2 documentaires pour la mémoire…

armistice

41 réponses à Il y a 98 ans, l’armistice…

Commentaires recommandés

Ovuef2r Le 11 novembre 2016 à 06h28

14-18, 1ère guerre industrielle, mitrailleuses, canons, munitions, tout est produit à la chaîne dans les usines Krups d’un côté, Schneider de l’autre, à portée de canon mais jamais bombardées.
Pour monter à l’assaut les soldats avaient d’eux motivations : le revolver de leur officier dans les reins, le vin coupé d’éther dans le ventre, et une certitude : cette atrocité ne pourrait pas se reproduire ça serait “la der des der”, une fois gagnée….”plus jamais ÇA”
Quand, petit, je faisais la tournée des cimetières dans ma Picardie natale je pensais toujours à ces malheureux, jeunes extirpés de chaudes contrées, d’Afrique ou d’Australie, pour connaître ici le froid, le crachin, la boue, la vermine, la peur de la mort.. Maintenant c’est plus festif, c’est Halloween 🙁

  1. Ovuef2r Le 11 novembre 2016 à 06h28
    Afficher/Masquer

    14-18, 1ère guerre industrielle, mitrailleuses, canons, munitions, tout est produit à la chaîne dans les usines Krups d’un côté, Schneider de l’autre, à portée de canon mais jamais bombardées.
    Pour monter à l’assaut les soldats avaient d’eux motivations : le revolver de leur officier dans les reins, le vin coupé d’éther dans le ventre, et une certitude : cette atrocité ne pourrait pas se reproduire ça serait “la der des der”, une fois gagnée….”plus jamais ÇA”
    Quand, petit, je faisais la tournée des cimetières dans ma Picardie natale je pensais toujours à ces malheureux, jeunes extirpés de chaudes contrées, d’Afrique ou d’Australie, pour connaître ici le froid, le crachin, la boue, la vermine, la peur de la mort.. Maintenant c’est plus festif, c’est Halloween 🙁


    • jo Le 12 novembre 2016 à 16h12
      Afficher/Masquer

      Votre commentaire est insultant et antimilitariste digne des frères trois points ! Le peuple de France s’est battu dignement.

      De 1914 à 1918, l’armée française a compté dans ses rangs près de 195 000 officiers qui ont encadré plus de 8 millions d’hommes mobilisés. En 1920, les pertes en officiers sont estimées à 36 593 tués, disparus ou morts des suites de leurs blessures ou de maladies contractées pendant les opérations.
      http://sourcesdelagrandeguerre.fr/?p=3077


    • jo Le 12 novembre 2016 à 16h13
      Afficher/Masquer

      Si vous avez comme vous le prétendez “fait la tournée des cimetières” vous avez donc connaissance notamment du général Barbot mort pour la France le 10 mai 1915 ! Enterré simplement parmi les soldats à Notre Dame de Lorette !!!!!
      http://www.pourceuxde14.com/pages/l-artois/le-general-barbot.html

      Comme tombèrent un bon nombre d’autres généraux !!!!
      http://guy.joly1.free.fr/generaux-tues-14-18.html

      Comme périrent un bon nombre d’autres officiers subalternes qui se lancèrent au combat à la tête de leurs hommes !!!!


    • jo Le 12 novembre 2016 à 16h22
      Afficher/Masquer

      Maintenant, l’incompétence du ministre Viviani qui à la demande de l’Allemagne a fait reculer nos troupes de couverture de 10 kms en arrière, troupes qui sont le long de la frontière, qui la protège et qui sont prêts à répondre à toute attaque. Un tel recul de 10 kilomètres fait perdre tout l’avantage des dispositions qui sont prises pour résister au premier assaut. Nos troupes vont être ramenées en arrière, sur des positions inconnues, non point armées  ; ce sera une des causes des premières défaites.
      Les Allemands réclameront aussi pour preuve de bonne volonté de la France l’abandon des forteresses de Toul et de Verdun !!!!! Fort heureusement là ce ne fut pas accepté !
      Joffre a été obligé de limoger ou disqualifier cent cinquante officiers généraux pour leur absolue incompétence !!!

      Les soldats durent subir Joffre aux silences absolument infâmes incapable de prendre une décision et Foch dont la seule tactique était “offensive à tout prix” au grand mépris des vies !


      • jo Le 12 novembre 2016 à 18h13
        Afficher/Masquer

        Août 1914 l’Allemagne est en Belgique !!! Joffre ne bouge pas. A la tête de la Vème armée le gal Lanrezac voit clair : les armées allemandes ne vont pas toutes sur les Ardennes (rive droite Sambre et Meuse). Il comprend le plan allemand.
        la Ire armée de Von Kluck va foncer jusqu’à Bruxelles et Mons.
        la IIème armée traverse la Meuse au nord de Namur.
        Lanrezac explique à Joffre que la IIIe armée allemande va franchir la Meuse entre Namur et Givet pour gagner les sources de l’Oise. Joffre lui dit foncer sur Neufchâteau !
        L’ordre est délirant, c’est la voie libre sur Paris et c’est le 02 août !

        Joffre dit que les Allemands n’ont pas disposé de forces dans cette région. En fait, 52 divisions sont en train de foncer  ! C’est dément  !
        Le 15 août, la IIIe armée allemande tente de franchir la Meuse à Dinant. Le 33e régiment d’infanterie de la brigade Pétain s’oppose à ce que les Allemands entrent dans la vallée de la Meuse. Pétain n’est encore que colonel et allait être mis en retraite…


        • jo Le 12 novembre 2016 à 19h56
          Afficher/Masquer

          Von Kluck a rendu le plus bel hommage à nos soldats héroïques alors qu’il était contraint à retraiter :

          “Que des hommes ayant retraité pendant dix jours, que des hommes courbés à terre, à demi morts de fatigue, puissent reprendre le fusil et attaquer au son du clairon, c’est là une chose avec laquelle nous n’avions jamais appris à compter  ; c’est là une possibilité dont il n’avait jamais été question dans nos écoles de guerre.”


      • Anne Jordan Le 13 novembre 2016 à 16h08
        Afficher/Masquer

        @jo , si vous avez écouté la brillante conférence d’H.Guillemin , proposée ci dessous par @libraire , vous savez que ce ” retrait ” de Viviani est faux !
        je vous renvoie à la toute fin de l’exposé :
        H.G.explique que la France jouait double jeu , proposant des reculades qu’elle ne réalisa jamais mais qui firent que Jaurès lui même tomba dans le piège .


    • jo Le 12 novembre 2016 à 16h41
      Afficher/Masquer

      Maintenant et je le tiens de mon grand-oncle qui a fait Verdun, lorsque les troupes françaises reprenaient “chairement” une position aux allemands et qu’il était demandé aux anglais de la maintenir, les anglais se débinaient !!!!!!! Et les troupes françaises devaient recommencer !!!
      Il est inutile de préciser l’animosité qu’avait le soldat français envers l’anglais !!!!!

      Alors pour ces soldats, la guerre ne s’est nullement arrêtée au 11 novembre 1918 ! Certains furent démobilisés en 1919, voire 1920 !

      Lorsque mon grand-père qui a connu aussi ces lieux de massacres, où ses compagnons de guerre et d’infortune furent tués et d’où il en sortit miraculeusement à plusieurs reprises, il disait, lorsque la cantine n’arrivait pas depuis trois jours, on cherchait dans le sol de quoi se sustenter… !!!

      Alors respect pour tous ces malheureux qui ont donné leur vie pour la France et qui aujourd’hui, disparaît !!!!!


  2. Libraire Le 11 novembre 2016 à 07h12
    Afficher/Masquer

    J’aimerais rajouter ce documentaire, si vous le permettez:
    Henri Guillemin Les origines de la première guerre mondiale.
    on le trouve ici: https://www.youtube.com/watch?v=p11pE1s9VVk


    • Chris Le 11 novembre 2016 à 17h27
      Afficher/Masquer

      Un inventaire historique que chaque citoyen français devrait écouter !
      Perso, j’ai fait suivre ce lien au sein de ma famille élargie et amis, leur recommandant de consacrer une heure afin de ne pas mourir “idiots utiles”.


  3. LBSSO Le 11 novembre 2016 à 07h39
    Afficher/Masquer

    LA GUERRE EST FINIE.La Dépêche ,12 Novembre 1918.

    “Seuls les morts ont vu la fin de la guerre”
    Platon


  4. Duracuir Le 11 novembre 2016 à 09h05
    Afficher/Masquer

    C’est dur ce que je vais dire, mais ils ont mérité ce qui est arrivé.
    Aucun de ces pays n’était des dictatures fanatiques et implacables comme on l’a vu plus tard pour la WWII. Jaurés leur a dit, répété, martelé, tel Cassandre ce qui allait se passer. Et Jaurés n’était pas n’importe qui.
    Les medias de l’époque, des deux cotés ont eu une responsabilité criminelle dans le conflit, chauffant à blanc l’opinion et forçant la main aux politiques. Tout ça parce qu’ils avaient été acheté ou qu’ils nourrissaient une hystérie guerrière.
    Ce ne sont ni ceux qui ont payé, ni les plumes sanguinaires, ni leurs familles qui sont allés se faire trouer la peau, gazer, écrabouiller, mutiler.
    Les peuples auraient été moins abrutis et moins moutonniers, moins perméables à cette presse, rien de tout cela ne serait arrivé.
    Le problème? On a la même masse d’abrutis aujourd’hui. Malgré tous les moyens à disposition pour se ré-informer, malgré les milliers de milliards dépensés en éducation.
    Demandez autour de vous, Trump, Poutine, et demandez quels sont les arguments qui fondent un tel jugement. Vous aurez envie de vomir de dégout ou de cracher de mépris, mais vous repenserez à 14 et vous aurez seulement peur.


    • Pierre Bacara Le 11 novembre 2016 à 16h16
      Afficher/Masquer

      Les peuples auraient été moins abrutis et moins moutonniers, moins perméables à cette presse, rien de tout cela ne serait arrivé“.

      Si j’ai bien compris, vous voulez dire que les nationalismes européens ont été forgés par la propagande des Etats issus de ces nationalismes, ce qui est un raisonnement presque récursif.

      La propagande médiatique nationaliste du moment est la conséquence de l’avènement de ces Etats (plus ou moins récents selon les cas), eux-même conséquence des nationalismes qui se sont affirmés spontanément par une mécanique culturelle naturelle et intrinsèque.

      Pour ne prendre qu’une illustration, celle de l’Allemagne, le profond courant culturel souterrain nationaliste völkisch y est préexistant au IIe Reich. L’existence de ce courant profond est la condition même de l’existence du ci-devant Etat et non sa conséquence.


      • Subotai Le 12 novembre 2016 à 03h35
        Afficher/Masquer

        Cherchez pas, la violence et la compétition pour la survie (ou ce qu’il pense l’être) est le propre de l’animal. La guerre n’est rien d’autre que l’organisation sociale humaine de cette violence. Et l’humain aime ça.

        Paix sur la terre, les colombes et les petits cœurs, c’est de la conneries.
        Contrôler ceux qui nous dirigent, les renvoyer dans leur 22 mètres à coup pompes dans le cul, lutter, résister à toute les tentatives de corruption du corps et de l’esprit, ne pas se laisser abattre, ne pas céder à la peur, dire NON quand on ne veut pas : voilà le combat.
        Ce sont ces guerres quotidiennes qui nous évitent les Grandes.
        Le lieu de la “lutte contre la guerre” n’est pas la guerre mais ses motifs. Notre Taulier la fait très bien.


    • Mo. Le 12 novembre 2016 à 00h33
      Afficher/Masquer

      Il ne faut pas confondre nationalisme et vas-t-en-guerre.
      On peut être nationaliste et respecter et aimer son voisin.
      Je suis français, je travaille dans une boîte internationale. J’aime voyager, écouter, apprendre de mes collègues allemands, chinois, japonais, américains, polonais, anglais, slovaques, ….. , certains sont devenus des amis. Mais au fond de moi même je suis et resterai français. Amoureux de mon pays contre vents et marées malgré l’aversion de l’image qu’on donne au monde aujourd’hui.


      • Age du faire Le 12 novembre 2016 à 08h47
        Afficher/Masquer

        Il faut impérativement que chacun ait des racines, soit française soit allemandes, soit autres et ensuite que les peuples se PARLENT
        Sinon c’est le chaos, la violence, les guerres etc..


      • xc Le 13 novembre 2016 à 09h01
        Afficher/Masquer

        Dans ce cas, je pense que “patriote” conviendrait mieux.


  5. ornicar Le 11 novembre 2016 à 09h36
    Afficher/Masquer

    Voir aussi la vidéo de cet historien sur le déclenchement et les causes de la guerre
    https://www.youtube.com/watch?v=35G_-Di9sYU


  6. Eyal Le 11 novembre 2016 à 09h37
    Afficher/Masquer

    Sur la 1ère guerre mondiale, vous pouvez trouver une excellente analyse socio-économique de l’évènement par l’historien belge Jacques Pauwels.

    La 1ère guerre mondiale n’a pas été déclenchée, comme nous l’avons tous appris à l’école, du fait de l’assassinat d’un archi-duc dont le monde se contrefout. Pauwels nous explique qu’elle est la conséquence de deux éléments :
    – Les puissances européennes devenant des puissances industrielles et économiques, elles ont besoin de matières premières pour leur production. Or beaucoup de ces matières premières ne se trouvent pas sur leur territoire. D’où la course aux colonies, dans laquelle l’Allemagne prend du retard, ce qui explique ses velléités guerrières.
    – Mais, surtout, et comme le révèle son titre “la grande guerre des classes”, la grande guerre est voulue par les puissants (aussi bien l’élite économique, religieuse qu’aristocratique) car ils sont effrayés par la montée des revendications égalitaristes du peuple, et par la représentativité croissante de ce dernier sur la scène politique.

    Un lien, celui de la conférence de Pauwels à la Sorbonne. (sont traités la 1ère guerre mondiale, l’entre-deux guerres et la 2nde GM) : https://vimeo.com/143305736


    • Xavier Le 11 novembre 2016 à 10h56
      Afficher/Masquer

      J’ai lu les posts avant de parler d’expansionnisme et merci d’avoir cité ces références…

      L’expansionnisme est la source des conflits et le productivisme et la financiarisation sont les causes actuelles de l’expansion dans un système capitaliste.

      Reste à relier cela aux comportement humains de base, au besoin de maintien de gratification et aux mécanismes de l’habituation, et vous résumez la misère de la condition humaine tant qu’elle n’aura pas pris conscience de ces déterminismes profonds…

      La bonne nouvelle c’est qu’on a tous la possibilité de faire fonctionner notre imagination, mais la virtualisation, qui est la prochaine nécessaire étape sociale pour maintenir ce système de dominance, risque fort de rendre l’accès à l’imaginaire très difficile… Induits que nous sommes en permanence.

      http://www.nouvellegrille.info


    • Fritz Le 12 novembre 2016 à 06h03
      Afficher/Masquer

      Si la thèse de Pauwels était exacte, la Première Guerre mondiale aurait éclaté en 1911 au Maroc (crise d’Agadir). Effectivement, le président du Conseil Joseph Caillaux avait demandé à Joffre quelles étaient les chances de victoire contre l’Allemagne, et la réponse prudente du généralissime avait incité Caillaux à la négociation.

      Durant la crise de l’été 1914, qui a plongé l’Europe dans la guerre, aucun lien sérieux ne peut être établi avec les rivalités économiques des puissances européennes. Il ne suffit pas d’être brillant pour avoir raison sur le plan historique.


  7. Malbrough Le 11 novembre 2016 à 09h44
    Afficher/Masquer

    Ce qui est inexact :
    La guerre de 14/18 ne s’est pas arrêtée le 11 novembre 1918, sauf à l’ouest de l’Europe.
    Et elle a été menée jusqu’au bout , après Verdun , pour amener un camp à “la reddition sans condition” , ce qui ouvrait pour le vainqueur , théoriquement et absurdement , des droits aux “dommages de guerre”.
    Celle-ci ,avec des troupes françaises, anglaises , a continué à l’est encore pendant deux ans : Danube ,Bulgarie ,Balkans , frontières russes,….
    Lisez : Capitaine Conan de R. Vercel .


  8. Mr K. Le 11 novembre 2016 à 10h01
    Afficher/Masquer

    Maurice Genevoix, l’appel d’un homme, documentaire de 2012 :

    http://www.dailymotion.com/video/xyygc8_maurice-genevoix-l-appel-d-un-homme_creation

    Ahh le fameux “devoir de mémoire” (à prononcer avec une voix chevrotante d’émotion) !!! … il a été privatisé.

    Si vous voulez avoir accès aux principaux documents audio ou vidéo dans lesquels Maurice Genevoix s’exprime, disponibles sur ina.fr, c’est payant.

    Son recueil d’écrits sur la guerre “Ceux de 14” est dans le domaine public, mais pour les jeunes générations ça va être chaud.


  9. Django Le 11 novembre 2016 à 10h02
    Afficher/Masquer

    En début d’article : “Pour la mémoire” aurait été plus approprié. En effet, le mot “souvenir” diminue l’importance de l’événement évoqué; on dit “devoir de mémoire” et non “devoir de souvenir”. A moins que le “devoir de mémoire” ne s’applique qu’à certains autres sujets (WW2) ?


  10. Ardéchoix Le 11 novembre 2016 à 10h05
    Afficher/Masquer

    Dans son livre ” carnets de guerre de Louis Barthas tonnelier ” il écrit qu’en 1914, à la gare de Perpignan, certain hommes étaient présents sans ordre de mobilisation. Car ceux-ci avaient peur de rater la fin.
    Les hommes politiques et les merdias avaient pleinement joués leurs rôle, 100 ans plus tard, pas mieux.
    http://crid1418.org/espace_scientifique/ouvrages/barthas.htm


    • Pierre Bacara Le 11 novembre 2016 à 16h24
      Afficher/Masquer

      certain hommes étaient présents sans ordre de mobilisation

      Il me semble qu’en 1914, l’enthousiasme des mobilisés français n’est pas aussi massif que les manuels scolaires veulent bien le dire, mais que globalement, lesdits mobilisés sont tout de même clairement décidés à remplir ce qu’ils perçoivent comme étant leur devoir.

      Comme je manque néanmoins de compétences sur le thème du portrait socio-psychologique du Poilu de 1914, j’attends avec une grande curiosité les avis éclairés et neutres.


  11. Etienne Chouard Le 11 novembre 2016 à 11h02
    Afficher/Masquer

    Merci Olivier.

    • En plus de Guillemin, bien sûr, ne surtout pas rater :

    “1914-1918 LA GRANDE GUERRE DES CLASSES”
    de Jacques R. Pauwels :

    https://chouard.org/blog/2015/11/11/education-populaire-guillemin-nous-rappelle-lete-1914-une-histoire-essentielle-pour-comprendre-aujourdhui/#comment-14424

    où l’on découvre la boucherie programmée, voulue comme telle : le massacre, par la classe bourgeoise, de la classe ouvrière en train de devenir révolutionnaire. La guerre pour empêcher la révolution. On n’en sort pas. On y découvre la haine mutuelle des officiers (nobles) et des troufions (roturiers), et la terreur (interne !) comme moteur de l’obéissance, au sein même des deux armées.

    Depuis, la propagande bourgeoise nous présente les militaires de l’époque comme des abrutis, des vieux débiles qui ne comprenaient rien à rien, alors que c’était en réalité des criminels de guerre contre la classe populaire de leur propre pays.

    • Lire aussi Alain (Émile Chartier), “Mars ou la guerre jugée”. Un des plus grands livres que je connaisse pour réfléchir aux causes profondes qui conduisent à la guerre, et aux causes intimes qui nous conduisent à accepter la guerre, encore aujourd’hui.

    http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2011/12/28/177-l-obeissance-d-esprit-est-toujours-une-faute-alain

    Amitiés à tous.

    Étienne.


    • Pierre Bacara Le 11 novembre 2016 à 16h43
      Afficher/Masquer

      Les généraux français de la Première Guerre mondiale sont présentés par Stanley Kubrick comme des serial killers à sang froid. C’est oublier que les fils dedits généraux exercent souvent un commandement opérationnel dans les armées. Lorsqu’un général de la Première guerre mondiale ordonne une offensive, c’est souvent son ou ses propre(s) fils qu’il envoie en enfer. Il n’est pas rare que quelques heures après le déclenchement d’une offensive, le général qui en a donné l’ordre reçoive un coup de fil qui lui annonce que son fils vient d’être tué.

      Il y a de quoi faire réfléchir à deux fois un père de famille et un mari.


  12. Nihil Le 11 novembre 2016 à 11h44
    Afficher/Masquer

    “On croit mourir pour la Patrie, on meurt pour des industriels” Anatole France


  13. Homère d'Allore Le 11 novembre 2016 à 12h14
    Afficher/Masquer

    À tous ces conseils de lecture, je rajouterai “La percée” de Jean Bernier et “Hommes en guerre” d’Andreas Latzko parus tous deux chez Agone


    • Pierre Bacara Le 11 novembre 2016 à 16h45
      Afficher/Masquer

      JÜNGER

      “[…]conseils de lecture[…]”

      Et bien entendu Orages d’acier d’Ernst Jünger, à ma connaissance le plus incontournable de tous les témoignages.


      • Mr K. Le 11 novembre 2016 à 17h48
        Afficher/Masquer

        Si je ne me trompe pas Ernst Jünger, à un moment, était directement en face de Maurice Genevoix aux Éparges.

        Les Éparges une crête très disputée d’un kilomètre, 20 000 morts.

        Cela fait 20 morts par mètre disait Genevoix.

        Dingue…


  14. cetassez Le 11 novembre 2016 à 12h17
    Afficher/Masquer

    Et voici une nouvelle néocon en Allemagne cette fois:

    L’UE c’est la guerre.

    La Défense allemande pose un ultimatum à Trump lui reprochant de préférer Poutine à l’OTAN

    L’OTAN ou Poutine

    Le ministre allemand a également conseillé à Donald Trump de ne pas trop se rapprocher du président russe Vladimir Poutine :

    Ils n’ont visiblement toujours pas compris le ”message”…

    https://francais.rt.com/international/28826-ursula-von-der-leyen–donald-trump-otan-pas-une-entreprise


  15. Denis Griesmar Le 11 novembre 2016 à 13h38
    Afficher/Masquer

    Absurde, non. Atroce, oui. Mais le point de vue français est mal représenté dans tout cela. L’Alsace-Lorraine n’est pas mentionnée. Ni l’offensive de l’Armée d’Orient sous Franchet d’Espèrey, qui, mieux soutenue, aurait pu mettre fin à la guerre plus tôt. La Bulgarie, l’Autriche, ne sont pas tombées toutes seules …Et – détail ! – la Russie est oubliée …


  16. Chris Le 11 novembre 2016 à 14h20
    Afficher/Masquer

    Oui, l’armistice fut signé il y a 98 ans, après des millions de soldats morts et/ou handicapés, des familles décapitées (les femmes n’avaient pas encore le droit de vote) et des orphelins de guerre pupilles d’état au rabais.
    Les survivants engagés, regroupés au Parlement en “bleu horizon” (en allusion à la couleur de leur uniforme de soldat) proclamaient avec force : “plus jamais ça !”
    Mes grands-pères en étaient, déchirés dans leur chair et leur esprit.
    Et le Capital triomphant trônait, une fois de plus, sur les ruines programmées.
    98 ans plus tard, l’Alsace-Lorraine revenue dans le giron français se prépare au statut de province européenne… dirigée par l’Allemagne.
    Ironie de l’Histoire : tout ça pour ça. Déjà à l’époque, les médias faisaient “du bon boulot” !?
    Chair à canon ou chair à consommer : où est la différence, où se trouve le choix ?


  17. Pierre Bacara Le 11 novembre 2016 à 16h49
    Afficher/Masquer

    C’est pas sorcier

    Je me souviens que ma fille l’avait regardé plusieurs fois lorsqu’elle devait avoir quelque chose comme huit ans. J’avais regardé par-dessus son épaule pour une vérification de contenu de routine et, si ma mémoire est bonne, le C’est pas sorcier Première Guerre mondiale m’avait paru très bon, simple, clair, didactique, un exploit sur un sujet aussi complexe.


  18. Anne Jordan Le 11 novembre 2016 à 19h04
    Afficher/Masquer

    merci à Olivier pour ces pages de notre passé à ne jamais oublier…
    on parle de supprimer cette date commémorative…
    l’oubli est parfois nécessaire – pour survivre – mais pas dans ce cas là !
    Quant à l’enthousiasme guerrier de nos aïeux… c’est sans doute un cliché , mais je crois ( d’après ma propre histoire familiale ) qu’il y avait de tout parmi les poilus :
    un grand père de mon mari , fleur au fusil , qui abandonne sa femme et ses 4 enfants – et sa terre , il était paysan aisé – pour aller s’engager et ses lettres témoignent d’un patriotisme certain , voire d’une haine pour les Boches , jamais démentie…
    un grand oncle -de mon côté- qui tente de se cacher jusqu’à la dernière minute , y va en pleurant et revient gazé
    bref , tout comme aujourd’hui , la diversité , ou la division…


  19. charlie bermude Le 11 novembre 2016 à 19h39
    Afficher/Masquer

    Y a des hasards heureux . La 14/18 c’est un véritable repoussoir de la connerie des z élites . Et on vient d’avoir Trump , c’est à dire pas Hillary qui aurait été un remake du délire . Je me laisserai aller , volontiers à l’idée que l’humanité a progressé .


  20. RGT Le 11 novembre 2016 à 22h35
    Afficher/Masquer

    Dans mon enfance j’avais connu de très vieux messieurs qui avaient vécu cette boucherie et qui en avaient gardé des séquelles physiques mais surtout morales irréversibles.

    Et ensuite ils avaient vécu le second volet de ce mauvais scénario quelques années plus tard.

    Il ne faut donc pas s’étonner qu’il y ait eu de très nombreux germanophobes dans cette génération.

    Le seul problème, c’est qu’ils avaient concentré leur colère contre de mauvaises cibles : Ce n’étaient pas la population de ce pays qu’il fallait haïr mais les oligarques de toutes les nations qu’il fallait passer en jugement dans un “tribunal de Nüremberg étendu”…

    Je me souviens même, mais très peu, d’un vieil homme qui semait la terreur chez tous les enfants du quartier.
    Une ancienne “gueule cassée” au visage qui n’avait plus rien d’humain.

    Étant très très jeune il me faisait très peur, mais maintenant je me dis que sa vie a dû être un enfer et sa mort une libération.

    Et tout ce gâchis pour quoi ?

    Pouvoir + pognon + cul…

    Elle est belle la “civilisation”.


  21. RGT Le 11 novembre 2016 à 22h54
    Afficher/Masquer

    Autre souvenir (raconté par mes parents) d’enfance pendant que j’y suis…

    J’ai passé ma prime enfance dans un village de montagne et le seul médecin à proximité était un très vieux médecin qui avait commencé sa carrière dans les tranchées…

    Ses pratiques médicales pourraient de nos jours faire hurler le corps médical tout entier.

    Pour lui, tant qu’un membre n’était pas arraché, c’était “totalement insignifiant”.

    Une fois mes parents l’avaient fait appeler car je m’étais littéralement empalé le pied sur un énorme clou rouillé en jouant avec d’autres enfants au fond d’une étable…

    Mes parents avaient tenté de lui expliquer qu’il y avait un cheval dans cette étable et qu’il y avait risque de tétanos, il leur avait passé un savon pour l’avoir dérangé “pour rien” et en leur indiquant que le meilleur remède dans ce cas était de tremper le pied 10 minutes dans une bassine d’eau de javel.

    Il leur montra ensuite en prenant une bassine, en la remplissant d’eau de javel, puis en trempant mon pied et en le maintenant immergé pendant 10 minutes.
    Il paraît que j’ai perdu connaissance au bout de quelques secondes (je n’avais que 3 ans).

    En tout cas, son remède a été efficace : Je ne suis pas mort du tétanos et je n’ai même pas de cicatrice…
    Jésus sans les stigmates.


  22. Angel ANGELIDIS Le 12 novembre 2016 à 11h00
    Afficher/Masquer

    Sur la 1ère guerre mondiale, vous pouvez trouver une analyse détaillée de l’évènement année par année et globale (11 Documents illustrés) réalisée par le Dr. Angel ANGELIDIS, ex-conseiller au Parlement Européen et vice-président de l’Institut de Gestion des Crises Géopolitiques, Thessalonique, Grèce, sur le site web : http://www.angelidis.be – Chapitre: 1ère guerre mondiale.

    * Certains de ces documents peuvent être aussi déchargés sur format pdf à partir du site web: http://www.angelidis.eu


Charte de modérations des commentaires