficher/Masquer

        Ne vous en faites pas. Si la Grèce ne contribue pas à faire exploser l’Euro et l’UE, la France sous la pression d’une Troïka, arrivera très vite aux “petits détails de confort” que vous décrivez.
        Quant aux écoles, navrée mais elles étaient gratuites. C’est à l’étage plus haut, dans les universités, que les étudiants devaient obtenir des bourses d’Etat : pas gagné d’avance.


        • Carabistouille Le 23 février 2015 à 13h58
          Afficher/Masquer

          Vous ne comprenez pas ce qu’il vous dit. Il vous parle de corruption. Donc, visiblement, pour avoir l’école qu’on voulait, il fallait graisser la patte. J’avais un copain Polonais danseur classique au début des années 80, il me parlait du fait qu’il fallait cracher pour avoir les bons cours d’état.


      • rouille Le 24 février 2015 à 22h59
        Afficher/Masquer

        Est ce que Potemkin a vécu dans ces logements? Est ce que Potemkin a fait comme nombre de perroquets qui répète ce que les médias occidentaux racontent? comme pour la misère en Libye sous Kadhafi qui se révèle être un mensonge éhonté avec de vrais témoignages?
        Potemkin peut il répondre, merci.


    • Balthazar Le 23 février 2015 à 12h50
      Afficher/Masquer

      ““Après le rappel des faits, j’ai dit à l’élève, qui a offensé la mémoire des victimes, la gravité de ses gestes. Que c’était inadmissible, inacceptable et incompatible avec le message d’unité nationale, avec les valeurs de la République. Je lui ai aussi expliqué qu’il tombait sous le coup de la loi. Qu’ayant plus de 13 ans, il est passible de poursuites devant un tribunal.”
      C’est vrai qu’en lisant ce “discours” du maire , je me dis que ça part vite en couille…
      Pour info , le maire est le 1er magistrat de la ville, ayant aussi fonction d’officier de police judiciaire, chef de sa police etc…
      Donc oui il doit avoir dans ses prérogatives le droit de “convoquer” ses administrés.


    • arthur78 Le 23 février 2015 à 12h55
      Afficher/Masquer

      la question qui se pose aussi, est l’aspect “officiel” de cette affiche, y a t’il les insignes de la republique dessus ? y a t’il eu un texte officiel la presentant ? et si demain matin , on nous demandait de baisser la tête devant le dernier numéro de libération ?


      • anne jordan Le 23 février 2015 à 14h48
        Afficher/Masquer

        oui , au fait : que signifie ” ne pas respecter l’affiche ” exactement ?


    • PapiJohn Le 23 février 2015 à 13h14
      Afficher/Masquer

      Le Maire d’une commune est de droit OPJ (Officier de Police Judiciaire).
      Il aurait donc de ce fait le pouvoir de convoquer n’importe quel citoyen de sa commune.
      Député : je ne sais pas.
      Député Maire (donc cumulard …) : il peut.


      • Alain Rousseau Le 23 février 2015 à 14h26
        Afficher/Masquer

        Et si Député Maire PS, il peut tout :-)


    • chb Le 23 février 2015 à 16h50
      Afficher/Masquer

      Chaque maire est censé avoir mis en place une sorte de tribunal social, où les services (ex?) sociaux prennent le rôle d’accusateurs en lieu et place de celui, historique et statutaire, d’assistant. Les classes sociales défavorisées / dangereuses ainsi mises à l’index peuvent se voir reprocher divers manquements à l’éducation républicaine de leurs enfants, dont cette soi-disant insulte à l’esprit unitaire du 11 janvier n’est qu’un aspect. Juste un petit pouvoir de plus, dont j’ignore pourtant s’il est juridiquement contraignant à l’égard des administrés.
      La brochette de la photo, dite « Cellule de citoyenneté et tranquillité publique » a certainement à cœur de préserver les gamins, en même temps que la bonne laïcité, gage de cohabitation pacifique en ce pays catholique et fier de l’être ! Celui qui n’a rien à se reprocher ne craindra pas de venir devant de braves responsables comme ça : là est le moyen de coercition le plus efficace, je pense.
      La ministre de l’Education etc., qui a approuvé la mise en examen et l’intimidation policière de dizaines de jeunes et de gamins pas assez réceptifs à JeSuisCharlie, a montré la voie du haut de son piédestal légèrement harki…


    • Sophiane Le 23 février 2015 à 19h36
      Afficher/Masquer

      Vladimir Boukovski (ancien dissident soviétique et écrivain) à dit :
      “J’ai vécu dans votre futur…et ça n’a pas marché !”


    • JT Le 23 février 2015 à 21h32
      Afficher/Masquer

      142 opinion favorables au moment où j’écris pour un post de ce genre, je trouve que cela fait un peu trop, surtout sur un blog qui lutte contre la pensée unique. D’accord pour souligner la dérive autoritaire de l’UE, mais pour que cette dernière devienne l’UERSS, il manque encore 50 millions de morts. Quant aux chauffage dans les bâtiments, allez demander aux crevards de la Kolyma (et je doute qu’il reste beaucoup de survivants) ce qu’ils en pensent. Et si votre post se veut humoristique, sachez que je fais partie de ceux qui pensent que l’on ne peut pas rire de tout.


      • Kiwixar Le 24 février 2015 à 00h08
        Afficher/Masquer

        Allez, cotisons-nous tous de manière capitaliste pour m’envoyer en rééducation au goulag capitaliste (Gitmo)… 🙂

        Je ne défends pas l’URSS (choléra), j’accuse le capitalisme “dévoyé” actuel (peste) de l’UERSS d’être pire sous de nombreux aspects (voir mon commentaire ci-dessus). Quand aux 50 millions de morts du communisme, une comptabilité macabre des morts du capitalisme (en comptant les effets du complexe militaro-industriel US et les suicides des employés poussés à bout ou mourrant dans un caniveau) serait intéressante.

        Note : le fait que nous puissions échanger et argumenter sur ce blog montre bien qu’il participe à la lutte contre la pensée unique, d’où qu’elle vienne.


        • Caramba! Le 24 février 2015 à 09h18
          Afficher/Masquer

          fils de réfugiés politiques Hongrois et y ayant été en 2006, je confirme, toutes les personnes avec qui je me suis entretenues regrettent le communisme.Ils parlent de la mondialisation en ces termes’freedom’ ne nous apporte que du malheur, que du chomage et une infinité de taxes qui nous laissent presque rien, “fuck freedom!”


        • JT Le 24 février 2015 à 11h34
          Afficher/Masquer

          J’entends bien ce que vous avancez à propos du niveau de vie dans certains du bloc communiste et je ne conteste pas cette donnée, mais sachez que si nous avions tenu des propos pareils sous Staline, nous aurions immédiatement été identifiés comme ennemis du peuple et déportés. Il en est de même pour tous les autres intervenants de ce blog. Maintenant, vos idées vous appartiennent et vous avez le droit de les défendre.


        • PapiJohn Le 24 février 2015 à 12h52
          Afficher/Masquer

          Bof !
          Si le terme UESSR gênent certains on peut essayer de parler de l’Eureich …
          A mon sens, le communisme, qui partait d’une idée louable d’assurer à chacun un minimum acceptable, est mort de ses excès de bureaucratie et d’expansionnisme.
          Le capitalisme qui privilégie l’idée (pas si mauvaise que cela) de l’initiative et du marché d’offre et de demande s’est déja noyé dans ses excès (2ème guerre mondiale et 50.000.000 de morts) et finira par exploser, mais à mon sens que dans la violence et je pense que nous serons beaucoup à en pâtir.
          Tout dans “Charlie” est excessif et ce depuis le premier jour, car les médias (qui sont dans le pouvoir) ont eu très très peur justement pour leur petit pouvoir.
          Et puis c’est pratique “Charlie” pour éviter de parler des vrais problèmes, surtout ceux qui concernent la façon dont la planète est menée économiquement : là il vaut mieux que le peuple ne sache pas !
          Et pourtant tout vient de là …


    • vérité2015 Le 23 février 2015 à 22h56
      Afficher/Masquer

      Bientôt le goulag..


    • Marie Le 24 février 2015 à 15h03
      Afficher/Masquer

      Je ne suis pas sûr que ces guignols aient le pouvoir de convoquer un administré ; en tout cas les administrés ont le droit d’ignorer cette convocation.

      Une mairie n’est pas un tribunal et les élus n’ont pas la compétence judiciaire !


  2. Rose du sud Le 23 février 2015 à 06h40
    Afficher/Masquer

    Enseignante défendant les élèves en difficultés et permettant avec bienveillance, l’expression libre “méthodes freinet” mais obligeant tout le monde même la directrice à respecter la LOI j’ai été obligée de me faire soigner par les Psy de l’éducation nationale.

    J’ai eu bien du mal à reprendre un vrai service mais j’ai eu de la chance. .jouïssant de ma retraite.
    Ce qui est grave maintenant, c’est que le politique s’en même lui qui ne respecte plus personne.


    • christiangedeon Le 24 février 2015 à 15h59
      Afficher/Masquer

      Méthodes Freinet….ah oui… je vous souhaite un bonne retraite!


  3. osis Le 23 février 2015 à 06h40
    Afficher/Masquer

    La nullité pousse certains à faire n’importe quoi…
    Nécessité médiatique oblige.

    Leurs collabos suivent… Quoi de plus naturel?
    L’essentiel pour eux, c’est d’être sur la photo.
    C’est bon pour l’égo.

    Le reste? On s’en fout.


    • LBSSO Le 23 février 2015 à 09h33
      Afficher/Masquer

      Bonjour osis,

      c’est de la collaboration si M. Varoufakis donne un interview dans Charlie ?

      Complexités….


  4. Carabistouille Le 23 février 2015 à 06h44
    Afficher/Masquer

    Ha que c’est beau la communauté nationale en marche. Et au pas de l’oie, c’est pour quand?


    • visiteur Le 23 février 2015 à 12h59
      Afficher/Masquer

      Etant donné la forme que prennent les mesures pour assurer la “citoyenneté et tranquillité publique”, je pense que l’on commencera plutôt par des séances publiques d’auto-critique.


      • visiteur Le 23 février 2015 à 13h01
        Afficher/Masquer

        Et au fait, ce n’est pas Ségolène Royal qui voulait établir des camps de rééducation par le travail pour jeunes délinquants et autres éléments asociaux ?


        • Chris Le 23 février 2015 à 15h53
          Afficher/Masquer

          Oui, mais à l’époque elle ne l’avait pas envisagé dans cette optique de “redressement moral”. C’était plus pour substituer une figure paternelle d’autorité au vide sidéral de certaines familles en délicatesse éducationnelle.
          Je l’avais compris ainsi à l’époque et approuvais le projet. Dommage qu’il n’ai pas abouti car je pense précisément que ce vide a été comblé par le prosélytisme religieux et djihadiste qui gangrène une jeunesse par nature révoltée, en rupture sociétale et désoeuvrée.


        • personne Le 23 février 2015 à 18h27
          Afficher/Masquer

          je viens d’entendre parler des “réseaux associaux” – sur un mode ironique et déjanté – qui visait tout de même bien certaine cible, semblait-il.


  5. Grossomodo Le 23 février 2015 à 06h52
    Afficher/Masquer

    Bof ,
    Réflexion : personne n’est obligé de se dire “Charlie” , nous en avons assez discuté ici et ailleurs .
    Maintenant il s’agit de savoir ce que s’affirmer anticharlie signifie .
    Si c’est prendre des distances avec l’esprit d’un journal libertaire et provocateur, d’accord .
    Si c’est soutenir des tueurs , sympathiser avec des islamistes radicaux , qui crachent sur la république, la démocratie et l’état de droit , pour imposer la charia , je comprends qu’il puisse y avoir des réactions .
    Faut peut être pas charrier dans l’autre sens .
    Ou alors tout est permis : par exemple porter des croix gammées au collège .


    • Crapaud Rouge Le 23 février 2015 à 07h22
      Afficher/Masquer

      Faut peut être pas charrier dans l’autre sens” : mais c’est eux qui “charrient dans l’autre sens” ! La minute de silence, la marche, la loi, toutes ces choses orchestrées par le pouvoir ne pouvaient que susciter des contestations, comme tout ce qui se fait en démocratie. Et puis, vous le reconnaissez vous-mêmes, “il s’agit de savoir ce que s’affirmer anticharlie signifie“, mais ils ne cherchent pas à le savoir, ils vous considèrent sans procès comme pro-terroriste.


      • J-P Voyer Le 23 février 2015 à 11h05
        Afficher/Masquer

        Il ne faut pas confondre la pancarte « Je suis Charlie » et Charlie. La pancarte est de la propagande de style Soros-OPTOR ; quant à Charlie, c’est un petit salaud http://www.lepoint.fr/images/embed/mahomet-etoile.jpg. Pourquoi devrait-on respecter un petit salaud ? Parce qu’il a été assassiné ? Quant à la pancarte, il faut chier dessus comme sur toute propagande. Pourquoi devrait-on respecter une affiche de propagande, de bourrage de mou ? Chier sur la propagande ce n’est pas approuver les assassins. C’est bien ce qu’ils ont fait ces gamins et il faut féliciter leurs parents.


        • Lage Le 23 février 2015 à 12h39
          Afficher/Masquer

          On ne sait absolument pas ce qu’on fait ces gamins… Dans ce contexte il est difficile de juger.


        • J-P Voyer Le 23 février 2015 à 14h52
          Afficher/Masquer

          Si, nous savons : ils ont manqué de respect à une affiche de propagande. Quel que soit ce manque de respect, ce n’est que manque de respect à une affiche de propagande. Que fait une affiche de propagande dans un collège ? Ce sont les parents qui doivent demander des comptes. Ces affiches n’avaient rien à faire là. Charlie est un petit salaud. Les “Je suis Charlie” tentent d’en faire un petit saint. Il s’agit bien d’une escroquerie.

          Tout cela est bouffonnerie : imaginez des édiles qui demanderaient le respect pour une affiche du docteur Choron. Choron se serait suicidé de dépit.


          • chb Le 23 février 2015 à 17h05
            Afficher/Masquer

            “Que fait une affiche de propagande dans un collège ?”
            En voilà une bonne question !
            Une autre : le ministère était-il légitime à imposer la minute de silence ?
            Plusieurs enseignants qui l’ont “mal respectée”, ou zappée, ont été embêtés… car le chef reste le chef, même quand il a tort. Les profs sont moins rebelles qu’autrefois, faut dire ; avec ce gouvernement étiqueté à gauche c’est encore plus rare.


    • Bruno Le 23 février 2015 à 07h52
      Afficher/Masquer

      Y’en a bien qui portent des croix tout court… y compris des profs.


      • la_nied Le 23 février 2015 à 10h52
        Afficher/Masquer

        Je porte une petite croix et je suis agnostique. Cela signifie plus pour moi l’appartenance à une culture qu’à une religion.


    • Joanna Le 23 février 2015 à 07h56
      Afficher/Masquer

      en rép. à grossomodo :
      Je ne vois pas pourquoi ne pas se dire “C …” signifierait qu’on est “anticharlie” comme vous dites ?
      c’est pour ma part une dialectique que je refuse, ni pour ni contre … et encore moins tout contre …


    • jules Le 23 février 2015 à 08h33
      Afficher/Masquer

      « Pour » ou « contre » Charlie n’est ni une affirmation ni une question. Encore moins une profession de foi. Ce n’est qu’une inadvertance, une de plus, dans un contexte devenu complètement hystérique. Le triomphe de l’excès pour l’excès, par défaut d’une ligne de conduite ferme sur laquelle se tenir.

      « Charlie » lui-même n’est qu’un nom collé sur quelque chose d’étrange qui s’apparente au vide sidéral. L’effet pour l’effet sans aucune chair dedans. (Enfin si, pour la forme, on a déguisé le vide sidéral en norme civique ! Il faut bien un prétexte quelconque afin de justifier le surflicage en cours, lequel correspond à l’idée première, l’ambition de base !)

      « Charlie », en tant que concept fourre-tout, présente l’avantage d’être remplaçable, en fonction des circonstances, par un autre concept tout aussi vide de sens — « anti-Char(lie) » par exemple —, pourvu qu’il provoque le réflexe de conformisme pavlovien tant attendu : une sorte de sifflet à ultrasons pour chiens dressés qualifiés de « responsables » et de « citoyens » parce qu’ils pissent de plaisir par terre en agitant la queue et en donnant la patte. Pas même besoin ni d’une femelle ni d’un morceau de sucre. On change la couleur du sifflet et « the show must go on ».

      Au fond, c’est tout à la fois comique et désespérant. Un monde étrange qui, non, décidément, n’est pas le mien. Enfin, j’espère que non…


    • Gotfried Le 23 février 2015 à 10h21
      Afficher/Masquer

      Je rappelle qu’à une époque pas si lointaine, et pourtant autrement plus troublée et dangereuse, un intellectuel français de premier plan, Jean-Paul Sartre, avait clairement prit le parti de ceux que certains alors appelaient “terroristes”, “sauvages”, “barbares”. Non seulement il a publiquement défendu la cause de l’Algérie libre, mais en plus il a participé à aider matériellement le FLN en se faisant porteur de valises. Malgré cela, il n’a jamais été personnellement inquiété par l’Etat (encore que l’OAS ait cherché plusieurs fois à le tuer). Et à la fin de la guerre, comme tout le monde, il a bénéficié de l’amnistie générale.

      Autres temps, autres moeurs: en lisant que ce qui est reproché à ces deux collégiens, c’est de “n’avoir pas respecté l’affiche Je suis Charlie”, moi je pense plutôt l’affaire du chevalier de la Barre. Si la sanction dans un cas et dans l’autre ne peut absolument pas être comparé, la mentalité est la même: ce sont des affaires de même nature. Rappel des faits: le 9 août 1765, à Abbeville, on retrouve deux crucifix vandalisés: l’un endommagé à l’arme blanche, l’autre souillé d’excréments. Emotion, tout ça, recherche des coupables: le jeune François-Jean Lefebvre de La Barre (19 ans) est le suspect principal. Selon des témoins, il ne se serait pas signé au passage d’une procession: cet impie est forcément coupable. De plus, on trouve chez lui des ouvrages séditieux et corrupteurs (Voltaire et autres).

      Après, la sanction (torture, décapitation et bûcher) semble être le fait du zèle d’un magistrat fanatique, sans forcément refléter la mentalité du temps qui n’était pas si intolérante. Mais de nos jours aussi, on a des juges et officiers publics fanatiques qui font du zèle dans ces affaires “d’apologie du terrorisme”, suivant à leur manière très personnelle et excessive le mouvement “Je suis Charlie”. Bref, les parallèles entre ces deux affaires de blasphème sont nombreux, et c’est très inquiétant.


      • Vincent Le 23 février 2015 à 15h10
        Afficher/Masquer

        C’est vrai que le FLN a commis de nombreux attentats (près de 20000 victimes civiles dont seulement 10% d’européens).
        Les porteurs de valise étaient des partisans de l’indépendance de l’Algérie qui par leur profession, leurs relations ou leur couleur de peau n’étaient pas particulièrement visés par les contrôles de police. Les “valises” étaient des financements pour le FLN (venant de dons à la cause, mais aussi très souvent du racket de la population émigrée travaillant en métropole) ou la fourniture d’armes et d’explosifs.
        Si Jean-Paul Sartre n’a pas été inquiété, c’est sans doute que la presse de gauche soutenait l’indépendance, et que JPS (déjà au faîte de sa gloire) aurait été auréolé d’une aura supplémentaire de “résistant” au fascisme “Gaullien”. De plus, le population métropolitaine s’en fichait pas mal de l’Algérie.
        Un porteur de valise lambda aurait été enlevé et torturé par les services secrets pour obtenir des informations sur son réseau. Il n’y a jamais eu de sympathie pour ce genre d’individus, mis à par dans les milieux internationalistes, justifiant les moyens par la fin. A peine une tolérance pour les stars des quartiers latins.


    • Chris Le 23 février 2015 à 13h11
      Afficher/Masquer

      Ouais, faut pas charlier ! Extraordinaire comme on retourne 70 ans en arrière, en compagnie du bon papy Pétain et ses affidés.
      Hallucinant. La France va mal : très, très, très mal, un bateau ivre. Les idéologies contradictoires qu’on nous assène au quotidien nous entretiennent dans une confusion mentale sidérante.
      Nous ne sommes plus en puissance d’inventer notre avenir, châtrés que nous sommes par notre abdication à la financiarisation via l’EU/€/OTAN.


    • Chris Le 23 février 2015 à 15h57
      Afficher/Masquer

      “porter des croix gammées au collège”
      Ou en réunion privée, comme l’avait fait le Prince Harry pour son anniversaire il y a une dizaine d’années ? Déclenchant un gros buzz médiatique, rapidement balayé sous le tapis ?
      Quel adolescent n’a pas fait sa crise d’urticaire environnemental ?!


  6. chris Le 23 février 2015 à 06h55
    Afficher/Masquer

    J’aime bien la photo, avec les couleurs bleu blanc rouge autour du cou pour faire plus sérieux. Ca m’étonne qu’ils n’aient pas mis un petit drapeau européen ? Un oubli certainement !
    C’est carrément dingue cette histoire, pauvre France !
    J’ai vu aussi l’histoire du petit de huit ans qui a fait tant de bruit dans nos journaux, j’ai particulièrement aimé le passage ou le directeur qui convoque le père (qui a un faciès non catholique) et lui demande “si il regrette” (au sujet des attentats). Vous regrettez ? Lol !!! Qu’es-ce qu’il devrait regretter ??? Est il responsable des attentats ? Cette question sonne comme une accusation non ?
    Moi je l’aurai envoyé chier proprement le directeur !!!
    Voici la vidéo : http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/ahmed-8-ans-entendu-par-la-police-ne-sait-pas-ce-qu-est-le-terrorisme-selon-son-pere-399163.html


  7. Bigtof Le 23 février 2015 à 06h57
    Afficher/Masquer

    “La musique qui marche au pas, cela ne me regarde pas”
    De nos jours, on jugerait Brassens comme délinquant..


    • Grossomodo Le 23 février 2015 à 07h01
      Afficher/Masquer

      Mais il l’a été !
      Interdit d’antenne pendant des années car jugé trop “subversif” .


    • Joanna Le 23 février 2015 à 07h06
      Afficher/Masquer

      certes et je pense aussi à cette autre chanson “le pluriel” :

      Cher monsieur, m’ont-ils dit, vous en êtes un autre ,
      Lorsque je refusai de monter dans leur train.
      Oui, sans doute, mais moi, j’fais pas le bon apôtre,
      Moi, je n’ai besoin de personn’ pour en être un.

      Le pluriel ne vaut rien à l’homme et sitôt qu’on
      Est plus de quatre on est une bande de cons.
      Bande à part, sacrebleu ! c’est ma règle et j’y tiens.
      Dans les noms des partants on n’verra pas le mien.


    • achriline Le 23 février 2015 à 11h16
      Afficher/Masquer

      Il y a aussi cette citation d’Albert Einstein

      Je méprise profondément ceux qui aiment marcher en rangs sur une musique: ce ne peut être que par erreur qu’ils ont reçu un cerveau; une moelle épinière leur suffirait amplement.
      Comment je vois le monde (1934)
      Albert Einstein


  8. DUGUESGLIN Le 23 février 2015 à 06h58
    Afficher/Masquer

    Qu’est-ce que c’est que cette mascarade?
    Comment des élus mais surtout des enseignants peuvent-ils se soumettre à cette pression ridicule?
    Qu’est-ce que c’est que cette nouvelle religion de substitution qui s’appelle “le charlisme”?
    Ces enfants convoqués avec leurs parents ne seront pas prêts de l’oublier. Une telle humiliation, je pense que ça laisse des traces. Les extrêmes appellent des extrêmes qui s’opposent aux extrêmes et ainsi de suite.
    La machine à fabriquer des extrémistes est en marche.


    • Grossomodo Le 24 février 2015 à 09h42
      Afficher/Masquer

      Faut croire que les “enseignants” ne sont pas aussi libres que l’on pense généralement .
      Déjà la liberté pédagogique leur est largement contestée , alors que théoriquement eux seuls sont aptes à décider des stratégies d’apprentissage , en fonction des réalités auxquelles ils sont confrontés, mais les théoriciens et les “chefs” ont de l’entregent et n’y vont pas avec le dos de la cuillère , de plus ils sont à la merci de n’importe quelle intervention , directe , ou indirecte _ souvent à des niveaux élevés_ de parents isolés ou d ‘association quelconque qui remettent en cause leur pratique , leur soi disant opinion , et in fine , ce qui est grave leur autorité .
      Une hiérarchie prompte à ouvrir son parapluie : “surtout pas de vague” ( cf le plus beau métier du monde ..)
      Bref le statut de l’enseignant actuel , grosso modo , est celui de n’importe quel salarié de base dans une entreprise : au pas, sinon sanctions ou la porte , avec devoir de réserve inclus .
      Quant aux syndicats :!!!!


    • Cruz Castillo Le 24 février 2015 à 10h52
      Afficher/Masquer

      J’abonde les propos de Grossomodo. Pour avoir postulé dans ce milieu, sachez qu’il est parfois demandé un serment de loyauté envers l’Education Nationale (le terme “loyauté” peut être explicitement employé) et on vous fait bien comprendre que, derrière, ce sont le rectorat et le ministère qui ont la main, et cette poigne de fer là ne tolère que modérément la dissidence.


  9. bluetonga Le 23 février 2015 à 07h03
    Afficher/Masquer

    Maccarthysme. Guerre à la terreur, syndrome post 9/11, consensualité obligatoire . Purée, c’est vrai, on a vraiment dix ans de retard sur les USA.

    Je propose que pour se rattraper, les deux délinquants soient condamnés à taguer les murs de l’école avec des reproductions des dessins de Charlie. Vive la République, gloire à ses martyrs!


  10. lemoine001 Le 23 février 2015 à 07h30
    Afficher/Masquer

    Pour qui n’aurait pas encore compris : c’est ça l’esprit du 11 janvier

    Je redoutais un patriot act. En fait nous avons pire.


  11. Crapaud Rouge Le 23 février 2015 à 07h41
    Afficher/Masquer

    Ces deux jeunes, âgés de 12 et 13 ans et demi, n’ont pas respecté l’affiche “Je suis Charlie”, apposée dans leurs deux collèges” : je propose une minute de silence en mémoire du chevalier François-Jean Lefebvre de La Barre qui fut torturé, décapité et brûlé pour n’avoir “pas respecté” une procession religieuse. (http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois-Jean_Lefebvre_de_La_Barre) Le respect ça s’apprend, non mais !


  12. Bruno Le 23 février 2015 à 07h46
    Afficher/Masquer

    Pauvres gamins : on avait eu la minute obligatoire de Guy Moquet. Maintenant c’est le respect obligatoire de Charlie Hebdo. Sinon : allez zou ! Chez les flics !

    Et si on réservait à l’école le soin d’éduquer les enfants au lieu d’en faire le lieu des pleurnicheries imposées en lieu et place des cours d’histoire ?


    • Caramba! Le 23 février 2015 à 08h07
      Afficher/Masquer

      ah ben non, les instis m’ont toujours dit que ce n’était pas à eux d’éduquer les mômes!!!à croire que d’un non-investssement en éducation ils sont passé direct à la dictature de l’éducation.!


      • theuric Le 23 février 2015 à 22h25
        Afficher/Masquer

        Eh non, ce n’est pas à l’école d’éduquer, tenez, lisez ces deux courtes phrases:
        J’éduque mon chien.
        J’instruis mon chien.
        Et maintenant répondez-moi à cette question:
        De quoi allez-vous instruire votre chien?
        Il est d’une stupidité sans nom d’avoir remplacé le terme “d’instruction national” par celui “d’éducation national”.
        Et oui, éduquer et instruire n’ont pas du tout le même sens, l’éducation concerne, pour l’essentiel, l’apprentissage de la vie en société et de fait se doit d’être dévolue surtout aux parents mais aussi à l’ensemble des adultes.
        Instruire, en revanche, implique toute transmission du savoir et des connaissances.
        Confondre l’un et l’autre rend l’éducation et l’instruction impossibles, ces deux notions, dans leurs dimensions humaines respectives se devant, dans une société complexe comme la nôtre, d’être consciemment et consciencieusement séparées.
        Le devoir premier de l’enseignant est d’instruire l’élève, c’est le maître, et le professeur professe dans les amphithéâtres.
        Ce qui fait que de nos jours les professeurs des écoles n’éduquent pas, comme il est de normal, mais n’instruisent plus non plus, ils professent.
        Certains diront que ce ne sont que des mots mais il est dit qu’un mot peut parfois être plus dangereux que mille coups d’épée.
        Les penseurs libres sont bien plus craints des tyrans que les besogneux des coups d’estoc.


        • Caramba! Le 24 février 2015 à 10h17
          Afficher/Masquer

          Bonjour,
          Je ne partage pas votre point de vue, quand un enseignant se sert trois parts de gâteaux alors qu’il n ‘y en a pas assez pour tout le monde, d’une certaine manière, il montre un très mauvais exemple d’éducation.
          Quoiqu’il fasse, l’enseignant est un modèle pour l’élève et qu’il le veuille ou non, il fait de l’éducation.


    • Louve Bleue Le 23 février 2015 à 08h10
      Afficher/Masquer

      Excellent ! Ils ont fabriqué des rites religieux sans religion et en plus pire obligatoires . Ce sont les adultes qui imposent des trucs aberrants pour des enfants qui sont coupables. J’écris bien COUPABLES et non pas responsables.


    • Bruno Le 23 février 2015 à 11h53
      Afficher/Masquer

      pardon : je veux dire, eduquer ET instruire !

      (Merci Caramba).


  13. FL Le 23 février 2015 à 08h02
    Afficher/Masquer

    Il serait vraiment intéressant de connaitre la législation sur la minute de silence et les obligations qui en découlent.
    Je n’ai rien trouvé la dessus,hors mi ceci, en fin d’article:
    http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/07/28/comment-s-organise-un-deuil-de-la-nation_4463762_4355770.html
    et cela:
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/07/27/01016-20140727ARTFIG00066-crash-d-air-algerie-l-hommage-de-la-nation.php
    Rien au plan légale concernant la minute de silence et de l’obligation de s’y soumettre.

    Un “juriste” peut-il nous éclairer ?


  14. Caramba! Le 23 février 2015 à 08h05
    Afficher/Masquer

    bizarre, sur ma boîte mail, tous les nouveaux articles sont intitulés:une fois par heure, extrait.


  15. monique Le 23 février 2015 à 08h17
    Afficher/Masquer

    écrire un commentaire…..encore et toujours …et retourner vaquer à nos occupations
    quel est celui d’entre nous qui va risquer sa peau pour cet enfant????
    et c’est un enfant qui a laissé sa peau à sivens!!
    en italie les enfants qui risquent leur peau contre la TAV ont la chance d’avoir erri de luca…
    ici….personne


    • Caramba! Le 23 février 2015 à 08h32
      Afficher/Masquer

      perso, je m’occupe des plus fragiles (déficiences mentales et psychiques , autisme)depuis 30 ans, mon devoir, je pense que je le fais…
      Pour ce qui est du handicap psychique, je récupère à la petite cuillère Des gens mis hors ban de la société parce que pas assez adaptés, de gens que notre société a détruit., définitivement.


  16. kasper Le 23 février 2015 à 08h26
    Afficher/Masquer

    Ça veut dire quoi, “pas respecté” ? Ils ne se sont pas découvert devant ? Ils ont rigolé ? Flatulé ?

    J’aimerais bien savoir. Ça ne changera pas mon avis sur l’innommable connerie de déranger le député-maire (2 mandats et que ça a foutre?), les adjoints, le chef de la police, les proviseurs pour ça. Ils foutent quoi de leurs journées ? Mais pour prendre la mesure du gouffre, j’aimerais bien savoir concrètement.


  17. noel Le 23 février 2015 à 08h26
    Afficher/Masquer

    Demandons leur à ces charlatans d’élus d’acquérir via leurs bibliothèques municipales les numéros de C*****-Hebdo des cinq dernières années, de les faire relier, de s’y abonner, de les mettre à la disposition du public en faisant une rétrospective avec affiches, dessins, grands formats et d’y inviter les écoles de la maternelle aux collèges et lycées et pourquoi pas les parents ! Les profs de français et d’arts plastiques seront mis à contribution afin que des “productions” soient effectuées par nos C***** en herbe ! Faut aller jusqu’au bout messieurs-dames de la bien-pensance-charlatanesque !

    En effet, ne faut-il pas donner des explications aux enfants. Leur imposer une minute de silence pour une cause et un hebdomadaire qu’ils ne connaissent même pas, subventionné par l’Etat donc notre argent ?

    Et il y a des C**** pour suivre tout ça ?


  18. BLN Le 23 février 2015 à 08h28
    Afficher/Masquer

    Affreux, affreux, j’en tremble d’épouvante. Tout cela nous rappelle les heures les plus sombres de notre histoire. Vraiment il est encore fécond le ventre de la bête immonde… (j’abrège). Risquer de se prendre un rappel à l'”ordre” en pleine figure.
    Commediante!


  19. Charles Le 23 février 2015 à 08h37
    Afficher/Masquer

    Donc, en France et pour ces élites, il est plus grave de contester le discours officiel ou de ne pas le respecter que de mettre fin à du harcèlement moral et sexuel envers des profs et des élèves, que de renverser la caravane du gardien sur le parking du collège, que de casser le cou d’un autre élève (tous faits véridiques vus dans des collèges). Très bizarrement, ces actions n’ont jamais déclenché de procédure de rappel à l’ordre – le principal intervenant même pour essayer de dissuader de porter plainte les parents de l’élève portant une minerve.

    On a l’ordre des priorités, quoi !


  20. nom Le 23 février 2015 à 10h01
    Afficher/Masquer

    Je suis Charlie c’est aussi être un soutien au porte-avions qu’on va envoyer pour soumettre quelques utopies en Syrie…


    • Carabistouille Le 23 février 2015 à 10h40
      Afficher/Masquer

      “utopie”? DAESH? Vous êtes sérieux?


      • Wilmotte Karim Le 23 février 2015 à 19h57
        Afficher/Masquer

        Que ce ne soit pas votre (rassurez-vous, notre) utopie ne signifie pas que ce n’est pas le cas de certains.


  21. Macarel Le 23 février 2015 à 10h01
    Afficher/Masquer

    Enfin, en attendant, notre guide, François Hollande, est en train de liquider le PS.

    Après les municipales, les européennes, les sénatoriales, voici s’approcher une nouvelle Bérézina pour les cantonales, le FN est en tête avec 30% des intentions de vote. Manque plus que les Régionales.

    Cinq ans d’européisme intégriste, et de néolibéralisme “social”, auront suffit à liquider ce parti.
    Et ce n’est pas les quelques ruades, bien vite étouffées des affligés, ou des mal nommés frondeurs qui y changeront grand chose, ou les pleurs de ce bon Mr Filoche.

    Comme quoi, il n’y a pire ennemi de la gauche que la gauche elle-même. Je sais la gauche ne se réduit pas au PS, mais l’on ne peut pas dire que pour autant le FG décolle…


  22. chris Le 23 février 2015 à 10h21
    Afficher/Masquer

    Tiens je viens de voir sur france 24 dans la bande d’info défilante que des chars russes se déplaceraient vers novoazovsk !!!
    Y’a de plus en plus d’infos qui accusent les russes de passer la frontière avec chars et armements !


    • Caramba! Le 23 février 2015 à 12h19
      Afficher/Masquer

      Chris,

      ouais mais y a jamais de preuve.


      • chris Le 23 février 2015 à 13h11
        Afficher/Masquer

        Ils s’en foutent des preuves, accuser et il en restera toujours quelque chose !! Avaient-ils une preuve quand ils ont dit que c’est Poutine qui a descendu le vol MH17 ?
        De la propagande grossière mais malheureusement ça fonctionne !


    • polux Le 24 février 2015 à 19h25
      Afficher/Masquer

      Le niveau de désinformation propagandiste des médias français a atteint un niveau inimaginable. On est je pense au-delà de ce qui se passait dans les régimes soviétiques. Les “journalistes” pratiquent désormais l’omission systématique du détail et des faits pertinents, organisent l’absence de contradiction et la déformation volontaire des faits.

      On montrera en boucle sur BFM et iTélé au populo franchouillard décérébré, l’enfer que vivent les vacanciers coincés une journée sur les routes des sports d’hiver tandis que le peuple du Donbass vit terré dans des caves depuis des mois dans l’hiver russe, de peur certainement d’être libéré par les forces du progrès ukrainiennes animée par le glorieux esprit de Maidan, tant vanté par BHL et ses amis.

      http://youtu.be/60hreekziVI


  23. rastignac Le 23 février 2015 à 10h40
    Afficher/Masquer

    je me souviens de la cérémonie avec tout le tra lala comme sur la photo pour aller planter l’arbre de” la liberté” dans la cour de l’école.

    et le maire en passant ( une sombre crapule ne payant même pas d’impots dans la commune dont il est l’élu, la aussi en passant) me demandant si j’y allais avec mes enfants.

    “non! trop petits pour assister à un enterrement …” je lui répondis…..


    • chris Le 23 février 2015 à 13h12
      Afficher/Masquer

      Lol !!! Rastignac ! Trop fort la réponse !!! “Trop petits pour assister à un enterrement” Muahahah !!! Excellent !!


  24. Anatole Le 23 février 2015 à 10h41
    Afficher/Masquer

    Pink Floyds:

    Just another brick in the wall. Une vraie put** de brique, celle-là.


  25. petouille Le 23 février 2015 à 10h56
    Afficher/Masquer

    we must SHARE LIE


  26. Youpla Le 23 février 2015 à 11h08
    Afficher/Masquer

    Je me rends compte avec horreur, effarement, tout ça tout ça que, sur la photo, la sacro-sainte parité républicaine tant louée par toute la bien-pensance n’est absolument pas respectée.
    Vite, créons un site pour dénoncer (puisque cela semble être le nouveau sport national à la mode de nos tenants de la liberté d’expression) cette intolérable injustice.


  27. Alae Le 23 février 2015 à 11h11
    Afficher/Masquer

    Avant, nous avions deux Frances, celle des vieux cons et celle des dissidents de tous poils. A l’époque, c’était clair : les vieux cons avaient tous plus de quarante ans, portaient des costumes-cravate, étaient patriotes, faisaient la morale et votaient à droite. Les dissidents, qui formaient un assemblage hétéroclite de grands à lunettes, de petits gros acnéiques, de maigres à cheveux longs, de féministes, de communistes, de libertaires et de gosses qui ne comprenaient rien mais trouvaient tout ça marrant, vouaient un culte à Brassens, à Alan Stivell et au Rock, s’habillaient n’importe comment et votaient à gauche.
    Aujourd’hui, rien n’a changé. Il y a toujours autant de vieux cons en costumes-cravate, ils ont toujours généralement plus de quarante ans et font toujours la morale, sauf qu’aujourd’hui, ils sont charlistes, progressistes et européistes.


  28. observateur engagé Le 23 février 2015 à 11h42
    Afficher/Masquer

    “Il faut repérer et mettre hors d’état de nuire les anti Charlie” (Nathalie de St Criq). On y est…


  29. DUGUESGLIN Le 23 février 2015 à 11h43
    Afficher/Masquer

    Les enfants désormais appartiennent à l’état?. Les parents en sont les gardiens et ils ont obligation de leur transmettre “l’éducation” du pouvoir en place? A défaut ils doivent en rendre compte aux autorités?
    A ce rythme, bientôt, en cas de non soumission des parents, les enfants seront confiée à la DASS pour recevoir l’éducation d’état conforme. Excessif me direz-vous? he ! bien ! on verra ! L’évolution me semble claire. La nouvelle “civilisation” est en marche. Un false flag par ci, un false flag par là, et hop ! encore des nouvelles lois et un peu plus de main mise de l’état.


  30. grub Le 23 février 2015 à 11h51
    Afficher/Masquer

    A part provoquer la haine des deux gamins et de leurs parents, je ne vois pas trop ce que cela va apporter. Haine qu’ils vont devoir refouler pour ne pas risquer de plus graves problèmes.

    Ils le comprennent ces abrutis en face ou ils n’ont strictement aucune capacité d’empathie ?


  31. Ludo Le 23 février 2015 à 12h25
    Afficher/Masquer

    En même temps, si les gens sont assez cons et dociles pour se laisser faire n’importe quoi …

    J’sais pas moi, j’aimerais vraiment qu’un truc comme ca m’arrive. J’aimerai bien me retrouver face a une assemblée pareille et pouvoir leur remettre les points sur les “i”.

    Mais j’ai l’impression qu’ils savent qui il peuvent convoquer/manipuler et ceux qui ne faut pas. Parce que j’ai vraiment de la peine à croire qu’une personne a qui ce genre d’aventure arrive ne veuille pas aller plus loin.


  32. Nerouiev Le 23 février 2015 à 12h37
    Afficher/Masquer

    Je ne suis pas Charlie, je suis celui qui est devant moi, qui suit celui qui est devant lui, qui suit, … celui qui est tout devant et qui ne sait pas où il va. C’est ça qu’est devenue notre société.


  33. Tony A Le 23 février 2015 à 12h47
    Afficher/Masquer

    La guerre est inhumaine
    Quel triste épouvantail !
    N’écoutons plus la haine
    Exaltons le travail
    Et gardons confiance
    Dans un nouveau destin
    Car Pétain, c’est la France,
    La France, c’est Pétain !

    Maréchal nous voilà !
    etc.


  34. Georges Le 23 février 2015 à 13h02
    Afficher/Masquer

    Ce n’est pas le rôle de l’école (et donc de l’Etat) d’imposer une minute de silence et une affiche à des mineurs.

    On sait bien que l’endoctrinement est d’autant plus efficace qu’il est commencé tôt.

    L’école étant obligatoire, ce genre de pratique, minute de silence et propagande, devrait y être interdit, car ce sont des mineurs influençables.


  35. FileDansLeVent Le 23 février 2015 à 13h25
    Afficher/Masquer

    Tout cela commence à ressembler furieusement à “1984” de Georges Orwell.

    Eh les gars, c’est un roman pas un manuel…


  36. Arthur Le 23 février 2015 à 13h56
    Afficher/Masquer

    Des vieux beaufs paumés déconnectés qui ne comprennent plus les jeunes… Une vrai caricature, on se croirait dans un téléfilm du dimanche.


    • Alain Rousseau Le 23 février 2015 à 18h26
      Afficher/Masquer

      Avec Henri Guybet dans le rôle du Maire, Gérard Hernandez dans le rôle du chef de la police municipale, Bernard Menez dans le rôle du principal de collège et Marthe Villalonga dans le rôle de la directrice du CCAS.


  37. Feuille de Mars Le 23 février 2015 à 14h27
    Afficher/Masquer

    Nouvelle réflexion Orwellienne :

    Sensibiliser, on dirait que c’est le nouveau mot pour dire : INTIMIDER.


  38. Alain Le 23 février 2015 à 14h30
    Afficher/Masquer

    Je ne suis pas Charlie car je me refuse à insulter ceux qui ne pense pas comme moi


  39. Okl Le 23 février 2015 à 14h31
    Afficher/Masquer

    ça sera bien un jour de convoquer le député Reynès devant une assemblée citoyenne et qu’il nous explique pourquoi il a trahi le peuple en votant “le traité de Lisbonne” alors que le peuple avait voté “non” quelques mois auparavant :

    “http://www.ladepeche.fr/article/2008/02/04/431513-traite-lisbonne-decouvrez-comment-ont-vote-depute-senateur.html

    “Nous citoyens pouvons en effet considérer qu’un député de cet âge-là est totalement responsable de ses propos et de ses agissements”


  40. Ouranos Le 23 février 2015 à 14h46
    Afficher/Masquer

    Ah les superbes élus que voilà !… formant comité spécial de la “Cellule de citoyenneté et tranquillité publique” (sic), pour admonester et menacer des foudres de la “République” les “citoyens” indignes qui ne se rangeraient pas à la conception commune de “l’ordre public” !…
    Sous leurs écharpes tricolores, ils ont l’oeil vif et sentent le camembert…
    Des hommes ordinaires ?… oui… mais des gardiens du temple libéral… à leur niveau… obéissants… serviles… comme le fûrent tous les petits collaborateurs que leur époque funeste dépassait.

    La perte de nos amis de Charlie Hebdo est immense. Elus de 1ère, 2ème ou de 3ème classe, laissez nous à notre douleur, et n’exigez de personne la croyance dans vos totems républicains. Vous piétinez depuis trop longtemps le peuple Français, trop naïfs ou trop cupides que vous êtes.

    Le peuple Français n’en peut plus de cette mascarade !


    • alain Le 24 février 2015 à 07h48
      Afficher/Masquer

      Il y aura des élus tant qu’il y aura de électeurs, allez voter pour soutenir notre démocratie, que dis-je notre GRANDE démocratie.
      Non, je ne suis pas charlie (c’est volontairement que je n’ai pas mis de majuscule), je ne suis pas 49-3 non plus.
      Et les électeurs sont comme ces enfants qu’on fait passer devant un tribunal, la seul différence réside dans le discourt “allez voter, soyez citoyen” et que la peste soit de ceux qui ne votent pas, ces parriats qui ne respectent pas le sacrifice des anciens mort pour la liberté d’expression.
      Et chacun se doit de défiler devant la table ou trône deux pile de bulletins: la “peste” ou le “choléra” avant de déposer son bulletin en secret “quelle blague”, comme un bon charlie.
      Alors non, je ne suis plus charlie et pourtant, je l’ai été, j’en étais même un fervent défenseur, jusqu’en 2005, un jour de référendum…


  41. lemoine001 Le 23 février 2015 à 15h19
    Afficher/Masquer

    Si j’étais un de ces élus peu soucieux des engagements qu’ils ont pris, je commencerais à m’inquiéter et à craindre de me retrouver un jour admonesté publiquement par un comité de salut public ou un tribunal populaire (qui ne serait qu’un nom plus franc et plus clair que “cellule citoyenneté et tranquillité publique”)


    • Ouranos Le 23 février 2015 à 16h23
      Afficher/Masquer

      Si j’étais un “citoyen” convoqué par ces élus constitués en “tribunal populaire”, adeptes de l’Ordre quand la Justice n’est plus, le zèle républicain en bandoulière et la probité honteuse, je leur ferais un bras d’honneur.
      Bien à vous


  42. Fund_touch Le 23 février 2015 à 15h27
    Afficher/Masquer

    Mouais… Tout ce que l’on sait est que deux personnes n’ont pas respecté l’affiche “Je suis Charlie” de leurs collèges, qu’ils n’ont pas marqué la minute de silence et ont tenu des propos “jugés inquiétants”.
    Alors autant pour la minute de silence non respectée il n’y a rien de choquant, autant pour le reste on ne sait strictement rien. Nous avons connaissance de l’idéologie politique nous gouvernant, mais il convient de rester prudent.


  43. georges glise Le 23 février 2015 à 15h34
    Afficher/Masquer

    il existe 2 châteaurenard, l’une dans le loiret, l’autre étant châteaurenard-provence dans les bouches-du-rhône, où copé va se montrer de temps à autre. je suppose qu’il s’agit de cette dernière. j’y ai habité avec mes parents dans ma jeunesse. il s’agit d’une région où l’ump s’alliera sans problème avec le fn; longue tradition royaliste et vichyste.


  44. Di-Léta Patrice Le 23 février 2015 à 15h45
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    je souhaiterais recevoir les coordonnées des ces donneurs de leçons. Car si ils ont un avis sur ces faits et sur leur république bannière, j’aimerais partager leur partager mon avis aussi sur ces mêmes sujets. D’avance merci.


  45. anne jordan Le 23 février 2015 à 16h01
    Afficher/Masquer

    voici une vidéo ” anti sémite ” pour votre gouverne , @lage !
    https://www.youtube.com/watch?v=aBwyCipkZHs
    tournée en Israël , grande démocratie …


  46. zeoka Le 23 février 2015 à 16h20
    Afficher/Masquer

    On ne connait pas la teneur exacte des propos des mômes donc dur d’avoir un avis lucide
    Mais si on admet qu’il ont chié sur la liberté d’expresion verbalement ou dit que c’était bien fait,
    dans ce cas ce n’est qu’ un briefe sur ce qu’il est légale de dire en public ou pas
    Pas de sanction mais prévention
    Si le môme n’est pas Charlie il lui faut a mon avis une argumentation beaucoup trop solide pour lui
    a moins qu’il soit le Mozart de la tchatche.

    Quand on va en prison on rentre dans un monde 100% minable , c’est autre chose que 3 gugusses qui font la morale une demi heure !


  47. Yannick Le 23 février 2015 à 16h22
    Afficher/Masquer

    “le député-maire Bernard Reynès, qui les a reçus, entouré de l’adjoint chargé des affaires scolaires (Claude Labarde), de l’adjoint à la sécurité (Michel Lombardo), des chefs d’établissement des deux collèges de la ville, du chef de la police municipale (Max Chaumeil) et de la directrice du CCAS (Élisabeth Rousset).”

    Et personne pour représenter la Milice ?!? Ach, vraiment, la France n’est plus ce qu’elle était !

    Plus sérieusement, ça veut dire quoi:
    n’ont pas respecté l’affiche “Je suis Charlie”
    ???


    • chris Le 23 février 2015 à 16h27
      Afficher/Masquer

      Ca veut dire qu’ils n’ont pas dit “je suis charlie”, c’est un manque de respect ! Chaque fois que je vois une affiche, je crie haut et fort “je suis charlie”, parfois je rajoute “mort aux bougnouls” . On m’applaudit souvent, on me tape dans le dos ou on me fais un petit signe de la main !
      Vive la France !


      • PapiJohn Le 24 février 2015 à 09h04
        Afficher/Masquer

        Tiens ! Il me semble avoir déja lu cela dans des livres d’histoire …
        Ah le bon vieux temps du Maréchal !
        Dis donc! 60 millions de “je ne suis pas Charlie” en France, ça va en faire du monde à ficher, puis arrêter, … en attendant mieux (ou pire suivant le coté où on se trouve)
        Et puis si il n’y a pas assez de “Charlie”, on pourrait demander un coup de main aux grands meneurs de l’Eureich pour faire tout cela, ça leur rappellerait le bon vieux temps à certains !
        Navrant n’est ce pas ?


  48. tintin Le 23 février 2015 à 16h36
    Afficher/Masquer

    Ce qu’il faudrait, peut-étre, c’est encourager tous les enfants sclorarisés, qu’ils soient en primaire ou secondaire, à recouvrir les panneaux d’affichage autorisés de leurs établissements, d’affiches de “charlie Hebdo” . Evidemment des affiches bien choisies avec beaucoup de culs, de couilles, de bites etc …. ça ne serait pas rigolo ????
    Et si remontrances, ils pourraient dire:”comment, vous n’êtes pas Charlie!!!!” Pris à leur propre piège, les “bien-pensants”!!


  49. Chris Le 23 février 2015 à 17h20
    Afficher/Masquer

    Puisqu’on parle de respect :
    http://www.rtdeutsch.com/12819/unkommentiert/geschmacklos-poroschenko-und-gauck-lachen-bei-gebet-fuer-die-maidanopfer/
    Sourire, voire presque fou-rires de Porochenko, Tusk et Gauck lors de la cérémonie en l’honneur des victimes du Maïdan. Eh oui, c’était un bon coup… d’état !


  50. Grégoire Le 23 février 2015 à 18h02
    Afficher/Masquer

    Faut il dérouler un tapis persan, s’agenouiller et se prosterner devant l’affiche ?



Charte de modérations des commentaires