I. Olivier Delamarche

Un grand classique : Olivier Delamarche sur BFM Business :

II. Tout va bien : Iran

La menace de frappes contre l’Iran se précise.

Je le souligne car, au delà des risques géopolitiques majeurs, ceci porte également des risques économiques majeurs : flambée du pétrole, plongée en récession, rétorsions de la Chine contre le dollar, panique boursière, faillite financières…

Iran-Israël: Barack Obama entre deux feux

IRAN-ISRAEL. La mèche brûle ?

Iran-Israël : les Etats-Unis redoutent l’embrasement du Moyen-Orient

Obama, le nucléaire iranien et la notion de containment - et la réponse des BRICS : Iran: l’Inde va importer du pétrole - et oui, le monde change…

Iran: les Israéliens pour une attaque

Iran: la “fenêtre” de la diplomatie “se rétrécit”, prévient Barack Obama

« J’estime, que la fenêtre de temps pour régler le problème (iranien) par voie diplomatique continue d’exister, toutefois, elle est en train de se fermer », a indiqué le président américain après avoir rencontré le premier ministre turc à Séoul

Bref, tout le monde sait que c’est une mauvaise idée, mais il est probable que cela se fasse…

Je me permets quand même de signaler que, sans apprécier le régime iranien, on pourrait imaginer ceci :

En 2003, l’Iran a accusé l’Allemagne de détenir des armes de destruction massive ; puis son président a affirmé en détenir les preuves, puis l’Iran a bombardé puis envahi l’Allemagne depuis lors, foulant aux pieds les principes du droit international

“Déclencher une guerre d’agression n’est donc pas seulement un crime d’ordre international; c’est le crime international suprême, ne différant des autres crimes de guerre que du fait qu’il les contient tous.” [Jugement du tribunal de Nuremberg, 1946. 11 dirigeants nazis sur 22 furent condamnés au titre de ce Crime contre la paix] [Cf. les développements récenst sur la notion de "Juger le crime d’agression"]

Et puis après coup, l’Iran a reconnu qu’il n’y avait jamais eu d’armes de destruction massive en Allemagne. Et se justifie à peine en disant vouloir apporter la charia à ce pays…

Dans ce cas, ne penserions-nous pas, nous français, qu’il faudrait d’urgence se doter de l’arme nucléaire face à ces cow-boys que le reste du monde laisse agir ? Un gouvernement a encore le devoir de protéger sa population…

Ceci étant, le mieux reste bien entendu d’oeuvrer au désarmement nucléaire global et à la coopération internationale renforcée pour faire respecter le Droit…

III. Tout va bien : Chine

La Chine va doubler son budget militaire d’ici 2015.

Lire cet article, puis celui-ci.

IV. Nos amis les riches

Maurice Lévy, patron de Publicis, va toucher un bonus de 16 millions d’euros

bien entendu, La rémunération de Maurice Lévy fait scandale

Je rappelle toutefois qu’il n’y a qu’une grosse centaine de dirigeants en France qui touchent une rémunération bien trop élevée – ne jetons pas l’opprobre sur toute une catégorie de centaine de milliers de personnes…

salaires PDG 2010

V. Henri Lachmann

Tiens, un patron intéressant du coup : Henri Lachmann, ancien PDG de Schneider…

Vidéo à visionner ici

VI. Rions un peu

Après une très rude semaine (qui devrait d’ailleurs nous faire nous interroger sur le role des médias comme caisse de résonnance du terrorisme - Mohammed Mera voulait que ses actions fassent du bruit, c’est tolaement réussi, et cela ne peut qu’encourager les dingues : prenez une simple arme, et le pays aura peur de vous pendant 15 jours…), prenons un peu de recul avec François Hollande :

52 réponses à Miscellanées du mercredi (Delamarche, Iran, Chine, PDG, Lachmann, Imitateurs)

  1. Patrick Luder Le 28 mars 2012 à 04h42
    Afficher/Masquer

    A propos de II “nous français, qu’il faudrait d’urgence se doter de l’arme nucléaire face à ces cow-boys”

    L’arme nucléaire est idéalement montrée comme moyen de dissuasion … mais qu’arriverait t’il si un cow-boys se mettrait à en utiliser une ??? tout le monde se mettrait t’il à en envoyer dans tous les sens ??? C’est une arme psychologique extrêment dangereuse, c’est comme laisser des enfants jouer à la roulette russe, avec le doigt sur la gachette … tirera ou tirera pas …     


    • Christophe Vieren Le 28 mars 2012 à 20h11
      Afficher/Masquer

      @Patrick L. : c’est sûr que si l’on déclenche ne serait-ce qu’une partie du feu d’artifice, à part les scorpions et les ginko biloba, et encore même pas sûr, devrait plus rester grand chose de vivant.
      Pour mémo ; 26.600 têtes nucléaires représentant 600.000 fois la puissance de Fat Man, la bombe qui détruisit Nagasaki.
      Qu’est-ce qu’il disait déjà Einstein au sujet de l’infini, de la bétise humaine et de l’univers ?


  2. Fabrice Le 28 mars 2012 à 04h58
    Afficher/Masquer

    Effectivement je suis d’accord avec vous le risque est grand d’un conflit avec l’Iran d’ici à la fin de l’année.
     
    Le seul frein à cette action sont les élections américaines, je passe les théories conspirationnistes qui fleurissent sur internet, mais tout dépendra de savoir si les Israeliens se fichent ou pas de se mettre à dos Obama qui de toute façon devra suivre le mouvement.
     
    Après le plus inquiétant est de savoir si il n’y a pas un risque d’entraînement de le Russie et de la Chine qui ont largement fait part de menaces à peines voilées. Personnellement je pense qu’ils n’iront pas jusqu’au conflit armé (pourvu que je me trompe pas)  mais que la Chine pourrait riposter au niveau économique d’une manière dramatique pour les USA et la Russie couper l’approvisionnement en Gaz de l’Europe si celle-ci se joignait au mouvement.
     
    Dans tous les cas l’économie partirait en chute libre alors qu’elle joue actuellement à l’équilibriste fou. Le dollar pourrait dans cet épisode perdre sa position de monnaie d’échanges internationaux, ce qui priverait les USA le seul atout qui les empêche de subir les effet de leur endettement.
     
    Après je ne parle pas du drame humain que cela représenterait, car tout dépendra de l’effet boule de neige que cela entraînera (quoi que déclenchement d’une avalanche serait plus juste dans ce cas).
     
    Le gouvernement Iranien en ressortira renforcé, l’image d’USA, Israël et alliés dans cette action seront définitivement ruinés en image et perdront à mon avis toute influence morale (si c’était encore le cas), la chine et la russie deviendraient de nouveau les recours des états qui percevraient les USA comme une menace.
     
    Bref nous aurions la totale (moi qui riait au nez des apôtres du calendrier Maya ;-) je finirais presque par y croire sigh ! ) pourvu que nous ayons la sagesse de ne pas intervenir dans cette histoire.


    • chris06 Le 28 mars 2012 à 10h40
      Afficher/Masquer

      “ la Chine pourrait riposter au niveau économique d’une manière dramatique pour les USA ”

      riposter comment? En se tirant une balle dans le pied? 

      “Dans tous les cas l’économie partirait en chute libre alors qu’elle joue actuellement à l’équilibriste fou. Le dollar pourrait dans cet épisode perdre sa position de monnaie d’échanges internationaux…”

      Si l’économie mondiale part en chute libre (ce qui risque fort de se produire qu’il y ait ou non une guerre Iran – US), comme cela s’est produit en 2008/2009 le dollar n’en sortira que renforcé : le DXY (index du dollar par rapport à un panier de monnaies) était passé en un an de 72 au moment où “tout allait bien” (Q1 2008) à 90 au plus bas de la grande récession mondiale (Q1 2009). 

      Pourquoi voudriez vous qu’il en soit différent cette fois ci?
      Ah, c’est vrai, depuis 4 ans, la part du dollar dans le volume des transactions internationales de change a chuté d’une manière dramatique, on est passé de 85,6% à 84,9% (source BRI), et en ce qui concerne les réserves de changes, la part du dollar est restée stable à près des deux tiers des réserves mondiales (le double de toutes les autres monnaies existantes).

      Gasp, horreur, damnation, le dollar est fini, et le Renminbi, le Rouble, le Réal et la Roupie, qui ENSEMBLE représentent aujourd’hui moins que le dollar… canadien (!)  (<5%)  vont d’un seul coup prendre la place du dollar US comme monnaie dominante du système monétaire international.

      Moi je vous donne une autre version d’une hypothétique guerre US / Iran, la doctrine du choc (vous savez, celle de Naomi) où on fait diversion dans les esprits pour masquer une récession mondiale qui ne saurait tarder et où les investisseurs institutionnels du monde entier, comme d’habitude dans ce genre de situation, se ruent vers la monnaie dominante (le dollar et les bons du trésor US) car c’est le seul refuge qui est suffisamment large et qu’ils peuvent trouver en commun.

      Si, par malheur, les US partent en guerre avec l’Iran, ce ne sera pas pour risquer de perdre la monnaie dominante, mais au contraire pour la renforcer.  


      • Terry31 Le 28 mars 2012 à 11h15
        Afficher/Masquer

        Je suis plutôt d’accord avec cette analyse, les américains vendent leurs dollars au reste du monde à coups de canon.
        Mais s’ils entraient en conflit avec l’Iran, je pense que nous, européens nous pourrions pâtir de représailles économiques de la Chine et de la Russie. Nous deviendrions les otages qu’il est facile de monnayer pour faire plier les USA.


        • chris06 Le 28 mars 2012 à 12h00
          Afficher/Masquer

          L’Union Européenne est le plus gros client de la Chine (les USA le deuxième), je me demande bien quel intérêt la Chine pourrait avoir à se tirer une balle dans le pied?

          Pour info, la consommation intérieure des ménages chinois c’est même pas 35% de leur pib, l’économie chinoise est archi-dépendante de leurs exportations vers l’UE, les US et le Japon, la dernière chose qui leur viendra à l’esprit ce sont bien des représailles économiques envers leur principaux clients.

          Si l’économie mondiale entre en récession (ce qui risque fort d’arriver d’ici la fin de l’année) la Chine et la Russie seront beaucoup plus préoccupés par trouver des débouchés pour leurs usines et leurs productions que par des représailles économiques envers leurs principaux clients….

          Comme d’habitude, ils râleront et laisseront faire les américains en se disant que ce n’est que partie remise… 


          • chris06 Le 28 mars 2012 à 15h49
            Afficher/Masquer

            quoi, l’économie allemande dépendait de ses exportations vers la France en 1913 ?


          • Fabrice Le 28 mars 2012 à 17h54
            Afficher/Masquer

            je pense plutôt aux préparatifs de l’Allemagne avant la première guerre mondiale et pourtant …


      • Patrick-Louis Vincent Le 28 mars 2012 à 11h31
        Afficher/Masquer

        “Si, par malheur, les US partent en guerre avec l’Iran, ce ne sera pas pour risquer de perdre la monnaie dominante, mais au contraire pour la renforcer”

        D’accord sur ce point. Mais j’ai l’impression, quand même, que les US ne sont pas très motivés pour y aller. Et  , en premier lieu, parce que leur population est lasse des guerres dont ils ne perçoivent plus, ni la raison, ni la finalité. L’opposition républicaine est franchement pour un retrait des troupes américaines des divers champs de bataille, et non pour se lancer dans une nouvelle guerre, bien hasardeuse. Or, ce sont les républicains qui tiennent la chambre des représentants. Ils ne voteront pas les budgets pour une nouvelle guerre si les US ne sont pas en danger. Or, il n’y a pas de nouvel Pearl Harbour ou de 11 septembre qui justifierait un engagement militaire contre un état. A moins de le fabriquer de toute pièce !


        • chris06 Le 28 mars 2012 à 12h16
          Afficher/Masquer

          Quand les drapeaux sont levés, toute l’intelligence est dans la trompette… (citation approximative de Zweig).

          J’avoue n’avoir aucune idée de ce qui trotte dans la tête des élites au pouvoir américaines. Par contre je sais que ce ne serait pas la première fois qu’une guerre est déclarée en fabricant de toutes pièces un alibi bien pratique pour défendre les intérêts de ceux qui ont beaucoup d’argent… vu que plus de 95% des réserves monétaires mondiales sont en dollars, euros, livres et yen il n’est pas trop difficile de se rendre compte des rapports de forces en présence.


      • Fabrice Le 28 mars 2012 à 12h11
        Afficher/Masquer

        Vous croyez vraiment ? j’ai quelques doutes quand même :

        - link to lemonde.fr,

        - link to atlantico.fr,

        link to conjoncture.blogs.challenges.fr

        plus les données fournies par olivier, le principe de croiser plusieurs sources me laisse penser ce risque pour le dollar qu’il perde sa position de monnaie dans les échanges internationaux et vous pouvez vous me donner vos sources ? personnellement j’applique aussi la méthode coué mais hélas elle m’a toujours déçu au final !(désolé je n’ai pas pu m’empêché de cette petit pointe d’ironie)


        • chris06 Le 28 mars 2012 à 12h26
          Afficher/Masquer

          Sur le premier et le troisième article, je ne vois pas de contradiction avec ce que j’écrit.

          Sur le deuxième, il émane de quelqu’un qui n’arrive même pas à comprendre les informations contenues dans un rapport auquel elle fait référence (rapport HSBC).

          Voir ma réponse sur le torchon de Mme Mouilleseaux ici:
          link to les-crises.fr


          • Fabrice Le 28 mars 2012 à 12h47
            Afficher/Masquer

            ^^ ah ouf j’ai cru que vous alliez me dire les reponses que j’avais vu sur atlantico qui parlait de la robotisation des USA et une réponse qui m’avait fait penser à un dessin humouristique d’olivier qu’il faudrait aussi robotiser les consommateurs,

            bon sérieusement dans le premier articles vous avez l’insertion rappelant l’accord entre le Japon (normalement fidèle et docile allié des USA) et la chine et dans le troisième article le passage se référent à l’article link to theeconomiccollapseblog.com (bon je reconnais que sur ce site quelque chose me dérange (il me semble qu’olivier l’avait cité ou leap ?).

            Après je ne nie pas que les Etats Unis sont toujours un état ayant une richesse intérieure qui lui permettrait de mieux s’en sortir qu’en Europe en cas de crise majeur, mais en temps que monnaie d’échange elle en a abusé, en abuse (le dollar c’est notre monnaie et votre problème) mais que cet abus est malheureusement pour eux sur le point de se terminer sauf un miracle (qui n’est pas inenvisageable mais qui s’en éloigne surtout si malgré eux les Etats-Unis nous lance dans un nouveau conflit qui terminera définitivement l’aura qu’elle avait de la seconde guerre mondiale et en tant que dernière puissante survivante de la guerre froide).


          • chris06 Le 28 mars 2012 à 13h50
            Afficher/Masquer

            l’article de “http://theeconomiccollapseblog.com” est d’une crétinerie sans nom!

            Quand je lis de telles inepties comme “le pib de la Chine va dépasser celui des US en 2016″ je me demande si ceux qui écrivent ce genre de choses ont un cerveau dans la tête. Ah c’est sûr que cela arrivera si on fait l’hypothèse que la croissance chinoise continue au rythme actuel et les US entrent dans une terrible récession qui se poursuit jusqu’en 2016. Mais cela n’a aucun sens, l’économie chinoise ne peut continuer à croître au rythme actuel que si l’économie US (et des autres pays de l’OCDE) continuent elles aussi à croître à leur rythme actuel : la croissance chinoise à ce rythme accéléré n’est possible que si ces principaux clients continuent de sur-consommer. Ce genre de projections débiles n’ont pas la moindre chance de se réaliser. Il est fort probable que les US, l’UE et le Japon entrent plus ou moins conjointement en récession cette année mais ceci entraînera forcément un ralentissement brutal de la croissance chinoise, c’est d’ailleurs déjà ce qui est entrain d’arriver. Il faut vraiment être aveugle pour ne pas se rendre compte qu’il existe un très fort couplage (client-fournisseur) entre Chine et US/EU! Ce genre d’auteurs spéculent sur un hypothétique découplage alors que tout confirme qu’un tel découplage est encore très loin de pouvoir être réalisé.

            Bien sûr que les pays du monde entier essayent de se sortir de la domination du dollar et mettent en place depuis quelques années divers accords bilatéraux pour réaliser leurs échanges dans d’autres monnaies. Mais il ne faut pas confondre les désirs et l’affirmation de ses volontés avec ce qui se passe en réalité et on est encore très loin d’une situation où la fin de la toute puissante domination du dollar puisse être annoncée. C’est crier victoire avant même que la guerre ait été déclarée. C’est un peu comme ceux qui nous annoncent la fin prochaine du capitalisme en sautant sur leur chaise comme un cabris et qui prennent leurs désirs pour des réalités. Il est encore beaucoup trop tôt pour pouvoir dire ce qui va se passer dans les dix ou vingt prochaines années, je suis toujours sidéré par ceux qui font des projections des courbes actuelles et qui ne se rendent jamais compte que les périodes de rupture et d’incertitude extrême comme celle dans laquelle nous sommes entrés depuis 2008 ne se déroulent jamais comme on aurait pu les prévoir par de simples projection des tendances.

            Je pense que dans la ou les deux décennies à venir les Etats Unis vont tout faire pour essayer de conserver leur monopole de la monnaie de réserve mondiale et leur privilège exorbitant qui en résulte. Parviendront ils à éviter une remise en question du système monétaire international, je ne le pense pas, ils finiront bien par devoir se mettre autour d’une table avec les autres puissances en présence, Chine, zone euro, Inde… mais il faut arrêter de croire aux sornettes de ceux qui pensent que ça y est, c’est fait, c’est pour demain!

            Nous entrons dans une période de très grande incertitude et il vaut mieux se méfier de ceux qui nous prédisent l’avenir en interprétant ce qui se passe aujourd’hui et en projetant leurs désirs en croyant que cela fera la réalité.


          • chris06 Le 28 mars 2012 à 14h00
            Afficher/Masquer

            @Fabrice,

            plutôt que tous ces articles qui émanent de ceux qui se contentent de faire des projections en ligne droite, je vous suggère la lecture de l’excellentissime blog de Michael Pettis, un des plus fins analystes de l’économie chinoise et des rapports de force sino-occidentaux

            link to mpettis.com 
            link to mpettis.com  


  3. Zuludawn Le 28 mars 2012 à 07h33
    Afficher/Masquer

    Faisons un rêve

    Ron Paul est élu à la Maison Blanche, les troupes américaines rentrent à la maison.
    Dans ce cas de figure, si Israel décide d’attaquer l’Iran c’est tout seul sans la moindre aide extérieure. 


  4. Tristan Le 28 mars 2012 à 07h56
    Afficher/Masquer

    A noter que si le budget militaire chinois augmente, il part de très bas… La qualité des armements développés n’a pas du tout impressionné…
    D’autre part, les dépenses de la Chine ne représente que 7,3% du total mondial contre 42,8% pour les États-Unis et 4% pour la France.
     


  5. wagrez Le 28 mars 2012 à 08h35
    Afficher/Masquer

    Beaucoup de pays ont aujourd’hui l’arme atomique et pas les plus sympas (Pakistan).
    Une solution est la dénucléarisation, mais 1/ elle n’est pas réellement contrôlable 2/ elle laisse les petits pays à la merci des gros (et si Saddam avait eu la bombe … les américains ne seraient pas allés en Irak).
    Donc, il vaut mieux que les pays qui souhaitent avoir l’arme nucléaire l’ait, seule garantie qu’on ne les attaquera pas pour un oui ou pour un non (quelle justification à la guerre en Irak si ce n’est l’esprit malade de Bush-Cheney?). C’est peut-être la seule garantie pour une … paix durable.


    • chris06 Le 28 mars 2012 à 10h56
      Afficher/Masquer

      “(quelle justification à la guerre en Irak si ce n’est l’esprit malade de Bush-Cheney?)”

      comme pour tout bon psychopathe, cette guerre leur a quand même permit de repousser jusqu’à la dernière année de leur deuxième terme, les effets de l’explosion de la bulle des dotcom en en produisant une encore plus grande…

      [cynism on] 500 000 morts pour faire perdurer 7 ans de plus une illusion, ça valait le coup, non? [cynism off] 


  6. pekin Le 28 mars 2012 à 08h54
    Afficher/Masquer

    Salut Olivier!
    Bernanke annonce de manière implicite un QE3, apparemment la fuite en avant continue…
     


    • Patrick Luder Le 28 mars 2012 à 11h36
      Afficher/Masquer

      Pour rappel, une Qe “Assouplissement économique” est une super grosse planche à billets mise exceptionnellement en route pour contrer une déflation … Le même Ben Bernanke annonçait en juin 2011 que le Qe2 était un échec complet … certains ont la mémoire courte !!!


  7. Patrick-Louis Vincent Le 28 mars 2012 à 09h54
    Afficher/Masquer

    “Le seul frein à cette action sont les élections américaines”

    Oui, Obama a d’ailleurs demandé à Netanyaou de ne rien faire avant la fin de l’année.
    Mais il y a un autre frein, c’est celui de la Russie et de la Chine qui feront tout, sur le plan diplomatique, pour que cette guerre n’ait pas lieu. La Russie, principalement, qui ne considère pas l’Iran comme un ennemi mais comme un voisin avec lequel elle entretient de nombreux liens économiques et politiques depuis toujours. L’Iran et la Syrie sont considérés, par Moscou, comme faisant partie de leur zone d’influence. La Russie a d’aileurs a apporté son aide logistique à l’armée régulière de Syrie pour écraser la rebelion fomentée par les Américains et leurs alliés saoudiens et qatari. Même si la Russie n’a plus sa force de frappe d’autrefois, il ne faut sous estimer ses atouts, en particulier en matière de renseignements.

    La Russie a absolument besoin de rester en bons termes avec ses alliés de l’axe Iran/Syrie/Liban pour accéder à la Méditerranée, surtout depuis le démantellement de l’ex-yougoslavie.

    La Russie est donc une carte très importante dans ce jeu polito stratégique. Si l’Iran tombait aux mains des Américains, ce serait un pays de plus encerclant la Russie. La politique d’encerclement est celle suivie Brzezinski. Or, Bzresinski est conseiller d’Obama.

    Heureusement, la Russie n’est pas seule. Elle a le soutien discret de la Chine, mais aussi de l’Inde et du Brésil, tous détenteurs de l’arme nucléaire. Avec la Chine, la Russie est au permanente au Conseil de Sécurité à l’ONU, ce qui prive les EU et leurs vassaux, membres de l’OTAN, d’un aval légal à toute intervention. Les Russes ne recommenceront pas l’erreur qu’ils ont commise en Lybie.

    Bien sûr, Israël pourrait attaquer seule. Mais attaquer quoi ? Les infrastructures nucléaires de l’Iran sont réparties sur le territoire iranien et bien enfouies à des dizaines de mètres sous terre. Israël n’a absolument pas les moyens de détruire l’arsenal nucléaire et militaire de l’Iran. De plus l’Iran ne resterait pas sans réagir. Le pays a les moyens d’atteindre Tel Aviv et de tuer des dizaines de milliers de personnes sur le territoire israelien. Une attaque sur l’Iran entrainerait, de facto, une riposte de la Syrie, du Liban et du Hesbollah. De plus, comment réagirait la Turquie ? Bien que membre de l’Otan, la Turquie est un pays musulman. Elle joue un double jeu, tiraillée entre ses engagement politiques et militaires envers les EU, et son engagement de pays membre de l’Oumma, la communauté musulmane.

    Le seul espoir, pour Israël et les Américains, est un changement de régime politique en Iran ; une révolution intérieure. C’est probablement à cela que vont s’activer les services secrets israeliens et étatsuniens, jusqu’à la fin de l’année. Mais les chances de réussite sont minces, les gardiens de la révolution tenant la population en tenaille.


    • Delphin Le 28 mars 2012 à 20h44
      Afficher/Masquer

      C’est bien la première fois que je me trouve plutôt en accord avec Patrick-Louis Vincent.
       
      Que n’utilise-t-il ce sens de la nuance et cette prise en compte de la complexité lorsque le sujet est politico-idéologique !
      Amicalement,
       
      Delphin


  8. Mor Le 28 mars 2012 à 10h57
    Afficher/Masquer

    Excellent votre graphique du point IV. Il montre bien, non seulement la taille absurde des inégalités des rémunérations entre les entreprises, sinon aussi le fait que la crise a servi pour les creuser encore plus. De la rigueur dans la coupe, proposent les technocrates ? Très bien, emmenons la crème des entreprises chez le coiffeur pour un longueurs et pointes complet.


  9. BA Le 28 mars 2012 à 11h08
    Afficher/Masquer

    Mercredi 28 mars 2012 :
     
    L’Espagne prendra-t-elle le chemin de la Grèce ?
     
    Dans les milieux économiques, certains observateurs le redoutent déjà. L’Espagne, en effet, peine à se relever de la crise économique. Le pays renoue avec la récession. Au 1er trimestre 2012, l’activité s’est de nouveau contractée. Consommation des ménages en baisse, chômage en hausse… Le gouvernement de Mariano Rajoy promet de nouvelles mesures d’austérité.
     
    Les mauvaises nouvelles s’accumulent pour le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy. Non seulement le pays suit de nouveau la pente de la récesion, comme son petit voisin portugais, mais il est désigné comme le mauvais élève de l’Union européenne, un véritable sujet de préoccupation, pour citer un dirigeant à Bruxelles. D’autant que la prime de risque espagnole s’est envolée, tout comme la dette publique qui était jusqu’ici raisonnable.
     
    En clair, l’Espagne souffre ces jours-ci d’une crise de confiance à l’étranger, et ce pour une raison principale : son déficit public ne devait être que de 6 % du PIB, or il est de 8 % du PIB, ce qui va obliger le nouveau gouvernement de droite à faire des coupes terribles dans les dépenses publiques pour abaisser le déficit à 5,3 % d’ici la fin de l’année.
     
    C’est tout le défi de Mariano Rajoy : prouver à Bruxelles qu’il est capable de pareils coups de ciseaux, à hauteur de 35 milliards d’euros, tout en contrôlant une rébellion sociale de plus en plus forte.
     
    link to rfi.fr


  10. step Le 28 mars 2012 à 13h45
    Afficher/Masquer

    rhha super, tout mon post poubellisé parce que j’avais pas mis l’adresse….
    je rerésume :
    @PLV sur le plan géostratégique tout à fait d’accord. Sur le point politique américaine moins. Les conservateurs américains ne sont pas tous des libertariens loin de là, et même si leur influence augmente, ils ne s’opposeront pas à la ligne conservatrice qui leur fera gober une couleuvre de plus.
    @BA : l’espagne c’est une plus grosse casserolle que la grêce assurément.
    @chris : il me semble que la chine veut doper sa consommation interne, à mon avis pour sortir de cet étau.
    @Patrick:  j’ai bcp aimé ton mot d’esprit dans un post précédent.
    @Benj : Tout l’intérêt de l’histoire, cette matière non rentable et si importante. Pour ce que je te disais sur la “fragilité sociale” de ton modèle (defiance…) :
    link to presseurop.eu
    Les mesures monopolistiques et protectionnistes arrivent juste après :)


  11. Joanna Le 28 mars 2012 à 14h21
    Afficher/Masquer

    Un mot sur les “imités”, F. Hollande ayant succédé à N. Sarkozy la semaine dernière.

    J’ai trouvé N.S. bien plus naturel (il rit franchement) que F.H. qui semble toujours se retenir et aussi peu à l’aise dans ce rôle que dans bien d’autres …

    Maintenant il faudrait la même chose pour chacun des 8 autres candidats mais je doute que ça ait lieu, les medias, quels qu’ils soient, pratiquant tellement allégrement les inégalités de traitement …


    • step Le 28 mars 2012 à 14h48
      Afficher/Masquer

      j’ai eu la même impression et même pendant gera, quand il parlait de ses soutiens friqués, il a vraiement figé pendant quelques secondes. Le président des riches… oula le sparadra a ne surtout pas toucher, visiblement.


  12. Patrick Luder Le 28 mars 2012 à 14h33
    Afficher/Masquer

    @tous

    Comprendre le passé et le présent, c’est nécessaire et louable, encore une fois bravo et merci pour ce site, merci à Olivier => Notation utilité 100%

    Mettre le doigt sur les problèmes actuels ou future proche et essayer de différencier quelques pistes possibles pour évoluer, c’est bien aussi, mais déjà plus délicat / sujet à beaucoup d’interprétation, trop d’incertitudes … => Notation utilité 50%

    Faire des projections sur des hypothétiques effets d’avenir, c’est purement spéculatif  et cela ne sert à rien, ce sera de toute façon faux quelque part => ma notation d’utilité —50% (négatif car prend de la place à quelque chose qui mériterait plus d’attention).

    Salutations et à demain !


  13. Brainbug Le 28 mars 2012 à 14h49
    Afficher/Masquer

     
     
    Bonjour Olivier,
    Merci pour ces miscellanées.
    Concernant l’Iran, l’OTAN a fait savoir qu’elle ne compte en aucun cas intervenir si un conflit éclatait. Ce qui laisserait les états-unis seul face à leur responsabilité avec Israël.
    Cependant, si l’OTAN devait intervenir à terme, sachez que la France, ainsi que les autres états européens, pourraient automatiquement être concerné en rapport avec l’article 42 du Traité sur l’Union Européenne.
    LIEN sur le traité
    LIEN sur la déclaration de l’OTAN
    De plus, allant croissant vers l’abime, les américains ont signé un accord avec l’Australie afin de déployer une base militaire et faire face à la Chine.
    Washington veut faire pièce à l’expansion militaire chinoise dans le Pacifique.
    Lien le figaro
    Ce qui est est une réponse concernant la politique monétaire de la Chine qui propose son Yuan en tant que monnaie de réserve afin de contrer le dollar, qui n’a plus vraiment de valeur.
    Certains pays songent à abandonner le Dollar, et le Japon par exemple a fortement investi dans le Yuan en place du traditionnel Dollar.
    Lien le monde
    La City vient de créer la première place d’échange en Yuan à Londres
    Lien le figaro
    Il y a donc bien une volonté des USA à faire que leur monnaie soit utilisée ou rien.
    Pour rappel, Saddam Hussein, utilisait l’Euro à la place du dollar depuis 1999, on sait ce qui est advenu de lui. D’ailleurs, cela avait bien fait rire les américains au début, sauf que 2 ans après, l’euro est devenu plus fort et l’Irak avait augmenté ses profits.
    L’Irak vend son pétrole en Euro Le parisien (archive)
    Cela a donné l’idée au Venezuela et aussi à l’Iran de vendre dorénavant leur pétrole en Euro, du moins c’est leur souhait et ce depuis 2006, en essayant de convaincre les autrse membres de l’OPEP.

    Lien bloomberg
    Venezuela, Oil Producers Buy Euro as Dollar, Oil Fall

    Lien Digital journal
    Iran dumps US dollar for euro

    Au sein de l’OPEP l’arabie saoudite par exemple est contre, mais la lybie était pour !
    Tiens d’ailleurs quelle peut être une raison de renverser Khadafi après 40 ans au pouvoir ? Il souhaitait tout simplement vendre le pétrole en Dinar-Or / Euro

    Lien RT
    Imaginez le prix du pétrole en dollar !

    Les états unis sont donc en train de procéder à leur dernière bataille pour désespérément préserver leur hégémonie.
    Notez d’ailleurs que la liste des pays, souhaitant abandonner le dollar, sont dans les pays ennemis des états unis..
    Suivez l’argent et vous trouvez les explications.
    Enfin la suède elle a voté pour l’abandon de la monnaie en liquide.
    LIEN AP

    L’allemagne elle est en train de limiter les montants autorisés en espèce ainsi que l’Italie, ainsi que les autres pays européens via la directive de l’Union Européenne 2009/110/EC qui introduit le concept de monnaie électronique.
    Lien directive UE
    Lien Novopress
    Voila voila


  14. BA Le 28 mars 2012 à 15h54
    Afficher/Masquer

    Mercredi 28 mars 2012 :
     
    L’Espagne devrait avoir besoin d’une aide internationale en 2012 (selon la banque Citi).
     
    L’Espagne aura “probablement” besoin cette année d’un programme d’aide internationale, de type Troïka (Union Européenne, BCE et FMI) comme les programmes dont ont bénéficié la Grèce et le Portugal, a estimé mercredi le chef économiste de la banque Citi, Willem Buiter, dans un rapport.
     
    “L’Espagne devra probablement entrer dans un programme de type Troïka cette année, comme condition pour obtenir plus de soutien de la BCE à la dette souveraine espagnole et/ou aux banques espagnoles”, a-t-il estimé, se montrant très pessimiste sur les perspectives économiques du pays.
     
    Ainsi, alors que le gouvernement table sur un recul du PIB de – 1,7 % en 2012, Citi table plutôt sur un recul de – 2,7 % .
     
    “Il est peu probable que le déficit promis à 5,3 % du PIB en 2012 et 3 % en 2013 soit atteint”, a jugé M. Buiter, à deux jours de la présentation du budget 2012, qui doit inclure de lourdes coupes budgétaires pour justement réduire le déficit.
     
    link to romandie.com


  15. HP Le 28 mars 2012 à 16h47
    Afficher/Masquer

    Il serait malin de donner la technologie nucléaire à la Turquie, l’iran et l’Egypte en échange de normes de sécurité très élevées, pour leur éviter de faire n’importe quoi et de risquer un accident. Avec Israel qui possède déjà technologie et bombes, ces 4 pays se neutraliseraient l’un l’autre.
    Personne dans ces pays n’a envie d’être vitrifié, ni aujourd’hui ni demain, les rodomontades d’Amadine valent bien celles du gouvernement d’Israel, c’est de la politique intérieure dans les deux cas, et celui qui ouvrirait le feu risque surtout de hâter son implosion.
    On voit la dispersion des béquerels à Fukushima jusqu’en amérique du nord, et la situation catastrophique localement même si les autorités sont en déni quasi complet, on ne sait pas ce qu’un bombardement pourrait provoquer comme dissémination, ce serait jouer avec le feu que de le tenter.
    On ne sait pas non plus comment l’Iran pourrait réagir, lancer quelques bombes sales rendrait Israel inhabitable, il vaut mieux encore y réfléchir et ne pas laisser l’extrême droite au pouvoir penser pour vous.
    Je dis que la solution est de donner sous contrôle les technologies aux puissances régionales.


  16. Jacques Coeur Le 28 mars 2012 à 17h29
    Afficher/Masquer

    En cas de conflit l’Iran recevrait le soutien inconditionnel des chinois, pour la simple raison que l’Iran est son 1er fournisseur de pétrole, et que la Chine ne peut pas se passer de cette manne.
    Avec l’affaire libyenne, Chine et Russie ont été rapidement déniaisés, et la Chine qui avait investit massivement dans les gisements pétroliers locaux a constaté que la résolution onusienne servait avant tout de  prétexte aux intérêts occidentaux. Mais les chinois n’hésitent plus à critiquer le BAO, comme l’avertissement lancé en mai 2011 : « Toute attaque contre le Pakistan serait perçue comme une attaque contre la Chine 

    ». Avertissement peu relayé pas nos médias occidentaux. Non seulement la Chine se ralliera à l’Iran parce qu’elle n’a pas le choix, mais elle le fera car le devenir de cet allié lui paraït beaucoup plus stable que celui du bloc atlantique.
    Le soutien de la Russie est aussi acquis. Le ton moscovite s’est durci depuis l’affaire georgienne, et l’on constate aujourd’hui que la Syrie reçoit massivement du matériel militaire de son puissant allié. D’autre part, les déclarations en ce début d’année 2012 de Rogozine puis de Lavrov ne laissent guère planer le doute sur les intentions de l’ours sibérien.
    Cet appui est tel de la part de la Chine et de la Russie que l’Iran sera à terme membre de l’OSC et du BRICS.

    Si il est vrai que les politiques américains s’agitent aux bruits des tambours de guerre, notamment sous la pression d’Israël et de l’AIPAC – sa courroie de transmission US -, le maître de Washington aura du mal à  trouver des alliés, ne serait-ce qu’en ses frontières. Quant aux généraux, nous avons l’impression de revivre les manoeuvres de Mullen lorsqu’il n’hésitait pas à informer ses homologues iraniens des agissements de son pays, ceci pour éviter tout accroc susceptible de dégénérer en conflit. D’ailleurs, l’US Navy n’a pas cherché à démentir les propos d’Ataollah Salehi sur l’interdiction d’accès au golfe persique par le détroit d’Ormuz.

    L’étincelle viendra de Tel-Aviv.

    ————–

    Concernant le budget militaire chinois faut quand même remettre les chiffres à leur place :
    - 120 Md€ pour la Chine, et nos journalistes s’affolent
    - 700 Md€ pour les EUA, et tout le monde trouve cela normal. Un peu moins de 50% des dépenses militaires de notre planète ; pas de quoi se faire du souci, bien entendue
    - 120 Md€ pour 1 344 Mh, soit 89€ par habitant
    - 700 Md€ pour 313 Mh, soit 2 236€ par habitant.

    La démarche de l’armement est légitime pour tous les pays qui rêvent d’indépendance, et elle devient une nécessité si le pays représente un attrait ou une menace pour le BAO. L’iniquité des guerres déclenchées ces dernières années, ou le renversement attentatoire de régimes non-complaisants envers l’hyper-puissance prouvent que la seule façon de survivre dans un monde où la loi et le droit ne représentent rien, c’est d’être le plus fort possible.


    • chris06 Le 28 mars 2012 à 21h47
      Afficher/Masquer

      “En cas de conflit l’Iran recevrait le soutien inconditionnel des chinois, pour la simple raison que l’Iran est son 1er fournisseur de pétrole, et que la Chine ne peut pas se passer de cette manne.”

      Faux, l’Iran est son troisième fournisseur (11%) derrière l’Angola (15%) et l’Arabie Saoudite (20%).
      link to daniel-workman.suite101.com
      De plus, le mois dernier, la Chine a coupé de 40% ses importations de pétrole iranien 
      link to reuters.com

      Pour info, l’Italie et l’Espagne dépendent encore plus du pétrole iranien que la Chine pour leurs importations. Selon vous on peut donc s’attendre a ce que l’Iran reçoive aussi un soutien “inconditionnel”  des espagnols et des italiens en cas de conflit avec les USA?
      link to en.wikipedia.org 


      • Jacques Coeur Le 29 mars 2012 à 06h49
        Afficher/Masquer

        Faux, l’Iran est son troisième fournisseur (11%) derrière l’Angola (15%) et l’Arabie Saoudite (20%).
        Je m’en remets à la déclaration du ministre iranien du Pétrole Bijan Zanganeh, en visite à Beijing, qui a déclaré que l’Iran est le plus grand fournisseur de pétrole de la Chine.

        De plus, le mois dernier, la Chine a coupé de 40% ses importations de pétrole iranien
        Et dans le même temps les autorités chinoises passent outre les instructions de Washington et déclarent qu’elles ne peuvent pas se passer du pétrole iranien. A ce sujet, on remarquera au passage que les ordres de l’empire sont de moins en moins suivi puisqu’il a du inclure dans ses directives une liste de 11 pays, tous occidentaux. Quant aux 12 autres restants qui importent du pétrole iranien, nous trouvons entre autre l’Inde et la Chine qui ont clairement fait savoir qu’ils continueront à importer du pétrole de Téhéran.

        Pour info, l’Italie et l’Espagne dépendent encore plus du pétrole iranien que la Chine pour leurs importations. Selon vous on peut donc s’attendre a ce que l’Iran reçoive aussi un soutien “inconditionnel” des espagnols et des italiens en cas de conflit avec les USA?
        Pour info, l’Italie et l’Espagne font partie de la liste des 11 exemptés, ce qui leur évitera de prendre parti. :-)
        Toujours pour info, Italie et Espagne sont membres de l’UE, largement soutenue par les EUA et membres de l’OTAN. La Chine est membre de l’OCS et du BRICS. Deux sont des alliés de Washington et la Chine est un concurrent à affaiblir. Voir la Libye, le Darfour, …


        • chris06 Le 29 mars 2012 à 10h16
          Afficher/Masquer

          “Je m’en remets à la déclaration du ministre iranien du Pétrole Bijan Zanganeh, en visite à Beijing, qui a déclaré que l’Iran est le plus grand fournisseur de pétrole de la Chine.”
          De quand date cette déclaration? D’Octobre 2004? 
          link to chinadaily.com.cn

          En attendant les chiffres donnés plus haut (Iran 3eme fournisseur de la Chine) sont basés sur les données 2011 de l’OPEC, l’Iran, l”Angola et l’Arabie Saoudite étant tous trois membres de l’OPEC je vois difficilement sur quelles bases vous pouvez les contester?

          Dec 2011:  
          link to presstv.ir

          M. Zanganeh était juste un petit peu trop optimiste il y a 8 ans…

          ” Et dans le même temps les autorités chinoises passent outre les instructions de Washington et déclarent qu’elles ne peuvent pas se passer du pétrole iranien.”
          oui, et dans le même temps Wen Jiabao fait le tour des 3 premiers producteurs de la péninsule arabe (Arabie Saoudite, Qatar, UAE), peut être est il tenté de  sécuriser un maximum d’approvisionnements au cas où, par un hasard fortuit, la source iranienne venait à se tarir momentanément…
          link to nytimes.com
          Cela me donne plutôt l’impression que la Chine est entrain d’assurer ses arrières plutôt que de se préparer à entrer en conflit armé avec les Etats Unis.

          Mais je pense aussi que les US ne prendront pas le risque d’attaquer l’Iran tant qu’ils auront un doute sur la réponse possible de la Chine. 

          Comme je l’ai dit plus haut, un ralentissement brutal de la croissance mondiale (récession US + affaiblissement de la croissance chinoise) risque fort d’être le moment opportun choisi par l’élite américaine pour attaquer l’Iran sans devoir se soucier d’une contre attaque chinoise qui laisseront tomber leur béquille iranienne s’ils n’ont pas besoin d’autant de pétrole qu’ils ne prévoient actuellement…

           


          • Jacques Coeur Le 31 mars 2012 à 09h57
            Afficher/Masquer

            En attendant les chiffres donnés plus haut (Iran 3eme fournisseur de la Chine) sont basés sur les données 2011 de l’OPEC,  l’Iran, l”Angola et l’Arabie Saoudite étant tous trois membres de l’OPEC je vois difficilement sur quelles bases vous pouvez les contester?
            Vous devez prendre en compte les divers éléments qui composent l’approvisionnement chinois.
            Deux de ces aspects sont la production et les réserves pétrolière. Les réserves angolaises ne représentent qu’un dixième des  réserves iraniennes. Quant à l’Arabie Saoudite si ses réserves sont le double de celles de l’Iran son rythme de production lui donne une durée de vie moins élevée que celle de l’Iran. D’autre part, si Pékin importe plus de pétrole Arabe que Washington, le renouvellement des accords de Quincy et la proximité des relations EUA/AS est un facteur qui est prit en compte par les dirigeants chinois.
            Enfin, l’Iran dispose des 2ème réserves de gaz au monde avec 16% du total, ce qui fait de l’Iran le pays dont la Chine ne peut  pas se passer, et a contrario le pays dont les EUA doivent s’emparer.

             oui, et dans le même temps Wen Jiabao fait le tour des 3 premiers producteurs de la péninsule arabe (Arabie Saoudite, Qatar,  UAE), peut être est il tenté de sécuriser un maximum d’approvisionnements au cas où, par un hasard fortuit, la source iranienne venait à se tarir momentanément…
            link to nytimes.com…..olicy.html
             Cela me donne plutôt l’impression que la Chine est entrain d’assurer ses arrières plutôt que de se préparer à entrer en conflit  armé avec les Etats Unis.
            En cas d’invasion américaine la Chine entrera en conflit avec les EUA, même s’il ne revêtira pas nécessairement une forme armée. Pour l’instant la Chine ne semble pas en mesure d’affronter militairement les EUA, mais son opposition pourrait prendre une forme beaucoup plus virulente qu’elle ne l’est aujourd’hui, où elle se contente d’approuver les décisions russes. A noter qu’avec plus de 100 wargames depuis les années 90, l’Air Sea Battle Concept à clairement mis en évidence que les forces américaines n’étaient pas en mesure de gagner une future guerre contre la Chine.
            Quant aux voyages des dirigeants chinois dans les différents pays exportateurs d’énergie, cela est leur routine depuis près de  30 ans. Il est essentiel pour eux d’accroître leur volume énergétique, et de diversifier ses sources pour le sécuriser.

            Comme je l’ai dit plus haut, un ralentissement brutal de la croissance mondiale (récession US + affaiblissement de la  croissance chinoise) risque fort d’être le moment opportun choisi par l’élite américaine pour attaquer l’Iran sans devoir se soucier d’une contre attaque chinoise qui laisseront tomber leur béquille iranienne s’ils n’ont pas besoin d’autant de pétrole qu’ils ne prévoient actuellement…
            Négatif. Ce n’est pas parce qu’un pays est en crise qu’il doit laisser tomber ses sources d’énergie. L’énergie fait le niveau et la  puissance d’un pays, la Chine ne peut pas se permettre, au risque de perdre ses perspectives de croissance et par là-même une partie significative de son autonomie, d’abandonner l’Iran au profit des EUA.

            Retenez bien que le scénario que j’adopte est une invasion de l’Iran, pas une frappe. Si frappe il devait y avoir, alors cela signifiera qu’elle serait dirigée contre les installations nucléaires iraniennes et cela ne mettrait pas en cause l’approvisionnement de la Chine.
            Ceci dit, les EUA font tout leur possible pour que cette frappe n’ait pas lieu. Dix ans en arrière nous pouvions admirer comment Fallon renseignait ses homologues iraniens sur les intentions de son gouvernement. Mais cela n’était que le fait de l’institution militaire, aujourd’hui les plus hautes instantes dirigeantes de Washington participe à ces manoeuvres puisque BHO entretient des conversations secrètes directes avec l’ayatollah Khamenei, le chef religieux suprême de la république islamiste. Sans compter la diffusion de reportages destinés au grand public qui démontrent les inconvénients d’une telle frappe, ainsi que les dispositions prises par Israël pour y parvenir. Tout pour faire échouer le projet :-)


    • chris06 Le 28 mars 2012 à 21h55
      Afficher/Masquer

      “En cas de conflit l’Iran recevrait le soutien inconditionnel des chinois, pour la simple raison que l’Iran est son 1er fournisseur de pétrole, et que la Chine ne peut pas se passer de cette manne.”

      Faux, l’Iran est son troisième fournisseur (11%) derrière l’Angola (15%) et l’Arabie Saoudite (20%). link to daniel-workman.suite101.com  

      De plus, le mois dernier, la Chine a coupé de 40% ses importations de pétrole iranien  link to reuters.com

      Pour info, l’Italie et l’Espagne dépendent encore plus du pétrole iranien que la Chine pour leurs importations. Selon vous on peut donc s’attendre a ce que l’Iran reçoive aussi un soutien “inconditionnel”  des espagnols et des italiens en cas de conflit avec les USA?
      link to en.wikipedia.org 

      Pouvez vous préciser ce que vous appelez “soutien inconditionnel”? Que ferait la Chine? Entrer en conflit armé contre les USA parce qu’une minuscule partie de ses approvisionnements en pétrole est menacée?


  17. Marcus Le 28 mars 2012 à 19h02
    Afficher/Masquer

    L’effondrement économique dans une ville américaine comme Destroy, ça donne ça :
     
    link to m6replay.fr
     
    Post d’albator trouvé sur le site d’un monde en crise :
     
    link to unmondeencrise.com
     
    Bonne soirée à toutes et à tous !


  18. Marcus Le 28 mars 2012 à 19h28
    Afficher/Masquer

    J’ai lu les arguments avancés par certains pourquoi il n’y aura pas d’attaque contre l’Iran dans les semaines qui viennent et je n’en trouve pas de valable.
    Taper sur des musulmans a toujours fait s’envoler la cote de popularité du Président américain. “Tape sur l’Irak quand ta cote baisse” aurait dit Clinton à Bush fils. Et de fait Bush père, Clinton et Bush fils ont toujours bénéficié d’un regain de popularité lors des frappes contre Hussein en Irak puis son invasion et son renversement. Le patriotisme américain, même s’ils ne comprennent rien à ce qui est en jeu, fonctionne toujours à plein. Nous ne sommes plus au temps du Viêt Nam …
    D’autre part avancer l’argument que ça serait trop dangereux car derrière les iraniens il y a les russes et les chinois, c’est certainement bien raisonner.
    Sauf, que les américains peuvent très bien ne pas croire un instant que la Russie et la Chine ne feront rien d’autre qu’élever la voix au Conseil de sécurité de l’ONU.
    Cela fait des années en réalité que les saoudiens et les israéliens veulent à tout prix taper sur l’Iran et c’est ce qui va se passer. La patience israélienne a ses limites. Ils ont en plus un service de renseignement qui leur indique que les iraniens se rapprochent du moment fatidique de la bombe nucléaire et ça JAMAIS au grand JAMAIS Israël ne prendra le risque d’avoir sous le nez un pays comme ça. L’argument que les pakistanais ont la bombe nucléaire et qu’Israël s’en accommode ne tient pas car la bombe pakistanaise est dirigée contre l’Inde.
    Le seul argument qui tient c’est souhaiter un renversement du régime. C’est la raison pour laquelle les israéliens et les américains ne sont pas encore intervenus, notamment l’été dernier.
    Mais le régime a tenu … CQFD
    Il vont donc maintenant passer aux choses sérieuses. Isarël, appuyée militairement par les USA frappera l’Iran et passera au-dessus de l’Arabie Saoudite ou ailleurs sans que cela pose un réel problème.
    Quant à savoir si ça peut déraper et déclencher autre chose que ce que les américains et les israéliens avaient prévu, ça c’est tout à fait possible. On sait quand commence une guerre mais on ne sait pas quand elle finit.
    J’aurais l’occasion d’en reparler lorsque nous y serons.
    A++
    Marc
     


    • Patrick-Louis Vincent Le 29 mars 2012 à 08h33
      Afficher/Masquer

      “Et de fait Bush père, Clinton et Bush fils ont toujours bénéficié d’un regain de popularité lors des frappes contre Hussein en Irak puis son invasion et son renversement”

      Bonjour Marc,

      Pas vraiment. Après Tempête du Désert, Bush père était au sommet de sa popularité. Pourtant, il n’a pas été réélu, parce que les Américains votent, le plus souvent, sur des thèmes de politique intérieure. Nous sommes en campagne électorale au EU. Obama, s’il veut être réélu, doit centrer sa campagne sur des thèmes de politique intérieure (la santé par exemple). C’est pas le moment de se lancer dans une guerre hasardeuse. C’est pourquoi je pense qu’il ne se passera rien avant la fin de l’année.    


  19. Jacques Coeur Le 28 mars 2012 à 22h40
    Afficher/Masquer

    Bonsoir Marc,

    en premier lieu nous devons faire preuve de modestie. Quand je dis qu’il n’y aura pas conflit, cela ne signifie pas que le conflit n’éclatera pas. Je ne suis pas devin. Cela signifie que les faits connus et l’analyse qui en  est faite incite à penser que la balance penchera vers le non plutôt que vers le oui. En 1982, quand j’étais étudiant, je me rappelle de mon prof d’histoire qui nous disait avec étaiement circonstancié : “Mais non, la guerre des Malouines n’aura pas lieu”…

    <blockquote>Nous ne sommes plus au temps du Viêt Nam … </blockquote> 
    A voir. Si il est vrai qu’un conflit aura tendance à ressouder la population US face à un ennemi menaçant, on peut aussi penser que les guerres perpétuelles de ces dernières années ont fatiguées ce peuple et que  plongé dans les affres de sa précarité il est susceptible d’une réaction violente à l’encontre de ses dirigeants. D’autant que certains leaders sont prêts à dénoncer cette folie, avec entre autre Ron Paul, mais aussi les militaires, dont l’amiral Mullen qui en octobre 2009 décrivait la dette publique comme l’ennemi n°1 des EUA : pas le terrorisme, ni l’Iran.

    <blockquote> Sauf, que les américains peuvent très bien ne pas croire un instant que la Russie et la Chine ne feront rien d’autre qu’élever la voix au Conseil de sécurité de l’ONU. </blockquote> 
    Possible. Mais le positionnement des russes et des chinois s’est visiblement durci ces derniers mois. Pour les Russes cela a commencé avec la guerre georgienne et la reconnaissance de l’Abkazie et de l’Ossétie.
    Poutine menaçait depuis plusieurs années suite au démantèlement de la Serbie. Et devant la sourde oreille dont ne cessait de faire preuve l’OTAN il eut cette réponse énergique. 
    Après l’affaire libyenne, le ton est monté encore. Lavrov a clairement mis l’ONU sur la sellette, et a exprimé la méfiance que lui inspirait l’OTAN. L’affaire syrienne est encore plus révélatrice, outre de l’armement lourd  on parle unités d’élites détachées en Syrie. Quant aux derniers repositionnement de Rogozine après son rôle d’ambassadeur à l’OTAN, d’abord comme vice-Premier ministre chargé des relations avec le CMI russe, ensuite comme éventuel futur ministre de la défense, sont des signes très forts lancés à l’OTAN. Il était quand même partisan de la prise de Tbilissi et de son leader Saakachvili. :-)
    Mais comme vous le faites remarquer, tout cela n’est peut-être pas perçu par les dirigeants outre-Atlantique, tant ils paraissent sourds et aveugles au monde qui les entoure ; ou encore désorientés par le cours que prend l’histoire.

    <blockquote> JAMAIS au grand JAMAIS Israël ne prendra le risque d’avoir sous le nez un pays comme ça </blockquote> 
    Mmouais… Enfin, faut voir aussi la part de propagande d’un tel argument. La sécurité d’Israël serait-elle menacée ? L’Iran a la bombe atomique : et après ? Comment Téhéran peut-il envisager de frapper Israël alors que  le pays serait vitrifié dans les heures qui suivent ? Le principal argument du refus de la bombe atomique à l’Iran est tout simplement un pays impossible à soumettre car fort militairement. Clairement Israël ne jouerait plus les premiers rôles dans la région et serait obligé de composer avec une puissance souveraine. Quant aux stocks énergétiques, ils seraient hors de portée.

    <blockquote> Mais le régime a tenu </blockquote> 
    Oui, il est costaud le régime des mollahs ! Quand on pense à toutes les manoeuvres soutenues par Israël et les EUA auxquelles L’Iran a été soumis : Kurdistan, Khouzistan, Baloutchistan, les talibans, …

    <blockquote> Isarël, appuyée militairement par les USA frappera l’Iran </blockquote> 
    Peut-être. En tout cas, on entend ces bruits de bottes depuis plus de 10 ans, avec rappel de classe et tout le tintouin. Israël clame depuis des années : “Dans 6 mois l’Iran a la bombe atomique”. Et plus le temps passe, plus le rapport de force devient défavorable. Et puis, si le pouvoir politique de Tel-Aviv est très remuant, Netanyahou en tête, ce n’est pas forcément le cas des militaires ; voir pour cela les déclarations de Dagan.

    Non, décidemment la guerre d’Iran n’aura pas lieu.
    Euh… J’ai dit une bêtise M. Gireaudoux ?


  20. UnPion Le 29 mars 2012 à 02h18
    Afficher/Masquer

    @Chris06
    Je vous admire et j’aime la qualite de vos commentaires.
    Tenez vous egalement un blog ? Que me conseillez vous pour m’informer, m’eduquer et avoir le recul necessaire pour comprendre tous ces enjeux economiques ?
    Cordialement,


  21. Marcus Le 29 mars 2012 à 06h31
    Afficher/Masquer

    Souvenirs, souvenirs,
    Né en 1965 je me suis intéressé très jeune à la politique internationale.
    Je me souviens comme si s’était hier de l’Iran du règne de Mohammad Reza Pahlavi plus connu sous le nom de Shah d’Iran qui voulait moderniser le pays à marche forcée et dirigeait son pays d’une poigne de fer grâce à la police politique la Savak (l’orthographe est incertaine) totalement entre les mains des américains. Un régime très dur.
    Plus loin encore je me souviens de Mohammad Mossadegh qui nationalisa le pétrole en 1951. Il est alors éloigné du pouvoir à la suite d’un complot orchestré par les services secrets britanniques et américains, l’opération Ajax.
    Revenons au régime dictatorial sous tutelle américaine du Shah.
    Je me souviens de l’Imam Khomeini accueilli en France en 1978 après s’être fait expulser d’Irak où il menait la résistance contre le Shah.
    Quel cirque à Neauphle le Chateau dans les Yvelines à côté de chez Marguerite duras… Il envoyait ses prêches par cassettes.
    Il pris le pouvoir début 1979 et là commença le cauchemar des saoudiens sunnites, des américains avec la prise d’otages à l’ambassade américaine qui dura des mois jusqu’à la libération par Reagan succédant à Carter.
    La Perse est un grand et vieux pays qui a des revanches à prendre sur l’histoire. J’aime bien la Georgie, mais franchement on ne peut pas comparer l’intervention minimaliste des russes en Georgie qui est lui-même un tout petit pays dont s’était servi les israéliens et les occidentaux en général pour voir jusqu’où les russes pouvaient aller. Ils ne sont pas allés bien loin …
    Je me souviens du 25 décembre, Noël 1979, invasion stupide de l’Afghanistan par l’Armée rouge. Le régime afghan était déjà complètement sous tutelle soviétique mais Brejnev était conseillé par Michaël Souslov (membre du BP, bureau politique). On connaît la suite, les américains armant via l’Arabie Saoudite les plus extrémistes des islamistes contre l’invasion russe.
    Ce qu’on sait moins c’est qu’un membre du BP (bureau politique), Youri Vladimirovitch Andropov, chef du KGB depuis 1967, ennemi juré de Brejnev, avait voté bien sûr l’invasion en Afghanistan, mais après avoir dit toutes les conséquences négatives qu’il en résulterait pour l’Union Soviétique.
    L’histoire lui donnera raison une fois de plus.
    Je me souviens des discussion avec mes camarades de lycée, déjà totalement dépolitisés et occupés à autre chose que la politique, encore moins la politique internationale.
    J’attendais la mort de Brejnev avec impatience. Ce fut long … mais il ne se remis pas du défilé militaire, dernier auquel il assista en novembre 1982 et mourut quelques jours plus tard.
    A l’époque j’avais dit immédiatement que son successeur serait Youri Andropov, chef du KGB, et non Tchernenko que TOUS les médias occidentaux nous présentaient comme étant le porte serviette (ce qui était vrai) de Brejnev et donc son successeur.
    La raison en était simple. Depuis l’invasion de l’Afghanistan et le déclin de l’Empire soviétique, Andropov, forcément le mieux renseigné, menait une politique active contre la corruption dont le but était d’atteindre le clan Brejnev totalement corrompu. Il alla jusqu’à arrêter le gendre de Brejnev.
    Et ô miracle et ruse de l’histoire, l’éternel numéro 2 du régime Brejnev mais sans prétention à lui succéder car toujours malade, Michaël Souslov se disputa violemment avec un membre proche de la famille Brejnev. Le pauvre Souslov ne s’en remis pas et mourut d’une attaque cardiaque à son tour en février 1982.
    Il dirigeait la commission des affaires étrangères du CC (Comité Central) et était de facto numéro 2 du régime.
    Qui le remplaça ? Cet imbécile de Tchernenko ? que nenni !
    Ce fut le chef du KGB : Youri Vladimirovitch Andropov.
    A partir de ce moment-là c’était plié pour la succession de Brejnev et la lutte contre le clan Brejnev s’intensifia.
    On connaît la suite : ce fut Andropov qui dirigea les funérailles à la surprise des médias occidentaux toujours aussi mal informés. Les russes sont de redoutables joueurs d’échecs …
    Je me souviens de la purge en une seule session du CC. Puis, de la maladie (diabète avec dialyse) d’Andropov qui compliqua la situation. Je me souviens aussi de l’avion de la coréan airlines qui fut abattu en septembre 1983 car il s’était trop rapproché des côtes sibériennes et était en fait truffé d’appareils d’espionnage. Au bord de la 3ème guerre mondiale et les esprits se sont repris avec l’inamovible Andreï Gromyko qui sut gérer l’affaire …
    Andropov voyant sa fin venir poussa celui qu’il considérait comme la relève et le seul capable, à savoir Michaël Sergueïvitch Gorgatchev.
    Gorbatchev passa son tour et laissa Tchernenko, vous savez le porte serviette de Brejnev, accomplir sa mission d’homme mourant.
    Tchernenko mourut début 1985 et c’est Gorbatchev qui cette fois-ci prenait les rênes du pouvoir qu’il avait dans les faits depuis fin 1984 puisqu’il dirigeait les réunions hebdomadaires du BP.
    Il élimina son seul véritable adversaire Grégory Romanov qui faut envoyer en maison de désintoxication et mourut peu de temps après.
    On connaît la suite, et vous la connaissez aussi bien que moi, Gorbatchev allait avec son équipe entièrement rajeunie et aussi son épouse dans l’ombre mais non sans d’énormes difficultés (c’est pas peu dire !!! ) changer la face de l’Union Soviétique et par là même celle du monde.
    Les résistances étaient là, belles et bien là, tant et si bien que ce que je redoutais depuis le début arriva au mois d’aout (ce jour-là je n’y pensais pas du tout d’ailleurs …) avec le coup de force des forces conservatrices profitant des vacances de Gorbatchev et lui promettant un long repos.
    C’était sans compter TOUT ce qui avait changer en URSS. Ce putch avorta lamentablement notamment par le refus d’une majorité de putchistes vieux, à la main qui tremble, de faire feu sur la foule (ce qui n’était finalement pas une mauvaise décision …). Car il faut dire aussi que la population soviétique n’a jamais manifesté en masse, 10 000 personnes, des jeunes surtout, à Moscou et à Léningrad.
    Eltsine joua un rôle positif contre le putch et fut porté en héros essentiellement parce que c’était un tribun à la russe. Il mit fin à un pays, l’Union Soviétique, sans vote, sans concertation avec son leader Gorbatchev ce qui fera dire à Vladimir Poutine plus tard que la fin de l’Union Soviétique était le plus grand drame géopolitique du XXème siècle.
    Il aurait fallu supprimer le communisme mais garder l’Union sous une forme confédérale et non pas fédérale. Mais Eltsine n’avait cure de tout cela, il était Président de la Russie et c’était tout. Eltsine aura été une vraie plaie pour l’Union soviétique ET la Russie décadente à tout point de vue.
    C’est pour cela que l’arrivée un peu surprenante d’un Poutine donna de l’oxygène au peuple russe qui était totalement entre les mains de la mafia des oligarques !!!
    Des anciens communistes qui s’enrichissaient d’une façon invraisemblable, des parvenus. On les voit en France aujourd’hui encore étaler leur gros fric dans Courchevel au ski, sur la Côte d’azur, etc…
    ça explique aussi pourquoi le parti communiste russe qui n’a pas fait son agiornamento est toujours la 2ème force du pays avec 15% des voix.
    Eh oui, souvenirs, souvenirs …
    J’ai écrit ça sans AUCUN document, simplement ma mémoire fonctionne encore et c’est vrai que la politique internationale m’a toujours passionné et surtout j’ai accompagné jour après jour, parfois heure par heure les changements en URSS … un Empire qui tombe sans bain de sang ou si peu … qui l’eut cru ?
    Eh bien j’avais compris très vite que l’Europe Centrale et de l’Est ne pouvait s’émanciper de la tutelle soviétique qu’en frappant à la … TÊTE.
    Et c’est bien ce qui se passa. Quand Gorbatchev disait qu’il n’interviendrait pas pour sauver les pays européens d’Europe il a tenu parole et ces pays sont tombés comme des dominos. Le plus dur ça a été la Roumanie qui s’était pas mal affranchie de l’URSS et ce qui était bon à l’époque de Brejnev ne l’était plus sous Gorbatchev.
    On retrouvera ce drame, une tragédie même, avec l’ex-Yougoslave où comme l’armée rouge ne tenait pas ce pays fédéral, les répercussions de la chute de l’URSS furent minces. Ironie incroyable de l’histoire où les pays qui se sont libérés le plus facilement du communisme en Europe ont été les pays où l’armée soviétique était toute puissante : voir l’ex-RDA d’un souffle … eh hop Gorbatchev avait donné le baiser de la mort à Honecker (chef de la RDA de l’époque).
    Souvenirs … il y aurait tellement à écrire …
    Hélène Carrère d’Encausse avait écrit un best seller “L’Empire éclaté” dans lequel elle expliquait les différentes composantes ethniques et nationales de l’URSS ce qui était bien et vrai.
    Par contre elle avait prévu que le problème national viendrait des pays musulmans. Or, les seuls à s’être révoltés furent les nationalités chrétiennes : les pays baltes et l’Arménie. Les actuels pays musulmans de l’ex-URSS sont toujours des dictatures. Et parfois même d’anciens soviétiques comme Aliev (c’est le fils qui a succédé au père depuis) en Azerbadjian…
    Enfin, cette brave Hélène étudie maintenant le dictionnaire à l’Académie Française et c’est mieux ainsi !
    Lorsqu’on lui disait à la fin de Brejnev si le régime pouvait changer : niet !!! pas avant des générations !!!
    Lorsque Gorbatchev arriva et exerça le pouvoir : niet, niet, niet, c’est un aparatchik séducteur et rien d’autre… Quelle méconnaissance … C’est à peine croyable … Aveuglement …
    L’évolution du régime était prévisible dès février 1982 quand Andropov se place pour succéder à Brejnev. A l’époque je le disais …
    Le changement de régime était lui prévisible dès l’arrivée au pouvoir de Gorbatchev. A l’époque je le disais …
    La dernière fois que je suis allé au ski avec un ami c’était à Noël 1984 (une des dernières fois où j’ai pris des vacances d’ailleurs) et j’avais rencontré un allemand de l’ouest et lui avait parlé de la réunification à mon sens inéluctable. Il avait éclaté de rire : pas avant des générations !!!
    Moins de 5 ans plus tard le mur de Berlin tombait … et j’ai pleuré de joie … comme beaucoup d’entre-nous sans doute.
    Voilà, quelques instants d’histoire qui me sont revenus en mémoire (en réalité je préfère la géographie mais il ne faut pas le dire …).
    Pardon pour toutes les fautes d’orthographes, j’ai écrit comme bon me venait et je n’aurai pas le courage de me relire.
    Passez une bonne journée, j’ai vu qu’Olivier nous a concocté de nouveaux articles. Je ne sais pas comment il fait. Il doit à peine dormir, le bougre !
    MERCI OLIVIER !
    Marc


  22. Fabrice Le 29 mars 2012 à 07h24
    Afficher/Masquer

    Chris06 j’allais oublier de vous soumettre cet article, ainsi qu’aux différents intervenants :

    link to lefigaro.fr

    certes ce n’est pas fait mais tout semble se mettre en place pour qu’à moyen terme le dollar soit fortement concurrencé.


    • chris06 Le 29 mars 2012 à 09h19
      Afficher/Masquer

      J’espère bien qu’il sera concurrencé, je milite pour la mise en place d’un système monétaire international dans lequel plus aucune monnaie nationale ne serve de référence dominante car, comme montré par Triffin, seul un panier de monnaies représentatif de la totalité de l’économie mondiale peut servir de référence durablement sans que le système ne parte en vrille tous les trente ou quarante ans créant un chaos qui deviendra bientôt insurmontable.

      Je ne vois vraiment pas l’intérêt pour les peuples du monde entier de voir  le Dollar remplacé par le Yuan comme nous annoncent certains auteurs (cf Mme Mousseleaux) bien trop rapides dans leurs analyses! 


  23. Patrick-Louis Vincent Le 29 mars 2012 à 09h29
    Afficher/Masquer

    “Par contre elle avait prévu que le problème national viendrait des pays musulmans. Or, les seuls à s’être révoltés furent les nationalités chrétiennes ”

    N’oublie pas la Tchétchénie, tout de même, petit pays au nord de la Georgie. Ce fut une vraie révolte, alimenté d’ailleurs par les whahabites d’Arabie Saoudite. 150 000 morts, selon des organisations non gouvernementales, dans un pays qui ne compte plus qu’un million d’habitants. La main du “tsar” Poutine ne tremble pas.

    Si l’armée russe a montré de grandes faiblesses stratégiques, au cours des deux guerres de Tchétchénie, l’état russe a montré sa volonté et sa détermination (surtout après l’arrivée de Poutine au pouvoir) de sauvegarder ses intérêts, tant sur le plan géopolitique, que sur le plan économique.


    • Marcus Le 29 mars 2012 à 10h46
      Afficher/Masquer

      Oui, complètement d’accord Poutine a “réglé” la Tchétchénie de la pire des manière.
      Sous l’ère Eltsine le Général Alexandre Lebed avait trouvé un accord avec les tchétchénes.
      Poutine s’en est servi à des basses fins de politiques intérieures.
      Ce que je dis c’est que chacun est dans sa logique et ce que tu perçois toi, et que je partage sur la puissance russe, peut être sous-estimée par le seul Empire qui reste, l’Empire américain.
      Amicalement.
      Marc


    • step Le 29 mars 2012 à 12h34
      Afficher/Masquer

      hymne national tchétchène (extrait):

      « La nuit où les loups sont nés,
      À l’approche de l’aube, les lions rugissaient.
      Nous sommes alors arrivés,
      Du fond des âges, dans ce monde hostile.
      Depuis, nous ne plaisons à personne,
      Mais nous avons conservé notre dignité.
      Des siècles durant, nous nous sommes assurés
      Par la lutte, la liberté ou la mort.
      Et même si les montagnes de pierre
      Brûlent dans le feu des batailles
      Aucune horde au monde
      Ne nous mettra à genoux. »

      ça explique bien les soucis que le pouvoir central (russe,turk,soviétique ou autre) a eu avec ce peuple de montagnards. La tchétchénie serait indépendante depuis longtemps si ce n’était un passage stratégique vers les mers pour la russie.


  24. Patrick-Louis Vincent Le 28 mars 2012 à 10h13
    Afficher/Masquer

    Bien sûr Olivier, mais l’on n’est pas dans une logique de justification internationale, mais dans une logique de volonté de puissance.

    L’Iran aura la bombe si elle est suffisamment soutenue par des alliés forts, sinon, elle sera écrasée. La Corée du Nord a la bombe parce qu’elle a le soutien de la Chine. Israël a la bombe parce qu’elle a le soutien des EU. L’Inde a eu la bombe parce, à l’époque, elle avait le soutien de l’Union Soviétique.

    Il n’y aura jamais d’accords internationaux solides (du genre non prolifération des armes nucléaires) tant que plusieurs pays auront des visées hégémoniques sur le monde et seront en compétition entre elles. 

    Les accords internationaux, c’est aussi fragile qu’une cloison en papier. Souvenons-nous des accords de Munich, ou du pacte germano-soviétique.   

    La question, aujourd’hui, est donc la suivante : quels sont les alliés de l’Iran et ont-ils les moyens (diplomatiques, économiques, financiers, démographiques, mentaux) de s’opposer à l’hyper puissance américaine et à l’Otan ?

    La Russie et la Chine sont les principaux alliés de l’Iran. Mais ce sont deux nations vieillissantes. Il opposent, pour l’instant, leur opposition aux projets d’Israël et des EU, dans leurs discours. Mais sont-ils prêts à dépasser le discours dans une action militaire? C’est ce que les Américains essaieront de tester dans les mois qui viennent.  


  25. Patrick Luder Le 28 mars 2012 à 11h12
    Afficher/Masquer

    Olivier, vous savez très bien qu’il n’y a pas besoin de bombe atomique … un simple petit missile anti-abri sur un de vos (Français) cher petit bijou technologique ferait le même effet voir plus … et même pas besoin de missile finalement, un simple petit avion  sur les installations techniques conduiraient au même résultat ! Finalement c’est pratique, vous avez déjà (et la Suisse aussi encore pendant un moment) vos propres bombes atomiques à la merci de toute mauvaise volonté …


  26. Fabrice Le 29 mars 2012 à 10h02
    Afficher/Masquer

    reste plus qu’à savoir si ces accords déboucheront (je récapitule, j’oublie peut être un élément) :

    - sur un statut quo avec un dollar largement affaibli,

    - sur l’arrivée du Yuan supplantant le dollar(ou autre) et on recommence les mêmes erreurs,

    - ou aboutis sur une monnaie d’échanges internationaux basé sur la valeur de plusieurs grandes monnaises (en gros ce qu’on a pas pu ou voulur faire avec l’euro sigh !) et qui serait la solution la plus sage ?

    pour terminer sur un peu d’humour et titiller Olivier  sur quelque chose qu’il n’aime pas “les paris sont ouverts ?” ;-)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>