C’est avec plaisir que je vous propose ce billet de Pascal Roussel, un des invités vétérans de ce blog…

Pascal Roussel est chef d’unité au sein du département des risques financiers au sein d’une grande banque située au Luxembourg
Plus d’infos sur lui et le livre qu’il a publié sur son blog www.pascalroussel.net

August Landmesser (1910-1944 ; wikipedia en fr, et ici en anglais), travailleur à l’arsenal Blohm & Voss de Hambourg, refusant d’effectuer le Salut nazi lors de l’inauguration navale d’un vaisseau d’entraînement, le Horst Wessel, le 13 juin 1936

Même si certains obéissent probablement à un agenda caché ou que d’autres n’osent pas se démarquer, il est stupéfiant de voir que des journalistes ou des politiciens a priori intelligents, équilibrés, cultivés et sincères s’enferment dans une grille de lecture unique! Et de là, on peut difficilement blâmer la vaste majorité de la population de se retrouver avec les mêmes œillères que les faiseurs d’opinion.

On peut se demander si, en Europe et aux États-Unis, le monde politique et les grands médias qui couvrent les questions financières ou géopolitiques ne sont pas collectivement sous l’influence malfaisante d’un égrégore (“concept désignant un esprit de groupe, une entité psychique autonome ou une force produite et influencée par les désirs et émotions de plusieurs individus unis dans un but commun. Cette force vivante fonctionnerait alors comme une entité autonome”) ? La position atlantiste poussant alors les autres pays à se radicaliser.

Or l’Histoire a montré qu’une opinion publique dominée par un même esprit de groupe peut rapidement se retrouver confrontée à une guerre qu’elle n’a pas souhaitée.

L’État américain est de facto dirigé par la CIA et par des lobbies dont le plus puissant est le complexe militaro-industriel qui représente énormément d’emplois et pèse lourd dans l’économie américaine (1). Même si la stratégie pour y arriver est floue, il demeure que la volonté américaine est d’établir un monde unipolaire, répondant prioritairement aux intérêts propres d’une seule super-puissance, les États-Unis. Cette volonté, pourtant ancienne, apparait de plus en plus choquante alors que la politique américaine visible est de plus en plus éloignée des valeurs démocratiques et de liberté que la nation américaine a longtemps incarnée. De nombreux dirigeants ou faiseur d’opinions européens dont le statut et les revenus dépendent plus ou moins de leur allégeance à l’Etat américain ont de plus en plus de mal à présenter l’Amérique comme une super-puissance soucieuse d’œuvrer au bien commun dans le monde.  Pour combien de temps encore, les États-Unis conserveront leur pouvoir attractif sur de nombreux jeunes ?

En ligne avec la philosophie « ce qui est bon pour l’Amérique doit forcément être bon pour le reste du monde », en 1997, le très influent Zbigniew Brzezinski (ancien conseiller national à la sécurité des États-Unis) recommandait de ne pas laisser l’Ukraine sous l’influence de la Russie. Selon ce politologue, sans l’Ukraine la Russie ne pourrait jamais diriger un empire eurasien et par là inquiéter la suprématie mondiale des États-Unis (2). De là découle, les centaines de millions de dollars versés directement ou indirectement par les États-Unis pour soutenir en Ukraine, des ultra-nationalistes (dont des néo-fascistes),  attiser une haine radicale contre la Russie et pousser l’actuel président ukrainien à mener une guerre à l’encontre d’une partie de sa population. Inutile d’approfondir dans ce billet les étapes du conflit ukrainien, ces faits étant largement exposés en détail sur l’excellent blog d’Olivier Berruyer (3)

Bien entendu Poutine n’est pas un Saint, mais ceux qui tentent d’avoir une vision plus objective, qui veulent faire preuve d’empathie pour les camps opposés, qui souhaitent des débats contradictoires afin de comprendre les différents points de vue sont marginalisés. Le cas de l’avion MH17 abattu au-dessus de la zone de guerre en Ukraine (et quels que soient les coupables, j’espère qu’il s’agit uniquement d’une tragique erreur) est significatif : très rapidement et sans la moindre preuve, les médias et responsables politiques atlantistes ont désigné la Russie comme co-responsable. Les versions alternatives (4) pourtant dignes d’intérêt sont ignorées et même si elles devaient se révéler vraies un jour, on peut craindre que les grands médias n’en fassent jamais écho. L’égrégore est si puissant que rien ne semble pouvoir arrêter l’escalade, il a désigné la Russie comme l’ennemi à abattre et il veut l’accélération du désordre mondial.

Et pourtant de nombreuses personnalités crédibles tirent vainement la sonnette d’alarme (5), mais rien n’y fait.

L’extrême fragilité du monde financier

Ce qui rend l’égrégore encore plus dangereux, c’est qu’il se développe alors que le système financier mondial n’a jamais été aussi fragile. Les risques de ruptures sont très réels même si les banques centrales et les autorités publiques se veulent rassurantes.

Jaime Caruana, le General Manager de la BIS (la banque centrale des banques centrales située à Bâle) craint un « Lehman » dû à la flambée de la dette dans le monde entier et déclare que les investisseurs ignorent la perspective de taux d’intérêt plus élevés dans leur quête aux rendements. (6)

Maximilian Zimmerer le Chief Investment Officer d’Allianz (le plus gros assureur en Europe) déclare quant à lui que « rien n’est résolu et tout le monde le sait ». (7)

On pourrait multiplier les mises en garde officielles de ce genre, car loin de l’illusion des performances boursières (8), il suffit de gratter un peu sous la surface pour comprendre ce qui inquiète ces hautes personnalités du monde financier. Citons de manière non exhaustive et dans le désordre :

  • Même si depuis l’effondrement de Bretton Woods, le monde a déjà connu des crises bancaires et des faillites étatiques, la situation actuelle est unique (9), car jamais le monde financier et économique n’a été aussi interdépendant, jamais le niveau global de l’endettement n’a été aussi élevé, jamais le « shadow banking » n’a été aussi important (10), jamais les produits dérivés n’ont à ce point cimenté les institutions financières mondiales, jamais nos économies n’ont été aussi dépendantes du gaz, du pétrole et de l’électricité, jamais les décideurs économiques et financiers n’ont à ce point basé leur décision sur des modèles mathématiques inadaptés face à la multitude de variables qui entrent en jeu.
  • Aux États-Unis on observe une baisse constante du taux de participation de la population active sur le marché du travail, la bourse atteint des sommets principalement parce que des sociétés rachètent leurs propres actions (et certaines empruntent même massivement pour le faire) (11), les assurances anti-crash boursier deviennent de plus en plus chères (12), les classes moyennes désertent même les commerces « low cost » (13), 70% des Américains pensent que la crise n’est pas terminée ou que le pire est à venir (14), les ventes de Caterpillar qui représente bien l’économie réelle, sont constamment en baisse (15), la bulle des prêts étudiants n’en finit pas de gonfler (16), mis à part quelques niches il n’y a pas de reprise sérieuse de l’immobilier commercial ou pour particuliers (17) et même l’investissement pour le marché locatif qui a largement contribué à amortir la chute (18) montre des signes de faiblesse (eh oui, depuis 2008 les investisseurs savent qu’un Américain sans revenu ne peut pas payer son emprunt hypothécaire, mais ils découvrent maintenant qu’il est tout autant incapable de payer son loyer !) (18), le gouvernement américain ne montre aucun signe de sevrage de sa dépendance à la dette (19), la côte Ouest est frappée par une sècheresse catastrophique (20), étonnamment (!)  les prêts automobiles subprime qui ont contribué à donner une illusion de relance du marché automobile américain donnent des signes de faiblesse (21), la Fed qui doit se douter que l’avenir n’est pas aussi rose qu’elle veut le faire croire, s’apprête à imposer des restrictions sur les retraits d’argent de certains fonds obligataires (22), … etc.
  • En Chine, il y a principalement 6 domaines essentiels qui soulèvent de très grosses inquiétudes: la plus grande bulle de crédit au monde (23), la bulle immobilière astronomique qui aurait fait pâlir d’envie Dubaï, Londres (23a) et les États-Unis réunis (24), l’importance colossale du shadow banking avec toutes ses dérives, illustrées par exemple par le dernier scandale de la multiple réutilisation de stocks de matières premières pour garantir plusieurs prêts différents (25), la volonté de la Chine d’étendre sa zone d’influence maritime (26), l’état réel de l’économie chinoise qui est bien plus malade qu’il n’y paraît (28), le traficotage permanent des statistiques officielles (29), …etc.
  • La situation en Europe est probablement bien connue des lecteurs,  il est donc inutile de faire une longue liste de ce qui va mal. Allemagne (30), Italie (31), etc. la situation est fragile. J.Stark, ancien vice-président de la Banque Centrale allemande déclarait en mai dernier que le système économique actuel est une pure fiction (32) ! À titre d’exemple, citons simplement le récent dépeçage, suivi d’une nationalisation des « bons morceaux restants» de la première banque portugaise, le tout en un week-end (33). Les taux souverains sont ultra-bas pour le moment, il faut bien que la monnaie de banque centrale distribuée généreusement serve à quelque chose. En plus les titres souverains offrent bien des avantages: pas besoin de mettre de capital en réserve pour les conserver, ils sont souvent très liquides et représentent un très bon collatéral dans un monde financier qui subit une pénurie de collatéral. Fin octobre, la Banque Centrale Européenne (BCE) terminera son analyse de la qualité des actifs de 130 banques (34). Bien entendu cet exercice dépend grandement de la bonne volonté des banques auditées, mais il se murmure que cette fois, les résultats ne seront pas aussi roses …
    Les soldes des comptes Target 2 auprès de la BCE(35) (à ce niveau, ne devrait-on pas parler de chambre de compensation) témoignent de la méfiance dans le secteur interbancaire.
  • En Amérique du Sud, on peut se demander quel vont être l’impact et le risque de contagion lié au défaut de paiement de l’Argentine et de l’hyperinflation qui se développe ? (36)
  • Le statut du dollar comme monnaie de réserve mondiale est de plus en plus attaqué (37)
  • Ebola: un danger qui pourrait potentiellement devenir très grave  (38)
  • Au niveau mondial, les prix de la nourriture sont repartis à la hausse (39)
  • L’indice Baltic Dry (40) qui reflète le commerce maritime international ne cesse de baisser depuis le début de l’année

Que faire ?

Devant ce catalogue des horreurs (41), il me semble évident que nous avons tout à perdre à laisser l’égrégore grandir jusqu’à nous mener à une confrontation armée avec la Russie. Il est clair que toutes les techniques modernes de manipulation de l’opinion (stratégie du choc, social learning, fabrication du consentement, tittytainment, mind control, virtualisme, reality-building, management négatif, etc.) sont pleinement à l’œuvre pour nourrir cet égrégore et nous mener progressivement vers le chaos (42).  Pour autant je ne prône pas une révolution violente, mais plutôt la nécessité de s’informer, de ne pas céder à la facilité du conformisme et de ne pas avoir peur de prendre position.

Mon but n’est pas de faire peur, ni de déprimer les lecteurs, mais de les prévenir. Pour ma part je suis convaincu que de nombreuses bonnes opportunités surviendront une fois que le système sera remis à plat.

Les opinions exprimées dans ce billet sont PERSONNELLES et ne représentent pas forcément les opinions de mon employeur. Les sources utilisées sont souvent anglophones, car l’anglais est la langue de la finance mondiale.

Pascal Roussel le 8 août 2014

==============================================================================

Sources

1) En 2013, le budget de Défense américain (USD 640 milliards) était équivalent à celui combiné de la Chine, la Russie, l’Arabie Saoudite, la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, le Japon, l’Inde et la Corée du Sud (énumérés par ordre croissant). Lire l’article sur Wikipedia ENG FR

« Qui tient qui à Washington ? Question inutile, question dépassée… »  Defensa.org

2) La véritable raison pour laquelle les États-Unis se préoccupent tant de l’Ukraine tout en se foutant éperdument des Ukrainiens par le Général (2S) et dirigeant d’entreprise, Jean-Bernard Pinatel FR

3) http://www.les-crises.fr/category/crise-politique/

4) Flight 17 Shoot-Down Scenario Shifts by Robert Parry ENG FR

Evidence Is Now Conclusive: Two Ukrainian Government Fighter-Jets Shot Down Malaysian Airlines MH17 by Eric Zuesse

5) Citons quelques professeurs, journalistes, diplomates et experts financier : Stephen F. Cohen et John Mearsheimer, Robert Parry, Simon Jenkins,Chris Martenson, Pierre Maillart, V.Fédorovski, Neil Clark, M.K. Bhadrakumar, Nouriel Roubini, Kyle Bass, Hugo Salinas Price, Charles Nenner, James Dines, Jim Rogers, David Stockman, Marc Faber, Jim Rickards, Paul Craig Roberts, Martin Armstrong, Larry Edelson, Gerald Celente, etc. (liste non exhaustive). Lire par exemple Top Financial Experts Say World War 3 Is Coming … Unless We Stop It ou Obama Should Release Ukraine Evidence ou The US Needs to Stop Meddling in Russia-Ukraine Politics

6) http://www.telegraph.co.uk/finance/markets/10965052/Bank-for-International-Settlements-fears-fresh-Lehman-crisis-from-worldwide-debt-surge.html

7) http://www.zerohedge.com/news/2014-07-11/ceo-europes-largest-insurer-pops-utopia-bubble-nothing-solved-and-everybody-knows-it

8) La bourse du Zimbabwe a progressé de 12000% de mars 2006 à mars 2007 alors que le pays était frappé à l’époque d’une inflation de 1700% soit 7 fois moins importante que la croissance boursière. Tout cela pour dire que des performances boursières s’expliquent parfois bien plus par de la création monétaire que par une « reprise économique » …

9) Debt: Eight Reasons This Time is Different ENG

10) Près de 71.000 milliards de dollars ont été brassés par le ” shadow banking ” en 2012. La finance de l’ombre, représente des intermédiaires de crédit impliquant des entités et des activités en dehors du système bancaire régulier ( par ex. les entités qui font de l’intermédiation ou la distribution de crédit, mais n’acceptent pas de dépôts et ne sont pas régulées comme des banques, les fonds (capital-investissement, des fonds spéculatifs, des fonds d’investissements et autres fonds monétaire), les assureurs qui fournissent des garanties de crédits et enfin, les véhicules d’investissement ou de financement spécifiques. http://www.financialstabilityboard.org/publications/r_131114.pdf

11) Another Wall Street Inside Job?: Stock Buybacks Carried Out in Dark Pools ou  Here Is The Mystery, And Completely Indiscriminate, Buyer Of Stocks In The First Quarter

12) Strategist Warns SKEW “Is Flashing A Big Warning Signal For Stocks”

13) Walmart Misses Across The Board, Guides Lower: Blames It On Weather, Obamacare And Taxes ou When Americans Can’t Even Afford To Buy McDonalds Dollar Meals For 9 Months In A Row

14) 7 In 10 Americans Believe The Crisis Is Not Over Or Worst Is Yet To Come: 52% Can’t Afford Their Homes

15) Caterpillar Retail Sales Plunge By 13%, Most Since February 2010; Decline For 17 Consecutive Months ou Caterpillar Asia Sales Crater By 30% – Company Reports Weakest Stretch Of Global Demand Since Lehman Collapse

16) Why Student Loans Are Crushing The Housing Recovery In 1 Chart

17) Homebuilder Confidence Plunges To 12-Month Lows ou Average Cost of New Home is 6 Times Median Income (Historically 3); Sales of Priciest 1% of Homes Soar (Bottom 99% Down) ou “The Market’s Not There” – One World Trade Center Lowers Asking Rents By 10% ou Deja Vu All Over Again: Fannie, Freddie Would Need Another $190 Billion Bailout When Things Go South

18) “All Is Not Well In The Housing Market” As All Cash Buyers Double In Past Year, Hit Record High ou Housing Starts, Permits Smash Expectations On Surge In Rental Construction

19) US is Bankrupt: $89.5 Trillion in US Liabilities vs. $82 Trillion in Household Net Worth & The Gap is Growing

20) 20 Signs The Terrible Drought In The Western US Is Starting To Become Catastrophic

21) A three-year lending boom to car buyers with spotty credit that helped push auto sales to a six-year high is starting to show signs of overheating.

22) Is The Fed Trying To Create A “Bond Run” Panic? Yes… In Its Own Words

23) En 2008 la taille du secteur bancaire Chinois était d’environ 10 000 milliards de USD, début 2014 il était d’environ 25 000 milliards de USD. Cette augmentation de 15000 milliards, en quelques années représente la totalité du secteur bancaire américain qui s’est construit en un siècle ! Lire également  No Money Down Mortgages Another Sign of Gigantic Credit Bubble in China, la Chine va lancer son propre quantitative easing ou comment l’Asie croule sous les dettes  ou les sociétés chinoises émettent plus d’obligations que les américaines ou les mauvais payeurs sont de plus en plus nombreux

23a) http://www.zerohedge.com/news/2014-06-17/londons-whopping-187-home-price-surge-means-uks-housing-bubble-slams-chinas

24) Voir par exemple la réplique de Manhattan complètement vide, le plus grand centre commercial au monde vide, les innombrables villes fantômes, les déclarations alarmantes de gros promoteurs chinoiscombien de fois encore l’Etat volera-t-il au secours de gros promoteurs? Goldman & Sachs est pessimiste sur l’immobilier chinois, même la banque centrale chinoise admet qu’il y a un problème, 52 millions de logements vides !, permis de bâtir en chute,

25) pour voir comment plusieurs prêteurs différents s’imaginent avoir sécurisés leur prêt avec un stock de matière première (métaux, coton métaux précieux, etc.) alors que sans le savoir ils ont tous reçu le même stock en gage et pour voir que c’est une pratique courante lire ici et ici et ici  et ici et ici et ici et ici et ici et ici

26) Pour se remémorer l’historiques des tensions en mai dernier entre la Chine et le Vietnam lire ici et ici et ici et ici et ici et ici et ici

28) 11 Disturbing Charts About The Chinese Economy

29) Voir par exemple comment les exportations sont artificiellement gonflées

30) Coming Major Slowdown in Germany – How to Play It

31) Italy Moves Into Recession & the End of Democracy

32) Former Bundesbank Vice-President Recommends Gold, Says Current Economic System is “Pure Fiction”

33) http://www.les-crises.fr/sauvetage-de-banco-espirito-santo-quelques-enseignements-pour-la-zone-euro-par-jean-michel-naulot/

34) http://www.ecb.europa.eu/ssm/assessment/html/index.en.html

35) http://www.eurocrisismonitor.com/

36) http://www.zerohedge.com/news/2014-08-04/argentina-default-minor-real-problem-much-worse

37) On lit souvent l’argumentaire trompeur qui voudrait que des contrats de matières premières de plus en souvent facturés dans d’autres devises que le dollar soient un signe de la fin du dollar. Or il n’y a là rien de nouveau, ce n’est pas parce que les cours des matières premières sont communément affichés en dollar que le paiement s’est toujours fait en dollar. Si nécessaire, les devises peuvent être échangées entre elles. On pourrait demain décider d’afficher les cours des matières premières en franc Suisse (par exemple) et cela ne changerait rien. Les signes réels de la perte d’influence du dollar sont plutôt la mise en chantier la nouvelle banque de développement des BRICS ou le rôle grandissant du yuan sur les marchés internationaux (lire ceci et ceci et ceci et ceci). Notons que la Chine devra choisir entre l’arrimage (mou) actuel au USD ou un régime de change flottant si elle veut que sa devise soit utilisée librement dans le monde. Et ce choix ne sera pas sans conséquence sur ses entreprises.

38) L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a décrété une «urgence de santé publique de portée mondiale». http://www.bbc.com/news/health-28673380

39) Sous l’effet de la spéculation et de la sécheresse sur la côte Est des EU et au Brésil lire ceci ou ceci ou ceci

40) http://www.bloomberg.com/quote/BDIY:IND

41) Pour ce qui est des bonnes nouvelles je renvoie les lecteurs aux grands media financiers traditionnels qui sont toujours les premiers à voir des signes de reprises

42) « Gouverner par le chaos », de M.Milo aux Editions Max Milo

180 réponses à [Invité] L’opinion publique est dominée par un égrégore, par Pascal Roussel

  1. François Lambda Le 21 août 2014 à 06h33
    Afficher/Masquer

    Merci pour cet article.
    39) Vu de Californie, j’ai plutôt l’impression que c’est la côte Ouest qui subit une sécheresse record.
    http://www.naturalnews.com/046289_california_extreme_drought_human_migration.html


  2. Crapaud Rouge Le 21 août 2014 à 06h35
    Afficher/Masquer

    Récemment, j’ai été effaré et consterné de découvrir qu’un collègue, pourtant doté d’Internet et d’un très bon niveau d’études, “croit” dur comme fer à la thèse officielle du MH17. Argument principal : il fallait des compétences pour tirer ce missile, (de quel type au fait ? Il n’avait pas l’air de le savoir…), et seuls les Russes les ont, ces compétences. Point à la ligne. En discutant un peu, j’ai vite découvert que la vérité pour lui tient simplement à ceci : il est impensable que le missile ait été tiré par quelqu’un d’autre que les Russes. C’est précisément pour arriver à ce résultat que la propagande n’a pas besoin de vraies preuves, bien au contraire. Dès lors que des preuves seraient mises sur le tapis, comme dans un débat scientifique, les gens seraient incités à douter, alors que l’absence de preuve “prouve” qu’il n’y en a pas besoin pour expliquer raisonnablement les choses, le bon sens suffit compte tenu de ce que l’on sait déjà. Donc les gens “croient” sans même s’en rendre compte : ils ont l’impression de “savoir”, ce que je trouve terrible et horrible. Pour finir, disons que la propagande n’a rien à voir avec la réalité, c’est une entreprise de mystification de type religieux.


    • Alain Le 21 août 2014 à 07h14
      Afficher/Masquer

      J’ai la même réaction avec un collègue, j’ai beau lui expliquer que l’armée ukrainienne possède cet armement, que cette armée a bien déclaré que les pro-russe n’avait pas mis la main sur une seule de leur batterie, qu’il n’y a aucune preuve qu’ils en possèdent, que ce serait débile de la part des Russes d’avoir fourni un armement aussi voyant et inutile et qu’en conséquence il est plus logique de suspecter celui dont la possession n’est pas contestée avant celui pour lequel il n’existe aucune preuve ni indice de possession. Mais rien à faire les américains (et donc leurs alliés) sont les gentils (malgré que je lui rappelle les mensonges éhontés maintenant universellement reconnus, même par celui qui les a proféré Colin Powell, pour envahir l’Irak) et Poutine et les Russes les méchants; et seuls les méchants peuvent être coupable. Il est outré que je pense que les Américains puissent être pire que les Russes, ils sont plus intouchables que le pape qui lui est fondamentalement critiquable. Heureusement, je vois aussi de plus en plus de relations qui n’acceptent plus cette état d’esprit


      • Pascal Le 21 août 2014 à 09h09
        Afficher/Masquer

        Je confirme cette réaction de mon entourage. Lorsque j’ai évoqués ces arguments, la réponse a été, je cite :
        “C’est cela, et tu crois aussi que le 11 septembre n’a pas eu lieu ?”
        Le simple fait de prendre du recul, de se renseigner ailleurs que dans les média “mainstream” est perçu comme du déséquilibre mental…. Je trouve cela très inquiétant, d’autant plus que cela est le fait de personnes plutôt “éveillées” et réfléchies.


      • Dom Le 21 août 2014 à 15h43
        Afficher/Masquer

        Bin nourri aux films US, avec des bons et des méchants or c’est plutôt Al capone and cie… Expliquez lui que c”est comme une mafia, y a pas de bons ou de méchants, juste des plus forts qui veulent une part du marché plus grosse …


      • Macarel Le 21 août 2014 à 19h24
        Afficher/Masquer

        Ce phénomène de déni de la réalité, et de foi aveugle en ceux en qui l’on a confiance, se retrouvait avec des communistes sincères, qui ne pouvaient imaginer une seconde que le paradis des travailleurs ait accouché d’une monstruosité comme le Goulag.
        D’une certaine façon, bien des allemands de la période nazi, ne voulaient pas reconnaître les exactions commises dans les camps, après la guerre beaucoup ont déclaré qu’ils n’étaient pas au courant.
        Lorsque l’on a placé sa confiance dans un système, l’on a toujours du mal a le voir dans sa réalité la plus crue, surtout lorsqu’elle n’est pas avantageuse.
        L’Amérique, est pour beaucoup le seul rêve auquel ils peuvent encore se raccrocher, alors leur dire que ce rêve pourrait se transformer en cauchemar, c’est insupportable au sens propre.
        La lucidité n’est pas le propre de l’homme, l’homme a besoin de rêver, le problème c’est que les plus malins profitent de ce besoin, pour camoufler des réalités désagréables à regarder en face.
        D’une certaine façon et dans un autre registre, c’est le même phénomène qui frappe ceux qui ont une foi inébranlable dans les bienfaits de l’euro, sorte de nouveau veau d’or.
        J.Sapir a beau leur expliquer, souvent doctement, que si l’on persiste dans la politique actuelle, l’on va au devant de grandes déconvenues, ils ne l’écoutent pas, car c’est insupportable de remettre en cause leur croyance sur les bienfaits de cette monnaie.
        L’intelligence, s’éclipse devant la foi. C’est pour cela que l’on peut être par ailleurs intelligent, mais totalement aveuglé par des croyances.
        Chez les gens atteints par ce type de phénomène, la raison est mise entre parenthèse.
        De sorte, que l’on peut leur faire toutes les démonstrations que l’on veut, les mettre devant des faits troublants, ils préfèrent passer leur chemin, pour sauver leur foi, les piliers de leur système de croyance, dont dépend leur équilibre mental.


        • Citoyen Le 23 août 2014 à 14h25
          Afficher/Masquer

          Se réconforter c’est toujours chercher à conforter ses mantras (même si l’on est cultivé, l’on met toute sa culture au service de la croyance initiale), c’est confortable et rassurant. L’aliénation est ainsi parfaite, d’autant plus efficace qu’elle repose sur des mécanismes simples et aisés.
          La peur se trouve à la source. L’incertitude, insupportable et angoissante, déstabilise. L’absence de confiance en soi n’autorise jamais le questionnement.

          Le déni est, en effet, un mécanisme de défense psychologique,élémentaire, rudimentaire, primaire, de base. Puéril.
          C’est un instinct de survie. Rassurant. On se raccroche à son radeau de la Méduse.
          Le déni permet de ne pas voir une réalité dangereuse ou de la banaliser.
          Souvent accompagné de l’identification adhésive, système qui vide tout de sens. Tout devient alors mimétisme, accrochage à une sensation pour éviter l’angoisse de la chute.

          L’axiome inversé fonctionne donc à pleine turbine, en ce sens que les gens (faibles car manquant d’assertivité et de personnalité individuée)
          ne v o i e n t que ce qu’ils c r o i e n t.

          Et non l’inverse (St Thomas, je ne crois que ce que je vois)

          A ce titre, si l’on survole très brièvement les événements sociologiques du 20è siècle, l’on s’aperçoit qu’environ jusqu’à la 2ème GM, l’on croyait aux apparitions de la Vierge impliquant des petits enfants. (Mère-enfants, suivant l’ambiance sociale de l’époque qui valorisait pour des motifs de puissance, ces structure et construction sociale)

          Soudain, après la 2GM, les gens se sont mis à croire aux OVNI.(En réalité la conquête spatiale post bombe atomique et la propagande qui l’accompagnait faisaient leur travail psycho-sociologique).

          La consommation repose également sur des mécanismes primaires et les exploite, en les entretenant via média, publicité, images, événements commerciaux.
          Le résultat est là.

          Dans ce système massif, au lieu de chercher la “déstabilisante” raison et la rationalité (qui doit s’étayer à des sources diverses pour élargir la vision panoramique), l’on cherche à se RÉCONFORTER et conforter SA croyance.

          Court-circuit permanent et para-logique à l’oeuvre.
          Les médias servent à fabriquer et vendre de l’opinion, et non de l’information ou du savoir. Le raccourci suivant y est utilisé: j’ai une thèse et je la défends(moultes illustrations, images, discours simplets, tronqués). Point
          (et non hypothèse-thèse-anti-thèse)

          La crédulité et la fragilité psychologique induites depuis des décennies de système de masse (utiles à la machine de la consommation et de la peur), le discours médiatique unique reposant sur des prémisses souvent fausses, ont fait le reste.
          Para-logique, clichés, raccourcis, court-circuit sont très nombreux.
          La foi est plus puissante que la raison.
          Encore plus en période de dangers et de grande dépression, angoisse actuelle d’un monde qui s’écroule et menace chaque individu dans sa propre survie.
          La peur – l’angoisse sont inculquées depuis des décennies. Elles présentent l’avantage d’éviter toute rebellion. Elles paralysent, tétanisent, angoissent (Stratégie de la peur et du choc).(Médicaments, psychotropes et diverses autres drogues présentées comme festives et cependant très conformistes, ou comme apaisantes, sont là pour vous aider à vous anesthésier et ainsi vous éviter toujorus de regarder les choses en f a c e et de vous reconnaître vous-mêmes)

          Le conformisme a ceci de particulièrement pervers en ce qu’il est violence envers soi (dénié) et envers les autres. Une boucle, un cercle vicieux dont on ne sort que par un déclic(?), un travail (douloureux?) de la conscience.

          Conformisme, arme de destruction massive.
          Les expériences de Asch et Milgram l’illustrent.(La très intéressante expérience d’Asch. Conformisme – déni, publiée en 1951, distortion cognitive, pression sociale du groupe, etc.. pouvoir du groupe vient de l’unanimité, seul un individué osera voir et ne pas nier ce qu’il voit).
          http://www.youtube.com/watch?v=7AyM2PH3_Qk (résumé Asch)

          Rares sont les individus qui osent et qui savent que la vérité est au-dessus du groupe, et même de l’amitié…

          Ces outils et expériences ont évidemment été mis au service d’un système économique qui repose sur le sentiment (et non la raison) de confiance. Si tout le monde le fait…

          Si vous êtes ontologiquement fragile, vous avez peur et vous ne vous faites pas confiance à vous-même, vous êtes réduit à l’état d’enfant (puer) apeuré. Vous construisez un système externe de croyances fortes, d’autant plus qu’elles sont simples et faciles. Goodies and baddies.

          Par conséquent, il est très difficile de reconnaître que l’on vous a trompé ou pire encore, que vous y avez cru cependant. S’avouer avoir été abusé ou idiot.. est difficile.
          Ce processus prend du temps. Et il faut aussi être ontologiquement fort (ce qui n’est pas le cas justement des conformistes..car le besoin de conformisme révèle justement la fragilité) afin de ne pas être entièrement déstabilisé par la prise de conscience. Que ce soit au niveau personnel, social, culturel ou autre.

          Notre système évidemment ne favorise pas l’individu car il repose sur le conformisme de masse dont l’économie dépend (au moyen de propagande et de sentiments-émotions).

          To be or not to be?


    • bm607 Le 21 août 2014 à 07h39
      Afficher/Masquer

      Je pense qu’on est nombreux à avoir de tels exemples, j’ai en tête également d’en avoir discuté via le net avec une connaissance et après avoir démonté la thèse officielle américaine sur le vol MH17 d’avoir eu la question “mais alors pour toi qui a tiré ?”, à laquelle je m’étais empressé de répondre “je ne sais pas, je n’ai que des hypothèses en l’état actuel”.
      En fait je pense qu’un des gros problèmes (actuels ?) concernant les infos c’est que nombre de personnes “savent”… ils ne doutent pas, ils savent.
      Vous pouvez de votre côté avoir passé des milliers d’heures sur un sujet, et eux avoir lu un vague papier dans un coin d’internet, ils vont vous expliquer ce que vous devez penser (exemple vécu), alors que personnellement quand je rencontre quelqu’un qui a plus de connaissances que moi j’essaye de lui en soutirer pour améliorer les miennes.

      Partant de là, la propagande méRdiatique actuelle n’a besoin que de fournir aux aux lecteurs des informations qui leur permettront de “savoir” par rapport aux autres, et lesdits lecteurs seront tout prêt à défendre “leur savoir”, pour prouver leur supériorité (et leur intelligence ?)

      On a perdu toute modestie peut-être.


      • rectif Le 21 août 2014 à 08h56
        Afficher/Masquer

        Oui ! Et ceci découle directement de l’illusion de “l’information permanente”, où chacun a l’impression d’être le spectateur direct de ce qui se passe n’importe où dans le monde, alors qu’il est à la merci de qui collecte et met en forme cette information.

        Le trop-plein d’informations aggravant le phénomène en empêchant tout recul et donc toute forme de réflexion. Il faut réapprendre la lenteur, la distance, l’ignorance même ! Au sens où il vaut mieux se savoir ignorant que se croire savant.


        • Dekyus Le 21 août 2014 à 13h38
          Afficher/Masquer

          “Au sens où il vaut mieux se savoir ignorant que se croire savant.” oui et c’est ce que nous disait Socrate il y a déjà quelques siècles…


      • Scarch Le 21 août 2014 à 12h18
        Afficher/Masquer

        Je ne pense pas que ce soit une question de modestie.
        J’ai l’impression que la première étape de l’eveil de l’esprit, la prise de conscience du soi, commence par la question :”qui suis-je ” et continue par la remise en doute de tout ce que l’on pensait comme étant acquis.
        Ce n’est que mon avis personnel, mais nombre de personnes ont besoin d’avoir des bases stables et solides, des acquis indiscutables pour se rassurer, pour être sûr “d’exister” dans un système ou l’être est a la fois encouragé a se montrer et a la fois perpetuellement castré. Il lui est impossible de se déterminer et il choisi donc la voie de l’acquis, plus simple et plus rassurante que le doute perpétuel qui est pourtant salvateur pour l’esprit.
        Le meilleur exemple est la TV. Combien de personnes tiennent un discours accablant pour le petit ecran et pourtant aiment se laisser hypnotiser pendant des heures parce que ce dernier les rassure sur leur propre condition.
        L’eveil et la remise en question sont douloureux. Accepter le simple fait que les USA puissent ne pas être les “gentils” remettrai en question l’intégralité de leurs acquis et par voie de conséquence, leur manière de considérer le monde. Donc le socle sur lequel ils se tiennent, le pensant très solide. Vos doutes vous ont appris l’équilibre, vous n’avez plus besoin de ce socle de pensée…


    • kinimodo Le 21 août 2014 à 10h26
      Afficher/Masquer

      Je rencontre les mêmes difficultés avec des personnes plutôt intelligentes pourtant. Ce refus de comprendre et avant cela, de simplement douter des versions qu’on nous sert est en effet proche du religieux. L’esprit de clan et le suivisme font aussi des ravages…

      Je me rends compte que la plupart du temps, mes interlocuteurs n’ont finalement passé que peu de temps à étudier le sujet mais qu’ils ont quand même des certitudes… c’est épuisant !
      Il est quasiment impossible de contrer cette « foi » en la version donnée par nos médias et politiques, sur une discussion toujours trop courte et pas toujours sereine.
      Il est facile de contrer ces certitudes après, par un petit mail avec les faits documentés et sourcés. Et pour le reste, les faire douter, c’est déjà ça !

      Le lien vers ce blog d’Olivier m’est d’un grand secours au moins pour ceux qui prendront la peine de lire les sujets… c’est pas gagné non plus .
      Finalement, les gens ne veulent et ne peuvent pas intégrer le fait que les pouvoirs des « démocraties » américaines ou européennes puissent être à ce point machiavéliques, calculateurs, et aux ordres d’intérêts qui vont à l’encontre de celui des peuples.

      Deux films qui me semblent vraiment très indiqués sur ce sujet et qui collent parfaitement à la stratégie employée en Ukraine.
      « La stratégie du choc » de Naomi Klein déjà cité ici
      Et « Guerre mensonges et vidéo » de François Bringer.
      Film remarquable qui expose toute la stratégie de propagande des US auprès de l’opinion pour arriver à leurs fins guerrières en Irak.
      http://www.dailymotion.com/video/xyabik_docs-ad-hoc-guerre-mensonges-et-video_news


      • rectif Le 21 août 2014 à 12h18
        Afficher/Masquer

        Ne pas oublier le LIVRE de Naomi Klein, la Stratégie du choc, pavé à ne pas lire si on est dépressif toutefois !


        • anne jordan Le 21 août 2014 à 21h55
          Afficher/Masquer

          mais si !
          il faut LIRE et relire ” La stratégie du choc ” pour avoir les yeux grands ouverts !
          comment pourrait on être dépressif lorsqu’on connait les ficelles qui tirent les marionnettes ?
          c’est en fermant les yeux et en se bouchant les oreilles qu’on devient dépressif : ” je ne comprends pas ! qu’est ce qui nous arrive ? ”
          inlassablement , parler , poser les questions : ” en êtes vous surs ? ” “comment le savez vous ? ” et semer le doute …


          • rectif Le 22 août 2014 à 12h13
            Afficher/Masquer

            Pardon pour le second degré ; mais évidemment, je suis d’accord avec vous. C’est l’incohérence apparente du monde et le sentiment d’impuissance qui peuvent rendre dépressif. Il faut donc s’armer !


      • sadsam Le 21 août 2014 à 16h45
        Afficher/Masquer

        @Kinimodo
        MERCI pour le lien avec Dailymotion (film de F. Bringer diffusé sur LCP concernant le déclenchement de la guerre en Irak en 2003, revisité 1O ans après par qlq protagonistes ou témoins français et américains de très haut niveau (hauts fonctionnaires, journalistes et anciens de la CIA).
        En 2003, il fallait beaucoup de courage pour mettre en doute, seulement poser des questions, sur les soi-disant armes de destruction massive de Saddam Hussein.

        Le film dure presqu’une heure mais il FAUT LE REGARDER (notamment ceux qui ont témoigné ici de leurs difficultés à aborder les événements ukrainiens avec leurs proches).

        Sinon il faut lire ces temps ci les articles du Financial Times sur l’état de l’économie ukrainienne et sur les prêts du FMI à ce pays. Et le Ministre de l’économie Pavel Cheremeta (un professeur d’économie à l’origine) a demandé à démissionner de son poste (ou même peut-être a déjà démissionné).


        • chios Le 21 août 2014 à 20h49
          Afficher/Masquer

          Vous pourriez donner les liens vers les articles en question, je suis un peu perdue sur ce site.
          Merci


        • kinimodo Le 21 août 2014 à 23h24
          Afficher/Masquer

          J’avais vu ce film il y a longtemps, mais le revoir là avec en tête le déroulement des évenements en Ukraine, montre clairement que les méthodes n’ont pas changées et qu’on assiste malheureusement à un scénario de propagande similaire.
          En espérant que son objectif guerrier ne soit pas atteint cette fois ci !

          Le film suivant est aussi une remarquable enquête journalistique qui devrait permettre aussi d’ouvrir les yeux de ceux qui ne veulent pas croire que nos pseudos démocraties sont capables du pire, c’est à dire d’actes terroristes sur leur propre population.

          http://www.dailymotion.com/video/xoef4a_le-scandale-des-armees-secretes-de-l-otan-1950-1990_news

          Alors que l’Europe est progressivement scindée en deux blocs à la fin de la Seconde Guerre mondiale, les Américains et les Britanniques mettent en place des armées secrètes, des réseaux appelés «Stay Behind», destinés à réagir en cas d’invasion soviétique. Mais alors même qu’une attaque russe devient improbable, ces réseaux ne seront jamais démantelés. Ils sont même à l’origine d’actes de terrorisme et responsables de la mort d’innocents civils. A chaque fois que la gauche menaçait d’accéder au pouvoir, ils ont usé de la force et sont intervenus dans les processus démocratiques nationaux. Parfois, ils ont été protégés par les forces de police et les services de sécurité pour préserver leur capacité de combat.


    • Inox Le 21 août 2014 à 14h39
      Afficher/Masquer

      Autour de moi, c’est plutôt l’inverse, l’épisode des armes de destructions massives d’Irak a fait des ravages (moi y compris), beaucoup ne font plus confiance aux déclarations US, aux communiqués d’AFP, etc.. La méfiance s’est installée. Et j’en suis ravi, les débats deviennent très intéressants.

      Beaucoup s’en fichent complètement aussi, et se contentent de la presse “fast-food”, mais seulement du coin de l’oeil. Leurs centres d’intérêt sont à mille lieues de ces évènements.

      L’autre cas de figure que je rencontre, mais c’est assez rare, est une prise de position franche, ils ont choisi leur camp, quoi qu’il arrive. Et pour tenir cette position, pas le choix, “Refoulement, dénégation, déni, scotomisation, forclusion, les mille et une façons de refuser de voir la réalité en face”. Et “L’ennemi est bête: il croit que c’est nous l’ennemi, alors que c’est lui!”


      • Nihil Le 21 août 2014 à 18h07
        Afficher/Masquer

        “presse “fast-food”, ”
        J’aime bien l’expression.
        La malpresse ? Les chainintox ?


        • Inox Le 21 août 2014 à 20h36
          Afficher/Masquer

          La malpresse oui, exactement. Des grossistes qui produisent à la chaine, et des distributeurs bien plus préoccupés par les ventes que par la qualité du produit. L’objectivité et l’investigation ne font plus partie de leur recette. Tant qu’ils ont un publique pour cela…


          • Nihil Le 21 août 2014 à 22h51
            Afficher/Masquer

            Nous sommes d’accord. Les chainintox sont des commerçants qui s’approvisionnent à l’AFP Rungis et vendent à la criée: il est beau, mon scandale ! Elle est fraîche, ma p’tite phrase ! Et dans le journal d’emballage tout est pourri.


    • VladP Le 21 août 2014 à 16h55
      Afficher/Masquer

      …la propagande n’a rien à voir avec la réalité, c’est une mystification de type religieux…
      Dites ça, et vous aurez une foule de gens à l’est comme à l’ouest, au nord comme au sud, qui vous dirons que la religions n’est pas une mystification!
      Ils seront prêt à vous tuer pour vous prouver le réalité de leur religion et de leur Dieu. D’ailleurs ils le font!…
      Moi, même si j’aime mieux être sûr, pendant la semaine, le dimanche non-plus, je n’arrive pas vraiment à croire…


      • Crapaud Rouge Le 21 août 2014 à 19h52
        Afficher/Masquer

        Inattendue et excellente réplique, VladP. Si la religion n’est pas une mystification, alors la propagande n’en est pas une non plus. Pour ses “victimes”, qui n’ont pas conscience de croire des mensonges, elle se présente comme “la vérité”. Ils vivent comme une agression toute tentative un tant soit peu appuyée de les faire changer d’avis. Au bout du compte, certains en arrivent à trouver normal de tuer au nom de leurs convictions…


      • Kiwixar Le 21 août 2014 à 22h00
        Afficher/Masquer

        Un argument court que j’aime employer pour démystifier : “il y a 5 religions principales sur terre. Chacun des croyants est 100% persuadé que sa religion est la bonne alors qu’il n’a que 20% de chances d’avoir raison.”


        • madake Le 22 août 2014 à 15h26
          Afficher/Masquer

          Pas d’accord, en ce domaine si l’on veut être rigoureux, il faut envisager plus largement les possibilités et ajouter au moins :

          6) ils ont partiellement raison, il en existe plusieurs dieux simultanés, connus ou inconnus.
          7) ils ont tous tort, et il existe un seul autre Dieu inconnu de tous
          8) ils ont tous tort et il n’existe aucun dieu.

          Sinon, la question est fermée, et oriente les réponses en sous-tendant qu’il ne peut exister qu’un dieu unique par exemple, et on devient juge et partie.
          Il est vrai que dans ce cas, comme souvent, c’est l’homme qui crée un dieu.
          Voilà une affirmation difficile à contester.


          • Kiwixar Le 22 août 2014 à 23h46
            Afficher/Masquer

            Oui, mais le but n’est pas d’être rigoureux en entrant dans les détails.
            Le but est d’être court (souvent les croyants ne veulent même pas discuter), en ébranlant rapidement le “100% convaincu”, avec la probabilité gênante “20% de chances d’avoir raison”.
            Expliciter le fait qu’on peut être complètement 100% convaincu (la foi) tout en ayant tort (les autres religions).


    • Papagateau Le 21 août 2014 à 21h59
      Afficher/Masquer

      Je pense que toute affaire repose sur la confiance :
      Entre une source qui a la réputation d’être fiable, et une source qui n’a pas la réputation d’être un source, parce qu’elle n’a pas les moyens pour enquêter sur place, laquelle choisissez-vous ?
      Entre une info entendue 100 fois, et une info encore jamais entendue, laquelle est la vraie ?

      L’opération de propagande que nous voyons sous nos yeux a commencé bien avant les événements de cette année, car elle a commencé quand les média se sont efforcés de se construire une image de compétence, de vérité, de dévouement et de fiabilité. En bref, depuis toujours.

      En gros, je pense que la plupart de ceux qui sont ici, ont été les témoins d’une affaire où ils n’ont pu que constater le parti pris, ou l’indigence de la presse.

      Pour ma part, j’étais à une réunion contre l’euro au tout début des années 2000. Quand j’ai lu le journal, j’ai cru qu’une autre réunion s’était passée le même jour à Paris. Puis j’ai vu que le vocabulaire était très riches mais les tournures bizarres, comme écrites par un étranger. Alors j’ai vu 2 textes en un seul : un pour celui qui lit vite, et l’autre pour éviter la diffamation.

      Mais les journalistes ne mentent pas seulement sur les sujets économiques ou politiques :
      Une connaissance se tue à moto, en ville, à 35 ans.
      Le journaliste va voir les parents, et apprend qu’à l’âge de 10 ans, il a été cogné par un rétroviseur sur un passage piéton.
      L’article du journaliste raconta que “le jeune” avait déjà eu un “grave” accident de la circulation, mais en oubliant de mentionner :
      – l’âge actuel,
      – l’âge au 1er accident,
      – le statut de piéton immobile au bord du passage piéton.
      Le gratte-papier en avait fait un article sur les jeune qui aiment prendre des risques en bande, et qui continuent quand ils ont frôlé la mort.

      Un journaliste est prêt à mentir sur un sujet non politique pour remplir son quart de page quotidien.

      Si les journalistes ont la confiance et que nous ne l’avons pas, alors il faut s’attaquer à la réputation des média.

      La conversation où une journaliste nous explique qu’elle a 20 minutes pour paraphraser la dépêche de l’AFP avant sa diffusion à l’antenne, a plus effet, à mon avis, que la mention de n’importe quel fait en Ukraine que vous êtes apparemment le seul à savoir.

      Puis parler du fond de pension des retraités de la CIA qui détient 40% de l’AFP.

      Je crois qu’il est impossible de faire passer la vérité, si on ne commence pas par détruire la réputation des média.


      • jacqueline Le 21 août 2014 à 22h15
        Afficher/Masquer

        Non l’ AFP n’a pas d’actionnaires.


        • Papagateau Le 22 août 2014 à 00h48
          Afficher/Masquer

          ” Jusqu’ici, l’Etat versait à l’AFP 120 millions d’euros par an, soit 40 % de son chiffre d’affaires. ”

          http://ecrans.liberation.fr/ecrans/2014/03/27/bruxelles-l-afp-continuera-de-recevoir-des-aides-publiques_990917

          Je reviens tantôt pour la CIA actionnaire d’un grand média français.


        • Papagateau Le 22 août 2014 à 01h28
          Afficher/Masquer

          Finalement tout les grands fonds de pension américains ont des liens avec la CIA .
          C’est à croire que quand on est une entreprise de droit américain faisant la majorité de son chiffre d’affaire aux USA, il vaut mieux avoir de bonne relation avec Obama.

          Les élites américaines ont fait la fusion totale entre les élites politiques et économiques (les uns deviennent les autres a l’occasion d’une élection gagnée ou perdu).


    • Damien Le 22 août 2014 à 14h30
      Afficher/Masquer

      Une citation d’un de mes livres favoris, Hypérion de Dan Simmons, disait ceci au sujet de la religion et de ce qui pousse les gens à croire au lieu de penser.

      “Le silence de l’espace infini ou le confort douillet de la certitude intérieure”

      Aujourd’hui, beaucoup trop de gens préfère ce confort douillet, plutôt que d’être placés face à l’immensité du doute et de l’incertitude.


      • jacqueline Le 22 août 2014 à 15h04
        Afficher/Masquer

        Bin tant mieux ! Non ? si la religion aide les gens à garder l’espoir au lieu de les bourrer de prozac.

        Parce que porter un regard lucide sur le monde il n’ y a pas vraiment pas de quoi être optimiste, soit tu mets fin à ta vie, soit tu fais tout sauter, soit tu finis en HP..


    • Rémi Laffitte Le 22 août 2014 à 17h01
      Afficher/Masquer

      Imaginez un enfant qui aurait mis des jours à construire dans sa chambre un monde de playmobils basé sur la représentation du monde qu’il se fait au travers de la propagande rabâchée par la télé ou l’éducation nationale. Imaginez que vous entriez dans sa chambre pour lui déclarer que les playmobils sont seulement des jouets, que ce monde n’existe pas, que vous en avez la preuve et qu’il ferait mieux de ranger ses playmobils pour commencer à faire ses devoirs sérieusement. Comment croyez vous qu’il réagirait ?


  3. aspitoyendefrance Le 21 août 2014 à 06h57
    Afficher/Masquer

    C’est pareil que vous,j’ai discuter rapidement des sanctions commerciales fait par les USA et il me disait”les états unis font ce qu’ils veulent car ils ont le dollard”.Et je lui dit que le centre de richesse est en asie et non plus en occident et surtout qu’il y’a une alliance entre chine russie et brics pour faire chuter le dollard.Il s’est tu et n’a plus jamais voulu me parler.C’est un cadre d’une cinquantainne d’années il a peut être de la bouteille mais je suis éffaré de l’état de conformisme ambiant.Ah un tel niveau,c’est difficille de leur faire entrevoir l’idée qu’ils auraient tord.


  4. Alain Le 21 août 2014 à 07h06
    Afficher/Masquer

    Je remarque autour de moi que de plus en plus de citoyens n’ont plus aucune confiance dans les informations qui sont diffusées par les gouvernements et les médias. Le plus tragiques est aussi un sentiment d’impuissance devant l’absence totale de voix politique s’opposant à cet égrégore et qui pourrait être une alternative démocratique aux dirigeants actuels.

    Les “politiquement corrects” font toujours référence à Munich pour justifier leur va-t-en-guerre mais personne ne fait référence à l’apathie des peuples face à la mère des deux guerres mondiales: la spirale infernale de 1914. On rejoue le même scénario à 100 ans de différence car ce n’est pas un anti-1938 qu’on voudrait nous faire avaler


    • Zzef Le 21 août 2014 à 13h27
      Afficher/Masquer

      D’accord avec toi ! La presse classique n’intéresse plus grand monde, Il suffit de voir que tout ces journaux papier sont sous perfusion de l’état pour maintenir un semblant de presse divers et diversifié. Des blog comme celui ci ou d’autre sont bien plus intéressant et même démocratique car le débat y est possible.


  5. samuel Le 21 août 2014 à 07h24
    Afficher/Masquer

    Juste qu’un seul ayant cette pose, et pourtant j’ai pris le temps de voir cette photo d’époque.

    ” Pour autant je ne prône pas une révolution violente, mais plutôt la nécessité de s’informer, de ne pas céder à la facilité du conformisme et de ne pas avoir peur de prendre position.”

    Dans ce monde ils courent partout pour s’y conformer, sinon vous serez plus en mesure de payer les factures, d’avoir un poste, de flatter la belle mère, d’assurer les vieux jours, ou d’avoir moins peur de perdre position confortable, la boucle est bouclée jusqu’à la fin du beau temps.


  6. Esposito Le 21 août 2014 à 08h13
    Afficher/Masquer

    Moi je l’écris Eggrégore. Fabuleux mot, une vrai clé pour comprendre les forces qui dirigent le monde et l’ésotérisme. Enchanté de le voir utilisé sur cette page.


    • Dekyus Le 21 août 2014 à 19h00
      Afficher/Masquer

      comme les bancs de poissons ou les oiseaux migrateurs


  7. arnold99 Le 21 août 2014 à 08h37
    Afficher/Masquer

    Si les médias servent à manipuler les foules, ils ont à leur disposition un outil de renforcement de conviction qui s’appelle les sondages. Qu’il est doux des savoir que la majorité répond comme vous à une question biaisée au sujet d’un événement passé au crible de la désinformation.


    • Ardèchoix Le 21 août 2014 à 12h11
      Afficher/Masquer

      Quand la propagande est à son comble . Tiré du livre “les carnets de guerre de louis Barthas , tonnelier ” sur le départ pour la guerre de14.18
      “Et chacun de faire avec fièvre ses préparatifs de départ comme si vraiment on eût craint d’arriver après que la victoire soit chose faite ; pour un peu , certains seraient partis avant le jour fixé pour leur
      Départ”


  8. Macarel Le 21 août 2014 à 08h46
    Afficher/Masquer

    Bien entendu Poutine n’est pas un Saint

    Qui est vraiment Vladimir Vladimirovitch Poutine ?

    A ce sujet un bon reportage déjà diffusé sur A2, qui retrace toute l’ascension du nouveau maître du Kremlin, aux plus hautes fonctions de son pays.

    “Le système Poutine”

    http://www.youtube.com/watch?v=AM1tkbBJAXE

    Quant à la “princesse” Europe, est elle coincée entre deux systèmes : le système KGB/FSB de Poutine, et le système CIA/NSA de l’oligarchie US. De plus elle est entravée, tel Gulliver à Lilliput, par l’Euro, soumise au bon vouloir de Goldman Sachs par BCE interposée, et au chantage de Gazprom de l’autre côté. Avec pour résultat, une Ukraine à feu et à sang.
    Où est la paix promise par les promoteurs européistes de l’UE ?
    Où est la prospérité ?
    Où est le progrès social ?
    Où est l’indépendance de l’Europe ?
    Où est la démocratie ?
    Où est l’Europe des peuples ?


    • rectif Le 21 août 2014 à 09h21
      Afficher/Masquer

      Il ne faut surtout pas confondre l’Europe et l’Union Européenne. L’Europe a été coupée en 2 suite à la dernière guerre mondiale, et chacun des vainqueurs (URSS / USA) s’est attribué une part du gâteau, n’hésitant pas à couper en deux le pays “le plus vaincu” (l’Allemagne), et même une ville (Berlin).

      Côté est, le camp soviétique n’a pas fait dans la dentelle : des régimes kremlino-compatibles ont rapidement été installés, et tout ceci s’est effondré avec la chute du mur de Berlin en 1989.

      Côté ouest, nous avons longtemps vécu dans l’illusion de la liberté (certes plus importante qu’à l’est) mais nous étions en réalité sous domination américaine depuis le début. N’ayant pas pu imposer un régime capitaliste dur en raison des partis communistes forts en France et en Italie, les USA se sont contentés de financer une “construction européenne” qui était en fait une préparation technocratique à la domination commerciale et bancaire des USA sur l’Europe.

      Tout ceci est aujourd’hui connu, documenté et ne devrait en principe plus faire débat : des documents de la CIA ont été déclassifiés qui prouvent clairement que la belle légende de l’UE créée par des européens pour éviter de nouvelles guerres entre eux est une vaste escroquerie américaine (même si certains ont pu naïvement y croire, bien sûr). Un “glacis géopolitique américain”, pour reprendre l’expression de François Asselineau, dont on peut voir les nombreuses conférences sur upr.fr par exemple. Un échantillon ici (les complètes sont dignes des discours de Castro ! ) :

      http://www.dailymotion.com/video/xpafav_l-union-europeenne-un-glacis-geopolitique-zapping_news#from=embediframe

      Son analyse récente sur les événements du Moyen-Orient est des plus lucides :

      http://www.dailymotion.com/video/x22jp7j_pulverisation-des-etats-nations-nouvel-ordre-mondial-francois-asselineau-upr_news

      Tout individu se sentant européen devrait donc aujourd’hui, logiquement, commencer par oeuvrer à la DESTRUCTION de l’Union Européenne. Comme tout individu attaché à la démocratie devrait refuser l’exportation de la démocratie sous forme de tapis de bombes…


      • raloul Le 21 août 2014 à 23h03
        Afficher/Masquer

        Bonjour!

        Vous allez un peu vite en besogne: “Tout ceci est aujourd’hui connu, documenté et ne devrait en principe plus faire débat”

        – Tout ceci est documenté, entièrement d’accord avec vous.
        – Tout ceci est connu; malheureusement non. Ca n’est connu que de ceux qui s’intéressent au sujet et osent épouser des théses hétérodoxes. Ce qui fait, allez je vais être optimiste pour une fois, peut-être 5% de la population?
        – Tout ceci ne devrait plus faire débat. Eh bien là vous tapez au coeur du problème. Il n’y a aucun débat à ce sujet et c’est très regrettable. Rien n’est fait par l’appareil de propagande pour qu’il y ait un débat; il n’y a que le rouleau compresseur des pseudo-vérités assénées mille fois pour écraser toute vision alternative. Si au moins il y avait un débat, mon royaume pour un débat! C’est là où la notion de glacis prend tout son sens. Appelez ça lavage de cerveau si ça vous chante. Même entre historiens le “débat” est tout à fait ankylosé. Prenez un manuel scolaire d’histoire contemporaine et vous comprendrez l’étendue des dégâts. Je dirais donc plutôt: il n’y a pas encore eu de vrai débat, public, populaire, solide, argumenté.

        Par ailleurs, je suis entièrement d’accord avec vous sur la nécéssité radicale d’en finir avec l’UE. C’est un gâchis monumental. Bon, les bâtiments peuvent être réaffectés, les fonctionnaires européens peuvent aller ramasser des carottes ou utiliser leur énergie à quelque chose d’utile, ce n’est pas aussi grave qu’une guerre. Mais justement, agissons avant que la guerre ne déboule.
        Ca paraît extrême d’exiger la destruction de l’UE, mais c’est pourtant la conclusion logique de la réflexion de M. Asselineau, que j’apprécie beaucoup, entre autres eurosceptiques. Le machin est malheureusement devenu irréformable, c’est beaucoup trop tard. Avant l’euro, c’eût été encore envisageable, peut-être… avec quelques leaders de grands pays européens très courageux, intelligents, lucides et pragmatiques (oui oui je suis exigeant et rêveur…).


        • Berlingot Le 21 août 2014 à 23h57
          Afficher/Masquer

          Avez-vous remarqué que dans les merdias le mot “débat” a disparu pour être remplacé par “polémique” ? Débat fleurait bon le calme, la réflexion, l’échange poli de points de vue alors que polémique sent la dispute, le ton agressif, la volonté d’imposer son point de vue… et surtout le déni, la vanité de tout ce qui aurait dû faire débat puisque nécessairement polémique !

          Mais ce qui m’a le plus étonné c’est l’instantanéité, l’unanimité et l’universalité avec lesquels ce remplacement a été fait. Vous avez dit Egrégore ? J’aimerais vous croire, je veux y croire … parce que si jamais ce n’était pas que ça, comment dire ?, ça me ferait peur, très peur.


          • raloul Le 22 août 2014 à 08h49
            Afficher/Masquer

            Bonjour!

            Oui, le débat, encore une victime collatérale de la novlangue…

            et oui malheureusement je pense que c’est plus que ça, c’est la chute d’un empire, le déclin d’une civilisation. Ca a des ramifications beaucoup plus vastes qu’une “simple” “communion” dans le délire consumériste et guerrier des “exceptionnalistes” et autres fanatiques religieux et fondamentalistes du (pseudo-)”marché” qui propagent leur idéologie funeste sur cette planète.
            Plus nous attendons, et plus dure sera la chute. Nous le savons tous, mais faisons mine de regarder ailleurs.

            A propos, j’adore regarder les vieux débat télévisés des années 60, où la politesse existait encore un peu. Pour aller plus loin, il faut se souvenir des débats légendaires entre Lincoln et Douglas:
            https://en.wikipedia.org/wiki/Lincoln%E2%80%93Douglas_debates
            Le premier parle pendant une heure (sans être interrompu comme à la télé de nos jours…), puis l’autre répond une heure et demie, enfin le premier a une demie-heure pour conclure. Ca, c’est un débat!; totalement inimaginable de nos jours en raison de l’inculture, l’incapacité de concentration, la généralisation de l’idée du “zapping” qui rend la pensée continue et cohérente pénible à une majorité de la population, “élites” comprises.
            Et encore, c’était un format court pour l’époque, les débats précédents entre les deux prenaient plusieurs jours:
            http://quod.lib.umich.edu/j/jala/2629860.0030.204/–new-records-of-the-lincoln-douglas-debate-at-the-1854?rgn=main;view=fulltext

            “His speech was four hours in length, was conceived and expressed in a most happy, pleasant style, and was received with abundant applause.”
            Vous vous imaginez un public actuel écouter un politicien pendant quatre heures, puis l’applaudir chaleureusement??? Regardez l’effet que fait une conférence d’Asselineau, et je ne retiens ici que l’aspect formel de la durée, sur le *grand public” , et les réactions qu’elle suscite chez des auditeurs préformatés par la télévision…

            Oui, à mon humble avis ce n’est pas “que ça”…


        • rectif Le 22 août 2014 à 12h19
          Afficher/Masquer

          Je suis d’accord avec vous. Quand je disais “tout ceci est connu” c’est au sens où peut le dire un scientifique : les équations de Maxwell sont connues, on ne va pas les redécouvrir. Pour autant, à part les physiciens et les ingénieurs qui s’intéressent à l’électromagnétisme, pas grand-monde ne les connaît !

          Pour le débat ensuite, évidemment ça ne devrait pas faire débat… mais dans l’autre sens, c’est-à-dire que cela devrait être accepté par tous les commentateurs médiatiques ! Aujourd’hui la situation est totalement inversée, il n’y a effectivement pas débat mais c’est pour imposer la version fausse de l’Histoire. Il faudra donc passer par la phase débat avant que, espérons, un jour il n’y ait pas davantage débat que pour admettre que la Terre n’est pas plate…


    • Macarel Le 21 août 2014 à 10h42
      Afficher/Masquer

      Après avoir vu où revu ce film sur le “système Poutine”, on est frappé par le parallèle entre les circonstances de l’ascension de Hitler au pouvoir dans l’Allemagne des années 30, et celles de Poutine dans la Russie des années 90.
      Bien sûr, loin de moi l’idée d’assimiler Poutine, à Hitler, et la Russie d’aujourd’hui à l’Allemagne nazie. La suite de “l’histoire”, nous dira ce qu’il en est vraiment de Poutine, et de “sa Russie”.
      Cependant le parallèle est frappant au moins sur les points suivants :
      Un homme d’extraction modeste, qui vit le drame de la défaite de son pays, comme une humiliation, qu’il n’aura de cesse d’effacer.
      Un homme qui gravit petit à petit tous les échelons du pouvoir, en passant par des élections, et en s’aidant de coups un peu plus tordus : l’incendie du Reichstag pour l’un attribué aux communistes pour l’un, les attentats de Moscou attribués aux islamistes tchétchènes pour l’autre.
      Un pays plongé dans le chaos politique et économique, après la défaite de 14-18 pour l’un (Traité de Versailles, réparations économiques, amputation du territoire), après l’effondrement de l’URSS pour l’autre (pillage de l’économie russe par le capital occidental, extension vers l’est de l’OTAN).
      Une oligarchie capitaliste allemande (Krupp, Thyssen, etc…), qui croit pouvoir utiliser et contrôler le “petit caporal” pour contrer les révolutionnaires et les communistes. Des oligarques russes occidentalisés qui veulent s’emparer du pouvoir (et barrer la route à toute résurrection des communistes) en misant sur le lieutenant colonel de réserve du KGBfidèle de la “famille Eltsine” , qu’ils pensent contrôler sans difficulté. Un Hidenburg vieillissant qui transmet le pouvoir à Hitler, un Eltsine vieillissant et malade, qui transmet les clés du Kremlin à Poutine.
      Enfin, un Hitler qui s’appuyant sur un Etat policier et militarisé, s’empare de tous les leviers du pouvoir, développe la propagande d’Etat, et galvanise le sentiment national allemand. Et un Poutine développant une répression policière de l’opposition, prenant le contrôle des principaux médias de masse de son pays, et développant les forces armées,.
      Par contre la Russie d’aujourd’hui a une carte à jouer que n’avait pas l’Allemagne de Hitler, celle du robinet du gaz et du pétrole. Avant d’en venir aux arguments purement militaires, qui de plus, sont nucléaires aujourd’hui.
      Tout cela se passe, de plus, dans un contexte de grande crise du capitalisme mondial -accompagnée d’une explosion du chômage-, crise,sans doute pire que celle qui conduisit au jeudi noir de 29 : vu le niveau de la population mondiale, la raréfaction -certes encore relative-, des ressources (en général non renouvelables), vitales au bon fonctionnement de nos économies, et les dégâts environnementaux souvent irréversibles que nous infligeons à notre environnement.
      Je crois que J.Attali, a dit ou écrit récemment que l’évolution de la Russie post-guerre froide, ressemble par maints aspects à l’évolution de l’Allemagne de la post-guerre de 14-18, celle de la République de Weimar. Vu le parallèle que l’on peut établir, il n’a pas tort.
      Et effectivement, l’attitude de sanctions des occidentaux envers cette Russie, l’expansionnisme territorial de l’OTAN, la russo-phobie des médias occidentaux, ne peuvent que renforcer le sentiment nationaliste russe, et donc le pouvoir de Poutine. Tout cela loin d’affaiblir le “diable Poutine”, pourrait au contraire le renforcer, et le résultat obtenu être contraire à celui recherché par les oligarchies occidentales. Voire… que pire que Poutine, pourrait un jour accéder au Kremlin. Avec au bout du chemin, une guerre mondiale, la “der des ders” sans doute, cette fois, vu qu’il est peu probable qu’elle laisse une Terre vraiment habitable aux malheureux survivants, s’il y en a.


      • steeve Le 21 août 2014 à 12h16
        Afficher/Masquer

        La comparaison est osée, même si certains éléments bien mis en évidence dans le film font naturellement penser à l’ascension d’Hitler.

        A la différence de l’Allemagne, la Russie n’est pas un pays expansionniste.
        Par ailleurs, Poutine est un joueur d’échec; il est beaucoup plus dans l’évitement et quelque part dans le combat asymétrique, ce qui n’était cas du tout le cas d’Hitler.

        Les récentes mesures prises par Poutine montrent bien que son approche est plus “asymétrique” que frontale. Il prévient qu’il va riposter aux sanctions économiques, il lance immédiatement des négociations avec des BRICS, avec la Chine puis il annonce des mesures de rétorsion qui pénalisent plus l’UE que la Russie.
        Il ne faut pas oublier également que la Russie a une grande influence sur le marché de la ré assurance; Poutine pourrait utiliser cette carte pour faire trembler un peu plus le système financier.
        Donc pas de “der des ders”, mais une intensification de la crise économique en UE.


        • Noam Le 21 août 2014 à 13h16
          Afficher/Masquer

          Obama joue sûrement au poker… seul jeu où l’on puisse mentir.


        • Macarel Le 21 août 2014 à 14h01
          Afficher/Masquer

          Élève médiocre et bagarreur, Vladimir Poutine pratique dans sa jeunesse la lutte russe, le sambo et le judo dès l’âge de 11 ans (il est plusieurs fois champion de sambo de Leningrad ; en 1973, il s’est vu conférer le titre de maître des sports de sambo, en 1975, de judo). Il aime jouer au tennis, faire du ski alpin, de l’équitation et de la natation.

          http://fr.wikipedia.org/wiki/Vladimir_Poutine

          Poutine joueur d’échec, ou adepte des arts martiaux, ou les deux ?

          Je crois que son comportement est très inspiré des arts martiaux : utiliser l’énergie de l’adversaire pour le déséquilibrer, et retourner sa propre énergie contre lui.

          Le joueur d’échec c’est Kasparov, chef de l’opposition !

          Quant aux yankees, il sont adeptes du poker menteur, c’est sûr.


      • bradest Le 21 août 2014 à 15h17
        Afficher/Masquer

        “Et un Poutine développant une répression policière de l’opposition, prenant le contrôle des principaux médias de masse de son pays”

        Il y a eu en avril des élections municipales à Novosibirsk, 3ème ville du pays, 1,5 millions d’habitants, et c’est le parti communiste qui les a remportées. Les communistes qui sont parmi les plus virulents opposants à Poutine.

        C’est bizarre, car chacun SAIT que la Russie est maintenant une dictature dirigée par Poutine, le maître du Kremlin (pour reprendre votre expression).
        Chacun le sait car c’est ce que dit l’égrégore, c’est à dire nos médias tellement libres comparés à l’oppression Poutinienne. Faites le test : posez à n’importe qui de votre de votre entourage la question “la Russie est-elle une dictature ?”.


        • jacqueline Le 21 août 2014 à 15h41
          Afficher/Masquer

          Forcément, avec les fondations, les ONG, les partis politiques et jusque dans nos médias mainstream, c’est une “armée ” de plus de 200 000 personnes ( estimation ) chargée de faire de la propagande anti Poutine du matin au soir.

          Par contre JC Killy qui a travaillé sept ans avec les russes pour Stoci, a un autre avis, mais il n’a eu droit qu’à un seul passage à la télé.


      • languedoc 30 Le 21 août 2014 à 15h39
        Afficher/Masquer

        Comparaison n’est pas raison, libre à vous de croire ce que vous voulez. Pour moi le danger c’est l’Amérique d’Obama et les psychopathes qui la dirigent, pas la Russie, pas les russes, pas Poutine ni son successeur.Je dois vous avouer que j’en ai plus que marre de cette comparaison minable et indécente, compte tenu des 26 millions de morts soviétiques de 40/45, entre Poutine et Hitler faite par des abrutis comme le prince Charles, Hillary Clinton et cie…


        • Macarel Le 21 août 2014 à 17h34
          Afficher/Masquer

          Je n’ai justement pas dit Poutine = Hitler, j’ai dit au vu du reportage, qui retrace l’histoire de son ascension, qu’il y a des circonstances historiques entre lesquelles l’on peut faire un parallèle, assez troublant.
          Par contre la Russie de 2014, n’est pas identique à l’Allemagne de 1934, et Poutine, n’est pas assimilable à Hitler, là dessus je crois avoir été clair.
          Ce genre d’identification et d’assimilation, je les laisse à BHL, et consort.
          Ce qui est intéressant, c’est de comprendre pourquoi la Russie contemporaine a favorisé l’accession au pouvoir de Poutine, et effectivement dans le reportage l’on entends Poutine : ” a augmenté les retraites, amélioré les salaires”, c’est en effet une bonne raison d’être plus populaire chez les russes, même si l’on est un peu moins ouvert sur les questions de société.
          En tout cas plus populaire que les nôtres, chez nous, dont la seule obsession est de réduire les pensions, de faire baisser les salaires, tout en se prévalant de réformes de société, de moeurs, qui ne font pas manger les gens sans travail.
          C’est intéressant, car cela pourrait nous aider à anticiper pourquoi Marine Le Pen pourrait arriver, un jour, au pouvoir en France, si Mou Ier persiste dans sa politique désastreuse qui fait exploser le chômage, la précarité et la pauvreté.
          Mou Ier pourrait très bien être notre Boris Eltsine, puisqu’il se refuse à envisager de sortir d’un cadre européen qui nous étouffe, et tout cela pour sauver une monnaie chimérique l’euro.


          • rectif Le 21 août 2014 à 22h06
            Afficher/Masquer

            Vous pouvez faire tous les parallèles que vous voulez, mais le votre n’est en rien troublant et encore moins intelligent.

            Contrairement à ce que vous avez dit, le contrôle total des media, c’est chez nous maintenant, pas en Russie. Ça fait mal de dire ça quand on sait que l’URSS était la risée des occidentaux il y a quelques décennies, mais c’est la vérité. La liberté d’expression et la qualité de l’information sont aujourd’hui à l’est.

            Et quand vous dites “un peu moins ouvert sur les questions de société”, vous n’avez visiblement pas compris que la prétendue “ouverture” des sociétés occidentales fait partie du problème. On a essayé de faire passer Poutine pour un dictateur qui fait des lois “homophobes” lors des jeux de Sotchi, comme si l’interdiction de la propagande homosexuelle à destination des MINEURS était un recul de la civilisation… En réalité, les homosexuels se portent très bien en Russie, ne sont aucunement persécutés, et ce n’est pas en organisant des gay pride aussi vulgaires que grotesques qu’on peut convaincre les derniers homophobes de changer de camp !

            Notre civilisation pourrit justement en laissant des lobbies ultra-minoritaires aux visées jusqu’au-boutistes parler au nom de certaines catégories d’individus (gays, féministes, chasseurs, musulmans, juifs, et que sais-je encore…) alors que c’est justement en laissant de côté ces particularités, qui doivent rester du domaine privé, qu’une société avance et reste unie !

            Non, Poutine n’est pas réac parce qu’il ne laisse pas les femen pisser devant les églises… il est au contraire très sage !


            • Macarel Le 21 août 2014 à 23h42
              Afficher/Masquer

              Contrairement à ce que vous avez dit, le contrôle total des media, c’est chez nous maintenant, pas en Russie. Ça fait mal de dire ça quand on sait que l’URSS était la risée des occidentaux il y a quelques décennies, mais c’est la vérité. La liberté d’expression et la qualité de l’information sont aujourd’hui à l’est.

              Ce n’est pas parce que la démocratie ne se porte pas bien chez nous, et que nos médias ne nous montrent que ce qui convient à ceux qui les financent, que vous allez me convaincre que la presse jouit d’une plus grande liberté dans la Russie de Poutine.
              Dans notre cas ce sont des intérêts privés qui dominent, dans l’autre c’est un Etat repris en main par Poutine qui exerce sont contrôle.
              Ce qui est vrai c’est que les télés comme RT diffusent des émissions qui mettent l’accent sur les points sensibles du camps occidental, et inversement nos chaînes d’info se livrent au même exercice mais dans l’autre sens.
              Ca irait mieux si chacun, balayait devant sa porte, au lieu de montrer la paille dans l’oeil du voisin, sans voir la poutre dans son propre oeil !


            • Macarel Le 21 août 2014 à 23h50
              Afficher/Masquer

              Vous pouvez faire tous les parallèles que vous voulez, mais le votre n’est en rien troublant et encore moins intelligent.

              Si j’avais dit que les deux situations historiques étaient totalement similaires, et les deux personnages en tous points identiques, je comprendrais vos remarques désobligeantes, mais c’est en aucun cas ce que j’ai fait.
              J’ai vu des similitudes dans deux processus historiques, mais il y a aussi des différences, qui je l’espère nous permettrons de ne pas retomber dans les mêmes errements que par le passé. .


        • Macarel Le 22 août 2014 à 00h00
          Afficher/Masquer

          Comparaison n’est pas raison, libre à vous de croire ce que vous voulez

          .

          Comparaison n’est pas raison, je suis tout à fait d’accord, et c’est bien justement parce que je ne crois à priori pas plus Pierre que Paul, que j’essaye de croiser les différents points de vue, pour dégager un semblant de vérité, si toutefois c’est possible dans le flots d’informations qui nous submerge.

          Les Etats n’ont pas de sentiments, que des intérêts. Penser que monsieur Poutine est meilleur que monsieur Obama, ou l’inverse n’a aucun sens.
          A ce niveau, c’est la fonction qui prime, et non les qualités humaines de l’homme commun. Ce ne sont pas des gens ordinaires, ne serait-ce que parce qu’il peuvent prendre des décisions qui mettent en jeu la vie de leurs administrés.


      • Alain C Le 21 août 2014 à 16h20
        Afficher/Masquer

        Curieux effectivement, chacun “SAIT” que la Russie est une dictature et Poutine le méchant dictateur qui cache bien son jeu…. pour l’instant…

        Moi, je suis français, et je vis à Moscou depuis plusieurs années, et je ressent les choses très différemment.

        J’ai suivi le parcours de Poutine, d’abord quand j’étais en France, à une époque où il était BEAUCOUP moins apprécié des Russes eux-mêmes, puis maintenant en Russie, et là encore avant que les événements récents lui donnent une aura que selon moi il mérite largement.

        Il a pris la Russie dans un état apocalyptique, et en moins de 15 ans l’a ramené a un niveau proche des pays européens.

        Vous trouverez facilement son bilan sur le net, et il est absolument remarquable, sur le plan économique et sociologique.

        La vie des russes d’aujourd’hui est extraordinairement différente et meilleure que leur vie d’il y a quinze ans.

        Beaucoup l’on oublié ou ne veulent pas le reconnaitre, et les jeunes n’ayant pas ces souvenirs et ayant adopté la vision idyllique et illusoire de l’occident en demandent toujours plus.

        Quand on vit en Russie, l’impression de liberté est vraiment bluffante, comparée à la France

        Tous les français de Moscou vous diront la même chose, et bien peu ont envie de retourner au “goulag” (la France)

        Il en est de même de tous mes amis étrangers (Belges, Anglais,…)

        La Russie, c’est comme le Nord : vous pleurez deux fois : une fois en y allant, et une fois en repartant (s’y vous repartez)

        Il me semble que la plupart des français, y compris bon nombre de ceux présents sur ce blog sont victimes de la bien pensance unique : Poutine ne peut qu’être mauvais, ça doit être comme ça, ça ne peut pas être autrement.

        Ceci basé sur des actions passées dont vous ne pouviez pas juger du bien fondé au travers du filtre de vos “valeurs” occidentales

        En voyant vos dires, je ressent la même chose que ceux qui se plaignent de l’opinion de leur cercle de connaissances

        Si vous essayiez seulement un peu de vous placer du point de vue des Russes et examiniez ce contexte dans toutes ses dimensions et subtilités, vous vous apercevriez peut-être que Poutine n’a pas eu une tâche facile pour redresser le pays, que cette tâche extrêmement difficile a été conduite dans un contexte épouvantable vers une grande réussite (en se basant sur des faits concrets) et que Poutine est peut-être tout simplement un grand chef d’état, un vrai, qui agit au mieux des intérêts de son peuple en ne provoquant aucune exaction envers les autres peuples, ceux qui ne l’agressent pas.

        La Russie n’a AUCUNE vélléïté hégémonique, contrairement a bien d’autres

        Les Russes et la Russie veulent tout simplement vivre en paix avec tout le monde.

        Les Russes ont été ébahis, choqués, puis révoltés devant l’attitude récente de l’europe envers la Russie

        Ne craigniez pas Poutine, mais vous pouvez effectivement craindre celui qui viendra après (selon moi)


        • jacqueline Le 21 août 2014 à 17h02
          Afficher/Masquer

          Merci Alain.

          C ‘est réconfortant de lire votre témoignage.

          Ceux qui pensent que Poutine est un dictateur, ne voient même pas que la dictature c’est l’ UE.

          Une UE qui ne respecte pas le NON au référendum de trois pays.

          Un conseil européen non élu qui fonctionne par cooptation et qu’on ne peut pas renvoyer ; un parlement qui n’a en fait aucun pouvoir.

          Une UE qui fonctionne comme le Kremlin dans les pires moments de la Russie.

          Et une UE soumise à une autre dictature qui ne dit pas son nom, celle des néocons américains.

          Dommage , je suis trop vieille pour changer de pays.


          • Alain C Le 21 août 2014 à 17h34
            Afficher/Masquer

            [Merci Alain]

            pas de quoi Jacqueline 🙂

            [Une UE qui fonctionne comme le Kremlin dans les pires moments de la Russie.]

            non, […….les pires moments de l’Union Soviétique] !!

            Trop de gens font encore l’amalgame, la Russie est un autre pays, mais je pense que nous sommes d’accord

            PS : C’est pas la queue qui remue le chien, c’est le chien qui remue la queue ! 🙂


        • Tikehau Le 21 août 2014 à 20h38
          Afficher/Masquer

          @Alain C

          Votre dernière phrase “mais vous pouvez effectivement craindre celui qui viendra après” illustre clairement le point faible de la Russie actuelle.

          Nous nous devons d’espérer que Poutine ne flanchera pas car la paix est à ce prix.


        • FloMaQ Le 21 août 2014 à 23h45
          Afficher/Masquer

          OUI la Russie est un pays immense, qui n’a pas besoin de s’étendre plus loin encore, et les Russes ne veulent pas la guerre : ni l’homme (ou la femme) de la rue, ni Poutine ! Ce n’est absolument pas dans leurs plans !

          J’ai passé 4 semaines avec une famille d’amis russes en juin, et nous avons parlé beaucoup. Je les connais depuis 2009-2010 et j’ai petit à petit appris à les comprendre, et à cerner nos points communs et nos différences culturelles. J’ai encore beaucoup à apprendre, notamment leur langue (je dois m’y atteler !) et depuis mon retour, nous continuons d’échanger, avec d’autres collègues russes (et un Français russophile aussi). Et j’ai fini d’ouvrir les yeux sur cet imbroglio ukrainien, et Poutine aussi, en lisant ce blog dont l’action est salutaire (et les commentaires) et quelques autres médias russes (traduits) et étrangers régulièrement depuis plus d’un mois. Ceci est chronophage, mais je ne regrette rien. L’ouverture vers l’autre est une bonne motivation, surtout quand on vit dans un pays comme la France qui est dans la situation délicate actuelle.

          Effectivement Poutine a relevé le pays (et les salaires) de façon remarquable et ils lui en sont reconnaissants. Effectivement ils veulent un pays qui tourne rond, prospère (sans gaspillage ni ostentation inutile), où l’on mange à sa faim, où l’on respecte son prochain, où l’ordre règne (c’est à dire où ne règne pas la guerre civile, ni l’anarchie, ni le crime en bandes organisées, ni le pillage du pays par quelques individus cupides et malhonnêtes), tout en jouissant de la liberté (au sens de notre déclaration des droits de l’homme de la Révolution française…) et de la possibilité de voyager dans le monde, et notamment en France, car ils aiment la France très souvent, pourvu que ça dure !

          Ils veulent simplement vivre heureux, se développer harmonieusement sur leur territoire et avec des partenaires honnêtes et sûrs. A leur place, on aurait les mêmes aspirations, à mon humble avis. Ils refusent de se faire dicter leur loi par quiconque malintentionné, que ce soient les faucons américains ou européens. C’est tellement simple, évident et facile à comprendre ! Pourquoi cela ne vient-il pas à l’esprit du premier européen venu ? Se mettre à la place de l’autre, dans les chaussures d’autrui comme on dit en Anglais, cela devrait être une saine et spontanée réaction chez tout un chacun, ne pensez-vous pas ?

          Que leur président Poutine les comprenne et défende si bien leur pays et leurs intérêts est un minimum. On en attend autant de nos présidents et consorts, en Europe ou ailleurs, n’est-ce pas ? Les Russes que je connais me semblent affectés par ce qui se passe en Ukraine et par la Russophobie répandue dans les médias occidentaux. Il faut les informer eux aussi qu’il y a en Occident des gens comme ceux qui lisent et s’expriment sur ce blog qui ne sont pas dupes et qui ne leur en veulent pas du tout ! C’est ce que je fais, et ils en sont heureux, je devrais dire soulagés, peut-être.

          Et pour rebondir sur d’autres commentaires lus ce soir, je pense qu’il faut continuer à s’informer, oui, et à parler de cela autour de soi, à envoyer régulièrement à nos amis, collègues ou contacts, des liens vers les billets de ce blog les plus informatifs et percutants, à oser parler d’une voix dissonnante au milieu du brouhaha manipulé qui nous étoufferait presque, et à expliquer ou à suggérer des lectures pour aller plus loin et réfléchir. J’ai eu des réactions du genre “tu te fais enfumer par la propagande russe”, je suis restée calme, malgré mon agacement et j’ai argumenté. Faire cet effort finira par payer et à leur ouvrir les yeux.

          Bon courage, il en faudra.


    • chios Le 21 août 2014 à 11h19
      Afficher/Masquer

      J’aime votre expression “princesse Europe”, entre Barbie et Cendrillon…

      Tous les matins, maintenant, au réveil, j’ai comme une appréhension, un doute…
      La première chose, c’est “me connecter”, et chaque jour de plus en plus j’ai cette impression fugitive, mais de plus en plus prégnante,d’être dans un cauchemar, càd un rêve qui tourne mal, chaque matin, mais non, on y est….

      PS: impressions fugitives


  9. Noam Le 21 août 2014 à 08h59
    Afficher/Masquer

    Jusqu’à présent j’utilisais “autisme de structure” ou “aveuglement de masse” ou “déni de réalité”…

    Egrégore convient parfaitement.


  10. VladimirK Le 21 août 2014 à 09h07
    Afficher/Masquer

    Y-a-t-il des pays/régions qui vont vraiment bien en ce moment ?


  11. kopenhague Le 21 août 2014 à 09h11
    Afficher/Masquer

    Article très intéressant ; du coup j’ai commandé le livre écrit par l’auteur :” Divina Insidia”


    • Pascal Roussel Le 21 août 2014 à 11h23
      Afficher/Masquer

      merci 🙂


      • sadsam Le 21 août 2014 à 21h18
        Afficher/Masquer

        Merci pour votre article et merci à ce blog qui m’a fait découvrir votre existence.
        Du coup j’ai regardé votre blog Divina insidia que j’ai beaucoup apprécié (votre résumé de l’histoire monétaire depuis 1973 notamment).

        Votre livre est il distribué en librairie ?


  12. delavallée Le 21 août 2014 à 09h13
    Afficher/Masquer

    petit commentaire en passant : l’égrégore, c’est juste la notion de “bloc historique” dont parlait le camarade Gramscy dans sa prison de l’Italie fasciste (eeêt oui, les communistes sont toujours numero uno pour ce qui est de l’analyse politique !!!!!)


    • Alae Le 21 août 2014 à 12h08
      Afficher/Masquer

      La notion d’égrégore se distingue de celle de “bloc historique” en ce qu’il représente une entité psychique collective qui peut être fabriquée de toutes pièces, et précisément ne reposer sur rien d’historique. L’égrégore est un courant de pensée artificiellement alimenté, et qui en arrive, par effet boule de neige, à s’auto-perpétuer jusqu’à devenir une sorte de “seconde nature”. C’est l’esprit de groupe d’une secte, par exemple, ou l’idéologie d’un parti politique, ou encore l’effet d’une propagande martelée sur des années.
      La mode féminine est un excellent exemple d’égrégore. Il suffit de regarder des femmes vider leur compte en banque pour s’acheter les “indispensables de la saison” sans se poser l’ombre d’une question (indispensables, vraiment ? à quoi et pour qui ?), pour comprendre à quel point nous sommes sur le terrain de réflexes irrationnels très puissants.

      Cela étant, les qualités des communistes en matière d’analyse politique sont indéniables.


      • Norton Le 21 août 2014 à 13h29
        Afficher/Masquer

        @Alae,
        “Cela étant, les qualités des communistes en matière d’analyse politique sont indéniables.”

        Oui,c’est certainement à la suite d’une analyse extrêmement fine qu’ils se sont rangés aux côtés de Mélanchon l’européo-socialiste…! (On ne l’entend pas beaucoup,en ce moment…Il est vrai qu’il ne se passe pas grand chose…!…)
        Où sont passés les cocos du CNR,ceux qui en avaient…?


        • Kiwixar Le 21 août 2014 à 22h13
          Afficher/Masquer

          “Où sont passés les cocos du CNR,ceux qui en avaient…?”

          Le Capital a fait une OPA dessus… d’où l’intérêt d’avoir l’imprimante à billets…


  13. richard Le 21 août 2014 à 09h28
    Afficher/Masquer

    le problème est que nous imaginons l’avenir comme la continuité du présent. Comme le présent est tronqué par l’égrégore bien peu se préparent de manière approprié et demain votre voisin paniqué pourrait vous nuire davantage que n’importe quel autre évènement. D’ou la nécéssité de s’informer et d’informer.
    bonne journée


  14. Rimo Le 21 août 2014 à 09h43
    Afficher/Masquer

    Merci pour cette réflexion très pertinente. J’ai toujours été frappé en étudiant l’histoire et en suivant l’actualité (depuis une quarantaine d’années maintenant) de constater combien les sociétés suivent en grande majorité les rêves ou illusions d’un moment, parfois des folies, qui semblent bien désuets quelques années plus tard, voire une génération après.

    Dans le même temps, j’ai pu voir qu’il y a toujours eu des personnes qui ont essayé de se démarquer de ce puissant courant dominant et ont voulu poser une analyse plus distanciée des affects d’un temps, toujours judicieuse. Malheureusement, ces voix discordantes, bien que lucides et intelligentes, sont rarement entendues par la majorité.


  15. BA Le 21 août 2014 à 09h50
    Afficher/Masquer

    Mercredi 20 août 2014 :

    La France championne du monde des versements de dividendes : augmentation de 30,3 % entre avril et juin.

    Lisez cet article :

    La France championne des versements de dividendes.

    Les dividendes versés par les entreprises cotées ont fortement progressé dans le monde au deuxième trimestre, de 11,7 % par rapport à l’année précédente, selon une étude publiée lundi 18 août. Ils s’enregistrent à 426,8 milliards de dollars (environ 318 milliards d’euros).

    C’est en Europe et au Japon que les dividendes ont le plus progressé entre avril et juin, augmentant respectivement de 18,2 % et 18,5 %. Dans les pays émergents, au contraire, ils ont connu une chute de 14,6 % malgré d’excellentes performances à Hongkong, indique cette enquête du gestionnaire d’actifs Henderson Global Investors (HGI).

    C’est en France que la rémunération distribuée aux actionnaires connaît la plus forte hausse, avec 40,7 milliards de dollars distribués (+ 30,3 %), ce qui fait du pays le plus important payeur de dividendes en Europe, devant l’Allemagne et le Royaume-Uni, révèle l’étude.

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/08/20/la-france-championne-du-monde-des-versements-de-dividendes_4474014_3234.html

    En 2012, François Hollande disait : « En Europe, la crise est finie. »

    Incomplet.

    François Hollande voulait dire : « En Europe, la crise est finie … pour les actionnaires. »

    Comme d’habitude, la Bourse et les dividendes versés aux actionnaires explosent pendant une présidence socialiste.

    Et pendant ce temps, les classes populaires et les classes moyennes s’effondrent.

    Le 26 novembre 2006, Warren Buffet a déclaré au New-York Times :
     
    ”There’s class warfare, all right,” Mr. Buffett said, ”but it’s my class, the rich class, that’s making war, and we’re winning.”
     
    http://query.nytimes.com/gst/fullpage.html?res=9A03E3D9133EF935A15752C1A9609C8B63&scp=10&sq=class%20warfare&st=cse
     
    Traduction :
     
    “Il y a une guerre des classes, d’accord, mais c’est ma classe, la classe des riches, qui fait cette guerre, et nous sommes en train de la gagner.”

    La guerre des classes continue.


    • Kiwixar Le 21 août 2014 à 22h16
      Afficher/Masquer

      La décision d’avoir des dividendes maximisés, ça veut dire que les entrepreneurs ont aperçu l’iceberg et qu’ils se rapprochent discrètement des canots de sauvetage….


  16. Patrick Luder Le 21 août 2014 à 09h54
    Afficher/Masquer

    Consciemment ou inconsciemment nous savons tous, au fond de nous, que notre mode de vie ne peut pas continuer ainsi … aussi il est bien pratique de s’appuyer sur l’opinion artificiellement partagé, que tant que nous le pouvons, nous continuons à profiter des biens de ce monde sans trop nous poser de questions, quand bien même nous savons que notre civilisation est dénaturée, que les guerres pourraient être supprimées et la faim éradiquée … mais voilà, nous sommes des moutons trop lâches pour lever ne serait-ce que le petit doigt contre les injustices du monde. Alors nous nous réfugions, chacun pour soi-même, dans le train-train quotidien avec tous nos petits soucis journaliers, la direction du monde nous dépasse complètement ! Je condamne en premier lieu, l’individualisme désocialisé, la déresponsabilisation et la démobilisation. Nous n’avons plus aucun liens sociaux forts, qu’ils soient familiaux, communautaire ou national => une reprise de conscience collective ne peut se faire qu’au travers des nouvelles générations et c’est là qu’est mon plus grands soucis !!!


    • jacqueline Le 21 août 2014 à 13h29
      Afficher/Masquer

      Le lien social d’un pays c’était la religion. (je ne dis pas que c’était mieux ) C ‘est un lien fort chez les musulmans , mais aussi , je le découvre chez les orthodoxes.

      Un célèbre médecin expliquait que le cerveau a trois étages ( et comparait à l’informatique )

      Le premier est le “firmware” sans lequel toute vie est impossible ( fonctions basiques du corps )

      Le second serait le “driver” qui se développe pendant les premières années de la vie qu’il appelait aussi “le religieux” ( que d’autres appelleraient le comportement en société ou la socialisation)

      Des connections neuronales s’établissent à cette période de la vie, de nouvelles cellules remplacent les anciennes avec un apprentissage

      Le troisième “les applications” avec un réseau neuronal qui se développe jusqu ‘à 40 ans ( et non 18 20 ans ), les nouvelles cellules sont libres ( c’est à nous de les gérer , ça peut être la bosse des maths , pas d’apprentissage comme les autres cellules du driver). La multiplication exagérée de ces nouvelles cellules libres serait la cause de diverses maladies psychiatriques.

      Ce médecin rendait responsable Jules Ferry d’avoir interdit cette éducation religieuse à l’école. ( qu’on a cherché en vain à remplacer par l’éducation civique, mais trop tard par rapport au développement du cerveau. En fait on l’a remplacé par rien, après on s’étonne qu’il n’ y ait plus de respect naturel des élèves envers les profs, parfois victimes d’agressions physiques..

      Si on y ajoute le multi culturalisme, on a pas les mêmes sociétés, ni les mêmes règles de vie en société, il y a de quoi perdre tous les repères et faire le bonheur des islamistes intégristes et jihadsites.

      J ‘ai parfois trouvé que la religion est une farce. ” tu en chies sur terre, mais ce sera mieux après dans l’au delà ” ( Pascal Bruckner : l’ Illusion de bonheur ), mais ça permettait à des gens de très modestes conditions de trouver un équilibre sans envier les autres ( ils n’étaient pas seuls, Dieu n’était pas loin ) de surmonter des épreuves. C ‘est plus difficile quand on ne croit en rien !

      La religion joue sur la peur de l’enfer, mais c’est plus assimilable par un enfant qu’un traité de philosophie ou la lecture du code pénal.

      On a remplacé ce Dieu par le dieu de la consommation, c’est encore pire que rien. J ‘ai envie d’un truc, que je ne peux pas me payer, je m’en estime injustement privé par la société ; je le vole et s’il le faut j’agresse les personnes qui m’en empêchent. On fabrique d’éternels frustrés, des êtres cupides jusqu’au plus haut niveau de l’ état ( jamais ils ne pourront dépenser leur fortune mais il en faut toujours plus ). Ce dieu là a une emprise mondiale.

      Seules quelques tribus qu’on voit parfois dans ” RDV en terre inconnue” sont épargnées, elles n’ont pas Dieu , mais quelque chose de spirituel à la place, des valeurs, des règles de vivre ensemble transmises depuis le plus jeune âge. Hélas elles sont de plus en plus menacées.

      Quelque part je me dis que notre société est IRRECUPERABLE et je repense à cette phrase, dont j’ai oublié l’auteur : le XXI ème siècle sera spirituel ou ne sera pas !

      Et s’il avait raison ? on a tout l’arsenal pour détruire la planète en cinq minutes et des fous qui jouent avec.


  17. Bernard Samson Le 21 août 2014 à 09h55
    Afficher/Masquer

    Citation :
    “L’État américain est de facto dirigé par la CIA et par des lobbies dont le plus puissant est le complexe militaro-industriel qui représente énormément d’emplois et pèse lourd dans l’économie américaine (1). Même si la stratégie pour y arriver est floue, il demeure que la volonté américaine est d’établir un monde unipolaire, répondant prioritairement aux intérêts propres d’une seule super-puissance, les États-Unis.”
    Je crains que la réalité soit encore plus vicieuse : le complexe militaro-industriel américain souhaite – pour ses besoins propres – que les Etats-Unis aient TOUJOURS des ennemis. C’est la condition indispensable pour que le dit complexe continue à être inondé de dollars. Mais cela implique que le monde entier soit périodiquement déstabilisé. A défaut, les populations n’accepteraient pas cette confiscation de la richesse au profit de quelques-uns.


    • Nihil Le 21 août 2014 à 10h16
      Afficher/Masquer

      Je parviens à la même conclusion que vous: les Zunis, enfin leurs oligarques, ont besoin d’avoir constamment une brochette d’ennemis au feu . C’est bon pour leurs affaires, civiles et militaires. Ce sont un peu les mercenaires de leur propre pays. Moins d’ennemis, c’est moins de dollars et moins de pouvoir. Donc….
      La paix est une crise, pour eux. La neutralité isolationniste d’antan serait la perte de recettes considérables et est donc impensable.
      Que God se débrouille avec les victimes, chacun son métier. En plus il est avec eux, disent-ils. Pas question de se gêner, pour le bien de l’humanité et la prospérité des Elus.


    • Nihil Le 21 août 2014 à 11h23
      Afficher/Masquer

      La Zunie peut-elle se permettre de faire rentrer son armée à la maison ?

      http://newsvandal.com/2014/02/can-america-afford-to-bring-home-the-employee-army/

      Intéressante chronique


    • chios Le 21 août 2014 à 11h56
      Afficher/Masquer

      “Mais cela implique que le monde entier soit périodiquement déstabilisé. A défaut, les populations n’accepteraient pas cette confiscation de la richesse au profit de quelques-uns.”
      Je ne comprends pas…
      @nihil
      Envoyez-nous encore de ces commentaires qui font mouche…bien dit.


      • Nihil Le 21 août 2014 à 13h46
        Afficher/Masquer

        Merci Homère ! 🙂


  18. Abbdullah Le 21 août 2014 à 10h01
    Afficher/Masquer

    Bonjour. Permettez moi tout d’abord de m’étonner du mot utilisé pour lancer et soutenir cet article. Si l’égrégore existe bien, il est fragile, possède une capacité réduite à se réaliser et surtout il ne dure jamais bien longtemps. Pour autant, dans une société occidentale individualiste et repliée comment pouvez-vous parlez d’égrégore ? c’est un contresens grave, une offense à l’observation des mécanismes de notre société. Pour autant qu’ils soient équipés de moyens de communication les occidentaux ne se parlent plus : ils s’ignorent et vivent dans le carcan d’une information permissive, sur-abondante et difficilement vérifiable.
    Tout au contraire, l’égrégore réuni ceux qui partagent des valeurs idées ou projets communément admis comme faisant partie d’une communauté d’intérêts, comme par exemple l’égrégore franc-maçonnique.
    Rien à voir avec les pousse caddies, les footeux ou autres philosophes de comptoir.
    Monsieur Roussel, votre volonté d’étendre au peuple un égrégore dont ils ne connaissaient même pas l’existence avant de lire votre article en diagonale est un non sens.
    Pire, vous le documentez à l’aide de faits (!) qui n’ont rien à voir avec la réunification des esprits d’un peuple.
    Que vient donc faire le vol au dessus de l’Ukraine ?
    Quid de la photographie d’un chantier naval ?
    Quel rapport encore avec la fièvre hémorragique ?

    Bref, on voit ici pire que ce que vous reprochez aux médias et c’est peu dire.

    A force de vouloir tout lier on fini par créer un Gloubi-goulba infâme, destructeur de vérités, manipulateur et au bout du bout, conformiste.

    – Au total, le titre “L’opinion publique est dominée par un égrégore” par Pascal Roussel ne correspond pas du tout au contenu.
    On se croirait à 20h45 quand les pubs éhontées vous vendent miracles et poudre de perlimpinpin.

    Bonne journée à tous.


    • Crapaud Rouge Le 21 août 2014 à 13h16
      Afficher/Masquer

      @Abbdullah : je comprends un peu votre critique, mais ce mot d’égrégore me semble au contraire merveilleusement bien choisi. D’abord, je ne sais pas du tout ce qu’il représente, il ne figure pas dans mon Petit Robert fétiche, sa fiche Wikipedia ne me parle pas, il vient du monde de l’ésotérisme, et me fait penser, (à tort, mais je n’y peux rien), à ectoplasme. Mais ce mot est doué d’une grande et précieuse qualité : il fait irrésistiblement penser à un être, mais un être difficile à saisir, un être dont on doute spontanément de l’existence. Ainsi il s’oppose aux êtres imaginaires, (qui peuvent être décrits par des récits, les légendes), aux dieux des religions, (et dont le statut existentiel est tranché par chacun selon sa foi), ainsi qu’à tous les êtres dont l’existence est “falsifiable”, c.a.d. dont le statut existentiel peut être tranché de façon rationnelle.

      L’égrégore est donc cet être à l’existence improbable mais qui semble agir sur les foules. En effet, quand on voit des millions de gens adopter la même opinion, et ce, bien que “les occidentaux ne se parlent plus : ils s’ignorent“, on peut dire que “tout se passe comme si” un égrégore les menait par le bout du nez. Son existence n’a aucune valeur scientifique, c’est un terme qui s’adresse au commun des mortels pour représenter ce qu’il ignore, à savoir que ses opinions sont “téléguidées”. Il croit penser de son propre chef, il pense en fait ce que “on”, (l’égrégore), a voulu qu’il pense.

      Avant de critiquer ces explications, il faut avoir à l’esprit que le langage ne sert pas seulement à représenter “ce qui est”, mais tout aussi bien ce qui n’est pas. Recourir à l’expression “tout se passe comme si” est loin d’être une démarche irrationnelle : l’histoire des sciences fourmille d’êtres ou de choses imaginés par les scientifiques en pures hypothèses, et sur lesquelles ils ont pu développer des théories sophistiquées longtemps avant que leur existence “réelle” ne soit corroborée par des expériences. Ce fut par exemple le cas des atomes.


      • Abbdullah Le 21 août 2014 à 15h02
        Afficher/Masquer

        La connaissance ne vient pas avec l’âge ; ce serait trop facile.
        la connaissance est la résultante de forces combinées comme le travail, la persévérance, le capacité de remise en question, l’ouverture aux mondes, un cheminement difficile réservé à ceux qui osent offrir à leur vie autre chose qu’une vision pré-digérée ou terre à terre.

        Vous nous dites que vous ne connaissez pas le mot ; j’en déduis donc que vous en ignorez le sens ce qui découle de l’implacable logique.
        pourtant vous nous en parlez et donnez leçon durant des lignes et des lignes.
        Ce mot m’est familier et pourtant je le manie avec précaution.
        Au total, je persévère dans l’idée qu’il n’a pas sa place ici.
        La majorité des gens ne possèdent qu’un maigre embryon de culture, sans doute liée à leur passage au sein de l’éducation nationale.

        Mais les étrangers sont toujours très vivement déçus par le faible niveau culturel des français vis à vis de leur “supposée” renommée à travers les films ou autres documentaires.

        L’égrégore n’a strictement rien à voir avec un être comme vous nous le dites.
        L’égrégore peut schématiquement être défini comme une communion, ce qui est fort loin de toutes les versions distribuées ça et là au fil des commentaires.
        Salutations.


        • Crapaud Rouge Le 21 août 2014 à 20h18
          Afficher/Masquer

          L’égrégore peut schématiquement être défini comme une communion” : mais il y a “communion”, justement. Pas de façon délibérée, certes, mais selon un mimétisme inconscient. Quand un individu lambda lit à la va-vite ces brefs articles du Monde ou des gratuits, il comprend ce qu’il lit, il se fait une opinion à partir de cette lecture, et il “croit” avoir une attitude individuelle : c’est objectivement vrai, mais il faut aussitôt ajouter que des millions d’individus, lisant le même genre d’articles, font pareil et en arrivent, sans se consulter, à penser pareil. Les articles de propagande jouent le rôle, ou tiennent la place, de l’hostie dans le rituel de la communion catholique. Et le contenu de cette propagande, qui pour nous est “écrite d’avance” car on ne la verra pas de sitôt prendre Poutine en sympathie, est l’homologue de la liturgie. Au-delà des péripéties de l’actualité, l’une et l’autre jouent sur le temps long.


        • Marcel Séjour Le 21 août 2014 à 20h23
          Afficher/Masquer

          @ Abbdullah

          je suis très sensible, Monsieur, à la définition exacte d’égrégore, insuffisante dans cet article et sur laquelle vous insistez. J’avoue qu’avant cet article je ne connaissais pas ce mot. J’utilisais les mots maladie et surtout épidémie car il me semble que tout comme il y a des épidémies qui touchent le corps il en est d’autres qui touchent l’esprit sinon comment expliquer que des peuples entiers basculent de la paix à la colère, à un certain moment, juste au delà d’un certain seuil, alors que dix fois auparavant les conditions préliminaires avaient été réunies sans que ne s’opère la cristallisation critique. Epidémie me convient bien mieux qu’égrégore.


          • jacqueline Le 21 août 2014 à 21h19
            Afficher/Masquer

            Surtout que égrégore, c’est absolument l’inverse de ce qui est insinué , au sens éthymologique du mot un égrégore c’est celui qui est “en dehors du troupeau”, donc le seul qui ne salue pas sur la photo.

            L’ésotérisme a repris ce mot et l’emploie à l’envers.


            • Crapaud Rouge Le 21 août 2014 à 22h22
              Afficher/Masquer

              De toute façon, les mots changent au fil des siècles. Un cas remarquable avec “apprécier” : aujourd’hui, apprécier une personne signifier l’estimer, jadis c’était très méprisant. Apprécier une personne “à sa juste valeur” signifiait que cette “juste valeur” était très en-dessous de sa réputation. J’adore cet exemple.


        • Crapaud Rouge Le 21 août 2014 à 20h54
          Afficher/Masquer

          Ce mot m’est familier et pourtant je le manie avec précaution.” : je comprends tout à fait et vous respecte beaucoup pour cela. J’ai horreur des gens qui emploient les mots à tort et à travers, et plus particulièrement les mots rares. Si celui-ci vous dérange tant, c’est parce que vous en faites un usage “bien précis” dans un contexte complètement étranger à ce billet. Mais pour moi qui l’ignorais jusqu’à présent, c’est un mot “importé” comme peut l’être une matière rare et précieuse venue d’un pays lointain. S’il est vrai que j’en ignore le sens, (celui des dictionnaires ou des ouvrages d’ésotérisme), rien ne m’empêche de trouver une explication acceptable pour en justifier l’usage dans le stricte cadre du texte. Saisissant globalement l’idée de l’auteur, (et sans doute la déformant quelque peu), ma conviction de lecteur est qu’il a trouvé “le mot juste”. Et ça aussi, j’apprécie énormément.


    • lon Le 21 août 2014 à 13h26
      Afficher/Masquer

      D’accord avec vous sur la fragilité de l’égrégore . Ces constructions psychiques ne tiennent pas la route, c’est peut-être pour ça qu’au Commencement était le Verbe..
      Mais enfin le sens du billet de M Roussel est assez clair, égrégore ou pas .

      Je verrais bien plutôt un genre de psychose collective, somme des psychoses individuelles pouvant se résumer ainsi : à partir d’un certain degré de perception de la complexité d’une situation et de l’interaction de forces apparemment contradictoires, jusqu’au malaise existentiel, l’individu comme la masse sont de plus en plus tentés et attirés par la violence et la destruction, seule porte de sortie évidente qui s’offrent à eux . La guerre et le conflit arriverait comme une issue normale de la tension psychique .
      Ainsi ” une opinion publique dominée par un même esprit de groupe se retrouve confrontée à une guerre qu’elle n’a pas souhaitée” , oui mais seulement en apparence, en fait l’esprit de groupe a déjà décidé la guerre .


      • Crapaud Rouge Le 21 août 2014 à 13h53
        Afficher/Masquer

        l’individu comme la masse sont de plus en plus tentés et attirés par la violence et la destruction” : pas du tout, ces gens qui croient dur comme fer que les méchants sont les Russes, croient aussi être dans le camp du Bien, le camp qui prétend ne pas vouloir la guerre, et qui prétend aussi “tout faire pour l’éviter”. Quand la mère Merkel déclare que les (dernières) “sanctions” étaient “inéluctables“, elle pense seulement à Poutine qui n’a pas voulu “plier”. C’est donc lui, Poutine, qui “veut la guerre”, sinon il aurait “plié”.


        • bm607 Le 21 août 2014 à 14h44
          Afficher/Masquer

          Pour ma part je souscris plutôt à cette idée de masses tentées par la violence… pour faire respecter leur idée de paix et de justice !

          A l’américaine pourrait-on dire (ou encore, là où es américains veulent nous conduire), ou comme en 1914 : il faut aller rétablir le bon droit et la paix même au prix d’une guerre.
          Affligeant.

          La médiation, la diplomatie qui pouvait être encore une force il y a quelques temps (la dernière fois qu j’ai eu un peu de fierté sur la position de la France a été avant la première guerre en Irak, qui a donné lieu à quelques images mémorables d’américains vidant du vin rouge français dans les caniveaux devant les caméras de TV protester contre le fait qu’on ne soutenaient pas leur guerre), est en train de tomber aux oubliettes, et on peut voir par exemple que quelques unes des rares (petites) remontées de l’opinion publique concernant notre président ont eu lieu quand celui-ci s’est comporté en chef de guerre (irresponsable), et que depuis il ne se prive pas de montrer son envie de guerre le sinistre personnage !


          • Crapaud Rouge Le 21 août 2014 à 20h37
            Afficher/Masquer

            masses tentées par la violence… pour faire respecter leur idée de paix et de justice” : oui, (contrairement à ce que je viens d’écrire…), mais cela n’est possible qu’après que la propagande a fait son long travail de sape. Et ça peut venir très vite mais par étapes, par exemple:

            1) désignation du méchant : Poutine.
            2) le méchant commet une première agression : le MH17.
            3) le méchant cherche à saper notre économie : l’embargo russe sur des importations.
            4) on commence à trouver normal d’employer la force : renforcement de l’OTAN.
            5) la presse caricature le méchant de façon toujours plus féroce et insultante.
            6) le méchant devient à l’évidence celui qui veut détruire “nos valeurs les plus fondamentales” : paix, liberté, vérité, respect, honneur,…
            7) consensus sur le fait que c’est le méchant qui veut la guerre.
            8) pas d’autre solution que de déclarer la guerre au méchant.


        • lon Le 21 août 2014 à 16h16
          Afficher/Masquer

          La grenouille, ça se passe dans les profondeurs relativement inconscientes…ceux qui prétendent être dans le camp du Bien et ne pas vouloir la guerre ne font que rationaliser le bazar, quand la guerre éclatera ce que je ne souhaite pas ils auront l’excuse toute trouvée qui leur permettra de préserver leur petit équilibre psychique .

          Plus de 50 ans passés sur cette planète et je ressens toujours le même effarement devant l’ignorance et le déni qu’entretiennent les humains envers leurs propres émotions .


    • Pascal Roussel Le 21 août 2014 à 14h02
      Afficher/Masquer

      Merci pour votre commentaire. Je ne vais pas parvenir à vous convaincre mais néanmoins je tente de répondre à vos questions :
      Dans la liste des commentaires, celui de « Alae » est proche de ma vision de l’égrégore.
      Je pense que probablement la plupart des francs-maçons qui adhèrent par conviction ( et pas uniquement par pur intérêt) sont bien conscient de l’existence d’un égrégore franc-maçonique mais je suis pour ma part convaincu qu’une communauté peut être victime d’un égrégore à son insu (et visiblement vous n’êtes pas d’accord avec cette possibilité et nous sommes encore libre d’avoir des avis différents). Cet égrégore étant alimenté par une minorité agissante. Sous l’effet de cet égrégore la majorité de la population est conditionnée pour voir les événements géopolitiques sous un angle unique
      Dans la deuxième partie de l’article je dis que l’existence de cet égrégore est déjà très grave en elle-même mais qu’en plus il se développe dans un contexte économique et financier qui va finir par déboucher sur une situation sociale très dramatique. Cette combinaison égrégore + crise sociale peut mener au pire


      • Abbdullah Le 21 août 2014 à 15h08
        Afficher/Masquer

        Mais quel est donc l’intérêt d’employer un mot peu usité et dont vous ne connaissez visiblement pas le sens ?
        Se faire mousser ? Mais au près de qui ? Des gens qui croient que parce que vous utilisez ce mot vous êtes cultivé ?

        Voyons, restons sérieux un moment.
        votre réponse montre à quel point le sens que vous donnez à ce mot est éloigné du lit de sa véritable signification.

        L’égrégore doit être compris comme un “moment furtif d’intense communion”.

        Faites vos recherches et ensuite nous en reparlerons, ou pas d’ailleurs.
        Salutations.


        • jjp Le 21 août 2014 à 21h13
          Afficher/Masquer

          Si il existe un égrégore franc-maçonnique, alors, il n’a rien de “furtif”, il dure depuis plus de 200 ans, et est beaucoup plus vieux si on lui donne d’autres noms.


        • Pavlo Le 21 août 2014 à 22h24
          Afficher/Masquer

          La polysemie existe.

          Que vous utilisiez déjà le mot, dans un contexte et avec un sens semantique donné, ne signifie pas qu’il ne puisse pas être utilisé par d’autres dans un autre contexte et sens semantique.

          De fait, cela est.
          Pour ma part j’ai déjà rencontré plusieures fois le mot, utilisé très précisement dans le sens de l’article. Et c’est au contraire le sens que vous donnez que je rencontre pour la première fois.
          Je n’irai cependant pas prétendre que vous avez tort et ne connaissez pas le sens du mot.

          Tout comme le mot “matérialisme” a des sens différents dans le champ de la morale et dans celui de la philosophie, il me semble que le mot “égregore” a aussi dens sens différents dans le champs du mysticisme/esoterisme et dans le champ de la sociologie.


      • Nihil Le 21 août 2014 à 15h41
        Afficher/Masquer

        “Je pense que probablement la plupart des francs-maçons qui adhèrent par conviction ( et pas uniquement par pur intérêt) sont bien conscient de l’existence d’un égrégore franc-maçonique mais je suis pour ma part convaincu qu’une communauté peut être victime d’un égrégore à son insu ”
        J’adhère à la première partie de votre proposition mais pas à la seconde : l’égrégore, en maçonnerie, est de temps en temps palpable (comme la tension dans les media ! c’est d’ailleurs pour moi exactement l’inverse de la tension).
        De ce fait un égrégore est produit et ressenti en même temps par chaque participant et alimenté par les autres en retour, au même titre que la tension, et ne peut donc, pour moi, être imposé par un élément étranger aux participants, que cet élément soit une personne, un discours ou une image ou autre chose encore.
        Un synonyme approximatif serait “communion” au sens premier du terme.
        De ce point de vue, je ne suis pas d’accord avec le sens que vous donnez au terme: une communion entre personnes ne peut pas être provoquée: elle naît ou elle ne naît pas.
        Ceci n’enlève rien à la qualité de votre billet, ceci dit.
        🙂


  19. Jeanne L. Le 21 août 2014 à 10h25
    Afficher/Masquer

    Hors sujet mais réjouissant :
    Les Russes contre la mal-bouffe, fermeture de quatre Mac Donalds à Moscou “pour raisons sanitaires ” !
    José Bové va-t-il devenir un thuriféraire de Poutine dorénavant ? !


    • Noam Le 21 août 2014 à 13h34
      Afficher/Masquer

      Même HS que Jeanne, on aurait pu rédiger un communiqué ainsi :
      Une étude comparée du fonctionnement dégradé des systèmes embarqués à tolérance de panne utilisés en restauration rapide dans l’égrégore consumériste de la jeunesse moscovite, thèse de 6700 pages strictement rédigée suivant le plan Nothon et publiée aux éditions Boris Vian, vient récemment de fiabiliser le contrôle sanitaire d’une chaîne de restauration rapide à Moscou en concluant par la fermeture de quatre d’entre eux.
      La confiance n’exclut pas le contrôle !


  20. ALBIN Le 21 août 2014 à 10h47
    Afficher/Masquer

    « Devant ce catalogue des horreurs, il me semble évident que nous avons tout à perdre à laisser l’égrégore grandir jusqu’à nous mener à une confrontation armée avec la Russie. »

    Cette notion d’Egregore est clairement exposée par Wikipedia, notamment :
    http://www.final-age.net/2006/10/les-egregores-presentation

    Le rôle de la « mystique » en matière politique a été très bien étudié et exposé par Gustave Lebon pour expliquer le ère guerre mondiale.
    Gustave Lebon a annoncé avec 20 ans d’avance la 2ème guerre mondiale en documentant son exposé.
    Son analyse du socialisme est fulgurante pour l’époque. Il avait tout compris :
    http://www.institutcoppet.org/2011/06/02/psychologie-du-socialisme-gustave-le-bon-1898/

    Ce qu’il a écrit dans son ouvrage de base sur les foules est remarquablement résumé ici
    http://www.panarchy.org/lebon/foules.html


  21. Nicolas Jaisson Le 21 août 2014 à 11h00
    Afficher/Masquer

    Was this a tactical nuke being used on Donetsk by Kiev? Be sure to check out the strange flying object flying around near the end of the video after the man comes back to the shattered window to film the mushroom cloud. It’s very strainge!

    https://www.youtube.com/watch?v=Oy7yNnQghs8#t=24


    • Nihil Le 21 août 2014 à 11h36
      Afficher/Masquer

      Assurément ces images nécessitent une étude. Le nuage orange, rouge, brun est inquiétant (pas forcément nucléaire mais surement toxique)


  22. yoananda Le 21 août 2014 à 11h11
    Afficher/Masquer

    Bravo.
    A ma manière je partage ses inquiétudes “Spirale de la violence : Le monde se disloque-t-il ?” : http://yoananda.wordpress.com/2014/08/03/spirale-de-la-violence-le-monde-se-disloque-t-il/
    J’ai essayé aussi de faire un état des lieux. C’est pas très réjouissant.
    Sans parler du pic pétrolier, de la bombe démographique, du fossé cognitif.


  23. Barmassa Le 21 août 2014 à 11h15
    Afficher/Masquer

    Si on a bien compris les enjeux que représentent l’Ukraine, pour les russes, et pour les américains, quelle position doit prendre la France et l’Europe de l’ouest ? Avec qui s’unir ? Qui ou que doit -on défendre ? Où se situe la défense de nos intérêts ? Avec qui est notre avenir, avec les russes ou les américains ?


    • LutterPourLaPaix Le 21 août 2014 à 11h31
      Afficher/Masquer

      La seule chose à défendre est la justice. Vos “intérêts” pâtiront toujours de défendre une cause injuste qui se retournera contre eux au moment propice.
      L’utilisation de n’importe quel moyen pour parvenir à ses fins (comme c’est le cas en Ukraine actuellement) est une circonstance aggravante. C’est la SEULE leçon à retenir de l’Histoire. Les US se contrefoutent de la l’Europe et encore bien plus de la France.


      • Barmassa Le 21 août 2014 à 11h36
        Afficher/Masquer

        “Les US se contrefoutent de la l’Europe et encore bien plus de la France.”
        Peut-on également dire:
        Les Russes se contrefoutent de l’Europe et encore bien plus de la France ?


        • Noam Le 21 août 2014 à 11h50
          Afficher/Masquer

          Je pense qu’ils ne s’en fichent pas, au contraire. Nous sommes sur la même île.

          D’ailleurs le français était la langue diplomatique à la cour de Russie… avant.


        • LutterPourLaPaix Le 21 août 2014 à 11h53
          Afficher/Masquer

          Apparemment la notion de justice ne vous intéresse pas pourtant elle aurait pu vous guider pour trouver où sont vos “intérêts”.


          • Vasco Le 21 août 2014 à 12h57
            Afficher/Masquer

            Les valeurs, la moralité etc … tout cela ce n’est plus d’actualité … à notre époque néolibérale en occident.


            • C Balogh Le 21 août 2014 à 13h47
              Afficher/Masquer

              à Vasco,
              Ben justement si, elles sont blessées à mort, d’accord, mais elles sont encore là!!à nous de tout faire pour les protéger.
              Elles sont là, la preuve en est ce blog et d’autres qui dénoncent.


            • LutterPourLaPaix Le 21 août 2014 à 14h38
              Afficher/Masquer

              A vous de lutter pour qu’elles le soient toujours. Vous proposez quoi sinon ? La loi de la jungle ? La préhistoire ?


    • Norton Le 21 août 2014 à 14h16
      Afficher/Masquer

      @Barmassa,
      Il faut corriger l’équilibre géostratégique mondial actuel en nous émancipant de l’UE et de l’OTAN,non pas pour se soumettre à la Chine ou à la Russie,mais pour retrouver une diplomatie souveraine capable de défendre nos intérêts au lieu de défendre ceux de Washington.
      Il faut virer et sans doute juger les alliés des banderistes qui composent la quasi totalité de notre monde politique.
      Les maquis du Sud-Ouest combattaient contre la 2° Panzer Division SS “Das Reich” qui a,par la suite, perpétré les massacres de Tulles (200 pendaisons aux balcons des maisons…) et d’Oradour…
      Avant cela,ils venaient d’Ukraine où ils avaient commis les pires massacres de Juifs (entre-autres…),aux côtés des factions ukrainiennes enrôlées dans la SS,dont celle de Stéphan Bandera,élevé au rang de héros national de l’Ukraine,par un bon tiers des membres de l’actuel gouvernement de ce pays et auquel Fabius est allé serrer les mains…
      À 90 ans,mon père va-il mourir en constatant que les sacrifices consentis pas ces camarades et lui-même pour combattre la “Das Reich” dans le Sud-Ouest,auront été vains?…,ainsi que ceux de son père,qui dans l’Armée d’Orient en 1916/1917,à passé le Bosphore jusqu’à Sébastopol ?
      Que dire des maquisards massacrés dans le Vercors par ces mêmes faction ukrainiennes SS que fêtent aujourd’hui les nazis ukrainiens présents dans le gouvernement putschiste que la France soutien?
      Y-a-t’il des mots pour décrire la douleur des quelques survivants lucides,qui combattaient pour notre liberté et qui constatent la déchéance de notre pays,qui se vautre dans la collaboration et qui sans complexe,ressuscite l’horreur nazie?…


      • Barmassa Le 21 août 2014 à 17h11
        Afficher/Masquer

        Merci Norton pour votre réponse. Je comprends votre position et vous dis mon respect pour votre père. Le mien aussi a fait la guerre, la campagne d’Italie où à Monte Cassino il a perdu un grand nombre de ses camarades, puis le débarquement de Provence…… Mais doit-on à jamais ruminer les vieilles rancoeurs, ou essayer de tourner la page ? C’est du reste l’esprit de vengeance vis à vis de l’holodomor,reconnu comme génocide par l’Ukraine, qui a fait que beaucoup d’ukrainiens se soient alliés aux nazis contre les russes pendant la guerre.
        Je pense comme vous qu’il faut sortir de l’Otan mais à la condition que l’on soit capable de créer une réelle armée européenne (une sorte d’otan sans les américains et sans la Grande Bretagne qui sera tjrs pro atlantiste)
        Pas facile tout ça !!


        • Kiwixar Le 21 août 2014 à 22h37
          Afficher/Masquer

          “Créer une réelle armée européenne”

          Contre qui? Quel intérêt de créer un autre gloubiglouba entre pays d’intérêts divergents?
          La France est capable de se défendre toute seule. Pour les territoires lointains plus difficiles (ex. Guyane x Brésil), vous croyez vraiment qu’un Polonais ira se faire tuer pour un territoire français?
          Inversement, iriez-vous faire la guerre pour un obscur différent territorial entre la Pologne et l’Ukraine? Ou pour une Crimée ukrainienne? Pour les Malouines?

          Chacun se gère et tout est mieux géré.


          • Kiwixar Le 21 août 2014 à 23h24
            Afficher/Masquer

            J’ajouterais le commentaire récent de Poutine : “La Russie est forte parce qu’elle ne fait partie d’aucune alliance.”

            Une alliance militaire (entre pays d’intérêts divergents) renforce les pays incapables de se défendre tous seuls (style Pays Baltes) mais affaiblit ceux qui le sont (dont la France).


            • Norton Le 22 août 2014 à 13h17
              Afficher/Masquer

              @Kiwixar,

              Je quasiment d’accord avec ce que vous dites,à part que :

              “Une alliance militaire (entre pays d’intérêts divergents) renforce les pays incapables de se défendre tous seuls (style Pays Baltes) mais affaiblit ceux qui le sont (dont la France).”

              -1) La divergence d’intérêts est à la base de la séparation du monde en pays différents,donc “pays d’intérêts divergents” est quasiment un pléonasme…

              -2) Les alliances militaires affaiblissent également les pays incapables de se défendre,puisque leur diplomatie,c’est à dire la défense de leurs intérêts propres est elle aussi soumise à une puissance extérieure.( voir le cas du Costa Rica…)


        • Norton Le 22 août 2014 à 13h03
          Afficher/Masquer

          @Barmassa,

          L’Holomodor est reconnu comme génocide par l’Ukraine,certes,mais comme par hasard,l’est également par les États Unis et l’Union Européenne (qui veut noyer son chien…),alors que l’ONU ne l’a jamais reconnu comme tel mais comme une conséquence de la désorganisation due au régime stalinien,sans cause intentionnelle directe…

          Il ne s’agit pas de vielles rancœurs,…mais d’actualité.
          Notre gouvernement soutient ouvertement et en ce moment-même un gouvernement ouvertement pro-nazi avec son cortège d’antisémitisme de violence extrême à tendance clairement exterminatrice à l’encontre d’une partie de sa population.

          Je sais que ce n’est pas votre pensée,mais à vous lire,on pourrait presque excuser l’holocauste,qui pour une large part à débuté en Ukraine grâce à l’aide des faction ukrainiennes de la SS qui aidaient,pour ne pas dire,qui devançaient,les armées du Reich…
          Ces factions ukrainiennes ont bel et bien épousé la cause nazie,…elles l’ont complétée et renforcée.
          Sinon,que seraient venu faire ces mêmes factions dans le Vercors pour massacrer des Français,si loin de leur anti- sovietisme,purement régional et à de nombreux égard,plutôt compréhensible?

          Le fait est que l’Ukraine est une des régions les plus riches du monde,aussi bien pour son potentiel agricole,que minier et industriel.Un territoire extrêmement convoité à travers l’histoire par l’ensemble des nations voisines et aujourd’hui par le bloc atlantique.
          Au même titre que la Pologne et de son bassin minier et sidérurgique,l’Ukraine est l’herbe où se battent les éléphants de la finance,au détriment des peuples qui l’habitent et que la convoitise internationale mais aussi locale a toujours divisé en entités antagonistes,empêchant certainement l’unité nécessaire à l’idée de nation…


      • Noam Le 21 août 2014 à 18h35
        Afficher/Masquer

        Tout à fait, Norton.

        Il faudrait un deuxième Nuremberg…

        Vite !


  24. wuwei Le 21 août 2014 à 12h22
    Afficher/Masquer

    “Les versions alternatives pourtant dignes d’intérêt sont ignorées et même si elles devaient se révéler vraies un jour, on peut craindre que les grands médias n’en fassent jamais écho”.

    Voici un exemple saisissant de ce syndrome :

    James Foley : quand la presse unanime accusait le régime syrien
    http://seenthis.net/messages/286057


  25. colargol Le 21 août 2014 à 12h28
    Afficher/Masquer

    La faiblesse de cet égrégore est qu’il en fragilise un autre, pourtant vertueux, dont Pascal Roussel fait partie, celui de ceux qui refusent “la révolution violente”….La puissance désespérante du premier risque de faire disparaitre le second…..quand il ne reste plus d’autres moyens….quand la frustration est trop importante on oublie les leçons du passé et la sagesse accumulée..


  26. Nerouiev Le 21 août 2014 à 12h33
    Afficher/Masquer

    En 1968 on a vu un égrégore hippie concernant tout l’Occident et bâti sur un besoin grégaire (même origine) de relations, de paix, de musique, d’amitié et d’amour. Mais il s’est bâti sur les possibilités offertes par le surplus d’une société de consommation et sans oublier la drogue ; et fragile comme on a pu le constater. Il est probable qu’un équivalent renaisse bientôt mais sur des bases moins capitalistiques et plus constructives par nécessité, pour un vrai changement qui mettra au panier tous les pourris.


  27. logique Le 21 août 2014 à 12h59
    Afficher/Masquer

    Le monde est en pleine crise géopolitique, la mondialisation unipolaire contre la mondialisation bipolaire. Il est donc normal que le chao soit la régle pour le momment. Le probléme étant que les US ont besoin de l’europe pour garder l’équilibre des forces, armé et financiére. Sans l’europe les US perdront leur pouvoir plutot absolu pour le momment. Le probléme est qu’il y a une grande inquiétide concernant la volonté europénne a rejoindre le clan de l’oncle sam et que pour cela il faut essayé de faire passer l’iddée d’une europe/US allié contre les Brics.
    En fait il sufirait que l’europe se démarque de l’OTAN pour que tout rentre en place. Mais pour cela il faudrait une défense européenne. Hors tout est fait pour que cette défense européenne ne puisse pas voir le jour. L’europea le cul entre deux chaises, l’asie et l’amérique. Elle doit se distinguer des deux afin de jouer un role tripolaire géopolitiquement parlant. Mais le probléme de l’europe c’est bruxelles et la flopé de bureaucrate vendu aux US.
    Si l’europe abamdonnait l’OTAN les choses se passerait surement beaucoup mieux, mais tout a été fait pour démilitariser les pays européen au prfit de l’OTAN. Chercher l’erreur ……


    • logique Le 21 août 2014 à 13h10
      Afficher/Masquer

      Suite.

      D’ailleurs se qui fait le plus peur aux dirigeants européens est qu’il savent trés bien que l’oncle sam as la capacité de déstabiliser leurs pays, via des révolutions de couleur”. Il sont coincés avec les conflits aux moyens orient car il hébergent une minorité de fondamentaliste prét a tout et au ordres des US. Hors sans armé européenes il nous est impossible de démenteler ses reseaux dormants. Les européens sont donc pris en otage par la politique américaine et israélienne. La preuve en ait le discours de natanyaou disant ” que si israél ne pouvait pas se défendre a gaza, le probléme risquerait de se propager en france”. Si cela se n’est pas de l’intimidation je ne sais pas se que c’est. Est je ne parle pas du pouvoir financier qu’on les US et Londre sur l’europe …
      Il va falloir la jouer fine pour sortir indemme de se merdier …..


      • Kiwixar Le 21 août 2014 à 23h41
        Afficher/Masquer

        A propos de l’historique des “révolutions de couleur” imaginées par les Zuniens, la réunion initiale s’est passé comme ça (j’y étais, déguisé en pot de fleur) :

        BOB (CIA) : Nous zallons dégommer tous ces gouvernements européens souverains qui nous font chwier, pour mettre des puppets à la place.
        JOHN (Corporate US) : Yeah, ils vont piller leur pays à notre prwofit, et nous payer pour leur prwotection, comme à Chicago !
        ROGER (State Dpt) : Yeah, on va appeler ça des “Révolutions noires” comme dans Star Wars
        POTUS : Ah non, appelons ça plutôt des “Révolutions de couleur“, c’est plus… moral…


  28. Nihil Le 21 août 2014 à 13h27
    Afficher/Masquer

    Egrégore: je ne connais pas l’origine étymologique du mot. Ce pourrait être lié à “grégaire”, sentiment ou impression qui se crée dans un rassemblement. Pour moi l’égrégore est plus un sentiment d’empathie ou de sympathie profonde entre participants à un culte (religion <= ce qui relie) mais aussi une manif ou un concert (unisson).
    Je n'associerais donc pas l'égrégore au résultat d'un matraquage idéologique, publicitaire ou médiatique.
    Mais bon…


  29. Sébastien Le 21 août 2014 à 13h31
    Afficher/Masquer

    La comparaison se basant sur la photo (inévitables comparaisons dirais-je…) montre des différences et des points communs.
    Les différences: Poutine est comparé à Hitler, Hitler n’était comparé à…Personne. Pour la simple et bonne raison qu’en 1936, Hitler était loin d’être aussi diabolisé que Poutine. Où est le “Mein Kampf” de Poutine?
    Les médias savent très bien réduire la pensée par ses anachronismes stupides (=pour les masses grégaires….)
    Les points communs: crise mondiale issue du système bancaire qui dirige le monde depuis un Siècle. Recherche de boucs-émissaires (pas les banquiers ni les hommes politiques irresponsables, non, non): Juifs, Musulmans, Catholiques mêmes (les fameux fascistes-nazis, on adapte…).
    Néanmoins, on ne peut pas un autre point commun qui fait effectivement se rapprocher les deux époques et les deux figures de l’Allemagne et de la Russie: LES DEUX S’ATTAQUAIENT A L’HEGEMONIE BANCAIRE ANGLO-SAXONNE.
    Et cela, PERSONNE n’osera l’évoquer. Enfin, si, j’espère…
    Quant à la propagande, elle est née de cerveaux dérangés après la découverte d’une nouvelle discipline: la psychologie des foules. Bernays (neveux de…Freud) et consorts. Avant d’être le Siècle de la guerre, l’ère moderne fut celui des médias: radio, ciné, télé, presse.
    Ô miracle, qui retrouve-t-on derrière les médias? Les banquiers et les marchands de canons.
    La boucle est bouclée. Rerserrez le noeud et servez chaud ou froid à votre convenance.


  30. Crapaud Rouge Le 21 août 2014 à 13h31
    Afficher/Masquer

    Dessin d’un dénommé Delambre dans le Canard d’hier : un type cagoulé en tenue kaki, fusil lance-roquette à l’épaule, gilet pare-balles et décombres fumantes d’un village en arrière-plan. Le type dit : “Faudrait pas que l’Irak éclipse nos guerres à nous !” Pour un lecteur assidu à OB, ce dessin fait immédiatement penser aux nazis pro-Kiev. C’est alors que le regard tombe sur la légende : “L’angoisse d’un ukrainien prorusse” !!! Écœurant !!! Ayant découvert hier, dans le même numéro, un dessin de Pancho qui se moque encore de Poutine, (pas méchamment, mais quand même…), je me suis fendu d’un courriel très respectueux pour les prier de ne pas trop chanter sur le même ton que la propagande occidentale. Ce soir, je crois que je vais devoir reprendre la plume pour les assaisonner sur un autre ton. A mon grand regret.

    Note: ce n’est que ce matin, donc après le courrier d’hier soir, que j’ai découvert le dessin de ce Delambre.


  31. Sébastien Le 21 août 2014 à 13h35
    Afficher/Masquer

    Erreur dans ma phrase: “Néanmoins, on ne peut pas CACHER/mettre en lumière un autre point commun.


  32. Noam Le 21 août 2014 à 14h42
    Afficher/Masquer

    Puis-je reformuler la question pour nous aider à comprendre ?

    Appel à compétence :
    Le site “les-crises.fr” recherche un docteur en théologie dogmatique orthodoxe (ou toute personne ayant le niveau équivalent) qui pourrait nous exposer en quoi consiste exactement le mystère de l’iniquité.

    La précision et la concision du rédactionnel sont les pré requis majeurs de l’article à soumettre avant publication à monsieur Olivier Berruyer.


  33. Louis Robert Le 21 août 2014 à 15h45
    Afficher/Masquer

    “… il est stupéfiant de voir que des journalistes ou des politiciens a priori intelligents, équilibrés, cultivés et sincères s’enferment dans une grille de lecture unique!” ?

    +

    “Les hommes qui veulent sincèrement penser ressemblent souvent au ver à soie, qui accroche son fil à toutes choses autour de lui, et ne s’aperçoit pas que cette toile brillante devient bientôt solide, et sèche, et opaque, qu’elle voile les choses, et que, bientôt, elle les cache ; que cette sécrétion pleine de riche lumière fait pourtant la nuit et la prison autour de lui ; qu’il tisse en fils d’or son propre tombeau, et qu’il n’a plus qu’à dormir, chrysalide inerte, amusement et parure pour d’autres, inutile à lui-même. Ainsi les hommes qui pensent s’endorment souvent dans leurs systèmes nécropoles ; ainsi dorment-ils, séparés du monde et des hommes ; ainsi dorment-ils pendant que d’autres déroulent leur fil d’or, pour s’en parer.

    Ils ont un système, comme on a des pièges pour saisir et emprisonner. Toute pensée ainsi est mise en cage, et on peut la venir voir ; spectacle admirable ; spectacle instructif pour les enfants ; tout est mis en ordre dans des cages préparées ; le système a tout réglé d’avance. Seulement, le vrai se moque de cela. Le vrai est, d’une chose particulière, à tel moment, l’universel de nul moment. À le chercher, on perd tout système, on devient homme ; on se garde à soi, on se tient libre, puissant, toujours prêt à saisir chaque chose comme elle est, à traiter chaque question comme si elle était seule, comme si elle était la première, comme si le monde était né d’hier. Boire le Léthé, pour revivre.”

    Alain (Émile Chartier)
    “ Les marchands de sommeil ”
    (Discours de distribution des prix
    du lycée Condorcet en 1904)

    http://classiques.uqac.ca/classiques/Alain/les_marchands_de_sommeil/Marchands_de_sommeil.pdf


    • madake Le 22 août 2014 à 17h12
      Afficher/Masquer

      Pour une fois, je ne suis pas Alain dans sa métaphore.

      Je comprends le biais intellectuel, de retrait dans un cocon filtrant les informations et les ordonnant, le repli dans une tour d’ivoire intellectuelle.
      Mais le Bombyx ne tisse pas son cocon pour y mourir,
      Le cocon du bombyx, lui sert d’abri durant sa métamorphose de la chenille vers le papillon. Il a une fonction et une raison d’être vitales pour le bombyx, transition nécessaire vers la perpétuation de l’espèce.
      Ca n’est pas un dévoiement fonctionnel.


  34. Louis Robert Le 21 août 2014 à 15h53
    Afficher/Masquer

    Ceci pour signaler une erreur.

    Plutôt que ” la côte Est est frappée par une sècheresse catastrophique (20)”,

    on devrait lire,

    “la côte OUEST est frappée par une sècheresse catastrophique (20)”…

    “(20) 20 Signs The Terrible Drought In The Western US Is Starting To Become Catastrophic”


    • Pascal Roussel Le 21 août 2014 à 17h22
      Afficher/Masquer

      oui c’est exact et “François Lambda” a déjà signalé cette erreur. Olivier peux-tu corriger dans le texte cette faute de frappe? Merci
      ——————————————————————–
      Fait (pas par Olivier mais par le modérateur de service)


  35. David Le 21 août 2014 à 16h39
    Afficher/Masquer

    Je n’ai pas pu lire encore tous les commentaires. Je voulais apporter une considération complémentaire, mais avant juste que l’Ukraine a déjà abattu un avion civil il y a quelques années, donc on sait qu’elle a le matériel pour le faire en sol-air, et à plus forte raison seul le gouvernement de Kiev avait les moyens en sol-sol.
    Maintenant, face à l’egrégore pour reprendre l’expression de l’article, nous ne sommes pas seuls, c’est au contraire l’Otan qui devient de plus en plus seul dans le monde.
    L’ensemble des pays arabes ou musulmans se défient déjà à titre personnel de l’interventionnisme américain. A cela il faut ajouter bien sûr la Russie, mais aussi les Brics avec des pays comme le Brésil, l’Inde, la Chine qui ne disent rien, mais identifient clairement le problème.
    Alors, certes, la population civile de ces pays doit être indifférente à l’Ukraine comme la plupart d’ailleurs des français. Vous parlez à un brésilien, un chinois ou un indien en France peut-être qu’il suivra docilement le média européen. Mais, au moins, au plan des gouvernements, ils identifient la politique d’ingérence, le déchaînement dans l’extraterritorialité de l’Otan et des Etats-Unis.
    Il y a aussi le cas argentin dont on parle actuellement. Là encore, c’est un ferment d’opposition aux Etats-Unis et à l’Otan qui commence à poindre.

    Quant à nos politiques européens et américains, nos présidents par exemple, Obama, Hollande, Merkel, etc., ce sont des gens qui ne s’intéressent qu’à la politique interne d’un pays, voire à la seule politique politicienne pour Hollande qui n’a aucune conviction autre que celle de mettre son parti au pouvoir. Juppé croit qu’il vit dans un monde de gentils qui n’ont pas des intentions derrière, sa condamnation ne lui a pas servi de leçon. Au contraire, il s’est alors exilé au Canada et il est revenu en ayant eu une révélation, il a connu la lumière, il est paisiblement atlantiste et confiant, il doit réellement croire que les combats menés sont pour le bien des pays concernés, qu’on a empêché de réellement résoudre le cas syrien, etc. Il est imbu de lui-même parce qu’il est sans doute réputé brillant en politique interne, mais à l’international il a côté de la plaque.
    Pourtant, je me suis toujours dit qu’il suffisait de lire les oppositions aux médias mainstream pour être convaincus que c’est l’Otan qui a tort, que c’est le traité transatlantique qui craint ensuite, mais non il y a des politiques qui continuent de croire de bonne foi aux folies qu’on leur instille.
    Enfin, bref, l’Otan est seul dans le monde, mais en son sein il donne une impression de nombre, de majorité tranquille, parce que nos politiciens ne s’intéressent qu’à l’interne.


  36. Abbdullah Le 21 août 2014 à 17h06
    Afficher/Masquer

    “Révélation”.

    Suite à mes interventions il m’est apparu une évidence que je viens enfin de comprendre et que je vous présente de manière crue :
    les intervenants confondent le terme ésotérique et symbolique “égrégore” avec BELPHEGOR…personnage de fiction manipulant les hommes à leur insu en ce faisant passer pour ce qu’il n’est pas !!! ‘femme séduisante alors qu’il n’est que corne de bouc…)

    Mémorable méprise commune à mes contradicteurs qui ont cru bon de placer là leur incroyable culture cinématographique.

    Et pourquoi pas confondre “égrégore” avec Dark Vador ?
    Dark Vador c’est un peu Belphégor ou Fantomas.
    Donc “égrégore” = Fantomas… et en capilo-tractant le tout on pourrait bien en arriver à Achile Zavatta…

    Je crois qu’il s’agit bien là de révélation la plus pitoyable de l’année mais avant tout il s’agit pour moi de l’occasion de m’offrir une bonne tranche de rire.

    Franchement, comme le disait Coluche : “quand on sait pas, on dit pas !”
    Salutations.


    • jacqueline Le 21 août 2014 à 17h18
      Afficher/Masquer

      Ce mot vient probablement du latin gregarius (« de troupeau »).

      Plus précisément du latin ēgrĕgĭus (« choisi, de choix, d’élite », littéralement « hors du troupeau »)


    • Crapaud Rouge Le 21 août 2014 à 21h30
      Afficher/Masquer

      Monsieur Abbdullah, ce nouveau commentaire vous présente sous un jour décevant. Vous semblez tout ignorer des bases de la linguistique. Pour les spécialistes, (et pour Ferdinand de Saussure en personne), il n’y a pas de différence entre “le sens propre” des mots et leurs “sens figurés”, car, dans tous les cas, ils “font image”. C’est ainsi que l’emploi du mot “cheval” évoque “l’image” du cheval, même si l’on ignore la définition du dictionnaire. L’important, quand on emploie un mot, est donc qu’il puisse former, dans l’esprit du lecteur, une “image juste”, (ou “pertinente”), de la pensée que l’on veut lui transmettre. Si pour cela il faut employer un mot dans un sens nouveau, et bien pourquoi pas ? Quand Sarkozy dit que “les immigrés ont vocation à rentrer chez eux“, il emploie vocation à contre-sens, mais, tout le monde l’ayant imité, son emploi est devenu un nouveau sens, (que les dictionnaires n’ont pas encore validé). Il en va de même, notons-le en passant, de l’emploi hérétique du subjonctif après “après que“…


    • C Balogh Le 21 août 2014 à 22h02
      Afficher/Masquer

      Abbdullah ou Tarkan?

      N’importe quoi!

      Mais si ça vous fais rire……


  37. jacqueline Le 21 août 2014 à 17h42
    Afficher/Masquer

    Dans les réseaux sociaux ont commencé à apparaître des photos de gens heureux en Finlande à remercier le Président de la Russie Vladimir Poutine pour les sanctions.

    Les prix des aliments, en particulier sur l’importation de produits laitiers, après l’interdiction de leur importation en Russie ont commencé à chuter. Du 21 Août en Lettonie a diminué les prix pour les produits laitiers et le fromage en Finlande est maintenant vendu pour presque rien (250 grammes pour € 0,99).

    A cette occasion, les acheteurs ont organisé un rassemblement en signe de gratitude pour le président russe. Affiches avec les mots “Merci Poutine!” Apparu dans les supermarchés. Et à côté d’eux les heureux acheteurs.

    Depuis 2007, la Russie est un important partenaire commercial de la Finlande. En 2013, les exportations de produits alimentaires finlandais en Russie a atteint 400 millions d’euros.

    http://tvzvezda.ru/news/vstrane_i_mire/content/201408211758-n905.htm


    • anne jordan Le 21 août 2014 à 22h20
      Afficher/Masquer

      Tout à fait , Jacqueline !
      ce midi sur F-Rance Inter , ” les fruits et les légumes sont trop abondants ( sic ! ) sur les marchés , d’où une baisse sensible qui inquiète les producteurs ; ces derniers multiplient les opérations de vente directe… au détriment des supermarchés ”
      merci qui ?


      • jacqueline Le 21 août 2014 à 22h31
        Afficher/Masquer

        Je vais aller taquiner le chef de mon Franprix avec une pancarte merci Poutine. Il va adorer.

        Un jour il n’avait plus de quenelles , je lui ai demandé devant tout le monde si c’était Walls qui lui avait interdit d’en vendre 🙂


        • Noam Le 23 août 2014 à 15h33
          Afficher/Masquer

          La pancarte est une excellente idée. On pourrait même en fabriquer, les vendre, et envoyer le fruit de la vente aux russes pour aider les réfugiés. Une goutte d’eau certes, mais une goutte de plus pour les aider.


          • jacqueline Le 23 août 2014 à 16h11
            Afficher/Masquer

            Je crains que cet humour ne soit pas partagé, tout au moins là où je vis. Les opinions politiques et ses revenus sont un sujet tabou en France. Il est rare que j’entende dire du bien de Poutine quand qqun se risque à parler des actualités..

            Le gérant du magasin , s’il n’en pense pas moins, ne peut se permettre d’afficher ouvertement ses opinions politiques devant ses clients, au risque de voir son chiffre d’affaire baisser..


    • Van Le 21 août 2014 à 23h46
      Afficher/Masquer

      c’est la preuve que le mondialisme et le capitalisme À outrance est un poison pour les peuples même ceux qui produisent et qui ne sont pas forcement du Tiers monde , j’ai envie de dire a ces finlandais de pas oublier de maudire Obama car après l’épuisement de leur stock de fromage et de lait bon marche les usine fermeront capitalisme du marché oblige , après faudra aller au charbon .
      les américains sont volontaires pour créer des crises mais pas pour les régler .


  38. Thomas13 Le 21 août 2014 à 18h35
    Afficher/Masquer

    Article très intéressant et très documenté. J’aimerai que vous développiez SVP les stratégies modernes de manipulations auxquelles vous faites allusion. L’objet d’un autre article ?


    • Roussel Le 21 août 2014 à 19h57
      Afficher/Masquer

      merci ! très vaste sujet qui pourrait faire l’objet, en effet d’un autre billet. En attendant je vous recommande le livre que j’ai mis en référence 42 (publicité 100% désintéressée). Il n’est pas très long et reprend bien toutes les techniques les plus modernes de conditionnement de l’opinion publique. Après l’avoir lu vous pourrez assez facilement constater par vous-même comment ces méthodes sont utilisées quotidiennement.


      • Thomas13 Le 22 août 2014 à 00h26
        Afficher/Masquer

        J’attends votre prochain article et je lirai aussi votre roman ! (1)

        (1) Divina Insidia


  39. Nanker Le 21 août 2014 à 18h45
    Afficher/Masquer

    “Dans les réseaux sociaux ont commencé à apparaître des photos de gens heureux en Finlande à remercier le Président de la Russie Vladimir Poutine pour les sanctions.

    Les prix des aliments, en particulier sur l’importation de produits laitiers, après l’interdiction de leur importation en Russie ont commencé à chuter. Du 21 Août en Lettonie a diminué les prix pour les produits laitiers et le fromage en Finlande est maintenant vendu pour presque rien (250 grammes pour € 0,99)”

    Quelle vilaine idée, laisser le libre jeu de l’offre et de la demande s’exercer, et au profit du consommateur en plus. Au moins en France on va débloquer des fonds publics pour que les agriculteurs… détruisent ce qu’ils n’auront pas pu vendre à Poutine!

    Et Xavier Belin, le Jamie Dimon du monde rural, n’y trouve naturellement rien à dire… Dégueulasse!


  40. Noam Le 21 août 2014 à 18h51
    Afficher/Masquer

    Merci @Jacqueline.

    Citation de Hermann Hesse, Le jeu des perles de verres.

    Nihil tantum repugnat ne verbis illustretur, at nihil adeo necesse est ante hominum oculos proponere ut certas quasdam res, quas esse neque demonstrari neque probari potest, quae contra eo ipso, quod pii diligentesque viri illas quasi ut entia tractant, enti nascendique facultati paululum appropinquant.

    Il n’est rien qui échappe davantage à la représentation verbale et qu’il soit pourtant plus nécessaire de mettre sous les yeux des gens que de certaines choses, dont l’existence n’est ni démontrable ni vraisemblable, mais qui, du fait même que les hommes pieux et consciencieux en traitent quasiment comme si elles existaient, approchent un peu de l’être et de la possibilité de naître.


  41. lollygris Le 21 août 2014 à 20h43
    Afficher/Masquer

    Attention à ne pas tout mélanger quand on parle d’impression de liberté à Moscou, par rapport à la France. J’ai récemment été avec mon épouse à une convocation de l’OFII. Et la personne chargée de présenter les valeurs de la France, elle-même d’origine Croate, a dit une chose qui m’a frappé. La démocratie, c’est un combat quotidien. C’est une lutte, un débat pour défendre ses droits. Je n’ai pas rencontré beaucoup de russes à Moscou intéressés de savoir ce que Poutine faisait, ce qu’il pensait. En général, il y a un grand fatalisme parce que la seule liberté (en dehors de l’esprit civique des russes qui à mon avis gèrent mieux les conflits manu militari – bref, un peu moins lâches que les Français, qui passent leur temps à insulter les autres et à se défiler si on en vient aux poings), bref en dehors de çà, il ne faut pas se leurrer. L’énorme aspiration, ce n’est pas la liberté, c’est l’ordre et un avenir meilleur pour les enfants, l’école et la SÉCURITÉ. Et là, chapeau, messieurs, à Moscou, je me suis toujours senti parfaitement en sécurité, et à toute heure. Il ne faut donc pas tout mélanger. En France, c’est vrai après Sarko, dur, dur, (moi qui avait voté pour Hollande, en espérant que le PS réparerait les erreurs de Sarko, je suis très déçu). Bref, faisons la part des choses. Beaucoup d’émigrés pensent que leur pays d’adoption, c’est mieux. Moi, je me sens mieux en France, parce que les Russes, j’ai parfois du mal à les décrypter. Pour eux, ce qui compte, ce sont les actes, d’ailleurs la France, c’est plutôt le pays des bavards et des grévistes pour eux… À chacun ses clichés…


    • PhildeFer Le 21 août 2014 à 20h52
      Afficher/Masquer

      Cher Lollygris, avoir voté Hollande dans l’espoir qu’il répare les erreurs de Sarkozy et oser l’avouer publiquement… Comme je comprends les Russes pour ce qu’ils pensent des Français en vous voyant…


    • jacqueline Le 21 août 2014 à 20h59
      Afficher/Masquer

      Justement, le première liberté c’est de pouvoir se balader dans la rue qq soit l’heure sans se faire insulter, agresser.


    • bm607 Le 21 août 2014 à 21h12
      Afficher/Masquer

      C’est également ce que je pense concernant l’importance de la sécurité dans un pays qui subit de profonds changements, mais il me semble que le “…à Moscou, je me suis toujours senti parfaitement en sécurité..” fait référence à ce passé relativement récent et pas à plus loin dans le temps.
      Un de mes oncles a été tué près de Moscou sous le “règne” Eltsine, moins de 5 ans après la chute du mur, lors d’échanges de coups de feu probablement entre bandes rivales (il avait eu malgré tout le temps de profiter des nouvelles libertés pour venir nous voir en France, avec femme et fils), l”époque était particulièrement agitée en Russie selon ses dires.

      Je suis donc pour ma part assez sensibilisé à cet aspect des choses (d’abord ne pas être tué, ensuite et au même niveau pouvoir manger, et ensuite les libertés par ordre d’importances décroissantes qu’on leur donne).


    • Van Le 22 août 2014 à 01h05
      Afficher/Masquer

      lollygris au USA les gens sont libre de tout faire sauf que ca sert a rien en temps de chaumage leur démocratie est proportionnelle a la prospérité , si l’économie foire c’est le patriote acte et ferguson , et le comparatif démocratie entre la Russie et la France j’ai l’impression que ça penche pour la Russie en se moment en tout cas sa censure moins .


  42. James Bernard Le 21 août 2014 à 21h52
    Afficher/Masquer

    “Les Idées réelles sont vivantes, foisonnantes, mutantes, relatives à un lieu, à une époque, à un groupe, à un mouvement.
    Certaines idées ressuscitent comme celle d’Egrégore qui exprime parfaitement la notion de propriété émergente au sein d’un système fusionnel – le Tout est plus que la somme de ses parties.”

    J’ai découvert ce mot il y a plusieurs années dans un livre de Marc Halévy. Je ne saurais décrire le trouble qui s’en est suivi, le charme indicible de ce mot m’a permis de l’adopter sur le champ. Depuis, j’en parle aussi facilement que je parle de connivence, de complicité….


  43. C Balogh Le 21 août 2014 à 22h08
    Afficher/Masquer

    http://www.inrees.com/articles/Egregore-conscience-partagee/

    “Un égrégore est produit par un puissant courant de pensée collective. Lorsque plusieurs personnes se focalisent ensemble sur un même objet, avec une même intensité, ils développent une énergie commune. Nous connaissons tous cet effet stimulant, éprouvé lorsque l’on partage avec d’autres un projet passionnant ou un moment fort. L’activité concentrée rassemble les intentions de chacun en une conscience collective, qui semble porter le groupe. Mais derrière l’impression personnelle, un processus réglé se déroule entre nous. “


  44. Sumbawa Le 21 août 2014 à 22h42
    Afficher/Masquer

    Les gens ne veulent pas savoir. ils se levent , vont bosser, chercher leur gosses, gèrent leurs problèmes perso, etc… ce qui se passent dans le monde, ils ont décidé de mettre leur confiance aveugle. dès qu’on essaie de leur ouvrir les yeux, ils refusent de croire car cela remettrait en cause tout leur système de pensée et là, bonjour la psychanalyse.
    exemple personnel ; je dis à quelqu’un : on ne peut pas croire ce que disent les médias.
    Réponse : ce n’est pas possible sinon qui croire ?
    Je lis fréquemment les journaux (faire du décryptage des média mensonges c’est devenu un hobby). Même la presse est schizophrène, car elle peut se contredire à 15 jours d’intervalle et parfois dans un même article ! Mais pour eux, cela n’a pas d’importance, car les gens ne demandent qu’à croire même si l’incohérence est flagrante.


  45. Hélène-Barbara Le 22 août 2014 à 04h50
    Afficher/Masquer

    @ Macarel, à propos du déni de réalité observé autour de soi (et nos 6 degrés de séparation qui mériteraient réflexion) :
    Il semblerait qu’un truc appelé “dissonance cognitive” soit parti pour en découdre, et vu le format du précipice en cours, il y a bien une chose sur laquelle on peut compter : encore plus de déni à venir. Miracle du confort intellectuel, psychique et social. Lorsque les clignotants passent au rouge vif, le cerveau se met à fabriquer une posture pour convertir la contrainte en libre-arbitre, ou transformer les dommages en bienfaits. Dit comme ça, on pense au syndrome de Stockholm. Ce rapprochement a fait l’objet de quelques études, et je mentionne ceci avec précaution, car la dissonance cognitive est une définition récente pour moi, surgie de l’arrière-plan d’incompréhensions exactement similaires à celles partagées ici.

    Comme vous citez Jacques Sapir, il a souvent établi (littéralement) la corrélation entre dissonance cognitive et obstination politique suicidaire et irrationnelle.
    Échantillon indirect : http://blogs.mediapart.fr/blog/frederick-stambach/180212/une-analyse-de-lirrationnel-la-dissonance-cognitive

    Un autre lien, qui je crois, s’accorde non seulement à ceci, au billet, mais au blog tout court, et qui sans doute rappellera un peu la verve de Paul Craig Roberts : un article (en français) issu du site de Daniel Patrick Welch (que certains connaissent déjà tandis que je le découvre) :
    http://danielpwelch.com/French/1304wowe-f.htm


    • jducac Le 22 août 2014 à 14h05
      Afficher/Masquer

      @ C Balogh Le 21 août 2014 à 22h08 & Hélène-Barbara Le 22 août 2014 à 04h50

      Un grand merci à vous deux pour les liens que vous nous indiquez.

      Au même titre que la physique fait apparaître les effets de la gravité, ou que l’électro magnétisme engendre de l’attraction ou de la répulsion, il semble évident que des phénomènes opèrent de manière similaire dans le domaine des idées, des ressentis, des croyances.

      Les phénomènes du premier type sont exploités en application des sciences dures et rigoureuses relevant de l’utilisation des forces de la physique et de la biophysique, lesquelles prévalent dans la marche du monde qu’il soit vivant ou non.

      Il faut se méfier de ceux du second type. Ils sont exploités en application des sciences moles (humaines, sociales, politiques) bien moins rigoureuses et surtout bien trop susceptibles de se prêter aux manipulations mentales, notamment sournoises et trompeuses, mises en œuvre par certains,surtout à leur profit.


  46. Laurent Le 22 août 2014 à 10h32
    Afficher/Masquer

    Et pour adapter ce texte à notre époque :

    http://hridayartha.blogspot.fr/2014/04/les-agents-de-la-maya.html

    Avec notamment :

    Si on n’adhère pas à l’existence de dieux et démons au sens mythologique et cosmogonique, on constate que, bien que les dieux et démons soient absents, il y a bien des personnes qui parlent et agissent à leur place, et en leur nom pour constituer un corps mystique. Ce que Michel Hulin a dit ci-dessus à propos de la māyā, s’applique alors à eux, c’est-à-dire ceux qui se réclament des dieux et démons et dont l’autorité relève d’eux. Les prêtres qui expliquent l’origine des dieux et qui conduisent les sacrifices, et ceux dont la généalogie royale aurait des origines divines et qui agissent en agents sur terre, représentant les Agents célestes de l’Esprit qui anime tout.

    Ce sont alors les prêtres et les rois, pour faire court, qui veulent maintenir “les mortels captifs des liens du désir et de la crainte, de telle sorte que, mûs par l’espoir de récompenses dans l’ici-bas ou dans l’au-delà et par la peur de châtiments célestes, ils ne cessent de travailler pour le compte “des dieux” [les guillemets sont les miens], les «nourrissant» constamment par les sacrifices qu’ils leur offrent” et les tenir enfermés dans un système sacrificiel.

    Les Lumières et la Révolution française étant passées par là, nous vivons désormais dans un monde éclairé et post-moderne. Nous ne croyons plus (avidyā) en les bobards (māyā) des prêtres et des rois, qui ont perdu leur “pouvoir magique d’illusion”. Nous ne sommes plus asservis par eux. Mais même si “Dieu est mort”, son ombre vit toujours. Sur les trônes vides siègent actuellement d’autres agents experts avec leurs prêtres (médias) qui exercent leur “pouvoir magique d’illusion” (māyā) de façon magistrale, et qui nous tiennent captifs dans leur système sacrificiel (remboursement de la Dette), aussi longtemps que nous croyons (avidyā) en leur pouvoir.


  47. Barmassa Le 22 août 2014 à 14h54
    Afficher/Masquer

    Pour comprendre ce qui se passe, et savoir qui gouverne l’Europe:
    https://www.youtube.com/watch?v=3e88OtO6598


    • Noam Le 24 août 2014 à 16h41
      Afficher/Masquer

      Clair, didactique, et qui explique une stratégie permanente à l’œuvre depuis 200 ans. Sauf qu’aujourd’hui, la menace de guerre s’est ajouté si on refuse le traité de libre échange… Merci pour le lien.

      D’ailleurs, les uniens chatouillent les chinois en ce moment même avec leurs avions de chasse : ruvr.ru aujourd’hui je cite :

      La Chine a appelé les Etats-Unis à arrêter la surveillance étroite de son territoire. Le département militaire de la République populaire de Chine a publié la déclaration correspondante en raison d’un incident qui s’est produit dans le ciel au-dessus de la mer de Chine méridionale le 19 août.


  48. Arkantz Le 23 août 2014 à 00h47
    Afficher/Masquer

    L’égrégore peut être apprécié de manière différente comme une communion d’esprit allant vers l’amélioration de soi et par là même la transformation positive d’un groupe. En matière de neuroscience, on appellerait cela une transe positive pour atteindre un mieux-être. Nos sociétés modernes tendent hélas vers l’individualisme et l’égocentrisme.

    Qui aurait pu croire que la société qui se dit de « communication » soit à ce point autiste. Il aurait été facile d’imaginer que l’ouverture de l’Internet au public permette de créer un nouvel espace de réflexion et d’information. Certes, face à l’ultra-propagande diffusée dans les médias de plus en plus corrompus, Internet reste un lieu d’échanges et de débats que d’aucuns souhaiteraient censurer.

    Les blogs sont devenus ce dernier espace de liberté.


  49. JC Le 23 août 2014 à 12h44
    Afficher/Masquer

    “L’État américain est de facto dirigé par la CIA et par des lobbies dont le plus puissant est le complexe militaro-industriel qui représente énormément d’emplois et pèse lourd dans l’économie américaine (1).”
    C’est très restrictif. Dirigé par la CIA ? Je ne comprends plus rien, il me semblait que certains départements de la CIA voulaient justement se montrer bien plus prudents et contrer la propagande d’État infondée. D’autre part, BHL n’est pas représentant du complexe militaro-industriel, les néocons non plus, le point commun étant plutôt “Israël”. Je crois bien que ce sont eux qui font faire des guerres aux États-Unis ces dernières années non ? Bien sûr plusieurs lobbies y trouvent un intérêt, mais globalement les États-Unis s’y ruinent, ce qui veut dire qu’il y a une idéologie qui selon eux, en vaut la peine et le sacrifice.


  50. 1001nuits Le 24 août 2014 à 09h18
    Afficher/Masquer

    La lecture de l’actualité par l’égregore est assez commune chez les ésotéristes. Effectivement, l’éqpoque actuelle remplit les conditions de cette lecture, ce qui est assez grave fondamentalement en raison des dérives que cela peut occasionner.
    Notons que l’égregore est un démon, une créature satanique qui se nourrit de l’énergie psychique de ceux qui l’alimente, un genre de vampire psychique. Au delà des apparats ésotériques, le fait que cette comparaison soit applicable aujourd’hui montre bien à quel point la situation du pays est devenue “ésotérique”.


    • James Bernard Le 28 août 2014 à 20h40
      Afficher/Masquer

      L’obscurantisme rationaliste baigne trop souvent dans les ténèbres de l’irrationalité. Voilà pourquoi se déchaînent ces énergies négatives



Charte de modérations des commentaires