Source : The Guardian, le 28/12/2015

Le régime turc a non seulement fait entrer clandestinement des armes en Syrie, mais a utilisé l’excuse de la « sûreté d’État » pour emprisonner les journalistes qui l’ont rapporté.

Le President Erdogan

‘Le Président Recep Tayyip Erdoğan ne pouvait réfuter l’article ; au lieu de cela, il a donc choisi de censurer la publication et de menacer le journaliste responsable, qui n’était autre que moi.’ Photographe : Kayhan Ozer/AP

En Turquie, un débat aussi vieux que le gouvernement lui-même revient à l’ordre du jour. Cette fois, c’est le transfert secret d’armes par le gouvernement turc vers la Syrie qui a relancé le sujet.

Au début de l’année 2014, un camion considéré comme appartenant au service de renseignement turc (MIT) fut arrêté près de la frontière syrienne. La gendarmerie et les agents secrets qui contrôlaient le convoi dégainèrent leurs armes les uns contre les autres. Là, les deux factions rivales dans le contrôle de l’État se trouvèrent face à face. Le camion fut fouillé. Sous un camouflage de boîtes de médicaments, on trouva des armes et des munitions. Le camion fut retenu un moment, mais un passage sécurisé lui fut octroyé vers la Syrie, à la suite de l’intervention des autorités gouvernementales.

Le gouvernement a immédiatement limogé le procureur et les gendarmes qui ont intercepté le convoi, et les a arrêtés. Il fut déclaré que les camions contenaient de l’aide humanitaire. Cet événement, qui a alimenté les craintes que le gouvernement du président Recep Tayyip Erdoğan ne soit en train d’intervenir dans la guerre civile en Syrie, a rapidement été étouffé.

Malgré cela, en mai 2015, Cumhuriyet, le quotidien dont je suis rédacteur en chef, se procura les enregistrements de cet événement. On y voyait clairement que le camion était chargé d’armes. Ainsi était-il avéré que le service de renseignement faisait illégalement passer des armes à la guerre civile qui faisait rage dans un pays voisin. C’était une information très importante. On a alors publié des détails de l’opération, avec des photos, et on a mis la vidéo sur notre site.

Erdoğan était dans le pétrin. Il ne pouvait pas réfuter le reportage, alors il a choisi de censurer le journal et de menacer le journaliste responsable, c’est-à-dire moi. Dans une émission en direct sur une chaîne de télé d’État, il a dit : “La personne qui a écrit cet article le paiera cher ; je ne le laisserai pas s’en tirer impuni.” Il ajouta que l’enregistrement vidéo était un “secret d’État”, et le fait de le publier un “acte d’espionnage”. De surcroît, comme pour confirmer que ce n’était pas un secret d’État mais son secret à lui, il déposa une plainte en son nom au bureau du procureur.

La peine qu’il exigeait pour moi était la double perpétuité – pour “trahison” et pour “acquisition et publication d’information confidentielle, dans le but d’espionner”. Cela annonça l’arrestation de ceux d’entre nous qui avons conscience que les désirs du président de la République sont considérés comme des ordres par les juges de la cour criminelle. Aussi, le 26 novembre, j’ai été arrêté en même temps que Erdem Gül, le chef de notre bureau d’Ankara, qui avait publié le rapport de gendarmerie “Oui, les camions avaient des armes”. Dix jours à peine avant mon arrestation, j’avais reçu de Reporters Sans Frontières un prix de la liberté de la presse, pour Cumhuriyet.

A la suite de critiques sur les arrestations, de la part d’organisations de la presse et des droits de l’homme tant en Turquie qu’à l’étranger, le ministre de la Justice déclara que “la sécurité est un domaine sensible pour tout pays” et cita en exemples les cas de Julian Assange et d’Edward Snowden. L’ambassadeur des E-U en Turquie réagit en déclarant : “Nous pourchassons ceux qui ont divulgué une information, pas ceux qui l’ont publiée.”

Ce commentaire a constitué un nouveau coup pour le régime oppressif d’Erdoğan, qui a dégringolé dans le classement de la liberté de la presse. Il a aussi suscité des questions, qui avaient de temps à autres fait surface à l’occasion de nombreux scandales, de l’affaire Iran-Contra au Watergate, des “papiers du Pentagone” [7000 pages du document United States-Vietnam Relations, 1945-1967: A Study Prepared by the Department of Defense, révélées par Ellsberg, Chomsky, Zinn et Russo via le New-York Times en 1971, NdT] à l’affaire Clive Ponting [celui-ci révéla que le navire argentin “Belgrano” avait été coulé pendant la guerre des Malouines en mai 1982 alors même qu’il quittait la zone de combat, NdT]. Quand les besoins de sécurité d’un pays entrent en contradiction avec le droit du public à être informé, où est la priorité ? Est-ce qu’une menace pour la sécurité peut donner une bonne excuse aux tentatives gouvernementales de museler la presse ? Quand le tampon “Secret d’État” jette un voile sur les sales transactions des administrations, un journaliste n’a-t-il pas le devoir de les mettre au jour ? Qui doit déterminer quelles actions servent au mieux les intérêts de la société ?

En tant que journaliste détenu en isolement dans une prison d’Istanbul, accusé d'”espionnage”, j’ai tenté de trouver des réponses à ces questions. Je parviens à la conclusion qu’aucun tampon “Secret d’État”, et qu’aucun motif de “sécurité nationale” ne justifie un crime d’État. Aussi me défendrai-je en reprenant ces mots de Winston Churchill : “La loi sur les secrets officiels a été conçue pour protéger la Défense nationale… et ne devrait pas être utilisée pour protéger des ministres qui ont fortement intérêt à titre personnel à dissimuler la vérité.”

Source : The Guardian, le 28/12/2015

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

5 réponses à J’ai révélé la vérité sur le président Erdoğan et la Syrie. C’est pour cela qu’il m’a mis en prison, par Can Dündar

  1. Papagateau Le 18 mars 2016 à 04h11
    Afficher/Masquer

    L’ambassadeur des E-U en Turquie réagit en déclarant : “Nous pourchassons ceux qui ont divulgué une information, pas ceux qui l’ont publiée.”

    Ah, ah, ah !
    Y-a-t-il plus faux-cul ?
    Bien venu dans l’Union européenne des journalistes qui ont le droit de diffuser seulement les informations déjà connues !

    Les deux journalistes risquent tout de même la prison à vie.

    Juste pour me marrer : ça correspond à quel article du traité de Lisbonne ?


    • Olivier Le 18 mars 2016 à 09h07
      Afficher/Masquer

      Les 2 journalistes ne risquent pas la prison à vie (même si ils risquaient cette peine), ils ont été libérés.
      Voir la page wiki de Can Dundar :
      “Dans la nuit du 26 février 2016, la 1re section de la Cour constitutionnelle rend une décision jugeant l’incarcération de Can Dündar et d’Erdem Gül de « violation du droit de la liberté et de la sûreté individuelles ». Quelques heures plus tard la 14e cour d’assises d’Ankara ordonne la libération des deux journalistes après 92 jours de captivité.”

      Bien sûr cela n’enlève en rien à la gravité de la situation en Turquie mais c’est juste pour éviter d’exagérer là où c’est inutile 😉


      • vincent Le 18 mars 2016 à 10h46
        Afficher/Masquer

        Je vous rejoins la dessus car il est assez facile de toujours exagérer, alors que la rigueur exige que l’on soit un minimum honnête sur ce qui se passe. Pour ma part je trouve que parfois on surestime le pouvoir d’erdogan, même si apparemment c’est une mauvaise personne, toutefois on ne gagne rien à modifier la réalité. Pour certaine personne Poutine est un nazi même s’il a amnistier les Riots, Or un vrai nazi les aurais fusillé, mais ces évidences on ne veut pas les entendre on préfère rester dans un monde manichéen avec les gentilles démocratie d’un côté et les méchant dictateur de l’autre, cela doit être plus simple de penser comme cela;


      • Jean Le 25 mars 2016 à 20h20
        Afficher/Masquer

        La Cour constitutionnelle, l’une des dernières institutions du pays qui échappe encore au contrôle du parti du président turc au pouvoir depuis 2002, avait ordonné, fin février, la remise en liberté des deux journalistes. La Cour estimait que leurs droits avaient été violés.

        Ce à quoi Recep Tayyip Erdogan a répondu qu’il ne lui “obéirait pas”, avant de la menacer de la dissoudre en cas de “récidive”. (Europe 1)


    • Sergueï Le 18 mars 2016 à 09h17
      Afficher/Masquer

      Désolé ce n’est pas de l’UE “union européenne ” dont il parle mais des EU “États-Unis” enfin je crois


Charte de modérations des commentaires