Suite du billet précédent sur l’Ukraine
Index de la série

Dans la foulée, la Russie, la Prusse et l’Autriche s’entendent pour dépecer totalement la Pologne en 1772, 1793 et enfin 1795 :

En effet, Catherine II affirme vouloir « rassembler les terres russes » ; elle y parvient ainsi aux dépens de la Pologne.

La Galicie est alors rattachée à l’Autriche, le reste du pays intégrant la Russie. La situation perdure jusqu’à la Première Guerre mondiale.

Rappelons que la Guerre de Crimée a opposé de 1853 à 1856 la Russie à une coalition formée de l’Empire ottoman, de la France et du Royaume-Uni (avec 750 000 hommes de part et d’autre). Provoqué par l’expansionnisme russe et la crainte d’un effondrement de l’Empire ottoman, le conflit se déroula essentiellement en Crimée autour de la base navale de Sébastopol. Il s’acheva par la défaite de la Russie et la mort de 100 000 Français, 120 000 Ottomans, 20 000 Britanniques et 200 000 Russes. Si le traité de Paris de 1856 entraîna peu de changements territoriaux, il ouvrit la voie aux unifications italiennes et allemandes. Elle poussa aussi la Russie à revenir à son ancienne alliance avec la Prusse, ouvrant la voie à la défaite française de 1870.

Ainsi, l’Ukraine n’a jamais véritablement existé en tant qu’État avant 1914.

Durant la première guerre mondiale, les Russes occupent la Galicie en 1915 mais sont chassés par une contre-offensive des Allemands, qui finiront par occuper presque tout le pays. C’est une période de troubles que la révolution de 1917 catalyse.

Entre 1917 et 1920, près de six armées combattent sur les steppes ukrainiennes : armées blanches de Wrangel et de Dénikine, armée rouge, armée polonaise de Pilsudski, contingents occidentaux et armée anarchiste de Makhno. Toutes les tentatives d’indépendance ukrainienne – comme les deux brèves républiques ukrainiennes – sont balayées par les combats.

En mars 1921, le traité de Riga entérine le partage de l’Ukraine entre ses voisins. La Pologne garde la Galicie orientale, la Roumanie prend pied en Bukovine du nord et en Bessarabie du sud, la Ruthénie subcarpathique rejoint la Tchécoslovaquie et l’URSS s’empare à nouveau de l’Ukraine centrale et orientale. Ainsi une République d’Ukraine apparait pour la première fois sur la carte européenne, mais elle intègre la nouvelle URSS.

L’élimination de la paysannerie, les purges politiques en sont l’expression. Les cadres urbains du parti font liquider les paysans riches, les koulaks, en 1929-1930 comme dans le reste de l’Union.

Dans les années vingt, la nouvelle économie politique (NEP) promeut une forme d’autonomie culturelle, voire l’ukrainisation. Avec une certaine liberté accordée aux paysans, l’agriculture reprend et entraîne la reprise de l’industrie ukrainienne.

Mais partir de 1927, Staline essaie de « désukrainiser » violemment l’Ukraine. Cette période stalinienne atteint le paroxysme de l’influence russe et de l’étouffement des aspirations ukrainiennes. L’industrialisation et la collectivisation de l’agriculture sont forcées et vont à l’encontre des coutumes ukrainiennes et provoquent une réaction forte du pouvoir central. L’élimination de la paysannerie, les purges politiques en sont l’expression. Les cadres urbains du parti font liquider les paysans riches, les koulaks, en 1929-1930 comme dans le reste de l’Union. C’est entre 1930 et 1932 que la collectivisation forcée est accélérée.

Les terres sont réquisitionnées et des quotas de production excessifs sont fixés au-delà des possibilités ukrainiennes. Les récoltes chutent alors d’un tiers. La loi d’août 1932 sur la propriété d’État instaure la peine de mort à qui glane du blé. Les champs sont protégés et la famine s’étend sur l’Ukraine.

Entre cinq et six millions d’Ukrainiens meurent de cette politiques et près d’un million sont déportés. Un observateur note que « les seuls à manger à leur faim dans les campagnes étaient les communistes et les anthropophages ». Staline réussit à briser la résistance du monde paysan ukrainien et, en corollaire, intensifie de facto la russification. En effet, des paysans russes sont déplacés vers l’Ukraine dont les villages sont dévastés. Beaucoup dans l’Ouest du pays y voient aujourd’hui un véritable génocide des Soviétiques contre leur peuple (l’appelant Holodomor – littéralement « extermination par la faim) – d’où une forte rancœur contre les Russes.

En septembre 1939, conformément au Pacte germano-soviétique, l’Armée Rouge envahit l’Est de la Pologne, intégrant la Galicie à l’Ukraine.

Signature de Ribbentrop et Staline sur la carte d’aout 1939

Signature de Ribbentrop et Staline sur la carte d’aout 1939

L’Allemagne nazie occupe ensuite toute l’Ukraine entre 1941 et 1944 avant que le pays ne réintègre l’URSS.

En 1954, Khrouchtchev, lui-même ukrainien, décide de transférer la Crimée de la Russie à l’Ukraine – ce qui n’avait à l’époque guère plus de conséquence que transférer actuellement un département d’une région à une autre.

En 1991 seulement, le pays sera pour la première fois indépendant, pour arriver à la situation actuelle de « frontière » entre l’Union Européenne et la Russie.

Carte

N.B. Cette partie doit beaucoup à l’étude de François de Jabrun : « Les incertitudes de l’identité ukrainienne » http://www.diploweb.com/Les-incertitudes-de-l-identite.html

À suivre dans le prochain billet sur l’Ukraine

Ce billet fait partie d'une série sur la situation en Ukraine. Il vise à donner des regards différents de ceux diffusés en masse par les grands médias, afin d'élargir votre champ de réflexion. [Lire plus]. Notre souhait est de sortir des présentations binaires "gentils / méchants", afin de coller de plus près à une réalité complexe. Nous rappelons enfin que par principe, nous ne "soutenons" aucun gouvernement nulle part sur la planète (et donc pas le gouvernement russe non plus). Nous sommes au contraire vigilants, tout gouvernement devant, pour nous, justifier en permanence qu'il ne franchit aucune ligne jaune. Mais nous sommes évidemment également attachés à lutter contre le deux poids 2 mesures, et à présenter tous les faits.

34 réponses à [U1-2] Comprendre l’Ukraine – L’Histoire du pays (2/2)

  1. Alain Le 29 avril 2014 à 06h47
    Afficher/Masquer

    Il faudrait aussi citer le transfert (par Staline qui voulait diviser pour mieux régner?) de la Transnistrie de l’Ukraine à la Moldavie, alors qu’elle n’a rien de Roumain, autre source de tension actuelle


  2. BM Le 29 avril 2014 à 08h04
    Afficher/Masquer

    Il manque à cette partie sur l’histoire de l’Ukraine une description de la façon dont le pouvoir politique de Moscou gère le phénomène de l’affirmation de l”ukrainien moderne comme langue de culture au cours du 19ème siècle, à coups de répression de la langue ukrainienne à partir de 1863, puis d’ukrainisation au début de la période soviétique, suivie d’une nouvelle répression à partir de 1930. Le même phénomène des coups de balancier en matière de politique linguistique réapparaîtra d’ailleurs après la mort de Staline.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Ukrainien#Histoire

    Si on ne prend pas en compte cette dimension-là de l’histoire de l’Ukraine, on masque inévitablement le rôle de Moscou dans le conflit actuel, trop souvent réduit à des échanges d’insultes entre méchants “fascistes ” et gentils “russes victimes”.


    • step Le 29 avril 2014 à 12h34
      Afficher/Masquer

      il faudrait expliquer le role du fascisme ukrainien dans la la guerre de 39/45, et leur rôle ambigu entre affirmation nationaliste et suivisme pro-nazi, sinon on ne comprend pas leur implantation dans l’ouest du pays, et leur statut “victorieux” du point de vue de certains ukrainiens ou en tout cas le fait qu’ils n’aient pas été aussi impactés que les nazis allemands par la chute de leur empire militaire.


      • Surya Le 29 avril 2014 à 14h30
        Afficher/Masquer

        Je crois que c’est prévu 😉


      • Chazam Le 29 avril 2014 à 14h33
        Afficher/Masquer

        Le problème de la dénazification côté soviétique, c’est qu’elle a été complètement pourrie par la ligne idéologique stalinienne qui voulait que tout opposant au régime soviétique était de facto fasciste.

        La Pologne, qui était pourtant de bout en bout dans le camp allié, anti-nazie (évitons de comparer à la France par exemple 🙁 ), s’est ainsi, en pratique, retrouvée vaincue : outre les dommages liés à la guerre, incomparablement plus élevés que pour n’importe quel autre pays, Allemagne incluse, ses résistants ont été poursuivis et définis comme fascistes collaborateurs pendants des dizaines d’années, côté soviétique, contre l’évidence des faits historiques.

        On a mis dans le même sac, pendant des dizaines d’années, en Europe centrale et orientale, tous les nationalistes, qu’ils aient été alliés ou résistants aux nazis.

        Enfin, on retrouve ce discours dans la bouche de Poutine, qui qualifie en bloc les opposants ukrainiens à la main-mise russe sur leur pays de “fascistes”. C’est un élément de langage standard côté pro-russe.


        • zipzap Le 02 octobre 2014 à 16h23
          Afficher/Masquer

          La Pologne de l’armée de Piłsudski, révolutionnaire ayant retourné sa veste au profit des armées blanche a ” oublié ” de faire des prisonniers lors de la bataille de Varsovie en 1921.
          Pour Staline, dans la grande guerre qui vas de 1917 à 1945, la Pologne fait évidemment parti des vaincus. La résistance Polonaise en 1939 étant vu a peu près comme pour nous la résistance des pétainiste lors de l’envahissement de la zone libre…
          C’est évidemment une vision orientée russe, mais elle n’est pas plus fausse que notre vision de la Pologne “démocratique” de l’entre-deux guerre…


    • BM Le 29 avril 2014 à 14h40
      Afficher/Masquer

      Je vous prie de remarquer que je parlais du conflit actuel et non de la 2ème GM où il y a eu 27 millions de victimes soviétiques, dont des Russes , mais aussi 7 millions d’ Ukrainiens:

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Pertes_humaines_pendant_la_Seconde_Guerre_mondiale#Union_sovi.C3.A9tique

      Avec ces 7 millions, on est loin des 200 000 membres de l’UPA (estimation maximum de leur nombre). Pour plus de précision, voir dans Wikipedia article Stepan Bandera et article UPA. Mais, en matière de collaboration, il y a eu aussi 1 million de Russes dans l’Armée Vlassov.


      • André Le 29 avril 2014 à 18h38
        Afficher/Masquer

        Un texte du général Anders sur l’armée Vlassov, il faut rappeler que l’URSS n’ayant pas signé la Convention de Genève, les nazis s’en sont donnés à cœur joie avec les prisonniers soviétiques dont beaucoup ont préféré combattre avec Vlassov qui n’a jamais participé à de quelconques exactions au contraire de l’UPA.
        http://www.feldgrau.com/rvol.html


        • BM Le 30 avril 2014 à 15h04
          Afficher/Masquer

          Merci pour ce beau texte du général Anders qui permet de mieux comprendre la différence entre Vlassov et Bandera.

          Pour ce dernier, il est évident qu’en commençant sa carrière de militant pour la cause de l’indépendance de l’Ukraine par l’organisation de l’attentat contre le ministre polonais Pieracki en 1934, il avait déjà montré que sa réflexion politique n’était pas bien raffinée et qu’il y avait de fortes chances pour que son mouvement se laisse embarquer dans de sales affaires :

          http://fr.wikipedia.org/wiki/Stepan_Bandera


        • Spipou Le 30 avril 2014 à 21h44
          Afficher/Masquer

          Merci, André ! Ca a l’air passionnant, je vais lire ça !


  3. perceval78 Le 29 avril 2014 à 09h54
    Afficher/Masquer

    Des gens qui sont capables de faire ca … n’ont plus de limites …

    http://www.dedefensa.org/article-les_suicides_de_banquiers_pour_sauver_la_banque__29_04_2014.html


  4. nanar Le 29 avril 2014 à 11h30
    Afficher/Masquer

    Sur le Twitter de Graham W Phillips je suis tombé aujourd’hui sur un lien vers un de ses anciens billets de blog :
    “Why Respect Yanukovych (10 Reasons)” du 21/03/2014. C’est plutôt intéressant.
    http://grahamwphillips.com/2014/03/21/why-respect-yanukovych-10-reasons/


  5. Jean-Charles Le 29 avril 2014 à 16h54
    Afficher/Masquer

    La localisation des gazoducs en Ukraine et l’origine russe de 30% du gaz naturel ( méthane) consommé en Europe va nous inciter à considérer sérieusement le combien ça va coûter en plus et qui paiera.

    Le consommateur européen est prêt à mettre combien en plus pour ses dépenses énergétiques?

    http://www.romandie.com/news/Gazprom-avertit-la-communaute-financiere-des-risques-de-sanctions/472810.rom


  6. romain Le 29 avril 2014 à 21h44
    Afficher/Masquer

    ce nom ‘galicie’ est vraiment curieux dans la mesure ou une region d’espagne a le meme nom. Qqun sait d’ou cela vient ?


    • Xavier Le 29 avril 2014 à 23h27
      Afficher/Masquer

      Il n’y a pas de Galicie en Espagne, mais la Galice.


      • romain Le 29 avril 2014 à 23h37
        Afficher/Masquer

        oui merci … Galicia pour être exact. 😉
        Mais ca n’enlève rien a ma question.


        • Xavier Le 30 avril 2014 à 00h26
          Afficher/Masquer

          Je ne suis pas expert, mais à en croire wikipédia, ces 2 mots ont la racine “gali” en commun, signifiant “étranger”. Ce sont donc des régions considérées comme étrangères… par ceux qui lui ont donné leur nom.


    • Spipou Le 30 avril 2014 à 21h36
      Afficher/Masquer

      Selon la théorie couramment admise, ce sont des régions qui ont été peuplées et/ou dominées par des celtes, comme la Galatie, en Turquie.

      Un peu surprenant, dans la mesure où le mot “Gali” est un sobriquet péjoratif qui vient, je crois, du latin “galus”, “coq”. Les celtes ne se nommaient pas eux-mêmes ainsi.

      Il faudrait vérifier sur Wikipédia.

      Pour ce que j’en sais, le substrat celte (les celtibères) est parfaitement attesté en Galice espagnole. Les langues galicienne, et portugaise qui dérive de celle-ci, ont conservé comme le français les voyelles nasales du celte (“an”, “un”, “on”), qui sont totalement inconnues en latin et dans les autres langues latines.


      • Spipou Le 30 avril 2014 à 22h03
        Afficher/Masquer

        Vérification faite, Wikipédia donne pas moins de cinq éthymologies possibles pour la racine “gall” (latines, grecques et germanique), mais toutes sont effectivement liées à un peuplement celte, pour la Galice, la Galicie et la Galatie.


  7. Plop Le 29 avril 2014 à 22h38
    Afficher/Masquer

    Mon analyse de cette crise :
    Nous avons une Ukraine dont l’économie est agonisante, ce qui encourage tous les extrêmes : les fascistes de l’est et de l’ouest, chaque fois qu’un parti arrive au pouvoir il se « grille » en ne parvenant pas à faire mieux que le précédent (un peu comme chez nous), ce qui fait que l’Ukraine oscille d’est en ouest.

    A mon avis l’UE n’a rien prémédité concernant l’Ukraine, la preuve est que l’UE à dénoncé le parti Svoboda peu avant la révolution, ce qui ne serait vraiment pas malin juste avant de l’utiliser pour fomenter celle-ci. De plus l’UE est plus réputée pour sa passivité que pour son interventionnisme….

    Les américains de leurs coté soutiennent financièrement sans se cacher ce type de révolution, en particulier lorsqu’elle leur semble favorable. Rien de nouveau sous le soleil : jamais tout blancs nos amis Américains.

    Quant à elle la Russie de Poutine est dans une situation économique très difficile, avec une croissance de moins de 2% ce qui est ridicule dans un pays ayant le niveau de vie et les ressources naturelles de la Russie. Je pense que Poutine a décidé de faire oublier les problèmes internes de la Russie (corruption, inégalités, pauvreté, médecine catastrophique etc…), en remettant au gout du jour l’Ennemi : l’Ouest. Avec un peu de propagande il arrive même à faire croire au Russes que toute l’Europe de l’Est leur a été volée (un peu comme si on disait en France que l’Algérie nous a été volée). Cette tactique est très connue et est communément utilisée en Iran, Corée du Nord etc Quant à ceux qui disent que la Russie n’y est pour rien : Soyons sérieux, les « agitateurs » n’ont pas trouvé leurs cagoules, leurs uniformes et leurs armes au supermarché, et encore moins appris là-bas à les manier…

    Si on ajoute à cela que peak oil est atteint ou presque, et qu’une crise économique monumentale se prépare on obtient : La recette miracle pour World War III.
    Reste la question : que faire ?

    Si on ne fait rien Poutine prendra l’Ukraine, et tournera ensuite son regard vers les pays baltes et la Pologne.

    Si on fait quelque chose on risque l’escalade, et à moins d’aller à la confrontation directe, pas sur que ce soit efficace.

    C’est à mon avis pour cela que l’Europe et les US suivent une stratégie mixte en faisant à moitié rien avec des sanctions qui pour l’instant sont de la gnognotte, et du transfert militaire symbolique (avec 4 Rafales on va pas arrêter la Russie)


    • Surya Le 29 avril 2014 à 22h55
      Afficher/Masquer

      C’est l’UE qui a systématiquement rejeté les demandes russes de négociations tripartites dans le cadre du traité de libre échange.


    • Xavier Le 30 avril 2014 à 00h04
      Afficher/Masquer

      Les européens font à moitié rien ! Ah ah , j’ai beaucoup ri 🙂
      Merci

      En passant, je vous rappelle que l’Europe et les USA soutiennent un gouvernement composé d’un tiers de néonazis réclamant l’Ukraine aux vrais ukrainiens (parlant l’ukrainien, pas le russe, ça va de soit).
      Cette même EuopUSA s’empresse de déclarer comme illégal et sans valeur un référendum auquel plus de 80% de criméens ont participé.
      Dites moi, ce ne serait pas de l’ingérence ça ? Qui leur a demandé leur avis ?

      Et comme le rappelle Surya, l’UE a rejeté les demandes russes de négociations tripartites. Pourquoi des négociations avec des russes et des européens ? Qu’est-ce qu’ils viennent faire dans un problème interne à l’Ukraine ?
      Vous l’avez compris, il y a ingérence de toute part. Et le verre déborde depuis le début !

      “Si on fait quelque chose on risque l’escalade”.
      Trop tard ! Si il y a escalade, c’est justement parce qu’on a fait quelque chose.


      • philippe Le 29 novembre 2014 à 20h38
        Afficher/Masquer

        Ce que vous appelez ingérence, et bien les Russes ne font que de se protéger parce que l’Otan qui a organisé un coup d’état en Ukraine se rapproche violemment des frontières russes. On sait que l’Ukraine à tout à perdre au niveau économie en reniant la Russie…La Russie de Poutine n’a rien à voir avec l’URSS du passé qui était l’œuvre des ancêtres de ceux qui viennent de faire ce coup d’état. Ce sont les mêmes qui mettent le monde à feu et à sang depuis qques siècles….


    • Theoltd Le 30 avril 2014 à 13h02
      Afficher/Masquer

      “Poutine prendra les Pays baltes et la Pologne” . Plop, vous fumez quoi au juste, j’en veux aussi!


    • Surya Le 30 avril 2014 à 20h56
      Afficher/Masquer

      Ha j’avais loupé le passage sur la Pologne, Poutine était le premier ravi à en être débarrassé et à laisser le soin à l’UE de gérer le “cas” polonais.


    • Remy Le 18 octobre 2014 à 02h18
      Afficher/Masquer

      si j’ai bien compris, l’augmentation de la croissance d’un pays c pas tellement important….l’important c que l’écart entre les riches et les pauvres augmentent. donc le PIB peut rester le même avec une croissance stagnante qui suit l’inflation mais une écart entre mettons les 90% de la pop. et les 10% elle augmente. autre manière de le dire, le salaire des 90% stagnent et ceux des 10% augmentent.


  8. Xavier Le 29 avril 2014 à 23h08
    Afficher/Masquer

    Très bon résumé. Précis, concis.
    Merci 🙂


  9. vérité2014 Le 30 avril 2014 à 00h54
    Afficher/Masquer

    Regardez cette carte de prépositionnement OTAN….via le lien

    Si ensuite certains osent encore dire que Poutine est parano..et que les UE/US veulent la paix?

    http://www.zerohedge.com/news/2014-04-29/west-strikes-back-these-are-all-nato-aircraft-deployments-response-ukraine-crisis

    Moscou annule 90% de la dette de Cuba et en investit 10% à l’intérieur du pays
    http://fr.ria.ru/world/20140429/201102822.html

    https://www.youtube.com/watch?v=U_bcd9QF_To


  10. vérité2014 Le 30 avril 2014 à 01h00
    Afficher/Masquer

    Ukraine : les sanctions risquent d’affecter les entreprises énergétiques occidentales.

    l

    Le président russe Vladimir Poutine a averti mardi que les nouvelles sanctions américaines et européennes pourraient affecter les entreprises énergétiques occidentales en Russie, démentant de plus la présence de forces russes dans l’Est de l’Ukraine. “Si cela continue, nous allons bien entendu devoir penser comment (les sociétés étrangères) travaillent dans la Fédération russe, notamment dans des secteurs clefs de l’économie russe comme l’énergie”, a ajouté M. Poutine, assurant qu’il n’y avait “ni formateurs russes, ni unités spéciales, ni troupes” russes en Ukraine.

    Lors d’une allocution télévisée, le numéro un russe a également dit espérer la libération prochaine des observateurs de l’OSCE (l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), retenus par des militants pro-russes en Ukraine. J’espère que ce conflit sera résolu et qu’ils seront capables de quitter librement le territoire”, a encore dit M. Poutine. “Ceux qui sont impliqués devrait tirer les conclusions de ce qui s’est passé”, a ajouté M. Poutine.

    “Si le gouvernement, ou ceux qui dorénavant s’appellent le gouvernement, ont invité des sortes d’observateurs… alors (ces observateurs) devraient avoir compris qu’ils entraient dans une zone de conflit, la région d’un pays qui ne reconnaît pas la légitimité des autorités”, a-t-il dit. “Ils auraient dû y avoir pensé auparavant, et se mettre d’accord (sur la mission) avec les personnes qui contrôlent ce territoire”.
    http://www.lalibre.be/actu/international/ukraine-les-sanctions-risquent-d-affecter-les-entreprises-energetiques-occidentales-53601ee035707e5aa80b3777
    Sur le même sujet :

    ”Isolated Russia” Makes Friends: To Hold Military Drill With China; Strikes Multi-Billion Deals Qatar And Iran

    http://www.zerohedge.com/news/2014-04-29/isolated-russia-makes-friends-hold-military-drill-china-strikes-multi-billion-deals-


    • vérité2014 Le 30 avril 2014 à 01h09
      Afficher/Masquer

      C’est de nouveau la grosse baston entre nazis et fachos au Maidan cette fois à KIEV:

      Far-right rally turns into massive fight on Kiev’s Maidan, shots heard.

      http://rt.com/news/155748-rally-kiev-massive-fight/

      Ne vous attendez pas à voir ces images sur france2,ou dans le Le Monde,Figaro and co …


  11. C Balogh Le 30 avril 2014 à 03h08
    Afficher/Masquer

    Bonjour, je ne suis pas raciste et je me bats contre les discriminations mais enfin, que partageons-nous avec les Ukrainiens qui manifestent avec des drapeaux SS?

    Les extrèmes montent partout, même en Suisse, ils n’ont pas tous le statut de nazis mais bcp sont violents.
    Cette montée est due au grondement des peuples exangues et elle est récupérée par des spécialistes grassement payés pour l’amplifier pour le plus grand profit des puissants.

    Aujourd’hui, les pays qui possédent du gaz et du pétrole, ou encore de l’or ont intérêt à prévoir une agression venant des USA , iront-ils jusque là?

    http://www.leblogfinance.com/2012/02/israel-vers-une-confirmation-dimmenses-ressources-offshore-de-gaz.html

    Nous savons que les sanctions sont du vent.Nous savons que les USA sont assoiffés de pétrole et de gaz parce qu’ils en utilisent trop n’importe comment et parce que tout le merdier que nous possédons est en majeure partie fait AVeC du pétrole ou dérivés.Nous Européens sommes dans le même cas de figure. Le problème des USA est qu’ils sont une grande île, qu’ils ont un mode de vie très cher en coût écologique. et que du coup ils ont bouffé leur capital et doivent importer, importer, importer.
    Nous avons nous notre grande Ile, bien plus grande et bien plus vaste que le continent américain, plus proche aussi de l’Afrique et du Moyen-Orient .Notre mode de vie est moins énérgivore, bien que malheureusement, nous nous dirigions vers le niveau étasunien, les ressources sont encore disponibles et peut-être dorénavant mieux traitées(vu qu’elles disparaissent) elles nous donnent une autonomie pour un bon bout de temps, le temps peut-être de mettre en place, graduellement, une protection très stricte de notre environnement.
    Pour les USA, isolés au milieu des océans, il est peut-être trop tard, ils sont dépassés par leur gaspillage dù à leur mode de vie.Ils font donc les croisades pour aller chercher ailleurs ce dont ils ont besoin.
    Les puissant n’étudient pas la coopération, semble t-il, dans leurs grandes écoles.
    Chez ces gens là, Monsieur,
    On ne coopére pas,
    On pille.
    http://www.youtube.com/watch?v=gwK8MewY0s4


  12. PL Le 30 avril 2014 à 03h20
    Afficher/Masquer

    Alerte info

    ce soir, marche aux flambeaux des fascistes ukrainiens sur le maidan a Kiev.
    divergences entre factions du maidan, il y aurait eu des affrontements et des blessés.
    apparemment certains voulaient marcher sur la rada, d’autres les en auraient empéché.

    confirmées à nouveau de fortes dissensions entre ministère de l’intérieur et ministère de la défense.

    en toile de fond, l’alliance timochenko – secteur droit s’intensifie, et la probabilité d’un coup de force contre le parlement et/ou le gouvernement augmente de jour en jour.

    timochenko a déclaré à la télévision il y a deux jours que le futur président pouvait après tout être élu directement par le parlement sans passer par les élections.
    tourchinov aurait déclaré aujourd’hui qu’on pouvait supprimer les élections dans les régions de l’est.

    ballons d’essai avant de passer à l’acte

    le gouvernement actuel n’a aucune chance de gagner une élection, timochenko+svoboda+secteur droit est crédité de 10% des votants (avec une énorme abstention!). C’est pourtant ce gouvernement sans légitimité, sensé être “technique”, “de transition”, qui aura signé l’accord d’intégration UE

    timochenko a crée sa propre milice (sans aucun cadre légal!) le jour suivant la signature des accords de genève

    iarosh vient de déclarer que l’armée de bandera avait enfin franchit le dniepr, pour la première fois de son histoire

    ce gouvernement est le principal responsable de la dégradation de la situation

    attention aux prochains jours à kiev, si ca chauffe l’intervention de l’armée UKRAINIENNE n’est pas à écarter, ce qui serait vu d’un bon oeil par moscou


  13. CYRIL Le 22 juillet 2014 à 22h38
    Afficher/Masquer

    C’est étrange qu un pays réputé comme le grenier a ble de l Europe ai connu une famine de 8 millions de morts alors que les villes russes n aient rien vues.


  14. CYRIL Le 22 juillet 2014 à 23h16
    Afficher/Masquer

    Il faut arrêter de regarder des vidéos fake. Les ukrainiens et les russes appartiennent à la même civilisation.
    Au fait, aujourd’hui a eu lieu le match de foot entre Kiev et Donetsk et les supporters faisaient la fête ensemble…


Charte de modérations des commentaires