Source : Paul Craig Roberts, le 18/01/2016

Paul Craig Roberts

Dans les dernières années du 20e siècle, la corruption est entrée dans la politique étrangère américaine d’une nouvelle manière. Sous de faux prétextes, Washington a démantelé la Yougoslavie et la Serbie afin d’avancer un agenda caché. Au 21e siècle, cette corruption s’est multipliée de nombreuses fois. L’Afghanistan, l’Irak, la Somalie et la Libye ont été détruits, et l’Iran et la Syrie auraient aussi été détruits si le président de la Russie ne l’avait empêché. Washington est également derrière la destruction actuelle du Yémen, et Washington a autorisé et financé la destruction par les israéliens de la Palestine. De surcroît, Washington a effectué des opérations militaires à l’intérieur du Pakistan sans lui déclarer la guerre, assassinant nombre de femmes, d’enfants et de villageois âgés sous couvert de combat contre le terrorisme. Les crimes de guerre de Washington sont comparables à ceux de n’importe quel pays dans l’histoire.

J’ai documenté ces crimes dans mes articles et mes livres (Clarity Press).

Quiconque croit encore à l’intégrité de la politique étrangère de Washington est une âme égarée.

La Russie et la Chine ont maintenant une alliance stratégique trop solide pour Washington. La Russie et la Chine empêcheront de nouvelles attaques de Washington contre leur sécurité et leurs intérêts nationaux. Les pays importants pour la Chine et la Russie seront protégés par cette alliance. Alors que le monde se réveille et constate le mal que l’Occident représente, d’autres pays iront chercher la protection de la Russie et de la Chine.

L’Amérique est aussi en train d’échouer sur le front économique. Mes articles et mon livre, L’Échec du capitalisme du laisser-faire, qui a été publié en anglais, chinois, coréen, tchèque, et allemand, ont montré comment Washington n’est pas intervenu, et de fait a applaudi, au moment où l’investissement à court terme par des comités directeurs, des actionnaires, et Wall Street éviscérait l’économie américaine, envoyant les emplois industriels, les savoir-faire d’entreprise, et la technologie, en même temps que les emplois professionnels qualifiés négociables en Chine, en Inde et dans d’autres pays, laissant l’Amérique avec une économie tellement anémiée que le revenu moyen par foyer est en baisse depuis des années. Aujourd’hui 50% des Américains de 25 ans vivent avec leurs parents ou leurs grands-parents parce qu’ils ne peuvent pas trouver un travail qui leur permette de vivre indépendamment. http://www.zerohedge.com/news/2015-10-27/why-are-half-all-25-year-olds-still-living-their-parents-federal-reserve-answers Ce fait brutal est masqué par la presse-tituée US, source d’histoires imaginaires sur la reprise de l’économie américaine.

Les réalités de nos existences sont tellement différentes de ce qu’il en est rapporté que j’en reste abasourdi. En tant qu’ancien professeur d’économie, éditeur du Wall Street Journal et secrétaire adjoint du Trésor pour les politiques économiques, je suis sidéré par la corruption qui règne dans le secteur financier, le Trésor, les agences de régulation financière et la Réserve fédérale. Au temps où j’exerçais, il y aurait eu des mises en examen, et des peines de prison pour les banquiers et les représentants du gouvernement.

Dans l’Amérique d’aujourd’hui, il n’y a pas de libre marché financier. Tous les marchés sont truqués par la Réserve fédérale et le Trésor. Les agences de régulation, contrôlées par ceux que ces mêmes agences sont censées contrôler, regardent ailleurs, et quand ce n’est pas le cas, elles sont quand même incapables de faire respecter quelque loi que ce soit, parce que les intérêts privés sont plus puissants que la loi.

Même les agences de statistiques gouvernementales ont été corrompues. Les mesures de l’inflation ont été concoctées pour la sous-estimer. Ce mensonge permet non seulement à Washington d’éviter de faire payer à la Sécurité sociale les ajustements au coût de la vie, et cela libère de l’argent pour mener plus de guerres, mais aussi, en sous-estimant l’inflation, le gouvernement peut créer une croissance du “PIB réel” en comptant l’inflation comme une véritable croissance, exactement de la même manière que le gouvernement crée 5% de chômage en ne comptant pas les travailleurs découragés qui ont cherché un emploi jusqu’à ce qu’ils ne puissent plus assumer le coût de la recherche, et qu’ils laissent tomber. Le taux de chômage officiel est de 5%, mais personne ne peut trouver de travail. Comment le taux de chômage peut-il être de 5% quand la moitié des jeunes de moins de 25 ans vivent chez leurs proches parce qu’ils ne peuvent pas se payer une existence indépendante ? Comme John Williams (de ShadowFacts) le rapporte, le taux de chômage qui inclut ces Américains qui ont arrêté de chercher un emploi parce qu’il n’y a pas de travail peut être estimé à 23%.

La Réserve fédérale, l’outil d’une petite poignée de banques, a réussi à créer l’illusion d’une reprise de l’économie depuis juin 2009 en imprimant des trillions de dollars qui vont se placer non pas dans l’économie mais dans le prix des actifs financiers. Pour la presse-tituée des médias du secteur financier, la hausse artificielle des marchés boursiers et obligataires est la “preuve” que l’économie croît rapidement.

La poignée de gens instruits qui reste en Amérique, et il s’agit seulement d’une petite poignée, comprend qu’il n’y a eu aucune reprise depuis la récession précédente, et que la rechute est juste au coin de la rue. John Williams a souligné que la production industrielle américaine, quand elle est ajustée correctement en tenant compte de l’inflation, n’a jamais retrouvé son niveau de 2008, encore moins de son pic de l’année 2000 ; et elle est de nouveau en train de diminuer.

Le consommateur américain est épuisé, accablé par les dettes et le manque d’augmentation de revenus. Toute la politique économique des États-Unis est focalisée sur la préservation de cette poignée de banques new-yorkaises, pas sur la préservation de l’économie américaine.

Les économistes et leurs compères de Wall Street nieront le déclin de la production industrielle, l’Amérique étant désormais une économie de services. Les économistes prétendent que ces services de la Nouvelle Économie sont high-tech, mais en réalité ce sont des serveuses, des barmen, des commis à temps partiel, et des services de santé ambulatoire qui ont remplacé les emplois de production industrielle et les postes d’ingénieurs, pour un salaire bien moindre, faisant chuter ainsi la demande globale réelle des États-Unis. Dans les quelques occasions où les économistes néolibéraux admettent l’existence de ces problèmes, ils en rejettent la faute sur la Chine.

Il n’est pas sûr que l’économie américaine puisse être réanimée. Pour relancer l’économie américaine, il faudrait re-réguler le système financier, et ramener les emplois et la part de PIB que l’externalisation offshore a donnés aux pays étrangers. Cela nécessiterait, comme Michael Hudson le démontre dans son nouveau livre, Killing the Host, une révolution dans les politiques fiscales, qui empêcherait le secteur financier de capter les profits et de les capitaliser en titres de créance dont il tire rémunération.

Le gouvernement américain, contrôlé aujourd’hui par des intérêts économiques corrompus, ne permettrait jamais des politiques qui affecteraient les bonus des cadres et les profits de Wall Street. Le capitalisme américain d’aujourd’hui fait de l’argent en bradant l’économie américaine et les gens qui en dépendent.

Dans l’Amérique de “la Liberté et la Démocratie”, le gouvernement et l’économie servent des intérêts complètement déconnectés des intérêts du peuple américain. Le bradage du peuple américain est protégé par un immense paravent de propagande fournie par les économistes du libre-échange et la press-tituée financière payée pour mentir.

Quand l’Amérique sombrera, les vassaux de Washington en Europe, au Canada, en Australie et au Japon sombreront également. A moins que Washington ne détruise le monde dans une guerre nucléaire, le monde sera remodelé, et l’Occident corrompu et débauché ne sera plus qu’une partie insignifiante du nouveau monde.

Source : Paul Craig Roberts, le 18/01/2016

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

19 réponses à Le 21ème siècle : une époque de corruption, par Paul Craig Roberts

Commentaires recommandés

RR Le 12 février 2016 à 05h46

Sur sa fiche Wikipedia, il est indiqué, activité : économiste, conspirationniste.

Quoi ? Si c’est un métier, il a un diplôme pour ça !

Cher Olivier, je pense que tu pourrais l’obtenir en validation des acquis.

C’est un diplôme particulier, au contraire des autres, il handicape pour trouver du boulot.Et si tu en as déjà un, tu peux facilement le perdre dans l’indifférence générale.

Bien venu dans le fascisme 2.0.

  1. Spectre Le 12 février 2016 à 02h51
    Afficher/Masquer

    “Les crimes de guerre de Washington sont comparables à ceux de n’importe quel pays dans l’histoire.”

    Petite erreur dans cet article (par ailleurs remarquable) : Mr. Roberts aurait dû écrire “les crimes de guerre de Washington sont SUPÉRIEURS à ceux de n’importe quel pays dans l’histoire”.

    Sinon, ce qu’il dénonce rejoint ce que disait Olivier Delamarche dans les Miscellanées de cette semaine : les chiffres sont systématiquement truqués (chômage, PIB, croissance). Et effectivement, quand on sort du bidouillage, la réalité est beaucoup moins avenante…

    http://www.shadowstats.com/alternate_data/unemployment-charts


    • Amy Le 12 février 2016 à 20h56
      Afficher/Masquer

      Oui Olivier Delamarche a complètement raison dans sa description de la situation aux USA. Il n’y a pas d’embauche depuis des années.
      Nous avons eu des plans de restructuration pour virer les gros salaires et embaucher des jeunes qui coûtent moins cher et vivent en collocation…


    • jeff Le 15 février 2016 à 23h51
      Afficher/Masquer

      Sans compter la France avec une autre méthode plus douce (moins voyante), par départements économiques


  2. RR Le 12 février 2016 à 05h46
    Afficher/Masquer

    Sur sa fiche Wikipedia, il est indiqué, activité : économiste, conspirationniste.

    Quoi ? Si c’est un métier, il a un diplôme pour ça !

    Cher Olivier, je pense que tu pourrais l’obtenir en validation des acquis.

    C’est un diplôme particulier, au contraire des autres, il handicape pour trouver du boulot.Et si tu en as déjà un, tu peux facilement le perdre dans l’indifférence générale.

    Bien venu dans le fascisme 2.0.


    • LBSSO Le 12 février 2016 à 20h56
      Afficher/Masquer

      Votre commentaire a,sans doute, incité un internaute à modifier la fiche Wiki .Quand je l’ai lue à 13h il était écrit :

      “Il (PCR) collabore régulièrement à la revue conspirationniste d’extrême gauche CounterPunch”

      Ce soir il est écrit:

      “Il (PCR) collabore régulièrement à la revue d’investigation progressiste CounterPunch”

      Pas mal ,non ?
      (L’auteur de cette modification aurait pu ajouter que PCR avait été obligé d’interrompre sa relation avec CounterPunch).

      RR aurait-il vaincu le facisme 2.0 ? 🙂


      • alex Le 13 février 2016 à 03h28
        Afficher/Masquer

        Mais sur internet tout ne s’efface pas.
        Un petit outil pour les curieux (je pense qu’ici la plupart le connaisse)
        https://web.archive.org/web/20151209022637/https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Craig_Roberts

        En comparant avec la fiche wiki “d’aujourd’hui”, vous constaterez que le terme conspiration et la famille de mots s’y rapportant ont disparu.
        Ainsi que le lien vers la page “theorie du complt bla bla bla… Ce dernier s’est transformé en “attntats du 11 sep…”

        Allez Paulo, bientôt prix nobel!


  3. DUGUESCLIN Le 12 février 2016 à 06h09
    Afficher/Masquer

    Il semble en effet que la situation économico-sociale aux Etats-Unis n’est pas brillante pour ne pas dire catastrophique. même si tout est fait pour le cacher, pour essayer de conserver à ce pays son image de “modèle” de démocratie et de réussite, à tel point que le risque de mouvements sociaux est de plus en plus grand.
    La police n’est plus faites pour assurer la sécurité des citoyens, mais est armée lourdement en vue d’une éventuelle répression face à des émeutes. Les policiers sont, soit dans le camp de la répression, soit au chômage, donc prêts à se battre pour leur emploi. Ce qui créée une situation plus que tendue qui peut exploser. Mais quel autre moyen existe-t-il pour trouver un emploi aux jeunes chômeurs? Perdu pour perdu le dernier espoir de la haute finance internationale apatride pourrait être la guerre.


    • anne jordan Le 12 février 2016 à 15h42
      Afficher/Masquer

      un peu comme notre police à nous , cher Bertrand ?

      http://www.liberation.fr/france/2016/01/31/police-le-permis-de-peur-d-arme_1430191


    • Amy Le 12 février 2016 à 17h50
      Afficher/Masquer

      Il est clair que la reprise n’est pas au rendez-vous. Je bosse et vis aux US.
      Ma boîte (grosse société aerospatiale et faisant partie du complexe militaro-insdustriel) vient de restructurer nos contrats de travail. Résultat:
      Moins de vacances, une assurance santé plus chère et couvrant moins bien, des investissements plus risqués pour la retraite (ça se casse bien la figure ence moment…), bref c’est la reprise il n’y a pas à dire…
      Plus grave, on nous demande de prendre bien plus de risques dans la conception de nos produits pour réduire les coûts…
      Pas cool :/

      Celà dit, je fais partie des privillégiés qui ont du travail, alors il ne faut pas que je me plaigne.


      • vincent Le 12 février 2016 à 21h40
        Afficher/Masquer

        Après c’est facile pour personne, tant pour ceux qui bossent que pour les autres. Les situations sont différentes c’est tout. Moi c’est un pays dans lequel je ne pourrais pas vivre pour diverse raison, mais notamment pour leur violence managériale. Bon courage pour la suite


  4. DUGUESCLIN Le 12 février 2016 à 06h38
    Afficher/Masquer

    Le modèle américain s’effondre discrètement, du fait du silence des médias qui ne pourront le cacher indéfiniment.
    En attendant tous modèles basés sur la souveraineté des peuples et des nations sont combattus comme mauvais, comme des dictatures, comme le camp du mal.
    La Russie qui de plus en plus gagne son indépendance vis à vis de la haute finance dominatrice, est devenu un plus grand exportateur de blé que les Etats-Unis, elle crée un système financier de plus en plus indépendant, elle développe ses ressources internes malgré la guerre financière, elle est pour les financiers maîtres du monde le modèle à abattre par tous les moyens
    Modèle russe que les euopéistes soumis par la peur de la répression, sinon corrompus, combattent en soutien de l’Amérique financièriste allant jusqu’à ignorer leurs propres intérêts et ceux de leurs peuples.
    Mais il improbable que les européistes s’engagent dans une guerre faute de moyens financiers et militaires, mais aussi face à une opinion publique qui évolue malgré la désinformation systématique.
    Ce qui revient à dire que les Etats-Unis ont intérêt le plus rapidement possible à changer de politique et développer le partenariat plutôt que la domination. C’est son dernier recours raisonnable pour retrouver la prospérité. Mais la haute finance résiste car elle perdrait son pouvoir puisqu’elle se croit maladivement missionnée pour dominer le monde.


  5. LBSSO Le 12 février 2016 à 06h52
    Afficher/Masquer

    Un reportage dans Cash Investigation sur le Congrès américain?

    -Les USA comptent 321 Mons d’habitants dont 52% ont plus de 35 ans cad 167 Mons de personnes.
    Aux USA, 5,2 Mons de pers. sont millionnaires soit 5,2/167= 3,1 % des plus de 35 ans américains.
    Or 47% des congressistes américains sont millionnaires.
    Sources: Center for Responsive Politics http://www.lefigaro.fr/international/2011/12/28/01003-20111228ARTFIG00358-les-elus-du-congres-americain-de-plus-en-plus-riches.php
    Pyramides des âges :http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMPagePyramide?codePays=USA

    -Lawrence Lessig:le candidat démocrate anti-corruption.Juriste renommé, pionnier du web (cofonde le système de licences libres Creative Commons ),il avait comme ambition de changer le système de financement de la politique aux États-Unis .Lawrence Lessig n’a pu se qualifier pour le premier grand débat télévisé organisé par les démocrates car,selon la règle, il n’a pas obtenu au moins 1% d’intentions de vote dans au moins trois sondages nationaux au cours des six semaines précédant le dit-débat.Il a jeté l’éponge.
    http://www.20minutes.fr/monde/1668403-20150818-presidentielle-americaine-lawrence-lessig-icone-web-contre-corruption-systeme
    http://www.telerama.fr/monde/presidentielle-americaine-2016-lawrence-lessig-ou-l-histoire-d-une-candidature-impossible,133632.php


  6. patrickluder Le 12 février 2016 à 08h25
    Afficher/Masquer

    Trop de puissances destructrices sont opérationnelles dans le monde. Statistique ce qui est possible finit toujours pas arriver, non ?


  7. Luline Le 12 février 2016 à 10h02
    Afficher/Masquer

    On peut résumer par “USA = le grand satan”
    Le monde vie sous la domination du complexe scientifico-militaro-industriel pratiquement depuis ce que Jacques Grinevald nomme “la Révolution carnotienne”
    (https://books.google.fr/books?id=lRuB6dsVhV4C&pg=PA41&lpg=PA41&dq=%22R%C3%A9flexions+sur+le+catastrophisme+actuel%22&source=bl&ots=ttq2UDB4Gd&sig=Joo8mhmn0uKtofqSHn5tOOXVwYc&hl=fr&ei=lo6gTNqFFZTO4AbKkMzCDg&sa=X&oi=book_result&ct=result#v=onepage&q=%22R%C3%A9flexions%20sur%20le%20catastrophisme%20actuel%22&f=false)
    Or le monde doit changer son logiciel, mais sommes nous prêt à cela… Laudato si


  8. Ztong Le 12 février 2016 à 13h35
    Afficher/Masquer

    USA = le grand Satan ?
    Non, le Grand Jouisseur, simplement.

    Quand on produit plus de 50% du PIB mondial après 1945 on peut, mais quand on s’engonce dans la rente face à des concurrents plus dynamiques, il ne reste qu’à brader à l’encan sa classe moyenne, en attendant le baisser (brutal) de rideau…


  9. vincent Le 12 février 2016 à 21h36
    Afficher/Masquer

    Que peut on attendre d’un pays qui s’est fondé sur la mort et la destruction depuis 2 siècle, et qui depuis 2 siècle continue de semer la mort et la destruction sans aucun scrupule?;

    Je pense que les USA et l’occident ont besoin de cette chute drastique pour qu’ils retrouvent la place qu’ils méritent dans l’humanité, une région seulement, sans avoir à vouloir modifier le monde à leur image.

    Je rejoins ce qui est dit plus haut, les crimes des USA dépassent largement ce qui s’est fait dans l’histoire des autres pays, car s’il y a l’aspect guerre, il y a aussi les crimes liée à leur économies qui ont augmenter la misère et mené à la destruction de pays et à l’installation de gouvernement corrompus. mais bon il est américain, il a déjà un bon regard critique, on peut lui pardonner cette erreur de jugement, qui en France dénonce les crimes du gouvernement aussi franchement que cet homme?

    C’est cela, ou alors la dégradation écologique aura raison de nous.


  10. Gier 13. Le 13 février 2016 à 09h30
    Afficher/Masquer

    Je dis depuis longtemps que la seule arme de destruction massive qui ait jamais été inventée est le capitalisme financier. A la fois par sa capacité à détruire l’environnement, son indifférence à déclencher des guerres, la facilité avec laquelle il détruit le tissu économique, social et les hommes et enfin par le pouvoir qu’il a de cacher tout cela en maîtrisant les flux d’informations.
    Je crois que c’est Caton le censeur qui finissait tous ces discours par “Delenda cartago” (il faut détruire Carthage)
    Il faut finir les nôtres par “Delenda capitalisme” et/où “Delenda America”
    De meilleurs latinistes sue moi trouveront les bonnes déclinaisons !


  11. christian gedeon Le 13 février 2016 à 12h43
    Afficher/Masquer

    Il faut impérativement arrêter de focaliser sur le “modèle ” américain…tout simplement parce qu’il n’existe pas. Parlons de modèle ultralibéral,par exemple. il est curieux de voir que beaucoup d’Européens,entre autres,s’exonèrent de la responsabilité de l’existence d’un tel modèle… alors qu’au coeur même de l’Europe l’Allemagne,le Luxembourg,la Suisse,la Belgique ,l’Irlande,le Royaume Uni,pour ne pas parler de la Hollande sont des modèles absolus de cet ultralibéralisme… et que die de zones de non droit(financier et bancaire) comme le Kosovo,la Bosnie…et Chypre…tout mettre sur le dos des US est juste faux,et pour tout dire ridicule. Le virus est partout…et je n’ai pas parlé des places financières orientales ou extrême orientales…


  12. tocquelin Le 13 février 2016 à 12h48
    Afficher/Masquer

    comme le dit PC Roberts de nombreux pays musulmans ont “bénéficié” d’une destruction systématique des Atlantistes les ramenant de fait avec l’aide de l’intégrisme à une situation pré moyenâgeuse et à une catastrophe économique. Que chacun analyse le pourquoi de cette situation qui n’est pas le fait du hasard ; il y a une volonté d’abaisser les peuples et les états musulmans avec la complicité et l’intérêt de de certains de leur dirigeants.

    [Modéré : orthographe]


Charte de modérations des commentaires