Source : Le Nouvel Obs, Céline Lussato, 18-01-2016

Pour avoir signé une pétition appelant le pouvoir à renoncer à la violence aveugle dont il fait preuve dans le sud-est du pays à majorité kurde, des intellectuels et universitaires turcs sont aujourd’hui poursuivis.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, à Ankara le 9 septembre 2015. ADEM ALTAN / AFP

Leur seul crime ? Avoir signé une pétition appelant à cesser la répression dans le sud-est de la Turquie à majorité kurde. Une vingtaine des signataires de ce texte, intellectuels, universitaires, auteurs… ont été arrêtés vendredi dernier, accusés, rien de moins, que de “soutenir le terrorisme”. Libérés depuis, ils restent sous le coup de poursuites en justice pour “propagande terroriste”, “insulte aux institutions et à la République turque” ou encore “incitation à violer la loi”. Et l’inquiétude est grande de leur voir payer très cher ce simple paraphe. Une dizaine d’universités ont déjà engagé des poursuites disciplinaires contre plus de soixante autres professeurs ou chercheurs et la chasse aux sorcières ne semblent pas devoir s’arrêter là.

Rien dans la pétition ne prête pourtant à penser que ces signataires soutiendraient d’une quelconque manière le terrorisme. Ils s’élèvent en effet dans ce texte contre la violence en cours dans la région, le maintien d’un couvre-feu depuis plusieurs semaines dans de nombreuses villes kurdes et les bombardements à l’arme lourde ordonnés par Ankara. Ils dénoncent

un massacre délibéré et planifié en totale violation des lois turques et des traités internationaux signés par la Turquie”.

Enfin, ils “exigent que cessent les massacres et l’exil forcé qui frappent les Kurdes et les peuples de ces régions, que soient levés les couvre-feux, identifiés et sanctionnés ceux qui se sont rendus coupables de violations des droits de l’homme”.

Mais ce texte, signé initialement par 1.128 personnes et aujourd’hui par plus de 2.000, a soulevé l’ire du pouvoir en place qui tolère bien peu les commentaires quant à sa façon de mener le pays et en particulier le sud-est. D’autant que de nombreux chercheurs vivant à l’étranger – d’origine turque ou non – tels que le philosophe américain Noam Chomsky ou l’universitaire français Éric Fassin, ont associé leur signature à cette condamnation de la violence turque.

“Trahison”

“Cette horde d’universitaires s’est clairement rangée dans le camp de l’organisation terroriste [le PKK, NDLR] et a craché sa haine sur le peuple turc”, s’est emporté le président Erdogan dans un discours à Ankara. “Ces soi-disant intellectuels (…) sont des individus sombres qui n’ont aucun respect de leur patrie”, a-t-il insisté les accusant de “trahison”.

L’université de Düzce, dans le nord-ouest du pays, a ainsi décidé de licencier un de ses professeurs de sociologie, Latife Akyüz, qui avait signé la pétition, selon l’agence de presse Dogan. Et le quotidien “Radikal” a publié des photos de bureaux d’universitaires dont la porte a été marquée d’une croix rouge sang, signe de leur “traîtrise” aux yeux des plus radicaux supporters de l’AKP, le parti au pouvoir, dont certains s’apparentent à l’extrême droite. Collé sur la porte des bureaux de ces enseignants chercheurs de l’université Gazi d’Ankara, cet avertissement :

Nous ne voulons pas de partisan du PKK dans notre université”.

Une cabale menée contre des intellectuels qui n’est pas sans rappeler la menace quotidienne qui pèse sur la presse dans le pays. Recep Tayyip Erdogan, qui n’avait pas hésité à proclamer à la télévision que “les livres sont plus dangereux que les bombes”, a fait mettre nombre de journalistes en prison ces derniers mois et notamment Can Dundar, le directeur de la rédaction du quotidien de gauche “Cumhurriyet” qui avait révélé le double jeu du pouvoir vis-à-vis en Syrie en publiant les photos prouvant que des camions appartenant aux services de renseignement turcs avaient transporté des armes vers le pays voisin. La Turquie a dégringolé à la 149e place dans le classement mondial de la liberté de la presse publié en 2015 par Reporters sans frontières. Sans que les réactions européennes ne soient à la mesure de la situation que vivent les Turcs, et ce alors qu’Ankara maintient sa candidature à l’UE. Dans un communiqué laconique, l’Union européenne qualifiait, plusieurs jours après l’arrestation des signataires de la pétition, “d’extrêmement inquiétantes” les “mesures prises”, mais se bornait à encourager la Turquie à “respecter la liberté d’expression”. Peut mieux faire…

Céline Lussato

Source : Le Nouvel Obs, Céline Lussato, 18-01-2016

 

Chomsky accuse Erdogan de double jeu

Source : Agoravox, 14-01-2016

Quelques heures après l’attentat perpétré mardi dans un quartier touristique d’Istanbul, Erdogan s’est livré à une critique sarcastique de Chomsky et des « soi-disant intellectuels” qui avaient signé une lettre demandant à la Turquie de lever le siège contre les villes kurdes et d’autres villes dans le sud-est du pays. Par défi, il avait invité Chomsky à visiter la région dans un discours télévisé lors d’une conférence des ambassadeurs turcs à Ankara.

Noam Chomsky* a rejeté l’invitation. Dans un e-mail à « The Guardian », il écrit : “Si je décide d’aller en Turquie, ce ne sera pas sur son invitation, mais comme je l’ai déjà fait aupparavant, à l’invitation des nombreux dissidents courageux, y compris les Kurdes qui subissent des attaques sévères depuis de nombreuses années ».

Chomsky a également affirmé qu’Erdoğan jouait double-jeu avec le terrorisme.

 Dans la lettre ouverte à M. Erdoğan publiée le mois dernier, Noam Chomsky et des centaines d’autres intellectuels l’avaient accusé de faire la guerre contre son propre peuple : « La responsabilité de la crise actuelle fabriquée dans le pays revient à Erdoğan lui-même. Il perçoit les Kurdes – que ce soit le HDP [le, parti de gauche pro-kurde qui a gagné 81 sièges à la dernière élection ], le PYD en Syrie ou le PKK [Parti des travailleurs kurdes séparatistes] – comme des obstacles à son plan visant à établir règle suprême pour la présidence turque. Avec les sièges imposés sur leurs communautés dans le sud-est, la Turquie a effectivement déclaré la guerre à son propre peuple. La crise actuelle est fabriquée et totalement inutile. Cela démontre encore une fois qu’Erdoğan est une force de profondes divisions “.

Dans son discours, M. Erdogan a déclaré : « Que notre ambassadeur aux États-Unis invite Chomsky, qui a fait des déclarations au sujet des activités de la Turquie contre l’organisation terroriste. Nous l’accueilleraons dans la région “.

Se référant aux opérations des séparatistes kurdes du PKK, Erdoğan a ajouté : “Nous sommes prêts à leur dire ce qui se passe dans le sud-est. Ils devraient voir avec leurs yeux si le problème est une violation par l’État ou le détournement des droits et des libertés de nos citoyens par l’organisation terroriste “.

Il a continué à accuser Chomsky et les autres signataires d’afficher une « mentalité du colonialisme” : “Vous dites que les intellectuels sont des personnes éclairées, mais vous êtes dans le noir. Vous n’êtes rien comme intellectuels “.

Une traduction en direct par al-Jazira a cité Erdoğan en disant : « Je dois envoyer un message aux universitaires : apposer votre signature sur un morceau de papier sec ne veut rien dire. Venez en Turquie. Chomsky peut voir ce qui se passe en Turquie avec ses propres yeux, pas à travers les yeux d’une cinquième colonne. Que ces universitaires viennent en Turquie – je suis certain que nous serons en mesure de leur montrer la véritable image “.

Dans son e-mail au « Guardian », Chomsky accuse Erdogan d’hypocrisie. Il écrit : “La Turquie a accusé Isis [de l’attaque sur Istanbul], alors qu’ Erdoğanles aidait à bien des égards, tout en soutenant le Front al-Nusra, qui est à peine différent. Il a ensuite lancé une tirade contre ceux qui condamnent ses crimes contre les Kurdes – qui se trouvent être la principale force terrestre à combattre Isis à la fois en Syrie et en Irak. Est-il besoin d’autres commentaires ? ”

 Source : Agoravox, 14-01-2016

15 réponses à Poursuivis pour une pétition : vaste chasse aux sorcières en Turquie Par Céline Lussato + Noam Chomsky

Commentaires recommandés

Spectre Le 17 mars 2016 à 01h48

“Les livres sont plus dangereux que les bombes.” — Erdogan
“Expliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser.” — Manuel Valls
“Quand j’entends le mot culture, je sors mon revolver.”
“L’ignorance, c’est la force.”

L’obscurantisme et le culte de l’imbécillité vont de pair avec tout pouvoir autoritaire.

  1. Spectre Le 17 mars 2016 à 01h48
    Afficher/Masquer

    “Les livres sont plus dangereux que les bombes.” — Erdogan
    “Expliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser.” — Manuel Valls
    “Quand j’entends le mot culture, je sors mon revolver.”
    “L’ignorance, c’est la force.”

    L’obscurantisme et le culte de l’imbécillité vont de pair avec tout pouvoir autoritaire.


    • Niya Le 17 mars 2016 à 09h13
      Afficher/Masquer

      Dans l’anti-intellectualisme, nos ‘zélites’ font très fort aussi.
      “…, il ne peut y avoir aucune explication qui vaille. Car expliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser”. Là, c’est Manuel Valls.
      “À trop vouloir expliquer l’inexplicable, on finit par excuser l’inexcusable.” Là, c’est Nicolas Sarkozy.
      Je ne sais pas lequel doit sortir du corps de l’autre, je ne sais pas même si c’est possible mais ce serait œuvre d’intérêt public.
      Peut-être finirions-nous, sans dogmatisme, par comprendre ce qui différencie la gauche de la droite ?!
      Bref de nous latéraliser.


  2. Pegaz Le 17 mars 2016 à 02h40
    Afficher/Masquer

    Erdogan imperturbable en rajoute une couche : link to lorientlejour.com


  3. Charles Michael Le 17 mars 2016 à 04h17
    Afficher/Masquer

    Sans surprise notre “allié” turc
    sans surprise son partenariat avec le régime corrompu et belliciste de Kiev

    ce n’est certes pas prendre la défense d’erdogan que de poser la question; et en france où est la pétition contre les bombardement kievistes contre les civils du Dombass ?
    ou celle contre nos ingérences coloniales ?

    Rien entendu de nos brillants universitaires ?
    mais pardon, c’est pas pareil: il s’agit d’opérations humanitaires.


  4. Fendu du chichoule Le 17 mars 2016 à 07h42
    Afficher/Masquer

    Erdogan montre ainsi qu’il est bien européen à l’instar de ses pairs; la photo est trés bien choisit.


  5. thmos Le 17 mars 2016 à 10h52
    Afficher/Masquer

    Voilà l’identité des dissidents nouveaux : les SOIT-DISANT INTELLECTUELS – Onfray, Todd, DeBenoist, Sapir, Michea … qu’ils se présentent en tant que “soit- disant intellectuel” – Valaut-Belkacem, Erdogan, Vals, Cameron nous ont offert le bon mot. “Proche des soit-disant intellectuels”, “la parole nauséabonde des soit-disant intellectuels”, ” assumez votre adhésion aux SDI ! ” etc… Les chiens de garde feront le reste…


  6. Lt Anderson Le 17 mars 2016 à 10h56
    Afficher/Masquer

    @ Charles Michael
    “les bombardement kievistes contre les civils du Dombass”
    Officiellement c’est, soit les “séparatistes” qui bombardaient leur propre population, soit des boucliers humains.
    Il me semble bien que nos politiciens, journalistes et intellectuels en soient restés là.


  7. Lysbeth Lévy Le 17 mars 2016 à 12h26
    Afficher/Masquer

    La Turquie d’Erdogan et même celle de son ennemi caché aux Usa, Fethula Gülen grand pourvoyeur d’écoles ou madrasa qui ré-islamise des pays “islamisés” normalement (soufi, sunnisme) sont aussi des vecteurs du réseau Gladio B qui est AL Qaida et les nouveaux barbares mercenaires agressant les nations arabes laiques : link to wikispooks.com

    Le fait que la source du Réseau Gladio B soit en Belgique ne devrait pas nous étonner; cela l’a déjà été pour les “Gladio A” de type méchants cocos” a l’époque du communisme “guerre froide” Le SHARP et le SACEUR je souligne……


  8. Eric83 Le 17 mars 2016 à 12h59
    Afficher/Masquer

    Le Spiegel et des journalistes allemands dans le collimateur d’Erdogan pour non complaisance avec le sultan.

    Euh, pas de journalistes français ?

    link to romandie.com


    • Pierre Le 17 mars 2016 à 14h41
      Afficher/Masquer

      Il faudrait pour cela qu’il y ait encore des journalistes d’investigation qui puissent faire leur travail (et donc soient publiés, diffusés) dans nos médias mainstream.
      Par contre je donnerais cher pour voir Mme Merkel se torturer les méninges pour se sortir du guêpier dans lequel elle s’est elle-même fourrée. Cette spécialiste du retournement de veste (cf ses déclarations sur les migrants sans cesse changeantes, notamment la voir applaudir la fermeture du couloir des Balkans peu après l’avoir dénoncée) va devoir se surpasser…


      • Astatruc Le 17 mars 2016 à 23h48
        Afficher/Masquer

        link to youtube.com
        Sarah Wagenknecht(la sublime Sarah) fustige l’hypocrisie d’Angela Merkel

        Le 17 février Sarah Wagenknecht, vice-présidente du parti Die Linke, s’est à nouveau exprimée contre la politique extérieure de la chancelière allemande lors d’une session parlementaire au Bunderstang.


  9. Andrae Le 17 mars 2016 à 16h34
    Afficher/Masquer

    The Independent: Recep Tayyip Erdogan’s craziest quotes, dans un article titré: “Erdogan wants to change definition of ‘terrorist’ to include journalists and politicians.”

    link to independent.co.uk

    Il semble que l’exasperation des Atlantistes (USA, UE, OTAN) envers la Turquie a percé dans les médias. Erdo le nouveau Hitler! (Après Poutine? en froid avec la Turquie? err…)

    La Turquie dévisse. La ‘guerre civile’ en Syrie a engendré les pré-soubresauts violents d’une guerre interne (et sur la frontière ..)

    Elle ne peut plus compter sur le support solide des USA, ni vraiment de l’OTAN dans le sens espéré (qui a été ahuri par l’histoire de l’avion Russe et a fait des déclarations hyper fermes), etc. Il lui reste l’alliance possible avec l’Arabie Saoudite, le Qatar, mais tous ces pays sont mis sous pression dans les pourparlers à Genève. Qui rappelons-le sont gérés par un directoire binome: USA et Russie. (Présidé par Staffan de Mistura.)

    Daesh, al Nusra, etc.- ont été libelées ‘terroristes’ (et décimées, etc.) il y a une ‘cessation des hostilités’, etc.

    Je considère comme peu probable une incursion sérieuse de leur part en Syrie – ils riquent trop gros, sur le plan diplomatique, militaire.

    Erdogan est coincé comme un rat furieux, et deploie son aggressivité tous azimuts, à l’interne.


  10. Pierre Le 17 mars 2016 à 18h28
    Afficher/Masquer

    Mais un bon gros manipulateur opportuniste et dénué de toute honnêteté…tout comme son prédécesseur d’ailleurs…
    Arrêtons d’élire ces avocats d’affaire, ces énarques, ces politicards professionnels totalement déconnectés du monde réel et persuadés d’être issu de la cuisse de Jupiter…mais il n’y a pas personne d’autre !
    La Vième République était un costume adapté pour le général De Gaulle (quoiqu’on puisse en penser), elle ne l’est pas pour les médiocres. Ce système qui définit le choix d’une politique par le choix d’une personne a fait son temps


    • Furax Le 17 mars 2016 à 19h57
      Afficher/Masquer

      Et vous avez vu ce que ca a donné des cadres constitutionnels taillés pour les médiocres ? Ca a donné les 3ème et 4ème républiques : le règne des médiocres carriéristes qui faisaient leur petite soupe dans leur petite marmite. Ca a abouti à des naufrages. Et si ca a tenu en 1914-1918, malgré une économie largement archaïque dt en retard du fait de la démagogie du pouvoir, c’est seulement parce que le pays s’est saigné à mort et qu’il y avait une gigantesque coalition pour nous soutenir (les USA pour nous approvisionner et les russes pour encaisser une grande partie du choc).

      Si vous ne connaissez pas, je vous conseille, pour vous faire une idée, d’observer le fonctionnement d’un conseil régional avec une majorité “plurielle” ou un congrès du PS ou une pure-primaire des LR.


  11. semaphorum Le 17 mars 2016 à 18h33
    Afficher/Masquer

    Un gros mou?
    drôle de qualificatif pour la doublette de néocons avérés infiltrés à la tête de l’état..
    ils semblent plutôt en mission, en état de grass certes parfois ;o)


Charte de modérations des commentaires