Aujourd’hui, une interview exclusive pour Les-crises.fr, réalisée par Benjamin Tardif début avril.

Je la reposte 🙂

La Sénatrice PS Marie-Noëlle Lienemann nous confie ic la vision de François Mitterrand sur l’Ukraine en 1992 :

98 réponses à [Exclusif] La vision de Mitterrand sur l’Ukraine, par M.N. Lienemann

  1. Pilou Le 16 avril 2014 à 10h08
    Afficher/Masquer

    Pour la longue durée, on peut aussi demander à des historiens ! Todd par exemple…

    https://www.youtube.com/watch?v=4ZIBy9vPbOg


    • perceval78 Le 16 avril 2014 à 13h10
      Afficher/Masquer

      une autre video de Todd :

      http://www.youtube.com/watch?v=ky-GP7GgW_4


      • yvan Le 16 avril 2014 à 14h34
        Afficher/Masquer

        Que Todd soit anti-Europe est une chose. Seulement, il a tout faux.

        De plus en plus de preuves montrent que l’Europe est maintenant plus qu’influencée par les US.
        D’ailleurs, dirigée, au point où on en est.

        Hors, Todd n’a absolument pas percuté sur le fait que nous n’allons pas forcément tous accepter de devenir des états US.
        Ce n’est pas pour rien que les US sont de moins en moins appréciés par de plus en plus de pays.

        Autre remarque : la justification du traité Europe-US est qu’il vaut mieux vivre comme des ricains que comme des Chinois.
        Comme si vivre comme des Européens ne faisait pas parti de l’option…

        Il me semble qu’il vaudrait mieux rester le plus neutre possible et compter les bombes qui passeront sans en recevoir pour les autres…


        • cording Le 13 août 2014 à 10h06
          Afficher/Masquer

          Todd pense, à juste titre, que l’UE est incapable de se débarrasser d’une monnaie, l’euro, qui fonctionne si mal pour la plupart des pays de l’UE, parce qu’en tant qu’union de pays égaux en droit elle est devenue une zone hiérarchisée sous tutelle allemande. Par complaisance nos élites pensent que nous devons singer l’Allemagne or comme l’a démontré Todd ce qui fonctionne bien pour l’Allemagne ne l’est pas pour les autres.
          Il exact que nous n’allons pas devenir un état des US, cela n’est pas nécessaire depuis 1945 la plupart des pays européens ont accepté la tutelle US et de son bras armée l’Otan qui s’étend démesurément à l’est, indûment en Ukraine, au mépris des engagements US depuis 1989 à l’égard de la Russie.


        • barre-de-rire Le 13 août 2014 à 11h20
          Afficher/Masquer

          “” Hors, Todd n’a absolument pas percuté sur le fait que nous n’allons pas forcément tous accepter de devenir des états US. “”

          mais tu rêves toi, redescends, depuis quand ton avis compte… et du mien aussi… ainsi que ceux de 500 millions de personnes d’ailleurs, l’Europe c’est pas les peuples t’es fou toi ! tu vas avoir des gros problèmes !!! on va te décapiter !!!

          /s

          nan mais sans déconner, le ttip il sera acté, de force, comme pour 2007. c’est signé, clair net et sans bavure. tu peux m’imprimer et m’encadrer, tu verras que le ttip y va passer cash. c’est une évidence, puisque c’est la dernière pierre du système hégémonique que sont en train de mettre en place les usa avec la russie par le biai de l’ukraine.

          et je t’annonce meme le plan pour dans 25 – 30 ans, la russie sera coupée en morceau, TTIP c’est UE, pour éviter de négocier l’exploitation des gens de l’est pays par pays la seule façon c’est des les absorber dans l’UE, et ca se fera par vague. en 2050 toute la russie est fractionnée et dans l’ue, sous contrôle américain.

          t’as 2 options, tu acceptes le schéma, ou te le refuse et l’inéluctable se produit à un moment donné.


          • languedoc 30 Le 13 août 2014 à 17h44
            Afficher/Masquer

            Donc, d’après vous c’est inéluctable, on laisse faire, on se fait bouffer, point final. Ca ne vous rappelle pas le comportement de la France en 1940? Quel défaitisme, si vous êtes nombreux à penser comme ça, c’est sûr qu’on va pas aller loin. Je souhaite bon courage à UE, parce que bouffer la Russie tranche, par tranche quelle indigestion à l’arrivée! (17 098 000 km2).


          • C Balogh Le 14 août 2014 à 13h00
            Afficher/Masquer

            bonjour Barre-de….

            Il y a amha avis quelque chose que vous oubliez; il y a une mémoire collective européennne:justement, les pertes et souffrances incommensurables que nous avons partagé pendant la deuxième guerre mondiale.
            Les usa ne connaissent pas cela, le fait d’être ensemble contre l’agresseur, les usa n’ont pas eu de guerre chez eux, ils font des guerres d’agression, les américains ne sont pas soudés, comme nous les Européens.
            Nous n’avons pas les mêmes valeurs du tout.
            C’est à nous de donner des leçons aux usa et pas l’inverse.


  2. fc Le 16 avril 2014 à 10h12
    Afficher/Masquer

    Le son est nazebrokk, malheureusement.


  3. André Le 16 avril 2014 à 10h21
    Afficher/Masquer

    @Olivier, pas de souci pour fournir des infos.
    Ce matin, défection de six APC de la 25eme brigade aéroportée de l’armée ukrainienne qui sont passés avec armes et bagages à l’insurrection.


    • P. Peterovich Le 16 avril 2014 à 11h05
      Afficher/Masquer

      Que nenni, d’après l’AFP, ce sont des blindés chargés de forces spéciales russes qui ont passé la frontière !


      • HectorLeCastor Le 16 avril 2014 à 12h16
        Afficher/Masquer

        Dans la campagne en Ukraine ils ont aussi des smartphones et internet , sur ce site http://www.reddit.com/live/3rgnbke2rai6hen7ciytwcxadi vous pourrez suivre en direct les événements du conflit.

        Les videos sont postées en live sur Youtube par des gens sur place , les photos sont postées en Live sur Twitter par des gens sur place , tout ce qui est posté est posté par les gens sur place.

        Il faut arrêter de regarder vers l’AFP qui met trop de temps pour “filtrer” une info approximative , lorsqu’elle n’est pas clairement biaisée comme nous le montre régulièrement Olivier.


        • P. Peterovich Le 16 avril 2014 à 14h23
          Afficher/Masquer

          Je plaisantais. Cela dit, je ne crois pas au reportage en direct des simples citoyens… Par exemple, hier, sur le net, circulait la photo d’un hélicoptère prétendument abattu au-dessus de l’Est de l’Ukraine. Les images provenaient en réalité de Syrie…


          • HectorLeCastor Le 16 avril 2014 à 21h17
            Afficher/Masquer

            La supercherie de l’hélicoptère syrien a été rapidement démenti sur RT et sur Twitter.

            On ne peut pas rejeter en bloc tout Youtube et Twitter sous le prétexte fallacieux d’une seule fausse info.

            A ce rythme là on devrait dans ce cas rejeter l’AFP et remettre en cause les nouvelles du type : “armes de destruction massive de l’Irak” présentée à l’ONU. Et , il me semble , que si la nouvelle de l’hélicoptère syrien a été rapidement démenti, d’autres nouvelles , comme celle des “armes de destruction massive de l’Irak” ont été remise en cause très très tardivement. Donc concernant la rectification des info non pertinente je trouve le systeme actuel beaucoup plus lent que ce que l’on trouve sur internet ( pour encore quelque temps avant que celui ci ne disparaisse )

            Donc j’aurais tendance a favoriser les nouvelles que je trouve sur Reddit plutôt que celle de la presse traditionnelle, surtout actuellement.

            L’avantage de Reddit c’est le system du Upvote, plus il y a de vote positif plus la nouvelle passera en premier sur le site. C’est une certaine forme de validation de la nouvelle avant que celle ci passe dans le Live Feed.

            Pour plus d’info je vous encourage a lire la zone ‘a propos’ de Reddit qui explique bien la chose , ainsi qu’a vous y inscrire et a publier vous même pour comprendre comment cela fonctionne.

            Reddit existe depuis 2005 , a 8000 communautés, dont celle du Conflit Ukrainien , reçoit 120 millions de visiteurs unique par mois.

            Maintenant on a le droit de rester dans le passé , s’informer via le JT du 20h de TF1 , attendre que l’on nous serve du pré digéré et aller tranquillement se coucher , l’esprit repu d’information totalement fausse .


          • Mathias C Le 17 avril 2014 à 23h52
            Afficher/Masquer

            Mouaip, tu veux qu’on fasse la liste des aneries racontées par les journalistes professionels-menteurs en bande organisée ?

            Allez, juste une pour exemple : le nuage de tchernobyl qui a fait demi-tour a la frontière Française. muahaha. Même avec la miss météo de l’époque qui met un signe “sens interdit” sur sa carte pour le nuage… trop fort.

            Ce qui a motivé les “simples citoyens” a créer la CRIIRAD.
            Merci les simples citoyens.


            • Ludo_T Le 13 août 2014 à 05h49
              Afficher/Masquer

              La Miss Météo de l’époque était Brigitte Simonetta, qui à présent est salariée de GDF Suez


    • Danyel Le 13 août 2014 à 08h50
      Afficher/Masquer

      bonne nouvelle si elle est confirmée


  4. Kiwixar Le 16 avril 2014 à 10h23
    Afficher/Masquer

    Les menées des oligarques de l’UE et des US en Ukraine ont peut-être une autre fonction que l’Ukraine, ou le gaz ou la Russie : “égorger le poulet pour faire peur aux singes”.

    Alors que de nombreuses populations occidentales (Grèce, Espagne, Italie, France) sont au bord de l’insurrection, détruire COMPLETEMENT l’Ukraine suite à une révolte/révolution permet de tempérer les velléités de rébellion violente (manifestations, Occupy, blocages, grève générale) de la population, au profit d’une manière “démocratique” complètement vérouillée au profit de cette oligarchie.

    Détruire complètement l’Ukraine : la détacher de la Russie en lui faisant miroiter une aide de l’UE, installer des nazis au pouvoir dont le rôle est de saccager le pays en le divisant en 2, le mettre en faillite complète, organiser la guerre civile, la balkaniser, la piller.

    Cela calmera grandement toute volonté des peuples européens de se révolter.


    • Vladimir Le 16 avril 2014 à 16h29
      Afficher/Masquer

      Le résultat est loin d’être acquis!
      Autant je méprise Ianoukovitch, véritable capt. Scetino des chefs d’états, qui n’était là, à l’instar de l’autre sorcière de Timochenko, uniquement pour s’enrichir le plus vite possible et qui s’est dépêché de se barrer dès que le 1er soupçon du risque d’un début de vent contraire est apparu; autant j’admire le sens civique de toutes les forces armées et de police, qui carrément systématiquement, refusent de tirer sur la population et passe “à l’ennemi”!
      Il y a de fortes chances que, si pour finir, ce coup de force eu-usa se transforme en pantalonade ridicule pour leurs auteurs et pas en 3ème guerre mondiale, ce sera à eux que le monde le devra.
      Jusqu’à aujourd’hui, peu de forces de police ou militaires on refusé si massivement d’obéir aveuglement aux “ordres” d’un gouvernement” même issu d’un coup d’état! En tous cas, il ne me viens aucun autre exemple à l’esprit!
      Malgré les mercenaires us et malgré la “direction éclairée” du patron de la cia himself, l’aventure ukrainienne des eu-usa risque bien de tourner en eau de boudin dans laquelle toutes les valeurs de l’ukraine resteront contrôlées par les russes pendant que les charges tomberont dans l’escarcelle de l’europe.
      Je cois que les Hollande, Fabius, Vals, Baroso EU n’y survivront pas!
      Avec ses sondages à 18% en baisse constante, M. Hollande devrait bien se poser la question du “bien fondé” de soutenir, avec même l’appui de sa force armée, un coup d’état nazi à l’etranger.
      Il viendra peut-être un jour où des “blackblocks” inspirés par cet exemple, visiblement considéré comme légitime par la france, viendront faire le coup de feu et balancer des cocktails Molotov sur les forces de police pour le destituer par la force.
      Avec le délitement actuel de la société européenne, plus rien n’est invraisemblable!


      • Amsterdammer Le 16 avril 2014 à 20h04
        Afficher/Masquer

        Ah ça… Les allumés du Printemps Français ont manifesté l’intention de renverser Mollande par la force, convaincus qu’ils sont d’être la ‘vraie France’. Le ‘pays réel’, thématique classique des pétainistes… Faut les entendre sur Radio Courtoisie et cie espérer un soulèvement national, ou un coup d’Etat militaire, afin de mettre bas ce pouvoir considéré comme illégitime.

        Il n’est effectivement pas complètement impensable que le capitaine de pédalo ne finisse pas son mandat. Avec une popularité de 13%, faut dire… L’extrême-droite ne rêve que de ça, un pouvoir à la ramasse, afin de le prendre.


        • patrice Le 13 août 2014 à 07h43
          Afficher/Masquer

          C’est inutile en 2017 il suffira de se baisser pour ramasser le pouvoir en toute légalité , c’est plutôt l’umps qui rêverait une tentative de coup d’état pour rebondir !


      • Alain Le 13 août 2014 à 07h12
        Afficher/Masquer

        Vu les morts et les dégâts dans le Dombass, je ne vois pas de refus des forces armées de tirer sur la population !


      • Vasco Le 13 août 2014 à 09h00
        Afficher/Masquer

        “… En tous cas, il ne me viens aucun autre exemple à l’esprit! …”

        Le Portugal en 74

        https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9volution_des_%C5%92illets


      • LAD Le 13 août 2014 à 13h07
        Afficher/Masquer

        Hollande ne se pose pas question car il en est incapable. Il ne fait qu’obéir aux odres de l’UE-USA. La fonction de Président aujourd’hui est celle d’un ministre de Bruxelles et par extension à celle d’un valet. Il faudrait un homme de “caractère” à la tête du pays, qui ne soit pas physiquement et/ou moralement corrompu mais il n’y en pratiquement plus en France.


    • Yves.JM Le 13 août 2014 à 04h02
      Afficher/Masquer

      La grève générale met n’importe quel régime “démocratique” à genoux.


    • bluetonga Le 13 août 2014 à 15h07
      Afficher/Masquer

      Je pense que c’est une erreur de toujours chercher une raison cohérente au désordre provoqué, dans le cas de l’Ukraine comme dans d’autres.

      D’une part, la tradition de la politique extérieure américaine depuis la fin de la seconde guerre mondiale est la vassalisation graduelle des alliés et la déstabilisation systématique des ennemis (le meilleur coup à cet égard restant peut-être la guerre d’Afghanistan dans laquelle ils ont réussi à entraîner l’URSS, jusqu’à sa chute finale). Qu’importe l’objectif pourvu qu’il y ait le chaos ailleurs. Le chaos chez les autres est toujours profitable : chez les amis et les non-alignés, il permet d’intervenir et de s’infiltrer davantage, chez les ennemis, il permet de détruire et parfois de suborner. Donc le bordel chez les voisins est la garantie de la paix à la maison. On va dire que c’est une culture de politique étrangère qui se suffit à elle-même, foncièrement impériale et suprémaciste.

      Maintenant, le chaos survient préférentiellement là où il y a de l’énergie dans le sous-sol. L’énergie c’est l’économie, coupez l’énergie et il n’y a plus d’économie. Ce n’est pas tant que le gouvernement américain veuille dominer le monde (que par ailleurs il méprise plus ou moins ouvertement), mais disons que le corporate power qui tire les ficelles a bien compris que le but ultime de leur partie de monopoly est précisément le monopole, et la voie la plus sûre pour y arriver est le monopole des ressources énergétiques. Ils se servent de l’armée américaine (les gendarmes du monde) comme autant d’employés Blackwater (ou plutôt Academy) pour y arriver, soudoyant à cet effet la classe politique américaine avec d’autant plus d’aisance que les citoyens américains trouvent çà normal (le privé gère mieux les affaires, quelles qu’elles soient).

      L’incohérence dans les stratégies et dans les objectifs tient au fait que les corporations et leurs oligarques représentent l’équivalent moderne d’autant de fiefs et de seigneurs rivaux dans les âges sombres, se fédérant occasionnellement contre des menaces communes : les Huns (Moscou, Pékin), les vilains (occupy wall street, les mouvements citoyens…), les bourgeois (les reliquats de politiciens de gauche), mais passant le plus clair de leur temps à chercher à se bouffer les uns les autres. Après tout, il n’y a qu’un seul vainqueur au jeu de monopoly, et tôt ou tard, il faudra un roi ou un empereur au-dessus des barons.

      Donc, il n’y a pas nécessairement un objectif très clair à un coup d’état, mais plusieurs, servant des intérêts distincts et parfois divergents, en dehors du principe universel selon lequel le chaos engendre des opportunités dont il faut savoir se saisir (c’est une mentalité très boursière, financière).

      J’ajouterai que si le corporate power n’agit pas nécessairement selon un plan concerté, l’administration américaine ne le fait pas davantage. Elle est largement constituée d’une pétaudière de services rivaux qui se tirent dans les pattes, s’arrachent des parts de budget, se livrent d’implacables guerres internes, où se font et se défont des réseaux horizontaux qui sont en fin de compte les véritables dépositaires du pouvoir et des décisions. Il est très possible que la déstabilisation de l’Ukraine soit le fait d’un courant actif et dominant, mais nullement le choix de la majorité des acteurs de la scène politique et économique.

      Enfin, je continue de penser que l’obstacle auquel se heurtent systématiquement ces stratège du désordre est la solidarité ethnique (celle visible entre le Donbass et avec la Fédération de Russie, par exemple, ou celle des Chiites au Proche- et Moyen-Orient). Tout imprégnés de leur culture individualiste de la compétition et de la lutte pour la suprématie, les think-tanks américains sous-estiment invariablement la capacité de résistance et de résilience de communautés soudées par la langue et les traditions. Le drame est que si les communautés culturelles (i.e., les “nations”) disposent d’une bonne capacité défensive, elles restent assez désavantagées sur le plan offensif, dans la mesure où leurs cadres sont largement soudoyés par l’ennemi.


  5. Crapaud Rouge Le 16 avril 2014 à 10h37
    Afficher/Masquer

    Effectivement, quand on considère le “poids de l’histoire”, il est facile de comprendre que les Russes ne peuvent pas lâcher pas l’Ukraine, un gosse de 3 ans comprendrait ça. Cet entretient est surtout intéressant parce qu’il nous rappelle qu’il n’y a pas que des gazoducs, en Ukraine, mais aussi plein de centrales nucléaires, aussi bien à l’est qu’à l’ouest : http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_centrales_nucl%C3%A9aires_d%27Ukraine On devrait y réfléchir à deux fois avant de faire entendre des “bruits de bottes”…

    Pour ce qui est de la mitelleuropa, (http://fr.wikipedia.org/wiki/Europe_centrale), l’opinion de l’ancien président est discutable. Il a un peu raison car si un centre européen fort venait à se constituer autour de l’Allemagne et sans la France, celle-ci serait prise en étau entre ce bloc et les anglo-saxons, et l’on se ferait “écrabouiller”. Mais à vouloir absolument ancrer l’Allemagne à l’ouest, (ce qui a motivé la création de cet euro absurde), et pour cela nous accrocher à elle comme une sangsue, on se fait satelliser. De toute façon, “faire couple” avec l’Allemagne ne l’empêchera jamais d’exercer son influence à l’est : alors, à quoi bon en faire l’axe majeur d’une géostratégie ?


    • yann Le 16 avril 2014 à 12h46
      Afficher/Masquer

      Il faut aussi ne pas trop s’illusionner sur l’instant. La réalité à moyen terme c’est un déclin allemand très rapide. Leur démographie les condamne à rapidement peser moins lourd que la France ou la Grande-Bretagne. En 2050 il n’y aura plus que 65 millions d’Allemands avec une pyramide des âges en entonnoir. Alors que la France aura 74 millions d’habitants. À cela j’ajouterai que toute la mittelEuropa connait un déclin démographique rapide. Pensez à la pauvre Pologne et son 1.2 enfant par femme. Je crois que penser que le centre de l’Europe va devenir le cœur économique du continent est une illusion et une erreur historique.


      • MJ Le 13 août 2014 à 10h33
        Afficher/Masquer

        la logique démographique c’est bon quand on veut faire la guerre.
        comparons :
        France, 74 M d’hab, peu qualifiés (voire pas du tout via son choix migratoire), plus d’industrie, satellite de (au choix) USA, Allemagne, autre.
        Allemagne, déclin démographique, des habitants qualifiés (voire très qualifiés), une industrie développée dans tous les domaines, un choix migratoire fondé sur la qualification.
        Mon petit doigt me dit qu’il y aura toujours plus de richesse produite en Allemagne qu’en France. Et comme on ne peut partager que ce que l’on a, les français de 2050 n’auront pas grand chose.
        et on peut aussi imaginer un coeur économique ailleurs qu’en Europe. là exit l’Allemagne (mais je n’y crois pas vraiment)


    • olivier69 Le 16 avril 2014 à 13h51
      Afficher/Masquer

      bonjour Crapaud rouge,
      une Europe forte ne peut pas se passer de la France (situation maritime privilégiée, influence de la francophonie dans le monde notamment en Asie, structure de la population….), c’est tellement évident, voyons.
      Je rappelle également que nous avions des liens privilégiés avec de nombreux pays africains et que notre histoire en Afrique aurait pu être un atout supplémentaire. De même, nous avons des influences historiques et culturelles avec les pays latins….
      Par contre, un bloc transatlantique digère la France sans problème et lui fait perdre son influence. Alors, l’étau anglo allemand existe bien, en effet, mais seulement dans un contexte transatlantique.
      Pire, il limite le centre de gravité de l’Europe, à l’Ouest, pour la rendre dépendante et vulnérable. Donc, et en fait, c’est définir une Europe sous allégeance uniquement américano-saxonne (du verbe “absorber”) sans espoir d’indépendance relative et de multi-polarité . On comprend soudainement mieux les propos de Nuland, non !


      • yvan Le 16 avril 2014 à 14h50
        Afficher/Masquer

        Batracien, je suis d’accord avec Olivier.


      • cording Le 13 août 2014 à 10h13
        Afficher/Masquer

        Une Europe forte? Quelle Europe? Celle sous tutelle US ? Une UE débarrassée de l’euro, cette monnaie si mal conçue, ou plutôt bien conçue selon le modèle du DM condition que l’Allemagne a imposé pour son acceptation et renoncement à son cher DM.


      • Papagateau Le 13 août 2014 à 19h33
        Afficher/Masquer

        La francophonie atout pour la France ?

        Si la France n’a rien à exporter, elle n’exportera rien en francophonie.

        Pour l’influence et le rayonnement : les états-unis rayonnent et influencent plus les états francophones que la France, pourtant ils ne parlent pas français.

        La francophonie “chance pour la France” , c’est que du blabla politiquement correcte. Au mieux, c’est neutre pour la richesse réelle ramené au nombre d’habitants : plus on est nombreux, plus il faut diviser.


    • yt75 Le 16 avril 2014 à 16h14
      Afficher/Masquer

      Personnellement il me semble que la question actuelle se situe plus entre l'”USSA-TAFTA” de Los Angeles à Kiev (ou de Tokyo à Kiev, et en attendant d’aller jusqu’à Moscou), et d’une alternative qui serait “fuck off USA”(gentiment), et bonne entente UE-Russie (ou “core UE” et Russie), avec le porte avion USS UK faisant ce qui l’amuse au milieu de la flaque.


      • languedoc 30 Le 13 août 2014 à 18h03
        Afficher/Masquer

        La deuxième alternative me convient parfaitement, mais totalement irréalisable en l’état actuel de l’UE, trop sous dépendance étasunienne.


  6. Bouddha Vert Le 16 avril 2014 à 11h38
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    Mme Lienemann ne nous délivre que la face éclairée de l’Histoire, elle parle d’invariant historique alors qu’à l’échelle historique, seule, la géographie est un invariant.
    Là encore, il faut préciser encore un peut plus, si la géographie peut être considérée comme un invariant c’est dans un contexte de climat stable.
    Il est vraisemblable que notre entrée dans l’anthropocène va faire bouger l’invariant géographique… et les leçons de l’histoire

    A l’heure où la volonté est d’assouplir les conditions de rémunération du travail, d’assouplir nos résistances aux inégalités matérielles, de promouvoir la compétition entre tous, d’exploser la géographie des départements, des régions, de vider les sols et les mers de leurs trésors, de nous faire avaler des denrées produitent en polluant nos biotopes, il est indispensable de trouver les forces qui assurerons la cohésion à une structure explosive:

    L’Histoire nous apprends que dans ces périodes, le mieux est de regarder le voisin, de le critiquer et pourquoi pas engager une guerre, après tout le monde est calmé.

    Pourtant, par dessus nos histoires humaines, notre géographie, il existe des invariants encore plus puissants, ce sont ceux de la physique, de la biochimie dans la variable climat, de la quantité de travail possible principalement corrélée à l’énergie disponible.
    Ne pas tenir compte avant tout de ce qui est physiquement possible c’est nous jeter dans un puits sombre.

    La seule histoire qui pourrait nous renseigner c’est certainement celle de l’ile de Pâques, mais c’est loin… alors parlons Mitterand.


    • jducac Le 16 avril 2014 à 14h19
      Afficher/Masquer

      @ Bouddha Vert Le 16 avril 2014 à 11h38

      La seule histoire qui pourrait nous renseigner c’est certainement celle de l’ile de Pâques…………………..

      Très certainement. Encore faut-il que nous soyons capables de faire comprendre à ceux qui philosophent autour de nous, notamment chez nos politiques, que les arbres des Pascuans constituaient leur capital productif. Sans y réfléchir ils l’ont laissé s’étioler puis disparaître.

      Nous avons un peu fait la même chose en France avec notre capital industriel. Nos grands prêtres politiques, issus du mitterrandisme ont poussé à son anéantissement, en déclarant que dans un monde en concurrence, il fallait travailler moins (retraite à 60 ans à laquelle on a ajouté les 35h) tout en consommant le plus possible par une augmentation des salaires. Cela nous a conduits directement au chômage de masse.

      Ils ont mis plus de 2 ans pour commencer à comprendre et ils sont tous surpris que le bon sens populaire les ait sanctionnés à la première occasion qui lui était donnée de voter. Ça n’est pas la dernière.


      • olivier69 Le 16 avril 2014 à 14h29
        Afficher/Masquer

        Bonjour jducac,
        Et que pensez-vous du capital industriel des anglais (sous Thatcher) et américains (sous Reagan) ?
        De même, ont-ils moins de dettes et plus de protections sociales ?
        ps : C’est certain qu’ils ont développé l’industrie de la dette généralisée des peuples sous forme de capital spéculatif.
        Cdlt


        • jducac Le 16 avril 2014 à 16h47
          Afficher/Masquer

          @ olivier69 Le 16 avril 2014 à 14h29

          Et que pensez-vous du capital industriel des anglais (sous Thatcher) et américains (sous Reagan) ?

          Je pense qu’il est préférable de réfléchir à son propre cas plutôt que détourner l’attention sur les autres. Notre échange aurait été plus productif si vous aviez pu apporter des contre arguments à ceux que j’avance. Même l’Angleterre, qui a su se remettre en cause grâce à Thatcher puis à Blair, fait mieux ou moins mal que nous.

          http://lecercle.lesechos.fr/economie-societe/politique-eco-conjoncture/politique-economique/221181885/exception-industrielle-fra

          Nous avons trop développé les services. Surtout les effectifs des services administratifs de l’Etat et des Collectivités territoriales qui ont fini par asphyxier le pays. Même si c’est par ce biais que le PS a tenté de se maintenir en accroissant ainsi le nombre de ses électeurs. Les 60 000 enseignants en plus font partie de ce calcul politicien qui ruine le pays. Idem avec les emplois jeunes, alors que l’Allemagne, avec de nombreux apprentis, fait beaucoup mieux que nous dans ces domaines.

          http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/09/11/01016-20130911ARTFIG00673-educationla-france-depense-trop-pour-des-resultats-mediocres.php

          Quant à nos protections sociales, pensez-vous que c’est avec des postes improductifs dans les diverses administrations qu’elles vont pouvoir être financées?
          Elles ne le sont qu’avec le recours à l’endettement.

          http://chevallier.biz/2014/04/les-danaides-de-la-cq/


          • Jourdon Le 16 avril 2014 à 17h22
            Afficher/Masquer

            @jducac

            je suis surpris que vous n’ayiez pas réagi à la réponse que je vous ai faite à la question que vous me posiez en décembre 2013

            en effet dans ma réponse je vous livrais sans forfanterie les clefs du projet qui va permettre de résoudre le problème:
            le projet qui va nous permettre de sortir de la crise européenne
            ma réponse
            poser le problème par trois équations strictement équivalentes si on les rapporte à leur espace respectif:
            – inverser la courbe du chômage
            – dépasser le point de retournement de l’investissement dans les infrastructures
            – franchir l’effet de seuil créé par la torsion et de cette façon vaincre la crise fiscale mondiale

            apparemment cela ne vous intéresse pas…

            Cordialement,


            • Bigtof Le 16 avril 2014 à 17h36
              Afficher/Masquer

              Pour répondre à la question de l’emploi et du revenu, il est clair que les deux sont maintenant déconnectés. On devrait s’en réjouir, mais quelque chose de culturel se produit qui semble bloquer les gens.
              Notre espoir se situe à mon sens dans le Revenu de Base Inconditionnel dont vous pouvez voir un excellent reportage à partir du lien ci-dessous.
              C’est la seule idée véritablement porteuse d’espoir pour les générations futures. J’invite tout le monde à regarder ce reportage et à le diffuser le plus rapidement possible afin d’avoir une base de sortie de crise quand le chaos économique et financier mondial se sera abattu.

              http://revenudebase.info/comprendre-le-revenu-de-base/film/


            • Goldfinger Le 16 avril 2014 à 17h41
              Afficher/Masquer

              Bonjour,

              Oui mais moi cela m’intéresse … et j’ai manqué votre réponse de décembre 2013 qui explicitait probablement plus ces 3 équations.
              En plus je ne suis probablement pas le seul (et il y a des nouveaux entrants sur ce blog).

              Pourriez-vous indiquer le lien (ce qui éviterait un doublon sur le site) ou à défaut reprendre votre argumentation d’alors SVP ?

              Merci d’ avance.

              Très cordialement


            • jducac Le 16 avril 2014 à 20h13
              Afficher/Masquer

              @ Jourdon Le 16 avril 2014 à 17h22 & Goldfinger Le 16 avril 2014 à 17h41
              Je pense avoir retrouvé votre message de décembre en voici le lien :

              http://www.les-crises.fr/s1e7-les-causes-veritables-du-chomage/

              je suis surpris que vous n’ayez pas réagi à la réponse que je vous ai faite à la question que vous me posiez en décembre 2013……….apparemment cela ne vous intéresse pas…

              Alors que je m’efforce toujours de répondre à ceux qui réagissent à mes commentaires, je ne l’ai effectivement pas fait pour vous en cette fin d’année dernière. Veuillez m’excuser de ne pas avoir eu le courage de me faire une idée claire et synthétique de ce vous vouliez dire.

              Bien cordialement.


            • Goldfinger Le 17 avril 2014 à 00h45
              Afficher/Masquer

              à jducac (16 avril 2014 à 20h13)

              Merci pour le lien.

              Veuillez m’excuser de ne pas avoir eu le courage de me faire une idée claire et synthétique de ce vous vouliez dire

              Mais enfin Jducac pourquoi voulez-vous faire une synthèse de ce qui est déjà une synthèse de synthèse de synthèse parsemée de mots mystères 😉 )
              Moi aussi j’avoue que j’y renonce … et pas uniquement parce qu’il est minuit et demi 😉

              Philippe Jourdon est probablement fort occupé et accessoirement la place sur ce blog est effectivement limitée. Dommage car il y a probablement dans sa suite de commentaires/interventions des choses très intéressantes dont je ne pourrai profiter (intellectuellement s’entend).

              Je consolerai donc mon ego 🙂 mais désolerai ma conscience 🙁 en me disant que je ne suis pas le seul a ne pas y avoir compris grand-chose.

              Pour m’en remettre je vais donc terminer par une Lapalissade (que je viens d’inventer … à moins que ce ne soit une réminiscence profondément enfouie ? Non je ne crois pas que ce soit du Dac ou du Desproges ! ) qui ravira tant les optimistes que les pessimistes:

              Le meilleur n’est à venir que quand le pire est passé !

              C’est pas beau çà 🙂 🙂

              Je souhaite la bonne nuit à toutes et tous.

              Très cordialement.


            • olivier69 Le 17 avril 2014 à 14h55
              Afficher/Masquer

              Bonjour mr Jourdon,
              je viens de lire une première partie de votre approche.
              En réponse à jducac pour ce qui concerne le capital humain, nous pouvons reformuler pour une meilleure compréhension : Quand il n’y a pas d’énergie à investir, il ne peut y avoir de vie à consommer, ni de consommation à vivre. Ceci en réponse à : “quand il n’y a pas d’énergie à consommer, il ne peut y avoir de vie”.
              Ce qui évite de répondre : quand il n’y a pas de vie, il n’y a pas d’énergie à consommer. Il faut simplement changer d’optique pour une autre perception. Ensuite en réponse à : l’information est une dépense d’énergie afin d’en gagner (un investissement à amortir). Je pense que cette unique approche mène inévitablement aux conflits (aux guerres). Pourquoi ? Si elle se voulait davantage scientifique alors elle tiendrait compte des autres perceptions potentielles (car une science doit évoluer avec les outils dont elle dispose). Je dirai donc : L’information est une recette d’énergie afin d’en recevoir davantage. Car non, rien ne se perd….Il y a juste une modification. C’est un amortissement investi et cela peut s’appréhender sous la forme d’une communication, comme un dialogue (et non, un conflit). Et ainsi, les sciences sociales s’en porteraient sans doute mieux…En parallèle, je pense que nous pouvons voir l’importance de la négociation dans la fixation du prix (le consensus).
              Pour ce qui concerne l’information : alors il ne sert à rien de savoir si c’est une consommation ou un investissement. C’est avant tout, la condition d’une production temporelle (donc consommé, consommable et/ou à consommer), une représentation issue de la perception. C’est également un capital circulant, il ne peut durablement être fixe (le dogme). Là ou il y a la rareté, il y a soit un conflit, soit une technique, soit plus en fonction de l’angle !
              Nos productions courantes (le travail au sens large) grâce à l’information (celle qui m’a permis d’être) sont plutôt des recettes. Et l’énergie que nous recevons et/ou dépensons (selon les convictions) pour cette transformation, ne se trouve pas uniquement dans ce que nous mangeons mais dans ce que nous avons appris, apprenons et apprendrons. D’où l’importance, de l’éducation et de l’information, dont les enjeux majeurs sont la gratuité et la transparence ! La vitesse du développement et du progrès en dépendent…A croire que le fait que nous puissions manger, dérangeraient certains, par la dépense d’énergie que cela occasionnerait, si rareté se présentait (le transfert des responsabilités et non l’approche de l’environnement) ? La ration est de mise, je préfère la satiété….
              La consommation est donc vécue comme une disparition alors que ce n’est qu’une transformation. Nous devons respecter ce principe qui consiste à un changement d’état. A nous de choisir….Pas d’action sans réflexion mais inversement. L’angle comme outil pédagogique. La dérive de l’individualisme méthodologique propre à la perception des sciences économiques réside dans la radicalisation (fondations et fondements). Il y a manifestement un manque de dynamisme avéré (ce qui est valable dans un environnement à une époque, ne l’est pas nécessairement dans le temps, ni l’espace). Mal utilisés, les outils et les instruments sont des armes.. Par conséquent, malgré le mérite de son existence historique (géographique et culturelle), cette méthode est incomplète pour forger une théorie économique plus universelle, principalement basée sur nos connaissances des sciences sociales (même floue, la main est visible). Les sciences sociales sont perceptibles en fonction des cultures.
              Ainsi, la naissance est un investissement, l’information est son amortissement, l’éducation est son rendement, l’existence (naissance, information, éducation) est sa production, la mort est sa consommation. Un investissement est destiné à produire et finit par être consommer, voilà le prix sous cet angle ! Le statut (économique et social) est sa spéculation, et je laisse volontiers les spéculations, bon train… En route pour la statue (nomade de l’espace et du temps) !
              Energies et informations.


          • Jourdon Le 16 avril 2014 à 18h01
            Afficher/Masquer

            à Goldfinger le 16 avril 2014 à 17h41

            je suis obligé d’établir un raccourci en utilisant une passerelle fournie par le serveur à partir du message de @jducac

            car techniquement, il n’est pas possible de vous répondre directement

            je vous fournis donc ci-après la réponse que vous me demandez qui a été segmentée en plusieurs parties compte tenu de sa longueur toute relative

            je reste à votre disposition pour suivre:
            – texte
            – mathématiques (équations-chiffres
            – mathématique i m a g e s u i v r e


            @jducac

            cher ami !

            J’ai fini de répondre à votre question véhiculant un véritable intérêt scientifique

            cette question vous me la posiez et la postiez parmi les commentaires répondant au billet du 7 décembre 2013:
            [S1E7] Les causes véritables du chômage par Maurice Allais (2010)
            http://www.les-crises.fr/s1e7-les-causes-veritables-du-chomage/#comments

            vous me posiez cette question le 13 décembre 2013 à 10h06 ;

            ma réponse est livrée dans mes mails – dans l’ordre:
            Le 18 décembre 2013 à 9h18;
            Le 18 décembre 2013 à 9h25;
            Le 18 décembre 2013 à 9h34;
            Le 19 décembre 2013 à 10h08;
            Le 20 décembre 2013 à 09h30;
            Le 23 décembre 2013 à 08h37;
            Le 24 décembre 2013 à 00h00;
            Le 25 décembre 2013 à 10h45;
            Le 26 décembre 2013 à 00h50;
            Le 27 décembre 2013 à 06h44;
            Le 30 décembre 2013 à 09h42;
            Le 31 décembre 2013 à 08h37;
            Le 01 janvier 2014 à 09h34;
            Le 02 janvier 2014 à 08h49;
            Le 03 janvier 2014 à 10h13;

            Bonne année 2014…

            Cordialement,


          • Goldfinger Le 16 avril 2014 à 18h04
            Afficher/Masquer

            Bonjour,

            Oui il faut certes regarder d’abord ce qui cloche dans son jardin mais il n’est pas interdit de regarder comment font les autres (et aussi comment ont fait les autres).

            Olivier69 vient de faire une bonne démonstration “ab absurdo” très courante en géométrie.
            D’où il déduit à juste titre que citer les USA et l’UK en exemple est une ineptie.

            Le cas de l’ Allemagne est par contre plus complexe et mérite attention.

            Très cordialement.


            • Jourdon Le 16 avril 2014 à 18h26
              Afficher/Masquer

              Oui,

              bien clairement, les deux lois linguistiques fondamentales gouvernant la langue allemande sont deux lois de transgression

              et vous n’oubliez pas non plus qu’une analyse linguistique fondamentale montre que l’Allemagne était la nation devant hériter du pouvoir de “l’amant” (Esaüe volant son héritage légitime à Jacob) et qu’à la fin de la Civilisation judéo-chrétienne cette nation essaierait de tuer Israël

              tout cela vous ne l’oubliez pas

              et vous savez que l’ère de l’industrie est l’ère des comptes
              et donc l’industrie n’existe que si la finance lui permet
              et par conséquent le biais existe grâce au “reich-de-mille-ans”

              par contre la où je ne comprends pas ce que vous voulez dire
              est quand vous affirmez
              ce ne serait pas la fraternité qui se jouerait en Ukraine

              M’enfin!!!


            • Jourdon Le 21 avril 2014 à 10h22
              Afficher/Masquer

              @jducac
              aussi :
              @olivier69
              et aussi :
              @goldfinger

              Dans ma longue série de réponses de décembre 2013 et début janvier 2014, il y a trois éléments principaux :
              première série d’éléments :
              fait référence à la tradition des bergers des hauts plateaux afghans et iraniens, avant qu’ils ne s’installent en Inde
              dans l’Express il y a avait un numéro spécial sur L’Inde – de la semaine du 19 décembre 2012 – où tout cela était expliqué en détail
              une tradition de la pensée qui a eu beaucoup d’importance
              on l’a parfois oubliée ou parfois on l’ignore totalement pour des raisons compréhensibles :
              cette tradition de la pensée est liée aux rythmes de vie, voire, au cycle de vie
              elle fait la part des gestes, la part de ce qui est dit, la part de ce qui n’est même pas dit
              elle a des conséquences sur les « Catégories »
              elle est même antérieure aux mythes védiques en Inde qui sont un berceau de la culture de cet immense sous-continent
              elle est aussi antérieure aux traditions religieuses
              elle est antérieure aux traditions linguistiques
              elle serait même antérieure à la langue le sanskrit langue sacrée par excellence en Inde
              elle agit non seulement sur les « Catégories »
              mais elle agit aussi sur les « cadres » dans lesquels peut s’exprimer une pensée consciente, d’autres références, comment on est conscient de sa vie, sa trajectoire, etc.
              ce qui est dit aussi fait référence au fait que dans tous les pays du monde,
              ceux vivant dans les montagnes ou en altitude souvent sont plus attachés à l’indépendance
              et souvent relativement plus tolérants en matières de croyances religieuses
              « la montagne » – ou par extension les hauts plateaux – a souvent pu dans l’Histoire constituer un « refuge » pour des personnes persécutées pour leurs idées
              j’ai commencé ma longue série de réponses sur ces thèmes parce que :
              cette tradition des hauts plateaux étant avant même l’Histoire de l’Inde
              est par extension avant l’Histoire des « peuples indo européens » chers à Georges DUMEZIL
              on sait dans l’Histoire de la Civilisation telle qu’enseignée en Occident très souvent,
              la part d’un côté des philosophes grecs du V siècle avant JC
              au même siècle la part de ceux de Chine (Lao Tseu, Confucius, Bouddha…]
              mais cette part des « hauts plateaux » on n’en parle pas très souvent…
              aussi car :
              elle brille pour son « indépendance »
              elle était avant la naissance des grandes religions occidentales,
              etc.
              j’en ai parlé – ma deuxième raison –
              parce que l’on doit parler de toute la richesse culturelle
              dans le vaste espace eurasiatique
              des histoires des peuples nomades

              dans le contexte actuel

              merci de m’avoir lu

              mille excuses pour ma réponse un peu tardive
              après quelques « perturbations de réseau très ordinaires » ce week-end
              je reviens vers vous
              et vous remercie encore pour votre attention
              très cordialement,


            • Jourdon Le 21 avril 2014 à 10h53
              Afficher/Masquer

              @jducac
              aussi :
              @olivier69
              et aussi :
              @goldfinger

              Dans ma longue série de réponses de décembre 2013 et début janvier 2014 :
              la seconde sous-série d’éléments que j’ai essayé – sans doute imparfaitement et incomplètement – de mettre en « lumières » :
              mon projet en effet qui doit « faire sortir l’Europe de la crise »
              on sait qu’en macroéconomie
              on calcule le produit national brut par trois méthodes
              par le revenu
              par la production
              par la valeur ajoutée
              il me semble que si on arrive aujourd’hui à croiser et à mathématiser deux approches, et compte tenu de l’état actuel du système :
              l’approche macroéconomique
              une approche stratégique
              on devrait pouvoir sortir de la crise
              je l’explique dans un article qui j’espère – il me semble – est parfaitement lisible par le grand public cultivé en économie ainsi que par les conseillers :
              http://www.social-sciences-and-humanities.com/journal/wp-content/uploads/2010/10/jourdon_nouveau_cycle_long1.pdf
              mais derrière le « croisement » évoqué – et qui en pratique permet d’aller « bien plus loin » : et surtout, ENSEMBLE___
              il y a un cadre de la discussion
              où pour les uns ce qui est « symbolique » sera en face « réel »
              (cas typique les relations Est – Ouest … mais on pourra et devra élargir …
              et réciproquement
              et j’esquisse comment on devine entre des deux axes le CADRE
              (qui servira dans la gestion des économies de réseaux … et là aussi on pourra élargir … …
              http://econpapers.repec.org/article/inejournl/#v27:i2

              pourquoi faudrait-il « croiser » ces approches ?
              Parce que le système est devenu surendetté de ce fait la macroéconomie est placée en échec partiel
              deuxièmement il existe probablement une « chaîne de valeur » au niveau mondial qui justifiera mes dires
              le « lien » à retraiter – faire faire un « détour comptable » ; retraiter ; aboutir à une nouvelle modélisation générale :
              la crise fiscale actuelle est une crise fiscale mondiale (pour la première fois dans l’Histoire de l’Humanité…]

              c’est au-coeur-de-la-torsion-fiscale qu’il faut situer la nouvelle modélisation que je propose
              et qui de ce fait paraîtra « décalée » par rapport à une modélisation de type purement_macroéconomique_ #
              une fois que j’aurais défini le détour comptable nécessaire
              je procéderais aussi de trois façons pour calculer l’équilibre :
              inverser la courbe du chômage
              dépasser le point de retournement de l’investissement global dans les infrastructures
              franchir l’effet de seuil après lequel les externalités positives prennent le dessus sur les externalités négatives dans l’économie des réseaux et la crise fiscale mondiale pourrait être vaincue

              sur un plan strictement personnel :
              il y a « des gens très bien » qui sont STATUTAIRES dans un Organisme de Recherche
              il y a « des gens très bien » qui ne sont PAS-STATUTAIRES dans un Organisme de Recherche
              pour le moment je ne suis pas statutaire
              je n’ai donc pas les logiciels d’économétrie ou de mathématiques
              qui me permettraient de poser mes équations
              vous saisissez mon dessein, assez pour en apprécier la possible portée et importance
              les équations mathématiques n’y sont pas pour le moment… elles vont arriver !
              Très cordialement,


            • Jourdon Le 21 avril 2014 à 11h09
              Afficher/Masquer

              @jducac
              aussi :
              @olivier69
              et aussi :
              @goldfinger

              La troisième grande justification à ma longue série de réponses de décembre 2013 et début janvier 2014 :
              aujourd’hui au XXI siècle qui sera le siècle du Dialogue des Civilisations,
              il faut étudier les Catégories (du Droit, de la Science, de la Culture…]
              qui permettent que ce Dialogue soit possible
              eu égard à un pays tel l’Ukraine
              il était nécessaire de rappeler des éléments sources dans l’Histoire de peuples nomades en Eurasie
              qui ont aussi de nombreuses conséquences dans l’Histoire, la Culture, le Droit de peuples occidentaux non nomades : France, Belgique, Allemagne, etc.
              cela aura aussi des conséquences
              sur la paix
              sur l’économie et des projets mutuellement profitables
              et puis je devais en effet parler de tout ce dont j’ai parlé
              qui de ce fait constitue un « tout » dans ma longue réponse
              car les sources du droit sont très souvent situées dans l’Antiquité
              mais il y avait des éléments impactant fortement le développement des « Catégories » avant même l’Antiquité
              sans Droit il ne peut y avoir de Développement : think about it !!!

              et si on se place dans la perspective de la science moderne
              les structures de l’esprit humain
              qui sont dues au Catégories (par exemple de l’Entendement…
              mais aussi à l’histoire du développement de la Science ou des Sciences…

              tout cela ferait que bientôt les mathématiques des sciences dures seront probablement utilisées en économie et même en sciences sociales et « cela nous paraîtra tout naturel »
              il était important pour moi de rappeler que actuellement ce n’est pas le cas
              et de suggérer des éléments qui l’expliquent
              je crois donc tout compte fait que ma longue série de réponses
              était relativement complète – juste pour amener ce débat “fondamental”, clairement nécessaire… et d’actualité!!! …
              (mais évidemment loin d’être parfaite ma série de réponses…]

              je vous suis en effet reconnaissant d’en avoir reconnu avoir prendre connaissance
              dans des délais tout-à-fait corrects

              l’actualité récente ne fait à mon sens que rendre encore plus pertinente cette longue série de rédactions que je m’étais autorisé à faire…

              Bien cordialement à vous,
              &
              Bonne continuation,

              Philippe Jourdon


          • olivier69 Le 16 avril 2014 à 22h39
            Afficher/Masquer

            Bonsoir jducac,
            Si je vous comprend bien, l’industrie financière est productive contrairement à l’enseignement (le message à priori). Alors, c’est certain que l’évolution du service de la dette dans les dépenses françaises a été plus que productive ! Je dirai même, que je ne connais aucun investissement qui a un meilleur rendement que le service de cette dette…. 🙂
            Vous êtes d’ailleurs bien placés pour comprendre le mecanisme des intérêts composés sur une dette privée comme publique.
            Vous savez, contrairement aux apparences, les dépenses hors service de la dette n’ont pas explosé. Sauf peut-être, sous la dernière présidence : avec l’idée que l’endettement, c’est l’avenir ! Oui, celle des créanciers….
            Ensuite, croyez-vous vraiment que le recours à l’endettement soit une caractéristique propre à la France et son Etat ?
            Et enfin, sous quels critères, l’éducation et l’enseignement ne seraient pas productifs ? Parce que l’investissement n’est qu’avant tout du capital financier (pour se renouveler) ?
            Vous oubliez malheureusement ou limiter la définition du capital humain puisque votre avis sur la question n’intègre pas une relative solidarité (sauf peut-être celle du statut dominant/dominé par le droit divin du capital). Et que pour finir, votre définition de la solidarité s’arrête à l’individualisation des risques.
            ps : Personnellement, pour vos sources, je ne vous en fournirai qu’une seule : le récent billet sur Chomsky. C’est de bonne guerre, n’est-ce pas….
            Bonsoir mr Jourdon,
            j’ai du travail de lecture si je dois vous accompagner.
            ps : Le mariage pour tous devrait peut-être résoudre le problème de l’amant, non ? 🙂
            Cdlt


        • Jourdon Le 17 avril 2014 à 15h36
          Afficher/Masquer

          @olivier69 le 17 avril à 14h55

          Bonjour Olivier69,

          je viens de lire très brièvement votre texte dense,
          et je vous sais gré d’avoir fait l’effort de me lire,
          puis avoir essayé de « traduire » mon texte « dans-une-autre-langue »

          allant vers un « langage de programmation » dont je devine le but « enseigner mes idées »

          MERCI BEAUCOUP !!!

          de toutes façons je prépare des réponses pour demain,
          aux questions qui m’ont été soumises hier
          « soumises » non par vanité de ma part , mais pas « posées » car manifestement subsistaient des doutes sur « l’intelligibilité » de mes écrits – leur caractère « non-hermétique »…

          néanmoins même après une lecture « très-rapide » de votre « retour »,
          des points de désaccords subsistent à l’évidence entre nos approches

          je perçois votre essai comme une volonté de traduire en langage « comptable » mes recherches en « économie »
          à ce stade inutile de préciser si je parle « comptabilité-générale » « comptabilité-financière » ou « comptabilité-nationale »
          subsistent néanmoins d’importantes divergences de vues entre nos deux « optiques »… à ce stade !

          tel que présenté, votre objectif pourrait m’être, sous certaines conditions : extrêmement utile…
          donc encore MERCI !!!

          quelle est la querelle ???
          tout simplement entre l’approche générale de l’économie
          et son approche « symbolique » en sciences humaines (perceptions, coutumes, valeur d’usage…
          je cherche un cadre administratif pour traiter les situations qui se présentent
          c’est que vous semblez rechercher aussi – et en plus en partant de mes idées…

          néanmoins parmi les points de désaccord :
          point 1 :
          l’administration ne traitera pas nécessairement des prix
          c’est-à-dire il n’y aura pas forcément échange
          mais peut-être seulement correspondance
          point 2 :
          vous citez le fondateur de la Chimie LAVOISIER
          « rien ne se perd rien ne se crée tout se transforme »
          mais je maintiens ma position que la conversion réciproque d’énergie en information est peut-être une fausse piste pour expliquer le fonctionnement de l’économie
          vers un penchant « mécaniste » aussi la citation possible de LAPLACE qui pensait qu’en connaissant toutes les positions des points de l’univers au moment « t » on pouvait prévoir dans le temps futur tous les états futurs du même univers : à mon avis simpliste, voire, faux
          point 3 :
          si je pensais que le problème amené par @jducac était dénué d’intérêt,
          je n’aurais même pas essayé de développer des réponses personnelles assez « longues » sur ce sujet
          … mais tout passe : par la réalisation d’un cadre administratif accepté… AU_NIVEAU_DE_LA_PLANETE_ #
          or nous sommes confrontés aux passerelles possibles entre une science l’économie
          et une technique – qui avec les moyens informatiques actuels pourrait être aussi « sans-doute » considérée comme une technologie – mais qui n’est pas une science – quoique la science peut étudier le destin l’histoire ou les méthodes (notamment) de la comptabilité, cette dernière ne me paraît pas être une science… d’où le hiatus sur cette problématique et ce projet si grave !!!

          Bonne Chance !
          A demain !

          Je suis heureux de constater l’évolution de votre réflexion sur mes pensées,
          et que ces dernières ne semblent plus constituer « une réelle déception » pour vous

          PhJd.


          • olivier69 Le 17 avril 2014 à 16h11
            Afficher/Masquer

            Illustration :
            http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/le-big-bang-science-ou-supercherie-149531
            Problématiques lié à la dynamique pour la modélisation (d’où l’intérêt évident) : Le temps est une distance de perception….


            • Jourdon Le 24 avril 2014 à 13h40
              Afficher/Masquer

              @olivier69 le 23 avril 2014 à 22h42

              encore une fois je trouve que vous êtes un élève assez brillant, et je salue vos recherches en épistémologie c’est en effet par là qu’il faut commencer – passez-y autant de temps que nécessaire

              je ne reviendrais pas sur des échanges anciens entre nous – où vous me parliez de l’homme qui veut être un dieu ce qui ne me touche en rien – ou quand je vous avais donné des conseils étape par étape pour la programmation de votre pensée – que l’administrateur du blog a jugé bon d’effacer…

              je suis désolé que je ne peux répondre point par point; car il nous faut avancer – et j’ai trouvé le moyen – selon moi – de vous “bloquer”

              mes excuses aussi si pendant un certain temps je croyais que vous étiez Olivier BERRUYER (ce qui sans doute n’est pas le cas…]

              voilà comme d’habitude vous me citez des sources très anciennes (1949); elles ne sont certainement pas inutiles mais il faudra – conseil de chercheur d’ami car vous avez à l’évidence un réel “potentiel” pour la recherche scientifique…!. – que vous y reveniez quand vous vous serez mis à jour des avancées de la science certainement plus importantes dans les 50 dernières années que dans les 2000 etc.

              vanter les prémices du modèle comptable français qui raisonne par une classification en “nature” là où l’approche de nos voisins britanniques est en “fonction” est une bévue fatale selon moi… je ne suis pas loin de penser que ces prémices sont “racistes”

              en fait voilà je vous “bloque” ((selon moi…])( en vous annonçant clairement la C.O.U.L.E.U.R les modèles économétriques pour être valides devraient étudier des structures dualistes évolutionnaires; voilà pourquoi en “théorie des jeux” vous ne comprendrez ni “le cœur” ni “le noyau”

              vos préventions vous honorent puisque vous êtes en début de parcours de chercheur – apparemment… – mais donner l’impression de mélanger philosophie et science comme vous le faites devrait vous faire réfléchir à une autre dimension du temps: ou le risque d’en perdre relatif? absolu??

              pour le moment je ne conseillerais pas “remettre l’ouvrage sur le métier” seulement réfléchir à ce que je me suis permis de vous écrire

              bien cordialement,

              PhJd.Cdrlt_ #


            • olivier69 Le 24 avril 2014 à 16h04
              Afficher/Masquer

              Bonjour mr Jourdon,
              vous m’honorez avec de telles comparaisons (plaisanterie faite). Croyez-vous que Mr Berruyer aurait besoin de paravent ? Sincèrement….Et comprenez-vous sa démarche ?
              La preuve que les préjugés vous mèneront à des déconvenues ! Vous comprenez peut-être mieux le sens du mot “patience”. Et la preuve en est, qu’il y a des sujets difficilement abordables sans que l’on vous humilie intellectuellement.
              Si, “se posez la question de l’estime”, vous oriente sur des considérations raciales, croyez que je le regrette. Sachez que le simple fait de l’évoquer, est pour moi, une tendance à la croyance mais refoulée. Parce qu’il ne me serait jamais venu à l’esprit d’en évoquer le moindre propos ou allusion ! Si “race”, il y a, alors, cher mr Jourdon, elle est humaine ! J’en suis la preuve vivante….Seuls des différences culturelles subsistent. Sont-elles acceptées ?
              Relisez attentivement mes post.
              C’est vrai que l’on se demande bien, si discrimination, il y a, elle ne serait pas plutôt populaire.
              Je suis donc terriblement déçu, mais ce ne serait pas la première fois. J’essayai juste de vous soutenir dans votre démarche, pardonnez mon erreur.
              Les réflexions et oppositions philosophiques ne sont donc plus permises. Vous avez raison, vous allez avoir besoin du marketing…”Tout va bien dans le meilleur des mondes !”
              Cdlt


          • Jourdon Le 17 avril 2014 à 17h03
            Afficher/Masquer

            Vous avez raison, il faut « ménager la monture »,
            mais tant que vous ne définissez pas la monture dont vous parlez,
            je trouve à part moi que vous restez dans une ambiguïté scientifique sur les termes que vous utilisez…
            ce en quoi pour moi j’aurais tendance à vous classer ni vraiment dans les sciences économiques – dont l’outil mathématique associé est emprunté à la science physique la plus dure… – ni dans les sciences humaines,
            mais plutôt dans les sciences de l’artificiel vers l’informatique mais surtout la comptabilité
            de toutes façons on peut être dans plusieurs domaines

            vous avez raison il faut se positionner par rapport au temps comme « distance de perception », mais un scientifique a le devoir moral d’assumer son positionnement vis-à-vis de sa propre source ou ses propres sources de connaissances, et cela implique de l’affirmer tout en l’expliquant et s’il le faut l’explicitant
            cette démarche est nécessaire préalablement à toute recherche scientifique,
            et relève comme vous savez de l’épistémologie

            personnellement je suis un économiste
            et donc permettez-moi de vous rappeler que les grands auteurs qui ont défini le terme « capital humain » parmi les économistes, sont :
            Théodore SCHULTZ http://fr.wikipedia.org/wiki/Theodore_Schultz
            Gary BECKER http://fr.wikipedia.org/wiki/Lionel-Robbins
            avant qu’ils aient défini ces termes de façon abstraite, déductive, scientifique
            un des plus grands épistémologues de l’économie en avait esquissé la perspective
            Lionel ROBBINS http://fr.wikipedia.org/wiki/Lionel_Robbins
            en définissant une perspective plus que des termes,
            on se heurte à de nombreuses difficultés statistiques
            identifier une série
            s’assurer que c’est la bonne
            etc.
            avant que de définir des termes
            puis une « monture » permettant de maîtriser la vitesse utilisée dans cette série

            une bonne façon de contourner ce type de difficulté
            tout en restant parfaitement scientifique « à-bonne-distance-de-perception »
            serait de poser comme je crois ROBBINS l’a fait
            que le capital humain est la somme des connaissances
            puis il faut maîtriser l’équation quand on y insère les données car penser que l’économie a pour carburant de base « le capital humain » (ou « des usages alternatifs » de biens rares ce qui revient exactement au même… implique que le modèle de croissance est « endogène » c’est-à-dire « la croissance est la cause de la croissance », la croissance due au capital humain n’est ex nihilo due ni aux taches solaires, ni aux guerres, ni aux révolutions…
            vous êtes sur la bonne voie dans une « description à distance »,
            mais croyez moi quand on s’attaque à un modèle réel… c’est une autre paire de manche !

            Cordialement ,


          • Jourdon Le 17 avril 2014 à 17h13
            Afficher/Masquer

            Récemment en parlant de la guerre en Irak,
            l’ancien Premier Ministre Dominique DE VILLEPIN affirmait « George BUSH a gagné ! »

            oui il a gagné car les Etats-Unis ont toujours essayé de protéger les frontières de l’Europe – même maladroitement

            le risque ukrainien est beaucoup plus grave pour l’Europe
            car on touche au cœur de l’Europe
            donc au capital humain de l’Europe donc à la croissance endogène en Europe

            mais j’irai plus loin encore que DE VILLEPIN,
            en affirmant :
            HITLER a gagné dans son pari de « un-Reich-de-1000-ans » par rapport à ce qui se jouait sur le très long terme la guerre économique : en effet l’Europe a un moteur industriel l’Allemagne…
            mais pour avoir une industrie il faut avoir une finance puis une administration

            cherchez encore avec votre histoire de « monture » : vous brûlez…


            • olivier69 Le 17 avril 2014 à 21h47
              Afficher/Masquer

              Bonsoir mr Jourdon,
              Je vous répondrai : lorsque la tortue veut être Achille !
              Je vais me permettre de vous poser une question : la réalisation du cadre administratif tiendrait-elle compte des externalités (au niveau de la planète) ? De quelles natures ou types ? Si vous parlez correspondance et non prix ….
              Vous avez raison d’accorder de l’importance au fond de l’image autant qu’à l’image elle-même. Mais ce n’est pas forcément prendre le bon angle que de dire que si il y a une fin alors il y a un début.
              Par analogie, je peux également maintenir un doute : la conversion réciproque d’information en énergie est peut-être une fausse piste pour expliquer le fonctionnement de l’économie vers un penchant plus « humain » au regard de mes modestes connaissances en économie.
              La gestion et l’administration sont, en effet, une affaire sérieuse. Si elles doivent reposer sur des critères scientifiques alors autant situer le contexte avant la fixation d’une référence quelconque puis l’usage des outils mathématiques connus.
              Le progrès est le résultat d’un choix ou plus précisément d’une condition (spatiale et temporelle) ? Jusqu’à présent, il s’est organisé comme une lutte (notre quête de divin). Le résultat est sans appel…
              Comprenez que l’enjeu est fondamental : c’est accepter son environnement (pas le miroir ou l’autre comme pour le dominant/dominé) ou le refuser (la partie veut être le tout).
              La gravité et la résonance dans la définition d’un capital humain….


            • Jourdon Le 18 avril 2014 à 08h44
              Afficher/Masquer

              @olivier69 le 17 avril 2014 à 21h47

              Bonjour Olivier69,

              Et d’abord félicitations !

              Vous manifestez de brillantes qualités d’étudiant.
              Ce mot n’a rien dans ma bouche de péjoratif – je suis moi-même « étudiant » dans plusieurs domaines, bien que en science économique je suis reconnu par mes pairs au niveau mondial.

              Nous pouvons peut-être converger vers des questions pertinentes sur un cadre légitime et nécessaire, en partant de deux termes : le premier terme serait « le capital humain » ; le second vous commencez à en parler mais je souhaiterais en dire un peu plus dès aujourd’hui.

              Votre question au sujet des externalités est parfaitement pertinente, et elle devrait aider à faire le lien qui vous permettrait à terme – ainsi qu’aux autres – à comprendre mon message de décembre 2013 parfois qualifié de « sybillin » voire « mystérieux ».

              Le Professeur de John-Maynard KEYNES, Sir Arthur Cecil PIGOU http://fr.wikipedia.org/wiki/Arthur_Cecil_Pigou contre la pensée duquel KEYNES avait bâti sa propre théorie, est le père de la notion d’externalités.
              Celles-ci doivent en effet être intégrées et prise en compte dans le cadre en question, dont elles constituent en effet une question centrale … question pour le moment ouverte …
              Maintenant passons de l’analyse de l’environnement à la sphère financière de l’économie et passons à l’autre grande théorie de Sir Arthur Cecil PIGOU : les effets d’encaisses réelles.
              Je vous propose l’exercice suivant :
              pensez en comptabilité
              « porter à l’encaissement »
              et « porter à l’escompte »
              puis imaginez « encaissement » et « décaissement »
              et enfin pour vous mettre sur la voie parce que le temps presse :
              le -D de décaissement serait une notion d’attente d’événement
              et non une notion d’entrée et sortie
              ceci justement pour prendre en compte des externalités
              parce que la macroéconomie ne prévoit pas tout…
              effectuez peut-être la relecture complète de mon long message de décembre 2013 – débordant sur début janvier 2014
              et suivez le regard des grands groupes d’infrastructures
              qui connaissent l’existence de ces théories (de PIGOU)
              et ont pu avec un bon système_d-information# créer une « clef-comptable »
              permettant de contrôler transversalement le système
              bien entendu cela veut dire que la lecture
              se fait entre le »C » de crédit qui peut en suivant le solde signifier une potentialité en liquidités
              et le -D qui est peut-être la contrepartie d’une externalité mais a aussi sans doute un sens plus général
              informations annexes :
              le « divorce » économique entre la pensée de l’Ouest et celle de l’Est dans les années 1930′ est en fait un divorce ECONOMETRIQUE
              la comptabilité anglo-saxonne est compétente pour suivre les flux de monnaie de finance et de trésorerie alors que la comptabilité française ne l’est pas
              annexe juridique : découle du point précédent

              Bien cordialement,
              P. Jourdon


            • Jourdon Le 18 avril 2014 à 13h03
              Afficher/Masquer

              @olivier69 le 17 avril 2014 à 21h47

              je suis étonné que vous me prêtiez des propos selon lesquels si il y a une fin il y aurait un début alors que je n’ai jamais parlé de cela; d’ailleurs cela ne trahit pas ma pensée

              malheureusement je dois clore nos échanges car c’est vrai “je suis très occupé” comme le dit @goldfinger; mais la vraie raison pour laquelle je suis contraint de clore ces échanges: sur le billet http://www.les-crises.fr/point-ukraine-au-fou-1/ @André m’a posé une question et j’ai commencé à répondre mais dès que j’ai apporté la réponse précise à sa question le blog a coupé ma réponse qui n’apparaît pas; j’ai essayé aujourd’hui de reposter: à nouveau coupé… étant désormais stoppé par deux voies je dois évidemment m’arrêter sur ce blog qui n’est pas le mien et dont je partage de moins en moins les idées depuis que cela devient un vecteur pour des images violentes au sujet de l’Ukraine

              last but not least vous dîtes “pour l’amant le mariage pour tous devrait répondre à votre question”; ce n’est pas ce dont je parlais, relisez dans la Bible le passage sur le plat de lentilles; “pour l’amant” voyez avec @goldfinger!

              Salut.


            • Goldfinger Le 18 avril 2014 à 15h31
              Afficher/Masquer

              Bonjour,

              Peut-être s’agit-il d’un problème technique (ex : aujourd’hui je ne suis pas parvenu à éditer un commentaire que je venais juste de poster).

              Si c’est de la censure, dans le principe, c’est dommage d’autant que vos apports étaient un peu moins denses (et moins longs 😉 que fin 2013).

              Vous êtes visiblement doué d’une très vive intelligence que vous avez mise à profit dans les domaines qui vous intéressent le plus (c’est à dire visiblement tout puisque tout est lié et que l’on détricote une pelote de laine sans fin connue). Le “problème” est que vous n’avez pas le temps d’être plus pédagogue (et tout le monde peut le comprendre). Un bel échange s’est développé notamment avec Olivier69. Quant à moi je rame derrière uniquement parce que je suis (sporadiquement) assez fou pour ne pas reconnaître que je ne pourrai jamais tout connaître.

              Le but de ce site est certes d’informer et d’élever le niveau de conscience du plus grand nombre mais de manière réaliste (en y allant progressivement) et pour un nombre aussi important que possible.
              Déjà près de de 2300 adhérents à l’association Diacrisis http://www.les-crises.fr/l-association-diacrisis/ démontre que cela fonctionne même s’il faut toujours viser plus haut.
              Et il ne s’agit pas d’un nivellement par le bas (peu de sites ont des commentaires de ce niveau et venant de contributeurs de tous horizons) mais il ne vise pas (à mon réellement humble avis) à élever tout le monde au niveau d’un Friedrich Nietzsche ou autre génie. Cela viendra peut-être un jour … mais uniquement si nous arrivons D’ABORD bien concrètement à surmonter les multiples crises que nous traversons et qui pourraient potentiellement, par leur conjonction, mener à l’anéantissement de l’être humain.

              Je me demande (je suis donc toujours dans une réflexion très partiale) si vous ne feriez pas œuvre plus utile en continuant vos recherches, en les publiant (ce que vous avez déjà fait au moins partiellement) et en les mettant à disposition du plus grand nombre. Fondamentalement, je pense que votre but n’est pas très différent de celui d’Olivier Berruyer qui lui aussi manque de temps (ce qui explique à mon avis des petits couacs au demeurant très peu nombreux).
              D’ailleurs si les thèmes de ce blog vous étaient indifférents, vous ne vous seriez pas donné la peine d’y intervenir (parfois longuement). Seules une partie des perceptions et la stratégie diffèrent. Cela peut paraître beaucoup … mais finalement c’est peu !

              J’espère que si vous quittez la communauté « des Crises » – ce qui est votre liberté la plus stricte et respectable – vous n’en conserverez aucune amertume et évidemment cela ne changera rien au fait que chacun selon sa vision et ses moyens va continuer à s’impliquer dans la création d’un monde « meilleur ».

              Avec mes très cordiales et, si vous permettez, amicales salutations.

              PS: Concernant l’Ukraine il faut reconnaitre que depuis l’existence de ce blog il s’agit d’un des plus beau cas de manipulation des opinions publiques. Et il se déroule EN DIRECT !
              Oui, cela peut paraître parfois paraître trop voire redondant mais le but est de dessiller les yeux du plus grand nombre et développer leur esprit critique. Nos médias (audio-visuels surtout mais ce ne sont pas les seuls) en font beaucoup trop (dans l’autre sens). Je présume que l’auteur de ce blog tente simplement de faire contrepoids.


            • olivier69 Le 18 avril 2014 à 14h23
              Afficher/Masquer

              bonjour mr Jourdon,
              il convient de comprendre, avant tout, que nous ne sommes pas dans l’objectif du billet. J’ai un profond respect pour la valeur d’usage, avant même de songer à une valeur d’échange. Sinon, pourquoi je m’intéresserai autant aux questions d’ordre épistémologique ?
              Mon positionnement ? L’analyse doit être essentielle (philosophique) avant d’ être existentielle (scientifique). La finance religieuse et la science culturelle : Un couple maudit jusqu’à présent ! Leurs outils sont les firmes…
              Enfin, mon allusion au mariage est purement satirique. Si les marchands du temple ont pour l’instant, “la” monture alors j’irai où mes pieds (“ma” monture) me conduiront…La conscience guide dans mon jardin !
              ps : La patience est pourtant une vertu.
              Cdlt


            • olivier69 Le 20 avril 2014 à 23h37
              Afficher/Masquer

              Bonsoir,
              De retour, je vais, en effet, procéder aux lectures respectueuses de la suite.
              Par contre, il y a sans aucun doute, de multiples et globales incompréhensions assujetties aux impressions, objets de malentendus. Merci à Goldfinger.
              Prendre de l’avance n’est pas la condition pour une résolution du paradoxe…
              ps : Les aléas suscitent plusieurs lectures….optiques et Df. Perspectives !


            • olivier69 Le 23 avril 2014 à 22h42
              Afficher/Masquer

              Bonsoir Mr Jourdon,
              L’introduction d’une variable temporelle (au lieu de deux points d’ancrage) améliore, en effet, l’approche comptable.
              Le problème macro réside dans la comptabilité (son usage et sa signification), et non dans l’utilité des outils mathématiques dans les sciences sociales (comportementales). Ce n’est donc pas uniquement un problème économétrique mais en effet, une opposition philosophique fondamentale (le cultivateur et le navigateur). Et la question n’est pas si ouverte que cela….
              Cette différence se retrouve dans la méthodologie. L’avantage de la conception française, c’est qu’elle posait les bases d’une réflexion
              sur la nature humaine et notamment sur la définition du capital. Ce à quoi, les anglo-saxons se refusent. D’ailleurs, nous comprenons pourquoi ils ont délibérément modélisé une fonction du marché monétaire par la dichotomie (cf Fisher).
              C’est parce que l’humain est capital que l’on parle de capital humain et non encore de “marchandise” mais….
              A la marchandisation extrême de l’existence (le corps et la pensée) se pose la question de la propriété de l’humain, lui même (ou s’arrête sa liberté). La propriété est toujours relative. Il suffit de définir la relativité
              (les normes idéologiques). Le problème ne réside pas principalement dans le fait qu’elle soit privée ou collective mais dans le caractère absolu qu’on veut lui donner (la valeur scientifique).

              Ensuite en comptabilité, vous savez pourquoi les analyses en terme de flux ont primé. C’est contestable ! On évalue, certes, uniquement
              ce qui fait l’objet d’un échange. Mais alors, le capital “humain” et “environnemental” ne tendraient-ils pas à être incorporés, absorbés, intégrés, par l’approche (méthodologie) dans la sphère marchande (conventionnelle). Dans le cadre d’une projection, les conséquences sont-elles mesurables scientifiquement ? ou plutôt humainement ?
              L’estimation et l’évaluation doivent-elles nécessairement avoir un caractère monétaire (la représentation) ? Comprenons-nous
              la signification du mot “estime” ? Le dogme marchand et monétaire a corrompu l’approche de l’estimation. Cette primauté pour la vocation de l’échange dans l’analyse masque l’importance de la préservation, de la conservation notamment pour la transmission (échange générationnel). C’est pourquoi, il faut se soucier de la valeur d’usage avant d’accorder une quelconque valeur d’échange.

              Rappelons que la comptabilité est à base de “conventions” mais “nec esse”. Vous risquez donc d’être confronté à des problèmes de Df pour obtenir un caractère scientifiquement confirmé. Votre angle d’analyse semble se rapprocher de celle de la représentation d’un réseau de Marczewski et Guilbaud en 1949 (notamment pentagonal
              dans “essai d’analyse graphique d’une comptabilité nationale”). Vous définissez des correspondances pour évaluer des liaisons. Pourtant l’identification des flux nécessite un point de départ et d’arrivé (même variable ou modulable). Vous allez me dire que c’est l’objectif d’une modélisation et que l’introduction de variables permet de contourner une partie du problème ! De la statique à la dynamique….
              Je vous demande alors dans quel cadre ? La valeur d’usage ?
              Ce n’est donc pas pour seulement un simple problème de dynamique interprétable, et intrinsèque à la perception anglo-saxonne des flux !
              Mais un problème essentiel de réflexion philosophique épistémologique et méthodologique.

              Dans l’état actuel du rapport de force, je ne pense pas que l’on puisse concilier deux conceptions sans revoir les fondements d’une ébauche… Votre démarche est honorable mais j’ai bien peur qu’elle favorise la dérive marchande à contourner la résistance. Le caractère marchand de notre société modifie l’approche des flux et leur utilité (usage). Il faudrait revoir la question ontologique sur le capital (richesse) plus profondément. Les objectifs peuvent se modifier avec les circonstances et le temps à la vue des connaissances. La richesse n’est pas faite pour les besoins de l’échange. C’est l’homme qui a besoin d’échanger, tout comme son environnement. Attention donc, au sens de la marche pour le fléchage et le couplage. Car sinon, l’échange finira par se passer de l’homme et de son environnement.
              Cdlt.
              ps : Mais je vais lire le restant. 🙂


      • yt75 Le 16 avril 2014 à 15h52
        Afficher/Masquer

        Hélas l’équivalent des arbres de l’île de Pâques pour notre “civilisation”, plus que les usines, ce sont les barils de pétrole, tonnes de charbon, et mètres cubes de gaz.
        Et à ce sujet que les usines soient en France ou en Chine, ça ne change pas grand chose …


        • casper Le 17 avril 2014 à 06h44
          Afficher/Masquer

          A ceci près que les arbres se reproduisent et perdurent si on sait les exploiter a un rythme adapté.

          Pas les hydrocarbures…


      • Goldfinger Le 16 avril 2014 à 17h53
        Afficher/Masquer

        Bonjour,

        La plus grande décision de destruction effective de capital industriel que je connaisse à cette période a été initiée par Margaret Tatcher et Ronald Reagan.

        En attribuer tout le mérite à François Mitterrand est injuste 😉

        L’air du temps était au secteur tertiaire (service) auquel on attribuait une vertu de création de valeur ajoutée que personne alors ne pensait délocalisable (notre arrogance occidentale). Le secteur secondaire (industrie) et bien il suffisait de le sous-traiter aux pays en émergence, ce qui fut fait.

        L’Allemagne s’est moins engagée dans cette voie sciemment ou non. Il est vrai que son appareil industriel était après le passage du plan Marsall une des (ou la) plus compétitive d’Europe occidentale.

        Mais vous avez raison de dire que cette désindustrialisation massive était probablement une erreur dans le cadre d’un monde multipolaire (donc non universalisé).

        Très cordialement.


  7. theuric Le 16 avril 2014 à 12h27
    Afficher/Masquer

    Ah, fc, que choisir?

    Et oui, le dernier homme politique véritable.
    Maintenant le mot politique est presque tabou et celui de démocratie oublié.
    Le front-National l’utilise pour faire croire aux électeur qu’il est le seul rempart à l’Union-Européenne et au néolibéralisme.
    Le mot de démocratie est oublié et sali!
    A se demander pour qui il roule, surtout quand on connait les alliés objectif de l’U.E..
    Maintenant nous connaissons tous les airs réel et grimaçant U.S. et U.E., la déchéance morale de ces deux unions sous leurs discours de bienpensance.
    Hormis là où elle est langue savante, comme hier le latin, abandonnons la langue anglo-américaine.
    Débarrassons-nous de la langue de nos maîtres, ne soyons plus des colonisés.
    Rejetons, expulsons toutes les médiocrité présentes anglo-américaines et non pas les grands films ou le jazz, époque où l’Amérique avait de la grandeur.
    Commençons à faire de la politique, quoi!


    • perceval78 Le 16 avril 2014 à 13h17
      Afficher/Masquer

      Tout a fait d’accord Theuric , prenons chez chaque peuple ce qu ‘ils ont de meilleurs , faut reconnaître que les ricains ont fait et font des trucs géniaux ,ils ont leur propre génie , mais comme chaque peuple ils ont leur part d’ombre.


      • Goldfinger Le 16 avril 2014 à 15h27
        Afficher/Masquer

        à perceval78

        Bonjour,

        Oui dans un monde idéal il faudrait prendre dans chaque peuple ce qu’il y a de meilleur.

        Mais beaucoup de peuples – surtout lorsqu’ils sont dominants économiquement et politiquement – ont tendance à croire que ce qui est meilleur ce sont leurs valeurs et leurs modes de vie.

        Ayant dominé le monde occidental d’abord puis le monde tout court (après l’écroulement de l’URSS qui n’était pas non plus un modèle), les USA ont apportés des bonnes choses mais aussi des mauvaises.

        Leur problème c’est qu’ils ne veulent pas admettre que le monde actuel est devenu multipolaire (pour reprendre la terminologie du GEAB) et qu’ils ne représentent pas à eux seuls la quintessence de ce qui est bon, l’unique modèle à suivre aveuglément.

        Pire : ils veulent continuer à dicter leurs seules valeurs (et intérêts) au besoin par la force directe au indirecte. Alliés un jour, ennemis le lendemain au gré des circonstances.
        Et dès cet instant cela devient un problème pour les autres peuples de ne pas penser et vivre comme eux.

        Pour prendre le meilleur de chaque peuple, il faut que ceux-ci se connaissent (et si possible se mélangent). Pour commencer il faut qu’ils communiquent un maximum dans des “agoras”. Internet est un excellent moyen (nécessaire mais pas suffisant). Ce blog est une de ces agoras. Notre planète est un village … mais c’est un village vertical et on y parle bien des langues différentes. Heureusement que ce blog est rédigé dans une langue encore considérée comme internationale. Cela ne lui donne malheureusement pas une audience planétaire mais il rencontre heureusement un certain succès (la motivation de son auteur n’y étant pas non plus pour rien).

        Parfois j’ai un peu de tristesse quand je repense à cette langue au nom si bien choisi: l’esperanto. Une langue qui s’inspirait des “grandes” langues existantes et qui n’imposait qu’un effort minimum à chacun (une sorte de premier pas vers l’autre en fait). Mais c’était sans compter sur l’inertie propre à chaque être humain mais aussi aux intolérances qui poussent souvent (toujours ? ) les « majorités » à s’imposer aux « minorités ».

        La fraternité universelle est probablement une utopie mais, vous avez raison, ce n’est pas une raison suffisante pour ne pas essayer constamment d’y tendre. D’ailleurs si on y réfléchit bien c’est même le seul moyen d’en sortir par le haut (c’est-à-dire pacifiquement et en progressant … tout le contraire de ce qui se « joue » en Ukraine aujourd’hui !) .


        • C Balogh Le 16 avril 2014 à 18h53
          Afficher/Masquer

          Bonjour,
          Voudriez-vous m’expliquer ce que les USA ont apporté de bon au monde?car je ne vois rien hormis leur présence aux côtés de l’ancienne Union soviétique pour nous débarrasser d’Hitler.
          Cordialement,
          Quant à l’Espéranto, moi aussi, je suis étonnée de son peu de succès, cela aurait été si agréable de pouvoir parler à tout le monde quand on voyage.


          • perceval78 Le 16 avril 2014 à 22h34
            Afficher/Masquer

            @baloch :
            0) nous debarasser d’hitler
            1) en tant qu’informaticien , je dois reconnaitre que dans ce domaine ils ont quasiment tout apporté.
            2) la conquete de la lune
            3) les grands espaces
            4) le cinema des années 50
            5) le blues
            6) la liberation des moeurs


            • Astap66 Le 13 août 2014 à 09h03
              Afficher/Masquer

              (0) nous débarrasser d’Hitler :pas d’accord. Le grand mérite en revient à l’armée rouge. C’est Stalingrad qui a fait basculer la guerre.
              Pour le reste, effectivement, l’apport cultuel des E U a été important. Pas aussi fondamental selon moi celui de la Grèce du IV eme siècle avant JC (Sorates,Platon,Aristote,Pytagore,Herodote,Thales…) mais important quand même…


          • Goldfinger Le 17 avril 2014 à 00h07
            Afficher/Masquer

            à C. Balogh (16 avril 2014 à 18h53)

            Bonsoir,

            En matière de sciences, de technologies et même de sciences humaines les apports des USA sont multiples et non négligeables.
            Un exemple concret que vous utilisez tous les jours est … le principe de l’Internet … même si l’origine de départ en est effectivement militaire.
            En matière médicale nous en profitons également régulièrement.

            Ne pas reconnaitre que leurs inventions et innovations ont aussi eu des impacts positifs serait nier l’ évidence.

            Evidemment ils y consacrent un budget important et peuvent donc siphonner la matière grise d’autres pays (ils l’ont d’ailleurs fait avec l’Allemagne dès la fin de la seconde guerre mondiale et à l’époque il était probablement préférable que cela tombe entre leurs mains qu’entre celles de Staline).

            Dans quel but ils le font est une autre question: la suprématie économique, militaire, etc …
            D’autres puissances dominantes en ont fait autant avant eux mais probablement pas à cette échelle et évidemment pas au niveau technologique actuel.

            Ceci dit je ne suis vraiment pas un chantre de la culture anglo-saxonne.

            Quant à l’esperanto, il aurait aussi été utile pour des discussions tous azimuts sur des blog comme celui-ci ou nous aurions pu avoir des personnes de toutes nationalités et langues maternelles.

            Très cordialement.


    • Olivier M Le 16 avril 2014 à 15h15
      Afficher/Masquer

      http://christophevieren.over-blog.com/article-separation-des-activites-bancaires-de-depot-d-affaire-et-de-credit-en-france-l-equivalent-du-gla-103292698.html
      “L’équivalent du Glass-Steagall Act étasunien de 1932 (président Roosevelt) séparant les banques en deux catégories (banque de dépôt et banque d’affaire) est la loi 45-15 (2 décembre 1945).

      Cette loi française – issue du programme du Conseil National de la Résistance – définit non pas deux mais trois types de banques : les banques de dépôt, les banques d’affaires et les banques de crédit. Elle a été abolie en 1984, par le gouvernement . . . Mitterrand/Mauroy/Delors au nom de la modernité. La banque universelle d’avant 1945 est alors rétablie !!!!!! ”

      1984, ils l’ont surement fait exprès de choisir cette année là! 😉


  8. C Balogh Le 16 avril 2014 à 12h30
    Afficher/Masquer

    Bonjour, vous avez raison, commençons pas parler français, perso, j’évite totalement d’inclure dans mes textes des mots du langage anglo-saxon!!!la langue française est si belle., et puis, bien-sûr, c’est une sorte de résistance!
    ;O)


    • perceval78 Le 16 avril 2014 à 13h26
      Afficher/Masquer

      Le bonheur c’était hier Balogh , une certaine France est morte en 14-18

      né le 22 août 1862 à Saint-Germain-en-Laye et mort le 25 mars 1918
      http://www.youtube.com/watch?v=bYyK922PsUw

      Mais qu’en est il pour nos jeunes générations , elles aussi sont porteuses de bonheur , faisons qu’il n’y ait pas à nouveau un 14-18.


    • madake Le 16 avril 2014 à 22h16
      Afficher/Masquer

      C’est sans doute le manque d’ancrage culturel et “langue maternelle” qui fait défaut à l’espéranto.
      On sait aujourd’hui que la langue de l’environnement d’un enfant, structure sa perception auditive à partir de 18 mois.
      Il faudrait que cette langue fasse partie de l’environnement parental, pour qu’elle prenne bien.
      De plus, bien que le projet soit généreux, imaginer une population mondiale avec un seul langage serait impossible, ne durerait pas n’est pas souhaitable.
      La richesse linguistique nourrit une diversité culturelle, qui si elle facilite les incompréhensions et les conflits, nourrit aussi des courants de pensée différents.
      Abandonner une langue maternelle, non, mais oui! On peut en apprendre autant que l’on peut!
      Les polyglottes, me comprendront 😉


      • Goldfinger Le 17 avril 2014 à 14h53
        Afficher/Masquer

        Bonjour,

        L’espéranto aurait pu être la SECONDE langue commune à tous (mais cela demandait un effort de chacun).

        A la place nous avons l’anglais (très belle langue même si elle n’est pas ma langue maternelle)
        qui s’est développé uniquement sur base de l’importance des pays anglophones dans le commerce international.

        Il est a souligner que la langue anglaise et américaine finiront par devenir deux langues vivantes distinctes.

        Seul l’anglo-américain commercial et financier restera donc la langue “commune”.

        Donc personnellement, j’aurais préféré une langue basée sur un concept plus universaliste que celui de commerce.
        … mais bon il faut rester pragmatique.

        Quoique 😉 ….

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Esp%C3%A9ranto

        http://fr.lernu.net/?utm_id=10&gclid=CNyUjLXH570CFagKwwod6zAA_w

        Très cordialement


  9. yt75 Le 16 avril 2014 à 14h54
    Afficher/Masquer

    Je n’arrive plus à accéder au site (celui ci , les crises fr) depuis hier et cela depuis ma connection à domicile (free adsl), suis je le seul ?
    Ok avec VPN ou bureau
    Et seul site avec des problèmes sur la connection free adsl.


    • madake Le 16 avril 2014 à 22h20
      Afficher/Masquer

      j’ai eu aussi des pb, hier, sans doute liés à des pb de cache dns,
      pour le résoudre fait qlq essais en
      1)vidant ton cache de navigateur
      2) vide ton cache dns local (ipconfig /flushdns (dans la ligne de commande) )
      3) changeant ton dns pour un 8.8.8.8
      par exemple.
      Bonne chance


      • yt75 Le 17 avril 2014 à 09h21
        Afficher/Masquer

        Merci beaucoup pour les conseils, j’ai viré tous les cookies du site, vidé le cache (enfin historique), c’était pareil, puis ça s’est remis d’équerre.
        Ah les mystères de l’informatique …


  10. Goldfinger Le 17 avril 2014 à 17h24
    Afficher/Masquer

    Bonjour,

    Je lis les termes de comptabilité et de technique dans un commentaire récent.
    Et je tombe en même temps sur une newsletter dont au moins un point sur le PIB (d’où le lien avec la compta) est édifiant.

    Tout est vraiment bon pour faire survivre (même encore un peu, un tout petit peu) le système actuel:

    http://trends.levif.be/economie/actualite/politique-economique/quand-la-prostitution-fait-grimper-la-croissance/article-4000595851342.htm?nb-handled=true&utm_source=Newsletter-17/04/2014&utm_medium=Email&utm_campaign=Newsletter-RNBTECZ

    A partir de septembre, on intégrera dans le PIB les investissements en recherche et développement, mais aussi des activités plus douteuses comme l’achat d’armes, la contrebande, la prostitution ou le commerce de la drogue. Gain de croissance estimé en Belgique : entre 2 et 3 %.

    Si cela (au delà de la notion de “bien” ou de “mal”) ne sont pas les dernières ficelles utilisées par un système qui va (bientôt) s’effondrer alors il faudra que je me pose la question de savoir si ce n’est pas moi qui marche sur la tête 😉 et 🙁

    Enfin en bon citoyen je pourrais contribuer à l’accroissement du PIB en me lançant dans le trafic de cigarettes, d’armes, de drogue et d’être humains 🙁

    Très cordialement.


  11. Jourdon Le 25 avril 2014 à 11h20
    Afficher/Masquer

    @olivier69 Le 24 avril 2014 à 16h04

    “Si, “se posez la question de l’estime”, vous oriente sur des considérations raciales, croyez que je le regrette. Sachez que le simple fait de l’évoquer, est pour moi, une tendance à la croyance mais refoulée. Parce qu’il ne me serait jamais venu à l’esprit d’en évoquer le moindre propos ou allusion ! Si “race”, il y a, alors, cher mr Jourdon, elle est humaine ! J’en suis la preuve vivante….Seuls des différences culturelles subsistent. Sont-elles acceptées ?”

    non ce que je disais:
    fonder la comptabilité sur une distinction en “nature-du-patrimoine”
    comme on le fait en France
    est une aberration
    car la comptabilité légale devrait permettre aux entreprises de prendre les bonnes décisions
    et non pas servir à l’Etat français de “contrôler” le patrimoine derrière
    le fondement de la comptabilité anglo-saxonne sur une distinction par fonction
    est donc plus pertinent car
    permet à l’entreprise de fonctionner et prendre les décisions

    du coup je me disais
    cette distinction “en nature”
    a des relents racistes
    dans un pays où l’esclavage a été aboli par la Révolution
    puis réintroduit par Napoléon

    et où aujourd’hui malheureusement
    des chaînes mondiales de proxénétisme sont GARANTIES par des français

    il n’était nullement question…

    voyons!!!


    • olivier69 Le 25 avril 2014 à 13h14
      Afficher/Masquer

      Bonjour Mr Jourdon,
      Je ne crois pas que c’est une spécificité française ! Nous faire croire que c’est mieux ailleurs ? Vous ne regardez que d’un côté de la fenêtre. Relisez plutôt “l’esprit des lois”, puis rappelez-vous l’histoire de Martin Luther King, ou encore de Gandhi, …. Enfin, la torture de nos jours, serait-elle légitime ?
      Nous avons, en effet, beaucoup à apprendre de ce peuple que vous trouvez plus “civilisé”.
      Donc, c’est une conversation stérile (opposition de vue). Ou manifestement, les partis pris prédominent ! Pire, la conversation sort du cadre de la réflexion philosophique pour justifier un caractère scientifique. C’est une lecture historique qui me laisse sur ma fin ! Je ne vais pas vous faire un dessin sur les cultures qui ont profité amplement de l’esclavage sous couvert religieux.
      Nous sommes dans le dogme idéologique. Je n’ai pas honte de mon pays…

      Aujourd’hui, certains intellectuels ont décidé de prendre leur responsabilité car les enjeux sont générationnels avant d’être personnels. C’est une consolation mais également, un espoir !
      Comprenez que la comptabilité anglo-saxonne permet de justifier, camoufler, transformer des flux, sans se soucier du reste. Tout se transforme, il y a cependant, l’art et la manière.
      Et si les bonnes décisions des entreprises conduisent à la marchandisation légale du corps, de l’environnement (quelque soit la manière), il faudrait peut-être “se poser la question des limites” ? Le relatif et l’absolu…

      Sinon, nous aboutirons à ce genre de raisonnement qui consiste à dire d’une part, que nos enfants nous appartiennent pas, ou que nous appartenons à une élite. Mais d’autre part, que l’environnement est un ennemi ! Enfin, croyez-vous sincèrement, qu’il faut attendre un comportement exemplaire, de cette élite promise ? Le problème des externalités ne repose donc pas uniquement sur une solution comptable. Les perceptions nécessitent une prise de conscience et surtout, une éducation (conviction).

      A savoir, les entreprises anglo-saxonnes n’ont-elles pas des responsabilités dans les deux conflits mondiaux du XXième ? La forme juridique et la spécificité comptable permettent tous les abus….Alors “devrait permettre” ? Pour l’instant, je ne vois rien venir ! Si, si, des conflits
      (en plus, légitimés sur un plan comptable et juridique ),….
      Cdlt
      Bonus : Lecture intéressante, de monsieur P.Bechade, par exemple :
      http://la-chronique-agora.com/russie-otan/


      • olivier69 Le 25 avril 2014 à 14h06
        Afficher/Masquer

        Je viens de prendre seulement connaissance de votre post (dans un autre billet), notamment sur les apports de Goldfinger, sur les qualités journalistiques de monsieur Berruyer,….
        Cela me ravit. Et, je comprends que votre emploi du temps ne vous permet pas d’accélérer votre contribution. Sachez que personnellement, je respecte vos sentiments et je ne doute pas de votre honnêteté intellectuelle (seulement des divergences de points de vue). Et que je suis convaincu que votre (comme tout autre, dont la mienne) approche aboutira avec le temps à la meilleure des compréhensions, et des décisions. C’est vrai, pas facile de s’y retrouver….Faisons l’avenir ensemble (votre apport est sans conteste, considérable) et méfions-nous de l’histoire (valeur scientifique).
        Cdlt.


        • Philippe Jourdon Le 26 avril 2014 à 14h43
          Afficher/Masquer

          Simplement merci!

          Philippe Jourdon

          PS. je vous réponds directement car cette fois la fin de votre émission avance l’option “réponse”


  12. Ray Le 13 août 2014 à 02h37
    Afficher/Masquer

    Il semblerait que Kiev cherche une catastrophe :
    http://gaideclin.blogspot.fr/


  13. PA.Québec Le 13 août 2014 à 05h48
    Afficher/Masquer

    La page
    [Exclusif] Laurent Fabius contre Colombo…

    ne mène nulle part (introuvable).


  14. Macarel Le 13 août 2014 à 08h54
    Afficher/Masquer

    Je sais que c’est hors sujet, mais je pense que c’est important dans l’actualité :

    La militarisation des forces de police aux USA.

    http://www.zerohedge.com/news/2014-08-12/ferguson-america-there-brewing-problem-and-its-extremely-dangerous


    • Macarel Le 13 août 2014 à 08h56
      Afficher/Masquer

      Bien que…puisque l’on parle de Colombo, ses successeurs ne se déplacent plus avec une vieille peugeot.


  15. sempervivens Le 13 août 2014 à 09h25
    Afficher/Masquer

    Important article dans The Telegraph de Londres consacré au bataillon Azov

    “La brigade néo-nazie qui combat contre les séparatistes pro-russes”

    http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/ukraine/11025137/Ukraine-crisis-the-neo-Nazi-brigade-fighting-pro-Russian-separatists.html

    Mieux vaut tard que jamais …. Les sanctions de Vladimir Poutine contre l’Occident n’y seraient-elles pas pour quelque chose ?


    • theuric Le 13 août 2014 à 14h23
      Afficher/Masquer

      Non, ce serait plutôt la marque de la faiblesse U.S..
      La position géostratégique de l’Angleterre fait qu’elle doit toujours avoir un temps d’avance sur les autre pays européens et est une raison majeur de son agressivité.
      Il y a un renversement d’alliance qui se produit actuellement mais celui-ci est discret, du-moins pour les peuples qui ne comprendraient pas un trop rapide retournement.
      L’Albion va tout doucement poursuivre son décrochage d’un état U.S. finissant et Nigel Farage sera, dans pas longtemps, dépassé par des partis plus radicaux que le sien, si ce n’est celui du Labour Party qui pourrait virer sa cuti.
      C’est avec logique, et non pas raison, que ce qui fut les empires centraux craignent la Russie, Allemagne comprise, leurs faiblesses structurelles sont importantes et celles démographiques centrales.
      De plus, l’Allemagne n’a toujours pas digéré sa réunification et n’est pas sûr que l’empire d’Autriche-Hongrie ne rêve pas de se recomposer.
      Ce que nos euromaniaques ont oublié ce sont les peuples qui reste la dynamique d’un pays, quoi qu’il se passe.
      Une certaine force d’inertie fait qu’un système politique dépassé se prolonge au-delà du raisonnable mais cela ne donne qu’une apparence de stabilité.
      De plus, en temps de crise première, la tendance se fait le plus souvent sur un retour à des bases anciennes, sur un noyau d’invariants sociologiques.
      Tout se joue aux U.S.A., tout le monde le sait, du-moins les décideurs, c’est pourquoi ces accords transatlantiques inutiles qui n’ont que de but que de retarder ce déclin inéluctable.
      Cet immense pays se désagrège de plus en plus rapidement et chacun essaie de se tirer au mieux de ce qui est pour les eurolâtre une catastrophe.
      Chacun de ceux-ci tire donc la couverture à lui, pour lui-même ou pour son pays, hormis les plus dogmatiques pris dans un processus de déni, ces derniers se reconnaîtrons en raison de leur réactions délirantes ou hors de propos (ce qui pourrait expliquer celles de Monsieur Levy en Ukraine).
      Tout cela pour montrer que des tensions majeures sont entrain de se produire au sein de l’U.E. et que les chefs d’état reprennent progressivement leurs billes suivant les intérêts géographiques de leur nation respectives tout en craignant encore autant les réactions courroucées de Tonton Sam que de sa disparition prochaine.
      Et si la Pologne se montre si agressive à l’égard de la Russie de Poutine c’est justement parce qu’elle se sait, bientôt, encore une fois, seule au milieu de ces deux géants que sont les russes et les empires centraux, ceci à tord ou à raison.

      Les pays européens ne pourront pas ne pas se réarmer dans un très court laps de temps, essentiellement dépendant de la date ou l’union américaine montrera sa totale déchéance.
      La


      • theuric Le 13 août 2014 à 14h45
        Afficher/Masquer

        Les structures politiques anciennes qui prévaux en U.E. ne pourront pas suivre les rapides bouleversements qui surviendront à cet instant, elles qui se montrent déjà largement inadaptées au proche-Orient, voire en Ukraine.
        Les industriels et économistes néolibéraux ne comprendront pas, pour la plupart, les événements suivant l’effondrement de l’économie occidentale et, tout de même, dans une moindre mesure, du reste du monde (moindre grâce aux événements ukrainiens), il y aura donc un moment de flottement, accompagnés de réactions hystériques, voire pires de nos décideurs économiques et politiques pour ceux des plus dogmatiques.
        La seule chose que puisse encore faire les Amériques c’est de montrer à la face du monde qu’ils sont toujours dans la capacité d’agir et tant qu’ils détiennent un semblant de puissance, l’U.E. tiendra ou, plutôt, elle va se désagréger au même rythme que son créateur, c’est ce à quoi nous assistons actuellement où les dissensions se renforcent entre l’Europe du sud et celle du nord et où devient visible l’incapacité de décision de cette union.

        Bon, c’est un peu dans le désordre mais les idées y sont.


  16. David D Le 13 août 2014 à 15h36
    Afficher/Masquer

    Mitterand aurait peut-être dû en parler avec Fabius à l’époque, s’occuper de l’instruire en Histoire.
    Sinon, plus sérieusement, l’allusion au sort des centrales nucléaires me fait me ressouvenir du cas de la centrale nucléaire d’Ignalina en Lithuanie. Une centrale sur le modèle de celle de Tchernobyl qu’il était question de fermer et dont la survie se prolongeait.
    Elle a été fermée en 2009 et le nucléaire viendra désormais d’une centrale finlandaise d’après la page Wikipédia suivante consacrée au sujet.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Centrale_nucl%C3%A9aire_d'Ignalina

    J’ajoute quelques éléments d’information qui ne figurent pas sur la page Wikipédia et qui ont leur importance politique.

    La centrale nucléaire avait été construite en gros pour les trois états baltes, mais il avait fallu choisir un territoire et ce fut la Lithuanie. En effet, on voit que les lithuaniens ont été invités à un référendum sur son maintien (une prolongation), que la Lithuanie était fortement dépendante du nucléaire, que la centrale était à eux. En réalité, c’était par la création de trois Etats indépendants qu’elle devenait lithuanienne et non plus la centrale des trois états baltes.
    L’idée de construire une nouvelle centrale posait problème, puisqu’il fallait desservir les trois Etats et qu’on se demandait si la centrale devait être dirigée par l’état lithuanien ou bien être sous une gouvernance des trois états baltes, ce qui diminuait les risques de corruption.
    Voilà juste pour info.


  17. sempervivens Le 13 août 2014 à 15h59
    Afficher/Masquer

    Je signale un excellent article sur le site mondialisation.ca qui développe la thèse du MH17 abattu par un avion de chasse ukrainien.

    Il serait bon de reprendre cet article sur ce site avec l’autorisation du site canadien.

    http://www.mondialisation.ca/le-vol-mh-17-abattu-par-un-avion-de-chasse-ukrainien/5395582


    • theuric Le 13 août 2014 à 17h01
      Afficher/Masquer

      C’est plus qu’un excellent article, c’est quasiment une accusation.
      Il est d’une importance considérable parce qu’il ouvre un grand nombre de conjecture sur l’appréhension des gouvernements internationaux et, sûrement, européens des événements ukrainiens et, surtout, de la position de chacun.
      Soyez sûr que le gouvernement malaisien sait de quoi il en retourne.
      Oserais-je dire que la décision mondiale de ne plus utiliser le dollar vient de la défiance de gouvernements de plus en plus nombreux pour Tonton Sam et de tous ses affidés?
      Il est toujours des bornes à ne pas dépasser, celle-ci le fut, autant les exécutants que les instigateurs seront punis, certes, pas directement, mais nous en voyons les premiers signes pour nos fruits et légumes.
      Et le dollar n’en est pas en reste, quand à l’euro, cette crotte de nez monétaire…
      Il est vrai que mettre en place une nouvelle parité monétaire prendra du temps mais, en réalité, ce n’est pas cela qui compte, la seule crainte d’un dollar devenu persona non grata dans le monde suffis aux (dés)investisseurs pour qu’ils se débarrassent de cette monnaie et de tous les financement qui y sont liés.
      Il me semble que longtemps dans le futur sera étudié la fin de l’empire américain par des historiens intrigués par tant de désinvoltures et d’inconséquences.


      • theuric Le 13 août 2014 à 17h16
        Afficher/Masquer

        Je tiens à préciser que selon un lien laissé ici par un commentateur, près du quart de la population étasunienne serait au chômage.
        Le gouvernement de Monsieur Obama est aux aboies et son pays part à vau-l’eau.
        Si ce n’est que ses capacités malveillantes sur nos économies (n’oublions pas que le C.A.C. 40 est localisé à New-York), les U.S.A. ne représentent même plus qu’une monnaie en déshérence et une armée en débandade.


Charte de modérations des commentaires