EXCELLENT papier de Frédéric Lordon, que je vous conseille très vivement. Je partage pleinement sa vision du besoin d’un euro ramené au statut de monnaie commune et non plus unique.

« En fait, nous sommes déjà sortis de la zone euro », a admis M Nicos Anastasiades, président de Chypre, un pays où les billets n’ont plus la même valeur qu’en Grèce ou en Allemagne. L’explosion de la monnaie unique aurait-elle commencé ? Contre le scénario du chaos, l’idée d’une sortie de l’euro concertée et organisée fait son chemin.

Beaucoup, notamment à gauche, continuent de croire qu’on va changer l’euro. Qu’on va passer de l’euro austéritaire présent à un euro enfin rénové, progressiste et social. Cela n’arrivera pas. Il suffirait d’évoquer l’absence de tout levier politique en l’état d’incrustation institutionnelle de l’actuelle union monétaire européenne pour s’en faire une première idée. Mais cette impossibilité tient surtout à un argument beaucoup plus fort, qui s’exprime à la manière d’un syllogisme.

Majeure : l’euro actuel procède d’une construction qui a eu pour effet, et même pour intention, de donner toute satisfaction aux marchés de capitaux et d’organiser leur emprise sur les politiques économiques européennes [1]. Mineure : tout projet de transformation significative de l’euro est ipso facto un projet de démantèlement du pouvoir des marchés financiers et d’expulsion des investisseurs internationaux du champ de la construction des politiques publiques. Ergo, conclusions :

  1. Jamais les marchés ne laisseront s’élaborer tranquillement, sous leurs yeux, un projet qui a pour évidente finalité de leur retirer leur pouvoir disciplinaire ;
  2. Sitôt qu’un tel projet commencerait d’acquérir un tant soit peu de consistance politique et de chances d’être mis en œuvre, il se heurterait à un déchaînement de spéculation et à une crise de marché aiguë qui réduiraient à rien le temps d’institutionnalisation d’une construction monétaire alternative, et dont la seule issue, à chaud, serait le retour aux monnaies nationales.

La gauche-qui-continue-d’y-croire n’a donc le choix qu’entre l’impuissance indéfinie… ou bien l’advenue de cela même qu’elle prétend vouloir éviter (le retour aux monnaies nationales), sitôt que son projet de transformation de l’euro commencerait à être pris au sérieux !

Encore faut-il s’entendre sur ce que veut dire ici « la gauche » : certainement pas le Parti socialiste (PS), qui n’entretient plus avec l’idée de gauche que des rapports d’inertie nominale, ni la masse indifférenciée de l’européisme, qui, silencieuse ou béate pendant deux décennies, vient de découvrir les tares de son objet chéri et réalise, effarée, qu’il pourrait bien partir en morceaux.

Mais l’on ne rattrape pas en un instant une aussi longue période de sommeil intellectuel bienheureux. Aussi le concours aux planches de salut s’est-il ouvert avec la douceur d’un réveil en pleine nuit, dans un mélange de légère panique et de totale impréparation.

En vérité, les pauvres idées auxquelles l’européisme raccroche ses derniers espoirs ne sont plus que des mots creux : euro-obligations (ou eurobonds) (lire ci-dessous), « gouvernement économique » ou, encore mieux, « saut démocratique » — façon François Hollande-Angela Merkel, on voit d’ici l’hymne à la joie —, solutions de carton pour une pensée Potemkine qui, n’ayant jamais rien voulu interroger, risque de ne jamais rien comprendre. Peut-être, d’ailleurs, s’agit-il moins de comprendre que d’admettre. Admettre enfin la singularité de la construction européenne comme gigantesque opération de soustraction politique.

Eurobonds

Les euro-obligations (eurobonds) consistent en une mutualisation des dettes publiques de la zone euro. Par exemple, les dettes souveraines, à hauteur de 60 % du produit intérieur brut (PIE) des Etats membres, seraient considérées comme de la dette européenne indifférenciée, dont tous les Etats membres seraient solidairement responsables. Si un pays venait à faire défaut, ce sont les autres qui se porteraient garants. Dans d’autres propositions, ce sont les dettes souveraines au-dessus de 60 % qui seraient mutualisées. C’est bien sûr au-dessus de 60 % que l’effet de garantie est le plus utile… mais c’est là aussi qu’il risque le plus d’être sollicité. F. L.

Mais que s’agissait-il de soustraire, au juste ? Ni plus ni moins que la souveraineté populaire. La gauche de droite, comme par hasard européiste forcenée, se reconnaît entre autres à ceci qu’elle a les oreilles qui saignent quand elle entend le mot de souveraineté, immédiatement disqualifié en « isme » : souverainisme. La chose étrange est qu’il ne vient pas un instant à l’esprit de cette « gauche »-là que « souveraineté », d’abord comprise comme souveraineté du peuple, n’est que l’autre nom de la démocratie même. Serait-ce que, disant « démocratie », ces gens-là auraient tout autre chose en tête ?

Par une sorte d’aveu involontaire, en tout cas, le refus de la souveraineté est bel et bien le déni de la démocratie en Europe. « Repli national » est alors le mot-épouvantail destiné à faire oublier cette légère absence. On fait grand bruit d’un Front national à 25 %, mais sans jamais vouloir se demander si ce niveau — en effet alarmant ! — n’aurait pas quelque chose à voir, et même d’assez près, avec la destruction de la souveraineté, non comme exaltation mystique de la nation, mais comme capacité des peuples à maîtriser leur destin.

Que reste-t-il en effet de cette capacité dans une construction qui a fait le choix délibéré de neutraliser par voie constitutionnelle les politiques économiques — budgétaires et monétaire — en les soumettant à des règles de conduite automatique inscrites dans des traités ? Les défenseurs du « oui » au traité constitutionnel européen (TCE) de 2005 avaient feint de ne pas voir que l’argument central du « non » résidait dans la partie III, certes acquise depuis Maastricht (1992), Amsterdam (1997) et Nice (2001), mais répétant au travers de toutes ces confirmations le scandale intrinsèque de la soustraction des politiques publiques au critère central de la démocratie : l’exigence de remise en jeu et de réversibilité permanentes.

Car il n’y a plus rien à remettre en jeu, ni même à discuter, lorsqu’on a fait le choix de tout écrire une fois pour toutes dans des traités inamovibles. Politique monétaire, maniement de l’instrument budgétaire, niveau d’endettement public, formes du financement des déficits : tous ces leviers fondamentaux ont été figés dans le marbre. Comment pourrait-on discuter du niveau d’inflation désiré quand celui-ci a été remis à une banque centrale indépendante et coupée de tout ? Comment pourrait-on délibérer d’une politique budgétaire quand son solde structurel est prédéterminé (« règle d’or ») et son solde courant plafonné ? Comment décider d’une répudiation de dette lorsque les Etats ne peuvent plus se financer que sur les marchés de capitaux ?

Faute d’apporter la moindre réponse à ces questions, ou plutôt par l’approbation implicite qu’elles donnent à cet état de choses constitutionnel, les indigentes trouvailles du concours Lépine européiste sont vouées à systématiquement passer à côté du problème central.

On se demande ainsi quel sens pourrait avoir l’idée de « gouvernement économique » de la zone euro, cette baudruche agitée depuis vingt ans par le PS, quand, précisément, il n’y a plus rien à gouverner, toute la matière gouvernable ayant été dérobée à une délibération gouvernante pour être enfermée dans les traités.

Sous des dehors de grand bond en avant par la sophistication financière, renouant d’ailleurs en cela avec la stratégie européenne de l’engrenage « technique », les euro-obligations, pour leur part, n’ont aucune des propriétés qu’imaginent leurs concepteurs. L’Allemagne, qui jouit des taux d’intérêt les plus bas lorsqu’elle emprunte sur les marchés, voit très bien ce qu’il lui en coûterait de faire signature commune avec les pouilleux du Sud. En accepterait-elle le prix, au nom de l’idéal européen-à-faire-progresser, qu’elle ne manquerait pas de demander, en contrepartie de son engagement à la mutualisation financière, un surplus draconien de surveillance et d’ingérence dans les politiques économiques nationales — exactement de la même manière qu’elle a contraint, ces politiques, à travers les traités et les pactes, au moment d’entrer dans la mutualisation monétaire.

La passion des œillères

C’est dire que, loin d’alléger si peu que ce soit les tares politiques de la construction présente, les euro-obligations leur feraient connaître au contraire un degré d’aggravation inédit. Qui peut imaginer un seul instant que l’Allemagne consentirait à entrer dans le mécanisme de solidarité financière d’une dette mutualisée, c’est-à-dire à être mécaniquement contrainte de payer en cas de défaut d’une des composantes, sans exiger, par le truchement d’une Commission renforcée, un droit de regard drastique et permanent, additionné d’une procédure de mise sous tutelle au moindre écart de l’un des « partenaires » ? Le durcissement des contraintes de pilotage automatique et des formes de « trollcation » généralisée — mise sous tutelle des Etats par la Commission, la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international — sont le seul résultat escomptable des euro-obligations. Soit l’exact approfondissement de la crise politique où l’Europe est déjà en train de sombrer…

Dans cette affaire, c’est l’Allemagne qui est au principe de la dépossession généralisée de souveraineté, seule solution admissible à ses yeux quand il s’agit de partager un destin économique et surtout monétaire avec d’autres, dont elle juge qu’ils ne peuvent exercer leur souveraineté que pour le pire. Alors, neutralisation générale ! Ne reste vivace que… la souveraineté allemande, qui s’est transportée telle quelle dans les institutions économiques et monétaires européennes.

Les cris d’épouvante qui accueillent toute mise en cause de l’Allemagne se succèdent alors avec une telle stéréotypie qu’ils finissent par en dire plus long sur ceux qui les émettent que sur l’objet dont il est question. Comme dans les formes inverties de racisme qui croient se dénier elles-mêmes en professant des amitiés trop bruyantes pour être honnêtes, il se pourrait que les plus travaillés par la question allemande soient ceux qui clament spontanément leur germanomanie comme refus de toute analyse.

A égale distance des pôles opposés de la philie et de la phobie, où l’on est bien certain qu’aucune intelligence ne peut prospérer, il y a place pour l’analyse objective des complexions structurelles, des héritages historiques, et des rapports de compatibilité ou d’incompatibilité qui en résultent quand il s’agit de faire vivre ensemble des pays différents à un degré un peu poussé d’intégration. En l’occurrence, il faut vraiment avoir la passion des œillères pour ne pas voir que l’Allemagne s’est fabriqué une croyance autour de la monnaie, qui l’érige en enjeu si élevé que la moindre concession en cette matière lui est simplement impossible. Si elle a accepté d’entrer dans l’euro, ce n’était qu’à la condition sine qua non de pouvoir dicter à la monnaie européenne son architecture institutionnelle, décalquée sur la sienne propre.

Que l’Allemagne se soit perdue dans l’idée (fausse) que son hyperinflation de 1923 a été l’antichambre du nazisme, quand la déflation de 1931 l’a été bien plus probablement, la chose n’a aucune importance : elle y croit, et elle agit conformément à cette croyance. Nul ne peut lui reprocher d’avoir l’histoire qu’elle a, ni d’adhérer aux récits qu’elle s’en est donnés. Nul ne peut lui reprocher d’en avoir conçu une vision singulière de ce que doit être un ordre monétaire, et de refuser d’entrer dans un ordre qui en différerait. Mais l’on peut assurément reprocher à Berlin d’imposer ses idées fixes à tous ! Et s’il est parfaitement légitime de laisser l’Allemagne poursuivre ses obsessions monétaires, il est tout aussi légitime de ne pas désirer les poursuivre avec elle. Particulièrement quand ces principes monétaires ne conviennent pas aux structures économiques et sociales des autres pays, et, en l’occurrence, en conduisent quelques-uns au désastre.

Car certains Etats membres ont besoin de dévaluation ; certains, de laisser se creuser les déficits ; certains, de répudier une partie de leur dette ; d’autres, d’inflation. Et tous ont surtout besoin que ces choses-là redeviennent des objets possibles de délibération démocratique ! Mais les principes allemands, inscrits dans les traités, l’interdisent…

Qu’il n’y ait pas lieu de placer ses espoirs dans le « saut démocratique » proposé par M. Hollande et Mme Merkel est sans doute un euphémisme. La réactivation d’un projet fédéraliste demeure de toute façon un horizon des plus flous tant qu’on n’a pas dit en quoi il consisterait, et qu’on ne s’est pas donné la peine d’en examiner les conditions de possibilité. Il faudrait d’abord demander aux partisans de l’avancée fédéraliste de nous figurer le miracle qui conduirait l’Allemagne à accepter que réintègrent le cercle de la délibération démocratique toutes ces questions qu’elle s’est méthodiquement efforcée d’en exclure ; puis leur demander s’ils estiment qu’un fédéralisme toujours constitutionnellement interdit de débattre de ces questions demeurerait à leurs yeux un « saut démocratique » [2].

Pour le plaisir de l’expérience de pensée, accordons-leur cependant l’hypothèse d’une démocratie européenne fédérale tout armée, avec un pouvoir législatif européen digne de ce nom, évidemment bicaméral, doté de la plénitude de ses prérogatives, élu au suffrage universel, comme l’exécutif européen (dont on ne sait d’ailleurs la forme qu’il pourrait prendre). La question qu’on poserait à tous ceux qui rêvent ainsi de « changer d’Europe pour surmonter la crise  [3] » serait alors la suivante : imaginent-ils l’Allemagne se plier à la loi de la majorité européenne si d’aventure le Parlement souverain venait à décider la reprise en main de la BCE, la possibilité du financement monétaire des Etats ou bien le déplafonnement des déficits budgétaires ? Pour la généralité de l’argument, on ajoutera que la réponse – évidemment négative – serait la même, en l’occurrence on l’espère !, si cette même loi de la majorité européenne venait imposer à la France la privatisation intégrale de la Sécurité sociale. Au fait, que n’aurait-on entendu si la France avait imposé à l’Europe sa forme à elle de Sécu, comme l’Allemagne a imposé son ordre monétaire, et si, comme cette dernière, elle en avait fait un point d’ultimatum ?…

Il faudra donc que les ingénieurs du fédéralisme finissent par apercevoir que les institutions formelles de la démocratie n’en épuisent nullement le concept, et qu’il n’est pas de démocratie vivante, ni possible, sans un arrière-plan de sentiments collectifs seul à même de faire consentir les minoritaires à la loi de la majorité ; car, à la fin des fins, la démocratie, c’est ça : la délibération plus la loi de la majorité. Mais c’est bien là le genre de choses que les hauts fonctionnaires ¬ou les économistes – dépourvus de toute culture politique, et qui forment pourtant l’essentiel des personnels politiques nationaux et européens, sont incapables de voir. Cette insuffisance intellectuelle nous vaut régulièrement de ces monstres institutionnels ignorants du principe de souveraineté, le « saut démocratique » s’annonçant déjà totalement inconscient des conditions de possibilité passionnelles de la démocratie, et de la difficulté d’y satisfaire dans un cadre plurinational.

Une fois rappelé que le retour aux monnaies nationales, lui, les remplit toutes, et demeure techniquement praticable pour peu qu’il s’accompagne de toutes les mesures latérales ad hoc (notamment de contrôle des capitaux [4]), on peut ne pas complètement abandonner l’idée de faire quelque chose en Europe. Pas une monnaie unique, puisque celle-ci suppose une construction politique authentique, pour l’heure hors de portée. Une monnaie commune, en revanche, cela s’étudie ! D’autant plus que les bons arguments d’une forme d’européanisation demeurent, sous réserve bien sûr que les inconvénients ne l’emportent pas sur les avantages…

Or cette balance redevient enfin favorable si, en lieu et place d’une monnaie unique, on pense à une monnaie commune, c’est-à-dire à un euro doté de représentants nationaux : des euro-francs, des euro-pesetas, etc. Ces dénominations nationales de l’euro ne sont pas directement convertibles à l’extérieur (en dollars, en yuans, etc.), ni entre elles. Toutes les convertibilités, externes et internes, passent par une nouvelle BCE, qui fait office en quelque sorte de bureau de change (lire ci-dessous), mais est privée de tout pouvoir de politique monétaire. Celui-ci est rendu à des banques centrales nationales dont il appartiendra aux gouvernements de juger s’ils entendent en reprendre les rênes ou non.

« Convertibilité, mode d’emploi »

Une entreprise espagnole devant payer un contrat à une entreprise française devrait s’adresser à la Banque centrale européenne (BCE) – à son réseau d’agences, ou aux banques ordinaires qui agiraient pour son compte dans la fonction de change – pour y transformer ses euro-pesetas en euro-francs au taux de change fixe en vigueur. Une entreprise US devant régler un achat en France commencerait, elle, par acheter des euros contre des dollars sur les marchés de change externes et au taux (fluctuant) du moment, puis se présenterait à la BCE pour échanger ses euros contre des euro-francs (au taux fixe euros/euro-francs). Si l’euro-franc dévalue de 5 % contre l’euro, toutes choses égales par ailleurs, il dévalue ipso facto de 5 % contre tous les euro-x et contre le dollar. Il en coûterait à une entreprise française 5 % d’euro-francs de plus au change à la BCE pour obtenir des euros en vue de régler un même bien en euro-lires ou en dollars. F. L.

La convertibilité externe, réservée à l’euro, s’effectue classiquement sur les marchés de change internationaux, donc à taux fluctuants, mais via la BCE, qui est le seul intervenant pour le compte des agents (publics et privés) européens. En revanche, la convertibilité interne, celle des représentants nationaux de l’euro entre eux, s’effectue au seul guichet de la BCE, et à des parités fixes, politiquement décidées.

Récupération de la souveraineté monétaire

Nous voilà donc débarrassés des marchés de change intraeuropéens, qui étaient le foyer de crises monétaires récurrentes à l’époque du système monétaire européen [5], et protégés des marchés de change extra-européens par l’intermédiaire du nouvel euro. C’est cette double propriété qui fait la force de la monnaie commune.

Le fantasme de la convergence « automatique » des économies européennes maintenant dissipé, nous savons que certaines économies ont besoin de dévaluer – à plus forte raison dans la crise présente ! Or le dispositif de convertibilité interne de la monnaie commune a l’immense vertu de rendre à nouveau possibles ces dévaluations, mais dans le calme. L’expérience des aimées 1980 et 1990 a suffisamment montré l’impossibilité d’ajustements de change ordonnés sous le déchaînement de marchés financiers entièrement libéralisés. Le calme interne d’une zone monétaire européenne débarrassée du fléau de ses marchés de change rend alors les dévaluations à des processus entièrement politiques, où il revient à la négociation interétatique de s’accorder sur une nouvelle grille de parités.

Et pas seulement les dévaluations ! Car l’ensemble pourrait être configuré à la manière de l’International Clearing Union proposée par John Maynard Keynes en 1944, qui, outre la possibilité de dévaluer offerte aux pays à forts déséquilibres extérieurs, prévoyait également de forcer à la réévaluation les pays à forts excédents. Dans un tel système, qui contraindrait à des réévaluations graduées au travers d’une série de seuils d’excédents (par exemple à 4 % du produit intérieur brut, puis 6 %), l’Allemagne aurait dû depuis longtemps accepter une appréciation de son euro-mark, et par là soutenir la demande dans la zone euro, donc participer à la réduction de ses déséquilibres internes. Ainsi des règles d’ajustement de change viennent-elles suppléer dans la négociation le mauvais vouloir prévisible des pays excédentaires…

Le catéchisme néolibéral hurle « inefficacité » et « inflation » dès qu’il entend le mot « dévaluation ». Pour ce qui est de l’inefficacité, disons que l’esprit de conséquence n’est pas tout à fait son fort. Car la dévaluation, c’est ce qu’il ne cesse de préconiser lui-même ! A ceci près qu’il plaide pour la dévaluation interne, par les salaires – et le chômage, qui fait pression sur les salaires ! -, en lieu et place de la dévaluation externe, celle du taux de change. L’ajustement structurel plutôt que l’ajustement de parité des monnaies… S’ils venaient à sortir de l’euro pour refaire cavalier seul, les Allemands s’en apercevraient rapidement, qui verraient une décennie de restriction salariale annulée en deux journées de réévaluation du néodeutschemark

Quant à l’inflation, qui demanderait de préférer le premier ajustement au second, c’est un ectoplasme dans une période qui est bien plutôt menacée par la déflation (la baisse du niveau général des prix), au moins aussi dangereuse, et qui appellerait en fait une reflation contrôlée, ne serait-ce que pour alléger le poids réel de la dette.

Mais cet effet d’allégement réel ne serait-il pas dominé par le renchérissement de notre dette externe du fait de la dévaluation même ? Dévaluer de 10 % contre le dollar, c’est, mécaniquement, alourdir de 10 % notre dette libellée en dollars. A ceci près que, comme l’a montré Jacques Sapir [6], 85 % de la dette française a été émise sous contrat de droit français et serait relibellée en euro-francs, par conséquent sans aucun effet à la suite d’une dévaluation.

L’enjeu d’une monnaie commune, en tout cas, va bien au-delà de la simple restauration des possibilités de la dévaluation, dont on peut à la fois dire qu’elle est, spécialement dans la période actuelle, un degré de liberté vital, mais certainement pas la solution universelle. Sortir de l’euro présent est bien moins une affaire de macroéconomie – c’en est une, assurément ! – que de conformation à l’impératif catégorique de la démocratie qui s’appelle « souveraineté populaire ».

Si les conditions de possibilité passionnelles de cette souveraineté populaire à l’échelle supranationale sont encore lointaines, alors le réalisme commande d’en rabattre sur l’« ambition européenne » ; ce qui ne signifie pas l’abandonner en tout. Elle devrait par exemple être poursuivie aussi vigoureusement que possible dans toutes les matières autres qu’économiques — ceci dit contre les imputations de « repli national ». Quant à l’ambition proprement économique, il s’agit aussi de savoir avec qui on la poursuit. Certainement pas à vingt-huit ou à dix-sept, grands nombres qu’on croirait faits exprès pour garantir le pire ! Ce sont les rapports objectifs de compatibilité qui décident, supposant une homogénéité minimale des formes de vie — les mêmes idées, ou des idées proches, en matière de modèle social, de préoccupation environnementale, etc. —, et un préaccord sur les grands principes de politique économique. Ces cohérences-là ne sont probablement, pour commencer, à la portée que d’un petit nombre d’Etats. Et il n’est pas faux qu’elles puissent parfois s’apprécier sur la base d’indicateurs de convergence… mais pas ceux du traité de Maastricht.

S’il s’agit par exemple de constituer un grand marché comme entité sous-jacente à la monnaie commune, on ne saurait y faire entrer que des économies ayant des modèles socioproductifs semblables et, corrélativement, des structures de coûts voisines. Ne seraient par conséquent admis dans cette nouvelle Europe économique et monétaire que des pays dont le salaire moyen ou minimum n’est pas inférieur à 75 % — ou quelque autre seuil à déterminer — de la moyenne des salaires moyens ou minimums des autres Etats membres. Et cette totale refonte de la construction européenne serait l’occasion d’en finir à la fois avec le délire de l’orthodoxie monétaire, financière, de l’ajustement structurel généralisé, et avec les malfaisances de la concurrence « non distordue », celle-là même qui s’accommode si bien de toutes les distorsions structurelles, sociales et environnementales, et qui se propose en réalité de les faire jouer avec la violence maximale.

C’est ici qu’on en revient au syllogisme de départ : l’idée de passer de l’euro actuel à un euro refait et progressiste est un songe creux. Par construction, s’il est progressiste, les marchés financiers, qui ont tout pouvoir actuellement, ne le laisseront pas advenir. L’alternative est donc la suivante : ou bien l’enlisement définitif dans un euro libéral marginalement modifié par des trouvailles de seconde zone comme le « gouvernement économique » ou les euro-obligations, emplâtres qui ne modifient en rien la logique profonde de la « soustraction démocratique » ; ou bien le choc frontal avec la finance, qui l’emportera à coup sûr… et par là même perdra tout, puisque sa « victoire » détruira l’euro et créera précisément les conditions d’une reconstruction d’où les marchés, cette fois, seront exclus !

Il est bien certain cependant que ce retour forcé aux monnaies nationales, sonnant comme un échec, aura des effets politiquement dépressifs qui pèseront un moment sur tout projet de relance européenne. C’est pourquoi, toutes choses égales par ailleurs, la probabilité d’une telle relance à terme dépend crucialement de la manière dont on sort de l’euro. Mettre de l’énergie politique européenne en réserve pour traverser la période des monnaies nationales suppose donc de prendre le parti de « tomber sur la monnaie commune », c’est-à-dire de provoquer la déflagration des marchés en annonçant ce projet-là, en le posant fermement comme l’horizon d’une volonté politique d’un certain nombre de pays européens, plutôt que de ne donner à cet affrontement que le débouché sans suite des monnaies nationales. Si donc on n’échappe pas au retour aux monnaies nationales, la manière d’y revenir détermine la possibilité d’en repartir !

En tout cas, sauf la grande anesthésie définitive dans l’euro antisocial, on y reviendra. C’est là la sanction d’une construction incapable d’évoluer pour s’être privée elle-même de tout degré de liberté. Les constructions ultrarigides n’ont le choix que de résister tant qu’elles n’ont pas à faire face à des chocs externes trop puissants, ou bien de rompre ; mais pas celui de s’ajuster.

S’en prendre au cœur de la construction

L’européisme protestera que son Europe aimée ne cesse au contraire de faire des progrès. Fonds européen de stabilité financière (FESF), mécanisme européen de stabilité (MES), rachat de dette souveraine par la BCE [7], union bancaire : autant d’avancées sans doute un peu douloureusement acquises, mais bien réelles ! Malheureusement, et sans surprise, aucune ne s’en prend au cœur même de la construction, ce noyau dur dont émanent tous les effets dépressionnaires et antidémocratiques : exposition des politiques économiques aux marchés financiers, banque centrale indépendante, obsession anti-inflationniste, ajustement automatique des déficits, refus d’envisager leur financement monétaire. Aussi les « avancées » demeurent-elles périphériques, rustines destinées à accommoder comme elles peuvent les plus désastreuses conséquences que le « cœur », granitique et sanctuarisé, ne cesse de produire.

Ravaudant les effets sans jamais vouloir s’en prendre aux causes, l’Europe, donc, persévère. Incapable de la moindre révision de fond, et inconsciente du fait que la rupture est le seul destin qu’elle se donne.

Frédérique Lordon pour Le Monde diplomatique.

Le Monde diplomatique N° 713, août 2013

* Frédéric Lordon est économiste, directeur de recherche au CNRS. Il est notamment l’auteur de «  Jusqu’à quand ? Pour en finir avec les crises financières  », Raisons d’agir, octobre 2008 ; «  Conflits et pouvoirs dans les institutions du capitalisme  », Presses de Sciences Po, 2008 ; «  Et la vertu sauvera le monde  », Raisons d’agir, 2003 ; «  La politique du capital  », Odile Jacob, 2002.

Notes

[1] Lire François Denord et Antoine Schwartz, « Dès les années 1950, un parfum d’oligarchie », Le Monde diplomatique, juin 2009.

[2] Lire Serge Halimi, « Fédéralisme à marche forcée », Le Monde diplomatique, juillet 2012.

[3] Thomas Piketty, « Changer d’Europe pour surmonter la crise », Libération, Paris, 17 juin 2013.

[4] Par exemple en contingentant, voire en interdisant, certaines opérations financières.

[5] Le système monétaire européen (SME, 1979-1993) était un système de changes fixes, mais accompagnés d’une bande de fluctuation de plus ou moins 2,25 % autour des taux-pivots. C’est la difficulté de maintenir ces taux-pivots en présence de la liberté de mouvements de capitaux qui a conduit le SME à des crises à répétition.

[6] Jacques Sapir, « Quand la mauvaise foi remplace l’économie : le PCF et le mythe de ’l’autre euro », RussEurope, 16 juin 2013, russeurope.hypotheses.org

[7] Le FESF et le MES sont les deux fonds d’assistance aux pays endettés. L’Outright Monetary Transactions(OMT) est un programme de la BCE de rachat de titres souverains.

175 réponses à [Reprise] Contre une austérité à perpétuité : sortir de l’euro. Mais comment ?, par Frédéric Lordon

  1. Patrick Luder Le 03 octobre 2013 à 08h26
    Afficher/Masquer

    L’avènement de l’Euro € était perçu par le public, juste comme une facilité des échanges internationaux, Ne plus avoir à calculer un taux de change est bien pratique pour les vacances familiales à l’étranger, mais n’a aucune sorte d’influence pour l’économie, tous ceux qui font des échanges internationaux sont rompus à la conversion des taux de changes. Enfin personnellement pour les vacances à l’étranger, devoir composer avec une autre monnaie faisait aussi partie du dépaysement.

    Si l’Europe voulait devenir performante dans le commerce extérieure, elle se devait de promouvoir l’innovation, avertir des problèmes à venir, chercher un cadre durable et se donner les moyens pour tenir les objectifs, et favoriser l’emploi au sein des entreprises au lieu de les pousser à chercher l’automation à chaque fois que c’est possible. La robotisation de l’industrie est vraiment effrayante, jusqu’ici le travail était automatisé mais l’humain était encore présent pour la gestion l’entretien et la manutention, non seulement ces tâches sont de plus en plus également robotisées, mais également la surveillance et la mise en place de l’infrastructure …

    Le monde ne s’est pas seulement engagé dans des voies sans issues, il s’est engagé dans des corridors sans fonds, des trappes sociales avalant ce qui reste de l’humanité à une vitesse effroyable. La continuité dans ces voies est l’hégémonie totale, une auto-dictature mondiale ou l’humain n’aura plus droit à donner son avis, ses privations formatées (pour ne pas dire lobotomisées) de liberté seront l’excuse à un bien-être jamais atteint, à l’assurance d’une vie meilleure au bout d’un tunnel sans fin, à une guerre permanente appelée paix totale.

    Croyez-vous que j’exagère ? Prenez l’évolution de différents aspects isolés et essayez de tirer une projective pour : l’évolution du système financier / l’évolution de la politique / l’évolution des dettes étatiques / la perte d’autonomie de gestion des États / le socialisme et le communisme (ou tout ce qui fini en *isme) / la destruction de la nature et des ressources naturelles et fossiles / l’explosion de la richesse d’un côté et de l’extrême pauvreté de l’autre / la surveillance globale / les tâches de la police et de l’armée / le rôle des agences gouvernementales de l’ombre / l’évolution du terrorisme / l’évolution des religions …
    Alors où se dirigent toutes ces évolutions? Convergent elles vers un point commun?


    • Pipiou83 Le 03 octobre 2013 à 08h57
      Afficher/Masquer

      Bien d’accord avec vous Patrick.
      La guerre c’est la paix.
      La liberté c’est l’esclavage.
      L’ignorance c’est la force.

      On y est !

      Et la préparation dans notre dos du Grand Marché Transatlantique n’augure rien de bon !!

      Il est temps que la majorité se rende compte que nous sommes manipulés.

      Ci-dessous le lien vers une affiche du PS de 1992 (Maastricht)
      link to euroscepticisme.chez.com
      On y voit l’Europe écrasée par les USA et le Japon : message subliminal, grâce à l’Europe on sera plus fort.

      Qu’on m’explique alors pourquoi maintenant on doit s’allier avec les USA dans un grand marché transatlantique alors que leurs normes commerciales, juridiques, sociales etc… n’ont rien à voir avec les nôtres.

      On nous a déjà fait le coup de la soi-disant harmonisation par le haut pour les pays rejoignant l’UE, on en voit le résultat avec tous les jours sa cohorte de chômeurs supplémentaires en France, l’augmentation de l’âge de la retraite, l’introduction des OGM, etc….

      Je vois très bien ce que va donner l’harmonisation par le haut à la sauce américaine et je n’en veux pas : hégémonie américaine en matière politique, commerciale et militaire (OTAN)

      Un fascisme qui ne dit pas son nom !!


      • Jean35200 Le 03 octobre 2013 à 12h22
        Afficher/Masquer

        Merci pour cette vidéo !


    • dadone Le 03 octobre 2013 à 09h52
      Afficher/Masquer

      et favoriser l’emploi au sein des entreprises au lieu de les pousser à chercher l’automation à chaque fois que c’est possible

      En quoi cela est un problème ?
      Prenons un exemple concret, l’automatisation de la ligne 1 du métro parisien.
      En quoi c’est un problème? Je le vois plutôt comme un progrès qui évite à des personnes de faire un travail dans des souterrains pas forcément très épanouissant avec des horaires astreignants…


      • step Le 03 octobre 2013 à 11h18
        Afficher/Masquer

        si l’on ne garde que les métiers cools et fun on accuse aussi 60% de chomeurs. Si la rémunération est basée sur le travail, c’est l’implosion garantie.


        • dadone Le 03 octobre 2013 à 11h24
          Afficher/Masquer

          Si la rémunération est basée sur le travail

          C’est une autre problématique.
          C’est une question de REDISTRIBUTION de la base productive et cela peut se régler par exemple par un revenu universel d’existence qui sera indépendant d’une activité exercée.
          Il faut effectivement découpler, en partie, le niveau de vie du travail (je préfèrerais de “l’activité”) exercé.


          • step Le 04 octobre 2013 à 09h43
            Afficher/Masquer

            alors ça… bon courage. Il faudrait déjà faire sauter la notion de “valeur travail” dans notre société, alors qu’une bonne partie de cette activité chez nous sert avant tout à complexifier un existant.


        • botul henry levi Le 04 octobre 2013 à 23h03
          Afficher/Masquer

          Absurde !
          Pourquoi enchaîner des gens qui pourraient être a la pêche ou boire un petit pastis , alors qu’une machine fera leur boulot idiot bien mieux qu’eux ?
          On sent le méritocrate capitalisant , demandez aux rentiers si la rémunération est basée sur le travail ?
          Changeons de parametres : LE TRAVAIL EST UNE OCCUPATION IGNOBLE !
          Qui avilit l’homme , aidons le a lui échapper !


      • Patrick Luder Le 03 octobre 2013 à 11h40
        Afficher/Masquer

        @dadone

        Bon le métro n’est pas vraiment une industrie, mais OK, prenons cet exemple.
        C’est la sécurité qui est avancée comme excuse à l’automation, juste ?

        Eh bien en terme de sécurité, un métro déshumanisé devient une jungle urbaine
        ou gangs et autres criminels se retrouvent sans contraintes.
        Combien de personnes évitent de prendre le métro hors des heures de pointe ?

        NON, l’automation du métro n’est pas une question de sécurité mais juste une histoire de plus de fric dans les poches de quelques personnes et d’un système sans ses (connards) d’employés qui non seulement coûtent affreusement cher mais se mettent en grève à tout bout de champs et mettent les bâtons dans les rouages d’un mécanisme qu’ils ne comprennent pas.

        NON aux employés et OUI aux automates, les humains ne sont que des porte-monnaie à pattes …


        • dadone Le 03 octobre 2013 à 11h57
          Afficher/Masquer

          @Patrick
          Qui empêche d’augmenter les agents de sécurité ou de renseignements ?
          Justement il y a des conducteurs en recherche de travail….
          Tous ces problèmes se règlent, il suffit de REDEPLOYER.
          Aller contre l’automatisation c’est aller contre le progrès cela ne tient pas la route…
          Autant je suis contre le productivisme mais pas contre le progrès.

          ce même progrès technique qui pourrait libérer les hommes d’une grande partie du travail nécessaire à leur vie est le responsable de la catastrophe actuelle

          Albert Einstein
          La raison ?
          La base productive n’est pas redistribuée mais accaparée par le capital


          • Patrick Luder Le 03 octobre 2013 à 17h04
            Afficher/Masquer

            Si les propriétaires du métro investissent dans l’automation,
            ce n’est pas pour placer des salariés partout,
            mais pour se débarrasser d’une main-d’oeuvre indésirée !


      • Christophe Vieren Le 03 octobre 2013 à 11h45
        Afficher/Masquer

        L’automatisation et les gains de productivité sont pertinents si ils profitent à toute la société. Dans tout automatisation il ne faudrait pas prendre en compte que l’intérêt de l’entreprise concernée mais il faudrait prendre en compte le coût du reclassement des employés licenciés (reclassement, préretraites, indemnités chômage, formation, RSA et minimum vieillesse pour les “inemployables” qui le souhaitent, …). Enfin bref , répartir le gain de plus value acquis grâce au gains de productivité sur l’ensemble de la population.


        • dadone Le 03 octobre 2013 à 12h06
          Afficher/Masquer

          Enfin bref , répartir le gain de plus value acquis grâce au gains de productivité sur l’ensemble de la population.

          Cette évidence se heurte à l’intérêt du capital qui n’investira pas pour le faire…s’il n’y trouve pas son intérêt…
          C’est pour cela que le capitalisme cela ne peut pas fonctionner car il raisonne pour son sous système A LUI, pas pour le système global…


        • ril Le 03 octobre 2013 à 14h04
          Afficher/Masquer

          Il est évident qu’on arrêtera pas l’automatisation, la seule solution est le revenu garanti, les monnaies locales et les coopératives municipales. Une reconfiguration complète de la production de biens et de services.


          • Patrick Luder Le 03 octobre 2013 à 17h06
            Afficher/Masquer

            Rêver n’est pas néfaste, bien au contraire,
            mais il ne faut pas prendre ses rêves pour la réalité.


          • ril Le 03 octobre 2013 à 22h25
            Afficher/Masquer

            Oui, mais le problème est qu’on ne sait qui rêve le plus hors du réel.

            En gros, vous reprochez de rêver, mais qui nous dit que vous même ne rêvez pas ?

            Newton rêvait d’une pomme qui tombe, c’est devenu un théorème de la physique classique que personne ne réfute plus.


        • Vince Le 03 octobre 2013 à 16h23
          Afficher/Masquer

          sans l’invention de la force mécanique on serait 200 ans en arrière: pour que la population puisse manger il faudrait 70% de paysans travaillant 14h par jours par tout les temps, les transport couteux presque et inaccessible pour les pauvres pareil pour médecine,loisirs, vacances, et s’éclairer le soir était trop cher pour les pauvres, et bien sur pas de chauffage central.

          y en a qui vont dire que c’est bien, pour info 2 enfants sur 3 n’atteignaient pas l’age adulte.

          avec la mécanisation les travaux dangereux; physiquement épuisant et conduisant à une mort prématurée ont pu être réduits
          le temps de travail a pu être réduit
          les vacances et la sécurité sociale instaurés.

          plus on pourra automatiser et plus on pourra une société pouvant se soigner, avoir des loisirs, s’éduquer et avoir une vie confortable.

          dire qu’il ne faut pas automatiser c’est comme vouloir une société plus pauvre ou les gens travailleront plus et dans des conditions plus dur

          et ça ne conduit pas à plus d’emploi, juste plus de pauvreté


          • groumpf Le 05 octobre 2013 à 10h02
            Afficher/Masquer

            Le travail de la terre est le seul vraiment utile dans ce monde.
            Je suis informaticien mais je ne trouverai pas cela délirant de réorienter l’économie vers une autonomie alimentaire dans le respect de l’environnement. Ce qui veut dire beaucoup plus de travailleurs agricoles pour faire des tâches actuellement massacrées par les machines. Les machines ont juste servis aux gains de productivité engloutis par la finance. Si il y a beaucoup de travailleurs, ils n’auront pas besoin de travailler 14h par jour.
            Le métier agricole au moins on sait pourquoi on le fait. C’est le cas de combien de métiers ?


  2. Gribouille Le 03 octobre 2013 à 08h28
    Afficher/Masquer

    Pour compléter, il faut rappeler que la fondation Res publica vient de sortir “Les scenarii de dissolution de l’Euro” de Jacques Sapir et Philippe Murer, téléchargeable gratuitement. Au niveau des résultats, le retour aux monnaies nationales permettrait de retrouver le plein emploi et un rééquilibrage des comptes publics. Avec de telles conclusions, il y aurait de quoi faire sauter la république. Les politiques pourront-ils très longtemps interdire un vrai débat sur la sortie de l’Euro ?
    link to fondation-res-publica.org


    • Pipiou83 Le 03 octobre 2013 à 09h01
      Afficher/Masquer

      Oui très intéressante étude. Le blog de Jacques Sapir est très complet sur le sujet.
      Je pense que maintenant c’est à nous, citoyens, d’imposer ce débat !!


      • Patrick Luder Le 03 octobre 2013 à 17h08
        Afficher/Masquer

        Comment? Et par quels moyens? Avec qui et quand?
        Les individus en France, ont été dépossédés de tous pouvoirs,


        • Bernie Le 03 octobre 2013 à 18h04
          Afficher/Masquer

          Mouhahaha ! La France = la Corée du Nord ? Mais qui a intérêt à proférer de pareilles âneries ?


          • Patrick Luder Le 03 octobre 2013 à 18h59
            Afficher/Masquer

            Une élection n’est pas une votation populaire.
            Et les quelques élus imposés (oups, pardon proposés)
            ne sont pas des citoyens lambda.
            En temps que citoyen, le français est menotté et baillonné,
            nulle possibilité de proposer une initiative populaire,
            nulle possibilité de faire entendre sa voix,
            y a juste la grève inutile) qui est tolérée.

            A la différence de la Corée du Nord, le citoyen français peut se plaindre,
            mais sa plainte ne lui donne aucun droit d’agir réellement.

            Oui, la citoyenneté est une mascarade,
            tu peux faire du bénévolat si tu veux,
            mais suis (plus ou moins) les lois règlements et autres avenants
            sinon tire-toi de là …


    • Mister_Coffee Le 03 octobre 2013 à 10h24
      Afficher/Masquer

      J’aime beaucoup les analyses de Jacques Sapir. Néanmoins, pour avoir lus tous les articles et tous les livres que j’ai pu trouver de lui depuis trois quatre ans maintenant, je trouve que ces conclusions sont un peu rapide. On aimerai des explications plus précise que :” Si on fait ça, on obtient ça systématiquement.”. Dire que la sortie va nous offrir beaucoup de marge de manœuvre, c’est certain. Dire qu’on va retrouver une croissance élevée et le plein-emploi; c’est mentir comme Jacques Delors quand il disait que l’Euro, c’était 1% voir 1,5% de croissance. On fait pas avancer le schmilblick…


      • Lisztfr Le 03 octobre 2013 à 11h05
        Afficher/Masquer

        Tout-à-fait.

        La vérité n’a besoin d’aucun prosélytisme, c’est pourquoi les erreurs des uns et des autres n’ont aucune importance.

        Cependant, j’aimerais que chez les économistes, on applique une manière de penser un petit peu plus mathématique :

        Lorsqu’on a une fonction, par exemple le capitalisme C(x), on se demande quel est son domaine de définition, le domaine où ses paramètres lui permettent de fonctionner. 1/X n’est pas défini en zéro ex trivial.

        La question, est ce que C(x) peut fonctionner quelle que soit la productivité ? la réponse est non.

        Je pense que la sortie de l’euro n’aura *aucun* effet sur le chômage, pourquoi, parce que même en Pologne le chômage est élevé, et dans tous les autres pays qui n’ont pas l’euro. Et parce que la productivité oblige à un changement qualitatif du système.

        La sortie de l’euro accroîtra la compétitivité relative de certains pays, mais dans une perspective libérale toujours, donc de compétition et de destruction de l’autre.


      • Stéphane Grimier Le 03 octobre 2013 à 11h10
        Afficher/Masquer

        Mais pendant que le schmilblic n’avance pas, les positions européistes, elles, avancent. Elles n’attendent pas les dubitatifs qui n’ont pas demandé ni à l’époque (acte unique, maastricht, nice, amsterdam, lisbonne…) ni maintenant (mes, fesf, union bancaire, grece, chypre, etc….) autant de preuves de bienfondé aux ayatolats de l’UE pour nous enfoncer dans la chienlit du grand machin.

        La situation n’est pas neutre. Elle est malhonnête et déséquilibrée.
        Le temps manque et celui qui passe ne passe pas à notre avantage.


    • Patrick Luder Le 03 octobre 2013 à 11h47
      Afficher/Masquer

      “retrouver le plein emploi et un rééquilibrage des comptes publics …”

      => C’est du blabla sans fondement.

      Plein emploi et équilibrage des comptes publics demandent une approche complètement différente de notre mode de vie et rien n’en prend le chemin pour le moment, hormis quelques pionniers qui sont pris pour des illuminés …


  3. France41 Le 03 octobre 2013 à 08h29
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    L’analyse deMLordon est brillante ; comme d’habitude elle est contre l’Allemagne mais elle ne propose rien pour la France à part la dévaluation permanente.
    L’allemagne ne changera pas et je suis d’accord avec lui.Mais je crains aussi que la France ne change pas:je suis arrivé en Alsace et le mark valait un franc.Quand l’euro est arrivé, le mark valait trois francs.
    Je suis d’accord avec lui : l’euro ne durera pas car la France ne changera pas.C’est pourquoi je crains que nous aurons à la fois la dévaluation interne et la dévaluation externe
    Lors des grandespériodes d,inflation dansannées 1980 les salaires étaient indexés sur l’inflation.Est-ce que cela sera possible en cas de sortie de l’euro?.

    Si cela n’est pas possible, cela veut dire que ce sont les salariés et les retraités qui supporteront le choc.C’est précisémment ce que les allemands ne veulent pas et refusent les euros bonds car ils savent que les autres pays ne changeront pas

    Les médias français glosent sur les bas salaires en Allemagne .Cela est vrai mais je n’ai pas vu de reportage sur les dizaines de milliers de frontaliers français qui travaillent en Allemagne?.Combien gagnent-ils en moyenne par exemple?.

    Par ailleurs nul n’explique en France pourquoi les produits allemands sont souvent les meilleurs.

    Il existe une tradition de rechercher la perfection et cela entraine automatiquement la suprématie dans le domaine concerné.Cela existe dans d’autres pays dans certains secteursmais n’est pas aussi généralisé qu’en Allemagne.

    En résumé la sortie de l’euro est nécessaire mais certainement pas suffisante .sans une réflexion d’ensemble, ce ne sera que le premier pas sur l’autoroute de la facilité


    • step Le 03 octobre 2013 à 11h20
      Afficher/Masquer

      les sociétés sont des invariants à court terme c’est un fait. Penser ou souhaiter le contraire, ne sert à rien.


    • Christophe Vieren Le 03 octobre 2013 à 12h02
      Afficher/Masquer

      @France : si l’Allemagne fait tout bien et tout mal, pourquoi il y a si peu d’écart entre les PIB/habitant des deux pays.
      Je veux bien que l’Allemagne fasse un peu mieux que la France (et à quel prix au niveau des inégalités récemment), mais tout mieux, faut peut-être pas exagérer : machine outil, voiture de luxe, OK ce qui leur permet de profiter de l’émergence des BRIC pour les premières et de l’explosion des inégalités à travers le monde (+de riche=> + de voiture de riche). Et le capitalisme rhénan (en particulier la codétermination) y est probablement aussi pour quelque chose. Sans oublier, dans une moindre mesure, des dépenses d’armement plus faible, et une fiscalité écologique plus forte.

      ================
      Extrait wikipedia :
      Le capitalisme rhénan se caractérise par :

      * un rôle important des banques régionales et une relativisation du rôle de la bourse dans le financement des entreprises,
      * une vision à long terme appuyée sur un auto-financement et sur un système de partenariat avec les clients, fournisseurs et employés,
      * un partenariat entre de puissants syndicats patronaux et salariaux qui limite aussi bien les conflits du travail que les interventions directes de l’État dans la vie des entreprises,
      * un système de protection sociale très développé,
      * une politique de stabilité monétaire gérée indépendamment des gouvernements.
      ================


    • ril Le 03 octobre 2013 à 14h25
      Afficher/Masquer

      La condition de Marshall-Lerner : dévaluation ≠ amélioration balance commerciale :

      La dévaluation est souvent présentée comme LA méthode la plus simple et efficace pour relancer l’économie d’un pays. Il faut cependant prendre en compte l’effet-prix sur les importations, qui peut être très fort principalement pour les pays ayant peu de ressources naturelles (énergétiques + matières premières). En France, la facture énergétique est en augmentation constante depuis 4 ans et a atteint 69 milliards d’euros en 2012 (source: “Résultat du commerce extérieur en 2012 – Bercy”). De quoi faire réfléchir un peu toutes les personnes criant haut et fort que “l’euro est trop fort” et qu’il suffirait de dévaluer pour régler le problème…

      link to captaineconomics.fr

      Il est donc vrai que le taux de change euro-dollar est important, car il faut aussi prendre en compte le fait que certains pays managent leur taux de change en fonction du dollar US et qu’une partie du commerce avec des pays hors-USA s’effectue en dollar… Mais regarder uniquement cette parité pour conclure que “l’euro est trop fort” (comme c’est très souvent fait dans les médias ou par les politiques) nous ferait manquer une belle partie de l’histoire. Si l’on s’intéresse uniquement aux exportations vers des pays “hors-zone”, les Etats-Unis représentent à peu près la même chose que le quatuor Pologne-Suède-Corée-Canada… Et pourtant, on entend rarement parler du taux de change euro-zloty (Pologne), euro-couronne (Suède), euro-won (Corée) ou bien euro-dollar canadien (Canada).

      link to captaineconomics.fr


    • Vince Le 03 octobre 2013 à 16h46
      Afficher/Masquer

      comme d’had c’est nais, ça ménage la chèvre et le choux, c’est un article du monde diplodocus, ça sens le journalisme subventionné.

      “euro doté de représentants nationaux : des euro-francs, des euro-pesetas, etc. Ces dénominations nationales de l’euro ne sont pas directement convertibles à l’extérieur (en dollars, en yuans, etc.), ni entre elles. Toutes les convertibilités, externes et internes, passent par une nouvelle BCE,”

      personne ne laisse son argent être gérer par un autre, une BCE ne peut pas arbitrer les taux de change car tous les pays ont des intérêts antagonistes, les taux de changes doivent libre (il est impossible de faire autrement).
      C’est pour ça que l’euro sous ça forme actuelle ne fonctionne pas (un même taux de change pour différent pays) et c’est pour ça que ce qu’il propose ne peut pas fonctionner.

      la seul Europe possible est une Europe où les pays coopèrent sur des projets et où ils mettent volontairement de l’argent dedans.

      dévaluation/inflation est la sanction inévitable de mauvaises gestion et politiques, cela regardent les peuples vs leurs gouvernement, ils ont les leviers par le vote pour changer les choses.


      • WhereIsMyMind Le 04 octobre 2013 à 10h27
        Afficher/Masquer

        on peut fixer le taux de change sur base d’une règle simple d’équilibre des balances commerciales.
        En gros, on voit la balance commerciale de son pays par rapport au reste du monde (autre pays de l’UE compris), et si on est en exédent (la il faudra définir lequel !) on augmente sa valeur monétaire, et vise versa. Comme on a une BCE qui analyserait les fluxs. Les excédents internes à l’UE seraient réglés par le rapport des valeurs des monaies. Tandis que les exédents externes seraient régulé via la valorisation de l’euro.

        En fait, l’éconnomie fonctionne très bien lorsqu’on maintient l’équilibre des balances commerciales (valeurs de la monaies), et l’équilibre des budgets ( législations + taux directeur). ça parait trop simple comme règle de base…. ma synthèse est elle cohérente/suffisante?


      • dupontg Le 06 octobre 2013 à 02h06
        Afficher/Masquer

        ça existait avant l’euro…
        ça s’appelait l’ecu et le taux de change etait regulé par le SME pour eviter la speculation…
        les taux s’ajustaient sur le temps long par le marché des changes


  4. Bernie Le 03 octobre 2013 à 09h28
    Afficher/Masquer

    Comme d’habitude avec Lordon, longs verbiages ampoulés, suite ininterrompue d’enfilages d’affirmations trop souvent gratuites et de clichés (les allemands et l’hyperinflation par exemple), où ce qui importe avant tout est de disqualifier ceux qui oseraient penser différemment plutôt que d’argumenter sérieusement.

    Et toujours le même syllogisme, ou valse à trois temps :
    1. Il n’y a de pensée et d’avenir qu’à gauche
    2. Plus à gauche que moi tu meurs
    3. Ergo : tout énoncé différent du mien ne peut être que rejeté dans la géhenne car forcément socialement traître.

    Bref, rien de nouveau. Mais bon, qui l’écoute en Europe ?


    • dadone Le 03 octobre 2013 à 09h48
      Afficher/Masquer

      On mesure le degré d’hégémonie d’un système à sa disposition à persévérer dans l’erreur, plus l’histoire donna raison aux détracteurs du néolibéralisme, plus ses apôtres affirmèrent la nécessité d’en étendre l’emprise.

      Le Monde Diplomatique


    • burgf Le 03 octobre 2013 à 10h58
      Afficher/Masquer

      @Bernie:
      vous rentrez dans le lard de Lordon, soit. Alors dans ce cas ayez la courtoisie pour les lecteurs de justifier un peu vos attaques!
      Je ne vois pas dans ce texte une ode particulière à des idées de “gauche”, à moins de considérer le jeu démocratique souverain comme une idée de gauche.
      Nous avons effectivement un gros problème avec la financiarisation sans frein de l’économie – et ce dans le monde. Les structures de l’euroland sont particulièrement redoutables à cet égard, et Lordon fait un travail salutaire en les dénoncant intelligemment.
      Pour ce qui est du nazisme ayant suivi l’hyper-inflation allemande, affirmation qu’il dénonce, il semble avoir raison; ce sont les effets de la politique déflationiste qui a suivi qui ont été très durs pour les allemands, les jetant ainsi dans les bras du nazisme. Il y a de très bonnes explications de Martin Armstrong (qui n’est pas à gauche du tout!) sur cette période.
      Pour egayer tout ça, une interview de Matt Taibbi:
      link to zerohedge.com
      Escrocqueries et corruptions ordinaires, dirait-on.


      • Bernie Le 03 octobre 2013 à 14h20
        Afficher/Masquer

        C’est vrai que je schématise et raccourcis beaucoup. Je complète mon post par quelques citations :

        - “La gauche-qui-continue-d’y-croire n’a donc le choix qu’entre [...]” (la peste et le choléra, en gros). Suivi par le classique “Encore faut-il s’entendre sur ce que veut dire ici « la gauche » : certainement pas le Parti socialiste (PS) [...] ni la masse indifférenciée de l’européisme [...] silencieuse ou béate [...]“. Plus loin “La gauche de droite [...] a les oreilles qui saignent quand elle entend le mot de souveraineté …”, et bien entendu ” le refus de la souveraineté est bel et bien le déni de la démocratie en Europe”, etc., etc..

        Ce que je lis comme :
        1. les vraies réponses sont forcément à gauche, parce que c’est là que se situe le bien des peuples
        2. être de gauche c’est être d’accord avec lui : comme il pense pour le bien des peuples, les peuples ne peuvent qu’être pour ses solutions
        3. tous ceux qui pensent différemment sont donc contre la démocratie puisque contre les peuples.

        Ce à quoi j’objecte :

        Je suis de gauche sans être ni avoir jamais été “béat” à propos de l’Europe, et je ne pense pas une seconde ni que ses solutions soient viables (les coûts en sont assurés, tandis que les éventuels avantages sont totalement hypothétiques et contestables), ni même qu’elles soient même envisageables “démocratiquement” au niveau européen : pour simplement réfléchir aux problèmes de l’Europe, il faut déjà commencer par en avoir une autre compréhension que le simple appel aux clichés. On ne s’attaque pas à des convictions par le simplisme et la caricature. Pour avoir beaucoup pratiqué instances et réunions internationales, je connais cette arrogance bien française consistant à se considérer comme nombril du monde et modèle nécessaire de tous les autres pays. D’où ma question sur le nombre de personnes qui lisent ce qu’écrit Frédéric Lordon, en Europe …

        Très souvent et aisément critique sur ce que dit (ou ne dit pas) et fait (ou ne fait pas) le PS, je le reconnais néanmoins comme un acteur de gauche, incontournable et non-disqualifiable en matière de démocratie. De même que je considère le gouvernement actuel comme représentant légitime de la démocratie française qui en a élu son Président et ses gouvernants. Les leçons de démocratie, ça va bien, à condition que soit claire la légitimité de celui qui parle.

        Et d’une façon générale, autant je comprends qu’un économiste puisse facilement adopter un ton de donneur de leçons (ce n’est pas facile de se faire entendre quand on est si souvent contredit par la réalité), autant je ne peux m’empêcher de réagir chaque fois que je lis des textes ou des proclamations qui ont besoin de maltraiter les autres par la disqualification intellectuelle ou morale. Cela ne fait que fragiliser l’argumentation : “comment, se dit le lecteur, il est tellement peu sûr de son fait qu’il a besoin de faire le kéké ? C’est pas cool, et si c’est pas cool, c’est qu’il y a un loup !”


        • Vince Le 03 octobre 2013 à 16h50
          Afficher/Masquer

          il ne propose qu’un ré-habillage de l’euro
          comme dans ça forme actuelle l’euro ne peut pas fonctionner, ce qu’il propose est aussi totalement voué à l’échec.


  5. Benjamin Franklin Le 03 octobre 2013 à 10h06
    Afficher/Masquer

    La proposition de monnaie commune de Lordon, si j’ai bien compris sa prose ampoulée, peut être résumée ainsi :

    -Le change entre euro-locaux se fait à taux de change fixe, décidé par la BCE
    -Le change entre un euro-local et une monnaie non euro se fait aussi à taux de change fixe, par l’intermédiaire de l’euro-commun, à taux de change fixe, décidé par la BCE

    Donc tout le montage de Lordon consiste bêtement à revenir à des taux de change fixe décidés par le politique. Merveilleux, n’est-ce pas ?

    Au passage, Lordon zappe quelques petits fondamentaux économiques :
    -quand un pays a un excédent commercial et ne truande pas sa monnaie, sa monnaie s’apprécie naturellement
    -quand un pays a un excédent commercial et truande sa monnaie pour l’empêcher de s’apprécier, ce pays fait littéralement cadeau de ses biens à l’étranger, et l’excédent commercial se maintient par perte du pouvoir d’achat de sa propre population
    -quand un pays a un déficit commercial et ne truande pas sa monnaie, sa monnaie se dévalue naturellement
    -quand un pays a un déficit commercial et truande sa monnaie pour la déprécier et gagner à l’export, ce pays fait AUSSI cadeau de ses biens à l’étranger, et l’équilibre commercial sera atteint par effondrement des importations

    Je vais répéter encore une fois ce que j’ai souvent raconté.
    Si on remplace le mot “euro” par “pièce d’or”, on a aussi une monnaie commune, où toutes les histoires de “taux de change injuste et patati patata” deviennent caduques.

    Dans une zone monétaire commune, un pays qui a un excédent commercial verra un afflux de monnaie sur son territoire. Cet afflux de monnaie fait chuter les taux d’intérêts du crédit bancaire, encourageant la consommation, ce qui génère soit de l’inflation (qui réduit la compétitivité de ses produits dont le prix est fixé dans la monnaie commune), soit une hausse des importations qui annule l’excédent commercial. Et le mécanisme est exactement l’inverse en cas de déficit commercial.

    Sauf que ce n’est pas ce qu’on observe. Parce que l’Europe a une banque centrale. Et qu’une banque centrale force la convergence de tous les taux d’intérêts bancaires nationaux (et locaux aussi) vers un taux unique.

    Le problème de l’équilibre commercial de la zone euro, c’est le système à banque centrale. Pas l’euro.

    Le désir inavoué de Lordon, comme celui de tous les dirigistes, c’est de remettre la main sur la planche à billets que l’euro leur a confisqué. Salauds de boches !


    • Benjamin Franklin Le 03 octobre 2013 à 10h15
      Afficher/Masquer

      errata : Le change entre un euro-local et une monnaie non euro se fait à taux de variable mais par l’intermédiaire de l’euro-commun. Le taux de change euro-commun/euro-local étant lui décidé par la BCE, le taux de change euro-local/monnaie hors euro est de fait décidé par la BCE aussi…


    • Surya Le 03 octobre 2013 à 10h29
      Afficher/Masquer

      -quand un pays a un excédent commercial et ne truande pas sa monnaie, sa monnaie s’apprécie naturellement
      -quand un pays a un déficit commercial et ne truande pas sa monnaie, sa monnaie se dévalue naturellement

      ce serait vrai si les flux monétaires n’étaient que liés aux balances commerciales, ce qui n’est pas le cas dans un cadre d’absence de contrôle de flux de capitaux. Il faut regarder la balance des paiements.


      • Benjamin Franklin Le 03 octobre 2013 à 11h00
        Afficher/Masquer

        C’est tout à fait exact. Mais même appliqué aux balances des paiements, le raisonnement reste vrai. Un pays qui a une balance des comptes financiers négative distribue de ses actifs financiers, libellés en sa monnaie, au reste du monde, ce qui a un effet dévaluatif sur sa monnaie, et inversement.


    • dadone Le 03 octobre 2013 à 11h09
      Afficher/Masquer

      @Benjamin Franklin
      Quelques compléments d’informations utiles à la réalité des faits.

      quand un pays a un excédent commercial et ne truande pas sa monnaie, sa monnaie s’apprécie naturellement

      Oui

      quand un pays a un excédent commercial et truande sa monnaie pour l’empêcher de s’apprécier, ce pays fait littéralement cadeau de ses biens à l’étranger, et l’excédent commercial se maintient par perte du pouvoir d’achat de sa propre population

      Non, car il s’agit d’une simple opération entre le cadeau de ses biens et la manipulation de sa monnaie.
      Prenons un exemple concret ; Chine / USA
      La chine fait effectivement cadeau de sa main d’œuvre permettant aux USA de maintenir son niveau de vie. Mais ce faisant, elle “pompe” lentement mais surement la richesse des USA en détruisant son industrie localement pour la relocaliser en Chine. Le bilan final est positif pour la Chine même si les tonnes de $ accumulé par ce pays ne vaudront dans l’avenir plus grand chose.
      Mais quant le $ ne vaudra plus rien, les usines elles seront en Chine….pas aux USA…

      Dans une zone monétaire commune, un pays qui a un excédent commercial verra un afflux de monnaie sur son territoire. Cet afflux de monnaie fait chuter les taux d’intérêts du crédit bancaire, encourageant la consommation, ce qui génère soit de l’inflation (qui réduit la compétitivité de ses produits dont le prix est fixé dans la monnaie commune), soit une hausse des importations qui annule l’excédent commercial. Et le mécanisme est exactement l’inverse en cas de déficit commercial.

      Encore une fois ce n’est pas exacte.
      Cela générera de l’inflation si les excédents commerciaux sont répartis EQUITABLEMENT dans la population or pour justement éviter la perte de de compétitivité ce n’est plus le cas. On favorise uniquement la tranche des plus haut revenus dont la consommation n’influence pas l’inflation. Demande aux allemands avec leur job a 1,80€ s’ils bénéficient des excédents commerciaux de l’Allemagne..
      En résumé je partage l’idée que l’euro n’est pas le problème mais absolument pas l’idée sous jacente que l’Europe est viable dans une compétition de tous contre tous…


      • step Le 03 octobre 2013 à 11h28
        Afficher/Masquer

        excellente réponse dadone, je plussoie.


      • Benjamin Franklin Le 03 octobre 2013 à 12h55
        Afficher/Masquer

        “ce faisant, elle “pompe” lentement mais surement la richesse des USA en détruisant son industrie localement pour la relocaliser en Chine. Le bilan final est positif pour la Chine même si les tonnes de $ accumulé par ce pays ne vaudront dans l’avenir plus grand chose.
        Mais quant le $ ne vaudra plus rien, les usines elles seront en Chine….pas aux USA…”

        Le bilan n’est pas positif pour la Chine, parce qu’au lieu de faire cadeau de sa richesse aux USA, elle aurait pu tout simplement la garder pour sa propre population. Certes, la croissance des industries exportatrices chinoises aurait été moins spectaculaire, mais tous les autres secteurs s’en porteraient bien mieux.

        Et le bilan n’est pas forcément négatif pour les USA. Avec le temps de travail épargné en achetant des produits de base chinois bon marché, ils ont pu investir dans les hautes technologies. Alors évidemment, les USA ont aussi gâché une grande partie de cette richesse dans des bulles spéculatives, mais l’origine de ces bulles vient de la politique monétaire laxiste de la Fed bien plus que de l’offre commerciale chinoise.

        “Cela générera de l’inflation si les excédents commerciaux sont répartis EQUITABLEMENT dans la population or pour justement éviter la perte de de compétitivité ce n’est plus le cas. On favorise uniquement la tranche des plus haut revenus dont la consommation n’influence pas l’inflation. Demande aux allemands avec leur job a 1,80€ s’ils bénéficient des excédents commerciaux de l’Allemagne..”

        La monnaie issue de l’excédent commercial s’accumule au sommet de la pyramide, c’est tout à fait vrai.
        Néanmoins :
        -les riches vont chercher à faire “travailler” cet argent. Mieux vaut un petit intérêt que pas du tout. Ils vont le prêter à des investisseurs, qui vont acheter avec, et ça, ça génèrera de l’inflation ou des importations. Et vu qu’il y aura plein d’argent des riches cherchant un placement, les intérêts baisseront bel et bien.
        -dans l’hypothèse, possible mais tordue, où les riches préfèrent thésauriser, ça veut dire que tous les euros de l’euroland vont progressivement s’accumuler dans les poches des riches allemands. La vitesse de circulation de la monnaie s’écroule, donc tous les prix s’écroulent. Le pouvoir d’achat des allemands du 99% s’en trouvera augmenté, et ils pourront consommer des importations.
        On revient donc dans les deux cas à un mécanisme de résorption naturelle de l’excédent allemand.

        Pourquoi ce qui est possible avec des pièces d’or ne serait pas possible avec un bout de cuivre avec écrit “euro” dessus ?


        • dadone Le 03 octobre 2013 à 13h35
          Afficher/Masquer

          Le bilan n’est pas positif pour la Chine, parce qu’au lieu de faire cadeau de sa richesse aux USA, elle aurait pu tout simplement la garder pour sa propre population. Certes, la croissance des industries exportatrices chinoises aurait été moins spectaculaire, mais tous les autres secteurs s’en porteraient bien mieux.

          Mais non la Chine n’avait rien d’autre à offrir qu’une main d’œuvre illimitée et bien formée.
          Et compte tenu de l’hégémonie du $ elle avait pas le choix…
          Mais l’opération à la longue s’avérera positif car avec des $ qui potentiellement ne valent rien la Chine accumule des contras, des usines et de l’or….
          La Chine est consciente que le $ est à terme condamné, elle fait donc tout pour diversifier ses échanges hors $. Une véritable stratégie de joueur de GO se met progressivement en place, lorsque le « partenaire » US sera étouffé, il ne restera plus qu’à lancer l’estocade finale en disant publiquement qu’elle n’achètera plus de bon du trésor américains en raison de l’insolvabilité du pays. Et le $ s’effondrera…et les USA avec.
          Et à l’arrivé c’est QUI le gagnant ?


          • Benjamin Franklin Le 03 octobre 2013 à 13h57
            Afficher/Masquer

            La Chine n’avait rien d’autre à offrir qu’une main-d’oeuvre illimitée et bien formée ? Donc ce sont les Occidentaux qui ont permis le décollage économique de la Chine en apportant du savoir-faire, du matériel industriel, des équipement, c’est ça ? Mais alors, dans ce cas, la Chine aurait dû avoir un DEFICIT commercial, pour acheter tout cet équipement occidental, non ?

            La vérité, ce ne serait pas plutôt que la Chine a offert une quantité de travail considérable aux occidentaux, d’une valeur largement supérieure à celle de ces équipements industriels initiaux, et qu’au vu des prix du marché, ce travail aurait pu servir à produire des biens pour les chinois plutôt que pour les américains ?

            Les usines, les chinois avaient les moyens de les bâtir sans les américains, vu que de fait les américains fournissent beaucoup moins de biens réels aux chinois que réciproquement depuis un bon moment. Ce qui se passe, c’est que les dirigeants chinois commencent vaguement à comprendre que leur petite stratégie mercantiliste depuis une décennie risque de virer à la perte d’une montagne d’épargne chinoise s’ils n’arrivent pas à changer leurs dollars contre autre chose rapidement.

            Pendant 10 ans, les américains ont disposé gratuitement de vêtements et de micro-conducteurs, libérant du temps de travail pour développer la Silicon Valley.
            Pendant 10 ans, la Chine a accumulé des bouts de papiers. Elle a bâtit 100 000 usines, alors qu’elle aurait pu en bâtir 200 000.

            Qui est gagnant ?


        • dadone Le 03 octobre 2013 à 14h42
          Afficher/Masquer

          Pourquoi ce qui est possible avec des pièces d’or ne serait pas possible avec un bout de cuivre avec écrit “euro” dessus ?

          Ben par ce que justement ce n’est pas de l’or…DONC on peut en augmenter indéfiniment la masse…ce que ne se prive pas les USA.
          C’est grâce à l’impression de billets qu’ils font travailler les chinois pour eux, mais une rente cela n’a jamais enrichie si on puise dedans….et cette rente touche à sa fin….
          Votre raisonnement serait correcte si on été resté à l’or car en peu de temps les USA n’auraient plus posséder d’or et ils auraient pas pu continuer à faire travailler les chinois pour eux…
          Pourquoi d’après vous ils ont mis fin aux accords de Bretton Wood ?
          Réponse : Pouur conserver la rente….


          • Benjamin Franklin Le 03 octobre 2013 à 15h11
            Afficher/Masquer

            Ah, mais je suis tout à fait d’accord sur le fait que les USA arnaquent la planète avec leur dollar, mais ma remarque ne portait pas sur le dollar, mais sur l’euro.


          • dadone Le 03 octobre 2013 à 15h21
            Afficher/Masquer

            ma remarque ne portait pas sur le dollar, mais sur l’euro.

            La BCE en rachetant toute les créances pourries de la zone ne fait pas mieux que le FED…


          • Benjamin Franklin Le 03 octobre 2013 à 15h25
            Afficher/Masquer

            Donc gardez les bouts de cuivre, virez la BCE, et on revient à la situation des pièces d’or ?


          • dadone Le 03 octobre 2013 à 15h46
            Afficher/Masquer

            La création monétaire ne peut pas être laissé aux banques privées.
            Cela c’est une évidence…
            Je suis pour le 100% monnaie.
            Sinon je n’ai rien contre l’euro qui évite une guerre des monnaies au sein même de l’Europe
            J’ai tout contre le dogme “de la concurrence libre et non faussée”


          • Benjamin Franklin Le 03 octobre 2013 à 16h02
            Afficher/Masquer

            “La création monétaire ne peut pas être laissé aux banques privées.
            Cela c’est une évidence…”

            Pourquoi ? Sur la période où c’était le cas, grosso modo 1750-1913 avec des variations selon les pays, l’inflation globale était négative, les inégalités se réduisaient, et la croissance par tête était tout à fait honorable.


          • dadone Le 03 octobre 2013 à 16h42
            Afficher/Masquer

            Pourquoi ? Sur la période où c’était le cas, grosso modo 1750-1913 avec des variations selon les pays, l’inflation globale était négative, les inégalités se réduisaient, et la croissance par tête était tout à fait honorable.

            On n’a pas la même lecture de l’Histoire…en ce qui concerne les inégalités mais bon c’est un autre sujet…
            Durant cette période, la monnaie c’est l’OR donc un système qui n’est pas loin d’être 100% monnaie.
            Donc, il n’y a pas de création monétaire simplement un prêt d’or…
            Et avec ce système non inflationniste, voir même déflationniste, on favorise les rentiers qui s’enrichissent mécaniquement et la croissance est corrélée aux découvertes d’or.


          • Benjamin Franklin Le 03 octobre 2013 à 17h19
            Afficher/Masquer

            Durant cette période, la BASE MONETAIRE était l’or. Grosse nuance. Les banques pouvaient sans aucun problème créer de la monnaie secondaire, et ne se privaient pas de le faire.

            La croissance n’était pas corrélée aux découvertes d’or, puisque le prix de l’or n’était pas fixe.
            Et les rentiers n’étaient pas plus avantagés qu’aujourd’hui, puisque les taux d’intérêts actuels tiennent compte de l’inflation.


          • jducac Le 03 octobre 2013 à 19h09
            Afficher/Masquer

            @ Benjamin Franklin Le 03 octobre 2013 à 16h02

            Pourquoi ? Sur la période où c’était le cas, grosso modo 1750-1913 avec des variations selon les pays, l’inflation globale était négative, les inégalités se réduisaient, et la croissance par tête était tout à fait honorable.

            Tout simplement parce que la grandeur qui permet de transformer, de provoquer matériellement la modification des choses et l’évolution du monde, c’est une grandeur physique qu’on appelle l’énergie. On n’en avait jamais autant injecté dans l’économie avant cette période.

            L’argent et les monnaies ne servent qu’aux échanges entre les hommes modernes, mais en réalité ce qu’ils échangent en final avec l’argent ce sont des moyens de vivre, c’est-à-dire de l’énergie nutritive pour alimenter leurs machines biologiques et des énergies sous d’autres formes pour alimenter leurs diverses machines d’assistance de vie. Pour se chauffer, se déplacer, se protéger des variations de température etc…. Le travail, qui s’exprime dans les mêmes unités que l’énergie, est un moyen d’injecter de l’énergie dans le système économique.

            C’est parce que certains peuples génèrent beaucoup d’énergie utile par leur travail, comparativement à ce qu’ils consomment pour simplement vivre sans rien produire, qu’ils génèrent de la croissance. L’argent et les monnaies n’interviennent pour rien dans l’obtention ou non de la croissance.


          • Benjamin Franklin Le 04 octobre 2013 à 10h22
            Afficher/Masquer

            @jducac
            Désolé, petit problème technique, je n’ai pas pu répondre hier

            Ce que vous dites est parfaitement exact, l’énergie est un fondement de la croissance, et le travail est une forme d’énergie, ce n’est certainement pas moi qui vais le nier !

            Par contre, je ne me risquerais pas à dire que le système monétaire n’a aucune influence sur la croissance. Au contraire, il a une influence considérable, d’une part sur le niveau d’épargne, donc d’investissement, des gens, d’autre part sur la qualité et la destination de ces investissements.

            Vous remarquerez que votre remarque n’est nullement une pièce à charge contre un régime de banque libre !

            PS : J’ai lu le rapport sur l’énergie que vous m’aviez donné. C’est fort intéressant et plutôt juste, néanmoins je ne souscris pas à l’hypothèse d’une chute inexorable de l’énergie disponible. L’auteur sous-estime le potentiel d’un grand nombre de sources d’énergie actuellement à l’état expérimental, et qui n’attendent qu’une montée des prix de l’énergie pour se développer. Au XVIIIe siècle, c’est le “pic bois” qui a stimulé les ivnestissements dans l’extraction de charbon, ainsi que le développement des machines à vapeur, dont la première utilisation fut l’aération des galeries de mine.


        • step Le 04 octobre 2013 à 09h58
          Afficher/Masquer

          mod cynique on : “qu’au lieu de faire cadeau de sa richesse aux USA, elle aurait pu tout simplement la garder pour sa propre population”. Mais la direction économico/politique (en chine c’est la même) se contrefout de l’intérêt de sa population. Sinon ils n’auraient pas à réprimer des mouvements sociaux par la violence régulièrement.

          3eme hypothèse : les plus aisés vont investir dans des placements à base spéculative sur des technologies à possible fort rendement (y compris dans la destruction du biotope) (je parle de gaz de schiste, d’energie, d’armes, de matières premières à fort rendement(ferme à viande, huile de palme…). Une bulle va se créer sur ces activités (il risque d’y avoir des déconvenues retentissantes). La consommation des 99% va subir la spéculation sur ces matières, ponctionnant son pouvoir d’achat et laissant aux génération suivante une planète encore un peu plus épuisée.
          Pourquoi s’immaginer un changement de comportement des “investisseurs” alors qu’ils ont fait du +300% en 10 ans sur ce genre de placement ?


          • Benjamin Franklin Le 04 octobre 2013 à 10h36
            Afficher/Masquer

            Ah mais je suis tout à fait d’accord, les dirigeants chinois se foutent de leur population !
            La raison fondamentale de leur politique mercantiliste depuis 2004, c’est l’analyse de la crise asiatique de 97 par Hu Jintao. Les monnaies asiatiques étaient sur-évaluées, provoquant un endettement massif vis-à-vis de l’étranger, et donc une grosse fragilité géopolitique. Jintao en a conclu qu’il fallait accumuler des réserves de change pour assurer l’indépendance géopolitique de la Chine, quitte à les obtenir avec le sang et la sueur de son peuple.

            Là, les nouveaux dirigeants chinois réalisent vaguement que ces réserves de change valent peut-être peanuts, et que c’était donc peut-être une bourde monumentale…

            Ta 3e étape est probablement la plus réaliste, sauf qu’elle se recoupe avec les deux premières :
            -si les investissements spéculatifs nécessitent de gros achats (de terres rares, de tubes d’acier, d’engrais, pour les exemples que tu donnes), ça suscitera soit de l’inflation locale (donc baisse de la compétitivité, avec des prix exprimés en monnaie commune), soit des achats à l’étranger et donc une résorption de l’excédent commercial
            -si les investissements spéculatifs restent dans la sphère financière et n’atterrissent jamais “sur Terre”, ça revient à de la thésaurisation, cas que j’ai décrit

            Je ne dis absolument pas que les investissements des riches seront forcément judicieux ou socialement responsables, non. Je dis simplement que l’accumulation de monnaie par excédent commercial génère forcément des mécanismes qui vont tasser cet excédent commercial, d’une manière ou d’une autre, que les riches le veuillent ou non. Pour l’empêcher, il n’y a que le truandage de la monnaie par les banques centrales qui soit possible.


          • olivier69 Le 04 octobre 2013 à 23h40
            Afficher/Masquer

            Allez, je me laisse aller :
            il faut aussi savoir dire quand les choses sont bien établies :
            benjamin, dadone, step, et jducac,
            oui, oui, oui et oui…….
            ps : trouvons les modes de fi de demain.
            Et remercions mr Berruyer qui propose ce genre de réflexion.


      • Patrick Luder Le 03 octobre 2013 à 17h19
        Afficher/Masquer

        de dadone “Prenons un exemple concret ; Chine / USA … même si les tonnes de $ accumulé par ce pays ne vaudront dans l’avenir plus grand chose.”

        Ce que les $$$ vaudront à l’avenir, la Chine s’en fiche royalement, elle achète tout ce qu’elle peut et fourgue ses $$$ pourris aux autres gogs, se réservant au passage, non seulement quelques infrastructures et monuments étrangers, mais se réservant surtout de précieuses ressources pour l’avenir.

        Les chinois sont loin d’être cons, depuis des millénaires ce sont d’excellents marchands, et ils nous le prouve royalement.


        • step Le 04 octobre 2013 à 10h01
          Afficher/Masquer

          actuellement ils achètent énormément de terrain agricole à l’étranger, le sous continent chinois étant très sous équipé en la matière avec ces dollars bidons.


    • step Le 03 octobre 2013 à 11h25
      Afficher/Masquer

      “Donc tout le montage de Lordon consiste bêtement à revenir à des taux de change fixe décidés par le politique. Merveilleux, n’est-ce pas ?”

      Solution chinoise, ils ne s’en plaignent pas. J’ai du mal à me mettre en position du missionnaire quand le voisin ne le fait pas. Un problème avec la concurrence libre et non faussée ?


      • Benjamin Franklin Le 03 octobre 2013 à 12h56
        Afficher/Masquer

        La Chine truande sa monnaie. Les gens qui en patissent, ce sont les chinois lambdas. Les américains, eux, en profitent. La Chine peut donc continuer à distordre le marché autant qu’elle veut, ce n’est pas le reste du monde qui en souffre.


        • dadone Le 03 octobre 2013 à 13h26
          Afficher/Masquer

          La Chine truande sa monnaie. Les gens qui en patissent, ce sont les chinois lambdas. Les américains, eux, en profitent.

          L’avenir jugera du résultat des courses quant le $ ne vaudra plus rien…qui de la Chine ou des USA s’en sortent le mieux…qui a les contrats avec l’Afrique, qui a les usines pour les honorer,…
          C’est bizarre j’ai plus confiance dans le calcul d’une civilisation 3 fois millénaires que dans la jeune nation US…qui compte tenu des innombrables c.. qu’elle a réalisé en 100 ans ne me pas parait la mieux armée…


          • Benjamin Franklin Le 03 octobre 2013 à 13h39
            Afficher/Masquer

            Quand le dollar ne vaudra plus rien, la Chine aura perdu une épargne colossale, qui aurait été bien mieux utilisée chez elle. La montée en puissance de la Chine se fait EN DEPIT de son dumping monétaire, et non pas GRACE à lui.
            Si pour poursuivre son développement, la Chine a besoin d’acheter les produits de la Silicon Valley, je ne sais pas qui sera vraiment le plus gagnant dans les termes de l’échange.

            Je doute fort que l’âge d’une civilisation soit un critère de la sagesse de ses calculs. Le calcul le plus désastreux du XXe siècle, le Grand Bond en Avant, est d’origine chinoise.


          • dadone Le 03 octobre 2013 à 14h30
            Afficher/Masquer

            La vérité, ce ne serait pas plutôt que la Chine a offert une quantité de travail considérable aux occidentaux, d’une valeur largement supérieure à celle de ces équipements industriels initiaux, et qu’au vu des prix du marché, ce travail aurait pu servir à produire des biens pour les chinois plutôt que pour les américains ?

            Et avec quel argent …?
            Vous bloquez constamment sur la monnaie et l’égémonie du $…

            Je doute fort que l’âge d’une civilisation soit un critère de la sagesse de ses calculs. Le calcul le plus désastreux du XXe siècle, le Grand Bond en Avant, est d’origine chinoise.

            Le “grand bon en avant” est du à des pires tyran de l’Histoire avec son pote Pol Pot et Staline.
            La Chine d’aujourd’hui c’est Deng Xiaoping, un des plus brillant homme politique du XX siècle dont voici la stratégie :
            En 1978, Deng Xiaoping déclare dans un discours « Laisser certains s’enrichir d’abord, les autres suivront et la richesse sera générale ». Ce discours sera entendu au-delà de ses espérances. Dès son arrivée au pouvoir il va mettre en place les conditions permettant aux citoyens chinois de s’enrichir. Dans un premier temps, il libéralise les prix agricoles mais il n’autorise pas la privatisation des terres de manière à éviter un exode trop important des paysans vers les villes. La productivité agricole bridée par le morcellement en petites propriétés ne progressera guère mais garantit une certaine stabilité politique. La méthode Deng « c’est en tâtant les pierres qu’on traverse le gué ». Les réformes, oui mais on avance prudemment de manière à contrôler les changements. Par la suite, la Chine va adopter un développement « à la japonaise » c’est-à-dire centré sur les exportations de manière à « aspirer » le maximum de la contrepartie travail des pays à qui l’on vend de la marchandise. Le principe économique est le suivant : les pays développés consomment soit des biens qu’ils produisent soit des biens qu’ils importent. Il s’agit d’y substituer des biens produits par les chinois en proposant des prix inférieurs. Mais pour cela il faut d’un côté la capacité de produire et de l’autre la capacité de distribuer. Or la Chine est incapable de faire l’un ou l’autre.
            Deng Xiaoping est un homme très intelligent. Jeune homme il est envoyé en France (1920) encouragé par son père qui lui demande d’apprendre de l’occident les moyens de redresser la Chine en proie à une décadence accélérée. Pour subvenir à ses besoins, il est obligé de travailler à l’usine où il se sensibilise aux idées communistes. Il parfait sa culture marxiste-léniniste en allant étudier en URSS. Lorsqu’il rentre en Chine comme militant révolutionnaire communiste, Deng Xiaoping a donc acquis une expérience unique de travailleur occidental dans un système capitaliste, de réflexions critiques de ce système grâce au marxiste-léniniste et enfin il est imprégné de sa propre culture. Il connaît donc les forces et les faiblesses du système à base de capital et il va le prouver, sa culture chinoise tout en ruse et dissimulation faisant le reste.
            Deng Xiaoping fait un constat, la Chine n’a ni capitaux ni savoir-faire. Elle a une seule chose à offrir sa force de travail qui est quasiment illimitée. Deng Xiaoping va donc imaginer un processus qui consiste à offrir cette force de travail en échange de capitaux et de savoir-faire. D’habitude le système capitaliste est à la recherche de débouchés pour vendre ses biens et services. Deng Xiaoping va inverser ce processus, il va faire en sorte que le système à base de capital vienne aider la Chine à produire et à vendre ces mêmes biens et ces mêmes services. Ainsi ces derniers ne seront plus produits par les pays qui les vendaient mais achetés par eux. C’est scier la branche sur laquelle repose la richesse des pays. Mais Deng Xiaoping sait que le système capitaliste est toujours à la recherche de profit, peu importe le mode d’acquisition. Il sait également que si une entreprise tombe dans le piège qu’il imagine alors les autres seront obligés de suivre sous peine d’être laminés par la concurrence. Reste à fabriquer l’hameçon pour amorcer le processus, ce seront les ZES, les zones d’économie spéciales, territoires proches des côtes avec des règles permettant aux entreprises de bénéficier de conditions favorables d’investissements : fiscalité réduite, main d’œuvre bon marché et disciplinée, terrains offerts ou loués à bas prix, droits de douanes réduits ou inexistants, etc. Bref ces ZES sont le paradis pour des entreprises qui veulent maximiser leurs profits en exploitant servilement une main d’œuvre corvéable à merci. Avec ces ZES, Deng Xiaoping attire les investissements vers la Chine, première partie de son plan mais s’il en restait là ce ne serait ni plus ni moins que des maquiladoras « made in china ». Or Deng Xiaoping veut également la technologie, c’est pour cette raison qu’il impose une seule condition à tous les avantages accordés aux entreprises qui s’installent dans les ZES. Lorsque ces entreprises quitteront la ZES, elles devront laisser leurs technologies . Le piège se referme car si les entreprises restent les chinois arriveront tôt ou tard à les acquérir, d’autant qu’ils coupleront ce premier amorçage par d’autres zones, les ZDITH (Zones de développement Industriel de Hautes Technologie) où les sociétés étrangères à haute valeur ajoutée y sont les bienvenues, toujours attirées par diverses formules d’investissements. Une des premières ZES à ouvrir sera un simple village nommé Shenzhen proche de Hong-Kong, vingt ans après c’est une ville industrielle de dix millions d’habitants. Deng Xiaoping a gagné son pari en échange de la seule chose que pouvait offrir la Chine, sa main d’œuvre, qu’il avait auparavant correctement formée afin qu’elle accapare les connaissances des « experts bourgeois ». Ainsi, il a obtenu les capitaux ET la technologie.
            Deng Xiaoping est un homme cultivé qui a lu « L’art de la guerre de Maitre Sun Tzu » écrit au Véme siècle avant J-C. Dans cet ouvrage, qui est une référence culturelle importante en Chine, on peut lire « Lancez des amorces pour appâter l’ennemi. Leurrez l’ennemi en feignant la débâcle et écrasez-le » ou encore « En apportant quelques avantages à l’ennemi, vous pouvez l’amener à faire ce que vous souhaitez et à aller où vous voulez », on ne saurait mieux résumer la stratégie de Deng Xiaoping.
            Les ZES vont servir de tête de ponts à l’invasion des produits chinois dans les pays qui auparavant les produisaient. Pour un profit à court terme, les multinationales ont vendus leur âme au diable aidées en cela par des politiques dont la bêtise n’a d’égal que leur ignorance de la culture chinoise. Les chinois sont une civilisation cinq fois millénaires rompue à l’art de la ruse et du commerce, l’occident est simplement cupide et Maitre Sun Tzu de dire dans son traité « Si l’ennemi est vénal, attirez-le avec de petites richesses ». Deng Xiaoping a également lu Lénine et il peut désormais faire sienne sa phrase « Les capitalistes nous vendront eux-mêmes la corde avec laquelle nous les pendrons ». La messe est dite !

            Source : link to lois-economiques.fr

            Les lecteurs de ce forum trancherons pour savoir si votre stratégie aurait été supérieure….


          • Benjamin Franklin Le 03 octobre 2013 à 14h55
            Afficher/Masquer

            Comment ça, “avec quel argent” ?
            Les chinois commencent par travailler pour payer les importations de matériel occidental : balance commercial à l’équilibre.
            Avec ce qu’ils travaillent EN PLUS, et qui ces 10 dernières années a été utilisé pour fabriquer des biens offerts aux USA, ils auraient pu fabriquer des biens pour les chinois, achetés par des chinois, avec de la monnaie chinoise, et la balance commerciale n’aurait pas bougé. Il n’y avait pas de monnaie en Chine avant l’arrivée des dollars ?

            “Le “grand bon en avant” est du à des pires tyran de l’Histoire avec son pote Pol Pot et Staline.
            La Chine d’aujourd’hui c’est Deng Xiaoping, un des plus brillant homme politique du XX siècle dont voici la stratégie”

            Donc là vous êtes passé par une pirouette de “la Chine est une civilisation 3 fois millénaires qui prend des sages décisions” à “les bourdes chinoises sont conjoncturelles, dues à un accident de l’histoire”. Si je vous suis bien, la Chine moderne a pris la bonne décision grâce à… un homme intelligent, et pas grâce à 3000 ans d’histoire.
            Et vous noterez que sous Deng Xiaoping, la Chine ne pratiquait PAS le dumping monétaire.


          • WhereIsMyMind Le 04 octobre 2013 à 10h55
            Afficher/Masquer

            “Quand le dollar ne vaudra plus rien, la Chine aura perdu une épargne colossale, qui aurait été bien mieux utilisée chez elle. ”

            Le dollar ne vaudra plus rien quand la Chine commencera a dépenser réellement son épargne. Avec cette épargne elle tente de s’approprier un accès aux ressources naturelles, et des entreprises technologiques ou de prestiges.

            Illustration: Je suis extrêmement riche. J’aime bien une région X. Je décide d’acheter toutes les 1000 maisons de cette région. Chaque maison est estimé à 100 000$ par exemple, soit un prix total de 1000*100 000$. Logique non? J’achette la première maison, je ne preturbe donc pas bcp le marcher, mais comme il y a un achetteur en plus sur le marcher, le prix de la maison a très légèrement augmenté (l’offre=cst & la demande=le nbr d’achetteur). La seconde maison que j’achetterai sera encore un peu plus cher…. et ainsi de suite. Au final, la valeur de l’ensemble des maisons sera largement plus que 1000*100 000$….. Soit un effondrement de la valeur du dolar.


        • Patrick Luder Le 03 octobre 2013 à 17h31
          Afficher/Masquer

          Les USA font tourner la planche à billet pour augmenter leur dette et dépenser du fric dans le contrôle inutile (fictif) du monde … Pendant ce temps la Chine fait tourner la sienne pour acheter les biens et les réserves du monde au travers d’un $$$ qui ne vaut plus rien.

          Alors qu’est ce qui sera le plus utile à l’avenir, en ayant accès à un investissement gratuit par des dettes et de la planche à billet ?
          – investir dans un contrôle du monde passé
          (les données d’aujourd’hui et hier ne serviront à rien demain)
          – investir dans l’accaparement des richesses matérielles du monde


        • step Le 04 octobre 2013 à 10h04
          Afficher/Masquer

          c’est oublier toutes les conséquences sociale de l’aspiration économique de la chine. Désindustrialisation, chomage, explosion des inégalités dans les pays qui subisse ce dumping.


      • olivier69 Le 03 octobre 2013 à 14h39
        Afficher/Masquer

        Bonjour step,
        Non, benjamin a juste un problème avec ces salauds de salarié (en plus de l’état)…..
        Finalement, ce ne sont pas les allemands (le peuple) qui ont le contrôle de la monnaie mais une minorité de mercenaires du capital fixe et circulant. Les mêmes qui ont trouvé un nouveau jeu ou plutôt loisir : le capital “fixement circulable” notamment dans les placements sans risque (gratuit et rentable) et paradis virtuel (“en suisse, il n’y a que du papier, parait-il”, la réponse dans le billet Miscellanées le 02 octobre 2013 à 21h23 : « Ben, ce qui se trouve dans les paradis fiscaux, ce sont des bouts de papiers. ») ! Sans risque puisque lorsqu’ils perdent, ils répercutent…La dévaluation des salaires comme si bien dit dans le billet de mr Berruyer.
        Progressistes ces autrichiens ! (Il ose dire hier à Wuwei : « Je répète, allez les rejoindre, si leur situation vous tente. C’est pas moi qui vous en empêche», c’est alors un compliment que l’on pourrait vous retourner, nnnnn’est-ce pas.). En oubliant que pour qu’il y est une offre, il faut avoir une demande. Alors stratégique ou logique ?
        D’ailleurs, qui peut dire si les échanges internationaux ne seront pas à nouveau indexés sur un étalon “or ou autres” ? A croire que certains ont des boules de cristal….
        Ps benjamin : les leçons de logique :
        « La Chine truande sa monnaie. Les gens qui en patissent, ce sont les chinois lambdas » et vos propos le 30 septembre 2013 à 23h35 sur le billet de l’autosuffisance de Keynes : « Les salaires ouvriers réels ont décuplé en 20 ans en Chine. ».
        Vous êtes tout simplement démasqué et discrédité à mes yeux puisque lors de votre intervention sur le billet de miscellanées du mercredi, vous répondiez ironiquement à lionel : « Le b.a-ba de la rigueur intellectuelle implique de comprendre le raisonnement exposé avant de le critiquer. » et « Traduction en bon français : apprenez la logique ».
        A bon entendeur !
        Ps : vos propos « Si nous ne sommes pas fichus de nous organiser nous-mêmes pour défendre nos intérêts, alors c’est triste à dire mais nous méritons notre misère ! » ne mérite aucun commentaire….


        • Benjamin Franklin Le 03 octobre 2013 à 15h08
          Afficher/Masquer

          Qu’est-ce que vous racontez ?

          1) Une minorité en Allemagne a le contrôle de la monnaie. Effectivement, parce que l’Etat a instauré un monopole de la monnaie, monopole tombé dans de mauvaises mains. Supprimez le monopole, et les allemands pourront utiliser la monnaie qu’ils veulent.

          2) Vous connaissez des placements sans risques ? Je suis tout ouïe. Manifestement les ultra-riches n’en connaissent pas non plus, vu qu’ils étaient tous en faillite en 2008, et ont été presque tous sauvés par… l’Etat.

          3) Qui peut dire ? Ben oui, qui peut dire, effectivement. Vous le savez, vous ? Moi pas.

          4) La Chine ne truande sa monnaie que depuis le début des années 2000 environ. Avant, la croissance chinoise profitait aux chinois.
          Ensuite, le taux d’épargne en Chine, forcé par l’Etat, est tel que la croissance a lieu quand même malgré le gaspillage monumental dû à l’excédent commercial. Si ce gaspillage n’avait pas lieu, la croissance serait encore plus forte, et les salaires ouvriers auraient centuplé.

          Comme le fait remarquer Lionel, corrélation n’est pas causalité. Ce n’est pas parce que la Chine truande sa monnaie pour avoir un excédent commercial que l’amélioration des salaires ouvriers est dû à cet excédent commercial. Avez-vous un problème avec cette logique ?

          Et pourquoi ce propos ne mérite-t-il aucun commentaire ? Si nous ne sommes pas fichus de nous organiser nous-mêmes, personne ne viendra nous aider. Vous connaissez des saints dévoués et compétents dans le monde politique, qui viendront défendre gentiment les miséreux sans profiter des fromages de la république ?


          • olivier69 Le 03 octobre 2013 à 15h34
            Afficher/Masquer

            Placements sans risque : lisez Friedman et le rendement des actifs ! La diversification du patrimoine permet d’anéantir le risque… Votre outil financier (placement) qui n’est autre qu’une monnaie d’échange dans le temps permet de s’acheter à postériori l’avenir ! Vous savez : celui des marchandises….
            Votre fixette sur l’état montre votre mauvaise fois : regardons les aller-retour entre conseils d’administration des grands groupes et les hautes fonctions de votre bouc émissaire tout trouvé !
            Pour l’étalon, “Moi si” comme vous le suggérez : effectivement, je peux dire et sans problème (ai-je le droit ?) ! Comprenez vous au moins l’équation de I.Fisher ? Bien sûr, même trop bien……
            Pour la chine, arrêtez de vous noyez dans les dates ! Grotesque….
            Pour lionel, à quelle branche vous raccordez-vous ? Relisez votre commentaire peu glorieux à son égard.
            Nous n’est pas le terme adéquate : “vous” ou “eux” semble plus approprié tout simplement….


          • olivier69 Le 03 octobre 2013 à 15h43
            Afficher/Masquer

            Vous cherchez à me faire perdre ma modération….
            Et bien, j’en suis responsable et je ne tomberai plus dans ce piège !


          • Benjamin Franklin Le 03 octobre 2013 à 15h58
            Afficher/Masquer

            Friedman est un crétin, vous n’allez pas me dire le contraire. Et revenez dans le monde réel : s’il y avait des placements sans risques, les capitalistes n’auraient pas été en situation de faillite en 2008.

            Mais je vois les aller-retour entre les grands groupes et la haute fonction publique. C’est précisément à cause d’eux que je veux restreindre le pouvoir de l’Etat : s’il est impossible de le préserver du lobbying, je préfère qu’il ait le moins de pouvoir possible.

            Qu’est-ce que l’équation de Fisher vient faire là-dedans ?

            Je me noie dans des dates sur la Chine ? Je ne pense pas, non.
            link to tradingeconomics.com
            Les dates de rupture de tendance sont assez claires, à mes yeux. 2004. Peut-être pas aux vôtres ?

            Je vous en prie, expliquez moi les erreurs de logique que j’ai réalisées avec Lionel.

            Et d’une manière générale, qui êtes-vous pour juger de mes intentions ?

            Est-ce que vous comprenez ce que j’ai voulu dire par “en Suisse, il n’y a que du papier ?”. Ca veut dire que ce qui compte c’est à qui appartiennent les biens réels. Et que pour le savoir, il vaut mieux partir du bien réel que des titres de propriétés déclarés (les bouts de papiers), qui eux se cachent facilement…


          • olivier69 Le 03 octobre 2013 à 17h14
            Afficher/Masquer

            En 2008, ce ne sont pas les riches mais la société entière qui s’est effondrée. Vous qui étiez pour fluidité du capital (avec l’exemple des charbonnages et du pétrole), pourquoi pas pour le reste ? Il suffisait de réduire la taille des établissements……
            La propagation systémique aura été le résultat de la titrisation hasardeuse dans les produits. Qui gère la gestion du risque pour refiler les pertes à la société civile ? La spéculation réduit la fluidité d’après vous ? Et vous demandez encore plus de déréglementations (notamment financières) ? L’éducation, je la conçois avec le principe de la carotte et du bâton ! Combien de transferts sur la sphère publique ? La fluidité de la facturation des banques….
            La gestion des risques est la nouvelle monnaie des établissements financiers.
            L’objectif d’une monnaie primaire, secondaire,…. n’est ni plus ni moins l’accès aux marchandises dans le temps. Combien de biens réels disposent déjà les riches (or compris caché dans les paradis du ciel) ? Broutille ! Je vous rappelle que derrière les structures se cachent des hommes souvent grassement payés (notamment dans les firmes) au détriment des états (évasion fiscale) et des peuples (solvabilité). Même les biens publics ne nous appartiennent plus. Heureusement que vous pouvez vous faire la cerise sur l’état….Mutualiser les pertes et privatiser les profits, voilà comment cela s’appelle. Et pour le bonheur des pauvres ? Je vois que vous êtes intègre…
            Elle est pratique cette équation d’Irvin, n’est-ce pas ?
            Pas besoin d’avoir des placements avec ou sans risque puisque le fait d’avoir la diversification du patrimoine annule pratiquement tous les risques (les rendements des actifs : jeu à somme nul). Mais cela vous le savez déjà puisque vous comprenez très bien la signification de la théorie quantitative de la monnaie. Le reste se situe dans la répartition des gains de productivité……Et là, les statistiques parlent d’eux-mêmes !
            « Et d’une manière générale, qui êtes-vous pour juger de mes intentions ? », vous vous jugez tout seul car je n’oserai pas. Je ne fais que relever vos contradictions et cela vous énerve. Pour ma part, je suis un simple citoyen français (l’idéalisme n’empêche pas le réalisme) mais cela ne semble peut-être pas être votre cas ? A vous de nous le dire….


          • Benjamin Franklin Le 03 octobre 2013 à 17h35
            Afficher/Masquer

            En 2008, la part des ultra-riches dans le revenu s’était écroulée, comme à chaque crise financière, relisez les billets d’Olivier sur les revenus aux USA et en France.

            La mutualisation des pertes et la privatisation des profits est foncièrement antilibérale. Dans le libéralisme, on privatise les pertes comme les profits.

            Et pouvez-vous vous exprimez en français, s’il vous plaît ?

            C’est quoi la “fluidité du reste”, quel rapport avec les charbonnages et le pétrole ? C’est quoi le rappport entre dérèglementation et éducation ? C’est quoi la “fluidité de la facturation des banques” ?

            C’est quoi le lien entre l’accès aux marchandises dans le temps, et les biens réels des riches ? Ca veut dire quoi la “cerise sur l’Etat” ?

            Ca sert à quoi d’annuler les risques si le rendement est nul ?
            Et de quelles statistiques sur la répartition des gains de productivité parlez-vous ? Parce que en France, aux dernières nouvelles, les salaires ont suivi les gains de productivité.

            Et de quelles “contradictions” parlez-vous ? Expliquez moi donc mes fautes de logique, si elles sont si évidentes ?

            Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement. Merci.


          • olivier69 Le 03 octobre 2013 à 19h09
            Afficher/Masquer

            La fluidité est un mouvement (un déplacement), une forme de transferts. La fluidité des statuts sociaux par exemple s’appelle parfois l’égalité des chances…
            La fluidité de l’économie se traduit par la concurrence et non les ententes (oligopoles).
            Depuis quand les richesses qui se trouvent dans les paradis sont-elles déclarées ? Si mr Berruyer avait eu ces données alors évidemment qu’il les aurait intégrées….C’est la fluidité de l’information (le postulat de la condition de transparence) ! Vous essayez de me faire dire quoi au juste ?
            « Dans le libéralisme, on privatise les pertes comme les profits », connaissez-vous une des fonctions de la filiale ? Vous nous dites qu’en 2008, ils ont privatisé les pertes ? Elles sont où les sanctions en matière de bâton ? Comment dit-on déjà : pour sûr que les états se sont fait carotter….
            « C’est quoi le lien entre l’accès aux marchandises dans le temps, et les biens réels des riches ? », cela s’appelle la spéculation ! Les placements au détriment de l’investissement. Les placements sont devenus des investissements dans la propriété temporelle des biens.
            « Ca sert à quoi d’annuler les risques si le rendement est nul ? », cela sert aujourd’hui à spolier les gains de productivité. Si vous étiez un vrai libéral et que vous aviez compris cette équation et les motifs de détention de la monnaie (transaction, précaution, spéculation, détention du patrimoine), vous ne me poseriez pas cette question. Le motif de diversification de patrimoine de Friedman explique très bien les rendements.
            « les salaires ont suivi les gains de productivité. », déjà ce n’est pas vrai !
            link to institut.fsu.fr
            Et le pire, c’est que vous ne prenez pas la progression du chômage, facile !
            Parce que pour parler correctement de la santé de l’économie, il faudrait peut-être prendre les agrégats dans son ensemble. Un peu de macro, vous ferez du bien.
            Les autrichiens oublient l’activité et se concentrent sur les coûts de production. Il justifie la distribution des gains de productivité comme ils peuvent. Mais le chômage ne les concerne pas, ni le niveau d’activité…
            Ce qui est clair se conçoit !


          • Benjamin Franklin Le 03 octobre 2013 à 21h06
            Afficher/Masquer

            Vous ne m’avez toujours pas donné d’exemple d’oligopole, je note.

            Depuis quand les richesses des paradis fiscaux sont déclarées ? Et bien, les données des héritages sont souvent un poil plus fiables que les déclarations fiscal, parce que pour que l’administration reconnaisse le nouveau propriétaire de l’usine, il faut qu’elle connaisse l’ancien. Ce n’est bien sûr pas la panacée, mais c’est mieux que rien.

            J’ai dit qu’en 2008 ils ont privatisé les pertes ? Où ça ? Non, l’Etat américain a renfloué les banques…

            C’est quoi la différence entre un placement et un investissement ? Dans les deux cas, le propriétaire de l’argent le prête à quelqu’un contre intérêt, je me trompe ?

            Les salaires ONT SUIVI les gains de productivité :
            link to les-crises.fr
            link to limonaire.blog.lemonde.fr

            Et il y a plein d’autres pays que la France qui n’ont pas de problèmes de chômage, vous remarquerez. Généralement avec un marché du travail moins rigide. La distribution des gains de productivité se justifie très simplement par la négociation salariale, et comme le montre les données, ça se passe bien.

            Les autrichiens se fichent pas mal de l’activité et des coûts de production, tout comme ils se fichent pas mal du PIB ou de la productivité. Ils s’intéressent juste à ce que veulent les gens.


            • jacqueline Le 03 octobre 2013 à 21h28
              Afficher/Masquer

              Oui mais si vous prêtez de l’argent à qqun ( une banque ) qui est endetté, alors que vous même vous êtes déjà surendetté et que vous vous endettez davantage, c’est vous qui l’avez dans l’os.

              On ne vous prêtera plus qu’à des taux usuriers et si vous produisez moins ( croissance en berne ) vous ne pouvez plus rembourser.


          • olivier69 Le 03 octobre 2013 à 22h18
            Afficher/Masquer

            Vous voulez un exemple : les hommes qui se cachent derrière la FED, la BCE, la BRI. Vous parlez toujours de structures sans voir ceux qui se trouvent derrière. “Facile” avec les droits de propriété. Ce qui ne se voit pas !
            C’est un cartel qui joue avec les droits de propriété (privés et publics). Les structures ne sont que des instruments alors c’est “facile” de se cacher derrière (principe de la filiale). Vous n’avez pas l’impression que l’on répète la même chose ?
            Je vous cite : « nous avons abandonné le système de banques libres au profit d’un système monétaire et bancaire largement piloté par les banques centrales et autres accords de Bâle… », Qu’est ce que vous appelez banques libres ? Privés et sans limites ? Savez-vous que la FED est un établissement privé dans les statuts ?
            Bonsoir jacqueline,
            Les banques sont des structures avec des hommes qui se cachent derrière. Nous sommes endettés, elles sont endettées, les états sont endettés et pourtant regardons la richesse mondiale. C’est juste un problème de répartition et d’outils de financement. A la vue des récentes rémunérations exorbitantes, il convient de comprendre pourquoi ces phénomènes ?
            L’économie mais aussi l’histoire de la création monétaire peuvent nous donner des pistes ! Notamment le mode de financement privé unique et trop rigide….
            Ps : « Il n’y a pas de moyen plus subtil et plus sûr de détruire les bases de la société que de débaucher la monnaie ». John Maynard Keynes,1920.


          • olivier69 Le 03 octobre 2013 à 23h03
            Afficher/Masquer

            Benjamin,
            Mr berruyer a fait une étude sérieuse par rapport aux données dont il disposait. D’ailleurs si vous aviez correctement lu, il précise bien : “Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas de problèmes, très loin de là. Nous verrons par la suite la montée des inégalités dans ce système de “financiarisme“.
            Alors lorsque l’on regarde les graphiques et analyses, il ne figure évidemment pas les données des institutions financières. Il s”agit des sociétés non financières ! Les titres, regardez les titres des graphiques, voyons.
            Pour vous, si il n’y a pas de VA dans la création de richesse fictive alors pourquoi en créer ? Aucun intérêt mais c’était pour rire….
            La VA dans le financiarisme, c’est le contrôle de la masse monétaire et de la richesse future. Et donc par répercussion temporelle, une inflation sur la sphère réelle. Difficile à appréhender en terme de gains de productivité pourtant….. C’est une des sources des inégalités.
            Parce qu’Il aurait fallu que la croissance dans les mêmes proportions suive le mouvement de créations de ses instruments. La fluidité de la monnaie !
            “l’Etat américain a renfloué les banques…”, c’est la FED et nébuleuses annexes ! Oui, savez-vous que des structures annexes dans l’ombre permettent de financer (des opérations pas très nettes) sans que le congrès vote quoique ce soit !
            Merci.


          • step Le 04 octobre 2013 à 10h06
            Afficher/Masquer

            “Vous connaissez des placements sans risques ? Je suis tout ouïe. Manifestement les ultra-riches n’en connaissent pas non plus, vu qu’ils étaient tous en faillite en 2008, et ont été presque tous sauvés par… l’Etat.” … Donc leur placement était bien sans risque !


    • Vince Le 03 octobre 2013 à 16h59
      Afficher/Masquer

      tout à fait d’accord

      une BCE ne peut pas arbitrer les taux de change car tous les pays ont des intérêts antagonistes, les taux de changes doivent libre (il est impossible de faire autrement).

      mais il veut conserver l’idée de politiques qui dirigent l’Europe, cette belle idée de créer une super puissance à vocation hégémonique et coloniale (voir discours de Victor Hugo de 1849, considéré comme un des pères de l’Europe: “l’Asie serait rendue à la civilisation, l’Afrique serait rendue à l’homme”).
      Car l’idée fondamentale de l’Europe est de fusionner les pays entre eux pour être plus ‘puissant’, et pourquoi est plus puissant si ce n’est pour dominer plus faibles (enfin leur apporter la ‘civilisation’)


  6. Lisztfr Le 03 octobre 2013 à 10h07
    Afficher/Masquer

    link to youtube.com

    Henri Guillemin nous raconte Jean-Jacques Rousseau.

    Je ne sais pas si tout ce qu’il dit est exact, mais c’est intéressant..


    • Christophe Vieren Le 03 octobre 2013 à 12h09
      Afficher/Masquer

      Jean-Jacques Rousseau si souvent déprécié au profit de Voltaire. Il faut dire que le premier est jugé trop “coco” avec son contrat social (pour faire simple) !

      De même que l’on parle souvent de 1789 (révolution bourgeoise) mais rarement de 1793 (révolution prolétaire), dont c’est pourtant cette année c’est le 220e anniversaire. Et lorsqu’on en parle, c’est pour évoquer la terreur (certes regrettable) en oubliant tout le reste.


      • dadone Le 03 octobre 2013 à 12h16
        Afficher/Masquer

        Dans le même ordre d’idée un peu d’Histoire :
        Lors de la révolution française, la chute de Robespierre marque la fin du dirigisme économique centré sur le peuple, dans ce contexte la convention Thermidorienne marque un retour de la bourgeoisie au pouvoir.
        Pour Lénine, il existe deux menaces qui compromettent la révolution marxiste, une réaction Thermidorienne ou une réaction Bonapartiste, c’est-à-dire la prise de pouvoir par un dictateur. Insidieusement, petit à petit, aidé par une bureaucratie toute dévouée à sa cause, ce sera Joseph Staline qui sera finalement le dictateur et le fossoyeur du processus révolutionnaire. Pour la réaction Thermidorienne, il faudra attendre 70 ans avec la dissolution de l’URSS marquant un point final à l’idéologie marxiste. Symbole de cette réaction, la réhabilitation de Nicolas II et sa famille par la cour suprême Russe en 2008, reniant ainsi toutes les actions révolutionnaires des Bolcheviks, définitivement considérés comme des criminels alors que si on se penche un tant soit peu sur la généalogie des Romanov, les pires crimes sont bien à chercher de ce côté-là.
        En France, Louis XVI n’a jamais été réhabilité alors que ses crimes était beaucoup moins graves que ceux de la famille Romanov, la différence est qu’en France ce sont les bourgeois qui ont été bénéficiaires de la révolution et qu’en Russie, ils en ont été les victimes. Et comme aujourd’hui ce sont les bourgeois qui sont au pouvoir dans les deux pays, ceci, explique cela


      • Caliméro martyrisé Le 03 octobre 2013 à 12h59
        Afficher/Masquer

        Rassurez-vous Christophe, Rousseau n’était pas “coco”.
        Sinon, il n’eût pas abandonné ses enfants, lui qui écrivit pourtant “Du contrat de l’éducation”.


    • Lisztfr Le 03 octobre 2013 à 15h00
      Afficher/Masquer

      Un choc, la découverte de ces video :
      *
      *

      link to youtube.com

      link to youtube.com

      L’autre avant guerre – 1871-1914 (1) – L’ordre moral – Henri Guillemin

      L’autre avant guerre – 1871-1914 (2) – La république des républicains


      • Lisztfr Le 03 octobre 2013 à 15h08
        Afficher/Masquer

        C’est Jules Ferry qui décide la suppression du repos hebdomadaire, voir la fin de la 2nd video.

        Ces exposés sont incroyables…


        • jacqueline Le 03 octobre 2013 à 22h54
          Afficher/Masquer

          Jules Ferry : faire travailler les gens le dimanche pour vider les églises !

          Maintenant la CGT et la gauche font le boulot du pape. Mouarf !


  7. aurel Le 03 octobre 2013 à 11h03
    Afficher/Masquer

    moi je parie au contraire sur un renforcement de la zone euro et un noyau dur qui se con- fédéralisera de plus en plus.

    on en a marre des politiques locales qui coutent un max et qui ne servent a rien. pourquoi n’a t’on pas qu’un seul parlement souverain, celui de l’europe ? pourquoi n’a t’on pas qu’une seule loi du travail, un seul smic, une seule nation et une nation ?

    a cause des élus locaux qui ne veulent surtout rien lacher.

    résultat : un grand gâchis.

    moi je dis, gouvernance locale aux citoyens – méthode chouard, selection au hasard, conseils de citoyens qui votent leurs lois, gouvernance générale aux parlementaires elus dans le groupe des gouvernants locaux (election alternée avec les renouvellement des parlements locaux mettons tous les 2 ou 3 ans histoire d’avoir des citoyens parlementaires elus avec un peu d’expérience).

    ca fait deux assemblées, une locale et citoyenne, une européenne, composée de parlementaires-citoyens chevronnés.


    • step Le 03 octobre 2013 à 11h30
      Afficher/Masquer

      le problème des confédérations est qui est le con du repas. Aux US ca a viré à la guerre civile, cette question.


    • Casquette Le 03 octobre 2013 à 12h03
      Afficher/Masquer

      @Aurel

      Le code unique du travail serait calqué sur quel modèle , le français , l’allemand , le portugais… ?


    • Patrick Luder Le 03 octobre 2013 à 17h46
      Afficher/Masquer

      @Aurel
      Ne vous en déplaise, l’Europe n’est pas un pays, mais un continent.
      Même les Etats-Unis ne trouvent pas un semblant d’unité,
      et pourtant ils sont issus, eux, du même moule, en même temps.


    • Patrick Luder Le 03 octobre 2013 à 17h57
      Afficher/Masquer

      @Aurel

      Sinon je suis presque en phase avec votre proposition,
      un gouverance locale et citoyenne (à l’échelle d’une région)
      mais avec des règles simples à plus grande échelle.
      Attention toutefois, l’Europe est insuffisante pour prendre les défis d’avenir,
      seule une vision mondiale pourra intervenir pour les domaines mondiaux,
      tels le climat, les énergies fossiles, les ressources naturelles etc.


      • Bernie Le 04 octobre 2013 à 01h04
        Afficher/Masquer

        Mais dans une “vision mondiale”, qu’advient-il des paradis fiscaux comme la Suisse ? Parce que ça risque d’être plus dur les leçons de morale et de démocratie quand il n’y aura plus que les chocolats pour les financer …


        • Surya Le 04 octobre 2013 à 12h05
          Afficher/Masquer

          C’est bien méconnaître l’économie suisse.

          Sinon la Suisse n’est pas un paradis fiscal; les gens payent des impôts là bas.


  8. jacqueline Le 03 octobre 2013 à 12h41
    Afficher/Masquer

    Lordon n’a que ça à faire, en plus payé par l’ Etat, imaginer des “usines à gaz”. Puis comme d’autres, une fois qu’ils ont une idée, ils ne lâchent plus, font une gloire personnelle de la faire appliquer un jour ( façon Delors ), l’œuvre de toute une vie, quitte à nous raconter des salades pour démontrer que c’est LA meilleure solution.

    Qui gérera cette monnaie commune ? Qui fixera la parité entre la monnaie commune et chaque monnaie locale ? Si ce n’est pas une autorité supérieure aux états, si chaque pays fait ce qu’il veut : bonjour le champ de foire.

    Ca risque d’être pire que la monnaie unique, d’ailleurs on peut se poser la question de pourquoi les européistes ont abandonné cette idée de monnaie commune ? ( ils l’ont eu avant Lordon )

    Ca reste une perte de souveraineté des divers pays de l’ UE, déjà pour la mettre en place il faudrait tous être d’accord sur les règles ( c’est pas gagné !). Enfin si, comme actuellement, un certain nombre de pays font n’importe quoi, vous n’arriverez pas à nous faire croire que ça n’aura pas de conséquences pour la monnaie commune, vis à vis des autres monnaies et l’ensemble des pays qui l’ont adoptée.

    Je doute que les allemands se laissent enfermer dans un tel piège, après leur expérience avec la monnaie unique mais tant mieux !

    Une monnaie commune à tout un continent, ou presque , pour qu’elle soit plus représentative face au dollar, c ‘est ce qu’on a avec l’ Euro et ça nous protège de rien du tout : trop fort , ça va pas, trop faible ça va pas non plus. Avec la monnaie commune ce sera pareil et telle résolution qui conviendrait aux pays de sud ne conviendra pas aux allemands. Il n’est pas besoin d’être un grand pays, pour avoir sa propre monnaie : cf la Suisse, la Norvège et d’autres.


    • Lisztfr Le 03 octobre 2013 à 13h13
      Afficher/Masquer

      Bonne analyse.

      N’oublions pas que l’Euro n’est pas le carcan qu’on veut bien dire, puisque en Grèce nous avons déjà une déflation salariale, donc un ajustement de la compétitivité… relative.


    • ril Le 03 octobre 2013 à 15h01
      Afficher/Masquer

      Une monnaie commune pose les mêmes problèmes qu’une monnaie unique car il faudra bien trouver des règles contractuelles de détermination des parités des euro-monnaies, donc une forme de normalisation automatisante que fustige Lordon. Et pourtant, sa monnaie commune et non unique ne peut échapper à des normes de marges d’écart entre les monnaies.

      Bonjour les négos à venir…jusqu’où la dévaluation et la réévaluation ?

      Moyennant quoi, la dévaluation n’est jamais un gage d’amélioration magique.


      • ril Le 03 octobre 2013 à 15h08
        Afficher/Masquer

        Au total, si :

        une dépréciation réelle de l’euro réduit le PIB
        de la zone euro ;

        elle nécessite une forte accumulation de réserves
        de change en devises par la BCE avec les
        inconvénients liés ;
        il faut peut-être oublier la dépréciation de l’euro comme
        instrument de sortie de la
        crise de la zone euro.

        link to cib.natixis.com


    • olivier69 Le 03 octobre 2013 à 15h16
      Afficher/Masquer

      Vous ne voyez pas que c’est une relocalisation des pouvoirs politiques ? Plus proche des citoyens….Un consensus et non un contrat imposé (trop rigide et très lointain : qui plus est, non démocratique) ! Vous préférez le chaos ou rien ? C’est simplement apporté une certaine souplesse.
      L’échange, ce n’est pas une contrainte forcée mais un accord. Peut-être que l’on a pas la même définition des échanges ! Un accord veut dire souvent en effet “négociation”.
      Cette nouvelle perspective veut dire : qui empêchera un pays de limiter sa relation de façon variable avec la zone et surtout qui pourra faire légalement (et non pas légitimement) de l’ingérence ? Certainement pas des bureaucrates sans scrupule, et sans compte à rendre !


      • olivier69 Le 04 octobre 2013 à 02h25
        Afficher/Masquer

        Jacqueline,
        excusez-nous mais vous proposez quoi au juste ?
        “Une monnaie commune à tout un continent, ou presque , pour qu’elle soit plus représentative face au dollar, c ‘est ce qu’on a avec l’ Euro et ça nous protège de rien du tout : trop fort , ça va pas, trop faible ça va pas non plus. “, un retour aux monnaies nationales ? la continuité de l’euro dans la même config ? Les marges de manoeuvre sont courtes. Par les temps qui courent, toutes les propositions méritent d’être étudiées. Je ne comprends pas où vous voulez en venir.

        Ensuite, vous voulez légitimer les conflits d’intérêt ? Vous parlez des recherches des firmes (comme “des délires inutiles”, croyez-vous sincèrement ce que vous dites ?) mais si elles ne sont pas un minimum encadrées alors qu’est-ce qui nous protège des débordements politiques, commerciaux ou scientifiques ? La politique comme la science peuvent être à double tranchant. Il n’y a pratiquement plus de fossé entre la théorie et la pratique. L’expérimentation par exemple doit aller jusqu’où ? D’ailleurs, je vous ai fourni un lien de la CNIL (plus bas) qui est très inquiétant.
        ps : Si cela, c’est du délire alors l’intrusion dans votre sphère n’est plus qu’une histoire de temps. Ou alors êtes-vous anachiste de droite ?


        • jacqueline Le 04 octobre 2013 à 10h14
          Afficher/Masquer

          Après avoir été échaudée par la monnaie unique : un concept théorique qui n’avait aucune chance de marcher, je refuse qu’on remette ça avec un autre concept théorique, né dans la tête de qqun qui n’a que ça à faire : des élucubrations.

          Chez DLR j’ai contesté un post de Lordon qui voulait faire cette expérience de monnaie commune avec les pays du magreb : c’était avant les printemps arabes . LOL !

          Donc je suis pour un retour à la pleine souveraineté monétaire : retour à une monnaie nationale.

          Pour la suite de vos critiques, sans doute emporté par la mauvaise foi parce que mes propos ne vous plaisent pas, vous dites que je confond ceci et celà : Bernie , lui a bien compris.

          Plus loin vous parlez de contrepouvoir : justement on a donné les pouvoirs à la commission européenne et à la BCE indépendante et il n’y a plus de contrepouvoir.

          Aussi je souhaite retrouver notre souveraineté nationale, au niveau de la monnaie, mais aussi des frontières , des importations, de la défense et de la fabrication de nos fromages.


          • olivier69 Le 04 octobre 2013 à 13h26
            Afficher/Masquer

            Chère madame, ou cher monsieur ?
            je ne sais pas en fait, mais je peux vous dire que votre tolérance ne fait aucun doute. La brutalité de la sortie de l’euro est une image souvent significative. L’art et la manière ne sont pas la panacée de tout le monde. J’aurai donc du deviner tout cela qui explique ceci. “Pour la suite de vos critiques”, permettez-moi de vous proposez la distinction entre le questionnement et la critique sans méchanceté, aucune. Je refgrette que vous le preniez sur ce ton. Mais, certes ! J’ai connu un temps où le missionnaire commandait toutes les formes de l’exercice. Ma foi, je vais donc demander à “bernie” qui je l’espère sera plus diplomatique…. Il ne risque pas de confondre la monnaie à l’édifice dans sa quête religieuse. Je repose donc tout sur vos épaules par sagesse et compréhension.
            En général, je mets le “donc” à la fin et le “auusi” au milieu pour éviter toutes les confusions. :)


    • toutouadi Le 03 octobre 2013 à 15h29
      Afficher/Masquer

      “en plus payé par l’ Etat, ”

      Ha !! Bin c’est sùr !! Payé par Bouygues, par Dassault ou par Lagadère ça serait mieux.


      • jacqueline Le 03 octobre 2013 à 21h32
        Afficher/Masquer

        A partir du moment où il s’agit de “délires” inutiles de chercheur qui cherche, je préfère que ce soit Bouygues qui le paye, que l’ État avec nos impôts.


        • toutouadi Le 03 octobre 2013 à 22h17
          Afficher/Masquer

          Délires ? C’est sûr ?
          Lordon est un peu plus sophistiqué que marine ou que son papa, quand on à pas trop l’habitude, c’est vrai que cela peut générer quelques légères incompréhensions…


          • Bernie Le 04 octobre 2013 à 01h22
            Afficher/Masquer

            Pourquoi un tel mépris dans votre post ? Vous ne pouvez ou ne savez argumenter, alors vous disqualifiez ?

            Mais Lordon n’est finalement pas si loin de ceux que vous évoquez, au moins dans sa méthode : désigner des néfastes, des malfaisants, sans qui les Peuples pourraient enfin atteindre la satisfaction de leurs besoins et désirs, et les éradiquer. Marine en les expulsant, Lordon en les disqualifiant a priori de tout débat “sérieux”.

            Jacqueline a


          • Bernie Le 04 octobre 2013 à 01h29
            Afficher/Masquer

            Jacqueline a raison : si Bouyghes veut dépenser les marges réalisées sur ses clients à financer des recherches monomaniaques, ça regarde leurs actionnaires. Si c’est l’Etat, il s’agit des impôts que nous payons, et là ça nous regarde …


        • olivier69 Le 03 octobre 2013 à 23h41
          Afficher/Masquer

          Jacqueline,
          il serait peut-être tant de se réveiller ! Si nous n’avons pas un contre pouvoir alors voilà le monde de demain : celui des oligopoles et multinationales !
          link to dailymotion.com


    • Pierre Le 07 octobre 2013 à 15h12
      Afficher/Masquer

      @Jacqueline :

      Chère madame, avant de vous emporter, lisez VRAIMENT l’article de Lordon : tous les problèmes que vous soulevez y sont traités.
      Vous pouvez ne pas être d’accord avec lui et ne pas l’aimer du tout (ce qui semble être le cas), mais il a le mérite d’apporter (ou d’essayer d’apporter) des réponses aux problèmes qui se posent à ses yeux.
      C’est à mes yeux bien mieux que la critique pour la critique ou les incantations sans actes clairement définis.

      Bien cordialement.


  9. Caliméro martyrisé Le 03 octobre 2013 à 13h02
    Afficher/Masquer

    Remplacer l’euro par … l’euro.

    Mais c’est bien sûr !!!
    Voilà la solution à tous nos problèmes.

    Bon alors, maintenant il y a quelqu’un pour aller vendre ça aux “crève la faim” ?


    • Bobil Le 03 octobre 2013 à 13h55
      Afficher/Masquer

      “Or cette balance redevient enfin favorable si, en lieu et place d’une monnaie unique, on pense à une monnaie commune, c’est-à-dire à un euro doté de représentants nationaux : des euro-francs, des euro-pesetas, etc.”

      C’est en gros la même proposition qu’ont déjà fait le FN, le FG, DLR et S&P :

      Front de Gauche : « Et une dernière «extrémité» possible: «Avoir une monnaie commune à l’échelle européenne où chaque pays garderait sa propre monnaie nationale», conclut Etievant. » link to liberation.fr

      Front National : « Marine Le Pen, candidate du Front national (FN) à la présidentielle, a affirmé dimanche soir qu’elle «envisageait de conserver l’euro comme monnaie commune», en parallèle au franc.
      «Nous envisageons de conserver l’euro monnaie commune, l’euro ECU (“European currency unit”, ancienne unité de compte de la Communauté européenne qui était constituée d’un panier de monnaies, ndlr)», a déclaré Mme Le Pen, qui était l’invitée de Radio France Politique. » link to leparisien.fr
      link to dailymotion.com (à 6min37s)
      link to dailymotion.com (à 11min03s)

      Debout la république : « Je propose donc de sortir de la monnaie unique pour passer à l’euro-franc. Cette monnaie nationale sera intégrée à un nouveau sys-tème monétaire européen – dont l’euro pourrait rester l’unité de compte. » link to debout-la-republique.fr

      Solidarité & Progrès : « nous n’avons d’autre choix que la rupture sèche ou le passage de l’euro unique à des euros nationaux, l’euro étant la référence commune pour les grands projets impliquant plusieurs pays
      […]Rétablir la souveraineté des États sur leur monnaie : passer de l’euro unique à des euros nationaux (ou franc polytechnique en France) » link to jacquescheminade.fr


  10. Jean-Luc Le 03 octobre 2013 à 13h42
    Afficher/Masquer

    A mon sens, c’est la construction de l’Europe qui est bancale dans sa totalité. L’Euro n’est qu’une conséquence de cette construction désastreuse même s’il en est le seul élément qui ai jamais été “construit” et mis en œuvre finalement.
    Je reste convaincu que l’on ne peut pas unifier des pays sur des bases aussi disparates que celles existantes. A ce titre, l’Euro devient le problème mais n’est pas, je pense, la cause.

    L’Euro, c’est comme un revêtement de sol.
    Si la surface n’est pas plane, qu’elle accuse des aspérités importantes, des changement de niveaux intempestifs, des pentes non maîtrisées, des consistances différentes, des parties non finies … vous pouvez mettre le plus beau et le plus cher revêtement de sol que vous voulez, il finira tôt ou tard par fissurer, se casser. On pourra toujours dire que le carrelage n’était pas d’assez bonne qualité, il n’en reste pas moins que c’est la base qui n’était pas saine.

    Bref, commençons par faire en sorte que la base européenne soit saine et plane. Et si ce n’est pas possible (ce que je pense), alors il y a un biais dans la construction européenne qui n’est pas résolvable et il faut donc repenser l’ensemble de la construction européenne sur un autre modèle.


  11. Incognitototo Le 03 octobre 2013 à 14h13
    Afficher/Masquer

    Au cas où cela intéresserait ceux qui essayent de penser autrement, je vous informe qu’il est tout à fait possible d’intégrer toutes les possibilités que donne une monnaie nationale dans des mécanismes fiscaux.

    Au moins, six avantages majeurs à cette possibilité :
    - on échappe à l’illusion qu’un pays doté de sa propre monnaie ré-accéderait à des marges de manœuvre qui n’existent pas dans l’état actuel du système international,
    - on supprime tous les mécanismes de dumpings quelle qu’en soit l’origine,
    - on peut moduler très finement en fonction des secteurs ce qu’on veut promouvoir ou pas comme activités,
    - on annihile en partie les pouvoirs des marchés financiers,
    - on ne fait pas supporter à la population une inflation ou des dévaluations qui assassinent leur pouvoir d’achat, sauf éventuellement sur les produits importés, ce qui a une grande importance pour les politiques de relocalisation,
    - on évite le chaos…

    Cela dit, il est bien évident qu’on n’évitera pas de profondes réformes politiques européennes, pour arriver à ces résultats… et c’est seulement en cas d’échec de ce genre de réformes qu’effectivement nous serions en droit de faire exploser l’euro… ça change tout au niveau de la stratégie politique et des raisons qui la sous-tendent…


  12. toutouadi Le 03 octobre 2013 à 16h03
    Afficher/Masquer

    Sans vouloir raviver certaines polémiques, Evelyne Pieiller dans le monde diplo a fait un article sur les pièges et embrouilles de l’économie selon les rouges bruns. Un aperçu link to monde-diplomatique.fr


    • toutouadi Le 03 octobre 2013 à 16h17
      Afficher/Masquer

      Nota bene

      Rouge comme socialisme et brun comme nationalisme … Bigre !! cela me rappelle vaguement quelque chose …
      Mais c’est vrai .. parait que l’histoire ne repasse pas les plats.. Donc pas de soucis pour les Roms, Arabes, Noirs et autres bouc-émissaires potentiels.


      • jacqueline Le 03 octobre 2013 à 23h16
        Afficher/Masquer

        Il faut bien que Lordon justifie sa paye et son statut.

        Des chercheurs qui cherchent on ne trouve.

        des chercheurs qui trouvent on en cherche.

        ( Jean Amadou )


  13. BA Le 03 octobre 2013 à 17h24
    Afficher/Masquer

    Chômage en août 2013 :

    Grèce : 27,9 % de chômage.
    61,5 % de chômage chez les jeunes de moins de 25 ans.

    Espagne : 26,2 % de chômage.
    56 % de chômage chez les jeunes de moins de 25 ans.

    Chypre : 16,9 % de chômage.
    38,6 % chez les jeunes.

    Croatie : 16,9 % de chômage.
    52 % chez les jeunes.

    Portugal : 16,5 % de chômage.
    36,8 % chez les jeunes.

    Slovaquie : 14 % de chômage.
    31,8 % chez les jeunes.

    Irlande : 13,6 % de chômage.
    28,5 % chez les jeunes.

    Italie : 12,2 % de chômage.
    40,1 % chez les jeunes.

    Concernant le mois de septembre, nous venons d’apprendre le chiffre de l’Espagne.

    Espagne : après la période estivale, le chômage repart à la hausse.

    Mercredi 2 octobre 2013 :

    Chômage en septembre 2013 :

    Espagne : 26,26 % de chômage.
    56,1 % de chômage chez les jeunes de moins de 25 ans.

    Espagne : le chômage repart à la hausse en septembre.

    Le nombre de personnes inscrites au chômage en Espagne est reparti à la hausse en septembre après six mois de baisse, à 4,72 millions, affecté par la fin de saison estivale, a annoncé mercredi le ministère de l’Emploi.

    La quatrième économie de la zone euro, qui avait bien profité de l’embellie touristique, a enregistré sur le mois de septembre 25.572 demandeurs d’emploi en plus, tandis que le taux de chômage atteint 26,26% selon l’Institut national de la statistique (INE), qui utilise une méthode de calcul différente et sert de référence.

    Surtout, chez les jeunes de moins de 25 ans, le collectif le plus touché par le chômage avec un taux de 56,1%, la tendance reste à la hausse (+7,04%).

    link to boursorama.com


  14. yt75 Le 03 octobre 2013 à 17h33
    Afficher/Masquer

    Qu’un Lordon se “vautre” dans l’ultra monétarisme comme angle d’analyse de la crise, est un symptôme de l’état pathétique de ce que l’on appelle “la science économique”(parlons plutôt de corpus d’écritures) et de sa tendance intrinsèque démagogique, plus qu’autre chose.

    Pendant ce temps, révolte au Yemen (qui a sa propre devise) du fait que l’obtention d’un prêt du FMI est soumise au fait de retirer au préalable les subventions sur les carburants (gaz de cuisine et carburants routiers).


    • yt75 Le 03 octobre 2013 à 17h42
      Afficher/Masquer

      Soudan désolé, enfin pour le Yemen la situation est la suivante :
      link to gailtheactuary.files.wordpress.com

      Et à propos du Soudan, voir par exemple :
      link to crudeoilpeak.info


    • dadone Le 03 octobre 2013 à 19h20
      Afficher/Masquer

      Pendant ce temps, révolte au Yemen (qui a sa propre devise) du fait que l’obtention d’un prêt du FMI

      Ah bon un prêt c’est pas monétaire …(peut être qu’il est en patates celui-là…) ?
      Dès que quelqu’un n’est pas d’accord avec votre thèse du tout énergie totalement farfelue, il est pathétique…
      Ce que propose Lordon n’est ni plus ni moins que la proposition de Keynes appliqué à l’UE et pas au monde…
      Alors Lordon et Keynes “pathétiques” ?


      • yt75 Le 03 octobre 2013 à 20h55
        Afficher/Masquer

        Désolé mais discuter avec vous ne m’intéresse aucunement, qu’une “technique monétaire” soit valable pour simuler la croissance quand la croissance est possible, ne veut pas dire qu’elle le soit quand ça n’est pas le cas. Il faut un peu de subtilité voyez vous ?
        (et sans nécessairement avoir oublié que l’on a un corps, bien évidemment).

        Après oui les monnaies et la géopolitique, ça existe aussi.


    • André Le 05 octobre 2013 à 16h49
      Afficher/Masquer

      Intéressant cette injonction du FMI,
      je rappelle que dans la genèse de la crise syrienne, il ya eu les bons conseils du FMI demandant l’arrêt du soutien des prix agricoles, ce qui a ruiné de nombreux petits paysans condamnés à s’entasser dans les banlieues des grandes villes sans espoir de trouver du travail!
      Le terreau du conflit…


  15. Lisztfr Le 03 octobre 2013 à 17h47
    Afficher/Masquer

    Je trouve ces video excellentes :

    link to youtube.com

    L’histoire méconnue de la BANQUE DE FRANCE


    • Un naïf Le 03 octobre 2013 à 18h23
      Afficher/Masquer

      Je l’aime bien Guillemin… on le retrouve dans ce film aussi :

      “Reconstitution : pour une nouvelle ère politique” avec
      - Etienne Chouard
      - Frédéric Lordon
      - Franck Lepage
      - Bernard Stiegler
      - Henri Guillemin
      - Naomi Klein
      - Olivier Delamarche
      - Michel Collon
      - Xavier Mathieu
      - Jean-Paul Jouary
      - Claude Bourguigon
      - Dominique Guillet
      - Pierre Rahbi


    • Surya Le 03 octobre 2013 à 18h26
      Afficher/Masquer

      Le seul truc de bien c’est l’extrait de la symphonie de Franck à la fin :D

      Sinon la Banque de France a été nationalisée depuis longtemps hein.


  16. Mano Le 03 octobre 2013 à 17h56
    Afficher/Masquer

    Je n’ai pas eu le courage de lire tous les commentaires (la plupart des commentateurs vont me dire qu’ils s’en fichent et ils auront raison) cependant j’ai été stoppé dès le début de la logorrhée de Lordon; quand un syllogisme s’apparente à un sophisme je ne vais pas plus loin, et en plus ça m’épargne le verbiage de l’auteur.


    • dadone Le 03 octobre 2013 à 19h23
      Afficher/Masquer

      C’est bien dommage car cet article de fond vaut vraiment la peine d’être lut..et je ne suis pas le seul à le penser… en regardant la réaction de l’auteur du blog…


      • Mano Le 04 octobre 2013 à 12h01
        Afficher/Masquer

        La réaction de l’auteur du blog?

        Vous faites allusion je pense au pitch d’Olivier : “EXCELLENT papier de Frédéric Lordon, que je vous conseille très vivement. Je partage pleinement sa vision du besoin d’un euro ramené au statut de monnaie commune et non plus unique”

        Ok, je suis assez d’accord sur le principe, le seul problème c’est qu’il s’agit d’un voeu pieu et qu’il n’y aura jamais d’euro commun avec retour aux monnaies nationales.

        Si vous voulez on en reparle dans un an, dans deux ans, dans dix ans, et vous verrez qu’on n’aura pas avancé de beaucoup.


        • Surya Le 04 octobre 2013 à 12h08
          Afficher/Masquer

          Il n’y a pas d’exemple dans l”histoire d’expérimentation pérenne d’union monétaire sur des monnaies fiduciaires sans convergence politique


          • Mano Le 04 octobre 2013 à 12h16
            Afficher/Masquer

            Avant 1969 il n’y avait pas d’exemple dans l’histoire d’hommes se promenant sur la lune.

            Mince, ça veut donc dire que l’homme n’est pas allé sur la lune, encore un coup de la CIA!


          • Surya Le 04 octobre 2013 à 13h32
            Afficher/Masquer

            C’est vrai qu’on voit en ce moment que l’€ est un gros succès.


          • Mano Le 04 octobre 2013 à 17h22
            Afficher/Masquer

            @Surya,

            Que l’euro soit un succès ou non qu’est-ce que cela change?

            Je disais seulement que le système ne changera pas.

            Vous aussi vous voulez qu’on en reparle dans dix ans?


  17. BA Le 03 octobre 2013 à 18h56
    Afficher/Masquer

    Depuis mai 1974, les électeurs français ont TOUJOURS élu des présidents de la République et des majorités parlementaires favorables à la construction européenne.

    Depuis mai 1974, TOUS les présidents de la République et TOUS les premiers ministres ont comme priorité numéro un la construction européenne.

    Depuis mai 1974, cette politique suicidaire aboutit à un désastre économique, un désastre financier, un désastre social, un désastre moral, un désastre démocratique, un désastre politique.

    L’Union Européenne, c’est un suicide collectif.

    Jeudi 3 octobre 2013 :

    La cote d’avenir de Marine Le Pen s’envole.

    Marine Le Pen devient la troisième personnalité que les Français souhaitent voir jouer un rôle important dans les mois à venir. Une première. Dans le même temps, François Hollande s’enfonce.

    Pour la première fois de l’histoire du baromètre TNS Sofres, Marine Le Pen se hisse sur la troisième marche du podium ex aequo. La présidente du Front national fait jeu égal avec François Fillon, Alain Juppé et Christine Lagarde. Sa cote d’avenir n’est plus qu’à quelques petites longueurs de celle de Nicolas Sarkozy. Pour elle, c’est un nouveau palier.

    Elle progresse partout : chez les sympathisants PS (+ 1) et chez ceux de l’UMP (+ 7). Le plus inquiétant pour ses adversaires, c’est que Marine Le Pen a fait une rentrée au petit trot, sans éclat ni scandale. Elle bénéficie surtout de la faiblesse d’un pouvoir socialiste atone et d’une droite qui n’en finit plus de s’étriper sur des questions du passé. Tandis que Marine Le Pen voit sa cote d’avenir crever des plafonds jamais atteints, François Hollande bat son record d’impopularité.

    link to lefigaro.fr


    • Bernie Le 04 octobre 2013 à 02h18
      Afficher/Masquer

      [ Modérateur - Veuillez reformuler vos idées sans agresser tout le monde. ]


  18. Patrick Luder Le 03 octobre 2013 à 19h12
    Afficher/Masquer

    Si Marine Le Pen arrive à la tête de la république,
    quelles seront ses réels pouvoirs
    en dehors de celui de faire des promesses?

    Dans notre société actuelle, aucun président ne pourra parvenir à un plein emploi,
    ce qui n’est pas le cas chez les fourmis et les abeilles.

    Dans notre société actuelle, aucun président ne pourra
    éradiquer la pauvreté et combattre l’extrême richesse,
    ce qui n’est pas le cas chez les pingouins

    Dans notre société aucun président ne pourra préserver notre planète,
    ce qui n’est pas le cas chez les végétaux.

    Dans notre société aucun président ne mérite sa place,
    ce qui n’est pas le cas chez les éléphants.


    • Patrick Luder Le 03 octobre 2013 à 19h15
      Afficher/Masquer

      Seul le travail gratuit et libre à un avenir.
      Seul un monde sans argent trouvera l’égalité
      Seule la nature peut se perpétuer
      Seul Dieu est roi et maître


      • olivier69 Le 04 octobre 2013 à 02h47
        Afficher/Masquer

        Bonsoir Bernie,
        Pour cela, il me semble que nous avons l’embarras du choix sinon regardez plutôt le post de « kride » (le 03 octobre 2013 à 11h15). Peut-être que vous trouverez « chaussure à votre pied » ? :)
        link to les-crises.fr


        • olivier69 Le 04 octobre 2013 à 13h35
          Afficher/Masquer

          idem pour mano….


      • Mano Le 04 octobre 2013 à 12h07
        Afficher/Masquer

        Dieu? Euh, c’est qui?


        • olivier69 Le 04 octobre 2013 à 14h49
          Afficher/Masquer

          Mano,
          Oui, oui, “In god we trust”, on le sait…..
          Merci de faire avancer le débat !


          • Mano Le 04 octobre 2013 à 17h32
            Afficher/Masquer

            “idem pour mano”, vous voulez préciser?

            Mon “Dieu, euh, c’est qui?” se voulait un trait d’humour en réponse à un commentaire qui a disparu et dont l’auteur si je me souviens bien se demandait de quel dieu il s’agissait.

            Tout ça en réaction à une tirade de Patrick Luder qui me semble-t-il ne devait pas avoir toute sa tête le 3 octobre à 19h15.

            Ou alors c’était de l’humour de sa part…?

            On finit par s’y perdre.


          • olivier69 Le 04 octobre 2013 à 17h54
            Afficher/Masquer

            Ne vous énervez pas mano,
            Vous devriez plutôt être satisfait comme je le suis, d’avoir le choix ! La surenchère….
            Et si il m’avait dit qui il était alors je vous en aurait déjà parlé.
            En ce sens, nous avons en effet bien compris le message.
            ps : je suis plutôt tolérant. :)


    • Jean-Luc Le 03 octobre 2013 à 19h17
      Afficher/Masquer

      Le plein emploi, l’écologie, non.
      Par contre foutre le “bronx” dans la société française, ça oui, c’est possible.
      Il ne faut pas minimiser les capacités de nuisance d’un homme politique au niveau national et ne s’attacher qu’à l’international.


    • André Le 05 octobre 2013 à 17h00
      Afficher/Masquer

      Exact, on peut présenter une image puisque nous vivons dans une société de l’image (cathodique) mais il y a la réalité et faire tout l’inverse. Pour prendre Vichy que je connais assez bien, vous avez toute cette propagande, (la terre elle ne ment pas…), ces cartes postales, l’église, le laboureur,, le drapeau, etc or ça a été une période d’intense concentration industrielle sous l’impulsion d’une première génération de technocrates (Bichelonne).
      Enfin, ils nous ont quand même débarrassé de tous ces gens qui lisaient André Gide


  19. Macarel Le 03 octobre 2013 à 21h21
    Afficher/Masquer

    Un ancien banquier lance un cri d’alarme, à l’occasion de la sortie de son livre:

    “Crise financière: pourquoi les gouvernements ne font rien.”


  20. ril Le 03 octobre 2013 à 22h05
    Afficher/Masquer

    Jean-Michel Naulot – “Crise financière


  21. william Le 03 octobre 2013 à 22h34
    Afficher/Masquer

    Des intellectuels qui n’ont pas fait leurs preuves.
    Manque de certitudes économique pour la plupart. Sentiment de risques et d’agression qui touchent toutes les couches sociales. Une cacophonie de solutions potentielles. Rien dans l’action.Trop de monde ont raison et tort.
    La scène ressemble à celle du Médeçin malgré lui de Molière avec tous les médeçins auprès du malade. Tous convaincu de leurs diagnostics et de leurs solutions. Tous avec des diagnostics et des solutions différentes.
    Maintenant, trop de monde ont potentiellement des raisons de voter Marine Le Pen. Peu ont des arguments à faire valoir “contre” pour preuve d’une réussite économique.
    Evident que la simplicité sera considérée comme la vérité. Compréhensible.
    Nous “allons payer” ou “gagner”, selon ses idées, avec Marine Le Pen.
    Il faut dire que l’ouverture de Mitterand et l’enfoncement par Chirac, loin de l’opposition gaulliste qui les réunit et que l’ouverture du marché aurait mérité (le temps est nécessaire ; l’orgueil a été le plus grand pêché. “Etre dans l’histoire”). a été la source de cette situation.
    La vague est lancée. Sera-t-elle assez forte pour 2017 ?
    Une chance ? Un malheur ?
    On verra.
    Ce qui est sur, c’est que chacun d’entre nous se doit de faire son auto-critique. Pour moi, le vote de Mitterand en 81. Par contre, content d’avoir voté contre le référendum européen (trop vite, erreur d’intellectuels). Remarquez …cela n’a servi à rien.


  22. yoananda Le 03 octobre 2013 à 22h49
    Afficher/Masquer

    Je trouve la proposition de Lordon très intelligente. Il n’y a donc aucune chance qu’elle soit mise en place un jour.


  23. samuel Le 04 octobre 2013 à 00h17
    Afficher/Masquer

    C’est normal. La fatigue morale déstabilise la contre-argumentation ourdi.
    J’aimerai bien un débat vision-able entre Lordon et Michéa.
    Dés temps morts, où des temps imparfait.
    Une argumentation qu’on a oublié (qui nourrira d’autres choses) et qui sur l’instant pourra, pour les quelques uns, qui l’auront compris (et auquel je m’ignore) seraient fondamentales.
    Un aspect, mince, les mots seront mal compris, comment leurs donner sens? sans en faire des monstres.
    La forme et le fond et ces nuances, mais on passe les tonalités de gris, pour s’essayer aux couleurs.


    • spqr Le 04 octobre 2013 à 13h12
      Afficher/Masquer

      Vous pouvez vous reporter au “buzz” de l’été sur mediapart, qui a opposé Lordon and co à Michea. J’aime beaucoup lire les aticles de Lordon mais sur ce coup là, j’ai quand même été bien déçue. Il a certainement mieux à faire que de tirer dans les pattes de tout ce qui peut servir de tronc commun à une contestation/résistance au système périmé dans lequel nous nous débattons.


  24. BA Le 04 octobre 2013 à 08h13
    Afficher/Masquer

    C’est l’anniversaire de la tragédie grecque.

    Le 4 octobre 2009, les élections législatives donnent une victoire au Parti Socialiste en Grèce.

    Le 6 octobre 2009, Georgios Papandréou devient Premier ministre.

    Onze jours après son arrivée au pouvoir, il annonce, dans un souci de transparence, que l’état réel des finances grecques avait été caché par le précédent gouvernement. Il fait rétablir les véritables données économiques, dont un déficit équivalent à 12,5 % du PIB pour la seule année 2009. La Commission européenne confirmera cette falsification des données quelques semaines plus tard.

    En octobre 2009, toute la planète constate que la Grèce est en faillite. Mais les dirigeants européens ne veulent pas que la Grèce quitte l’Union Européenne, ni qu’elle retourne à sa monnaie nationale, la drachme.

    Les dirigeants européens décident de tout faire, et même de faire n’importe quoi, pour garder la Grèce dans l’Union Européenne. Alors que la Grèce est déjà surendettée, les dirigeants européens …

    … décident de lui prêter de l’argent, et donc ils la surendettent encore plus !

    D’octobre 2009 à octobre 2013, cette politique suicidaire a aggravé la catastrophe, partout en Europe.

    Les autres Etats européens n’avaient pas l’argent nécessaire aux soi-disant « plans de sauvetage » de la Grèce : ils ont dû emprunter des dizaines de milliards d’euros sur les marchés internationaux, pour pouvoir ensuite prêter cet argent à la Grèce et pour pouvoir créer des soi-disant fonds de « stabilité » (FESF, MES).

    Résultat : les soi-disant fonds de « stabilité » ne stabilisent rien du tout. Les Etats européens sont de plus en plus surendettés. Leur dette publique s’est emballée. Leur dette publique est devenue hors de contrôle.

    Quant à la Grèce, sa dette publique atteindra 176 % du PIB à la fin 2013.

    C’est comme un tourbillon qui nous entraîne tous vers le fond de l’océan : la Grèce, puis les Etats européens périphériques, les uns après les autres, sont en train de faire naufrage, et ils entraînent tous les autres Etats européens vers le fond de l’océan.

    L’Union Européenne, c’est un suicide collectif.

    link to epp.eurostat.ec.europa.eu


  25. jacqueline Le 04 octobre 2013 à 14h34
    Afficher/Masquer

    @olivier69 Le 04 octobre 2013 à 13h26

    “Chère madame, ou cher monsieur ?”

    En plus j’ai à faire à un beauf et un goujat !


    • Mano Le 04 octobre 2013 à 17h18
      Afficher/Masquer

      Eh oui, le même olivier69 qui m’avait reproché un jour d’être discourtois…


    • olivier69 Le 05 octobre 2013 à 00h25
      Afficher/Masquer

      je m’excuse Jacqueline, maintenant je sais à qui j’ai affaire….
      Vous ne m’y reprendrez plus. Si je vous disais que je suis une femme…..
      Mano,
      Vous l’avez bien cherché puisque vous réitérez les mêmes propos à l’identique “mots pour mots” qui n’avaient bien entendu rien à faire dans l’objectif du billet. Vous aimez la provocation, c’est votre droit !


  26. Kiergaard Le 04 octobre 2013 à 21h34
    Afficher/Masquer

    Bonsoir,

    L’intervention de Lordon était salutaire dans sa démarche, il est important d’être paré à toute éventualité et le débat se posera forcément à un moment et il sera nécessaire d’avoir les arguments conceptuels pour peser.

    Ci-joint une petite bibliographie de quelques articles ou études relatifs à une sortie (ordonnée ou non) de l’Euro : link to points-de-vue-alternatifs.over-blog.fr


  27. Un_passant Le 07 octobre 2013 à 13h31
    Afficher/Masquer

    Le problème de Lordon, bien que je comprenne ses positions et ne les réfute pas toutes, c’est qu’il oublie qu’une partie des pays du Sud de l’Europe (France comprise) se comportent en cigales de manière avérée et flagrante.

    Prenez l’exemple du Canada, de la Suède, je crois de la Finlande, de l’Allemagne, mais à la limite même du Danemark : tous ces pays essayent de gérer autant que faire se peut en “bon père de famille” raisonnable et évitent de faire des dettes aberrantes et ont fait les réformes indispensables (on a rien sans rien, il y a toujours des sacrifices à faire).

    Certains comme la Suède, se sont réformés radicalement (la Suède a été dans un état pire que la France). Ces pays montrent que l’on ne pourra faire l’impasse sur la remise à plat des dépenses publiques. Cela fait quarante ans que la démagogie et la lâcheté sont à l’oeuvre en France.

    On peut gloser sur l’Euro, l’Europe, tant que les problèmes internes, les réformes indispensables (raisonnables et réalistes) ne sont pas faites, aucune solution ne marchera. Il n’y a pas besoin de viser l’objectif d’être un pays exportateur, il est simplement d’avoir une gestion SAINE des dépenses publiques et à un niveau REALISTE.

    Tiens un audit des dépenses publiques, qui est pour, qui est contre? Je gage qu’aucun démocrate sincère ne pourrait s’opposer à ce que l’on sache vraiment qui fait quoi, qui dépense quoi et si ça a un effet positif ou constitue au contraire un gaspillage non seulement inepte mais parfois contre-productif quand ça n’est pas délétère. Il y a de bonnes dépenses publiques et de mauvaises dépenses publiques.

    Enfin indépendamment de la question de l’argent, elle est où l’efficacité politique, il est où l’esprit des lois lorsque les règlements et les impôts, les assiettes changent au gré des majorités (et du sens du vent) et lorsque l’on multiplie les seuils réglementaires pour faire plaisir à des syndicats qui ne représentent personne?

    En France, on refuse de répondre à ça, pourtant, notre problème est là, pas dans l’Euro!


    • Un naïf Le 07 octobre 2013 à 13h57
      Afficher/Masquer

      “c’est qu’il oublie qu’une partie des pays du Sud de l’Europe (France comprise) se comportent en cigales de manière avérée et flagrante.”
      NON svp arrêtez de reproduire ici les poncifs de la novlangue ultra libérale… La dette publique est une construction délibérée (les politiques en sont bien sûr complices depuis plus de 40 ans, contrairement aux sornettes qu’ils nous sortent pour se faire élire dans ce simulacre de démocratie) pour asservir les états et alimenter la “machine à rentes”

      “Prenez l’exemple du Canada, de la Suède, je crois de la Finlande, de l’Allemagne, mais à la limite même du Danemark : tous ces pays essayent de gérer autant que faire se peut en “bon père de famille” raisonnable et évitent de faire des dettes aberrantes et ont fait les réformes indispensables (on a rien sans rien, il y a toujours des sacrifices à faire).”
      NON le Canada est un état des USA sans le dire, qui vit de ses ressources minières et pétrolifères (à quel prix écologique ?), la Suède est rentrée depuis peu dans le concert des nations ultra-libérales (ouf, il était temps hein !! Tous ces impôts, toutes ces redistributions ne seront bientôt qu’un mauvais souvenir…), l’Allemagne s’enrichit sur le dos de ses voisins en faisant du dumping (vive l’Europe !!), etc, etc… mais ne vous inquiétez pas, les “réformes indispensables” dont vous parlez sont en cours grâce à l’U€, son grand marché transatlantique et sa dérégulation aux services des lobbies des grandes transnationales, qui, vous ne le savez peut-être pas, dirigent réellement le monde.

      Bref, ici tout est à l’avenant… Je suis toujours fasciné d’entendre des gens défendre un système qui les écrase…


      • Un_passant Le 08 octobre 2013 à 13h52
        Afficher/Masquer

        Là en plus où vous semblez particulièrement à côté de la plaque c’est que s’il y a autant de niches et de chausses-trappes, c’est que les gouvernements sont totalement hypocrites entre les affichages et le fond des lois qui est j’affiche social et je fais n’importe quoi, je défais officieusement ce que je prétends construire en apparence.
        Mais “nul n’est sensé ignorer là loi”, comment connaître la loi pour une PME ou une TPE lorsque la législation fait plusieurs centaines de pages, change tous les ans ou presque, la fiscalité est remplies d’exemptions et d’exceptions et les règlements sont démultipliés pour une efficacité nulle voire totalement contre-productive? Vous avez quoi à dire là dessus? Hein?

        On ne parle pas d’argent là, mais bel et bien des conditions d’exercices pour une entreprise qui a avant tout, plus que de la question de la fiscalité, d’une réglementation claire, simple, transparente et stable!! Seules les grosses multinationales ont les moyens pour des services juridiques capables de gérer une telle complexité et encore! même eux arrivent à s’y perdre!


    • olivier69 Le 08 octobre 2013 à 19h16
      Afficher/Masquer

      Bonjour un passant,
      “En France, on refuse de répondre à ça, pourtant, notre problème est là, pas dans l’Euro!”, non car vous simplifiez le problème (je suis un libéral). Vous tombez dans le panneau que l’on vous sert avec une opposition du “public contre privé”. Certes, des débordements sont révélés en terme de dépenses. Mais à croire que tous les problèmes viennent de là, c’est plutôt naïf.
      Que voulez-vous vous dire dans l’Euro ? Parce que justement le problème est dans le mode de financement (l’endettement). Prenons les dépenses publiques de l’Espagne et de l’Irlande qui étaient maitrisées mais cela n’a pas empêché pour autant de tomber dans la crise de 2007. L’endettement privé peut contraindre un état à soutenir l’activité. Et là, vous allez me dire que c’est son rôle…
      Je reprends les deux exemples où les finances publiques étaient exemplaires pour un libéral.
      L’endettement privé espagnole a littéralement explosé en 10 ans, passant de 90% du PIB en 1999 à 200% du PIB fin 2009. Aujourd’hui, l’économie espagnole souffre de 2 maux : sa financiarisation excessive, et l’absence de mécanismes d’ajustement de taux de change. Il en est résulté de profonds déséquilibres, ce qui explique pourquoi l’Espagne a été profondément déstabilisée par le choc provoqué par la crise financière de 2007.
      Pour l’Irlande, l’augmentation de 450 % des prix de l’immobilier en 10 ans (on n’achète pas au comptant sur ce type de marché), donc la gigantesque bulle immobilière sur laquelle reposait l’économie est à l’origine de leur situation catastrophique. Savez-vous que le total des bilans des banques irlandaises, qui alimentaient la bulle au moyen de prêts coulant à flots, représentait 900 % du PIB !
      Vous croyez que l’Allemagne est dans une situation favorable ? Regardez l’endettement des “lander” et de ses banques.
      Vous occultez malheureusement le rôle de la monnaie dans les problèmes d’endettement et de solvabilité. Maintenant, je vous accorde que les lois (fiscalité, normalisation,..) sont un vrai calvaire. Elles sont dictées par le lobbying des firmes privées. Attaquez vous à la forêt et non à l’arbre…


      • Un_passant Le 08 octobre 2013 à 20h02
        Afficher/Masquer

        Ah! Parce que pour vous les dévaluations successives façon France sous Giscard et Mitterrand -pour masquer notre propre incurie- ce serait un exemple à suivre plutôt que de s’attaquer aux problèmes IDEOLOGIQUES dictés d’un côté par les lobbies, certes façon MEDEF mais aussi façon syndicats communistes soixante-huitards à la française? A comparer aux syndicats allemands…

        Non mais sérieux… la France ne tient plus la comparaison devant un seul pays. Comme si on pouvait raisonnablement penser avoir raison contre tous les autres… hem…

        Tiens vous voulez un pays libéral où la vie coûte plus cher, la monnaie est élevée et pourtant elle arrive encore à exporter de l’industrie lourde ou des services genre agence web (un comble, vers la France) ou de l’agriculture? La Suisse.

        Quand je vois tous les travers que l’on attribue à l’Euro et que je vois deux pays antagonistes comme l’Italie et l’Allemagne faire mieux que nous… L’Italie a in fine moins perdu son agriculture et son industrie que la France alors que la Lire était plus basse que le Franc. Je m’étonne d’ailleurs qu’elle ait autant été attaquée alors que la situation de son déficit était meilleure que la notre. Enfin bref.

        Je termine. Si pour certains ici la Suède est un modèle de pays qui suit de manière aveugle et dogmatique le libéralisme… je n’ai plus rien à dire, on ne vit pas dans le même monde, en tout cas, on ne le perçoit pas de la même manière.

        Les dépenses de l’Espagne et de l’Irlande maîtrisées? Ne me faites par rire. La bulle immobilière, tout le monde sais comment ça fonctionne mais tout le monde à laissé faire. Quant à la taille du secteur financier en Irlande comparé aux garanties offertes et la taille de son économie…

        Oh il y a beaucoup à dire que le secteur financier (et ceux qui ont noté mes intervention sur ce blog savent que je suis favorable à un Glass-Steagall) mais dire que les problèmes viennent de l’Euro. Quand on voit l’incurie politique et son degré de clientélisme qui me ferait même douter de la démocratie…

        Blâmer l’Euro, pour moi, c’est blâmer l’outil… au lieu de l’artisan.


        • olivier69 Le 08 octobre 2013 à 20h50
          Afficher/Masquer

          “La bulle immobilière, tout le monde sais comment ça fonctionne mais tout le monde à laissé faire. “, quoi ? Quel âge avez-vous ? Ma génération est victime et a critiqué cette stratégie de hausse de l’immobilier. Moi, cela ne me fait pas rire du tout. Normal, vous le dites vous-même : nous ne sommes pas dans le même monde ! Nous ne pouvons plus acheter avec nos salaires. Vous êtes vous déjà demander ce qu’était un mode de financement ? Pas du statut mais de l’économie…
          Je vous donne des exemples concrets de l’Irlande et l’Espagne, et vous me parlez de Giscard et Mitterrand ?
          Les soixante-huitards ne sont pas de ma génération ! Et vous ? Pouvez-vous en dire autrement ?
          Les dévaluations sont des ennemis du capital alors on comprend votre position. Mais sachez que ce n’est pas le seul élément d’une politique monétaire.
          “elle ait autant été attaquée alors que la situation de son déficit était meilleure que la notre. Enfin bref.” non, posez vous la question justement !
          “Non mais sérieux… la France ne tient plus la comparaison devant un seul pays. Comme si on pouvait raisonnablement penser avoir raison contre tous les autres… hem…”, ça, c’est de l’argumentation. Vous avez raison raisonnablement.
          “La Suisse.” oui, la France n’a qu’à devenir un paradis fiscal, pourquoi pas !
          L’endettement privé, vous le rattachez à quoi ?
          “Les dépenses de l’Espagne et de l’Irlande maîtrisées? Ne me faites par rire”, ou sont vos chiffres et votre argumentaire ?
          Voilà les miens et les commentaires pour l’Espagne :
          La dette publique sur le PIB était de 39,7% en 2006 et 40% en 2008.
          L’Espagne a payé cher sa place de meilleur élève de l’Europe néolibérale : l’État-providence espagnol a pris du retard par rapport à la plupart des pays de l’UE de 1995 à 2005. La part dans le PIB espagnol des dépenses sociales a diminué (passant de 23,8 % à 21,1 %), s’éloignant du niveau de la zone euro (stable à 29%) en moyenne dans l’UE. Le retard de l’Espagne est plus important en matière de politique familiale, d’équipement scolaire. En 2006, 19,9 % de la population espagnole vivait avec un revenu inférieur au seuil de pauvreté (19,6% pour l’Italie et 12,5% pour l’Allemagne et 13,2% en France).


  28. Un_passant Le 08 octobre 2013 à 13h43
    Afficher/Masquer

    Avant de parler d’ultra-libérale pour la Suède allez vérifier le niveau d’imposition et de fonction publique. OU le Danemark que j’ai cité.

    Ce qui est amusant sur votre remarque c’est que vous ne dites rien sur la question de la
    “bonne” et la “mauvaise” dépense publique, que l’on pourrait aussi différencier entre “pertinente” et “stupide”. Toute dépense publique n’est pas pertinente osez dire le contraire, il y a une différence entre service publique et dépense faite au nom du clientélisme et du népotisme!

    Ensuite, vous le passez complètement sous silence, ce problème qui dépasse la question de l’argent (à la limite il est neutre fiscalement ma :
    “elle est où l’efficacité politique, il est où l’esprit des lois lorsque les règlements et les impôts, les assiettes changent au gré des majorités (et du sens du vent) et lorsque l’on multiplie les seuils réglementaires pour faire plaisir à des syndicats qui ne représentent personne?”


    • olivier69 Le 08 octobre 2013 à 19h32
      Afficher/Masquer

      Les faits :
      Danemark : dette extérieure : 559 500 000 000 dollars en 2010 soit 101 084 dollars/ habitant
      Suède : dette extérieure : 853 300 000 000 dollars en 2010 soit 91 487 dollars/habitant
      France : dette extérieure : 4 698 000 000 000 dollars en 2010 soit 74 619 dollars/ habitant
      Tous les 3 aux environs de 180% du PIB !
      Et le champion du monde : le Luxembourg : dette extérieure : 1 892 000 000 000 dollars en 2010 soit 3 759 174 dollars/habitant soit 3443% du PIB.
      link to fr.wikipedia.org


      • Un_passant Le 08 octobre 2013 à 20h09
        Afficher/Masquer

        Tu parles d’une démonstration lorsqu’on lit cette information :
        Il s’agit néanmoins d’une dette totale brute (les actifs financiers sur l’extérieur ne sont pas déduits), et qui inclue les dépôts bancaires (lesquels sont des dettes pour les banques, ce qui explique par exemple la dettes totale d’un pays tel le Luxembourg).

        J’aimerais mieux les chiffres sur le déficit primaire ou la dette publique.


        • olivier69 Le 08 octobre 2013 à 21h01
          Afficher/Masquer

          “les actifs financiers sur l’extérieur ne sont pas déduits”, oui, oui “je te payerai demain” au lieu de “je te paie maintenant”, on connait malheureusement la musique !
          Et les banques ? Qui est en train de les renflouer ? Merci pour notre génération….
          Les chiffres de la dette publique de l’Espagne sont au dessus.
          Et les vôtres ? Parce que hormis votre agression dialectique (malgré ma courtoisie et ma tentative de sensibilisation), je n’ai pas eu le droit à grand chose !
          En êtes-vous conscient ? Pas la peine de s’énerver, on peut discuter calmement….


  29. Un_passant Le 09 octobre 2013 à 10h14
    Afficher/Masquer

    Je vais formuler autrement.

    On parle de l’Euro, on pense macroéconomie, avec un angle de vue macroéconomique, avec une pensée macroéconomique. Ce faisant on a une vision de l’économie qui colle alors peut-être un peu avec les multinationales mais qui n’a aucune résonance au niveau microéconomique pour les PME et TPE.

    Pourquoi je parle de Giscard et de Mitterrand? Lorsque j’étais enfant (sous Mitterrand), une chose m’a frappée que je n’ai comprise que plus tard. Le Franc menaçait de devoir de nouveau être dévalué (mais sans le dire) pour assumer les promesses électorales faites sous Mitterrand, promesses qui renchérissaient notre dette, la perspective d’un appel à la planche à billet autrement dit (en oubliant que ça veut dire des importations plus chères, comme l’essence, ou tous nos produits chinois, au hasard). Qui sinon le gouvernement Mitterrand, a fait le choix de faire des promesses coûteuses (pour revenir partiellement dessus parce que ça n’était pas tenable)?

    Sous la pression des banques? Non, pour faire plaisir aux communistes (je parle des partis “objectifs”, leurs alliés, autrement dit).

    Maastricht permettait à la gauche de revenir sur des promesses intenables en accusant l’Europe, le tout de la manière la plus hypocrite qui soit.

    Revenons aux entreprises. Les PME et TPE souffrent des seuils réglementaires (comme le fait de passer de 49 à 50 salariés qui bouleverse pas mal l’organisation, sans compter le coût que ça représente http://www.chefdentreprise.com/Chef-d-entreprise-Magazine/Article/Faut-il-craindre-de-passer-a-50-salaries–25255-1.htm). Rajoutez à cela le nombre de contrats qui existent dans la législation française, le nombre de niches fiscales, de subventions et d’exonération et l’instabilité réglementaire et législative. Croyez-vous vraiment que c’est l’Euro qui nous plombe? Avez vous jamais rencontré et connu de créateur dirigeant de TPE, PME? N’avez vous jamais discuté avec un expert comptable et son sentiment quant à la législation française? Combien de patrons disent qu’en réalité ils se fichent complètement de l’Euro? Leur problème pour embaucher n’a rien à voir avec l’Euro pour une majorité d’entre eux.

    En France contrairement à l’Allemagne, nous n’avons pas vraiment de banques orientées Industrie. Pourquoi? La faute à l’Euro?

    Quelle est la part réelle de l’Euro dans nos problèmes à nous français concernant le chômage, non pas la vision macroéconomique très théorique, mais la vérité venant d’acteurs du terrain. Que disent-ils? Je parle de tous les petits patrons. Que c’est la faute à l’Euro?

    En fait, je n’ai rien à voir avec le “grand capital” je suis au RSA, par contre pour m’en sortir, j’essaye de créer ma boite. Oh rien de grandiose, au mieux une TPE du web. Pour le coup, je peux vous dire que ce n’est pas l’euro mon problème. Par contre la perspective de galérer avec le RSI, ça, plus toute la paperasse… Ce qui me fait très sérieusement songer à aller au Luxembourg. En rien pour des questions fiscales en fait, à la limite c’est accessoire, ça pourrait même me revenir plus cher. Ce qui est amusant : les CCI ne mettent pas en garde sur l’Euro, mais sur les aléas réglementaires et fiscaux. La paperasse encore et toujours la paperasse (au passage je tire mon chapeau aux CCI car sans elles, sans leur aide, ce serait pire).

    L’Euro. Comment se fait-il qu’une agence web suisse arrive à la fois à vendre ses services en France alors que le Franc Suisse est plutôt une monnaie forte et à payer plus cher ses salariés, sans être plus chère qu’une agence française (et je précise avec des horaires tout à fait comparables aux horaires français, à la limite même, ils font moins de “présentiel”)?

    Les postures syndicales en France. Savez-vous que dans l’industrie allemande, les avantages sont parfois supérieurs à ce que l’on peut trouver en France et pourtant les entreprises sont plus performante d’une fait d’une plus grande flexibilité sur les horaires et le chômage technique? Un comble, les salariés allemands ouvriers peuvent malgré tout gagner plus.

    Les retraire, un cas suisse, un ouvrier de Victorinox. Et bien plutôt que partir en retraite pleine, il avait une semi-retraite et un mi-temps. Et vous savez quoi? Il était visiblement ravi. Les horaires qu’il avait lui permettaient de se ménager et de part son rôle de senior, il pouvait transmettre son savoir-faire. On voyait la fierté que cela lui procurait d’être utile, de pouvoir transmettre son savoir, passer le relais. C’est “Grand Capital” d’avoir cet état d’esprit, cette approche?

    Mon exaspération est à son comble quand je vois ce qui est possible, tout ce qui tient en France à l’idéologie, tout ce que l’on rejette et tous les problèmes qu’un pragmatisme raisonnable pourrait résoudre. Voir que l’on accuse l’Euro quand tant de choses sont à faire dans d’autres domaines… L’Euro me semble tellement accessoire.

    Oh bien sur il y a beaucoup à dire sur la finance. Mais pas que. Et je répète, je suis favorable à un Glass-Steagall… Si c’est être grand capital…


    • olivier69 Le 09 octobre 2013 à 21h16
      Afficher/Masquer

      Bonsoir un passant,
      Je suis né dans l’artisanat. Et toute ma vie a pratiquement tourné autour du monde de l’entreprise. Si il y a des défenseurs des TPE et PME alors je peux vous assurer que je le suis (atomicité des marchés et égalité des chances). Parce que je considère au final que la concurrence est bonne pour l’économie, l’emploi et donc le salarié. Par contre, j’avoue que le modèle de protection social français permet d’amortir les chocs pendant les crises conjoncturelles ou systémiques. C’est un soutien de la demande. Sans client, pas d’activité ! J’essaie d’être équilibré dans l’approche des maux. Autant, le mode de financement est un problème, autant les conditions de marché ne sont plus providentielles. En effet, l’Etat a sa part de responsabilité par son traitement politique de l’économie. Ainsi, les normes et lois validées par les politiciens sont dictées par les firmes. Ensemble, ils annulent toutes les concurrences potentielles entre acteurs à des fins électoralistes (le clientélisme et le financement). Il suffit de voir comment les marchés publics sont attribués pour le comprendre (si c’est un soutien économique local, je le cautionne en guise d’enrichissement territorial et social. Par contre, si c’est un soutien économique personnel, alors je le déplore en guise d’enrichissement identitaire et corporatiste. Où se situe le clientélisme, c’est simple).


  30. Un_passant Le 09 octobre 2013 à 12h03
    Afficher/Masquer

    Illustration de ce que je disais sur les PME et TPE
    link to lesechos.fr

    “le président de la CGPME du Rhône a dénoncé « l’insécurité juridique et réglementaire »”

    ” « en finir avec les 150 impôts qui pèsent sur nos entreprises, avec le code du travail et ses 3.000 pages, avec les 35 régimes de retraite et les réformettes »”


    • olivier69 Le 09 octobre 2013 à 21h25
      Afficher/Masquer

      bonsoir,
      sur ce sujet, voyez vous-même ce que j’en pense dans le billet “3 ans déjà, le testament de M. Allais” du 9/10. Et merci à mr Berruyer qui lui rend un hommage respectueux !
      Ma position a toujours été claire.
      Le 09 octobre 2013 à 20h36 en réponse à mr Bourdon.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>