12
Fév
2016

Quelques bon billets du site Chroniques du grand jeu

Source : Chroniques du Grand Jeu, Observatus geopoliticus, 5-02-2016

L’avancée russo-syrienne à Alep fait des dégâts dans le camp autoproclamé du Bien ; Etats-Unis, Arabie saoudite et Turquie sont sur les dents et menacent même, pour les deux derniers, d’entrer dans la mêlée tandis que la guerre de l’information reprend de plus belle.

Depuis une semaine, les forces loyalistes appuyées par les Russes, les Iraniens et le Hezbollah volent de succès en succès dans la région d’Alep, deuxième ville du pays et verrou de la rébellion. La libération des deux villages chiites de Nubul et Zahraa, assiégées depuis trois ans (!) par les “terroristes modérés”, a considérablement changé la donne dans le nord syrien.

La principale route d’approvisionnement d’Al Qaeda et autre Ahrar al-Cham vers la Turquie est coupée et l’étau se resserre autour de la grande ville du nord, déjà occupée pour moitié par les forces loyalistes. Alep est peut-être un tas de ruines mais sa prise constituerait un important tournant, psychologique mais aussi stratégique. La rébellion “modérée” se verrait obligée de se replier sur Idlib et Jisr al-Chougour, ses derniers fiefs au nord, tandis qu’Assad commencerait à reconstruire la Syrie utile avant de se tourner contre Daech en Syrie orientale.

Et comme ailleurs, notamment dans le sud ou dans la province de Lattaquié, la situation n’est pas meilleure pour les salafistes si chers au camp du Bien, ça commence à sentir le roussi pour les protégés de la bande américano-turco-saoudienne… Comme le dit un analyste, “les rebelles battent en retraite partout”.

Les Russes, que les stratèges de Saint-Germain-des-Prés voyaient s’embourber, mènent pour l’instant leur campagne de main de maître. Contrairement à ce que claironnait la propagande saoudienne, ils renforcent même leur présence militaire en Syrie avec l’envoi de quelques Sukhois 35, dernière pépite de l’aviation russe (avant le futur Pak-Fa) et l’un des meilleurs avions du monde.

Idéal pour tester l’avion en conditions réelles et lancer un avertissement à la Turquie.

Plus d’avions + renseignement amplifié (notamment grâce au centre de Bagdad mis sur pied en septembre à la barbe des Américains) = forte recrudescence des raids russes ces derniers jours (25 à 30%) qui mettent au supplice les insurgés.

Dans ces conditions, il n’est guère étonnant de voir le camp du Bien engager une danse du ventre hystérique. La mafia médiatique reprend sa bonne vieille propagande, les osbcures ONG syriennes installées à Londres ou en Turquie (LOL) hurlent au massacre de civils par les méchants navions russes (tout y passe : hôpitaux, écoles, ne manquent plus que les léproseries…), Ankara accuse évidemment Moscou de fournir des armes au PKK (ce qui n’est d’ailleurs peut-être pas tout à fait faux).

Surtout, Turcs et Saoudiens seraient prêts à entrer en guerre en Syrie, sous couvert de combattre leur bébé daéchique (éternel prétexte) ; si ça se confirme, cela signifie qu’ils considèrent la situation comme vraiment mauvaise. Si une intervention saoudienne relève de la farce, les pitres wahhabites étant incapables depuis plusieurs mois de venir à bout de quelques rebelles déguenillés au Yémen, une intervention ottomane est à prendre beaucoup plus au sérieux. Mais elle interroge…

Reprenons l’article qui résume bien la situation de ces derniers jours :

« Nous avons de sérieuses raisons de soupçonner une préparation intensive de la Turquie pour une intervention militaire sur le territoire d’un État souverain : la Syrie », a indiqué, le 4 février, le général Igor Konachenkov, le porte-parole du ministère russe de la Défense,

« L’armée russe observe un nombre croissant de signes d’une préparation secrète des forces armées turques afin de mener des opérations sur le territoire syrien », a ajouté l’officier, faisant état de « l’accumulation en de nombreux points de la frontière turco-syrienne d’équipement du génie servant à préparer une intervention militaire, ainsi que de soldats et d’engins militaires ».

« Ce type de dispositif est utilisé pour permettre des mouvements rapides de colonnes militaires avec armes et munitions en zone de guerre, ainsi que le transfert et l’évacuation du personnel », a souligné le général Igor Konachenkov. « Si quelqu’un à Ankara pense que l’interdiction d’un vol de reconnaissance russe permettra de cacher quoi que ce soit, il n’est pas professionnel », a-t-il poursuivi.

Pour l’instant, les autorités turques ont refusé de faire tout commentaire face à ces accusations russes, se contentant de confirmer « l’interdiction pour raisons de sécurité » d’un vol russe de reconnaissance prévu du 1e au 5 février dans le cadre du traité Ciel ouvert dont les deux pays sont signataires. Ce traité prévoit des survols pour contrôler les installations militaires et d’armements, afin d’entretenir la confiance mutuelle.

Scénarios possibles :

  • Intox russe. Peu probable. Les Russes parlent rarement pour ne rien dire et ne sont pas adeptes, au contraire des Américains, des déclarations grandiloquentes.
  • Intox turque. Eventuellement. Déjà lancé dans une dangereuse fuite en avant sur le plan intérieur, Erdogan cherche peut-être à sauver la face en montrant ses muscles.
  • Les Turcs s’en vont réellement en guerre avec l’appui de l’OTAN, c’est-à-dire des Etats-Unis. Peu probable. Je peux me tromper mais je vois difficilement les Américains risquer une confrontation ouverte avec la Russie, surtout au moment où l’opinion publique US est en train de tourner et devient de plus en plus excédée des alliés islamistes de Washington.
  • Les Turcs s’en vont en guerre tout seuls. Eh bien, bonne chance à eux… Les Russes et les Kurdes n’attendent que ça ! Ces colonnes militaires sans appui aérien (car barré par les S-400 russes) risquent de se faire dégommer en quelques minutes. Sans compter qu’en cas de conflit ouvert entre Moscou et Ankara, Gazprom coupe le robinet, ce qui mettra la Turquie dans une situation très difficile.

En attendant, Washington reste étrangement silencieuse tandis que les Sukhoi 35 sont en état d’alerte pour les prochaines 24 heures…

Source : Chroniques du Grand Jeu, Observatus geopoliticus, 5-02-2016

 

Batifolages gaziers

Source : Chroniques du Grand Jeu, Observatus geopoliticus, 2, 02, 2016

Le feuilleton de l’or bleu – dont on pourra se remémorer quelques épisodes (iciiciici ou ici) – ne connaît pas la crise et continue de plus belle.

Déjà paniqué par un documentaire de Canal + sur la véritable nature de la révolution néo-nazie du Maidan, le régime clownesque de Kiev vient encore de sortir une idée de génie. Tenez-vous bien, l’Ukraine va porter plainte contre le Nord Stream 2 ! Défense de rire, c’est l’inénarrable Yatseniouk qui le claironne. L’ « argument » de Kiev est que… heu… à vrai dire, on ne le comprend pas trop. En gros, c’est l’éternelle histoire du beurre et de l’argent du beurre : Les Russes sont des vilains mais nous voulons que leur gaz passe par chez nous pour toucher les dividendes. Si vous le dites…

Evidemment, le petit protégé de Victoria “fuck the UE” Nuland n’aurait pu trouver seul cette lumineuse idée, le parrain US n’est pas loin. Est-ce un hasard si, dix jours auparavant, le vice Biden et Tapiocashenko avaient promis de torpiller le gazoduc russe ? On imagine déjà le lobbying américain auprès de la grosse Bertha Angela…

Un bonheur ne venant jamais seul, la Pologne s’y met aussi et insiste pour que les gazoducs de l’ennemi russe passent sur son territoire. Ne craignant pas la contradiction, Varsovie demande également un renforcement de l’OTAN sur son sol ! Vous avez dit schizo ?

Tout cela constitue-t-il une menace pour le Nord Stream 2 ? C’est peu probable. Les intérêts allemands et ceux des compagnies énergétiques européennes impliquées dans le projet sont trop importants. Mémère Merkel est prête à se vendre aux Américains jusqu’à un certain point mais pas plus. Elle a continuellement tenté de torpiller la route sud (South Stream puis Turk Stream) mais s’est faite soudain bien moins véhémente lorsque Moscou a proposé de doubler la route nord.

Et, last but not least, nous en revenons toujours au même problème : les autres sources d’approvisionnement. Comme nous l’annoncions il y a longtemps, le gaz de schiste US est une illusion et sa production a déjà commencé à baisser. Le gaz azéri est une fumisterie et concerne des quantités négligeables. Le gaz turkmène ne passera jamais par un pipeline transcaspien tant que Moscou et Téhéran s’y opposeront.

Reste le gaz iranien. La levée des sanctions a rempli d’espoir les eurocrates (notons en passant l’invraisemblable hypocrisie de ces vassaux de l’empire : le 15 janvier à 23h59, l’Iran était encore le diable en personne ; le 16 janvier à 0h01, l’Iran est soudain devenu, par la grâce de Washington, tout à fait fréquentable). On a même commencé à évoquer un gazoduc vers l’Europe via la Turquie. Mais mais mais… Premier problème : le tracé passerait forcément par les zones kurdes en guerre et où plusieurs tubes ont déjà sauté. Le 6 août, nous écrivions :

Rien ne va plus en Turquie, un troisième pipeline explose ! Et pas n’importe lequel : il s’agit du BTE (Bakou-Tbilissi-Erzurum). Ce corridor Azerbaïdjan-Géorgie-Turquie est promu sans relâche par les Américains depuis vingt ans afin de détourner l’Europe des hydrocarbures russes et d’isoler Moscou. C’est la route du BTC (Bakou-Tbilissi-Ceyhan), ouvert en 2005 et transportant le pétrole caspien de l’Azerbaïdjan à travers la Géorgie et la Turquie, évitant soigneusement le territoire arménien, allié de Moscou. C’est la route que devait emprunter l’illusoire Nabucco qui, contrairement à l’opéra de Verdi, est resté définitivement dans les cartons. C’est enfin le projet brinquebalant du TANAP qui, tel Jésus multipliant les pains, est censé “assurer la sécurité énergétique” de l’Europe avec ses malheureux 16 Mds de m3 de gaz annuels. Les Américains ne s’arrêtent pas à ces détails : de gré ou de force, leurs “alliés” européens doivent tout consommer, même du vent, plutôt que du gaz russe… Les Européens ne sont évidemment pas dupes mais n’osent pas contredire frontalement leur maître, d’où ce petit jeu qu’ils croient follement subtil d’un pas en avant puis en arrière, une jambe finissant par faire un croche-pied à l’autre.

Deuxième problème : l’Iran est de toute façon loin, très loin de pouvoir fournir de grosses quantité à l’Europe, du moins dans un avenir proche. Plusieurs récentes analyses ont douché les espoirs fous nés de la levée des sanctions. Le système iranien de transport est archaïque ou inexistant et requiert des centaines de milliards d’investissements, idem pour les gisements. Pire ! Téhéran a également d’autres projets, comme l’IPI (Iran-Pakistan-Inde) vers ses futurs alliés au sein de l’Organisation de Coopération de Shanghai. Conclusion : il faudra attendre au moins jusqu’en 2025 et plutôt 2030 pour que l’Iran soit capable de livrer du gaz à l’Europe, si tant est que le problème kurde soit réglé en Turquie.

Et puisqu’on parle du loup… Ankara a énormément de mal à trouver d’autres fournisseurs que russe après le quasi gel des relations. Ca tombe particulièrement mal, la Turquie n’a jamais autant consommé d’or bleu de son histoire. Au lendemain de la bourde du 24 novembre, Davutoglu s’est précipité en Azerbaïdjan pour humer le bon air gazier. Le moins que l’on puisse dire est qu’il a été déçu. Répétons-le, on parle ici de quantités insignifiantes (les importations turques de gaz russe sont 1,4 plus importantes que la production totale de gaz azéri !) En plus, Bakou n’a pas trop envie de se mettre Moscou à dos en ce moment, alors que les Russes sont de plus en plus présents en Arménie et peuvent, quand ils le veulent, soutenir plus franchement Erevan dans la dispute du haut Karabagh.

Le sultan aura beau faire des pieds et des mains, il n’y échappera pas et continuera d’avaler du gaz russe. Que dire alors de l’Europe, dont la consommation est dix fois supérieure…

Source : Chroniques du Grand Jeu, Observatus geopoliticus, 2, 02, 2016

 

Les terroristes modérés en difficulté

Source : Chroniques du Grand Jeu, Observatus geopoliticus, 31-01-2016

Les mouchoirs sont de sortie dans les chancelleries occidentales et pétromonarchiques, et il nous semble même entendre quelques sanglots étouffés : leurs si chers terroristes modérés sont partout sur le reculoir en Syrie.

Au sud, l’armée loyaliste a repris il y a quelques jours Cheikh Meskine, une ville stratégiquement importante, coupant plus ou moins les voies de communication des djihadistes dans la province de Deraa. Nous avions d’ailleurs vu que la Jordanie voisine, dans un retournement de veste digne d’elle-même, n’était plus très chaude pour soutenir la rébellion et avait ordonné à ses protégés de ne plus s’en prendre au régime mais à Al Nosra si chère au coeur de Fabius.

A la frontière libanaise, dans les montagnes du Qalamoun globalement mais pas totalement reconquises par le Hezbollah, EI et Al Nosra se sont à nouveau écharpé alors que les poches insurgées se réduisent sans cesse.

A Deir ez-Zoor, enclave loyaliste en plein territoire de l’Etat Islamique, l’armée a repoussé la grande attaque daéchique que nous prévoyions dernièrement. Si l’agence de presse officielle exagère sans doute un peu, il est certain que les petits hommes en noir ont subi des pertes et en ont été pour leurs frais. Là comme ailleurs l’aviation russe a été déterminante.

En parlant de cela, c’est comme si on y était :

Mais c’est surtout au nord que la dynamique du combat a profondément changé. A Alep, l’un des principaux groupes insurgés, jusque-là soutenu par la Turquie et les Etats-Unis, bat en retraite. Chose intéressante : ils affirment ne plus recevoir de munitions et d’armements. Conséquence des bombardements russes ou bisbilles avec leurs parrains ? Toujours dans la région d’Alep, les salafistes d’Ahrar al-Cham et les qaédistes d’Al Nosra, pourtant alliés dans l’Armée de la conquête soutenue à bouts de bras par notre amie l’Arabie saoudite, se bagarrent comme des chiffonniers. Le fait est rapporté, ô divine surprise, par le Monde, à qui il arrive parfois de faire de l’information (ça doit être les bonnes résolutions de 2016). Au fait, où sont donc passés les fameux “rebelles modérés” ?

Et comme dans la province de Lattaquié, les loyalistes reprennent localité sur localité, les bastions insurgés d’Idlib et Jisr Al-Choughour, adossés à la Turquie, sont sur la défensive, commençant à être pris en tenaille par l’ouest, le sud et l’est. La coalition syro-russo-irano-hezbollahi s’approche avec gourmandise de la frontière turque, rendant de plus en plus difficile l’approvisionnement des terroristes modérés. Pas étonnant que le sultan commence à avoir des sueurs froides…

C’est dans ce contexte qu’a eu lieu avant-hier l’incident que tous les médias ont rapporté, à savoir une possible nouvelle incursion d’un avion russe dans l’espace aérien turc. Ankara postillonne et convoque l’ambassadeur russe, Moscou balaie d’un revers de la main et parle de “grossière propagande”. Ce qui est intéressant ici, c’est que si violation il y a eu, la chasse turque s’est bien gardée cette fois d’abattre l’avion. Faut dire que c’était un Sukhoi 34 protégé par un halo de S-400 et non un vieux Sukhoi 24 solitaire… Et puis le sultan n’a peut-être pas envie d’aller plus loin dans l’escalade avec l’ours vu l’avalanche de sanctions qui lui est tombé sur le crâne.

Les Russkovs doivent maintenant se sentir forts sur la frontière syro-turque. Les batteries de S-400 n’hésiteront pas à descendre les F16 ottomans comme des mouches. C’est sans doute cela qui explique ce qui s’est passé le 23 décembre… Les lecteurs se souviennent sans doute qu’Erdogan avait lancé un ultimatum aux YPG kurdes syriennes : “ne traversez pas l’Euphrate ou nous vous bombarderons”. Eh bien, fait passé inaperçu de tous (y compris de votre serviteur, je dois l’avouer avec honte), les YPG ont bien traversé l’Euphrate le 23 décembre et commencé à faire mouvement pour sceller la frontière afin de couper Daech de la Turquie. Ankara n’a pas réagi ! Erdo-gollum a dû ravaler sa fierté devant les missiles russes pointés sur ses avions.

Guère étonnant dans ces conditions que les Turcs aient fait des pieds et des mains pour que les Kurdes syriens soient exclus du nouveau round de négociations à Genève. Moscou a beau jeu de demander leur participation, se les attachant ainsi encore un peu plus. Il est vrai que sans eux, Genève 3 est une coquille vide. Cela ne gêne pas plus que ça Damas : au vu de la nouvelle dynamique du conflit, le temps joue maintenant pour Assad et ses alliés.

Source : Chroniques du Grand Jeu, Observatus geopoliticus, 31-01-2016

66 réponses à Le camp du Bien en panique

Commentaires recommandés

Spectre Le 12 février 2016 à 02h30

Le “camp du Bien” est effectivement en panique vu le cessez-le-feu demandé par les USA, et apparemment obtenu.

Fabius étant parti, son successeur se montrera-t-il plus pragmatique, ou continuera-t-il dans les gesticulations intransigeantes ? Hollande continue de jouer l’air “Bachar massacre son propre peuple” (— avec l’aide des méchants Russes). Les deux passeurs de plats Pujadas et Bouleau n’ont évidemment pas songé à demander à notre cher Président pourquoi les bombardements français épargnent systématiquement le Front al-Nosra…

Sinon, elle est drôlement amusante cette terminologie qui consiste à donner du “régime de Bachar al-Assad” à tout-va dans les médias orthodoxes. Vous imaginez la presse étrangère parlant de la France comme du “régime de François Hollande” ? Nâân, c’est vrai, c’est une belle et infaillible démocratie chez nous ; un monarque n’y déciderait jamais tout seul dans son coin d’un engagement militaire exposant “son” peuple à de sanglantes actions de rétorsion !

  1. Spectre Le 12 février 2016 à 02h30
    Afficher/Masquer

    Le “camp du Bien” est effectivement en panique vu le cessez-le-feu demandé par les USA, et apparemment obtenu.

    Fabius étant parti, son successeur se montrera-t-il plus pragmatique, ou continuera-t-il dans les gesticulations intransigeantes ? Hollande continue de jouer l’air “Bachar massacre son propre peuple” (— avec l’aide des méchants Russes). Les deux passeurs de plats Pujadas et Bouleau n’ont évidemment pas songé à demander à notre cher Président pourquoi les bombardements français épargnent systématiquement le Front al-Nosra…

    Sinon, elle est drôlement amusante cette terminologie qui consiste à donner du “régime de Bachar al-Assad” à tout-va dans les médias orthodoxes. Vous imaginez la presse étrangère parlant de la France comme du “régime de François Hollande” ? Nâân, c’est vrai, c’est une belle et infaillible démocratie chez nous ; un monarque n’y déciderait jamais tout seul dans son coin d’un engagement militaire exposant “son” peuple à de sanglantes actions de rétorsion !


    • Silk Le 12 février 2016 à 04h10
      Afficher/Masquer

      pour notre nouveau ministre, ça ne changera rien sur le fond de notre politique, seule la forme sera plus lisse tout comme le personnage (qui d’ailleurs retourne sa chemise, moins que Emmanuelle qui elle a du changer chemise, pantalon et a mangé sa culotte avant d’en changer ^^mais c’est un autre sujet)

      Holllande vient de relancer la machine sur les massacres dûs au “regime” de Bachary qui serait le 1er pourvoyeur de mort en Syrie.

      Quant à “regime” en effet c’est intessant cet usage, un tour dans le dico indique que régime est un qualificatif pour le détenteur du pouvoir (de part sa racine latine).

      Wiki lui considére (de même) que régime doit être qualifié et recense diverses formes de régimes allant de régime dictatorial, autoritaire, monarchique, démocratique etc avec plein de nuances pour chaque.
      Mais régime seul n’existe pas et devrait être qualifié, sauf à se servir d’un sens péjoratif considérant que régime signifie autoritaire ou dictatorial

      Je pense désormais parler de régime US, du régime francais ou autre régime 🙂


      • dupontg Le 12 février 2016 à 07h07
        Afficher/Masquer

        a moins que ça provienne du regime de bananes des republiques bananieres mise en place par la france


    • Tonton Poupou Le 12 février 2016 à 10h43
      Afficher/Masquer

      On sent un net infléchissement de Hollande – Mr Bricolage – avec le départ de Fabius – toujours responsable mais pas coupable. En effet, la rhétorique à “évoluer”. Maintenant “Bachar ne massacre plus son peuple” mais “bachar massacre une partie de son peuple”. Ajoutez qu’à cela il n’est plus demandé par personne le départ préalable du président syrien avant tout début de négociation. Donc il nous est permis de penser que le “camp du bien et les amis de la Syrie” mangent leur chapeau bouchée après bouchée et que le transit intestinal se fait difficilement.


    • Well Le 12 février 2016 à 12h52
      Afficher/Masquer

      Hollande me fait penser à ces perdants qui ne sont plus écoutés, et qui ne risquent pas de l’être en disant comme tout le monde, surtout face à plus fort qu’eux. Alors ils tentent un gros coup, dire le contraire du « chef ». Au cas où ils auraient raison, ils deviennent pour les gogos celui qui a été mal aimé, le bon président incompris. Oubliées toutes leurs âneries précédentes.


  2. Well Le 12 février 2016 à 06h58
    Afficher/Masquer

    Magnifique. C’est un gros travail de rédaction : précisions, détails, vérités, humour. Rien de tout cela sur Libé et Obs. La fin de semaine sera meilleure que ce qu’elle a commencé, avec ceux précités, et leur traitement de l’affaire Piquemal


  3. fabrice Le 12 février 2016 à 07h07
    Afficher/Masquer

    A mettre en parallèle que si l’aviation russe se porte bien nos “amis” américains semblent continuer à s’enfoncer avec le F-35 :

    link to lesechos.fr

    A force de vouloir trop jouer les plus malins ou pour être exact sous l’influence des lobby de multinationales, les Etats-Unis se privent de la mise à niveau économique et militaire. Le plus dramatique on pourrait dire c’est le nombre de pays “amis” qui ont sabordé leur industrie aéronautique stratégique pour adhérer à ce programme.


  4. Nerouiev Le 12 février 2016 à 07h22
    Afficher/Masquer

    Très bonne analyse. Parmi les possibilités j’en aurais rajouté une autre, à savoir la Turquie s’allie avec daesh pour les renforcer sur le terrain en hommes et en matériel. Ceci obligerait peut-être le camp du bien à voler à son secours. Ne pouvant rien faire d’autre il dévoile ouvertement son jeu et met tout le camp du bien dans l’embarras.


  5. gzawye Le 12 février 2016 à 07h29
    Afficher/Masquer

    [modéré : Le café du commerce c’est la rue en face. Merci.]


    • Tachyons Le 13 février 2016 à 08h28
      Afficher/Masquer

      Attaquer ou plutôt envahir la Syrie ce serait une déclaration de guerre à la Russie, l’échiquier est en place depuis longtemps et l’OTAN comme les USA qui manipulent les européens, ne bougeront pas pour défendre le GOLLUM.


  6. ANNA Le 12 février 2016 à 07h41
    Afficher/Masquer

    Mais aussi :

    Selon la représentante spéciale du Kurdistan syrien en Europe et aux États-Unis, Séname Mouhammad, un événement historique pour le peuple kurde

    Lire la suite:
    link to fr.sputniknews.com

    Cela va changer radicalement la donne, c”est pour cela que les médias français passe cet info sous silence assourdissant


    • vlois Le 12 février 2016 à 09h21
      Afficher/Masquer

      Est-ce que cela voudrait aussi signifier que Bachar El-Assad serait prêt à confier une certaine autonomie à un état Kurde au Nord et détaché de la Syrie ?


      • Micmac Le 12 février 2016 à 13h52
        Afficher/Masquer

        Ça veut aussi dire que les Russes tiennent leurs promesses. Ils avaient dit à Erdogan qu’il allait payé très cher d’avoir abattu un de leurs avions.

        Le Russie ne se gêne plus avec la Turquie, elle n’en tient simplement plus compte.


  7. Max Le 12 février 2016 à 07h57
    Afficher/Masquer

    Pour la 2eme fois, la Russie démontre qu’une guerre asymétrique est gagnable, la 1ere étant la Tchétchénie……………….. Alors que les USA n’en ont gagné aucune.
    La topographie du terrain du sable et encore du sable a fortement joué pour aider l’aviation russe.
    Maintenant, le gouvernement syrien contrôle la Syrie utile c’est-à-dire le Centre et l’Ouest.
    Sur une réaction militaire éventuelle de la Turquie, la menace principale pour la Turquie se situe sans doute au Nord, toute la Turquie y est a porté de missiles russe……… notamment grâce a la Crimée.
    La Turquie est de fait prise dans un maillage militaire russe.
    J’avais déjà écrit que les USA ne se sacrifient jamais pour leurs alliées, que ce soit les Etats Baltes ou la Turquie.
    Si la Turquie veut y aller, elle devra y aller seule, elle peut y perdre le Bosphore.
    La Turquie avait de bonnes cartes en main pour récupérer une partie des territoires situé en Irak qu’elle a perdu a l’issu de la 1ere guerre mondiale et qui regorgent de pétrole mais aussi de kurdes.
    Le problème est que la Turquie voulait un bonus sur le territoire syrien et a donc détruit un avion russe en vol et achevé son pilote.


    • araok Le 12 février 2016 à 10h15
      Afficher/Masquer

      Max, sur votre première remarque.
      On ne peut effectivement pas gagner une guerre asymétrique si on respecte les droits de l’homme.
      Alors qu’est-ce qu’on fait? Etat d’urgence permanent, c’est un bon début…


      • helloyou Le 12 février 2016 à 10h47
        Afficher/Masquer

        Cher Araok,

        permettez moi de reprendre votre commentaire pour le simplifier:

        On ne peut gagner aucune guerre en respectant les droits de l´homme, l´inverse est un oxymore.
        Quelle que soit la description géométrique de la guerre …


      • Azza Le 12 février 2016 à 14h10
        Afficher/Masquer

        Ce qui est vrai, c’est qu’on peut les perdre sans respecter les droits de l’homme : Vietnam, Algerie, Occidentaux en Afghanistan et en Iraq


  8. philbrasov Le 12 février 2016 à 08h31
    Afficher/Masquer

    une chose m’a frappe dans cette offensive de l’AAS, c’est la façon dont a été traite l’information par nos médias mainstream.
    A les entendre, Alep, va etre “repris”, la coalition, encercle Alep, des milliers de réfugiés fuient Alep pour la frontière turque etc.
    Alep, n’a jamais été pris. Les alépins, sont restés fidèles au régime depuis le début et dans une très large majorité.
    Seules les parties nord d’Alep, la partie industrielle,( entre parenthèse pillée et revendu aux turcs) ont été prises par ceux qui faisaient du bon boulot.
    question reprise d’Alep par le vilain Assad, on fait mieux…

    Quand aux alépins qui se “fuient” a la frontière turque….
    faudra que nos journalistes nous expliquent comment les alépins , ont pu fuir, alors que la route d’accès a la Turquie était sous contrôle du régime depuis 7 jours, a la suite de la LEVÉE du siège par les rebelles, de deux petites villes chiites sous blocus depuis le début du conflit.
    Vu les photos de ces fameux alépins a la frontière turque, visiblement ils étaient en manque de rasoir, et les femmes avaient oublie d’enlever leurs linceuls noirs..
    mais bon rien de nouveau sur l’info..
    dont la dernière en date, avant hier on en était a 270 000 morts et HOP une ONG inconnue nous fait part de 500 000 morts.. et tout le monde reprend ce chiffre….
    ainsi va l’info….


    • FifiBrind_acier Le 12 février 2016 à 09h56
      Afficher/Masquer

      Pujadas, le 4 Février, a attribué la vidéo des frappes russes… aux Américains…
      Le camp du Bien “fait du bon boulot en Syrie”, c’est le nouveau crédo inversé.
      link to comite-valmy.org

      Et que fait l’ OTAN pendant ce temps ?
      Ben … elle se tâte, elle réfléchit (intensément), à rejoindre la coalition ANTI – Etat islamique…
      Ce qui veut dire que jusqu’ici, ce n’était pas le cas.
      Ce qui va sans dire va toujours mieux en le disant…
      link to francais.rt.com


  9. Renaud 2 Le 12 février 2016 à 08h44
    Afficher/Masquer

    Il apparaît assez clair que les djihadistes vont plier, ce n’est plus qu’une question de mois (peut-être une grande offensive en Mars ?). Maintenant ce qui va être intéressant est ce qui se passe au Kurdistan. Les puissances occidentales aimeraient avoir cette région dans la poche, mais l’ouverture d’une représentation du Kurdistan syrien à Moscou ne va pas dans ce sens…
    Le nouveau point chaud semble être la région de Qatif en Arabie Saoudite, très riche en pétrole mais aussi en population chiite, légèrement échaudée par la décapitation d’un de leurs représentants religieux Nimr al-Nimr par le régime saoudien.


    • Chris Le 12 février 2016 à 14h19
      Afficher/Masquer

      je n’ai pas une grande confiance dans les diverses factions kurdes, lesquelles à l’instar d’un Erdogollum, peuvent retourner rapidement leur veste, selon les offres américaines et russes.
      Quand la guerre d’Irak a commencé -je veux celle qui intervint après la guerre économique des sanctions imposée à l’Irak “pain contre pétrole” jusqu’en 2003- et que les Américains ont de fait autonomisé le Kurdistan irakien regorgeant de pétrole, j’ai immédiatement pensé que les Kurdes seraient le dindon de la farce US.
      Je garde ce sentiment et attends avec curiosité la suite des événements…


    • Pampita Le 12 février 2016 à 21h55
      Afficher/Masquer

      En fait, on ne peut parler des “Kurdes” en général, ils sont très divisés. Pour l’instant, nous avons grosso modo deux camps :
      PKK turc + PYD syrien + PUK irakien
      VS
      PDL irakien

      Les premiers sont très anti-turcs, méfiants envers les Américains et plutôt proches des Russes. Le second contrôle le Kurdistan irakien mais est isolé au sein du peuple kurde car vu comme un collabo de la Turquie.


  10. francois marquet Le 12 février 2016 à 09h31
    Afficher/Masquer

    Fabius, parti avec les honneurs, a été honorablement éconduit. Il méritait plutôt d’être sèchement viré pour avoir conduit la diplomatie française dans une impasse, contre nos intérêts
    Il restera dans l’histoire comme Bush et Blair, responsables mais pas coupables des incendies qu’ils ont déclenché ou attisé
    Son départ a-il été demandé par John Kerry, plus pragmatique sur le dossier syrien?
    La Russie, l’Iran, le Hezbollah, l’état Syrien et les Kurdes ont gagné la partie. Qui va accueillir le Calife à la retraite? le Qatar?, les turcs? les saoudiens? Il parait que le Soudan est sur la liste…


    • Grim Le 12 février 2016 à 14h55
      Afficher/Masquer

      Oui il a aussi eu droit à une description élogieuse comme Juppé alors que leur bilan dans ce ministère a été assez calamiteux à part le Mali et les accords de Minsk.

      Sinon, sentant venir 2017, il voulait juste sa planque au Conseil Constitutionnel, c’est un bon moyen de finir sa carrière en politique


    • Rémi Le 13 février 2016 à 21h08
      Afficher/Masquer

      +++
      Il est à regrétter effectivement qu’il n’ait pas été sortie de maniére humiliante genre: La force publique léjecte du quai d’orsay comme un licencié normal.
      En plus la bonne nouvelle est que la faute lourde se plaide dans son cas.


  11. stephp Le 12 février 2016 à 09h44
    Afficher/Masquer

    Aux dernières nouvelles les combats se déroulent ce matin pour la prise de la dernière ville avant la frontière: A’zaz. Bref c’est en passe d’être plié pour les “rebelles” dans cette région particulièrement stratégique. Il n’y a plus vraiment de combat à Alep, qui va tomber très rapidement vu que la voie de ravitaillement avec la Turquie est rompue.


    • philbrasov Le 12 février 2016 à 12h18
      Afficher/Masquer

      petite nuance
      ce n;est pas Alep qui va tomber , ce sont les encercleurs d’Alep , et qui sont encerclés qui vont tomber…


  12. philbrasov Le 12 février 2016 à 09h45
    Afficher/Masquer

    lire l’excellent article d’un journaliste italien, sur la véritable situation a Alep et ce depuis le début…
    l’article a été traduit en français….
    ca s’intitule :
    la bataille d’Alep et les mensonges de nos journalistes aux ordres

    link to agoravox.fr


    • Perekop Le 12 février 2016 à 12h31
      Afficher/Masquer

      Merci beaucoup pour cet article remarquable.
      Ayant commis l’erreur d’écouter un peu France Info ces derniers jours, je me posais beaucoup de questions… bêtement, j’avais du mal à croire à un mensonge aussi complet, aussi éhonté. Ce n’est plus de l’ignorance crasse mêlée de russophobie, comme je le pensais pour la Crimée, c’est vraiment un système complet de désinformation active, tout à fait consciente, orwellienne… Ukraine, Syrie – même combat.


    • anne jordan Le 12 février 2016 à 15h17
      Afficher/Masquer

      merci ! ce texte d’Avox répond en grande partie à mes questions , formulées plus haut .
      Si vraiment les habitants fuyaient par milliers pour échapper aux rebelles , je reconnais m’être trompée .


  13. Eric83 Le 12 février 2016 à 10h28
    Afficher/Masquer

    Le dernier billet du site sur la déroute du sultan Erdogan est “savoureux” :

    link to chroniquesdugrandjeu.com

    Sur le chantage du sultan à l’UE :

    link to romandie.com


  14. momo83 Le 12 février 2016 à 10h30
    Afficher/Masquer

    La presse bien pensante évolue ; voir sur ce sujet cet article du Figaro ! :

    Poutine en Syrie : le judoka de la géopolitique
    link to lefigaro.fr


  15. Vareniky Le 12 février 2016 à 10h38
    Afficher/Masquer

    Quelques nouvelles d’Ukraine.
    Le pays semble vouloir prendre son destin en main et se détacher de la tutelle de son mentor historique, pour vivre sa vie, comme pourrait le dire un adolescent en crise.
    Un voyant, il y a quelques années avait annoncé que les couleurs du drapeau apporteraient le malheur, la question de sa modification a été posée. Mais comme depuis deux ans, la principale occupation des Ukrainiens a été de peindre le pays en bleu et jaune, il faudrait repeindre les garde-corps, les barrières, les murs, les bordures de trottoirs et les chaussures…
    Dans le cadre de la “décommunisation”, toutes les traces de l’histoire soviétique doit être supprimées donc le nom des villes et des rues vont être changées… en Crimée.
    Comme disent les Russes “mais ils n’ont rien d’autre à faire?”


    • Lysbeth Lévy Le 12 février 2016 à 16h51
      Afficher/Masquer

      Oh et bien, ils sont en train de blanchir leur passé de collaborateurs de “l’Allemagne nazie” et de ré écrire leur histoire complètement dans le but de faire oublier les crimes de l’OUN/UPA Bandera et cies envers les polonais, juifs et russes soviétiques. Leurs amis occidentaux et la diaspora canadienne, américaine y vont de leurs $ pour les y aider :link to elh.revues.org

      “Mensonges et légitimation dans la construction nationale en Ukraine (2005-2010)”
      Depuis son indépendance, et surtout à partir de la présidence de Viktor Iouchtchenko, l’Ukraine s’est construit un nouveau grand récit historique, appelé à fonder la grandeur héroïque de sa nation. Le mensonge ici se décline en un déni du caractère multiculturel de sa population (aux dépens en particulier de ses composantes juives et polonaises) et, concernant la part de l’Ukraine dans les événements de la Seconde Guerre mondiale, en un révisionnisme alimenté par la propagande nationaliste précédemment développée par un certain nombre d’intellectuels de la diaspora.”


      • Vareniky Le 12 février 2016 à 17h24
        Afficher/Masquer

        C’est un essai qui à mon avis ne résistera pas très longtemps, les autorités polonaises ayant déjà annoncé que la réécriture de l’histoire de l’Ukraine ne sera pas admise et qu’il en est de même en Israël et ne parlons même pas en Russie.
        D’autant plus que la tentative de diluer la responsabilité des Ukrainiens dans le massacre des 33 771 personnes à Babi Yar dans un grand monument à la souffrance universelle passe très mal auprès de nombreuses organisations juives et russes.


  16. asheloup Le 12 février 2016 à 11h33
    Afficher/Masquer

    Beaucoup d’approximations dans cet article…

    Comment peut-on affirmer que les USA soutiennent Anhrar al-Sham alors qu’ils soutiennent activement les YPG qui sont les ennemis d’Anhrar al-Sham (et qui viennent de mener des combats très violents contre eux au Sud d’Azaz) ?

    La preuve de ce soutient ? Sur la page FB des YPG (combattants kurdes) il y a une redirection vers la CJTF, qui est la coalition menée par les USA : link to facebook.com

    D’ailleurs Anhrar al-Sham est soutenu par la Turquie, l’Arabie Saoudite et le Qatar, et Erdogan fulmine de voir que les YPG sont soutenus par les USA. Les déclarations du gvt turc à l’encontre des USA sont de plus en plus violentes en raison de ce soutien.

    Sur le fait que les kurdes aient traversé l’Euphrate, comment cette opération (celle de la conquête de Tishrin Dam) a t-elle pu passer inaperçu à l’auteur alors que tous les spécialistes de la Syrie l’ont relayé sur les réseaux sociaux ?

    etc etc…


    • toto Le 12 février 2016 à 14h28
      Afficher/Masquer

      Il finance un camp et un autre pour qu’il se détruise mutuellement c’est une stratégie très utilisé par les anglais jadis.
      Maintien É U comme interlocuteur privilégié entre les protagonistes, évite les dépenses militaires
      de grande envergures, permet des contrats pour l’industrie militaire en échange de ressource bradé et pillé, évite que l’armée É U soit impliqué, divisé pour mieux régné.

      Un ennemie puissant devient, docile et impuissant lorsqu’il est blessé.


    • Pampita Le 12 février 2016 à 22h09
      Afficher/Masquer

      Il faudrait d’abord apprendre à lire, Asheloup.

      – Le blog a déjà parlé EN JANVIER de la traversée de l’Euphrate par les Kurdes.
      – La stratégie US de gribouille (je soutiens d’une main, je combat de l’autre) n’en est pas à son coup d’essai. Je vous rappelle également, puisque vous semblez l’ignorer totalement, que ce n’est que très récemment qu’YPG et Ahrar al-Cham en sont venus aux mains. Auparavant, les Américains soutenaient (légèrement) les YPG contre Daech, le monstre qui leur avait échappé mais qui pouvait encore être un peu utile. Quant aux YPG d’Afrin, ils restaient tranquilles et n’avaient pas engagé le combat contre les djihadistes d’AL Nosra et Ahrar al-Cham.

      C’est vous qui semblez ne pas bien connaître la situation locale, l’ami…


  17. Olposoch Le 12 février 2016 à 12h15
    Afficher/Masquer

    “il n’est guère étonnant de voir le camp du Bien engager une danse du ventre hystérique”
    “sous couvert de combattre leur bébé daéchique (éternel prétexte)”
    “Batifolages gaziers”
    “le régime clownesque de Kiev vient encore de sortir une idée de génie”
    “nous semble même entendre quelques sanglots étouffés”

    Avec un vieux fond de fascination pour la Russie, autre camp du bien pour certains…

    Les bronzés font du journalisme…
    Avec ce genre de style, rien de ce qui est dit n’aura de poids, surtout que niveau sources ce n’est guère plus brillant que dans le camp d’en face…

    Hautement décrédibilisateur pour qui en fait le relai…


    • aleksandar Le 12 février 2016 à 13h39
      Afficher/Masquer

      Intéressant commentaire qui n’apporte rien sur le fond tant vous peinez a justifier vos assertions pas des faits mais qui finalement dans le ton est très révélateur de la suffisance du ” Camp du bien” et de sa déroute psychologique face à la victoire des Syriens et des Russes sur leurs petits protégés rebelles modérés armés.


    • Scrib Le 12 février 2016 à 14h31
      Afficher/Masquer

      Ce n’est pas décrédibilisateur que de relayer un autre son de cloche que celui qu’on reçoit toute la journée.
      Cela contribue à donnée de la matière à réfléchir et se forger sa vision, sachant que souvent la vérité est à mi-chemin des 2 versions.
      Ne relevé que le style du texte, par exemple, fait que vous n’êtes guère plus crédible que les sources incriminées – n’apportant aucune nuance aux textes et à la forme qui peut être discuté
      Pour ma part, je suis preneur de toute information que vous pourriez apporter (sourcer bien sur) et qui viendrais teinter ce sujet – je ne pense pas que je serai le seul d’ailleurs.

      En espérant vous relire, bien à vous

      PS humouristique : Ce n’est pas parceque nous sommes des complotistes ici (ahlala… que j’ai rigolé quand même), que nous sommes incivilisés


    • UnKnown Le 12 février 2016 à 17h05
      Afficher/Masquer

      Le style peut ne pas vous plaire, en raison des sous entendus “pro-Poutine” (enfin bref), mais ils n’effacent en rien les faits réels qui sont reportés par à peu près tous les medias (même main stream.)


  18. aleksandar Le 12 février 2016 à 13h25
    Afficher/Masquer

    La reprise d’A’zaz coupe définitivement la voie logistique vers Alep et Idlib. A l’est d’Alep l’armée syrienne progresse vers Al Bab pour qui est un nœud routier stratégique dans le cadre d’un course contre la montre pour arriver avant les kurdes à la frontière turque et empêcher la création d’un vaste territoire sous contrôle kurde le long de la frontière turque. Une certaine forme d’autonomie pour les kurdes fait probablement partie des accords Poutine-El Assad, mais il est certain que le président syrien préfère que ce soit dans le cadre de zones séparées.

    Au sud le drapeau syrien flotte à nouveau sur Daraa 5 km de la frontière avec la Jordanie.

    Dans la province de Lattaquié la zone montagneuse est nettoyée a fur et a mesure, l’AAS progresse lentement mais sûrement vers l’est avec comme objectif Jisr al Shugur pour mettre plus de pression sur les rebelles de la zone d’Idlib. Leur choix va être simple, mourir ou rejoindre la Turquie par Bab al Hawa. Reste a savoir quel va être le choix du R+5 et surtout des russes, laisser les djihadistes s’échapper pour reconquérir au plus vite les zones rebelles et y réinstaller l’état syrien ou finir l’encerclement et éliminer les djihadistes.


  19. Lysbeth Lévy Le 12 février 2016 à 15h06
    Afficher/Masquer

    Cela coincide t’il avec la sortie du “plan Syrie” de Laurent Fabius, l’homme qui avait critiqué les Usa d’avoir mis sur la liste terroriste ses bons djihadistes de “Jabat Al Nosra” ? Article de René Naba sur le sujet et qui revient sur la carrière de ce “Monsieur” qui décide qui doit vivre ou non ;
    link to madaniya.info

    “Laurent Fabius: De la pôle position à la voiture balai, une incarnation caricaturale de la diplomatie française” ou “I Vienne – II Syrie, une transposition symbolique et anticipée de l’oraison funèbre de la diplomatie française, un prélude au dégagement de Laurent Fabius.””

    “Le 12 décembre 2012, à Marrakech, Laurent Fabius critiquait la décision les États-Unis de placer le Front Al-Nosra, branche syrienne d’Al-Qaida, sur leur liste des organisations terroristes, estimant qu’en Syrie Al-Nosra «fait du bon boulot». «La décision des États-Unis de placer Jabhat Al-Nosra, un groupe djihadiste combattant aux côtés des rebelles, sur leur liste des organisations terroristes, a été vivement critiquée par des soutiens de l’opposition. M. Fabius a ainsi estimé, mercredi, que « tous les Arabes étaient vent debout » contre la position américaine, « parce que, sur le terrain, ils font un bon boulot ». « C’était très net, et le président de la Coalition était aussi sur cette ligne », a ajouté le ministre.””

    Petit rappel historique d’un grand homme.déchu !..


  20. Le Courtois Le 12 février 2016 à 15h54
    Afficher/Masquer

    Petite réflexion sur l’avenir de la Syrie: Les Russes vont continuer d’appuyer le gouvernement contre Al Nosra (Al Quaïda) et Daech. Par contre ils vont s’arrêter lorsqu’ils arriveront à niveau des Kurdes. Je pense que la meilleure stratégie pour le gouvernement Syrien et Russe est de trouver un compromis avec les Kurdes. Pourquoi? On arrête les frais de la guerre d’abord et ensuite parce que les Russes ont une revanche à prendre avec la Turquie après s’être fait abattre 2 avions de chasse par l’armée Turque. On en parle très peu mais le gouvernement Turque réprime violemment la révolte Kurde, de nombreuses victimes sont à déplorer… Le gouvernement Turque est hanté par la formation du Kurdistan qui s’étend jusqu’en Turquie. Si un début de Kurdistan nait en Syrie, il y a fort à parier qu’il tendra à s’étendre jusqu’en Turquie (sûrement aidé en sous main par le gouvernement Syrien et Russe). Les Russes et les Syrien auraient alors leur revanche sur la Turquie (qui a été lourdement impliqué dans la déstabilisation de la Syrie)…


  21. Nico 13 Le 12 février 2016 à 16h24
    Afficher/Masquer

    Et pour couronner le tout, on découvre (enfin pas pour ceux qui ne gobent pas toute la propagande de la presse) que le gouvernement Porochenko est totalement corrompu.
    D’ailleurs, le FMI a menacé de suspendre “l’aide” accordé si les réformes ne sont pas mises en place rapidement.

    Pourtant, toute la clique (Merkel, Hollande, Obama, le FMI…) soutient ce gouvernement.
    C’est bizarre, mais avec Ianoukovitch, ils ont été moins conciliants.
    Trop content de voir que leur plan a du plomb dans l’aile.


    • Vareniky Le 12 février 2016 à 17h05
      Afficher/Masquer

      L’éthique n’a jamais été la panacée de Porochenko. Il faisait partie d’un gouvernement avec l’égérie aux fausses tresses sous le président Iouchtchenko, qui avait du démissionner pour… corruption.
      Quitte à me répéter, pour comprendre le surréalisme de l’Ukraine il faut lire les anciens ouvrages de Andreï Kourkov. Dix ans avant les événements il décrivait l’élection d’un président qui, comme ancien boxeur serait le mieux placé pour défendre les Ukrainiens.
      Un fabricant de bonbon lui a été préféré sans doute en mémoire de cette époque post-indépendance quand le rouble n’existait plus et le hyrvna n’existait pas, et qu’ il y eu la période du coupon, mais comme il n’y avait pas assez de papier on pouvait vous rendre la monnaie en bonbons.
      Heureux pays que fut l’Ukraine de cette époque où les seuls batailles d’importances portaient sur la véritable recette des shashliks et les chiens de la milice (police) pouvait être des cockers, à mille lieux de toute logique anglo-saxonne.


      • Lysbeth Lévy Le 12 février 2016 à 23h13
        Afficher/Masquer

        Dites qu’il soit corrompu ça veux dire que rien ne change, et il n’est pas le seul, le boxeur V. Klishko aussi, il a une belle maison à Bel Air aux Usa, en Allemagne, et il est exilé fiscale, comme ça en cas de problème, zou direction “le monde libre”.Poroshenko s’est égalemment construit une belle maison (chateau avec Parc et Eglise !!) ..

        En tout cas le coups du chien policier “en cocker” m’a bien fait rire et j’ai lu aussi les romans “doux amer” de Kourkov..mais je crains que votre héros l’écrivain soit du côté du Maidan : .link to lianalevi.fr Qu’attendait t’il de ce maidan ? En tout cas son meilleur roman est le “Laitier de nuit” .


  22. samir svet Le 12 février 2016 à 16h31
    Afficher/Masquer

    Le renversement des régimes des pétromonarchies est devenu une priorité de la communauté internationale , ces entités fantoches avec l’argent du pétrole , sont devenu la source de destruction et de déstabilisation des pays et ce à travers le monde. Éventuellement , sans oublié la Turquie , Israël , Usa , l’UE , la Jordanie , le Maroc , bref tous les pays qui ont soutenu le terrorisme mondial devront répondre de leurs actes devant la CPI et devant les la communauté internationale .


  23. UnKnown Le 12 février 2016 à 17h00
    Afficher/Masquer

    Bon article, mais qui fait l’impasse sur l’alliance de circonstance entre les Kurdes de l’YPG et les forces d’Assad/milices du Hezbollah. L’ouverture d’une Ambassade Kurde à Moscou cette semaine n’est pas non plus à ignorer, elle est lourde de sens. Au nord d’Alep, dans la poche située entre la frontière Turque et les positions conquises par l’armée Syrienne, les Kurdes ont récemment capturés la base aérienne de Menage sous contrôle des “modérés”, et repoussent ces derniers vers Daqnah. Il est clair que les Kurdes ne veulent ni plus ni moins que contrôler toute la zone frontalière Turque. Erdogan voit un de ses plus grands cauchemars se réaliser petit à petit.


    • Pampita Le 12 février 2016 à 22h11
      Afficher/Masquer

      Lisez les derniers articles du blog… Ceux-ci datent d’il y a une semaine.


  24. Asian Le 12 février 2016 à 18h46
    Afficher/Masquer

    Bachar El Assad a accordé une interview à l’AFP où il affirme vouloir reconquérir toute la Syrie, même si le combat va être long. En voici un extrait:
    link to youtu.be
    et l’article du Point:
    link to lepoint.fr


  25. LeDahu Le 12 février 2016 à 20h30
    Afficher/Masquer

    La tolérance des russes vis-a-vis les les médias occidentaux la Pentagone US arrive à ses limites ces derniers temps. Jamais vu.

    La conférence de presse russe avec le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, qui lâche par la suite.

    link to lepontduhadu.blogspot.fr


    • Astatruc Le 12 février 2016 à 22h48
      Afficher/Masquer

      link to renenaba.com

      Turquie: De la politique de «zéro problème» à la politique de «zéro ami»

      “10 % des Turcs ne considèrent pas l’État islamique (EI) comme une organisation terroriste et plus de 5% approuvent son action, selon une étude publiée mardi 12 janvier 2016 par un think-tank basé à Ankara, et relayée par Reuters. Cette enquête menée au mois de novembre a été réalisée auprès de 1500 personnes à travers tout le pays Par ailleurs, 21% des sondés ont répondu que l’EI représentait l’islam et 8,9% croient qu’il s’agit d’un pays. La Turquie compte 78 millions d’habitants.”

      link to madaniya.info

      La Turquie constitue la base arrière du recrutement djihadiste, en même temps que la principale voie de transit et de ravitaillement de l’État islamique et la «courageuse guerre déclenchée par la France contre Da’ech est une farce», soutient le politologue britannique Nafeez Moussadeq Ahmed, collaborateur du journal londonien «The Guardian».

      Le fait est connu et reconnu. Pour s’en convaincre, il suffit de se référer à la remarquable étude du journaliste Ceylan YEGINSUSEPT du New York Times à lire sur ce lien :au dessus


  26. Dominique Le 12 février 2016 à 23h20
    Afficher/Masquer

    « Le fait est rapporté, ô divine surprise, par le Monde »
    A propos de ce journal, chaque fois que je lis un article, et celui-là en est un exemple, concernant la Syrie ou l’Ukraine, les commentaires assassinent les journalistes… qui continuent, imperturbable. Ben oui, faut bien gagner sa croûte. Ça doit être un dur boulot, journaliste, en ce moment. Peut-être pire même que de travailler dans un call-center. Ils sont obligés de vendre la même soupe, mais les journalistes sont formés en principe pour autre chose.


  27. christian gedeon Le 13 février 2016 à 10h24
    Afficher/Masquer

    Et encore,on ne va pas vraiment au fond des choses. Soyons clairs,Bachar el Assad,comme son confrère et néanmoins ennemi feu Saddam Hussein,participent de la même nature essentiellement dictatoriale…Mais une fois qu’on a dit çà,en fait on n’ a rien dit. Parce que ces “dictatures ” ont été en leur temps,largement soutenues par “l’Occident ” qui donne aujourd’hui des cours magistraux de “droits de l’ homme ” à qui veut entendre. Petit rappel: Le Shahinshah tombe(merci les cinq soeurs) et au lieu d’être remplacé par un régime “accommodant”, se trouve remplacé par Khomeiny,dont je rappelle au passage le séjour idyllique en France. ON va donc se servir de l’Irak comme bouclier anti fakihistes,version Khomeyniste des islamistes…quelque millions de morts plus tard,notre “ami ” Saddam présente la facture et réclame son dû. Et ON lui donne à penser qu’il peut en quelque sorte se payer sur la bête,comprendre le Koweit… et tout dicatateur qu’il est, il le croit… et aussitôt “entendu ” aussitôt fait,il reprend cette province perdue de l’Irak (selon lui)…suite au prochain épisode.


  28. christian gedeon Le 13 février 2016 à 10h33
    Afficher/Masquer

    Episode suivant donc…Saddam étant tombé dans le piège,les mainstream s’arrangent pour raconter à grands renforts de titre écrits et palabres télévisées la “férocité ” des irakiens et leur propension épouvantable à aller extraire les bébés de leur couveuses pour les embrocher. Sans compter les exécutions de masse,les viols,et autres joyeusetés.On apprendra plus tard que rien de cela n’était vrai,n’est ce pas? les armées coalisées (sic) ne feront qu’une bouchée des forces blindées de Saddam,essentiellement par la voie des airs,en tirant les chars et autres véhicules comme à la parade de la fête foraine. Et qui participe à la fête? ben l’autre dictateur,le baassiste syrien,doublement aveuglé par sa haine pour saddam et par les…promesses lénifiantes des sabliotes et du State Department. Il avait de bonnes (resic!) raisons de les croire,puisqu’on l’avait laissé avaler le Liban tout cru en son temps. Daladier aurait dit:”le con “. Suite au procahin épisode…


  29. christian gedeon Le 13 février 2016 à 10h44
    Afficher/Masquer

    Episode suivant du suivant,donc…Après l’intermède Clinton ( ah les accords de Camp David,ah l’assassinat de Rabin qui avait eu l’incroyable naïveté d’y croire),et pendant lequel on aurait pu croire que la situation était stabilisée,arrive Bush le petit…au même moment Blair le blaireau est aux affaires au Royaume Uni… le coup des bébés et des massacres de masse ne donnant plus rien, les “cerveaux ” allaient inventer les WMD ou ADM en français….Saddam était donc sur le point de subjuguer le monde…la classe “intellectuelle “(hohoho) étant acquise à la guerre( en France,le Goupil et autres Glucksman se distingueront particulièrement dans ce remarquable exercice d’appel au meurtre et aux bombardements),la manipulation et le mensonge étant maîtres du terrain…on va faire la guerre! Juste comme çà,sans mandat de l’ONU,contre l’avis de l’AIEA…Le pauvre Villepin aura beau s’égosiller ,çà n’y fera rien. Suite au prochain épisode.


  30. christian gedeon Le 13 février 2016 à 10h53
    Afficher/Masquer

    Suite presque fin,donc… cette fois ci l’autre baassiste,le Assad,se dit qu’il y a peut-être un souci et pas un petit… il manifeste sa désapprobation et son rejet… il sera donc en tête de liste pour la “libération démocratique ” suivante…juste après Khaddafi en fait… Et donc quelques années d’embargo,des centaines de milliers de morts de privations,et nous voilà partis pur mortel son et lumière,et la destruction de l’Irak…vous avez bien lu de l’Irak et pas de Saddam… Donc bombardements chirurgicaux,façon amputation sans anesthésie,succèdent aux bombardements chirurgicaux,puis se lance la formidable armada cuirassée des US et de leurs “alliés “(sans rire,hein?) Le pays est ravagé,ses structures détruites,son administration réduite à néant… et déjà se met en place la suite des évènements…. Tunise,Lybie, Egypte,Syrie…et in fine et si possible Iran,bien sûr! suite au prochain…


  31. christian gedeon Le 13 février 2016 à 11h30
    Afficher/Masquer

    Et les premiers dominos sont tombés…Tunisie,Irak et même Egypte,pendant un moment! Sans parler du gigantesque bordel de l’Afrique subsaharienne et noire de proximité… La Syrie étant “programmée ” en quelque sorte,commence la guerre de Syrie… et là,oups,os…après avoir reculé sur tous fronts, en dépit de sa réelle férocité,attaqué par des dizaines de milliers de “résistants ” puissamment armés et dont le réservoir humain paraît inépuisable,le régime a pu compter sur l’aide de l’Iran,du Hezbollah libanais….restée insuffisante. Et puis est arrivée la divine mais prévisible surprise russe… prévisible,parce qu’ après les humiliations yougoslave et lybienne,après la méga humiliation de voir l’OTAN ne pas respecter sa parole de ne pas élargir ses frontières vers l’Est,toutes humiliations sans réactions apparentes,et qui pouvaient laisser penser que la Russie était définitivement out,est arrivé le temps de la réaction. Pourtant l’aventure géorgienne de l’OTAN aurait dû lui mettre la puce à l’oreille…pourtant. Et revoilà l’Ours russe…oh je ne me fais guère d’illusions sur l’humanisme de Vladimir Poutine. Il s’agit de géopolitique,et de la survie de la Russie,en l’occurrence.


  32. christian gedeon Le 13 février 2016 à 11h43
    Afficher/Masquer

    et pour finir,revenons à la situation syrienne proprement dire…la Turquie ce gentil pays islamo conservateur (jadis pour nos élites islamo progressite,lol) piaffe d’impatience…les saouds aussi…J’veux bien,mais j’peux point…et j’peux point par ce que les US sur ce coup là disent non… too big a deal…Poutine et Lavrov(un génie dans son genre),étant remontés à bloc,et le montrant tous les jours sur le terrain,Obama qui avait déjà eu une brève illumination en refusant les bombardements prévus par l’écureuil décati,Obama donc se dit,ben se dit non en fait…même si l’inréfriorité militaire des Russes est patente ,évidemment,par rapport aux armadas US,un accident est si vite arrivé,n’est ce pas? L’essentiel de la Syrie va donc repasser sous le contrôle du régime,ou plutôt de Poutine et de l’Iran…le terrain de jeu des Daech et autres Al Nosra se limitant au terrain compris entre l’Est de la Syrie et l’Ouest de l’Irak… pour un temps,du moins.Si on part du principe que ceux qui attaquent et ne gagnent pas perdent,on peut considérer que les sabliotes ont perdu,et que maintenant,c’est leur t^te qui est sur le billot… Voilà,c’est fini..


  33. Asian Le 13 février 2016 à 11h48
    Afficher/Masquer

    Pendant que la patriarche Cyrille rencontre le pape François à Cuba, ce qui est très symbolique, Dmitry Medvedev participe à la conférence de sécurité de Munich. Ce qui n’est pas moins symbolique. Tout le monde se souvient du discours de Poutine en 2007, j’espère qu’Olivier s’intéressera également à celui du premier-ministre russe.
    link to francais.rt.com


  34. Villard Le 13 février 2016 à 14h19
    Afficher/Masquer

    Christian Gideon nous (agnostiques dans ce conflit) fait peur… On attend la réfutation point par point par nos bien-pensants (éventuellement le quai d’Orsay) de ce panorama historique.
    Notre peur sera panique sitôt révélée la collusion des politiques et de nos journalistes à la mangeoire.


  35. naz Le 13 février 2016 à 14h32
    Afficher/Masquer

    Requin dans l’allure, dauphins dans les allures, peut-être que la musique russe me plaît plus que l’américaine, et que la pub est bonne mais moi qui ne suis pas attirée par l’aérospatiale, je suis restée subjuguée!!
    À part lui, rien de nouveau sous la soleil


  36. lon Le 13 février 2016 à 15h58
    Afficher/Masquer

    Confirmation dans Libé des manoeuvres saoudo-turques .

    link to liberation.fr

    Une fois les turcs sur le sol syrien la situation va sérieusement se compliquer ,et je ne partage pas la confiance du blogueur.

    La dernière chose à faire , sur un blog ou en politique, est de prendre les américains pour des cons .


  37. Moshedayan Le 13 février 2016 à 18h58
    Afficher/Masquer

    Grand merci pour la video montrant comment un vieux Mig 21 “rénové” réussit à orienter ses tirs sur des positions de Daesh et ses filiales. Si les renseignements du Mossad et l’aviation israelienne pouvaient entrer en action pour appuyer l’Armée légale syrienne ce serait encore mieux = mais faut pas rêver car cela passera par un accord juste sur la restitution du Golan en échange d’un traité de paix durable = trop prématuré hélas mais qui sait on peut rêver . Merci encore vive Moshe Dayan.


Charte de modérations des commentaires