Exclusif The Guardian : les emails secrets d’Assad dévoilent un pan de la vie du cercle intime du Leader

Par Robert Booth, Mona Mahmood et Luke Harding. Paru sur guardian.co.uk, mercredi 14 mars 2012. Traduit par Valérie Courteau pour www.les-crises.fr

  • Les messages montrent que Bachar al-Assad a pris conseil auprès de l’Iran
  • Le Leader fait la lumière sur les réformes promises
  • Son épouse a dépensé des sommes folles en bijoux et mobilier

 

dessin humour cartoon

Bachar al-Assad a apparemment fait la lumière des réformes qu’il avait promises dans une tentative pour désamorcer la crise syrienne. Photo: AFP / Getty Images

 

Bachar al-Assad a pris conseil auprès de l’Iran sur la façon de gérer le soulèvement contre son régime, selon le contenu du cache de son disque dur, faisant apparaître plusieurs milliers de mails reçus et envoyés par le dirigeant syrien et sa femme.

Le dirigeant syrien a également été informé en détail de la présence de journalistes occidentaux dans le quartier Baba Amr de Homs et a exhorté à “resserrer l’étau de la sécurité” sur l’opposition qui s’est développée dans la ville en novembre.

Ces révélations sont contenues dans plus de 3 000 documents dont les activistes disent qu’il s’agit d’emails téléchargés à partir des comptes privés appartenant à Assad et à son épouse Asma.

Les messages, qui ont été obtenus par le Guardian, auraient été interceptés par les membres de l’opposition du Conseil suprême de la Révolution entre juin et début février.

Ces documents, qui sont publiés lors ​​du premier anniversaire de la rébellion, qui a vu plus de 8 000 Syriens tués, brossent le portrait d’une famille d’abord remarquablement épargnée par la crise et qui continue à profiter d’un style de vie luxueux.

Ils laissent apparaître des achats, pour plusieurs milliers de dollars, de la femme du président, sur Internet, qui aurait acquis des produits de designers, tandis que Bachar Al Assad échangeait des liens Internet de vidéos amusantes sur ​​son iPad et téléchargeait de la musique à partir d’iTunes.

Alors que le monde a assisté avec horreur à la répression brutale des manifestations dans tout le pays et vu de nombreux Syriens confrontés à des pénuries alimentaires et d’autres difficultés, Mme Assad a dépensé plus de £ 10 000 dans des chandeliers, des tableaux et des lustres en provenance de Paris et a chargé un collaborateur de commander un appareil à fondue sur Amazon.

The Guardian a fait des efforts considérables pour authentifier les mails en vérifiant leur contenu, en les confrontant aux faits établis et en contactant 10 personnes dont la correspondance apparaît dans la mémoire cache. Ces contrôles suggèrent que les messages sont authentiques, mais il n’a pas été possible de tout vérifier.

Les mails semblent également montrer que:

  • Assad a établi un réseau de collaborateurs de confiance qui relevaient directement de lui à travers son compte e-mail “privé” – court-circuitant à la fois son clan puissant et le dispositif de sécurité du pays.
  • Assad fait la lumière sur des réformes qu’il avait promises dans une tentative pour désamorcer la crise, en se référant à ces «lois ineptes sur les partis, les élections, les médias“.
  • Une fille de l’émir du Qatar, Hamid bin Khalifa al-Thani, cette année, a conseillé à M. et Mme Assad de quitter la Syrie et a dit que Doha pourrait leur offrir l’exil.
  • Assad a évité d’importantes sanctions américaines contre lui en utilisant une tierce personne avec une adresse aux États-Unis pour faire des achats de musique et des applications à partir d’iTunes d’Apple.
  • Une société basée à Dubaï, al-Shahba, avec un siège social à Londres est un intermédiaire clé pour les affaires du gouvernement syrien et les achats privés de Mme Assad.

Les militants disent qu’ils ont récupéré le nom d’utilisateur et le mot de passe, censés avoir été utilisés par le couple, par une taupe du cercle intime du président. Les adresses e-mail utilisaient le nom de domaine alshahba.com, un groupe de sociétés utilisé par le régime. Ils disent que les détails ont permis un accès ininterrompu aux deux boîtes de réception jusqu’à ce que la fuite soit découverte en Février.

Les mails semblent montrer comment Assad a réuni une équipe d’aides pour le conseiller sur la stratégie média à adopter et la façon de se positionner face à la critique internationale croissante des tentatives de son régime à écraser l’insurrection, qui est maintenant sensée avoir fait 10 000 morts.

Des activistes disent qu’ils ont été en mesure de surveiller les boîtes aux lettres d’Assad et de son épouse en temps réel pendant plusieurs mois. Dans plusieurs cas, ils affirment avoir utilisé des informations pour avertir leurs collègues à Damas de coups imminents du régime contre eux.

L’accès a continué jusqu’au 7 février, quand un e-mail menaçant est arrivé dans la boîte de réception présumée être celle utilisée par Assad, après que l’existence du compte soit révélée lorsque le groupe Anonymous a séparément piraté un certain nombre d’adresses e-mail du gouvernement syrien. La correspondance vers et depuis les deux adresses a cessé le jour même.

Les mails semblent indiquer qu’Assad a reçu des conseils de l’Iran ou de ses mandataires, à plusieurs reprises pendant la crise. Avant le discours de décembre, son consultant en médias a préparé une longue liste de thèmes, déclarant que ces conseils ont été fondés sur «des consultations avec un bon nombre de personnes en plus des conseillers médias et politique de l’ambassadeur d’Iran”.

Le mémo recommandait au président d’utiliser “un vocabulaire viril et combatif” (langage puissant et violent), de rendre hommage et de reconnaître le soutien de “pays amis”. Il a également indiqué que le régime devrait “faire fuiter plus d’informations liée à notre capacité militaire” pour convaincre le public qu’il pourrait résister à un défi militaire.

Le président a également reçu des conseils  d’Hussein Mortada, un homme d’affaires influent du Liban ayant des liens étroits avec l’Iran. En décembre, Mortada a exhorté Assad à cesser de blâmer al-Qaïda pour un double attentat à la voiture piégée à Damas, qui a eu lieu la veille de l’arrivée d’une mission des observateurs de la Ligue arabe dans le pays. Il a dit qu’il avait été en contact avec l’Iran et le Hezbollah au Liban qui partageaient son avis.

“Il n’est pas dans notre intérêt de dire qu’Al-Qaïda est derrière l’opération, car cette revendication permettrait [d'affranchir] l’administration américaine et l’opposition syrienne de toute responsabilité,” a écrit Mortada peu de temps après les explosions. «J’ai eu des contacts avec l’Iran et le Hezbollah en tant que directeur d’un grand nombre de chaînes irano-libanaises et ils m’ont ordonné de ne pas mentionner qu’Al-Qaïda est derrière l’opération. Il s’agit d’une flagrante erreur tactique des médias.”

Dans un autre email Mortada a informé le président que le régime avait besoin de prendre le contrôle des places publiques entre 15 heures et 21 heures pour refuser aux groupes d’opposition l’opportunité de se réunir en ces lieux.

L’Iran et le Hezbollah ont été accusés tout au long de l’insurrection, qui dure depuis une année, de fournir sur le terrain un soutien à la répression du régime, y compris l’envoi de soldats pour combattre aux côtés des forces du régime et des experts techniques pour aider à identifier les activistes qui utilisent Internet. L’Iran et le Hezbollah ont tous deux nié offrir autre chose qu’un soutien moral.

Parmi ceux qui ont communiqué avec le compte email du président, il y a Khaled al-Ahmed à qui, croit-on, a été donnée la tâche de les conseiller sur Homs et Idlib. En novembre Ahmed a écrit à Assad pour lui demander de «resserrer l’emprise sécuritaire pour commencer [l'] opération de restauration du contrôle étatique d’Idlib et de la campagne de Hama”.

Il a également informé Assad qu’il lui avait été rapporté que des journalistes européens avaient “pénétré dans la zone en traversant la frontière libanaise illégalement». Dans un autre courrier, il a averti le président qu’ «une source sure, qui a rencontré les dirigeants des groupes de Baba Amr, a déclaré, aujourd’hui, qu’une grosse cargaison d’armes en provenance de Libye arriverait sur ​​les rives de l’un des Etats voisins dans les trois jours pour être acheminée clandestinement vers la Syrie “.

http://www.guardian.co.uk/world/video/2012/mar/14/syrian-tank-video-assad-emails

Les e-mails offrent une opportunité rare au chef syrien isolé, apparemment zigzagant entre l’apitoiement sur soi, le défi et la désinvolture comme lorsqu’il a échangé des liens de séquences vidéo amusantes avec ses collaborateurs et son épouse. À une autre occasion, il transmet à un aide un lien, sur YouTube, d’une reconstitution grossière du siège de Homs qui utilise des jouets et des biscuits.

Tout au long de 2011, son épouse semble avoir gardé une correspondance régulière avec la fille de l’émir du Qatar, Mayassa al-Thani. Mais les relations semblent s’être refroidies au début de cette année, lorsque Thani a directement suggéré que le dirigeant syrien démissionne.

“Mon père considère le président Bachar comme un ami, malgré les tensions actuelles – il lui donnait toujours de véritables conseils,» écrivait-elle le 11 décembre. «La possibilité d’un changement réel et d’évolution a été perdue depuis longtemps Néanmoins, certaines portes se ferment, d’autres s’ouvrent -. Et j’espère que ce n’est pas trop tard pour entreprendre une réflexion et pour sortir de l’état de déni.”

Un second email du 30 janvier a été plus direct incluant une offre tacite d’exil. “Il suffit d’avoir suivi les derniers développements en Syrie … en toute honnêteté – en examinant le cours de l’histoire et l’escalade des événements récents – nous constatons deux choses : des dirigeants qui démissionnent et obtiennent l’asile politique ou des dirigeants qui sont brutalement attaqués. Je pense honnêtement qu’e c’est une bonne occasion de quitter le pays et de reprendre une vie normale. Je prie pour que vous réussissiez à convaincre le président de saisir cette opportunité pour quitter le pays sans avoir à faire face aux accusations. La région a besoin de se stabiliser, mais pas plus que vous n’avez besoin de la paix de l’esprit. Je suis sûre que vous avez de nombreux endroits où vous rendre, y compris Doha. ”

Rendre compte directement à Assad, indépendamment de la police militaire de l’État et des services de renseignement, était une habitude de son père, Hafez al-Assad, qui a régné en Syrie pendant trente ans jusqu’à sa mort en 2000, introduisant celui qui était alors son rejeton de 36 ans à la présidence. Assad Senior était connu pour établir des lignes de rapports multiples provenant de chefs de la sécurité et d’aides fiables, avec la conviction que cela empêcherait un seul organisme de devenir assez puissant pour constituer une menace pour lui. Son fils a montré les mêmes dispositions durant sa décennie au pouvoir. Le soulèvement qui dure depuis un an semble être défaillant cette semaine alors que les forces loyales à Assad ont repris la ville clé d’Idlib dans le Nord.

Beaucoup de conseils relatifs à l’utilisation des médias sociaux proviennent de deux jeunes femmes syriennes éduquées aux États-Unis, Sheherazad Jaafari et Hadeel Al-Al. Toutes deux soulignent régulièrement à Assad, qui utilise l’adresse sam @ alshahba, l’importance des médias sociaux et l’importance d’intervenir dans les discussions en ligne. À un moment donné, Mme Jaafari se vante du fait que CNN s’est fait avoir par un pseudonyme qu’elle a créé pour poster des commentaires pro-régime. Les emails révèlent également que l’équipe média a convaincu Twitter de fermer les comptes qui prétendent représenter le régime syrien.

Plusieurs semaines après que les emails de sam@alshahba.com ont été éventés en février, une nouvelle chaîne de télévision d’Etat syrienne a diffusé deux brèves niant que l’adresse e-mail avait été utilisée par Al-Assad. Les opposants affirment que ce fut une mesure préventive visant à discréditer toute future fuite des e-mails.

Le mercredi Assad a annoncé que de nouvelles élections législatives se tiendraient à travers la Syrie, le 7 mai. Le mouvement semble être une réponse à la demande de Kofi Annan à la suite de sa visite à Damas, au cours du week-end, pour obtenir un cessez-le-feu durant les élections. Les activistes ont décrit le référendum du mois dernier, qui a ouvert la voie pour le scrutin, comme une imposture.

Il y a eu effusion de sang sur le terrain. Les opposants disent que les forces gouvernementales ont tué des dizaines de personnes près d’une mosquée dans la ville d’Idlib, des rebelles ont tué au moins 10 soldats dans le même secteur. À Homs, les habitants affirment que la partie ancienne de la ville a été bombardée par le gouvernement. Ils ont également signalé un massacre de 53 personnes dans le Karm el-Zeytoun , région du sud-est de Homs.

Le président américain, Barack Obama, a signé un décret en mai dernier imposant des sanctions contre Assad et d’autres responsables du gouvernement syrien.

En plus de geler leurs avoirs aux États-Unis, l’ordonnance interdisait « aux Américains » de se livrer à des transactions avec eux. L’UE a adopté des mesures similaires contre Assad l’an dernier. Elles comprennent une interdiction de voyager à l’échelle européenne pour le président syrien et un embargo sur les exportations militaires vers la Syrie.

© The Guardian

Les codes des comptes email d’Assad sur un simple bout de papier

Source : Le Monde.fr 

Les emails du couple Assad n’ont pas été obtenus par un piratage techniquement élaboré. C’est même tout le contraire, raconte Le Guardian : les activistes syriens ont bénéficié d’une fuite des plus classiques. Selon l’opposition syrienne, c’est un sympathisant travaillant au ministère de l’Intérieur à Damas qui aurait remis les adresses et leurs mots de passe aux opposants sur une simple feuille de papier.

En juin dernier, deux activistes vivant hors de Syrie ont utilisé ces codes pour mettre en place une surveillance détaillée du couple Assad. Pour cela, les activistes se sont simplement relayés, d’abord plusieurs heures par jour, puis 24 h/24, pour rester connectés aux boîtes email du couple Assad et surveiller les messages entrants – et les copier avant que le couple Assad ne les supprime, ce qu’ils faisaient régulièrement. Une technique très rudimentaire : de nombreux outils permettent de copier automatiquement les emails reçus par une adresse une fois que l’on a obtenu l’accès au compte.

UN COUP D’ARRÊT DÛ AUX ANONYMOUS

Ironie de l’histoire, les messages du couple Assad ont donc pu être surveillés pendant des mois par un petit groupe d’activistes sans que ces derniers aient recours à des technologies de pointe, alors que le régime syrien a, de son côté, mis en place des outils de haute technologie pour tenter de filtrer et de surveiller Internet dans le pays. La Syrie a ainsi acheté des technologies de surveillances à plusieurs entreprises européennes et américaines, notamment par le biais d’une société italienne.

dessin humour cartoon


Documents

Les emails sont consultables ici


dessin humour cartoon

dessin humour cartoon

30 réponses à [Traduction exclusive] L’affaire des emails d’Assad

  1. hema Le 31 mars 2012 à 05h57
    Afficher/Masquer

    A lire cet article , on a l’impression de B.El Assad est un homme faible, vaguement inconscient et ayant une sensibilité proche de celle d’un crocodile mort, alors on se pose la question, qui dirige la Syrie.

    L’armée (comme en égypte) ?
    L’iran ?
    Une clique d’hommes d’affaires ?
    Le clan des alaouites ?
    Personne, c’est le foutoir….  


  2. hema Le 31 mars 2012 à 06h11
    Afficher/Masquer

    A lire cet article, on a l’impression que B. El Assad , en plus d’avoir la sensibilité d’un crocodile mort est un être faible et assez inconscient, alors on se pose la question, qui dirige la Syrie ?
    -L’armée, comme en Egypte ?
    -L’Iran ?
    -Le clan des Alaouites ?
    -Un clique d’hommes d’affaires ?
    -Personne, c’est le foutoir…

    Un des “espoirs” d’un copain très lié à la Syrie est que la clique d’hommes d’affaires qui entoure le pouvoir commencent à douter de la pérennité du régime et qu’il se mettent à quitter le navire pour rejoindre l’opposition.
    Opposition, où semble t’il, c’est déjà un sacré bordel (entre les confessions , les tribus, les opinions politiques,…) .


  3. Patrick-Louis Vincent Le 31 mars 2012 à 07h11
    Afficher/Masquer

    Si tu ne crois pas celle-là, je t’en sortirais une autre !

    Plus c’est gros, plus ça marche !

    Ainsi, un groupuscule de l’opposition au régime syrien aurait réussi à intercepter tous les mails du dirigeant syrien, alors que ce pays a l’un des services de renseignements les plus efficaces au monde. On se fiche de notre poire !

    Ces soitdisant messages ne nous apprennent d’ailleurs absolument rien. Que l’Iran soit un allié de la Syrie, c’est pas un scoop. Que Mme Assad ait acheté une friteuse sur Internet, la belle affaire !

    En revanche, c’est curieux, pas un mot sur la visite du ministre des affaires étrangères de la Russie, venu, avec les services de renseignements russes, apporter leur soutien à la Syrie.

    Toujours ces “mails” reconnaissent-ils l’envoi de troupes de la Lybie vers la Syrie. Mais ce que ne disent pas ces mails, c’est que ces troupes ne sont pas allés en Syrie soutenir Assad, mais gonfler le rang des mercenaires envoyés et financés par l’Arabie Saoudite et le Qatar. Ce sont des troupes d’Al Qaïda qui sont à présent les maîtres à Tripoli.

    Et puis, il faut arrêter de ressasser que le régime a tué 7 000 personnes. Tout cela n’est absolument pas prouvé et n’est que de la propagande otanienne. Des morts, il y en a, c’est certain, et des deux côtés, ou alors les mercenaires sont vraiment nuls. Il faut aussi arrêter de dire que tout le pays est à feu et à sang. C’est tout simplement faux. L’on sait que seules les régions frontalières du Liban ont pu être atteint par les mercenaires qui avaient leur base militaire au Liban. Mais rien dans le reste du pays et rien à Damas, à part un ou deux attentats suicide, où, au contraire, des manifestations de plusieurs centaines de milliers de personnes se sont déroulé pour soutenir Assad. Damas est une ville calme ou le commerce continue.

    C’est fou de tomber à ce point dans le piège de la propagande otanienne. L’affaire de Syrie a été montée de toutes pièces par les services américains pour pouvoir avoir une base militaire à la frontière de l’Iran. Cetteaction s’inscrit donc dans le contexte d’une future guerre contre l’Iran. Assad est un allaouite, minorité chïïte au sein d’un pays majoritairement sunnite et où est installée une forte minorité chrétienne, soutien d’Assad. Les Américains, ne voulant plus se mouiller dans une guerre (politique Obama) fait faire le travail par l’Arabie Saoudite et le Qatar, pays sunnites, ennemis jurés des chïïtes. Il s’ensuit un envoi massif de mercenaires (plisieurs milliers) qui installent une base militaire au Liban. Beaucoup de ces mercenaires viennent de la région de Tripoli que les Américains ont donné à Al Qaïda. Malheureusement, le plan américain a échoué, parce que les Russes ont mis leur veto. Les Américains ont d’ailleurs abandonné l’envoi de renfort en matériels, et le camp militaire au Liban a été détruit par l’armée libanaise. Le Liban, qui a aussi une forte minorité chrétienne, a donc choisi son camp, c’est celui de la Syrie.

    L’affaire est donc geopolitique et geostratégique. Elle n’a rien à voir avec une rebelion de la population civile. 


    • Patrick Luder Le 31 mars 2012 à 07h46
      Afficher/Masquer

      PLV, vous dites ” L’affaire de Syrie a été montée de toutes pièces par les services américains ” ???

      C’est la population qui se révolte en Syrie, révolte violemment réprimée par l’Etat contre son propre peuple !!!


  4. Patrick Luder Le 31 mars 2012 à 07h50
    Afficher/Masquer

    Révolte Syrienne 2011 – 2012 voir un bon résumé …

    link to fr.wikipedia.org 


  5. MORVAN Le 31 mars 2012 à 07h53
    Afficher/Masquer

    Sa femme a acheté un appareil à fondue sur amazon. Quelle honte. Le notre achète des rollex, des rayban, c’est plus sobre.
    Je n’ai même pas lu le reste. Sans intérêt.


  6. Trubli Le 31 mars 2012 à 08h26
    Afficher/Masquer

    A l’instar de Patrick Louis Vincent, je pense qu’il faut rester prudent. Quelle est la part de révolte populaire et quelle est la part de tentative de déstabilisation par l’ OTAN ?

    Irak, Afghanistan, Syrie, c’est bizarre que ces pays soient frontaliers de l’Iran. L’Iran pays où les services secrets américains ont renversés Mossadegh un peu trop à gauche pour eux, au final ils ont récolté les mollahs. 

    Je ne soutiens pas Assad car c’est un despote mais je me doute que quelques puissances étrangères essaient de tirer profit de l’exaspération de la population. Pour amener une guerre il faut d’abord travailler l’opinion publique. Les mails du Guardian vont dans ce sens. 


  7. CLAUDE Le 31 mars 2012 à 08h31
    Afficher/Masquer

    M Hassad est certes un dictateur mais un parmi tant d’autres. Faudrait-il attaquer tous les pays dirigés par des dictateurs : la Chine, la Russie, le Moyen-orient, l’Afrique… Bien souvent les dits dictateurs “placés” par les puissances occidentales ex notre Françafrique, M Ben Ali, M Bongo père et fils etc..
    Tout ceci n’est que de l’enfumage des puissances occidentales, les USA et leurs laquais dont Sarko pour réaliser des opérations géostratégiques et de gros sous. Il faut arrêter de croire des médias traditionnels, journaux, radios et télés tous pour la voix de leurs maîtres : les multinationales ou l’état qui leur est asservi.
    Pour ceux qui ne seraient pas convaincus, il suffit de regarder les infos financières délivrées en général par ces médias : tout va bien, il faut moins d’état etc.. et la réalité décrite sur ce site ou celui de M Jorion.
    J’en profite pour dire un grand merci à M Berruyer.


  8. Patrick Luder Le 31 mars 2012 à 08h51
    Afficher/Masquer

     
    La diffusion de ces mails est du très mauvais journalisme, ils détournent l’opinion publique des choses importantes ! Pour la Syrie, les journalistes feraient mieux de nous donner des vraies informations, avec des reportages assurés et réfléchis, soit répondre de manière neutre aux trois questions principales, autant de côté de la révolte que de la répression :
     
    1° Comprendre la révolte avec 3 questions :
    - par qui et contre qui – quand et comment – avec quels moyens et quelles aides ?
     
    2° Comprendre la violence de la répression avec 3 questions :
     - par qui et contre qui – quand et comment – avec quels moyens et quelles aides ?
     
    Alors s’il se trouve de bons journalistes qui lisent ceci => au travail !
     


  9. François78 Le 31 mars 2012 à 08h56
    Afficher/Masquer

    L’affaire Syrienne est beaucoup plus complexe et beaucoup plus large que présentée par nos médias, dont votre article se fait l’écho.

    Je vous recommande (ainsi qu’à tous) de vous rendre sur le site Dedefensa.org et d’y lire les billets concernant la Syrie, en commencant par celui-ci : link to dedefensa.org. Un point de vue qui vaut d’être lu avec attention (même si l’auteur a un style particulier).

    Tous les autres billets sur le sujet valent aussi largement la peine qu’on les lise, il en est de même concernant l’Iran et Israel. Je vous recommande fortement les billets plus anciens sur les extarordinaires conditions de l’élection de Poutine, ses développements et conséquences.

    Rendez vous aussi sur le site de Bernard Lugan ( link to bernardlugan.blogspot.fr ) pour des points de vue sur l’affaire Lybienne et les évènements au Mali, avec un bref passage sur l’affaire Syrienne. L’éditorial de l’afrique réelle n° 26 (avec le passage les “les cocus de l’an I”) vaut d’être lu, comme cet article, link to bernardlugan.blogspot.fr , celui-ci link to bernardlugan.blogspot.fr ou encore celui ci link to bernardlugan.blogspot.fr.

    Désolé Olivier, Assad est un dictateur, Poutine est “ce qu’il est” (bien qu’il nous ait évité probablement une guerre, ou un sérieux conflit incontrôlable si vous préférez), madame Assad est peut être une perruche, mais prenez le temps de bien décortiquer les références citées pour former et éventuellement nuancer votre opinion. Et il y a bien d’autres sources, bien plus fiables que le Guardian et le Monde.


  10. François78 Le 31 mars 2012 à 09h02
    Afficher/Masquer

    Ah, j’espère que vous avez bien compris qu’il y a des troupes Française et Britanniques qui opèrent en Syrie aux côté des “forces armées libres”.  Vous n’étiez pas au courant ? Zut !.

    Un point de vue intéressant (qui n’est qu’un point de vue rassurez vous …) : link to dedefensa.org  


  11. Alain34 Le 31 mars 2012 à 09h07
    Afficher/Masquer

    Il faut rester prudent sur la Syrie. Attention à l’enfumage.
     
    Une remarque a propos des emails… l’explication du monde sur comment ils ont “écouté” les email est a pleurer de rire :
    “les activistes se sont simplement relayés, d’abord plusieurs heures par jour, puis 24 h/24, pour rester connectés aux boîtes email du couple Assad et surveiller les messages entrants – et les copier avant que le couple Assad ne les supprime”
    Quand on a le mot de passe d’une adresse mail, il suffit de laisser un PC avec n’importe quel client mail configuré sur le compte en question pour relever les email en permanence sans les supprimer du serveur. Pas besoin de se relayer 24/24 ni de surveiller quoi que ce soit.
    Étonnant aussi que n’importe qui, même avec le mot de passe puisse relever les emails d’un chef d’etat présenté comme un dictateur pendant plus de 6 mois sans se faire repérer. Ca voudrait dire que celui qu’on nous présente comme un dictateur sanguinaire utiliserait un fournisseur d’email “lambda” ? Alors qu’il est tellement facile de monter un serveur mail “perso” avec la possibilité de contrôler, ou du moins de surveiller que n’importe qui ne relève pas les emails de n’importe ou ??? Mais que font ses services secret ?????
    Et passons sur la non utilisation de connexion sécurisée avec certificat et tout le toutim… et un certificat, c’est pas un truc qu’on note sur un bout de papier.
    De plus, vu le faible niveau de sécurité que l’on nous présente, on peu imaginer que ceux qui avait les identifiants on très bien pu s’en servir pour eux même envoyer des emails se faisant passer pour Hassad…………
     


  12. Tristan Le 31 mars 2012 à 09h21
    Afficher/Masquer

    Un excellent article de Pascal Boniface.


  13. Pierre93 Le 31 mars 2012 à 09h30
    Afficher/Masquer

    Tous a été annoncé publiquement il y a une dizaine d’années par Georges BUSH et est maintenant connu sous le nom de ” Doctrine BUSH “. Ce que nous voyons maintenant est la mise en place du ” Grand Moyen Orient ” dont le point culminant a été la destruction de la Libye. Pour y arriver il a fallu provoquer des coups d’état militaires en Egypte et en Tunisie car Moubarak et Ben Ali ne voulaient pas laisse passer des troupes étrangères sur leur territoire. Après la Syrie ce sera probablement l’Algérie ou la Mauritanie. L’Emir du QATAR s’est déjà déplacé en Mauritanie pour insulter le Président Mauritanien.Quand aux moyens, il s’agit de la ” Guerre de Quatrième génération” (G4G). Après les couteuses occupations de l’Irak et de l’Afghanistan qui ont coûte des milliards de dollars et des milliers de morts et blessés il apparait qu’il est beaucoup plus efficient de former et armer une opposition pour “faire le job”. Ce scenario a merveilleusement fonctionné en Libye (une fois décidé le viol des résolutions 1970 et 1973 de l’ONU).
    Le plus curieux soit que le Président Démocrate OBAMA, Prix Nobel de la Paix, oeuvre bellicistement à la continuité de la mise en place de ce ” Grand Moyen Orient ” (voir Wikipedia) voulu par les néo-conservateurs Républicains, Wolfowitz, Perle, Rumsfeld, Cheney, etc…


  14. DAVID Le 31 mars 2012 à 09h34
    Afficher/Masquer

    Olivier
    Si même vous, vous vous faites avoir par la propagande BAO, on est mal barré.Cette affaire syrienne est une pure affaire de géopolitique où s’affrontent le bloc BAO et les BRICS+Iran de l’autre. C’est une guerre froide qui ne dit pas son nom.
    Critiquer Assad est facile mais par extension, 99% des dirigeants du monde le sont. Si demain un soulèvement “populaire” armée se déclenchait en Bretagne, croyez vous sincèrement que la répression de l’Etat se ferait avec des fleurs. Réveillez vous Olivier, le monde n’est pas binaire à ce point.


  15. François78 Le 31 mars 2012 à 10h04
    Afficher/Masquer

    J’ai résisté à l’envie de mettre in-extenso le contenu de ce lien :
    link to bernardlugan.blogspot.fr ,
    passage intitulé “Les cocus de l’AN I”.

    Ne vous refusez pas le plaisir de lire ce passage, à consommer avec (ou sans) modération.


  16. Dam Le 31 mars 2012 à 10h23
    Afficher/Masquer

    A tout ceux qui doute de la possibilite de recuperer des emails de cette maniere, je dirais que c’est souvent les methodes les plus simples et grosses qui fonctionnent. Le social engineering qui consiste par exemple a simplement telephoner en se fesant passer pour le responsable du reseau et demander un mot de passe fonctionne assez bien.

    Alors qu’un type de 47 ans ne soit pas foutu de retenir son mot de passe et le donne a un conseiller ca ne m’etonne pas du tout.

    Ensuite, pour le fait de devoir surveiller les emails 24/24, oui il n’y a pas besoin de rester derriere le PC pour recuperer les emails a la mano. Par contre si j’etait rebelle et que je pouvait etre au courant d’une attaque imminente grace a c’est mail, j’organiserai aussi une surveillance 24/24… 


  17. Dam Le 31 mars 2012 à 10h27
    Afficher/Masquer

    Sorry pour l’ortho j’ai clique trop vite sur valider et l’éditeur n’a pas l’air de fonctionner pour moi.


  18. Joanna Le 31 mars 2012 à 11h45
    Afficher/Masquer

    Je n’y crois pas un seul instant et pour moi ça sent la manipulation à plein nez, d’autant plus que ça vient de Londres.
    En effet toutes les « informations » sur la Syrie proviennent en grande partie dans les médias français anglo saxons et même arabes (Al Jazeera) d’une seule et même source basée non pas en Syrie mais à Londres : l’Observatoire Syrien Des Droits de L’Homme(OSDH) dont le directeur est Rami Abdel Rahmane expert en programmes YLVP de formation aux outils et services internet des jeunes « faiseurs d’opinion » de la région MENA (Moyen Orient Afrique du Nord).

    En outre la désinformation à outrance qui est pratiquée allègrement par les gouvernants actuels et les medias qui fait qu’on ne peut qu’être circonspect avec les « vérités » qui nous sont servies à longueur de journées.

    Nous n’avons donc pas tous le même odorat et la même sensibilité et c’est normal.


  19. Patrick Luder Le 31 mars 2012 à 09h20
    Afficher/Masquer

    Oups, désolé, vous soulevez plus de questions que vous n’en résolvez ;o)


  20. Patrick-Louis Vincent Le 31 mars 2012 à 10h46
    Afficher/Masquer

    Les libertés en Syrie ! de quelles libertés s’agit-il ? La liberté religieuse est un fait en Syrie, alors que leurs ennemis saoudiens, salafistes et whahabites, exercent , dans leur pays, une véritable dictature anti-chrétienne.

    Maintenant, si vous parlez de la liberté démocratique, alors bien sûr, elle n’existe pas en Syrie (bien qu’elle se mette en place timidement). Mais elle n’existe pas non plus dans plus de la moitié des pays de la planète. La démocratie est une organisation politique occidentale qui ne se duplique pas facilement dans le reste du monde. Les pays arabes ont toujours privilégié les régimes autoritaires. L’autorité est consanguine à tous les peuples arabes.

    Je remercie ceux qui ont fait référence à Bernard Lugan, grand connaisseur de l’Afrique et du Proche-Orient. Lugan explique, depuis des années, les faits lui donnant toujours raison, que quand on organise la démocratie en Afrique, c’est toujours l’ethnie majoritaire qui l’emporte, et dans les pays arabes, c’est toujours la secte religieuse majoritaire qui l’emporte. On l’a vu en Irak où les chïïtes majoritaires ont pris le pouvoir contre la minoroté sunnite. Quand on a le pouvoir, dans un pays arabe, on ne le partage pas.

    Pour que la démocratie fonctionne en Afrique comme dans les pays arabes, il faudrait que chaque entité territoriale soit composée d’une seule ethnie ou d’une seule religion (c’est à celà que servent les frontières). C’est pourquoi certains préconisent la partition de l’Iralk en trois entités autonomes, l’une chïïte, l’autre sunnite et la troisième, kurde. C’est pourquoi, certains demandent aussi la partition de la Lybie en trois entités : la Cyrénaïque, la Tripolitaine et le Fezzan. Mais cela est bien difficile à mettre en place, parce que vient se greffer le controle du pétrole ; la partie sunnite de l’Irak n’a pas de pétrole, contrairement aux deux autres ; idem en Lybie ou seule la Cyrénaïque possède du pétrole. Viennent aussi se greffer les volontés hégémoniques des grandes puissances : Russie/Chine d’un côté, EU/Occident de l’autre.

    La grande question du XXIème siècle pour l’Afrique, le proche et le moyen orient est comment faire cohabiter des majorités ethniques ou religieuses, dans le respect des minorités. Le pouvoir ne se partageant pas, la partie est loin d’être gagnée.

    Je rappelle que l’unité française s’est faite par étapes. D’abord la christianisation du temps des Francs. Puis la révocation de l’Edit de Nantes, chassant du territoire les Huguenots pour l’Allemagne ou la Hollande où ils sont toujours installés. Puis l’interdiction de parler les langues régionales, au bénéfice du Français, pendant la Révolution française. Tout cela ne s’est pas de manière démocratique, mais par la force.

    Alors, il faut arrêter de mettre la démocratie à toutes les sauces. La démocratie n’est un modèle que pour l’Occident, et n’a été rendu possible que suite aux regroupements des peuples, à l’intérieur de frontières où règne une certaine homogénéité ethnique et religieuse : l’Italie, l’Espagne, le Portugal sont catholiques ; les pays scandinaves sont protestants ; l’Autriche et la Bavière sont catholiques ; le reste de l’Allemagne est plutôt protestante, mais du fait de la fédéralisation de l’Allemagne la cohabitation est possible ; l’ex yougoslavie est découpée en territoires homogènes, orthodoxe pour la Serbie, musulmane pour la Bosnie-Herzegovine, catholique pour la Croatie, catholique et germanique pour laSlovénie, Hongroise pour a Voïvoïdine, musulmane et albanaise pour le Kosovo.

    Tant que les pays, issue des colonisations, n’auront pas réalisé l’homogéinéité de leurs territoires, opération rendue difficile par la décolonisation qui a voulu rendre les frontières inaliénables, alors qu’elle ne correspondent en rien à l’histoire de ces pays, alors la démocratie n’a aucune chance de voir le jour.