«La dernière décennie du XXe siècle a connu un changement tectonique dans les affaires mondiales. Pour la première fois, une puissance non-Eurasienne a émergé, non seulement comme un arbitre clé des relations de pouvoir en Eurasie, mais aussi comme pouvoir suprême dans le monde. » (p. xiii)

« Maintenant, une puissance non-Eurasienne est devenue prééminente en Eurasie. – Et la primauté mondiale de l’Amérique dépend directement de la durée et de l’efficacité de sa prépondérance maintenue sur le continent eurasiatique » (p.30)
Extraits du livre Le Grand Échiquier : la Primauté Américaine et ses Impératifs Géostratégiques, Zbigniew Brzezinski, Basic Books, 1997

« On nous avait promis à Munich, après la réunification de l’Allemagne, aucune expansion de l’OTAN n’aura lieu à l’Est. Ensuite, l’OTAN s’est élargie en ajoutant les anciens pays du Pacte de Varsovie, les anciens pays de l’URSS, et j’ai demandé: “Pourquoi faites-vous cela ? ” Et ils m’ont répondu : ” Ce n’est pas votre affaire.” » – Le président Russe Vladimir Poutine, conférence de presse à Moscou, avril 2014

Les États-Unis se trouvent dans une véritable phase de déclaration de guerre avec la Russie. Les décideurs politiques à Washington ont déplacé leur attention depuis le Moyen-Orient vers l’Eurasie, où ils espèrent atteindre la partie la plus ambitieuse du projet impérial : établir des bases d’opérations avancées tout au long du flanc Ouest de la Russie, pour arrêter l’intégration économique entre l’Asie et l’Europe, et pour commencer l’objectif longtemps recherché de démembrer la Fédération de Russie. Tels sont les objectifs de la politique actuelle. Les États-Unis ont l’intention d’étendre leurs bases militaires en Asie centrale, de se saisir des ressources vitales et des corridors de pipelines, et d’encercler la Chine pour pouvoir contrôler sa croissance future. Cette poussière en Ukraine indique que la cloche de départ a déjà sonné et que l’opération est déjà entièrement en cours de déroulement. Comme nous le savons par expérience, Washington va poursuivre sa stratégie sans relâche tout en s’affranchissant de l’opinion publique, du droit international ou de la condamnation des adversaires et des alliés de la même façon. La seule superpuissance du monde n’a nul besoin d’écouter quiconque. Il s’agit d’un droit en soi.

Ce modèle, est bien sûr, infaillible. Il commence avec des sanctions de type doigts moralisateurs qui agitent l’économique, et de la rhétorique incendiaire, et puis rapidement, il se transforme en bombardements furtifs, attaques de drones, destruction massive des infrastructures civiles, des millions de réfugiés fuyant les villes et les villages décimés, des escadrons de la mort, du carnage humain en gros, de vastes destructions de l’environnement, et la lame stable en échec l’anarchie de l’État… Tout ceci étant accompagné par la répétition fade de la propagande étatique vomie de tous les porte-voix de l’entreprise dans les médias occidentaux.

N’est-ce pas la façon dont les choses se sont déjà déroulées en Afghanistan, en Irak, en Libye et en Syrie?

En effet, ils l’ont fait. Et maintenant, c’est au tour de Moscou. La survie de Poutine et celle de la Fédération de Russie dépend dans une très large mesure de sa capacité à saisir la nouvelle réalité rapidement et de s’adapter en conséquence. S’il décide d’ignorer les signes avant-coureurs qui sont tant espérés par Washington qui ne saurait être apaisé ou bien les hommes qui dictent la politique étrangère des États-Unis qui seraient peut-être persuadés d’abandonner le soi-disant «pivot vers l’Asie », il pourrait faire face à la même fin que Saddam Hussein ou Kadhafi. Donc, la première priorité est tout simplement d’accepter le fait que la guerre a commencé. Toutes ses futures décisions politiques doivent provenir de cette connaissance de base.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alors qu’est-ce que Poutine sait déjà ?

  • Il sait que la CIA, le Département d’État des États-Unis et les pseudo-ONG américano-financées ont été directement impliqués dans le coup d’Etat de Kiev.
  • Il sait (à partir de messages téléphoniques piratés) que c’était la main de Washington dans le choix des dirigeants de la junte.
  • Il sait que la Maison Blanche et l’OTAN ont déjà sapé l’esprit de l’accord de Genève de vendredi en menaçant d’intensifier les sanctions économiques et en prévoyant de transférer davantage d’actifs militaires aux pays baltes, ainsi que 10.000 troupes terrestres américaines en Pologne et des navires de guerre américains supplémentaires en Mer Noire.
  • Il sait que des décideurs politiques de haut rang des États-Unis l’ont diabolisé dans les médias en tant que nouvel Hitler, un surnom qui est immanquablement connoté d’objectifs d’agression par Washington.
  • Et il sait aussi que l’équipe Obama grouille de néo-cons sanguinaires et de guerriers froids récalcitrants qui n’ont jamais abandonné l’idée de faire éclater la Russie en petits morceaux, de pouvoir piller ses ressources, et d’installer une marionnette des États-Unis à Moscou.

À cette fin, les médias occidentaux ont façonné un récit absurde en prétendant que la Crimée fait partie d’un plan « diabolique »  de Poutine pour reconstruire l’Union soviétique et revenir aux jours de gloire de l’Empire russe. Bien qu’il n’y ait aucun point à réfuter dans cette allégation risible, il convient de noter que de nombreux journalistes ont contesté l’exubérance des médias en analysant la couverture de propagande gérée par l’Etat. Voilà comment Robert Parry l’a résumé dans un article récent :

«Au cours de mes quatre plus grandes décennies dans le journalisme, je n’ai jamais assisté à un tel spectacle de partialité et de tromperie aussi élaboré par les plus grands médias d’actualité grand public des États-Unis. Même à l’époque de Ronald Reagan … il y avait plus d’indépendance dans les principaux organes de presse. Il y a eu aussi beaucoup de bousculades des médias au large de la falaise de la réalité pendant la guerre du Golfe Persique de George HW Bush et de la guerre en Irak de George W. Bush, qui ont tous deux été manifestement coutumiers de fausses allégations qui ont pu être si facilement avalées par les grands organes de presse américains.

Mais il y a quelque chose de tout à fait orwellien dans la couverture actuelle de la crise en Ukraine, y compris le fait d’accuser les autres de «propagande» quand leurs explications… se révèlent beaucoup plus honnêtes et plus précises que ce que le corps de presse tout entier des États-Unis a mis en production…. La désinvolture de cette propagande … n’est pas seulement du journalisme de la honte, mais c’est aussi particulièrement imprudent de malversation au péril de la vie de nombreux Ukrainiens et de l’avenir de la planète. » (« Ukraine, à travers le miroir des Etats-Unis », Robert Parry, SmirkingChimp )

Malheureusement, le brouillard de la propagande générée par l’État permet de maintenir le public en grande partie dans l’obscurité sur les motifs réels du conflit actuel, ainsi que l’histoire sordide de l’hostilité américaine envers la Russie. Voici un court texte de présentation d’un article paru sur le site World Socialist Web Site qui aide à couper à travers la BS et qui fournit un peu plus d’éclairage sur ce qui se passe réellement :

« Lorsque l’Union soviétique s’est effondrée à la fin de 1991, Dick (Cheney) voulait obtenir non seulement le démantèlement de l’Union soviétique et de l’empire russe, mais celui de la Russie elle-même, de sorte qu’elle ne puisse plus jamais constituer à nouveau une menace pour le reste du monde, », écrit l’ancien secrétaire à la Défense, Robert Gates,  des États-Unis, dans ses mémoires récemment publiées. Gates faisait allusion à l’époque où Dick Cheney était ministre de la Défense, et plus tard vice-président américain.

Ces déclarations éclairent sous un jour nouveau les dimensions géopolitiques du putsch récent en Ukraine.

Ce qui est en jeu, ce ne sont pas tant de simples questions de nationalité, et encore moins la lutte contre la corruption et pour la démocratie, mais bien au contraire une lutte internationale pour le pouvoir et l’influence qui remonte à un quart de siècle. “( Les dimensions géopolitiques du coup d’état en Ukraine , Peter Schwarz, World Socialist Web Site)

Le Conseiller en Sécurité Nationale du président Jimmy Carter, Zbigniew Brzezinski, constitue bien le principal architecte de la politique actuelle. Dans son désormais classique « Le Grand Échiquier … La suprématie américaine Et Ses impératifs Géostratégiques », Brzezinski argumente que les États-Unis ont un besoin vital de devoir contrôler la masse continentale de l’Eurasie et d’en repousser ses rivaux potentiels, afin de maintenir sa position dominante en tant que seule et unique superpuissance au monde. Les critiques affirment que ce livre est un modèle pour une dictature mondiale, une revendication qui est bien difficile à contester étant donné l’accent particulièrement maniaque de Brzezinski sur ce qu’il qualifie « de la suprématie mondiale de l’Amérique. » Voici quelques extraits du texte qui éclairent bien les réflexions de l’auteur sur l’expansion US en Asie :

«L’Amérique est maintenant la seule superpuissance mondiale, et l’Eurasie devient l’arène centrale du globe. Par conséquent, ce qui va se passer tout autour de la distribution de l’énergie sur le continent Eurasien sera d’une importance décisive pour la primauté mondiale de l’Amérique et de l’héritage historique de l’Amérique. » (P.194) « Il s’ensuit que l’intérêt principal de l’Amérique est d’aider à s’assurer qu’aucune puissance unique ne soit en mesure de contrôler cet espace géopolitique et que la communauté internationale n’aura aucune entrave à son accès financier et économique ». (P148) …
« La consommation d’énergie dans le monde est appelée à augmenter considérablement au cours des deux ou trois prochaines décennies. Selon les estimations du Département de l’Énergie des Etats-Unis, ils s’attendent à ce que la demande mondiale augmentera de plus de 50 % entre 1993 et 2015, la hausse la plus significative de la consommation se produisant en Extrême-Orient. La dynamique de développement économique de l’Asie suscite déjà des pressions énormes pour l’exploration et l’exploitation de nouvelles sources d’énergie et les régions de l’Asie centrale et du bassin de la mer Caspienne sont connues pour contenir des réserves de gaz naturel et de pétrole qui éclipsent celles du Koweït, du Golfe du Mexique ou de la mer du Nord. » (p.125) … »…
« La manière dont l’Amérique gère « l’Eurasie » devient critique. L’Eurasie constitue le plus grand continent du monde et un axe géopolitique. La puissance capable de dominer l’Eurasie contrôlerait deux des trois régions les plus avancées et économiquement productives du monde. … Environ 75 % des habitants de la planète vivent en Eurasie, et la plupart de la richesse physique du monde se trouve concentrée là aussi, à la fois dans ses entreprises et dans son sous-sol.  L’Eurasie représente environ 60 % du PNB de la planète et environ les trois quarts des ressources énergétiques connues du monde entier » p.31) …
(Extraits de « Le Grand Échiquier : la Primauté Américaine et ses Impératifs Géostratégiques » – Zbigniew Brzezinski, Basic Books, 1997)

Pris dans son ensemble, « l’Échiquier » de Brzezinski revient finalement à une stratégie plutôt simple pour gouverner le monde. Tout ce que l’on doit faire, c’est de se saisir de l’approvisionnement énergétique critique et des lignes de transport en commun, d’écraser ses rivaux potentiels, et de subvertir les coalitions régionales, ou encore ce que Brzezinski désigne avec désinvolture, « empêcher les barbares de se mettre ensemble. »
Le plan comporte cependant des risques considérables, (la Russie détient pas mal d’armes nucléaires, après tout…), mais les risques sont largement compensés par la perspective de domination mondiale incontestée pour un avenir prévisible.

Le problème avec la politique de Washington en Ukraine, c’est qu’elle laisse très peu d’options à Poutine.

S’il déploie des troupes pour défendre l’ethnie Russophone à l’Est, alors Obama va immédiatement exiger des sanctions économiques supplémentaires, une zone «d’exclusion aérienne», le déploiement de l’OTAN, et la coupure du gaz naturel et des produits pétroliers en Europe.

D’un autre côté, si Poutine ne fait rien, alors les attaques contre les personnes russophones en Ukraine (comme la fusillade de dimanche à un poste de contrôle de l’Est avec trois morts.) vont s’intensifier et les États-Unis vont fournir un soutien logistique militaire en secret aux extrémistes néo- nazis du ministère de l’Intérieur, tout comme ils l’ont déjà fait avec les terroristes djihadistes en Syrie et en Libye. Cela va entraîner l’Ukraine dans une guerre civile dévastatrice qui pourrait endommager l’économie de la Russie et saper la sécurité nationale.

Quelle que soit l’option que vous pouvez envisager, la Russie perd dans tous les cas.

Le journaliste David Paul a résumé la situation dans un article du Huffington Post intitulé « Oubliez le baratin, Poutine tient une main perdante ». Il a expliqué:

« La formulation stratégique de Brzezinski est conçue pour améliorer la puissance américaine dans la région sur le long terme, et que Poutine arrive à trouver un moyen de se retirer ou bien qu’il choisisse d’envahir n’a finalement aucune importance. Quel que soit le choix que fait Poutine… en fin de compte il va servir les intérêts de l’Amérique, même si une guerre civile ukrainienne et une crise de l’énergie en Europe doivent faire partie du prix à l’arrivée. » ( Huffington Post )

C’est tout le dilemme de Poutine, qui consiste à tenter de choisir le chemin qui est le moins susceptible d’aggraver la situation et de plonger plus profondément l’Ukraine dans l’abîme.

Pour l’instant, le choix semble évident, c’est juste qu’il faut tout simplement s’asseoir bien à l’abri, résister à la tentation de s’impliquer, et ne rien faire d’irréfléchi. Finalement, cette retenue pourra être considérée comme de la force et non plus de la faiblesse et il sera en mesure de jouer un rôle plus constructif en conduisant l’Ukraine vers la paix et la sécurité.

MIKE WHITNEY  vit dans l’État de Washington. Il est un contributeur à  Espoir: Barack Obama et sa politique de l’Illusion (AK Press). Hopeless est également disponible dans une  édition Kindle. Il peut être contacté à  fergiewhitney@msn.com .

par MIKE WHITNEY – http://www.counterpunch.org/2014/04/23/putins-dilemma/ – Traduction Libre © Didier ARNAUD

166 réponses à [Reprise] Le dilemme de Poutine, par Mike Whitney

  1. JLV Le 07 juillet 2014 à 02h17
    Afficher/Masquer

    Poutine doit prendre la force de l’adversaire. Il doit faire de l’humanitaire à fond et attendre que l’opinion bascule en sa faveur puis lancer un ultimatum humanitaire, puis engager la force pour rétablir une situation en sa faveur.


    • VoualaCéMoi Le 07 juillet 2014 à 05h21
      Afficher/Masquer

      Ah, ce serait chouette … mais il faudrait ça avancer la partie dans la guerre des médias. Pour le moment, les médias américains se bornent à diffuser la propagande qu’on leur dicte. Qu’est-ce qui pourrait bien renverser la vapeur, lorsque des Psaki peuvent tout bonnement dire que les milliers de réfugiés ukrainiens en Russie sont des touristes?


      • Olga Le 10 juillet 2014 à 03h34
        Afficher/Masquer

        Voila l’entrée de “l’armée libératrice” ukrainienne à Kramatorsk le 8 Juillet 2014 (la ville a été cédé par les résistants le jour précédent).
        L’image est tres different de l’info, parue sur Euronews le 9/07/2014!!!

        Les habitent crient des gros mots à l’address du pouvoir fasciste/hunta/ de Kiev et clament, braillent “Vive la DONBASS” à la fin.
        Pour attirer votre attention: pas de contact entre la population et les militaires masqués, les soldats ne repondent pas?!
        C’est ne sont pas des soldats ukrainiens!!!, ce sont des troupes terrestres américaines/l’OTAN ou troupes privés étrangères.
        link to youtube.com


    • Chris Le 07 juillet 2014 à 12h05
      Afficher/Masquer

      Whitney fait l’impasse sur une autre guerre en route, qui fait moins de morts mais tout aussi efficace : la dédollarisation qui devrait prendre son envol lors du prochain sommet BRICS mi-juillet.
      A trop titiller la Russie et la Chine, ours et dragon s’allient.
      Notre inénarrable Sapin semble prendre le virage, probablement ulcéré par la pénitence de BNP
      link to lefigaro.fr
      “Dans une interview accordée au Financial Times, le ministre de la Finance, Michel Sapin s’est dit favorable à un rééquilibrage des monnaies utilisées dans les échanges internationaux alors que «l’affaire BNP» a plus que jamais démontré l’hégémonie du billet vert”
      Espérons qu’il s’abstienne de toute reculade, jeu favori de ce Gvt ! Et que Mammie Merkel, excédée des frasques NSA, apporte sa caution en dépit des pressions des ex-satellites soviétiques embrigadés par l’Oncle Sam…


      • visiteur Le 07 juillet 2014 à 21h38
        Afficher/Masquer

        La dédollarisation est une chimère. Tous ces nouveaux accords d’échanges commerciaux en monnaies autres que le $ s’effectuent à la marge; le seul secteur où une dédollarisation aurait un effet profond est le marché des hydrocarbures — et les USA prennent leurs précautions pour empêcher que cela arrive, coûte que coûte.

        Saddam Hussein et Mouammar Kadhafi voulaient vendre leur pétrole contre des €; ils ont été promptement débarqués. Il y a de cela trois ans, l’Iran a essayé de mettre sur pied une bourse pour ses hydrocarbures, non basée sur le dollar; comme par hasard, la vague de sanctions massives a commencé juste à ce moment. La Russie signe des contrats en roubles/yuans avec la Chine — et comme par hasard les sanctions contre la Russie s’accumulent. Et toutes ces sanctions sont réellement douloureuses, car les laquais des USA (UE en tête) les appuient — même si cela va à l’encontre de leurs intérêts bien compris.

        Les services secrets européens sont comme cul et chemise avec leurs collègues des USA — le gouvernement allemand n’a strictement rien fait jusqu’à présent pour punir le NSA, et n’en fera rien à l’avenir. Ni le gouvernement français, ou italien, ou suédois…

        Quant à l’économie russe, elle n’est pas bien brillante, même comparée à la déconfiture permanente qu’est l’économie des Etats-Unis.

        En somme, Poutine est vraiment dans une situation difficile. Il ne peut pas se permettre de commettre d’erreur.

        Toutefois, les sociétés, la politique, et l’économie constituent un système complexe — soumis à des évolutions abruptes et imprévisibles. Il est illusoire de penser que l’on peut contrôler le développement dans une partie du monde (telle que l’Ukraine) en modifiant un seul, ou un petit nombre de paramètres sans qu’il n’y ait des contrecoups inattendus, éventuellement dans des secteurs à côté de l’objectif des affrontements. Ainsi, il se passe bien des choses en Bulgarie en ce moment — paniques bancaires, affrontements entre oligarques, manoeuvres autour du gazoduc South-Stream…


        • moderato si cantabile Le 07 juillet 2014 à 22h58
          Afficher/Masquer

          tous ces “gouvernements” risquent d’en faire quelque chose au cas de coupure du robinet du gaz….non pas qu’ils se soucieraient trop de ceux qui auraient froid….mais, ça risque de bousculer les “finances” dès dits “gouvernements”.


    • Léna Le rolland Le 07 juillet 2014 à 17h12
      Afficher/Masquer

      Poutine ne fera pas dans la dentelle… il travaille à un renversement d’alliances en direction de pays arabes qui attendent cela depuis 30 ans, un allié solide et déterminé. Du jour au lendemain, il y aura une attaque : ce qu’il faut surveiller, ce sont des budgets militaires russes. quand ils auront fait x3 X 4, une affaire de 3 à 5 ans, il y aura une attaque du jour au lendemain. L’affrontement avec les USA est programmé, c’est une question de temps. C.Daraya en parle assez bien http://www.lesnouvellesdu futur.fr : d’ailleurs une question à Olivier BERRUYER : plusieurs personnes ont des analyses convergentes : pourquoi ne travaillez vous pas à coopérer tous ensemble ? la situation actuelle imposerait ces coopérations plutôt que travailler dans votre coin. Question lancée… !


    • Olga Le 10 juillet 2014 à 03h09
      Afficher/Masquer

      Et l’Europe est aveugle? Elle ne peut pas désobéir aux Etats-Unis et intervenir ?


  2. Sébastien Le 07 juillet 2014 à 02h23
    Afficher/Masquer

    L’auteur de l’article en sait bien moins que Poutine. En plus, en tant qu’américain, il essaie de raisonner comme un Russe.
    Bref, il a tout faux, raison pour laquelle il reporte sur Poutine l’échec de son raisonnement.
    En réalité, si ce monsieur connaissait la stratégie de Poutine, ce dernier aurait effectivement perdu.
    Ce qui fait flipper les américains si prévisibles, c’est que la variable “Poutine” est imprévisible pour leur vison étroite du monde. Qui plus est, il dispose de marges de manoeuvre incomparablement plus larges, les américains resserrant le noeud coulant sur eux-mêmes, au fur et à mesure qu’ils s’agitent.
    Conclusion: quoi qu’il arrive Poutine a au moins un jeu d’avance, il a donc gagné.


    • WhereIsMyMind Le 07 juillet 2014 à 08h24
      Afficher/Masquer

      Il est certain qu’on ne connait qu’une fraction de ce qu’il se passe, et le jeux se déroule pas uniquement en Ukraine, mais en Irak, Chine, Afghanistan,….
      On a un timer en route lié à la fin du pétro-dollar, et c’est ça l’enjeu de cette guerre secrète. Or si les évènements en Irak/Syrie/Iran continuent à tourner contre les USA (à nouveau, nous ne savons que une toute petite fraction de ce qu’il se passe), alors on risque de voir les USA chuter définitivement. Leur économie est au tapis, ils sont parti all-in dans cette partie, et je redoute la gestion de cette effondrement. Leur gigantesque armée et arsenal risque de passer sous le contrôle de multinationales aux intérêts obscures et devenir des mercenaires sans scrupules.


      • Alae Le 07 juillet 2014 à 10h55
        Afficher/Masquer

        50% des dépenses du Pentagone vont déjà à des forces armées privatisées (des mercenaires). La privatisation de l’armée américaine est en voie…
        link to mercenary-wars.net


    • Olga Le 10 juillet 2014 à 03h51
      Afficher/Masquer

      J’adore votre optimisme! On prie pour Putin!!!


  3. Abikunda Le 07 juillet 2014 à 02h34
    Afficher/Masquer

    Poutine a un seul problème vraiment, l’oligarchie Russe qui veut quand même continuer à faire du business avec l’Europe.


    • barre-de-rire Le 07 juillet 2014 à 14h43
      Afficher/Masquer

      le nœud du problème c’est pas de faire du bizz entre russie et europe, c’est ces putains de ricains qui font de l’ingérence au travers le monde pour se prémunir d’une rupture d’approvisionnement de ressources fossiles.

      de quel droit les usa de l’autre coté du globe viennent orienter une rébellion en ukraine contre la corruption pour au final voir des putains de nazis qui s’en prennent aux russes !? WTF !?!!


      • Osmium Le 09 juillet 2014 à 22h32
        Afficher/Masquer

        De quel droit ? Qui parle de droit ? Il est question ici de pouvoir et de survie d’un système – ici, le système américain -. Le droit n’a rien à faire ici. Dans une guerre, tout les coups sont permis.

        “Première règle : l’univers ne favorise que les vainqueurs. Pas les justes ou les gentils.
        Deuxième règle : l’univers est cruel et violent. Si tu n’es pas capable de t’adapter, tu perds. Voir règle 1.
        Troisième règle : Il n’y a pas d’autres règles”.

        C’est cynique, mais c’est la vérité la plus froide qui existe.


  4. Pravda Le 07 juillet 2014 à 02h59
    Afficher/Masquer

    Brzezinski a déclaré qu’il voulait que le gouvernement américain arme les ukrainiens:
    link to zerohedge.com

    Spécifiquement de l’armement pour des engagements urbains, l’article en référence se demande si finalement ce n’est pas pour lutter contre l’invasion Russe, mais bien pour organiser un génocide au vu du résultats des opérations déjà menées par Kiev…


    • Chris Le 07 juillet 2014 à 12h09
      Afficher/Masquer

      “l’article en référence se demande si finalement ce n’est pas pour lutter contre l’invasion Russe, mais bien pour organiser un génocide au vu du résultats des opérations déjà menées par Kiev…”
      L’un est corolaire de l’autre. Tous les moyens sont bons.


    • JLV Le 07 juillet 2014 à 17h40
      Afficher/Masquer

      Les USA ont l’habitude de financer des génocideurs. Premièrement ils se sont financés eux même pour génocider les peuples amérindiens d’Amérique du Nord. Deuxièmement, elle a financé Hitler, avec par exemple Mr Ford. Elle finance l’Arabie saoudite. Evidement si on veut poursuivre on peut écrire un long article juste sur cela.
      Aujourd’hui elle veut financer le génocide anti russophone en Ukraine. C’est une continuité.


  5. Pravda Le 07 juillet 2014 à 03h09
    Afficher/Masquer

    Loi ou projet de loi américaine:
    Russian Aggression Prevention Act of 2014
    Loi de prévention contre una agression russe:

    link to thomas.loc.gov:

    J’ai cru comprendre que les américains sont prets à tout pour défendre le dollar:
    link to dandelionsalad.wordpress.com
    link to silverdoctors.com


  6. Pravda Le 07 juillet 2014 à 03h12
    Afficher/Masquer

    Pourquoi un génocide?

    link to crazyivanreport.wordpress.com

    Pour que la Shell puisse récupérer tranquillement les terres à exploiter?


    • Nicolas Le 07 juillet 2014 à 06h55
      Afficher/Masquer

      En fait il serait juste de penser que le conflit dans l’est de l’Ukraine à été prémédité afin de libérer les terres de leurs propriétaires pour mieux les expulser…


  7. VladimirK Le 07 juillet 2014 à 03h48
    Afficher/Masquer

    Poutine peut jouer le temps. Les États-Unis sont économiquement et socialement très faibles. Leurs principaux moteurs économiques, l’industrie militaire et les banques on pris de sacrés coups, et accusent des signes de faiblesse.

    Les États-Unis peuvent bien f*utre le bordel en Europe, mais ce bordel, ils l’ont déjà chez eux, et ça va leur sauter à la figure.

    Alors c’est vrai qu’en Ukraine, la Russie est coincée, mais sa politique sur le long terme, les alliances créées avec la Chine, l’Inde et même – ce qui est des plus surprenant – la Corée du Sud et le Japon (eh oui, qui est ce qui fournit l’énergie au Japon depuis Fukushima ? Qui est-ce qui a supprimé le régime des visas avec la Russie ? La Corée du Sud), raison pour laquelle sans doute, Obama a dû faire en urgence une tournée en Asie récemment.

    Les gens sont moins idiots que les politiciens et les médias le voudraient, même en Amérique du Nord, et quelque part, c’est rassurant.


    • Lt Anderson Le 07 juillet 2014 à 09h58
      Afficher/Masquer

      “Les États-Unis sont économiquement et socialement très faibles. Leurs principaux moteurs économiques, l’industrie militaire et les banques on pris de sacrés coups, et accusent des signes de faiblesse.”
      Actuellement les villages de tentes de sans-abris (les “tent cities”) poussent comme des champignons aux US. A venir : des “favelas” aux US.


    • VladimirK Le 08 juillet 2014 à 03h40
      Afficher/Masquer

      C’est exactement ce dont je parle. Même dans des zones normalement privilégiées, comme Palo Alto (Silicon Valley), les temps sont durs. Les riches économisent (les concessions de voitures de luxe ferment les unes après les autres), la classe moyenne tire la langue (le fils de ma marraine travaille chez Northrop, ce n’est pas la joie), et les pauvres… ils sont plus nombreux.

      À Honolulu, c’est encore plus flagrant : en 2011, les bidonvilles étaient cantonnés à l’Ouest de l’île, en 2012, ils se sont rapprochés du centre, et en 2013 toute l’île d’Oahu était touchée. C’est d’autant plus étonnant que l’état est fortement subventionné par l’armée américaine, locataire à très long terme, et le tourisme toujours très porteur grâce aux touristes asiatiques et canadiens notamment.


  8. Crapaud Rouge Le 07 juillet 2014 à 07h02
    Afficher/Masquer

    Tout l’article est très flippant, seule la dernière phrase est positive. Quelques commentaires donnent aussi une lueur d’espoir, très incertaine. Mais avec Kiev qui bave de haine, l’avenir est sinistre. Porochenko, qui parle toujours dialogue et paix, n’est pas sincère, il remplit deux fonctions dans le plan américain : retenir l’attention de l’opinion mondiale, et diaboliser la Russie qui serait tentée d’intervenir. Il joue le rôle du gentil pendant que les méchants s’activent loin des caméras. Au final, seule une solide alliance sino-russe pourra empêcher les Américains de disloquer l’Eurasie. Ces fous ne s’arrêteront que quand ils auront plus à perdre que leurs adversaires.


  9. Crapaud Rouge Le 07 juillet 2014 à 07h14
    Afficher/Masquer

    Faut pas oublier non plus une petite chose : tous ces crétins soit disant “patriotes” de Secteur Droit et de Svoboda, qui crient en boucle “Gloire à l’Ukraine ! Gloire à l’Ukraine ! “, sont en train d’en faire l’esclave de l’US/UE.


    • OlegM Le 07 juillet 2014 à 11h18
      Afficher/Masquer

      Bien pire, maintenant c’est tout le monde qui crie “Gloire à l’Ukraine ! Gloire à l’Ukraine ! “. Y compris les russophones 🙂
      A propos d’esclavage, vous pensez vraiment que d’être esclave de Poutine est beaucoup mieux? Sans blagues. Vous avez voyagé en Russie en dehors des villes millionnaires, surtout dans la Russie historique (Novgorod, Pskov, Vologda, Kostroma, Vladimir, etc) ? Vous connaissez la proportion des force de police en Russie par rapport à la France? Vous avez vu à quoi ressemble des hôpitaux publiques à Vologda ou à Kostroma (la vrai Russie)? Et les mafias nationaux du Caucase ça vous parle? Les néonazis lors des “marche russes”, ça vous dit? Les pogroms réguliers des ressortissants de l’Asie Centrale, c’est imaginé?
      Tout le monde aurait aimé vivre dans la Russie des séries télés. La réalité malheureusement est toute autre et Putin mieux que n’importe qui connais le pays qu’il essaie de gérer. D’où la réticence à jouer des aventures guerrières.


      • Crapaud Rouge Le 07 juillet 2014 à 20h47
        Afficher/Masquer

        @OlegM : vous brossez un portrait peu flatteur de la “vraie” (et vieille ?) Russie que je ne m’aventurerai pas à contester. Mais vous ne dites finalement qu’une chose : ce n’est pas mieux en Russie qu’ailleurs. Et si l’on voyageait un peu aux US “en dehors des villes millionnaires“, l’on constaterait que ce n’est pas mieux qu’en Russie. Mon commentaire voulait seulement mettre en évidence la traitrise implicite de l’extrême-droite ukrainienne qui se prétend patriote. Et si un jour le FN nous oblige à crier “Vive la France !”, c’est qu’il sera sur le point de la vendre à des “intérêts étrangers”. (Tout en organisant des pogroms contre certains étrangers, cela va sans dire.)


      • moderato si cantabile Le 07 juillet 2014 à 20h59
        Afficher/Masquer

        vous, OlegM…avez-vous vécu en France des banlieues, en ZEP, en “cités”….en politique de CSG, contribution Solidarité des “pauvres” envers les “assistés”, pour nous raconter votre “histoire” ?


      • Spipou Le 07 juillet 2014 à 22h22
        Afficher/Masquer

        Oleg, il ne s’agit pas de défendre la politique intérieure de Poutine (si vous lisez mes commentaires, vous verrez que je suis très souvent en désaccord avec la majorité des commentaires ici), il s’agit de constater la spirale destructrice dans laquelle nous sommes entraînés. Qu’on ait plus ou moins de sympathie pour la Russie ou pour la constitution américaine, cette spirale, en ce moment, semble bien être un fait.


        • OlegM Le 08 juillet 2014 à 02h51
          Afficher/Masquer

          J’adore regarder les commentaires aussi bien que les articles car je vois à quel points les occidentaux qui sont dégoûtes par leur propres gouvernements (la crise long terme oblige) tombent amoureux sous les charmes de quelqu’un assez moyen comme Poutine (petit homme pour les petits temps).
          Ne vous inquiétez pas au sujet de la spirale. Il n’y aura pas de spirale à cause de l’Ukraine, car avancer dans l’Ukraine est la pire erreur que Poutine puisse faire et les derniers événements avec Guirkine (Strelkov) confirme qu’il en est conscient. Putine avec la Crimée a réveillé la bête immonde du nationalisme russe (Kholmogorov, Dougine, Prokhorov, etc.) Et cette bête est très vorace et est capable de finir avec son créateur. Il y a un an, les nationalistes traitaient le régime de Putine de tous les gros mots (oligarchiques et antirusse étant les plus corrects), mais grâce à la Crimée ils ont été rassasiés pour quelques mois. Maintenant c’est fini (à cause de Donbass) et Putine n’a plus d’autres choix que de les faire taire manu militari. Et leurs héros dans le Donbass doivent être traînés dans la bout pour ne pas donner d’idées à la populace russe. La chose qui a déjà commencé avec Guirkine(Strelkov). Dommage pour ceux qui y ont cru (à Novorossija) et ont payé de leur vie.


          • Spipou Le 08 juillet 2014 à 21h09
            Afficher/Masquer

            Je ne suis pas amoureux de Poutine.

            N’empêche qu’il y a une spirale destructrice. Et qui à mon avis ne vient pas de lui.


      • Wilmotte Karim Le 08 juillet 2014 à 00h10
        Afficher/Masquer

        1- La région du Donbass va être démolie économiquement. Punt.
        2- L’Ukraine va connaitre un niveau de prédation que le pays ne connait pas encore.
        3- Les populations “libérées” semblent (globalement) ne pas faire preuve d’un amour débordant pour leurs “libérateurs”. Et pour le coup, les sources sont l’AFP.

        Maintenant, si vous voulez nous pondre une comparaison sur la différence de niveau de vie entre la Russie et l’Ukraine, libre à vous.

        Mais préparez vous déjà à en faire sur le Donbass et le reste de l’Ukraine, quand la Russie soutenait l’Ukraine (hors Otan) et une Ukraine “libre” (alliée de l’Otan) et un Donvass libéré. Dans le meilleur des cas et sauf revirement massif de l’Occident, l’Ukraine va s’effondrer encore plus bas. -10, -20, -40% Difficile à dire jusqu’où.

        Et à ce moment là, vous aurez des groupes armés préparés pour la destruction physique de tout mouvement de contestation de la domination des oligarques.

        Si vous vivez en Ukraine, fuyez. Et qui sait, la Russie pourrait être “moins pire” que l’enfer.


      • Jub Le 09 juillet 2014 à 15h53
        Afficher/Masquer

        @oleg, je pense que vous avez raison, l’humanité désire le confort et rien d’autre, celui que lui offre l’Occident est trop alléchant pour y résister. La Russie dont on rêve n’existe que dans les rêves. Le monde est en marche vers autre chose et tout ce que l’on voit n’est que sursauts de son passé moribond qu’il n’arrive pas à enterrer. L’avenir est incertain et pas très ragoutant mais on ne va pas demander aux ukrainiens de mourir pour une utopie absurde.
        Les armes doivent être déposées, on recommence à travailler et à consommer, notre vie en dépend le temps presse et puis on sera tellement heureux.

        Pas sûr que le monde offert par l’Amérique sera viable à long terme sur des bases mondiales, ce serait étonnant. Pas sûr que l’Amérique et son système basé sur le capitalisme et la liberté soit elle même viable. A moins d’une transformation génétique non exclue.

        L’avenir est vraiment incertain et pas sûr non plus que l’on aille vers une mondialisation idyllique. Il faudra couper dans le vif d’une façon ou d’une autre ou alors laisser pourrir une partie du monde pour que l’autre passe au sec. De toute façon plus personne ne contrôlera plus rien. La nouvelle sélection naturelle.


        • pikpuss Le 13 juillet 2014 à 02h43
          Afficher/Masquer

          Les élites ne raisonnent pas en terme de bien-être commun mais en terme de domination et de puissance. Les besoins fondamentaux ne sont pas couverts tels que le logement, l’accès à l’eau potable, l’hygiène, la santé, l’éducation, l’agriculture vivrière. Si l’on s’attelait à apporter du bien être à tous les Terriens, on aurait déjà du travail pour tous. C’est parce que ce sont des voyous qui sont aux commandes que les inégalités sont aussi énormes et le mal être la norme de vie de la plupart des habitants de notre planète.


    • barre-de-rire Le 07 juillet 2014 à 14h38
      Afficher/Masquer

      je vais être très acide, l’ukraine, du moins son peuple, c’est secondaire.

      pourquoi ? simplement parce que lorsque les usa se cassent la gueule, l’europe va suivre dans la foulée.

      un peuple qui hurle le ralliement à une partie du continent d’apparence forte c’est une chose…

      quand ils verront que leurs idoles sont mortes et qu’à droite y a le boulevard pour envoyer du lourd crois moi, le problème de l’Ukraine de l’ouest il le réglera tout seul.

      c’est la même analogie qu’un petit dans une cour de récré qui tient tête à un grand car y a le surveillant derrière. quand le surveillant disparait, le petit se fait démonter la tête… ou fuit.


  10. Judabrutus Le 07 juillet 2014 à 07h33
    Afficher/Masquer

    Brzezinski, à plus d’un égard, me fait l’impression d’un Machiavel gâteux , rongé de rancoeurs, qui s’est perdu dans des spéculations désormais inactuelles , au service d’un maître qui, tout bien réfléchi, est pratiquement aussi gâteux que lui, ce qui ne le rend pas moins dangereux. À tout prendre, quand on considère l’ampleur du projet américain et l ‘ état pitoyable de la conduite de ce projet, il y a place pour un certain optimisme.
    Pour chaque nation hégémonique, il y a une fenêtre temporelle, dans laquelle elle peut espérer acccomplir ses ambitions à moindres frais. Je crois que cette fenêtre s’est fermée depuis longtemps déjà pour la nation américaine, qui, tout bien pesé, ne fait que vivre de la rente tirée sur les avantages dégagés par la deuxième guerre mondiale. Au fond, quoi de nouveau à l’ouest depuis cette époque ? Les USA sont bien présents sur toutes les scènes de farces et de tragédies regionales du monde mais bien malin celui qui pourra trouver la moindre cohérence à cet interventionnisme pathologique , dont le caractère compulsif est plutôt le symptôme d’un état de panique que d’un plan conduit de sang froid, dans l’économie optimale des moyens de la conquête. Le meilleur exemple en est l’usage contre productif que la NSA fait de ses capacités d’espionnage qui lui rendent le monde irrémédiablement inaudible. La politique systématiquement agressive des USA, depuis la débâcle de Saigon, s’est constamment traduite par un enchainement de demi – échecs, de choix désastreux d’alliés felons, d’abandons de poste inexplicables, laissant leurs inféodés en mauvaise posture.. Faut-il dresser la liste fastidieuse de ces improvisations désastreuses ? Quelques jalons suffiront : Liban, Afghanistan, Irak 1, Irak 2, Somalie … chaque fois le même scénario vietnamien : arrivée en fanfare, départ ” à la cloche de bois “comme l’on dit ! .L’Amerique sait qu’elle a beaucoup à perdre des changements survenus dans le monde, que désormais son rêve hégémonique est derrière elle, son obsession est de sauver son standard de vie dont elle n’ est plus même sûre qu’il lui soit acquis. Elle peut encore multiplier les actes de nuisance et elle les multipliera à mesure qu’elle sentira ses espoirs lui échapper , mais je la crois incapable de jamais mener à terme sa grande entreprise de se poser en superpuissance et surtout de s’y maintenir.


    • barre-de-rire Le 07 juillet 2014 à 15h00
      Afficher/Masquer

      la faille de Brzezinski est simple : il base tout son déploiement stratégique sur le fait de la continuité hégémonique monétaire et d’agir pour que ca le reste. c’est facile noyer les rebelles sous les valises de dollars quand on peut imprimer à volonté.

      la faille de ce vieux croulant est évidente, Chine et Russie ont saisi le bon angle, faut les mettre à genoux avec la distribution des ressources en développant un système monétaire parallèle hors influence dollar. une fois qu’il sont majoritaires sur le marché, un simple décret d’interdiction d’utilisation du dollar finit par tuer la fed.

      armée privée ou pas, quand ils ont plus de fric ( ou que le leur ne vaut plus rien ) pour payer… tout s’arrête.

      l’ukraine c’est collatéral, poutine le sait, on peut pas sauver l’est maintenant, l’ouest est obnubilé par l’attrait USA/EU. si l’attrait n’est plus, prochenko se calmera de lui même.

      la priorité des priorités pour la Russie c’est de s’allier avec la chine ( c’est fait ) pour faire une copie france-allemagne comme modèle et de fédérer autours d’eux pour dupliquer un système alternatif et procéder au rééquilibrage, qui de facto, anéantit les possibilités américaines de nuire.


    • languedoc 30 Le 07 juillet 2014 à 19h22
      Afficher/Masquer

      Obama a certainement beaucoup de défauts, mais c’est un homme intelligent et sensé, pourquoi irait-il attaquer la seule nation au monde capable de détruire les USA ? Ce serait tellement risqué et suicidaire que j’ai du mal à croire ce que raconte cet article. Je pense qu’avec l’Ukraine, il essai d’embêter les russes un maximum, de freiner leur économie, de les empêcher de se rapprocher de l’Union Européenne, de se venger de Poutine qui l’a humilié dans l’affaire syrienne, mais pas plus. Pourquoi les américains n’ont pas levé le petit doigt pour défendre leurs amis géorgiens quand les russes ont été leur donner la rouste qu’ils méritaient et ont procédé à la partition du pays ?Pourquoi n’ont-ils rien fait quand les russes ont repris la Crimée, c’était pourtant l’occasion rêvée? Toujours pour la même raison, sur le plan nucléaire ils sont aussi forts qu’eux et par conséquent intouchables. Pour le moment.


      • tepavac Le 07 juillet 2014 à 22h16
        Afficher/Masquer

        mais simplement par-ce-qu’ils attendent qu’un gland Ukrainien fasse le premier boulot pour eux, c’est déjà en marche, ça prend forme doucement mais surement, j’en entend déjà en France qui disent qu’il faudrait un pravi sektor ici….
        Décidémement, il n’ya rien de pire que celui qui refuse de croire ce pourtant lui saute au visage.
        C’est quoi? du négationisme psychologique, le sydrome du cocu, le naif éberlué..
        A quoi sert tout ce travail de démonstration de ce site, je ne sais pas, peut-etre que certain ne font que se lire entres eux et zap tous les billets ?


        • Wilmotte Karim Le 08 juillet 2014 à 00h12
          Afficher/Masquer

          “il faudrait un pravi sektor ici….”

          C’est juste la politique habituel des oligarques français (et ce n’est pas réservé à la France) : l’utilisation de tout les moyens disponibles pour écraser le peuple. Sinon, ils transigent (30 glorieuses).


          • tepavac Le 08 juillet 2014 à 01h16
            Afficher/Masquer

            le peuple n’est pas si écrasé que cela, je crois meme qu’il jouit d’une certaine liberté qu’on retrouve peu ailleurs. maintenant qu’on nous prenne pour des idiots c’est sur, qu’il y ait beaucoup de taxation c’est certain, mais comparer la france à l’ukraine, comment dire…, tu devrais y passer quelques jours, voir éssayer de t’y faire une place pour y vivre, puis nous éclairer sur ton expérience…
            mais si tu patiente un peu, l’ukraine viendra à toi.
            tu penses que je provoque? non , ni je ne plaisante. je pense sincèrement qu’il y a une différence substantiel entre se sentir opprésser par son environnement et vivre dans la peur bien réelle d’une menace certaine et mortelle.


  11. ErJiEff Le 07 juillet 2014 à 07h57
    Afficher/Masquer

    Malheureusement, nous sommes dans une situation assez simple à analyser :

    Les USA sont la seule hyperpuissance militaire actuellement.

    Les USA vivent depuis un petit siècle aux crochets du reste du Monde.

    Les USA mènent pour cela pendant tout ce temps une politique basée sur le racket, la fausse monnaie, le mensonge et la violence.

    Ce système ne peux fonctionner que grâce à un réseau de complicités entretenues par de la corruption pure et simple. Nous connaissons très bien les complices, nous nous sommes mis en situation de devoir leur obéir.

    Cette mécanique maffieuse est condamnée à perdurer ou disparaître, et c’est sur ce point que repose tout le problème : jamais les États-Unis ne pourraient accepter de renoncer à la moindre parcelle de fraction de ce qu’ils ont conquis.

    Tout leur sera bon pour tenter de garder main-mise sur la planète et dans ce domaine, leur pouvoir de nuisance est considérable.
    L’idéal serait d’obtenir en même temps l’élimination du réseau de complicités et le désagrègement de la société américaine, ce qui fait beaucoup.
    Quoi qu’il en soit, cela passera nécessairement par une guerre ; depuis mai 1945, nous aurons tout fait pour cela.


  12. Hannibal Genseric Le 07 juillet 2014 à 08h17
    Afficher/Masquer

    Pendant que l’OTAN grenouille et gargouille au Proche et Moyen Orient et en Ukraine, Pekin et Moscou construisent l’Eurasie, en ensemble humain, territorial , économique , militaire, etc. qui sera inébranlable, surtout si l’Allemagne s’y associe en douce :

    L’Allemagne, la Russie et la Chine fondent la nouvelle route de la soie :
    link to numidia-liberum.blogspot.com

    Déjà, les échanges commerciaux Chine -Russie, Chine-Corée du Sud, etc…et d’autres pays (Iran), ne se font plus en Dollars, on voit que Poutine et Xi gagnent du temps et se renforcent, en essayant d’embarquer le BRICS et les autres pays dans la contestation du Dollar papier (planche à billets) ….Brzinski et les née-cons aboient, pendant que la Caravane passe .


    • barre-de-rire Le 07 juillet 2014 à 14h29
      Afficher/Masquer

      une gesticulation de washington, un mouvement en plus pour asie-brics.

      c’est systématique, depuis 8 jours les mouvements sont journaliers, des accords signés même avec les banques centrales de chaque pays pour contourner la bce… France et Luxembourg et Angleterre déjà fait, ça tombe tous les jours.

      la dé-dollarisation s’accélère de façon fantastique.
      comme écrit plus bas, les usa joue le chrono, on est en fin de pente douce et ca devient raide. le Q4 va être terrible pour eux.


  13. arnold99 Le 07 juillet 2014 à 08h18
    Afficher/Masquer

    Sur le fond, nous avons tous bien compris que la Russie était au prise avec un adversaire qui conduit une guerre totale contre elle.
    Il semble vain de vouloir faire des pronostics sur les évènements à venir et surtout quant à l’issue tant nous ignorons nombre d’éléments. Toutefois, nous ne pouvons qu’observer les « mouvements de troupes » et être des spectateurs attentifs, inquiets et aussi passionnés. A l’examen des faits actuels et de l’histoire, nous pouvons simplement observer les modes opératoires des USA, de la Russie et de l’Europe.
    Il me semble que la Russie doit ressentir le même effarement que le peuple indien des Amériques lorsqu’il ont vu débarquer les pères des USA, à savoir des aventuriers aristocratiques anglais sans scrupules et vénaux assistés de « fous de Dieu » et de la boue de la société de la vieille Europe. Au travers de ses représentants tel Sitting Bull, le peuple indien s’est fait abusé, spolié et exterminé. Les méthodes employées à l’époque sont identiques à celle en vigueur aujourd’hui avec la même passivité européenne. Le Sitting Bull russe a été Gorbatchev et a bénéficié de la même médiatisation et reconnaissance de la bien-pensance orchestrée.
    Je pense que la Russie a parfaitement bien jaugé son adversaire et son dilemme est aussi moral. Il peut se résumer ainsi «comment se protéger d’un adversaire parfaitement immoral qui cherche à vous détruire sans pour cela perdre ses valeurs civilisationnelles et morales».
    Pour les amateurs de parallèles historique nous pourrions être actuellement en 1942. Face à une lutte à mort, la Russie (je ne parle pas de la parenthèse communiste, je parle de la nation qui a reçu son baptême chrétien au Xème siècle à Chersonèse (situé à Sébastopol en Crimée) a conduit certaines actions qui semblent se reproduire sous nos yeux.
    En préambule, et afin de forger les structures nécessaires à la défense, il a fallu pactiser avec l’ennemi sachant qu’il prendra l’initiative de l’agression (erreur stalinienne sur l’appréciation de la durée de cette paix illusoire mais non poutienne). C’est suffisant aujourd’hui même si ce n’est pas confortable et dans tous le cas, ce n’est pas la Russie qui a déclenché les hostilités.
    Bloquer l’accès aux ressources énergétiques du Causase (coopération énergétique des états de la mer Caspienne)
    Augmenter le potentiel économique et industriel à l’Est quitte à le déménager (Valorisation de la Sibérie arctique et orientale)
    L’Ukraine d’aujourd’hui semble être destinée au sort de Stalingrad, à savoir être un abcès de fixation de l’avancé ennemi et le coup d’arrêt. (Après le temps de la révolte vient celui de la guérilla qui s’étendra à l’ensemble du territoire). De plus, il y a l’air d’avoir un plan Uranus diplomatique de la Russie avec Monsieur Lavrov à la baguette.
    Nous pourrions penser que la réunion de la mi-juillet à Fortaleza est le pendant de la conférence de Téhéran. Reste à deviner le casting de la conférence de Yalta (que j’espère à…. Yalta ! pour très bien la connaître et la pratiquer, j’adore la Crimée, cette terre russe !)


  14. jacqueline Le 07 juillet 2014 à 08h30
    Afficher/Masquer

    Une réunion s’est tenue récemment à Berlin entre Merkel, Hollande , Prochenko ( et Poutine?).

    Les polonais en ont été écartés par Merkel, car trop impliqués avec la junte de Kiev.

    C ‘est comme un signe que Poutine a commencé à détisser les liens au sein de l’ UE et de l’ UE avec les USA. ( la suite de l’amende de la BNP : Hollande est mou, mais il a vendu ses bateaux à Poutine, et Merkel est furax contre Obama de cette affaire d’espionnage des USA après les écoutes de son portable).

    J ‘espérais que ce soit l’occasion, si Porochenko ne respectait pas le cessez le feu, pour Merkel et Hollande de légitimer une intervention russe, tout au moins de ne pas sanctionner la Russie. Et pour Porochenko de se débarrasser de la vérole nazie.

    Hélas on ne sait rien de cette réunion , et ça ne prend pas le chemin escompté.


  15. vanderperren Le 07 juillet 2014 à 09h00
    Afficher/Masquer

    Juste une petite pensée iconoclaste.
    On regarde de près la géopolitique de Brzezinski. Les guerres ont été souvent dans l’histoire moderne une façon de résoudre des problèmes internes devenus difficilement gérables ; la géopolitique n’est peut-être que le fantasme de puissance qui s’avère être de l’impuissance.
    Brzezinski ne fait que reprendre à sa sauce la géopolitique de Spykman lui-même s’inspirant de Mackinder. Il est d’ailleurs amusant de noter que nombre d’acteurs morts ou vivants dans cette crise ukrainienne sont passés par l’université de Yale : Spykman, Robert Kagan, timothy Snyder.
    Les russes épuiseront ceux qui les ont agressés avant de contre attaquer comme ils l’ont toujours fait avant d’être victorieux (pour autant qu’ils se battent dans leur espace civilisationnel comme c’est le cas ici).


  16. Nicodème Le 07 juillet 2014 à 09h00
    Afficher/Masquer

    Mouais , j’ai un peu l’impression que tout un chacun ici prend ses désirs pour des réalités . Bien sûr , nous nous rassurons en nous disant que Poutine est un excellent joueur d’échecs et que , lorsque le temps sera venu , il foutra une sacrée branlée à tous ces salopards de la sainte alliance néonazis-pseudodémocrates occidentaux et étasuniens . Mais en attendant les malheureuses populations russophones du Dombass (les “terroristes”) se font massacrer . Je veux bien qu’il s’agisse d’un Kriegspiel subtil ds lequel tout est entremêlé , càd que la 3ième guerre mondiale est vraiment commencée , avec notre pauvre France ds le camp islamo-étasunien-décadentiste , mais quand même , Poutine ferait bien de se soucier de l’accusation de trahison qui monte contre lui , et ds le Dombass et en Russie même . Je crois qu’il y a maintenant plus d’inconvénient à temporiser qu’à lancer le Blitzkrieg contre ces salopards . Quoiqu’il en soit nous devons tout faire pour soutenir la Russie , car les intérêts de la Russie sont ceux de la civilisation : la Russie est pratiquement le seul Etat du monde à interdire la gaypride et à avoir une législation contre la propagande homo ..


  17. Pierre Le 07 juillet 2014 à 09h02
    Afficher/Masquer

    Tout cela rappelle la Bataille de la Bérézina :

    link to fr.wikipedia.org

    Une victoire dans une campagne perdue.

    Le piège va se refermer sur l’Occident 🙁


  18. Moses Le 07 juillet 2014 à 09h23
    Afficher/Masquer

    Moi aussi je pense que c’est l’alemagne le “wild card”. Ils sont discrets, ils ont une puissance industriel considerable, ils ont plus de liberte de presse que les autres pays de l’europe, et ils ont peut-être marre d’être subservientes par rapport au state department. La seule chose que l’Amerique a de superieur est sa puissance militaire qui assurent a peu prés le commerce de petrole du golf, et le petrole du golf on ne sit pas combien il en reste…


    • thorop Le 10 juillet 2014 à 09h26
      Afficher/Masquer

      A mon avis, les saouds n’ont plus trop de pétrole. Les USA, commencent à les lâcher, ce qui est LE signe.
      Les saouds seront éliminés soit par les takferistes à la solde US soit par la Russie, ce n’est qu’une question de temps!


  19. Thomas Le 07 juillet 2014 à 09h26
    Afficher/Masquer

    Mais qu’est ce qui les pousse (Bonaparte, Adolf, Barack) tous à aller se ramasser là bas ? Il ne comprendront donc jamais ?


    • Lyonnais Le 07 juillet 2014 à 10h37
      Afficher/Masquer

      Ne pas oublier la raclée de Charles XII de Suède à Poltava…

      link to fr.wikipedia.org


      • Spipou Le 07 juillet 2014 à 22h48
        Afficher/Masquer

        On l’oublie toujours. Qui connaît Charles XII en France ?


        • moderato si cantabile Le 07 juillet 2014 à 23h33
          Afficher/Masquer

          ceux qui ont suivi les “bagarres” entre les Bourbons et les Capétiens.
          En ce qu’il me concerne, j’ai mon “préféré”, pour ce qui est de la misère de la royauté française : Louis X, le Hutin…mais… bon, ça fait une belle suite de “rois maudits”.


          • Spipou Le 08 juillet 2014 à 02h15
            Afficher/Masquer

            Lol ! En ce qui me concerne, je suis passionné d’histoire, et passionné de la Suède… Ce qui fait que même si les batailles de Narva et de Poltava ont encore quelques secrets pour moi, je connais un peu…

            Sinon, dans la royauté française, j’ai un petit faible pour Louis XVI, bien sûr, à cause du sort plutôt injuste que l’histoire lui a réservé, mais aussi pour Louis XIII, ce roi si mystérieux dans l’ombre de Richelieu.

            Et mon plus grand homme du XXème siècle, Gustav Stresemann. Mort, hélas, trop tôt.


  20. Gibbus Le 07 juillet 2014 à 09h30
    Afficher/Masquer

    Je pense que le facteur surdéterminant pour la réussite ou pas de cette lutte géostratégique est, selon moi, alignement de l’Europe sur les intérêts US.
    C’est d’ailleurs pour cela que les US espionnent massivement les dirigeants européens.


    • Nicolas Anton Le 07 juillet 2014 à 10h54
      Afficher/Masquer

      Les USA sont désespérés. Ils jouent au poker et Poutine aux échecs. La France reste la pièce maitresse. Si nous sortons de l’Euro patatra… peut-être 2017 ou une dissolution avant. Compte tenu de l’accumulation des dettes du chômage de la récession (de la ré-information aussi ;)) je crois que le temps joue pour la Russie tic tac tic tac..

      PS : il faut casser ces super puissances qui veulent un jour ou l’autre contrôler le monde.


      • perceval78 Le 07 juillet 2014 à 11h12
        Afficher/Masquer

        La sortie de la France de l’OTAN serait encore plus détonnante pour les va t’en guerre Sikorskien et Bildtien


      • barre-de-rire Le 07 juillet 2014 à 14h18
        Afficher/Masquer

        je ne vois pas la France faire quoi que ce soit avec hollande en place, c’est une vitre ce mec.
        et sous sarko on a forcé un referendum…

        dire qu’il se blanchit lui même sur tf1 et qu’en 2017 il va se présenter et risque vraiment de revenir… comme le disent les ricains sur ZH… SHEEPLE.

        l’asservissement, les mômes avec les tablettes et la télé réalité, bobonne avec l’électroménager et les téléfilms l’après midi, le beauf avec sa coupe du monde et son gps intégré dans la console centrale de sa bagnole…

        tout va bien… vous êtes sous contrôle…
        heuuu, tout* est sous contrôle 🙂

        toute manière structurellement parlant tu peux pas maintenir le cap et nourrir 7.2 milliards en 2014 avec + 100millions par an en moyenne d’augmentation. c’est de la démence puisque le chiffre de 9 milliards en 2050 est trop optimiste. on les aura en 2030.

        ça va se résoudre tout seul. on va s’entre tuer.

        nombre = pauvreté = convoitise = passage à l’acte.


  21. perceval78 Le 07 juillet 2014 à 10h28
    Afficher/Masquer

    regardons l’histoire par le petit bout de la lorgnette, le père de Brezinsiki est né à Zlacow près de lyov, son fils a de l’énergie pour revenir sur la terre de ses ancêtres, mais il est déjà bien vieux et va bientôt s’apercevoir que tout n’est qu’illusion.

    On le voit ici dialogant avec son fils spirituel Carl Bildt la semaine dernière en suède .
    =
    link to fokus.se
    =
    Autre vidéo intéressante datant d’1 mois , saviez vous que l’OTAN a des racines chrétiennes et que d’organisme militaire elle est en train de muer en organisme Politique voir sociale.Voir vers 22min45 .
    =
    link to youtube.com a
    =
    AU fait avant hier c’était le jour anniversaire de la mort de Władysław_Sikorski représentant de la Pologne Libre mort mystérieusement à Gibraltar en 1943.
    =
    link to fr.wikipedia.org
    =
    Aucun lien avec l’autre fils spirituel de Zbigniez Brezinski, Radoslaw Sikorski. Quoique les mauvaises langues disent que s’il a pu faire des études à oxford en compagnie de David Cameron et Boris Johnson, c’est justement parce que les Anglais l’avaient pris pour un descendant du susdit général
    =
    link to se.pl
    =


    • perceval78 Le 07 juillet 2014 à 10h34
      Afficher/Masquer

      excusez moi le lien sur le forum de Wroclaw (l’OTAN et ses racines chétiennes) a sauté:
      =
      link to youtube.com
      =


    • moderato si cantabile Le 07 juillet 2014 à 16h34
      Afficher/Masquer

      Perceval, j’avoue que vous nous mettez souvent (enfin, je devrais parler que de moi) sur des pistes intéressantes des “média” du Monde.
      En même temps je pense que vous ne faîtes pas assez d’effort pour partager avec la majorité de lecteurs de ce blog ce que vous connaissez.
      Tout le monde ne lit pas le suédois, beaucoup ne parlent pas et ne comprennent l’anglais…alors, si vous pouviez partager un peu plus largement vos “infos” (en faisant, par exemple, un résumé de ce qui est à “retenir”‘) je pense que vous apporterez beaucoup “plus” à ce blog. Comme l’ont fait les correspondants qui parlent russe et/ou ukrainien.
      Je ne veux pas vous “agresser”, c’est tout simplement que je vous demande d’être plus “populaire” dans vos messages.


      • Spipou Le 07 juillet 2014 à 22h56
        Afficher/Masquer

        Pour l’article de Focus en suédois, le titre dit : “L’avenir de l’Ukraine semble malgré tout lumineux”. Le reste est du bla-bla, il faut voir la vidéo, c’est peut-être en anglais – je n’ai pas eu le temps de regarder ? “L’émission commence à la 26ème minute dans la première vidéo”. Le deuxième article, c’est du polonais, là, je ne peux rien faire !

        Oui, j’ai jeté un oeil : 26ème minute exactement dans la première vidéo, et ils parlent en anglais lentement et clairement, c’est assez facilement compréhensible.


        • moderato si cantabile Le 07 juillet 2014 à 23h07
          Afficher/Masquer

          merci Spipou, c’est pour ça (je ne peux rien faire) que j’ai interpellé Perceval.


          • Spipou Le 08 juillet 2014 à 02h16
            Afficher/Masquer

            Oui, j’avais compris. D’un autre côté, il donne les informations qu’il a glané, c’est pas mal non plus. Peut-être y a-t-il ici quelqu’un qui comprend le polonais ?


      • perceval78 Le 07 juillet 2014 à 22h56
        Afficher/Masquer

        Oui t’as raison @Moderato mais ca prend tellement de temps.Remarque je ne parle pas suédois, mais la vidéo de Carl Bildt est en anglais, j’y reviendrais un autre jour.

        Le Wroclaw Global Forum réunit tous les ans, l’élite Atlantiste Américano Polonaise. Y étaient présents cette année : Brezinski et Carl Bildt évidemment.Ci dessous le programme
        =
        link to wroclawglobalforum.com
        =
        L’introduction était faite par Pierre Buhler, Ambassadeur de France à Varsovie, anciennement à Washington et Moscou
        =
        link to sites.google.com
        =
        C’est quand même sympa un ambassadeur capable de s’exprimer dans la langue du pays ou il est en place, ça nous change des américains .Petit détail , il faisait partie de la délégation française pour les accords de Dayton, il a donc du y rencontrer Carl Bildt à l’époque
        =
        link to sites.google.com
        =
        Pour revenir à notre cinglé du jour , la petite bio de l’évèque qui s’exprime : Jean claude Périsset
        =
        link to de.wikipedia.org
        =
        Je fais une courte et mauvaise traduction vers 22min 45 (la chrétienté et le rôle de l’OTAN)
        =
        link to youtube.com
        =
        21min44 Revenons à l’OTAN dont le rôle est au minimum de préserver les racines chrétiennes de l’ europe et peut être de vérifier que ces racines sont toujours vivantes car la chrétienté appartient au patrimoine commun des états membres l’OTAN.

        Le préambule du traité nord atlantique est clair a ce sujet ……

        Comme un tripode toute institution humaine nécessite de s’appuyer sur 3 pieds , pour l’OTAN les 3 pieds sont liés à la chrétienté : solidarité , sagesse et réalisme, solidarité comme expression politique et sociale de la fraternité, sagesse car le but de l’OTAN est de promouvoir un mode de vie et protéger les populations contre les … de la nature humaine
        réalisme car l’OTAN est né a une époque ou … pour ces raisons l’OTAN a évolué d’une organisation militaire à une organisation politique et sociétale .

        Es ce que dieu lui même n’était il pas réaliste lorsque’il est venu parmi nous par l’incarnation du fils pour sauver le genre humain de sa propre destruction …
        je n’ai pas a dire aux stratègés de l’OTAN qu’ils doivent avoir une approche réaliste de toute situation, prendre le temps qu’il faut pour atteindre leurs objectifs et tenir compte
        de l’impact de leurs actions sur les personnes concernées. Quand on parle du rôle de la chrétienté aujourd’hui en europe , personne ne le dit mieux que Napoléon lui même :
        L’homme n’est jamais si grand qu’à genoux devant Dieu.


      • perceval78 Le 07 juillet 2014 à 23h23
        Afficher/Masquer

        La liste des Participants au Wroclaw forum est également intéressante:
        =
        link to wroclawglobalforum.com
        =
        On y trouve a coté de John Mac Cain et autres fous furieux US, Marie Mendras THE CNRS expert mondialement connu…

        Karel de Guht Commissire européen au commerce
        Alexandr Verbashow général en chef de l’OTAN
        etc etc etc…

        A noter que Catherine Ashton a reçu un prix… pour services rendus sans doute .


      • perceval78 Le 08 juillet 2014 à 00h18
        Afficher/Masquer

        Vers la fin de la vidéo Zbigniew Brezinski dit que d’après lui Poutine tenterait peut être d’annexer d’une facon ou d’une autre la Biélorussie . ça tombe bien car Carl Bildt et Zbigniew Brezinski connaisse bien le dissident biélorusse : Andrei Sannikov.

        Après tout pourquoi pas c’est tout a fait honorable d’ être dissident dans un pays comme la biélorussie . C’est un peu louche quand on a dans ses contacts tweeter : John Mac Cain

        Et c’est carrément louche quand le susdit dissident retweet un tweet débile de Mc Cain .

        Retweeted by Andrei Sannikov
        John McCain @SenJohnMcCain · 9h
        Must-read @DavidMDrucker cover-story @DCExaminer: “Conscience of the Senate” link to washingtonexaminer.com … Cover:

        C’est un tweet ou John Mac Cain fait de la pub sur un article qui a été écrit sur lui dans le magazine Examiner ou on le compare à Ted kennedy
        =
        link to washingtonexaminer.com


  22. Gabriel RABHI Le 07 juillet 2014 à 10h57
    Afficher/Masquer

    Les ennemis de mes ennemis sont mes amis.

    Très brillante analyse. Parfaitement en phase avec la réalité, je trouve. Les néo-nazis sont un instrument, une conséquence de la stratégie américaine, tout comme l’était Hitler ! Les américains ont été les principaux soutiens au nazisme en Europe, tout comme ils le sont concernant les djihadistes dans d’autres régions du monde. Ils réitèrent en Ukraine leur soutient à un régime nazi.

    J’invite quiconque veut une vision complémentaire, d’écouter les conférences de Annie Lacroix-Riz sur les deux guerres mondiales. C’est édifiant, et je crois que, bien qu’étant parfaitement acquise à la cause sociale, il est difficile de l’attaquer tant elle brasse les archives pour étayer ses thèses, contrairement à beaucoup d’historiens qui ne font que ressasser ce que les gagnants et fossoyeurs de l’histoire que l’on voit à l’oeuvre aujourd’hui veulent nous faire croire.

    Bien que massifs, les moyens actuels de désinformation sont plus délicats à manipuler que ceux du début du siècles passé, bien d’avantage centralisés : imaginez donc le niveau de manipulation de l’histoire…

    Nous vivons aujourd’hui ce qui sera dans les livres d’histoire demain : et devinez quoi ? C’est la version des médias mainstream qui sera racontée…


  23. Nanker Le 07 juillet 2014 à 11h02
    Afficher/Masquer

    Il faut quand même avoir un sacré culot bref être Américain pour oser écrire que Poutine est face à un dilemme. Ce serait plutôt Obama qui est dans ce genre de situation. Au fond de lui il sait que la suprématie artificielle des USA sur le monde va bientôt s’achever et il ne sait s’il faut accompagner le mouvement ou s’il faut tenter de l’enrayer.

    Visiblement Obama a choisi la 2ème option en faisant se soulever l’Ukraine mais il ne semble même pas croire lui-même à l’efficacité réelle d’une telle politique. De toute façon ça ne fera qu’un pays de plus dans lequel les US auront foutu le boxon et semé mort et destruction. “Business as usual”pour les gugusses de Washington…

    Poutine “main faible”? Hahaha! Il mine le billet vert avec les partenariats hors-Dollar, pousse ses pions en Irak (livraison de chasseurs Soukhoï) met en place un système bancaire concurrent de VISA, relance “South Stream” avec les Italiens et les Autrichiens, et file de discrets coups de main à Merkel.

    Comme cet agent du BND (un peu demeuré) qui vendait des documents secrets aux Ricains. Lorsqu’il a voulu aussi vendre ses services aux Russes Poutine a pris son téléphone et a tuyauté Angela.
    link to news.nationalpost.com

    Merkel saura s’en souvenir… comme elle saura se souvenir des “crasses” d’Obama à son encontre.


  24. Bigglop Le 07 juillet 2014 à 11h06
    Afficher/Masquer

    Lire l’analyse de Paul Craig Roberts qui affirme que la guerre USA-Russie est déjà commencée.
    Et que les USA ne sont plus une démocratie, mais un rassemblement d’intérêts privés qui peuvent être occasionnellement divergents :
    – l’idéologie néo-conservatrice
    – le complexe militaro-sécuritaire
    – le lobby israélien
    – le lobby financier
    Enfin, la doctrine US est passée de la guerre froide avec son “équilibre de la terreur” à une possibilité de frappes nucléaires préventives compte tenu de leur confiance dans leur bouclier antimissiles.
    link to leblogalupus.com


    • barre-de-rire Le 07 juillet 2014 à 14h01
      Afficher/Masquer

      il y a beaucoup de scénarios possible, ceci dit, c’est fantasmatique le nucléaire, c’est dissuasif pour le maintien des frontières, ça s’arrête là. je m’explique ;

      le fantasme de la guerre c’est l’évacuation de la colère latente du fait de l’accoutumance à son niveau existentiel et que depuis des années, même si technologiquement ca évolue plutôt bien, fondamentalement y a pas de révolution et le niveau de vie diminue doucement ce qui force les gens à choisir d’avantage, à faire des concessions, ce qui les oppriment, légitime…

      maintenant, aussi pourri soit la finance, aussi biaisés & truqués soient les marchés, la fed, aussi merdique la politique est-elle, il y a dans le tas, quelques bon gars qui essayent de faire leur boulot.

      je vous invite tous à réfléchir à une situation :

      vous étés enfermé ds une pièce commune, vie forcé avec mettons 4 autres personnes, vous inclus ça fait 5 donc.
      tout le monde vie ensemble, ça joue ça crie ça pleure ça rit, mais à un moment à table y en a un qui prend un couteau et plante son voisin.
      quel est votre réaction et celles de vos 2 autres comparses face au 4° qui pisse le sang en se disant putain mais j’ai rien fait ( même si il a hypothétiquement énervé l’agresseur ) et surtout face à l’agresseur…

      possibilités :

      – vous êtes contre, vous ne comprenez pas le geste, en aucun cas la violence résout les problèmes ( même si ça défoule )
      – vous êtes pour, il l’a bien mérité,
      – vous êtes pour par peur et vous achevez le blessé pour montrer votre loyauté à l’agresseur.

      en petit comité les solutions ont à peut près la même probabilité de se produire.

      mais quand vous êtes 200 à table et qu’il n’y a que 5-10 couteaux sur la table, le premier qui va en jouer va sérieusement se mettre la tablée à dos. surtout quand une fois l’assiette vide le porteur du couteau veut les assiettes des autres, je pense que le repas n’y a pas jusqu’au dessert et surtout que le porteur ne sera jamais plus convié à aucun diner.

      pour résumer, le règne de la terreur prend fin, et l’ennemi des usa est son propre peuple, de l’intérieur il se consume. si suffit de contenir l’amérique et ses fondations finiront par céder.


      • tepavac Le 07 juillet 2014 à 21h35
        Afficher/Masquer

        bonjour barre-de-rire !!

        tu raisonnes pour des esprits sains, je ne penses pas que des individus qui se tourmentent depuis 50 ans avec la même obséssion d’une idée vieille de deux siecles soient enclin à une quelconque réflexion réaliste. Par ailleurs le fait de vivre leur folie sur les décombres des millions de morts passés ne les dérangent pas plus que cela dans leurs raisonements sur l’avenir qu’ils projetent d’accomplir.

        avec les fous on ne peut rien spéculer de sensé, que chaques bloger se mette bien ce fait dans ses réflexions. Ils n’ont rien de comparable avec les êtres humains à part l’enveloppe..

        et bien que se soit des photos ou des films d’époque, dites vous bien que ces horreurs sont bien réelles.
        Ce que je veux dire, c’est qu’ils iront au bout de leur délire obséssionel.
        On voit bien que tout est tordu, tout est fait de façon sournoise, rien n’a changé dans les méthodes déjà décrites par A. Lacroix-Ritz avant la W2. Ils se démerderont pour refiler un engin tueur de masse aux animaux d’Ukraine ou même d’ailleurs et se sera la faute d’autrui, comme pour l’allemagne naguère.
        Actuellement tout se prépare pour les mois à venir, regarde le reportage de la tv suisse sur pravi sektor, c’est démoniac, car cela va toucher les esprits faibles dans toute l’europe, ceux qui comme en France ne cessent de dire que tout est pourri, car ils n’ont plus rien, sauf le fardeau de leur soufrance.
        Fardeau de leur crédit, de leur famille et encore les traitent-on de fainéants ou d’assister. La plus part sont des personnes simples, qui ne cherchent que la paix et la sécurité, mais ils ne l’ont plus..
        C’est à cette masse que s’adresse toute cette mise en scene, afin de créer dans chaques pays la montée d’une idéologie qui a déja fait ses preuves depuis deux mille ans.
        Ils connaissent la psychologie des foules. Ils ne s’adressent pas à leur raison, mais à leur instinct, c’est le monde des émotions oû les esprits sont “out”.
        Ah oui, j’oubliais, le reportage présente pravi sektor comme le défenseur des opprimés, le protecteur des peuples….
        amicalement à tous


        • Wilmotte Karim Le 08 juillet 2014 à 00h16
          Afficher/Masquer

          En même temps, un pravy sector sans financement, ca n’a que peu d’impact.
          Par contre, un bon Pravy Sector/Cagoule/SA-SS avec les finacement adéquats, ca vous met un peuple au pas.

          Au final, la masse ne va pas nécessairement dans cette direction… sauf si on a détruit (en utilisant ce type de groupe) les alternatives.


          • tepavac Le 08 juillet 2014 à 01h35
            Afficher/Masquer

            la masse est inertiel, même si les adhérents a des p.s. se manifestent en faible pourcentage, ce qui est toujours le cas (heureusement). Aussi peu soit-il, il n’en demeure pas moins que leur violence aveugle se propage dans tout le tissu sociale.


      • tepavac Le 09 juillet 2014 à 10h08
        Afficher/Masquer

        reportage de la tv suisse sur pravi sektor.
        bonjour!
        C’est type de reportage “grand public” qui me pousse à intervenir assez souvent sur ce site. Pour la plus part des esprits avertis il est évident que la vérité est travestie, mais pour le citoyen en général, c’est ce type “d’information” qui va être retenu. C’est là tout le danger de cette propagande sournoise. C’est cela qui provoque mon inquiètude depuis un certain nombres de mois.

        link to rts.ch


  25. Olposoch Le 07 juillet 2014 à 11h07
    Afficher/Masquer

    @shaunwalker7 (correspondant du ‘guardian’) a diffusé sa TL une vidéo montrant l’attaque à Kiev des bureaux d’un journal (vesti) “non-anti-russe” par une centaine+ de jeunes cagoulés très très énervés et pas super courageux car se débinant avec la même vitesse (rien à voir bien sûr avec les légendaires résistants franchisés “maidan” en mode auto-défense)…

    link to youtube.com

    Le plus drôle étant que le journaliste se dit, “troublé”, comme si vraiment ce qui se passe dans cette vidéo (et qui est pourtant vraiment évident) était pour le coup inatendu, et quelque part difficle à expliquer…
    Et dans la suite des commentaires, certains essaient de justifier mla violence, en accusant les victimes de porter des jupes trop courtes…
    Et notre journaliste d’en appeler à une enquête, histoire de vérifier si on ne pouvait pas trouver une histoire à raconter différente de celle pourtant évidente…


  26. Nerouiev Le 07 juillet 2014 à 11h12
    Afficher/Masquer

    Très intéressant de lancer le sujet sur les motivations de l’agressivité américaine envers la Russie. Il est clair que le problème de fond est de maintenir le PIB actuel des USA ; de la richesse il n’y en aura plus pour tout le monde surtout avec de grands pays en expansion comme la Russie et la Chine. Imaginez chaque famille chinoise avec une auto, quelle perte en énergie pour les USA. A ce titre, le dernier livre de Jancovici « Changer le monde, tout un programme » est riche en enseignements pour l’avenir.
    Les USA n’ont que la fenêtre de cette décennie pour s’emparer de la Terre car ils sont à l’apogée de leur puissance militaire très énergivore face à de grands pays qui vont manger ces ressources et à condition de mettre une Europe moralisatrice de côté par le traité transatlantique afin qu’elle ne se mêle pas des affaires des grands. Mais à terme c’est déjà pour bientôt que même à l’intérieur des USA le PIB sera mal partagé et qui va enrayer l’agressivité américaine dans l’œuf. Malgré leur puissance militaire sophistiquée les USA n’ont pas fait preuve de grande suprématie depuis 1945 et c’est bien le peuple américain qui a mis fin à la guerre du Vietnam. Alors, pour s’attaquer à la Russie il faut être assez présomptueux sauf à lancer la fameuse guerre atomique. N’oublions pas la capacité de réplique russe que connaissent les américains.
    Le vrai problème des USA c’est qu’ils ont voulu faire la preuve de la supériorité du capitalisme extrême (école de Chicago), et qu’aujourd’hui il est vaincu par les ressources naturelles en voie de disparition, mais encore abondantes en Russie, et qu’il ne peut s’appliquer à long terme qu’à une population de plus en plus réduite dont font partie le gouvernement et les banques américaines ainsi qu’une ribambelle d’oligarques vassalisés.
    Ce n’est qu’un jeu de patience pour la Russie et il serait souhaitable que cette dernière puisse faire réellement de l’humanisme et un peu moins de PIBisme et que ça se sache. Je ne suis pas convaincu que s’attaquer à Poutine et le faire désavouer par les Russes soit une tactique qui marchera en Russie. Avec l’exemple de l’Ukraine ce n’est pas un oligarque Russe qui pourra vassaliser la Russie aux USA, c’est en tout cas ce qui ressort des médias russes.
    Encore merci à O Berruyer pour ce blog où en plus on peut lire des super bonnes réponses.


    • Nerouiev Le 07 juillet 2014 à 11h34
      Afficher/Masquer

      J’ai oublié ce lien concernant l’expression du bonheur (en pourcent dans chaque pays) en fonction du PIB, aller à la figure 3.2 de l’article :
      link to extrapaul.be


      • Jub Le 07 juillet 2014 à 12h33
        Afficher/Masquer

        Dans votre courbe, je vois que la grande majorité des américains sont à la fois riche et heureux. Et les russes pas si riche que ça est plutôt malheureux.


        • Nerouiev Le 07 juillet 2014 à 13h07
          Afficher/Masquer

          Ce n’est pas MA courbe, mais votre remarque est exacte. Les Russes peuvent gagner du bonheur par le PIB et surtout ils ne sont pas satisfaits que la richesse soit mal partagée et soit passée en grande partie des oligarques vers l’Etat. Néanmoins ils avancent en n’oubliant pas les classes défavorisées et ils ont avec eux plus d’espoir grâce à leurs ressources. Je ne voudrais pas faire de la mauvaise philosophie mais ce qui compte dans le bonheur c’est la comparaison et actuellement les Russes ont l’occasion, somme toute assez récente, de voyager dans les pays industrialisés et de se sentir lésés en comparaison de leur potentiel. Par contre se déplacer vers la gauche du graphique sera fatal pour tous ceux qui sont à droite et le risque de perdre notre bonheur basé sur l’abondance est grand. Multipliez par deux le prix de l’essence et vous allez voir la colère monter et pourtant ce n’est pas grand chose par rapport à ce qui nous attend.


        • bluetonga Le 07 juillet 2014 à 13h21
          Afficher/Masquer

          Une petite recherche internet sourçant le graphique (link to laofutze.wordpress.com) montre qu’il s’agit de valeurs recueillies dans une étude remontant à 1995 (je n’ai pas fait l’effort de retrouver l’article original, mais ça doit être possible).

          Pas sûr que ce graphique serait le même 20 ans plus tard…


          • Nerouiev Le 07 juillet 2014 à 14h02
            Afficher/Masquer

            J’ignorais la date, mais s’il date de 1994 soit 3 ans seulement après 1991, il n’y a rien d’étonnant à ce que la Russie soit ainsi placée et ça doit rejoindre mon commentaire ci-dessus pour une éventuelle mise à jour. En tout cas c’est bien de pouvoir préciser la date.


    • Clémentine Le 07 juillet 2014 à 23h18
      Afficher/Masquer

      link to gtell.over-blog.org
      L’économie américaine, c’est 16 000 milliards de dollars ou…

      COMPARAISON Un professeur américain a visualisé le poids de la première économie du monde en comparant le PIB de ses Etats avec d’autres pays. A ce jeu, la Suisse, c’est la Pennsylvanie.

      L’exercice est saisissant. Sur le blog Carpe Diem qu’il tient sur le site de l’American Entreprise Institute, un think tank libéral, le professeur Mark J. Perry a recomposé la carte de la première économie du monde en comparant le PIB de ses Etats en 2012 avec d’autres pays du monde. Ainsi, souligne Mark J. Perry, la Californie et ses 38 millions d’habitants ont généré plus de 2000 milliards de dollars de valeur ajoutée, soit quasi autant que les 61 millions d’Italiens. Preuve, relève-t-il en passant, du sacré niveau de productivité des travailleurs américains. A ce petit jeu, la Suisse, c’est la Pennsylvanie et ses industries en recomposition ou encore son gaz de schistes. Au vu du succès de sa carte (il avouait jeudi qu’elle avait été retweetée plus de 1000 fois), il a poursuivit l’exercice. Place donc à la version deux de son post intitulé « America’s Ridiculously Large $16 trillions Economy » (Cette ridiculement grande économie américaine de 16 000 milliards de dollars) – qui a encore grandi depuis. Il a, cette fois, comparé les agglomérations américaines avec d’autres pays. Ainsi la première d’entre elles, New York, pèse autant que l’Espagne (1335 milliards). Si elle était un Etat, elle serait la 13e économie du monde. Elles seraient en fait onze les agglomérations américaines dans le top 50 des économies mondiales. Preuve selon lui que « le capitalisme de libre marché est le meilleur chemin vers la prospérité et que c’est bien le pouvoir du marché qui a permis de transformer une petite colonie britannique en une superpuissance économique ». C.Q.F.D.
      Un article du Matin Dimanche du 16 février 2014, par A.Gd


      • Nerouiev Le 08 juillet 2014 à 15h02
        Afficher/Masquer

        Une grande partie provient des ressources volées aux autres sur la planète et la fabrication des équipements militaires qu’il faut pour cela. Cette économie n’empêche pas les écarts sociaux et la misère au niveau de 15 % de la population :
        link to quebec.huffingtonpost.ca
        C’est un peu comme si on admirait l’immense fortune de Rinat Akhmetov en Ukraine en descendant encore d’un cran au niveau de l’humain. A quelle ville est-il équivalent ?


      • tepavac Le 09 juillet 2014 à 10h15
        Afficher/Masquer

        he bien, puisque cette nation est autant prospere, quel besoin a-t-elle d’agrésser le reste de la planète?
        àh oui, le besoin d’entretenir ce niveau de vie… au détriment des autres.


  27. yoananda Le 07 juillet 2014 à 11h21
    Afficher/Masquer

    Je reste dubitatif. Pour l’instant la propagande US perds beaucoup en crédibilité dans le monde (d’après ce que je sais, mais il faudrait vérifier), après les mensonges sur l’Irak les gens sont plus méfiants, et pour l’Ukraine c’est carrément grossier.
    Donc, rien n’est moins sûr que Poutine n’ai que des stratégies perdantes, d’autant que l’économie de l’EUSA est très fragile (sous perfusion on peut dire) et que le rapprochement avec la Chine est effectif.
    Les sanctions a répétitions de manière arbitraire des USA commencent à leur fabriquer beaucoup d’ennemis, si ce n’est des alliés de plus en plus méfiants.

    Donc, pour ma part, je ne partage pas vraiment cette analyse, un peu trop américano-super-power centrée.


    • barre-de-rire Le 07 juillet 2014 à 13h41
      Afficher/Masquer

      ukraine grossier… certes, mais t’as quand même un bon 80% de gens TF1 only ( pour grossir le trait, qui lisent pas sur internet ) qui se contre foutent de l’ukraine et ne savent pas ce qu’est svoboda…

      après… ce n’est que pour la france hein, je te laisse faire la projection au niveau mondial. je pense que l’appareil de propagande américain fonctionne malheureusement assez bien sur le globe. par contre aux usa je leur donne pas 2 ans avant de faire remake de 1789.


  28. Macarel Le 07 juillet 2014 à 11h39
    Afficher/Masquer

    Malheureusement, le brouillard de la propagande générée par l’État permet de maintenir le public en grande partie dans l’obscurité sur les motifs réels du conflit actuel, ainsi que l’histoire sordide de l’hostilité américaine envers la Russie. Voici un court texte de présentation d’un article paru sur le site World Socialist Web Site qui aide à couper à travers la BS et qui fournit un peu plus d’éclairage sur ce qui se passe réellement :

    C’est bien pour cela, que notre époque mérite de s’appeler “L’ère de la pénombre”, car tous ces cyniques ne sont certainement pas inspiré par les philosophes des “Lumières”, mais par un besoin irrépressible de rétablir l’ancien régime à l’échelle planétaire, une nouvelle ère féodale, à l’échelle mondiale. Et ils ont besoin de la pénombre, si ce n’est de l’obscurité (propice à l’obscurantisme), pour commettre leurs forfaits bien peu avouables, bien qu’ils aient tendance à se lâcher de plus en plus tant ils se sentent en position de force.


    • tepavac Le 07 juillet 2014 à 21h54
      Afficher/Masquer

      cent pour d’accord avec toi, sur la finalité objective de ces fous, devenir des dieux sur le royaume de l’enfer.


  29. lancel bardot Le 07 juillet 2014 à 11h47
    Afficher/Masquer

    Poutine doit tenir compte de la force de l’adversaire


  30. Bonaparte Poutine Le 07 juillet 2014 à 11h49
    Afficher/Masquer

    Poutine a d’autres cartes, moins voyantes :

    – Accélérer la chute du Dollar par la vente de Bons du Trésor US // augmentation des transactions internationales dans des monnaies autres que le dollar // adosser sa monnaie sur l’or.

    – Déstabilisation informatique des USA : il y a quelques semaines les aiguilleurs du ciel de Californie ont eu un black out de 2 heures, tous les avions ont été déroutés. Le lendemain Poutine dans une interview rappelait la puissance informatique de son pays.

    – L’assassinat de membres importants de l’oligarchie est une possibilité qu’il ne faut pas écarter.

    – Il ne faut pas sous estimer la communication, nous le voyons depuis plusieurs mois, les interventions de Poutine sont relayées sur le net et de plus en plus de personnes se rendent compte de la mascarade des médias officiels.

    Certes, c’est une course contre la montre, mais aujourd’hui, il semble imprudent de donner le vainqueur. Les seuls perdants, quelques soient l’issue de ce bras de fer est, le peuple Ukrainien.


    • barre-de-rire Le 07 juillet 2014 à 22h51
      Afficher/Masquer

      je suis à 100% dans cette optique, on peut dire que c’est marginal les accords exo-dollar , toujours est-il faut un début à tout, et en haut de post quelqu’un dit des que poutine bouge en ce sens y a sanction.

      et c’est là l’erreur du post, y a plus sanction, les comptes n’ont pas été gelés pour les oligarques russes au lendemain du retrait des 200 milliard de bond du trésor.
      washington a reçu le message, JE fais ma sauce, si TU bouges, je TE lourde, et ON TOMBE, mais TU tomberas avant moi.

      y a plus de sanction. ils sont aux pied du murs. d’où relance d’ISIS sur l’irak…pour détourner puisque pour l’ukraine c’est fini le merdier est en place.

      vous allez voir que jusqu’à noel les annonces et les mécanismes de vente exo-dollar vont se multiplier pour accentuer la pente du déclin usa.

      je le répète on ne stoppe les USA que lorsque on casse la fed et la valeur de ce qui sort de la rotative. il faut briser la machine pour que tout s’effondre et anéantisse les possibilités géopolitiques américaines.

      quand la valeur du dollar va s’en retrouver diminuée les bases us dans le monde vont fermer les unes après les autres le replis sur soi se fera obligation car on ne se protège pas en étant trop dispersé SANS les moyens d’assurer une telle dispersion.

      c’est comme les dames, si y a un creux au milieu on se fait bouffer.

      l’effet désiré s’inverse, au lieu de se répandre ils se replient commanditent tout de l’intérieur.

      c’est fini les déploiements de fous furieux, maintenant c’est 300 soldats max en formateurs…

      ils le savent…


  31. red2 Le 07 juillet 2014 à 12h00
    Afficher/Masquer

    Intéressant, mais il me semble que le point de important qui fera tout basculer n’est pas abordé : quel camp choisira l’Europe occidentale dans cette guerre larvée?

    Et franchement les Allemands depuis la réunification sont revenus dans un trip national, ils finiront par se libérer de la main mise US. Après on connait l’histoire allemande dur de savoir quelle sera leur politique vis à vis de la Russie!

    Avec les crises du système économique néolibéral mis en place par les Américains qui va a l’encontre de ses valeurs, la France finira par bouger et avec elle toute l’Europe du Sud. l’UMPS est à l’agonie et quand on entend Mélenchon, Le Pen ou les gaullistes on est très loin d’un alignement sur la géopolitique américaine…

    Deux question me viennent ensuite qui auront de très lourdes conséquences:

    la France et l’Allemagne choisiront elle le même camp ? (tropisme historique pro-russe français, grande méfiance allemande du fait encore une fois de l’histoire…)

    Quand aura lieu le retournement d’alliance ? Quel sera alors l’Etat du rapport de force ?


    • tepavac Le 07 juillet 2014 à 21h57
      Afficher/Masquer

      les allemands se sont déjà fait rouler deux fois…


  32. kinimodo Le 07 juillet 2014 à 12h13
    Afficher/Masquer

    La Russie considère qu’elle est déjà en guerre contre les Etats-Unis

    Le développement récent des opérations militaires en Ukraine a entrainé diverses réactions, du désespoir devant la crise humanitaire jusqu’à la condamnation du manque de réactivité de la Russie. Certains voient dans l’attitude de Moscou une sorte de passivité peureuse des réactions européennes, ramenant les évènements ukrainiens à une sorte de confrontation entre deux lutteurs où l’Union Européenne serait l’arbitre et nous les spectateurs comptant les points. Et, bien entendu, comme dans tout match, la personnification des actions des adversaires s’impose, et Poutine y est présenté comme hésitant voire un lâche, qui aurait à perdre ou à gagner ceci ou cela, perdant de vue la vraie dimension de ce qui se passe.

    Sergei Glazyev, le conseiller économique de Vladimir Poutine, nous brosse dans cette vidéo une perception plus globale des vrais enjeux de la crise ukrainienne et des actions militaires en cours. La Russie a pleinement pris la mesure des évènements, les plaçant dans leur contexte non seulement géopolitique actuel, mais aussi historique. La conclusion de Moscou est claire : la Russie est en guerre contre les Etats-Unis. Il ne s’agit pas ici de se laisser entrainer dans tel ou tel piège, ce ne seraient là que des manœuvres tactiques, ni de réagir au coup par coup à telle ou telle action de l’ennemi, mais de mener une stratégie cohérente à long terme. Cela exclut évidemment les réactions primaires qui n’ont pas de réelle portée dans le combat global.

    Dans cette vidéo, Sergei Glazyev nous montre également que la Russie n’a jamais été dupe quant aux vrais objectifs de cette guerre, et des trois précédentes, les première et deuxième guerres mondiales, et la guerre froide, et qu’elle a toujours su que l’Europe n’a jamais été qu’un outil naïf et manipulable à volonté.

    Avic – Réseau International

    link to reseauinternational.net


  33. arnold99 Le 07 juillet 2014 à 12h32
    Afficher/Masquer

    Excusez-moi de vous déranger mais étant peu habitué aux blogs, pourriez-vous me dire quelles sont les règles qui régissent le votre et celles que j’ai transgressées pour que mon commentaire ne soit pas publié.
    Merci d’avance et bravo pour vos publications et vos interventions


    • moderato si cantabile Le 07 juillet 2014 à 16h50
      Afficher/Masquer

      c’est “simple” Arnold, il faut que vos messages apportent des informations que les “autres” non pas encore débattues. Prenez un peu de temps pour remonter l’historique du blog, en lisant les commentaires aussi. Les commentaires qui passent le “filtre”, ce sont ceux qui apportent des éléments nécessaires à la compréhension de “tous”. Ici, on ne commente pas pour faire “le beau”, pour dire des clichés, ici on s’oublie, on lis avec attention l’article qu’on commente et…on parle si on a des choses à rajouter, ou alors on se tait et on réfléchit…à ce qu’on a lu et aux commentaires rajoutés.
      Ne prenez pas mon message comme une “agression”, j’ai eu pas mal de messages “censurés” quand j’ai débarqué sur cette “plage”. Maintenant je suis plutôt contente que ces messages n’ont pas été publiés…c’était du “moi avec moi même”.


    • Cornet Le 07 juillet 2014 à 17h50
      Afficher/Masquer

      @ arnold99

      Olivier est en vacances. Les commentaires sont un peu plus long à être publiés.
      Si vous êtes un nouvel arrivant .
      Il me semble, qu’Olivier ,quand il estime que le commentaire doit être censuré ,censure une partie seulement .Laisse en ligne ce qui lui semble convenable.
      Bienvenue et cordialement


    • VoualaCéMoi Le 07 juillet 2014 à 18h55
      Afficher/Masquer

      Bienvenue, arnold99 !

      Très simple : tu essaies d’exprimer ton opinion clairement, sans trop de débordements (passionné OK, hystérique non), évite les grossièretés, essaie d’apporter à la conversation, avec si possible des liens ou des citations pour étayer ta position, pour que ce blog, et ses commentaires restent un lieu de discussion intellectuelle informatif et sérieux.

      Et puis, tu peux lire les commentaires déjà publiés pour te donner une idée !

      Ce ne sont là que mes recommandations. Je ne sais pas ce qu’Olivier en dirait.


    • Spipou Le 07 juillet 2014 à 22h51
      Afficher/Masquer

      Arnold, rassurez-vous, il y a aussi une grosse part de hasard : le serveur met souvent automatiquement des commentaires en attente de modération selon des critères absolument mystérieux ! Et comme tout le monde, Olivier n’a que 24 dans ses journées (quoiqu’à voir sa production, on peut se poser des questions !). Un truc quand même : si vous mettez un lien internet, votre commentaire a de fortes chances de passer en attente de modération.


  34. Julien Le 07 juillet 2014 à 13h01
    Afficher/Masquer

    Inverifiable biensur , mais ca expliquerait beaucoup de chose.

    Le 13 septembre 2013, le journal libanais As-Safir repris et traduit en français par l’agence iranienne IRIB puis par d’autres sites Internet, vient de présenter une version inédite de l’affaire des 2 missiles américains tirés en Méditerranée orientale le 3 septembre dernier.

    Rappel des événements du 3 septembre 2013

    Selon la version officielle qui avait été donnée le jour même par les agences de presse, c’est la Russie qui avait détecté le lancement de ces deux missiles balistiques en Méditerranée, lesquels étaient ensuite « tombés en mer ».

    Si l’on résume leurs différentes dépêches et communiqués, les agences de presse russes et le ministère russe de la Défense avaient précisé :

    que « le lancement, qui a eu lieu à 10H16 de Moscou (06H16 GMT), a été détecté par les stations radar à Armavir (sud de la Russie) » ;
    que « les engins ont été lancés de la partie centrale de la Méditerranée vers la côte est » ;
    qu’il « y a eu en effet deux lancements, ils sont tombés dans la mer » ;
    que « le ministre de la Défense Sergueï Choïgou a informé le président russe Vladimir Poutine, commandant en chef des armées ».
    Selon les agences de presse occidentales, ce n’est que « un peu plus tard » que « le ministère israélien de la Défense a[vait] annoncé avoir mené avec succès dans la matinée un tir de missile radar dans le cadre d’un exercice militaire israélo-américain ».

    Encore un peu plus tard dans la journée, et cette fois-ci de nouveau de Russie, l’agence de presse russe Interfax indiquait que, « selon une source militaro-diplomatique russe, il pouvait s’agir de tirs visant à affiner les relevés météorologiques », et citait une autre source russe affirmant qu’il était « possible que les destroyers de la 6e flotte de la Marine américaine aient tiré à blanc ou des leurres pour tester l’efficacité du système de la défense antimissile syrien. Ces tirs pourraient avoir pour but d’intimider le peuple syrien et désorganiser la communauté internationale ».

    Les informations (non confirmées) du 13 septembre 2013

    Selon les informations parues 10 jours après dans le journal libanais As-Safir (journal dont le titre signifie « L’Ambassadeur »), la réalité aurait été bien différente de cette présentation :

    les deux missiles auraient été tirés par les États-Unis contre la Syrie depuis une base de l’Otan en Espagne ;
    les radars russes les auraient détectés immédiatement ;
    les systèmes de défense anti-missile russes auraient alors été déclenchés, détruisant l’un des deux missiles en plein air et déviant l’autre de sa trajectoire de façon à ce qu’il s’abime en mer » ;
    aussitôt après la neutralisation des 2 missiles, les services du renseignement russe auraient contacté leurs homologues américains pour leur dire que « toute attaque contre Damas est comme si Moscou était pris pour cible » ;
    Obama et les dirigeants militaires américains auraient alors pris toute la mesure, à la fois de l’efficacité du système de défense anti-missile russes et de la détermination de Poutine à aller jusqu’à un conflit planétaire si nécessaire pour empêcher Washington de parvenir à ses buts ;
    les Américains auraient alors demandé au gouvernement israélien de revendiquer le double tir de missile Anchor comme un « test », ce qu’Israël aurait fait pour éviter à Washington une perte irréparable de crédit sur ses capacités militaires.
    Obama aurait réalisé qu’il n’avait plus le choix que d’être contraint à la volte-face diplomatique spectaculaire à laquelle on a assisté. Il se serait mis d’accord avec Moscou sur une tactique de sortie de crise : le gouvernement russe aurait caché la vérité pour éviter l’humiliation aux États-Unis, en échange de quoi Washington aurait donné son accord préalable au scénario consistant à demander à Damas de placer ses armes chimiques sous contrôle international et se signer la Convention de l’ONU sur leur interdiction.
    du coup, – et selon une autre analyse diffusée par IRIB – la Syrie n’aurait plus d’autre solution que de se placer sous le parapluie nucléaire russe.
    Commentaires

    L’avenir dira si cette version des événements est réelle ou si elle est en tout ou partie enjolivée. Force est néanmoins de constater que si ce succès militaire russe se révélait exact, il permettrait d’un seul coup :

    a)- de comprendre le revirement américain à 180°,

    b)- de mesurer mieux encore les erreurs dramatiques de la diplomatie française,

    c)- de comprendre pourquoi une partie du Moyen-Orient semble actuellement sur le point de basculer dans l’orbite russe :

    la Syrie ne peut désormais plus rien refuser à Moscou ; il est même probable que, si Moscou l’exige, Bachar-El-Assad sera contraint de céder le pouvoir dans le cadre d’un plan de paix global ;
    l’Iran, qui espère que la Russie va lui livrer des missiles S-300, vient de demander l’aide de Moscou sur la crise nucléaire, et cela d’autant plus que le gouvernement russe semble prêt à signer avec Téhéran un accord pour construire un deuxième réacteur dans la centrale iranienne de Bouchehr
    Chypre, pourtant membre de l’UE, regarde de plus en plus vers la Russie, dont elle vient d’obtenir une renégociation très favorable de ses emprunts, ce qui constitue un message implicite à ses « partenaires européens »
    enfin, l’Égypte elle-même, semblant renouer avec l’époque révolue des années Nasser, vient d’annoncer qu’elle « veut renouer des relations privilégiées avec la Russie ».
    Tous ces événements, mis bout-à-bout, semblent indiquer qu’un changement géopolitique majeur est en cours au niveau mondial.

    L’époque de l’hyper-hégémonie américaine est irrésistiblement en train de céder la place à une nouvelle époque, pour le plus grand bénéfice de Moscou et de Pékin.

    kerry lavrov 600×286 La guerre des missiles a t elle été perdue par les États Unis face à la Russie ?Ici, c’est la cour des Grands, il n’y a pas de place pour Merkel, Cameron ou Hollande. C’est à ce genre de photo, et au marchandage géopolitique qu’elle révèle, que l’on comprend à quel point les États-Unis sont parvenus à faire disparaître les puissances européennes de la scène mondiale, en les engluant dans une Tour de Babel ingérable à leur botte.

    Quant à la France, au lieu de tenir le rôle traditionnel d’équilibre qui est le sien et qui lui aurait pu lui valoir un retour en force de son influence dans la région et dans le monde, elle poursuit dans sa stratégie suicidaire.

    hollande missiles La guerre des missiles a t elle été perdue par les États Unis face à la Russie ?Devenue une colonie américaine par Union européenne interposée, dirigée par une caste qui se vautre dans la servilité à Washington, s’apprêtant à disparaître davantage encore dans le « Grand Marché Transatlantique », notre pays fait tout bonnement le choix de lier son sort à la puissance américaine en déclin.

    Puissance américaine qui, de surcroît, traite la France comme un larbin dont les avis comptent pour zéro, comme elle vient de le montrer avec une cinglante désinvolture sur cette affaire syrienne.

    François Asselineau


    • Nerouiev Le 07 juillet 2014 à 17h31
      Afficher/Masquer

      C’est aussi ce que j’ai voulu dire dans mon commentaire en parlant de la puissance de riposte russe que connaissent les américains. Le journal libanais titrait à ce sujet ” la troisième guerre mondiale a commencé et s’est terminée ce jour là”


    • Nerouiev Le 07 juillet 2014 à 18h57
      Afficher/Masquer

      Il ne fait plus aucun doute que depuis le début les USA ont déclaré une guerre à la Russie par le biais de l’Ukraine. Déjà à l’époque du Maïdan en février il était surprenant de voir uniquement Obama et Poutine, puis descendre d’un cran entre Kerry et Lavrov avant que la France et l’Allemagne ne s’en mêlent avec Iatseniouk, puis enfin Poroshenko. C’est bien ce qu’avait immédiatement compris Poutine et qui l’a amené en trois coups de cuillère à pot à reprendre sa Crimée. Les ordres étaient bien donnés, dès le début, aux médias européens d’adhérer à la propagande américaine et de tout cacher. On est vraiment devenus nuls en France. Poutine est loin d’être inactif comme le pensent certains, mais le temps sert à effacer la propagande sans anti propagande, c’est plus intelligent et plus efficace à long terme.


    • moderato si cantabile Le 07 juillet 2014 à 19h00
      Afficher/Masquer

      c’est un “sujet” qui avait été expliqué, argumenté et publié sous la signature d’un militaire roumain Valentin Vasilescu…un spécialiste polytechnique de l’armement. Il y en a un autre, roumain aussi, qui parle du haut de sa spécialité sur RT. Valentin Mandrasescu.


  35. bluetonga Le 07 juillet 2014 à 13h04
    Afficher/Masquer

    De nouveau, beaucoup de commentaires me paraissent éluder une réalité essentielle : les États-Unis ne sont pas une nation au sens où nous l’entendons, basée sur une certaine communauté ethnique. C’est plutôt un laboratoire de mondialisation inversée, où des peuples très différents se sont agrégés au travers d’une culture libérale favorisant l’individualisme et la culture d’entreprise. Les États-Unis sont en réalité une espèce de trust qui cherche à dominer les marchés mondiaux, et les propriétaires effectifs sont des personnes privées, des oligarques, des corporations. Le peuple sont plus ou moins les employés (ou pas : pas de bras, pas de chocolat), Washington ou les pouvoirs locaux, les cadres. En dehors de la conviction commune martelée par Hollywood d’être des privilégiés et d’être libres, il y a finalement très peu de liens ethniques entre américains.

    C’est un point important quand on parle de géopolitique. Le véritable moteur de toute cette dynamique hégémonique, ce sont les big corporations et la conquête des marchés. Jusqu’à quel point ces entités sont elles désireuses de partir en guerre, de s’exposer, de tout risquer? Se battre pour l’hégémonie est une chose (la mondialisation forcée, l’annexion de l’Europe ne sont pas sans évoquer la politique de libre échange et la guerre de l’opium de l’empire britannique), se battre pour survivre en est une autre. La guerre économique sous-jacente, et le bras de fer autour du dollar et des monnaies de réserve est une étape supplémentaire dans l’escalade des conflits. La fin du dollar, c’est la chute de plusieurs géants, c’est un reset des équilibres actuels au sein d’une classe oligarchique perpétuellement en guerre avec elle-même. Certains vont perdre, d’autres vont y gagner.

    La question est donc, en lieu et place de “que va faire Washington” : que vont faire les milieux d’affaire américains? Lancer une guerre à outrance ou bien composer et tenter de suborner leurs adversaires? Mon sentiment est que la guerre a outrance est trop risquée, que chacun parmi la classe dominante des milieux d’affaire américains pense à sauver sa peau et à retourner les choses à son avantage, et donc que certaines institutions, certaines corporations pactisent déjà depuis longtemps avec “l’ennemi”, et ont déjà à moitié retourné leur veste.


    • Chris Le 07 juillet 2014 à 18h50
      Afficher/Masquer

      Sur des matières essentielles, Talleyrand devine des phénomènes fondamentaux. Il met en évidence le choix du commerce au détriment de l’agriculture, et, par conséquent, le comportement agressif que cela entraînera. Si Talleyrand a vu une jeunesse en Amérique, c’est la jeunesse du monstre plus que la jeunesse de ce monde. Un extrait de ce qu’il en disait en 1794 :
      “L’agriculture n’est point envahissante : elle établit. Le commerce est conquérant : il veut s’étendre.[…] Le gouvernement américain s’est trop laissé entraîner par sa position géographique ; il a trop encouragé l’esprit d’entreprise, car, avant d’avoir des habitants, il a fallu à l’Amérique la Louisiane ; il lui faut maintenant les Florides.
      Le commerce veut des ports et des rades depuis la rivière Sainte-Croix, près du fleuve Saint-Laurent, jusqu’au golfe du Mexique, et cependant les neuf-dixièmes des cinq cents millions d’acres de terre qui composent l’Amérique septentrionale sont encore incultes. Trop d’activité se tourne vers les affaires et trop peu vers la culture ; et cette première direction donnée à toutes les idées du pays, place un porte-à-faux dans son établissement social. Il ne faut pas faire trente lieues dans l’intérieur du pays, pour y voir, dans le même lieu, faire des échanges en nature et tirer des traites sur les premières places de l’Europe : c’est trop disparate ; il y a là une maladie sociale.”
      link to dedefensa.org

      Chateaubriand dans les Mémoires d’Outre-Tombe (1841) écrivait :
      “En somme, les États-Unis donnent l’idée d’une colonie et non d’une patrie-mère : ils n’ont point de passé, les moeurs s’y sont faites par les lois. Ces citoyens du Nouveau Monde ont pris rang parmi les nations au moment que les idées politiques entraient dans une phase ascendante : cela explique pourquoi ils se transforment avec une rapidité extraordinaire. La société permanente semble devenir impraticable chez eux, d’un côté par l’extrême ennui des individus, de l’autre par l’impossibilité de rester en place, et par la nécessité de mouvement qui les domine : car on n’est jamais bien fixé (d) là où les pénates sont errants. Placé sur la route des océans, à la tête des opinions progressives aussi neuves que son pays, l’Américain semble avoir reçu de Colomb plutôt la mission de découvrir d’autres univers que de les créer”
      link to dedefensa.org
      Extraits tirés des deux liens cités.


  36. Pikpuss Le 07 juillet 2014 à 13h18
    Afficher/Masquer

    En dehors du fait que les USA ont la première armée du monde, finalement…ce qui leur assure une domination sur le monde c’est l’installation de complices aux postes de commande des états.
    L’UE en est un exemple frappant avec la confiscation progressive de la démocratie au profit des commissaires eurepéens tous inféodés aux lobby anglo-saxons installés à Bruxelles et à Israël.
    Il est possible que Poutine se soit découvert un destin en tant qu’homme providentiel mais il est certain qu’il ne gouverne pas seul comme les médias nous le martèlent sans cesse. Il existe de vraies élites en Russie très attachées à leur culture et à l’espace russe. La société russe est bien plus homogène que la société américaine. Les frais de fonctionnement des 800 bases américaines à travers le monde et les moyens matériels qui vont avec ( avions, flottes, ambassades, nsa, cia, pentagone ) contribuent à endetter massivement les USA. Les élites américaines sont donc prises dans une course de vitesse. Dans tous les cas de figure, ce sont les USA qui sont piégés. Les Russes ne sont pas obligés d’aller guerroyer dans le monde entier pour maintenir leur niveau de vie ; pour les Américains c’est une nécessité. Cela ne peut donc que mal finir à moins de renoncer à vouloir dominer coûte que coûte la planète et accepter le partage des richesses ce qui impliquerait un changement radcal de phisophie en rapport avec l’American Way of Life… Il est à espérer que le peuple américain se réveille ainsi que les peuples européens pour éviter un désastre à venir. Il sera bien plus prévisible d’envisager une fragmentation des USA que de la Russie dont les habitants ont des racines bien plus profondes que les Américains qui ont une histoire très brève comparée à celle des Russes. Quand les Allemands ont envahi la Russie en 1941, l’Allemagne n’avait que 70 ans… Un peuple qui a accepté le sacrifice de 20 millions de ses habitants a nécessairement une culture très forte et un instinct de survie à toute épreuve. Les Russes peuvent prendre des coups terribles mais au bout du compte, ils résisteront. Il est à prévoir que beaucoup d’alliés des USA chercheront à se défaire de la tutelle américaine. C’est une puissance qui ne se maintient que par le chantage, la violence et le mensonge. A quoi cela sert-il de dominer le monde si le monde entier vous hait. Le peuple américain doit comprendre cela et mettre un terme à la main mise de leur pays par des élites mafieuses.


    • Nerouiev Le 07 juillet 2014 à 14h25
      Afficher/Masquer

      Je partage à fond ce que vous avez écrit. Pour me faire l’avocat du diable je dirais que seule une partie des USA et leurs pays associés veut une domination qui ne peut être qu’absolue pour empêcher quiconque de s’enrichir à leurs dépens. Une victoire partielle est un échec total vu leurs mensonges, violences, non respects des droits de l’homme, etc… qui ressortiront au grand jour dans ce cas, sinon ça restera la raison du plus fort.


    • Macarel Le 07 juillet 2014 à 14h57
      Afficher/Masquer

      Les USA sont une nation de colons, de colonisateurs, qui fuyaient leur pays d’origine pour devenir riches et être libres.
      Ceci dit, avec le temps, des strates se sont formées dans cette société, comme dans les autres, et sans doute plus vite que dans les autres. Aujourd’hui une infime minorité de la population US, domine tout le reste de la population. Quant au mode de vie le plus énergivore de la planète, il ne peut se maintenir qu’en contrôlant les accès aux sources d’énergie et aux matières premières sur toute la planète. D’où la nécessité d’avoir un complexe militaro-industriel sur-dimensionné, et de s’inventer des Satans à combattre, pour justifier les interventions “humanitaires” à droite et à gauche.
      Ceci fonctionne d’autant mieux dans la société US, que la religion y joue un rôle capital (sans jeu de mot). Très facile de désigner un méchant du moment dans ce pays messianique.
      Effectivement, renoncer à tous ces avantages acquis par la force, dont le dollar est le symbole le plus emblématique, ne va pas se faire sans résistance farouche de l’oligarchie américaine en particulier.
      On ne voit pas se profiler à l’horizon un “american Gorbatchev”, ce serait plutôt l’inverse.
      Finalement tant l’URSS, que les USA ont poursuivi le rêve d’un paradis matérialiste sur Terre, ont sait ce qui est arrivé à la première, et l’on commence à réaliser ce qui est en train d’arriver aux deuxièmes.
      Une différence tout de même le premier projet se voulait égalitariste, le deuxième est franchement inégalitaire. mais au final avec le recul l’on se rendra compte que tous les deux auront accouché d’une forme d’enfer sur Terre. Avec cependant une période “plus festive” pour les seconds, tant que l’énergie coulait à flot, et ne coûtait pratiquement rien.
      C’est sans doute cet aspect société d’abondance, qui a assuré une suprématie, certes temporaire, mais une suprématie sur le modèle égalitariste qui générait des pénuries artificielles.
      Mais que va générer le modèle de la “Corne d’abondance” lorsqu’il va être de plus en plus confronté à de vrais limites, cette fois liées au fait que notre planète est finie ?
      On en a déjà une bonne idée : du chaos et des inégalités formidables.


  37. barre-de-rire Le 07 juillet 2014 à 13h36
    Afficher/Masquer

    mais biensur…

    link to zerohedge.com

    depuis ce jour là y pu de sanctions… miracle …

    à lire pour tout comprendre :
    http://www.leap2020.eu/GEAB-86-est-disponible–Crise-systemique-globale-La-Grande-Reconfiguration-geopolitique-mondiale_a16404.html

    y a pas de dilemme, plus les usa mouftent, plus ça va accélérer la chute du dollar, quitte à avoir un peu de casse collatéral au niveau mondial, la semaine dernière la chine à passé la seconde… tous les jours y avait un mouvement.

    les usa le savent. ce n’est pas une question de rapport de force ( y ont déjà perdu ), c’est une question de rapport au temps, les usa jouent le chronomètre.


  38. perceval78 Le 07 juillet 2014 à 14h42
    Afficher/Masquer

    La video complete de l’entretien entre Soros, Van Rompuy et Moscovici
    =
    link to bertelsmann.com
    =


    • Marie Genko Le 08 juillet 2014 à 12h34
      Afficher/Masquer

      Merci pour ce lien.

      Même lorsque nous savons parfaitement à qui nous avons à faire voir les vieux penseurs de l’UE à l’oeuvre est toujours instructif:
      Le règne de la finance sur les consciences!
      La mise en servitude par l’endettement!
      Et enfin la création du nouvel homme, libéré de son héritage spirituel!
      Un nouveau et parfait consommateur sans foi, sans morale ni scrupule ….
      Voilà les lendemains qui chantent que nous promettent les vieux singes réunis sur ce plateau!


  39. OlegM Le 07 juillet 2014 à 15h01
    Afficher/Masquer

    Un récent sondage en Russie montre que 66% de russes sont contre l’intervention en Ukraine de l’Est. Ainsi les répondants de +60 ans sont 71% à être contre.
    Parmi ceux qui soutiennent l’intervention (27%) le plus grand nombre est chez les communistes (à 35%), chez les habitants de Moscou et de Saint-Pétersbourg – à 41%. C’est ce qu’on appele en Russie et en Ukraine : “les armées du canapé”. Très va-t-en guerre sur les réseaux sociaux et les forums.
    Source originale en russe (VCIOM): link to wciom.ru


  40. Suzanne Le 07 juillet 2014 à 16h10
    Afficher/Masquer

    Je me pose la question : nous parlons beaucoup de “Poutine” versus “Etats-Unis”, une personne versus une fédération, mais qu’en est-il des relations entre Poutine et son propre gouvernement, entre lui et ses politiques? A-t-il les mains libres, ou non? Peut-il faire ce qu’il veut, ou est-il gêné par l’opinion publique? Que pense celle-ci, au fait? et que manifeste-t-elle?
    C’est une vraie question, je n’en sais rien, mais je remarque que l’on a complètement assimilé la Russie à Poutine, alors qu’il y a peut-être d’autres variables?


    • Vidal Le 07 juillet 2014 à 17h33
      Afficher/Masquer

      Quelques soit l’avis du peuple, que ce soit en Europe, Russie ou aux USA il ne représentera pas grand chose dans les tendances et choix que feront les dirigeants.
      Il reste dans sa grande très majorité désinformé et manipulé, la preuve, ils croient tous vivre en démocratie.


    • Nerouiev Le 07 juillet 2014 à 19h10
      Afficher/Masquer

      La réponse est dans la côte de popularité qui a atteint des sommets à plus de 80% lors de la Crimée et on a pu voir en direct à la télé russe le soutien du parti communiste à cette occasion. C’est un peu la particularité du peuple russe dans les affaires graves. Il n’empêche que parmi les jeunes et les nantis ils sont comme nous après la guerre, babas d’admiration devant l’Amérique avec un grand A comme dans la chanson de Joe Dassin très aimé en Russie. Mais ces gens là ne savent pas d’où vient la richesse américaine et croient que ce n’est le résultat d’une économie libérale tournée vers la consommation en oubliant ce qui nourrit cette économie et comment les USA ont pillé la Terre à notre barbe.


      • Suzanne Le 07 juillet 2014 à 22h23
        Afficher/Masquer

        Merci. Et les politiques? Quelle marge de manœuvre a Poutine? Entière? Ou bien fait-il face à des oppositions ? (je ne parle pas du peuple, ici)


        • Nerouiev Le 08 juillet 2014 à 09h26
          Afficher/Masquer

          Pour ce que j’en sais, surtout par la TV russe (obligatoirement orientée) mais aussi par des amis et parents en Russie, il y a bien sûr de l’opposition politique par des partis surtout avides de pouvoir et les Russes qui les soutiennent sont conscients que s’ils peuvent promettre plus d’égalités ils sont peu fiables face aux crises extérieures. Ce que l’on peut voir c’est le haut niveau intellectuel de l’entourage de Poutine. Vous avez forcément vu Lavrov, et il est d’une haute pointure face à Kerry et pardonnez-moi face à Fabius. Il y a aussi le chef de l’armée Valery Grrasimov vraiment adulé, mais aussi la compétence économique de Glassyev et plein d’autres pour une équipe en parfaite complémentarité et cohésion. On est loin des chamailleries perpétuelles françaises.
          La mage d’action de Poutine est, me semble-t-il totale mais avant tout largement analysée avec ses collaborateurs. Ils ont aussi des informations que nous n’avons pas et notamment des informateurs en Ukraine.


  41. moderato si cantabile Le 07 juillet 2014 à 16h13
    Afficher/Masquer

    Il y a eu un commentaire, auquel je n’ai pas eu le temps de répondre…ce “commentateur” disait que l’Allemagne c’est la “wild card”…c’est dire un peu de quel “terrain” il regarde et il il comprend l’actualité.
    Car, selon wiki , ça veut dire aussi WC=chiotte de la pensée (tout terrain):
    “Une wild card (anglicisme également abrégé WC), également appelé invitation privilégiée, privilège ou tout simplement invitation, est un terme utilisé en tennis pour désigner une autorisation exceptionnelle accordée à un joueur ou une joueuse de participer à un tournoi bien qu’il ou elle ne réponde pas aux critères communs de sélection.

    Les joueurs bénéficiaires d’une telle invitation sont directement admis dans le tableau final ou dans le tableau des qualifications, lorsque des « cases vides » y sont spécialement aménagées. Ces joueurs dérogent donc à l’ordre imposé par le classement ATP (hommes) ou WTA (femmes)”
    Bof…pom-pom girls de la pensée dite masculine, ça voudrait dire aussi…transgenres.


    • Spipou Le 07 juillet 2014 à 23h05
      Afficher/Masquer

      Je ne sais pas. Je trouve les aller-et-retour de Madame Merkel assez étranges, quand même.

      Est-ce que l’Allemagne n’essaierait pas de tirer les marrons du feu pour elle-même, indépendamment des Etats-Unis et de l’Europe ? On peut légitimement se poser la question, en tout cas, et je ne suis pas le premier, ici ou même dans des sphères assez élevées, à le faire.

      D’autant plus que Merkel n’est pas la seule : en dehors d’Helmut Schmidt, qui n’est plus qu’une autorité morale, il y a des personnalités de poids (financier et/ou politique) qui ne vont pas du tout dans le sens de l’OTAN : Gerhart Schröder, Lothar de Maizière…


      • moderato si cantabile Le 07 juillet 2014 à 23h22
        Afficher/Masquer

        à mon avis (qui n’est que mien) l'”Allemagne” joue le même jeu (dangereux) que la Pologne.
        Je ne fais pas plus confiance à M-me Merkel qu’à Sikorski, mais je mets beaucoup d’espoir dans les allemands qui manifestent tous les lundi, un peu partout en Allemagne. J’aimerais bien que ça arrive aussi un peu partout en France.


        • Spipou Le 08 juillet 2014 à 02h19
          Afficher/Masquer

          Oui, je sais pas… Je ne dis pas qu’on peut lui faire confiance, mais je trouve qu’elle a une attitude vraiment ambiguë. Je ne me souviens plus qui disait que c’était l’Allemagne, et non les Etats-Unis, qui mène le jeu. Je ne suis pas dans le secret des dieux, et je me garderais bien d’affirmer quoi que ce soit, mais je trouve qu’on peut se poser pas mal de questions. Rêve de la grandeur prussienne perdue ? Allez savoir…


  42. Vidal Le 07 juillet 2014 à 17h53
    Afficher/Masquer

    La question fondamentale est, qui sont les USA ?
    Il y a tellement de réponses qu’on ne sait en réalité pas ce qui ils sont.
    Alors difficile de prévoir.
    La Russie et Poutine n’ont pas se floue.


  43. Le diable Le 07 juillet 2014 à 18h20
    Afficher/Masquer

    Salut à toutes et à tous,

    info reçue :

    “Le Dimanche 6 juillet 2014 13h08, Sergey Fedorov a écrit :
    Bonjour,
    je vous fais suivre notre appel à la manifestation pour la paix en Ukraine le 11 juillet, nous vous serons reconnaissants si vous pouviez faire circuler cette information auprès de vos contacts et médias.
    Cordialement,
    Comité d’organisation / Collectif citoyen pour la paix en Ukraine

    (Текст по-русски – на второй странице)
    Arrêtons la guerre.
    Sauvons les enfants.

    Rassemblement / Soirée commémorative pour la Paix en Ukraine
    11 juillet à 19h – Fontaine des Innocents, place Joachim-du-Bellay, Paris, 75001

    Citoyens d’Ukraine, de Russie et de France, nous organisons une action pour la Paix en Ukraine.

    Nous tenons à attirer l’attention de la société et de la presse française à la catastrophe humanitaire au sud-est de l’Ukraine, à la situation tragique de la population civile dans la zone des opérations militaires, et en premier lieu des enfants.

    Nous souhaitons que le public français soit informé que plus de quarante enfants ont déjà perdu la vie lors des combats et bombardements en Ukraine de l’Est. Malheureusement, leurs histoires sont mal connues en France et ne sont pas mentionnées par les médias. Nous nous souviendrons de Polina Sladkaia, 6 ans, originaire de Slaviansk, morte le 14 juin d’une blessure par éclat d’obus ; de Arsenii Dantchenko, 5 ans, mort le 20 juin à Slaviansk de blessures par éclat ; de Iegor Alexandrov, 10 mois, mortellement blessé le 24 juin au village d’Antratsite….

    Ces enfants ne sont pas oubliés, nous connaissons leurs noms et nous exigeons une enquête internationale sur la cause de leurs décès, ainsi que la punition des responsables de ces crimes.

    Nous invitons tous ceux qui souhaitent participer à la soirée commémorative à venir allumer une bougie en hommage des enfants péris. Merci de vous habiller en noir, dans la mesure du possible (foulard noir ou un autre élément de deuil). Nous voulons éviter des slogans et des discours extrêmes et « politiques », ainsi que la publicité pour les partis politiques (merci pour votre compréhension). En revanche, vous pouvez amener des photos imprimées des enfants morts, ainsi que des jouets ou des vêtements d’enfant qui seront expédiés aux réfugiés de l’est de l’Ukraine.

    Nous prions tout le monde de se réunir pour cette soirée au nom de la PAIX et de la cessation immédiate des hostilités en Ukraine. N’oublions pas que chaque nouveau jour de guerre emporte de plus en plus de vies.

    Nous devons faire tout ce qui est possible pour que cette guerre se termine immédiatement par une trêve durable et ensuite par une vraie paix.

    Comité citoyen pour la paix en Ukraine.
    Contacts : Russie_Ukraine_Dialogue@yahoo.fr http://frudialogue.wordpress.com link to facebook.com

    Остановить войну.
    Спасти детей.

    Акция за мир в Украине.
    Памяти детей, погибающих в зоне боевых действий.

    11 июля 2014 в 19 часов, у фонтана Невинных, place Joachim-du-Bellay, Париж, 75001.

    Мы, граждане Украины, России и Франции, считаем необходимым привлечь внимание к трагическому положению гражданского населения Восточной Украины, в первую очередь – детей.

    Мы хотим рассказать французскому обществу о погибших детях, истории которых, к сожалению во Франции остаются неизвестными и не упоминаются СМИ. Мы вспомним Полину Сладкую, 6 лет, из Славянска, погибшую 14 Июня от осколочных ранений; Арсения Данченко, 5 лет, погибшего 20 Июня в Славянске, десятимесячного Егора Александрова, смертельно раненного 24 Июня в поселке Антрацит и других детей, погибших в ходе военных действий в Восточной Украине. Их уже более сорока, и трагический список продолжает пополняться каждый день.

    Эти дети не забыты, мы знаем их имена и требуем провести независимое международное расследование и предать суду виновных в их смерти.

    Мы приглашаем вас на Вечер Памяти для того, чтобы почтить их память и зажечь свечи. Наша просьба к желающим присоединиться к нам – прийти в черном (в черных платках, головных уборах…). Мы хотим избежать громких «политических» плакатов и заявлений, а также рекламы политических партий (надеемся на ваше понимание). Вы можете принести распечатанные фотографии погибших детей, а также детские игрушки или вещи, которые после акции будут отправлены беженцам с востока Украины.

    В этот вечер мы просим всех объединиться ради МИРА и немедленного прекращения военных действий в Украине. Вспомним, что каждый новый день войны уносит новые и новые жизни.

    Мы обязаны сделать все возможное, чтобы в Восточной Украине немедленно было заключено перемирие и чтобы оно закончилось настоящим миром.

    Гражданский комитет за мир в Украине.

    Контакты:
    Russie_Ukraine_Dialogue@yahoo.fr
    link to frudialogue.wordpress.com
    Facebook : link to facebook.com

    Le Dimanche 6 juillet 2014 13h08, Sergey Fedorov a écrit :
    Bonjour,
    je vous fais suivre notre appel à la manifestation pour la paix en Ukraine le 11 juillet, nous vous serons reconnaissants si vous pouviez faire circuler cette information auprès de vos contacts et médias.
    Cordialement,
    Comité d’organisation / Collectif citoyen pour la paix en Ukraine

    (Текст по-русски – на второй странице)
    Arrêtons la guerre.
    Sauvons les enfants.

    Rassemblement / Soirée commémorative pour la Paix en Ukraine
    11 juillet à 19h – Fontaine des Innocents, place Joachim-du-Bellay, Paris, 75001

    Citoyens d’Ukraine, de Russie et de France, nous organisons une action pour la Paix en Ukraine.

    Nous tenons à attirer l’attention de la société et de la presse française à la catastrophe humanitaire au sud-est de l’Ukraine, à la situation tragique de la population civile dans la zone des opérations militaires, et en premier lieu des enfants.

    Nous souhaitons que le public français soit informé que plus de quarante enfants ont déjà perdu la vie lors des combats et bombardements en Ukraine de l’Est. Malheureusement, leurs histoires sont mal connues en France et ne sont pas mentionnées par les médias. Nous nous souviendrons de Polina Sladkaia, 6 ans, originaire de Slaviansk, morte le 14 juin d’une blessure par éclat d’obus ; de Arsenii Dantchenko, 5 ans, mort le 20 juin à Slaviansk de blessures par éclat ; de Iegor Alexandrov, 10 mois, mortellement blessé le 24 juin au village d’Antratsite….

    Ces enfants ne sont pas oubliés, nous connaissons leurs noms et nous exigeons une enquête internationale sur la cause de leurs décès, ainsi que la punition des responsables de ces crimes.

    Nous invitons tous ceux qui souhaitent participer à la soirée commémorative à venir allumer une bougie en hommage des enfants péris. Merci de vous habiller en noir, dans la mesure du possible (foulard noir ou un autre élément de deuil). Nous voulons éviter des slogans et des discours extrêmes et « politiques », ainsi que la publicité pour les partis politiques (merci pour votre compréhension). En revanche, vous pouvez amener des photos imprimées des enfants morts, ainsi que des jouets ou des vêtements d’enfant qui seront expédiés aux réfugiés de l’est de l’Ukraine.

    Nous prions tout le monde de se réunir pour cette soirée au nom de la PAIX et de la cessation immédiate des hostilités en Ukraine. N’oublions pas que chaque nouveau jour de guerre emporte de plus en plus de vies.

    Nous devons faire tout ce qui est possible pour que cette guerre se termine immédiatement par une trêve durable et ensuite par une vraie paix.

    Comité citoyen pour la paix en Ukraine.
    Contacts : Russie_Ukraine_Dialogue@yahoo.fr http://frudialogue.wordpress.com link to facebook.com

    Остановить войну.
    Спасти детей.

    Акция за мир в Украине.
    Памяти детей, погибающих в зоне боевых действий.

    11 июля 2014 в 19 часов, у фонтана Невинных, place Joachim-du-Bellay, Париж, 75001.

    Мы, граждане Украины, России и Франции, считаем необходимым привлечь внимание к трагическому положению гражданского населения Восточной Украины, в первую очередь – детей.

    Мы хотим рассказать французскому обществу о погибших детях, истории которых, к сожалению во Франции остаются неизвестными и не упоминаются СМИ. Мы вспомним Полину Сладкую, 6 лет, из Славянска, погибшую 14 Июня от осколочных ранений; Арсения Данченко, 5 лет, погибшего 20 Июня в Славянске, десятимесячного Егора Александрова, смертельно раненного 24 Июня в поселке Антрацит и других детей, погибших в ходе военных действий в Восточной Украине. Их уже более сорока, и трагический список продолжает пополняться каждый день.

    Эти дети не забыты, мы знаем их имена и требуем провести независимое международное расследование и предать суду виновных в их смерти.

    Мы приглашаем вас на Вечер Памяти для того, чтобы почтить их память и зажечь свечи. Наша просьба к желающим присоединиться к нам – прийти в черном (в черных платках, головных уборах…). Мы хотим избежать громких «политических» плакатов и заявлений, а также рекламы политических партий (надеемся на ваше понимание). Вы можете принести распечатанные фотографии погибших детей, а также детские игрушки или вещи, которые после акции будут отправлены беженцам с востока Украины.

    В этот вечер мы просим всех объединиться ради МИРА и немедленного прекращения военных действий в Украине. Вспомним, что каждый новый день войны уносит новые и новые жизни.

    Мы обязаны сделать все возможное, чтобы в Восточной Украине немедленно было заключено перемирие и чтобы оно закончилось настоящим миром.

    Гражданский комитет за мир в Украине.

    Контакты:
    Russie_Ukraine_Dialogue@yahoo.fr
    link to frudialogue.wordpress.com
    Facebook : link to facebook.com

    Cordialement,

    le Diable


  44. Thomas Le 07 juillet 2014 à 18h42
    Afficher/Masquer

    Que dire, excellent papier, comme souvent sur ce blog,

    Il y a qq semaines, l’ancien rédac chef du Courier de Russie m’a confirmé, lors d’une interview pour mon blog, que Brzezinski est l’un des instigateurs de la stratégie de containment américaine.

    Il y en a d’autres, même si il fait partie des plus anciens. Il y a aussi par exemple, Halford Mackinder, ce géoliticien anglais dont la devise était « qui tient l’Europe orientale tient le heartland, qui tient le heartland domine l’île mondiale, qui domine l’île mondiale domine le monde »

    Selon lui, il était absolument capital pour assurer l’hégémonie mondiale des puissances maritimes et d’empêcher la fusion entre l’Europe Occidentale et ce qu’ils appelaient la plaque eurasiatique, c’est à dire la Russie… tiens tiens…

    si cela vous intéresse, voici le lien vers l’interview en question link to russie.fr 🙂


  45. Charles Michael Le 07 juillet 2014 à 20h09
    Afficher/Masquer

    Et sur la place Maidan, pendant ce temps-la

    Une tentative d’information sur le Monde: 4 blessés sur la place Maidan, aujourd’hui.
    en fait ça resemble à des tir de Tazers (pistolets électriques made in USA).
    La place est tjrs occupée, par des” comité de défense”.

    Qui tire ?, sur Qui ?, pourquoi ? qui défend quoi ?

    PS: je suis plutot dubitatif sur cette notion de “wild card” anti-russes made in Germany; les relations entre la Russie et l’Allemagne sont multi centenaires et l’administration comme l’armée et la justice tzaristes étaient très organisées par les Allemands (Baltes entre autres).
    Il est chuchoté que Staline ferma les yeux, ou encouragea, l’Allemagne nazie à faire des excercices miltaires lors du début de son réarmement (1936) en URSS, pardon en Ukraine.


  46. PHIL_A Le 07 juillet 2014 à 20h13
    Afficher/Masquer

    vidal :

    Les USA , c’est simplement l’outil privilégié de gens fondamentalement globalistes.
    Les interets sont supranationaux.


  47. aspitoyendefrance Le 07 juillet 2014 à 20h39
    Afficher/Masquer

    Sur la voix de la russie,je peux lire que le projet south stream interesse la serbie,après l’autriche et l’allemagne.

    link to french.ruvr.ru

    Plusieurs lecteurs le disent bien:les multinationales exceptés l’armement n’ont aucun intérêt à une guerre fratricide entre les USA et la russie.Et ne pensez pas que l’union européenne acceptera eternelement son statut de vassal.

    Tout empire perira avait écrit un historien au temps des romains car ceux qui crééent leurs empires ne prennent jamais en compte quand ils s’effondreront.

    Et autre fait importance:

    link to french.ruvr.ru


  48. Martine Le 07 juillet 2014 à 20h42
    Afficher/Masquer

    Chomsky, sur la situation actuelle
    link to atimes.com


  49. nono Le 07 juillet 2014 à 20h49
    Afficher/Masquer

    « Cette vérité historique, tant implorée, à laquelle chacun s’empresse d’en appeler, n’est trop souvent qu’un mot : elle est impossible au moment même des événements, dans la chaleur des passions croisées ; et si, plus tard, on demeure d’accord, c’est que les intéressés, les contradicteurs ne sont plus. Mais qu’est alors cette vérité historique, la plupart du temps ? Une fable convenue, ainsi qu’on l’a dit fort ingénieusement ; Dans toutes ces affaires, il est deux portions essentielles fort distinctes : les faits matériels et les intentions morales. Les faits matériels sembleraient être incontroversables ; et pourtant voyez s’il est deux relations qui se ressemblent : il en est qui demeurent des procès éternels. Quant aux intentions morales, le moyen de s’y retrouver, en supposant même de la bonne foi des narrateurs ? Et que sera-ce s’ils sont mus par la mauvaise foi, l’intérêt et la passion ? J’ai donné un ordre : mais qui a pu lire le fond de ma pensée, ma véritable intention ? Et pourtant chacun va se saisir de cet ordre, le mesurer à son échelle, le plier à son plan, à son système individuel. Voyez les diverses couleurs que va lui donner l’intrigant dont il gêne ou peut, au contraire servir l’intrigue, la torsion qu’il va lui faire subir. Il en sera de même de l’important à qui les ministres ou le souverain auront confidentiellement laissé échapper quelque chose sur le sujet ; il en sera de même des nombreux oisifs du palais qui, n’ayant rien de mieux que d’écouter aux portes, faute d’avoir entendu. Et chacun sera si sûr de ce qu’il racontera ! Et les rangs inférieurs qui le tiendront de ces bouches privilégiées en seront si sûrs à leur tour et alors les mémoires, et les agendas, et les bons mots, et les anecdotes de salon d’aller bon train…Voilà pourtant l’Histoire ! J’ai vu me disputer, à moi, la pensée de ma bataille, me disputer l’intention de mes ordres, et prononcer contre moi. N’est-ce pas le démenti de la créature vis-à-vis de celui qui a créé ? N’importe, mon contradicteur, mon opposant aura ses partisans. Aussi est-ce ce qui m’a détournés d’écrire mes mémoires particuliers, d’émettre mes sentiments individuels, d’où fussent découlées naturellement les nuances de mon caractère privé. Je ne pouvais descendre à des confessions à la Jean-Jacques, qui eussent été attaqués par le premier venu. Aussi, j’ai pensé ne devoir dicter à vous autres ici que sur les actes publics. Je sais bien encore que ces relations peuvent être combattues ; car quel homme, ici-bas, quel que soit son bon droit et la force et la puissance de ce bon droit, que la partie adverse n’attaque et ne démente ? Mais aux yeux du sage, de l’impartial, du réfléchi, du raisonnable, ma voix, après tout, vaudra bien celle d’un autre, et je redoute peu la décision finale. Il existe aujourd’hui, tant de lumières, que quand les passions auront disparu, que les nuages seront passés, je m’en fie à l’éclat qui restera.
    Mais que d’erreurs intermédiaires ! On donnera souvent beaucoup de profondeur, de subtilité de ma part à ce qui ne fut, peut-être que le plus simple du monde. ; on me supposera des projets que je n’eus jamais. On se demandera si je visais en effet à la monarchie universelle ou non. On raisonnera longuement pour savoir si mon autorité absolue et mes actes arbitraires dérivaient de mon caractère ou de mes calculs, s’ils étaient produits par mon inclination ou par la force des circonstances, si mes guerres constantes vinrent de mon goût, ou si je n’y fus conduit qu’à mon corps défendant, si mon immense ambition, tant reprochée, avait pour guide ou l’avidité de la domination, ou la soif de la gloire, ou le besoin, ou l’amour du bien-être général, car elle mérite d’être considérée sous ses ces diverses faces. On se débattra sur les motifs qui me déterminèrent dans la catastrophe du duc d’Enghien, et ainsi d’une foule d’autres événements. Souvent on alambiquera, on tordra ce qui fut tout à fait naturel et entièrement droit.
    Il ne m’appartient pas, à moi, de traiter ici spécialement de tous ces objets : ils seraient mes plaidoyers, et je les dédaigne. (….)
    On sait que je ne me butais pas à plier les circonstances à mes idées, mais que je me laissais en général conduire par elles : or, qui peut à l’avance, répondre des circonstances fortuites, des accidents inopinés ? Que de fois j’ai donc dû changer essentiellement ! Aussi ai-je vécu de vues générales, bien plus que de plans arrêtés. La masse des intérêts communs, ce que je croyais être le bien du très grand nombre, voilà les ancres auxquelles je demeurais amarré, mais autour desquelles je flottais la plupart du temps au hasard. »
    Dans les notes du “Napoléon” d’Elie Faure.


  50. Daniel Le 07 juillet 2014 à 20h59
    Afficher/Masquer

    Perso, je pense qu’associer la Russie à l’Irak, la Syrie et l’Iran en termes de puissance militaire similaires est totalement incohérent. Selon certains analystes stratégiques américains les Russes sont même en mesure de se défendre encore mieux que les Etats-Unis et avec un pouvoir offensif nucléaire plus efficace.

    En tout cas ce ne sera une tâche facile pour Dr. Strangelove de la Maison-Blanche ni ses sbires du Pentagone et du lobby militaro-industriel. D’ailleurs, cela peut signifier tout court la dernière guerre de la planète. Merci, M. le prix Nobel de la paix !



Charte de modérations des commentaires