Il y a quelque temps, j’ai eu le plaisir d’entendre Sergey Glazyev – économiste, homme politique, membre de l’Académie des sciences, conseiller du Président Poutine – dire quelque chose qui confirme complètement ma propre pensée. Il a dit que tous ceux qui connaissent les mathématiques peuvent voir que les États-Unis sont au bord de l’effondrement parce que leur dette a augmenté de façon exponentielle.

Ce ne sont pas des mots qu’un Américain ou un homme politique européen peut proférer en public, et peut-être même pas chuchoter à leur moitié sous la couette, parce que les oreilles indiscrètes américaines pourraient les entendre. Puis l’homme politique en question obtiendrait le traitement de Dominique Strauss-Kahn (dont la carrière illustre s’est terminée lors d’une visite aux États-Unis, où il a été faussement accusé de viol et arrêté). Et donc aucun politicien européen (et à fortiori américain) ne peut énoncer une évidence, peu importe sa force.

Les Russes ne l’ont que trop bien compris à ce jour. Oui, le maintien d’un dialogue et de relations cordiales avec les Européens est important. Mais il est bien entendu que les Européens ne sont qu’un tas de marionnettes américaines sans volonté ou capacité de prise de décision autonome. Alors pourquoi ne pas parler aux Américains directement? Hélas, les Américains sont aussi des marionnettes. Les fonctionnaires et les politiciens américains sont définitivement des marionnettes, contrôlées par les lobbyistes des entreprises et des oligarques œuvrant dans l’ombre. Mais voici une nouvelle sensationnelle : ce sont, eux aussi, des marionnettes contrôlées par les simples impératifs de rentabilité et de préservation de la richesse. En fait, toute la hiérarchie est un jeu de marionnettes. Et ce qui sous-tend l’ensemble est un trou noir financier gigantesque en constante expansion.

Aimez-vous votre trou noir? Si vous n’êtes pas sûr de l’aimer, laissez-moi vous poser quelques autres questions. Aimez-vous le fait que vos cartes de crédit fonctionnent toujours, ou que vous pouvez toujours garder de l’argent à la banque et même obtenir de l’argent à un distributeur de billets ou recevoir – ou espérer recevoir – éventuellement une pension? Aimez-vous le fait que vous pouvez obtenir des choses utiles comme de la nourriture, du gaz, des billets d’avions, contre de simples morceaux de papier imprimés avec des images d’hommes blancs morts? Aimez-vous le fait que vous avez accès à Internet, que les lumières sont allumées et qu’il y a de l’eau au robinet? Eh bien, si vous aimez ces choses, alors vous devez aussi aimer le trou noir financier, car c’est lui qui rend toutes ces choses possibles malgré la faillite de votre pays. Peut-être que c’est une relation d’amour-haine : vous aimez être en mesure de prétendre que tout va bien, même si vous savez que ce n’est pas le cas, et vous souhaitez profiter un peu plus du business as usual avant que l’enfer ne s’abatte sur nous, que ce soit pour quelques jours ou pour un an ou deux; mais vous détestez le fait que finalement le trou noir vous aspirera, après quoi les choses vont définitivement… couler.

Aux États-Unis, jusqu’à présent, le trou noir suce la moelle des familles individuelles (bien qu’il suce aussi parfois des villes entières, comme Detroit, Michigan, ou Bakersfield, Californie, ou Camden, New Jersey). Avec l’aide du racket à l’hypothèque frauduleuse[subprimes, NdT], il suce aussi les maisons, et les recrache rechargées de mauvaises dettes. Avec l’aide de l’industrie médicale, il suce les personnes malades et les recrache ruinées. Avec l’aide du racket de l’enseignement supérieur, il aspire l’espoir des jeunes, et les recrache diplômés mais avec des diplômes sans valeur et aux prises avec une dette étudiante vertigineuse. Avec l’aide du complexe militaro-industriel, il aspire à peu près tout et recrache des cadavres, des invalides, des dommages environnementaux, des terroristes et une instabilité mondiale, etc…

Mais le trou noir peut également aspirer des pays entiers. Actuellement, il est occupé à essayer de sucer la Grèce, mais c’est un moment difficile, parce que la Grèce est, malgré tout, une démocratie. Cela met les marionnettes du trou noir dans un drôle d’état à l’heure actuelle, et elles commencent à réclamer unchangement de régime en Grèce, pour que la Grèce soit obligée de capituler devant le trou noir affamé.

La façon dont le trou noir aspire des pays entiers se présente comme suit. Si le trou noir n’a pas pu aspirer depuis quelques temps, il a faim et met les marchés financiers en chute libre. Les instruments financiers des pays qui se trouvent être les plus loin du trou noir, sur la périphérie, tombent plus vite. A la recherche d’un refuge sûr, l’argent sort violemment de ces pays vers les pays du centre qui sont regroupés, serrés autour du trou noir : les États-Unis, l’Allemagne, le Japon et quelques autres. Le trou noir engloutit cet argent, mais il a encore faim [l’appétit vient en mangeant…, NdT]. Et comme les pays de la périphérie sont maintenant financièrement trop faible pour résister, ils peuvent facilement être transformés en fourrage à trou noir. Cela se fait par la vente à la découpe du pays avec une dette extérieure qui ne pourra jamais être remboursée, puis en forçant à continuer à payer cette dette en en faisant une condition impérative pour maintenir la bouée de sauvetage financière, qui garde les banques ouvertes, les distributeurs automatiques de billets remplis, les lumières allumées, etc…[tout ce que vous avez aimé précédemment, NdT]. Pour être en mesure d’effectuer les paiements, le pays est contraint de démanteler son économie et sa société à travers l’imposition de l’austérité, de tout privatiser, en vue d’en faire des garanties pour plus de prêts, et d’abandonner sa souveraineté à des organisations transnationales, comme le FMI et la BCE, qui sont directement impliquées dans les soins et l’alimentation du trou noir.

Vous pourriez demander : qui est responsable de tout cela ? Si tout est le fait du trou noir, des marionnettes payées pour le soigner et l’engraisser, et de ses malheureuses victimes, alors qui prend les décisions? Eh bien, il se trouve que le trou noir a des émotions. Mais il est aussi très, très stupide. Il impose sa volonté en détruisant l’esprit de ses marionnettes – en les rendant incapables de comprendre certaines choses. Cependant, la bêtise est une épée à double tranchant, et en renforçant sa volonté de cette manière, le trou noir contrecarre également son propre but.

Par exemple, il y a quelque temps, le trou noir est tombé sur un gros morceau qu’il voulait aspirer, mais il n’a pas pu. Le morceau s’appelle Fédération de Russie. Il contrôle un territoire énorme, plein de toutes sortes de ressources naturelles que le trou noir aimerait transformer en garanties de prêt pour les aspirer. Le problème est qu’il est plein de Russes, qui sont un peuple auquel il est difficile de faire face quand on est une marionnette du trou noir. Ils ne cessent de dire aux marionnettes de garder leurs orteils de l’autre côté de la ligne rouge, là-bas, et si elles ne le font pas, ils ont tendance à enlever le cran de sûreté de leurs fusils, mettant fin à toute nouvelle discussion.

Cette situation appelle à la négociation, mais le trou noir, qui, comme je l’ai mentionné, est très, très stupide, n’a qu’une seule tactique de négociation. Il pose ses exigences, et attend de l’autre qu’il capitule. Si cela ne fonctionne pas, il applique une pression : impose des sanctions, attaque la monnaie, complique les transactions financières, bloque les actifs du pays à l’étranger, ainsi de suite – et attend que l’autre côté capitule. Et si cela ne fonctionne pas non plus, alors le pays est bombardé et mis en pièce par l’Otan ou, si l’Otan ne veut pas venir, par les États-Unis seuls. Cela fonctionne en général, mais pas dans le cas de la Russie. Mais le trou noir, si vous vous souvenez, est très, très stupide. Il continue à essayer par tous les moyens. Cette méthode déforme l’esprit de ses marionnettes, jusqu’au point où elles ne comprennent plus du tout ce qui se passe.

Par exemple, tout le monde sait maintenant que les pressions sur la Russie ne fonctionnent pas : selon la troisième loi de Newton, toute action entraîne une réaction égale et opposée, et la Russie est assez forte pour que la poussée ne provoque pas de déplacement du tout – mais cause seulement des dommages à ceux qui poussent. C’est comme essayer de changer l’orbite de la Terre en sautant d’une chaise tout en gardant les jambes raides, ce qui est juste un bon stratagème pour nécessiter des soins médicaux. En fait, les Russes sont plutôt reconnaissants pour les sanctions, parce que maintenant, ils ont une bonne raison de devenir enfin sérieux dans leurs investissements pour le développement économique national et pour l’autosuffisance. Mais les marionnettes, ayant eu l’esprit tordu par le trou noir, ne peuvent pas voir qu’en continuant à pousser, elles détruisent leurs propres économies dans le processus. Mais comme les sanctions ne fonctionnent pas [il faut les continuer, NdT], il est temps de passer à l’option militaire. Cela nécessite de concocter un casus belli, une raison d’aller à la guerre. Le trou noir hallucine : la Russie a envahi la Crimée! C’est sûr, mais il y a quelques centaines d’années de cela, puis elle est demeurée russe jusque là, et plus récemment, sur la base d’un accord international, mais qu’importe! (Oh, et juridiquement la Crimée n’a jamais réellement fait partie de l’Ukraine parce que Nikita Khrouchtchev a bâclé la paperasse de la donation.) OK, qu’à cela ne tienne, mais alors la Russie a envahi l’Ukraine! – tous les jours contenant la lettre D, comme day, mais la Russie est très sournoise et retire ses troupes avant que quiconque puisse prendre une seule photo d’eux là-bas. OK, soit, mais alors la Russie est prête à envahir l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie et peut-être aussi la Pologne. Envahir comment? Tu veux dire comme prendre un bus pour le festival de musique de Jurmala [ville lettone, NdT]? Considérez que c’est fait, mais le festival est déjà terminé et les envahisseurs fans de musique sont de retour à la maison. OK, cela se tient. Mais les marionnettes continuent à crier à l’agression russe! Encore et encore. Ce sont les dommages au cerveau causés par la proximité du trou noir.

Regardez ce pauvre gars, par exemple. Il continue en aboyant, Agression russe! Agression russe!, tout en essayant de s’apaiser par la caresse de la croupe de son veau d’or. Que Dieu lui vienne en aide!

Retour à la réalité : les pauvres marionnettes sont incapables de comprendre qu’il n’y a aucune option militaire quand on s’attaque à la Russie. Il s’agit d’une puissance nucléaire avec un excellent moyen de dissuasion stratégique, un territoire bien défendu, et aucune intention agressive contre quiconque. Mais les marionnettes, avec leurs esprits malades, ne peuvent pas le voir, et donc elles empilent différentes sortes de vieilleries militaires obsolètes le long des frontières de la Russie, et en sont même à menacer de positionner en Europe des missiles nucléaires Pershing de moyenne portée totalement obsolètes. Ils sont obsolètes parce que les Russes ont maintenant le système S-500 pour les abattre tous. L’option militaire ne peut tout simplement pas fonctionner, mais ne le dites pas aux marionnettes qui ne peuvent pas absorber de telles informations sans subir d’autres dommages neurologiques.

Retour à la Grèce : la Grèce est minuscule, certainement pas la puissante Russie, mais elle a néanmoins refusé de capituler devant les exigences du trou noir. On lui a demandé de détruire complètement sa société et son économie comme condition pour maintenir les bouées de sauvetage financier du FMI et de la BCE. Ce qui est gênant pour le trou noir et ses marionnettes, c’est que la Grèce n’est pas un pays obscur du tiers-monde peuplé par des gens à la peau foncée dont vous ne voudriez pas pour marier votre fille, mais une nation européenne qui est le berceau de la civilisation et de la démocratie européennes. La Grèce a réussi à élire un gouvernement qui a tenté de négocier de bonne foi, mais les marionnettes ne négocient pas, elles exigent, menacent et causent des dommages jusqu’à ce qu’elles obtiennent gain de cause ou jusqu’à ce que leurs têtes explosent.

Ça va être intéressant à regarder. Si le trou noir ne réussit pas à sucer la Grèce, alors quel pays sera le prochain? L’Italie, l’Espagne ou le Portugal? Et, comme ce processus continue, à quel moment y aura-t-il assez de gens pour dire que ça suffit? Parce que quand ils le feront, le trou noir va se ratatiner. Ce n’est pas un vrai trou noir qui est constitué de matière si dense que son champ gravitationnel piège même la lumière. C’est un faux trou noir, composé de la cupidité combinée de tout le monde. Il est basé sur la cupidité et la peur tout autour de lui, et il se maintient en se nourrissant de la peur. S’il peut continuer à sucer les personnes, les familles et des pays entiers, il peut garder l’avidité de son noyau vivant, mais s’il ne le peut pas, alors l’avidité va se changer en peur, et le trou noir va imploser et mourir. Et je souhaite que quand il mourra toutes ses marionnettes avec leurs lésions cérébrales se réveillent, réalisent à quel point elles se sont trompées, et aillent chercher quelque chose d’utile à faire, comme élever des moutons, cultiver des légumes, ramasser des palourdes …

Traduit par Hervé, relu par jj pour le Saker Francophone.

Source : Dmitri Orlov, pour Club Orlov, le 30 juin 2015.

60 réponses à Le trou noir financier : Origine et destinée, par Dmitry Orlov

Commentaires recommandés

atanguy Le 31 août 2015 à 01h23

Je pensais que Dmitri Orlov allait nous expliquer les dessous des cartes,mais avec son trou noir,je crois qu’il embrouille les choses plutôt que de les éclairer. Les dettes des pays,y compris celle de la Russie, sont le fait du système économique mondial basé sur la monnaie. Quand un gouvernement a besoin de financer un projet,au lieu de se procurer cette monnaie directement lui même (battre monnaie), il se tourne vers le système financier mondial contrôlé par les banques privées,celles-ci reçoivent la somme de leur banque centrale a un intérêt faible(1%) et la prêtent a l’État en y ajoutant un intérêt qui dépend des finances de l’état emprunteur allant de quelques pour-cents jusqu’à prés de 30% dans le cas de la Grèce – Voir ici le graphe des intérêts des prêts a la Grèce entre 2011 et 2015 – Vous comprendrez: http://ycharts.com/indicators/greece_long_term_interest_rates
Comme les individus,les pays endettés avec des intérêts aussi élevés, sont incapables de rembourser les banques privées et voient leur dette augmenter sans arrêt. C’est ainsi que la Grèce a déjà remboursé deux fois ses emprunts rien qu’avec les intérêts qui lui sont imposés. Si la France n’avait pas eu a payer d’intérêts sur sa dette,comme c’était possible avant 1973, sa dette qui représente plus de 90% de son GDP aujourd’hui, serait nulle!
Voir ce petit film qui explique la dette des états :
https://www.youtube.com/watch?v=ZE8xBzcLYRs

  1. atanguy Le 31 août 2015 à 01h23
    Afficher/Masquer

    Je pensais que Dmitri Orlov allait nous expliquer les dessous des cartes,mais avec son trou noir,je crois qu’il embrouille les choses plutôt que de les éclairer. Les dettes des pays,y compris celle de la Russie, sont le fait du système économique mondial basé sur la monnaie. Quand un gouvernement a besoin de financer un projet,au lieu de se procurer cette monnaie directement lui même (battre monnaie), il se tourne vers le système financier mondial contrôlé par les banques privées,celles-ci reçoivent la somme de leur banque centrale a un intérêt faible(1%) et la prêtent a l’État en y ajoutant un intérêt qui dépend des finances de l’état emprunteur allant de quelques pour-cents jusqu’à prés de 30% dans le cas de la Grèce – Voir ici le graphe des intérêts des prêts a la Grèce entre 2011 et 2015 – Vous comprendrez: http://ycharts.com/indicators/greece_long_term_interest_rates
    Comme les individus,les pays endettés avec des intérêts aussi élevés, sont incapables de rembourser les banques privées et voient leur dette augmenter sans arrêt. C’est ainsi que la Grèce a déjà remboursé deux fois ses emprunts rien qu’avec les intérêts qui lui sont imposés. Si la France n’avait pas eu a payer d’intérêts sur sa dette,comme c’était possible avant 1973, sa dette qui représente plus de 90% de son GDP aujourd’hui, serait nulle!
    Voir ce petit film qui explique la dette des états :
    https://www.youtube.com/watch?v=ZE8xBzcLYRs


    • Athena42 Le 31 août 2015 à 08h54
      Afficher/Masquer

      Merci pour le lien du graphe des taux d’intérêts. C’est de l’usure, ça devrait être interdit par la loi. Comment provoquer une catastrophe dans un pays traversant quelques difficultés. Vraiment répugnant.


    • Francois Le 31 août 2015 à 13h28
      Afficher/Masquer

      Son GDP? Foin de la cuistrerie! Si on parlait notre propre langue: P.I.B.?


    • luc Le 31 août 2015 à 14h31
      Afficher/Masquer

      merci pour tes rappels, cependant, tu ne dis pas en quoi tu penses que ce texte embrouille les choses

      par ailleurs, tu parle du “système économique mondial basé sur la monnaie” comme source des problèmes, c’est équivalent au trou noir du texte…


      • atanguy Le 31 août 2015 à 18h14
        Afficher/Masquer

        Dépend de ce qu’il appelle “marionnettes” je préfère les banques privées.
        Aussi,si il est Russe il devrait savoir qu’il y a aussi des marionnettes dans son pays.
        Quant a livrer un blanc-seing a DSK – Excusez moi…


        • Charles Michael Le 31 août 2015 à 19h46
          Afficher/Masquer

          Pitié,
          Dmitry Orlov est citoyen US, habite, enfin navigue puisque il vit sur son bateau, aux USA, est ingénieur diplomé US.
          mais il reste de par ses origines, on ne peut Jamais s’abstraire de ses origines, un dissident, critique du monde bizarre appelé Occident.
          DSK il s’en fout, il le fait innocent juste pour enfoncer un clou dans le cercueil de l’execeptionalisme américain.

          Je suis son blog depuis des années et cet article est particulièrement savoureux et plein d’humour.

          aussi il est un peu anar sur les bords, et un de ses pet-projects est de simplifier les régles de l’ Aurtau graf british.

          Un type très bien donc.


    • liv Le 31 août 2015 à 21h12
      Afficher/Masquer

      Un livre exceptionnel qui explique parfaitement cela et surtout le pourquoi du comment.
      “Enquête sur la loi du 3 janvier 1973” de Pierre-Yves Rougeyron.
      Passionnant sous tout points de vue et très facile d’accès. Un régal d’apprendre dans ces conditions.

      Pensée du jour…A l’ère de l’audio visuel permanent, je me rends compte depuis quelques années à quel point les livres sont importants. En fait je l’ai toujours su mais par fainéantise avant j’allais souvent me documenter vers des reportages etc…
      Il n’y a rien à faire, le cerveau ne travaille pas de la même façon devant un livre ou un reportage TV (aussi intéressant est-il)


  2. johannesfinckh Le 31 août 2015 à 01h51
    Afficher/Masquer

    amusant, ce texte!
    Il résume assez bien de quoi il s’agit.
    Je doute, hélas, que le ou les auteurs comprennent bien eux_mêmes ce qu’ils veulent dire!
    Car, sinon, ils sauraient comme contourner ce trou noir.
    Je vais vous le dire!
    Pour la Grèce, deux choses: Sortir de l’euro, retour à une monnaie souveraine et réformes dignes de ce nom qui ferait que les riches grecs payent convenablement leurs impôts! Car, plus que les créanciers étranger ce sont les oligarques grecs qui sucent le peuple grec jusqu’à la moelle et au-delà!
    E principalement: introduire une monnaie fondante, des signes monétaires marqués par le temps, non thésaurisables et qui stimuleraient l’économie toujours jusqu’au retour du plein emploi, jusqu’à la diffusion dans toute la population d’une prospérité générale et impossible à entamer par des pressions ni extérieures ni par des oligarques intérieurs!

    Mais pour comprendre cela, il faut comprendre ce qu’est la monnaie et comment elle peut bien faire si on l’administre convenablement, ce qui n’est pas le cas actuellement.

    Le Dollar US n’est certes pas administré convenablement (Il n’est “monnaie” fondante”), mais sa nature de monnaie internationale lui confère un statut spécial:
    La “faillité” des USA comme puissance n’étant pas une option , les USA fabriquent toujours de la monnaie supplémentaire si nécessaire (cf les QE successifs!)
    Et puisque les créanciers en dollars ne veulent pas perdre, eux non plus, personne ne s’avisera jamais à spéculer contre le dollar, malgré le gigantesque déficit commercial qu’ont les USA depuis au moins cent ans avec le reste du monde:
    La faillite des USA n’arrangerait personne…
    C’est pourquoi, seule une nouvelle façon de battre monnaie peut répondre à ce problème:
    La monnaie marquée par le temps.
    Tant que les critiques du trou noir capitaliste n’intègrent pas cette donnée, leur anlyse rest de la pure poésie romantique!


    • Patrick Luder Le 31 août 2015 à 05h45
      Afficher/Masquer

      la monnaie fondante actuelle s’appelle inflation ou perte de valeur … ce qui n’empêche nullement quelques personnes de s’enrichir sur le dos de tous les autres.


    • Vladimir K Le 31 août 2015 à 16h00
      Afficher/Masquer

      Pour la Grèce, sortir de l’Euro serait équivalent à une déclaration de guerre économique de la part de l’Eurogroup ; les sanctions, blocus et autres pressions seront insoutenables pour le pays, à moins d’un soutient très fort de la part de pays tiers (Turquie, Russie, Chine), mais est-ce que ce sera suffisant vu la capacité de nuisance de l’Europe ?


      • Myriam Le 31 août 2015 à 21h36
        Afficher/Masquer

        Parce que ce n’est pas insoutenable en ce moment ?

        Petite info : les mêmes menaces ont été proférées contre l’Argentine lors de sa faillite en voulant s’affranchir du dollar.
        Certains grands spécialistes avaient affirmé que l’Argentine ne pourrait plus emprunter pendant des années.

        Résulat : l’Argentine n’a pas pu emprunté pendant … 3 jours !

        Les banquiers ne connaissent pas la rancune du moment qu’il s’agit de faire des profits.


      • johannesfinckh Le 01 septembre 2015 à 00h26
        Afficher/Masquer

        eh bien, cette supposée “pression” ne sera pas pire que la pression présente qui pèse sur les grecs!
        Bien au contraire, car leur économie locale se relèverait instantanément comme toujours da


    • Charlie Bermude Le 01 septembre 2015 à 09h29
      Afficher/Masquer

      D’accord avec çà . Mais çà substitue un autre flou , ce n’est pas tellement la façon de battre monnaie qui pose pb , c’est l’emploi du crédit . Principalement dans les dépenses militaires et para militaires ( jusquà la corruption des politiques étrangers et les subvertions occultes ) , toutes dépenses , par nature improductives . Donc l’effet est entr’autre la création d’un déserr productif au centre lui méme , tel est le destin des Empires ( trou noirs) , Rome , Espagne des Habsbourg , USA …


  3. Patrick Luder Le 31 août 2015 à 05h42
    Afficher/Masquer

    Eh oui, chaque achat est un acte politique soutenant une cause …
    pensez-y quand vous faites le plein de votre voiture ;o)


    • Arnould Le 31 août 2015 à 10h21
      Afficher/Masquer

      Et surtout, et c’est ce qui me déprime, dans chaque achat, chacun paye indirectement une bonne part d’intérêts qui retournent dans les poches de ceux qui n’ont pas besoin d’argent (car sinon ils n’auraient pas prêté..). Et cela y compris quand on n’a soi-même aucun crédit ni aucune dette. Déprimant.


      • Alfred Le 31 août 2015 à 20h42
        Afficher/Masquer

        Merci pour votre commentaire si bien vu. Je n’avais jamais pensé à ça. Vous m’avez fait gagner ma soirée.
        Même sans dette officielle nous vivons sous le régime du racket indirect.


    • Doumeche D. Le 01 septembre 2015 à 13h20
      Afficher/Masquer

      C’est bien pour cela que je ne supporte pas les gens avec des voitures allemandes.

      Et quand je fait le plein de ma voiture, je sais que je commet un crime contre notre mère la terre mais que cela va accélérer la venue de l’espèce qui nous succèdera…. les crabe du Kamtchatka


  4. DUGUESCLIN Le 31 août 2015 à 07h34
    Afficher/Masquer

    L’image du trou noir dans le cosmos est très parlante.
    Cela a quelque chose d’effrayant.
    La légitime défense se justifie dans les pays des BRICS et ceux dont on peut espérer qu’ils vont progressivement accrocher les wagons.


  5. Esope Le 31 août 2015 à 07h46
    Afficher/Masquer

    Tant que les réserves de change seront en Dollar, cela continuera. Les dollars émis servent aux échanges commerciaux ou sont conservés sous forme de réserves comptables. Les USA peuvent vivre impunément à crédit.
    Quand l’or et la convertibilité servaient de garde-fou à l’émission monétaire, ce n’était pas le cas. La dérive date des années 70.
    Une solution serait que les dollars en lévitation soient immédiatement utilisés pour acheter des biens américains. Il s’ensuivrait une dévaluation massive de la monnaie américaine mais tout chez eux n’est pas vendable ou suffisamment attractif.
    La seule vraie solution est monétaire, soit avec une monnaie internationale de style Bancor, soit avec des monnaies concurrentes. L’Euro tourne au fiasco et les BRICS se portent trop mal actuellement pour y arriver. Il faudrait dans cette alternative plusieurs monnaies qui se fassent concurrence, sur la base des économies réelles qu’elles représentent, afin de ne pas retomber dans le piège d’une monnaie dominante.
    Evidement, les USA font tout pour saboter ces échappatoires :
    http://www.les-crises.fr/confessions-dun-assassin-economique-par-john-perkins/


  6. Max Le 31 août 2015 à 08h52
    Afficher/Masquer

    J’ai lu l’article dans son ensemble.
    Sur DSK, dire qu’il a été faussement accusé de viol est l’avis personnel de l’auteur de cet article.
    DSK est un tordu sexuel qui profitait de sa position social, de sa fortune.
    DSK aurait depuis intégré un fond public de placement russe, ca ne le dédouane pas pour autant de son passé.
    Pour revenir sur le fond de l’article.
    J’aurai plutôt fait une comparaison avec une chaine de Ponzi : https://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_de_Ponzi
    Pourquoi, dans un trou noir quand ledit trou noir a absorbé la matière autour de son champ gravitationnel il ne peut plus rien aspirer.
    La chaine de Ponzi, elle peut tendre a l’infinie, quand il n’y a plus de déposant, il y a les banques centrales qui émettent de la monnaie a partir de rien, il suffit simplement de déplacer la virgule.
    Quel est le problème pour les USA, l’UE, le Japon et la Grande-Bretagne qui sont les pays contrôlant le FMI au travers des Droits de Tirage Spéciaux de leurs monnaies.
    Il faut savoir qu’ils n’ont pas la même notion de territoires que la Russie.
    Pour la Russie le territoire c’est la terre ou est implanté la fédération de Russie.
    Pour les maitres du FMI le territoire c’est la ou leurs monnaies s’imposent comme monnaies d’échanges.
    Quand des pays refusent d’utiliser leurs monnaies et surtout le $, les frontières de ce même $ diminuent, ils estiment donc que c’est une agression.
    Hors la chaine de ponzi, ou trou noir, ne peut fonctionner correctement que si tout le monde l’alimente sans fin.
    Ce que font la Russie et surtout la Chine, en échangeant dans leurs monnaies locales afin d’eviter le controle USA, en se passant du $ est donc bien une déclaration de guerre.
    Si d’autres pays les suivent, ca va mal finir.


    • Max Le 31 août 2015 à 09h16
      Afficher/Masquer

      Ce que font la Russie et surtout la Chine, en échangeant dans leurs monnaies locales, en se passant du $ est donc bien une déclaration de guerre.
      Dans cette phrase ci-dessus
      J’aurai du employer le terme de révolte plutôt que de déclaration de guerre.


    • Louise Le 31 août 2015 à 10h21
      Afficher/Masquer

      “DSK aurait depuis intégré un fond public de placement russe, ca ne le dédouane pas pour autant de son passé”
      Il est en tout cas largement responsable de la situation grecque ayant participer voire étant l’instigateur de la manip qui a consisté à reporter les dettes privées et publiques grecques des banques privées françaises, allemandes, hollandaises et grecques sur la BCE donc sur le contribuable européen. Quand on veut être président de la république, il vaut mieux être copains avec les banques ou pour tout le moins ne pas se les mettre à dos


    • YpLee Le 01 septembre 2015 à 10h12
      Afficher/Masquer

      “Ce que font la Russie et surtout la Chine, en échangeant dans leurs monnaies locales afin d’eviter le controle USA, en se passant du $ est donc bien une déclaration de guerre.”

      Et c’est ce que n’ont pas compris Sadam et Kadafi qui voulaient les 2 ouvrir leur commerce de pétrole en euro.

      L’Iran aussi en a parlé …


    • Franck Le 04 septembre 2015 à 23h59
      Afficher/Masquer

      Vous avez tout à fait raison, la révolte (Guerre économique) est bien en route et tout le monde y va de son fer de lance. La Russie et l’Arabie Saoudite s’attaquent au secteur pétrolier des schistes et des sables bitumineux, qui est sur le point de faire faillite pour près de 5,5 trilliards de dollars, soit 5,4 fois plus que les Subprimes. A côté, un Tsunami financier d’une telle ampleur est juste totalement inédit.
      Vous ajoutez à cela 2 trilliards pour les prêts étudiants, ou des centaines de milliers d’employés sont en formation et vont en sortir, et ou des étudiants dans l’incapacité de trouver un emploi, seront tous incapables de rembourser leurs prêts. Tout ceux qui savent un peu lire les chiffres du chômage américain en pleurent. Ils essayent de nous faire croire qu’ils ont 5,1% de chômeurs, mais avec 92 millions d’américains sans aucune activité alors qu’ils sont bien en age de travailler, et 60 millions d’américains maintenant qui ne survivent que grâce à des bons alimentaires.
      N’oubliez pas que nous n’avons jamais cessé la crise des Subprimes, et qu’elle peut repartir à tout instant, et tant que les prêts ne seront pas soldés. Il y a encore 2 trilliards de ces produits à fort risque qui se baladent dans la nature, et qui peuvent nous exploser au visage à la faveur de n’importe quelle petite crisette.
      La Chine vend en ce moment ses devises et ses bons du trésor en dollars à tour de bras, et incite clairement tous les émergents sous son giron à en faire autant, tout en dévaluant leur monnaie. La raison est fort simple, il savent que nous courront tous ainsi à la déflation, et donc à l’explosion des bulles de nos dettes souveraines. Les USA sont les premiers exposés, avec des sommes tout simplement astronomiques de fausse monnaie dans les circuits financiers, des bulles dans à peu près tous les secteurs, et pour éviter la banqueroute totale par une hyperinflation et donc une dégringolade complète de la valeur du dollar, une hausse obligatoire et très nette de leurs taux. Or, augmenter les taux maintenant suppose aussi de sortir toute la fausse monnaie injectée, et de rembourser par n’importe quel moyen la dette, quitte à saisir l’épargne ou vendre des bijoux de famille. Ça, c’est aussi ce qui nous guette en Europe, ou la France pourrait se saisir de notre épargne pour rembourser ses dettes. Sauf que ce faisant, le peuple exigera alors non seulement son remboursement, mais également exigera que l’on interdise tout déficit public à l’avenir. Et ça, ça va considérablement changer la politique…
      D’autre part, les Anglais et leur Livre, les Japonais et leur Yen, et dans une moindre mesure les Européens et leurs Euros, sont dans une situation identique de bulles de dettes souveraines, de taux directeurs bien trop bas, d’inflation nulle, de récession permanente (PIB-Dette), et maintenant de déflation. Et s’il y a déflation combinée à une dévaluation de la monnaie, alors ce sera Weimar pour tout le monde occidental en même temps.
      Nous sommes bien à la croisée des chemins, et le seul moyen d’en sortir, c’est de lâcher les USA, et surtout leurs dollars en papier toilette. Ce sont eux qui nous attirent vers le bas, et uniquement pour sauver leurs fesses. Toutes ces guerres et ces produits dérivés, aucune limite dans le cynisme, a finit par mettre à bout absolument tout le monde…


      • eBry Le 05 septembre 2015 à 13h55
        Afficher/Masquer

        Effectivement, l’Europe a déjà commis l’erreur colossale d’absorber une grosse partie de la bulle immobilière U.S. qui a donné lieu à une crise de dette souveraine qui, sans cela, n’aurait pas émergé, ou du moins avec moins d’intensité et plus tard.

        Il est plus que temps de s’affranchir des États-Unis et de mettre les intérêts européens en première priorité au lieu de nous laisser entraîner dans le naufrage du Titanic U.S.


  7. Fraël Le 31 août 2015 à 08h55
    Afficher/Masquer

    Cette histoire de trou noir me rappelle beaucoup la théorie du minotaure planétaire de Varoufakis.


    • José Le 31 août 2015 à 11h31
      Afficher/Masquer

      Le dénominateur commun n’est-il pas la notion de système, avec tout ce que cela implique de dérives causées par l’illusion de toute-puissance de ceux qui croient tirer les ficelles?


    • Georges Clounaud Le 31 août 2015 à 11h35
      Afficher/Masquer

      Oui vous avez parfaitement raison. En lisant cet article je me suis fait la même réflexion. Mais Varoufakis dans son ouvrage estime que le Minotaure est mort en 2008 avec la crise bancaire et qu’une nouvelle ère apparaitra. Ère qui selon ses dires “refuse avec entêtement de montrer son visage. Tant qu’elle ne l’aura pas fait, nous resterons dans cet état d’aporie provoqué par les évènement fatidique de 2008.” (page 63).
      Les deux auteurs décrivent vraisemblablement en schématisant grossièrement et avec quelques nuances les mêmes mécanismes mais Orlov insiste sur le fait que le “trou noir” est stupide et par définition insoluble. A la fin de son ouvrage Varoufakis écrit qu’une solution existe. Pour cela “il faut de la part des décideurs américains une prise de conscience de l’irréversibilité de la disparition de leur Minotaure” et agir en conséquence. “s’il ne le font pas, l’équivalent postmoderne des années 1930 que vivra notre génération durera beaucoup plus d’une décennie” (page 354, conclusion de son livre).
      Varoufakis écrit donc qu’une solution existe sous certaines conditions mais le croit-il vraiment ? Orlov lui a une approche beaucoup plus “slave” et définitive de la question…


    • Louis Robert Le 31 août 2015 à 15h54
      Afficher/Masquer

      … à laquelle on peut adjoindre l’image immortelle de Goya, “Saturne qui dévore ses enfants” (Saturno devorando a sus hijos de Goya)…

      https://www.youtube.com/watch?v=g6dHNhzuC7I


    • Amstellodamois Le 31 août 2015 à 20h09
      Afficher/Masquer

      Ça me fait surtout penser au ‘sujet-automate’ décrit par Marx.

      Dans ses phases de crise systémique, le capitalisme comme système se dévoile, et l’on réalise à quel point le vieux barbu était clairvoyant sur son sujet d’étude.


  8. lm bernard Le 31 août 2015 à 09h26
    Afficher/Masquer

    Orlov tel Platon-Socrate , par une allégorie (celle du trou noir),laisse au lecteur la possibilité d’accéder au monde de la réalité intelligible,quand le logos s’empêtre dans la dialectique (constitutif de l’entendement),il faut laisser place à l’imagination,l’image.
    Le désordre est tel (chaos) dans notre pauvre monde de la réalité sensible (celui des apparences) qu’e tout discours relève du sophisme et donc à une mise en abime(aporie).Il n’y a pas de vérité pas plus que de certitudes,le déterminisme existe et la liberté (autodétermination) de l’homme raisonnable n’est qu’un vain mot,nous nous sommes aliénés (obsolescence de l’homme) croyant rompre nos chaînes.
    Bon article.


  9. matamaure Le 31 août 2015 à 09h46
    Afficher/Masquer

    Orlov aurait pu également évoquer Moloch pour illustrer le comportement des USA. Etre dévorant et jamais rassasié


  10. olivier imbert Le 31 août 2015 à 10h30
    Afficher/Masquer

    il y a toujours une limite aux analogies avec l’astronomie ou la théorie physique de la matière et des ondes dans la théorie de la finance car derrière la finance il y a le travail productif mondial, et la division internationale du travail.


  11. Philippe Le 31 août 2015 à 10h34
    Afficher/Masquer

    Je suis divisé quand je lis cet article.

    La forme est inhabituelle et me dérange (ex: le peu de doute laissé au cas DSK). On est dans un ton manipulateur alors que l’auteur tente de détailler son propos. Cela provoquera un rejet direct d’un citoyen habitué aux médias mainstream.

    C’est d’autant plus dommage, et c’est le plus important pour moi, que le fond est intéressant. La raison de la domination occidentale est sans doute plus nébuleux que ce qu’on imagine. Les lobbies et gros financiers ne tirent pas directement les ficelles. Ils influent la nébuleuse qui a des réponses si rationnelles qu’elle en est prévisible, l’unique moteur en étant la cupidité.
    Nous sommes faciles à convaincre quand on sait que tout ce cirque nous permet de continuer notre niveau de vie. Nous avons une part de responsabilité que nous pouvions nous permettre de nous masquer à nous-mêmes avant l’aire de la réinformation. Aujourd’hui, je plaide coupable. Mes intuitions d’antan sont partagées; s’il y a paranoïa, alors c’est une paranoïa collective.

    Dernière idée : cela fait plusieurs fois que je lis que c’est la fin de ce cycle. Attention, on pourrait imaginer que cet équilibre demeure encore des années, que cela nous plaise ou pas. L’argent des ressources des pays dominés va bien quelque part.

    Philippe


  12. naz Le 31 août 2015 à 11h04
    Afficher/Masquer

    Je trouve intéressante cette image du vide qui attire toute vie; on a besoin d’une synthèse, imagée, simple, pour avoir une vue d’ensemble sans se laisser piéger par des avatars tendus comme des chiffons rouges au taureau- nous ne serions plus des moutons mais des taureaux furieux?- et qui nous distraient.
    Une bonne partie de ces vies attirées puis détruites aimeraient ne pas être dans ce “jeu”; on a beau être frugal, décroissant, pauvre, on est aspiré. Quand tous le ressentiront, nous pourrons commencer à envisager une alternative, seulement, beaucoup y trouvent leur content, encore hélas!


  13. Coralie Le 31 août 2015 à 11h12
    Afficher/Masquer

    L’affirmation “faussement accusé de viol” concernant DSK accrédite la théorie du complot et ne donne pas de l’auteur une image très sérieuse. Comment prendre en compte une analyse qui expose dès le début un jugement aussi dénué de preuves ?


    • eBry Le 31 août 2015 à 22h31
      Afficher/Masquer

      Quelles preuves avez-vous eues de la culpabilité de DSK?


  14. Xavier Le 31 août 2015 à 12h02
    Afficher/Masquer

    Je pense que cette dette exponentielle traduit l’augmentation exponentielle d’énergie qu’il faut dépenser pour accéder aux ressources naturelles qui sont la base du productivisme :
    – augmentation du nombre de gens qui en “profitent” (démographie mondiale),
    – diminution des ressources facilement accessibles (déjà extraites),
    – augmentation de la quantité nécessaire par habitant (“croissance”),

    Il ne faut pas être grand économiste pour savoir que tout cela nous emmène vers une crise majeure.

    L’objectif pour les USA est de détruire ou faire tomber tous leurs compétiteurs pour être les derniers debout et pouvoir instaurer un nouvel ordre mondial qui, même sans le productivisme, sera aussi sur le principe de la pyramide de Ponzi dans la virtualisation et qui se parera des “vertus” de l’humanisme, de “l’écologie” ou du “Développement Durable”, mais dans lequel nous serons encore plus asservis à une pensée unique.

    Dans ce meilleurs des mondes de “2084” nous serons :
    – soit membres du parti (système) et accepterons d’être sous surveillance permanente (dans le royaume du virtuel, il est essentiel de contrôler les flux d’information plus que ceux de matière),
    – soit prolétaires (actuellement, même si nous le sommes de manière individuel, d’un point de vue sociétal nous ne le sommes pas : nous avons hérité de la dominance de nos sociétés expansionnistes capitalistes/productivistes/colonialistes) et nous devrons accepter de vivre des ressources LOCALES et de NOTRE travail, pas de celui des africains ou asiatiques…

    De ce point de vue, EELV, Die Grünen, Podemos, Syriza, le FDG (etc.) ne représentent aucune alternative à ce fonctionnement, un peu comme un enfant qui irait travailler et vivrait dans l’opulence des richesses héritées de ses parents milliardaires, tout en disant qu’il a changé de paradigme… Et en plus en restant membre d’une organisation de milliardaires (…)


    • Alfred Le 31 août 2015 à 21h53
      Afficher/Masquer

      Merci Xavier. C’est exactement ça.
      Beaucoup ” d’antisystemes” oublient qu’ils font partie des bourgeois de ce monde aussi précaire soir leur situation personnelle. Et beaucoup de de ceux qui en appellent à la révolution ne mesurent pas à quel point elle amènerait une réduction drastique de leur niveau de vie si elle advenait.
      C’est pourquoi comme vous le dites nous n’avons pas fini d’être confrontés à des fausses pistes.


      • José Le 01 septembre 2015 à 14h32
        Afficher/Masquer

        Bonjour Alfred,
        les “révolutions” sont souvent nées chez les fils de la bourgeoisie, et même si on veut bien leur prêter à l’origine de bons sentiments, ils sont les mieux équipés pour finalement en détourner les fruits. Finalement on en reste presque toujours au modèle 1789 (ou mai 68, kif-kif). Une exception notable fut la révolution sociale de 1936 en Espagne, où les collectivités, de sensibilité anarchiste, sont vraiment nées de la base; mais on a bien vu à quel point elle a heurté la droite comme la gauche.


        • Alfred Le 01 septembre 2015 à 23h34
          Afficher/Masquer

          Tout a fait. Vous ne trouverez pas un post de ma part ou je dis le contraire.
          Ce qui est nouveau et que Xavier soulève avec justesse c’est que cette révolution serait a priori nationale et amènerai davantage de justice sociale au niveau national. Mais notre niveau de vie se fait aux dépends des mineurs de coltan congolais pour faire bref. Et pour aller jusqu’au bout des choses et aller dans le sens d’une justice plus vaste il n’y a pas d’autre issue qu’une baisse de notre niveau de vie. Très peu l’admettent et encore moins sont près à concrètement l’accepter.
          Enfin c’est pas si nouveau. en 36 en espagne “on” n’a pas envisagé la décolonisation au Sahara occidental que je sache (ils n’en ont pas vraiment eu le temps vous me direz et franco débarquait bien de l’Afrique espagnole).


  15. Charlie BECKMAN Le 31 août 2015 à 13h04
    Afficher/Masquer

    Si l’on tient compte de cette donnée, à savoir que les états-unis ne sont pas une démocratie mais l’instrument d’une oligarchie ou ploutocratie internationale; l’équation est simple : On me donne la possibilité d’échanger la valeur réelle ( énergie, dont humaine et matière, y compris humaine) du monde entier contre ma production ex-nihilo de valeur fictive à titre privé et non pour la construction et intérêt général, je deviens par conséquent propriétaire de l’humanité et maître du monde.


  16. Charlie Bermude Le 31 août 2015 à 14h34
    Afficher/Masquer

    Excellente métaphore que le Trou Noir qui mérite d’étre prise à la lettre .
    Un aspect méconnu du Trou Noir c’est que ce n’est pas un anéantissement absolu . Il en ressort quelque chose , mais autre ….
    Ainsi pour les USA , il ressort , internet , bitcoin , le mouvement du Montana ( écologie les Verts et autonomie , mais en vrai , en pratique , pas en bla bla politique ) , l’open source , le retour de la monnaie-or ,etc …
    Toutes choses qui excitent une forte police en Chine et en Russie . En un mot depuis Diderot /Catherine II et autres , Marx et Lénine en passant , il existe un écho séduisant entre l’opposition ici et le pouvoir là bas . Un point de rencontre sauf que çà va pas dans le méme sens , eux veulent faire partie du Club , nous nous voulons en sortir .


  17. Vladimir K Le 31 août 2015 à 15h22
    Afficher/Masquer

    Je pense qu’il serait pertinent de préciser la sources du texte dès le haut de la page, parce que lorsqu’on lit l’introduction Il y a quelque temps, j’ai eu le plaisir d’entendre Sergey Glazyev (…) on a l’impression que c’est vous qui parlez Olivier, avant d’atteindre la fin du texte, et c’est assez étrange.


  18. Louis Robert Le 31 août 2015 à 15h58
    Afficher/Masquer

    Nous n’insistons pas assez, je crois, sur le fait que le propos mène directement à un Empire qui, bientôt (si ce n’est déjà fait… — à mon avis ce l’est), n’aura plus du tout les moyens de sa politique de domination globale et sur tous les plans (“full spectrum dominance”).


  19. samuel Le 31 août 2015 à 16h38
    Afficher/Masquer

    ” Eh bien, si vous aimez ces choses, alors vous devez aussi aimer le trou noir financier, car c’est lui qui rend toutes ces choses possibles malgré la faillite de votre pays. ”

    Un trou noir ne rend pas toujours les choses possibles, surtout lorsque les premières puissances financières ne veulent plus en reconnaître la première responsabilité économique.

    ” Et ce qui sous-tend l’ensemble est un trou noir financier gigantesque en constante expansion.”

    Nul homme sensé dans les médias, n’envisage la possibilité que le monde puisse de nouveau connaître la grande dépression, si il s’avère que c’est un trou noir en constante expansion.

    ” C’est un faux trou noir, composé de la cupidité combinée de tout le monde.”

    Tout le monde n’est pas complice de la vérocité du monde de la finance, tout le monde ne siège pas au Sénat Américain, tout le monde ne touche pas des pots de vin. Tous les élus ne sont pas corruptibles, tous les décideurs n’approuvent pas l’austérité qui plombe la croissance.

    “Mais le trou noir peut aspirer des pays entiers. Actuellement, il est occupé à essayer de sucer
    la Grèce, mais c’est un moment difficile, parce que la Grèce est, malgré tout, une démocratie”

    Même les premières démocraties n’échappent pas à la force d’attraction d’un trou noir. Nous pourrions alors nous demander quels en sont les premiers responsables depuis l’assassinat de JFK puis de son frère, peut-être bien à partir de ce moment que l’Amérique a perdu sa justice.


  20. philbrasov Le 31 août 2015 à 18h32
    Afficher/Masquer

    deux choses intéressent les milliardaires individuels de ce monde et qui savent ce que sont les trous noirs de cet article.
    1 : spéculer sur les devises….pour le court terme a la condition d’être “au parfum”.
    2 : acheter des centaines de milliers d’HA notamment en Russie pour le long terme.

    Ils ne touchent plus depuis longtemps a la bourse… et aux obligations SAUF sur le TRÈS court terme.


  21. Charlie Bermude Le 31 août 2015 à 19h30
    Afficher/Masquer

    Le trou noir a une réalité , je vais le montrer . Ici , maintenant , tout de suite .
    Le Trou Noir ne pourrait étre que la disparition de l’humanité .La derniére tentative remonte aux Mongols , leur fin de régne s’est accompagnée d’une regression de la démographie d’un tiers , d’un bout à l’autre du monde , avec une ambiance certaine : peste , choléra , guerres civiles , famines , ce que nous avons perçus avec nos petites lunettes comme guerre de cent ans . Ce qui y a mis fin c’est l’extermination des mémes Mongols par Tamerlan qui a fait de superbes monuments avec leurs cranes , tout autour de l’asie centrale . Au travers de ce qui se passe dans le monde , comme çà , méme avec une lecture savante , il est difficile d’en juger , on a toutes sortes d’interprétations des phénoménes contemporains , toutes sujettes à caution .
    Il y a quelque chose cependant qui permet de l’objectiver . Je vais le reveler là , c’est un scoop , vous ne trouverez çà nulle part mais vous pouvez le vérifier .

    Deux statistiques en Histoire sont remarquablement fiables et deux seulement : la production d’or et d’argent et la démographie . Beaucoup d’économistes et d’historiens se sont efforcés de percer les secrets des mouvement de l’or , mais au travers des prix , en vain , beaucoup de résultats , mais pas de vérité définitives .
    Alors voilà ce qui éclaire et que chacun peut vérifier . Si vous établissez les courbes non pas des prix ( erratiques malgré les cycles de Kondratiev déjà trés informants ) MAIS des quantités produites d’or et d’argent et que vous les additionnez , vous obtenez une courbe d’une régularité stupéfiante , qui ne peut pas ne pas vous interpeller . Elle coincide à celle de la démographie depuis 5000 ans ! et suit en oscillant faiblement , en coordonnées semi-logarythmiques , ( de base 10) , une droite de pente 2 ( y=2 x le temps = 1) . Ce qui est aussi exactement ce qu’il faut mathématiquement pour juger de la stabilité d’un systéme .

    En outre elle coupe , par ces faibles oscillations cette droite , à des dates , extrémement significatives historiquement , faillite de Phillipe II , guerre de sécession , création de la FED , etc . Qui plus est les périodes en dessous ou au dessus de cette droite sont aussi trés caractérisables .

    Hors , présentement , il existe une inflexion de la production des métaux précieux , comme de la démographie , depuis le milieu des années 60 et nous approchons le moment où cette courbe va couper la droite . Deux choses l’une , où elle passe en dessous , on répete ce qui c’est passé aprés la chute des Mongols , c’est le trou noir , ou on suit rigoureusement le droite , comme ce fut le cas la derniére fois au ‘XVII siécle’ , siécle de paix et de prospérité, splendeur de la Hollande , naissance de la démocratie ( XvII siécle aprés la fin de la guerre de Trente ans et début du XVIII et des lumiéres ) . Faites le graphique c’est extrémement clair , on ne le fera pas pour vous .


    • Homère d'Allore Le 31 août 2015 à 22h47
      Afficher/Masquer

      Charlie Bermude, avez-vous des sources chiffrées sur la corrélation entre la démographie et la production d’or et d’argent-metal ?

      Quand vous dites “Or, présentement, il existe une inflexion de la production de métaux précieux comme de la démographie depuis le milieu des années 60”, à quoi faites vous allusion ?

      Et le dix septième siècle n’était pas si pacifique que ça.
      Guerre de Trente ans… Guerres de Louis XIV…

      Enfin, Tamerlan était lui-même turco-mongol et réservait ses pyramides de crânes aux indiens du Nord qui avaient des velléités de résistance et aux arabes de Bagdad. Même si quelques autres tribus mongoles furent soumises par le Boiteux, elles ne furent pas massacrées.


      • Charlie Bermude Le 01 septembre 2015 à 08h47
        Afficher/Masquer

        Les sources chiffrées , je ne sais plus d’où je les ai obtenues . Je suis trés loin de chez moi les documents , ne me sont plus accessibles . La corrélation , c’est moi , si on fait le graphe , aucun doute , pas besoin de calculer . Déjà à l’intuition les historiens savanr que les siécles de surdéveloppement démographiques sont aussi ceux de l’inflation : XVI , XVIII , XX .
        Simple constat cette inlation est corrélative d’une surproduction des métaux , évident avec le bullionnisme espagnol , ( mis en évidence par Hamilton , une source ) . Raison simple , l’abondance des métaux entraine leur sous valorisation , donc la survalorisation du papier d’Etat . Favorise la dette , qui plus est la dette d’Etat , la dette privée est à terme sanctionnée par le marché , la dette d’etat à beaucoup plus long terme ce qui autorise des surambitions , au dépend de la population .


        • Charlie Bermude Le 01 septembre 2015 à 08h54
          Afficher/Masquer

          Les siécles dont je parle c’est pour donner un ordre de grandeur et situer chronologiquement . Le xvii e par ex commence aprés la guerre de 30 ans , qui est la véritable chute des Habsbourgs , leur confinement dans le parc austro-hongrois .


  22. Charlie Bermude Le 31 août 2015 à 19h33
    Afficher/Masquer

    J’ai omis de préciser dans quelle proportion additionner , or et argent , a raison de 1 pour 15 . Ratio à la fois historique ‘ (en prix) et physique , densité sur la croute terrestre . Ratio adopté par Newton , avec de bonnes raisons , quand il était aux finances .


  23. LAD Le 31 août 2015 à 20h21
    Afficher/Masquer

    Excellent texte !! Il résume bien l’état d’esprit qui règne dans les pseudo hautes sphères.
    L’image de trou noir colle bien au système économique : capitalisme prédateur ou financiarisme qui s’autodétruit.
    Et j’aime bien cette petite d’humour un peu acide.
    🙂


  24. Savoyard Le 31 août 2015 à 21h46
    Afficher/Masquer

    Mesdames, Messieurs,

    C’est assez dangereux de se voiler la face ; pratiquer la politique du “tout va pour le mieux en Russie”, “la situation est bien pire ici en Occident”, c’est de la puérile, pathétique, négligence.

    La vérité est la suivante :
    La Russie est effectivement, actuellement, le seul pays, “à peu près” développé et puissant – au sens où elle constitue un véritable obstacle -, qui n’est pas aligné avec les États-Unis. La Chine et L’inde étant encore sous développées et n’entretenant pas de relations particulièrement hostiles avec les États-Unis. Ce qui qui fait de ce pays, nécessairement, l’homme à abattre.


  25. theuric Le 01 septembre 2015 à 00h55
    Afficher/Masquer

    Je connaissais déjà ce texte pour suivre Monsieur Orlov régulièrement lorsque ses publications sont traduite.
    C’est, à ma connaissance, le seul auteur avec Monsieur Grou, dans un style et avec une analyse tout à fait différente, qui exposent ainsi un effondrement économique généralisé.
    J’avoue m’inspirer d’eux deux pour celles que je produis.
    L’approche, ici, de Monsieur Orlov est passionnante, alliant finesse et humour, surtout, pouvant être compris par tous.
    J’avais, il y a longtemps, eu l’image d’un immense brasier devant être continuellement entretenu et qui en viendrait à tout bruler, mais l’idée du trou noir est plus juste, surtout de montrer combien ceux qui guident le monde ne sont que des marionnettes de leurs propres griseries de leur ego malade.
    Mais je me demande si ce trou noir ne serait pas en train d’avaler tout cru l’industrie mondiale.
    Ce trou noir ne vivant que de la confiance dans l’apparence de richesse que représentent maintenant les monnaies, confiance vaguement revenue avec les diverses actions menées dans les Amériques à cause du début de crash occidental suivant celui de la Chine, jusqu’à quand celle-ci perdurera?
    Parce qu’il est vrai que les apparences sont trompeuses, mais jusqu’au moment où la réalité des faits se découvre aux yeux des hommes effarés.
    Ah, ce principe de réalité si cher à Freud, si il avait su combien il avait raison.


  26. Learch Le 01 septembre 2015 à 10h30
    Afficher/Masquer

    Ce qui m’ennuie un peu avec ce texte, qui part ailleurs fait l’effort d’une divulgation accessible, c’est que l’idée de trou noir donne l’image d’un événement issu de notre société de consommation, sans aucun responsable… Le trou noir comme une espèce de résultante normale et logique d’un monde capitaliste… Or, il y a bien des personnes qui dirigent, il faut bien nommer les décisionnaires, il faut différencier les marionnettes qui ne voient pas leurs fils et les marionnettes qui aiment leur marionnettistes et ne voudraient changer de place pour rien au monde…

    Ne dédouanons pas les responsables. Par exemple ceux qui ont créé l’école de Chicago et ceux qui ont appliqué ces “règles” sont responsables de leurs actes. Les membres de l’Eurogroupe de juillet 2015 sont responsables devant l’histoire de ce qui arrive à la Grèce actuellement. Qu’ils soient attirés par la beauté du trou noir est un autre problème…


  27. ARDUS Le 01 septembre 2015 à 11h41
    Afficher/Masquer

    Très belle métaphore que celle du trou noir mais pourtant elle a une limite. Dans la nature, le trou noir ne profite à rien [d’après ce qu’on croit en savoir encore que ça contredise le principe selon lequel rien ne disparaît et tout se transforme] ni a personne [ça on est sûr puisque personne n’habite le voisinage des trous noirs ou alors il profite à tout les terriens en tant que facteur d’on ne sait quel équilibre cosmologique] même à une échelle de temps relativement courte. Il en va différemment du trou noir dont parle l’analogie d’Orlov qui pour sa part fonctionne en milieu habité et crée des gagnants et des perdants, trie d’une certaine façon entre ses victimes auxquelles il réserve un sort et desquelles il attend une contribution différenciés. Mais ce n’est pas vraiment gênant car si on taille large, elles restent de toutes façons ses victimes et là Orlov a raison.


    • theuric Le 01 septembre 2015 à 14h08
      Afficher/Masquer

      Allez voir ce qu’en dit Jean-Pierre Petit lors d’une interview sur Spoutnik, astrophysicien à la retraite, il a résolu ce paradoxe de façon élégante.
      Seul problème, l’obscurantisme du temps, cet état d’esprit réfractaire à la raison et au progrès, fait qu’il lui est compliqué de s’exprimer.


Charte de modérations des commentaires