Que des diplomates et journalistes s’imaginent ça en dit long sur le degré d’irréalisme et de délire (ou a contrario de corruption ?) du système…

Source : Le Nouvel Obs, Vincent Jauvert, 11-02-2016

C’est pour tenter d’obtenir la prestigieuse récompense à l’automne 2016 que l’ex-ministre des Affaires étrangères veut rester président de la COP 21 tout en assurant la direction du Conseil Constitutionnel

Laurent Fabius, à la sortie du conseil des ministres le 10 février 2016 (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Son entourage en est convaincu : Laurent Fabius, dont la nomination au Conseil Constitutionnel a été annoncée ce mercredi matin 10 février par l’Elysée, espère décrocher le Prix Nobel de la paix 2016 pour son action en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique. Cela explique pourquoi il tient absolument – drôle de mélange des genres… – à conserver son titre de président de la COP21, fonction à laquelle il a été élu par acclamation lors de la séance d’ouverture le 30 novembre dernier au Bourget.

Le Prix Nobel viendrait comme le couronnement international de la carrière d’un homme d’Etat programmé pour être président de la République. Au Quai, il a d’abord espéré laisser une trace dans l’Histoire  en inventant un nouveau concept géostratégique, une formule pour décrire les nouveaux rapports de force mondiaux, comme en son temps Hubert Védrine a popularisé l’expression d”hyper puissance” pour décrire la domination américaine durant les années 90. Il n’y est pas parvenu.

“J’irai jusqu’au bout”

Laurent Fabius a réussi à marquer durablement la diplomatie française en prenant ses distances d’avec les Etats-Unis sur le dossier du nucléaire iranien. On se souvient de son “coup de gueule” à Genève en novembre 2013 pour dénoncer le projet d’accord entre Téhéran et Washington que le secrétaire d’Etat John Kerry a essayé d’imposer aux cinq puissances parties à la négociation. Mais cette sortie du ministre français restera comme un coup d’éclat – pas comme un manifeste historique : elle n’a pas la force du discours que Dominique de Villepin a prononcé à l’ONU en février 2003 pour dénoncer la “guerre préventive” de George Bush en Irak.

Contre toute attente, c’est donc la COP21, dont il ne voulait pas, et l’accord de Paris du 12 décembre 2015, qui donneront à Laurent Fabius l’occasion d’entrer, peut-être, dans le Panthéon international : le Prix Nobel de la paix, qu’il serait sans doute contraint de partager avec la Madame Climat de l’ONU, Christina Figueres (tous les deux recevront d’ailleurs ensemble le prix de la conférence de Munich, samedi 13 février). Mais comme rien n’est sûr, l’ex-chef de la diplomatie française tient à pouvoir continuer à faire campagne. Voilà pourquoi il veut conserver son titre de président de la COP21. “J’ai été élu à cette fonction internationale, personnelle et non-rémunérée, se justifiait-il en janvier au “JDD”. Elle n’est pas en cause, ni politiquement ni juridiquement. J’irai jusqu’au bout…”.

Au bout… pour continuer de voyager dans les grandes capitales mondiales et cela tant que la France présidera la COP, c’est-à-dire jusqu’en novembre 2016 quand le Maroc prendra le relais. Par chance, c’est à peu près à ce moment-là que le jury du Nobel désignera ses lauréats 2016…

Vincent Jauvert

Source : Le Nouvel Obs, Vincent Jauvert, 11-02-2016

61 réponses à [Psychiatrie] La stratégie de Laurent Fabius pour décrocher le prix Nobel de la Paix, par Vincent Jauvert

Commentaires recommandés

Nicole Le 14 février 2016 à 01h22

Vous êtes certain que monsieur Fabius n’a pas été nommé au Conseil Constitutionnel pour permettre à son copain Cahuzac de ne pas aller en prison en septembre ?

Au vu du coup de théâtre la semaine dernière où l’on a vu l’escroc et ancien ministre du budget (!) réussir par une entourloupe juridique d’ajourner son procès jusqu’en septembre, on peut se poser la question, n’est-ce pas ?

Un super timing en vérité….

Le sort de Cahuzac est en effet pendu à la constitutionnalité de sa peine que l’odieux escroc en question, nomme ” double peine ” car le richissime refuse à la fois de payer une amende et d’ aller en prison. Bourgeoisie oblige !

Celui qui avait renforcé la loi pour accentuer la peine des fraudeurs fiscaux refuse de s’y soumettre ! Il en appelle au conseil constitutionnel pour savoir s’il n’y a pas là ” une double peine”, ahurissant ! Scandaleux ! Odieux !

La nomination de son copain Fabius à la tête du Conseil Constitutionnel tombe à pic ! Cahuzac a certainement trouvé là un compère pour le tirer de la menace de la prison.

De toutes les façons dans la tête des Cahuzac et Sarkozy, la prison n’est faite que pour les pauvres pas pour eux, les riches !

Le bonhomme Cahuzac veut bien payer sa dette au fisc mais ne veut pas supporter la conséquence pénale de son vol et de ses magouilles.

Vous avez dit V° république ? Allô M.Fabius ?

  1. natoistan Le 14 février 2016 à 01h02
    Afficher/Masquer

    Ils l’ont bien donné à l’UE pour l’ensemble de son oeuvre(tiens ça pue ce soir en Syrie on est proche de WWIII,merci fafa).
    A Obama (6 guerres et trois coups d’état en 7 ans).
    Manque que Bush et Sarkozy ex aequo avec BHL pour la Libye.
    Tout comptes faits BHL pour l’Ukraine.
    Ou encore Soros pour la crise des ‘migrants’.


  2. Pascalcs Le 14 février 2016 à 01h08
    Afficher/Masquer

    On a bien donné le Nobel de la Paix à Obama. Plus rien ne doit nous étonner.


  3. Nicole Le 14 février 2016 à 01h22
    Afficher/Masquer

    Vous êtes certain que monsieur Fabius n’a pas été nommé au Conseil Constitutionnel pour permettre à son copain Cahuzac de ne pas aller en prison en septembre ?

    Au vu du coup de théâtre la semaine dernière où l’on a vu l’escroc et ancien ministre du budget (!) réussir par une entourloupe juridique d’ajourner son procès jusqu’en septembre, on peut se poser la question, n’est-ce pas ?

    Un super timing en vérité….

    Le sort de Cahuzac est en effet pendu à la constitutionnalité de sa peine que l’odieux escroc en question, nomme ” double peine ” car le richissime refuse à la fois de payer une amende et d’ aller en prison. Bourgeoisie oblige !

    Celui qui avait renforcé la loi pour accentuer la peine des fraudeurs fiscaux refuse de s’y soumettre ! Il en appelle au conseil constitutionnel pour savoir s’il n’y a pas là ” une double peine”, ahurissant ! Scandaleux ! Odieux !

    La nomination de son copain Fabius à la tête du Conseil Constitutionnel tombe à pic ! Cahuzac a certainement trouvé là un compère pour le tirer de la menace de la prison.

    De toutes les façons dans la tête des Cahuzac et Sarkozy, la prison n’est faite que pour les pauvres pas pour eux, les riches !

    Le bonhomme Cahuzac veut bien payer sa dette au fisc mais ne veut pas supporter la conséquence pénale de son vol et de ses magouilles.

    Vous avez dit V° république ? Allô M.Fabius ?


    • valles Le 14 février 2016 à 08h16
      Afficher/Masquer

      C’est encore bien trop de considération pour un dirigeant de gauche, ils se sont déjà débarrassés d’un peuple bien trop encombrant pour leures petites affaires alors pour ce qui est de tendre la main a un vieil ami qui n’a intérêt que la casserole qu’il traine derrière lui, j’ai des doutes.


    • Ds Le 14 février 2016 à 09h59
      Afficher/Masquer

      Me faisant l’avocat du diable et, bien que je ne porte pas Cahuzac dans mon coeur, cet homme est aujourd’hui la risée de tous et n’a plus aucune légitimité ! Sa vie est littéralement détruite, je serais pas étonné qu’on le retrouve pendu ! Il est vrai qu’il mérite ces deux peines, pour l’exemple (élu, menteur et faux jeton) mais aujourd’hui je pense qu’il y a peu être plus urgent


      • Chevrier Michèle Le 14 février 2016 à 10h14
        Afficher/Masquer

        Je ne pense pas que Cahuzac songe à se pendre, sans doute est-il désespéré de s’être fait attrapé.


      • Balthazar Le 14 février 2016 à 12h28
        Afficher/Masquer

        Visiblement, les larmes de crocodile, c’est une expression désuète.
        Il vous l’a dit “les yeux dans les yeux”, devant la représentation nationale, que sa vie était détruite ? Et vous avez gobé ? Bref…
        C’est marrant, cette constitutionnalité de double peine. Surtout quand vous lisez le code pénal et que chaque délit est puni de x années de prison et de y euros d’amende.
        Alors je vous rassure, c’est juste pour les sans dents ça, hein.
        Je suis persuadé qu’il ne fera pas de prison ferme, quand je vois qu’un ministre qui détourne des fonds (soi disant) est condamné à une amende qui représente une infime partie des montants détournés. Et pas de prison, bien sûr.


        • gracques Le 14 février 2016 à 22h01
          Afficher/Masquer

          CAHUZAC n’a pas détourné des fonds publics , il a juste évite de payer des impôts sur ses revenus et les a biens planqués en Suisse….. ce qui est tout de même un délit ! Et circonstance très aggravante il est devenu par la suite ministre du budget … je laisse de côté la question pourtant primordiale de l’origine de ces fonds , c’est à dire en fait des rémunérations de laboratoires après son passage au ministère de la santé. … pas bo!
          Bon ce mec est fini et sa question préalable de constitutionnalité risque fort paradoxalement d’être très utile à la répression pénale du délit de fraude fiscale , nous Verrons .
          En revanche , un qui s’en tire très bien pour le moment c’est Claude Gueant qui lui a quasiment admis avoir détourné pour sa pomme des fonds publics normalement destinés aux enquêtes des flics ou à leur récompense (en liquide) plus toutes les autres casseroles , plus value mirifique sur la vente de tableaux à un avocat d’un pays très exotique à la clef ….. Tous ceux qui travaillent sur le blanchiment aprecierons ce cas d’école.
          Ce deux poids deux mesures m’interpelle.


      • reneegate Le 15 février 2016 à 07h02
        Afficher/Masquer

        il échappe pour l’instant à la misère et à la justice. Il reste donc un privilégié légitime. Je cite donc un commentaire de zeroedge : “if you feel panic” sur le sort de Cahuzac jetez un oeil sur les conditions de vie des habitants d’Alep, …..


    • Ailleret Le 14 février 2016 à 12h38
      Afficher/Masquer

      Et si l’on supprimait le Conseil constitutionnel ?

      On peut s’étonner de l’existence d’une telle institution, puisque c’est le président de la République qui est désigné par la constitution comme le garant des institutions. Depuis Giscard et Mitterrand, le Conseil constitutionnel est devenu une sorte de Cour suprême, capable d’invalider n’importe quel acte législatif ou exécutif : un pouvoir oligarchique, au-dessus du suffrage universel.

      Par ailleurs, il n’a rien fait pour protéger notre constitution (approuvée par le peuple souverain le 28 septembre 1958) contre les multiples altérations imposées depuis 1992. Ce Conseil a failli à sa mission : il s’est rendu coupable de forfaiture.

      La possibilité d’une magouille entre Fabius et Cahuzac est réelle. Souvenons-nous de la magouille entre Chirac et Dumas, avec cet arrêt scandaleux de janvier 1999 qui accordait une impunité totale à l’ancien maire de Paris, au mépris de l’article 68 de la constitution.


      • Denis Griesmar Le 14 février 2016 à 20h30
        Afficher/Masquer

        Il est une forfaiture que l’on “oublie” toujours : la validation, par le Conseil Constitutionnel, sous l’égide de M. Pierre Mazeaud et de Mme Simone Veil, du honteux “Protocole de Londres” sur les brevets d’invention, donnant valeur juridique, sans traduction, à des textes s’imposant aux tiers (les tribunaux parlent de la “loi des brevets”) et rédigés en anglais ou en allemand. Il ne s’agit de rien de moins que de l’abrogation de l’Ordonnance de Villers-Cotterêts du 15 août 1539 ! Excusez du peu !
        Et naturellement, derrière la langue, il y a le Droit. Même avec le malgoverno que nous subissons depuis quarante ans, il est peu d’exemples d’une telle infamie.


        • thmos Le 15 février 2016 à 14h54
          Afficher/Masquer

          merci de nous rappeler plus en détails svp cet arrangement entre amis


    • RGT Le 15 février 2016 à 19h03
      Afficher/Masquer

      Je vais sans doute paraître grossier, mais le “cop” de “COP21”, ça ne serait pas le diminutif de “couplation” par hasard ???

      Désolé. Je suis responsable mais pas coupable.

      Donc vous devez “plusser” ce commentaire pour que je puisse obtenir une distinction officielle “prestigieuse” avant de me lancer dans la politique.

      Et si par malheur j’étais élu, je serai de toutes façons largement moins nuisible que le plus vertueux politicien professionnel de ces 50 dernières années.


  4. Kiki Le 14 février 2016 à 01h23
    Afficher/Masquer
    • liv Le 14 février 2016 à 21h41
      Afficher/Masquer

      Merci pour ce lien. C’était très instructif 🙂


  5. Spectre Le 14 février 2016 à 02h13
    Afficher/Masquer

    « Que des diplomates et journalistes s’imaginent ça en dit long sur le degré d’irréalisme et de délire (ou a contrario de corruption ?) du système… »

    Ça en dit surtout long sur la vacuité absolue de la presse de cour, microcosme servile où l’on se gargarise de relayer les derniers cancans. Il suffit de voir le déluge de commentaires sur de spectaculaires non-évènements comme la sortie de Mme Taubira ou l’entrée des Verts à soie au gouvernement. Dans un concert de gloussements, la presse-torchon s’en donne à cœur joie pour “analyser” les grandioses manoeuvres tacticiennes en cours. Comme tout cela doit être excitant, vu de l’intérieur de leur petit pré carré parisiano-parisien !

    Quant à la postérité de M. Fabius, que le GRAND REPORTER Vincent Jauvert dorme sur ses deux oreilles : elle est plus qu’assurée. L’une de ses phrases est d’ores et déjà devenue un véritable mème sur la Toile. Ainsi, lorsque nous fouillerons les poubelles de l’Histoire dans quelque temps, à côté de François “Moi Président” Hollande et Manuel “El Blanco” Valls, nous trouverons avec joie Laurent “du bon boulot” Fabius !


    • LBSSO Le 14 février 2016 à 08h54
      Afficher/Masquer

      Bien vu.
      Fabius en en fait une autre récemment qui m’a amusé..
      A propos du ministère dont il va remettre les clés:

      «Je laisse une Rolls Royce».

      Sans doute parce que Rolls Royce est un des premiers motoristes…. militaires au monde (Aéronautique,marine, drone,….) , et se trouve sous le coup d’une surveillance pour bonne entente avec… un américain (General Electric via Safran).


    • Alae Le 14 février 2016 à 09h56
      Afficher/Masquer

      “Ainsi, lorsque nous fouillerons les poubelles de l’Histoire dans quelque temps, à côté de François “Moi Président” Hollande et Manuel “El Blanco” Valls, nous trouverons avec joie Laurent “du bon boulot” Fabius !”

      Rien que cette phrase, d’ailleurs, devrait lui suffire à l’emporter. Il ne lui manquera plus qu’une visite à Guantanamo en compagnie du sénateur John McCain et une inspection d’usine de drones tueurs avec Hillary Clinton pour bétonner sa candidature.
      Le jury serait au bord des larmes d’émotion et de gratitude.

      Et merci à ceux qui se sont déchaînés dans les commentaires, ce matin. Entre Spectre avec le “bon boulot” et les “Verts à soie”, Vareniky avec la “découverte de la diffraction monétaire”, Vassili Arkhipov avec le “Prix modèle de l’épée”, et bluetonga avec son “journaliste aligné, voire rectiligne”, on est dans la vanne de très, très haut niveau de drôlerie. 🙂


    • L. A. Le 14 février 2016 à 10h45
      Afficher/Masquer

      @ Spectre
      D’accord avec vous sur « la vacuité absolue de la presse de cour, microcosme servile ».
      En revanche si vous pouviez éviter de mêler les Parisiens à tout ça, ce serait sympa. Que la plupart des instances de l’État siègent à Paris n’est pas de la responsabilité des Parisiens, et les décisions qui s’y prennent encore moins. Ceux qui grenouillent la-dedans ne sont pas spécialement parisiens (en revanche, grande proportion de Corses, Bretons, Auvergnats, Gascons… sans compter les « Versaillais » et les young leaders d’un peu partout et assez peu localisables).
      Nombre d’habitants de cette ville (et même de ses environs) n’ont quant à eux aucun pré-carré et se sentent blessés chaque fois qu’une vilenie est qualifiée injustement de « parisienne », chaque fois qu’une mesure odieuse décidée par ces grands bourgeois qui gouvernent est dite prise « par Paris ». Ce tic d’écriture flemmarde est propre à cette presse de cour que vous fustigez, alors ne l’imitez pas.
      Merci d’y penser.
      Cordialement,
      L. A.


      • Nicole Le 14 février 2016 à 20h42
        Afficher/Masquer

        Je mentirai si je ne vous avouais pas qu’il m’est déjà arrivé de dire ” parisiannisme ” etc… et à vous lire je viens de comprendre que c’était vrai, que c’était ” dégueulasse ” ….

        Promi, je ne le ferai plus. Je dirais ” oligarchique ” , “maffieu ” ou “bourgeois “… je trouverai bien d’autres qualificatifs …plus appropriés.

        Cordialement.


        • sam Le 15 février 2016 à 00h41
          Afficher/Masquer

          En même temps, une fois que cette précaution est prise, rien n’empêche de s’interroger sur la fonction de Paris et d’un certain “parisianisme” dans la vie politique de ce pays; que l’on songe, cette ville capitale d’où sont parties de grandes révolutions populaires, semble aujourd’hui effectivement le bastion d’une bourgeoisie repliée sur ses privilèges, loin des franges, et notamment de certaines zones rurales ou semi-rurales où la révolte gronde de façon plus encourageante que les quelques non-évènements que la presse relaie complaisamment à destination d’un public restreint.


          • L. A. Le 15 février 2016 à 12h51
            Afficher/Masquer

            @ Nicole
            Merci pour eux.
            @ sam
            Vous accumulez les clichés de la presse flemmarde. Paris est bien moins « le bastion d’une bourgeoisie repliée sur ses privilèges » que Neuilly, ou encore Rennes, Bordeaux ou Lyon, je vous engage à aller y voir. Quant à « un certain “parisianisme” dans la vie politique de ce pays », vous seriez aimable de nous faire savoir ce que ça signifie, car je n’en comprend vraiment pas le sens.
            Si vous pensez que Le Guen, Le Drian, Fillon, Ayrault, Juppé ou encore les défunts Barre et Pasqua se sont sentis préoccupés une seconde par le destin des « franges, et notamment de certaines zones rurales ou semi-rurales », vous vous fourrez le doigt dans l’œil. Et si vous persistez à les qualifier de parisiens, je ne peux plus rien pour vous, à part me répéter et réitérer ce conseil : n’imitez pas la presse de cour servile, paresseuse et irresponsable, qui n’a qu’un but : vous faire dévier de votre cible (laisserez-vous penser que ça lui est facile ?).
            L. A.


            • sam Le 15 février 2016 à 13h13
              Afficher/Masquer

              Il va de soi que derrière cette notion de “parisianisme” je ne mets pas les Parisiens, mais une certaine conception de la nation et du territoire, privilégiant les centres (et donc aussi Bordeaux, Lyon, etc…) au détriment des périphéries, choix politique découlant de choix strictement financiers, quand le Capital fait et défait les territoires. Des centres gentrifiés, concentrant emplois qualifiés et richesses, et aussi, donc, une certaine conception de la société (libérale et inégalitaire), largement propagée par les politiques et les medias. Cette concentration des richesses (et des moyens de transport, et de la culture, et de l’information, et des lieux de pouvoir) crée un fossé qui, objectivement, me semble-t-il, place le camp du contre-pouvoir, dans les périphéries. Au XIXème, elles étaient dans le camp de la réaction, pour écraser les révolutions nées des centres (1848, 1871). J’attribue en fait à cette notion de “parisianisme” une fonction politique qui était celle du “provincialisme” de jadis. Mais je n’en fais pas une thèse. C’est aussi le produit de mes observations, en me promenant dans la “diagonale du vide” et autres zones périphériques…


            • L. A. Le 15 février 2016 à 15h08
              Afficher/Masquer

              @ sam
              Si ça va de soi selon vous, à ce moment-là soyez cohérent et dites « bourgeois », « capitaliste », « libéral », « atlantiste » ou tout autre terme ad hoc, et ne continuez pas, comme vous le faites malgré tout, à utiliser les raccourcis de la presse aux ordres. Mais il est vrai que les mauvaises habitudes sont peut-être les plus difficiles à changer.
              Ne mélangeons pas tout. Vous ne cessez de mettre sur un même plan la vie locale et les allées du pouvoir. Pour ce qui est de la concentration (de transports, par exemple), ne perdez pas de vue que ça correspond aussi à une énorme concentration de population : près de 7 millions d’habitants pour Paris et les trois départements limitrophes (ne formant qu’une seule agglomération uniquement urbaine), soit autant que les (ex-)régions Bretagne, Auvergne, Limousin et Corse réunies… sans compter la permanence des touristes et autres transitaires (bien plus nombreux que partout ailleurs).
              Et avoir des arguments valables, ce n’est pas faire une thèse.
              Cordialement,
              L. A.


      • PierreMallard Le 16 février 2016 à 04h48
        Afficher/Masquer

        Je partage votre point de vue, la langue Française est assez riche pour nommer les qualificatifs qui convient au lieu d’ambiguité néologique généraliste souvent subversive, qui détourne des vrai nomminatifs.
        Les mainstreams “d’intérêts euro-atlantistes” on une sémiologie qui sont des missiles dont les cibles sont nos cerveaux, l’essentiel est d’en avoir conscience.
        Un exemple est le dogme de l’Union Européenne (UE) et l’utilisation malhonnète d’Europe pour désigner cette union.
        Le but recherché est de mettre dans nos têtes que cette union commerciale de plus en plus fédéraliste, ne peux se ratifier, l’emploi d’Europe à la place construit inconsciemment l’impossibilité d’enlever la France du continent Européen, pratique d’un vise caché nuisible dans la tête de nos bambins voir des plus grands.


      • istina Le 16 février 2016 à 12h43
        Afficher/Masquer

        Pour faire simple; Pourquoi les Parisiens ???????
        Ma modeste réponse :
        élémentaire, Quasiment tous les Pouvoirs, sont concentrés à PARIS !

        Personnellement, nul n’accuse les Parisiens des fabuleux résultats du P.S.G ?
        Car personne ne l’ignore sauf les intéressés ? ::::::::
        Sans les énormes quantités de pognons venus d’ailleurs ? le Club P.S.G aurait- il eu les moyens
        de raffler les meilleurs joueurs quasi Mondiaux dispersés en d’autres lieux ; non !!!!!!!!
        -D’où acte ?


    • Ovuef2R Le 14 février 2016 à 11h19
      Afficher/Masquer

      Dans le genre “presse servile et délirante”, entendu hier soir ce remarquable oxymore repris sans sourciller par les journalistes de France Inter, dans la bouche de Manuel Vals :
      “La Russie doit arrêter de bombarder l’infrastructure militaire des rebelles modérés”.
      Je n’en croyais pas mes oreilles “l’infrastructure militaire des rebelles modérés” ! A quand la militarisation de Les Républicains, des syndicats agricoles ? ou même du FN, tant qu’on y est puisqu’eux sont déjà “extrêmes”..
      Et, toujours sur la même France Inter, le même journal du soir : “La Russie refuse d’appliquer les accords de Minsk”, alors que c’est l’Ukraine qui manque à sa parole. A ce point là on est plus dans l’information ni même la désinformation mais dans la propagande (de guerre à venir).
      Sinon Obama avait envoyé des drones tuer quelques rebelles dans les montagnes du Pakistan *le soir même de son investiture* et ça ne l’a pas empêché de recevoir le prix Nobel de la paix, Fabius a toutes ses chances..


      • Ailleret Le 14 février 2016 à 13h54
        Afficher/Masquer

        J’ai entendu France Inter comme vous et je vais dans votre sens. Il me semble d’ailleurs que M. Valls a dit : “l’infrastructure de l’opposition modérée”… Une opposition modérée prend donc les armes, avec l’appui de pays étrangers, elle attaque les forces de l’ordre et l’armée du pays, et elle massacre certains groupes ethniques : si ces faits se produisaient en France, M. Valls ménagerait-il “l’infrastructure de l’opposition modérée” ?


  6. Vareniky Le 14 février 2016 à 02h37
    Afficher/Masquer

    Et on pourrait aussi décerner le prix Nobel de physique à Jérôme Cahuzac, pour sa découverte de la diffraction monétaire par les frontières entre la France et la Suisse et la Suisse et Singapour.
    Bien que cette découverte c’est plutôt les Français qui en sont à l’origine.


  7. sagat Le 14 février 2016 à 03h19
    Afficher/Masquer


    L’aristocratie a trois âges successifs : l’âge des supériorités, l’âge des privilèges et l’âge des vanités. Sortie du premier, elle dégénère dans le second et s’éteint dans le dernier. “- François René de Chateaubriand.
    Cette maxime marche à tous les coups et explicite un cycle aussi irréversible qu’effrayant.
    Inutile de tergiverser quant à la catégorie à laquelle appartient ce misérable être humain …


  8. Ho Le 14 février 2016 à 07h02
    Afficher/Masquer

    « Que des diplomates et journalistes s’imaginent ça en dit long sur le degré d’irréalisme et de délire (ou a contrario de corruption ?) du système… »

    Il est plutot justiciable de la CPI


  9. Vassili Arkhipov Le 14 février 2016 à 07h28
    Afficher/Masquer

    “Je suis là devant vous non pas comme un prophète mais comme un humble serviteur du peuple”
    “Jetez dans la mer vos fusils, vos couteaux et vos machettes”
    “Je ne suis pas vraiment libre si je prive quelqu’un d’autre de sa liberté. L’opprimé et l’oppresseur sont tous deux dépossédés de leur humanité”

    Nelson Mandela, prix Nobel de la Paix

    “Al Nosra fait du boulot, il est difficile de les désavouer”
    “Svoboda n’est pas un parti d’extrême droite”
    “M. Bachar Al-Assad ne mérite pas d’être sur Terre”

    Laurent Fabius, Prix modèle de l’épée.

    Je parie qu’il va l’avoir. Il faut bien que la sphère atlantiste (qui contrôle la désignation du prix nobel) récompense cet ardent larbin de la cause.


  10. sergeat Le 14 février 2016 à 07h40
    Afficher/Masquer

    Le trou d’ozone était un coup d’essai avorté,le CO2 invérifiable va peut-être réussir à contrôler les émergents (sanctionner,boycotter,…) suivra surement les lois LGBT,pour son travail “monsieur sang contaminé”mérite inénarrable prix Nobel unipolaire de la déstabilisation mondiale.


  11. bluetonga Le 14 février 2016 à 08h42
    Afficher/Masquer

    Bof. Le ton de l’article n’est pas vraiment laudateur. C’est de la presse de cour, certes, mais la rumeur est plutôt que Laurent Fabius a fait son temps et qu’arrive pour lui le temps des honneurs et du placard. On dirait même que Jauvert se pique d’une pointe sardonique en évoquant des gens qui ont mieux réussi, comme Védrine ou Villepin. Qu’un journaliste aligné, voire même rectiligne, se permette se genre d’impudence, ce n’est pas bon signe pour l’intéressé.


  12. carly j f Le 14 février 2016 à 09h00
    Afficher/Masquer

    exellent endroit, pour la sieste et digérer son chapeau, après l ‘avoir manger sur l ukraine et la syrie!


  13. cording Le 14 février 2016 à 12h15
    Afficher/Masquer

    Un prix Nobel de la paix pour Fabius ? Pour sa politique étrangère néoconservatrice qui faisait surenchère à Obama contre l’Iran et la Syrie de Bachar ? Pour son amitié envers Jabbat Al Nosra, cette filiale syrienne des islamistes d’Al Qaida qui faisait du bon boulot en Syrie dixit Fabius en août dernier?
    Il est vrai que les Nobel ont tendance à donner leur prix de la paix à n’importe qui comme Obama à son début de mandat, à l’UE dont les diktats économiques rétrogrades sèment partout en Europe la misère.


  14. SCC Le 14 février 2016 à 12h34
    Afficher/Masquer

    Un prix Nobel pour avoir déclaré qu’Al Nustra faisait du bon boulot en Syrie? Ou pour s’être opposé à un règlement du dossier nucléaire iranien et à la normalisation des relations avec l’Iran? Il s’agit de quel prix Nobel au juste? Celui de la promotion des tensions internationales et de la guerre? S’il n’existe pas, il faudrait l’inventer, je pense qu’il y aura cependant énormément plus de candidats qualifiés que Laurent Fabius.


  15. patrick Le 14 février 2016 à 14h14
    Afficher/Masquer

    “laisser une trace dans l’Histoire en inventant un nouveau concept géostratégique”
    Ce nouveau concept s’appelle ” on a totalement merdé ” , mais en fait ce n’est pas nouveau. Ce gars a certainement été le pire ministre des affaires étrangères qu’on ait eu depuis bien longtemps.


  16. pinaute Le 14 février 2016 à 14h53
    Afficher/Masquer

    Le prix bébel de la paix à Fablius. La liste des mises en candidature doit être mauditement médiocre pour considérer que le prix est à sa portée.


  17. Alain Le 14 février 2016 à 15h23
    Afficher/Masquer

    Après les nominations de barack Obama qui n’avait même pas entamé son mandat et celle de l’Union Européenne, ce ne serait que le troisième va-t-en-guerre (ne voulait-il pas bombarder la Syrie et n’a-t-il pas félicité le bon travail d’Al Nosra) qui recevrait ce si mal nommé prix de la paix. Pauvre Alfred Nobel


    • patrick Le 14 février 2016 à 15h57
      Afficher/Masquer

      vue la bande de dingues qui sont candidats à l’élection présidentielle américaine, ça nous promet encore quelques jolis prix Nobel de la paix.


    • Alae Le 14 février 2016 à 17h23
      Afficher/Masquer

      “Pauvre Alfred Nobel”
      Bof, cette mascarade ne lui va pas si mal, à Alfred Nobel. D’une part, c’est l’inventeur de la dynamite et par ailleurs, après avoir travaillé avec son père dans l’industrie des armements, il avait fait fortune dans le pétrole.
      Il y a des destins qui vous poursuivent…


  18. francois marquet Le 14 février 2016 à 17h18
    Afficher/Masquer

    Laurent Fabius n’est pas parti de son plein gré, il a été remercié, hélas avec les honneurs.
    Je ne serais pas étonné que l’équipe Obama-Kerry ait demandé sa tête. Fabius, c’était la ligne Clinton-Netanyahu-Erdogan-Quatar-Saoud, qui a échoué en Syrie et est en passe d’échouer en Ukraine. On peut remarquer que Laurent Fabius part la veille de l’accord de Munich, par lequel les US et la Russie tentent de régler le conflit Syrien.
    Le ton est donné dans le Figaro où un atlantiste patenté, Pierre Lellouche, se livre à un violent réquisitoire contre l’action de Laurent Fabius au quai d’Orsay, soulignant ses erreurs et le chaos qu’elles ont produit. Cela n’a pas échappé à Philippe Grasset, qui au passage donne des indications sur les rapports entre les services US et les élites françaises: http://www.dedefensa.org/article/fabius-a-loeuvre-vu-par-lellouche, en référence à l’article du Figaro du 10 février.
    Savoureux: ce règlement de compte est paru dans un magazine 100% détenu par Serge Dassault…


    • Nicole Le 14 février 2016 à 21h17
      Afficher/Masquer

      Oui, c’est d’autant plus étrange que M.Pierre Lellouche qui applaudit à toutes les guerres sales de l’Empire US et à l’extermination des Palestiniens tous les deux ans par les gouvernements Israéliens, était comme le frère jumeau de M.Fabius.

      Quelle mouche le pique ? Pourquoi critique t-il M.Fabius, lui , M. Lellouche qui fut pour les guerres américaines en Afghanistan, en Irak et a promu servilement la guerre en Libye “pro Djihadistes” , sous le règne de son mentor Nicolas Sarkozy ?

      Bizarre cette soudaine opprobre. Sans doute un vieux compte personnel à régler.


      • francois marquet Le 15 février 2016 à 09h15
        Afficher/Masquer

        La ligne “Bachad doit partir” a été abandonnée par l’administration Obama depuis plus d’un an par réalisme, seuls les néocons s’y accrochent. Bachar El Assad a toujours le soutien d’une partie de sa population et doit donc faire partie d’une solution négociée.
        Netanyahu, par son intransigeance sur le dossier iranien, irrite aussi cette administration. En soutenant les demandes des neocons et de la droite israélienne, ceux qui qui ont perdu sur le terrain militaire en Syrie et diplomatique en Iran, Laurent Fabius a enfermé la France dans une politique stérile et a embarrassé les dirigeants US, d’où le lâchage.
        Lellouche, lui, suit la ligne officielle US: pro-guerre quand ils y croient; pro-négociation quand ils n’y croient plus…et flingue ici Fabius par suivisme atlantiste, ou en service commandé.


  19. peyo Le 14 février 2016 à 18h02
    Afficher/Masquer

    Fabius prix Nobel, la décadence accélère.


  20. Nerouev Le 14 février 2016 à 18h03
    Afficher/Masquer

    Franchement, je n’avais pas du tout pensé à un Nobel de la Paix pour Fabius. Je pensais qu’il était question de le remplacer par Guigou début 2016 du fait de sa maladie, et je ne m’attendais pas à un retour de Ayrault à ce poste. J’ai même pensé que c’était pour nous faire oublier les dérives verbales de Fabius pour un rapprochement obligé avec Bashar pour s’adapter aux évolutions en Syrie. Suis-je bête !


  21. Barbier Le 14 février 2016 à 19h11
    Afficher/Masquer

    Fabius,…… c’est pas ce 1er ministre qui n’était pas au courant de l’opération”rainbow warrior” ? lol

    Le conseil constitutionnel est en fait la super maison de retraite pour les anciens présidents et ceux qui n’ont pas réussi à l’être…

    C’est la pythie de la France , on n’y comprend rien à ces élucubrations mais il faut s’écraser…Plus oligarque tu meurs !


  22. alexg81 Le 14 février 2016 à 19h56
    Afficher/Masquer

    Fabius candidat au prix Nobel de la Paix… ou plutôt au prix Orwell de la paix ?
    Qu’on en arrive à en parler normalement montre le niveau de déliquescence des sociétés occidentales. Il n’y a quasiment plus de valeurs positives qu’on met en avant.


    • Nicole Le 14 février 2016 à 21h32
      Afficher/Masquer

      Vous avez bien raison ; face à cette infamie, il faudrait au même moment donner à la même personne ” le prix Orwell de la paix ” – Quand les mots sont truqués de part en part, il faudrait vraiment inventer chaque année ce ” fameux prix Orwell pour la paix ” pour tous les dirigeants assassins de masse et leurs sous-fifres.


  23. Franck Le 14 février 2016 à 20h57
    Afficher/Masquer

    Désolé les gars là, mais à la lecture du titre, j’avais déjà gerbé, mais quand j’ai lu l’article, j’en ai remis une couche ! 🙂


  24. Xuan Le 14 février 2016 à 22h51
    Afficher/Masquer

    Pourquoi aller chercher tant de perversité, quand M. Fabius a déjà quelques soucis avec son propre fils et que charité bien ordonnée commence par soi même.

    Peut-être a-t-il été débarqué avec les honneurs des affaires étrangères, parce que les derniers développements de la guerre en Syrie l’ont mis dans une merde noire tout simplement.


  25. sam Le 15 février 2016 à 00h49
    Afficher/Masquer

    Je suis presque déçu par l’article tant j’ai été alléché par le thème dans lequel il est inscrit : psychiatrie. Je m’attendais à retrouver l’une de mes réflexions sur ce sinistre personnage, à savoir qu’il est complètement déconnecté du réel, dans le déni de la réalité; l’image d’un Fabius titubant et manifestement défoncé vient compléter ce diagnostic, et les frasques de son fils, lui aussi déconnecté du réel, seraient bien une conséquence de la maladie du père. Il fallait l’entendre à l’Assemblée, puis lors de la passation avec Ayrault : bouffi d’une suffisance cynique, ce type est devenu mégalo et vraiment dingue. On ne pouvait pas le garder, n’oubliez pas qu’il était en contact avec ses homologues du monde entier, ça devenait dangereux…

    Bon, c’est la version psychiatrique de son départ… elle recoupe peut-être aussi une déconsidération plus politique…


  26. Icare Le 16 février 2016 à 12h14
    Afficher/Masquer

    Ce matin sur Europe 1 Monseigneur Fabius était l’invité de Monsieur Elkabbach, et ce grand homme excusez du peu, a sauvé l’humanité grâce à son accord.
    Je ne me souviens pas complètement des mots employés, mais ça disait en substance “[…] permettez moi du peu, mais grâce à l’accord de la cop21, les hommes et femmes du monde peuvent vivre sur la terre[…]”.
    Dieu est revenu parmi les hommes, Ouff !!! nous étions perdus.
    Cet homme mérite tous les prix.

    Il abandonne la présidence de la cop21, il ne veut pas alimenter la polémique au sein du partie, quel grand homme. Si j’était son fils je serais fier de mon papa, et je claquerais plein de pognon.


  27. Parabellum Le 16 février 2016 à 13h45
    Afficher/Masquer

    Il y a des journalistes qui croient sérieusement que la COP21 va sauver le monde ? Avec ce qu’il en est sorti ? Et ces mêmes journalistes sont capable de croire qu’on va filer un Nobel a Fabius pour avoir repensé à la mort de Bambi pendant le discours de clôture de cette même COP ?
    Oui ?
    He ben il y a du boulot pour eux … au gorafi.


Charte de modérations des commentaires