Aujourd’hui, la vision des trotskystes américains…

Source : World Socialist Web Site, Joseph Kishore, 27-07-2017

La Chambre des représentants des États-Unis a adopté massivement un projet de loi mardi qui impose de nouvelles sanctions à la Russie, à l’Iran et à la Corée du Nord et limite la capacité de l’Administration Trump de les annuler. Le résultat du vote était de 419 pour et 3 contre. Cette mesure augmenterait considérablement les conflits géopolitiques entre les États-Unis et ses principaux rivaux, non seulement la Russie, mais aussi les puissances impérialistes en Europe.

Le projet de loi va maintenant passer au Sénat, où une version antérieure (sans les sanctions de la Corée du Nord) a été approuvée en juin à une marge similaire : 97 pour et 2 contre. Trump a envoyé des signaux mitigés sur la question de savoir s’il signera le projet de loi, mais les majorités d’une telle ampleur dans les deux chambres du Congrès signifient que, malgré la possibilité théorique d’un veto, il est presque certain d’être promulgué.

Les nouvelles sanctions exposent les principales questions derrière la campagne sur le « piratage électoral » des médias américains et de l’establishment politique, dirigé par les organismes de renseignement qui s’opposent à toute modification de la politique anti-Russie développée sous l’Administration Obama. Le vote presque à l’unanimité dans les deux chambres du Congrès (tous les votes « non » à la Chambre proviennent de républicains) témoigne de la mesure dans laquelle la CIA (l’Agence centrale de renseignement), la NSA (l’Agence nationale de la sécurité) et d’autres agences d’espionnage contrôlent directement les institutions de l’État et le personnel qui les composent.

Les vrais enjeux dans ce conflit âpre au sein de la classe dirigeante ont été énoncés dans un éditorial du Washington Post lundi, « La riposte drastique – mais nécessaire – du Congrès à Trump ». Le Post, qui, avec le New York Times, a été une des voix médiatiques de premier plan dans la campagne anti-Russie, a salué ce projet de loi si nécessaire pour protéger les « intérêts vitaux » des États-Unis.

L’accord sur les sanctions, écrit le Post, a placé : « la politique de Trump envers le régime de Vladimir Poutine sous séquestre, l’empêchant de lever les sanctions sans accord du Congrès ». Trump a montré une « affinité inexplicable » à l’égard de la Russie, a écrit le journal, et a mis en doute la prétendue intervention de la Russie dans la campagne électorale américaine.

« Pour la communauté du renseignement des États-Unis », a déclaré le Post, « il n’y a pas un tel doute […] Le refus de M. Trump d’accepter ces conclusions et la possibilité qu’il puisse arrêter les sanctions imposées à la Russie pour cette ingérence et pour son invasion militaire de l’Ukraine a généré un consensus extraordinaire dans un congrès autrement polarisé ».

Aucune des allégations faites par le Post sur l’implication de la Russie dans les élections ne peut être démontrée et les déclarations de la « communauté du renseignement des États-Unis » ne sont pas plus crédibles que les allégations selon lesquelles le gouvernement de Saddam Hussein possédait des « armes de destruction massive » avant l’invasion de l’Irak en 2003. Même si l’on devait accepter ces conclusions comme vraies, il ne fait aucun doute que Clinton travaillait avec toutes sortes de gouvernements étrangers pour faire progresser sa campagne électorale.

Le véritable problème n’est pas le « piratage » russe, mais les intérêts géostratégiques de l’impérialisme américain. Comme le précise le Post, sa principale préoccupation est que la Russie a entravé les opérations de l’Armée et des agences de renseignement américaines en Ukraine et en Syrie. La référence à « l’invasion militaire de l’Ukraine » fait référence à l’annexion par la Russie de la Crimée et à la guerre civile interne qui a suivi l’opération de changement de régime de 2014 organisée par les États-Unis et menée par des organisations fascistes pour démanteler un gouvernement pro-russe.

L’éditorial se plaint plus tard que les actions de Trump donnent à la Russie « des concessions majeures pour rien », y compris « le retrait du soutien américain aux forces rebelles en Syrie ». Il s’agit de la décision de Trump de mettre fin au soutien de la CIA aux forces d’opposition syrienne, dominées par Al-Qaïda, qui ont mené une guerre civile soutenue par les États-Unis pour renverser le président syrien Bashar al-Assad.

L’éditorial reconnaît que le projet de loi sur les sanctions « pourrait avoir des conséquences involontaires », y compris sur « la coordination entre les États-Unis et l’Europe sur la Russie ». Il est « néanmoins essentiel », car « Trump ne peut pas être digne de confiance pour protéger les intérêts vitaux des États-Unis contre une agression persistante de la Russie ».

Quels sont ces « intérêts essentiels des États-Unis » ? Ils n’impliquent pas l’offensive de l’Administration Trump sur les soins de santé, son assaut brutal contre les travailleurs immigrés ou son programme militariste. Il s’agit plutôt des intérêts de la classe dirigeante dans la domination du Moyen-Orient et de ses vastes ressources énergétiques et de l’expansion du pouvoir américain en Europe de l’Est. Pour les factions de la classe dirigeante pour laquelle le Postparle, en outre, l’agression américaine contre la Russie est considérée comme essentielle pour conserver l’allégeance des puissances européennes et pour s’en prendre à la Chine.

Le nouveau projet de loi sera adopté dans des conditions de tensions géopolitiques explosives qui peuvent rapidement se transformer en un conflit militaire direct impliquant des puissances nucléaires. Au cours des dernières 24 heures, les États-Unis ont procédé à des tirs d’avertissement sur un navire iranien ; l’armée chinoise a intercepté un avion américain ; le Wall Street Journal a rapporté les préparatifs de la Chine en prévision d’une guerre américaine contre la Corée du Nord ; et la Chine a organisé des opérations militaires conjointes avec la Russie en mer Baltique.

Les différents pays touchés par le projet de loi le prendront comme un signe clair que les États-Unis ont l’intention de faire face à leurs affrontements économiques et militaires avec eux. Un mémo de l’Union européenne révélé par la presse a rapporté les déclarations du chef de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, selon lesquelles l’UE « devrait se préparer à agir en quelques jours » après le passage du projet de loi et que les sanctions « pourraient avoir une incidence sur un nombre potentiellement important de sociétés européennes faisant des affaires légitimes régies par des mesures de l’UE avec des entités russes ».

L’Administration Trump, de plus en plus pressée et isolée, pourrait décider que la meilleure façon de résoudre sa crise interne est de commencer une guerre, peut-être avec l’Iran ou la Corée du Nord. Et si les adversaires de Trump réussissent à forcer un changement dans sa politique ou à le faire tomber, cela impliquera un changement vers une politique encore plus agressive au Moyen-Orient et, surtout, contre la Russie.

Quelles que soient les divisions au sein de l’État, la classe dirigeante américaine est poussée par une logique implacable. La dissolution de l’Union soviétique en 1991 ne lui a pas apporté une « fin de l’histoire », mais un quart de siècle de guerre sans fin et en expansion, dans laquelle la classe dirigeante a cherché à inverser le déclin du capitalisme américain et à maintenir sa position économique mondiale à travers l’utilisation de la force militaire. Cette politique folle et insouciante amène le monde entier au bord de la troisième guerre mondiale.

(Article paru d’abord en anglais le 26 juillet 2017)

Source : World Socialist Web Site, Joseph Kishore, 27-07-2017

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici, ; nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

62 réponses à Le Congrès des États-Unis adopte de manière écrasante une loi de sanctions contre la Russie, par Joseph Kishore

Commentaires recommandés

DUGUESCLIN Le 31 juillet 2017 à 06h36

Après ce vote du congrès américain, l’avenir des européens est en jeu.
Que vont faire les européistes de Bruxelles avec l’Allemagne à sa en tête?
Continuer à accepter la coupure en deux blocs de l’Europe, avec un risque de guerre déclenchée par les Etats-Unis, qui entraînerait les forces de l’OTAN dans le conflit, donc une partie de l’Europe contre l’autre?
Le temps n’est-il pas venu de dire “Stop” à cet allié inconséquent et dangereux?
La Chine ne pourrait accepter que la Russie tombe car c’est elle qui serait visée. Que ferait le Japon? Un nouveau conflit avec la Chine pour soutenir les USA?
Il est temps pour l’Europe, comme pour l’Asie de dire “Stop”.
La seule puissance européenne capable de dire “stop” est la Russie.
La seule puissance asiatique capable de dire “stop” est la Chine.
Les européistes devront choisir entre l’Europe et les USA. Le feront-ils?
Si l’Iran tombait, c’est toute l’Europe qui tomberait et la Chine avec elle.
Il est temps de choisir.

  1. Fritz Le 31 juillet 2017 à 05h53
    Afficher/Masquer

    Rien à ajouter à ce texte. Affilié au Parti socialiste de l’égalité (Socialist Equality Party), le site wsws.org est l’une de mes sources d’information préférées. il avait dénoncé la guerre de Libye dès le premier jour, comme une guerre d’agression impérialiste.

    Des trotskistes comme ça, on en voudrait davantage chez nous. Hélas, nous avons les pitres du NPA, genre Julien Salingue ou Gilbert Achcar. Les gardes rouges de l’impérialisme, les crétins utiles de l’OTAN.

    https://www.les-crises.fr/massacres-a-alep-lettre-a-un-camarade-qui-sobstine-a-justifier-linjustifiable-par-julien-salingue-reponse/
    https://www.les-crises.fr/syrie-empecher-leffondrement-du-regime-assad-entretien-avec-gilbert-achcar/


    • Caliban Le 31 juillet 2017 à 08h14
      Afficher/Masquer

      @Fritz

      Votre site favori semble impacté par la nouvelle politique algorithmique de Google
      https://www.legrandsoir.info/un-nouvel-algorithme-de-google-limite-l-acces-aux-sites-web-progressistes-et-de-gauche.html

      Trop à gauche ?


      • Fritz Le 31 juillet 2017 à 08h23
        Afficher/Masquer

        Merci, @Caliban. Cette politique risque fort de toucher legrandsoir.info, et bien sûr les-crises.fr

        C’est beau, le “monde libre”.


        • Lysbeth Levy Le 31 juillet 2017 à 10h12
          Afficher/Masquer

          Oui j’avais mis le lien car cela (algorithmes censeurs) concerne la liberté d’expression et liberté d’accéder a la presse. Totalement en phase avec vous sur le WSWS seul parti dit “trotskyste” qui peux se revendiquer indépendant et juste dans ces analyses internationales. Le NPA émargeant à’ l’UE et les Fondations allemandes, Soros, etc. nul besoin d’attendre d’eux autre chose que la “trahison de classe”. D’ailleurs même les plus anti-communites américains le prennent comme “source sure”, ce qui est assez rare. Le “Monde libre” est en train de devenir le “Monde de la censure permanente”, et du maccarthysme retrouvé. “Les bons et les méchants”, ou “si tu n’est pas avec moi tu est contre moi” ..Façon Georges Bush.


    • christian gedeon Le 31 juillet 2017 à 10h36
      Afficher/Masquer

      Guerre impérialiste donc… oui,en partie sûrement.Mais aussi oh combien guerre tribale sans merci dont les origines remontent pratiquement à la nuit des temps. la guerre impérialiste ne peut s’implanter que sur un terrain favorable,et celui là l’était avec des haines cuites et recuites depuis Massinissa,en quelque sorte. Oublier le substrat pour ne voir que “la guerre impérialiste ” est une erreur fondamentale…méconnaître l’aspect tribal de la guerre de Lybie,oh combien présent,c’est être aveugle et sourd.


  2. Caliban Le 31 juillet 2017 à 06h03
    Afficher/Masquer

    Avec un tel plébiscite en faveur d’une aggravation des sanctions contre la Russie :
    • on ne voit pas comment il pourrait y avoir une désescalade. On est vraiment dans une logique de guerres, périphériques d’abord mais qui sait jusqu’où cela peut nous conduire …
    • on peut réellement s’interroger sur le poids des (multiples) agences de sécurité aux Etats-Unis. Cela ne s’appelle pas le KGB, mais on y est presque.

    Arrivé à ce stade, il n’y a plus qu’une arrivée des martiens pour faire diversion.


    • Maxhno Le 31 juillet 2017 à 07h39
      Afficher/Masquer

      L’UE pourrait arreter de se prostituer outre atlantique pour s’occuper de son propre continent mais cela parait moins probable que les martiens.


  3. DUGUESCLIN Le 31 juillet 2017 à 06h36
    Afficher/Masquer

    Après ce vote du congrès américain, l’avenir des européens est en jeu.
    Que vont faire les européistes de Bruxelles avec l’Allemagne à sa en tête?
    Continuer à accepter la coupure en deux blocs de l’Europe, avec un risque de guerre déclenchée par les Etats-Unis, qui entraînerait les forces de l’OTAN dans le conflit, donc une partie de l’Europe contre l’autre?
    Le temps n’est-il pas venu de dire “Stop” à cet allié inconséquent et dangereux?
    La Chine ne pourrait accepter que la Russie tombe car c’est elle qui serait visée. Que ferait le Japon? Un nouveau conflit avec la Chine pour soutenir les USA?
    Il est temps pour l’Europe, comme pour l’Asie de dire “Stop”.
    La seule puissance européenne capable de dire “stop” est la Russie.
    La seule puissance asiatique capable de dire “stop” est la Chine.
    Les européistes devront choisir entre l’Europe et les USA. Le feront-ils?
    Si l’Iran tombait, c’est toute l’Europe qui tomberait et la Chine avec elle.
    Il est temps de choisir.


    • Caliban Le 31 juillet 2017 à 08h07
      Afficher/Masquer

      “L’Europe” ? Vous voulez dire l’UE ? Si c’est le cas, je crois qu’on peut sans risque de se tromper anticiper la réaction : des négociations commerciales pour alléger le contre-coup des sanctions. Tiens par exemple, mettre en oeuvre le Tafta.

      Ce serait en tout cas le plus logique : cela fait déjà un moment que l’UE n’est plus pilotée politiquement. On est dans une gouvernance molle dans laquelle nos dirigeants se sont mis en pilotage automatique avec pour plan de vol des courbes économiques virtuelles.


      • DUGUESCLIN Le 31 juillet 2017 à 08h29
        Afficher/Masquer

        Je fais un distinguo très net entre l’Europe et l’européisme. L’UE n’est pas représentative des intérêts des peuples européens, puisqu’elle roule pour des forces économiques internationales, dont les intérêts sont contraires aux nôtres. Les sanctions sont faites pour affaiblir toute l’Europe de l’Atlantique à l’Oural. Si les milliards de dollars dépensés aux USA pour faire la guerre, étaient utilisés à relancer leur économie au lieu de taxer les peuples pour les financer, il y aurait sans doute moins de malheureux en Amérique et chez nous.


  4. Ardéchoix Le 31 juillet 2017 à 07h40
    Afficher/Masquer

    A la lecture de cet article, deux pensées :
    -Bonne vacances à tous, avant l’hiver nucléaire.
    -En cas de guerre je suis prêt à parier que la ville de repli pour la gouvernance de UE ne sera pas Vichy mais Cognac. Donnant ainsi la possibilité à Jean-Claude Juncker, de se “préparer à agir en quelques jours “. 😎


    • Fritz Le 31 juillet 2017 à 07h49
      Afficher/Masquer

      Et puis, Cognac, c’est la ville natale de saint Jean Monnet !


    • Kiwixar Le 31 juillet 2017 à 08h06
      Afficher/Masquer

      Ville de repli : Steve Wozniak (Apple) a choisi l’hémisphère sud (Australie). Peter Thiel (Paypal, Palantir) a acquis la nationalité néo-zélandaise en y ayant passé que 2 semaines.


  5. Kiwixar Le 31 juillet 2017 à 07h58
    Afficher/Masquer

    « L’amewikan ouais of laïlleufeu n’est pas négociable » donc les zuniens doivent garder bas le prix du baril le plus longtemps possible, ce qui implique de contenir le développement économique des pays producteurs (Russie, Iran, Venezuela) via des « sanctions » ou le chaos mafieux (Mexique), afin qu’ils exportent la plus grande partie de leur production.

    Le chaos mafieux Eltsine a permis de retarder le développement de la Russie de 20 ans. Quand le prix du baril commencera à bondir par paliers de 20$, d’autres stratégies seront mises en oeuvre : débranchement de la Russie de swift, « sanctions » contre la Chine (consommateur) pour Taïwan. On sera à nouveau dans une guerre occident colonial x Chine, sauf que cette fois les Chinois ne se laisseront pas faire. Ils connaissent leur histoire et ont la dent dure.


  6. Ardéchoix Le 31 juillet 2017 à 08h22
    Afficher/Masquer

    “En Marche” v’la un bon slogan. D’abord les pyramides et hop direction Moscou. ( penser à prendre une petite laine.)
    Luxembourg Vladivostok 11.637,4 km
    Ce monde est fou, et sans mémoire.


  7. Nerouiev Le 31 juillet 2017 à 08h28
    Afficher/Masquer

    Face à des sanctions illégitimes, provocatrices, l’ONU se devrait de monter aux créneaux ne serait-ce que pour faire tomber la pression car elle a avant tout un rôle préventif et conciliateur.


  8. BlackFire Le 31 juillet 2017 à 08h48
    Afficher/Masquer

    Et c’était sans compter sur la réaction de Poutine qui a décidé de virer 755 diplomates et représentants de missions diplomatiques américains de Russie. https://fr.sputniknews.com/international/201707301032460177-poutine-sanctions-reponse-usa/ Autrement dit, 755 espions et autres barbouzes devront faire leurs valises avec leurs familles ! Si les amerloques s’attendaient à ca… Tel est pris qui croyait prendre. La 5eme colonne russe bien coachée par lesdits diplomates américains disséminés dans toutes la Russie doit se sentir un peu orpheline bientôt. Et ca n’ira pas en s’arrangeant si l’on reste dans la ligne de la déclaration de Vladimir Poutine…
    Quel bon début de semaine !!!!


    • calal Le 31 juillet 2017 à 09h08
      Afficher/Masquer

      Quel bon début de semaine… bon debut de semaine? daenerys est quand meme bien dans le caca… 😉


    • Caliban Le 31 juillet 2017 à 09h34
      Afficher/Masquer

      @BlackFire

      Cette “sanction” russe n’est pas vraiment une surprise. Elle était en suspens suite à l’éviction américaine de diplomates russes il y a plusieurs mois. Le gouvernement russe n’avait pas jugé bon de répliquer sur le moment, attendant la prise de fonction de Trump.

      Celui-ci (et les parlementaires) n’ayant pas infléchi leur politique hostile bien au contraire, le couperet tombe aujourd’hui.


      • BlackFire Le 31 juillet 2017 à 09h50
        Afficher/Masquer

        @ Caliban

        Bien sur que ça ne l’est pas ! C’est juste que nos amis d’Amérique du Nord ne s’attendaient pas à une réplique de telle envergure. La preuve, ils ont déjà annoncé qu’ils préparent « une réponse à la réponse russe ». Et leurs partisans de chialer, trouvant que c’est disproportionné. L’ours a dormi bien trop longtemps ignorant les gamineries de ceux qui venaient le titiller, là, je crois qu’il a ouvert un œil…


        • Kiwixar Le 31 juillet 2017 à 10h10
          Afficher/Masquer

          Le problème, c’est que les neo-cons (comme ils portent bien leur nom) espèrent plus qu’une escalade contre la Russie, ils souhaitent un rift complet entre Otania et Eurasia, quelque soit le coût pour les Européens. Comme dit la blague « les Américains se battront contre la Russie jusqu’au dernier Européen… ».

          Donc escalade, mauvaise foi, langue fourchue, tapes dans le dos et faux drapeaux style MH17… il faut s’attendre à voir passer toute la panoplie des visages pâles, y compris les couvertures pleines de maladies contagieuses.


          • Tepavac Le 31 juillet 2017 à 12h12
            Afficher/Masquer

            Bonjour Kowixar
            Bien que je soit en accord avec tous les échanges je dois admettre que le terme “neo-conservateur” ne correspond pas à la désignation des “neo-colonialistes”.
            Peut-être serait-il parlant d’attribuer un nom générique adéquat pour nommer les “elites” du nouvel ordre mondial.
            Amalgamer les conservateurs, les libéraux avec les réels prédateurs de notre siècle rend confus le feuilleton meurtrier qui se déroule autour de nous.

            Ces “adversaire” dont on parle tant sans jamais vraiment les nommer se cachent toujours à la désignation publique, C’est un véritable problème de communication.
            Bonne journée à tous


            • Owen Le 31 juillet 2017 à 16h33
              Afficher/Masquer

              Pourtant, tout est là, il me semble.
              “neo-colonialistes”, est plutôt une dénonciation, à mon avis. Ceux qui le pratiquent n’en font pas une revendication: c’est de la “simple” volonté de domination.
              Contrairement aux neocons qui ont une vraie doctrine, la revendiquent et expliquent ce qu’ils ont à faire.
              Et comparer neocons et conservateurs, c’est un peu la carpe et le lapin: pas de notre fait si ces mots sont proches.
              Pour eux, la guerre n’est pas une fatalité, mais une nécessité.
              Cet article a été plusieurs fois mis en lien sur ce site.
              http://www.lemonde.fr/international/article/2002/07/26/puissance-americaine-faiblesse-europeenne-par-robert-kagan_285878_3210.html


            • fanfan Le 31 juillet 2017 à 21h34
              Afficher/Masquer

              “les neocons-R2P sont des opérationnels de la politique de l’idéologie et de l’instinct”, qui n’est en fait rien d’autre que la politique-Système. En sont-ils les concepteurs ? La réponse classique a toujours été positive, mais notre appréciation serait plutôt qu’ils ont cru en être les concepteurs, qu’en fait ils n’ont fait que conceptualiser une politique qui les dépasse, comme elle dépasse tout le personnel washingtonien, n’étant rien de moins que l’expression de la surpuissance du Système”
              http://www.dedefensa.org/article/les-neocons-maitres-ou-esclaves-de-lhyper-desordre


        • lvzor Le 02 août 2017 à 11h06
          Afficher/Masquer

          “nos amis d’Amérique du Nord ne s’attendaient pas à une réplique de telle envergure”

          Il ne s’agit pourtant que de ramener à parité le nombre de “diplomates” US en Russie avec celui des diplomates Russes aux US.


      • fanfan Le 31 juillet 2017 à 14h58
        Afficher/Masquer

        Précision : “Après l’expulsion en décembre 2016, à la veille du Nouvel An, de 35 diplomates russes en poste aux USA, l’effectif total actuel de la mission diplomatique russe aux États-Unis comptabilisait 455 personnes. Qu’en est-il de la mission diplomatique US en Russie? Son effectif total à l’heure actuelle représente 1.155 personnes, basées à Moscou, Saint-Pétersbourg, Ekaterinbourg et Vladivostok. Désormais, la Russie donne jusqu’au 1er septembre afin que son «partenaire» étasunien ajuste ses effectifs diplomatiques sur ceux des diplomates russes se trouvant aux USA. Cela représente 700 cadres de la mission «diplomatique» US qui vont devoir assez rapidement faire leurs bagages et rentrer chez eux.
        https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201707311032469527-russie-sanctions-monde-multipolaire/


        • tepavac Le 31 juillet 2017 à 22h30
          Afficher/Masquer

          Nul ne sӎtonne du chiffre 755 espion !
          pour un coquelet qui s’offusque des “ingérences” d’autrui, je le trouve bien envahissant l’oncle Sam.
          Ceux qui pensent qu’il y a trop d’administration devraient se réjouir de cette suppression de postes avec la méthode “Poutine”.

          Pourtant je partage les sentiments de Bluetonga et de certains commentateurs, ce jeune Pays, les États-Unis, montre tous les signes d’une crise majeure. Il est claire qu’ils sont sur la défensive, et que leur actions et réactions erratiques, hormis semer la désolation et la souffrance, indique qu’ils ne maitrisent pas la situation sur le plan international, ni sur le plan monétaire et encore moins dans le domaine de la résolution des conflits.

          Associée à l’information qu’actuellement 95% de l’armement nucléaire Russe est en phase d’alerte permanente, c’est ma foi, pas très prometteur comme scénarios pour des lendemains meilleurs.


    • francois marquet Le 31 juillet 2017 à 10h20
      Afficher/Masquer

      Oui, splendide réaction russe, dont l’ampleur jamais vue (représentation diplomatique US divisée par 3) montre que Poutine délivre un message non seulement aux russophobes US mais au monde: les USA sont sanctionnables, et fort s’il le faut. Parmi les raisons qu’il a invoquées, il a mentionné la gratuité des sanctions américaines, sans cause autre que le désir de détérioration des relations russo-américaines, mais aussi le fait que les USA avaient le désir permanent de dégrader les relations de la russie avec le reste du monde, Europe en tête.Souhaitons que cette Europe prenne exemple sur la Russie lorsque Trump aura confirmé les nouvelles sanctions US, ce qui va imanquablement arriver, et sanctionne durement les USA pour cette action visant à limiter la liberté des européens de commercer avec la Russie, notamment en matière énergétique.


  9. Nerouiev Le 31 juillet 2017 à 09h32
    Afficher/Masquer

    En essayant d’être optimiste, est-ce que l’objectif n’est pas tout simplement de faire tomber Trump ? L’arrogance d’une franche poignée de main avec Poutine suivie d’un échange interminable et remis au moment de se quitter, c’est carrément insupportable. Car, à part un affrontement nucléaire, les USA doivent savoir qu’ils ne sont que des guerriers d’opérette et il y a quand-même du monde en face.


    • Lysbeth Levy Le 31 juillet 2017 à 11h25
      Afficher/Masquer

      Oui ! C’est clair que les perdant pro-Clinton veulent faire tomber Trump, le harceler médiatiquement en inventant des affaires a partir de quelques “mauvais pas” qu’il aurait fait dans le passé, en tant qu’homme d’affaires. Le clan pro-Clinton ne désarme pas et les médias sont pour ceux-ci, malgré que l’ensemble des américains finissent par les hair ainsi que le parti démocrate qui l’a soutient. Les malversation lâchés sur le net on mis à jour l’énorme corruption financière, morale, politique des Clinton des nombreux morts suspectes qui les entourent . Mac Cain sa collègue Lyndsey Graham, le clan des anti-russes purs et durs, William Browder, en Uk, s’allient avec des services secrets pour des “montages” digne de la guerre froide. Soros a tenté une “révolution de couleur”, même Poutine l’a dénoncé ce fait, c’est dire si Trump est “sur la sellette” et risque “gros”. Quelques soient ces défauts jusque là il a tenté de renouer avec la Russie, stopper le terrorisme internationale et les “changements de régime” si couteux. Mais en face le “Deep-State” veille a ces intérêts personnels, il est lié au “russian-haters” issus de la guerre froide et au lobby militaro-pétrolier. Soit les néoconservateurs qui ont pris le pouvoir dès le 11 septembre 2001. . .


    • Tepavac Le 31 juillet 2017 à 12h32
      Afficher/Masquer

      Selon les divers scénarios développés par les services des armées des États-Unis, il semble qu’ un seul scénarios soit pris en compte. Celui d’un “échange restreint” d’ICBM entre la Russie et les États-Unis.
      Bref les stratèges sont persuadés qu’ une petite passe d’arme suffira à indiquer qui est le plus fort et que le perdant devait s’avouer vaincus.

      C’est typique du comportement infantile qui sied si bien à ce pays immature.
      Bref tôt ou tard l’expérience sera tentée. Et finalement je crois que c’est la seule qui puisse pour l’instant donner un résultat à leurs extravagances.
      Tout dépend de la maîtrise des Russes sur le sujet.
      J’ai toujours cru que les duels à la roulettes sont le propre des Russes, il semble que les USA aient adopté ce principe de règlement.


      • Mediacrate Le 31 juillet 2017 à 14h37
        Afficher/Masquer

        Non cher ami le combat sera en Europe les bases de missiles en Pologne et Roumanie sont
        le premier bouclier US ne pas avaler les gogoleries d’un réseau anti missiles en Europe de
        l’est contre soit disant l’Iran mais surement le premier bouclier de défense US le premier objectif donc de destruction à effectuer pour l’armée russe tant et pi pour les populations qui ont accepter de se trouver en première ligne en acceptant ces missiles US sera en cas de conflit ce bouclier anti Iran…..!.


    • Caliban Le 31 juillet 2017 à 19h27
      Afficher/Masquer

      @Noureiv

      C’est l’interprétation russe, officiellement. La montée des tensions USA / Russie est provoquée pour des raisons de politique intérieure, notamment par les agences de sécurité. Poutine le répète systématiquement (documentaire d’Oliver Stone jusqu’à récemment lors d’une rencontre avec de jeunes étudiants russes).

      La tension va être telle que la seule solution sera le départ d’un des deux chefs d’Etat. Trump me semble le mieux placé sur la liste des sortants.


      • Ovuef2r Le 31 juillet 2017 à 21h35
        Afficher/Masquer

        Si Trump part le “congrès” et les agences de renseignement restent….
        Si Poutine part le suivant pourrait être moins patient, et plus borné que lui…


  10. moshedayan Le 31 juillet 2017 à 09h44
    Afficher/Masquer

    ” Pour les factions de la classe dirigeante pour laquelle le Post parle, en outre, l’agression américaine contre la Russie est considérée comme essentielle pour conserver l’allégeance des puissances européennes et pour s’en prendre à la Chine.” ce passage est le fond de l’affaire.
    Le Congrés va acter la 2e Guerre froide, en indiquant qu’il est même prêt à déclencher la 3e Guerre mondiale , au nom de la Liberté, de la Démocratie et contre les “puissances révisionnistes” Russie et Chine (cf. article intéressant de Kagan sur slate.fr concernant le risque de 3e Guerre mondiale. L’Allemagne et la France (avec Merkel et Macron), n’en doutons pas, approuveront ce vote américain et iront bientôt en pourparlers à Washington pour voir comment éviter les “retombées radioactives” en cas “d’attaque générale de sidération” sur Moscou, St Petersbourg, etc…
    nota bene : Poutine a décidé l’expulsion de 755 “diplomates” américains, presque une configuration d’avant guerre. Bonnes vacances !!!


    • Catalina Le 31 juillet 2017 à 18h00
      Afficher/Masquer

      tiens en parlant de radioactivité : ”
      Les Russes disposent de sanctions qui tuent

      “La Russie contrôle plus de 45% des capacités mondiales dans l’enrichissement de l’uranium. Les USA importent 90% de leur combustible nucléaire. Faites le calcul.

      Perdue au milieu de toute la parlote autour du rajout de sanctions contre la Russie par le Congrès US, il y a la place unique dans le monde du secteur de l’uranium russe. Se focaliser tant sur la place du secteur des hydrocarbures russes (et plus précisément sur la part des exportations russes), égare l’analyse sur la force de la position de la Russie dans le secteur mondial de l’énergie nucléaire.”

      http://reseauinternational.net/les-russes-disposent-de-sanctions-qui-tuent/#PyXdrKUWWVpVg8fV.99


      • lephil Le 01 août 2017 à 18h41
        Afficher/Masquer

        Selon le « Wall Street Journal », Boeing et United Technologies ont constitué des stocks pour faire face à un éventuel embargo russe sur le titane. Un matériau qui représente 15 % à 20 % du poids des avions modernes.
        L’aéronautique va-t-elle devoir se passer du précieux titane russe ? C’est une éventualité à laquelle semblent se préparer Boeing et United Technologies Corporation ( UTC). Selon le « Wall Street Journal », l’avionneur et l’équipementier aéronautique auraient constitué des stocks de titane, dont le principal producteur mondial est le groupe russe VSMPO, contrôlé par l’Etat.
        A la fois léger et résistant, le titane est devenu indispensable à l’aéronautique, qui en est aujourd’hui le plus gros utilisateur. Autrefois réservé aux appareils militaires, on le trouve dans tous les appareils modernes, depuis les éléments de fuselage de l’A350 et les trains d’atterrissage du Boeing 787 jusqu’aux armatures de sièges. Alors qu’un Boeing 777 conçu dans les années 90 ne comporte que 5% de titane, il représente 15% à 20 % du poids de métal d’un Boeing 787 ou d’un A350. Un Airbus A380 nécessite à lui seul environ 70 tonnes de titane.
        Or le principal fournisseur de titane d’Airbus et Boeing n’est autre que VSMPO, filiale du holding militaro-industriel étatique Rostec, qui fournit à lui seul 30% de la production mondiale,
        https://www.lesechos.fr


        • Haricophile Le 02 août 2017 à 02h15
          Afficher/Masquer

          Ne pas oublier que les Chinois se sont emparés de pas mal de ressources en matériaux rares, eux font de la politique à long terme, long terme signifiant beaucoup plus que un demi-mandat présidentiel…

          Bref, ils ont déjà utilisé ça contre les Japonais il n’y a pas si longtemps, ça pourrait se reproduire.


  11. Ardéchoix Le 31 juillet 2017 à 10h16
    Afficher/Masquer

    Un peu de douceur dans ce monde de brutes. Kseniya Symonova: artiste née dans la péninsule de Crimée, en Ukraine. Vision de guerre .
    https://www.youtube.com/watch?v=1S6Ijvf4VS4


  12. Sybillin Le 31 juillet 2017 à 10h19
    Afficher/Masquer

    Les américains ne connaissent pas les horreurs de la guerre, hormis la guerre de sécession, Pearl Harbour et le 11 septembre, leur population n a pas été affectée par les destructions meurtrières.
    Ils n ont aucun scrupules à en déclencher dans des pays aux antipodes du leur se sentant sans doute protégés d un retour de flamme…
    En fait seule la crise des missiles de Cuba qui pouvait les atteindre très rapidement les a poussés à la négociation et la diplomatie a permis de désamorcer cette menace…même si Cuba en paye un prix fort.
    Aujourd’hui on peut malheureusement redouter le pire pour les pays qui résistent à l Empire : Iran , Corée du Nord (protégée quand même par la Chine) et Russie. N oublions pas qu il y a plus de 4500 bases américaines dàns le monde!


    • bobo1414 Le 31 juillet 2017 à 12h00
      Afficher/Masquer

      N oublions pas qu il y a plus de 4500 bases américaines dàns le monde!quand tu parles de 4500 je crois que ca fait beaucoup je pense que ca se rapproches plus des 800 bases de memoire peut etre inclus tu les bases situées aux usa?


  13. DUGUESCLIN Le 31 juillet 2017 à 10h23
    Afficher/Masquer

    A chaque fois que les atlantistes agissent contre la Russie, ils obtiennent l’effet inverse.
    – Coup d’état en Ukraine, résultat : retour de la Crimée à la mère Patrie.
    – Sanctions économiques contre la Russie, résultat : la Russie développe ses propres ressources et l’occident européen en subit les conséquences.
    – Déstabilisation du Golfe, résultat : la Turquie navigue entre deux eaux, et l’axe Liban, Syrie, Irak, Iran prend forme.
    – Nouvelles sanctions contre la Russie, résultat : la Russie a les mains libres pour se débarrasser des espions américains avec leur révolution colorée, Navalny, par exemple, et les pseudo ONG.
    – Résultat global la Russie et la Chine se rapprochent au lieu d’une réunification des européens ouverte à l’Asie.
    Malgré cela le pouvoir américain persiste dans ses erreurs, contre-productives, comme ils disent. Où s’arrêteront-ils? C’est complètement dingue cette politique.
    Il est peut-être temps que Junker essaie la vodka, plutôt que le whisky.


  14. Etienne2 Le 31 juillet 2017 à 10h37
    Afficher/Masquer

    Comment?Impérialismes US en péril? Non,un grand théâtre: ce sont les multinationales, les puissances de l’argent, des élites de l’ombre qui sont à la manoeuvre.
    … Noticias: Moscou veut virer 755 diplomates américains…et puis au dernier G20,il font une belle photo de ” famille” sous la bienveillance d Angela avec son “tic” (ses 2 pouces et ses 2 index, figure géométrique à 3 côtés)… Vladimir récemment en entretien téléphonique avec Macron: “Manu, tu vas bien…”.
    Donald a passé un excellent séjour avec Manu le 14/07: qu’ils étaient mignons aux côtés de leur épouses, ils ont même réussi à jouer du “daft-punk” en ballet à des militaires,(Nice, it’s nice, dixit Donald);Manu avait retrouvé sa figure d’ange après un petite crise d’autoritarisme,”c’est moi votre chef”;
    Et puis il y a “l’autre”, Kim jong 1er, qui est méchant comme une teigne…avec des menaces de frappes préventives.
    – 21/11/2016, un magasine très influent “the économist”, nous jette 8 cartes d’un tarot revisités en pleine figure comme des sorts à venir, Angela devrait subir un revers électoral, il y a aussi une bombe qui explose en champignon!
    Est-ce-que ce monde est sérieux?


  15. Max Le 31 juillet 2017 à 11h10
    Afficher/Masquer

    Sur la méthode, ce que font les USA va a l’encontre de leurs intérêts.
    Quelques exemples.
    Embargo sur le blé contre l’URSS suite à son intervention en Afghanistan, cet embargo fut au final bénéficiaire à l’URSS, aujourd’hui la Russie est un acteur majeur du grain.
    Idem pour les autres embargos qui ont permit à la Russie de se diversifier vers l’Asie.
    A contrario la Russie n’oublie pas que six millions de ses citoyens sont morts de froids et de faim lors de l’effondrement de l’URSS pendant que les occidentaux pillaient le pays.

    La Russie n’a pas quitté volontairement l’occident.
    G8 expulsion de la Russie.
    OSCE marginalisation de la Russie.
    Jeux olympique exclusion d’une bonne partie de l’équipe Russe.
    Eurovision en Ukraine, interdiction pour la Russie d’y participer alors qu’elle avait payé les droits.
    Embargo de l’UE sur la Russie, ce qui permet à la Russie de récupérer son autonomie alimentaire.
    Expulsion de 35 diplomates Russe aux Usa et la Russie expulse 755 diplomates des USA.
    Les USA jouent à un jeu de con mais ils sont les cons, la Chine n’en demandait pas tant.


  16. Gonthier Le 31 juillet 2017 à 11h16
    Afficher/Masquer

    La guerre dans un tel contexte est de plus en plus logique, en effet, depuis que le dollar a remplacé l’or sur les marchés, les USA vivent à crédit sur le reste de la planète condamnée à plus ou moins long terme a servir uniquement les intérêts US afin que ces derniers continuent un mode de vie totalement grotesque reposant sur le crédit et toutes les ressources planétaires.
    Dans ce contexte, le dollar sert à entretenir les guerres sans rien coûter aux USA puisque ce sont les autres pays qui financent eux mêmes leur destruction. La guerre est donc la condition d’existence même de la société US.
    La montée de la Russie et de la Chine qui n’ont d’ambitions actuelles que la multi polarité du monde basée sur le Droit international va à l’encontre de la politique US qui n’a jamais appliqué le droit international, que ce soit pous ses actions, ou dans la non application par exemple pour Israël, ce qui permet de continuer le chaos des peuples.
    Le fait que les BRICS et bientôt d’autres pays se tournent vers l’or ou les DTS dans leurs échanges internationaux ne peut conduire qu’à un affaiblissement du dollar et…. la récession aux USA, confrontés à leur dette abyssale et leurs manipulations financières la conjonction dette et éclatement de la bulle conduira inéluctablement à un retour en arrière des USA et des conséquences dramatiques.


    • moshedayan Le 31 juillet 2017 à 13h25
      Afficher/Masquer

      Max et Gonthier, je vous suis complètement.
      L’appel de Duguesclin a une réaction de l’Europe (ou de l’UE ??) est impossible parce que, pour des dirigeants comme Macron et Merkel, la Russie n’est pas l’Europe – les Russes sont des “moitiés d’asiates” (de tatars s’ils ont quelque référence historique). Bien sûr, c’est une aberration intellectuelle que j’ai souvent entendue (Russie c’est l’Orient…) la Russie est européenne par son histoire et eurasienne par sa géographie, mais peu de Français comprennent un concept si complexe (d’ailleurs ils préférent parfois le “cosmopolitisme” euro-africain, qui leur convient comme néo-colonialisme).
      Seul “sauve qui peut” peut-être l’effondrement du système dollar avant que les Américains ne décident…


  17. Gonthier Le 31 juillet 2017 à 11h16
    Afficher/Masquer

    La fuite en avant des USA, le refus de s’occuper de leur dette car ne voulant pas changer leur mode de vie, conduira inéluctablement à la guerre sauf à ce que les autres pays du monde mettent en place des mécanismes de sanctions afin de contraindre ces tarés à regarder leurs problèmes en face plutôt que de les imposer aux autres.
    Je vous conseille ce site, édifiant et terrible: http://www.usdebtclock.org/


  18. SPARTACUS18 Le 31 juillet 2017 à 11h38
    Afficher/Masquer

    Les Européens ne feront rien même s’ils doivent se retrouver en slip ,ils n’oserons pas défier leur colonisateur nord américain .La preuve et que le jour même du décret la France et l’Allemagne aurais du convoquer les ambassadeurs américains et leur signifier que ceci serait sanctionné .L’Europe a tous les moyens possible et imaginable pour le faire avec toutes les multinationales américaines sur leur territoires, les priver d’accès aux marchés d’état leur faire payer réellement les impôts qu’ils doivent dans chaque pays ou ils font des affaires avec effets rétroactifs depuis leur installation dans ces dits pays et bien d’autres sanctions toutes aussi pénibles sinon plus.


  19. TC Le 31 juillet 2017 à 12h05
    Afficher/Masquer

    J’ai retenu ça : “Le vote presque à l’unanimité dans les deux chambres du Congrès (tous les votes « non » à la Chambre proviennent de républicains) témoigne de la mesure dans laquelle la CIA (l’Agence centrale de renseignement), la NSA (l’Agence nationale de la sécurité) et d’autres agences d’espionnage contrôlent directement les institutions de l’État et le personnel qui les composent.”

    C’est ça qui fait froid dans le dos, cette quasi unanimité on le comprend, n’est pas naturelle dans une démocratie. Elle est à contrario symptomatique d’un totalitarisme parfait. Pourquoi parfait ? Parce qu’il parvient à s’exercer non pas par la force – qui dévoilerait aux yeux de tous sa simple réalité – mais au contraire dans une logique d’acceptation qui serait rendue “nécessaire pour la sécurité des USA et du monde libre”. Chris Hedges a raison lorsqu’il écrit que la vérité a été mise à mort par “le grand mensonge de l’État mondial des entreprises”, nous vivons dans un monde de mensonge permanent qui a formaté les esprits et annihilé tout sens critique. Oui, ça fait vraiment peur.


  20. bluetonga Le 31 juillet 2017 à 12h15
    Afficher/Masquer

    “Les Américains” en l’occurrence, c’est l’establishment représenté par les députés et les sénateurs, ce n’est pas la maison blanche et le président élu, ni les citoyens américains.

    Une enquête Bloomberg où on apprend que le Russia Gate occupe 75 % de la couverture MSM américaine et 6 % des préoccupations du public américain (la couverture de soins de santé est leur préoccupation principale):

    https://www.bloomberg.com/news/articles/2017-07-17/americans-feel-good-about-the-economy-not-so-good-about-trump-j57v0var

    On y remarquera également que 53 % d’Américains estiment réaliste que les Russes hackent et biaisent leurs élections, contre 43 % d’Américains qui n’y croient pas. On est loin de l’extraordinaire consensus du parlement et du sénat américain sur la première option.

    Enfin, expulser des diplomates US ne va pas faire de mal à l’économie américaine, ça va même attiser leur hystérie médiatique. Par contre, fermer le robinet du traitement de l’uranium…

    http://russia-insider.com/en/politics/russians-have-sanctions-hammer/ri20514


    • Louis Robert Le 31 juillet 2017 à 12h36
      Afficher/Masquer

      Ne nous berçons pas d’illusions: en cas de guerre et, s’il le faut, devant “un fait accompli”, ON fera en sorte que la population américaine se rallie et, comme toujours, elle se ralliera…


  21. Louis Robert Le 31 juillet 2017 à 12h15
    Afficher/Masquer

    “Le nouveau projet de loi sera adopté dans des conditions de tensions géopolitiques explosives qui peuvent rapidement se transformer en un conflit militaire direct impliquant des puissances nuclévaires… Cette politique folle et insouciante amène le monde entier au bord de la troisième guerre mondiale.”

    ***

    Par des manœuvres, et des défilés militaires, la Russie et la Chine multiplient désormais signes et avertissements: “Mobilisés et prêts à faire face, sir!”. Nombreux, de tout nouveaux arsenaux y sont présentés. Le Président Xi Jinping lui-même y a même été vu en tenue militaire. Il faut voir. Les journalistes étrangers “n’avaient pas été invités”…

    “China’s grand military parade marks PLA 90th birthday” (Mongolia)

    https://m.youtube.com/watch?v=0vVOXlgHC1U

    Si l’Empire continue de la quémander, ce sera la guerre totale.


  22. petitjean Le 31 juillet 2017 à 12h38
    Afficher/Masquer

    Le président Trump est prisonnier de sa majorité

    nous sommes témoins de la lutte féroce qui oppose Trump aux enragés du Système, aux fanatiques russophobes

    de Paul Craig Roberts : « Le vote sur les nouvelles sanctions rendaient complètement inutile un veto du président Trump, parce qu’il dépassait très largement les deux-tiers des votes du Sénat requis pour repousser ce veto [et donc que le veto de Trump était battu d’avance]. La seule chose qu’aurait pu obtenir Trump était [paradoxalement] d’alimenter la fausse accusation de sa complicité avec Poutine. »

    c’est à lire
    http://www.dedefensa.org/article/trump-jusquau-dela-des-usa


  23. SPARTACUS18 Le 31 juillet 2017 à 16h32
    Afficher/Masquer

    Pourquoi les élus du sénat s’octroi le droit de décider de la levée des sanctions a la place du président? Trump et Poutine on signé un accord sur les zones de désescalades en Syrie et cela marche et renonce a soutenir la rébellion en plus il laisse la place aux Russes le long de la frontière avec Israël dans le Golan ce qui interdit de facto l’annexion totale du Golan le rêve des Israélien de faire le grand Israël et cela ils ne lui pardonnent pas.


  24. Vincent P. Le 31 juillet 2017 à 16h43
    Afficher/Masquer

    L’Histoire est considérée sur un spectre tellement trop étroit !

    Sur une frise chronologique remontant à l’Antiquité, c’est bien la Chine qui a toujours été la première puissance commerciale du monde, non ?!
    Sauf sur une très brève période d’un siècle pendant lequel l’industrie de la guerre et de la dette ont fait des États-Unis le gourou viril d’un “modèle” mondialisé non-viable et qui touche (enfin?) à sa fin.
    Au vu de leur puissante aliénation, le maintien des alliances commerciales, stratégiques et militaires avec eux est rien moins que suicidaire, puisque la guerre (ne fut-elle qu’économique) est leur seule solution pour retarder leur inéluctable et rapide déclin.

    Si l’Europe, au delà de l’UE, ne profite pas des dernières sanctions US pour se distancier de l’Empire qui périclite violemment, et se rappeler à quel bloc continental nous appartenons…
    Alors en effet, la Nouvelle Zélande ça doit être pas mal: là bas les moutons sont certes nombreux, mais moins nocifs!


  25. Stereden Le 31 juillet 2017 à 18h00
    Afficher/Masquer

    ouvrez votre butineur internet et cherchez d’où peuvent bien venir les moteurs de fusées utilisés par les américains. Ne vous cantonnez pas au moteur faites aussi des recherches sur les carburants de ces fusées

    Cherchez aussi des articles sur l’état de l’infrastructure de production électrique des USA. Cherchez d’où provient le combustible des centrales nucléaires américaines.

    Cherchez qui fournit les métaux rares nécessaire à la fabrication des pots catalytiques des voitures construites aux USA.

    Cherchez quel est le premier exportateur de céréales sur la planète.

    Je pourrais ajouter encore quelques exemples simples qui prouvent que les américains devraient regarder les films dont les dialogues ont été écrit par Auditer.
    “Quand un homme de 120 kilos parle les hommes de 60 kilos écoutent.”


  26. Lysbeth Levy Le 31 juillet 2017 à 22h26
    Afficher/Masquer

    Scoop ! Enfin une justice ? http://m.rfi.fr/europe/20140803-georgie-mandat-arret-contre-ancien-president-saakachvili Et dire que la France à soutenu ce pantin corrompu risquant une guerre avec la Russie. Mais que dire de Raphael Glucksmann qui lui n’avait rien dit a propos des atteintes au droits de l’homme … Mazel Tov…


  27. Politicoboy Le 01 août 2017 à 21h12
    Afficher/Masquer

    L’inconscience et l’incapacité de l’occident à faire face aux crises géopolitiques devient de plus en plus préoccupant.

    Avec une surprenante constance les décisions des USA mais aussi de la France abouti à l’exact opposé du but recherché.

    http://www.politicoboy.fr/geopolitique/alep-mossoul-lecons-deux-tragedies/


  28. Perekop Le 01 août 2017 à 22h46
    Afficher/Masquer

    Merci aux Crises et à l’ensemble de ses commentateurs, anciens et nouveaux venus, ouf, un peu d’air frais (même irradié) et de lucidité dans l’océan d’aberrations hypocrites que nous imposent la quasi totalité (99,9 % ?) des médiacres français, tous modes d’expression confondus.
    La stupidité ambiante est de plus en plus étouffante. Inquiétant, tout ça, surtout pour les jeunes générations qui sont censées vivre dans ce monde de m…. ça doit être pour ça qu’ils se mettent tous la tête dans le sable / leur écran vidéo.


Charte de modérations des commentaires