Cette semaine notamment, des fantômes à la pelle, la vie privée sous surveillance et la vie politique à court et long termes aux USA. Bonne lecture et à demain pour la revue francophone.

CHINE

Le plus grand bâtiment fantôme de Chine

"Les projet pharaoniques sont courants en Chine. Cette vidéo présente un centre commercial à Shanghai qui a pris pour modèle le bâtiment du pentagone aux US. Ouvert 2009, il reste aujourd'hui quasiment vide de clients. Son emplacement serait trop loin du centre-ville et son design déroutant pour les visiteurs."

Source : Zero Hedge

Un système de Ponzi de 7 milliards de dollars

"Un système de Ponzi est un montage financier frauduleux qui consiste à rémunérer les investissements des clients essentiellement par les fonds procurés par les nouveaux entrants. Ce type de fraude est courant, on a beaucoup parlé par exemple du scandale Madoff en 2008. Un système de Ponzi vient d'y mettre mis à jour en Chine. Il y aurait 900 000 victimes. Ezubao était un site de prêts entre particuliers et pme. Le site promettait de 9% à 14% de rendement sur ses spots télévisés. "95% des projets sur le site Ezubao étaient faux" selon un responsable de cette compagnie. Depuis quelques années les sites de prêts entre particuliers se sont multipliés, cette histoire doit inciter les clients à la vigilance."

Source : Zero Hedge

CRISE FINANCIÈRE

Qui paiera pour la crise bancaire italienne?

"Pendant longtemps on a jeté un voile pudique sur les mauvaises dettes des banques italiennes. Avec 18% de prêts de qualité douteuse il est aujourd’hui nécessaire de créer une structure de défaisance (bad bank en anglais). L'idée est d'isoler tous les mauvais crédits, le secteur bancaire ainsi délesté peut continuer son business en toute confiance. Si trop de mauvais crédits ne sont pas remboursés quelques années plus tard, le contribuable sera invité à rembourser les pertes de la structure de défaisance. L'Espagne avait adopté cette solution par exemple. Mais depuis le début de l’année la loi européenne a changé et il n'est théoriquement plus possible pour un état de sauver une banque à ses frais. Les porteurs d'actions et les différents investisseurs seront mis à contribution en priorité. Par contre cela inclue aussi les déposants ayant un compte de plus de 100 000 euros, des entreprises ayant leur trésorerie dans une banque en faillite pourraient donc avoir de mauvaises surprises. Par contre les dettes liées à des produits dérivés seront protégées, probablement pour éviter un effet domino. Donc si une banque est ruinée à cause d'un pari perdu sur les matières premières ou les devises, ce pari sera honoré quitte à ne pas rembourser les autres créanciers."

Source : Wolfstreet

CRISE ÉCONOMIQUE

Les dettes d'entreprises américaines de qualité douteuse atteignent les niveaux de 2009

"Pour l'agence S&P les entreprises américaines en situation de "détresse" sont celles celles qui devraient payer un taux d'intérêt supérieur de 10% au taux des bons du trésor américain (12% par exemple si les bons du trésor sont à 2%). Comme les emprunts des entreprises sont en permanence achetés et vendus sur un marché secondaire, on peut facilement estimer le taux d'intérêt qu'elles obtiendraient si elle décidaient aujourd'hui de se financer sur les marché. La quantité de dettes en "détresse" est aujourd'hui très proche des 300 milliards de dollars. Un montant jamais vu depuis début 2009, le secteur plus touché est le secteur pétrolier. Plus surprenant de grandes entreprises du secteur des télécommunications sont en difficulté en particulier l'opérateur Sprint. D'autres entreprises lié au matières premières en particulier les métaux sont victime de la conjoncture."

Source : Wolfstreet

DÉMOCRATIE

Des dizaines de millions gaspillées dans des écoles fantôme en Afghanistan, et ce n'est que la partie visible de l'iceberg

"Un nouveau rapport de l'inspecteur général de la reconstruction de l'Afghanistan John Sopko dénonce d'importants dysfonctionnements."

Source : Mother Jones

Les registres électoraux ont perdu environ 800.000 personnes

"Selon une estimation du Labour [NdT: principal parti de gauche britannique], les registres électoraux ont rétréci de façon très significative dans les zones avec une forte population d'étudiants."

Source : The Guardian

EUROPE

Le FMI dit que l'afflux de réfugiés pourrait booster l'économie de l'UE

"Selon un rapport du FMI, les migrations vers l'Europe pourrait améliorer le PIB à travers une augmentation des dépenses étatiques et une stimulation du marché de l'emploi sur le long-terme, avec des effets négatifs seulement à court-terme." [D'un autre côté les recommandations du FMI... à suivre donc.]

Source : The Guardian

GÉOPOLITIQUE

Ces graphiques montrent comment les États-Unis ne font pas assez d'efforts pour les réfugiés syriens

"Selon une nouvelle étude publiée cette semaine par l'ONG Oxfam, les États-Unis ainsi que d'autres pays riches [NdT: France notamment] doivent faire plus d'efforts pour aider les millions de réfugiés syriens qui fuient leur pays ravagé par la guerre civile."

Source : Mother Jones

LIBERTÉS

Le Canada restreint le partage d'information avec les services de renseignements des États-Unis par crainte pour la vie privée des canadiens

"La chaîne canadienne CBC rapportait jeudi que le pays freine fortement sur le partage d'informations avec ses alliés, notamment les États-Unis, de crainte que les informations personnelles des canadiens ne soient pas correctement protégées."

Source : The Intercept

Le nouvel accord "Safe Harbor Data" pourrait être une manoeuvre politique plutôt qu'une réforme de la surveillance

"Les lobbys, les gouvernements et les patrons d'entreprises technologiques célébraient mardi matin l'annonce de Strasbourg que la Commission Européenne et les États-Unis avaient trouvé un accord pour remettre en place la libre circulation de masses de données entre les entreprises américaines et européennes, en offrant des garanties d'un meilleur niveau pour la vie privée des utilisateurs. Mais tandis que certains acclament le nouvel accord, surnommé "bouclier de la vie privée", et remercient les négociateurs d'offrir de la "certitude" aux entreprises qui travaillent sur le big data, beaucoup sont sensiblement plus sceptiques sur ce succès et indiquent qu'ils réservent leur jugement jusqu'à ce que l'accord soit formalisé sur papier, ce qui pourrait prendre des semaines ou des mois."

Source : The Intercept

Le travail des services de police et de renseignement va-t-il devenir très difficile à cause du cryptage ? Pas vraiment, selon un nouveau rapport

"Si on rassemble des experts des nouvelles technologies et des experts des services de renseignements pour étudier les problèmes posés par le cryptage sécurisé des données, que concluent-ils ? Ils concluent qu'il n'y a pas vraiment de raison de s'en inquiéter."

Source : The Intercept

MATIÈRES PREMIÈRES

On nage dans le pétrole bon marché, et pourtant les contribuables continuent de subventionner cette industrie toxique

"Comme le montrent ces récents "bail-outs" liés à la crise du pétrole, ce sont ceux qui le méritent le moins qui bénéficient le plus de la protection du gouvernement."

Source : The Guardian

RÉFLEXION

Politique des jeunes et des vieux

"Si l'on considère les principaux défis auxquels le monde fait face aujourd'hui, incluant le changement climatique, les retraites, la dette publique et le marché du travail, une sombre conclusion s'impose : il est bien pire d'être jeune aujourd'hui que cela ne l'était il y a 25 ans. Et la non-visibilité de ce changement est mauvaise pour les jeunes, pour la démocratie, et pour la justice sociale."

Source : Project Syndicate

ÉTATS-UNIS

Selon Krugman, les seuls économiste sérieux sont ceux qui soutiennent Clinton

"Krugman soutient Obama depuis longtemps. Il vient de publier un article "Yes He did" (oui il l'a fait), montrant que fin 2015 le salaire médian d'un foyer américain a presque rattrapé le celui de 2008. Même si les choses s'améliorent depuis 2 ans aux US, le salaire médian annuel d'un foyer américain a baissé de $4000 depuis 1999, en tenant compte de l'inflation. Un résultat décevant pour un pays en forte croissance. Pour la prochaine élection présidentielle, Hillary Clinton peut compter sur le soutien de Krugman qui est particulièrement sceptique à l'égard de Sanders l'autre candidat démocrate. Sanders a beaucoup dénoncé durant sa carrière les dérives de la finance, les grands médias prononcent d'ailleurs son nom le moins souvent possible. Selon Krugman "tous les experts progressistes sérieux du système de santé ou des réformes de la finance semblent pencher pour Hillary". Si les économistes "sérieux" font confiance à Clinton, c'est aussi le cas des grand entreprises financières. En effet les 5 plus grands contributeurs des campagnes du sénateur Clinton sont dans l'ordre: Citigroup, Goldman Sachs, DLA Piper (une entreprise juridique), JP Morgan et Morgan Stanley. A noter que le banque Lehman Brothers serait probablement dans cette liste si ses contributions ne s'étaient pas arrêtées en 2008."

Source : The Intercept

Les propositions de réformes des candidats à la présidentielle US inquiète l'industrie pharmaceutique

"Le scandale Shkreli a particulièrement marqué les américains. Martin Shkreli a acheté les droits exclusifs de commercialisation du Daraprim aux États-Unis, un médicament utilisé par des malades du sida, et aussi contre la toxoplasmose et la malaria, classé comme médicament essentiel par l'OMS et qui est disponible depuis 1953, pour 55 millions de $US au laboratoire Impax. En août 2015, le prix du Daraprim est multiplié par 55 passant de 13,50 $US à 750 $US le comprimé. Certains malades doivent prendre 100 comprimés par mois. Bien que le brevet ait expiré depuis longtemps, aucune entreprise américaine ne fabrique actuellement de générique. On peut acheter un équivalent du Daraprim en France et dans de nombreux pays pour moins de 1 euro le comprimé. Shkreli vient d'être arrêté pour une affaire indépendante portant sur des malversations financières. Ce scandale masque le fait que les laboratoires américains augmentent régulièrement de manière plus discrète les prix de médicaments indépendamment des coûts de productions ou de recherche. Ce sujet pourrait être un thème majeur pour la prochaine élection présidentielle US."

Source : The intercept

Les tendances démographiques qui façonnent le paysage politique des États-Unis en 2016 et au-delà

"Le livre “The Next America : Boomers, Millennials, and the Looming Generational Showdown,” par Paul Taylor et Pew Research Center, est publié cette semaine dans une édition papier qui inclue environ 100 pages de nouveaux textes, graphiques et mises à jour par rapport à l'édition 2014. Dans cet article, Paul Taylor partage huit points essentiels du nouveau chapitre "Tribus politiques"."

Source : Pew Research Center

10 réponses à Revue de presse internationale du 07/02/2016

Commentaires recommandés

balthazar Le 07 février 2016 à 11h29

En même temps, qui sème le vent en Syrie récolte la tempête à Paris.
Et comme c’est portes ouvertes depuis l’adage : “Non aux nations, oui au citoyen du monde” , cela est inévitable.

  1. BA Le 07 février 2016 à 09h29
    Afficher/Masquer

    Des djihadistes se glisseraient en Allemagne parmi les migrants.

    Des djihadistes se dissimulent parmi les migrants qui rejoignent l’Europe, a déclaré vendredi le chef des services allemands du renseignement intérieur (BfV), Hans-Georg Maassen.

    link to challenges.fr


    • balthazar Le 07 février 2016 à 11h29
      Afficher/Masquer

      En même temps, qui sème le vent en Syrie récolte la tempête à Paris.
      Et comme c’est portes ouvertes depuis l’adage : “Non aux nations, oui au citoyen du monde” , cela est inévitable.


  2. Anne Le 07 février 2016 à 10h36
    Afficher/Masquer

    Il y a aussi, plus que vraisemblablement, beaucoup de Turcs et autres afghans, libyens, etc qui se font passer pour des syriens.

    Ils peuvent aussi être turcs ET djihadistes…


  3. Anne Le 07 février 2016 à 11h35
    Afficher/Masquer

    “Selon un rapport du FMI, les migrations vers l’Europe pourraient améliorer le PIB à travers…”

    On ne peut que rappeler les paroles de Robert Kennedy prononcées à l’Université du Kansas en 1969 et citées par Jean Claude Michéa dans son livre “l’empire du moindre mal”.

    “Notre PIB prend en compte dans ses calculs la pollution de l’air, la publicité pour le tabac et les courses des ambulances qui ramassent les blessés sur nos routes. Il comptabilise les systèmes de sécurité que nous installons pour protéger nos habitations et le coût des prisons où nous enfermons ceux qui réussissent à les forcer. Il intègre la destruction de nos forêts de séquoias ainsi que leur remplacement par un urbanisme tentaculaire et chaotique. Il comprend la production de napalm, des armes nucléaires et des voitures blindées de la police destinées à réprimer les émeutes dans nos villes. Il comptabilise la fabrication du fusil Whitman et du couteau Speck, ainsi que les programmes de télévision qui glorifient
    (modération: et ou est la suite ?…)


    • Francois Le 07 février 2016 à 11h45
      Afficher/Masquer

      Chômage de masse et il y aurait du travail pour les migrants.
      Mal logement et il y aurait des logements pour les migrants.

      Oui, nous devons accueillir les migrants mais régler le mal logement et le chômage de masse. Sans cela la peste brune sera bientôt sur tous vos écrans


    • Anne Le 07 février 2016 à 11h48
      Afficher/Masquer

      … qui glorifient la violence dans le but de vendre les jouets correspondants à nos enfants.
      En revanche le PIB ne tient pas compte de la santé de nos enfants, de la qualité de leur instruction, ni de la gaité de leus jeux. Il ne mesure pas la beauté de notre poésie ni la solidité de nos mariages…


    • BA Le 07 février 2016 à 14h06
      Afficher/Masquer

      … qui glorifient la violence dans le but de vendre les jouets correspondants à nos enfants. En revanche, le PIB ne tient pas compte de la santé de nos enfants, de la qualité de leur instruction, ni de la gaieté de leurs jeux. Il ne mesure pas la beauté de notre poésie ou la solidité de nos mariages. Il ne songe pas à évaluer la qualité de nos débats politiques ou l’intégrité de nos représentants. Il ne prend pas en considération notre courage, notre sagesse ou notre culture. Il ne dit rien de notre sens de la compassion ou du dévouement envers notre pays. En un mot, le PIB mesure tout, sauf ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue.

      link to ecodemystificateur.blog.free.fr


      • Anne Le 07 février 2016 à 15h34
        Afficher/Masquer

        Merci BA,
        pour avoir eu la gentillesse de terminer ce que j’avais laissé inachevé !

        je m’y étais reprise trois fois et trois fois effacée par la malchance !


  4. BA Le 07 février 2016 à 14h12
    Afficher/Masquer

    Sondage au Royaume-Uni :

    Pour rester dans l’Union Européenne : 36 % des personnes interrogées.

    Pour sortir de l’Union Européenne : 45 % des personnes interrogées.

    Ne veut pas voter : 2 % des personnes interrogées.

    Ne sait pas : 18 % des personnes interrogées.

    Ensuite, l’institut de sondage pose la même question en excluant ceux qui ne savent pas et ceux qui ne veulent pas voter. Résultat :

    Pour rester dans l’Union Européenne : 44 % des personnes interrogées.

    Pour sortir de l’Union Européenne : 56 % des personnes interrogées.

    C’est la page 3 :

    link to d25d2506sfb94s.cloudfront.net


  5. Sabine Ferguson Le 07 février 2016 à 15h54
    Afficher/Masquer

    (…) “Si les économistes “sérieux” font confiance à Clinton, c’est aussi le cas des grand entreprises financières. En effet les 5 plus grands contributeurs des campagnes du sénateur Clinton sont dans l’ordre: Citigroup, Goldman Sachs, DLA Piper (une entreprise juridique), JP Morgan et Morgan Stanley. A noter que le banque Lehman Brothers serait probablement dans cette liste si ses contributions ne s’étaient pas arrêtées en 2008.” (…)

    Sainte Hillary-au-nez-des-toothless! !

    link to theintercept.com

    Tout va bien, dormez en paix braves gens.
    Elle va sauver l’Amérique et le monde avec sa fondation financée largement par les Saoud.
    link to nationalreview.com


Charte de modérations des commentaires