Par Guillaume Weill-Raynal, blog Mediapart, 15/09/2016

Le discours anti musulmans d’aujourd’hui repose sur des fantasmes déconnectés du réel. A y regarder de plus près, il est structuré et fonctionne exactement comme les théories antisémites d’avant-guerre.

Certains s’indignent que l’on ose comparer les attaques dont les musulmans sont aujourd’hui l’objet à l’antisémitisme d’autrefois. Il ne s’agit bien évidemment pas de la Shoah, auquel cas le parallèle serait effectivement scandaleux. Mais le discours islamophobe qui gagne chaque jour un plus de terrain  ressemble en tous points aux théories antisémites qui fleurissaient en France dans les années 30 : il repose sur une base largement fantasmatique à laquelle une construction savante donne les apparences de la vérité et de l’évidence. Il essentialise et stigmatise une population prise dans son ensemble. Enfin, il est  soutenu et développé par des figures majeures du paysage intellectuel et politique. Au final, l’opinion finit par être persuadée de l’existence d’un « problème musulman » comme on avait réussi naguère à la convaincre de l’existence d’une « question juive ».

Résumons : le Coran proposerait un modèle de société incompatible avec nos valeurs républicaines. Une large part des musulmans issus de l’immigration n’aurait ainsi d’autre dessein que de changer le visage de notre pays et de l’Europe. Au Moyen-Orient, les fanatiques de Daech qui haïssent nos mœurs et notre liberté auraient, pour ce seul motif, lancé une vaste offensive dont les terroristes qui ont ensanglanté la France et la Belgique seraient le fer de lance et dont une large partie des musulmans, français ou résidents, seraient les avant-postes, soit par leur silence complice, soit  – pire – par l’affichage de signes « ostensibles » contraires à l’ordre public car niant les valeurs de laïcité et d’égalité hommes-femmes. Le premier ministre Manuel Valls affirme publiquement la nécessité de combattre le burkini – dans lequel Alain Finkielkraut voit un « drapeau » de l’islam conquérant -, au besoin en changeant la loi. Quant à ceux qui s’inquiètent des conséquences qu’un tel changement de législation pourrait provoquer dans notre système de libertés publiques, Jacques Julliard, n’hésite pas, dans les colonnes de Marianne, à les traiter comme des« collabos ».[1] Bref, la troisième guerre mondiale est déclarée…

C’est oublier que l’immigration du Maghreb vers la France fut, à l’origine, initiée par nos gouvernements. Cette immigration prit la forme d’une force de travail « importée » pour reconstruire le pays. Les Français musulmans vivent ici depuis plusieurs générations et ne sont nullement venus en « conquérants ». L’islam, dans le monde, se caractérise avant tout par sa diversité. Les structures des sociétés islamiques sont radicalement différentes selon qu’il s’agit de l’Indonésie, de la Turquie, de la Tunisie, des Emirats ou du Sénégal. On ne voit pas très bien quel modèle de société unique et global, voire totalitaire, le monde musulman chercherait à imposer en France alors que ce modèle n’existe pas ailleurs. L’islam serait contraire à la laïcité ? La belle affaire ! C’est le cas des autres religions monothéistes qui, par essence, portent une vision du monde que l’athéisme républicain ignore et que les pouvoirs publics tolèrent – au sens de notre constitution – sans lui reconnaitre la moindre valeur normative sur le plan juridique. La laïcité repose précisément sur le respect absolu de cette frontière infranchissable. C’est à ce titre que les rédacteurs de la loi de 1905 s’étaient vigoureusement opposés à l’interdiction du port en public de la soutane, estimant qu’il ne s’agissait pas, selon la loi républicaine, d’un vêtement religieux contraire à l’ordre public, mais d’un simple vêtement « comme les autres ». Chacun est libre de s’afficher dans la rue comme il le souhaite. Quant aux « pressions » que subiraient les femmes musulmanes, nul besoin d’une étude sociologique poussée pour se convaincre qu’il s’agit d’une affirmation maintes fois répétées, sans jamais avoir étayée par des faits précis. Il suffit de regarder les femmes voilées qui déambulent dans nos villes. Au sein d’un même groupe ou d’une même famille, certaines sont voilées, d’autres pas. Et cela ne les empêche pas de se promener ou de travailler ensembles, de bavarder et de rire entre elles. La « violence » du Coran ? Je vous recommande la lecture d’un remarquable petit livre paru au mois de mai dernier : Comprendre l’Islam… ou plutôt pourquoi, on n’y comprend rien.[2] On y apprend que le Coran ne propose en réalité aucune explication du monde ni aucun modèle de société. C’est un livre « incompréhensible » pour la rationalité occidentale, que les musulmans du monde entier « lisent comme de la poésie » et qui n’a pour seule fonction que de « rendre Dieu présent » sans qu’il soit forcément nécessaire de comprendre sa parole. La violence extrême qui déchire aujourd’hui une partie du monde musulman ne trouve pas son origine dans ce livre, mais dans un contexte géopolitique vieux de cent ans, dans lequel les Occidentaux portent d’ailleurs leur part de responsabilité.

couverture-candiard-comprendre-islam

Mais la violence des attentats que nous avons subis nous aveugle. Là encore, c’est oublier que Daech n’a pas décidé un beau matin de nous punir de nos mœurs et de nous imposer les siennes, mais de répondre à l’intervention militaire des occidentaux dans un conflit dont l’Etat Islamique estime – à tort ou à raison – qu’ils n’ont pas à se mêler. Au 21ème siècle, il n’est pas forcément besoin de divisions blindées ni de porte-avion pour porter des coups à un adversaire situé à des milliers de kilomètres. Internet fait très bien l’affaire et permet facilement de mobiliser une poignée d’individus. Jacques Julliard peut ironiser sur le « pas d’amalgame » ou sur l’excuse psychiatrique. Les réseaux terroristes qui nous ont frappés sont effectivement constitués d’individus isolés. Certains avaient effectivement de lourds antécédents psychiatriques. Quant aux autres, issus de la petite délinquance ou de la grande criminalité, l’islam apparait plus comme la justification facile de leurs pulsions violentes préexistantes (la radicalité qui s’islamise selon Olivier Roy) que comme la dérive d’une piété fondamentaliste vers le fanatisme et le crime (l’islam qui se radicalise selon Gilles Keppel). En tout état de cause, rien ne permet d’affirmer qu’une population prise dans son ensemble (les précautions de langage qui prétendent ne viser que « certains musulmans » ne trompent personne), serait complice à quelque  titre que ce soit des terroristes ou de Daech du seul fait qu’elle lit le Coran, mange hallal, et porte sur la voie publique ou sur la plage une tenue vestimentaire dont chacun est libre par ailleurs d’estimer et de dire qu’elle est peut-être la manifestation d’une pudeur excessive ou d’une tradition archaïque. Il en faut plus pour contrevenir à l’ordre public. Oser affirmer que cette population représenterait un danger sur notre territoire, c’est effectivement revenir aux années 30.

Rappelez-vous. Les antisémites d’avant-guerre ne procédaient pas autrement. La méthode était la même : construire un raisonnement délirant en s’appuyant sur des miettes de réalité. Il était facile de dénoncer le péril judéo-bolchevique. Un ordre totalitaire imposait la terreur en Russie et en Ukraine, passée sous le giron soviétique au prix d’une sanglante guerre civile. Ça ne vous fait pas penser à Daech ? Il y avait effectivement des juifs dans les rangs bolcheviques. En France, en Allemagne, nombre d’intellectuels, dont certains étaient juifs, cédaient aux sirènes du marxisme, du stalinisme ou du trotskisme qui devaient, pensaient-ils, illuminer le monde. On appelait ça le péril rouge. Le public tremblait. Des années plus tard, certains partirent sur le front de l’Est pour délivrer l’Europe du bolchevisme. Par ailleurs, il y avait effectivement des juifs dans la finance, dans l’édition, la presse et le cinéma. Y étaient-ils majoritaires ? Peu importe. En 1940, des intellectuels de premier plan justifièrent le statut des juifs en expliquant que la France avait le droit de se défendre contre des gens venus d’ailleurs et pratiquant une religion étrange, qui avaient acquis un contrôle excessif sur la vie d’un vieux pays chrétien et dont il était permis de craindre qu’ils ne finissent un jour par prendre le pouvoir.

Il n’est pas dans mon propos d’envisager que les musulmans, demain ou après-demain, puissent être victimes de persécutions analogues à celles que les juifs ont connues pendant la guerre. Mais quand des thèses à ce point déconnectées du réel tendent à devenir le discours dominant dans les médias et que l’on déclare, à la tête de l’Etat, vouloir légiférer, il y a tout de même de quoi être inquiet.

Par Guillaume Weill-Raynal, blog Mediapart, 15/09/2016

======================================

(Olivier Berruyer : photos rajoutées par moi)

presse-2

À venir ?

presse

restaurant

 

64 réponses à Oui, l’islamophobie actuelle ressemble à l’antisémitisme des années 30, par Guillaume Weill-Raynal

Commentaires recommandés

Pierre Le 18 septembre 2016 à 03h45

Je ne peux m’empêcher de noter la résonance de l’expression “le péril judéo-bolchevique” des années 30 avec “l’islamo-gauchisme” qui fleurit de nos jours. Toujours cette pulsion primaire de trouver un bouc émissaire, toujours exploitée par les dirigeants ou ceux qui aspirent à l’être pour fédérer les moutons hagards autour d’eux par la peur.

  1. Pierre Le 18 septembre 2016 à 03h45
    Afficher/Masquer

    Je ne peux m’empêcher de noter la résonance de l’expression “le péril judéo-bolchevique” des années 30 avec “l’islamo-gauchisme” qui fleurit de nos jours. Toujours cette pulsion primaire de trouver un bouc émissaire, toujours exploitée par les dirigeants ou ceux qui aspirent à l’être pour fédérer les moutons hagards autour d’eux par la peur.


    • Roman Garev Le 18 septembre 2016 à 09h40
      Afficher/Masquer

      J’attends l’apparition du terme de l’agression “russo-musulmane”, ou “chiito-orthodoxe”, ou qqch dans ce genre. Car les mots “russe” et “islamiste” semblent devenir dans les médias occidentaux des synonymes des mots “notre ennemi mortel”.


      • anne jordan Le 18 septembre 2016 à 19h10
        Afficher/Masquer

        ha ha !
        vous ne croyez pas si bien dire , @roman garev !
        il existe une prophétie (!!!) qui fleurit dans les milieux cathos intégristes et qui parle de l’invasion ” russo arabe “!
        j’ai une vieille photo copie des années 90 avec une carte de France de l’invasion , le seul nom qui y figure est celui de J.M.Jehanny…
        A tout hasard , je vous communique ce peu d’infos , un blogueur y trouvera peut être des connexions avec un délire plus récent …


  2. Jean-Luc Le 18 septembre 2016 à 08h42
    Afficher/Masquer

    Merci O.B. !
    La qualité des commentateurs est souvent à la mesure de la plupart de vos articles, intelligents et mesurés.


  3. Yvano Le 18 septembre 2016 à 08h45
    Afficher/Masquer

    La question n’est pas de savoir si ce que dit Zemmour est bien ou mal, salubre ou insalubre, audible ou inaudible. La question est de savoir si que ce que dit Zemmour est VRAI OU FAUX (et évidemment de le démontrer).


    • sg Le 18 septembre 2016 à 10h14
      Afficher/Masquer

      C’est faux, ça a déjà été montré sur ce blog et ailleurs. Et puis la charge de preuve lui incombe puisqu’elle est à la charge de celui qui avance les arguments.

      On ne peut démontrer qu’un éléphant rose n’a jamais existé.


  4. J Le 18 septembre 2016 à 09h38
    Afficher/Masquer

    Et le taux de radicalisation est plutôt plus faible en France qu’ailleurs en Europe. Par exemple, les Tunisiens de France ont moins voté Ennahda que les Tunisiens d’Italie. Peut-être bien parce qu’on a été (relativement) plus ferme : loi sur le voile à l’école par exemple.


  5. Laurence Le 18 septembre 2016 à 09h42
    Afficher/Masquer

    Merci à Francis Cousin de nous éclairer sur le vrai travail de Marx. Dommage qu’Olivier n’écoute pas objectivement ces vidéos car il aurait une vision plus en profondeur de toute cette affaire!


  6. J Le 18 septembre 2016 à 09h49
    Afficher/Masquer

    “Quant aux « pressions » que subiraient les femmes musulmanes…”
    http://www.liberation.fr/france/2003/12/10/leur-voile-j-ai-envie-de-l-arracher_454783


  7. Toubib53 Le 18 septembre 2016 à 09h53
    Afficher/Masquer

    Suite et fin de ma note:
    Le guignol politique nous manipule, vous manipule pour justifier toutes ses exactions et toutes ces guerres qui n’ont comme justification que les profits substantiels des multinationales
    En ce qui concerne les attentats chez nous et ailleurs, le politique savait depuis le départ des guerres que ça se terminerait en massacres aussi chez nous … il y a eu des précédents mais l’Histoire ne leur sert pas de leçon à ces cervelles obtuses, ils obéissent aveuglement au diktats de l’argent et du profit … la vie humaine n’est pour eux qu’une variable d’ajustement et quand il y a un attentat celui-ci leur sert d’alibi pour continuer encore et encore …. jusqu’où …. jusqu’à quand ????????


  8. astap66 Le 18 septembre 2016 à 10h13
    Afficher/Masquer

    Pas tout à fait exact : il y a eu le King David Hotel, qui abritait le secrétariat du Gouvernement britannique de Palestine, avec l’Irgoun (91 morts).
    Mais c’était après guerre en 1946.


  9. eli Le 18 septembre 2016 à 10h37
    Afficher/Masquer

    En 1985 en Bulgarie le regime changea les noms des turcs bulgares. Les consequences furent plus que deplorables:
    “Le résultat du « processus » fut le changement forcé des noms de 850 000 Bulgaro-Turcs. Au cours de la résistance qu’il provoqua, de nombreuses personnes furent tuées, internées, emprisonnées ou envoyées au camp de concentration de Béléné. Les tensions ethniques s’aggravèrent” https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Processus_de_r%C3%A9g%C3%A9n%C3%A9ration


    • eli Le 18 septembre 2016 à 11h13
      Afficher/Masquer

      Non, monsieur, le regime autoritaire d’alors (et non pas tous les bulgares) a eu tort de changer les noms des turcs bulgares. La preuve – ils se sont rebelles et au final ils ont eu de nouveau leurs noms turcs, plus une resistance forte, plus une conscience exacerbee de leur identite ethnique et religieuse, plus un parti ethnique qui les represente depuis la chute du regime en 1989. Comparaison n’est pas raison, mais il me semble qu’en France vous devenez fous, excusez-moi pour les mots durs.
      “Le « processus de régénération » eut globalement pour résultat de provoquer une prise de conscience dans la communauté turque et musulmane de Bulgarie, qui se mit à affirmer avec plus de force son identité et sa religion.” https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Processus_de_r%C3%A9g%C3%A9n%C3%A9ration


  10. RGT Le 18 septembre 2016 à 10h39
    Afficher/Masquer

    L’arrivée massive d’immigrés en France a été initiée par Pompidou pour répondre à la demande des grands patrons qui souhaitaient rabaisser les salaires et revenir en douce sur les acquis de 1968.

    Ensuite ce cher Giscard à bien ouvert les vannes, suivi par Mitterrand qui l’a totalement “libéralisée”.

    L’origine de cette défiance vis à vis des immigrés n’était pas à l’origine d’ordre ethnique ni religieuse, elle était simplement liée au fait que les “gueux” se rendaient bien compte qu’on “importait” massivement d’autres “gueux” largement moins payés pour qu’ils leur “piquent leur boulot”.

    L’origine du problème est bien d’origine économique, dans “l’économie réelle”, mais profitant abondamment à l’économie “financiarisée”.

    Je tiens à vous rappeler que durant les années 70, le PCF était fermement opposé à l’immigration “décomplexée” car les militants avaient très bien compris le risque encouru.

    Et la CGT (liée au PCF) se battait pour que les rémunérations et les conditions de travail des immigrés soient les mêmes que ceux des “travailleurs locaux”, non pas par humanisme, mais pour éviter cette concurrence déloyale.


  11. Pierre Ratcliffe Le 18 septembre 2016 à 11h07
    Afficher/Masquer

    L’Institut Montaigne a publié une enquête sur l’Islam en France. le JDD le rapporte aujourd’hui,; voir mes billets sur mon blog http://bit.ly/2d7FGc4


  12. Titus Le 18 septembre 2016 à 11h46
    Afficher/Masquer

    […] L’état d’urgence permanent, les “alertes attentat” sur Facebook, les burkinis, voiles, Zemour et hordes islamistes infiltrées qui “viennent jusque dans nos bras, égorger nos filles nos compagnes” (la Marseillaise, premier couplet), voilà le bon plan pour continuer la série. De toutes façons, au tout début de mon service militaire, notre brave sergent instructeur m’avait déjà averti: “Jusqu’ici, nos ennemis c’étaient les cocos, mais c’est fini, on a gagné; maintenant, l’ennemi de la France, il est de l’autre côté de la Méditerranée”. C’était en décembre 1990, déjà… On avait failli ne plus avoir d’ennemi, mais non, chouette, l’avenir de la peur était assuré. Et aujourd’hui, ça marche super bien!


  13. Krystyna Hawrot Le 18 septembre 2016 à 12h06
    Afficher/Masquer

    L’Institut Montaigne ce n’est pas une académie des sciences publique et impartiale mais une agence privée bien connue pour ses recommandations néolibérales “tout privatiser et réduire l’Etat à ses prérogatives régaliennes”, précisemment ce genre de décisions politiques qui casse le lien social et républicain… Je ne verrais pas dans une étude de l’Institut Montaigne l’alpha et l’oméga de la sociologie…


    • politzer Le 18 septembre 2016 à 13h26
      Afficher/Masquer

      Quand les immigrationistes n ont plus d arguments ils nient les faits et ne se rendent même pas comptent qu ils critiques des gens qui défendent les mêmes intérêts immigrationistes donc patronaux donc libéraux donc liés à l oligarchie transnationake. Quels pîtres!


    • LS Le 18 septembre 2016 à 13h37
      Afficher/Masquer

      Certes, le fait de ne pas donner les résultats bruts n’est pas un bon signe mais de là à dire qu’ils sont présentés de telle sorte qu’on ne puisse relativiser leur interprétation, parce qu’il s’agit d’une organisation privée voire néolibéral, me paraît aller vite en besogne.
      D’autant que les conclusions qu’en tire cet institut va dans l’exact sens opposé de celui de philibrasov. Merci à lui pour le lien au fait.


    • Yan Le 18 septembre 2016 à 15h32
      Afficher/Masquer

      Selon Azou Begag, Dalil boubakeur, et bien d’autres le nombre de musulmans de France de cette étude est très largement sous estimé (moins qu’il y a 40 ans !)


  14. Kopenhague Le 18 septembre 2016 à 12h37
    Afficher/Masquer

    Encore !
    je crois qu’on avait tous compris que vous défendez les musulmans et que la tenue des femmes musulmanes ne vous pose pas problème.
    E Zeimour est odieux et plus à droite encore , si il est possible de l’être, que le front national.
    Pour autant je ne peux pas, en tant que femme, inscrite dans le mouvement féministe de libération des femmes être en accord avec ce genre de phrase :
    “quant aux « pressions » que subiraient les femmes musulmanes, nul besoin d’une étude sociologique poussée pour se convaincre qu’il s’agit d’une affirmation maintes fois répétées, sans jamais avoir étayée par des faits précis. Il suffit de regarder les femmes voilées qui déambulent dans nos villes. Au sein d’un même groupe ou d’une même famille, certaines sont voilées, d’autres pas. Et cela ne les empêche pas de se promener ou de travailler ensembles, de bavarder et de rire entre elles”.


  15. mescalito22 Le 18 septembre 2016 à 12h46
    Afficher/Masquer

    A toutes fins utiles, je rappelle que l’ON SAIT que le CCIF (Conseil contre l’Islamophobie en France) est financé par L’Open Society de G.Soros.
    Ce même faucon néolibéral de “gôche” devenu étasunien par la magie migratoire, chantre du monde financier droit-de-l’hommiste apatride qui organisa les filières de passage du moyen-Orient vèrs L’Europe pour déstabiliser le vieux continent par la bombe migratoire de masse, en sus de la bombe économique (TAFTA).
    L’homme qui financa le “Maidan” Ukrainien avec la masse des nervis néonazis disponibles sur place!
    Est-il nécéssaire de préciser que ce grand spécialiste de la spéculation internationale aussi bien que de “la nation imaginaire” (K.Marx) est un fervent partisan de l’intégration de la Turquie dans L’UE?
    Voici les explications Marxiennes de F.Cousin sur “l’immigré” en tant que marchandise-vedette du Capital >
    https://www.youtube.com/watch?v=xwz4xyYUa6M
    3 mn (pas plus!) pour en finir avec 3 décennies de merde “antiraciste” institutionnelle, de dumping social, d’attaques identitaires contre nos pays “de la subversion critique radicale” et de manipulations trotskystes DU CAPITAL xDDD


  16. Jean Le 18 septembre 2016 à 12h50
    Afficher/Masquer

    Les traites sont au service de la finance international qui instrumentalise les conflits qu’elle fabrique afin de piller et corrompre les nations. Tant que les zombies ne verront pas plus loin que l’ennemie qu’on leur désignent ce chaos, générateur d’un formidable enrichissement, mettra en péril notre nation et ses valeurs qui sont incompatibles avec le nouvel ordre ultralibéral. Et quand le fascisme frappera à notre porte c’est ces faux patriotes qui lui ouvriront. L’Histoire est effectivement en train de bégayer.


  17. jp Le 18 septembre 2016 à 12h59
    Afficher/Masquer

    qui appelez-vous “le camp de l’ennemi” et “le camp des vainqueurs” ? je ne comprends pas ce que vous reprochez au site, qui ne me semble pas avoir “tourner casaque”. Et de quelle résistance parlez-vous ?


    • Homère d'Allore Le 18 septembre 2016 à 17h28
      Afficher/Masquer

      Ils y a des lecteurs et commentateurs réguliers du blog d’Olivier qui approuvent son positionnement sur l’Union européenne ou L’OTAN mais qui ne comprennent pas ses idées depuis, dirons-nous, janvier 2015, sur l’acceptation de musulmans comme faisant partie du peuple français.

      Pour ces lecteurs chez parmi il faut compter Dagobert, J ou même philbrasov, le camp de l’ennemi ou le camp des vainqueurs provisoires, c’est celui de la mondialisation.

      À laquelle ils associent l’immigration.

      Le problème, c’est qu’Olivier Berruyer n’est pas d’extrême-droite. Et qu’on peut être contre l’UE, le pouvoir de la finance ou les ventes d’armes à l’Arabie Saoudite sans être pour autant chez Marion Maréchal Le Pen.

      Et que ces lecteurs ont du mal à le comprendre.


  18. jp Le 18 septembre 2016 à 13h22
    Afficher/Masquer

    je suis contre toute interdiction ou obligation de s’habiller de telle ou telle manière imposée aux femmes, surtout venant de la part d’hommes.
    “mon corps m’appartient” disaient les féministes, pour moi ça reste valable, y compris pour l’habit, la coiffure le maquillage etc.
    Perso je trouve le voile moins contraignant que les talons très très hauts.
    De soi-disant libératrices des femmes roulent pour l’industrie cosmétique et vestimentaire et poussent via la pub les femmes à dépenser du fric c’est pas plus philosophique que ça.


  19. politzer Le 18 septembre 2016 à 13h30
    Afficher/Masquer

    Quel ostracisme ? Economique politique social ideologique ? Des preuves, des chiffres svp et moins d allégations en l air.
    Foutaises et déni de réalité.
    On ne doit pas avoir les mêmes amis “musulmans”!


    • subotai Le 18 septembre 2016 à 15h09
      Afficher/Masquer

      Le truc rigolo, c’est que je n’ai pas d’amis musulmans. J’ai des amis. 🙂

      En fait je n’en savais rien, sauf que depuis que ça a commencer à chauffer, je me suis aperçu qu’ils sont musulmans parce que je les ai vu se mettre à flipper.
      Menacés par les extrémistes – Ostracisés par les braves gens.
      C’est drôle, non..?
      Finalement, ce qu’on leur demande c’est d’avancer tranquillement vers l’abattoir. D’un coté comme de l’autre.
      Sauf que n’ayant pas de pognon, ni de réseau pour leur faire croire qu’ils pourraient acheter leur survie en dernier recours, je crains qu’ils ne leur restent que les armes…
      Évidemment, pas dans l’orthodoxie, mon post ne survivra pas. 🙂


  20. Lysbeth Levy Le 18 septembre 2016 à 13h39
    Afficher/Masquer

    Encore l’Institut Montaigne soutenant Mr Macron, le MEDEF qui ne fait que reprendre l’IFOP de Mme Laurence Parisot,; http://www.ifop.com/?option=com_in_brief Depuis quand ces sondages fait sur un pannel de 1080 personnes représentent ils la France ? Par contre je constate que malheureusement vous avez cédé vos digues à la vague Zemmourienne : https://olivierpechter.wordpress.com/2014/12/19/la-vague-x-zemmour-un-cliche-saisissant/ Et oui si on veux faire un parallèle il est juste de rappeler l’Histoire : très bon article ci dessus.de Guillaume Weill-Reynal !..


    • Surya Le 19 septembre 2016 à 08h00
      Afficher/Masquer

      Le miracles des cours de statistiques, de la notion d’échantillon et d’intervalle de confiance…


  21. Lysbeth Levy Le 18 septembre 2016 à 14h18
    Afficher/Masquer

    Toutefois cette dame, elle roule pour les amis Fourest, et les néocons du Printemps Républicain déjà phagocyté par les “Renaud Camus Président” sur facebook. Et sur l’association de Mr Valls elle se place bien version “choc des civilisation ” :http://www.laicite-republique.org/+-fatiha-boudjahlat-+.html Je doute de l’indépendance politique de F. Boudjahalat reprise par les médias dominants. Bien à vous.


  22. marc Le 18 septembre 2016 à 15h53
    Afficher/Masquer

    croire que 30% des musulmans de france appliquent strictement la charia, c’est être sacrément naïf…

    on peut imaginer que oui, en france, 30% des musulmans ne boivent pas d’alcool et ne mangent pas de porc, que 30% des musulmanes portent le voile… mais ça s’arrête là…

    dire que 30% des musulmans français sont radicalisés, c’est surtout un abus de langage


    • J Le 19 septembre 2016 à 11h30
      Afficher/Masquer

      Pourquoi “appliquent strictement” ?? Ce n’est pas ce que dit l’étude. Il y a des degrés dans l’application de la Charia, et d’ailleurs des variantes de la Charia. On peut souhaiter son imposition, militer pour, tout en s’accommodant de sa non-imposition. Mais que 30% des musulmans de France souhaitent davantage de Charia, sachant que c’est encore plus ailleurs en Europe, ça contredit déjà lourdement ce qu’on nous balance en boucle depuis des années, ce qui a constitué le “politiquement correct” que le présent blog s’acharne à défendre.


  23. Homère d'Allore Le 18 septembre 2016 à 15h53
    Afficher/Masquer

    Philbrasov, je viens de lire le lien de l’institut Montaigne et je ne trouve trace de “30 % de radicalisés”…

    Serait-ce les “28 % d’autoritaires” ? Mais, dans ce cas, la catégorie recouvre bien plus que ce que l’on peut appeler “radicalisés”.


    • philbrasov Le 18 septembre 2016 à 16h33
      Afficher/Masquer

      vous avez raison 28 %…. ( on est pas loin des 30%… et si on prend en compte les remarques de Azoud Begag et Boubakeur soit 28 % de 9 millions YA VRAIMENT DE QUOI S’INQUIÉTER)

      Pour moi autoritaires, en langage musulman ce sont ceux qui veulent appliquer la charia…C’est un MOT très très diplomatique… ou se cachent des musulmans purs et durs… ou le coran est a respecter A LA LETTRE….= charia.
      Desole mais le danger par l’importance de ces chiffres est LA.
      On pourra toujours critiquer les solutions émises par l’institue Montaigne, mais ces chiffres parlent d’eux memes…. Ce n’est pas un fantasme et loin du “mais 99,99% des musulmans respectent les lois de la republique.”


      • philbrasov Le 18 septembre 2016 à 16h43
        Afficher/Masquer

        je veux juste apporter une nuance, lorsque je dis radicalises, je pense NON PAS a ceux qui vont commettre des actes barbares, mais a ceux qui ont comme objectifs POLITIQUES d’installer la charia dans la société française.. SI cela vous convient pourquoi pas… Mais ne comptez pas sur moi pour vous défendre, sur ce point…
        28 % d’un corps electoral ou d’influence , prônant ou pensant charia… C’est peut être pas la peine d’en rajouter en jouant les idiots utiles, surtout si on a lu le coran ( ce que j’ai fait très peu de temps après le 11/09)


      • Pierre Le 18 septembre 2016 à 17h53
        Afficher/Masquer

        On peut noter que ce rapport met clairement en évidence la connexion entre radicalité religieuse et position sociale. Le refuge dans un islam intolérant et sectaire se retrouve chez les musulmans les moins intégrés socialement (ce qui n’est pas une grande surprise). J’ajouterais que la radicalité de certains laissés-pour-compte des “quartiers” qui vivent de trafic, dépendent des allocations, voire de petites délinquances m’apparaît plus être un rattachement culturel qui les re-valorise (face par exemple au patriarcat amoindri de la société française en général) qu’un phénomène de foi authentique. On est là dans la logique d’un système de valeurs “parallèle”, comme l’était celui des apaches parisien, ou encore des misérables de Hugo. La source du problème est sociale, la religion n’étant qu’un outil de cristallisation.


    • J Le 19 septembre 2016 à 11h38
      Afficher/Masquer

      Tous les “autoritaires” ne sont certes pas pour l’emploi de la violence, a fortiori du terrorisme, pour faire avancer leur cause. Ils comptent aussi sur la séduction, source de conversions.

      Il reste à savoir si c’est par principe ou parce qu’ils jugent que ce n’est pas le moment qu’ils ne préconisent pas présentement la violence.

      Et quoi qu’il en soit, ils mettent une pression, hard ou soft. Ou on est d’accord, ou on met une pression dans l’autre sens. Je ne vois vraiment pas comment on peut la mettre sans mettre en cause les fondements mêmes de l’Islam.


  24. TuYolPol Le 18 septembre 2016 à 16h32
    Afficher/Masquer

    Quel que soit le nombre de musulmans français, il me paraît évident que l’excitation actuelle n’est pas une conséquence du fait qu’il y ait des français musulmans, qui vivent de bien des manières différentes, selon la génération, selon la région, selon la profession. C’est plutôt une conséquence directe du message agressif si bien répercuté par des médias, des hommes politiques, et des intellectuels (avec des guillemets).
    Pour ce qui est de l’islamisation de la société français, un minimum de sens des proportions s’impose. On n’est pas près de transformer les chapelles bretonnes en mosquées et les calvaires en marabouts.
    Comparer ceux qui ne tombent pas dans l’hystérie à des collabos n’a aucun sens, c’est même un contresens. Les collabos sont pragmatiquement des gens comme Zemmour, puisqu’ils font exactement ce dont rêvent les extrémistes. Ils leur font le cadeau de dire, comme eux, que l’Islam c’est ça. C’est pire que de la collaboration.
    Je pose la question : imaginez que vous soyez musulman français, ayant concilié l’identité française et l’identité musulmane, depuis des années et des années, né en France. Vous pourriez très bien aussi être catholique, protestant, habiter Brest Paris ou Lyon. Vous voyez des fous furieux embrigader vos mômes, et d’autres fous furieux vous reprocher d’exister, ce qui n’avait jamais posé de problème avant. Quel courage faut-il pour rester intègre ? Où est la justice ? Et où aller lorsqu’on vous chasse de votre identité, français ET musulman ? Qui vous accueille ? Vous vous pensiez tolérant, et ouvert, mais comme vous êtes musulman on vous désigne votre place à côté des terroristes, les mêmes qui tuent des musulmans par milliers ? Mais qu’est-ce que c’est que ce délire ?


  25. thmos Le 18 septembre 2016 à 17h07
    Afficher/Masquer

    soit la réaction prévisible à un islam (wahhabite saoudien ) importé dans le monde à grands renforts d’argent illimité ( à raison d’environ 5Md$ pour la seule promotion de la religion en sachant que le budget du Vatican est de 240 Millions, par exemple…Et ce depuis 1980 au moins …Et dont les musulmans furent et sont toujours la première victime – nonobstant la persécution des Chiites mécréants absolus – ) Ici comme dans tout le moyen Orient et le monde … C’est ce wahhabisme qui est ciblé par une population légitimement inquiète, et dont médias et politiques exploitent lamentablement la peur confuse mais justifiée par les attentats. Les Saoud ont acheté TOUTE la classe politique, ils ne vont quand même pas oser appeler un chat un chat, on les a payé pour créer ce pseudo racisme, cette islamophobie. Du temps de l’inquisition n’aurais-je pas accusé toute la chrétienté ? “Doc Saoud et Mr Djihad” Pierre Conessa à lire pour distinguer, pour expliquer ET pour comprendre.


    • anne jordan Le 18 septembre 2016 à 20h04
      Afficher/Masquer

      concernant le wahabisme , je me permets de reposter ce lien :
      http://www.yawatani.com/index.php/religion/12837-le-wahhabisme-salafisme-exclu-du-sunnisme-lors-du-congres-
      qui montre qu’il ya une vraie réflexion dans le monde des musulmans pratiquants contre cette hérésie , n’en déplaise à Zemmour qui prétend , avec un culot insensé , que depuis le 9e siècle on n’a plus le droit de discuter du Livre ! ( et les controverses dans le royaume de Cordoue au XIII et XIVe siècle ? et les débats au Caire à la fin du XIXe ? )


  26. Caliban Le 18 septembre 2016 à 17h42
    Afficher/Masquer

    Je ne comprends pas qu’on puisse relayer sans recul critique, un tel texte. La comparaison avec les années 30 n’a aucun sens, malgré les circonvolutions de l’auteur, il s’agit d’un pur anachronisme.

    Pour ceux qui s’intéressent aux démarches comparatistes en Histoire, je signale l’excellente émission (hebdomadaire) de M. Jeanneney sur France Culture : http://www.franceculture.fr/emissions/concordance-des-temps

    On notera que le comparatisme est toujours extrêmement prudent, et le plus souvent une simple porte d’entrée pour éclairer le passé. Pas le présent. Car comme l’indique Paul Valéry (sujet de la dernière émission en date) : “L’histoire justifie ce que l’on veut, elle n’enseigne rigoureusement rien, car elle contient tout et donne des exemples de tout.”


    • pipo Le 20 septembre 2016 à 14h08
      Afficher/Masquer

      “La comparaison avec les années 30 n’a aucun sens”
      Effectivement il n’y a pas de comparaison a faire, le bouc émissaire d’un tordu n’a pas besoin d’être le mème que celui d’un autre tordu.
      Le point commun, c’est qu’ils en ont besoin d’un.

      “L’histoire justifie ce que l’on veut”
      Ce n’est pas l’histoire qui justifie mais certains hommes qui ont besoin de se justifier.
      “elle n’enseigne rigoureusement rien”
      Si, mais elle déplait à ceux qui ont besoin de se justifier.
      “elle contient tout et donne des exemples de tout”
      Je trouve qu’elle se répète inlassablement pour dire une seul chose qui peut se résumer par une citation chère à ce blog:
      “Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots.” [Martin Luther-King]


    • georges glise Le 18 septembre 2016 à 20h24
      Afficher/Masquer

      ifop, certes, mais pour le compte de l’institut montaigne, qui a confié l’enquête à un de ses membres, lui-même musulman français.


  27. Nicolas D. Le 18 septembre 2016 à 18h57
    Afficher/Masquer

    L’auteur de cet article n’y est pas. La France est le pays le plus islamophile du monde et je vais le prouver. Le nombre de lieux de culte musulman en France est passé d’une centaine à plus de 2 000 en quarante ans. Fin des années 70, la France a choisi d’ouvrir la porte aux familles de tous les travailleurs immigrés, beaucoup étant musulmanes. La population musulmane en France a bien dû être multiplié par 5 ou 10 en quarante ans. Les nouveaux arrivants ont reçu la santé gratuite ainsi que l’éducation comme tous les Français. Leurs enfants sont des centaines de milliers à l’université, voie d’intégration par excellence dans la société française. Cet accueil généreux dont on connaît peu d’équivalents dans l’histoire du monde vis-à-vis d’une population de religion différente s’est fait avec le soutien de quasi tous les partis politiques, des médias et de l’énorme majorité des Français.

    Voilà, faut virer toute complexité à un problème comme le font Zemmour et Weill-Reynal. Le monde est plus simple et on se fait plaisir. Islamophile, islamophobe… l’important est d’accuser !


  28. georges glise Le 18 septembre 2016 à 19h38
    Afficher/Masquer

    nous n’avondes pas dû lire le même article sur l’enquête de l’institut montaigne. ce que j’en ai retenu, c’est que les deux tiers des musulmans de france s’en foutent, que la moitié ne fréquente pas la mosquée, que 70 pour cent mangent hallal, que les 18-25 ans sont en train de se réislamiser, que les femmes sont plus nombreuses que les hommes à approuver le port du niqab, et qu’ils ne sont que 28 pour cent accrochés au fondamentalisme (qu’il ne faut pas confondre avec l’islamisme terroriste, et que moins de la moitié de ces 28% adhèrent à la charia et à la polygamie.les deux-tiers se sentent à l’aise avec la laicité et les lois de la république.


  29. georges glise Le 18 septembre 2016 à 20h17
    Afficher/Masquer

    il me semble qu’il n’y a pas un islam, mais plusieursn islam ,. sans même parler de la division sunnites-ci’ites, l’islam le wahhabisme de l’arabie saoudite et des émirats, qui a engendré al qaeda et daech, est très éloigné de l’islam que vivent les bosniaques ou les musulmans de france. les rassembler dans une même entité qui ferait peur, voilà ce que font les amis de zemmour et les beaufs! . et le magazine marianne a été très clair sur ce point, dans ses analyses critiques de l’islamisme et des idiots utiles qui le nourrissent sur le plan idéologique.


    • Girault Le 18 septembre 2016 à 21h11
      Afficher/Masquer

      Absolument. Cette façon d’encarter tout le monde est épouvantable. Les hommes, les femmes, les gays, les handicapés, les gros, les roux, les ceci, les cela. Le monde n’est plus qu’un tas de petites boites étiquetées. C’est une façon de considérer l’humain dangereuse et à très courte vue. Cela permet d’éviter de penser que l’autre est semblable à nous-mêmes et à quel peur en nous répond ce besoin de le stigmatiser.
      Regardez les cathos : Ils se retrouvent tous à la même messe le dimanche. Pourtant, si vous les regardez vivre et les écoutez vous obtiendrez une palette qui va de l’intégriste à celui qui continue par habitude culturelle. Chez les musulmans il en est de même. Ce sont avant tout, avant toute étiquette des individus, des personnes. Les caser dans la boite “musulmans” et en tirer des conclusion générales est une bêtise, sinon une malhonnêteté. Il serait peut-être temps de voir les choses autrement non ?


  30. Mike Le 18 septembre 2016 à 20h24
    Afficher/Masquer

    Un sondage IFOP indique que plus d’un quart de musulmans français (28%) estiment que leurs valeurs sont « incompatibles » avec celles de la République. C’est de l’Islamophobie que de mettre ce sondage en perspective de l’article de M. Guillaume Weill-Raynal ?

    Selon un nouveau sondage réalisé par l’Institut IFOP pour le Journal du dimanche (JDD), 46% des sondés se disent « soit totalement sécularisés, soit en train d’achever leur intégration » sans renier leur religion. La France compte entre trois et quatre millions de musulmans, précise l’étude.Au contraire, l’IFOP évalue à 28% du total les croyants qui ont « adopté un système de valeurs clairement opposé aux valeurs de la République », s’affirmant « en marge de la société ». Dans le détail, selon le JDD, 29% des sondés se sont déclarés d’accord avec l’affirmation suivante: « La loi islamique (charia) est plus importante que la loi de la République ».


  31. raloul Le 19 septembre 2016 à 07h21
    Afficher/Masquer

    Bonjour!

    Des études en Allemagne donnent également des résultats qui mériteraient un vrai débat avec de vrais arguments plutôt que des anathèmes et des rapprochements douteux.

    Vous lirez ici, dans une étude de l’université d’Hambourg, publiée par le ministère de l’intérieur allemand en 2007, que 47% des musulmans interrogés sont d’accord avec l’affirmation que suivre sa religion est plus important que la démocratie (page 141). Moins lourdingue et plus “rigolo” est que 95% estiment que les minorités ne devraient pas pouvoir s’exprimer librement (pas mal pour une minorité !!!)
    http://www.bmi.bund.de/cae/servlet/contentblob/139732/publicationFile/14975/Muslime%20in%20Deutschland.pdf

    C’est une source crédible et à la place des affirmations péremptoires, il serait judicieux d’accorder au débat sur le rapport entre islam et états laïcs modernes la place et le sérieux qu’il méritent. Quant aux pyromanes genre Zemmour, il est sain de démontrer le grotesque de leurs propos, tout en ne négligeant pas les réalités sous-jacentes qui permettent à un tel discours de proliférer, malheureusement. Car faire l’autruche n’améliore pas non plus la situation, en fait.


    • hugues Le 21 septembre 2016 à 12h41
      Afficher/Masquer

      Cela confirme qu’il s’agit d’un problème de souveraineté pour les pays ayant accueilli un nombre important de musulmans. Trop de musulmans remettent en cause par leur attitudes la souveraineté du pays d’accueil. Les responsables sont les hommes politiques ayant permis cet afflux. Aujourd’hui, les français leur demande de quel droit permettent-ils que l’on change leur paysages, et les menus de leur cantines


  32. Olivier Berruyer Le 19 septembre 2016 à 10h38
    Afficher/Masquer

    “D’un côté on a des victimes et de l’autres des bourreaux”

    Le tiers des victimes de Nice sont musulmanes


    • hugues Le 21 septembre 2016 à 12h47
      Afficher/Masquer

      Il s’agissait d’une attaque contre un pays, la qualité des victimes ne jouent pas pour les terroristes


  33. Vincent Le 19 septembre 2016 à 16h31
    Afficher/Masquer

    Faut peut être pas exagéré, on en est pas rendu à ce niveau là non plus, alors oui cela raisonne comme une époque des années 30, mais j’ai envie de dire que cela raisonne comme une époque de conquête coloniale, où tout ce qui est non français est méprisé, mit dans la boue, considéré comme sous citoyen, comme l’indigénat en Algérie, alors je pense que c’est pas liée à une époque, mais à une culture, une culture occidentale qui depuis deux siècles méprise ceux qui lui sont différent voir opposé. Est ce que c’est étonnant? Pas du tout, je trouve même presque cela normal, ce qui est étonnant c’est la petite parenthèse, 68tard anti raciste et anticolonialiste qu’il y a eu un jour en occident le temps d’une décennie, mais c’était une parenthèse, être des connard méprisant raciste et hophobe de tout, c’est une seconde nature chez nous depuis un bon bout de temps.


  34. J Le 19 septembre 2016 à 18h05
    Afficher/Masquer

    Le problème essentiel vient donc des djihadistes, Frères Musulmans, wahhabites, salafistes, etc. et tout ce qu’on peut dire de leur influence c’est qu’elle se renforce, partout dans le monde.

    J’aimerais bien qu’on m’expliquât comment on peut combattre leurs idées, ne serait-ce que pour éviter autant que possible d’avoir à les combattre militairement ou à se soumettre, sans remettre en cause les fondements mêmes de l’Islam au moins sunnite.

    Bien sûr, c’est déplaisant pour les musulmans dits modérés qui n’y sont pour rien, mais les chrétiens modérés ont fini par s’y habituer, à ce qu’on mette en cause leur doctrine, non ?


    • Caliban Le 19 septembre 2016 à 23h20
      Afficher/Masquer

      Petits rappels chronologiques :
      – le schisme sunnisme / chiisme remonte aux temps du prophète
      – le fondamentalisme – dont l’existence n’est attesté qu’au XXe siècle – ne pose des soucis que depuis le choc pétrolier, date à laquelle les Saoud ne sachant plus quoi faire de leurs pétrodollars ont financé le wahhabisme aux quatre coins de la planète

      Voyez. Il n’y a pas besoin de jouer les exégètes et d’aller embêter les musulmans sunnites pour leurs croyances. Juste aller mettre une fessée à quelques bédouins.


      • J Le 21 septembre 2016 à 13h27
        Afficher/Masquer

        Je voudrais bien savoir en quoi Abou Bakr, Omar, Othman, Ali, les Ommeyades, les Ghaznévides, les Almohades, les Ottomans (sauf à la fin où ils étaient affaiblis), etc. étaient moins fondamentalistes que les actuels wahhabites, Frères Musulmans, etc.

        [Modéré]


        • Lysbeth Levy Le 21 septembre 2016 à 16h20
          Afficher/Masquer

          Alors là c’est fort de café (turc) ! Mélanger un mercenaire financé par la Cia (abou bakr), avec l’Empire des Ommeyades ou les Almohades, Ottomans qui ont laissé un grand héritage démontre le peu d’estime que vous avez pour les “êtres humains” qui se nomment parfois comme “musulmans” ou “arabo-musulmans”. En plus de mettre en lien des sites fascistes et racistes. Je me demande qu’est ce que vous attendez de nous …Pouvez vous me répondre J ….?


          • J Le 21 septembre 2016 à 18h34
            Afficher/Masquer

            Le grand héritage des Ommeyades, Almohades, etc. ce n’est pas le sujet. Je demande en quoi ils étaient moins fondamentalistes que les actuels fondamentalistes, ces derniers étant d’ailleurs nettement moins sanguinaires.

            Ou alors vous considérez qu’un fondamentaliste est forcément inculte, borné… mais ce n’est pas loin du racisme, ça.


  35. V_Parlier Le 19 septembre 2016 à 23h07
    Afficher/Masquer

    En effet c’est sur ce plan qu’il faut raisonner. Daech n’avait justement pas tant de raisons que cela d’attaquer la France puisque Fabius a contribué à l’expansion de Daech. Seulement, comme pour le 11 septembre, quand on lâche ses amis peu recommandables ça revient en pleine g…


  36. J Le 20 septembre 2016 à 08h04
    Afficher/Masquer

    “Dès qu’il est reconnu qu’une croyance, et peu importe laquelle, est importante pour toute autre raison que d’être vraie, alors on s’expose aux pires abus. Le contrôle de l’appareil judiciaire en est le premier, mais d’autres sont sûrs de suivre. Les emplois de direction seront réservés aux personnes qui présentent toutes les garanties d’orthodoxie. Les documents historiques seront falsifiés s’ils remettent en cause les opinions reçues. Tôt ou tard, toute déviance sera considérée comme un crime et sera sanctionnée par le bûcher, les purges ou les camps de concentration.”
    (Bertrand Russell, Pourquoi je ne suis pas chrétien, repris par Ibn Warraq, Pourquoi je ne suis pas musulman).

    La croyance forcenée en l’innocence fondamentale des religions ou supposées telles n’est pas la moins dangereuse et liberticide des croyances, fût-elle soutenue par des athées.


  37. Lysbeth Levy Le 21 septembre 2016 à 16h16
    Afficher/Masquer

    Encore une fois, J….vous faites référence à un site extrêmiste et a un soit disant “apostat musulman” lié à la sphère néoconservatrice américaine…Ibn Warraq s’acquoquine avec des extrêmistes de droites européens comme Pim Fortuyn assassiné pour faire accuser “la communauté” musulmane dans son ensemble. Ibn Warraq un “bon arabe” (indien !) de service financé et vendu comme “écrivain, athée”anti-musulman mais surtout bossant avec des faux rebelles amis des BHL et autres néoconservateurs adeptes du “choc des civilisations” : https://nantes.indymedia.org/articles/8132 qui défends l’Ouest ou l’Occident et vend de la haine en permanence en se la jouant victime !!https://www.jihadwatch.org/2014/11/ibn-warraq-speaks-at-yale
    Ca paie bien en attendant la prochaine guerre, ces “hommes/femmes sont dangereux et mettent de nombreuses vies en danger y compris la leur, étant donné qu’ils servent aussi pour les “marionnettistes” de “chèvres” et là on oblige tout le monde a “être charlie” !!


Charte de modérations des commentaires