Petite revue du “scandale du jour”, ici présenté par l’Obs

Trump a révélé des informations classifiées au chef de la diplomatie russe

Le président américain Donald Trump a révélé des informations hautement classifiées au chef de la diplomatie russe et à l’ambassadeur de Russie aux Etats-Unis lors d’une récente rencontre à la Maison Blanche, affirme lundi le “Washington Post”.

Les informations partagées par le président américain concernaient le groupe Etat islamique et avaient été communiquées par un partenaire des Etats-Unis qui n’avait pas donné l’autorisation à Washington de les partager avec Moscou, précise le quotidien.

Le président américain “a révélé plus d’informations à l’ambassadeur russe que nous n’en avons partagé avec nos propres alliés”, a indiqué, sous couvert d’anonymat, un responsable américain cité par le “Washington Post”. Selon la même source, il s’agissait d’informations ayant l’un des degrés de classification les plus élevés utilisé par les agences de renseignement américaines.

Selon le quotidien de Washington, Donald Trump “a commencé à décrire les détails d’une menace terroriste posée par le groupe EI et liée à l’utilisation d’ordinateurs portables dans des avions“.

Donald Trump a reçu mercredi dans le Bureau ovale le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et l’ambassadeur russe à Washington Sergueï Kisliak.

Cette rencontre est intervenue au lendemain du limogeage surprise par le président américain du patron du FBI James Comey, dont les services sont chargés d’enquêter sur l’éventuelle collusion entre la campagne Trump et la Russie.

(Avec AFP)

==============================================

Trump divulgue des infos secret-défense sur Daech à la diplomatie russe

Le président américain a suscité la stupeur outre-Atlantique en confiant des informations classifiées sur Daech au ministre des Affaires étrangères russe.

par Timothée Vilars Publié le 16 mai 2017 à 07h26 L’Obs

Maison-Blanche tente d’éteindre l’incendie, mais reste pour le moins évasive sur le fond. Accusé d’avoir divulgué des informations classifiées au chef de la diplomatie russe, le président américain Donald Trump est de nouveau dans la tourmente depuis lundi soir et la parution d’un article du “Washington Post” révélant l’affaire.

Donald Trump, qui a reçu le 10 mai l’indéboulonnable ministre des Affaires étrangères russes Sergueï Lavrov, aurait dérapé au cours de la conversation. Alors que le président américain se vantait de son haut degré d’information sur Daech, il aurait dévoilé, selon le quotidien de la capitale, des éléments concernant des opérations du groupe Etat islamique. Or ces informations, hautement classifiées, avaient été communiquées par un partenaire secret des Etats-Unis qui n’avait pas donné l’autorisation à Washington de les partager.

J’ai des super infos. Des gens me donnent des super infos tous les jours”, aurait affirmé Donald Trump, selon un responsable cité par le “WaPo”, avant de commencer à décrire les détails d’une menace terroriste spécifique portée par Daech, liée à l’utilisation d’ordinateurs portables dans des avions.

La Maison-Blanche mal à l’aise

Le patron du Conseil de sécurité nationale (NSC) H.R. McMaster a fait une très brève déclaration à l’extérieur de la Maison-Blanche lundi soir, avant de s’éclipser sans répondre aux questions des nombreux journalistes présents

Selon le général, qui avait assisté à l’entrevue, Donald Trump et Sergueï Lavrov n’ont fait que passer en revue “les menaces posées par des organisations terroristes à nos deux pays, y compris les menaces pesant sur l’aviation civile”. “A aucun moment, des méthodes de renseignement ou des sources n’ont été évoquées”, a-t-il martelé, sans cependant explicitement contester que des informations classifiées aient été divulguées par le président américain.

Dans la majorité républicaine, le malaise est palpable : “Si c’est vrai, c’est évidemment troublant”, a réagi le sénateur républicain John McCain sur CNN. “Nous n’avons aucun moyen de savoir ce qui a été dit mais la protection des secrets de notre nation est cruciale”, a déclaré Doug Andres, porte-parole de Paul Ryan, président républicain de la Chambre des représentants, qui “espère une explication complète des faits de la part de l’administration”.

Ces révélations interviennent au moment où le rôle joué par Moscou dans la campagne présidentielle américaine fait l’objet d’une attention renouvelée après le limogeage surprise du patron du FBI James Comey, dont les services enquêtent sur l’éventuelle collusion entre l’équipe Trump et la Russie. Elles surviennent aussi à quelques jours du départ de Donald Trump pour son premier déplacement à l’étranger qui le mènera en Arabie saoudite, en Israël, au Vatican, à Bruxelles (sommet de l’Otan) et en Sicile (G7).

Renseignements mis en péril

A priori, Donald Trump n’a pas enfreint la loi : un président dispose en effet d’une grande marge de manœuvre pour déclassifier les informations dont il dispose. Son initiative pourrait, en revanche, fragiliser le partage de renseignement avec des alliés proches. La divulgation de ces informations sensibles pourrait également donner des indications sur la façon dont elles ont été collectées, et mettre en difficulté des sources, précise le “Washington Post” qui ne souhaite pas donner plus de détails à la demande express de responsables américains.

Selon un responsable américain cité par le “Washington Post”, les informations communiquées par Donald Trump à Sergueï Lavrov avaient l’un des degrés de classification les plus élevés utilisé par les agences de renseignement américaines. Sous couvert d’anonymat, il déclare :

Trump “a révélé plus d’informations à l’ambassadeur russe que nous n’en avons partagé avec nos propres alliés”.

Autant dire que les relations entre la Maison-Blanche et les renseignements américains ne sont pas près de s’arranger… La rencontre Trump-Lavrov du 10 mai avait déjà été perçue comme un coup diplomatique du Kremlin, au lendemain du limogeage de James Comey et une poignée de mois après la mise en place de sanctions américaines contre la Russie pour son ingérence dans l’élection présidentielle de 2016. Les clichés montrant un Donald Trump souriant en train de serrer la main des dignitaires russes avaient été rapidement diffusés par Moscou.

Timothée Vilars – Journaliste

=========================================

Trump divulgue des infos classifiées : une affaire à prendre au sérieux

Selon la presse américaine, Donald Trump a évoqué avec Sergueï Lavrov des renseignements concernant une opération du groupe Etat islamique en préparation.

Par Sarah Diffalah 

“Ca ne s’arrêtera jamais. C’est le chaos tout le temps.” C’est le message envoyé par SMS lundi soir par un officiel de la Maison Blanche au site Politico. C’était quelques minutes après que le “Washington Post” a révélé que Donald Trump avait divulgué des informations classifiées (au niveau le plus élevé) au chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, notamment sur un projet terroriste préparé par l’Etat islamique (EI), lors d’une rencontre à la Maison Blanche.

Pour le constitutionnaliste Alan Dershowitz interrogé sur CNN, il s’agit “de l’accusation la plus grave jamais avancée contre un président des Etats-Unis en exercice“, alors que l’administration Trump est plombée par des scandales à répétition et qu’une enquête du FBI sur une éventuelle coordination entre l’équipe de campagne de Trump et la Russie lors de l’élection présidentielle est en cours.

Le président américain et son équipe ont tenté, encore une fois, d’éteindre l’incendie. Sur Twitter, au petit matin, Donald Trump s’est justifié :

En tant que président je voulais partager avec la Russie, comme j’en ai absolument le droit, des faits concernant (…) le terrorisme et la sécurité aérienne. Pour des raisons humanitaires, et je veux en plus que la Russie accélère nettement sa lutte contre l’EI et le terrorisme”

 

Sur le papier, le président américain a en effet le pouvoir de déclassifier des documents estampillés secret-défense de son propre chef et de divulguer son contenu à qui il veut, contrairement aux fonctionnaires qui sont passibles de 10 ans de prison pour divulgation d’information à une personne non autorisée. La désignation d’une information comme un secret de sécurité nationale fait partie des pouvoirs constitutionnels du “Commander in Chief”. “C’est une expression de l’autorité présidentielle. Cela signifie que le président et ses délégués décident de ce qui est classé, et ils ont une autorité illimitée sur ce qu’ils souhaitent déclassifier”, explique un spécialiste au “New York Times”.

“Le président peut décider qu’une information qui a été classée secret-défense soit mise sur la place publique parce qu’il pense que c’est bon pour telle ou telle raison, mais le préalable c’est que cela ne pose pas problème à la sécurité nationale des Etats-Unis”, souligne à “L’Obs”  la spécialiste des institutions américaines, Anne Deysine. Une diffusion qui se fait généralement en étroite collaboration avec la communauté du renseignement.

Si Donald Trump n’a pas enfreint la loi, son initiative pose toutefois plusieurs problèmes tant les données communiquées étaient si sensibles que seuls une poignée d’Américains en avaient connaissance.

Compromettre la source 

Comme l’explique le “Washington Post”, les services de renseignement protègent plus que tout leurs sources et les méthodes utilisées pour obtenir une information, et ce pour des raisons évidentes : si l’identité de la source était découverte, sa vie serait en danger. De même, si les méthodes étaient connues, “l’ennemi” serait en mesure de se protéger à l’avenir. Or les révélations du “Washington Post” semblent indiquer “que des informations classifiées révélées pourraient être utilisées pour déduire des sources et méthodes qui n’ont pas directement été révélées“. Donald Trump aurait même révélé le nom de la ville syrienne, contrôlée par l’EI, d’où la menace aurait été fomentée.

“L’impact le plus direct est de compromettre une source sur l’EI, rendant plus difficile la détection et la lutte contre des projets d’attentats”, estime le quotidien américain.

Dans cette affaire, cependant, on ne sait pas si la source était une personne ou si elle provenait d’un outil électronique. 

Le conseiller à la sécurité nationale, le général H.R McMaster, qui a assisté à la rencontre entre le président américain et le chef de la diplomatie russe, a démenti que des sources ou des méthodes de renseignement aient été évoquées lors de cette conversation.

Mise en danger de la coopération avec les alliés

Plus grave encore, le président américain met en danger la coopération entre services de renseignement américains et de pays partenaires. Selon le “Washington Post”, les informations divulguées par Donald Trump proviennent d’un pays allié –qui n’a pas été révélé– des Etats-Unis qui avait demandé… à ce qu’elles ne soient pas divulguées. En rompant la confiance, indispensable dans le partage de renseignements, le pays allié concerné, mais d’autres encore, pourraient devenir méfiants et être tentés de ne plus communiquer d’informations sensibles.

Or, la prévention et la neutralisation des menaces terroristes reposent essentiellement sur l’échange d’informations entre pays ayant un intérêt commun, ici la lutte contre l’EI. Le “Washington Post” rappelle que si les Etats-Unis s’appuient sur d’importants moyens techniques pour obtenir des informations (des satellites notamment), ils ont besoin de renseignement humain (une personne qui parle la langue locale ou le dialecte, qui connait la culture et le terrain des zones infiltrées) que seuls des pays partenaires peuvent fournir. Par ailleurs, et ce n’est pas négligeable, les pays amis permettent de surveiller les combattants étrangers, de cibler les réseaux-clés, d’interroger et d’incarcérer des suspects. La majorité des échanges d’informations se déroulent de manière bilatérale, pour limiter les risques d’exposer la source et les méthodes de recueil de l’information.

C’est pourquoi la décision de Donald Trump pourrait être préjudiciable à long terme sur la sécurité nationale. Pire, si l’on estime que le président américain a agi de manière impulsive (selon le “Washington Post”, le président a probablement révélé ces informations pour impressionner ses invités) l’échange d’information avec les Etats-Unis peut devenir un vrai problème, même si “les deux pays accordent à la même menace une priorité élevée”, écrit un spécialiste au “Washington Post”. Déjà en janvier dernier, certains pays alliés avaient fait part de leur crainte. Le quotidien israélien “Haaretz”, expliquait que les services de renseignement israéliens étaient préoccupés par la possible exposition de certaines informations classifiées à la Russie, allié de circonstance de l’Iran, ennemi d’Israël.

Pressions russes

En révélant ces informations aux Russes, eux aussi présents sur le terrain syrien mais alliés de Bachar al-Assad, les Etats-Unis prennent le risque que Moscou utilise ses informations à leurs dépens et contre leurs alliés.

Si la Russie arrive à mettre la main sur la source qui a transmis ces informations, elle peut, selon le “Washington Post”, chercher à perturber son travail si elle estime que cette personne renseigne également les Etats-Unis et ses alliés sur la présence russe en Syrie. “Dans le cas d’espèce, compte tenu des précisions données par Donald Trump, les Russes peuvent remonter jusqu’à la source qui n’aura plus aucune possibilité d’agir”, confirme Anne Deysine.

Crédibilité et confiance

Enfin, c’est l’image, déjà passablement égratignée, et la confiance dans le président américain qui sont en jeu.

“Son image est déjà déplorable mais parmi les républicains, les critiques se font plus sévères sur son absence de discipline par exemple et certains commencent à exprimer de réelles craintes. Cela augmente les chances des démocrates d’obtenir la création d’une commission indépendante ou la nomination d’un procureur spécial sur la question” des relations entre l’équipe de Trump et la Russie, juge Anne Deysine.

Alors que la côte d’impopularité de Donald Trump bat des records, les démocrates se sont engouffrés dans ce nouveau scandale : “Le Président doit au monde du renseignement, aux Américains et au Congrès une explication détaillée”, a ainsi lancé le chef de file des démocrates au Sénat, Chuck Schumer.

Après la révélation de presse du “Washington Post”, quelques personnalités ont appelé le 45e président desEtats-Unis à démissionner, notamment le présentateur et humoriste Stephen Colbert (CBS) et l’éditorialiste conservateur David Frum (The Atlantic). Une option dont on est encore loin, même s’il devient chaque jour de plus en plus difficile pour Donald Trump de gouverner.

Sarah Diffalah

============================================

Le renseignement divulgué par Trump aux Russes vient d’Israël, selon le “New York Times”

Publié le 16/05/17 à 20:15 L’Obs

Les informations classées secret défense que Donald Trump a divulguées, sans autorisation préalable du pays allié source, au ministre des Affaires étrangères russe viennent d’Israël, affirme le “New York Times”.

Le quotidien cite deux sources anonymes, des hauts fonctionnaires connaissant le processus de transmission de cette information. Il souligne que cela pourrait ajouter un embarras diplomatique à cette affaire, Israël étant un des plus importants alliés des Etats-Unis et un collecteur majeur de renseignements au Moyen-Orient.

Le “New York Times” estime que cela crée la possibilité que l’information soit transmise à l’Iran, proche allié de la Russie et principal adversaire d’Israël dans la région.

============================================

============================================

Dossier intéressant. On voit qu’on a donc seulement comme source du Washington Post : “according to current and former U.S. officials

“former officials”, ce sont donc d’anciens responsables sous Obama, donc anti-Trump. “Current officials”, certes, mais étaient-ils à la réunion, et est-ce un témoignage de seconde main ?

Ensuite, on note que tout est légal – une paille…

Après, le sujet principal semble être l’information d’une menace terroriste sur les vols aériens.

Mais le sujet est donc que Trump aurait trahi Daech au bénéfice de la Russie, c’est ça ? 🙂

Info qui était déjà sortie en mars, et qui a forcément été répercutée entre services de renseignements :

On apprend même qu’on ne sait pas s’il y a une source sur place ou s’il s’agit d’écoutes.

Bref, on ne sait à peu près rien de rien de façon un peu solide.

On parle surtout de coopération anti-terroriste, sachant que les Russes ont déjà alerté les Américains de graves menaces… Peut-être même qu’ils l’ont encore fait durant la réunion, qui sait ?

De plus, on ne sait pas à si Trump n’a pas déjà passé ces informations à l’Angleterre ou la France…

Enfin, à la lecture, il est évident que le seul traître qui compromet la sécurité est la personne qui a tout balancé au Washington Post…

Je ne résume pas plus, j’ai attiré votre attention en fluo sur les passages les plus étonnants.

Ce qu’on sait, en revanche, c’est que la presse a ici tout révélé sans vergogne, ce qui pour le coup peut vraiment compromettre la vie de la source, et donc notre sécurité.

Et il oblige la présidence américaine à se justifier publiquement sur des sujets très sensibles de sécurité…

Bref, le grand n’importe quoi continue…

======================================

Bonus du jour :

“J’espère que vous pourrez laisser tomber” : ordre, demande, souhait, voeu pieux (=”J’espère qu’il sera blanchi”) ? Allez savoir – mais pas grave, ça fera toujours le bad buzz du jour…

 

65 réponses à [Médias] “Trump a révélé des informations classifiées au chef de la diplomatie russe”

Commentaires recommandés

jeff.93 Le 17 mai 2017 à 06h39

Ce qui me consterne le plus ce n’est pas de voir à quel point la presse nous prend pour des demeurés, c’est de voir voir que globalement ça marche !

  1. bm607 Le 17 mai 2017 à 06h26
    Afficher/Masquer

    Le nouveau Président US est de toute façon au courant maintenant du fait que la presse (pourrie, chez lui comme chez nous) va lui tirer dans les pattes pendant toute sa présidence avec tout ce qui peut être trouvé, notamment les relations avec les Russes, le Graal journalistique et néocon.

    Il n’est clairement pas question de le laisser faire pour qu’il puisse tenter de normaliser les relations entre les deux pays, les intérêts financiers et guerriers et la volonté de domination du monde sont trop importants pour que des tentatives d’apporter un peu de justice et d’humanité puisse en quoi que ce soit faire contrepoids.

    On en a encore une fois ici l’exemple, après d’autres (pseudo-piratage Russe de l’élection Présidentielle, limogeage de Flynn …), avec une constante, à savoir qu’il faut charger la Russie quitte comme ici à faire mousser de faibles informations douteuses, et aussi sans développer les autres aspects favorables à un rapprochement (ici la lutte contre Daesh, qui devrait quand même être le point principal, non ?).

    Il va falloir qu’il fasse avec ça, hélas, ce qui ne va pas lui faciliter la tâche.

    Sauf s’il ré-adopte des positions telles que quand il a bombardé la Syrie, où là tout le monde l’applaudit, pour une action ignominieuse celle-là : la “logique” américaine dans toute son horreur !


  2. tchoo Le 17 mai 2017 à 06h28
    Afficher/Masquer

    De la grande manip encpré une fois que nos chers journaleux ne vont pas tarder à relayer


  3. jeff.93 Le 17 mai 2017 à 06h39
    Afficher/Masquer

    Ce qui me consterne le plus ce n’est pas de voir à quel point la presse nous prend pour des demeurés, c’est de voir voir que globalement ça marche !


    • basile Le 17 mai 2017 à 07h04
      Afficher/Masquer

      comme vous dites, ça marche.

      Un seul mot (russe) suffit à donner une énergie considérable à la machine médiatique. Les autres mots, inutiles à la machine, sont triés et même pas lus. Comme une voiture qui roulerait avec une seule goutte d’essence. Mieux : qui serait capable d’aller chercher la seule goutte d’énergie dans 10 litres de flotte.


  4. Alain Le 17 mai 2017 à 07h03
    Afficher/Masquer

    Et évidemment personne pour s’offusquer que des infos sur Daesh – en particulier des menaces – soient classifiées ! Si un particulier avait connaissance de menaces contre quelqu’un et ne les divulguait pas, il serait accusé de non assistance à personne en danger. de la part d’un état c’est carrément de la complicité et donc un acte de guerre !

    Toujours cette inversion de valeur: haro sur le lanceur d’alerte et protection totale du malhonnête, voire du criminel ! Les politiciens et la presse sont tombés bien bas tout en se prétendant les chevaliers blancs.


    • BEOTIEN Le 18 mai 2017 à 04h47
      Afficher/Masquer

      “personne pour s’offusquer que des infos sur Daesh – en particulier des menaces – soient classifiées !”

      Mais enfin, vous avez perdu tout sens commun ou êtes ignorant des questions de renseignement au point de ne pas comprendre que divulguer trop tôt des informations est la quasi certitude de faire tuer ceux qui les ont obtenues ? Ou de faire échouer les contremesures destinées à éviter des attentats pouvant faire des centaines, voire des milliers de morts ou pire encore.


  5. Fritz Le 17 mai 2017 à 07h27
    Afficher/Masquer

    L’important, c’est de garder les bonnes relations avec les alléis : l’OTAN, l’Arabie saoudite, les islamistes de Syrie, les nazis d’Ukraine, etc.
    L’horreur, ce serait un rapprochement avec la Russie, alors qu’avec les chers alliés tout est fait pour l’acculer à une guerre nucléaire.

    Et nos médias remettent ça : ce matin, à 7 heures, Europe 1 titrait sur un nouveau “scandale” touchant Trump… Il aurait osé défendre Flynn devant Comey, alors directeur du FBI.

    Ceux que Jupiter veut perdre, il les rend fous.


  6. Catalina Le 17 mai 2017 à 07h28
    Afficher/Masquer

    Au pays des langues fourchues, le wp reste l hégemon menteur diabolique et dangereux de la propagande guerriere


  7. Dva Le 17 mai 2017 à 07h54
    Afficher/Masquer

    Ce que je retiens ce sont les attaques et les insinuations perpétuelles contre Trump ( que je n’apprécie pas) mais dans un des articles repris ci dessus …Il y a cité Mc Cain du camps Clinton – Obama…) …Israel…et les médias US….Ceci explique cela …Il y avait un calendrier prévu avec ces derniers …mais Trump le retarde …( un peu ?) …


    • tepavac Le 17 mai 2017 à 12h04
      Afficher/Masquer

      Mc Cain!!!
      “la protection des secrets de notre nation est cruciale”

      Lui qui s’est permi d’intervenir directement dans le dossier “pipi Trump” pour en commanditer l’histoire calomnieuse et la livrer à la presse, c’est comment dire…

      La seule certitude que nous ayons, et nous en sommes certain, c’est que toute la longue série d’armes calomnieuses porté contre Poutine pour le discréditer sur la scène internationale, qu’on se rappel les titres(voleur, corrompu, sanguinaire, autiste, machiavélique et idiot), sont de la même nature que celles utiliser contre Trump.
      Et il faut l’admettre, contre tout opposant à ces manipulateurs.

      Ce qui est à retenir de toutes ces lamentables histoires depuis le “niet” Russe à l’invasion de la Syrie, c’est la folie destructrice de ce “clan” qui s’est pris pour le maître du monde.

      Le simple fait de voir jours après jours, qu’ils sont capables de détruire, et ils le font, leur propre Pays, leur institution, leur honneur, la confiance sociale, pour reprendre le contrôle de leur hégémonie totalitaire, en dit long sur leur véritable nature et des buts qu’ils poursuivent.
      Il est clair que se sont les ennemis de toute société civil et de la paix mondiale.


  8. YpLee Le 17 mai 2017 à 07h56
    Afficher/Masquer

    C’est encore très drôle cette inversion : n’oublions pas que ces les Russes qui luttent vraiment contre Daesh, les US ne font que semblant.
    Donc ça m’étonnerait beaucoup que les US aient des info “troptopsecretclassified” dont les Russes ne soient pas au courant.
    Tout ça c’est du pipo … si quelqu’un a des choses à révéler c’est plutôt les Russes 🙂


  9. PatrickLuder Le 17 mai 2017 à 08h05
    Afficher/Masquer

    @ Olivier.

    Dommage que les crises se fasse plus que le relais des actualités. Je regrette le temps ou il en sortait des études/analyses inédites et indépendantes des médias.

    Gros contributeur à ses débuts, je ne lis même plus ce genre de billets …


    • Manuel Le 17 mai 2017 à 08h28
      Afficher/Masquer

      J’ai lu ce billet. pour me rassurer quant à son manque de critique. Il a été prouvé maintes fois que la presse veut la peau de Trump. Mais où est l’information alternative. On n’a rien sur lu sur le bayrougate par exemple…
      Chomsky a bien pris position contre Trump sur ses positions écologiques. Là, on n’est pas près d’en entendre parler dans les médias. Et dans les crises ?
      Maintenant l’argument c’est légal n’empêche pas la critique. C’est surtout que des informations ne vont pas être partagés et des décisions ne seront pas prises à la maison blanche. C’est ce que certains voudraient faire….


      • Thierry Le 17 mai 2017 à 09h31
        Afficher/Masquer

        La prise de position de Chomsky contre Trump a été relativement bien relayée par les médias.

        Ceux-ci font leur job, qui est notamment de comprendre les circonstances des limogeages de Flym puis Comey par Trump. Les élements s’accumulent. La meilleure explication me semble être que celui ci a vraiment été lié à la Russie pendant sa campagne. Mais si vous en avez une autre, partagez là.


        • Manuel Le 17 mai 2017 à 14h07
          Afficher/Masquer

          Au temps pour moi, je n’ai pas été clair. Je parlais plus d’articles qui critiquaient les actions contre l’environnement établies par Trump, et donc en faveur des différents lobby pétroliers et énergétiques, que l’information de Chomsky qui critique le manque de débat autour de l’écologie de la campagne présidentielle. C’est vrai les paroles sur Chomsky sont assez bien propagées dans les médias anglophones.


    • balthazar Le 17 mai 2017 à 10h09
      Afficher/Masquer

      Le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt.
      Le site “Les Crises” parle de… crises. Bravo, tout le monde suit.
      La lecture de ce billet permet de démonter la propagande mise en marche par tous ces s.alopards qui vivent de la guerre et qui veulent absolument persuader les gens que le Ruskof (le juif, l’arabe, le negre) veut leur peau et que donc, il faut frapper en premier.
      Lire ce blog depuis ses débuts et ne pas voir, comme dit Olivier, les 2 minutes de la haine quotidiennes, ne pas les dénoncer, bla bla ter sur “je veux une étude indépendante des medias…”
      Les bras m’en tombent.


      • Manuel Le 17 mai 2017 à 14h11
        Afficher/Masquer

        Quand le sage montre la lune, l’observateur regarde le doigt et la Lune, et les étoiles, et les habits du sage et ses chaussures… et observe l’effet que l’observation provoque sur lui-même.

        La critique de ce billet n’empêche pas la critique de la propagande des médias. On peut faire les deux.


  10. Toff de Aix Le 17 mai 2017 à 08h06
    Afficher/Masquer

    La guerre de Trump avec le deep state commence à se voir…peut-être pas pour le pekin moyen, accro à l’info trafiquée et à la tévé lave-cerveau, mais certainement pour tous ceux qui cherchent à en savoir un peu plus que ce que la “narrative” officielle veut bien leur dire.

    La tentative de reprendre la main n’a en fait jamais vraiment cessé, entre le limogeage des uns, les accusations des autres, et les coups tordus de tout le monde. Le rôle de la presse est, là bas comme chez nous, fondamental… On notera que de son “alignement” pour l’un ou l’autre camp, dépend souvent la suite des évènements. Mais ce fait peine malgré tout à masquer la perte de pouvoir de ce “quatrième pouvoir”, en constante perte de vitesse et de crédibilité auprès des citoyens. Le monde est de moins en moins dupe…


    • Anne Le 17 mai 2017 à 15h37
      Afficher/Masquer

      “la perte de pouvoir du quatrième pouvoir”??
      J’aimerais bien…..
      Lorsque l’on voit comment ils ont réussi à manipuler les gens ici, en France, il y a de quoi douter…

      Lorsque ce quatrième pouvoir est aux mains de quelques milliardaires, et que les journaleux ne sont que des larbins allant à la soupe, ou alors pire, des mercenaires avoués, lorsqu’on voit qu’ils ont réussi à complètement fausser l’obligation d’équité durant la période électorale, obligation qui était relativement régulée et établie depuis des décennies, permettez moi de ne pas être (malheureusement) d’accord avec vous…
      Il faudrait couper tous les vivres à cette presse de milliardaire, vivant des subventions du contribuable, à minima.
      Ce qu’il y a de dingue c’est le pouvoir de la presse de bas étage spécialisée dans le sentimentalisme, les potins et les ragots….


      • ty89 Le 17 mai 2017 à 21h37
        Afficher/Masquer

        La presse a belle et bien manipulé l’élection en faussant l’obligation d’équité mais il ne faut pas perdre de vue que les organismes chargé de faire respecter cette équité on laissé faire.
        Tout est gangrené, la société arrive dans sa phase terminal et le cancer autre foi localisé sur la presse est devenu généralisé.
        Le peuple a été lobotomisé, l’énorme majorité ne sais plus ce qu’est la politique, le peu qui s’intéresse a la chose parle uniquement de politique politicienne (stratégie électoraliste, mouvements, partis, personnalité(e)s…). Globalement tout est foutu. La seul solution serai un énorme électrochoc sur les populations. Dans le monde réel cet électrochoc pourrai être au choix : la guerre civile ou conventionnel, la faim ou la maladie.

        Dans ces conditions, peut être que le statu quo n’est pas si mal au final…


        • tepavac Le 18 mai 2017 à 17h20
          Afficher/Masquer

          “les organismes chargé de faire respecter cette équité on laissé faire.”
          Tout le problème est là tv89, les Citoyens ignorent tout de la loi qui les défend.

          Les “organismes”, dans le domaine spécifique des élections et seulement des élections, n’interviennent que “si” un Citoyen en fait la demande, et passez moi l’expression, en bonne et dû forme et auprès des autorités appropriées.

          J’ai cité plusieurs fois l’article en question et l’autorité en question lors de l’entre-deux-tour. Vous comprendrez la nuance, sur tous les cas d’élections, je, nous pouvons “informer” les Citoyens de leurs Droits, mais en aucun cas
          nous pouvons les “inciter” à utiliser ce Droit simplement parce que l’élu nous disconvient.
          Alfred mais pas seulement, m’ont demander de s’associer à cet engagement, je ne pouvais y répondre sans que nous tombions sous l’incitation et la nullité de notre acte.


  11. fredsed Le 17 mai 2017 à 08h11
    Afficher/Masquer

    La conclusion de l’article cible exactement le seul véritable problème de cette affaire, à savoir que:

    Si la divulgation d’informations, faite légalement et en catimini entre hautes personnalités importantes dans un bureau feutré, avait peu de chances de mettre en péril “la source”.
    Grâce à la formidable action des médias américains qui sans vergogne viennent d’étaler l’affaire au monde entier et par pure bêtise crasse due à leur haine de Trump, la tendance est aujourd’hui inversée.
    Merci qui?


  12. RGT Le 17 mai 2017 à 08h15
    Afficher/Masquer

    A ce qu’il me semble, Daech est une organisation terroriste composée de fanatiques embrigadés prêts à se faire péter en public pour réaliser des attentats sanglants..
    Qui est AUSSI référencée comme extrêmement dangereuse et considérée comme le pire ennemi de tous les pays qui luttent TOUS pour leur sécurité.

    Là, il faut qu’on m’explique…

    Daech est le pire “Satan” qui existe en ce monde et qu’il faut combattre MAIS il ne faut surtout pas communiquer des informations à ceux qui la combattent AUSSI (plus efficacement que “nous” d’ailleurs).

    Il s’agit là d’un double salto arrière vrillé par les oreilles qui traduit deux possibilités concernant cette organisation :

    – Elle est réellement “indépendante” mais tant qu’elle se contente d’attaquer les “ennemis” de l’empire ce n’est pas un problème.

    – Elle est en fait le “jouet” de l’empire et dans ce cas il ne faut surtout pas faire quoi que ce soit pour la mettre en péril.

    Dans tous les cas, c’est pas joli-joli.


    • RGT Le 17 mai 2017 à 08h24
      Afficher/Masquer

      Et si ça se trouve, les russes ont aussi communiqué des infos top secret à Trump, mais là, motus et bouche cousue.

      Si les infos étaient réellement de très bonne qualité les russes ne manqueront pas de renvoyer l’ascenseur sur le sujet, ce qui est tout à fait dans leurs habitudes.

      En fait, les merdiacrates ne veulent surtout pas qu’une collaboration efficace ait lieu entre tous les pays qui combattent Daech car :

      – Cette organisation pourra continuer tranquillement à mener des actions nuisibles contre les “ennemis” de l’empire,

      – En cas d’attaque contre l’empire lui-même ça leur permettra de booster leurs ventes avec des articles racoleurs du genre “Notre Liberté Sauvagement Agressée par la Bête Sanguinaire”…


    • BEOTIEN Le 18 mai 2017 à 05h10
      Afficher/Masquer

      Puisqu’il faut vous expliquer… le problème n’est pas que Trump ait fourni des informations aux Russes mais qu’il l’ait fait sans respect des les limites et règles permettant de ne pas mettre en danger sources ou coopération. Or en l’occurrence même le photographe présent aurait été bénéficiaire de l’information.

      Si vous ne comprenez toujours pas, posez vous une seule question : accepteriez-vous de risquer de mourir sous la torture pour votre pays en sachant que son chef s’en contrefiche.


      • tepavac Le 18 mai 2017 à 08h33
        Afficher/Masquer

        Vous délirez totalement,
        Cette information est sortie dans les médias il y a déjà quelques semaines!

        Au lieu de nous houspiller, vous feriez mieux de lire plus attentivement le billet qui le mentionne dans ses derniers paragraphes.
        Cdlt


      • Lysbeth Levy Le 18 mai 2017 à 10h44
        Afficher/Masquer

        Que voulez vous Beotien ? La critique est facile mais l’Art est difficile, peut-être que ce que vous ne comprenez pas est que la Russie et les Usa, Iran, Syrie, Israel c’est moins sur, essaient tout simplement de s’entendre sur un gèl de la situation, une “désescalade” du conflit dont tout le monde craint une possible WWIII ème guerre mondiale ! Il ne s’agit pas de soutenir Trump ou Poutine, voir Israel, mais bien d’éviter une guerre telle qu’elles ont commencé dans le passé a travers ceux qui veulent à tout prix la chute de la Syrie en tant que Nation et Assad en tant que chef d’état, en l’accablant de crimes contre l’Humanité “imaginaires” : le coups de la ligne rouge et du “gazage” en 2013, le prétendu rapport César qui fait un flop (normal c’est un faux grossier) et là a nouveau un énième rapport d’Amnesty basé encore sur des faux (fake-news punis par la nouvelle loi de plus) Tout aussi grossier car les “forces” qui poussent a la guerre ne cessent d’aller contre le voeux de Trump et sa promesse au peuple de ne plus faire de guerres à l’extérieur et remettre ce pays à flot vivable avec des emplois et des grands travaux jamais fait depuis 2001 ! Quand le citoyen moyen sait que ce pays dépense 700 milliard de $ pour ces guerres contre le peuple qui crève sans emplois, souvent SDF, avec des délocalisations mortelles pour les travailleurs américains, il est normal que le minimum fait par Trump déplaise et dévoile du coups le vrai rôle des médias : bras armé du “lobby-industriel”, surtout contre un “intrus” à la Maison Blanche. Trump n’est pas parfait certes mais si au moins il tente de travailler pour la paix dans le monde (fin des guerres d’ingérences et conquête de ressources) on va pas le lui reprocher. On fait avec ce que l’on a mon cher.


    • Subotai Le 21 mai 2017 à 00h13
      Afficher/Masquer

      “”A ce qu’il me semble, Daech est une organisation terroriste composée de fanatiques embrigadés prêts à se faire péter en public pour réaliser des attentats sanglants..””
      ————
      Heu… Trivialement..
      Daesh est une organisation politique qui conduit une guerre dont l’objectif est le contrôle politique d’un territoire (État).
      De ce fait il contrevient à nos objectifs de contrôle de ces mêmes territoires par le biais des Régimes de nos différents “hommes de paille” (plus ou moins dociles) et il est donc déclaré |ennemi| avec tout ce que ça comporte comme conséquences pratiques dans la communication à son sujet.
      Juste comme ça…


  13. moshedayan Le 17 mai 2017 à 09h01
    Afficher/Masquer

    Dans cette histoire, d’autres aspects dangereux. La presse “anti-Trump” en appelle clairement à des actes de sabotage et de trahison de la part des fonctionnaires de la Maison Blanche ou collaborateurs du Président, tout “au nom des intérêts des USA” (mais quels sont-ils ces “intérêts” et qui les définit? cf . le billet sur les “Kagan”) .
    Que l’on partage ou pas sa politique -à Trump, ce comportement porte les germes d’une violence civile. Ceux qui le prônent, avec en ligne de mire “l’impeachment”, feraient bien de se souvenir de l’attentat d’Oklahoma city, des “nationalistes” américains et du nombre d’armes dans ce pays.


    • tepavac Le 17 mai 2017 à 14h57
      Afficher/Masquer

      Il parait plus probable “qu’ils” tablent précisément sur cette situation sociale pour entreprendre une “gestion” de la population par un “écrémage” par les armes.

      90 million de personnes en age de travailler sans emploi, ça fait du bruit.


  14. dan Le 17 mai 2017 à 10h01
    Afficher/Masquer

    En somme comme Desch est l’allié des USA contre la Russie, dévoiler des infos confidentielles sur Daech et ses plans d’actes terroristes, aux Russes, c’est considéré comme de la haute trahison, car l’ennemi ce sont les Russes et non pas Daesch


  15. Scrib Le 17 mai 2017 à 10h49
    Afficher/Masquer

    Pour ma part, l’élément choquant :
    “Trump “a révélé plus d’informations à l’ambassadeur russe que nous n’en avons partagé avec nos propres alliés”.”

    Merci les gars, elle est belle la coopération… donc vous avez des infos sur un risque terroriste élevé, mais vous gardez l’info pour votre sécurité, et seulement la votre… les autres peuvent crevés !

    On apprends que le risque pèse sur l’aviation civile (sans précision de nationalité… mais on gardera en tête le 11 Septembre), ca deviens dès lors un problème de sécurité INTERnationale !

    En espérant que ca éliminera le risque qui pèse grâce à peut-être (espérons le) une collaboration Américano-Russe


    • tepavac Le 17 mai 2017 à 15h15
      Afficher/Masquer

      Rassurez-vous Scrib, tout ce vent n’est que pour cacher une énorme faille sur Boeing. Il y a quelques année, un informaticien Américain, alerte les compagnie aériennes sur une faille du système intégré aux appareils.
      N’ayant aucune réponse, le trouble-fête s’embarque sur un vol et en pleine air, prend le contrôle de l’avion en lui faisant quelques manœuvres à l’aide d’un pc portable.

      Démonstration faite, il a gagné une reconnaissance national avec un aller direct à la case prison. Je n’ai plus entendu parler de lui, si quelqu’un à suivit l’affaire, bienvenu.

      Il semble que ce “problème” ne soit pas résolu.


      • tepavac Le 17 mai 2017 à 17h07
        Afficher/Masquer

        Quelques informations et interrogations pertinentes sur le sujet par sputnik( bon d’accord c’est Russe). par, le Dr Michael McKinley, membre de la Faculté émérite à l’Université nationale australienne.
        https://sputniknews.com/us/201705171053698748-us-ban-electronics-cause-financial-loss/

        entre autre;
        ” la plupart des compagnies aériennes qui ont été touchées achètent effectivement des centaines d’avions des États-Unis”.


  16. NeverMore Le 17 mai 2017 à 11h00
    Afficher/Masquer

    Réaction de Maria Zakharova porte parole du ministère Russe des affaires étrangères :

    « Dites, les gars, vous lisez encore les journaux américains ? Ce n’est pas la peine. On peut les utiliser de différentes autres façons et ce n’est vraiment pas la peine de les lire… […]”

    Vous savez maintenant à quoi peut servir l’Obs (entre autres) et à quoi sert le clou planté près de la lunette à l’intérieur de votre cabane au fond du jardin …


  17. Julie Le 17 mai 2017 à 11h21
    Afficher/Masquer

    Puisque nos médias s’intéressent plus aux Russes et à la Syrie qu’à la Guyane ou aux pays francophones dont des gens cherchent tous les jours à s’échapper pour traverser un désert et la mer pour fuir des dictatures, 2 articles sur les pseudo-révélations de ces derniers jours (le coup du crématoire)
    http://angryarab.blogspot.nl/2017/02/amnesty-internation-report-on-syria.html
    (au lendemain du rapport sur lequel ces allégations sont fondées, publié le 7/2, témoignage d’un ex-prisonnier non-anonyme pour une fois)
    https://off-guardian.org/2017/05/16/imaginary-interior-of-saydnaya-now-has-imaginary-crematorium-state-dept/


  18. Louis Robert Le 17 mai 2017 à 12h14
    Afficher/Masquer

    L’Empire désormais noyé sous les “fake news”, suite à ces ouragans de propagande russophobe!…

    On nous prépare à la guerre totale tant voulue, depuis si longtemps recherchée, et si souvent provoquée… y compris par des actes de guerre.

    Mais il faut d’abord se débarrasser de ce Trump qui ose parler avec les Russes, ce dont on s’occupe sans relâche, du reste, jour et nuit.


    • tepavac Le 17 mai 2017 à 16h58
      Afficher/Masquer

      C’est en instance,
      https://twitter.com/RepAlGreen/status/864814620250451971

      Le député Al Green vient de demander la destitution de Trump devant la chambre des représentants.

      Mais bon, il faut regarder le côté positif de ce système qui se cannibalise lui même;
      Avant ils assassinaient les élus récalcitrants, et même leur famille(Voir JFK), maintenant ils les insultent et harcèlent à longueur de journée.

      Voilà un article du Huffington post , admirez la sémantique;
      Ils commencent;
      « Il est temps d’aller au – delà des protestations polies dans les limites spécifiées. Il est temps d’intensifier l’expression de notre indignation et notre colère de façon massive »

      Pour en arriver à la conclusion;
      “À partir d’aujourd’hui, aucun fonctionnaire élu qui soutient Trump sur une variété de questions, – ne devrait être en mesure de s’asseoir pour un déjeuner agréable, calme ou dîner dans un café, un restaurant à Washington DC “ou même dans leurs propres maisons”. Ils doivent être traqués par des manifestants partout, surtout en public – dans les restaurants, dans les centres commerciaux, dans leurs quartiers, et sur la propriété publique “..
      http://www.huffingtonpost.com/entry/protesting-donald-trump-comey_us_591313d1e4b050bdca61270c


      • Pavlo Le 18 mai 2017 à 22h53
        Afficher/Masquer

        Il y a quelques années, en discutant avec des vénézuéliens, ils disaient de leur opposition fascistoïde et pathologique que si jamais ils faisaient aux Etats-Unis le millième de ce qu’ils font au Vénézuela ils seraient immédiatement mis au cachot, et de se plaindre de la mansuétude de Chavez (ou Maduro).

        Mais en fait non; je constate, avec ébahissement et ravissement, que les Etats-Unis s’auto-infligent ce qu’ils ont infligé (et infligent encore) au reste du monde!
        Des médias écumant de rage, en déni complet de la réalité, appelant ouvertement au renversement du président portant élu dans les règles constitutionnelles.
        Des médias et organisations incitant à la haine civile, déchirant les familles, appelant à traquer les gens dans les restaurants et même chez eux…

        Avant il y avait une blague:
        Q: Pourquoi n’y a-t-il pas de coup d’Etat/révolution de couleur aux Etats-Unis?
        R: Car il n’y a pas d’Embassade US.

        Mais ça c’était “avant”.
        Trump à réussi (de façon sans doute involontaire) ce prodige: faire que le dragon se dévore lui-même.
        Et pour ça je suis extrêmement heureux de l’élection de Donald Trump.


    • Thierry Le 18 mai 2017 à 22h55
      Afficher/Masquer

      “Fake News” ? Nous verrons bien, car c’est comme dans le match Olivier vs. ‘Les Décodeurs”: c’est la justice qui va en décider.
      Je ne suis pas sûr que le nomination de Robert Mueller comme procureur spécial en charge d’investiguer ces histoires avec les Russes soient une bonne nouvelle pour Trump. Wait and see….


      • tepavac Le 19 mai 2017 à 03h42
        Afficher/Masquer

        Puisque vous insistez Thierry, dégustez sans modération

        http://dailycaller.com/2017/05/18/media-may-have-compromised-intel-asset-crucial-in-the-fight-against-isis/

        Le wall street journal, médias pro Démocrate, révèle que deux des responsables présents lors de l’entretien Trump/Lavrov, affirment que Trump à informé Lavrov du danger à laisser pénétrer les portables dans les avions.
        Trump n’a révélé, ni la provenance de l’information, ni son mode d’acquisition.

        Les deux responsables précisent, “Trump ne pouvait révéler cette information”, ce qui suppose qu’il en ignorait la provenance.

        Ainsi il apparait que c’est le NYT qui à révélé les sources et mis en danger la défense Israélienne.
        Le clan Clinton, au désespoir et acculé à fait un pas de trop….


        • Thierry Le 19 mai 2017 à 14h48
          Afficher/Masquer

          Je me repete: nous verons bien.

          Maintenant, c’est la justice américaine qui est chargé de l’affaire, pas les journaux, qu’ils soient liberterien comme le daily caller ou progressistes comme le WST.
          Mais le fait qu’un procureur ait été nommé donne plustôt du crédit à ces derniers, donc je serai prudent pour ma part avant de dénoncer un complot ou de la manupulation.


  19. Teejee Le 17 mai 2017 à 14h03
    Afficher/Masquer

    “si l’identité de la source était découverte, sa vie serait en danger.”
    Si la source s’en sort, elle pourra remercier le “Washington post” d’avoir rendu l’information publique…


  20. Louis Robert Le 17 mai 2017 à 14h40
    Afficher/Masquer

    Le Président Poutine offre de transmettre le contenu de la conversation Trump-Lavrov au Congrès américain.

    ***

    “Putin… Ready To Give Transcript Of Conversation Between Trump And Lavrov To Congress”

    http://www.zerohedge.com/news/2017-05-17/putin-ready-give-recording-conversation-between-trump-and-lavrov-us-congress


    • Louis Le 17 mai 2017 à 23h56
      Afficher/Masquer

      Notons surtout la réponse des Etats Unis : “non merci”

      Ça sent la bonne foi à l’état pur comme d’habitude.


    • Pierre Bacara Le 18 mai 2017 à 12h05
      Afficher/Masquer

      “Le Président Poutine offre de transmettre le contenu de la conversation Trump-Lavrov au Congrès américain”.

      C’est exact. Vladimir Poutine parlait plus précisément de l’enregistrement de la conversation. Il a ajouté : “Si M. Lavrov a eu connaissance d’informations sensibles provenant de M. Trump, alors il mérite un blâme car il n’a jugé bon de les partager ni avec les services russes, ni avec moi-même”.


  21. basile Le 17 mai 2017 à 16h26
    Afficher/Masquer

    La presse gratuite (Cnews) en remet une couche auprès de ses nombreux lecteurs passifs mal réveillés qui se rendent au travail

    « A nouveau l’inquiétude ». « Trump agit sans filtre ». « Mécontentement à travers la planète ». « C’est la plus grave accusation de mauvaise conduite en 4 mois ». « La rapidité avec laquelle l’affaire é été révélée tend à relativiser les risques (sic) *». « La source interne laisse supposer que l’administration ne lui est pas soumise, et s’impose comme garde fou (sic) *»

    Bien sûr, le journaliste (qui ne signe pas) doit penser que des projets d’attentats sont bienvenus s’ils frappent la Russie, et qu’il ne faut pas l’avertir. Rien non plus, sur le fait que la mise en danger de la source, ne vient pas de Trump, mais de la fuite.

    Et rappel en 5 dates des « agissements » russes : ingérence dans les élections, contacts Trump-agents russes, collusions Trump Moscou,

    Et pour convaincre le septique sur la russo-mania de Trump : l’info + encardrée en rouge : « seuls les photographes russes ont pu assister …. ». Bref vous l’avez compris : Trump est anti américain, et pro russe.

    * quels risques ? L’utilisation de l’info par la Russie ?
    * garde fou ? Trump est sous la garde de son administration car il est fou ?


  22. Cyrène Le 17 mai 2017 à 17h02
    Afficher/Masquer

    Ce qui me frappe, à première vue et après lecture rapide, c’est le très large emploi du conditionnel et le recours aux “sources anonymes”. Les ingrédients de base de la calomnie et de la délation ordinaires…

    Une source anonyme (sérieuse évidemment, je m’en suis assuré par des méthodes que la confidentialité et la prudence m’empêchent de vous dévoiler) m’indique que le rédacteur en chef du “WaPo” (c’est mignon ce petit diminutif, on nage en pleine affection kikoololesque) ainsi que le chef du service politique, auraient été aperçus partouzant avec de jeunes enfants retenus contre leur gré dans la cave d’un haut-responsable démocrate ayant exercé d’importantes fonctions sous Obama. La prudence s’impose quant à la véracité de cette information que je tiens d’une personne aussi anonyme que digne de confiance, mais elle mérite d’être partagé (avec les précautions d’usage bien sûr, on n’est pas des propagateurs de rumeurs nauséabondes ni même simplement malveillantes, n’est-ce pas?)


  23. Molloy Le 17 mai 2017 à 20h23
    Afficher/Masquer

    Je n’ai jamais vu, depuis que je suis en âge de réfléchir un peu, un tel acharnement contre un président américain. Pas un jour sans pseudo-révélations délirantes. Ils ne s’arrêteront pas tant que Trump restera au pouvoir. Ils sont devenus complètement fous en vérité et totalement irresponsables…
    J’ai encore du mal à le concevoir mais aujourd’hui je pense malheureusement que Trump reste le seul obstacle entre la paix, même fragile, et une guerre totale contre la Russie que certains psychopathes néo-cons veulent déclencher.


  24. Mathieu Le 17 mai 2017 à 20h26
    Afficher/Masquer

    Cette histoire de secret divulgué par Trump aux Russes est ridicule…

    Mais il faut dire que Trump a l’art de tendre le bâton pour se faire battre. Se mettre à dos la CIA et le FBI en une semaine, ce n’est pas faire preuve d’un très grand sens politique.

    Et le loi de santé qu’il a fait passer récemment allait à l’encontre de tout ce qu’il avait promis pendant sa campagne. Moi je suis vachement déçu.

    99% des médias sont clairement pro-système, ce qui est un gros problème démocratique. En même temps le début de la présidence Trump est un énorme fiasco au niveau de la substance. Il a rien fait de ce qu’il avait annoncé pendant sa campagne au niveau réforme de santé et accords commerciaux. J’en espérais beaucoup mieux.


  25. Pegaz Le 17 mai 2017 à 21h21
    Afficher/Masquer

    Les révélations sur les informations sensibles que Donald Trump auraient communiquées à des responsables russes jettent une nouvelle ombre sur la prochaine visite du président américain en Israël, d’où proviendraient les renseignements au cœur de l’affaire.

    Israël fait profil bas face au scandale des informations classifiées de Trump
    https://www.romandie.com/news/ZOOM-Israel-fait-profil-bas-face-au-scandale-des-informations-classifiees-de-Trump_RP/796754.rom


  26. s Le 17 mai 2017 à 22h17
    Afficher/Masquer
  27. kasper Le 18 mai 2017 à 01h28
    Afficher/Masquer

    Ce que j’ai du mal a comprendre, c’est comment ces articles si autocontradictoires sont ecrits, édités et publiés.

    S’il le but est de nuire a Trump, pourquoi préciser qu’il n’a rien fait d’illégal ou donner la nature des informations échangées, qui est quand même bien anodine et dont on comprend l’interet de les partager avec les russes ?

    Inversement, si le but est de simplement relater des faits, alors pourquoi cet angle d’attaque alors qu’objectivement ce qui s’est passé ne casse pas 3 pattes a un canard ?

    Dans un cas comme dans l’autre, c’est tellement mal écrit qu’on ne comprend pas ou veut en venir le pigiste. Bref, 2 sur 20, totalement insuffisant.


  28. BEOTIEN Le 18 mai 2017 à 04h36
    Afficher/Masquer

    “Bref, on ne sait à peu près rien de rien de façon un peu solide. ”

    Ça va durer encore longtemps ce dénie de réalité !?

    Il faut quoi pour admettre que ce type est non seulement incapable de se contrôler et même de réaliser la portée de ses actes ? Qu’il envoi des missiles nucléaires sur Moscou, Pékin ou Venise aussi facilement qu’il a bombardé la Syrie (dont il encensait le tyran quelques jours plus tôt) au complet mépris de toutes les règles du droit international en créant un précédant qui s’avérera lourd de conséquences un jour ou l’autre ?

    Légal ou pas, révéler ce que ses services de renseignement demandent de ne pas divulguer est mettre en danger des sources humaines assurées de parmi mourir dans des conditions atroces, ou étatique avec tarrissement de la coopération.

    Comment faites-vous pour être aussi nombreux, ici, à soutenir la catastrophe qu’est ce type pour son pays et le monde ?

    Vous êtes de son petit personnel ? Ou manichéens au point que la défiance, certes pour une part justifiée, pour la presse “mainstream” qui vous fait venir ici, vous y fait perdre tout sens critique ?


    • tepavac Le 18 mai 2017 à 08h17
      Afficher/Masquer

      Ne tentez pas de nous intimider dans le choix de nos réflexions mr le Béotien, nom que vous semblez porter a merveille d’après la définition lexicale.

      Donnez votre point de vu sans recourir aux méthodes diffamatoires inlassablement utilisées par les médias CORROMPUS pour discréditer toute opposition naturelle.

      Vous prétendez que nous nous trompons tous sur ce blog!
      soit!
      Apportez des éléments, nous les lirons attentivement, ne soyez pas grossier, merci


      • Thierry Le 18 mai 2017 à 23h08
        Afficher/Masquer

        Les arguments vont rapidement venir de la justice américaine, qui vient de nommer un procureur spécial pour investiguer les relations entre Trump et les Russes.

        Bonne analyse d’un point de vue du droit anglo-saxon ici:
        https://www.theguardian.com/commentisfree/2017/may/18/donald-trump-impeach-special-counsel-robert-mueller-fbi


        • tepavac Le 19 mai 2017 à 04h09
          Afficher/Masquer

          Ce n’est pas une révélation. Plusieurs mois avant même son élection, le clan des totalitaristes parlait déjà de destitution en cas de victoire de Trump.

          http://dailycaller.com/2017/05/17/trump-impeachment-talk-started-before-he-was-even-nominated/

          Mauvaises gents, mauvais perdants et très mauvais comportements, voilà ce que révèle l’élection de Trump.

          Finalement, derrière le sourire commercial de Clinton, on voit apparaitre la face hideuse de ce que le monde entier déteste et honnit.
          L’élection de Trump, c’est une chance pour l’Amérique et pour le monde, d’avoir pu échapper à une catastrophe planétaire.

          Sans doute êtes vous déçus, comme l’ont été les déçus d’Hollande. Se sentir trahi dans ses convictions ou ses sentiments n’est jamais agréable, mais voyez le bon coté de la chose, où en serions nous aujourd’hui si les “va-en-guerre” avaient été élus ?


          • Thierry Le 19 mai 2017 à 14h58
            Afficher/Masquer

            Nommer un procureur spécial pour investiguer les relations entre Trump et les Russes, et savoir s’il a mentit ou pas, n’est pas “un mauvais comportement”. Je rève que la justice ait un tel pouvoir en France.


    • Lysbeth Levy Le 18 mai 2017 à 22h21
      Afficher/Masquer

      Pourquoi avant ça allait mieux avant Trump ? Et donc selon vous Hillary Clinton.O et son équipe de “va t’en guerre” repondre vous aurez donc rassuré ? Excusez moi de vous demander pardon, mais pourquoi faites vous comme les “pro-Clinton” une fixation sur le “vote” Trump, et dieu sait que oui il a “moults défauts”. Soudain là, mais en quoi la situation serait pire sous Trump si on connait la situation américaine et mondiale de “dette, pauvreté, délocalisations, désindustrialisation” depuis les années Reagan et Bush ? Vous ne comprenez pas qu’il ne s’agit pas d’être “ni pour ni contre” Trump, Clinton, Mac Cain, Obama, mais de vouloir la paix (stop aux guerres sans fins) ; relocalisations des entreprises, une meilleure répartition des richesses, la chute sans fin d’une classe ouvrière, et maintenant moyenne ? C’est vous qui ne semblez pas comprendre les vrais enjeux. Vous vouliez Clinton et Mac Cain, Bush frère et les néocons a la place de TRUMP ? Choisir entre la peste et le choléra ?


    • Pavlo Le 18 mai 2017 à 23h05
      Afficher/Masquer

      Ah, mais moi j’adore Trump JUSTEMENT parce qu’il provoque une catastrophe pour son pays 🙂

      Et je me réjouis que les anti-Trump du même pays provoquent ENCORE PLUS de catastrophe pour leur pays.

      Les dieux poussent à la folie ceux qu’ils veulent perdre, dit-on.
      Il semblerait que les dieux aient perdu la patience et décidé d’en finir avec une certaine puissance militaire arrogante.


  29. Jean-Luc Le 18 mai 2017 à 05h59
    Afficher/Masquer

    Comment faites-vous pour être aussi nombreux, ici et la, à soutenir la catastrophe qu’est ce pays pour le monde ?


    • Lysbeth Levy Le 18 mai 2017 à 22h48
      Afficher/Masquer

      Ah bon ? Le site les Crises soutiendrait donc la catastrophe qu’est ce pays (les Usa ? ) pour le monde ? Je suis étonnée, revenons en arrière, pareil pour notre “Boetien” qui s’étonne que soudain “ça va mal” car Trump est là ou on attendait Clinton dans “la joie et l’allégresse” (sic) :
      https://www.les-crises.fr/geab-83/ guerre en vue, après l’Ukraine, Lybie, Syrieou sa continuation en lien avec la situation économique catastrophique des Usa…BEOTIEN et Jean Luc qu’en penser ?
      Trump n’était pas élu et déjà la guerre, la crise sociale, la peur en Europe, le futur hypothéqué .2012 pas de Trump non plus ou étaient “nos amis” moralistes qui dénoncent le fasciste Trump ?
      https://www.les-crises.fr/jean-ziegler-crime/..Famines, guerres, crises sociales, ou sont les “amis” voir les “je suis Charlie” ? On remonte le temps .https://www.les-crises.fr/analyse-chomage-usa-1/ tiens ? Obama est le président là un grand démocrate pour nos amis moralistes..https://www.les-crises.fr/article-trop-par-okeanos/ Et ici la Grèce laboratoire de la “thérapie” de Choc ? C’était mieux avant Trump, encore ? Ou étaient les “moralistes” féministes, antifa américains ou européens ? Arrêtons l’hypocrisie, la crise a commencé dans les années Thatcher/.Reagan/Clinton, a la fin de la guerre froide, ou du moins “un nouvel ordre mondial” se met en place et tout s’accélère depuis……


  30. Marc Le 18 mai 2017 à 20h58
    Afficher/Masquer

    En fait, c’est la presse qui révèle des informations classifiées au monde entier.


Charte de modérations des commentaires