Allez, je ressors cette bonne intervention de Todd faite en vue des Européennes de 2014 – mais toujours applicable… 🙂

Dans un entretien exclusif avec Herodote.net, l’historien Emmanuel Todd analyse l’évolution de l’Union européenne et dit son intention de ne pas aller voter le 25 mai, pour la première fois de sa vie. Un choix raisonné et, de son point de vue, civique…

Par ses travaux sur les structures familiales, Emmanuel Todd est l’un des principaux historiens de sa génération. C’est aussi un témoin engagé de son époque qui peut se flatter de n’avoir jamais été pris en défaut dans ses nombreux essais. Volontiers provocateur, il s’est attiré quelques inimitiés par ses interventions dans la presse et à la télévision mais rares sont les contradicteurs qui s’estiment assez armés pour lui faire front.

Herodote.net : À vous lire, on peut se demander si vous avez le don de prophétie. En 1976, à 25 ans, votre coup d’essai fut un coup de maître car vous avez annoncé dans La Chute finale l’effondrement à moyen terme du système soviétique sans connaître pour autant l’URSS.

Emmanuel Todd : Je vais vous l’avouer, il n’y a rien de miraculeux là-dedans ! Je fais simplement un peu plus attention que d’autres aux chiffres qui traînent partout. Par exemple, mon intuition sur La Chute finale est venue de ce que la mortalité infantile en URSS était en train de fortement remonter. C’est un phénomène exceptionnel et j’y ai vu l’effritement du système. J’en ai conclu que le pouvoir soviétique était condamné à brève échéance.

Plus récemment, en pleine guerre froide irano-américaine, j’ai pronostiqué avec mon ami Youssef Courbage l’entrée dans la modernité de l’Iran et de plusieurs pays arabes (Le Rendez-vous des civilisations, 2007). Ce n’était pas difficile, il suffisait de regarder le nombre d’enfants par femme et le pourcentage d’étudiantes à l’université. En adoptant une rationalité familiale proche des standards occidentaux, ces peuples étaient prêts à se convertir aussi à une nouvelle rationalité démocratique et politique.

En ce qui nous concerne, c’est différent. En écrivant L’invention de l’Europe, en 1990, j’ai pris conscience de l’extrême diversité anthropologique de notre continent et j’y ai vu l’illusion de réduire l’Europe à une construction étatique. Gardons-nous de sacrifier notre diversité car elle est la clé de notre dynamisme.

Pour cette raison, bien que partisan de l’Union européenne, j’ai voté Non au traité de Maastricht qui lançait la monnaie unique et, en 1995, quand mon livre a été réédité, je me suis hasardé à écrire dans la préface : « Soit la monnaie unique ne se fait pas, et L’Invention de l’Europe apparaîtra comme une contribution à la compréhension de certaines impossibilités historiques.
Soit la monnaie unique est réalisée, et ce livre permettra de comprendre dans vingt ans pourquoi une unification étatique imposée en l’absence de conscience collective a produit une jungle plutôt qu’une société.  »

Herodote.net : Nous y voilà ! Vous avez donc aussi voté Non au référendum sur le Traité constitutionnel en 2005 ?

Emmanuel Todd : Eh bien, pas du tout ! Quand la monnaie unique est arrivée, j’ai voulu faire preuve d’optimisme en bon citoyen européen et j’ai voté Oui au référendum. Mais la réalité nous a tous rattrapés…

Cela dit, j’ai été scandalisé par le viol du suffrage universel qu’a représenté le passage en force du traité constitutionnel sous le nom de Traité de Lisbonne. J’y vois un tournant historique avec le basculement dans une forme de post-démocratie. L’oligarchie s’assoit sur le suffrage universel… comme en Afghanistan où l’on affecte de prendre au sérieux des scrutins dont on sait pertinemment qu’ils sont massivement truqués. Nos parlementaires sont certes mieux élus mais ils n’ont pas plus de respect pour leurs électeurs et n’ont rien à faire de leur avis. Quand la révolte des Bonnets rouges a éclaté en Bretagne, les élus locaux n’ont rien vu venir et ils ont choisi de détourner les yeux ou de condamner les manifestants. Les discours sur la « fracture sociale » ou le « monde de la finance » ne servent que le temps d’une campagne. Rien à voir par exemple avec les débuts de la IIIe République en France.

Ce fossé entre les élus et les électeurs est bien plus grand encore au Parlement européen en raison du scrutin de liste à la proportionnelle, qui fait qu’on ne choisit pas une personne mais une étiquette, et plus encore parce que ce Parlement ne sert à rien !

Herodote.net : Le Parlement européen ne sert à rien ? Vous exagérez ?

Emmanuel Todd : Pas du tout. Voyez donc. Qu’il s’agisse de la crise financière ou des enjeux géopolitiques en Ukraine ou en Afrique, c’est au Conseil européen des chefs d’État et de gouvernement, à la Banque Centrale Européenne et à la Commission européenne que se prennent toutes les décisions. Et c’est la Commission européenne qui détient le droit d’initiative alors que, dans toute véritable démocratie, il revient au Parlement.

Nous avons affaire à un « Parlement Potemkine », un vernis démocratique pour un système qui ne l’est pas. En toute confidence, les députés eux-mêmes ne se font pas beaucoup d’illusions. En réunion autour d’un verre avec d’anciens députés, ceux-ci ne m’ont parlé que de la maison qu’ils avaient pu acheter grâce à leurs indemnités !

Je constate que la Nation demeure le seul lieu au sein duquel nous pouvons faire valoir nos opinions par le vote. Et c’est le seul lieu où nos votes peuvent encore peser sur les choix de société.

Participer aux élections européennes n’a pas plus de sens pour moi que de voter aux États-Unis… quoique, si l’on me permettait d’échanger mon droit de vote au Parlement de Strasbourg contre un droit de vote aux présidentielles américaines, je choisirai ce dernier car, par son pouvoir de décision, le président américain a plus d’influence sur ma vie que les députés européens !

En conséquence, j’ai choisi de ne pas aller voter le dimanche 25 mai. Je ne veux pas apporter ma caution à une institution non démocratique et proprement illégitime.

Herodote.net : Comment ? Mais s’abstenir, ce n’est pas un comportement civique ! Et ce n’est pas comme ça que vous ferez bouger les choses ! Au moins, vous pourriez choisir de voter avec un bulletin blanc.

Emmanuel Todd : Voter blanc, c’est signifier que l’on croit en ce système et qu’il suffirait de changer le personnel pour l’améliorer et le démocratiser. Mais c’est une illusion. Même Le Monde, porte-parole des européistes, l’admet : tout ce qu’on peut attendre des élections, c’est de passer d’une orientation de centre droit à une orientation de centre gauche ! Que l’on vote ou non, cela ne changera rien au fonctionnement des institutions européennes, de la BCE comme de la Commission. Celles-ci continueront de tourner au-dessus nos têtes en ignorant le Parlement, ses députés et ses électeurs, de quelque parti qu’ils soient.

Ces institutions n’empêchent d’ailleurs pas les nations et les égoïsmes nationaux de s’exprimer. Quand le britannique BAE et le franco-allemand EADS ont voulu se rapprocher pour créer un géant européen de l’aéronautique, Angela Merkel y a mis son veto pour préserver les emplois allemands… En géopolitique, c’est encore plus net : chaque gouvernement agit selon ses intérêts en habillant ceux-ci d’une vague résolution européenne. La France agit seule en Afrique tandis que l’Allemagne mène la danse en Russie. Ce n’est pas un hasard si quatre des sept observateurs européens retenus en otage en Ukraine étaient Allemands.

S’abstenir, c’est signifier que l’on n’est pas dupe de la mascarade. C’est dénoncer l’européisme béat des partis classiques. C’est aussi dénoncer le Front National en mettant en évidence son appartenance au système. L’abstention massive aux élections européennes, si elle se vérifie, aura une conséquence pour le moins positive : elle témoignera de ce que la nation demeure le seul échelon démocratique au sein duquel peuvent s’affirmer les solidarités.

Propos recueillis par André Larané pour Herodote.net, le 12 mai 2014

APPEL NATIONAL POUR LE BOYCOTT DE L’ELECTION EUROPEENNE par le MPEP

Le 8 février 2014.

Les signataires de cet Appel créent le Comité national de résistance républicaine à l’Union européenne (CNR-RUE) et s’engagent, en France, dans une campagne de boycott militant de l’élection des représentants de la France au parlement européen, le 25 mai 2014. Ils invitent à la création de comités similaires dans les départements et localités.

L’Union européenne (U.E.) et sa monnaie unique martyrisent les peuples sous le talon de fer de l’austérité à perpétuité. Le 25 mai 2014, cette politique et ce système devront être sanctionnés. Le meilleur moyen sera de délégitimer l’U.E., l’euro, les traités, la Commission, la Banque centrale européenne et le parlement européen par une abstention massive, une véritable grève du vote.

Le devoir de tout citoyen, lorsqu’une élection est organisée démocratiquement, et que son résultat peut avoir un effet politique sur les institutions, est d’utiliser son droit de vote conquis de haute lutte. Ce n’est pas le cas de l’élection au parlement européen.

1.- C’est le principe même de l’élection à un parlement européen qui doit être récusé. Un parlement, à l’échelle européenne, n’a pas lieu d’être car il n’existe aucun peuple européen susceptible, au moyen d’un Etat européen, de se former en communauté politique à l’échelle du continent et d’y exercer sa souveraineté. Si tel était le cas, les pouvoirs de ce parlement européen s’exerceraient nécessairement au détriment des pouvoirs des parlements nationaux.

2.- Le vote du 25 mai 2014 sera totalement stérile puisque le parlement européen n’a pas les pouvoirs de faire évoluer l’Union européenne. Il ne possède aucune des prérogatives d’un vrai parlement : il ne peut pas changer les traités qui fondent l’U.E., ne peut pas voter l’impôt, n’a pas l’initiative des lois… En outre, que les libéraux, les sociaux-démocrates européens, les Verts, le Parti de la gauche européenne gagnent des sièges, cela ne changera rien aux orientations politiques puisque l’eurodroite et la social-démocratie pilotent ensemble les travaux parlementaires.

3.- Le boycott des élections européennes servira aussi à dénoncer le double jeu politicien du Front national. Ce dernier, en effet, d’un côté prétend vouloir sortir de l’euro et de l’Union européenne, et d’un autre côté veut entrer dans le système – dans lequel il est déjà entré par la présence de madame Le Pen, députée européen – pour se goberger comme les autres. Il cautionne ainsi et profite lui-même de ces institutions qui lui garantissent à la fois des revenus substantiels, et son rôle de verrou du système politique. On comprend pourquoi, car en réalité le FN ne veut pas sortir unilatéralement la France de l’U.E. et de l’euro. La prétendue « sortie concertée et progressive » de l’euro prônée par Mme Le Pen perd toute portée pratique quand on sait que le FN la subordonne très officiellement au feu vert de l’Allemagne.

4.- L’élection au parlement européen n’est qu’une farce électorale. Elle n’a d’autre but que de simuler un acte démocratique et légitimer ainsi tout le système de l’U.E. C’est un devoir citoyen de voter quand le suffrage sert à la souveraineté du peuple, c’est aussi un devoir civique de refuser de voter quand le suffrage vise à détruire la souveraineté nationale et populaire. D’ailleurs, comment se faire prendre deux fois au même piège ? En refusant de tenir compte du « non » français du 29 mai 2005 au traité constitutionnel européen, le système a démontré son caractère tyrannique et dictatorial. Aucune élection juste n’y est possible.

Face à cette entreprise d’effacement national et de régression sociale, aucune des grandes forces politiques françaises en lice lors des prochaines élections européennes ne porte de projet alternatif et progressiste. Certaines de ces forces annoncent leur participation à ces élections pour faire parler d’elles. D’autres, espérant obtenir quelques élus, veulent faire du parlement européen une caisse de résonnance à leurs revendications. Ce ne sont qu’illusions et diversions. Illusions, car les grands médias ignorent les petites listes, tandis que l’absence de couverture médiatique des débats de ce parlement d’opérette interdit de donner le moindre écho aux mouvements euro-critiques. Diversions, car en participant à ce simulacre électoral, ces forces politiques cautionnent le système européen qu’elles prétendent dénoncer par ailleurs.

Seuls les citoyens qui se seront abstenus auront clairement délégitimé l’U.E. Leur acte sera un coup de tonnerre politique ôtant toute crédibilité à l’Union européenne, la ridiculisant et ouvrant un espace sans précédent aux luttes populaires. Le véritable enjeu de cette mascarade électorale sera donc l’abstention citoyenne.

Le 25 mai 2014, le meilleur choix pour manifester son mécontentement à l’égard de l’U.E. sera de boycotter activement l’élection européenne !


Le 25 mai… par Jacques Sapir

Alors que s’approchent rapidement les élections européennes montent tant les pressions pour que je rende publique une consigne de vote, que les pressions pour l’abstention. Je comprends ces dernières, mais ne les approuve nullement. Des personnes très honorables, de Nikonoff à Todd, vont s’abstenir dimanche prochain. Je pense qu’ils commettent une erreur, et même une erreur grave.

Pourquoi voter ?

Deux arguments sont avancés pour justifier une consigne d’abstention : l’illégitimité supposée de la consultation et le « manque de choix » dans l’offre politique. Il faut les examiner séparément.

Sur l’illégitimité de la consultation, on peut certes penser et dire bien des choses des pratiques électorales. Comme de nombreux Français j’ai encore en travers de la gorge le déni du référendum sur le projet de Constitution européenne. Mais, je rappelle à tous ceux qui prônent l’abstention qu’une élection est légitime dès lors qu’elle se tient dans des conditions satisfaisantes. Le taux participation n’invalide nullement ses résultats, et les absents ont toujours tort. Le cas serait différent si des maires avaient décidé de ne pas organiser cette élection. Mais tel n’est pas le cas. Soit on a les moyens d’empêcher un scrutin de se tenir, parce que l’en on conteste la légitimité ou la légalité, soit on l’accepte, et ce faisant, on accepte aussi ses résultats. Il suffit à cet égard de regarder ce qui va se passer en Ukraine ce même dimanche où l’élection présidentielle ne sera pas organisée dans certaines régions. On voit bien que c’est cela qui met en cause la légitimité de cette élection, et non le nombre plus ou moins grand de votants. Dans le cas des élections européennes, si un mouvement populaire de grande ampleur s’était manifesté pour refuser qu’elles soient organisées, et exprimant dans le même temps une volonté de sortir de l’Union européenne, cela aurait un sens d’appeler non pas à l’abstention mais au boycott de ces élections. Il faut alors dire qu’un boycott des élections est un acte grave, qui annonce des ruptures politiques importantes. Telle n’est pas, peut être pas encore, la situation en France.

La question du « manque de choix » apparaît alors comme secondaire. L’éventail des partis et des listes est grand. Bien sur, on peut toujours dire que l’on ne se retrouve pas « parfaitement » dans les listes présentées. Il faut alors se poser le problème de savoir pourquoi, et des alliances que l’on aurait pu tisser avant. De ce point de vue, si le comportement d’individus comme Nikonoff ou Todd est respectable, tout en procédant d’une analyse qui est fausse à mon sens, on ne peut pas comprendre l’attitude d’organisations comme le M’Pep ou de partis politiques comme le MRC, qui appellent à l’abstention. Si ces partis ou organisation considèrent qu’ils étaient trop faibles pour prendre part au scrutin sous leur nom, pourquoi n’ont ils pas passé des alliances « au plus proche » ? Certes, on va dire qu’il y a des divergences politiques qui s’y opposent. Mais, sérieusement, ces divergences auraient pu être surmontées, et l’on sait bien que l’on ne fait jamais la totalité de ce que l’on veut dans une élection. On a manqué de clairvoyance, et pour certains de courage, en ne recherchant pas les alliances possibles et souhaitables. Ceci invalide radicalement la position, on devrait dire la « posture » d’abstention prise par ces organisations et partis.

Je répète donc ce que j’ai écrit à de nombreuses reprises. Il faut voter, en fonction de ses affinités, et ce quelles que soient les préventions que peuvent susciter, à raison, les imperfections des programmes proposés. Seuls les résultats exprimés auront un sens.

Pour qui voter ?

Voter, donc, mais alors reste la question de « pour qui ». Il n’est pas dans le but ni la logique de ce carnet de servir un parti ou un mouvement. Il n’est donc pas question que je donne des consignes de vote précises. J’attire simplement l’attention de mes lecteurs sur les points suivants :

  1. Il ne me semble pas possible d’apporter mon vote à des partis qui, depuis plus de vingt ans, tiennent les mêmes discours sur la construction européenne pour faire, dans le même temps, des politiques absolument contraires à leurs déclarations. Cela faut tout autant pour « l’Europe sociale » ou l’Autre Europe dont se réclament tant le PS que EELV, que pour l’UMP qui prétend défendre la souveraineté française mais organise en réalité son abdication.
  2. Par ailleurs, le refus des politiques d’Euro-Austérité dans lesquels ces partis sont connivents me conduit à penser que nous avons aujourd’hui le pouvoir de sanctionner ces dits partis.
  3. Il ne me semble pas possible d’apporter son vote à un parti, l’UDI, qui honnêtement défend la position fédéraliste que je combats pour des raisons qui ont été exprimées depuis que ce carnet existe. Ceci vaut pour toutes les positions fédéralistes.
  4. Le nouveau parti Nouvelle Donne, qui formule des critiques assez justes quant à la construction européenne, s’enfonce néanmoins dans les mêmes marécages du fédéralisme. C’est la raison pour laquelle il ne me semble pas possible d’apporter mon vote à ce parti.
  5. Bien entendu, me tenant sur une position de laïcité absolue, je ne puis considérer comme acceptable un parti dont le programme se définit avant tout en référence à une religion, comme le micro-Parti de Christine Boutin.

Pour le reste, nous sommes libres de voter selon nos convictions personnelles. Je me suis engagé, parce qu’il s’agissait d’un parti naissant porteur d’un véritable espoir, à voter pour le Front de Gauche aux précédentes élections en 2009. Je dois constater que ce parti n’a su ou pu concrétiser tous les espoirs mis en lui. C’est pourquoi, je ne ferai aucun appel public et voterai, le 25 mai, selon mes convictions.

Résultats des élections de 2009

Parti

Pourcentages

Votants

UMP

27,9%

4 799 908

PS

16,48%

2 838 160

Europe Ecologie

16,28%

2 803 759

MoDem

8,46%

1 455 841

Front de Gauche

6,48%

1 115 021

Front National

6,34%

1 091 691

 


ARTICLE SUR LE BLOG DE RAOUL MARC JENNAR

11 mai 2014

S’abstenir aux européennes : une faute grave

Il en est qui font campagne pour l’abstention lors du scrutin européen du 25 mai. Examinons leurs raisons.

Certains disent : « pourquoi voter pour un Parlement européen (P.E.) qui n’a aucun pouvoir ? » Ce n’est pas exact ; ils devraient s’informer et lire les traités actuellement en vigueur. Ils devraient lire cet excellent petit livre « Le Parlement européen, pour faire quoi ? » dont les auteurs qui ne peuvent être qualifiés d’européistes (B. Cassen, H. Michel, L. Weber). On n’argumente pas en travestissant la réalité. Reprenons leurs principales critiques :

– le P.E. n’a pas le pouvoir de proposer. C’est vrai. Mais qu’en est-il de ce pouvoir dans les parlements nationaux ? Quelle est la part réelle de l’initiative parlementaire dans le travail législatif national ? Dérisoire. Depuis le début de l’actuelle législature (depuis le 20 juin 2012), 125 des 157 lois adoptés étaient d’origine gouvernementale, soit près de 80% des textes votés.

– le P.E . n’est que co-législateur puisque tous les textes législatifs qu’il adopte doivent avoir l’agrément du Conseil des Ministres et de la Commission. C’est vrai. Mais encore une fois qu’en est-il au Parlement français ? Les textes adoptés ne doivent-ils pas, dans les faits, avoir l’accord du gouvernement ? Par contre, ce qu’on passe trop souvent sous silence, c’est que le Parlement européen dispose du pouvoir de rejeter les textes proposés. Mais la majorité droite-pseudo gauche de ce Parlement préfère les approuver. Il est extrêmement rare qu’un texte législatif soit rejeté : au cours des trois dernières législatures (en quinze ans donc), seule la directive sur la libéralisation des services portuaires a été rejetée suite à l’intense mobilisation des dockers. Dans tous les autres cas, la majorité droite-PS a accepté les textes proposés.

Il ne fait aucun doute qu’au regard de l’idéal démocratique qui demeure à appliquer en France, le PE pourrait disposer de pouvoirs plus larges. Mais nous savons que ce sont les gouvernements des Etats qui limitent ces pouvoirs. C’est d’abord aux gouvernements successifs de la France qu’il faut s’en prendre si on veut changer d’Europe.

Ils affirment que « ce PE soutient les politiques néo-libérales proposées par la Commission européenne et adoptées par les 28 gouvernements réunis en Conseil des Ministres. » C’est vrai. Et cela prouve que le PE a du pouvoir. Puisqu’il pourrait ne pas les soutenir. Mais à qui la faute si les choix sont de droite ? Pas à l’institution qu’est le PE ! Mais bien aux partis politiques de droite et de la pseudo-gauche qui votent ensemble l’écrasante majorité des textes. Comme l’écrivent très justement les auteurs de cet excellent petit livre intitulé « Le Parlement européen, pour faire quoi ? » c’est à l’alliance des chrétiens-démocrates et des sociaux-démocrates qu’il faut attribuer le caractère néo-libéral des textes adoptés. Et les auteurs de conclure « si le Parlement veut, il peut ». Cette orientation dépend donc avant tout du vote des électeurs.

Enfin, ils proclament « il faut s’abstenir pour manifester notre rejet de cette Union européenne qui nie la démocratie et la justice sociale parce qu’elle nie la souveraineté des peuples ». Je suis d’accord sur le constat, mais je ne considère pas que ce soit la bonne méthode pour changer d’Europe, ni même pour changer l’UE. En effet, lors du précédent scrutin européen, en 2009, il y a eu, votes blancs et nuls compris, 62, 12% d’abstentions en France. En quoi cela a-t-il changé les choix politiques de l’UMP puis du PS ? En quoi cela a-t-il empêché la majorité PS – EELV de ratifier tel quel le pacte budgétaire Merkel-Sarkozy ? En quoi cela a-t-il modifié les orientations de l’UE ? Quelle révolution cela aurait été si seulement la moitié de ces abstentionnistes en 2009 avait soutenu l’une ou l’autre des listes de la gauche de gauche !

Quant à affirmer qu’en délégitimant le Parlement européen par un boycott massif de l’élection « les décisions européennes n’auront plus aucune portée en France », c’est oublier que les décisions européennes sont pour l’essentiel prises avec l’accord des 28 Etats, c’est-à-dire des 28 gouvernements et que ce sont donc aussi des décisions qui engagent le gouvernement français et qui s’appliquent en France.

De plus, cette année, alors que se négocie le grand marché transatlantique (GMT), nous allons élire les députés européens qui auront à le ratifier, si la négociation aboutit. Puisque, désormais, le Parlement européen a le pouvoir d’adopter ou de rejeter de tels traités. Il a usé de ce nouveau pouvoir le 4 juillet 2012 en refusant l’ACTA, un traité au contenu liberticide négocié par l’UE dans le plus grand secret. Affirmer, comme les partisans du boycott le prétendent que « le résultat du scrutin n’aura aucun impact » sur l’avenir du GMT, c’est tout simplement se faire les complices des partisans du GMT.

Il nous est donc possible de choisir des candidats qui sont radicalement et sincèrement opposés à ce projet funeste pour les peuples d’Europe. Et de faire de cette élection un référendum pour ou contre le GMT.

Je veux ajouter ceci. A côté de ceux qui s’abstiennent, il y a ceux qui ne s’abstiennent pas : les électeurs du FN. Et ce parti, on l’a vu aux récentes municipales, profite des abstentions pour gagner plus de sièges qu’il en obtiendrait s’il y avait moins d’abstentions. S’abstenir aux européennes, cela équivaudra à donner plus encore de députés européens au FN. Et ce choix discréditera la France et n’aura aucune influence sur la nécessité de faire rupture avec les orientations politiques de l’UE et les institutions qui les portent. Parce que ce sera un choix d’extrême-droite.

S’abstenir est une grave erreur. Une faute politique majeure. Il faut au contraire se mobiliser massivement pour ceux qui ont combattu le traité constitutionnel européen en 2005 au nom des valeurs de gauche et qui sont restés fidèles à ce choix, pour ceux qui au Parlement européen n’ont jamais mêlé leurs voix à la sainte alliance de la droite et des sociaux-démocrates, pour ceux qui rejettent le capitalisme rose comme le capitalisme vert.

S’abstenir, c’est faire du score du FN l’événement médiatique majeur du scrutin ; voter massivement Front de Gauche, c’est créer l’événement politique et annoncer aux peuples d’Europe, et en particulier au peuple grec martyr de l’UE, qu’un espoir est né en France de remplacer l’UE par une union des peuples d’Europe fondée sur la démocratie, la justice sociale, l’exigence écologique et le respect absolu de la souveraineté populaire.

Raoul M. Jennar

========================================

VOTER AUX EUROPEENNES : UNE FAUTE POLITIQUE CARDINALE ! REPONSE A RAOUL MARC JENNAR

Par Gilles Amiel de Ménard, porte-parole du Mouvement politique d’émancipation populaire (M’PEP).  (Source)

Le 16 mai 2014.

Introduction

Le texte publié par Raoul Marc Jennar, candidat du Front de gauche dans le Sud-Ouest, le 11 mai dernier sur son blog (voir ci-dessous), dénonce l’abstention aux prochaines élections européennes comme une « faute grave ». Il donne, afin d’appuyer cette assertion, trois séries d’arguments. D’abord, il fait un parallèle entre l’impuissance supposée des parlements nationaux et celle du « Parlement » européen. Ensuite, il met en valeur les pouvoirs prétendus de ce dernier, en dramatisant notamment sa capacité à pouvoir contrer le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (PTCI ou TAFTA) actuellement en négociation. Enfin, il utilise sans vergogne la tarte à la crème du danger du FN afin de mobiliser en les culpabilisant les hésitants qui craignent amplifier le vote FN en s’abstenant aux européennes.

Bref, on retrouve sous la plume de monsieur Jennar l’attirail idéologique classique de tous ceux qui ne voient aucune contradiction entre le fait d’être un militant antilibéral et de participer à l’architecture institutionnelle de « l’Union » européenne, afin de la changer de l’intérieur. C’est-à-dire participer à l’union des classes dominantes européennes contre leurs peuples. Ce faisant, naturellement, et avec les meilleures intentions du monde, ceux qui partagent les convictions de RM Jennar appellent ainsi à cautionner, à légitimer, l’architecture institutionnelle européenne et ses processus antidémocratiques. En appelant à voter pour des « députés » européens ne représentant aucune volonté générale européenne, aucune souveraineté populaire, aucun peuple européen, à la tête d’un Etat européen inexistant aussi impossible que non souhaitable, Monsieur Jennar et tous ceux qui défendent cette position travaillent objectivement à nous faire rester dans le cadre institutionnel et la logique politique qui prive les peuples européens de toute influence sur les normes contraignantes pesant sur eux. Nous ne pouvons accepter une telle attitude.

I.- IL EST TOTALEMENT ERRONE DE FAIRE UN PARALLELE ENTRE L’IMPUISSANCE SUPPOSEE DES PARLEMENTS NATIONAUX ET CELLE DU « PARLEMENT » EUROPEEN

La première série d’arguments de RM Jennar nous rappelle que nos propres parlements nationaux ne font pas mieux que le « Parlement » européen. Cette remarque comporte en apparence beaucoup de vérité. En fait elle est biaisée, et sur le fond tout à fait erronée. Le raisonnement sur laquelle elle repose commet deux fautes de logique. D’une part il est formaliste dans sa comparaison, et d’autre part il prend l’effet pour la cause.

Ce n’est que formellement que l’on peut comparer le « Parlement » européen et un parlement national, juste parce que les deux portent le nom de parlement et que leur composition est issue d’un processus électoral. Mais ils sont qualitativement incomparables, une différence de nature et non de degré séparant radicalement les deux. Ce n’est pas un hasard que le soi-disant « Parlement » de l’UE soit européen et non, comme le nôtre, national. Il ne produit d’ailleurs pas des lois mais est se contente d’être associé à des « directives » et des « règlements » dont il n’a par ailleurs presque jamais le premier ni le dernier mot. Il produit ainsi de la contrainte juridique, sans logique politique, sans légitimité, et néanmoins placée par notre Constitution actuelle et sa nouvelle et aberrante hiérarchie des normes au-dessus de nos lois. Car il n’existe aucune nation européenne. La fonction d’un parlement est pourtant de représenter, au sein d’un Etat disposant de l’intégralité de la puissance publique, la volonté générale du souverain à la tête de cet Etat, à savoir la nation, c’est-à-dire le peuple de cet Etat. Comme rien de tout cela n’est possible à l’échelle européenne, le « Parlement » européen est l’instance élective qui décore les décisions européennes intergouvernementales et technocratiques d’un très vague vernis « démocratique ». Et ceci grâce à un droit de vote sans portée ni signification, ridiculisant ainsi la notion même de vote. Ce « Parlement » est logiquement prénommé « européen » et non pas national, comme le sont à raison nos parlements, qui eux, par contre, seraient restés des vrais parlements, s’ils n’avaient pas avalisé le fait d’être chapeautés par un faux parlement, le « Parlement » européen.

Prendre l’effet pour la cause

C’est là où intervient la deuxième faute logique de RM Jennar, celle de prendre l’effet pour la cause. Nos parlements ne sont en effet plus que partiellement une instance où se jouent les rapports de force politiques essentiels. Ils deviennent à leur tour des institutions purement décoratives, chambres d’enregistrement de décisions ne leur appartenant pas et sur lesquelles ils ne sont plus en position de peser. La cause est évidemment à corréler avec le moment où les institutions européennes sont montées en puissance, dans les années 1980. Car le principe des vases communiquant s’applique ici inéluctablement. Si les décisions ne se prennent plus dans de nombreux cas selon le principe de la responsabilité politique, dans un cadre institutionnel démocratique où le peuple est souverain, alors les parlements se vident de leur fonction et de leur sens. C’est ce que nous constatons depuis que les institutions européennes surplombent les institutions nationales, ces dernières étant les seules à reconnaître la souveraineté du peuple dans l’Etat. Invoquer l’inutilité présente des parlements nationaux pour justifier la légitimation des institutions qui sont la cause structurelle de cette nouvelle inutilité, par une participation électorale qui mime la logique démocratique alors même qu’elle la dissout, est particulièrement naïf ou inconséquent. Car nous nous refusons à mettre en cause l’honnêteté intellectuelle et politique de monsieur Jennar, militant antilibéral notoire et efficace.

De deux choses l’une. Soit l’on est pour une démocratie non représentative, par exemple en remplaçant la représentation parlementaire par le tirage au sort, soit l’on est pour une démocratie représentative. On pourrait certes concevoir un mélange innovant qui complèterait la représentation par une dose plus ou moins forte de tirage au sort, mais c’est une autre question, pour l’instant toute théorique. De toute façon, monsieur Jennar, pour sa part, l’a tranché clairement et s’est prononcé publiquement contre le tirage au sort et pour le principe de représentation. Mais il devrait donc être particulièrement bien placé pour savoir que le principe de la représentation politique, pour avoir le moindre sens, constitue un bloc inséparable avec la souveraineté. Tout comme d’ailleurs la démocratie en est inséparable, cette fois-ci que l’on soit pour le tirage au sort, pour la représentation, ou pour les deux. En dehors de la souveraineté, la représentation n’est qu’un mot creux, une coquille vide, l’habillage idéologique d’une forfaiture démocratique, d’une captation de pouvoir. « Représenter », soit, mais qui, à par le souverain, c’est-à-dire, en République, la nation ? Même dans un cadre souverain et national, c’est un principe problématique, à tout le moins imparfait. Mais il a néanmoins permis bien des processus démocratiques et tous les acquis sociaux et politiques aujourd’hui remis en cause par les processus postnationaux néolibéraux. Il a pu faire vivre autrement qu’en théorie les logiques démocratiques.

L’exemple de l’Amérique du Sud

Les conquêtes démocratiques actuelles en Amérique du Sud seraient inconcevables hors du cadre de la souveraineté nationale, qui seule permet par ailleurs la coopération internationale. Le volet institutionnel du néolibéralisme, de tous le plus important parce que verrouillant tous les autres aspects (dérégulation financière et commerciale notamment), est précisément de se débarrasser du national, donc des conditions de possibilité des processus démocratiques. C’est d’ailleurs ce en quoi il est véritablement « néo » et non simplement, classiquement, libéral. C’est la prise de conscience que le capitalisme, pour produire tous ses effets pour les classes dominantes, doit se débarrasser institutionnellement de la démocratie, tout en préservant la contrainte étatique et juridique. Il lui faut pour cela remplacer la responsabilité politique par la « gouvernance » et la loi par la règle, cette dernière n’étant adossée que sur les droits de l’homme et les traités et non plus sur une nation, donc un peuple souverain.

Pour finir sur cet aspect, essentiel bien sûr, il est utile de citer la Cour constitutionnelle de Karlsruhe dans son arrêt du 30 juin 2009, bien plus conséquente et responsable que notre propre Cour constitutionnelle, ici aux abonnés absents. Elle interdisait la ratification du traité de Lisbonne si n’était pas votée une loi garantissant la souveraineté nationale allemande et les prérogatives du Parlement fédéral.

La Cour constitutionnelle allemande de Karlsruhe

L’exposé des motifs est imparable : « Les peuples de l’Union européenne, tels qu’ils sont constitués à l’intérieur des Etats-membres, restent les détenteurs décisifs de la puissance publique, y compris au sein de l’Union européenne. La création d’un Etat fédéral européen impliquerait une nouvelle Constitution. […] L’Union européenne, même après l’entrée en vigueur du traité de Lisbonne, n’est pas un Etat fédéral, mais reste une association d’Etats souverains. […] Le Parlement européen n’est pas un organe représentatif d’un peuple européen souverain, mais reste un organe de délégation supranationale des peuples européens des Etats-membres… » (souligné par nous).

Cet exposé des motifs ne va pas plus loin, et n’en a certainement pas le désir, mais il dit l’essentiel. Or qu’est-ce au juste qu’un « parlement » qui n’est pas un organe représentatif, mais délégué et supranational : rien d’autre qu’une administration qui se mêle de politique, interférant avec les processus légitimes.

Heureusement que le soi-disant « Parlement » européen n’a que très peu de pouvoirs ! Son illégitimité est entière, la configuration institutionnelle aberrante dans laquelle il s’inscrit et qu’il est censé arroser de gouttelettes d’eau bénite « démocratique », par la seule vertu du suffrage universel ne s’inscrit en fait dans aucun contexte démocratique. Le seul suffrage universel n’a, par lui-même, aucun pouvoir miraculeux et ne saurait transformer le plomb technocratique néolibéral en or démocratique et populaire. Ce qui nous amène à la suite, concernant les supposés pouvoirs de ce pseudo parlement, comme argument pour le faire bénéficier de nos suffrages. Le seul fait de voter nous amènerait à octroyer notre assentiment implicite à cet assemblage institutionnel qui gomme tous les acquis constitutionnels et politiques essentiels de la Révolution française. Ce qui est bien le seul objectif de ces élections en carton-pâte pour un parlement d’opérette.

II.- RM JENNAR MET EN VALEUR LES POUVOIRS PRETENDUS DU « PARLEMENT » EUROPEEN EN DRAMATISANT SA CAPACITE A POUVOIR CONTRER LE PARTENARIAT TRANSATLANTIQUE DE COMMERCE ET D’INVESTISSEMENT (PTCI OU TAFTA)

La deuxième série d’arguments développés par monsieur Jennar portent sur les pouvoirs supposés du « Parlement » européen, notamment à l’occasion de l’adoption éventuelle du PTCI. Les défauts de logique de RM Jennar produisent tous leurs effets délétères. Ils montrent cruellement que les militants et responsables altermondialistes, tous enthousiastes à l’idée de lâcher la proie de la souveraineté démocratique, acquis cardinal, pour l’ombre de la mondialisation postnationale, perdent en lucidité en incorporant intérieurement toute l’idéologie postnationale. Ils choisissent ainsi systématiquement de combattre l’ennemi avec ses armes et sur son terrain. Ils acceptent de rester dans le cadre intellectuel, idéologique et institutionnel de la « gouvernance » par les règles en lieu et place de la loi qui seule procède de la souveraineté nationale. Ils tentent alors, illusoirement, de lutter à l’intérieur des institutions faites pour dissoudre le pouvoir des peuples, contre les décisions qui toutes, logiquement, menacent frontalement les intérêts de ces derniers. Et ce faisant, ils tentent, heureusement vainement vu les taux d’abstention aux « élections européennes » (sans représentation puisqu’il n’y a aucune nation souveraine à représenter), d’inciter les classes populaires à avaliser ces mécanismes antidémocratiques et à cautionner ces institutions illégitimes. Ils utilisent la carotte des pouvoirs supposés du « Parlement » européen pour soi-disant contrer le néolibéralisme (nous sommes ici proches de l’humour absurde), et le bâton de la faute morale que serait l’abstention qui permettrait de laisser la place libre à l’extrême droite. Cette dernière se nourrit pourtant de cette impasse et de ces contradictions, mais nous verrons cet aspect plus loin.

Les pouvoirs postnationaux de l’UE

Le PTCI, sa possibilité même, son existence, et la nécessité qui en découle de s’y opposer, procède intégralement de l’existence des institutions européennes. C’est précisément dans ces matières, droit de la concurrence, négociations commerciales, échanges internationaux et libre-échange, que s’exercent à plein régime les pouvoirs postnationaux de l’UE. On y voit mieux leur toxicité, et l’absence de tout contre-pouvoir, in fine, de toute autre instance qui ne soit pas le Conseil ou la Commission. Le PTCI relève donc de la négociation intergouvernementale sans publicité ni responsabilité politique, et de décisions technocratiques ou juridiques sans assise politique légitime. Le PTCI est ainsi pain béni afin de redorer le blason des antilibéraux européistes et altermondialistes : cela leur permet de concilier apparemment l’inconciliable, la lutte contre le néolibéralisme, par le biais des institutions néolibérales. Il faudrait donc, selon eux, se mobiliser pour que les institutions européennes refusent le libre-échange avec la puissance tutélaire des institutions européennes : les Etats-Unis. C’est d’une cohérence plus qu’improbable, mais les apparences ainsi sont sauves. Ils luttent bien contre le néolibéralisme, sauf sur ce qu’il y a de néo dans ce libéralisme : les institutions supranationales.

Mais plus fondamentalement, il échappe visiblement à toutes ces bonnes âmes, des considérations beaucoup plus concrètes : il s’agit d’établir comme toujours en politique, des rapports de force. Les amis de RM Jennar s’en remettent ainsi à une logique de victoire dans les 28 pays membres de l’Union européenne (!), à des négociations intergouvernementales opaques, et au bon vouloir de soi-disant « députés » européens pour chaque combat important. Procéder de cette sorte revient à basculer indéfiniment dans une logique millénariste et miser dans les faits sur une patience indéfinie des classes populaires. C’est ainsi faire peu de cas de leur exaspération bien réelle et bien légitime, et négliger la nécessité pourtant bien évidente de favoriser des rapports de force gagnables, lisibles et rapides, directement accessibles seulement dans un cadre national.

Ruptures

Pour ce faire bien sûr, il faut néanmoins le minimum, à savoir que ceux qui prétendent se placer du côté de la « représentation » des classes populaires, veuillent bien faire leur travail. Il leur revient de proposer de véritables ruptures avec le contenu bien sûr, mais surtout le cadre du néolibéralisme. Et pour commencer la rupture, qui devrait être une pure évidence, avec son cadre institutionnel, l’UE au premier chef, en son entier, mais bien sûr aussi l’OMC, le FMI, l’OTAN, etc. Ce qui nous éviterait directement de devoir lutter contre le PTCI et tous ses successeurs comme on jouerait à la roulette russe avec un pistolet dont le barillet serait entièrement chargé. Or le vide à gauche sur ces propositions essentielles est à ce point béant, que les classes populaires n’ont plus à leur disposition que l’abstention et le vote protestataire, ou leur colère est instrumentalisée et détournée, pour signifier ce désir d’une véritable rupture avec l’impuissance et l’irresponsabilité politiques érigée en système, ce qui est le cœur des institutions européennes.

Car l’essentiel, sur lequel le « Parlement » européen n’a strictement aucune prise, est défini par les traités, découlant eux-mêmes de la logique antipolitique de Jean Monnet avec sa Communauté du charbon et de l’acier (CECA) et du traité de Rome. La fameuse « méthode » Monnet, invoquée comme un mantra, ne fut finalement pas celle qui fut appliquée. Il avait prévu d’étendre l’exclusion, non seulement des parlements, mais aussi des gouvernements, de la politique économique et institutionnelle, sur le modèle de la CECA et de sa Haute Autorité, et de procéder ainsi secteur par secteur. A l’époque de l’élaboration du traité de Rome (1957), Jean Monnet était opposé à procéder de manière globale et intergouvernementale. Il privilégiait pour cette raison l’Euratom par rapport au projet d’un marché commun européen auquel il ne croyait pas dans l’immédiat. Ce ne fut pourtant pas ce qui fut décidé. Le traité de Rome institua bien une démarche globale et intergouvernementale. Le point commun entre la CECA et le traité de Rome n’est donc pas la « méthode » Monnet, mais tout simplement une conception postnationale du politique, sans souveraineté et partant sans processus démocratique. La spécificité du traité de Rome par rapport à la CECA, c’est que pour arriver à ce résultat, il en passe au contraire par les gouvernements de chaque Etat, débarrassés ainsi de la pression parlementaire et surtout populaire. Cela permet à chaque gouvernement de n’être plus responsable politiquement de ses décisions, et d’être ainsi une version moderne des despotes éclairés (mais toute ampoule ayant été éteinte). Les Etats, indispensables pour maintenir une légitimité de la contrainte normative et son effectivité, sont ainsi débarrassés des processus démocratiques tout en maintenant formellement les institutions précédentes, afin que l’on ne saisisse pas clairement à quoi est due la disparition du caractère politique de nos sociétés. Le processus réel, si on fait abstraction de l’idéologie, est donc tout sauf fédéral, puisqu’une fédération pérenne n’est finalement qu’une sorte parmi d’autres d’Etat souverain. Et qu’il s’agit ici de se débarrasser de la souveraineté, afin de dissoudre la politique dans la « gouvernance » par les règles, issues de traités, extérieurs à tout peuple souverain.

Un « Parlement » conçu comme un décor de théâtre

Qu’un soi-disant parlement décore hypocritement ce processus radicalement a-politique et antidémocratique, comme une cerise absurde sur un gâteau indigeste, est un facteur aggravant et non de progrès. Un tel « Parlement » est conçu comme un décor de théâtre, jamais chargé de la moindre définition d’un intérêt général européen, ne représentant aucun peuple souverain, et ne disposant pas d’un Etat détenant le monopole de la puissance publique sur son territoire. Il n’est là dans le fond que pour singer un processus électif, dénué de tout sens institutionnel et politique afin de donner le change. Tous ceux qui se prêtent à ce scandale démocratique en sont les complices, volontaires ou pas, permettant de légitimer ainsi à si bon compte un système radicalement illégitime, qu’il est plus qu’urgent de dénoncer frontalement comme tel. La campagne actuelle du Comité national de résistance républicaine à l’Union européenne (CNR-RUE), soutenu par le M’PEP, pour un boycott du « Parlement » européen, initie enfin cette démarche salutaire. Elle permet aussi de faire tomber les masques afin de voir qui est vraiment du côté des classes populaires ou qui privilégie un internationalisme abstrait mal conçu et n’ayant jamais produit un seul résultat significatif à leur défense réelle et concrète. Car tant que l’on n’aura pas reconquis la souveraineté intégrale des nations européennes, les programmes de la gauche ne seront que des baudruches remplies de vent.

Le problème n’est donc absolument pas celui du pouvoir du « Parlement » européen. Il est très clair que s’il avait vraiment des pouvoirs, cela serait finalement un facteur aggravant d’une situation déjà suffisamment ubuesque comme cela. Le « Parlement » européen ne peut de toute façon pas aller contre la définition du supposé intérêt général européen monopolisée institutionnellement par la Commission et factuellement par le Conseil. Il ne peut pas non plus aller contre le contenu des traités qui surplombent toute l’architecture de l’UE, elle-même n’étant qu’une accumulation de traités néolibéraux supranationaux et d’institutions antidémocratiques chargées uniquement d’appliquer ces traités. Si le « Parlement » européen avait de vrais pouvoirs il se livrerait alors d’autant plus, avec la Commission et le Conseil, à une activité pseudo-législative, toujours sans Etat et sans nation souveraine. Il y aurait donc un nouveau pouvoir réel déconnecté des prérequis de la démocratie, complexifiant encore la jungle institutionnelle européenne dans laquelle une chatte démocratique n’y retrouverait pas ses petits. C’est d’ailleurs un des fondements de cette déconstruction européenne : créer des institutions à tout va, sans respecter la moindre logique et cohérence démocratique, c’est-à-dire être des instruments contrôlés par le peuple. Ces institutions se superposent avec les anciennes institutions nationales, afin de les vider de leur contenu et de leur fonction.

Voter ne suffit pas

Ce n’est pas le simple fait de voter pour des députés qui rend démocratique une institution parlementaire. Et de très loin s’en faut. Deux raisons impératives conditionnent l’aspect démocratique ou non d’un parlement. D’abord celui-ci doit avoir le monopole de la définition de l’intérêt général national, dans le cadre d’un Etat détenant lui-même le monopole de la puissance publique sur le territoire correspondant. Pourquoi ? Et bien parce que l’autonomie d’une communauté politique, le fait de se donner à soi-même sa loi, est en fait la condition de la politique. La politique est ainsi de nature radicalement différente de la gestion, qui se limite pour sa part à aménager des contraintes et un cadre qui ne sont pas le fait des gestionnaires, ne dépendant pas d’eux, et qu’ils ne sont évidemment pas fondés à remettre en cause. La politique est donc évidemment le contraire de la « gouvernance ». C’est pour cela que l’on distingue soigneusement administration et gouvernement dans un Etat de droit.

C’est ici également que le prérequis de l’effectivité de la puissance publique et la souveraineté prennent tout leur sens. Si les pouvoirs en jeu sont résiduels, et si la source des contraintes est essentiellement externe à la communauté politique, à quoi bon élaborer un système législatif ? Ceci est à vrai dire le prérequis de l’autonomie du politique. Pour que cette dernière puisse être définie comme démocratique, il faut encore que cette souveraineté appartienne en propre au peuple de cet Etat, seule source de légitimité de l’ensemble ainsi constitué. Le concept de ce peuple souverain d’un Etat autonome et détenant le monopole de la puissance publique, est la nation. Sans autonomie du politique, sans effectivité de la puissance publique, sans souveraineté, sans nation, un parlement ne peut avoir aucun sens. Définissant la loi, le parlement a donc le monopole de la norme contraignante sur le territoire de l’Etat. L’ensemble de ces normes doit correspondre à la définition de l’intérêt général de la nation, définition toujours amendable après débat contradictoire et rapport de force électoral. Sans l’effectivité de ces conditions indispensables, un parlement, dont l’existence n’a de raison que pour représenter la nation souveraine, ne saurait correspondre à la moindre logique démocratique. A moins de croire que le mot, c’est la chose, et donc que s’il y a le mot parlement, avec le mot député, alors la réalité correspondante existe réellement. C’est-à-dire de prendre avec enthousiasme des vessies pour des lanternes. Et d’enjoindre ses concitoyens de faire de même le plus massivement possible, car plus on est de fous plus on rit.

Suppression des bases de la citoyenneté

Mais, pour le malheur du Front de gauche et de Raoul Marc Jennar, nos concitoyens n’ont plus envie de rire au spectacle de la suppression des bases de leur citoyenneté, et des terribles conséquences qui en découlent. Car quand plus aucune force de rappel démocratique ne vient contrer les classes dominantes et le capitalisme déchaîné du néolibéralisme, les dynamiques les plus négatives se recomposent alors sous nos yeux. Ce qui est d’ailleurs la véritable source des deux guerres mondiales, et non les nations. C’est au contraire parce que les nations n’étaient pas encore de vraies nations politiques, ou pas encore assez, que les forces délétères du capitalisme ont pu causer ces désastres formidables. La nation, au sens fort et politique défini plus haut, est le contraire et le seul véritable antidote au nationalisme, d’essence identitaire et non politique. C’est la seule force de rappel efficiente et légitime face au capitalisme, comme nous l’a montré l’immédiat après-guerre et comme nous le rappelle aujourd’hui l’Amérique du Sud.

La démonstration par l’absurde, ou par l’inverse, c’est la contre-révolution de la déconstruction du politique par les institutions européennes qui nous le prouve hélas depuis des décennies. La novlangue et l’idéologie digne de la Pravda régnant ici en maître, où ce qui est affirmé est toujours le contraire de la vérité, si la paix a régné sur le continent européen après la Seconde Guerre mondiale, c’est malgré les institutions européennes, et non pas grâce à elles. Et si le retour de la guerre sur notre continent advient, on voit déjà que ces institutions porteront une très lourde responsabilité. On en a eu déjà un avant-goût lors du démantèlement encouragé de la Yougoslavie et on voit les mêmes logiques poussant à la guerre civile en Ukraine. On voit également comment le nationalisme, la xénophobie et l’extrême-droite sont spectaculairement encouragés par les institutions européennes. Les supposés pompiers sont ici les véritables pyromanes. Ce qui est parfaitement logique, puisque lorsque face aux effets délétères du capitalisme néolibéral l’on supprime tout processus démocratique, les classes populaires n’ont plus que leur frustration comme seule boussole, tous les débouchés politiques se voyant court-circuités par la paralysie démocratique organisée par les institutions européennes. Délégitimer ces dernières est donc la priorité des priorités pour ceux qui veulent sincèrement débloquer la situation avec la rapidité et l’efficacité que réclame l’urgence et la gravité de la situation. C’est de toute façon une nécessité démocratique. Si la gauche ne porte pas cette nécessité, alors non seulement elle ne sert à rien, mais elle devient ipso facto particulièrement contreproductive. La gauche, en effet, se présente comme le regroupement de la représentation politique censé privilégier les intérêts structurels des classes populaires et les dynamiques proprement démocratiques, même si c’est ainsi lui prêter beaucoup vu son bilan, à cette aune, plus que mitigé.

Représenter réellement les intérêts structurels des classes populaires

Il existe une deuxième condition pour qu’un parlement soit réputé démocratique. Il faut que la représentation politique soit organisée par des partis avec, autour de ces derniers, des organisations de masse qui représentent réellement les intérêts structurels des classes populaires. Alors la confrontation électorale sera l’occasion de mettre en scène le rapport de force interne d’une communauté politique donnée sur les enjeux principaux. Ce sera l’occasion donnée de trancher provisoirement par le biais de programmes concurrents définissant chacun l’intérêt général de la nation à un moment donné. Les lois passées pour les mettre en musique et les gouvernements exécutant ces lignes deviennent ainsi pleinement responsables des normes contraignantes et de leurs conséquences lors du mandat suivant. Un processus authentiquement démocratique a alors bien eu lieu.

Pour cela, les partis politiques doivent représenter des définitions concurrentes de l’intérêt général d’une nation souveraine, dans le cadre d’un Etat détenant le monopole de la puissance publique. C’est la « compétence de la compétence », pouvant traiter de tous les sujets. Sinon la logique que l’on vient de décrire est court-circuitée et ne peut plus opérer. Et l’élection peut alors suivre de nouveau sa pente oligarchique naturelle, légitimant une captation de pouvoir des classes par ailleurs déjà dominantes socialement. Petite musique hélas très familière.

Arguer de l’impuissance actuelle de nos parlements nationaux pour légitimer les institutions qui sont celles qui ont organisé cette impuissance procède d’une bien étrange logique. Elle met à l’envers ce qui doit être mis à l’endroit. Pour que nos parlements nationaux se remettent à fonctionner selon une logique démocratique, ce qui est parfaitement possible puisqu’eux, à la différence du « Parlement » européen, correspondent à un Etat, à une nation détenant seule la légitimité et la souveraineté, il suffit de les déconnecter des institutions européennes illégitimes. Encore faut-il le vouloir.

III.- L’UTILISATION SANS VERGOGNE DE LA TARTE A LA CREME DU DANGER DU FN AFIN DE MOBILISER EN LES CULPABILISANT LES HESITANTS QUI CRAIGNENT AMPLIFIER LE VOTE FN EN S’ABSTENANT AUX EUROPEENNES EST L’ARGUMENT ELECTORAL DE CEUX QUI N’ONT PLUS D’ARGUMENT

Dans son dernier argument, RM Jennar souligne la faiblesse de ceux qui savent qu’aucun appel vibrant aux soi-disant pouvoirs merveilleux prêtés au « Parlement » européen ne risque de déclencher une vague de participation électorale. C’est l’ « argument » électoral de ceux qui n’ont plus d’argument, le joker que l’on sort de sa manche lorsque la situation devient critique. Il faut occuper le terrain, peu importe comment, de peur que le FN ne l’occupe. Misère de la politique, réduite à sa dimension politicienne, quand il n’y a plus de véritable politique. Donc, le FN, dont la force structurelle et la longévité dans le rôle du fou du roi doit tout à la déconstruction politique européenne et au PS – mais les deux sont liés – sera combattu en légitimant les mêmes institutions européennes. Par la participation électorale, il sera indiqué aux institutions européennes que les citoyens acceptent de légitimer la déconstruction de leur éminence institutionnelle et la suppression de leur souveraineté.

Par contre, appeler à délégitimer les institutions de fait illégitimes de « l’Union » européenne, et à reconstruire la force des classes populaires en restaurant leur pouvoir national, seule forme institutionnelle qui reconnaisse leur puissance politique, serait aider le FN. Oui bien sûr, cela nous avait échappé ! Cela a aussi échappé au FN, qui sait, lui, que l’abstention massive aux élections européennes relativiserait beaucoup la portée de son score. Mais, de plus, contrairement à ce que l’on dit souvent, l’abstention ne lui est pas favorable (voir à ce sujet l’article du mois de mai 2014 du Monde diplomatique sur l’abstention). Une bonne partie de ceux qui s’abstiennent voteraient pour une formation appelant ouvertement à une sortie des institutions européennes s’ils devaient voter. Ils ne viendraient donc pas grossir les rangs du Front de gauche, qui se révèle finalement le dernier rempart des institutions européennes, exemple le plus abouti d’institution néolibérale.

Conclusion

Le temps n’est plus aux tergiversations, ou aux combats défensifs de témoignage. Par exemple, lutter pour que les institutions européennes ne complètent pas leur intégration atlantique et la dissolution des derniers pouvoirs souverains résiduels avec la conclusion du PTCI. Les peuples européens, dessaisis de leur souveraineté théorique et pratique par le biais de la « construction » européenne, qui n’est que la déconstruction du caractère politique des pays européens et la suppression par conséquent de tous les processus démocratiques, sont mûrs désormais pour prendre ces institutions pour ce qu’elles sont. C’est-à-dire la tentative réussie pour les évacuer institutionnellement des choix économiques et politiques. Le moment est également celui des choix radicaux.

Nous sommes face à une crise historique, centenaire, du capitalisme, dans sa forme financiarisée et postnationale. Elle met au supplice particulièrement les peuples européens, puisque ce sont les seuls à être prisonniers non seulement du capitalisme financiarisé, mais encore d’institutions proprement néolibérales, à savoir l’Union européenne. Cette dernière les corsète encore plus politiquement qu’économiquement, les deux étant bien sûr liés. Tous ceux qui ne prennent pas la mesure de cette urgence et de cette nécessité participent au vide tragique de relais politiques pour les classes populaires. Et ceci à un moment où elles réclament plus que jamais une rupture décisive avec les logiques mises en place depuis plus de trente ans, dans ce pays par le Parti « socialiste » et ses satellites. Logiques qui ne sont pas contestées radicalement par les partis classés à sa gauche et même à « l’extrême » gauche. L’idéologie postnationale, donc postdémocratique, est en effet partagée autant par l’UMP, où le gaullisme a disparu depuis longtemps, que par le PS, son principal architecte. Cette idéologie constitue même le seul ciment liant la gauche néolibérale (PS et EELV) et la gauche un peu facilement dénommée « radicale », FDG, NPA et LO, entre autres. Les classes populaires sont ainsi privées de tout relais politique massif et visible. Il était plus que temps de réagir.

Boycottez ceux qui vous ont pris le pouvoir : les institutions européennes ! Luttez contre elles, rejoignez les Comités départementaux de résistance républicaine à l’Union européenne (CDR-RUE) ! Partons à la reconquête de notre souveraineté afin de restaurer la démocratie !

Affichettes

100 réponses à “Non, je n’irai pas voter !” par Emmanuel Todd

Commentaires recommandés

bluerider Le 22 mars 2015 à 03h24

День Победы
« Le jour de la Victoire »

Je vais résumer : Je voulais voter. Vraiment. François Hollande a refusé l’invitation de Vladimir Poutine, de venir à Moscou le 9 mai commémorer aux côtés de 30 chefs d’état le 70ème anniversaire des vrais vainqueurs de la dictature nazie. En revanche il soutient un gouvernement qui arme des mercenaires néo-nazis en Ukraine, les petits enfants de ceux qui accueillirent à bras ouverts les SS en 1941. Je refuse de voter pour des candidats qui doivent leur liberté à ceux-là mêmes que notre gouvernement méprise ouvertement en s’essuyant les pieds sur notre Histoire. Trop c’est trop. JE BOYCOTTE LES 22 ET 29 MAI.

  1. bluerider Le 22 mars 2015 à 03h24
    Afficher/Masquer

    День Победы
    « Le jour de la Victoire »

    Je vais résumer : Je voulais voter. Vraiment. François Hollande a refusé l’invitation de Vladimir Poutine, de venir à Moscou le 9 mai commémorer aux côtés de 30 chefs d’état le 70ème anniversaire des vrais vainqueurs de la dictature nazie. En revanche il soutient un gouvernement qui arme des mercenaires néo-nazis en Ukraine, les petits enfants de ceux qui accueillirent à bras ouverts les SS en 1941. Je refuse de voter pour des candidats qui doivent leur liberté à ceux-là mêmes que notre gouvernement méprise ouvertement en s’essuyant les pieds sur notre Histoire. Trop c’est trop. JE BOYCOTTE LES 22 ET 29 MAI.


  2. GAILLOT Le 22 mars 2015 à 03h43
    Afficher/Masquer

    Bien sur que vous allez voter, avec une enveloppe vide qui sera comptabilisée comme bulletin blanc.


    • purefrancophone Le 22 mars 2015 à 06h40
      Afficher/Masquer

      bluerider;
      Vous ne voterez pas les 22 et 29 mai prochains , effectivement , car il n’y a pas d’élections cette année à ces dates là .
      Pour les départementales , c’est aujourd’hui et dimanche prochain !!
      Les régionales auront lieu à la fin de cette année.


  3. DUGUESGLIN Le 22 mars 2015 à 06h42
    Afficher/Masquer

    La question des abstention n’est pas traitée comme il se devrait dans une vraie démocratie.
    C’est pourquoi il faudrait comptabiliser les bulletins blancs. Et dan le cas où les bulletins blancs seraient majoritaires 50% plus une voie, les candidats ne pourraient être élus.Il faudrait retourner aux urnes.
    Cela éviterait peut-être d’avoir des élus par défauts avec 20%, voire moins, des inscrits. De sorte que ces élus non représentatifs n’auraient pas le pouvoir de nous imposer ce que nous ne voulons pas.
    Les candidats mis en minorité par les bulletins blancs seraient alors obligés d’écouter les peuples et faire des efforts pour avoir la majorité requise face aux bulletins blancs.
    Bon, est-ce que ça marcherait? Je ne sais pas. mais nous ne pouvons persister dans le déni permanent de démocratie.


    • Chris Le 22 mars 2015 à 13h08
      Afficher/Masquer

      Quand je vois le tripotage et déni démocratique de Bruxelles après les élections du Parlement européen pour élire des commissaires européens sensés être représentatifs des sensibilités politiques, je jure qu’on ne m’y reprendra plus (à voter).


  4. Manu Le 22 mars 2015 à 07h03
    Afficher/Masquer

    Un vote nul est un vote. Sans valeur, mais un vote quand-même. Je vous rappelle que le vote blanc n’existe pas dans nos “démocraties”.

    Ne pas voter est intelligent, si l’on est inscrit sur les listes électorales, car compté comme abstentionniste.

    Ca ne changera rien au final, puisqu’ils seraient parfaitement capables de se dire légitimes avec 95% d’abstention! Ils ne veulent pas servir, ils veulent du pouvoir. Et le pognon qui va avec.


    • Louis Robert Le 22 mars 2015 à 11h30
      Afficher/Masquer

      Se dire “légitimes” avec l’abstention à 95%?

      🙂 Je veux bien… 🙂

      Mais je parie que cela ne saurait durer bien longtemps… ce que tout le monde sait pertinemment.

      D’où cette terreur de voir les citoyens cesser, à bon droit, de participer à ce rite électoral résiduel d’une pseudo-démocratie qui n’est que corruption systémique, généralisée, une imposture résultant en cette mise en place d’un pouvoir injuste, décadent, en faillite, et qui continue de pourrir. On aurait mauvaise grâce de se faire le complice de ÇA en insistant pour voter.


    • GAILLOT Le 22 mars 2015 à 13h14
      Afficher/Masquer

      Elections départementales: les enveloppes vides sont comptabilisées comme un vote blanc.
      21 Mars (19:37) – Rappel au sujet du vote blanc aux élections françaises:

      <>


  5. Dizalc'h Le 22 mars 2015 à 07h52
    Afficher/Masquer

    +1 avec Sapir et Jennar,
    -1 avec Todd, le Mpep, de Ménard, Nikonoff et le cdr-rue,
    Comment “oser” se prétendre “défenseur des peuples souverains” et “cautionner” les résultats en s’abstenant?… c’est une aberration tant dans la démarche politique, qu’intellectuelle.
    Car, on ne peut “nier L’Europe”… Elle “existe”, c’est un fait, qu’on le veuille ou non…

    Et, même si, tout comme Sapir, je trouve “insultant et anti démocratique” le “hold-up de 2005″… (qui, aparté, constitue pour moi le début de la décrédibilisation “totale” de nos politiques, en France et dans l’UE, par ce déni de démocratie orchestré à l’échelle Européenne); Ne pas voter, revient à regarder les choses “se passer/arriver” sans rien faire… certes, en “pleurnichant/s’invectivant”… mais sans rien faire de constructif, car “rien de significatif” (en terme d’action politique officielle et donc influente).

    C’est un peu comme si devant un immeuble en flamme, on le regardait brûler en disant “ah non, ces pompiers là je ne les aime pas, je ne vais pas essayer d’éteindre le feu, même s’ils sont incompétent et pyromanes, je ne tente pas d’intervenir, je préfère laisser l’immeuble brûler… (et je devance le “une fois brûlé, plus d’immeuble, “on reconstruit”, c’est une “image”, l’immeuble étant l’UE, il peut brûler très très très longtemps…)

    Vraiment, je ne comprend pas à quel point on peut être “aveugle” quand à “l’inefficacité de ne pas utiliser les rouages démocratiques” (s’il en est… je ne digère pas 2005) du vote souverain (à moins d’espérer une “révolution Européenne” totalement utopique à mon sens, tant les intérêts des peuples diffèrent et les cultures également…), en revanche, les prendre à leur propre jeu (politiques) reste, de mon point de vue, le seul vrai enjeu possible pour faire bouger les lignes… puisque, de fait, qu’on le veuille ou non, l’Europe existe.

    Il s’agirait maintenant d’y envoyer “plus de gens défendant réellement les peuples” plutôt que des “pantins articulés”… Et ce n’est certainement pas en laissant les “actuels” fonctionner comme ils l’entendent, en toute connivence, que ça va changer les choses… Même en faisant autant de colloques/réunions où l’on “s’insurge”, ça ne changera rien… c’est parler dans le vide, je m’interroge parfois d’ailleurs sur les “réelles” intentions du camp “abstentionniste” à qui cela profite-t-il le plus en fin de compte?…

    Mais bon, c’que j’en dis…


    • Phil Defair Le 22 mars 2015 à 10h45
      Afficher/Masquer

      Attention, on parle bien, dans ce fil, des élections Européennes…

      De manière générale, voter est synonyme d’acceptation du système en place. On vote pour déterminer ceux et celles que l’on juge capables de nous représenter.

      Dans le cadre de l’élection des députés européens, ceux-ci s’avèrent totalement inutiles. C’est la Commission Européenne qui imprime ses lois. Et ce, quand bien même les députés auraient voté contre telle ou telle loi. Ils sont donc totalement inutiles et ne servent que de paravent “démocratique” à la conduite de l’Union Européenne. Voter à ces élections-là correspond à cautionner le système en place.
      A aujourd’hui, la prise en compte des votes nuls ou blancs n’existant pas, le seul “moyen démocratique” que nous ayons est malheureusement le boycott de ces élections par l’abstention.

      Dans le cadre des élections “locales”, telles que les élections départementales de ce week-end, le discours est tout autre. Certes, le système en place n’est pas des plus démocratiques car fait pour favoriser les deux “blocs politiques” que sont l’UMP et le PS, mais bon. Au moins les Conseillers élus ont-ils un véritable rôle à jouer sur le plan local. En ce cas, ne pas voter peut être considéré comme étant une faute.

      D’ailleurs, de vous à moi, depuis l’enfilage du traité de Lisbonne et notre ré-intégration dans l’OTAN, je me pose la question du bien fondé de participer à la mascarade de l’élection présidentielle…


  6. couci couça Le 22 mars 2015 à 08h03
    Afficher/Masquer

    Un peu maladroit de présenter cet article concernant les européennes de 2014 la veille d’élections départementales de 2015 …
    J’aurais préféré un point de vue en phase .
    Mais peut être que nos intellectuels ne se sont pas exprimés sur ce sujet .


    • Thomas Le 22 mars 2015 à 10h36
      Afficher/Masquer

      Complètement d’accord.
      Je ne vois pas l’intérêt.
      N’y a-t-il donc eu aucun papier importants sur CES élections?


      • Chris Le 22 mars 2015 à 13h26
        Afficher/Masquer

        “aucun papier important”
        Justement, car ça n’a aucune importance dans la gouverne des départements qui ne font qu’appliquer les directives avec les errements clientélistes que l’on sait.
        Visiblement, vous n’avez pas encore intégré que la France a perdu sa souveraineté (qui plus est, inscrit dans notre Constitution (!) ce que les Allemands se sont bien gardés de faire) et de ce fait, gère tant bien que mal selon les décisions prises à 29 (28 Etats-membres + les USA), mais ne gouverne plus.
        La France est devenue de fait un damier de “provinces/régions” européennes. Mais chut, faut pas le clamer sur les toits, certains pourraient mal le prendre…


    • Bece Le 22 mars 2015 à 11h31
      Afficher/Masquer

      à couci couça, je trouve très intéressante au contraire cette ruse d’O.B. pour nous obliger à un choix conscient et délibéré en ce jour de rituel (im)posé comme label démocratique; la lecture des différentes interventions, en nous offrant un espace de réflexion, nous libère d’une culpabilité naïve et nous aide à construire un choix autonome… mais reconnaissons que celui-ci n’est pas simple:- refus de choisir qui pourra être interprété comme simple indifférence ou -choix qui ne nous permet pas de dénoncer qu’il n’y a pas de choix. Pour ma part, j’en arrive à penser qu’une abstention massive impose, dans la situation actuelle, son sens de contestation politique et je participerai à cette manifestation de masse.
      sans intention prosélyte, voir le blog d’Asselineau, par curiosité.


  7. Bertrand Le 22 mars 2015 à 08h07
    Afficher/Masquer

    Svp urgence à suivre les résultats des sociétés avant catastrophes.
    Cherchons à mettre en place un contrôle amical bienveillant mais régulier stricte et ayant force juridique dans chaque région et toutes activités.
    Trop de dettes , de délais pesent sur tout le monde.


  8. caroline Porteu Le 22 mars 2015 à 08h17
    Afficher/Masquer

    Et la réponse se trouve …. en Grèce
    Avec l’accord ANEL Syriza et la première victoire de Tsipras et de Varoufakis sur les Institutions Européennes ..

    Quelque part , la Grèce est en train de faire bien autre chose que la restructuration de sa dette .
    Elle remet en cause non seulement le modèle économique Européen , et son “modèle de la dette” qui transmet les pouvoirs de faire les politiques économiques aux “marchés” qui dictent leurs conditions aux élus , ce qui est la fin de la démocratie elle même ..

    Et elle remet en cause les Institutions Européennes elles mêmes , leur infaillibilité , leur pouvoir.

    Juncker vient de céder en accordant les Deux millions de fond de l’UE . Il a surtout éviter la réquisition de la banque centrale grecque , ce qui aurait représenté un retout total à la souveraineté et l’UE européenne ne voulait surtout pas que cet exemple puisse donner des idées à d’autres pays .

    Voir l’excellent article de JF GOULON
    Yannis Varoufakis : l’homme qui fait trembler le gouvernement allemand
    http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-francois-goulon/170315/yanis-varoufakis-l-homme-qui-fait-trembler-le-gouvernement-allemand?


  9. FifiBrind_acier Le 22 mars 2015 à 08h21
    Afficher/Masquer

    Rien ne vous empêche, si aucun candidat en vous convient, de faire vous même le bulletin que vous voulez où vous exprimerez votre point de vue. Un sondage grandeur nature.

    Votre bulletin sera considéré comme nul, mais vous aurez participé au scrutin, exprimé votre avis, et n’en doutez pas, la Préfecture analysera de près chaque bulletin personnalisé…

    Ne pas voter, c’est voter pour celui qui gagne l’élection.


    • Passant Le 22 mars 2015 à 13h03
      Afficher/Masquer

      C’est ce que je fais quand je ne vote pas Front de gauche, mais je ne suis pas sûr que la préfecture analyse le bulletin. Aujourd’hui on ne vote pas là où j’habite.


  10. Patrick Andre Le 22 mars 2015 à 08h52
    Afficher/Masquer

    “Je constate que la Nation demeure le seul lieu au sein duquel nous pouvons faire valoir nos opinions par le vote. Et c’est le seul lieu où nos votes peuvent encore peser sur les choix de société.”

    Je n en si pas si sûr. ..
    Quatre jours après le scrutin grec, il avertit dans Le Figaro (29/01/15) qu’« il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens ». De bonnes âmes se sont indignées. A tort : Jean-Claude Juncker a simplement traduit tant la lettre que l’esprit de l’intégration européenne.

    Car « l’Europe » n’est pas une « idée », une « aventure », un « espoir ». C’est avant tout une construction juridique réellement existante : des règles, des institutions, des procédures. Avec en clé de voûte « l’effet-cliquet » : dès lors qu’ils sont adoptés, les « acquis communautaires » sont irréversibles. Et s’imposent donc aux gouvernements nationaux, quand bien même ceux-ci seraient issus d’un vote populaire qui a congédié une majorité précédente. Il ne s’agit pas d’un « déficit démocratique » ou d’une malfaçon de l’UE, mais tout simplement de la raison d’être de cette dernière.
    C’est ce qu’exprimait à sa manière le vice-président de la Commission chargé de l’euro, le Finlandais Jyrki Katainen : « nous ne changeons pas la politique en fonction des élections ». En d’autres termes : si les peuples étaient libres d’opérer leurs propres choix politiques, sept décennies d’intégration européenne auraient perdu toute raison d’être.
    http://www.michelcollon.info/Rupture-ou-soumission.html?lang=fr

    Et si c est cette union européenne en plus d être non démocratique mais est une sorte de colonialisme moderne alors la….NON, DÉGOÛTÉ !

    3419 migrants sont morts en 2014 en tentant de traverser la Méditerranée selon l’agence de Nations-Unies pour les réfugiés(1). Ce chiffre macabre fait de la Méditerranée la frontière la plus meurtrière, le nombre total de décès pour le monde entier étant de 4272. Sur une durée plus longue ce sont plus de 20 000 migrants qui ont perdu la vie depuis l’an 2000. La tendance est de surcroît à une hausse permanente, l’année 2014 ayant battu tous les records en laissant loin derrière le précédent pic qui était de 1500 décès en 2011. Les discours politiques et médiatiques construisent chaque nouveau drame comme des catastrophes imprévisibles sur lesquelles les gouvernements européens n’auraient aucune prise et aucune responsabilité. Le discours de la catastrophe cache un processus d’assassinat de masse de l’Union Européenne.
    http://www.michelcollon.info/Le-mur-meurtrier-de-la.html?lang=fr


  11. Jmi Le 22 mars 2015 à 09h02
    Afficher/Masquer

    Que de discours !!! Soyons simples, si l’on croit à la démocratie bien sur … .
    Quelles que soient les élections
    Il faut considérer l’abstention comme un vote si le vote n’est pas obligatoire
    et si l’on oblige à voter alors que le vote blanc soit reconnu !
    Dans les deux cas, si les abstentionnistes ou les votes blancs sont majoritaires
    Ces bulletins de refus montrent que le peuple NE VEUT PAS de ces candidats.
    Conclusion
    1/ TOUS ces candidats refusés sont inéligibles pendant au moins 5 ans.
    2 / On fait de nouvelles élections proportionnelles avec un horizon politique expurgé ainsi de ses scories
    L’écrivain Jacques Perret justifiait l’abstention en disant :
    « Si vous blâmez peste, n’en cultivez pas les rats »


    • dupontg Le 22 mars 2015 à 14h46
      Afficher/Masquer

      quand on voit que ça ne gene personne de valider le vote slovaque aux europeennes avec 13% de participation et celui de la Pologne avec 20%……on se dit que ne pas voter ne sert AUSSI à rien


  12. Julian Le 22 mars 2015 à 09h08
    Afficher/Masquer

    Le cher Todd dont j’admire la grande capacité conceptuelle et les intuitions, sur ce coup là s’est complètement trompé.

    L’abstention est un refuge faussement confortable.

    Au final, il favorise toujours les extrêmes et/ou les partis dits de gouvernement.

    Que constate-t-on ? L’installation du FN dans la position de premier parti…

    Il est navrant que la proposition d’abstention de Todd soit reprise à l’occasion d’un scrutin déjà le plus souvent marqué par une forte abstention structurelle.

    Je suis stupéfait de l’incitation à l’incivisme sur ce blog.

    Si l’on pousse à l’extrême la logique de l’abstention, seuls les électeurs encore un peu motivés feront un jour l’élection : cadres et militants des partis !

    La belle affaire !


    • Alain C Le 23 mars 2015 à 08h59
      Afficher/Masquer

      et à ce moment peut-être, on ressortira les guillotines….


  13. Desbois Le 22 mars 2015 à 09h37
    Afficher/Masquer

    D’accord pour le vote obligatoire à condition qu’il soit accompagné du mandat impératif
    et du référendum d’initiative populaire de révocation des élus qui racontent des carabistouilles.
    Il est toujours permis de rêver.

    Mandat impératif : Le mandat impératif est le pouvoir délégué à une organisation ou un individu élu en vue de mener une action définie dans la durée et dans la tâche, selon des modalités précises auxquelles il ne peut déroger. Il s’oppose au mandat représentatif.


  14. coinfinger Le 22 mars 2015 à 09h38
    Afficher/Masquer

    C’est sur qu’il faudrait trouver quelque chose à faire .
    Avec le dernier vote du dit parlement selon lequel Poutine doit rendre la Crimée et l’Ukhraine créer des bases de l’Otan , on atteint le sommet du ridicule et de la félonnie pro-US .
    Cependant s’abstenir , est ce le mieux , çà pourrait étre interprété comme une incoercible envie de profiter du beau temps ce week end là , s’il fait beau , ou autre chose .
    Pourquoi ne pas lancer un slogan : écrire sur le bulletin blanc je boycotte , ou peut étre quelque chose de plus hard ?


  15. cording Le 22 mars 2015 à 10h02
    Afficher/Masquer

    Ces gens-là confondent toutes les élections! Les départementales ne sont pas les européennes !


    • Gaïa Le 23 mars 2015 à 03h42
      Afficher/Masquer

      Si l’UE empêche toute souveraineté nationale au niveau des budgets alors pourquoi voudriez-vous que notre politique intérieure ait encore du sens? Notre politique budgétaire répond en effet pour l’essentiel aux exigences de l’UE et de sa politique néolibérale qui décident du même coup de notre quotidien et nous le constatons à l’évidence. Du fait du net appauvrissement de cette souveraineté, la course aux alliances politiques bancales pour obtenir le pouvoir de gérer ce que nous dicte l’UE accentue encore plus le ridicule de cette affaire. Dans ce cas voter ou ne pas voter change peu la problématique car l’enjeu est ailleurs et on nous en interdit le débat et le vote. Quand nous l’avons fait en 2005, notre choix a été ignoré. Depuis, on tourne en rond car depuis il nous faudrait choisir entre la dictature, le simplisme raciste ou l’espoir d’une UE domesticable ou à renouveler dans 20 ans si elle ne s’effondre pas avant. Je ne vois pas malheureusement d’espoir de déblocage pour l’instant face à cet abstentionnisme.


  16. Roscanvel Le 22 mars 2015 à 10h19
    Afficher/Masquer

    Je me suis abstenu le 25 mai. Bien que n’étant pas adhérent du M’PEP, j’avais respecté le mot d’ordre et les explications de cette organisation. Je ne le regrette pas. Mais depuis le M’PEP s’est transformé en parti politique, menant la chasse aux électeurs déboussolés du FDG et du PCF. De mon point de vue, c’est une erreur politique. Le M’PEP joue un rôle considérable dans la prise de conscience du caractère néfaste de l’UE et son outil l’Euro. Il aurait du s’en tenir là. Un parti de plus à gauche n’apportera rien de bien. Il est vrai que le FDG n’avait pas été correct en refusant l’apport du M’PEP à cause des divergences sur l’UE.
    Mais revenons à l’élection du jour. A nouveau je vais m’abstenir, cette fois c’est sans le vouloir. Sur notre canton, les candidats les plus à “gauche” sont les candidats du PS. Merci, j’ai déjà donné.
    Bien sûr, on argumentera qu’il s’agit d’une élection locale. Je me refuse à cautionner un tant soit peu la politique globale de Hollande et ses amis.
    Je crois savoir que cette situation est la même dans de nombreux cantons. Si cela est vrai, à nouveau je m’interroge sur l’ambiguïté du PCF.
    Bien, me direz-vous, “vous pouvez voter blanc”. Tant que celui-ci ne sera pas comptabilisé en suffrage exprimé (bien que compté à part), je n’utiliserais pas cette méthode.
    L’autre jour, Thomas Legrand sur France-Inter faisait la leçon aux électeurs. Pour lui, l’éventail des candidatures est assez large pour pouvoir voter. Pas partout Mr Legrand!!!
    Je m’interroge aussi sur les incantations de Valls et consorts vis à vis du FN, incantations qui risquent d’être contre-productif. A moins que ce soit le but de la manoeuvre: nous préparer au vote “utile” pour 2017.


    • Chris Le 22 mars 2015 à 13h36
      Afficher/Masquer

      M’PEP : une manoeuvre pour diluer les forces dites “communistes”, la hantise américaniste.


  17. georges dubuis Le 22 mars 2015 à 10h47
    Afficher/Masquer

    C’est marrant, je ne tiens aucun compte de ses contes d’ intellectuels, ils me saoulent graves surtout le hollandiste révolutionnaire made in todd.
    Je vais voter pour qui vous savez où vous vous doutez, les moins dégueulasses sur la politique étrange étrangère . /
    ON commence à se connaitre sur ce blog.


  18. Perekop Le 22 mars 2015 à 10h58
    Afficher/Masquer

    A mon humble avis, il faut TOUJOURS voter, tout simplement parce que la passivité profite uniquement à ceux que nous rejetons. Voter est un privilège extraordinaire, résultat de beaucoup de luttes et d’efforts, depuis bien des générations, même si nos gouvernants s’efforcent de le réduire à néant. Y renoncer, se réduire soi-même au silence, c’est inadmissible à mes yeux.
    Concrètement, cela veut dire que chacun doit déterminer, en son âme et conscience, le critère majeur de son choix. Ce n’est pas si difficile si on oublie la politicaillerie contemporaine et les cymbales médiatiques, qui s’efforcent constamment de masquer les choix essentiels pour préserver leur marigot.
    Dans mon cas (et notamment grâce à la fréquentation des Crises, merci Olivier !), depuis un an, le refus de la politique criminelle de l’Otan, de l’UE, des Etats-Unis et de leurs toutous européens domine tout le reste. Parce que le plus urgent est d’arrêter ces fous dangereux qui ont hélas tous les moyens de provoquer une nouvelle guerre mondiale et, par là même, vraisemblablement, la fin du monde.
    Désormais, à chaque élection à laquelle je pourrai participer, je choisirai donc un ou une candidate représentant une formation qui n’aura pas eu peur d’afficher son soutien à la Russie et à la lutte du Donbass pour sa survie. Il n’y en a peut-être pas beaucoup, mais il y en a, à droite comme à gauche et tant pis pour les étiquettes. En général, cela coïncide, comme par hasard, avec d’autres “choix de civilisation” importants à mes yeux, donc ce n’est pas “difficile”.


    • Rose du sud Le 22 mars 2015 à 11h48
      Afficher/Masquer

      A Perecop.
      Pour une fois, je n’ai pas aimé cet article mais beaucoup votre commentaire.
      Car aujourd’hui, nous ne votons pas pour les européennes mais pour des candidats de notre département. qui doivent œuvrer pour les œuvres sociales, les handicapés les sans emplois etc et c’est finalement drôlement important.
      Comme d’autres, j’étais perplexe et beaucoup disaient qu’ils ne pourraient pas aller voter à cause de la politique de hollande et même Todd ce génie qui prévoit TOUT s’est bien trompé sur ce personnage quand il prédisait que sous la pression Hollande deviendrait bien un vrai socialiste et la Psychologie monsieur Todd vous l’avez laissé à la porte! Il est bien le fils de son père et la vie privée a bien à voir avec la vie sociale.

      Après informations surtout grâce aux “crises” je vote ROUGE préférant cette fois les Russes aux Américains que d’ailleurs j’ai toujours détesté depuis leur décision de raser pour rien la ville du havre en 1944! la preuve je n’ai jamais voulu m’acheter un jean, je ne veux chanter aucun chant en anglais etc…
      Nous devons voter! En effet mes voisins scotchés à la Télé vont mal voter ce ne sera pas de ma faute!


      • georges dubuis Le 22 mars 2015 à 13h29
        Afficher/Masquer

        Malheur aux vaincus et aux victimes, la vraie sécurité n’est pas sociale, elle est savoir et reconnaissances de connaissances dans tous les sens du terme, notre nature 1ere et seconde. L’adolescence de l’humanité est entrain de se terminer car elles réalisée, bisounours uber alles , Poutine leurs fait peur instinctivement et la propagande sécuritaire tous azimutes les achève !


      • LBSSO Le 22 mars 2015 à 13h32
        Afficher/Masquer

        Bonjour Rose du sud

        Pas de “jean ” américain mais “scotchés” à la télé…..

        Pour info:Scotch est une marque de la société 3M

        “3M Company, auparavant Minnesota Mining and Manufacturing Company, est un conglomérat AMERICAIN basé à Saint Paul” 😉


        • Alain C Le 23 mars 2015 à 09h05
          Afficher/Masquer

          ce qui prouve qu’il est temps d’arrêter cette hégémonie malfaisante


    • Goelo Le 22 mars 2015 à 14h11
      Afficher/Masquer

      “Voter est un privilège extraordinaire”

      Certainement pas… Dans une véritable démocratie peut être mais il n’en existe pas.

      Le vote c’est la caution du système. S’il servait à quelque chose, il y a longtemps qu’il serait interdit (Coluche).


    • Macarel Le 23 mars 2015 à 16h42
      Afficher/Masquer

      Le choix ? Il est déjà fait pour vous ! Les gens entre lesquels l’on vous donne le choix, ne seront une fois élus que les pantins de la finance internationale et autres multinationales, même à leur corps défendant.


  19. Perceval Le 22 mars 2015 à 11h03
    Afficher/Masquer

    La publication de ces articles sur le mot d’ordre d’abstention aux élections européennes de 2014 auquel j’ai obéi pèche par son anachronisme. En effet, les élections départementales sont des élections où, justement, la souveraineté populaire peut et doit d’exercer efficacement (sur la réforme territoriale en particulier). Le M’PEP et d’autres organisations au sein du CNR-UE ont boycotté les élections européennes, en revanche ces partis présentent des listes aux élections départementales. Aujourd’hui je voterai “blanc” parce que, de mon point de vue, aucune des listes proposées ne proposent une alternative crédible pour une solution au désastre (FN, UMP, PS, FG), mais je voterai parce que je crois encore aux vertus de la démocratie représentative et à l’utilité des partis contrairement à ceux qui pensent que “la politique en ce moment est en train de se faire ailleurs que dans les partis politiques. […]du côté je dirais de ces intellectuels” ( http://www.pauljorion.com/blog/2015/03/19/dimanche-on-vote-enfin/ )


  20. Louis Robert Le 22 mars 2015 à 11h07
    Afficher/Masquer

    Enfin!

    Il en est donc, parmi ces gens de qualité, qui prennent enfin conscience de cette parfaite imposture et décident de ne pas s’en faire les complices en refusant tout net d’y participer? Il était plus que temps…

    Emma Goldman: “Si voter pouvait changer quelque chose, ils l’auraient rendu illégal”. Nous sommes par là énergiquement ramenés au philosophe Émile Chartier (dit Alain) et à son âne rouge…

    Persister à dire catégoriquement “NON” au pouvoir injuste, décadent et en faillite, en toutes circonstances et quelles que soient les raisons invoquées — et être surtout sérieux le faisant… — voilà bien la seule façon d’agir, concrète et révolutionnaire, qui puisse affamer la Bête et qui la fera mourir de faim.

    Vienne ce jour où la salle se videra! Le rideau tombera, une fois encore, qui sera la dernière. N’en doutons pas: libérateur, un nouvel ordre mondial sera né.


  21. Cédric Le 22 mars 2015 à 11h08
    Afficher/Masquer

    Et bien moi, je vais aller voter cet après-midi. J’ai 38 ans, toujours voté à gauche (sauf Bayrou 2007), en bon fils d’ouvriers…

    …mais nous entraîner vers la guerre, comme ils ont essayé de faire, est la dernière de leur nombreuses conneries que je peux tolérer.


  22. Paul Auster Le 22 mars 2015 à 11h19
    Afficher/Masquer

    Merci pour ce retour sur images très pertinent à maints égards ! Après les critiques et récriminations, l’heure est venue de passer à la formulation de propositions alternatives concrètes et de créer les conditions politiques pour qu’elles puissent être mises en oeuvre ! Voir par exemple, s’agissant de l’Union européenne : http://regards-citoyens-europe.over-blog.com/2015/02/il-faut-cesser-la-federalisation-de-l-union-europeenne-et-engager-sans-delai-sa-confederalisation-sur-la-base-du-modele-helvetique.h
    A suivre !


  23. cepamoi Le 22 mars 2015 à 11h41
    Afficher/Masquer

    Eh bien, si personne ne va voter, tant mieux, car moi j’irai et comme cela ma volonté sera faite sur cette Terre …


    • Louis Robert Le 22 mars 2015 à 12h31
      Afficher/Masquer

      Surprise!…

      La volonté qui est faite, ce jour même, “sur la terre comme au ciel”, n’est pas issue d’un processus électoral… dont du reste elle se moque éperdument. En témoigne ce rire qu’il faut avoir entendu au moins une fois dans sa vie, et qui s’apparente au “rire inextinguible des dieux”, chez Homère. Il met fin aux illusions.


      • cepamoi Le 22 mars 2015 à 15h57
        Afficher/Masquer

        J’ai voté… mais j’etais pas le seul !


        • Louis Robert Le 23 mars 2015 à 01h07
          Afficher/Masquer

          Grand bien vous fasse! — Toutefois, il ne faudra pas entreprendre de se plaindre et de se lamenter, ensuite, des conséquences d’avoir joué le jeu en si bonne compagnie… C’est connu, qu’ils nous exaucent ou pas, les dieux que l’on prie exigent qu’on les vénère, ne boudant aucunement les offrandes et se délectant toujours d’un fort parfum d’encens.


  24. René Fabri Le 22 mars 2015 à 12h18
    Afficher/Masquer

    Je m’abstiens d’acheter certaines choses quand je sais que l’entreprise qui les produit se comporte mal. Mon refus d’achat poussera l’entreprise à changer car les entreprises écoutent les clients.

    Mais je vote tout le temps, parce que l’abstention et le vote blanc ou nul ne feront rien changer. Au contraire, les hommes politiques en place pourront prendre le prétexte d’un faible taux de participation pour demander la suppression des élections.

    En ce moment, je crois qu’il y a suffisamment de sujets de mécontentement pour l’exprimer par le bulletin de vote, le dernier sujet étant le nouveau détournement du sens de la “liberté d’expression” dont se prévaut le Salon du livre, alors qu’il n’invite pas, ni ne soutient, Edward Snowden, Julian Assange, Natalia Poklonskaya et bien d’autres qui sont interdits de voyage en France à cause de leurs paroles.


  25. Un naïf Le 22 mars 2015 à 13h18
    Afficher/Masquer

    À tous ceux qui croient encore que les élections servent à quelque chose : ce qui est en train de se passer avec Syriza ne vous interpelle pas ? (Je ne parle même pas du référendum de 2005…)

    Comme le disait si bien Coluche : “si voter changeait quelque chose, il y a longtemps que ça serait interdit !”
    À méditer !! Bon dimanche 🙂


    • GLEB Le 22 mars 2015 à 14h15
      Afficher/Masquer

      J’ai trouvé une solution depuis 2005, la procuration à mes parents qui croient encore que les élections servent à changer leur vie. Ils sont contents et je ne sais même pas pour qui ils votent. Cela m’est complètement égal.
      Pour continuer dans la veine de Todd qui préfère voter pour les élections de président des usa plutôt qu’aux européennes, je pense que même cela ne servirait pas à grand chose pour nous européens … Différence pour nous européens entre démocrates et républicains (peste ou choléra) ?
      Pour un réel impact sur nos quotidiens, il faudrait un droit de vote au Bilderberg ou au conseil d’administration de Goldman-Sachs … Courage … Mais, ce n’est pas pour demain.


  26. Alae Le 22 mars 2015 à 14h06
    Afficher/Masquer

    “ce qui est en train de se passer avec Syriza ne vous interpelle pas ?”

    Syriza est au moins en train de tirer l’UE de son ronron, de bousculer pas mal de dogmes, de dénoncer publiquement des mensonges et d’ouvrir les yeux à beaucoup de gens.
    C’est un bon début.


    • Louis Robert Le 22 mars 2015 à 14h40
      Afficher/Masquer

      Je crois qu’en cette matière nous devrions nous inspirer un peu de Zhou Enlai qui, interrogé sur ce qu’il pensait de la Révolution française, répondit: “Il est encore trop tôt pour en juger.”


  27. Vénus Le 22 mars 2015 à 14h22
    Afficher/Masquer

    S vous ne voulez pas voter pour les candidats présentés dans vos cantons, de nombreux partis proposent leurs propres bulletins à imprimer chez soi et à glisser dans l’enveloppe! Je l’ai fait et j’ai voté pour un jeune parti de quelques 7400 adhérents, proposant la sortie de l’UE et de l’OTAN par l’article 50 du traité sur l’UE pour ainsi rétablir la démocratie en France. En fait, je ne voulais pas faire de pub, mais je suis tellement contente de l’avoir fait, même si mon bulletin va être considéré comme nul!


    • 170mah Le 22 mars 2015 à 14h32
      Afficher/Masquer

      Pas con . Aux prochaines elections , j’imprime un ” Poutine Président de l’UE”

      😀


  28. dupontg Le 22 mars 2015 à 14h38
    Afficher/Masquer

    imprimez vous des bulletins Vladimir Poutine….
    ça mettra de l’ambiance au depouillement
    tant qu’à voter blanc autant rigoler


    • Vénus Le 22 mars 2015 à 14h55
      Afficher/Masquer

      Bonne idée, mais bon, je ne vais pas agacer les gens plus que ça et puis, la France doit faire sa propre histoire, je suis sûre que Poutine l’aurait soutenu dans cette démarche!


  29. Jean-Paul B. Le 22 mars 2015 à 14h39
    Afficher/Masquer

    Bonjour,
    je ne trouve pas très judicieux de publier le 22 MARS 2015, jour du 1er tour des élections départementales, un article titré “Non je n’irai pas voter” par Emmanuel TODD qui concerne en fait les élections au Parlement européen du 25 MAI 2014 !!!
    Cela décrédibilise un peu ce site que je suis avec attention et sympathie depuis quelques semaines.
    Attention de ne pas rebuter les gens qui pensent trouver ici les informations sérieuses et objectives qui font défaut dans la prétendue “grande presse de référence”.
    Merci de tenir compte à l’avenir de l’avis de vos lecteurs.


    • jacky-olivier Le 22 mars 2015 à 14h47
      Afficher/Masquer

      Vous êtes libre d’aller voter et de cautionner cette mascarade, les-crises.fr est libre de publier ce qu’ils veulent quand ils veulent. C’est dingue ces exigences narcissiques type “moi je” !


    • Surya Le 22 mars 2015 à 15h10
      Afficher/Masquer

      Faut lire ce qu’il y a en dessous du titre. Oui je sais c’est chronophage…


    • Stephane Le 22 mars 2015 à 15h57
      Afficher/Masquer

      Bonjour,

      C’est au contraire un moyen intelligent de contourner l’interdiction par le code électoral de tout message par voie électronique à caractère électoral la veille ou le jour d’une élection qui exposait théoriquement Olivier à une amende de 75 000 euros.


  30. LS Le 22 mars 2015 à 14h43
    Afficher/Masquer

    Je suis plutôt d’accord avec Gilles Amiel de Ménard, que je ne connais pas, hormis l’extrait suivant du texte qui m’a fait bien rire en repensant à F. Lepage et ses propos sur le détournement des mots et la perte de sens :
    “De deux choses l’une. Soit l’on est pour une démocratie non représentative, par exemple en remplaçant la représentation parlementaire par le tirage au sort, soit l’on est pour une démocratie représentative”.
    Primo, un système de délégation de l’exercice du pouvoir du Peuple par un représentant élu n’est pas démocratique, il s’agit d’une aristocratie élective (“élection du meilleur”). Si on y ajoute l’aspect libéral, Hayek a l’honnêteté d’appeler ça “aristocratie libérale”.
    Deuzio, la seule forme de démocratie non représentative est la démocratie directe. Le tirage au sort désigne un représentant, il s’agit donc de démocratie représentative (cad forme de désignation compatible avec un système démocratique).


  31. DUGUESGLIN Le 22 mars 2015 à 15h11
    Afficher/Masquer

    A ce rythme là, on finira par avoir des représentants élus à 95% mais avec seulement 5 % des inscrits.


  32. Léa Le 22 mars 2015 à 17h15
    Afficher/Masquer

    Longtemps je me suis abstenue. Je m’étais trouvé plein de bonnes raisons.

    Bon le système est ce qu’il est, mais s’abstenir c’est laisser choisir les autres.

    On a jamais été aussi près de faire sauter l’ UMPS, ce n’est pas le moment de lâcher si on veut espérer que ça bouge.


    • soleil Le 22 mars 2015 à 18h12
      Afficher/Masquer

      je m’abstiens par manque d’information locale.
      Le jeu de la concurrence politique c’est autre chose.
      bonne fin de soirée


    • jacky-olivier Le 22 mars 2015 à 20h43
      Afficher/Masquer

      S’abstenir c’est ne pas cautionner cette fausse démocratie. Je rappelle aux frontistes ou à ceux tenter par le FN que ce parti a pour fonction :
      – d’assurer le maintien de l’UMPS
      – de participer à la division des Français et au choc des civilisations
      – d’associer le souverainisme à la xénophobie
      – d’empêcher la réunion des souverainistes de droite et de gauche, réunion qui elle seule pourrait renverser l’UMPS


    • Louis Robert Le 23 mars 2015 à 01h20
      Afficher/Masquer

      Quelle importance que “ça bouge” si ça va nulle part qui vaille et que ça ne peut nous mener qu’au fond du trou?


  33. soleil Le 22 mars 2015 à 17h57
    Afficher/Masquer

    Avec tous ces élus, il serait bien que chaque commune face une information sur le fonctionnement du parlement européen FRANÇAIS. Il y a rien.
    Les petits électeurs sont en droit de recevoir une information. Que font les communes aujourd’hui dimanche 22 mars 2015 ?
    Elle tamponne la carte d’électeur simplement. Petit bisou, poignée de main, transmette le nombre de votants à la Préfecture. Quel marathon !


  34. Patrick Luder Le 22 mars 2015 à 20h28
    Afficher/Masquer

    Un peu tard … mais pourquoi ne pas voter pour un nom pris au hasard dans le bottin de téléphone? Cela soulèverait peut-être quelques questions ;o)


  35. cepamoi Le 22 mars 2015 à 20h53
    Afficher/Masquer

    Bon résultat : UMPS 75% FN 25%


    • Carabistouille Le 22 mars 2015 à 21h13
      Afficher/Masquer

      c’est faux, umps: 45%, un désastre.


      • cepamoi Le 23 mars 2015 à 09h13
        Afficher/Masquer

        Faut compter les ralliés à sa cause dans une guerre…


      • georges dubuis Le 23 mars 2015 à 09h17
        Afficher/Masquer

        On a assisté, en effet, à une mise en forme, présentation de la représentation, des résultats des votes, y z’ont fait des paquets et des paquets face à la menace. Sarko, le nouveau républicain, Hollande, le démocrate et……..les autres forcement extrêmes.


  36. coinfinger Le 22 mars 2015 à 22h44
    Afficher/Masquer

    Les élections , je relativise . Encore plus depuis que je suis à l’Est . La révolution ce fut sérieux , j’ai bien engrammé . Je suis Français . Le droit de vote çà rigole pas .
    Alors ici çà prend une autre tournure avec les mémes apparences . Les élus c’est d’ex-communis
    tes devenus libéraux . Ce qui n’a pas changé , c’est le montant des taxes , ce qui est subventionné , et puis les cadeaux . Une secrétaire de Mairie qui fait passer votre terrain d’agricole à constructible , et ben c’est une boite de chocolats , des bons …ou un paquet de café moulu . C’est pas cher , on s’accomode . Du moment que vous cherchez pas le bordel .On vous cherche pas pas des poux .
    Maintenant l’Ukraine c’est à coté , y a des tendances locales pour les exités , çà se pourrait qu’ à un moment la téte d’un Français au bout d’une pique çà pourrait étre décoratif , où à l’inverse qu’en France on me bloque mes comptes bicause déboires des banques . La Vie c’est un risque , pour le moment je gagne , pourvu que ce soit suffisant pour m’assurer un séjour dans une ile tranquille du Pacifique avec des wahinés qui savent danser . Sinon , ben j’aurai bien vécu quand méme , malgré les derniers moments .


    • georges dubuis Le 23 mars 2015 à 09h04
      Afficher/Masquer

      La vie est, chance, qui n’est pas un risque quand on a de l’assurance: savoirs et reconnaissances. Sinon, c’est nom de dieu: pas de chance.
      Coinfinger, vous avez créé, une situation, en vous déplaçant, déportant,prenant vos distances………. c’est déjà çà et çà, çà se sent.
      PS en fait il faut voir les élections….comme un vrai sondage


      • cepamoi Le 23 mars 2015 à 09h11
        Afficher/Masquer

        Non, non les elections c’est le choix des décideurs … et ça change tout de ce que le decideur va decider.
        C’est pas un sondage.


        • georges dubuis Le 23 mars 2015 à 17h11
          Afficher/Masquer

          Ben si, c’est un sondage de tendances à s’occuper de la maison où de confirmer les tendances très tendancieuses du laisser faire….le bordel.


    • Vu de Varsovie Le 23 mars 2015 à 13h17
      Afficher/Masquer

      @coinfinger

      Tiens, vous aussi ? 😉

      Moi, francophone (et francophile), un pied en France grâce à mon business (pour embêter un peu les polonophobes du blog, j’avouerai que j’embauche des expats Français 😉 ), l’autre en Pologne grâce à la famille. On se demande ce qui va nous tomber sur la tête en premier : Poutine à l’Est , la crise bancaire ou les islamistes à l’Ouest ?


      • Michel Roissy Le 23 mars 2015 à 14h37
        Afficher/Masquer

        décidément, vous faites une fixette sur l’invasion de la Pologne par Poutine, vous savez, ça se soigne les phobies.

        Qu’est ce que Poutine peut avoir à faire d’un pays comme la Pologne qui combat son insignifiance politique (sauf à être un petit toutou de Washington) en faisant beaucoup (trop) de bruit


        • Vu de Varsovie Le 23 mars 2015 à 14h57
          Afficher/Masquer

          Apparemment, c’est vous qui faites une fixette, ai-je parlé d’invasion russe ? J’évoque plutôt une amplification du conflit actuel à l’est dont nous serions tous victimes.

          MESSAGE DE LA MODERATION: A lire ce fil, il apparaît clairement que c’est encore vous qui avez ramené le cas “Poutine” sur ce sujet où il n’a absolument RIEN A FAIRE. En langage de modérateur on appelle ça du trollage. Tenez vous le pour dit.


          • Vu de Varsovie Le 23 mars 2015 à 19h53
            Afficher/Masquer

            Cher Modérateur, on parle de Poutine, d’Ukraine et de Russie dès les premiers commentaires du billet, et c’est le mien que vous considérez comme trollage et hs ?


        • Vénus Le 23 mars 2015 à 17h16
          Afficher/Masquer

          Je suis Russe et je suis pour la paix ! L’objectif de ce blog est de rapprocher les gens et non pas de les diviser, d’essayer de donner la parole à chacun. Vous avez le droit de vous inquiéter en tant que simple citoyen polonais, qui vit juste à côté du pays en guerre où les néonazis font la loi. Il ne faut pas dénigrer la Pologne qui a eu sa propre histoire tragique. Les Russes ne veulent pas de guerre, le Président russe non plus. Par contre, il ne laissera pas tomber les siens, ça c’est sûr, quelque soit le pays où les droits de ses citoyens sont bafoués et piétinés. Prions pour que les les Américains arrêtent leur politique agressive envers la Russie et son peuple! Comme ça, il y aura un problème en moins!


          • georges dubuis Le 24 mars 2015 à 21h03
            Afficher/Masquer

            Et moi Vénus, qui suis français, j’en chie comme un Russe d’écouter la propagande pro amer ricaine sur toutes nos antennes. A priori tout le monde est pour la paix, mais je n’est pas encore nous, car nous sommes occupés par une main invisible comme a osé déclarer l’agent hollande, sans majuscule !


            • Vénus Le 25 mars 2015 à 15h07
              Afficher/Masquer

              Je suis comme vous et contre la propagande anti-russe, mais je m’abstiens d’accuser un citoyen polonais qui, à mon sens, n’a rien dit d’agressif sur ce forum si on remonte le fil de discussion. En tout cas, pour le moment…Tout comme je ne suis pas remontée contre de simples citoyens ukrainiens qui ne sont pour rien dans l’affaire…Par contre, je suis remontée contre les grands médias qui eux influencent véritablement les esprits.


        • georges dubuis Le 23 mars 2015 à 17h19
          Afficher/Masquer

          vu de vasovie
          vous avez rectifié votre message
          Vous vous indignez des préjugés sur la Russie, mais ça ne vous empêche pas d’entretenir vos préjugés sur les Baltes et la Pologne, avec toujours ce langage haineux…

          Ni haine , ni agressivité, disons un diagnostique réaliste chez Mr Roissy.


          • Vu de Varsovie Le 23 mars 2015 à 19h55
            Afficher/Masquer

            Vous avez raison. J’aurais du dire “méprisant” ou “condescendant”.


            • georges dubuis Le 24 mars 2015 à 20h52
              Afficher/Masquer

              NON. Si je dis que la France est un toutou de Washington cela n’a rien de méprisant, ni de condescendant, c’est un FAIT. Vous êtes donc bien un troll= la mauvaise foi qui insiste. /


  37. Macarel Le 23 mars 2015 à 11h12
    Afficher/Masquer

    Hier, sans doute pour la première fois -lors d’un premier tour-, je n’ai pas fait mon “devoir citoyen”.
    Non par plaisir, mais parce qu’il est un moment, où l’on ne veut, peut, plus jouer le jeu de con
    auquel nous sommes régulièrement conviés.
    Je reviendrai voter lorsque les scrutins seront vraiment précédés d’authentiques débats démocratiques.
    Ouille ! En disant cela je prends le risque de ne plus jamais aller voter… On verra en fonction des circonstances…
    De toute façon le PS a perdu le nord depuis longtemps, bien avant la déculottée qu’il a essuyé dans le Pas de Calais ce dimanche.

    Notre démocratie :

    50% des inscrits s’abstiennent, selon les scrutins le “bloc de droite républicain” de gauche ou de droite obtient 30%¨des suffrages exprimés.
    Le FN, est quasi éliminé au 2nd tour, tout comme avant, les découpages électoraux, et le type de scrutin majoritaire, visaient à limiter le nombre d’élus du PC.
    En conséquence ce sont en moyenne des gens tantôt de “gauche”, tantôt de “droite”, qui représentent 15% des inscrits (soit 6 millions de français ou 1/10 des français) qui alternent au pouvoir, pour mener la même politique économique. Pour le reste ils se chamaillent sur des questions de société comme le mariage pour tous (horreur, j’allais écrire le partage pour tous !)
    Donc, de facto cela revient -encore plus si l’on tient compte des manipulations médiatiques, qui précèdent toute élection-, cela revient, dis-je, à une forme de suffrage censitaire.
    Autant rétablir le suffrage censitaire, ce sera plus clair.


  38. Macarel Le 23 mars 2015 à 13h45
    Afficher/Masquer

    Comment appeler le régime dans lequel l’on vit ?

    Médiacratie ? Médiocratie ? Manipulocratie ? Lobbycratie ?

    Ou faut-il inventer un mot nouveau, pour nommer cette “mascarade” ?

    De toute façon la démocratie participative, n’est praticable qu’à petite échelle (un canton suisse au maximum), ensuite au niveau de nos nations historiques, nous avons la démocratie dite représentatives, dont nous expérimentons aujourd’hui les limites, dans un monde où les firmes multinationales pèsent souvent plus lourd que les Etats. Et c’est encore pire au niveau d’un bloc continental, comme l’UE, où la démocratie représentative est à un second niveau de délégation, sauf pour le parlement, mais c’est un parlement “Potemkine” pour reprendre les mots de Todd.
    Sans compter, qu’à Bruxelles le lobbying des grandes firmes privées est une activité à plein temps, qui occupe des milliers de lobbyistes, afin que le parlement vote des lois qui vont dans le sens de leurs intérêts.
    L’on est bien loin du “Gouvernement pour le peuple, par le peuple.”, ou du “We the people” de la constitution américaine.
    La démocratie, est un mot qui recouvre des tas de réalités bien différentes, même certaines anciennes républiques socialiste de l’Est s’appelaient démocratiques.
    Notre système “démocratique” actuel, est une forme très abâtardie de l’idéal démocratique, même si l’on se réfère au modèle athénien, modèle qui ne comptait que 60000 citoyens libres, pour 200000 esclaves, et le reste étant classé dans la catégorie des métèques.
    Certains pensent contourner les problèmes d’échelle, par la technique, j’en doute fort pour ma part, il n’est que de constater combien les pouvoirs en place essayent de contrôler l’internet.
    En fin de compte, la démocratie, dans tout ce que ce mot comporte d’idéal, n’est peut-être qu’une chimère, une utopie.
    La démocratie concrète, celle que nous expérimentons dans nos pays, restera toujours le “moins pire des régimes” comme disait Churchill, mais est-ce une raison pour admettre toutes ses dérives contemporaines, et sa dégénérescence sous les coups de boutoir des grands intérêts privés (voir l’affaire du TAFTA, par exemple) ? Je pense que NON !


  39. Macarel Le 23 mars 2015 à 14h20
    Afficher/Masquer

    Ma foi, je dois être un peu rousseauiste… 😉


  40. Macarel Le 23 mars 2015 à 17h17
    Afficher/Masquer

    VOTER POUR QUOI FAIRE DANS UNE UE OU TOUT EST VERROUILLE ???

    L’exemple grec est là pour témoigner…

    https://www.dailymotion.com/video/x2k73qz_alain-badiou-stathis-kouvelakis-syriza-l-heure-des-perils_news?start=320


    • Michel Roissy Le 23 mars 2015 à 19h32
      Afficher/Masquer

      et l’exemple espagnol pourrait suivre. Podemos vient de gagner 15 sièges en Andalousie, en attendant ce qui se pourrait arriver en septembre de façon plus large (ce que je souhaite à l’Espagne)…

      alors, il est vrai que la politicaille franco-française laisse peut d’espoir ACTUELLEMENT, mais ce n’est pas en baissant les bras qu’on ferra changer les lignes…

      bon, dans mon canton, c’est ballottage entre FdG et FN (déjà ça de pris, l’UMPS dégage assez piteusement), reste à faire passer l’un des deux, aux électeurs (dont moi) de trancher


  41. cepamoi Le 23 mars 2015 à 18h17
    Afficher/Masquer

    Ouais et à quoi ça sert de vivre?


  42. Wilmotte Karim Le 23 mars 2015 à 21h54
    Afficher/Masquer

    Pour rappel, ce recul de la démocratie a été réfléchi et puis mis en place.

    Un certain Lénine disait qu’il fallait prendre tout les espaces disponibles.
    On peut dire qu’il connaissait un brin la lutte politique.

    Ne votez pas. Et si vous pouviez aller à chaque élection jouer de la cane à pêche, ça en arrangerait beaucoup. Mais n’en attendez rien de bon.


  43. Emmanuel Le 24 mars 2015 à 20h42
    Afficher/Masquer

    Il serait bien d’ajouter à cette page des labels pour l’indexation du contenu (comme “Jacques Sapir”, etc.). Ils seront utiles à des lecteurs qui font par ce biais leurs choix de lecture.


Charte de modérations des commentaires