Fantastique interview de 1998, dont il est fascinant de voir qu’elle n’a eu aucun impact dans notre mémoire collective…

Rappelons que Zbigniew Brzezinski était le conseiller du président Carter pour les affaires de sécurité – et que Barack Obama l’a nommé conseiller aux affaires étrangères lors de sa campagne présidentielle…

Bref, c’est bien tous le problème des “complots” : des fois, ils existent bel et bien !

Source : Le Nouvel Obs, 15/01/1998

Le Nouvel Observateur : L’ancien directeur de la CIA Robert Gates l’affirme dans ses Mémoires : les services secrets américains ont commencé à aider les moudjahidine Afghans six mois avant l’intervention soviétique. A l’époque, vous étiez le conseiller du président Carter pour les affaires de sécurité. Vous avez donc joué un rôle clé dans cette affaire ? Vous confirmez ?

Zbigniew Brzezinski : Oui. Selon la version officielle de l’histoire, l’aide de la CIA aux moudjahidine a débuté courant 1980, c’est-à-dire après que l’armée soviétique eut envahi l’Afghanistan, le 24 décembre 1979.

Mais la réalité gardée secrète est tout autre : c’est en effet le 3 juillet 1979 que le président Carter a signé la première directive sur l’assistance clandestine aux opposants du régime prosoviétique de Kaboul. Et ce jour-là j’ai écrit une note au président dans laquelle je lui expliquais qu’à mon avis cette aide allait entraîner une intervention militaire des Soviétiques.

Le Nouvel Observateur : Malgré ce risque vous étiez partisan de cette « covert action » (opération clandestine). Mais peut-être même souhaitiez-vous cette entrée en guerre des Soviétiques et cherchiez-vous à la provoquer ?

Zbigniew Brzezinski : Ce n’est pas tout à-fait cela. Nous n’avons pas poussé les Russes à intervenir, mais nous avons sciemment augmenté la probabilité qu’ils le fassent.

Le Nouvel Observateur : Lorsque les Soviétiques ont justifié leur intervention en affirmant qu’ils entendaient lutter contre une ingérence secrète des Etats-Unis en Afghanistan, personne ne les a crus. Pourtant il y avait un fond de vérité. Vous ne regrettez rien aujourd’hui ?

Zbigniew Brzezinski : Regretter quoi ? Cette opération secrète était une excellente idée. Elle a eu pour effet d’attirer les Russes dans le piège Afghan et vous voulez que je le regrette ? Le jour où les Soviétiques ont officiellement franchi la frontière, j’ai écrit au président Carter, en substance : « Nous avons maintenant l’occasion de donner à l’URSS sa guerre du Vietnam. » De fait, Moscou a dû mener pendant presque dix ans une guerre insupportable pour le régime, un conflit qui a entraîné la démoralisation et finalement l’éclatement de l’empire soviétique.

Le Nouvel Observateur : Vous ne regrettez pas non plus d’avoir favorisé l’intégrisme islamiste, d’avoir donné des armes, des conseils à de futurs terroristes ?

Zbigniew Brzezinski : Qu’est-ce qui est le plus important au regard de l’histoire du monde ? Les talibans ou la chute de l’empire soviétique ? Quelques excités islamistes où la libération de l’Europe centrale et la fin de la guerre froide ?

Le Nouvel Observateur : Quelques excités ? Mais on le dit et on le répète : le fondamentalisme islamique représente aujourd’hui une menace mondiale.

Zbigniew Brzezinski : Sottises. Il faudrait, dit-on, que l’Occident ait une politique globale à l’égard de l’islamisme. C’est stupide : il n’y a pas d’islamisme global. Regardons l’islam de manière rationnelle et non démagogique ou émotionnelle. C’est la première religion du monde avec 1,5 milliard de fidèles. Mais qu’y a-t-il de commun entre l’Arabie Saoudite fondamentaliste, le Maroc modéré, le Pakistan militariste, l’Egypte pro-occidentale ou l’Asie centrale sécularisée ? Rien de plus que ce qui unit les pays de la chrétienté.

———————————————–

(1) “From the Shadows”, par robert gates, Simon and Schuster

(2) Zbigniew Brzezinski vient de publier “Le Grand Échiquier”, Bayard éditions

Source : Le Nouvel Observateur, 15/01/1998
Traduction en anglais :

Question: The former director of the CIA, Robert Gates, stated in his memoirs [“From the Shadows”], that American intelligence services began to aid the Mujahadeen in Afghanistan 6 months before the Soviet intervention. In this period you were the national security adviser to President Carter. You therefore played a role in this affair. Is that correct?

Brzezinski: Yes. According to the official version of history, CIA aid to the Mujahadeen began during 1980, that is to say, after the Soviet army invaded Afghanistan, 24 Dec 1979. But the reality, secretly guarded until now, is completely otherwise Indeed, it was July 3, 1979 that President Carter signed the first directive for secret aid to the opponents of the pro-Soviet regime in Kabul. And that very day, I wrote a note to the president in which I explained to him that in my opinion this aid was going to induce a Soviet military intervention.

Q: Despite this risk, you were an advocate of this covert action. But perhaps you yourself desired this Soviet entry into war and looked to provoke it?

B: It isn’t quite that. We didn’t push the Russians to intervene, but we knowingly increased the probability that they would.

Q: When the Soviets justified their intervention by asserting that they intended to fight against a secret involvement of the United States in Afghanistan, people didn’t believe them. However, there was a basis of truth. You don’t regret anything today?

B: Regret what? That secret operation was an excellent idea. It had the effect of drawing the Russians into the Afghan trap and you want me to regret it? The day that the Soviets officially crossed the border, I wrote to President Carter. We now have the opportunity of giving to the USSR its Vietnam war. Indeed, for almost 10 years, Moscow had to carry on a war unsupportable by the government, a conflict that brought about the demoralization and finally the breakup of the Soviet empire.

Q: And neither do you regret having supported the Islamic fundamentalism, having given arms and advice to future terrorists?

B: What is most important to the history of the world? The Taliban or the collapse of the Soviet empire? Some stirred-up Moslems or the liberation of Central Europe and the end of the cold war?

Q: Some stirred-up Moslems? But it has been said and repeated Islamic fundamentalism represents a world menace today.

B: Nonsense! It is said that the West had a global policy in regard to Islam. That is stupid. There isn’t a global Islam. Look at Islam in a rational manner and without demagoguery or emotion. It is the leading religion of the world with 1.5 billion followers. But what is there in common among Saudi Arabian fundamentalism, moderate Morocco, Pakistan militarism, Egyptian pro-Western or Central Asian secularism? Nothing more than what unites the Christian countries.

Translated from the French by Bill Blum

---

40 réponses à « Oui, la CIA est entrée en Afghanistan avant les Russes … » par Zbigniew Brzezinski

Commentaires recommandés

sgmsg Le 08 décembre 2015 à 07h40

“Qu’est-ce qui est le plus important au regard de l’histoire du monde ? Les talibans ou la chute de l’empire soviétique ? ”

Effectivement. depuis l’éclatement de l’URSS, le monde est moins pollué, le monde est moins peuplé, les élus ne sont pas à la solde d’une poignée d’individus, l’Europe n’est pas sur le bord de guerre civile, la Grèce, berceau de la démocratie, est habitée par des hommes fiers et libres, le Moyen-Orient n’est pas à feu et à sang, la PAX AMERICANA, nous a libéré des flots de réfugiés, il n’y a pas le tiers de la population états-uniennes qui est sacrifiée comme chair à canon économique dans une offensive toute azimuts, il n’y a aucun risque affrontement nucléaire ni avec la Chine, ni avec la Russie, nous n’avons jamais eu autant de liberté, et si peu surveillé…

Amen

  1. grub Le 08 décembre 2015 à 03h31
    Afficher/Masquer

    Non, il ne va pas regretter un million de morts afghans.
    Je ne pense pas qu’il ait gagné un peu d’humanisme pour le cas de l’Ukraine.

    Quant à l’extrémisme musulman, vu que nos chers élites américaines, en sont les principaux créateurs et qu’ils s’en servent quand ça leur est utile, il ne risque pas de s’en inquiéter c’est sûr.


    • ovuef2r Le 08 décembre 2015 à 11h17
      Afficher/Masquer

      Ces points de vue circulent depuis peut être 10 ans. L’idée est que les psychopates se repèrent entre eux et se font la courte échelle pour grimper dans toutes les hiérarchies finissant ainsi par arriver au pouvoir dans la plupart des organisations : politiques, religieuses, financières, commerciales, administratives …


      • Chris Le 08 décembre 2015 à 12h25
        Afficher/Masquer

        En effet. Et qui plus est, choisis et coptés par la finance internationale (*) qui poursuit sa feuille de route du Nouvel Ordre Mondial (dixit Rockfeller). La boucle est bouclée.
        * à qui fut remise la clé des royaumes en 1913 avec la création de la Fed, banque privée rappelons-le.


      • Michel Ickx Le 08 décembre 2015 à 17h55
        Afficher/Masquer

        “La ponérologie politique”
        http://pilulerouge.com/shop/pp/

        Pourquoi nous nous laissons gouverner par un petit groupe de grands malades.

        Le bon diagnostique de nos problèmes d’origine politique, économique et sociale devrait logiquement nous conduire au traitement de la contamination qui nous mine.

        Un de quelques livres essentiels pourle vingt-et-unième siècle.


    • Vasco Le 08 décembre 2015 à 13h19
      Afficher/Masquer

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Tittytainment

      Ou l’on reparle de notre cher Zbigniew Brzezinski et d’une conférence à l’Hôtel Fairmont en 1995.


  2. bluetonga Le 08 décembre 2015 à 07h16
    Afficher/Masquer

    On pourrait lui reposer la question aujourd’hui, lui redemander s’il regrette d’avoir joué avec des allumettes tout près de la meule de foin. Mais ça m’étonnerait : c’était Brzezinski qui piaulait le plus fort lorsque les Russes ont commencé à bombarder les rebelles “modérés” en Syrie en octobre, déclarant que les USA devaient protéger leurs “assets” (ressources, investissements) si nécessaire – ce qu’ils ont probablement fait par Turcs interposés.

    Et voilà donc le genre de bonhomme qui constitue nos élites : un type pour qui les gens ne sont que des pions, et qui se fout du sang versé au nom de son idéologie. Leur liberté, notre sang et nos vies.


    • Choupinet Le 08 décembre 2015 à 10h15
      Afficher/Masquer

      Voir les gens comme des pions n’est pas tellement le problème, la plupart des hommes d’état ont été, sont et seront comme ça, cynique et froids (Churchill, par exemple, a été bien utile tel quel) Sûr, on n’en fera pas des amis, mais ce n’est pas ce qu’on leur demande.

      Le problème est l’aveuglement, l’incapacité de remettre en question une politique malgré les faits, la certitude d’avoir raison d’ajouter de l’essence pour éteindre l’incendie.


  3. Crapaud Rouge Le 08 décembre 2015 à 07h40
    Afficher/Masquer

    J’espère qu’il y aura quelqu’un pour mettre à jour Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Afghanistan#1978-1992_:_Invasion_sovi.C3.A9tique qui dit simplement : “Une partie des Afghans entre en résistance contre le pouvoir central soutenu massivement par l’Union soviétique et fomente un nouveau coup d’État le 28 décembre 1979, ce fut le début de la première guerre d’Afghanistan. Babrak Karmal devient président. L’Union soviétique soutient le nouveau régime et intervient massivement à partir de janvier 1980 pour reprendre le contrôle des zones rebelles (Sud-Est du pays principalement). Une vive résistance nationale se met en place face à un occupant soviétique qui ne s’attendait pas à une telle réaction.” : pas l’ombre de la CIA. Mais Brzezinski dit-il la vérité dans cette interview ?


  4. sgmsg Le 08 décembre 2015 à 07h40
    Afficher/Masquer

    “Qu’est-ce qui est le plus important au regard de l’histoire du monde ? Les talibans ou la chute de l’empire soviétique ? ”

    Effectivement. depuis l’éclatement de l’URSS, le monde est moins pollué, le monde est moins peuplé, les élus ne sont pas à la solde d’une poignée d’individus, l’Europe n’est pas sur le bord de guerre civile, la Grèce, berceau de la démocratie, est habitée par des hommes fiers et libres, le Moyen-Orient n’est pas à feu et à sang, la PAX AMERICANA, nous a libéré des flots de réfugiés, il n’y a pas le tiers de la population états-uniennes qui est sacrifiée comme chair à canon économique dans une offensive toute azimuts, il n’y a aucun risque affrontement nucléaire ni avec la Chine, ni avec la Russie, nous n’avons jamais eu autant de liberté, et si peu surveillé…

    Amen


  5. Owen Le 08 décembre 2015 à 08h21
    Afficher/Masquer

    Beaucoup de morgue.

    A rapprocher du “Je pense que ça en valait la peine” de Madeleine Albright concernant la mort de 500 000 enfants durant l’embargo US contre l’Irak, ou bien du plaisir de victoire de Hillary Clinton à la mort de Mouamar Kadhafi: “Nous sommes venus, nous avons vus, il est mort”.

    Ces dirigeants US ont ces traits calmes des grands fauves prédateurs, conscients d’être au sommet du monde animal.
    A l’évidence, la diplomatie française (du moins quand elle existait encore, jusqu’à la présidence de Jacques Chirac) n’était pas faite du même bois: les pays du monde n’étaient pas une vaste réserve de proies disponibles.

    Ce qui peut surprendre à nos yeux, est que Donald Trump, personnage “baroque” aux blagues du registre vulgaire, semble s’inscrire dans le courant isolationniste américain, en sommeil depuis l’attaque de Pearl Harbor. (Pour rappel, il souhaite s’entendre avec Vladimir Poutine, reproche les guerres faites en Irak, déclare que la Syrie ne le concerne pas…)
    Ce milliardaire sait que pour faire de bonnes affaires, on amadoue ou on entourloupe une personne, un groupe, un pays, mais on ne lui fait pas perdre la face.
    Le raisonnement d’un cynique n’est pas le même que celui de quelqu’un qui a une foi exceptionnaliste.
    C’est peut-être ce qui agite les électeurs américains: le choix entre la trivialité de Trump ou la supériorité glaçante de Clinton…


  6. BEYER Michel Le 08 décembre 2015 à 09h02
    Afficher/Masquer

    Cynique c’est certain….mais bête j’en doute…Je dirais plutôt une intelligence supérieure au service d’une mauvaise cause.


    • Lysbeth Lévy Le 08 décembre 2015 à 09h51
      Afficher/Masquer

      Et bien j’ose dire que ce type est le fils spirituel d’Hitler dans toute sa splendeur, car depuis 40 ans, il a oeuvré au service des intérêts stratégique, économique, politique du “leadership américain” dans le monde entier.
      Ce qui veut dire qu’il est la Mort, ayant transformer des régions entières en cimetières, si on fait le compte de tout ce type a tué plus de gens que Hitler et toute sa clique…L’image du docteur Folamour lui va comme un gant.

      Entre sa copine Albrigth et Bush, CLinton, Obama avec leur théorie de “l’humanitarisme des cimetières” comme disait Boniface Musuwali, les anciens dictateurs, sont des “petits bras”, les gens qui nous gouvernent ne valent pas mieux voir pire car ils invoquent l’humanitaire pour assassiner des peuples entiers ! IL faut écouter Chomsky quand il en parle de ces “terroristes” soit disant démocrates.

      La haine monte aussi envers les “américains” et c’est pas par “anti-américanisme” primaire, mais bien parce que partout ou leurs armées passent, c’est la civilisation qui trépasse.

      Les citoyens américains eux même savent que leurs “boys ” sont engagés dans des conflits sans fin, lancé a partir du 11 septembre 2001 la plus grosse escroquerie du siècle ils vont en payer le prix fort à un moment donné.!..Si un jour il y a une réelle enquête sur ce “casus belli” crée de toute pièce (selon moi) on aura des noms de gens au service du gouvernement américain.


    • Günter Schlüter Le 08 décembre 2015 à 14h31
      Afficher/Masquer

      Pour comprendre ces cas, je conseille la lecture du livre du psychologue polonais Andrew M. Lobaczewski “Ponérologie Politique, Étude de la genèse du mal, appliqué à des fins politiques”. Une saine lecture…


      • Lysbeth Lévy Le 08 décembre 2015 à 16h50
        Afficher/Masquer

        Oui excellent conseil, mais j’ai tellement de livres à lire et si peu de moyens, il me faut attendre mais un livre de Pierre Péan, ou Labévière, Eric Laurent (pris au piège recemment) valent plus que 20 ans de journaux télévisés, écrits ou dessinés.!!

        Ce qui est absolument certain, c’est qu”il y a de “bons livres” révélant des faits que beaucoup auraient du mal à croire, mais il faut avoir de l’argent a un “certain niveau” .
        Je conseilles d’aller voir aussi à Emmaus car souvent lors d’ arrivage chaque mardi, on peut tomber sur des livres précieux “sus nommés” a deux ou trois euro seulement.

        La lecture de livres disant la vérité devrait être remboursé par la Sécurité Sociale !!..


        • Tanguy Le 08 décembre 2015 à 23h18
          Afficher/Masquer

          Il y a surtout les bibliothèques publiques!! Nous avons déjà acheté, collectivement, presque tous les livres écrits.

          La mise en commun et le partage sont deux des clés du monde meilleur de demain qui existe déjà potentiellement aujourd’hui.


  7. Lt Anderson Le 08 décembre 2015 à 09h14
    Afficher/Masquer

    “Fantastique interview de 1998, dont il est fascinant de voir qu’elle n’a eu aucun impact dans notre mémoire collective…”

    Le XXIe siècle s’inscrit sous le signe du poisson rouge.


  8. groucho Le 08 décembre 2015 à 09h21
    Afficher/Masquer

    Quand on vous dit que l’histoire officielle est complètement trafiquée…
    Le tout est de trouver jusqu’à quel point. Surprises garanties ! Et pas des petites…


  9. Nerouev Le 08 décembre 2015 à 09h31
    Afficher/Masquer

    Sa haine ce n’est pas que la chute de l’Empire soviétique, c’est la Russie et il a trouvé aux USA chaussure à son pied car ils ont besoin éternellement d’un ennemi, d’où sa longévité et la continuation de sa hargne.


    • languedoc30 Le 08 décembre 2015 à 21h20
      Afficher/Masquer

      Vous avez tout à fait raison, ce vieillard de 87 ans, la haine ça conserve, d’une russophobie apocalyptique, s’il avait pu effacer la Russie de la carte il l’aurait fait, mériterait l’enfer s’il existait. Si seulement il montrait ne fut-ce que l’ombre de l’ombre d’un remord, mais non, il est fier de ce qu’il a fait et si c’était à refaire il le referait, pouah!!


  10. Denis974 Le 08 décembre 2015 à 10h08
    Afficher/Masquer

    c’est bien ce que je pensais le problème n’est pas religieux, la religion n’est qu’un paravent pour cacher les manœuvres des plus riches pour voler les plus modestes et d ‘écraser ceux qui ne sont pas d’accord…


  11. Germain Le 08 décembre 2015 à 10h20
    Afficher/Masquer

    Le général Jean-Bernard Pinatel : “Les américains veulent rester les maîtres du monde”.

    https://www.youtube.com/watch?v=iS3Oeq3bw3Y


  12. Alter Le 08 décembre 2015 à 11h05
    Afficher/Masquer

    C’est top de voir un article dessus car j ‘ai lu cet article en 2001, après les attentats du 11 sept.

    Et la phrase “Qu’est-ce qui est le plus important au regard de l’histoire du monde ? Les talibans ou la chute de l’empire soviétique ? Quelques excités islamistes où la libération de l’Europe centrale et la fin de la guerre froide ?” prends alors tout un sens différent.

    La moralité est que le pouvoir (la droite et la “goooche”) utilisent l’extrême droite pour ses basses besognes, y compris l ‘extrême droite fondamentaliste et religieuse, quitte à se prendre des attentats sur son territoire après divergence de stratégie, lorsque les couillonnés s’aperçoivent qu’ils le sont.

    Tiens tiens, peut être aussi une ressemblance avec Daesh, qui finalement vient faire des attentats à Paris, alors que au début, le régime Syrien était le grand ennemie.

    Des gens comme ca n’envoie pas leur enfant en Irak, mais envoie toute la classe populaire se faire dézinguer pour un “patriotisme” propagandiste alors qu’il ne sont que le simple rouage d’une géostratégie plus globale.

    La plupart des attentats intérieurs sont le résultat d’erreur tactique et stratégique de nos Etats, des gouvernements passés et actuels.

    Même la mort de Georges Besse est semble t il attribué à un règlement de compte entre l’Iran et la France. En effet, la France remboursa le soir même les 330 millions de dollars à l’Iran pour Eurodif (fondé par Georges Besse). Les attentats de l’époque en France et le non-paiement de la dette de la France à l’Iran concernant sa participation à Eurodif serait du au refus non officiel de fournir toute livraison d’uranium enrichi. L’Iran avait avant la mort de Georges Besse 10 % de Eurodif.
    Ce qui responsabilise la stratégie de la France sur les attentats des années 80.

    Tout est dit !


  13. papy Le 08 décembre 2015 à 11h45
    Afficher/Masquer

    Quand les américains n’y arrivent pas avec le pognon et la corruption, ils sont obligés d’utiliser des mercenaires et ils arrivent toujours à leurs fins … ils viennent de reprendre l’Argentine et le Venezuela !


  14. Lt Anderson Le 08 décembre 2015 à 11h51
    Afficher/Masquer

    Et pour ceux qui s’étonnent que cet article de 1998 soit passé inaperçu, il faut rappeler le contexte.
    1998 c’est :
    – Le boom naissant de la « net-économie »,
    – Le boom de l’économie chinoise,
    Mais surtout :
    – La confirmation de l’économie « mondialisée »,
    – La Russie qui s’effondre vers la récession,
    – Le triomphe de TINA,
    Et le plus important :
    – Le boom économique des USA.

    Qui donc aurait pris le risque de gâcher la fête ?


    • Lysbeth Lévy Le 08 décembre 2015 à 16h32
      Afficher/Masquer

      One point !

      Bien vu Mr Anderson, la “contextualisation” est importante sinon on ne comprends pas ..Et oui moi aussi j’ai été très étonné de voir que personne en France n’a réagit sur ce qu’a dit Zbig alors qu’il révèle la vérité, on fait toujours comme si les Russes soviétiques avaient été battus par l’armée de libération afghane.! Oh que c’est beau même Reagan disait du bien de ces afghan religieux de “vrais bons gars” !.

      .Bref la propagande continuelle des mainstream pèse plus qu’une bonne vérité dite pourtant sur le Nouvel Obs ! Par contre aux Usa, quand cette interview de Zbig a été révélée, elle a fait un scandale, surtout dans les familles de militaires qui se sont engagés juste après l’attentat du 11 septembre 2001 par vengeance ou désir patriotique de défendre la patrie lâchement attaquée par des terroristes venant du fond des “grottes” afghanes !!

      Savoir que les afghans des années 90 les “talibans” ont été entrainés par la CIA et les enfants éduqués dans des madrasas avec des livres américains (USAID) ou la principale idéologie pour contrer les “athées” russes” communistes était le “wahhabisme” de la secte islamiste saoudienne. peu apprécié par les “boys” pour son radicalisme musulman unique.

      Une fois les mécréants russes, communistes repoussés, les “valeureux afghans” se sont retourné contre l’Amérique et ces “boys”, ces soldats américains portant haut “les valeurs” supposés de “démocratie et liberté” made in américa!”!

      Stupeur, être tué, avoir donné la vie à des enfants américains finalement assassinés pour du pétrole et surtout avec l’aide “américaine” !!http://www.ghefley.com/2015/07/how-generations-were-raised-to-believe.html

      https://supportdanielboyd.wordpress.com/usa-printed-textbooks-support-jihad-in-afghanistan-and-pakistan/

      Pire la conception du “Djhad” fut bien une création américaine selon cet enquêteur.(par d’autres par la suite a propos de la Yougoslavie) http://emperors-clothes.com/news/abc.htm..

      Avant l’installation du wahhabisme dans ces pays “l’islam traditionnel”, soufi, suunite étaient les seules vraies religions “soft” dans leur pratique. Preuve en est que ce “wahhabisme”, cet anti-islam, n’est pas sorti de terre, de façon “génération spontanée” mais bien par “prosélytisme forcée” quand on pense aux madrasas financés par l’Arabie Saoudite en Afghanistan, Pakistan, et en Yougoslavie dès les années 80 d’abord a 2000 et de nos jours aussi en Albanie ou Kosovo !!

      Des armes américaines tuaient des soldats américains, des soldats ou mercenaires afghan entrainés par les “conseillers militaires” akaa CIA tuaient des “boys” avec leur propre technique !

      Et voilà comment des milliers de soldats américains qui de bonne foi se sont engagés, fait le sacrifice de leur vie, engagés leur famille dans le drame de leur vie gâchée, tout ça pour des intérêts pécuniers, “calculs” commerciaux : le pétrole; mais aussi stratégiques, contre un pays “ennemi suprême diabolique” de la seule “nation indispensable” au monde par ces valeurs de démocratie, de liberté, de puissance.

      Le déniaisement d’une génération a éclatée et Mr Brzezinski a protesté, noblesse oblige, contre cette accusation d’avoir fait rentré le Diable dans la maison, de l’avoir nourri, et d’avoir profité de la générosité des boys, des “fils du pays”. .Lui cet “américain-polonais” tout droit sorti de la “vieille Europe”, la “mitteleuropa” avait osé “armé le pistolet qui a tiré dans la tempe d’un boy pur jus !
      attention là je présume fortement :

      – Je pense que Zbigniew Brzezinski aurait répondu en privé :.

      Z.B : “Oh my God, non sens” !!. Qu’est ce qui compte ? Des millions de “djhadistes” mercenaires pour notre compte personnel ; a moindre cout ” ? Ou les quelques milliers de vie de boys “dégénérés”,”pions” engagés tout juste bon “pour nos plans de géopolitique ” $$$$$ ??….


      • Michel Ickx Le 08 décembre 2015 à 18h30
        Afficher/Masquer

        Merci Lisbeth,

        Ces “boys” américains je les ait connus bien que très jeune alors. Certains sont venus déjeuner chez nous à la libération car ma soeur ainée, de 12 ans plus agée que moi, était volontaire pour les acueillir.

        Ces boys, la majorité idéalistes et vraiment très bien éduqués, nous ont envoyé des cartes de voeux pour noël durant des années.

        J’ai souvent pensé combien ils avaient été trahis par des scélérats au pouvoir: les terroristes qui ont utilisé l’arme nucléaire sur des civiles alors qu’ils auraient pu en faire la démonstration dans le désert.


    • Subotai Le 08 décembre 2015 à 16h48
      Afficher/Masquer

      Moi!
      Grosse discussion dans l’entreprise informatique où je travaillais, quand j’ai annoncé le début de la fin.

      Hubris a son comble, voir Messier à la télé, entendre des “économistes” dire que la pompe à croissance étant amorcée, elle ne pourrait plus s’arrêter.

      J’ai dit c’est fini, c’est foutu, parce que, quand les choses atteignent l’apogée, elle ne peuvent plus que décliner…


  15. ThylowZ Le 08 décembre 2015 à 13h25
    Afficher/Masquer

    En parlant de complot, il est très désagréable de constater cette vision binaire de l’information dans les médias : soit on croit ce qu’ils racontent et on ne se pose pas de question sur ce qu’ils ne racontent pas, soit on est “complotiste”. C’est franchement agaçant, cette multiplication des points Godwin qui exonère toute personne d’argument ==> “vous êtes fachiste/complototiste/pétainiste/extrémiste/anarchiste/conservateur/blablablabla”.

    C’est très pratique, et c’est la plupart sorti à toute remise en cause un peu gênante.


    • Alfred Le 08 décembre 2015 à 20h15
      Afficher/Masquer

      Dans mes conversations sur ce sujet je dis: “connaissez vous les mentistes?
      Les quoi?
      Les mentistes: les gens qui dénoncent les mensonges.
      Pff. C’est stupide. C’est moche. C’est même pas français”. C’est la réaction spontanée. Très vite les gens voient le peige et se ferment comme des huîtres. Plus trop envie de discuter car ils “savent” au fond d’eux même: menteur=pas bien donc mentiste bien. Complotiste = pas bien donc comploteur = b.. Bien?! Erreur 404
      Les mots ont un sens et c’est bien dommage pour certains.
      Le conditionnement pavlovien a parfaitement fonctionné sur ce sujet. Les gens “bavent” — pas bien — dés qu’ils entendent une clochette comme une chaîne de mot telle que –voir des mensonges partout– ou le simple mot –complot–.
      Après impossible d’aller plus loin.
      Il faut ruser et aller à l’erreur 404 par des voies détournées..


  16. Alae Le 08 décembre 2015 à 13h35
    Afficher/Masquer

    “Qui pourrait me conseiller sur la théorie du complot qui dit que les states sont responsables de mai 68 par l’intermédiaire de l’extrême gauche ?”

    Un bon dossier non conspirationniste :
    http://lesmoutonsenrages.fr/2014/02/17/de-pompidou-a-hollande/


    • Alter Le 08 décembre 2015 à 14h35
      Afficher/Masquer

      Pas terrible l’analyse du contributeur principal « Benji », des Montons Enragés.

      Mai 68 est très complexe. Et puis il y a Juin 68 : 9 millions de grévistes (3 fois plus que lors du Front Populaire de 1936), les patrons la peur au ventre, …

      Que le départ de De Gaulle soit opportuniste pour les USA, je ne dis pas le contraire.
      De toute façon, les USA ne supportait pas De Gaulle depuis le début.

      Ne pas oublier les cellules de type Stay-behind de l’ OTAN. On a du attendre 1990 pour que Mitterrand les stoppe.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Stay-behind

      Après, De Gaulle, c’est aussi le réseau Foccart (la Françafrique). Une sacré saloperie qui a finalement été piloté par Pasqua, père politique de Sarkozy.


      • step2 Le 08 décembre 2015 à 18h09
        Afficher/Masquer

        oui maintenant cela s’appelle la french américan fondation. C’est plus soft:)


    • voronine Le 08 décembre 2015 à 21h16
      Afficher/Masquer

      Les américains ont recruté comme meneurs pour les évènements d’anciens mercenaires , principalement français qui formaient ce que les médias appelaient ” les katangais ” car beaucoup depuis 62 avaient tourné en Afrique .Ces katangais étaient pour la plupart d’anciens sous officiers parachutistes et légionnaires , qui , en fin de contrat , ou en rupture de contrat se sont retyrouvés dans l’OAS. Cestypes vouaient une véritable haine contre le traitre de Gaulle…Et les premiers pavés qui sont partis sur les moblots et CRS au carrefour de l’ODEON , ont été lancés par d”anciens paras . Sur le fait que les ouvriers n’ont pas rejoint la contestation ( c’est le mot ! ils parlaient beaucoup, trop , mais rentraient le soir chez papa maman , manger la bisque de homard dans des couverts en argent ), le fossé social n’est pas la seule raison ….Mais c’est une autre histoire . L’important c’est que rien n’était spontané , le scénario était écrit ( déclenché le 22mars par une sordide histoire de dortoir des filles ) Et , il y avait du fric !


      • groucho Le 09 décembre 2015 à 08h52
        Afficher/Masquer

        Ce n’est pas le sujet, donc je ne vais pas lancer un débat, mais ça ne tient pas debout, votre truc. La “sordide histoire de dortoir des filles”, comme vous dites, – parce que les filles c’est toujours un peu sordide (impur ?) -, c’est dans De la misère en milieu étudiant considérée sous ses aspects économique, politique, psychologique, sexuel et notamment intellectuel et de quelques moyens pour y remédier, un pamphlet de l’Internationale Situationniste. C’est publié fin 1966 à Strasbourg et je vous garantis que ça a affolé les familles sur la vertu de leurs rejetons (je rappelle qu’à l’époque les filles et les garçons étaient encore dans des écoles séparées). Aujourd’hui on ne comprendrait pas trop pourquoi, mais à l’époque c’était un pavé dans la marre, et un gros ! Et on a retrouvé le pamphlet à Nanterre, en 1968…


  17. Pierre Le 08 décembre 2015 à 20h17
    Afficher/Masquer

    Vu de l’Est
    Oui votre site fait un travail de salubrité intellectuelle mais malheureusement je crains que vous ayez à terme des ennuis avec le « mainstream » médiatique et même vos autorités. Je suis trop âgé pour avoir l’énergie de retrouver toutes les références et d’ailleurs sont-elles accessibles ? En « Tchécoslovaquie », les anciens de l’Armée et ceux près des officiels savaient mieux les circonstances de l’intervention soviétique en Afghanistan en 1979, par des « infos et contacts ». « On savait bien » aussi qu’après la Révolution iranienne, Washington s’était tourné vers l’Irak et l’Afghanistan pour maintenir sa domination et que les manœuvres politiques avaient commencé avant l’intervention de Brejnev… Une fois j’avais rencontré un Etudiant communiste français qui m’avait confié « être favorable » à cette intervention soviétique pour soutenir les communistes afghans et les progressistes et qu’il s’était fait insulter par des « étudiants trotskistes » français… De même, des amis de camping « connaissances temporaires» m’avaient confié dans une conversation banale de fin de vacances, qu’ils avaient été étonnés et inquiets de la présence active de nombre de « bénévoles humanitaires américains » en Macédoine et le Kosovo de la Yougoslavie de l’époque et qu’ils ressentaient ou voyaient cela clairement comme un « travail sur le terrain » pour préparer une déstabilisation ou une « influence, invasion » de l’idéologie américaine. Chose qui les avait étonnés, tant il n’avait pas vu une réaction des autorités yougoslaves (au Kosovo, cela se mêlait avec le fait qu’en juillet et août, beaucoup de Kosovars émigrés d’Europe et des Etats-Unis revenaient voir leur famille restés au pays – ces « amis de vacances » n’avaient pas tout compris, perplexes ils s’étaient au moins montrés devant moi méfiants). Bref voilà des morceaux de souvenirs, imprécis mais réels et peut-être qu’on trouvera un jour là aussi des « révélations » sur les manœuvres américaines. Bref, je pense que vous faites bien de revenir sur cette époque, mais vous risquez de vous heurter à de sérieuses difficultés à l’avenir. En Tchécoslovaquie, les « anciens » sont ignorés, mal jugés après 1991, s’ils évoquent ces événements de la « Guerre froide ». Maintenant, c’est mieux, plus calme et on a même dans les « Services » un retour vers une discrète reconnaissance pour au moins le travail qui a été réalisé pour servir le pays (même s’il était dans le « mauvais » bloc) Bon courage et merci


  18. Catherine Le 08 décembre 2015 à 22h05
    Afficher/Masquer

    ” Regretter quoi ?”[…]” De fait, Moscou a dû mener pendant presque dix ans une guerre insupportable pour le régime, un conflit qui a entraîné la démoralisation et finalement l’éclatement de l’empire soviétique “.

    Ils auraient donc fait ça pour que l’empire soviétique éclate.

    Maintenant que c’est fait cela ne semble pas leur suffire.

    Ils trouveront toujours une bonne raison.


    • Lt Anderson Le 09 décembre 2015 à 08h50
      Afficher/Masquer

      Il leur faut un Ennemi, une Némésis, sans cela la légitimité de leur “mode de vie” s’effondre.


  19. Deimos Le 09 décembre 2015 à 20h34
    Afficher/Masquer

    Le défunt Tom Clancy, romancier militariste conservateur, avait tenu un discours semblable à celui de ce bon vieux biniou de breizh, déclarant que “les islamistes étaient un moindre mal comparé à la chute de l’URSS, c’est comme comparer un moustique à une chauve-souris vampire”. L’un de ses romans décrivant des attentats aériens frappant les USA quelques années avant le 11 septembre 2001, il l’a dédié à Ronald Reagan “l’homme qui a gagné la guerre”

    Les USA vengeurs ont toujours tenté de faire passer la guerre d’Afghanistan comme étant le Vietnam soviétique, mythe qui persiste encore, comme celui de l’invincibilité afghane…
    Dans les faits on se rend compte que c’est largement exagéré : en 10 ans de combat, les pertes soviétiques ont été relativement faibles, environ 15 000, comparé aux 60 000 GIs morts face à la NVA et au Vietcong en moins de temps… on parle moins des victimes dans le camp d’en face, qui se comptent par plusieurs centaines de milliers à chaque fois, mais qu’est ce qu’on ne ferait pas pour embêter Moscou ? Tactiquement l’Armée rouge n’a perdu aucune bataille majeure là-bas et s’est retiré d’Afghanistan invaincue, les Soviétiques se sont rapidement cantonné au contrôle des routes stratégiques (Kandahar étant la plus connue) et des points clés avec les parachutistes et les Speznatz comme le leur avait recommandé des conseillers militaires vietnamiens, laissant progressivement l’armée afghane peu motivée combattre les mujahiddin dans les montagnes et réalisant que c’était peine perdue


  20. Alabama Le 10 décembre 2015 à 13h34
    Afficher/Masquer

    Voici ce qu’on trouve dans Wikipedia : “En décembre 1979, Brejnev intervint en Afghanistan pour soutenir le régime communiste en place. Cet événement mit un coup de frein à la détente, provoquant un embargo par les États-Unis, la fourniture d’armements aux moudjahidines et le boycott des Jeux olympiques de Moscou en 1980″ … J’ai tenté de réécrire ces lignes sans y parvenir… Je croyais que s’est accessible à tout le monde… En se basant sur l’interview de Brezinski… Est ce qu’on peut toujours rêver de remettre les infos en place en citant les sources, là où ” les bolcheviks ” vont s’informer ( Wikipedia)?


    • Lysbeth Lévy Le 10 décembre 2015 à 20h32
      Afficher/Masquer

      Il ne faut pas toujours faire confiance en wikipédia, car c’était la guerre froide et comme en Iran en 1953 les américains ont accusé le régime de Mossadegh d’être “communiste”, car être “communiste” était le pire qui puisse arriver à un pays selon les américains. Mossadegh était monarchiste mais voulait une société laique et moderne à l’instar des pays européens!

      Quand au président afghan le premier c’était aussi un membre de la bourgeoisie, et qui n’a fait que vouloir s’émanciper des pays occidentaux, bien qu’il ressemblait assez au président iranien : avoir un pays moderne et débarrassé des anciennes coutumes, mais c’est étrange sur wikipédia comme l’Histoire change selon les titres et la traduction en anglais est plus complète. Il n’est pas du tout évident que la traduction française reflète “l’anglaise” plus précise et parle de deux coups d’état, je préfère l’anglaise souvent car elle est plus riche, ce pays vaut bien qu’on s’y intéresse de plus près..
      .C’est courant pourtant dans les “cas litigieux” souvent “idéologiques” les “petites mains” qui expliquent l’Histoire qui peut être différente voir opposée selon la langue et l’idéologie.

      https://en.wikipedia.org/wiki/Republic_of_Afghanistan#cite_note-Iranica-1
      https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9publique_d%C3%A9mocratique_d'Afghanistan

      En attendant je mets en ligne celle de Michael Parenti :http://www.mondialisation.ca/l-afghanistan-une-toute-autre-histoire/12897


Charte de modérations des commentaires