On peut enfin voir l’enquête sur le Crédit mutuel, et c’est pas grâce à Bolloré

Source : Richard Sénéjoux, pour Télérama, le 7 octobre 2015.

Avec Bolloré, c'est Canal moins d'investigation.

Si le film “Evasion fiscale, enquête sur le Crédit mutuel” est diffusé à la télévision, c’est grâce à France 3 qui a tenu bon face à Vincent Bolloré. Car l’industriel, lui, l’avait interdit sur Canal+. Merci le service public.

Tout commence par un coup de fil. Début mai, le président du conseil de surveil­lance de Vivendi, Vincent Bolloré, qui n’a pas encore entamé la purge que l’on sait à Canal+, appelle le directeur de la chaîne, Rodolphe Belmer. Il exige la déprogrammation d’un documentaire sur le Crédit mutuel, dont la diffusion est prévue le 18 mai dans le cadre de Spécial investigation. Sans aucune explication. Le magazine Society puis Mediapart révéleront par la suite que la banque est un partenaire financier important du groupe Bolloré.

Une censure directe et brutale

Le film Evasion fiscale, enquête sur le Crédit mutuel a pourtant été validé par le comité éditorial de la chaîne cryptée, puis par la direction juridique. Sa diffusion est annoncée dans les gazettes, dont Télérama. Les équipes de Spécial investigation, qui l’ont commandé à la société de production Zodiak, ne sont au courant de rien. On a affaire à une censure directe et brutale. « A l’ancienne », dit-on chez le producteur, où on n’en revient pas. Outrée par le procédé, Zodiak décide pourtant de ne pas ébruiter l’affaire. La priorité ? « Sauver le film », c’est-à-dire lui trouver un autre diffuseur. France 3 se dit intéressée. Mais pour ça, il faut que Canal+ libère les droits — ce que s’évertuera à faire Rodolphe Belmer jusqu’à son éviction, début juillet.

A qui appartient le film ?

C’est le point central de l’affaire : à qui appartient le film ? Un pré-accord a bien été passé entre le producteur et Canal+. Mais aucun euro n’a été versé, ce qui peut être vu comme une forme de désengagement. L’un des patrons de Zodiak, Renaud Le Van Kim, le signifiera par écrit à France Télévisions : le documentaire est bien libre de droits. A France 3, on décide de le programmer à la rentrée, dans la case de Pièces à conviction. Et on part en vacances.

Coup de théâtre début septembre

France Télévisions reçoit une nouvelle lettre de Zodiak (dont Renaud Le Van Kim a entre-temps été démissionné), qui dit… exactement l’inverse de la précédente : les droits appartiennent à ­Canal+, donc impossible de vous livrer le film. Les raisons de ce revirement ? D’abord, le producteur travaille beaucoup avec Canal+, pour qui il coproduit par exemple la série événement Versailles, à l’antenne en novembre. Jamais bon de fâcher un gros client. Surtout, quelques jours avant ce dernier courrier, Vivendi a pris des parts dans la maison mère de Zodiak, Banijay. Vous voyez le tableau : après avoir interdit d’antenne le documentaire sur Canal+, Vincent Bolloré voudrait profiter de cette (nouvelle) casquette pour empêcher sa diffusion sur France 3 ! Dans les hautes sphères de France Télévisions, on s’interroge. C’est vrai, il y a un risque juridique. Mais la nouvelle patronne du service public, Delphine Ernotte, tient bon et maintient la diffusion. Elle l’annonce même publiquement, sur les ondes de France Inter. En tout début de mandat, elle joue sa crédibilité. Belle mission de service (et de salubrité) public.

Informer va-t-il devenir un délit dans le groupe Canal ?

En revanche, on est franchement inquiet pour l’avenir de l’enquête journalistique sur Canal+. Outre la censure Crédit mutuel, un reportage sur l’Olympique de Marseille a été retiré du site de replay de la chaîne, MyCanal. Un documentaire inédit sur François Hollande et Nicolas Sarkozy avait été déprogrammé sans motif, avant d’être reprogrammé sans plus d’explications. Un autre sur BNP-Paribas, autre partenaire financier de Bolloré, a été gelé. Les équipes de Spécial investigation pensent que leurs jours sont comptés. Avec les multiples intérêts de Vincent Bolloré (énergie, gestion de ports en Afrique, transport, plantations, logistique, batteries et voitures électriques, publicité, médias…), c’est l’indépendance éditoriale de tout le groupe Canal+, propriétaire aussi d’i>Télé, qui est menacée. Le collectif « Informer n’est pas un délit » s’est mobilisé pour interpeller le CSA et les pouvoirs publics.

===========================================

P.S. : ce documentaire a été diffusé le 7 octobre.

Le 16 octobre, le mandat du sympathique Michel Lucas, qui a traité les lanceurs d’alerte de “racketteurs”, et qui est accusé dans le reportage d’avoir fait censurer ce documentaire sur Canal Plus, a été renouvelé pour 5 ans…

Plus c’est gros, plus ça passe…

16 réponses à Pièces à convictions : Enquête sur le Crédit Mutuel

Commentaires recommandés

LBSSO Le 06 novembre 2015 à 07h45

Cette enquête concerne l’évasion fiscale de riches particuliers.Les mécanismes se sont donc étendus au-delà des multinationales et concernent à présent de riches individus mais aussi des personnes “moins fortunées “. Cette tendance s’est affirmée ,selon mon expérience, au milieu des années 90.
25 ans pour que le grand public en soit informé….

Mais ce dernier devrait aussi ouvrir les yeux .

Concernant les montages financiers des multinationales ,il lui ont été décrits dans un film qui a consacré le retour de Patrick Dewaere :”Mille milliards de dollars” d’Henri Verneuil.

Regarder ,tout est expliqué,dans cette scène, sur les prix de transfert à 2mn 20s.
link to youtube.com

C’était en 1981/82 , 34 ans avant “la crise” de 2005 !
Il a fait 1,2 million d’entrées à l’époque….

  1. Patrick Luder Le 06 novembre 2015 à 06h22
    Afficher/Masquer

    C’est ma chaîne de télévision, donc j’en fais ce que j’en veux. Si tu veux autre chose, fais ta propre chaîne de télévision …

    Argument, qui par ailleurs, à déjà été servis sur ce blog plusieurs fois …


    • Surya Le 06 novembre 2015 à 09h12
      Afficher/Masquer

      Je ne vois pas le problème. Tu peux résilier ton abonnement Anal+ pour ne pas filer ton argent à Bolloré (moi j’ai résilié SFR pour ne pas filer mon argent à Drahi). D’ailleurs les médias alternatifs fleurissent un peu partout (merci youtube)


      • Arnould Le 06 novembre 2015 à 11h23
        Afficher/Masquer

        Idem pour moi: j’ai résilié Numéricable pour exactement la même raison, et maintenant je vais m’occuper de lapostemobile. Ce Drahi a fait fortune avec les infrastructures mises en place patiemment par tous les Francais, et maintenant il est résident fiscal suisse, vit en Israel, fait coter sa holding aux Pays Bas et délocalise ses salariés. Je préfère donner mon argent à d’autres, qui font au moins sans-blanc d’investir un peu en France. Quand à C+, jamais été client et ce n’est pas maintenant, avec Bollore, ce vieux crouton aux commandes, que je vais commencer. Son attitude démontre qu’il est complètement à côté de son époque, il ferait mieux de rentrer dans son XIXe siècle.


    • JaySWD Le 03 décembre 2015 à 23h43
      Afficher/Masquer

      Désolé de déterrer un vieux post,mais une ITW intéressante sur le sujet,découverte récemment sur l’excellente chaine YT Thinkerview (Merci pour la découverte,Olivier!!),par des gens au fait du sujet et de la censure “Chimiquement pure”(!!) de Bolloré..

      Olivier,il serait sans doute pertinent de mettre cette vidéo en avant?!

      link to youtube.com


  2. LBSSO Le 06 novembre 2015 à 07h45
    Afficher/Masquer

    Cette enquête concerne l’évasion fiscale de riches particuliers.Les mécanismes se sont donc étendus au-delà des multinationales et concernent à présent de riches individus mais aussi des personnes “moins fortunées “. Cette tendance s’est affirmée ,selon mon expérience, au milieu des années 90.
    25 ans pour que le grand public en soit informé….

    Mais ce dernier devrait aussi ouvrir les yeux .

    Concernant les montages financiers des multinationales ,il lui ont été décrits dans un film qui a consacré le retour de Patrick Dewaere :”Mille milliards de dollars” d’Henri Verneuil.

    Regarder ,tout est expliqué,dans cette scène, sur les prix de transfert à 2mn 20s.
    link to youtube.com

    C’était en 1981/82 , 34 ans avant “la crise” de 2005 !
    Il a fait 1,2 million d’entrées à l’époque….


    • Chris Le 06 novembre 2015 à 10h18
      Afficher/Masquer

      Les escrocs comptent, avec raison, sur l’oubli des foules. Il leur suffit d’attendre sans faire de vagues pour resurgir vierges comme des nouveaux-nés.
      Qui se souvient avoir visionné le film cité de Verneuil ? N’étant pas cinéphile, je ne l’ai pas vu. Par contre, j’ai un précis souvenir des séquences mettant en scène la technique des OPA préludant les “découpages” d’entreprises et leurs destructions : Prettty woman !
      Qui plus est, nous avons la fâcheuse tendance -et paresse citoyenne- de croire que, parce qu’on en parle, l’affaire est réglée : que nenni ! Il faudrait qu’à chaque cas, les électeurs harcèlent leurs députés pour que des contre-pouvoirs soient légalement installés avec moyens de contrôles transparents.
      On est loin du compte. Ici en Suisse, nous avons l’immense chance de pouvoir actionner une “initiative” qui, si elle est cohérente et documentée, aboutira en référendum ayant toutes les chances de passer. Et le peuple ne s’en prive pas.
      Vu de l’extérieur, la France est vraiment une république bananière avec tous ces “élites” apatrides aux commandes. Pas étonnant qu’on soit coincé dans l’Union Européenne et de mèche avec les Ricains pour tous les mauvais coups !


    • Incognitototo Le 06 novembre 2015 à 12h31
      Afficher/Masquer

      Non, pas d’accord sur les dates… Selon mon expérience, l’évasion et l’optimisation fiscale (aussi bien pour les entreprises que pour les particuliers) ont commencé significativement dans les années soixante-dix et ont suivi le mouvement des délocalisations et externalisations (qui n’ont pas cessé depuis et n’ont fait que s’amplifier).

      D’ailleurs, les premières lois importantes censées lutter contre datent de 1979… et nous avons eu, par exemple, une accélération et une énorme fuite de capitaux (de mémoire plus de 20 MdF, énorme pour l’époque, qui partent le plus souvent dans des valises) au début des années 80 et à l’arrivée de la gauche au pouvoir (provoquant, entre autres causes, 3 dévaluations successives du Franc et à la mise en place du contrôle des changes en 83).

      Cependant, alors que nous avons déjà tout l’arsenal répressif qui permettrait d’y mettre fin, ce problème est un serpent de mer qui ne sera jamais résolu.

      Tant que les États auront eux-mêmes des intérêts dans des entreprises multinationales qui ont de multiples filiales dans des paradis fiscaux opaques ( enquête d’Alternatives économiques : http://www.alternatives-economiques.fr/paradis-fiscaux—le-cac40-et-les-paradis-fiscaux_fr_art_633_42326.html ; à croiser avec la liste des participations d’État : link to fr.wikipedia.org ), faut pas rêver…

      Les États sont eux-mêmes empêtrés et complices des paradis fiscaux et des États opaques. Ils en ont besoin pour leurs opérations tordues, militaires, industrielles ou autres ; sans oublier qu’ils ont besoin des fonds qui en proviennent pour financer les dettes publiques…
      Aussi, les déclarations martiales ne sont faites que pour amuser l’opinion publique et pour faire croire qu’ils font quelque chose…

      Pour plus d’informations : link to solutions-politiques.over-blog.com

      Cordialement.


    • bizmarco Le 06 novembre 2015 à 16h13
      Afficher/Masquer

      Le film “MILLE MILLIARDS DE DOLLARS” est excellent. Patrick Dewaere incarne le role principal avec grand talent et ce film est à mon avis une référence pour démontrer la corruption dans de nombreux domaines et la problématique des médias.

      Il date de 1982 et ce qu’il montre n’a pas pris une ride. Rien n’a changé au fond.

      Je le recommande fortement à tous ceux qui ne le connaissent pas encore.


  3. MinL Le 06 novembre 2015 à 08h56
    Afficher/Masquer

    Un reportage qui sera sans nul doute analysé et commenté dans la presse régionale.

    Ah, on me fait signe que M. Lucas a racheté la plupart des quotidiens régionaux. On va vite voir les limites de l’indépendance éditoriale du coup…

    (Ça rappelle l’affaire Dassault, à l’époque curieusement absente des pages du Figaro. Le Gorafi avait tapé dans le mille : link to legorafi.fr )


  4. social21eme Le 06 novembre 2015 à 09h11
    Afficher/Masquer

    la bourgeoisie exprime tous ses caprices d’enfant gaté, a qui l’on ne doit rien refuser.
    le peuple doit se coucher devant les désirs de ses hauts fortunés collériques.


  5. Balthazar Le 06 novembre 2015 à 10h15
    Afficher/Masquer

    Oui, je suis d’accord avec vous.
    Mais il faut être doté de sacrées œillères (comme ces employés de banque monégasques) pour dire : oh! Je n’avais jamais vu cela dans d’autres banques. Oh bien sûr, le CM est le seul opérateur bancaire français doté d’agences dans des paradis fiscaux.
    Alors je vais rassurer ces journalistes. Même les CE ou LBP ont des banques privées ici ou là.
    Houla attention que je ne me transforme pas en E. Snowden quand même.
    Le souci, c’est que le compte bancaire est obligatoire. Que retirer son argent de sa banque, c’est bien, mais ensuite faut vivre avec la peur de se le faire voler. Quelqu’un qui retire tous les mois sa paye, cela s’ébruite vite, croyez moi. Cela peut même paraître suspect.
    La retraite, c’est mal barré. Faut vite une assurance vie, LE placement préféré des français. Bla-bla-bla bourrage de crâne, peur du lendemain , le mougeon français avance tranquillement vers l’abattoir.
    Ah au fait, un scoop pour les journalistes d’investigation: votre argent, à la banque… Ce n’est plus votre argent. Vous l’avez troqué contre une promesse de remboursement ( une créance pour les initiés


  6. RD Le 06 novembre 2015 à 10h30
    Afficher/Masquer

    Vous savez le plus drôle ? La vidéo de Youtube que vous mettez tout en haut de cet article, et bien elle est bloqué hors de France (USA notamment) pour infraction au copyright. Et vous devinez qui a demandé cette censure ? Canal +… link to pbs.twimg.com


  7. Arnould Le 06 novembre 2015 à 12h52
    Afficher/Masquer

    Pour une fois je vais me faire un peu avocat du diable.

    Dans le débat il est dit que Michel L… est soit un incompétent, puisqu’il ne savait pas ce qui se passait dans son groupe, soit une ordure qui insulte des lanceurs d’alerte qui n’ont apparemment même pas demandé d’argent. Alors il est une ordure comme il y en a tant. OK. Mais il est une ordure compétente.

    Jusqu’à présent il avait un peu ma sympathie suite à une autre intervention sur Radio Classique, d’une heure le soir entre 19h et 20h, il y a maintenant bien 2 ou 3 ans. Dans cette émission il disait:

    1) Pour l’anecdote: qu’il écoute Radio Classique le soir, puisque les médias sont devenus tellement nuls. Un bon point pour lui!

    2) Plus sérieusement: lors de la grande époque où les Américains venaient voir les instituttions financières européennes pour leur vendre des produits “structurés” à base de subprimes, il a personnellement regardé ces propositions en épluchant un dossier, puis a décidé de ne pas y aller, car autrement il aurait fallu qu’il aille tous les jours “allumer un cierge” pour espérer éviter la catastrophe. Et d’ailleurs la profession se moquait alors de lui pour sa frilosité… Quel banquier de son niveau peut dire la même chose? Deuxième bon point!

    3) Et pour conclure, suite à la débacle de septembre 2008, le Crédit Mutuel/CIC disposait de cash pour racheter le réseau d’agence pour particuliers en Allemagne, ex City Bank devenu depuis Targobank. Et ça, c’est tout de même le résultat de la capacité de prévision de ce Michel L…. Le soir où est passée l’émission, je me suis même dit qu’il avait été gonflé de racheter ce réseau qui a pignon sur rue en Allemagne (qui était encore un peu l’homme malade de l’Europe, il faut se rappeler de ça), car cela signifiait qu’il avait anticipé que nous (le public, les gouvernements, les banques centrales) ne laisserions pas tomber le système. Troisième bon point pour Michel L….

    Alors ordure, Michel L…, de traiter des lanceurs d’alertes de “racketeurs”, certes, mais ordure très compétente. Maintenant, face aux autres, ceux du monde de Wall Street et de la City, c’est peut-être bien que nous en disposions aussi un peu de ces profils, non?


  8. Incognitototo Le 06 novembre 2015 à 14h20
    Afficher/Masquer

    Suite au visionnage du documentaire, c’est du “mauvais” journalisme pour moi, parce que cela pose les problèmes sous la forme de la lutte des “bons” contre des “méchants” ; mais surtout parce que ça ne pose aucune question politique sur le “comment c’est possible et pourquoi ça perdure”… y inclus dans une banque soi-disant mutualiste, censée avoir des valeurs…

    Bref, c’est encore du journalisme sensationnaliste pour “se faire plaisir” (où on n’apprend rien de plus, vu que ce sont des pratiques banales depuis plus de 40 ans), sans aucun recul sur toutes les causes politiques (anciennes) qui font que ça ne va pas se terminer demain…


  9. -Marc- Le 06 novembre 2015 à 16h00
    Afficher/Masquer

    Franchement j’aurais du mal à prendre partie entre la pressetitution (qui nous sert une infâme propagande en permanence et dont la collusion avec une classe politique ayant trahi les intérêts supérieurs et la confiance d’un peuple souverain duquel elle tient ses mandats permet à un régime “soft-fasciste” de se maintenir) et un prédateur ultra-capitaliste prêt à n’importe quelle vilenie pour développer ses intérêts financiers.

    Que ces hyènes se bouffent entre elles, quel qu’en soit le perdant il y-aura toujours lieu de se réjouir.


  10. Versingétoride Le 07 novembre 2015 à 01h37
    Afficher/Masquer

    super reportage, voila de l’info democratique.. Un peu trop axė contre CM/CIC les pauvres. Cest vraiment loin d’être les pires et ils s’en prennent pas mal.. Il va vraiment être temps d’agir contre ce systeme. Au lieu daller chercher cet argent, il préfère nous prėcariser ou nous prėlever d’avantage.. La question est Pourquoi? Y a-t-il du chantage? La bombe aura explosé bien avant que nous resoudrerons cette affaire toutes façon.. Avec mille millions de milliards de produits dėrivės qui transitent chaque annėe n’importe comment.. Nous sommes en fin de cycle.. Il va falloir se sėrer les coudes et repartir sur des bases saines.. Comment des gens aussi gâtés par la vie et aussi confortablement bien installės chez nous peuvent en arriver la.. Un tel mépris de ses semblables.. Cest un manquement a l’inculcation des écrits saints.


Charte de modérations des commentaires