I. Olivier Delamarche

Un grand classique : Olivier Delamarche sur BFM Business :

II. Markus Kerber

Ce professeur iconoclaste allemand est repassé aux Experts :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

II. bis les Experts

Pour mémoire, je serai ce vendredi à 9h00 chez Nicolas Doze sur BFM Business

III. Le Top 3 des patrons américains les mieux payés en 2011

  • Timothy D. Cook, Apple : 289 millions d’euros. Le successeur de Steve Jobs à la tête de la compagnie d’informatique bénéficie des très bonnes performances du groupe mais pas seulement : il n’a gagné “que” 688.000 euros de salaire en 2011, un revenu completé par l’octroi d’actions en Bourse pour une valeur de 288 millions d’euros.
  • Lawrence J. Ellison, Oracle : 59,3 millions d’euros. Le patron et cofondateur du géant des services informatiques arrive en deuxième position. Lawrence J. Ellison tient néanmoins sa revanche du côté de la fortune personnelle : le magazine Forbes le classe comme la sixième personnes la plus fortunée du monde avec 27,5 milliards d’euros sur son compte en banque.
  • Ronald B. Johnson, J.C. Penney : 40,7 millions d’euros. A la tête d’une chaîne de magasin de vêtements, celui qu’on surnomme “Ron Johnson” est aussi passé par Apple, où il était chargé de développer et de multiplier les Apple Store.

Lire l’article ici.

IV. Milliardaires

Malgré la crise, le nombre de milliardaires a battu un nouveau record.

Pour les plus riches de la planète, la crise n’est pas un problème : ils sont cette année 1 226 milliardaires, un record absolu depuis vingt-cinq ans que le classement existe, 16 de plus que l’an dernier, où le chiffre de 1 210 avait déjà été présenté comme un record.

Tous ensemble, ces personnalités richissimes – dont 104 femmes – pèsent 4 600 milliards de dollars (10 fois la dette grecque ou la dette de la France + l’Allemagne, par exemple), selon le classement annuel 2012 du magazine Forbes publié mercredi. Ils viennent de 58 pays, les Etats-Unis restant en tête avec 425 milliardaires. Le Maroc y fait pour la première fois son apparition, avec trois entrées.

Pour la troisième année consécutive, le Mexicain Carlos Slim est l’homme le plus riche au monde. Avec une fortune estimée à 69 milliards de dollars, en légère baisse toutefois par rapport à l’an dernier, le roi mexicain des télécommunications devance l’Américain Bill Gates, cofondateur de Microsoft (61 milliards), et l’homme d’affaires et philantrope américain Warren Buffett (44 milliards).

Le Français Bernard Arnault, propriétaire du groupe de luxe LVMH, est 4e, avec une fortune estimée à 41 milliards de dollars, suivi par l’Espagnol Amancio Ortega, créateur de la marque de vêtements Zara (37,5 milliards).

Consulter la liste des milliardaires français ici.

dessin humour cartoon

V. Neutrinos

Petit exemple du court-termisme médiatique, et des débats d’experts qui fuitent à tort dans le grand public.

On a beaucoup entendu parler de la soit-disant remise en question de la théorie de la relativité fin septembre 2011, des neutrinos ayant été mesurés au CERN à une vitesse supérieure à celle de la lumière. (lire ici)

On a peu entendu parler de la récente réponse : il y a évidemment eu une boulette avec des cables défectueux. Les nouvelles mesures montrent que les neutrinos vont moins vite que la lumière.

Lire (ici, , et ).

À méditer…

dessin humour cartoon

dessin humour cartoon

dessin humour cartoon

VI. Sondages

En passant : la maladie des sondages, déjà évoquée sur le blog. Titres ce matin :

Ils ne se réfèrent qu’au premier tour – il faut bien vendre du papier. Et quelle importance qui arrivera en tête au premier tour… ?

Cela semble très manipulatoire : les sondages donnent 45/55 pour Hollande au second tour. Du “coude à coude” ?!?

dessin humour cartoon

dessin humour cartoon

dessin humour cartoon

VII. Expériences électorales

Je vous signale une intéressante expérience en ligne sur les modes de scrutin. N’hésitez pas à participer, cela dure moins de 5 minutes : voteaupluriel.org

Dommage qu’ils ne testent pas l’intéressant vote de valeur. Oubli corrigé sur ce site, inscrivez-vous ici pour participer au grand test grandeur nature le 22 avril et faire avancer la science électorale…

VIII. Icones pour les commentaires

Comme on me demande souvent, je vous signale que vous pouvez simplement associer une photo / un avatar à votre adresse email, qui apparaîtra automatiquement à côté de vos commentaires, en vous enregistrant sur le site Gravatar.

IX. Best of Dessins de Presse

dessin humour cartoon

dessin humour cartoon

dessin humour cartoon

dessin humour cartoon

dessin humour cartoon

dessin humour cartoon

dessin humour cartoon

dessin humour cartoon

dessin humour cartoon

dessin humour cartoon

dessin humour cartoon

dessin humour cartoon

dessin humour cartoon

dessin humour cartoon

37 réponses à Miscellanées du mercredi (Delamarche, Kerber, PDG USA, Neutrinos, Expériences électorales, Cartoons)

  1. BA Le 11 avril 2012 à 04h36
    Afficher/Masquer

    Lundi 12 décembre 2011 :
     
    Pierre-Henri de Menthon est directeur de la rédaction de « Challenges », et chroniqueur sur la chaîne BFM Business.
     
    Le 12 décembre 2011, Pierre-Henri de Menthon révèle que les Français les plus riches réalisent des retraits et que cela se passe « loin des caméras, à l’abri des bureaux cossus des banquiers privés, ceux qui gèrent le patrimoine des grandes fortunes ! »
     
    Dans la vidéo ci-dessous, il est précisé :
     
    « Chez Pictet et Lombard Odier, deux grandes banques privées de Genève, les ouvertures de comptes par les Français se multiplient, des dizaines de millions d’euros affluent tous les jours. »
     
    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=_oEWxIkVA7o#!
     
    Depuis décembre 2011, nous voyons ces cas se multiplier. Nous sommes embarqués dans un paquebot appelé « ZONE EURO ».
     
    Or, que voyons-nous ?
     
    Nous voyons les passagers les plus riches qui sont en train d’entasser leurs richesses dans des canots de sauvetage.
     
    Nous voyons les passagers les plus riches qui sont en train de fuir le paquebot « ZONE EURO », pour aller mettre leurs richesses dans les banques privées suisses : la banque Pictet, la banque Lombard Odier, etc.
     
    Nous voyons les passagers les plus riches qui s’éloignent du paquebot « ZONE EURO », et qui mettent à l’abri leur épargne en-dehors de la zone euro.
     
    C’est un signe qui ne trompe pas.
     
    C’est un signe qui montre que le paquebot « ZONE EURO » est en train de couler.


    • Patrick Luder Le 11 avril 2012 à 07h09
      Afficher/Masquer

      Aucun soucis, la Suisse couleras avec le reste de cargo !
      Elle achète des Euros en quantités illimités …
      pour essaier de se maintenir attaché à l’Euro, (1.20 CHF pour 1EUR)
      Si l’Euro coule, la monnaie suisse suivra donc le même sort !  
      Y a enfin une justice :-)    


      • step Le 11 avril 2012 à 08h27
        Afficher/Masquer

        tout à fait exact, si on monte sur un canot et qu’on oublie de détacher l’amarage au paquebot, c’est balot :)


      • Marcel Le 11 avril 2012 à 09h35
        Afficher/Masquer

        Meuh non.
        Faut quand même pas les prendre pour des truffes !
        Ils achètent des tableaux, de l’or, des diamants, des terrains cultivés et à cultiver, des coopératives,de l’armement, des pétroliers etc etc etc.
        Bref tout ce qui sera indispensable à la reconstruction de la France post crise.

        Ils renforceront ainsi leurs positions dominantes sur tous les secteurs d’activités directement si cela est possible, indirectement pour ne choquer la populace qu’ils continueront à manipuler.

        Par contre je ne comprends pas trop l’objectif, vu qu’ils ont déjà le pouvoir et l’argent.
        Je vois pas ce qu’ils peuvent vouloir de plus ?
        En effet, si ils se contentaient d’être rentiers, il faudrait 30 générations pour commencer à avoir des difficultés financières. ;-)


        • Marcel Le 11 avril 2012 à 09h43
          Afficher/Masquer

          Bon les tableaux ne sont pas indispensables pour reconstruire la France, hein. :-)
          Je voulais  parler de valeurs marchandes toujours vendables quelques soient les événements.
          J’exclue quand même les catastrophes naturelles d’ampleur à atteindre les coffres suisses. Un tremblement de terre qui ferait apparaitre les Alples en 3mns  éliminerait tout le monde riche ou pauvre.


        • chris06 Le 11 avril 2012 à 10h36
          Afficher/Masquer

          “Par contre je ne comprends pas trop l’objectif, vu qu’ils ont déjà le pouvoir et l’argent.”

          le conserver?

          @Patrick,

          il me semble que je vous l’ai déjà dit, mais bon, savez vous qu’il est possible d’ouvrir un compte dans n’importe quelle monnaie (dollar, yen, franc, couronne norvégienne…) dans une banque de votre pays? Et que vous pouvez placer cet argent sur n’importe quel type de titre, sur n’importe quel marché.

          Vous semblez croire que les banques de votre pays fonctionnent comme celles de Corée du Nord, pourquoi? Alors pourquoi voudriez vous que ceux dont parle BA se limitent à déposer une valise d’euros dans une de ces banques et de  les convertir en Francs?


          • Patrick Luder Le 11 avril 2012 à 11h26
            Afficher/Masquer

            La politique de la BNS (Banque centrale suisse) est d’acheter des Euros pour maintenir un taux minimum d’échange Euros à 1.20… En cas de crash de l’Euro, la banque nationale suisse aura fait le plein de vide ! voir link to snb.ch Le but de la manœuvre est de maintenir une certaine compétitivité dans l’Industrie Suisse. Si le CHF deviendrait trop fort, les industries Suisses ne pourraient plus exporter leurs produits. Par contre un CHF fort permet d’importer à bas prix, mais ce n’est pas trop bon pour la balance commerciale. La politique de la BNS est de plus en plus controversée => Egalement par une partie de l’industrie. L’argument contre cette politique de course à l’achat de devises est le risque à long terme …


          • chris06 Le 11 avril 2012 à 12h46
            Afficher/Masquer

            oui, et alors? C’est pas à la BNS qu’ils mettent leur argent.


          • Patrick Luder Le 11 avril 2012 à 15h39
            Afficher/Masquer

            Mais, pt’itis pois-carottes, en cas de crash, l’argent n’est pas plus en sécurité dans une banque Suisse que partout ailleurs en Europe, que l’on prenne un compte en CHF ou EURO ou £ ou $ … arrêtez de prendre les banques Suisses pour quelque chose de sécurisé à 100%, en suisse aussi, des banques sont au bord du gouffre, et pas seulement ces dernières années ! Les banques Suissent ont seulement un meilleur service clientèle et un peu plus de jugeotte, mais elles sont dans la même galère … Toutes les banques Suisses, dépendent fortement de la BNS , de Londres (etc.) il n’y a pas d’îlot de sauvetage.


          • chris06 Le 12 avril 2012 à 12h21
            Afficher/Masquer

            UBS et Crédit Suisse ne sont pas les canots de sauvetage dont parle BA…

            Relisez bien son commentaire, vous finirez par comprendre!


          • chris06 Le 12 avril 2012 à 12h32
            Afficher/Masquer

            Ah, et aussi, je vous en ai déjà parlé l’autre jour quand on parlait de l’hyperinflation, que se passe t’il quand les monnaies ne valent plus rien… qu’est ce qui reste?

            PS: ne vous inquiétez pas trop pour les banques privées suisses, ce sont les meilleurs banquiers du monde
            Ils n’ont jamais pris aucun risque avec l’argent qui leur est confié et sont passés à travers les pires périodes de l’histoire sans aucun pépin… y compris l’hyperinflation de la république de Weimar et les défauts en série de l’Allemagne de l’entre deux guerres.


          • Patrick Luder Le 12 avril 2012 à 13h44
            Afficher/Masquer

             
            JeSaisPasSiVousAvezComprisQueJAiComprisMaisJeSaisQueVousMAvezPasCompris … alors je résume :
             
             
            Je sais qui est Pictet et LombardOdier, je dis simplement que la politique Suisse d’arrimer le CHF à l’Euro est dangereuse, que la Suisse est gorgée de devises étrangères et qu’en cas de crash monétaire mondial (peu probable), vos canots de sauvetages Suisse ne vaudront pas mieux que le reste… Une telle alternative (crash monétaire mondial) sera immanquablement le départ d’un nouveau système monétaire, espérons qu’il sera porté par des courants plus humanistes que ceux de la finance actuelle.


  2. amorgos Le 11 avril 2012 à 08h28
    Afficher/Masquer

    Le bon sens et le pragmatisme de Markus Kerber font la leçon à ses deux contradicteurs français qui semblent par contre eux, un peu gênés par leur manque de cohérence dans leurs propos … le Maitre face aux élèves ! .. pauvre France 


  3. aurel Le 11 avril 2012 à 08h47
    Afficher/Masquer

    moi je propose comme première mesure pour sauver la grèce qu’on arrête de la forcer a acheter des armes, ca fera tjs 200 milliards de sauvés dans son budget.
    par contre c’est sur que le notre et celui de l’allemagne sera grévé d’autant…
    enfin il faudra tout de même un temps pour que des propos aussi criminels que ceux qu’on entend sur bfm soient condamnés au mm titre que l’injure raciale ou le pousse au crime financier.
    ces mequetons qui dissertent sur l’avenir des peuples, pariant sur la compétitivité des hommes-robots du bas peuple, qu’on peut pressurer à souhait pour garantir un revenu décent aux “actionnaires”, sans même une pensée critique sur leur vision du monde, c’est assez odieux.
    friot, jorion et les autres ont assez bien expliqués comment ces gens là ont transformé la vie, le monde, l’univers, la beauté, la société en données marchandes rabaissées à leur vision mercantile et vile du monde. ils ont mis un prix sur toute chose et en ont effacés la valeur. ce qui ne se commerce pas, n’a pas d’intérêt et ne compte plus, c’est une charge.
    ce sont des psychopathes et ils sont dangereux et si on les laisse faire plus encore, nous allons finir un jour à la déchetterie ou en soleil vert car on n’aura pas pu nous recycler.


    • chris06 Le 11 avril 2012 à 11h00
      Afficher/Masquer

      1. on devrait interdire à tous ceux qui ne sont pas d’accord avec mes idoles Friot et Jorion de s’exprimer.
      2. non, pas interdire, les exterminer, car ce sont des psychopathes dangereux 

      Franchement, vous vous rendez compte vers quoi nous mènent vos idées?  


    • chris06 Le 11 avril 2012 à 11h25
      Afficher/Masquer

      bon je sais, vous ne voulez tout de même pas les exterminer ces psychopathes dangereux, vous cherchez quelque chose de plus “humain” sans doute, genre les concentrer dans des camps entourés de fil de fer barbelé et les éloigner le plus loin possible de la société?

      Pour cela on pourrait louer à la Russie un terrain au fin fond de la Sibérie? Non, mieux, on n’a qu’a les mettre en Terre Adelie et aux iles Kerguelen, ce sont des territoires français!  


      • step Le 11 avril 2012 à 16h12
        Afficher/Masquer

        un psychopathe dangereux s’enferme chris, c’est la loi. qu’il soit riche ou misérable… et je ne doute pas que des analyses psychologiques de certains risqueraient de ne pas être bien reluisantes..


        • Jack Le 11 avril 2012 à 17h26
          Afficher/Masquer

          Il y en a qui doivent vivre dans un univers (mental?) très particulier pour ne pas se rendre compte de la colère et de la lassitude des gens autour d’eux…
          Des explosions de colère aveugle, on en a eu combien en France, parce que des psychopathes de ce genre ne savaient pas jusqu’où ne pas aller trop loin?


          • Tycer Le 11 avril 2012 à 21h16
            Afficher/Masquer

            On n’est pas en 1929 là mais plutôt en 1788.


        • Alain Le 12 avril 2012 à 20h56
          Afficher/Masquer

          @Chris
           
          Je suis plutôt d’accord avec step sur le coup.
           
          Il y a une sorte de désespoir immense à voir des personnes dénuées de tout sens moral accaparer le pouvoir, détruire des vie et en plus culpabiliser les autres.
           
          Il est intéressant de constater que l’accroissement des inégalités va de pair avec l’arrogance des plus riches. Malheureusement, que reste-t-il aux autres, aux plus faibles, de se voir même retirer leur dignité quand tout leur a été retiré déjà.
           
          J’ai la chance de compter des personnes fortunées dans ma famille et je peux vous assurer que leur sens moral n’est pas très élevés. Ils pensent sincèrement que leur richesse provient de leur travail à eux, alors qu’ils confondent allègrement travail et vacances – 1 heure pour signer un contrat et 4 jours de fêtes à Miami, San-Francisco, Casablanca, etc.
           
          Ils vont casser les prix face au petit artisan du coin, mais se font expédier leurs fruits par avion provenant de leur exploitation au Maroc.
           
          Ils se comparent leur fortune entre eux (bref le concours de b*tes de cours d’école), vont porter des chaussettes de marques une seule fois (oui, oui, une seule fois, après poubelle), mais vont pleurer misère devant leurs employés pour éviter toute hausse de salaire (même CHF 50 / mois).
           
          Donc je comprends sa colère, car pour ma part, je pense sincèrement qu’il y a une forme de psychopathie (dans le sens maladie psychique, aucune empathie) chez les personnes qui cherchent à être riches.
           
          Entendons-nous bien, qu’une personne gagne de l’argent et vive bien par son travail, je suis d’accord, mais quand cela devient excessif et que ce surplus d’argent est gaspillé, tout en déniant le droit aux autres d’en avoir un peu… non.
           
          C’est l’excès qui me dérange.


  4. Patrick Luder Le 11 avril 2012 à 09h25
    Afficher/Masquer

    A propos de V Neutrinos … Eh oui, nous somme dans le temps de l’hyer-communication, on publie les résultats avant la fin des études. 

    Un autre exemple dans l’actualité Suisse du jour. Le site de la catastrophe nucléaire Suisse de 1969 (Lucens) révèle quelques surprises ces derniers mois, avec une augmentation des émanations de tritium. Henniez à commandé une nouvelle étude qui devrait se terminée à fin avril, masi Henniez publie aujourd’hui que tout va bien … voir link to lematin.ch
     


  5. BA Le 11 avril 2012 à 11h53
    Afficher/Masquer

    Mercredi 11 avril 2012 :
     
    Les défaillances de PME s’envolent au premier trimestre.
     
    La conjoncture se précise pour 2012 et elle n’est pas reluisante. Même sans récession au sein de l’Hexagone, les petites et moyennes entreprises (PME) de plus de 50 employés traversent cette période avec la plus grande des difficultés. Les défaillances d’entreprises enregistrées en France au premier trimestre sont en légère hausse par rapport à la même période de 2011, et restent pour la quatrième année consécutive au-dessus du seuil de 16.000, a indiqué la société Altares dans un communiqué, relayé par Les Echos de ce mercredi.
     
    Le nombre de défaillances s’élève à 16.206 jugements de redressement ou liquidation judiciaire directe, 3.500 de plus qu’avant la crise début 2008. 
     
    « Les PME de 50 salariés et plus sont, comme au quatrième trimestre 2011, très exposées » (+27 % sur an, par rapport au 1er trimestre 2011), note la société de services aux entreprises. A noter toutefois que neuf PME défaillantes sur dix sont des micro-entreprises (moins de dix salariés). De quoi s’imaginer le nombre de PME toutes tailles confondues défaillantes en France.
     
    Pourquoi les PME perdent maintenant ?
     
    Le carnet de commandes est stable mais les trésoreries sont vides. Parmi les PME qui se retrouvent en difficultés, celles dont les problèmes avaient commencé bien avant, la sortie de crise étant souvent révélatrice des faiblesses structurelles, constate le responsable des études. Les mesures de plan de relance et autres aides durant la crise leur avaient permis de garder la tête hors de l’eau.
     
    En témoigne le fait qu’un tiers des PME défaillantes n’avaient plus publié leur bilan depuis 2010. Et près de la moitié d’entre elles ne disposaient plus de fonds propres (de cash) –  pour notamment payer les fournisseurs –, constate ce même responsable. Et les problèmes d’accès au financement par les banques n’arrangent rien au rien à la situation.
     
    Parmi les victimes les plus médiatiques, Petroplus de Petit-Couronne, placé en redressement judiciaire, ou encore Caddie. 
     
    Mais les réelles victimes restent les salariés. On compterait 65.200 salariés concernés par ces défaillances, soit une hausse de 16 % sur un an. Une bonne raison pour les candidats à l’élection présidentielle de se pencher sur le sort des PME.
     
    Les transports routiers de marchandises face à l’envolée des prix de l’essence connaissent 10% de défaillances en plus cette année.
     
    link to 20minutes.fr


  6. step Le 11 avril 2012 à 13h06
    Afficher/Masquer

    Une pensée pour Raymond Aubrac qui nous a quitté récemment.
    Vil gauchiste même pas communiste (c’est toujours chiant pour les classificateurs ce genre de libre penseurs) :
    - il était résistant quand la france était silencieuse
     - a émis des réserves sur l’expérience russe quand on vénérait le “petit père des peuples”
      – a permis le développement du concept de SCOP avec un patron élu par les ouvriers
    – était contre le poursuite de la colonisation alors que la france était violemment pro-coloniale
    - s’est bien gardé  d’aplaudir la “victoire” du capitalisme des années 90.

    Il nous laisse avec d’autres (dont sa femme, lucie aubrac, elle aussi résistante de la première heure indisociable de son action) un appel important, un leg pour le siècle en cours, dont ils savaient qu’ils ne verraient que l’aube :

    Vous le trouverez ici :

    link to resistances.aufilduvercors.org

     Il me plait, ayant eu un écho personnel de l’attachement qu’il avait pour sa femme, de les savoir à nouveau réunis.
         


    • Scipion Le 11 avril 2012 à 22h01
      Afficher/Masquer

      @ STEP

       ”(…) était contre le poursuite de la colonisation alors que  la france, violemment pro-coloniale (…)”

      Pro-coloniale, c’est vite dit.
      80% de oui à l’autodétermination de l’Algérie en métropole lors du référendum proposé par De Gaulle, ce n’est pas très pro-colonial, non?
      L’OAS l’était, oui. Mais de là à systématiser en disant la France, non.   


      • step Le 12 avril 2012 à 09h40
        Afficher/Masquer

        la guerre d’algérie était le point final de la décolonisation française, il y a eu bien d’autres étapes plus au moins douloureuses auparavant (indochine,Afrique…). Le sentiment pro-colonial s’est (heureusement) étiolé après la seconde guerre mondiale, car c’était une impasse. Raymond Aubrac a fait parti de ceux qui ont souligné ce fait.


    • JPS1827 Le 11 avril 2012 à 22h43
      Afficher/Masquer

      Une pensée également pour le couple Aubrac, qui éclaira de sa lumière des temps bien sombres


  7. BA Le 11 avril 2012 à 15h58
    Afficher/Masquer

    A propos de la planche à billets :
     
    Billets en euros en circulation :
     
    Du 31 mars au 6 avril 2012 : en une semaine, augmentation de 10,937 milliards d’euros de billets en circulation.
     
    link to ecb.int


  8. Benoo Le 11 avril 2012 à 15h59
    Afficher/Masquer

    Bonjour,
    J’ai bien écouté Olivier Delamarche sur BFM et je comprends très bien sa formule du taux de chômage.
    Il dit que le taux de chômage se calcule de la façon suivante :
    (Population active – population qui travaille) / Population active
    Au lieu de Chômeur / Population active
    Pouvez vous confirmer que la formule utilisée par le BLS pour calculer le taux de chômage est bien la même que celle de Delamarche.
    Personnellement on m’a toujours appris que la formule est Nbr de chômeur / Population active


    • Fabrice Le 11 avril 2012 à 20h55
      Afficher/Masquer

      Sauf erreur de ma part est qu’en fait la méthode d’olivier Delamarche (et Olivier il me semble) prend en compte ceux qui ont été rayé des organes de recensement (ce qui est une méthode classique des gouvernements utilisée aussi en France), ainsi que ceux qui ont renoncés à faire toutes démarches d’inscription à ses organes.
       
      Alors que la méthode utilisée par les gouvernements permet de jouer (justement avec les radiations d’inscriptions, etc) et ne reflète pas la réalité de l’emploi dans un pays.
       
      merci de me corriger ou rectifier car je ne suis pas un expert.


  9. Yves Couvreur Le 11 avril 2012 à 17h29
    Afficher/Masquer

    Bon, Einstein est le personnage central de la physique, et que la Relativité n’ pas (encore?) été prise en défaut, mais faudrait quand même pas oublier que c’est Wolfang E. Pauli qui – le premier – a postulé l’existence du neutrino, et ce sur des bases théoriques. Pauli est en outre un personnage fascinant.


  10. BA Le 11 avril 2012 à 18h55
    Afficher/Masquer

    Mercredi 11 avril 2012 :
     
    Espagne : baisse de la production : – 5,1 % sur un an.
     
    La production industrielle espagnole a accru son repli au mois de février, avec une baisse de 5,1% sur un an, selon les chiffres publiés mercredi par l’Institut national de la statistique (Ine).
     
    Cet indicateur, calculé en données corrigées des variations saisonnières (CVS), avait débuté l’année 2012 dans le rouge, en plongeant en janvier de -4,3%, un chiffre révisé à la baisse mercredi (-4,2% annoncé auparavant), sur un an, précise l’Ine dans un communiqué.
     
    En février, le recul a été particulièrement marqué dans les biens de consommation durable (-14,8%), les biens d’équipement (-10,6%) et les biens intermédiaires (-6,8%).
     
    Les biens de consommation non durable sont également dans le rouge (-4%). Mais l’énergie en revanche repasse dans le vert avec une hausse de 7%, conséquence “principalement” de la bonne santé des secteurs “Production, transport et distribution d’énergie électrique”.
     
    Sur l’ensemble de 2011, la production industrielle espagnole a baissé de 1,8% par rapport à 2010, rappelle l’Ine.
     
    Ces mauvais chiffres surviennent alors que l’Espagne a renoué avec la récession au premier trimestre 2012, accumulant deux trimestres consécutifs dans le rouge. Après une faible croissance, de + 0,7%, en 2011, le gouvernement conservateur a prévu un recul de – 1,7% du PIB en 2012.
     
    Lundi, l’Espagne a annoncé un effort supplémentaire de dix milliards d’euros qui touchera les secteurs sensibles de l’éducation et de la santé, dans un pays frappé par un taux de chômage record qui devrait bondir cette année jusqu’à 24,3% de la population active, selon les prévisions du gouvernement.
     
    link to lefigaro.fr


    • Patrick Luder Le 12 avril 2012 à 07h30
      Afficher/Masquer

      Finalement, en Espagne comme en Grèce, l’économie officielle est abandonnée au profit d’une économie parallèle : vente directe, troc, débrouille …


  11. BA Le 12 avril 2012 à 06h38
    Afficher/Masquer

    La BCE vient de prêter 1018 milliards d’euros aux banques de la zone euro. 
     
    link to lesechos.fr
     
    Frédéric Oudéa déclare : « On verra bien dans douze à dix-huit mois où l’Europe en est, et il sera tout à fait temps de rembourser si on est capable effectivement de le faire ».
     
    … et si les banques de la zone euro sont incapables de rembourser, la BCE leur prêtera 1018 milliards d’euros supplémentaires.
     
    Et ensuite, trois ans plus tard, si les banques de la zone euro sont incapables de rembourser, la BCE leur prêtera 1018 milliards d’euros supplémentaires.
     
    Et ensuite, trois ans plus tard, si les banques de la zone euro sont incapables de rembourser, la BCE leur prêtera 1018 milliards d’euros supplémentaires.
     
    Et ensuite, trois ans plus tard, si les banques de la zone euro sont incapables de rembourser, la BCE leur prêtera 1018 milliards d’euros supplémentaires.
     
    Et ensuite, trois ans plus tard, si les banques de la zone euro sont incapables de rembourser, la BCE leur prêtera 1018 milliards d’euros supplémentaires.
     
    Et comme ça, les problèmes seront réglés.
     
    Frédéric Oudéa et Mario Draghi sont des génies.


  12. BA Le 12 avril 2012 à 11h50
    Afficher/Masquer

    Jeudi 12 avril 2012 :

    La Bourse de Paris repartait à la baisse jeudi à la mi-journée, alors que l’Italie a dû concéder des taux d’emprunt en forte hausse lors d’une émission obligataire, alimentant les craintes des investisseurs sur les risques de contagion de la crise en Europe.

    A 12H35 (10H35 GMT), l’indice CAC 40 cédait 0,22% à 3.230,95 points dans un volume d’échanges de 1,405 milliard d’euros.

    Les commentaires, mercredi, de la Banque centrale européenne suggérant qu’elle pourrait reprendre son programme d’achats de titres de dette espagnole avaient permis au marché parisien d’ouvrir en hausse.

    Mais la tendance s’est retournée après une émission de dette italienne décevante.

    Rome a emprunté près de 4,9 milliards d’euros à moyen et long terme à des taux en forte hausse pour la principale émission à trois ans.

    Le pays, qui a bénéficié depuis le début de l’année de conditions d’emprunt favorables grâce aux opérations de la BCE, a vu ses taux d’intérêt s’envoler depuis le début de la semaine.

    Or contrairement à l’Espagne, l’Italie est en retard sur son programme de financement pour 2012. A fin mars, le pays avait couvert moins d’un quart de ses besoins à moyen et long terme.

    link to boursorama.com


  13. Fabrice Le 11 avril 2012 à 17h50
    Afficher/Masquer

    Un homme qui parmi les rares qui ont sût ne pas baisser la tête quand la majorité le faisait ou pire étaient complices.
    Espérons que nous saurons, le temps venu, prendre exemple sur lui, cela devient si rare.
     


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>