Source : Le Grand Soir, Moon of Alabama, 14-02-2016

La course vers Raqqa a commencé. La Syrie et ses alliés sont en concurrence avec le États-Unis et ses alliés pour arracher l’est de la Syrie à l’État islamique.

Raqqa, dans l’est de la Syrie, est détenue par l’État islamique comme le sont les autres villes le long de l’Euphrate vers l’Irak. Vaincre l’État islamique à Raqqa, à Deir Ezzor, et dans d’autres villes syriennes de l’Est, et les libérer, est le but de tous les ennemis supposés de l’État islamique. Mais cette question doit être considérée dans un contexte plus large.

Si les États-Unis et leurs alliés prenaient Raqqa ou Deir Ezzor et, avec ces villes, des parties de l’est de la Syrie, ils pourraient les utiliser comme monnaie d’échange pour acquérir un certain pouvoir de négociation avec la Syrie et ses alliés concernant l’avenir de la Syrie. Ils pourraient créer un état sunnite dans l’est de la Syrie et l’ouest et l’Irak. Mossoul ferait partie de cet état sunnite qui serait probablement mis sous tutelle de la Turquie. Il y a, depuis quelque temps, des projets étasuniensd’un « Sunnistan » de ce type, avec une révision des frontières Sykes-Picot.

Pour la Syrie et ses alliés le maintien de l’unité de la Syrie est un objectif majeur. Perdre Raqqa et les champs de pétrole de l’est aux profits des États-Unis serait dévastateur. La Syrie et ses alliés doivent donc battre les États-Unis et leurs alliés dans la course pour Raqqa et l’est de la Syrie.

Selon Southfront, la Syrie vient de faire une première avancée majeure. Une brigade de l’armée arabe syrienne a attaqué les positions de l’État islamique sur la route d’Ithriyah à Raqqa. La ville de Tal Abu Zayhn a été prise sur la route du premier l’objectif, l’aéroport militaire de Tabaqah. Des forces supplémentaires appartenant à divers groupes alliés se rassemblent dans Ithriyah pour soutenir ensuite l’attaque.

Le mouvement des États-Unis vers l’est de la Syrie est encore en préparation. Le plan initial des Etats-Unis était d’utiliser les combattants du YPG syro-kurde du nord-est de la Syrie. Ils ont été étiquetés Forces démocratiques syriennes après que quelques combattants des tribus arabes les ont rejoint. Ces forces auraient attaqué Raqqa à partir du nord. Mais les Kurdes n’ont pas voulu envahir des terres arabes qu’ils ne seraient pas en mesure de garder. Leur but est de se relier à l’enclave kurde du nord-ouest de la Syrie, le long de la frontière turque.

Les États-Unis ont donc conçu un nouveau plan. On n’en a que de vagues aperçus à ce jour et on ne peut donc que spéculer sur ce qui va arriver.

Les États-Unis ont prolongé la piste de l’aérodrome agricole de Rumeilan / Abu Hajar dans la zone tenue par les Kurdes au nord-est de la Syrie, pour pouvoir assurer l’intendance d’opérations plus importantes dans une plus grande zone :

Cet emplacement a été choisi car il est à seulement 160 kilomètres des premières positions d’ISIS et de certains de ses lucratifs champs pétroliers mais à l’intérieur du territoire tenu par les combattants kurdes connus sous le nom de YPG. La piste est en train d’être presque doublée sur la longueur pour passer d’environ 700 à 1 320 mètres – assez longue, par exemple, pour recevoir des avions de transport C130. Une petite aire de stationnement est également créée.

Des forces d’opérations spéciales étasuniennes opéreraient déjà à partir de là. Ce sont les prémisses d’une mission de reconnaissance.

Il a été révélé publiquement que la 101e division aéroportée étasunienne se rendrait en Irak pour former, conseiller et assister les forces irakiennes dans le but d’attaquer Mossoul.

Quelques 1 800 soldats de la 101e division aéroportée et de son équipe de combat de la 2e Brigade se déploieront bientôt en rotations régulières à Bagdad et Erbil pour former et conseiller l’armée irakienne et les forces peshmergas kurdes qui doivent, dans les prochains mois, avancer vers Mossoul, le siège de facto du groupe Etat islamique en Irak.

Mais le colonel Pat Lang a été informé que deux brigades de la 101e se déploieraient :

“ On m’a dit aujourd’hui que deux brigades de la 101e division aéroportée iront en Irak, pas seulement une. Cela est probablement lié au Juggernaut* saoudien. ”

Le « rouleau compresseur » saoudien vient d’annoncer qu’il serait prêt à envoyer des troupes en Syrie. Au début, personne n’a pris cela au sérieux mais on commence maintenant à comprendre ce que cela veut dire. Les Saoudiens ont confirmé aujourd’hui leur intention :

la décision de l’Arabie saoudite d’envoyer des troupes en Syrie pour tenter de renforcer et de durcir les efforts contre les militants est « définitive » et « irréversible », a annoncé, jeudi, le porte-parole de l’armée saoudienne.

Le Brigadier Général Ahmed Al-Assiri a déclaré que Riyad était « prête » à se battre avec ses alliés de la coalition sous commandement américain pour vaincre les militants d’ISIS en Syrie, cependant, il a déclaré que Washington était plus à même de répondre aux questions concernant les détails de toutes les futures opérations au sol.

La déclaration arrive sur les entrefaites de la visite du prince héritier adjoint d’Arabie Saoudite et du ministre de la Défense, Mohammed bin Salman, au siège de l’OTAN, à Bruxelles, pour discuter de la guerre civile syrienne.

Les Saoudiens se battraient sous le contrôle d’une des brigades de la 101ème aéroportée qui ne doit pas partir pour Mossoul. Les Saoudiens se déploieraient vers la Syrie depuis l’Arabie Saoudite, probablement via une piste contrôlée par les États-Unis dans l’ouest de l’Irak, pendant que la brigade de la 101e se déploierait depuis la région kurde du nord de l’Irak vers Raqqa, à travers les régions kurdes du nord-est de la Syrie. Raqqa serait ainsi attaquée par le nord-est et le sud-est. L’aéroport de Rumeilan / Abu Hajar serait l’une des principales bases d’approvisionnement.

Un tel mouvement de forces s’étendrait sur de relativement longues distances. Mais la plus grande partie de la zone est désertique et du matériel militaire moderne motorisé pourrait facilement couvrir ces distances en un jour ou deux. Cela amènerait les troupes saoudiennes en Syrie. Si elles prenaient Raqqa ou Deir Ezzor et les gisements de pétrole de Syrie orientale, elles ne les lâcheraient plus JAMAIS, à moins que la Syrie ne se plie à la demande saoudienne de mettre en place un gouvernement islamiste.

Ce plan est réalisable, mais il provoquerait également une grande mobilisation des forces chiites et pourrait conduire à un plus grand conflit. Le Premier ministre russe Medvedev a prévenu aujourd’hui que l’entrée de nouvelles forces arabes dans la guerre syrienne pourrait déclencher une guerre beaucoup plus grande.

L’opération saoudienne doit, apprend-on aujourd’hui, commencer dans les deux mois qui viennent. Les forces gouvernementales syriennes et leurs alliés devront maintenant se ruer à l’est pour protéger l’unité du pays. Les États-Unis pour leur part pourraient vouloir annuler l’avantage syrienne de toutes les manières possibles, y compris – peut-être – en larguant des bombes « par erreur ».

La course pour Raqqa, et pour l’avenir de la Syrie, a commencé.

Traduction : Dominique Muselet

Note :
*Le juggernaut (mot anglais dérivant du nom sanskrit Jagannâtha, en devanagari जगन्नाथ) désigne en anglais, souvent métaphoriquement, une force dont rien ne peut stopper l’avancée et qui écrase ou détruit les obstacles en travers de son chemin.

Source : Le Grand Soir, Moon of Alabama, 14-02-2016

43 réponses à La course vers Raqqa a commencé – Pour garder son unité la Syrie doit la gagner

Commentaires recommandés

patrickluder Le 17 février 2016 à 06h04

Donc les Etats-UNis et leurs alliés se posent des questions pour prendre l’Est de la Syrie avec Raqqa ou Deir Ezzor comme monnaie d’échange avec la Syrie …

Mais quelle est donc cette nouvelle drogue si puissante que ces généraux ingurgitent pour devenir ainsi si aveugles et si fous ??? Il est temps de remplacer tous ces fins stratèges par de simples citoyens pris au hasard dans le bottin de téléphone, même un alcoolique ou un schizophrène fera l’affaire !

  1. patrickluder Le 17 février 2016 à 06h04
    Afficher/Masquer

    Donc les Etats-UNis et leurs alliés se posent des questions pour prendre l’Est de la Syrie avec Raqqa ou Deir Ezzor comme monnaie d’échange avec la Syrie …

    Mais quelle est donc cette nouvelle drogue si puissante que ces généraux ingurgitent pour devenir ainsi si aveugles et si fous ??? Il est temps de remplacer tous ces fins stratèges par de simples citoyens pris au hasard dans le bottin de téléphone, même un alcoolique ou un schizophrène fera l’affaire !


  2. Alain Le 17 février 2016 à 06h23
    Afficher/Masquer

    Je ne comprends pas le raisonnement car le Sunnistan se ferait aussi au détriment de l’Irak, si l’Irak accepte les troupes saoudiennes et les troupes irakiennes libèrent Mossoul, ce n’est pas pour laisser l’Irak sunnite prendre son indépendance. Ils ont déjà refusé les troupes turques


  3. DUGUESCLIN Le 17 février 2016 à 07h19
    Afficher/Masquer

    Le feront-ils?
    Les S 400 mis à disposition de la Syrie pourraient entrer en action. Sans couverture aérienne les troupes saoudiennes et leurs soutiens ne feraient sans doute pas long feu.
    Mais ne serait-ce pas un coup de bluff pour attirer les troupes syriennes vers l’est et dégarnir le front ouest?
    Sans nul doute les russes et les syriens trouveront la réponse adéquate et sont sans doute déjà prêts. De même que les irakiens les kurdes et les iraniens.


  4. philbrasov Le 17 février 2016 à 07h40
    Afficher/Masquer

    Raqqa c’est Berlin en 45 , toutes proportions gardées….La course a celui celui qui delivrera ou encerclera Raqqa le premier et qui pourra se proclamer vainqueur de l’EI.
    Les médias n’en parlent pas.. et pour cause…
    Au nord Est les kurdes du YPG et au sud ouest de raqqa, l’AAS , commencent a avancer sur Raqqa , sans rien dévoiler de leurs plans..Meme l’agence officielle syrienne Sana, n’en parle pas..
    C’est ce qui enrage les turcs…Poutine n’attend qu’une chose, que les turcs entrent sur le territoire syrien, sans aviation? un pays légal, la Turquie, attaque un autre pays légal, la Syrie, ayant conclu des accords de défense avec la Russie?
    On imagine la scène a l’ONU…
    Car en effet seules des troupes au sol peuvent encercler Raqqa.. et ce ne sont pas les américains avec leur petit aeroport agricole au nord de raqqa (Abou Hajar )qui va changer la donne..
    Pour moi les des sont jetés… Raqqa plus qu’Alep c’est echec et mat en faveur de Poutine…


  5. J Le 17 février 2016 à 07h48
    Afficher/Masquer

    Où l’on mesure encore à quel point le réveil et la remontée en puissance du monde musulman s’accompagnent d’une remontée de la vieille haine sunnites-chiites… résumé de cette haine d’après Martine Gozlan : link to bouquinsblog.blog4ever.com


    • christian gedeon Le 17 février 2016 à 15h06
      Afficher/Masquer

      Attention aux généralités… C’est seulement en partie vrai. En Palestine Hamas et Fatah sont sunnites (pour l’essentiel). En Egypte,les musulmans sont sunnites dans leur très écrasante majorité. En Lybie,il n’y a que des sunnites. idem en Tunisie. Idem en Algérie dont la terrible guerre “civile ” est dans les mémoires et se poursuit sous la cendre. Dans le Sahel,il en est de même pour ce qui concerne les populations musulmanes.L’affrontement sunnites chiites auquel nous assistons essentiellement au Moyen Orient est une réalité,mais beaucoup plus une conséquence qu’une cause.Conséquence du wahhabisme saoudien et sabliote,mais aussi ressac de la révolution khomeyniste des “premiers temps ” et de son messianisme fakihiste. Et il est faux de parler de réveil de l’Islam. Il serait plus juste de parler de retour vers le passé de l’Islam… on n’ pas fini de payer les pots cassés d’une saloperie qui a commencé avec la chute du Shahinshah … et qui ne s’est jamais arrêtée depuis.


    • Anas Le 17 février 2016 à 15h26
      Afficher/Masquer

      La divergence confessionnelle entre chiisme et sunnisme n’est pas plus importante que celle entre catholiques et protestants. Elle est instrumentalisée aujourd’hui pour galvaniser les troupes de part et d’autres notamment coté Arabie Saoudite où battent leur plein les campagnes anti-chiites et anti tout ce qui n’est pas wahabite.

      Martine Gozlan n’est pas compétente pour définir le chiisme et le sunnisme. Ce sont des courants qui ne se définissent et se comprennent que par leur histoire. Ce n’est pas un petit blog simpliste qui les expliquera.

      “Le chiisme et sunnisme pour les nuls” ça n’existe pas, pour bien comprendre il ne faut pas se contenter de petits papiers.


      • J Le 17 février 2016 à 20h54
        Afficher/Masquer

        Je réessaie, on verra bien. Il y a assez peu de différences de doctrine entre sunnites et chiites (beaucoup moins qu’entre les différentes branches du Bouddhisme par exemple, qui pourtant se supportent bien mieux les unes les autres) mais ça ne fait qu’aggraver le contentieux et les rancoeurs. La proximité ne facilite pas forcément l’entente, parfois au contraire.


      • christian gedeon Le 18 février 2016 à 09h57
        Afficher/Masquer

        Les différences entre chiisme et sunnisme sont pourtant bien documentées ,pour qui se donne la peine de s’y intéresser,cher Anas. Et la sempiternelle comparaison avec les cathos/ protestants n’est pas forcément raison,en l’occurrence.C’est un anachronisme flagrant,pour ce qui me concerne.Certes,l’article de Mme Gozlan est réducteur,ne serait ce que par son format,qui ne permet pas un survol historique extensif de la longue histoire du conflit entre sunnites et chiites( çà dure tout de même depuis siècles ,cette histoire). mais i a au moins le mérite de donner à penser,et à se documenter plus avant.


        • J Le 18 février 2016 à 13h20
          Afficher/Masquer

          Précision, Martine Gozlan (journaliste à Marianne) a écrit tout un livre sur le sujet, dont je n’ai donné qu’un résumé.


  6. bluetonga Le 17 février 2016 à 08h01
    Afficher/Masquer

    Obama vient de se fendre d’une nouvelle déclaration fielleuse sur la légitimité de El Assad et sur l’efficacité de l’intervention russe, qu’il qualifie d’aveu de faiblesse plutôt que de démonstration de force (sur RT aujourd’hui). Il est clair qu’il enrage de cette situation où il se fait constamment damer le pion par le Kremlin, et qu’il se sent lui aussi acculé à une humiliante défaite. Bien sûr cela ne gêne aucunement Obama de raconter tout et son contraire dans la même phrase, et il adaptera le cas échéant son discours pour transformer cette piteuse défaite en brillante victoire. Mais en attendant Washington ne lâchera pas facilement le morceau, et le coup d’une offensive des Turcs et des Saoudiens sous couvert d’attaquer l’EI reste une de ses dernières cartes à jouer. Prendre rapidement Raqqa, c’est faucher l’herbe sous le pied de la coalition occidental et les mettre devant le fait accompli. En fait, c’est devenu une guerre à trois, dans laquelle l’EI joue un rôle marginal.


  7. SnoiD Le 17 février 2016 à 09h27
    Afficher/Masquer

    Y’a une chose que je comprends pas. Les Etats Unis interviennent en Syrie sans accord du gouvernement Syrien? Idem si l’Arabie Saoudite devait intervenir il n’y a pas besoin de l’accord de la Syrie ?


    • petitjean Le 17 février 2016 à 10h27
      Afficher/Masquer

      les USA et leurs alliés violent le droit international !

      le gouvernement légitime est celui d’Assad. Mais quand cela les arrange les USA se moquent du droit international. Les exemples sont nombreux.


      • Balthazar Le 17 février 2016 à 12h12
        Afficher/Masquer

        Ils l’écrivent avec le sang des Syriens (ou des Ukrainiens) le droit international.
        L’ONU, c’est la caution morale du bloc OTAN.
        Ah, ils interviennent en Syrie grâce à une résolution qu’ils ont eux même votée. Pour lutter contre le terrorisme international qu’ils ont promu. Ça permet de bombarder la Syrie et de préparer le découpage de ce pays, ainsi que l’Irak, sous prétexte de sauver le monde.
        L’Arabie , ce sont les gesticulations de fous qui savent qu’ils sont condamnés. Tout comme le sultan turc.


    • vincent Le 17 février 2016 à 13h24
      Afficher/Masquer

      Pensez-vous que la France soit en train de bombarder la Syrie avec quelque mandat que ce soit qui l’y autorise? …


      • hub Le 19 février 2016 à 06h14
        Afficher/Masquer

        vous avez raison Ils bombardent sans autorisation du gouvernement syrien mais j’ai appris que notre porte-avion avait quitté la cote syrienne pour une destination inconnue. Je ne sais pas si c’est vrai


  8. hub Le 17 février 2016 à 10h05
    Afficher/Masquer

    l’armée du gouvernement légitime est en train de gagner la course . L’armée arabe syrienne est proche de Tabqa airbase


    • philbrasov Le 17 février 2016 à 10h56
      Afficher/Masquer

      c’est apparemment la vérité.
      les choses vont vite dans cette partie du monde
      du reste un autre article date du 15 février sur moon of alabama, et semble t-il traduit par dominique muselet… indique clairement l’avantage tactique des forces de l’AAS concernant al tawrah et son aeroport..
      SI cette ville et son aéroport sont pris… ça en est fini de Daesh.. ils seront encercles sans espoir de replis sur la Turquie et surtout de ravitaillements par le territoire turc.
      carte ci jointe.

      positions des avances de l’AAS
      link to moonofalabama.org
      et si vous voulez des nouvelles heure par heure de la situation sur raqqa, allez sur ce compte twitter
      link to twitter.com
      A suivre…


      • VincentL Le 17 février 2016 à 11h31
        Afficher/Masquer

        Un autre bon site pour suivre l’évolution des forces en présence:

        link to syria.liveuamap.com


      • asheloup Le 17 février 2016 à 15h27
        Afficher/Masquer

        Les flèches qu’on voit sur la carte sont des anticipations, en aucun cas c’est le reflet de la réalité du terrain à l’heure actuelle…

        L’armée syrienne est encore très loin de Raqqa et a fait très très peu de progrès dans cette direction.

        Au contraire, elle continue de concentrer ses forces dans le Lattakia et au Nord d’Alep, et ce depuis de nombreuses semaines.

        J’ai tendance à énormément me méfier de ce genre d’articles d’anticipation. J’ai vu beaucoup de gens ramener leurs boules de cristal et prétendre qu’ils connaissaient la suite des événements, la réalité c’est que c’est largement imprédictible, et que les stratégies de long terme se cassent généralement la gueule face à la réalité du terrain et des opportunités se présentant aux différentes factions.

        Par exemple, Ramadi a été pris par l’EI suite à une tempềte de sable qui a pris au piège l’armée irakienne…


        • philbrasov Le 17 février 2016 à 15h49
          Afficher/Masquer

          l’AAS est a 15 km de la SEULE route Turquie Raqqa….et de son aéroport…
          15 km….
          raqqa encerclé même a 80 km … ne changera pas la donne et les flèches de ce schéma…flèches indicatives en effet…
          l’EI sera encerclé par le nord est par les kurdes et le sud ouest par l’AAS..
          Ce qui compte c;est de couper l’approvisionnement de la turquie vers Raqqa.. et pour l’instant rien d’autre…
          a la fin de la semaine ce sera fait….( sans doute)


          • philbrasov Le 17 février 2016 à 16h02
            Afficher/Masquer

            y a un autre phénomène qui lui est stratégique… On apprendra comme tous la prise non pas de raqqa, mais de Al thawrah…. ( la route et l’aéroport de cette même petite ville)
            Et ce sera soudain….
            Pourquoi dire aujourd’hui que demain cette ville sera prise….
            ca n’a aucun sens tactique et stratégique … Du reste l’agence Sana ( agence officielle du gouvernement syrien n’en parle pas..) ça fuite un peu sur les médias off .mais pas au point de voir toute la communauté internationale, tomber des nues….


        • Pampita Le 17 février 2016 à 21h11
          Afficher/Masquer

          L’armée syrienne est à 50 km de Raqqah…


  9. petitjean Le 17 février 2016 à 10h23
    Afficher/Masquer

    de quoi s’informer aussi ici :

    link to youtube.com


  10. Furax Le 17 février 2016 à 10h40
    Afficher/Masquer

    Sur le papier, les saoudiens pourraient passer par la partie occidentale de l’Irak où les très maigres populations sont sunnites, les chiites se trouvant dans la partie sud-est de l’Irak (là où est la majorité du pétrole irakien, une forte minorité des ressources pétrolières irakiennes se trouvant à Kirkouk et Mossoul). Sauf que cela n’aura pas lieu parce que les saoudiens sont militairement des guignols et qu’il est en effet impératif de mettre des très très gros guillemets pour évoquer un “rouleau compresseur” saoudien.

    Le gouvernement de l’Irak est tenu par les chiites, et eux n’autoriseront pas les saoudiens à passer par voie terrestre par l’Irak. Obama peut bien faire les déclarations fielleuses qu’il veut ; il n’est plus qu’un “lame duck” (canard boiteux). Il a même la particularité exceptionnelle, dans l’histoire politique américaine, d’être le seul président depuis la guerre de sécession à avoir été frappé du syndrome du lame duck au bout de 2 ans de ses 8 années de mandat.


  11. Le Courtois Le 17 février 2016 à 11h24
    Afficher/Masquer

    J’ai une idée folle: Notre ex ministre Laurent Fabius regrette la non-intervention contre Bachar Al Assad. Peut être qu’il faudrait organiser une cotisation pour lui acheter un billet d’avion pour la Syrie avec un arc et des flèches (en jouet bien sûr) pour l’aider à poursuivre son objectif…


  12. Didier Le 17 février 2016 à 11h24
    Afficher/Masquer

    Pour info, le même “problème” se pose sur le site de Mélenchon depuis des mois et des mois.

    J’ai regardé – sans être non plus un expert en sécurité – le code et n’ai rien vu d’anormal.

    J’ai moi aussi tendance à penser qu’il s’agit d’une forme insidieuse de censure. Évidemment, ça n’engage que moi.


  13. VincentL Le 17 février 2016 à 11h28
    Afficher/Masquer

    Si vous avez suffisamment confiance au site “Les Crises” vous pouvez forcer l’affichage de l’article – ce que j’ai fait…
    C’est tout de même assez troublant comme message!


  14. Torboyo Le 17 février 2016 à 12h18
    Afficher/Masquer

    La guerre sunnites – chiites a déjà commencé au Yémen.
    Ont-ils eu peur, non ?
    Beaucoup de gens attendent que le prix du baril remonte…
    Et donc…que ça pète.
    Voilà la vérité crue.
    Même les Russes pourraient avoir intérêt à ce que l’Arabie entre en Syrie…
    N’importe qui peut comprendre que le prix du baril va exploser s’il y a confrontation généralisée!


    • Torboyo Le 17 février 2016 à 12h24
      Afficher/Masquer

      Il faut voir à qui profite le crime et qui tirera les marrons d’une confrontation généralisée entre pays arabes … Avec en plus, cerise sur le gâteau, la Russie!
      C’est tout bénef!


  15. UnKnown Le 17 février 2016 à 12h24
    Afficher/Masquer

    Les Saouds veulent ouvrir un nouveau front alors qu’ils sont incapables de venir à bout d’éleveurs de chèvres équipés de tongs et d’AK-47? La bonne blague…


    • patrick Le 17 février 2016 à 13h38
      Afficher/Masquer

      “incapables de venir à bout d’éleveurs de chèvres équipés de tongs et d’AK-47 ”
      on dirait l’armée US , c’est pour ça qu’ils s’entendent si bien.


  16. Henri Tanson Le 17 février 2016 à 13h16
    Afficher/Masquer

    Le droit international
    Ça me rappelle une vieille chanson de Johnny, sur une musique classique, dans un futur lointain.
    Mais oui, le droit international a existé ! Mais c’était il y a longtemps… Avant que les États-Unis s’érigent en Maîtres du Monde.
    Ils ne respectent rien ni personne et s’étonnent que d’autres fassent de même.
    Et ils s’étonnent aussi d’être si peu aimés…!
    La Russie semble s’en souvenir puisque, que ce soit Medvedev, Lavrov ou Poutine l’évoquent régulièrement. Ça fait vieillot…
    La France, elle, a la mémoire courte. C’est bien triste.
    Peut-on imaginer de transposer ce qui se passe ailleurs si cela arrivait sur notre territoire ?
    En réfléchissant bien, en se laissant aller après un bon pastis ou deux (ou pas), on peut considérer que nous avons déjà laissé entrer chez nous, un pouvoir étranger qui ne nous veut pas que du bien… Oui, bien sûr, il ne vient pas avec des chars et des bombes…
    Personne ne cherche à renverser notre pouvoir, chez nous, puisqu’il est déjà pro-américain, à fond, et très anti-russe, à fond aussi !
    Je dis ça…


  17. Max Le 17 février 2016 à 14h49
    Afficher/Masquer

    VIDEO. Un Œil sur la planète. Syrie : quand l’ambassadeur de France à Damas disait que le régime n’allait pas tomber

    link to francetvinfo.fr
    C’est Demain sur France 2

    Ca donne le frisson de penser aux types de déontologies des gens qui parlent en notre nom.


  18. baguette-béret Le 17 février 2016 à 15h11
    Afficher/Masquer

    Une autre vision des choses. Observatus geopoliticus argumente dans un autre sens : les Etats-Unis ne peuvent provoquer une partition de la Syrie. Les turcs et les saoudiens n’ont aucun moyen de la provoquer.

    link to chroniquesdugrandjeu.com


  19. aleksandar Le 17 février 2016 à 16h13
    Afficher/Masquer

    Un point de situation, un peu long mais ce qui se joue en SYRIE en ce moment me semble le justifier….
    1 – Toutes les offensives autour de Damas et au sud de Damas sont gelées, les troupes sont envoyées sur l’axe offensif Tabqa/Raqqa.
    2- L’offensive prévue entre le nord de Homs et le sud de Hama aussi.
    3 -Der Ez Zor est un combat à mort mais il n’y a pas de renforcements en combattants, le support aérien est continu mais «le Druze Fou» (surnom du général de l’AAS qui commande la défense ) devra faire avec ses moyens actuels
    4 – Sud d’Alep, le front est gelé depuis deux mois.
    Est d’Alep, l’AAS est en train de reprendre le centrale électrique et ne continuera pas l’offensive vers Al Bab, le contournement au nord d’Alep sera fait par les troupes des forces d’autodéfense et les kurdes du YPG.
    Nord/ouest d’Alep, la SAA s’est retiré de plusieurs villages dont Kafr Naya pour donner le contrôle à la coalition SDF/YPG et laisser SDF/YPG monter en première ligne.L’objectif de coupure de la voie logistique Turquie-Alep-Idlib est réalisé. La reconquête du nord jusqu’à la frontière turque a été donnée comme mission aux forces SDF/YPG qui ont été ré- approvisionnées en armes et munitions par l’AAS et les russes durant ces deux derniers mois.L’AAS garde comme mission la pacification d’Alep sans contrainte de temps.
    Les troupes non nécessaires de l’AAS sont redirigées vers l’offensive Tabqa/Raqqa.en passant par Khanaser,


  20. aleksandar Le 17 février 2016 à 16h16
    Afficher/Masquer

    Suite, si le moderateur le veut bien……….
    5 – Lattaquié, le reconquête continue, la prise de Kinsibba est une question de jours, l’offensive ne s’arrêtera qu’avec le prise du poste frontière de Bab al Hawa qui fermera le piège d’Idlib et sécurisera la frontière avec la Turquie.
    6 – Tabqa/Raqqa. Les forces de l’AAS restent modestes pour le moment, quoique bien équipées, mais le soutien aérien est pour le moment restreint.Ce sont des troupes très aguerries. L’avance a été facile sur la route, dans le désert, aucun village pour se battre, seulement des collines et quelques check-points à prendre. Pour continuer la progression ( villages, installations pétrolières, aéroport de Tabqa ) ces forces devront être multiplié par 3 ou 4, par les troupes venant d’Alep, du sud, du Hezbollah et probablement des Spetnazs.
    Un assaut héliporté est possible sur la base, ce fut autrefois une grande spécialité de l’URSS.
    La prise de l’aéroport permettra aussi de soulager, grâce aux hélicoptères MI24, la défense de Der Ez Zor qui n’est qu’a 150 km.
    La prise de Raqqa ne sera pas nécessaire dans un premier temps.
    Ces offensives coordonnées Nord d’Alep – Raqqa ferment les principales voies logistiques par ou IS est approvisionnée à partir de la Turquie.


    • petitjean Le 17 février 2016 à 17h37
      Afficher/Masquer

      merci de ces infos

      le contrôle de Raqqa et de sa région est capitale pour contrer les USA et l’Arabie Saoudite

      j’aimerais suivre au jour le jour la progression des forces gouvernementales. Infos crédibles of course !

      est-ce possible ?


      • aleksandar Le 17 février 2016 à 20h53
        Afficher/Masquer

        Merci,
        La situation comme vous pouvez le lire evolue parfois lentement parfois plus vite, c’est du au tempo des operations militaires qui alternent phases lentes et phases rapides.
        Jusqu’au point de rupture tactique qui a été atteint avec le reprise de la partie d’Alep et surtout le fermeture des voies logistiques des rebelles.
        D’un strict point de vue militaire, cette guerre a trouvé ses vainqueurs.
        J’essayerai de faire un point de situation au moins une fois par semaine.
        Cordialement


    • philbrasov Le 17 février 2016 à 17h44
      Afficher/Masquer

      ce qui est intéressant de noter dans votre excellente analyse de la situation, c’est le fait que l’AAS cède aux kurdes du YPG des pans entiers du nord syrien et alepin, même après les avoir conquis…
      Ce qui veut dire que sans doute les russes, ont été a la manœuvre et ont promis aux kurdes , après négociations avec Assad (après une victoire, désormais certaine), une large autonomie sur la frontière turque…
      Désormais, nous savons que les kurdes syriens, se battent non seulement aux cotes de l’AAS, mais sont parties intégrantes de la solution.
      on comprend mieux la rage d’Erdogan et de ses allies sunnites…
      et l’embarra des américains.
      qu’on se rassure, Lavrov et Kerry trouveront bien une formule qui satisfasse toutes les parties.


  21. Charles Le 17 février 2016 à 22h02
    Afficher/Masquer

    Pour prendre Raqqa, il faut des troupes au sol. Les seules troupes au sol qui luttent contre Daech sont celles de l’Armée Arabe Syrienne, ses alliés et les Kurdes. Comme ils sont alliés, ce ne sont pas les USA et leurs marionnettes qui peuvent chasser Daech d’où que ce soit.


    • alelsansar Le 18 février 2016 à 08h43
      Afficher/Masquer

      Effectivement, mais dans un premier temps il n’est pas necessaire de ” prendre” Raqqa.
      Il faut l’encercler pour empecher les americains et autres d’y venir et créer un bulle electromagnetique qui supprime toute possibilité de communication.
      Raqqa deviendra une sorte de “trou noir” et sortira de la ” une” des MSM.
      Apres il sera toujours temps de nettoyer discretement.
      Cdt


  22. Jolly Le 18 février 2016 à 03h54
    Afficher/Masquer

    plaidoyer

    modérateur peut on créer une rubrique spéciale pour la syrie comme actu ukraine?

    Merci


Charte de modérations des commentaires