Quelle surprise – moi qui pensait que le procureur général de Kiev, Svoboda, mènerait une enquête pointilleuse… Mais enfin, reconnaissons qu’ils osent tout…

Au fait, ils en parlent les journaux ?

Introduction : Hennadiy Moskal est une personnalité de premier plan en Ukraine. Député du parti Patrie (donc du même que celui du Président et du Premier Ministre). C’est un juriste qui a été actif au Parlement contre la criminalité organisée et la corruption. Il a été récompensé du titre “d’Avocat émérite de l’Ukraine” en 1997. Il préside la Commission d’enquête sur les morts de Maïdan.

Député du parti au pouvoir, il n’est pas parole d’évangile sur tout – mais de telles déclarations, allant dans ce sens, laissent donc pantois…

13 mai : Morts de Maïdan : les balles trouvées sur la place ne proviennent pas des policiers

Le chef de la commission d’enquête chargé d’élucider les événements survenus à Kiev le 20 février a fait une déclaration :

“Les balles d’armes à feu trouvées sur les lieux des événements tragiques sur le Maidan, à Kiev, le 20 février, ne pouvaient pas être tirées des armes dont les Berkouts étaient équipés.”

Il dit aussi à propos des chances de trouver les vrais auteurs :

“Ce sera un autre cas non élucidé comme l’assassinat de JFK.”

15 mai : Les armes des Berkouts ont disparu

Le ministère de l’intérieur a confirmé qu’une certaine quantité d’armes, avec lesquelles, probablement, les participants du Maïdan ont été tués, a disparu des quartiers du Berkout

Enfin, après une longue correspondance entre la Commission provisoire d’enquête de la Rada Suprême et le Ministère de l’intérieur, il a été confirmé qu’une certaine quantité d’armes a disparu d’un régiment de l’unité spéciale Berkout de la Direction générale du Ministère de l’intérieur à Kiev, – informe le président de la Commission Guennadi Moskal. – Notamment:

  • 24 kalachnikovs calibre 7,62 (c’est les balles de ce calibre qui ont servi pour tirer sur les manifestants de la place de l’Indépendance et de la rue Institoutska;
  • un pistolet FORT-12 ;
  • trois fusils de précision SVD ;
  • trois fusils FORT-500 (le 20 février, 15 manifestants ont été tués justement avec les fusils FORT-500, la mitraille a été extraite des corps).

Le Ministère de l’Intérieur affirme ne pas avoir les moyens pour déterminer l’identité des personnes ayant dérobé ces armes.

Voici la réponse, pourquoi l’expertise balistique ne peut identifier aucune arme qui fait toujours partie de l’équipement du Berkout.

À ce propos, le Ministère de l’Intérieur ne sait pas non plus où se trouve le commandant du Berkout de la capitale Koussuk. Le commissariat central de Kiev a entamé la procédure de son licenciement auprès du ministère seulement le 24 avril. C’est-à-dire que de facto Koussuk reste aujourd’hui colonel de police en fonction, bien que, selon les données de la commission, il travaille depuis longtemps pour la police russe.

Source : site du député Moskal (qui est là)

20 mai : Pendant l’Euromaïdan, 7 gendarmes et 10 policiers ont été tués

La Commission provisoire d’enquête de la Rada Suprême dirigée par Guennadi Moskal a terminé la vérification des faits concernant meurtres et blessures sur les gendarmes et les policiers pendant les évènements du 30 novembre 2013 au 22 février 2014.

Pendant cette période, 1127 policiers et gendarmes ont subi des dommages corporels, – dit G.Moskal. – De ce total, 196 ont reçu des blessures par arme à feu, 7 gendarmes et 10 policiers ont été tués. Toutes les blessures par arme à feu et les meurtres des agents du Ministère de l’intérieur ont eu lieu à Kiev pendant la période du 18 à 21 février 2014. Au moment où les gendarmes et les policiers ont reçu ces blessures, ils ne portaient pas leurs armes de service.

Gendarmes et policiers – victimes de blessures – étaient évacués vers l’hôpital central du Ministère de Défense, l’hôpital central du Ministère de l’Intérieur et l’hôpital de la Direction générale du Ministère de l’intérieur à Kiev, où ils ont reçu des soins chirurgicaux. Pour les raisons indéterminées, la police n’avait pas été envoyée sur place pour enquêter, et les balles extraites des victimes sont restées dans les hôpitaux.

Source : site du député Moskal

20 mai : Tous les documents relatifs aux tirs contre les participants d’Euromaïdan ont disparu à Kiev et les douilles ont été volées

“Le député Moskal a déclaré que tous les ordres concernant l’attribution d’armes de service à certains agents du Berkout ont été détruits.

Au Ministère de l’intérieur, tous les documents et les douilles, permettant de tracer l’utilisation des armes et des balles avec lesquelles on a tiré sur les participants du Maïdan, ont disparu. Le président de la commission d’enquête sur les meurtres du Maïdan, député Guennadi Moskal raconte :

“Le colonel Sergueï Koussuk (qui a commandé l’opération de dispersion du Maïdan) s’est enfui avec les armes. Probablement que les armes n’étaient pas conservées là où elles le devaient – à l’Institut central de recherche et d’expertises criminalistiques du Ministère de l’intérieur. J’ai commencé à téléphoner dans les régions, et il s’avère que les douilles se trouvaient dans les oblasts (NdT. : régions).

Et à Kiev, ces douilles, ainsi que les photos des agents qui ont reçu les armes, ont également disparu. Les registres de distribution des armes, les ordres concernant l’attribution d’armes de service à certains agents de Berkout, ont également disparu. Tous les documents sont détruits, les douilles et les armes automatiques volées” – dit-il.

Auparavant, Moskal avait déclaré que les douilles des armes à feu, trouvées sur les lieux des évènements tragiques sur le Maïdan à Kiev le 20 février, ne pouvaient pas provenir des armes dont disposait le Berkout.”

 Sources : Journal Korrespondent et 24tv

Espérons que si ça buzze, ils vont les retrouver…

Je reposte la vidéo de l’excellente enquête de la chaine allemande ARD – il est dedans :


ARD : Qui est responsable du carnage de Maïdan…

22 réponses à [Énoooorme] Tous les documents relatifs aux tirs contre les participants d’Euromaïdan ont disparu à Kiev (ainsi que les armes et douilles)

  1. Caroline Porteu Le 21 mai 2014 à 17h41
    Afficher/Masquer

    Cette déclaration là n’a pas disparue :
    Appel de Alexei Albu, candidat à la mairie d’Odessa, député au conseil régional d’Odessa et coordonnateur de l’Union Borotba (Lutte).

    19 mai 2014

    Après le coup d’Etat qui a vu l’arrivée de la junte d’ oligarques et de néo nazis au pouvoir, la résistance populaire spontanée a commencé à Odessa, le centre de laquelle étaient les manifestations pacifiques sur la place Kulikovo.

    Le mouvement de protestation était pacifique et respectueux de la légalité. Nous n’étions pas séparatistes, et nous avons combattu pour un changement de gouvernement en Ukraine, d’un système unitaire trop centralisé à une organisation fédérale. Nous voulions que les régions aient plus d’autorité pour l’organisation de la vie nationale, et plus de droits, y compris le droit à officialiser la langue parlée par la grande majorité de la population de la région d’Odessa – la langue russe. Nous voulions un gouvernement régional qui ne s’engagerait pas dans le génocide social de ses propres citoyens sous la dictée des institutions financières internationales. Nous voulions rendre nos rues paisibles et tranquilles en interdisant les gangs néo- nazis, comme le Secteur Droit.

    Avec ces slogans, je suis entré dans la campagne pour la mairie d’Odessa comme le candidat de la place Kulikovo. J’ai décidé de participer à cette campagne électorale, non pour la gloire personnelle, mais pour promouvoir les idées que mes camarades et moi partageons : les idées de l’amitié des peuples, l’internationalisme, l’anti-fascisme , et la lutte contre les inégalités monstrueuses établies par le capitalisme oligarchique des 20 années de la soi-disante « indépendance ».

    J’insiste encore : notre mobilisation était exclusivement pacifique.

    Le 2 mai, la junte a répondu à notre manifestation pacifique en envoyant des fascistes armés de bâtons, de balles et de cocktails Molotov. Des dizaines d’habitants d’Odessa ont été tués.

    Le massacre a été suivi par des arrestations. Mes amis et moi avons dû quitter Odessa, parce que nous étions menacés d’arrestation ou de violence. Ceux qui sont restés ont rejoint la clandestinité.

    J’ai eu une réunion avec mes camarades de lutte, et nous avons estimé qu’il n’y avait plus de possibilité de participer à ces élections sanglantes. La junte élimine sans ménagement tous les droits démocratiques, en complément des actions répressives de la police et de la terreur de rue des néo-nazis. Dans ces circonstances, nous ne pouvons pas mener une campagne électorale ou un travail politique légal.

    En outre, les soi-disant élections qui auront lieu le 25 mai ne seront ni libres ni démocratiques. Il est impossible d’organiser des élections libres au bout des canons des fascistes du « Secteur Droit ».

    Le 1er mai, mon ami, le conseiller régional d’Odessa Vyacheslav Markin, avait accepté de devenir mon directeur de campagne. Le 2 mai, il a été tué. Des patrouilles néo-fascistes ont attaqué nos activistes et les ont battus. Le SBU (police de sécurité d’Etat) exerce une pression sur les gens proches de moi.

    Participer à ces élections serait rentrer dans le jeu de la junte, donnant l’impression d’un semblant de démocratie, qui de fait, a été détruite depuis longtemps.

    Dans ces circonstances, j’ai décidé de me retirer de l’élection municipale. J’ai exhorté tous mes supporters et tous les honnêtes gens, tous ceux qui ne tolèrent pas la résurgence du fascisme dans notre pays, à boycotter ces « élections du sang ».

    L’élection n’est qu’un épisode dans notre lutte commune. Et cet épisode n’est pas le principal.

    Nous sommes confrontés à un certain nombre de problèmes : la consolidation et la coordination des poches de résistance disparates, perturber les élections, lutter pour saper la base économique de la junte en organisant une grève politique en Ukraine, que nous allons préparer très bientôt.

    La junte sera brisée, nous allons gagner !

    Extrait d’une déclaration donnée lors d’une conférence de presse à Simferopol , le 19 mai 2014, par Alexei Albu (traduit de l’anglais).

    http://blogs.mediapart.fr/blog/segesta3756/210514/declaration-de-albu-dirigeant-de-borotba-odessa-ukraine


  2. Nanker Le 21 mai 2014 à 17h49
    Afficher/Masquer

    Ils apprennent vite les Ukrainiens… à moins que ce ne soient les “conseillers” US de la CIA et du FBI depuis peu installés à Kiev qui leur ont indiqué la marche à suivre?

    Etape suivante : on magouille tous les bilans économiques avec l’aide de Goldman Sachs et hop! les portes de l’UE et de l’Euro s’ouvrent comme par magie. Et ensuite en avant les fonds structurels déversés sur Kiev… puis dans la poche de quelques kleptocrates pro-US.


    • Cooler Blaster Le 21 mai 2014 à 18h03
      Afficher/Masquer

      Nan nan, d’abord il faut soumettre le peuple, répandre le chaos grâce à l’armée, annihiler toute sorte d’opposition, fabriquer une élection “démocratique” afin de brouiller encore plus les gens (voter ou mourir, à vous de choisir … ou pas), privatiser tout ce qui a de possible à privatiser et après on magouille les aides sinon il n’y aura aucun retour sur investissement.


  3. Charles Michael Le 21 mai 2014 à 18h26
    Afficher/Masquer

    Un coup d’Etat qui signale la disparition de toute légalité, donne le pouvoir dans la rue à des bandes de nazis, décide une élection précipitée, aucun débat et éviction des opposants qualifés de “terroriste” et menacés, nous rapelle tous les coups d’état sanglants du siècle passé.

    Les USA dans leur role le plus noir dont ils sont coutumiers, multi-récidivistes en Amérique latine, au VietNam, en Iran, n’est pas vraiment une surprise.
    Qu’ils exercent leurs expériences avec la complicité des gouvernements européens est proprement honteux.

    Le calendrier des farces électorales européennes passées, les européens constateront une fois de plus que leur vote de Dimanche ne sert que d’alibi démocratique, que leurs dirigeants décident du vote des partis et de ses représentants.

    L’Europe est morte deux fois à sarajevo, elle creuse sa tombe à Kiev.


  4. Thomas Le 21 mai 2014 à 19h52
    Afficher/Masquer

    Le reportage allemand a tout dit ! ce sont les putschistes qui ont tiré à la fois sur les policiers et les civils désarmés pour avoir le prétexte permettant de justifier dans le sang le coup d’Etat !

    Idem pour les massacres d’Odessa et de Marioupol, le but désormais est de terroriser les fédéralistes et les russophones !

    Ce sont les putschistes qui devraient être transférer à La Haye !


  5. koui Le 21 mai 2014 à 20h05
    Afficher/Masquer

    Si les armes ont été emportées par les berkout en fuite, si les balles ayant tuées ont disparu, on peut tout de même faire des expertise balistiques à partir des blessures et des impacts sur les arbres. Rien de tout cela n’empêche de déterminer la localisation approximative des tueurs. Quand des hommes qui avancent sont touchés dans le dos, on sait que cela vient de derrière, si les projectiles les frappent par devant, c’est que les tireurs étaient devant. Tout cela ne justifie pas 3 mois d’investigations infructueuses.


    • Louis Le 21 mai 2014 à 20h25
      Afficher/Masquer

      “et des impacts sur les arbres.”, il y a des vidéos sur Youtube qui montrent l’abattage de ces arbres ou plutôt après car il semble que ce fut des travaux de nuit…


  6. samuel Le 21 mai 2014 à 20h09
    Afficher/Masquer

    Quand des pièces se mettent à disparaître comment la justice pourrait-elle faire oeuvre de meilleure salubrité publique, mais bon vu que le crime Européen était presque parfait mon cher Holmes, l’enquête ne reprendra pas.

    Et puis pendant que j’y suis à l’heure de la réclame, bien savoir choisir son député c’est aussi mieux choisir son Europe, comme si les premiers bâtisseurs de l’Europe en étaient plus prêts à rejeter autre chose en matière d’angle et de désinformation.

    Vous me direz c’est pas grand chose, hélas c’est tout plein de petites choses comme ça qui nous amènent à se dire, si ça se trouve une telle chose c’est plus trop la paix et la sécurité surtout lorsqu’il s’agit de défendre les premiers intérêts de gens préférant mieux ourdir contre le dos des peuples.

    Et encore pour être moins dur que Juppé ou je ne sais plus quel autre contre la Russie je me donne plus la peine d’écouter la plupart des responsables politiques, vu que de toutes façons ils savent bien mieux ce qu’ils font là bas en matière de justice et de vérité.


  7. archanonyme Le 21 mai 2014 à 20h25
    Afficher/Masquer

    citation : “Au fait, ils en parlent les journaux ?”
    Mais si ils en parle pas, qui décide de ne pas en parler ? les employer ? qui décide ? qui est responsable ?


  8. archanonyme Le 21 mai 2014 à 20h52
    Afficher/Masquer

    Désole légèrement hors sujet mais “21:55 21/05/2014 L’Onu salue le retrait des troupes russes de la frontière avec l’Ukraine” http://fr.ria.ru/world/20140521/201283211.html Cela correspond à mon analyse et à mon questionnement d’hier ( qui n’a pas été publiée pour cause inconnue ) sur le désengagement progressif de la Russie ( je pense pas que l’élection du 25 mai en soit la cause seul )( mon avis si je peux me permettre de commenter et de questionner )


  9. Carole G Le 21 mai 2014 à 21h00
    Afficher/Masquer

    Le conseil de sécurité des Nations Unies a répondu négativement, à la demande Russe d une enquete internationale sur les crimes d Odessa:
    http://en.itar-tass.com/world/732538


    • archanonyme Le 21 mai 2014 à 21h34
      Afficher/Masquer

      si l’ONU continue comme cela, elle ne sera bientôt plus “l’Organisation des Nations unies” ( chercher l’erreur ) . Car si la Russie, et la Chine se retire de l’ONU, elle n’aura plus raison d’être. ( l’OTAN, prendra le relais )( petit bémol : la Russie ne se retirera pas car elle fait partie du conseil de sécurité et droit de véto et peut empêcher des opérations de guerres à son encontre ou à un de ces alliés )( mais à confirmer, car je suis pas un spécialiste ONU )


  10. miclav Le 21 mai 2014 à 22h10
    Afficher/Masquer

    http://www.dailymotion.com/video/x1vy6wh_agir-pour-la-paix-en-ukraine_news
    Agir pour la paix en Ukraine
    Débat en direct en suivant le lien plus haut, vendredi 22 mai à 20h00
    Avec
    Olivier Berruyer, (qu’on ne présente pas ici)
    Alexander Lipen (journaliste, de retour d’Ukraine),
    Philippe Migault (directeur de recherche à l’IRIS),
    Gueorgui Chepelev (Enseignant à l’INALCO),
    François Delapierre (SN du PG)
    et Djordje Kuzmanovic (Membre du bureau national du PG)

    J’ai hate de voire ça!


    • miclav Le 21 mai 2014 à 23h02
      Afficher/Masquer

      Je m’aperçois qu’il n’y aura pas de vendredi 22 mai en 2014…
      De toute façon on aura le lien sur ce blog


  11. yt75 Le 22 mai 2014 à 00h22
    Afficher/Masquer

    Et sait-on si les arbres touchés par des balles ont été coupés ?
    (déclaration de Ianoukovitch il y a quelques jours)


  12. chatard Le 22 mai 2014 à 00h50
    Afficher/Masquer

    Voir aussi le début de cette vidéo dont les dialogues sont traduits (sieg heil par exemple…):

    https://www.youtube.com/watch?v=NKuDzXAgdf4&oref

    Quand BHL déclare qu’il n’a pas vu de nazis sur la place maidan… Ben, ça prouve qu’il ne se déplace pas dans un pays en guerre pour “voir” mais plutot pour “être vu”…


    • chatard Le 22 mai 2014 à 01h03
      Afficher/Masquer

      me suis trompé de page pour le commentaire précédent…

      En ce qui concerne cette article, plus de doute sur les snipers donc: ils étaient mandatés par la coalition pour déstabiliser l’ancien président et faire réussir le coup d’état si je comprends bien?


  13. Lamonette Le 22 mai 2014 à 11h44
    Afficher/Masquer

    C’est vrai, ils apprennent vite et bien…
    Nous même n’avons nous pas connu les “pertes” de dossier dans diverses instructions hautement importantes? Si.

    Ok, cela file un peu, tout de même, des nausées.


Charte de modérations des commentaires