Les lecteurs réguliers savent que je ne suis pas un fervent partisan de Jean-Luc Mélenchon. Je reprends cependant avec plaisir son analyse, pertinente et équilibrée – à mon sens -, tellement éloignée, en effet de la vision des Mickey qui nous gouvernent.

 

Mardi matin, sur France Inter, Daniel Cohn-Bendit, vice-président des Verts européens, s’en est pris au leader du Front de Gauche : « Il est dingue ! J’en ai marre de Jean-Luc Mélenchon ! […] Et dans la Résistance, en France, il n’y avait pas des gens d’extrême droite ? Il faut arrêter […]. Oui, il y a une extrême droite fasciste en Ukraine. Ils ont eu 10% aux dernières élections. Mais c’est pas le mouvement !

La Résistance en France, le génie c’est qu’il y avait des communistes et des ultranationalistes qui étaient d’extrême droite, mais contre les Allemands… Les Ukrainiens, ils se sont rassemblés contre les Russes […]. Maïdan, c’est pas l’extrême droite ! » (Source)

Cohn-Bendit s’insurge contre mon prétendu « soutien à Poutine » ! Ni « Europe 1 », ni Patrick Cohen ne font une remarque sur le niveau de ses injures ! Ni l’un ni l’autre ne vérifient ce qu’il en est en réalité de ma position parfaitement claire et n’incluant aucune sorte de « soutien à Poutine ». Pourtant, « Europe 1 », producteur du show Cohn Bendit quotidien, titre la vidéo : « le soutien de Mélenchon à Poutine a ulcéré Cohn Bendit ». C’est parti ! L’effet de nuisance est double. D’une part, cela m’oblige à subir dans chaque émission la séance du démenti, qui prend du temps et valide à sa façon l’accusation initiale (il n’y a pas de fumée sans feu). D’autre part, la calomnie est répétée en boucle, même une fois démentie, tandis que ma défense ne l’est jamais. Ainsi, répétée en boucle, la calomnie prend alors la consistance d’une vérité, de quelque chose qui est dans l’air, d’une suspicion globale qui s’attache à moi. La méthode m’est appliquée à intervalles réguliers, avant chaque élection ou avant chaque marche nationale. « On va le faire craquer » a dit un hiérarque solférinien. On verra bien. C’est vrai que si je suis en effet irréductible, je ne suis pas inépuisable. Surtout quand s’y ajoutent les tireurs dans le dos de mon propre camp, ou bien leur absence totale de solidarité dans les épreuves comme celles que représentent mes procès avec la famille Le Pen.

Avis aux Mickey à propos de l’Ukraine

Je crois donc utile de préciser noir sur blanc ma position. Je le fait à gros traits pour que les esprits avancés des salles de rédaction puissent comprendre. Je le fais donc dans leur langue. Je dis ce que « je soutiens » et ce que « je condamne ». Comprenez-moi bien : mes lignes ici seront un panneau de signalisation pour les Mickey de la sphère médiatique. Allons-y : je ne soutiens pas Poutine. Ni les autorités de fait de l’Ukraine actuelles, ni les kleptocrates du  gouvernement constitutionnel précédent. Mais, au contraire de Daniel Cohn-Bendit, je ne suis pas partisan de la guerre avec la Russie ! Et si je crois que les Russes n’ont rien à faire hors de leurs bases en Crimée, je condamne la tentative d’encerclement de la Russie par l’Otan qui en est la cause. Je condamne l’antisémitisme néonazi des ministres de fait au pouvoir en Ukraine, et je souhaite qu’ils soient rapidement expulsés de ce gouvernement.

Je le fais conformément aux recommandations de la résolution adoptée par le Parlement européen le 13 décembre 2012. J’en profite pour signaler que cette résolution  «  à propos de l’Ukraine » émane des sociaux libéraux, de la droite et des Verts, dont Daniel Cohn-Bendit. Elle dit sans aucune ambiguïté : «  le Parlement s’inquiète de la montée du sentiment nationaliste en Ukraine, qui s’est traduit par le soutien apporté au Parti « Svoboda », lequel se trouve ainsi être l’un des deux nouveaux partis à faire son entrée à la Verkhovnaz Rada ; rappelle que les opinions racistes, antisémites et xénophobes sont contraires aux valeurs et principes fondamentaux de l’Union européenne et, par conséquent, invite les partis démocratiques siégeant à la Verkhovna Rada à ne pas s’associer avec ce parti, ni à approuver ou former de coalition avec ce dernier ». Ainsi, voilà ce que Cohn-Bendit en personne a signé et voté. Soutenait-il Poutine à cette occasion parce qu’il condamnait les néo nazis Ukrainiens ? Non, évidemment ! C’est pourtant ce qu’il me reproche d’avoir fait.

Ce n’est pas fini. Je condamne aussi les provocations du gouvernement de fait de l’Ukraine que sont sa demande d’adhésion à l’OTAN ou le retrait du russe comme une des langues officielles de l’Ukraine, d’ailleurs parlée majoritairement dans le Donetz et la Crimée. Je pense que les Etats-Unis n’ont rien à faire dans cette zone, et je condamne leur activisme belliqueux.

Bref, mon camp est celui de la paix contre la guerre. Car la guerre sur le vieux continent entraînant tout le monde comme par un enchaînement est redevenue possible. L’une des manières de l’éviter est de refuser de jouer avec des allumettes dans cette poudrière. C’est pourtant ce que font les va-t-en-guerre traditionnels de ce type de situation. Loin de faire le bilan des guerres qu’ils ont provoqué ou réclamé depuis 20 ans, ils en redemandent. L’Irak, la Lybie, l’Afghanistan, le Kosovo : ils n’ont rien appris, et ne veulent rien apprendre. Leur intérêt ce n’est pas la paix ou la guerre. C’est leur tropisme atlantiste fanatique. En attendant, les faits ne sont pas ceux que vendent les marchands de papier va-t-en-guerre. Ainsi concernant la présence militaire des russes. Elle ne comporte aucune illégalité selon le Général français Vincent Desportes qui le déclare sur BFM TV, le 2 mars 2014. Il dit : “La Russie ne viole aucune loi, qu’elle soit internationale ou autre. Selon les accords signés avec l’Ukraine, la Fédération est autorisée à disposer d’une force de 25 000 hommes sur le territoire ukrainien. Actuellement, même avec les derniers mouvements de troupes, les forces russes ne s’élèvent pas à plus de 15 000 hommes en Crimée, nous sommes encore loin du compte. Et l’Ukraine ne fait ni partie de l’UE, ni de l’OTAN ; de ce fait, ni l’UE ni l’Otan ne sont disposées ou autorisées à intervenir en Ukraine. ”

Se mettre à distance du gouvernement de fait de l’Ukraine ce n’est pas en faire autant avec le mouvement insurrectionnel qui a renversé le pouvoir kleptocratique précédent. Au contraire. Pour moi, ce mouvement est riche de rebondissements, qui seront autant d’opportunités pour les forces qui pourront constituer une alternative. J’approuve les manifestations et l’insurrection de masse qui s’est dressé contre le pouvoir en place. Que les éléments les plus discutables aient pris la tête du processus contre les pouvoirs en place est tout simplement un fait de lutte commun à toutes les périodes révolutionnaires. Ce n’est peut-être qu’un mauvais moment à passer. Car il semble bien que les Ukrainiens de toutes les couleurs politiques conservent une grande énergie révolutionnaire intacte. Déjà plusieurs séquences révolutionnaires se sont enchainées sans que cette énergie se disperse. Or, que se doivent de faire les nouvelles autorités ? Une politique impopulaire au plus haut point pour rembourser la dette et faire face aux obligations du pays ?

Ne croyez pas que la situation va se détendre. Les intérêts engagés sont trop importants. Anglais, Français, Autrichiens, Allemands : les premières économies de l’Europe sont lourdement engagées en Ukraine et, en Russie, de toutes les façons possibles, les principales. Et j’ai bien noté qu’il est dorénavant accepté en Europe de chasser à coup de bâton un président élu et son gouvernement quand il est impopulaire, qu’il y a des ministres corrompus et que le peuple subi des sacrifices indignes tandis qu’une petite minorité s’enrichi indécemment. Je peux attester du fait que le message a été bien reçu sur le terrain ! En effet, dans la manifestation des cheminots européens à laquelle j’ai participé à Strasbourg, je ne compte plus ceux qui m’ont lancé : « alors il faut faire comme en Ukraine pour être entendu ? ». C’est la première fois de ma vie politique depuis trente ans que j’ai entendu des travailleurs se référer à une insurrection populaire en cours hors de nos frontières. Que les révoltés ukrainiens en soient remerciés du fond du cœur !

Retour aux Mickeys des médias. Voici ma position en résumé. La révolte populaire Ukrainienne était légitime. Elle a été confisquée par un gouvernement illégitime et illégal dans lequel l’extrême droite a quatre ministres. L’énergie révolutionnaire des Ukrainiens n’est pas épuisée. La prochaine vague sera anti-européenne, c’est-à-dire hostile aux politiques que l’Union Européenne veut imposer là-bas pour récupérer sa mise bancaire et financière.

A l’heure actuelle l’enjeu numéro un est d’éviter la guerre. Cela signifie empêcher par-dessus tout la partition du pays : on ne touche pas aux frontières en Europe ! Ni ici, ni nulle part. La France devrait être un médiateur. Au lieu de cela, elle est enchainée derrière Merkel et les Etats-Unis. Elle s’est discréditée en s’alignant contre ses propres intérêts sur la position atlantiste. Le régime actuel est très provisoire. Il  va discréditer la politique de l’Union européenne sur place et provoquer de nouvelles vagues révolutionnaires. Mieux vaut être atteint par l’onde de choc d’une révolution populaire que par celle de la guerre.

http://www.jean-luc-melenchon.fr/2014/03/05/la-strategie-de-loutrage-permanent/

 

 

L’antisémitisme ukrainien n’est pas un obstacle à l’amitié « occidentale »

Avez-vous noté la volonté de Patrick Cohen sur « France Inter » de minimiser tout ce que je disais sur la place que le parti national socialiste d’Ukraine, « Svoboda », occupe dans le gouvernement qui s’est imposé dans ce pays ? Comme il est significatif de l’aveuglement idéologique des stars médiatiques ! J’ai dit « les néo-nazis ont quatre ministres ». « Non ! Trois ! » lance-t-il du tac au tac. Que veut-il ? Semer le doute Trois ans après Fukushimasur la gravité des faits que je veux signaler en tâchant de disqualifier la valeur de mon propos. Comme si, même s’il n’y avait qu’un seul néo-nazi avéré dans un gouvernement ce ne serait pas déjà trop ! En réalité, il n’en sait rien. Son but n’est pas d’informer mais de valider la thèse du Disneyland dominant. Muet devant les grotesques trémolos anti-Russes de Cohn-Bendit, Patrick Cohen est bizarrement aux aguets dès qu’il s’agit de l’image des Ukrainiens. Cette rédaction, comme les autres, organise un spectacle. La preuve ? Il y a bel et bien au gouvernement quatre ministres néo-nazis et non des moindres : le vice-Premier ministre, le ministre de la Défense et de la Sécurité nationale, celui des Ressources naturelles et de l’énergie et le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation. A quoi l’on peut rajouter le nouveau Procureur général du pays et le secrétaire du Conseil national de sécurité et de défense, lui-même fondateur de « Svoboda ». A l’époque, ce parti avait choisi comme nom « Parti national socialiste d’Ukraine ». Il n’a changé de nom qu’en 2004, dans le but de se rendre plus présentable devant l’opinion européenne. Toutefois, le discours antisémite reste un fondement non masqué de sa culture politique. Le parti est mené par Oleg Tyagnybok. Selon lui « une mafia judéo-moscovite dirige l’Ukraine », vocabulaire sans ambiguïté. Les membres de Svoboda défilent chaque 28 avril à LVOV en souvenir de la création de la division SS « Galitchina ».

Cette façon de nier la réalité de ce qui est en train d’avoir lieu en Ukraine crée des zones d’ombres dont les conséquences pourraient devenir terribles. Je suppose que tous ceux qui auront fait, comme moi, un petit tour dans leurs sources d’information et d’analyse auront été au moins aussi surpris que moi de la réaction du même Patrick Cohen sur France Inter face à mes inquiétudes sur la sécurité de la communauté juive d’Ukraine. C’est pourquoi j’ai pris l’initiative de lui dire en substance : « vous pensez qu’il n’y a pas de danger pour la communauté juive, je pense le contraire : chacun d’entre nous deux assumera sa responsabilité devant les évènements qui vont arriver ». En fait, les raisons d’être inquiet sur ce sujet aussi sont de notoriété publique. Car depuis la défaite du nazisme allemand, c’est la première fois qu’on entend un rabbin appeler ses compatriotes et coreligionnaires à quitter le pays. C’est ce qu’a fait, le 22 février dernier, le Rabbin Ukrainien Moshe Reuven Azman. Il a appelé les Juifs de Kiev à quitter la ville et éventuellement le pays, par peur des exactions antisémites dans le chaos. C’est également la première fois que l’on voit une communauté juive locale demander l’aide des organisations juives mondiales et d’Israël pour garantir et assurer la sécurité de ses organisations communautaires. « L’Agence juive va étendre son aide d’urgence immédiate à la communauté juive d’Ukraine et sécuriser les institutions juives dans le pays », a annoncé le président de l’exécutif de l’Agence juive pour Israël, Nathan Chtaransky, ancien dissident de l’URSS. « La communauté juive d’Ukraine, qui compte environ 200 000 membres, est l’une des communautés juives les plus dynamiques au monde, avec des dizaines d’organisations et d’institutions juives actives. Les événements récents ont montré que nous devons renforcer les mesures de sécurité de ces institutions. Nous avons la responsabilité morale d’assurer la sécurité des Juifs d’Ukraine », a déclaré Chtaransky .

Si j’évoque si fortement le sort de la communauté juive c’est qu’on connaît l’habituelle obsession sur le sujet dans l’ensemble du cirque médiatique et à chacune de ses séances de politique internationale. On connaît la rapidité des Harlem Désir et David Assouline, sans oublier Copé et NKM à qui je fais un procès pour cela, à voir des antisémites partout, dont moi, faut-il le rappeler, dès qu’on leur tient tête. Pour ne rien dire du CRIF et autres répondeurs automatique de la doxa « occidentale ». Tous ceux-là voyaient en Chavez un antisémite sans le début d’un fait à produire. « Libération » avait même publié une page entière sur ce thème avec photos et citations truquées ! A présent, c’est le silence. C’est d’autant plus consternant que les questions sur le sujet à propos des partis politiques de l’Ukraine ne datent pas d’aujourd’hui. Les observateurs ne le découvrent pas. La fameuse Ioulia Tymochenko, la blonde aux nattes si faciles à identifier sur la scène du spectacle médiatique, n’est pas seulement une corrompue notoire : elle aussi une suspecte de longue main. En 2012, la Ligue Anti-diffamation (ADL), une des principales organisations juives américaines, a dénoncé l’alliance parlementaire signée par Yulia Tymoshenko avec le parti d’extrême-droite Svoboda. Oubliée ! Aujourd’hui, sa sortie de prison est célébrée comme celle d’un Nelson Mandela ! « Le journal du Dimanche » a même fait de son portrait sa une entière ! Pourtant, ce genre de personnage n’a jamais baissé la garde, si j’ose dire. En 2013, le parti Batkivshchyna (Patrie) de Ioulia Tymochenko et l’UDAR, le parti du boxeur Vitaly Klitschko, candidat des Allemands et Svoboda, se sont unis plus d’une fois et notamment contre un projet de loi présenté par le Parti des régions (PdR) du président en fuite Viktor Ianoukovytch. Ce projet de loi visait à interdire « les discours haineux et les expressions dégradantes » en interdisant des mots très insultants comme « youpin », « sale juif » (« zhid », en ukrainien) et « Russkof », qui ont la faveur des partisans de Svoboda.

Pourquoi cette façon de faire ? En ce qui concerne les médias, on connaît la musique. La paresse, le panurgisme, les a priori idéologiques sont le substrat commun des multi-éditorialistes psittacistes. Le psittacisme est la maladie de ceux qui répètent ce qu’ils viennent d’entendre dire. Le mot est construit sur la même racine que « perroquet ». Après le psittacisme vient l’ignorance des grands chefs qui fixent la ligne. Faute d’idée un seul but : pas d’histoire ! Vous imaginez France Inter, ou d’autres, se mettre en retrait du concert des confrères unanimes pour émettre des doutes ou nuancer les slogans anti-Russes ? Impensable. Il faudrait démontrer, enquêter, confronter. Pas le temps ! Trop risqué. Et ensuite, il faudrait expliquer l’incongruité de la photo sur le perron de l’Elysée avec des personnages aussi suspects flanqué par-dessus le marché de BHL, qui a encore une fois réussi à « se taper l’incruste ». Bon, là je suis injuste. La présence de BHL a fonctionné comme un signal d’alarme pour des millions de Français qui savent dorénavant reconnaître l’ombre des charniers.

Reste que pour ce qui est de savoir et d’être informé, c’est sur internet et Facebook qu’on doit le trouver par soi-même. Mais encore faut-il en avoir le temps et les moyens. Ceux qui n’ont pas ces moyens sont mis au régime du fast-food de l’info : steak de Russe haché pour tout le monde. Tout ça est connu, et le répéter n’apporte rien à notre compréhension des événements. Ce qui compte, c’est de souvenir qu’ils sont aussi capables de ça. Cette fois-ci, l’antisémitisme n’est plus un problème ! Ce n’est pas la première fois. Mais c’est la première fois qu’on les prend la main dans le sac dans des conditions telles que tous ceux qui me lisent auront tous appris quelque chose à transmettre autour d’eux sans être en butte au perpétuel procès en paranoïa dès que nous sortons de sentiers battus et rebattus de la doxa médiatique. Preuve en main : les donneurs de leçon de démocratie, quand les USA ont parlé, peuvent aller jusqu’à soutenir des néo-nazis et des antisémites. Je peux prévoir la riposte. Elle va consister à distinguer le parti « secteur droit » qui est d’ores et déjà lui aussi un parti de miliciens armés. Il s’agira de dédiaboliser le parti « Svoboda », qui sera juste qualifié de « nationaliste » ou « populiste ». Comment je le sais ? Parce que les organisateurs du spectacle sont les mêmes sous toutes les latitudes et procèdent sans imagination de la même manière partout. La mobilisation des hallucinogènes médiatiques est d’ailleurs une composante essentielle du plan. Les snipers, les votes de Parlement reformatés aussi. Naturellement, nous connaissons la suite prévisible des évènements.

Le gouvernement va organiser des élections et appliquer, quelle que soit la majorité, des politiques d’austérité extrêmement violentes. C’est la condition pour obtenir la bénédiction des « occidentaux », de leurs banques et de leurs compagnies pétrolières. Les banquiers français, qui possèdent le quatrième réseau bancaire du pays, les Autrichiens, pleins de titre de la dette ukrainienne à 35 % de taux d’intérêt (mais oui !), les Allemands, qui s’abreuvent en pétrole et gaz par ce point de passage, la Chevron, qui a déjà investi 350 millions de dollars pour sortir du gaz de schiste, ne sont pas des philanthropes. Les gouvernants actuels sont les marionnettes d’un clan d’oligarques qui prend sa revanche sur la précédente équipe de kleptocrates. Les autorités du moment ont déjà commencé à montrer patte blanche. Elles ont décidé la réduction par deux des retraites. Pendant ce temps, une nouvelle marionnette présentable sera mise préparation. Les émeutes reprendront contre le gouvernement. Celui-ci finira par craquer, et ainsi de suite. Comme ce sont des aventuriers, il est probable que les provocations anti-Russes vont être leur principal aliment politique sur la base d’appel à l’union sacrée au nom d’un nationalisme dont le contenu glauque se renforcera à mesure que l’impasse sera évidente. Le danger de guerre vient de là. Et non pas de Russes, qui n’y ont aucun intérêt sinon à la marge, ni pour les USA, qui n’ont aucun moyen d’action militaire disponible, ni pour les Européens, dont tous les intérêts sont liés aux Russes. L’hebdomadaire Wirtschaftswoche a été on ne peut plus explicite: « Plus de 6 000 entreprises, de la multinationale aux PME, sont présentes en Russie, où elles ont investi directement plus de 20 milliards. 300 000 emplois dépendent en Allemagne de ces échanges ». Berlin est le deuxième fournisseur de Moscou, après Pékin. La France vient en huitième position mais elle possède le septième réseau bancaire russe. Personne n’a intérêt à ce que la situation échappe à tout contrôle. L’erreur des « occidentaux » est d’avoir couru derrière les « révoltés de Maïdan » sans s’être trop souciés de contrôler où allaient ceux qui parlent en leur nom.

Dois-je rappeler que c’est la deuxième fois que ce genre d’erreur est commis ? Qui se souvient comment la bêtise insondable d’un Saakachvili donna champ libre en Géorgie pour l’intervention russe dans les enclaves russophones ? Ce géorgien était un pur tyran, corrompu jusqu’à la moelle des os. Il choisit de surcroît le jour de l’ouverture des jeux de Pékin pour se lancer dans une agression militaire. C’est exactement le genre de surenchère que sont en train de rechercher les « nationalistes » ukrainiens. C’est pourquoi ils ont commencé leur travail avec l’interdiction du russe comme langue officielle en Crimée et dans le Donetz, sans oublier l’odieuse destruction des monuments à la gloire des vainqueurs du nazisme. On ne pouvait donner meilleure occasion à la Russie d’agir. Aucune personne censée ne peut ni le leur reprocher sérieusement ni, d’ailleurs, les empêcher de le faire ! Et ce pauvre François Hollande, flanqué des deux gorilles venus le visiter au nom de l’Ukraine ! « Le référendum en Crimée est illégal sans l’accord de l’Ukraine » a-t-il glapi sottement ! S’il y avait eu un journaliste présent, et non des porte-voix, quelqu’un aurait pu lui poser la question : « Avez-vous demandé à l’Ukraine si elle est prête à organiser ce référendum ? ». Et supposons qu’il y ait eu un deuxième journaliste au milieu des magnétophones présents : « Considérez-vous que ces deux messieurs à la mine accorte sont des représentants légaux de l’Ukraine ? ». Le petit François n’en finirait plus d’expliquer pourquoi il a été partisan de la guerre illégale d’Irak, de la création illégale de l’État fantoche du Kosovo et pourquoi il est contre la Crimée russe. L’incohérence est totale ! À la fin, il aura fâché tout le monde : à l’extérieur, avec ceux qui trouvent que la France n’en fait pas assez et avec ceux qui trouvent qu’elle en fait trop ; à l’intérieur, avec ceux qui pensent qu’elle ne fait rien de bon et se ridiculise comme c’est mon cas. Les Russes ne sont pas nos ennemis mais nos partenaires. En toute hypothèse, leur gouvernement vaut mieux que celui du Qatar ou de l’Arabie Saoudite, pour ne citer qu’eux dont notre pays et le PSG sont d’amicales brosses à reluire.

En tous cas, la stratégie de la provocation et de la fuite en avant est celle qui nous a menés au point où nous voici. La mise en cause des frontières sur des bases linguistiques et historiques est un désastre qui se paiera très bientôt ailleurs, chez d’autres nationalistes, dans d’autre zone pleines d’humour et de gaieté comme la Roumanie, la Hongrie, la Belgique sous pression flamande, et ainsi de suite. Personne n’ayant encore écrit une « Histoire et méthodes des nationalismes pour les nuls », le chef de l’État n’a pas d’autres idées sur le thème que celle que lui marmonne à l’oreille BHL. C’est la bêtise, l’ignorance et les provocations additionnés qu’il faut craindre. Surtout dans un pays où le sarcophage de Tchernobyl n’est plus aussi étanche qu’il faudrait et où plusieurs autres centrales nucléaires sont à la portée de tous les incidents.

http://www.jean-luc-melenchon.fr/2014/03/11/trois-ans-apres/

 

 

 

 

 

 

74 réponses à [Reprise] Avis aux Mickey à propos de l’Ukraine, par Jean-Luc Mélenchon

  1. luci2/29 Le 19 mars 2014 à 07h02
    Afficher/Masquer

    Les idées justement analysées,parvenant d’à peu près toutes les tendances “politiques” se rejoignent et,balayant les discoureurs et “guerriers-vainqueurs” éclairés et surtout auto-proclamés,il s’organise,autour de lieux ,tel celui-ci,un partage “civil” à vocation pacifique et fraternelle,tendant à infléchir les décideurs décidément obsédés par l'” excrément du diable” **(l’argent) =dans un propos du Pape actuel François.
    ** sur arte mardi 18 mars , 20 H 30


  2. Crapaud Rouge Le 19 mars 2014 à 07h09
    Afficher/Masquer

    J’dis pas que je suis d’accord à 100% avec ce texte, on va croire que je suis pro Mélenchon… 🙂


    • reneegate Le 19 mars 2014 à 08h36
      Afficher/Masquer

      Quel courage!


  3. obermeyer Le 19 mars 2014 à 07h48
    Afficher/Masquer

    La position de Mélenchon et du parti de gauche sur l’Ukraine est une des rares voix politique qui prône le pacifisme et la coopération plutôt que la confrontation et la concurrence prônées par le couple USA-UE. Ce discours n’a pas varié depuis les derniers conflits en cours, que ce soit à propos de la Lybie, de la Syrie, du Mali ou de la


    • Steve.C Le 19 mars 2014 à 13h35
      Afficher/Masquer

      Je ne suis pas sur de la position de Melenchon sur la Lybie… mais pour le reste je suis d’accord avec vous. En fait ce qui est “drole” c’est qu’aujourd’hui ce sont les partis dit extreme qui sont raisonnable sur l’Ukraine (le FN, le Frdg) ainsi que les petits non représentés (Cheminade, Asselineau, MPEP) et les courants de pensé dit nauséabond ou complotiste (E&R, Panamza, agence info libre etc). Alors que nos médias de la vérité et les partis dit de gouvernement (Vert, centre, PS, UMP) sont les plus extremes dans leur propos face à la Russie. Dans leur soumission à l’empire, ils vont jusqu’a aller contre les intérêts français. Je suis contre la peine capitale en général, mais la je regrette le bon vieux temps ou le crime de haute trahison était en vigueur….


      • Jean Le 19 mars 2014 à 16h11
        Afficher/Masquer

        Justement c’est grâce à Asselineau que j’ai appris qu’en 2010 les USA par l’intermédiaire de John Kerry avaient approuvés qu’il y ait un référendum au Sud-Soudan pour qu’il devienne indépendant du Soudan.

        Et maintenant les mêmes USA par l’intermédiaire du même John Kerry rejettent le référendum en Crimée pour qu’elle devienne indépendante de l’Ukraine.

        Vraiment 2 poids 2 mesures !


  4. obermeyer Le 19 mars 2014 à 07h52
    Afficher/Masquer

    ( suite )ou de la Centrafrique. Les blogs de Michel Collon ou de Jean Luc Mélenchon sur les décryptages géopolitiques sont une source d’information qui tranche avec la soupe atlantiste que nous servent nos médias serviles .


  5. Norton Le 19 mars 2014 à 07h52
    Afficher/Masquer

    Très beau discours-fleuve…comme Mélanchon sait en faire,mais qui manque de logique,puisqu’il a appelé à voter Hollande et qu’il est pour la construction européenne dont il déplore les effets de l’alignement diplomatique sur Washington…
    Il n’a pas encore compris que l’empilement de 28 diplomaties ne se traduit pas par une “grande diplomatie” mais par une auto-neutralisation diplomatique totale de l’UE…
    S’il l’a compris,c’est qu’il est un agent du système…


    • Jidégé Le 19 mars 2014 à 08h25
      Afficher/Masquer

      Mélenchon a d’abord appelé à virer Sarkozy. Ce qui fut fait grâce aux quatre millions (environ) de voix du Front de Gauche. Quant à la construction d’une Europe reposant sur la collaboration équitable et solidaire de nations, de peuples, etc.. (biffer la mention inutile) souverains, je suis “pour” mais cela n’a, hélas, rien à voir avec cette Europe que la mise en pratique de l’idéologie libérale de la Commission européenne impose aux membres de l’UE.


      • Norton Le 19 mars 2014 à 09h09
        Afficher/Masquer

        “Quant à la construction d’une Europe reposant sur la collaboration équitable et solidaire de nations, de peuples, etc.. (biffer la mention inutile) souverains,”

        Jidégé,une Europe comme vous dite ne demande absolument aucun effort de construction.
        Il suffit que chaque pays soit libre indépendant et souverain,c’est à dire FORT,et nous obtiendrons une Europe pacifiée.
        On ne fait la paix que sur un équilibre des forces…,pas sur un empilement de faiblesses.


      • Norton Le 19 mars 2014 à 09h16
        Afficher/Masquer

        Jidégé,

        Appeler à voter Hollande pour virer Sarkosy,c’est appeler à ne rien changer.
        C’est là que les mélanchonnistes se font rouler dans la farine par les beaux discours et les envolées lyriques d’un beau parleur.


        • reneegate Le 19 mars 2014 à 09h23
          Afficher/Masquer

          le problème c’est qu’il a clairement dit que ce n’était qu’une étape, et c’est le seul à dénoncer les dérives libérales des socialistes, le seul à prendre une position honnête sur l’Ukraine (Berruyer l’a bien compris), le seul à faire des propositions d’avenir….. Votre argument fait partie de l’agitrprop de tous les médias mainstream et je ne vous blâme pas car toute désintoxication est une lutte quotidienne.


          • Norton Le 19 mars 2014 à 09h45
            Afficher/Masquer

            Reneegate,

            À ce stade,comme vous dites ce n’est plus des dérives libérales que se permet le gouvernement et le PS au nom de la France,mais un pacte avec des descendants en ligne directe des tortionnaires d’Oradour sur Glane et de ceux dont l’idole,élevée par eux-même au rang de héros national ukrainien,faisait parti de la même mouvance que les troupes ukrainiennes/SS qui ont massacré les résistant du Vercors en 44.C’est de la pure collaboration avec Hitler avec 74 ans de décalage…
            Grâce à la banalisation du front national orchestrée par le PS (dixit Jospin ),cette attitude gouvernementale ne choque quasiment plus personne…


            • reneegate Le 19 mars 2014 à 10h06
              Afficher/Masquer

              Parfaitement d’accord. Ces Ukrainiens qui ont été “les premières chambre à gaz” en biélorussie. Après l’épisode Dieudonné les français vont peut être commencer à se poser des questions. Ma sonnette d’alarme très sensible n’a jamais sonnée dans les 2 spectacles auxquels j’ai assisté (2005 et 2011 je crois) par contre quand je vois la composition du gouvernement Ukrainien non élu ça fait un barrouf dingue, je ne m’entends plus …….


        • tchoo Le 19 mars 2014 à 16h55
          Afficher/Masquer

          Vous n’avez juste pas compris que si Sarkhozy avait été réélu, le PS serait au vu de beaucoup encore un recours.
          Il était donc nécessaire d’en passer par l’étape Hollande, ne vous en déplaise.


          • Norton Le 19 mars 2014 à 17h10
            Afficher/Masquer

            Tchoo,
            Vous parlez pour vous,je suppose…

            C’est juste l’imposture de l’alternance dont vous ne décrivez que le dernier épisode (mais peut-être qu’avant vous n’étiez pas né…)

            Certains savaient tout ça depuis belle lurette mais l’instrumentalisation du FN par l’UMPS nous condamne à ce cercle vicieux anticonstitutionnel.

            En effet,la constitution stipule que tout doit être fait pour éviter ce genre de blocage.


    • gonetoufar Le 19 mars 2014 à 08h31
      Afficher/Masquer

      On peut ne pas être d’accord avec les solutions proposées par Mélenchon …… mais il est le meilleur pour déconstruire TINA devant les masses “Pujadasisées ” …. une exellente chose.
      Respect .


    • catherine Balogh Le 19 mars 2014 à 11h21
      Afficher/Masquer

      Mais on a tous appellé à voter Hollande parce que c’était le choix le moins pire….c’est ça le problème, plus vraiment de choix.J’ai voté Hollande et grande est ma désillusion(le mot est faible) qui aurait cru que cet homme serait le polichinelle des USA???Franchement, personne, il nous a bien eut, ce cake!


      • Jacques Coeur Le 19 mars 2014 à 12h11
        Afficher/Masquer

        C’est évident.
        Quelle surprise de voir un “young leader” sponsorisée par la “French american foundation” qui a déclaré

        « La gauche a été au gouvernement pendant 15 ans au cours desquels nous avons libéralisé l’économie, ouvert les marchés à la finance et aux privatisations. Il n’y a rien à craindre ».
        François Hollande lundi 13 février 2012.
        link to guardian.co.uk

        et qui a toujours soutenu l’UE faire une politique pro-américaine.

        ça pour une surprise…


        • catherine Balogh Le 19 mars 2014 à 12h18
          Afficher/Masquer

          à Jacques Coeur
          Bonjour,
          Vous avez raison, je reconnais mon inculture sans problème, mais il n’est jamais trop tard pour bien faire.
          ;o)
          Merci de cette info,
          Cordialement


      • Prague Le 19 mars 2014 à 17h07
        Afficher/Masquer

        qui aurait cru que cet homme serait le polichinelle des USA???

        Et d A. Merkel aussi, en fait, ou en est t il dans la re-negotiation promise du pact ?


  6. obermeyer Le 19 mars 2014 à 08h02
    Afficher/Masquer

    Il a appelé à voter Hollande pour battre Sarkozy (qui nous a ramené dans le giron US de l’Otan), sans illusions sur les capacités du PS à gérer les affaires. Il est aussi absolument contre le fonctionnement des institutions européennes ( non démocratiques et à la botte des lobbies ), mais croit à une forme d’internationalisme des mouvements populaires. Voir les détails sur son blog européen .


  7. reneegate Le 19 mars 2014 à 08h34
    Afficher/Masquer

    C’est quoi votre problème avec Melenchon? Regardez rétrospectivement toutes ses analyses, toutes ses propositions, c’est le seul homme politique en France qui ne se trompe pas, qui est cohérent et qui fait des projections d’avenir.
    Les gars faut pas confondre, dirigeant politique et petite amie.
    Melechon n’a pas vocation à ressembler à une belle Ukrainienne (Goujon elle s’appelle et répète en boucle “Maidan c cooool”).


    • Norton Le 19 mars 2014 à 10h51
      Afficher/Masquer

      Renégate,
      Mélanchon ne se trompe absolument pas…, pour tromper son monde…

      Il suffit d’écouter plusieurs sons de cloches pour comprendre que la sienne est fêlée…

      link to u-p-r.wikia.com


  8. jard Le 19 mars 2014 à 09h12
    Afficher/Masquer

    Oui, nous allons probablement à un début de guerre civile, peut-être des assassinats de Juifs. L’armée russe va alors entrer dans la partie russe de l’Ukraine. Après, c’est plus flou. L’autre partie du texte est également intéressante, les Européistes sont-ils réellement ces malades mentaux incapables de sortir de leur idéologie naïve? On a l’impression d’abrutis ânonnant “Europe, glop, glop” et “Si t’es pas Européiste, t’es un nazi”. Hier, cela pouvait être une posture, aujourd’hui, avec le soutien à des nazis, le risque d’une guerre en Ukraine, la possibilité de massacres de Juifs, on entre dans la folie. Ce sont peut-être bien des fous d’Europe, des fanatiques, préférant la destruction totale à la remise en question. Ils, leur camp, gagnent toutes les élections, les Français seraient-ils des débiles?


  9. yt75 Le 19 mars 2014 à 09h48
    Afficher/Masquer

    Il est clair que le niveau de propagande atteint dans la presse est vraiment hallucinant.

    A noter qu’en Ukraine même, une bonne partie de l’armée serait en opposition au nouveau gouvernement (et le général en chef de l’aviation en particulier), voir ci dessous :
    link to cluborlov.blogspot.fr

    “The Ukrainian military are by and large refusing to follow orders from he government. Many if not the majority of them are incredibly angry. Some generals have openly declared that they will not follow orders from some foreign-imposed government. The chief of the Air Force is a major problem for the government: so far he has flatly refused to fly any missions at all, and has grounded all the planes. He says that he will not follow orders except from a freely elected governent. Until such a time, he will follow only his own orders.”

    (ce qui expliquerait aussi la formation d’une nouvelle garde nationale à partir des manifestants les plus “musclés” de Maidan)


  10. fabien775 Le 19 mars 2014 à 09h55
    Afficher/Masquer

    La grande majorité des français ne regardent que les journaux télévisés du 20 heures ou la désinformation est la règle. Il ne faut pas s’étonner de la suite.


  11. reneegate Le 19 mars 2014 à 10h11
    Afficher/Masquer

    la presse c’est le nerf de la guerre. 1914 personne ne voulait la guerre excepté les politiques et leurs supplétifs la presse. Internet, médiapart vont ils changer les choses? la réponse dans les jours qui viennent


    • fper Le 19 mars 2014 à 13h48
      Afficher/Masquer

      je ne vois pas grand chose de sérieux dans médiaprt sur ces questions, si ce n’est le discours ambiant un peu amélioré…
      quelles sont vos références ?


      • reneegate Le 19 mars 2014 à 15h07
        Afficher/Masquer

        Je parlais d’une nouvelle presse plus investigatrice (Sarkosy, Lagarde aujourd’hui) qui pourrait changer la donne. Mais vous avez raison Médiapart est plutôt suspect quand à l’Ukraine et bien plus quant à la la Syrie.


  12. stephp Le 19 mars 2014 à 10h36
    Afficher/Masquer

    A minimiser à ce point le danger pour la communauté juive d’Ukraine, P. Cohen doit urgemment être ajouté à sa propre liste de cerveaux malades !


  13. Dellac Le 19 mars 2014 à 10h38
    Afficher/Masquer

    La désinformation n’est pas vraiment efficace.Hier soir dans l’émission de France inter Le téléphone sonne,les cinq premiers auditeurs posant des questions n’étaient visiblement pas convaincus par la doxa main stream.Après trois questions critiques,la quatrième portait sur le référendum à Mayotte et la cinquième s’interrogeait sur l’invasion de La Barbade par les USA et
    sur le rôle de la CIA dans le renversement d’Allende.Les réponses:oui mais ce n’est pas pareil.Et donc plus de questions dans la dernière demi heure de l’émission.Manifestement tout le monde ne se contente pas de la propagande.


  14. Danyves Le 19 mars 2014 à 10h55
    Afficher/Masquer

    La démonstration de Pascal Riché :

    link to rue89.nouvelobs.com

    avec point d’interrogation :

    Explicateur 05/03/2014 à 18h11
    Kiev : le nouveau pouvoir « sous influence néonazie » ? C’est n’importe quoi
    Pascal Riché | Cofondateur Rue89

    Ne pas manquer les commentaires qui ne s’en laissent pas conter.


    • Jacques Coeur Le 19 mars 2014 à 12h13
      Afficher/Masquer

      Pascal Riché est un “young leader”, ce qui en dit long sur la ligne éditoriale suivit par Rue89.


  15. step Le 19 mars 2014 à 11h04
    Afficher/Masquer

    Tout mélanchon ça, une analyse pondéré et souvent fouillée. Sauf que ne sortira de cette analyse que un mot repris en boucle par la presse:

    Mickey… .

    “quand mélanchon traite les journalistes de mickey” * 50 article on sature la médiasphère, et hop
    plus besoin de s’occuper du fond. Facile, et offert par l’intéressé. Soit il est bête soit il fait exprès.


    • Norton Le 19 mars 2014 à 11h50
      Afficher/Masquer

      Il fait le exprès…C’est comme les critiques de Cohn Bendit…Du convenu…,de l’entre-soi…
      Ils savent avant tout qu’ils sont du même monde et leur opposition ne sert que de leurre pour enliser tout débats sur la réalité de la construction européenne.
      Pourquoi pensez-vous qu’ils passent si souvent à la télé contrairement à Asselineau,seul à remettre en cause la construction européenne depuis 2007 et dont le raisonnement s’appuie sur des faits historiques irréfutables?
      Voir: “pourquoi l’Europe est comme elle est” sur le net…


      • Jidégé Le 19 mars 2014 à 12h15
        Afficher/Masquer

        Je viens de lire cet article qui se termine ainsi : “Je suis numismate à mes heures perdues. Une de mes médailles préférées a été frappée en France en 1848, lorsque le peuple Français a chassé Louis-Philippe après les journées de Février. […] Il y a un moment à partir duquel les Français – le peuple libre – prend son destin en main. C’est ce qui est écrit sur le revers de cette médaille : «La France donne l’exemple aux Nations». Notre vocation est de donner l’exemple aux Nations, pour se libérer de toute hégémonie.

        C’est pourquoi j’observe avec attention (par dessus la frontière Nord) ce qui ce passe en France. Mais convenez qu’en un siècle et demi, il y a eu des hauts et des bas (personne n’est parfait).

        Toutefois, en matière d’indépendance et de souveraineté, je pense que Asselineau et Melenchon pourraient arriver à s’entendre


        • Jacques Coeur Le 19 mars 2014 à 15h47
          Afficher/Masquer

          Mélenchon et Asselineau s’entendre ?

          Mélenchon qui s’aligne sur le postionnement de Washington et condamne Kadhafi, Bachar el Assad et Ahmadinejad.

          Mélenchon qui soutient l’UE :
          “… Maastricht est un compromis de gauche : pour la première fois, dans un traité de cette nature, des mesures d’encadrement du marché sont prévues …”
          “… Demain, avec la monnaie unique, cette monnaie unique de premier vendeur, premier acheteur, premier producteur, représentant la première masse monétaire du monde, l’Europe sera aussi porteuse de civilisation, de culture, de réseaux de solidarité …”
          “Si le vote est négatif, cela signifie que nous allons dans à l’aveture dans l’inconnue et pas dans de bonnes conditions”.
          “Maastricht c’est le contrepoids politique à la libre circulation des capitaux et des marchandises”.

          Mélenchon qui traite les partisans de la sortie de l’euro de “maréchalistes”.
          Durant une conférence, aux personnes qui demandaient ce qu’il pensait de l’article 63, Mélenchon répond, “Camarades, on ne parle pas de ça ici, il y a des caméras, on va se faire allumer”.

          Mélenchon qui est resté 32 ans au PS alors même que celui-ci s’alignait sur les diktats du FMI.
          Mélenchon qui appelle à voter Hollande sans rien exiger en retour.

          Entre la tromperie et l’intégrité quelle entente peut-il y avoir ?


        • Norton Le 19 mars 2014 à 16h34
          Afficher/Masquer

          Asselineau ne veut aucune alliance.Si on est d’accord avec les analyses et le programme de l’UPR ,il suffit de s’y inscrire.

          Les névrosés des “”autres Europes”” comme Mélanchon,Marine le Pen,Bayrou,Dupont-Aignan,Cheminade,peuvent passer leur chemin.

          On ne peut pas être “un peu” d’accord avec la sortie de l’euro,de l’UE et de l’OTAN.
          La souveraineté,c’est l’apanage naturel de toutes les nations libres du monde,petites ou grandes et ça ne se partage pas.On la veut ou on la veut pas.


      • reneegate Le 19 mars 2014 à 15h20
        Afficher/Masquer

        C’est quand même un peu léger pour le remettre totalement en cause. Pour ma part je pense que petit à petit cela paiera et permet de dénoncer certains imposteurs. Quant au journalistes il ne faut plus respecter ceux qui ne sont pas respectables. Il suffirait qu’il ne soit plus le seul à le faire pour qu’ils aient une pression suffisante pour se modérer (je pense à Cohen et d’autres fanatiques)


        • Norton Le 19 mars 2014 à 17h18
          Afficher/Masquer

          Reneegate,

          Des journalistes honnêtes qui respecteraient la vision et la déontologie constitutionnelle de la presse n’auraient besoin d’aucune pression pour faire leur travail.
          Mélenchon et les journalistes dont vous parlez se comprennent très bien dans ce jeu convenu.
          La seule pression que les médias comprennent c’est quand la cloche sonne à l’heure de la gamelle.


  16. Arnould Le 19 mars 2014 à 12h16
    Afficher/Masquer

    Qu’aurait fait notre général De Gaulle s’il était encore au pouvoir? En éternel poil-à-gratter des Américains, et pour défendre les intérêts bien compris de la France et de l’Europe, il aurait peut-être tout simplement entériné la réannexion de la Crimée à la Russie, et cela sans tergiverser pendant des mois.


    • Norton Le 19 mars 2014 à 13h04
      Afficher/Masquer

      Arnould,

      Dificile de dire ce qu’aurait fait le général de Gaulle…
      Déjà,son attitude diplomatique faisait qu’une telle situation aurait difficilement pu se produire…

      Pompidou,de la banque Rothschild,n’avait déjà plus la même envergure…

      Giscard,atlantiste convaincu,à poursuivi la glissade diplomatique de la France et amorcé sa dilution dans la construction européenne…

      Mitterrand,en quête d’une gloire propice à recouvrir l’infamie de ses amitiés sulfureuses au sein de la soumissions/collaboration vichyssoise et de sa non moins honteuse Francisque,a vendu ce qui restait de la puissance de la France pour le prix de la forfaiture européenne.
      Accessoirement,il a également fait entrer Schumann au Panthéon où Jean Moulin peut désormais taper la causette avec ce traître,dont on sait par des documents déclassifiés US,qu’il était payé par la CIA,pour faire avancer cette construction de Europe,sans l’avis des peuples qui la composent.

      Je pense que la volonté de de Gaulle a toujours été lié à la certitude que seuls des pays forts de leur indépendance peuvent agir pour la paix et que son ambition pour la France s’étendait à chaque pays du monde dans ce souci d’équilibre indispensable et que l’Europe intégrée qu’il redoutait,menaçait,par sa faiblisse prévisible,cet équilibre indispensable.

      Qui oserait dire aujourd’hui qu’il se trompait?


    • Olivier Berruyer Le 19 mars 2014 à 17h05
      Afficher/Masquer

      Ben, il a fait quoi quand les chars russes sont entrés à Prague ?


      • Norton Le 19 mars 2014 à 17h32
        Afficher/Masquer

        Très bonne question,Olivier,

        Je l’ignorais moi-même…,mais appartement,une question que sa très grande connaissance de l’Histoire l’amena à se poser et qui motiva sa décision était :- que peut-on faire pour un peuple qui ne veut pas se battre.

        Question terriblement d’actualité ne trouvez-vous pas?

        link to radio.cz


        • Prague Le 19 mars 2014 à 18h05
          Afficher/Masquer

          General de Gaulle se posait une question tres pertinante sur l armee, peut etre il ne se rendait pas compte de son indoctrination – a partir du grade de sous-officier, etre membre du parti communiste etait obligatoire, donc undeverouillable.

          Oui, les Tcheques sont des fatalistes, decus, ne croient plus en rien – ni aux conneries de gauche, ni celles de droite.

          General Ludvik Svoboda, c est un peu General Petain a l envers, aussi un hero de 1 guerre mondiale, mais lui, virant vers communisme pendant la 2., le renseigner sur l invasion imminente etait perdu d avance, malheureusement.


          • Norton Le 19 mars 2014 à 18h18
            Afficher/Masquer

            Merci Prague,pour cette pertinente précision.


      • Norton Le 19 mars 2014 à 18h10
        Afficher/Masquer

        Votre question mériterait une très longue réponse qui mettrait en perspective et sur plusieurs plans différents,les réalités géopolitiques des uns et des autre.
        Pour ma part,je pense que l’URSS à commis une erreur vis-à-vis de de Gaulle car elle le savait prisonnier de son anti-américanisme et donc obligé,sinon de pactiser avec elle,du moins de laisser faire…Une sorte de chantage que l’URSS à exercé sur la France,profitant de l’obligation qu’avait celle-ci de s’allier avec le diable (c’est à dire avec l’URSS…)…,un peu comme François premier,encerclé par les cathos fit alliance avec les ottomans…
        Les conséquences de cette erreur( en tout,cas de ce choix…) a été la fin d’une vision européenne de l’Atlantique à l’Oural à laquelle de Gaulle n’avait jamais vraiment cru mais qu’il avait proposé en opposition à l’Europe de Schumann et de Monnet qu’il savait atlantiste et destructrice de la France mais aussi de la paix en Europe.
        Je pense que l’URSS à refusé à la France le rôle de force d’interposition nucléaire que de Gaulle se sentait légitimement digne de jouer en Europe.La seule Europe dont voulait de Gaulle,était une Europe francaise.Il lui était facile de savoir que toute autre Europe serait dominée par l’industrie allemande et donc par les États Unis.

        Je repose donc la question : qui oserait dire aujourd’hui qu’il se trompait?


      • David Le 10 mai 2014 à 23h08
        Afficher/Masquer

        Une théorie circule. Le pc soviétique aurait fait pression sur la cgt et le pcf pour qu’ils étouffent mai 68, le paiement fut notamment une certaine neutralité dans les événements de Prague du Général. C’est ce qu’affirme Henri-Christian Giraud dans “L’Accord secret de Baden-Baden” .
        Je précise que je n’ai pas lu le livre mais ça peut se tenir (l’auteur semble ne pas apport de preuve tangible de se que j’ai lu dans un article).


  17. bertgil Le 19 mars 2014 à 12h37
    Afficher/Masquer

    Bonne analyse de jl Mélenchon.
    Mais , il a une attitude ambigue, vis a vis des traités européens et surtout de l’euro.Dommage car avec un euro à 1,4 par rapport au dollar, l’industrie française et ceux qui y sont employés vont souffrir.


    • Norton Le 19 mars 2014 à 13h47
      Afficher/Masquer

      Bertgil,

      Son attitude n’a rien d’ambiguë…,il ne propose jamais de s’émanciper de cette prison européenne parce qu’il fait partie des gardiens,…tout simplement !

      “Plus c’est gros et mieux ça passe” disait Chirac,qui en plus de l’art du mensonge partageait avec Hollande le cynisme des faibles que certains nomment “humour”…

      Lisez les analyses de l’UPR qui elles,ont au moins l’avantage de la clarté sur ces sujets.


      • Manu Le 19 mars 2014 à 19h54
        Afficher/Masquer

        Je ne suis pas d’accord avec vous. La position du fdg et de re-négocier le statut de la bce. Et si ce n’est pas possible alors on sort de l’euro.


        • Olivier Berruyer Le 19 mars 2014 à 20h04
          Afficher/Masquer

          Ah moins d’être décérébré, un être vivant ne peut normalement considérer comme “possible” de négocier avec l’Allemagne le statut de la BCE…


          • nemottep Le 23 mars 2014 à 08h51
            Afficher/Masquer

            un être vivant ne peut normalement considérer comme “possible” de négocier avec l’Allemagne le statut de la BCE…
            hummmm , tu as probablement raison olivier , mais pas avec l’Allemagne , avec merkel . pour le reste , l’Allemagne aurait surement plus a perdre de la sortie de la France de l’euro , car nous sommes quand même la deuxième économie de l’Europe . et comme la politique est essentiellement question de rapport de force , comment affirmer que ce ne serait pas possible sans avoir essayé .


    • caroline porteu Le 19 mars 2014 à 17h35
      Afficher/Masquer

      Totalement d’accord avec vous .. et c’est cette nouvelle ambiguité qui va lui couter très cher au niveau des élections .

      Il n’a pas une position claire sur le sujet . Ce qui remet ce type de discours à sa place : celui d’un discours plus démagogique qu’autre chose , ce qui n’est pas acceptable sur de tels sujets .
      Personnellement , j’ai la sensation d’un enfumage identique à celui qui a précédé les élections avec les positions sur les traités Européens .. dont la suite a été RIEN …

      De plus , sur le sujet de la révolte populaire Ukrainienne , on a le droit de sourire, comme celle qui a lieu au Vénézuela peut etre ??
      Sur le Vénézuela un lien tout à fait intéressant

      Brévissime leçon de journalisme pour ceux qui croient encore à l’information

      link to venezuelainfos.wordpress.com


      • catherine Balogh Le 19 mars 2014 à 21h00
        Afficher/Masquer

        C’était pareil pour la Nouvelle Calédonie, à l’époque, les infos nous disaient que c’était le dawa partout là-bas et mes amis au téléphone me disaient que ça n’était pas étendu du tout….donc, ça n’est pas d’aujourd’hui qu’on nous enfume…..


  18. ril Le 19 mars 2014 à 14h44
    Afficher/Masquer

    Très clairement, donc, les Européens ont voulu « faire payer les Russes » et ont disposé de l’argent russe à leur convenance. L’impact économique de ces mesures sur la Russie et l’Ukraine, deux pays où Chypre était respectivement le premier et le deuxième investisseur, est difficile à estimer. Il n’a cependant pas été nul. En 2012 (dernier chiffre disponible), selon l’agence russe de statistiques, 16 milliards de dollars (environ 11,4 milliards d’euros) avaient été investis en Russie, soit 10 % du total des investissements directs étrangers.

    link to latribune.fr


  19. Bruno Le 19 mars 2014 à 14h57
    Afficher/Masquer

    Merci Olivier. Votre oeuvre est salvatrice !

    On peut lire aussi cela du toujours excellent (et a mon gout trop rare en ce moment) Loic ABADIE a propos du bilan economique de Poutine:

    link to objectifeco.com


  20. Valence Le 19 mars 2014 à 15h35
    Afficher/Masquer

    Je ne comprend pas comment on peut s’extasier sur ce texte de Mélenchon comme le font de nombreux lecteurs alors qu’il est d’une malhonnêteté répugnante.

    Dès le début les observateurs lucides savaient que le mouvement en Ukraine était instrumentalisé par les américains et les européens et que l’extrême droite était utilisée par eux en toute connaissance de cause comme la seule force structurée et militarisée pour renverser le gouvernement.

    Mélenchon a une formation marxiste il sait très bien qu’un mouvement qui fait mouvement aussi rapidement et ouvertement vers le fascisme et une oligarchie alternative à la précédente est un mouvement contre-révolutionnaire. Dire qu’il y avait des forces “progressistes” à Maïdan est grotesque. Pas un ouvrier n’a bougé en Ukraine, ils savent trop bien ce que leur réserve l’Union européenne.

    Que les manifestants modérés prennent la défense d’un rapprochement avec l’UE alors que tout le monde sait que l’UE et le FMI vont f

    l’E


    • reneegate Le 19 mars 2014 à 17h01
      Afficher/Masquer

      et le seul fait d’envisager que certains manifestants pouvaient être de bonne foi, fait de Melenchon un malhonnête répugnant? Vous ne cherchez pas à trouver des solutions, ma formation qui n’est pas uniquement marxiste me permet de penser que seul un désir de briller vous anime.


  21. Prague Le 19 mars 2014 à 17h19
    Afficher/Masquer

    Oui, c est exactement cela, je l ai deja dit dans un poste il y a qqs jours, c est la guerre de poullaier entre les oligarches de tous bords, anciens, nouveaux, russes, ukrainiens, americains et autres.


  22. caroline porteu Le 19 mars 2014 à 17h28
    Afficher/Masquer

    Une chose me gêne dans l’analyse de JLM .. c’est une fois de plus sa position vis à vis de l’UE
    Il n’y touche pas .. comme lors des élections , comme sa position sur l’euro .. et çà ce n’est pas une preuve de cohérence .


  23. Maud Le 19 mars 2014 à 18h17
    Afficher/Masquer

    Bravo d’avoir relayé son intervention. Faut-il se justifier de ne pas être une de ses électrices pour approuver Certes pas, sortons d’un système binaire caricatural pour faire fonctionner correctement notre esprit critique, notre réflexion.
    Même si je n’ai pas vécu cette époque, la propagande actuelle me rappelle l’entre deux guerre : “plutôt Hitler que Staline” avec autant d’hystérie et de mauvaise foi. Et on sait maintenant où cela mène de ne pas penser par soi même.


  24. caroline porteu Le 19 mars 2014 à 18h25
    Afficher/Masquer

    Ukraine : ce que l’occident prépare : une dévastation sociale pour les travailleurs Ukrainiens
    link to le-blog-sam-la-touch.over-blog.com


  25. Paul Le 19 mars 2014 à 19h08
    Afficher/Masquer

    Je vous laisse cette vidéo qui a créé beaucoup d’émois en Ukraine et en Russie sur les méthodes de Svoboda pour forcer physiquement le directeur d’une chaine de télévision à démissionner. C’est vers 4’45” que cela s’agite …

    link to lecourrierderussie.com

    Pendant ce temps les bisounours ou mickey chez nous ne sont pas capables de faire la part des choses, c’est à se demander pourquoi ils sont là ?


    • Jidégé Le 19 mars 2014 à 22h31
      Afficher/Masquer

      “Modus operandi” dans le plus pur style SA (sturmabteilung) de Ernst Röhm. La scène me fait immédiatement penser à Charlie Chaplin dans le rôle du barbier juif dans “Le dictateur”.


  26. yt75 Le 20 mars 2014 à 00h15
    Afficher/Masquer

    Une interview video de Dimitri Orlov :
    link to usawatchdog.com


  27. Epsilon Le 20 mars 2014 à 10h07
    Afficher/Masquer

    Voilà le communiqué officiel d’EELV à propos de l’Ukraine :
    “”EELV réaffirme son soutien au mouvement pacifiste en cours parti des rassemblements de la place Maidan ainsi que son attachement à l’intégrité territoriale de l’Ukraine.

    Ce samedi, alors que le Parlement russe vient de voter le principe d’une intervention militaire « sur tout le territoire de l’Ukraine », une délégation EELV vient d’arriver à Kiev pour apporter son soutien aux manifestants pacifistes et pro-européens. Composée notamment de Karima Delli, députée européenne, Pascal Durand, ancien secrétaire nationale d’EELV et accompagnée de la présidente de la Communauté Ukrainienne en France, elle se rendra sur la place Maidan puis demain dimanche à Odessa pour réaffirmer le droit de l’Ukraine à la paix, à la sécurité et au respect de ses droits fondamentaux.

    Europe Ecologie-Les Verts condamne fermement toute violence en Ukraine et toute tentative d’intimidation du nouveau pouvoir. Des élections libres et transparentes doivent avoir lieu sans pression ou menace d’invasion militaire.

    EELV appelle l’Union européenne, vers laquelle le nouveau pouvoir ukrainien s’est courageusement tourné, et la communauté internationale à apporter rapidement une aide financière, sans contreparties austéritaires, au nouveau pouvoir ukrainien pour éviter la banqueroute du pays, à ouvrir un processus de partenariat avec l’Ukraine prévoyant un rapide assouplissement des frontières de l’UE pour les citoyens ukrainiens, à agir pour geler les avoirs de Ianoukovitch et de son clan, à exiger l’extradition de la Russie de Ianoukovitch et de ses proches afin qu’ils puissent être jugés pour leurs crimes par un tribunal international et indépendant, et à instaurer un dialogue ferme avec Vladimir Poutine afin d’éviter que le sang soit de nouveau versé sur le territoire ukrainien.””

    Puisqu’on parle d’eux, autant ne pas parler à leur place.


    • catherine Balogh Le 20 mars 2014 à 12h30
      Afficher/Masquer

      Comme si Poutine était responsable du sang versé à Kiev!!
      Cette manière de construire une phrase est complètement manipulatoire!
      Moi, j’aimerai en effet un tribunal indépendant pour Valls, Fabius, Hollande, Ashton, Nuland, Obama, etc….


    • Jidégé Le 20 mars 2014 à 12h44
      Afficher/Masquer

      J’ai d’abord pensé à une imposture. Mais non, il s’agit bien d’un communiqué officiel publié le 01/03. Consternant!

      link to eelv.fr


  28. samuel Le 20 mars 2014 à 12h18
    Afficher/Masquer

    Toutes les analyses de Melenchon ne sont pas bonnes à suivre, personnellement il me fait penser à un carriériste, alors si certains s’imaginent qu’il est le seul homme politique à ne s’être jamais trompé, à mon avis ça m’étonnerait. Car si ça se trouve il fait tout autant du tort à des gens bien moins opportunistes que lui bien sur ça reste à prouver. Et dire qu’il y a des gens qui sont réellement convaincus que le monde serait plus généreux et charitable avec des gens comme mélenchon, bien sur tout ce qu’il dit n’est pas contre le pays ou les pauvres gens de plus. En réalité, ça ne recherche qu’à faire le bien des hommes dans les médias, mais pour le reste il est tout autant comparable aux autres …


  29. Nanker Le 20 mars 2014 à 14h20
    Afficher/Masquer

    Si on suit le raisonnement de DCB Poutine est à l’Ukraine ce qu’Hitler était à la France des années 40… Ce type est décidément pathétique. Qu’il palpe ses 15000 € mensuels à Strasbourg et qu’il la ferme!


  30. theuric Le 20 mars 2014 à 15h33
    Afficher/Masquer

    Il n’y a pas que les européens à avoir fait les pires sottises là-bas, les U.S.A. aussi, ainsi leur allié de toujours, Israël, ne va-t-il sûrement pas très bien accepter cette aide portée à un réel parti nazi.
    Ce ne sont pas les américains, les malades, eux n’agissent que comme tout empire en fin de règne, ils mettent le chaos.
    Non, ce sont les gouvernants européens qui sont en plein délire.
    C’est, je le pense, ce délire qui doit absolument être étudié, parce qu’il atteint autant les plus sots d’entre eux que les intelligences les plus grandes.
    il s’agit donc d’un processus collectif de délire où il est possible de voir des juifs soutenir un pouvoir au tiers nazi.
    Ce qui serait passionnant ce serait une étude faite par une équipe compétente composée autant de professionnels de la psyché, psychologues, psychiatres, psychanalyste que ceux des sociétés, sociologues, anthropologues, psychosociologues etc….
    Parce que les résultats de cette étude pourrons nous servir autant pour le présent que pour le futur.


  31. Fortin Le 26 mars 2014 à 08h39
    Afficher/Masquer

    Allez écouter la conférence de romain bessonnet ” ukraine, U.E c’est la guerre”, une autre information, jamais passée dans nos ” médias “, intéressante …..


Charte de modérations des commentaires