Un Index Tracker, ou fonds indiciel coté (également appelé ETF pour Exchange-Traded Fund), est un type de fonds de placement en valeurs mobilières reproduisant un indice boursier (un « fonds indiciel ») et négociable en Bourse. Si vous voulez bénéficier du rendement du CAC 40, vous pouvez acheter les 40 actions en les pondérant (pas simple…), ou acheter directement une part d’ETF.

Lancé le 22 janvier 1993 par State Street, le SPDR S&P 500 ETF, ou SPY selon le code NyseArca, il a été le premier ETF coté aux Etats-Unis et il est aujourd’hui le plus gros ETF du monde avec des encours de 125 milliards de dollars. SPY représente environ 9% des 1.403 milliards de dollars désormais investis dans les ETF. Il reproduit donc l’évolution du S&P 500, le CAC 40 américain.

Observons ce qu’il s’est passé le 28 mai un tout tout tout petit peu avant 10h00 :

Oubliez la neige, observez le diagramme du bas, qui représente les volumes. 246 millièmes de seconde avant 10h00, on observe un premier pic très important, puis un second 36 millièmes avant 10h00.

Or, à 10h00, ce jour là, sortait l’indice de confiance de l’Université du Michigan :

Ce volume prouve donc une activité très suspecte. a-t-on affaire à un délit d’initié ?

Eh bien, non, c’est encore plus fort !

Comme l’indique Business Insider, Thomson Reuters a passé un accord d’un million de dollars avec l’Université du Michigan pour avoir l’indice 2 secondes avant tout le monde.

Et que fait Reuters ?

Eh bien, elle revend l’information pour 2 000 $ par mois.

Alors sachant que les ordres passent en largement moins d’un millième de seconde, vous avez le temps de passer des milliers d’ordres avant la sortie officielle. Comme il y un consensus attendu sur le chiffre, s’il est en dessous, vous êtes assuré de voir une petite baisse, sinon ce sera une petite hausse du SPY.

Voici une vidéo des échanges :

Lire ici l’analyse du laboratoire Nanex.

On comprend mieux avec ce genre de pratique que les grandes banques d’affaires fassent 100 % de jours de trading sans perte dans un trimestre…

Ainsi, c’est nouveau ça vient de sortir : le commerce de délit d’initié !

Quoi, t’es petit porteur et tu joues encore en Bourse, non mais allo, quoi, allo !

Alors vive la finance libre et non faussée !

P.S. je ferais bien un papier sur le trading à haute fréquence, vu sous l’angle de la fraude, mais je manque de temps. Si un lecteur pro veut s’en charger (anonymat garanti si besoin) – contactez-moi.

52 réponses à Un exemple des joies de la fraude à haute-fréquence…

  1. JimFossile Le 24 juin 2013 à 19h25
    Afficher/Masquer

    Très intéressant. Je serais bien intéressé l’article dont tu as eu l’idée dans ton post scriptum. Dommage que tu n’aies pas le temps de le rédiger.


  2. Marc Le 24 juin 2013 à 19h52
    Afficher/Masquer

    Ceci dit, même à 10h00 pile je crois que les petits porteurs n’ont aucune chance


  3. Patrick Luder Le 24 juin 2013 à 20h28
    Afficher/Masquer

    Par Le Matin Dimanche. Mis à jour le 23.06.2013
    http://www.lematin.ch/economie/jonglent-88-trillions-produits-derives/story/19469021

    Ils jonglent avec 88 trillions de produits dérivés
    FINANCE—Dans le monde des produits dérivés, la valse des zéros donne le tournis. Les traders d’UBS et du Credit Suisse y parient sur des dizaines de milliers de milliards de francs.

    Les traders en charge des opérations sur produits dérivés sont généralement les mieux payés et disposent de moyens quasi illimités pour investir.

    Les deux grandes banques suisses tenaient des paris sur 88 000 000 000 000 de francs en produits dérivés en 2012. Vous avez bien lu: le montant se chiffre en dizaine de milliers de milliards. C’est 993 fois le PIB Suisse. Les experts sont divisés: les uns assurent que les risques sont contrôlés, d’autres pensent que ces montants «effarants» menacent tout le système financier. Seule certitude: les deux banques suisses sont les plus grandes joueuses au monde. Les volumes de leurs paris conjugués sur des produits dérivés dépassent ceux des deux leaders mondiaux, JPMorgan et Deutsche Bank. Bienvenue dans la finance des ténèbres, où même la Banque nationale suisse a renoncé à compter tous les trillions.


    • Fabrice Le 24 juin 2013 à 21h03
      Afficher/Masquer

      Ce qui est effarant c’est qu’on arrive à placer de tels montants sans avoir le commencement d’une part significative de sa contrepartie en fonds propres, le terme casino est dépassé car dans un casino on pari des sommes que l’on possède réellement ou alors la sécurité vous tombe dessus rapidement.

      Imaginez que virtuellement ces banques on misés 998 fois leur pays d’origine en terme basique les créanciers pourraient prendre le pays en gage et expulser ses occupants, si on poussait le ridicule de vouloir faire payer toutes les dettes si cela tournait mal.


      • Fabrice Le 24 juin 2013 à 21h10
        Afficher/Masquer

        pardon pour 993 ans. j’exagère mais c’est du grand délire comme le souligne les sommes soulevées par Olivier pour la BNP Paribas dans son précédent article.


    • Veig Le 25 juin 2013 à 10h53
      Afficher/Masquer

      Attention, le PIB de la Suisse en 2011 est de 590 Mds FS (source: https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89conomie_de_la_Suisse ) donc les 88 trillions représentent 150 fois le PIB, et non pas 993 fois. Ca reste complètement dingue, mais il faut vérifier ses chiffres.


  4. Crapaud Rouge Le 24 juin 2013 à 20h28
    Afficher/Masquer

    Impressionnante, la vidéo, on les voit qui se tirent dessus à qui mieux mieux, et je ne me doutais pas qu’ils pouvaient faire autant d’échanges en moins d’une seconde. A voir aussi comment ces échanges arrivent souvent par salves, il faut en déduire que les machines prennent leurs décisions en beaucoup moins que le millième, et qu’elles sont probablement en-dessous du dix-millième.


  5. Christophe Vieren Le 24 juin 2013 à 20h45
    Afficher/Masquer

    Totalement IR-RA-TIO-NEL. Le casino avec le sort de dizaines de millions de personnes à travers le monde derrière ces échanges. Mais que fait la police !


  6. fabien775 Le 24 juin 2013 à 21h13
    Afficher/Masquer

    C’est dans ce genre de choses complètement inutile à l’économie que l’on se rend compte de la bêtise humaine.


  7. tchoo Le 24 juin 2013 à 21h24
    Afficher/Masquer

    Il y a un article qui décrit de façon précise et parfaitement claire le trading à haute fréquence, dans le dernier Science & Vie.
    Cela vaut le détour et l’article est très clair, démontant notamment les ordres passés puis annulés qui permettent de faire monter ou baisser artificiellement les cours!
    sidérant


    • Marc Le 24 juin 2013 à 21h56
      Afficher/Masquer

      @tchoo: ça ne devait pas être si clair car un ordre annulé ne fera jamais monter les cours en tant que tel
      @Christophe Vieren: Cet indicateur a une utilité pour y voir plus clair en terme de potentielle reprise ou pas, en quoi est-ce irrationnel d’acheter à ce moment s’il est positif ?
      Et à fortiori, en quoi est-ce irrationnel d’acheter avant les autres ?
      D’autant plus qu’Olivier mentionne bien “Délit d’initié” donc il y a une véritable info derrière ça
      A ce propos, on parle que d’une enquête réalisée par une université, pas de secrets d’Etats non plus, donc il faut relativiser… L’article de Business Insider est d’ailleurs beaucoup plus nuancé

      On est plus à l’époque du placement tous les 3 mois à chaque publication en lisant son Figaro le matin, c’est devenu ultra sophistiqué, ok et alors ?


      • Fabrice Le 24 juin 2013 à 22h09
        Afficher/Masquer

        Marc vous ne voyez pas le problème dans le fait de pouvoir passer des ordres et les annuler sans aucune contrepartie alors que le marché peut du fait de cet ordre avoir basculé à la hausse ou à la baisse (surtout quand on sait que les marchés sont suivistes et qu’une légère tendance peut transformer une boule de neige en avalanche destructrice) …

        C’est sûr vous ne connaîtriez pas un certain Le Taulier ? un fixing tous les jours ne tuerait personne sauf ce genre de marché qui n’apporte absolument rien de concret sauf des variations totalement artificielles qui ne reposent même plus sur des tendances économiques mais sur des rumeurs ou des nouvelles non parfois vérifiées et vous trouvez que c’est un progrès :

        http://www.boursier.com/actualites/macroeconomie/us-eco-flash-krach-a-wall-street-apres-le-piratage-du-compte-twitter-d-ap-527682.html

        http://www.lefigaro.fr/bourse/2010/10/03/04013-20101003ARTFIG00150-comment-un-algorithme-a-provoque-un-krach-eclair.php

        rassurez moi vous avez investis dans cette technologie sinon je ne comprends pas une telle vision.


        • Marc Le 24 juin 2013 à 22h29
          Afficher/Masquer

          Bon.
          Un ordre annulé ne fait pas bouger le marché.
          Vous êtes dans une file d’attente, vous décidez de sortir de la file avant de passer au guichet, c’est ça un ordre annulé.
          Et vous me demandez si je trouve ça révoltant ? Que le marché fasse quoique ce soit à cause de cet ordre, c’est son problème et à vrai dire à cette vitesse ce ne sont que des guerres d’algo bien loin de vous affecter (et non on bascule pas a -5 points à cause de ça)

          Quant au fixing quotidien des prix, c’est juste l’idée liberticide par excellence.
          Je vous rappelle que les gens vendent et achètent au prix qu’ils SOUHAITENT, le fixing n’est que le reflet des transactions passées, donc par fixing quotidien vous entendez prix obligatoire et unique pour tout le monde
          PS: N’oubliez pas d’ajouter quelques législations étatiques par dessus ce fixing on sait jamais


          • Fabrice Le 24 juin 2013 à 22h41
            Afficher/Masquer

            hum oui vous connaissez le Taulier, liberticide en quoi ?

            Pouvez vous apporter des preuves des arguments reposant sur des faits plutôt que ces phrases toutes faites.

            Je suis pour une thèse et les anti-thèses mais prouvez que cela apporte un quelconque bénéfice à l’économie, j’ai apporté des exemples j’aimerais la même politesse.


          • Marc Le 24 juin 2013 à 23h05
            Afficher/Masquer

            Vous inventez un débat qui n’a jamais existé (bénéfique à l’économie) et des preuves inexistantes.
            Donc pour rester dans le sujet:
            -phrase toute faite numéro 1: annuler un ordre n’a en soi aucune répercussion sur l’économie, les prix, whatever. Merci de vous corriger

            -phrase toute faite numéro 2: si je veux vendre mon action à 11e et que quelqu’un veut l’acheter à ce prix, ce n’est pas votre fixing quotidien, trimestriel, ou centenaire qui va empêcher la transaction ou alors vous instaurez le contrôle strict des prix – par l’Etat bien sûr – sur la propriété d’autrui. Si vous ne voyez pas le côté soviet’ de la chose je ne peux plus rien pour vous.
            Sur ce


          • Fabrice Le 24 juin 2013 à 23h13
            Afficher/Masquer

            vous confondez liberté et libertarisme, en quoi le fait de passer une fois par jour limite le fait d’acheter/revendre des actions ? je protège ainsi les acheteurs et vendeurs sérieux qui veulent réellement conclure une affaire, je suis pour le capitalisme pas pour les plaisantins.

            Personnellement je suis vendeur je souhaite avoir un délai pour m’assurer que la somme sera bien donnée car qui me dit que du fait qu’une annulation ne va pas m’empêcher de faire affaire avec un autre client potentiel ?

            Je suis acheteur je serais assez lésé qu’un vendeur me retire sa vente en me disant que c’est une erreur, m’empêchant ainsi de bénéficier d’une hausse potentielle.

            Franchement je suis pour l’offre et la demande débouchant sur de vraies transactions.


          • atanguy Le 25 juin 2013 à 05h34
            Afficher/Masquer

            @Fabrice
            – L’offre et la demande! Vous rigolez on est plus dans le capitalisme du 20e siècle!
            Vous vous ferez toujours avoir par Marc,ou par ceux pour qui il travaille 😉


          • raloul Le 25 juin 2013 à 08h51
            Afficher/Masquer

            Bonjour!

            “l’idée liberticide par excellence.”
            hahaha! très drôle. Vous êtes pour la liberté des renards dans les poulaillers? Celle des uns s’arrête où commence celle des autres, à ne jamais oublier.

            “Un ordre annulé ne fait pas bouger le marché.”

            Qu’est-ce qui vous permet d’affirmer ceci? Voici une présentation rudimentaire de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) française:
            http://www.amf-france.org/documents/general/9905_1.pdf

            On y lit ceci, entre autres:
            “Abus de marché :
            – Layering /spoofing : déséquilibrer le carnet par ses ordres, pour réaliser une transaction en sens inverse. Nombreuses variantes.” “Momentum ignition : accompagner / déclencher une bulle de très court terme en espérant attirer des suiveurs, puis déboucler la position” etc…

            Si vous voulez du beaucoup plus consistant, allez jeter un oeil sur le site de finance watch, site très bien documenté, et qui renvoie également à la recherche académique sur le sujet:

            http://www.finance-watch.org/informer/blog/373-trading-haute-frequence?lang=fr

            Enfin, je partage la réponse de Fabrice:
            “Pouvez vous apporter des preuves, des arguments reposant sur des faits, plutôt que ces phrases toutes faites?”


          • Fread Le 27 juin 2013 à 12h22
            Afficher/Masquer

            Vous n’avez pas l’air de vraiment comprendre ce qu’est un fixing quotidien, il ne s’agit aucunement d’imposer un prix obligatoire et unique pour tous le monde.

            Si vous voulez passer un ordre à un prix donné, vous pouvez le rentrer dans le carnet d’ordre à ce prix, et le matching avec un ordre symétrique se fera lors du fixing.


          • samuel Le 27 juin 2013 à 22h53
            Afficher/Masquer

            En France, on a l’avare de Molière (ou alors le Financier et le savetier d’un Lafontaine), alors forcement la liquidité n’a pas “encore” son sens imagé: trésorerie fluide, alors que ce n’est que de la thésaurisation de plus valus à court terme (à nano-terme en fait, peut -être à pico-terme).
            Évidement aux states, ils ont eût l’idée de personnifier le rêve de la City, c’est: “Oncle Picsou”, le seul à pouvoir nager dans de l’or, là ou un être “normal” si cognerai la tête, lui seul en fait un liquide.
            Ou comment ce donner des allures de métaphysiques, pour laisser croire qu’exponentiel n’est pas une bombe mathématique.
            En même temps, la “corne d’abondance” (l’autre visage de l’éden, de l’âge d’or) est-il compréhensible pour un peuple dit premier?
            Mais voilà ils ont des conditions pédo-climatiques très spécifiques (en général tropical), il n’y a pas d’hiver ou de sécheresse. Ces conditions ne stimule pas autant le cortex (et ces capacités techniques), dans la crainte du manque, ou de passer l’hiver.
            La corne d’abondance, on est vraiment créatif 🙂 pour fuir la réalité.


      • tchoo Le 25 juin 2013 à 17h31
        Afficher/Masquer

        hey Marc, lis l’article, après on en reparle


        • Marc Le 25 juin 2013 à 20h26
          Afficher/Masquer

          @Olivier: On parle pas des mêmes volumes je crois depuis.
          Fixing quotidien ou pas il ne voudra strictement rien dire c’est la loi de l’offre et de la demande qui prime, si vous affichez 10e peu importe ça n’a aucun sens si les gens sont prêts à acheter à 11e… C’est tellement élémentaire je suis déprimé

          @Annulation d’ordres: ces techniques font bouger le marché mais pas en elles-mêmes, elles le font parce que les intervenants essaient de réagir en fonction
          Je vois un ordre d’achat énorme, j’achète vite car je sais que les cours vont monter et les acheteurs suite à ça se font avoir en cas d’annulation… Mais je le répète ce sont des guerres d’algo et interdire les annulations à cause de ça sérieusement…

          PS: Il n’y a rien à justifier c’est le fonctionnement basique des marchés (désolé d’être un peu plus au courant) Offre/Demande pour le fixing, et système d’ordre à double entrée d’où la référence à une file d’attente dans un guichet. Rassurez vous Fabrice, une fois premier de la file vous exécutez l’ordre il n’y a plus aucune possibilité d’annulation… Vous ne raterez pas une vente à cause de ça


          • atanguy Le 25 juin 2013 à 20h41
            Afficher/Masquer

            Rassures toi Fabrice,Marc a un gros ordi et toi un boulier. Il vient de te le dire avec son ordi il manipule l’offre et la demande. Tout ce qu’il t’offre c’est de te faire plumer.


          • samuel Le 25 juin 2013 à 21h45
            Afficher/Masquer

            “Le fonctionnement basique des marchés”, bah là il faudrait que quelqu’un fasse une vidéo de vulgarisation, pour expliquer tout ce que ce simple mot “marché” peut sous entendre (avec pour équipement une dinette 🙂 ).
            Déjà il faudrait repartir des marchés à l’époque de Smith, ou le faible volume de transaction ainsi que le peu d’amplitude géographique des échanges, permettait de réguler le prix, notamment par la réputation, car l’acte d’achat du jour était indirectement l’acte d’achat suivant (si tes pommes sont véreuses, la prochaine fois sur le marché tu m’entendra causer). On peut comprendre que le faible développement des sciences sociales est incité Smith à simplifier cela par une formule: “la main invisible” (le lien social, inhérent à l’époque au “marché”)).
            Mais on est sur un marché local (et pas touristique), l’industrialisation incitant (par les avantages comparatifs) à spécialisés les régions, les grossistes ont concentrer la demande. Cela modifie le nombre d’acteur, si il y a 100 vendeurs de choux pour 3 grossistes, sans organisation, les cents vendeurs sont perdants. Le rapport de force a toujours une part temporel si un acheteur discute 10 minutes avec les deux autres cela lui en nécessite 20minutes en tout, alors qu’un vendeur aura besoin d’une petite quinze d’heure pour le même échange d’information avec les autres. C’est pour cela qu’on a créer des structures de représentation de vendeur, ou des modifications de la structure du marché (marché au cadran, mais il y a plein d’autres exemple).
            Il y a aussi d’autres formes plus spécifique pour favoriser le vendeur, comme la lettre sous cachet devant notaire, on doit estimer la concurrence des autres d’où une sur enchère.
            Tout cela pour dire que le mot “marché” rêvait plusieurs formes (en fonction de sa structure qui détermine avec l’offre et la demande les rapports de force) et que ce qu’on sous entend par ce mot aujourd’hui est surement la plus débile (les dérivés fixe le cour à terme qui fixe le cour journalier, le prix n’est plus que le jeu d’anticipation d’acteur non investi, mais à quoi bon …).
            (il n’empêche j’espère vraiment que quelqu’un fera des vidéos simples pour expliquer l’économie et pourquoi pas avec des jouets :), car ils sont simples et bien moins effrayant que le langage des experts qui exclus une majeur partie de la population)


          • Fabrice Le 25 juin 2013 à 22h39
            Afficher/Masquer

            @Atanguy je ne m’inquiète juste d’une chose qu’avec tant de manipulations sur les marchés c’est qu’un jour mon “boulier” redevienne à la mode tant l’économie réelle qui produit ce fameux ordi finisse par tomber en ruine …

            A force de scier les barreaux de la chaise sur laquelle nous sommes je peux prédire à 100% le résultat, la loi de murphy est formelle à ce sujet.


  8. Ankou78 Le 24 juin 2013 à 21h54
    Afficher/Masquer

    Ce que je n’arrive pas à comprendre, c’est avec tous les moyens informatiques (énormes) à disposition du fisc, on n’arrive pas à repérer ceux qui font un bénéfice B en AR sur des millièmes de seconde, pour taxer lesdits bénéfices à 99% (tout en impôts).

    Ce n’est qu’une question de non volonté, non?


  9. BA Le 24 juin 2013 à 22h19
    Afficher/Masquer

    Olivier Berruyer écrit :

    “Quoi, t’es petit porteur et tu joues encore en Bourse, non mais allo, quoi, allo !”

    Je pleure de rire avec cette phrase !

    Excellent !


  10. fabien775 Le 24 juin 2013 à 22h25
    Afficher/Masquer

    @Ankou78
    C’est juste une question de volonté politique d’arrêter et d’interdire ce genre de pratique. Seul les politiques ont le pouvoir de créer des lois pour faire cesser et supprimer ce genre de fraudes. Tant qu’il n’y aura aucune sanction autre que financière, tout ses instruments financiers qui n’enrichissent que ceux qui les utilisent auront encore de beaux jours devant eux.


    • Ankou78 Le 25 juin 2013 à 05h59
      Afficher/Masquer

      “C’est juste une question de volonté politique d’arrêter et d’interdire ce genre de pratique. ”

      Nous ne sommes donc pas d’accord sur la solution.

      Car je ne crois pas du tout à une quelconque voie politique, sauf si on accepte de rêver.

      Je reste persuadé que la seule solution, c’est le porte monnaies!


    • fred Le 27 juin 2013 à 00h22
      Afficher/Masquer

      “Volonte politique”. On fait dans l’oxymore maintenant?


  11. Raphaël Le 24 juin 2013 à 22h40
    Afficher/Masquer

    Il y a une forme d’irrationalité, ou de beauté là-dedans je ne sais pas…
    C’est oublié un peu vite quand même que le système repose avant tout sur la confiance. Délit d’initié à une semaine ou délit d’initié au millième de seconde, ça reste un délit d’initié.
    C’est sûr que ça n’aide pas à ce que le plus grand nombre garde confiance.


  12. Jean-Luc Le 24 juin 2013 à 23h03
    Afficher/Masquer

    Sortie de son contexte, cette vidéo est assez belle. Un mélange de guerre des étoiles, de feu d’artifice et de jeu vidéo des années 90.

    Sinon, pour le coup, si tout le monde achète la même information au final je ne vois pas bien l’intérêt.


    • atanguy Le 25 juin 2013 à 23h21
      Afficher/Masquer

      Ben si,il y a un intérêt pour certains,mais pas pour tout le monde: L’information existe pour certains mais pas pour tout le monde: MainFrame+algo font la différence…


  13. caroline porteu Le 25 juin 2013 à 00h07
    Afficher/Masquer

    @Olivier
    Tu viens de faire la démonstration que nous étions désormais dans un casino totalement truqué , ou le délit d’initié a remplacé le marché ainsi que la notion d’offre et de demande .. et dans lequel le croupier lance sa bille en fonction des mises qu’il voit sur le tapis ..

    Mais c’est pire que cela .. Désormais la plupart des transactions que tu viens de décrire se font sur des marchés totalement opaques : marchés OTC (shadow banking ) .. et le croupier lance sa mise en fonction des mises sur le tapis , mais contrairement aux vrais casinos , même truqués , les joueurs sont dans l’obscurité totale : eux n’ont même plus le droit de savoir ce qu’il y a sur le tapis..

    Manipulation de cours , délits d’initiés .. Oui , la finance actuelle n’est plus qu’une mafia criminelle, qui comme toutes les mafias , a réussi à s’exonérer totalement du respect des lois qui nous gouvernent et tant que cette mafia n’aura pas été remise au pas , rien ne pourra se passer ..

    Sachons redonner un contenu aux mots .. Non le trading pour compte propre n’est pas un système de gestion : c’est de la cavalerie financière et c’est bien du ressort de la justice pénale , comme la manipulation de cours , ou les délits d’initiés , même si on les appelle désormais High Frequency Trading ou trading pour compte propre , ce qui n’est qu’un moyen parmi d’autre de légaliser un comportement criminel : détourner la sémantique en légalisant des comportements qui sont théoriquement du ressort de la justice pénale .

    Tu viens de le démontrer : les comptes bancaires (bilans) n’ont plus aucun sens puisque tout est totalement truqué , y compris leurs résultats de trading : Crime organisé ..

    Il y a des moments ou il faut savoir dire stop .


  14. Yannick Le 25 juin 2013 à 10h44
    Afficher/Masquer

    Ou comment mettre un paquet d’intelligence au service de la bêtise et de la cupidité …


  15. olivier m Le 25 juin 2013 à 12h54
    Afficher/Masquer

    “Its game over” selon Max Keiser…

    http://rt.com/op-edge/keiser-international-confidence-crumbling-snowden-182/

    Le lobby militaire américain serait donc derrière tout ça… Les USA une démocratie? MDR

    Mais où est donc l’ennemi public américain n°1?

    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/06/24/l-equateur-examine-la-demande-d-asile-de-snowden_3435161_3222.html


  16. flage Le 25 juin 2013 à 13h24
    Afficher/Masquer

    Pour ton site ,Olivier, fait passer cette video du site “olivier Crotaz”

    http://blog.crottaz-finance.ch/?p=11205

    aprés le bail out ; le bail in (Chypriotisation de vos comptes bancaires)


  17. step Le 25 juin 2013 à 14h19
    Afficher/Masquer

    Evidemment tout ceci n’ayant (bien évidemment) aucun rapport avec le post courant : un petit point venant de grêce par un salarié de l’ex TV publique, et sur ce qu’il s’y est passé depuis 10 ans. Olivier, tu voulais de l’insider ?

    https://www.okeanews.fr/20130624-au-diable-lert. A voir avec okeanos si tu décides de le rediffuser.


    • Stéphane Grimier Le 25 juin 2013 à 15h15
      Afficher/Masquer

      J’ai trouvé ce passage essentiel et tellement vrai qu’il est sur que la plupart des cerveaux contaminés rejettera avec véhémence l’idée développée :

      “Les trans­ports publics ne doivent pas être rentables.
      Les hôpi­taux ne doivent pas être rentables.
      Tous les vec­teurs de culture ne doivent pas être rentables.
      Autrement dit, pour­quoi payons-nous des impôts ?
      Pour que des bateaux des­servent, en plein hiver, une ligne défi­ci­taire avec pour pas­sa­gers trois petites vieilles, pour que soient secou­rus ceux qui n’ont pas d’assurance, pour que l’on offre une voix et une tri­bune à toutes les œuvres qui ne devien­dront jamais des suc­cès et des best seller.”

      L’escroquerie générale est pourtant évidente.
      Certains tapent dans la caisse, et c’en est arrivé à un tel niveau qu’ils prennent plus ce qu’il y a, et depuis un moment maintenant.


      • totor Le 25 juin 2013 à 16h50
        Afficher/Masquer

        Il faut nuancer:
        On peut considérer que la desserte des régions peu peuplées est une mission de service public qui n’a pas vocation à être rentable, par exemple. Sinon, à cette aune, il faut vendre la Corse et les DomToms.
        De plus, dans la Santé, il y a clairement une volonté de laisser le “rentable” au privé, ce qui laisse les patients “non rentables” à la charge des CHU. Faut-il laisser crever les gens atteints d’une pathologie lourde au prétexte qu’ils soient “non rentables”?
        De même, la Culture est un vaste fourre-tout avec copinage, prébendes et gaspillage, il n’empêche qu’il génère toute une économie (intermittents, mais aussi tourisme, industrie du cinéma etc…)
        Bref, il y a évidemment des gains de productivité énormes à faire dans la fonction publique, mais ne sombrons pas dans la caricature du “la FP doit être rentable”. Elle doit être aussi efficace que possible, et la décision de maintenir une activité déficitaire est du ressort du politique.
        Et puis, je me pose aussi une question: si on ne peut pas absorber les gains de productivité par la croissance, il faut réduire le temps de travail. Le manque d’efficacité de la FP permettrait ainsi (de façon très inégale et corporatiste) de maintenir de l’emploi et de la consommation d’une certaine manière. On a sans doute là une des raisons de la “toute relative” bonne tenue de l’économie française par rapport à d’autres pays bien plus productifs (Japon…), non?


        • dadone Le 25 juin 2013 à 20h49
          Afficher/Masquer

          Et puis, je me pose aussi une question: si on ne peut pas absorber les gains de productivité par la croissance, il faut réduire le temps de travail.

          La réduction du temps de travail ne fonctionne pas dans une économie concurrentielle.
          Lire pour le comprendre :
          http://www.lois-economiques.fr/Wiki-lois-economiques/mediawiki-1.20.5/index.php?title=Jean_Fourasti%C3%A9


          • atanguy Le 26 juin 2013 à 01h54
            Afficher/Masquer

            dadone:
            Ton ‘économie concurrentielle’ fonctionne très bien avec la réduction du temps de travail: Regardes les taux de chômage et les salaires des patrons…


          • dadone Le 26 juin 2013 à 08h30
            Afficher/Masquer

            @atanguy
            Avant d’écrire n’importe quoi il faut aller sur les liens qui sont donnés.
            Après on peut discuter.
            Merci.


          • atanguy Le 26 juin 2013 à 19h32
            Afficher/Masquer

            @danone
            Ben si!Tu vois,je connais bien J.Fourastie,il a été mon prof au CNAM. Croire qu’il a qq chose a dire aujourd’hui sur l’économie me semble… surréelle.


          • dadone Le 26 juin 2013 à 23h02
            Afficher/Masquer

            @atanguy
            Alors je ne comprends pas ta remarque…
            L’article me semble pourtant clair, il y vait un choix a faire entre travailler moins ou dépenser plus.
            Ils ont choisit de dépenser plus contraint par une compétition absurde, c’est tout ce que dit l’article…


  18. PhildeFer Le 25 juin 2013 à 17h53
    Afficher/Masquer

    Chaque fois que je tombe sur les analyses d’un trader (ex: J CUSSAC) sur BFM, je ne peux m’empêcher de penser à Elisabeth TESSIER nous donnant, jadis, ses prévisions pour la nouvelle année… Il ne parle pas 1 seule seconde des entreprises, de ce qu’elles vendent, à quoi ça sert, de quoi c’est fait, de qui ça pourrait intéresser ou pas… NON§ uniquement des considérations statistiques sur des chiffres concernant des courbes et des rebonds… Pas étonnant que Warren BUFFET s’en mettent plein les poches depuis autant d’années face à tous ces rigolos….


  19. Jean35200 Le 26 juin 2013 à 17h32
    Afficher/Masquer

    Qu’en est il de la course aux supercalculateurs qui permettent les simulations en finance et assurance (Calcul stochastique) ?

    Le but étant de pouvoir tricher avec le hasard pour battre la banque dans les casinos (martingale = changer l’espérance mathématique).

    Il est “amusant” de retrouver deux mots comme “banque” et “casino” qui sont un peu évocateurs dans le monde de la finance actuelle et de nos banques universelles…

    Quand on regarde les pays qui détiennent les records de ces supercalculateurs, on trouve principalement/uniquement les USA depuis les années 1950. En 1984 l’ex URSS prend une considérable avance avec son M-13 qui multiplie par 4 les performances du meilleur des USA, mais pas de “chance” arrive la perestroïka qui stoppe ce pays concurrent…
    Avec la mise en place de l’hypertrading, comme par hasard aux mêmes moments les performances des supercalculateurs se sont envolées. Japon (2001), USA (2008), Chine (2010), Japon (2011), USA (2012), Chine (2013).

    Il peut y avoir une forte motivation pour l’utilisation financière de ces supercalculateurs.
    Et Aussi pour la domination des “nœuds” de connexions que sont les routeurs des équipement télécoms.

    On nous parle de bannissement d’équipement télécoms d’origine chinoise, depuis moins d’un an, pour soi-disant des raisons de “sécurité”.
    Mais comme par hasard, ce sont les USA en fer de lance qui poussent à ce bannissement des équipement télécoms de marque ZTE (chinois) et Huawei (chinois) qui seraient “tout méchants” !
    Au contraire des marques Cisco (USA) et Lucent (USA) qui sont “tout gentils”…

    En 2010 un rapport disait : “La question de l’accès équitable au marché et de la constitution d’un marché à deux vitesses se pose également à raison notamment des coûts informatiques afférents à cette course à la nano-seconde…”.
    Alors imaginons l’immense avantage pour de très grandes banques de louer chaque jours quelques minutes d’utilisation de supercalculateurs de leurs pays respectifs et avec un réseau d’équipement télécoms qui leurs soient favorables en priorisant les passages d’ordres en bourse.

    Par exemple si des multinationales à prédominance USA du style “goldman sachs” loueraient les services de supercalculateurs Cray (USA) de manière ponctuelle journalière avec un côté “priorité défense nationale” poussée par des personnes faisant du revolving door comme Henry Paulson très proche.
    Et s’ils détenaient une certaine influence sur des équipementiers télécoms tel que Cisco et Lucent eux mêmes à prédominance USA, en étant en parti actionnaires.
    Plus l’influence d’autres personnes faisant du revolving door comme Mario Draghi et Mario Monti, qui pourraient faire pression pour que de son côté l’Europe Communautaire soit aussi contre Huawei et ZTE…
    Tout ça pourrait rapporter très gros avec la manière actuelle de l’hypertrading !

    Ça permettrait aussi de mieux comprendre pourquoi les USA sont si souvent critique envers la Chine qui en réalité jouerait à armes égales au niveau bancaire et que ça gênerait fortement les USA qui préfèrent être uniquement dominants aussi dans les gains boursiers.


  20. Kaess Le 26 juin 2013 à 20h03
    Afficher/Masquer

    J’ai bien envie de m’y mettre avec une échelle en pico-seconde.
    Je laisse tomber le C++ et j’attaque avec du silicium configurable à la volée.


    • Iv Le 27 juin 2013 à 09h43
      Afficher/Masquer

      C’est déjà fait et c’est basé sur des FPGA.


  21. escalé Le 18 juillet 2013 à 10h30
    Afficher/Masquer

    Bonjour,
    Toujours en progression, le Trading Haute Fréquence, est une véritable plaie. On s’aperçoit dans ce papier que loin de reculer, cette pratique délétère se développe sans freins.
    Lire ci-dessous, un court billet qui en précise les contours:
    http://humeursnumeriques.wordpress.com/2012/06/09/pub-devenir-trader-a-quand-la-fin-definitive/


  22. berchon Le 29 juin 2014 à 11h10
    Afficher/Masquer

    La sophistication des bonimenteurs ne changera jamais cette règle un peu élémentaire (pardon pour les ++++), qu’enseignait mon vieux prof d’éco : les gains des uns (ou des huns, je ne sais pas, il n’y avait pas de poly à l’époque), sont les pertes des autres. Tout va donc bien tant qu’il y aura des pigeons (comme au bonneteau) qui espèrent gagner un jour. Sur le fond, et la référence aux huns n’est pas fortuite, nous vivons toujours dans une économie de rapine et de pillage. Ce qui malheureusement ralentit la production de richesses nouvelles et donc le bien être global.


Charte de modérations des commentaires