Suite du billet sur les impacts des refinancements bancaires sur le bilan de la BCE.

Les dépôts des banques à la BCE

Nous avons vu que l’argent prêté par la BCE aux banques commerciales est en fait redéposé par elles à la BCE.

Analysons donc ces dépôts par pays – ce qui est très rarement fait :

facilité de dépôt bce

Dans les pays ayant peu participé aux VLTRO, on note pourtant une notable hausse des dépôts de la Finlande, du Luxembourg et de l’Autriche.

facilité de dépôt bce

Dans les pays ayant plutôt participé aux VLTRO, on note une explosion des dépôts en Allemagne, une nette hausse en France et aux Pays-Bas et rien de marquant en Italie.

On note bien le caractère historique et exceptionnel de ces mouvements sur le graphique de synthèse suivant :

facilité de dépôt bce

Les concours nets de la BCE

Nous avons analysé les sommes empruntés par les banques à la BCE puis les sommes qu’elles ont déposées.

Globalement, les sommes sont identiques – par définition.

Toutefois, nous avons constaté qu’il y avait d’importantes différences suivant les pays.

Analysons donc ce que je définis comme le “concours net de la Banque centrale”, à savoir la différence entre les montants empruntés et déposés :

facilité de dépôt bce

On observe que les banques d’Irlande, de Grèce et du Portugal ont recours à des niveaux importants de refinancement, mais qu’elles n’ont pas eu le besoin d’augmenter notablement celui-ci par les VLTRO. Les Pays-Bas voient au contraire leur bonne situation de liquidité franchement s’améliorer, au point qu’ils disposent de bien plus de monnaie centrale qu’ils n’en ont emprunté (nous verrons pourquoi…).

facilité de dépôt bce

On observe ici que le phénoménal besoin d’aide de l’Espagne et de l’Italie, et le gigantesque basculement de l’Allemagne depuis 2010.

Si on cumule ces concours, on arrive à ce graphique :

facilité de dépôt bce

La rupture est à peine croyable : on passe d’une situation “normale” ou chaque Banque centrale soutient plus ou moins fortement la liquidité de son système bancaire, à une situation de dérèglement majeur, avec une divergence phénoménale entre pays créanciers et débiteurs…

Prenons plus de recul pour juger du phénomène :

facilité de dépôt bce

facilité de dépôt bce

On note bien le caractère exceptionnel de tels “concours négatifs”, à savoir le fait que des pays aient bien plus de liquidités en monnaie centrale que ce qu’ils ont emprunté.

On observe bien l’impact global si on additionne la situation des 5 plus grands pays en terme de flux :

facilité de dépôt bce

Là encore, le passage d’une période “normale” de soutien des Banques centrales à une situation “hors norme” de systèmes bancaires créditeurs est frappante… La chute a d’ailleurs été précédée d’une bulle marquée de monnaie centrale.

On comprend dès lors que la monnaie centrale a fortement circulé entre pays.

Le prochain billet sur les fameux soldes TARGET2 va nous éclairer…

37 réponses à 0108 Les dépôts des banques à la BCE / Les concours nets

  1. Jaicruvoir Le 25 mai 2012 à 04h42
    Afficher/Masquer

    Le basculement des besoins de liquidité Allemande en 2010, ne correspond-il pas à la fin des payements des dommages de guerre?


  2. elgringo Le 25 mai 2012 à 04h44
    Afficher/Masquer

    Meci et bravo pour ce post,
    faut s’accrocher, avec vous, j’ai l’impression d’avoir repris mes études.
    et attention si on loupe un cours, mais l’important c’est de se sentir moins con chaque jour.

    je fais votre promo dans mon entourage, mais c’est vrai que faut être motivé, vous ne nous livrez pas du “pret à digérer”, pas question de vous lire avec la télé qui marche…    


    • Alain34 Le 25 mai 2012 à 11h25
      Afficher/Masquer

      Oui, suivre demande quelques efforts, mais c’est pas grand chose par rapport au travail fournit par Olivier, et ça apporte tellement :)
      Si seulement plus de nos élus et journalistes faisaient cet effort au lieu de s’arrêter au niveau de la couleur des chaussettes des uns et des autres…
      C’est peut être pas du “pret a digérer”, mais c’est bien préparé, bien assaisonné et bien présenté, ca donne envie, ca se déguste sans faim et avec grand plaisir :)
      Du 3 étoiles, du Duchemin, pas du Tricatel  :P


  3. Patrick Luder Le 25 mai 2012 à 04h49
    Afficher/Masquer

    Je ne vois pas ce que l’on va chercher avec cette monnaie banque centrale européenne.
    Les flux de chaque pays proviennent de trois facteurs et d’un truc bizarre :
    F1° Flux selon les balances commerciales internationnales de chaque pays.
    F2° Flux selon la prévoyance sociale (marché international).
    F3° Flux selon les emprunts / remboursement des dettes de chaque bays.
    Le truc bizarre  c’est le mécanisme du prêt aux banques publiques (banques secondaires), que je n’ai pas compris.

    Olivier, j’attend donc la suite avec patience, puisque tu semble mettre tant d’énergie à nous montrer ces mécanismes, je me dis qu’il doit y avoir quelque chose d’important derrière …
    Merci et bonne journée, Patrick Luder  


  4. Jean-Baptiste B Le 25 mai 2012 à 05h10
    Afficher/Masquer

    Finalement je sais quels sont les « manuels d’économie pour les nuls » qui vous plairaient, mais ils sont en anglais
     
    Understanding Modern Money de L. R. Wray, 1998. Mon préféré, avec une histoire de la monnaie beaucoup plus crédible que ce que les libéraux nous racontent sur le troc.
    Full Employment Abandoned, de W. Mitchell et J. Muysken, 2008. Très bon aussi, avec une histoire de la pensée du plein emploi (et du chômage) après-guerre.
     
    Si vous hésitez, il y a le blog de William Mitchell et celui où officie L. R. Wray le plus souvent. Voilà, je crois que vous êtes suffisamment à l’aise en anglais pour que vous n’ayez plus d’excuses sur les questions macroéconomiques à l’avenir ;¬P


  5. Elsassman Le 25 mai 2012 à 08h01
    Afficher/Masquer

    Merci Olivier pour ces explications qu’on ne voit nulle part ailleurs. J’ai quand même une question, même si elle n’est pas liée à la crise actuelle : comment s’explique le manque de liquidités des banques allemandes durant 10 ans (et probablement plus puisque le graphique ne va pas plus loin) ? Je me souviens bien que les banques allemandes ne faisaient pas les fières au début de la crise en 2008, mais qu’elles aient été en manque chronique de liquidités depuis avant même la création de l’euro est surprenant (pour moi en tout cas).
     


  6. BA Le 25 mai 2012 à 09h06
    Afficher/Masquer

    Vendredi 25 mai 2012 :

    Une sortie de la Grèce de l’euro déstabiliserait l’économie mondiale.

    Le directeur général de l’organisation bancaire mondiale IIF, Charles Dallara, juge qu’une sortie de la Grèce de l’euro déstabiliserait l’économie mondiale et appelle l’Europe à se doter d’un mécanisme de garantie des dépôts bancaires, vendredi dans Il Sole 24 Ore.

    Il est erroné de penser qu’une sortie de la Grèce de la zone euro n’aurait pas de très lourds effets sur les banques européennes, sur la BCE, sur des pays comme l’Italie, l’Espagne et le Portugal à cause de la contagion. En outre, cela déstabiliserait l’ensemble de l’économie mondiale, estime-t-il dans un entretien accordé au quotidien économique italien.

    Le patron de l’IIF appelle en outre les Européens à se doter d’un mécanisme de garanties des dépôts bancaires, une mesure qu’il qualifie d’urgente.

    Les dirigeants européens ont chargé mercredi le président de l’UE, Herman Van Rompuy, de plancher notamment sur ce sujet.

    Il n’existe pas pour le moment de risque d’une fugue des capitaux à grande échelle mais on a laissé l’incertitude sur la Grèce toucher d’autres pays comme l’Espagne, au point qu’aujourd’hui le marché ne sait pas différencier de manière adéquate la solidité des trois grandes banques – Santander, BBVA et Caixa – des caisses d’épargne, souligne M. Dallara.

    link to romandie.com
     
    Garantir les dépôts bancaires de la zone euro ?

    Oui, ce serait bien.

    Garantir les dépôts bancaires de la zone euro.

    Mais avec quel argent ?


  7. Dubreuil Le 25 mai 2012 à 09h41
    Afficher/Masquer

    Flippant, mais pas sur d’avoir tout saisi. Je ne suis pas sur que “manque de liquidités” soit le vrai terme.
     


  8. marie Le 25 mai 2012 à 09h44
    Afficher/Masquer

    je rêve où il y a un article qui a disparu le comte rendu du G8 ?


  9. wagrez Le 25 mai 2012 à 09h47
    Afficher/Masquer

    @BA
    Si je suis bien, le problème que semble soulever Charles Dallara serait celui d’un “bank run” actuellement en cours en Grèce et qui pourrait se propager aux autres pays périphériques.

    Les grecs ayant peur que leur pays ne sorte de l’euro et repasse à la drachme s’empressent de sortir leurs euros de leurs comptes en banque. En effet, en cas de sortie de l’euro, leurs comptes seront transformés en drachmes (1 drachme = 1 euro), puis la drachme sera dévaluée d’environ 50%. Avec les billets libellés en euros dans leur matelas, les grecs sauvegarderont une partie de leur patrimoine.

    Comme la banque ne peut pas disposer des liquidités pour couvrir l’ensemble de ses comptes clients, cela mène à la faillite de la dite banque (enfin je crois). C’est en raison de la crise de 1929 que la garantie des dépôts bancaires par l’État a été mise en place (en 1933 je crois), afin d’éviter le fameux “bank run”.

    La solution: que l’État grec (s’il le peut) garantisse les dépôts grecs actuels à leur valeur en euros et non pas en drachmes. Pas forcément très simple ni même faisable, mais le “bank run” est en cours.

    Enfin, la Grèce n’aurait jamais due entrer dans la zone euro. Cet exemple montre bien que le “politique” ne peut pas faire comme si l’”économique” n’existait pas.


    • Draxredd Le 25 mai 2012 à 09h59
      Afficher/Masquer

      Enfin, la Grèce n’aurait jamais due entrer dans la zone euro. Cet exemple montre bien que le “politique” ne peut pas faire comme si l’”économique” n’existait pas.
       
      C’est rigoureusement le contraire qui c’est passé avec la création de l’Euro, tout de même.


      • Fabrice Le 26 mai 2012 à 16h08
        Afficher/Masquer

        Draxredd Pour être exact l’europe a été conçu autour de l’économique conçu comme un marché économique ouvert sans barrière ! Mais en ignorant le politique, le social, le fiscal, la démocratie (en s’asseyant deçu quand le résultat ne convenait pas). 

        Résultat quand l’économie et ébranlé par la crise rien ne vient contrebalancer la situation, l’euro a été conçu pour favoriser l’économie, sans les supports que connaît une monnais standard en pensant que le reste suivrait (et encore je doute parfois) mais non on s’est arrêté au milieu du Gué et on peut “admirer” le résultat.
            

          


  10. BA Le 25 mai 2012 à 13h52
    Afficher/Masquer

    Vendredi 25 mai 2012 :
     
    Les banques préparent des plans d’urgence sur la Grèce.
     
    Les banques françaises, qui font partie des établissements bancaires étrangers les plus exposés à la Grèce, préparent dans le plus grand secret des plans d’urgence dans l’éventualité d’une sortie de la République hellénique de la zone euro, ont indiqué à Reuters des sources informées des préparatifs.
     
    D’après des responsables de la zone euro, le comité de préparation de l’Eurogroupe avait demandé aux gouvernements de la zone de préparer chacun de leur côté des plans d’urgence pour se préparer au retour de la drachme en Grèce.
     
    “Chaque banque a désormais une équipe spéciale chargée de regarder les conséquences possibles d’un retour de la drachme”, a dit à Reuters un banquier parisien sous couvert d’anonymat.
     
    Ni BNP Paribas, ni le Crédit agricole, de loin la banque française la plus exposée à la Grèce, ni la Société générale n’ont souhaité faire de commentaires.
     
    (Dépêche Reuters)
     
    link to lesechos.fr


  11. Brice Goe Le 25 mai 2012 à 16h29
    Afficher/Masquer

    En attendant, la France profite de taux qui n’ont jamais été aussi bas pour se financer.
    Les investisseurs fuyant les pays du Sud se reportent naturellement sur l’Allemagne et … la France.
    Quand le malheur des uns fait le bonheur des autres.
    Bon d’accord, ça va pas durer …


  12. BABA Le 25 mai 2012 à 19h24
    Afficher/Masquer

    Bravo et merci pour cet article de qualité.
    L’avant dernier graphe montre bien ce qui ne peut qu’arriver : l’éclatement de la zone euro en 2 zones


  13. Borowic Le 26 mai 2012 à 10h59
    Afficher/Masquer

    Les apprenti-sorciers se sont mis dans une situation qui ne peut être réglée que par la mutualisation des pertes  c est a dire le fédéralisme. Mais comme les peuples ne en veulent pas la dictature est en marche.
     


    • Patrick Luder Le 26 mai 2012 à 14h53
      Afficher/Masquer

      “une situation qui ne peut être réglée que par la mutualisation des pertes”

      Pas trop envie de partager l’irresponsabilité des autres … Je préfère largement que les cancres fassent faillite, et tant pis pour ceux qui leur ont prêté => c’est plus franc, plus direct et cela servira mieux de leçon … 

      Il n’ y aura pas de dictature possible dans nos régions, le peuple est trop informé et et heureusement encore assez réactif …     


  14. Flo Le 26 mai 2012 à 20h04
    Afficher/Masquer

    J’ai quand même tiqué sur le passage du dernier article de F. Lordon où il avance qu’au besoin la BCE pourrait “s’auto-recapitaliser par création monétaire” si ses pertes venaient à entamer ses fonds propres !
    D’abord j’ai de sérieux doutes que cela soit compatible avec la loi et les traités.
    Ensuite le risque de décrédibilisation du système tout entier est comptétement négligé.


    • Crapaud Rouge Le 29 mai 2012 à 18h34
      Afficher/Masquer

      @Flo: vous n’avez pas compris Lordon ! Il ne dit pas que la BCE pourrait se recapitaliser elle-même, mais que l’idée-même de se récapitaliser est dans son cas une absurdité. Je cite : “En effet, tout ça n’est pas sérieux, à ceci près que le « ça » en question renvoie moins aux supposés périls auxquels la BCE se serait déraisonnablement exposée qu’aux divagations du commentateur qui n’a pas tout à fait compris qu’il était de la dernière ineptie d’appliquer les catégories ordinaires de l’économie financière à la banque centrale, entité par construction absolument dérogatoire du « droit commun ».


  15. max Le 27 mai 2012 à 12h13
    Afficher/Masquer

    Alors si j’ai bien compris, la BCE ouvre des lignes de crédits “faciles” aux banques européennes, de manière à ce que les excès de liquidités des uns couvrent les besoins en liquidités des autres. Et dans 3 ans, on fait le bilan en espèrant que la situation se sera améliorée d’ici là.

    Mais il se passe quoi si: 

    - les cures d’austérités infligées aux pays en galère ne fassent que plomber encore plus les économies concernées ? On repart pour un tour ? Les “bons joueurs” sortent leurs billes du jeu et tout s’écroule ?

    - les actifs déposés à la BCE contre monnaie centrale se cassent la gueule pour une raison X ou Y dont le marché a le secret ? 

    Et comment justifier le côté “ca va bien se passer” avec les banques d’un côté, qui pourtant ont parfois des ratios dette/fonds propres qui laissent rêveur, alors que les états galèrent sur le marché obligataire, eux qui pourtant sont censés être relativement sûrs ?


  16. Deres Le 27 novembre 2012 à 18h06
    Afficher/Masquer

    Une mise à jour serait bienvenu étant donné les divergences exponentielles constatées il y a seulement 6 mois …


  17. wagrez Le 25 mai 2012 à 15h23
    Afficher/Masquer

    Scénario possible pour la Grèce:
    - les électeurs élisent un gouvernement anti-rigueur
    - le nouveau gouvernement rejette le mémorandum
    - la Grèce ne reçoit plus les aides FMI etc…
    - la Grèce fait défaut sur sa dette résiduelle (mesures de rétorsion?)
    - la Grèce ne peut plus se financer sur les marchés

    Et là je suis un peu dans l’inconnu, tout dépend de son déficit primaire.

    La Grèce peut-elle rester dans la zone euro ou même dans l’Union Européenne après avoir fait défaut vis-à-vis des banques européennes, du FMI (qui doit avoir l’habitude) et  de la BCE?
    Comment fera-t-elle face au “bank run” en cours qui se sera aggravé vraisemblablement?


  18. wagrez Le 25 mai 2012 à 16h24
    Afficher/Masquer

    @Olivier

    L’année dernière à la même époque, un financier m’avait fait la même réflexion: l’Allemagne va sortir de la zone euro. Aujourd’hui, c’est finalement très probable. L’Allemagne est un peu seule contre tous, la France ayant opté pour la relance par la consommation, et sortir de la zone euro peut lui sembler la moins “chère” des solutions face à la crise politique de la zone euro.

    Je dis bien “crise politique”. Les pays du Sud réclament une garantie européenne de leurs prêts sans vouloir céder sur leur souveraineté, c’est tout simplement inconcevable. Les opinions publiques étant contre l’abandon de souveraineté, alors la garantie européenne ne sera pas mise en place. Il sera intéressant de voir si, en cas de sortie de l’Allemagne de la zone euro, la France souhaitera toujours mutualiser ses propres dettes avec celles de l’Espagne et de l’Italie.

    In fine, l’euro était supposé être une étape supplémentaire dans l’intégration européenne. Les peuples ne veulent pas de cette intégration. L’euro s’est révélé inefficace sur le plan économique (c’était couru d’avance), il est tout autant inefficace sur le plan politique, qu’il disparaisse est dans l’ordre des choses. Dit autrement, le volet “politique” c’est-à-dire l’intégration européenne aurait pu sauver le volet “économique”, c’est-à-dire l’hétérogénéité des économies de la zone euro. Le volet politique échouant, le volet économique explose.

    Jacques Delors ne va pas s’en remettre si la zone euro explose, en partie grâce à son “fils adoptif”.


  19. Okeanos Le 26 mai 2012 à 15h47
    Afficher/Masquer

    Le bank run, c’est de l’intox. voir le billet d’@SI sur le sujet chez Okeanews. Encore ce matin, j’ai retiré du cash sans problème, aucune file d’attente. Rien n’a changé en Grèce concernant les retraits. Maintenant, qu’il y ait un bank-jog, oui, mais cela n’est pas nouveau.

    Pour que la Grèce sorte de la zone euro, il faut AUSSI qu’elle sorte de l’Europe. Rien n’est prévu pour pousser un Etat vers la sortie de la zone. Et un Etat peut très bien faire défaut sans sortie de la zone : voir ici). Le dernier Lordon est d’ailleurs (comme d’habitude) a recommander !

    Sur ce, je file prendre des photos des cash machines qui attendent avec peine ces arrivées en masse de grecs qui décidément ne veulent pas ce décider à valider les théories des “analystes” et des fans du Grexit (à moins qu’ils n’aient plus trop de cash à retirer, justement…) !

     


  20. Okeanos Le 26 mai 2012 à 17h55
    Afficher/Masquer

    Je reformule : “Le bank run tel qu’il a été représenté dans les médias” (la file d’attente devant les banques) c’est de l’intox :)

    Pour le reste, oui il y a des fuites de capitaux, mais il ne me semble pas que cela concerne les classes moyennes ni populaires . Beaucoup n’ont de toute façon déjà plus rien.

    Et pour info, le e-banking n’est pas encore très populaire en Grèce et la culture du cash est qd même bien présente encore. Donc, le bank-run, je crois, concerne surtout ceux qui ont encore beaucoup à perdre, c’est à dire une minorité qui possède beaucoup.. 


  21. max Le 27 mai 2012 à 14h58
    Afficher/Masquer

    cool :)

    question subsidiaire: comment empêcher les banques supposément “saines” (celles qui ont des excès de liquidités chez maman BCE) d’aller faire les marioles sur des marchés risqués avec tout cet argent gratuit ?

    y a-t-il au moins des contreparties en termes de rachat d’obligations souveraines, ou bien est-ce l’open bar total ?

    en tous cas merci beaucoup pour votre travail, c’est accessible, clair, complet. chapeau !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>