Nico, sur son blog blogdenico a réalisé une vidéo que je souhaitais faire depuis longtemps, sur les promesses sur “l’Europe sociale”.

Qui, bien entendu, ne se fera JAMAIS – déjà que le social n’est plus à l ordre du jour dans aucun pays, alors décider à 28…

Savoureux :

Bref, après 35 ans d’échecs, perseverare diabolicum…

110 réponses à [Vidéo] 35 ans de “Et maintenant, en route vers l’Europe sociale !”

  1. Incognitototo Le 25 mai 2014 à 04h18
    Afficher/Masquer

    Dommage qu’ils aient démontré qu’ils ne savent pas comment faire… C’est fou comme les mots n’ont pas de sens, comme ils ne les engagent pas…

    Olivier hésitait dans la conférence entre positionnements religieux et problème psychiatrique, très clairement quand on regarde l’histoire, entre ce qu’ils ont dit et ce qu’ils ont fait, ce sont des cas de dédoublement de la personnalité ; c’est-à-dire des symptômes schizophréniques.


    • P. LACROIX Le 25 mai 2014 à 09h45
      Afficher/Masquer

      Bonjour

      A ce sujet, je rappelle ” lettre ouverte à ceux qui croient ( encore) que l’ europe c’ est la paix ” . 1992. A.A. UPINSKI
      Il y est bien question du sens des mots.


    • Casquette Le 25 mai 2014 à 10h41
      Afficher/Masquer

      Pour vendre sa salade Hollande brandit la Charte des droits fondamentaux adoptée lors du traité de Lisbonne.

      http://europa.eu/legislation_summaries/justice_freedom_security/combating_discrimination/l33501_fr.htm

      Hormis le chapitre “solidarité” consacré aux droits des travailleurs , tout le reste ne vise qu’à la protection des droits individuels du “citoyen européen” et à la préservation de son intégrité physique (interdiction de la torture , de la discrimination , liberté d’expression etc) …
      Donc voilà , on peut se retrouver collectivement dans la merde comme les Grecs après une cure d’austérité sur leur système de santé , mais l’important c’est qu’ils ne soient pas torturés par leur gouvernement (par la troïka par contre…) !


    • madake Le 26 mai 2014 à 00h45
      Afficher/Masquer

      Alors là je dis NON!!!
      je refuse, et réfute totalement, cette interprétation.

      C’est bien trop facile et indulgent.
      Que nenni au dédoublement de personnalité!! Schizoniaques et paranophrènes? Niet!!

      Ils étaient parfaitement conscients de ce qu’ils faisaient!

      http://www.prechi-precha.fr/jacques-attali-on-a-soigneusement-oublie-decrire-larticle-qui-permet-de-sortir-de-maastricht-video/

      Ca vaut vraiment la peine de visualiser l’intervention non tronquée dans la vidéo ci dessous.
      Voyez vers 26’40” les 8 minutes qui suivent sont réellement édifiantes.
      Notez la progression: marché commun, marché unique, monnaie unique…. et remarquez l’humour, le “soigneusement oublié”, la dérision, la complicité amusée de la salle, notez les réactions du public :

      https://www.youtube.com/watch?v=QzDJsHKYqt0

      Après avoir vu celà, qui peut croire une seconde à une hypothétique pathologie collective?

      Inutile d’aller aussi loin.
      Ce qui a été fait avait été mûrement pensé, collectivement réflêchi, et les conséquences en avaient été prévues et sont bien décrites non?
      Je crains même que la félonie n’aille bien plus loin.

      Pourquoi dans le traité de Maastricht, ne figurent nulle part, les noms des rédacteurs?

      http://blogs.mediapart.fr/blog/shadokskaia/010111/qui-ecrit-le-traite-de-maastricht

      Une idée?


      • madake Le 26 mai 2014 à 04h46
        Afficher/Masquer

        Je persiste, car en toute conscience, je ne peux les exonérer pénalement de toute responsabilité en se prévalant d’une supposée “pathologie”.
        La conscience est la faculté de se ressentir en tant qu’être dans un environnement et de se comporter de manière adaptée.
        Et c’est bien ce que l’on voit là.
        Un privilégié, membre d’une classe nantie, qui comprend très bien les rouages du système, et sait qu’il peut le manipuler sans risques et selon ses idées.
        Je ne sous estime pas quelqu’un qui a si bien su naviguer dans les eaux troubles, où il louvoie habilement depuis longtemps.
        Il a su verrouiller sa position par des réseaux d’influence et par des postes d’influence médiatique (voir son CV).
        Son passage à la tête de la BERD avec des dépenses somptuaires et sa sortie controversée mais faiblement sanctionnée évoque une arrogance autocratique typique des “élites” sorties des grandes écoles.
        Son exposé montre le mépris abyssal qu’il porte à ceux qui ne sont pas de sa caste et ne partagent pas sa vision.
        Il peut les sacrifier en les réduisant à la misère, la détresse sociale, et le chaos économique, dans un système condamné à échouer, au nom d’un “fédéralisme budgétaire européen” calqué sur le fédéralisme américain.
        Revoyez son intervention, y discernez-vous le moindre remord?
        Il pense n’avoir aucune responsabilité envers les victimes.
        La seule concession est le “pas très démocratique” de l’article soigneusement oublié “pour que l’on ne puisse pas en sortir” (du traité de Maastricht).
        C’est bien de tromperie et de piège que l’on parle ici.
        Il expose simplement la traitrise qui consiste à tromper les citoyens et les nations – sa nation – sans le moindre scrupule, ni la moindre vergogne et encore moins de responsabilité.
        Il n’a aucun doute, et ne montre aucune compassion à ses victimes, en les tournant en dérision.
        Refuser toute responsabilité dans les conséquences de ses actes ne doit pas permettre de s’en affranchir impunément.


  2. jules Le 25 mai 2014 à 04h25
    Afficher/Masquer

    Il y a trois façons de voir les choses :

    1. Considérer le clip sur le plan purement technique et reprocher à l’auteur d’avoir sélectionné un ensemble de propos extraits de leurs contextes respectifs, montés de telle sorte qu’ils n’existent plus qu’afin de créer un effet particulier, effet allant dans le sens qui arrange l’auteur. « Malhonnêteté intellectuelle » dira-t-on, laquelle permet d’initialiser un débat de technocrates qui, lui, va s’écarter autant du propos de l’auteur que de celui des interlocuteurs initiaux. Remplacer le fond par la forme : un des enjeux cruciaux de la communication. Mais il est vrai qu’il n’y a plus de doutes, aujourd’hui, sur les « pourquoi » et « comment » de l’usage de la communication. Ou plutôt : des techniques de communication.

    2. Nous avons là une brochette de pantins propres sur eux à ce point grotesques — pour ne pas dire guignolesques, ridicules ou insalubres — que la seule attitude saine est de se tordre de rire par terre, avant de se relever et d’aller se faire voir ailleurs en haussant les épaules. Des ploucs. Des nains de jardin avec des gros nez tout rouges. Des neuneus. La version universitaire et hautes études des beaufs : la quéquette en éventail, plutôt que la baguette sous le bras et le camembert entre les dents. Évidemment, une fois qu’on examine les conséquences de l’enfumage dont cette racaille à visage humain est en partie responsable — en partie seulement, car ils ne contrôlent pas plus la machine qui les engraissent que la dimension démesurée de leur égo —, on en vient à rire jaune. Mais bon, tout à l’heure on ira voter. Donc…

    3. Bien plus embarrassant : on sent monter des tréfonds de sa personne un dégoût à ce point violent qu’il fait peur. En tout cas, moi, il me flanque les jetons. C’est inexplicable parce qu’on s’éloigne de l’analyse et on rentre dans les sensations purement physiques : une atteinte à l’intégrité du corps dont on ne se débarrasse que par des actes-réflexes. En clair : des velléités quelquefois criminelles, comme un acte de légitime défense ; exactement de la même façon que si un imbécile venait à vous brûler par derrière le lobe d’une oreille avec un briquet, vous vous retourneriez et vous lui en flanqueriez une bonne. Une à la mesure de sa férocité ou de sa sottise. Et comme dans le cas qui nous occupe ici, il est question de la vie, de la fierté et de la dignité de millions d’individus que ces messieurs-dames, par cynisme, envoient ouvertement à la casse… On en vient finalement à se demander si l’idée première de ces pourceaux, ce ne serait pas de faire de nous des monstres qui renieraient toutes formes de civilisation. « Voyez, voyez à quel point ils ont toujours été méchants ! » De quoi justifier toutes les entourloupes ayant pour toile de fond l’illusion démocratique.


    • Sebastien de Reims Le 25 mai 2014 à 08h24
      Afficher/Masquer

      Excellemment exprime ce reflexe d’auto-defense qui m’invite malheureusement parfois a perdre le controle de moi-meme tellement mon exasperation a voir ces types se foutre, aujourd’hui tres ouvertement de notre gueule est grande (cf les dernieres declarations de Sapin sur la non-reprise economique qu’il osa qualifier d’encourageante).
      Ce qui m’inquiete egalement c’est que leur discours marche encore largement, trop largement, aupres d’une population qui semble s’etre videe de tout bon-sens politique.


    • noel Le 25 mai 2014 à 09h13
      Afficher/Masquer

      Vous résumez très bien ce que je pense depuis longtemps, merci ! L’enfumage “démocratique” apparaît évident. Il n’était là que pour masquer un temps et préparer un génocide de l’humanité à l’échelle mondiale notamment alimentaire. Oui, faire de nous des monstres, nous entretuer. La stratégie du chaos généralisé pour mieux ensuite utiliser le cheptel humain rescapé. Nous sommes livrés à l’immonde. L’eschatologie de la fin des temps n’était pas si incroyable. Il y a probablement un objectif qui nous échappe. Les “Élus” de la Terre veulent faire une offrande de l’humanité à leur Dieu vengeur. Ce dernier n’ jamais toléré notre existence depuis des millénaires. Il est situé sur une autre planète avec ses sbires. La réalité dépasse la fiction. Nous vivons une vengeance à travers cette promesse.


    • Tikehau Le 25 mai 2014 à 21h01
      Afficher/Masquer

      @jules Le 25 mai 2014 à 04h25

      …. et si nous sommes méchant ils n’oublieront pas de nous punir.

      Belle méthode pour rendre la dictature souhaitable.


  3. VladimirK Le 25 mai 2014 à 04h40
    Afficher/Masquer

    Je suis allé voter pour les européennes ce matin (Amérique du Nord = 24 mai), et j’ai été surpris de voir que le taux de participation semblait élevé… en tout cas, nous étions nombreux.


  4. Vallois Le 25 mai 2014 à 05h18
    Afficher/Masquer

    Merci pour le blog, très intéressant,

    Il y a ceci aussi qui me semble essentiel:
    http://blogdenico.fr/entretien-avec-coralie-delaume-sur-leurope-de-monnet-a-draghi/#more-2849

    Je suis totalement d’accord avec ceci :
    “Il me semble, mais je ne suis vraiment pas la seule à en avoir fait le constat, qu’il y a un caractère véritablement religieux dans le projet européen. Il est accompagné d’un discours messianique qui égrène des valeurs et des grands principes, la Paix, la Liberté, la Démocratie. Qui peut être contre ces valeurs ? Il y a également en permanence un discours moralisant sur les efforts à faire pour s’en sortir, sur les fautes que l’on aurait commises, et les sanctions en cas de péché. L’européisme a ses adeptes, mais il a aussi son clergé, toujours prompt à poursuivre de sa vindicte ceux qui osent mettre en doute le caractère sacré de l’Union européenne. J’ai vu qu’il a même été envisagé de créer un Fonds de Rédemption des dettes souveraines, ça veut tout dire.”

    Que je mets en parallèle avec cela :
    http://www.eglise.catholique.fr/eglise-et-societe/europe/leurope.html

    Et les diatribes des démocrates-chrétiens…

    D’un coup, je me sens hérétique.


    • samuel Le 25 mai 2014 à 11h32
      Afficher/Masquer

      ” Qui peut être contre ces valeurs ? Il y a en permanence un discours moralisant sur les efforts à faire pour s’en sortir, sur les fautes que l’on aurait commises, et les sanctions en cas de péché ”

      Moi, il faut bien qu’ils se recyclent tous en toutes circonstances.


  5. Lamonette Le 25 mai 2014 à 07h38
    Afficher/Masquer

    L’âge est un naufrage…

    Outre le côté savoureux de ces discours sans conséquences, j’observe que le PS n’est pas le seul.


    • V_Parlier Le 25 mai 2014 à 11h36
      Afficher/Masquer

      Oh non, il n’est pas seul. Tous les européistes sortent ce même discours (en changeant les mots préferentiels). “Social” à tout bout de champ, mais vous remarquerez qu’à aucun moment on ne parle de protectionnisme sous quelque forme (même modérée) que ce soit. Donc, depuis ces 35 ans (un peu moins dans la mise en pratique) c’est bel et bien du bidon: Du faux social où on achète (mal) la paix sociale par l’endettement pour camoufler le subterfuge.


      • Casquette Le 25 mai 2014 à 11h46
        Afficher/Masquer

        Il est souvent question de protection dans le réglement européen (voir la Charte des droits fondamentaux) mais elle ne concerne que les droits individuels , ce sont les institutions collectives , privées ou publiques (entreprises , Etats) qui ne peuvent pas profiter d’un régime de protection…mais tout cela est conforme à la doctrine libérale donc c’est pas une surprise.


    • Papagateau Le 25 mai 2014 à 15h26
      Afficher/Masquer

      “L’âge est un naufrage”
      Mais pour les plus jeunes :
      “L’arrivisme est un naufrage”.
      Et c’est parce qu’ils sont arrivistes qu’ils sont manipulables et soumis à la pression des lobbys.

      Et quel est le lobby médiatiquement le plus puissant ?
      Quel est le lobby qui peut acheter (au sens foncier) les médias pour qu’ils parlent en sa faveur, mais surtout pour qu’ils se taisent et s’auto-censurent ?
      C’est le lobby de l’argent, du pacte trans-atlantique et des banques : le 1%, voire le 1 pour mille de l’élite mondiale.
      Comme quoi OB a bien vu en commençant par les banques.
      Le combat s’annonce rude, car tout les média sont la propriété des oligarques occidentaux (éventuellement de gauche).


      • VAILLANT GERARD Le 25 mai 2014 à 17h31
        Afficher/Masquer

        Joliment dit. La réponse est sans doute l’intelligence collective car ils ont la main sur toutes les puissances : financières, économiques, politiques, militaires, médiatiques, etc… et se sont même “offert” pour quelques dix, cent milliards le langage et la vie privée dont nous sommes en train d’user. N’empêche :
        Ce n’est qu’un début : continuons le combat !!


      • Charles Michael Le 25 mai 2014 à 19h26
        Afficher/Masquer

        Il y a 63.000 personnes dont la fortune dépassent 100 millions de $
        nous sommes 7 000 000 000 d’habitants ici sur terre, on peut donc parler de 1 pour 100.000
        pour faire simple.


  6. Nerouiev Le 25 mai 2014 à 08h37
    Afficher/Masquer

    L’Europe est volontairement antisociale puisqu’il s’agit avant tout d’une construction néolibérale pour accroître le marché américain. La preuve en est, c’est la vitesse avec laquelle on est arrivé à 28 sans raison profonde, démentiel ! C’est la raison pour laquelle le culte social est dans tous les discours, sinon ce ne serait pas vendable au pékin moyen. Avec tant de pays si différents on ne pourra jamais construire un réel social universel, trop de problèmes à régler avant, la bonne excuse, pour repousser perpétuellement une politique sociale.


    • C Balogh Le 25 mai 2014 à 11h07
      Afficher/Masquer

      Une Europe sociale au nous trouverions un point d’ancrage commun passe, il me semble, par l’avènement d’un Revenu Mensuel sans condition.
      Ce combat pourrait être ce qui nous rassemble.

      Pas dans une ue(despote économique et technocratique), mais bel et bien sur ce bout de continent qui a toujours été nommé Europe et où vivent différentes nationalités.
      Puisque l’on parle de créer du lien entre les peuples et que c’est une très bonne idée, il me semble qu’il serait facile d’avoir un avis commun sur quelques points:

      -Un revenu mensuel sans condition
      -Le droit à la santé
      -l’accès pour tous à un habitat décent.
      -le droit à des aliments sains, de l’eau propre.
      -Le droit à faire des éudes gratuitement.
      –Poser comme régle de rémunération la règle de 1 à 7(par exemple)

      -Favoriser un langage commun mais sans éviction des langages déjà utilisés.

      -Une somme prêtée à o,1% pour entreprendre.
      -En finir avec les “prêteurs sur gages”
      -Réguler de manière drastique la finance(séparation des activités bancaires)
      -Réguler la Bourse(en finir avec les robots-traders) et imposer un investissement sur le long terme, un quota maximun d’achat journalier/investisseur
      -Interdire la création de produits financiers toxiques.

      -Trouver une autre manière de choisir nos représentants et imposer les référendums d’initiative populaire.
      -Interdire le cumul des mandats et le va-et-vient entre privé et public.
      -Révocation immédiate en cas de faute.

      Voilà, en simple citoyenne ce à quoi je réfléchis.Je n’ai pas la prétention d’apporter des solutions miraculeuses ni celle de détenir la science infuse.Vu la volonté exprimée de nous diviser pour mieux régner, il me semble important pour contrer cela de trouver des choses qui nous réunissent, qui nous rassemblent.

      Faire un exemple, déjà, dans notre pays, puisque que Bruxelles ou pas Bruxelles, c’est là que je vis.

      Voilà.
      Je suis simpliste, sans aucun doute.

      Les solutions compliquées sont-elles toujours le bon choix?

      Perso j’aimerai une planète où ces régles seraient respectées par ce que “on ne choisit pas où on naît et on aurait tout aussi bien pu naître “quelque part.”….


      • Un_passant Le 25 mai 2014 à 12h17
        Afficher/Masquer

        Je conçois certaines idées, d’autres ne me semblent pas impératives mais… concernant les banques, l’équivalent d’un Glass-Steagall (que je souhaite) demande d’en avoir des qui sont en acier trempé (voir même en titan blindées au carbone-kevlar XD ). Pas certain que nos politiciens soient de cette race.

        Mais… il est vrai que dans la mesure où l’argent que l’on met en banque, nos dépôts, sont notre propriété, non seulement les banques devraient être capable de garantir le montant en totalité mais en plus, les banques de dépôts devraient être mutualistes. De quoi faire franchement flipper les banquiers actuels (preuve s’il en est qu’ils sont alors assimilables à des pirates et non des personnes soucieuses de leurs devoirs vis-à-vis des déposants).


        • C Balogh Le 25 mai 2014 à 15h01
          Afficher/Masquer

          à Un-Passant
          NEF, Crédit Coopératif, peut-être d’autres?


        • Un_passant Le 26 mai 2014 à 09h07
          Afficher/Masquer

          @C Balogh

          En fait je sous-entend toute une réglementation, toute une vision de la banque, y compris au niveau des politiques, qui dépasse largement le cadre français. Il ne suffit que que les banques mutualistes puissent exister, il s’agit que les banques et les politiciens se fondent sur des véritables critères éthiques (et pourtant libéraux, à une différence près qui est la “responsabilité” -ou les devoirs, c’est selon-).


          • C Balogh Le 26 mai 2014 à 19h17
            Afficher/Masquer

            à
            Un_passant

            Entièrement d’accord.
            Un préalable cependant:un vaccin contre l’avidité.
            ;O)


      • VAILLANT GERARD Le 25 mai 2014 à 12h50
        Afficher/Masquer

        Dans notre pays ou en Europe j’adhère à votre non-parti !


  7. Gribouille Le 25 mai 2014 à 08h41
    Afficher/Masquer

    L’Europe sociale…. c’est le double langage européiste béât. On ne peut organiser d’un coté une concurrence fiscale et sociale entre des pays qui appartiennent à une même zone monétaire et de l’autre affirmer qu’un Etat providence est possible. En l’absence d’une harmonisation fiscale et sociale, la stratégie qui consiste à baisser ses salaires et les charges sur les entreprises devient payante justement parce que vos partenaires commerciaux ne peuvent plus répliquer en dévaluant leur monnaie. La seule alternative, si les pays veulent lutter contre le chômage et sauvegarder des activités sur leur territoire, est d’imiter la stratégie du voisin et de baisser à son tour ses impôts sur les entreprises. On arrive à la conclusion du jeu appelé “le dilemme du prisonnier” où les stratégies non coopératives de l’ensemble des joueurs conduit au pire équilibre possible pour tous, la destruction de l’Etat providence par insuffisance de ressources pour le financer.


  8. Kiwixar Le 25 mai 2014 à 08h55
    Afficher/Masquer

    “Ce qui est important, c’est qui compte les votes” (Staline)


  9. Kiwixar Le 25 mai 2014 à 08h58
    Afficher/Masquer

    Ukraine : problème de serveur pour compter les votes….
    http://www.rt.com/news/161332-ukraine-president-election-virus/

    Qui compte les votes en France, comment est-ce compilé et vérifié ?


    • step Le 26 mai 2014 à 10h01
      Afficher/Masquer

      des secrétaires de mairie, des agents de l’état civil. Saisi par des agents souvent de l’informatique dans un logiciel acheté auprès d’un développeur.
      Les controles :

      1) le décompte : plusieurs regards dessus, en principe de partis divergeants.
      2) L’informatique saisit, mais les cartons issus du 1°) arrivent au secrétariat de la mairie par un autre chemin. En principe, relecture. (oui je sais c’est inquiétant).
      3) Le logiciel calcule les taux, et donne les résultats en pourcentage. Il y a un autre logiciel qui utilise les données saisies pour afficher les pourcentages graphiquement, on peut vérifier que les deux logiciels donnent les mêmes résultats.
      4) La saisie des listes est une convention interne à la mairie. Pour nous c’était liste 1 -> liste 25. Difficile dans ce cas, de faire une modification de code unique en France qui aventagerait une liste pour toutes les mairies.

      Pas parfait donc, mais la redondance info/papier limite le risque de fraude. Toutefois, on voit dors et déjà que l’informatique est le maillon faible de la chaine d’intégrité, ce qui ne s’améliorerait pas avec le vote électronique.


  10. Niya Le 25 mai 2014 à 09h02
    Afficher/Masquer

    “Europe sociale”
    Bel exemple d’oxymore !
    PSA délocalise en Slovaquie et reviendra quand le “coût du travail” sera moins élevé ici.
    Là voilà “l’europe sociale”
    Qu’en est-il du coût du capital ?


    • Wilmotte Karim Le 25 mai 2014 à 09h42
      Afficher/Masquer

      Nous n’avons pas la force suffisante au niveau de l’union européenne* et tout indique que nous le l’aurons pas avant une génération (sauf changement spectaculaire. Possible mais imprévisible).

      Donc, faisons sauter le machin (ou négocions si face à la menace réelle, ceux d’en face préfèrent revoir leurs positions et créer cette “Europe Sociale”).

      Il est assez probable que sur certains espaces issus de ce démembrement, nous disposions d’une force suffisante pour inverser la course.

      A partir de là, des alliances progressistes redeviennent possible au niveau régional.

      *Le choix du nom me semble simple : Union Européenne et non pas “Organisation de Bruxelles” (qui est d’ailleurs autant celle de Karlsruhe, de Francfort, de Luxembourg voir même de Strasbourg)


      • VAILLANT GERARD Le 25 mai 2014 à 09h56
        Afficher/Masquer

        Je ne prêche pas pour ma paroisse : j’arrive à proximité de “date d’obsolescence”, mais j’ai des petits enfants qui grandissent un smartphone à la main et j’ai la cruelle imbécillité de croire qu’il y a plus d’intelligence et de fraternité chez l’humain (Européen ou autre) que de bêtise et de haine. Mais rassurez-vous : Ca partira avec la bête !!


  11. Lamonette Le 25 mai 2014 à 09h10
    Afficher/Masquer

    Normalement, commission, avec bonnes compositions et présences, des la fin de scrutin, validant les chiffres, les transférant , par divers relais au ministère de l’intérieur.

    Pour les votes par ordino, je ne sais…. mais vais être soumise dans une brassée de minutes à cet aléa potentiel…Car, j’ai le droit de vote et compte en user.

    De toutes les manières, il doit y avoir des scrutateurs…..Sinon, l’élection d’auj en Ukraine ne vaut pas davantage que les référendums…puisqu’il s’agit d’embrasser, coûte que coûte, le modus operandi des occidentaux.


  12. NeverMore Le 25 mai 2014 à 09h18
    Afficher/Masquer

    Je cite à nouveau cet extrait (dernier paragraphe) d’un article de Frédéric Lordon :“Cette Europe là est irréparable” (ne vous privez pas de lire l’intégralité de l’article).

    http://blog.mondediplo.net/2008-11-30-Cette-Europe-la-est-irreparable

    “L’Europe dans sa forme actuelle prend un soin particulier à écœurer autant qu’elle le peut, parfois même, mais dans le silence de leurs âmes tourmentées, jusqu’à ses défenseurs les plus sincères et, voudrait-elle précipiter des accès de refermements nationaux, qu’elle ne s’y prendrait pas autrement. Si vraiment c’est là le produit chaque jour plus probable de cette délirante aventure, on se demande presque si, pour l’idée européenne elle-même, il ne faudrait pas souhaiter qu’un beau jour les manants — je veux dire les « citoyens européens » — se rendent sur place dire un mot en direct aux grands malades qui ont rendu cette Europe irréparable. Et le cas échéant se proposent de les virer à coup de lattes dans le train.”

    Pour les « coups de latte dans le train”, c’est bien d’aller voter, et pour ce qui me concerne aujourd’hui, je mettrai mes plus grosses chaussures, jusque dans l’urne.


    • Nihil Le 25 mai 2014 à 15h52
      Afficher/Masquer

      Avant les coups de lattes dans le train (c’est mon projet de fin de vie !), je suis allé à mon bureau de vote habituel, ai salué chacun des scrutateurs plus que courtoisement (d’ailleurs j’ai travaillé avec 3 d’entre eux, leur ai dit avec sourire mais fermeté que je boycottais ce vote et que donc je leur souhaitais bon courage dans leur tâche. “Une bonne journée, Messieurs Dames ! Et qu’on ne dise pas que j’étais à la pêche!”
      La prochaine fois (et tant que le bulletin blanc ne sera pas compté dans les exprimés, j’irai avec d’autres, pique niquer sur le parking, par exemple.


    • bigglop Le 25 mai 2014 à 16h31
      Afficher/Masquer

      J’apprécie beaucoup Lordon.
      Mais, y’en a qui ont essayé ……………………………à Bruxelles, contre le TIPP
      Voilà ce que ca donne :
      http://www.lelotenaction.org/pages/actualites-1/manif-contre-le-tafta-a-bruxelles-250-arrestations.html
      et ça :
      http://stoptafta.wordpress.com/2014/05/16/scandale-a-bruxelles-arrestation-de-250-manifestants-au-tafta/
      Est-on en démocratie ? A mon avis, NON


  13. TZYACK Le 25 mai 2014 à 09h19
    Afficher/Masquer

    Les politiques nationales attractives du moins-disant social et fiscal et du nivellement par le bas conduisent l’Europe à n’être plus qu’une coquille vide de sens et inutile.


    • K Le 25 mai 2014 à 13h07
      Afficher/Masquer

      Baisser les salaires n’est pas inutile à tous le monde…


  14. BA Le 25 mai 2014 à 09h40
    Afficher/Masquer

    Je complète les belles promesses des dirigeants socialistes par ce petit florilège :

    Vous vous rappelez toutes les belles promesses au moment du référendum sur le traité de Maastricht ?

    – « L’Europe est la réponse d’avenir à la question du chômage. En s’appuyant sur un marché de 340 millions de consommateurs, le plus grand du monde ; sur une monnaie unique, la plus forte du monde ; sur un système de sécurité sociale, le plus protecteur du monde, les entreprises pourront se développer et créer des emplois. » (Michel Sapin, 2 août 1992, Le Journal du Dimanche)

    – « Maastricht constitue les trois clefs de l’avenir : la monnaie unique, ce sera moins de chômeurs et plus de prospérité ; la politique étrangère commune, ce sera moins d’impuissance et plus de sécurité ; et la citoyenneté, ce sera moins de bureaucratie et plus de démocratie. » (Michel Rocard, 27 août 1992, Ouest-France)

    – « Les droits sociaux resteront les mêmes – on conservera la Sécurité sociale –, l’Europe va tirer le progrès vers le haut. » (Pierre Bérégovoy, 30 août 1992, Antenne 2)

    – « Pour la France, l’Union Economique et Monétaire, c’est la voie royale pour lutter contre le chômage. » (Michel Sapin, 11 septembre 1992, France Inter)

    – « C’est principalement peut-être sur l’Europe sociale qu’on entend un certain nombre de contrevérités. Et ceux qui ont le plus à gagner de l’Europe sociale, notamment les ouvriers et les employés, sont peut-être les plus inquiets sur ces contrevérités. Comment peut-on dire que l’Europe sera moins sociale demain qu’aujourd’hui ? Alors que ce sera plus d’emplois, plus de protection sociale et moins d’exclusion. » (Martine Aubry, 12 septembre 1992, discours à Béthune)


  15. Alain34 Le 25 mai 2014 à 10h25
    Afficher/Masquer

    Comment ca le social n’est plus a l’ordre du jour ?
    L’autre jour jour j’en ai entendu une bien bonne qui illustre assez bien l’europe qui rend fou. Je me rapelle malheureusement pas qui racontait ca, mais c’etait un de nos politiques de 1er plan, europeiste convancu. En gros : “il faut se serrer la ceinture, faire des reformes, ce sera dur, mais a terme ca permttra d’aller mieux. Regardez les Allemands, il y a plus de 10 ans ils ont accepte tout cela : serrage de ceinture, grosses reformes, et aujourd’hui ? Ils vont mieux et peuvent partager les fruits de leurs efforts, faire du social : ILS PEUVENT METTRE EN PLACE UN SMIC !”


    • poilagratter Le 25 mai 2014 à 10h38
      Afficher/Masquer

      Et là ou il existe déjà, si on veut mettre en place un SMIC, il faudrait d’abord le supprimer… Logique, non?


  16. wibert Le 25 mai 2014 à 10h53
    Afficher/Masquer

    mauvaises langues : l’europe sociale cette fois ci c’est la bonne …. promis !


  17. Casquette Le 25 mai 2014 à 11h00
    Afficher/Masquer

    La bataille des idées commence avec la bataille des mots , d’abord commencons par les promesses de l’europe sociale , et si elles ne réalisent pas , disqualifions toute critique envers la construction européenne en créant de toute pièce un neologisme qui florès depuis qqs semaines : l'”europhobie”.
    Qqs exemples entendus ce matin : ” un vote marqué par la montée de l’abstentionisme et de l’europhobie” , “combattre le sentiment europhobe” , “tentations europhobes”…
    Ils vont vraiment nous la conjuguer à toutes les sauces , cette phobie.


    • Hellebora Le 25 mai 2014 à 17h38
      Afficher/Masquer

      Oui, ça fait partie de l’intox qui vise à porter un discrédit puissant sur tous ceux qui se permettent de faire du fact checking par rapport aux discours et promesses (cf le bêtisier de Maastricht). Je penserai à votre remarque qd je vais écouter les commentaires des résultats du vote


  18. Kiergaard Le 25 mai 2014 à 11h12
    Afficher/Masquer

    Il faut à tout prix comparer cette vidéo avec la communication de la Commission Européenne d’octobre 2013 intitulée : “Avenir de l’Union économique et monétaire: les pistes proposées par la Commission pour approfondir l’intégration sociale” dont j’avais fait un examen sarcastique à l’époque

    http://www.points-de-vue-alternatifs.com/version-sarcastique-les-pistes-propos%C3%A9es-par-la-commission-pour-approfondir-l%E2%80%99int%C3%A9gration-sociale


  19. Un_passant Le 25 mai 2014 à 12h01
    Afficher/Masquer

    Le pire c’est qu’ils croient vraiment que les autres pays européens envient notre “modèle”.

    Au passage, ils oublient qu’à droite comme à gauche, depuis trente ans, ils disent qu’on ne peut pas à cause de l’UE ou que c’est mis en oeuvre à cause de l’UE et quand il y a un problème où ce discours ne marche pas, alors ça devient, on s’en sortira grâce à l’UE.

    L’argument ultime : de toute façon l’UE c’est la paix.

    Étrangement, dans les milieux militaire, il y a un discours qui existe, presque un proverbe qui dit :
    les militaires de terrain construisent la paix et une fois que la paix est là, les hommes de terrain cèdent la place aux politiciens qui conduisent à la guerre.

    Les hommes d’état sont la par accident, par le sens de l’Histoire et se sont forgés sur la réalité, (bien souvent difficile), les politiciens sont des gratte-papiers carriéristes, des théoriciens qui ne comprennent rien à la réalité. Les uns avaient les mains dans le cambouis, les autre s’imaginent le monde via les livres (encore si c’était des livres d’Histoire, mais on dirait plutôt qu’ils font dans le roman de gare, ça peut-être divertissant, mais question édification de l’homme, ça n’est pas vraiment ça).

    De Gaulle venait de la province, d’un milieu proche de la terre, nos politiciens actuels sont des petits bourgeois parisiens la bouche pleine. Ils me font penser à Louis XVI et sa cours.

    Sans compter que la situation actuelle de l’UE laisse fortement à penser (et après tout plusieurs ministres de Hollande, en plus de lui-même, sont passés par la French American Foundation) qu’ils ne sont que des pantins des EUA. Comment expliquer autrement un élargissement aussi rapide et prêt à laisser entrer la Turquie et souhaiter intégrer l’Ukraine?

    La Turquie est en Asie-mineure, quant à l’Ukraine, c’est un pays qui est beaucoup plus proche de la Russie que de l’UE, c’est même le berceau (Kiev) de la Russie. Par contre l’Ukraine aurait été un excellent partenaire de l’UE pour faire liaison avec la Russie.

    Concernant les EUA, je ne peux dire qu’une chose : US Go home!

    Pour en revenir à l’Europe sociale… je m’interroge. Il est évident que la population vieillit, que la proportion d’actifs par rapport au nombre de retraités diminue, mais dans le cas de la France et concernant les services publics, il y a quelque chose d’étrange.

    En 1960, si je ne m’abuse, on tournait autour de 46% du PIB en terme de pression fiscale. Nous sommes à… 57%. Soit une augmentation de 24%. C’est à peu près la hausse du coût lié au vieillissement de la population. Problème : nombre de service publiques ont fermés, la qualité des services tend à se dégrader et… le nombre de salariés du secteur publique -étendu (donc +para)- a augmenté.

    Où? La réponse est simple : Les administratifs et les personnels qui tournent autour des politiciens. Le principe de Parkinson dans toute sa splendeur. Un gaspillage doublé d’une trahison qui n’a rien à voir avec l’UE. Les politiciens, encore et toujours. Que l’on manque d’hommes d’état.


  20. Charles Michael Le 25 mai 2014 à 12h18
    Afficher/Masquer

    L’ UE c’est la paix, puisqu’on vous le dit

    Un journaliste Français blessé ce matin en Ukraine (LeMonde – le continu ce matin)

    Un journaliste Italien tué ce matin et un autre blessé dans le même incident que le Français (Libération )

    D’après le récit du Français: 40 à 60 obus ont été tiré sur le fossé où il s’étaient abrités après avoir reçu des tirs de kalachnikov.
    Il s’est enfui dans la direction opposée d’où partaient les tirs et les séparatistes l’ont laissé passé.

    voici les deux textes:

    Deux photographes occidentaux, dont un Français, et leur traducteur russe, ont été blessés samedi 24 mai par des obus de mortier au sud de Sloviansk, un bastion des séparatistes prorusses dans l’est de l’Ukraine encerclé par l’armée ukrainienne.
    Selon William Roguelon, un photographe français de l’agence Wostok Press, qui a notamment couvert la guerre en Syrie à Alep, les trois hommes et leur chauffeur sont arrivés sur une ligne de front au sud de Sloviansk et venaient de quitter la voiture quand ils ont essuyé des tirs. « Il y a d’abord eu des tirs de kalachnikov, ça sifflait. Puis les obus sont tombés », a raconté M. Roguelon joint au téléphone depuis Kiev par l’AFP.
    Le Français, un autre photographe occidental et le traducteur russe se sont mis à l’abri dans un fossé. « 40 à 60 obus sont tombés », a précisé le photographe français. « Ils ont ajusté leurs tirs et un obus est tombé au milieu du fossé », raconte le photographe blessé aux deux jambes par des éclats. Il ne sait pas si son collègue et son traducteur également blessés ont survécu.

    « DES COMBATTANTS SÉPARATISTES M’ONT LAISSÉ PASSER »

    William Roguelon a ensuite montré ses appareils et crié qu’il était journaliste et s’est enfui sous les tirs. « J’ai croisé des combattants séparatistes à l’opposé des tirs et ils m’ont laissé passer », précise-t-il. Une voiture l’a alors pris et conduit à l’hôpital où il a été sommairement soigné. Il attend de pouvoir quitter cette zone, l’une des plus dangereuses d’Ukraine.
    Selon un commandant séparatiste cité par l’agence russe Ria Novosti, les photographes et le traducteur ont été pris dans une attaque.
    Sloviansk, dans la région séparatiste de Donetsk, est encerclée par l’armée ukrainienne, elle-même encerclée par d’autres insurgés prorusses et toutes les nuits les deux camps s’affrontent dans des combats sporadiques qui visent à reprendre un ou deux postes de contrôle.

    journaliste italien tué:

    Il se trouvait dans la zone de Sloviansk, bastion des séparatistes prorusses.
    Un journaliste italien qui se trouvait dans la zone de Slaviansk, bastion des séparatistes pro-russes, a été tué samedi par des obus de mortiers, a annoncé dimanche le ministère des Affaires étrangères italien. «Malheureusement, tous les éléments que nous avons convergent pour dire qu’il est décédé. Nous sommes seulement en attente d’une deuxième confirmation, l’identification du corps», a déclaré un porte-parole du ministère.
    Sur les circonstances, le porte-parole n’a pas pu donner beaucoup de détails : «On ne sait pas bien, il y avait des affrontements, des coups de mortier, la situation est difficile à vérifier même pour les autorités ukrainiennes.» La famille du journaliste, identifié dans les médias italiens comme le photographe Andrea Rocchelli, 30 ans, surnommé «Andy» et membre fondateur du collectif Cesura, se rendra sur place dans la journée de dimanche.
    «La dépouille a été transférée, avec celle d’un citoyen russe, de l’hôpital d’Andreevka vers celui de Slaviansk, situé à quelques kilomètres» pour sa reconnaissance, a indiqué le ministère dans son communiqué officiel. «La famille du jeune reporter a été en contact ces dernières heures avec la Farnesina (le ministère italien des Affaires étrangères) et l’ambassade à Kiev qui l’assistera à son arrivée cet après-midi dans la capitale ukrainienne», a ajouté le ministère.
    Samedi soir, un photographe français de l’agence Wostok Press, William Roguelon, avait indiqué avoir été victime, avec un autre photographe occidental et un traducteur russe, de tirs d’obus de mortier. Selon la presse italienne, Andy Rocchelli se trouvait avec lui ainsi que l’interprète russe Andrey Mironov. Selon William Roguelon, l’autre photographe et le traducteur se sont mis à l’abri dans un fossé après des tirs de kalachnikov et d’obus. Entre «40 à 60 obus sont tombés» puis les tireurs ont «ajusté leurs tirs et un obus est tombé au milieu du fossé», a raconté William Roguelon, blessé aux deux jambes par les éclats.
    Il ne savait pas samedi soir si son collègue photographe et le traducteur également blessés avaient survécu alors que les agences russes dont Interfax affirmaient, sur la base de sources russes, que les deux hommes avaient succombé à leurs blessures. Andy Rocchelli, diplômé en «visual design» à l’Ecole Polytechnique de Milan, avait d’abord travaillé pour la prestigieuse agence de photo italienne Grazia Neri, avant de fonder le collectif Cesura avec quatre autres photographes en 2008. A l’étranger, il avait suivi des événements dans le Caucase, au Kirghizistan, puis les «printemps arabes» en Tunisie et Libye.
    Originaire de Piacenza (nord-est), il vivait entre Moscou et Milan et collaborait avec de nombreux médias de premier plan dont le magazine Newsweek, l’italien L’Espresso, le quotidien français Le Monde, ainsi que pour Foreign Policy, Novaya Gazeta, la Zürcher Zeitung et Kommersant. Rocchelli se trouvait dans la région de Donetsk avec son traducteur depuis plusieurs jours, selon des responsables du collectif Cesura.
    AFP


  21. Daniel Le 25 mai 2014 à 12h46
    Afficher/Masquer

    Depuis longtemps c’est la carotte “made in France” qui fait avancer l’âne et sa carrosse “made in China”, des énarques en tenant les rênes…


  22. VladP Le 25 mai 2014 à 13h26
    Afficher/Masquer

    Bonjour tout le monde,
    Voilà la démocratie européenne en marche:
    Attentat antisémite à Bruxelles hier: 4 morts (dont une française)…
    Juifs passés à tabacs à la sortie d’une synagogue Aujourd’hui à Créteil…
    À force d’encourager, de financer et de soutenir militairement les nazis ailleurs… On fini par les retrouver chez soi!
    Ou qui sème le vent…
    Et la (désormais) routine: journalistes français et italiens tués à Slaviansk… La Pax europeanna, sans doute…


  23. Papagateau Le 25 mai 2014 à 13h29
    Afficher/Masquer

    Je me suis demandé pourquoi l’occident voulait le chaos en Ukraine, et j’ai trouvé la réponse en regardant les graphiques d’Olivier Berruyer sur l’économie de l’Ukraine (02 mai 2014).
    En particulier, je pense aux courbes des PIB/habitants de l’Ukraine, de la Russie, de l’Est de l’UE (Pologne, Slovaquie), et de la chine rassemblés sur le même graphique. Et je vois :

    A) La stagnation du PIB ou la crise en Ukraine ET en Europe de l’Est.
    B) Le PIB de la Russie monte d’environs 5% par an, et croise cette année 2014 le PIB de l’union européenne de l’Est.
    C) Par ailleurs nous savons depuis quelques mois que le PIB par habitant de la Chine, corrigé du pouvoir d’achat (PPA), est maintenant supérieur au PIB par habitant des grecs. Par ailleurs les grecs sont en baisse violente tandis que les chinois demeurent à plus de 5% de croissance par an.

    Autrement dit, que l’union européenne de l’Est, malgré les aides directes de l’Ouest, et les aides militaires des USA, vivra moins bien que la Russie ou la Chine en 2015.
    Et cela est évidemment insupportable pour les élites américaines et européennes qui n’ont pas arrêté de répéter de promettre le progrès et l’enrichissement pour la vieille et la nouvelle Europe.

    Ainsi ils doivent camoufler un double constat d’échec :
    1) En Europe du sud face à la supériorité économique chinoise,
    2) Dans l’union européenne de l’Est face à la supériorité économique russe.

    L’union européenne fait moins bien que la Russie et la Chine en progression et en PIB/hab (PPA).
    Cette réalité leur est inadmissible (à eux), car la propagation de cette information ruinerait tout l’ascendant moral de nos élites sur l’Est et l’Ouest mais aussi sur les BRICS et plus généralement sur le tiers monde.
    Avec qui voulez-vous être allié ? De qui voulez-vous suivre les conseils ? De l’occident “ruineur” sinon ruiné, ou de la Chine riche et de la Russie prospère ?
    La comparaison concerne en premier lieu l’union européenne mais atteint aussi les USA qui sont aussi en appauvrissement. Est-il besoin d’ajouter qu’ils sont aussi la cause de la crise débutée en 2008 qui frappe le tiers-monde (spéculation sur les subsistances) ?
    Les USA risquent de perdre leur ascendant moral sur le reste du monde que leur permet la promesse de la prospérité.
    Cette réalité leur est insupportable.

    Ce sera donc la guerre aux “coupables”, mais sans avouer la vrai raison : le droit d’usage de la promesse de prospérité, l’ascendant moral qui va avec, et le pillage du monde.


    • C Balogh Le 25 mai 2014 à 14h23
      Afficher/Masquer

      Bonjour,
      Je vois qu’ils ne parlent, sous-entendent que deux choix:
      -Un effondrement économique mondial
      -La guerre
      Et je sais pas pourquoi, mais j’aurai tendance à pas trop leur faire confiance.
      Il y a sans doute d’autres choix mais là, on ne peut que constater qu’ils s’obstinent à la provocation et ne montrent pas d’intention d’association, de discussion paisibles.
      Peut-être en secret.
      Pour sauver la face.


  24. Laurent Dup Le 25 mai 2014 à 14h09
    Afficher/Masquer

    C’est avec grande délectation que je re-re-re-regarde ce montage. Je ne tiens plus j’y retourne!


  25. spqr Le 25 mai 2014 à 14h10
    Afficher/Masquer
  26. Nanker Le 25 mai 2014 à 14h27
    Afficher/Masquer

    Et la reine du concours de beauté socialo/libérale pourrait être Henri Weber : ancien trotskiste il lâche ses copains pour entrer au PS (sic) avant de rejoindre les structures européennes à Bruxelles, certainement pour faire progresser la cause des plus humbles au sein de L’U.E. (nan je blague!)

    Le parachèvement d’une vie de trahi… euh d’une vie d’authentique hiérarque P.S. se trouve dans le soutien qu’apporte Weber… au TAFTA le projet ultra-libéral dont même Madelin n’aurait pas osé rêver.
    http://www.liberation.fr/economie/2014/05/19/traite-transatlantique-assez-de-demagogie_1020759

    Le TAFTA Weber le sent, Weber y croit… Hallélujah!

    Weber est passé de “Mai 68 : une répétition générale (rédigé avec Daniel Bensaïd édité chez Maspero!) en 1968 à cette tribune lamentable dans “LIbé” aujourd’hui. Tout est dit… sur cet homme et sur le P.S. en général…

    Aujourd’hui ALLEZ VOTER!!! Et jetez une poignée de sable dans la machine infernale européaniste!


  27. archanonyme Le 25 mai 2014 à 14h51
    Afficher/Masquer

    Tout cela montre bien que la démocratie n’existe que dans les titres, ou si elle existe, c’est une démocratie fantoche


  28. El JEm Le 25 mai 2014 à 15h54
    Afficher/Masquer

    En démocratie représentative, focalisée autour de l’élection, les partis politiques deviennent immanquablement des organisations professionnelles dont l’objectif est de capter le pouvoir du peuple souverain.

    La tactique a supplanté la stratégie : à chaque élection, la question qu’ils se posent est : quoi dire pour gagner ? et une fois au pouvoir, ils gèrent leur position.

    Il faut sortir de la démocratie représentative et aller vers une démocratie délibérative/participative.

    Problème : les partis et les élus, que ce système fait vivre, ne se saborderont pas tout seuls (ils y croient et y ont intérêt).


  29. kain Le 25 mai 2014 à 16h05
    Afficher/Masquer

    Je pense ne pas être le seul à bien comprendre comment fonctionne l’organisation de Bruxelles… et j’ai trouvé cette petite vidéo explicative : https://www.youtube.com/watch?v=m3YR1ddlkfs

    C’est très bien décrit je trouve et relativise nettement cette notion de démocratie.

    C’est donc pour cela que les gens vont/ont voté ce dimanche


  30. Charles Michael Le 25 mai 2014 à 20h25
    Afficher/Masquer

    L’Europe sociale photo:

    le FN autour de 25 %
    l’UMP de 21 %
    le PS 15 %
    Modem/UDI 10 %
    EELV 9 %
    FG 7 %

    Mr Chocolat 56 %
    Mme Blondie 22 %

    Bienvenue dans l’UE: fascistes du Monde entier unissez-vous


  31. chatard Le 25 mai 2014 à 20h28
    Afficher/Masquer

    PS: 35 ans de “Et maintenant, en route vers l’Europe sociale !”.

    Résultat 14%.

    Le PS est mort, c’était prévisible après 35 ans de “dis moi ce que tu veux entendre, je te le promettrai aux prochaines élections”… la seule morale de cette histoire, c’est qu’on peut balader un peuple pendant 35 ans avec des promesses.


  32. BA Le 25 mai 2014 à 20h48
    Afficher/Masquer

    Mai 1974 – mai 2014 : les Quarante Décadentes.

    Depuis mai 1974, les européistes du centre, les européistes de gauche, les européistes de droite dirigent la France.

    Depuis mai 1974, tous les présidents de la République et tous les premiers ministres ont comme priorité numéro un : la construction européenne.

    Depuis mai 1974, les élites politiques et les élites médiatiques nous expliquent que plus on fera l’Europe, mieux ce sera.

    Depuis mai 1974, la majorité du peuple français a cru les belles promesses des européistes, la majorité du peuple français a voté pour les européistes … mais le résultat a été exactement le contraire de ce qui avait été promis.

    Maintenant, c’est terminé.

    Maintenant, les partis politiques européistes sont discrédités.

    Nous entrons dans une nouvelle période historique.

    Malheureusement, le peuple français vote de plus en plus pour le Front National.

    Malheureusement, nous allons vivre la période des fureurs populaires et des passions nationalistes.

    L’idée européenne est morte.

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/05/25/europeennes-large-victoire-du-fn_4425528_823448.html


  33. romain Le 25 mai 2014 à 20h59
    Afficher/Masquer

    heu question (hors-sujet, désole): y avait pas une election en ukraine également aujourd’hui ?
    J’ai du mal a trouver des infos.


  34. Nanker Le 25 mai 2014 à 21h43
    Afficher/Masquer

    Je l’ai déjà posté sur Les-crises mais ça fait tellement du bien…

    Le grand Jacques Sapir avait l’année dernière prophétisé la déculottée du PS :
    vu que les soclalos français étaient aussi serviles envers les banques et les responsables de la crise que leurs homologues grecs, ils finiraient, un jour, par faire le même score que leurs collègues du Pasok cad 12%.
    Ce soir le PS est à 14%… pas mal comme pronostic, hein?

    Addendum : ce soir en Grèce les socialos ont fait HUIT % des voix. C’est ce que fera Hollande (ou Valls, peu importe) en 2017?


    • Charles Michael Le 25 mai 2014 à 22h02
      Afficher/Masquer

      Oui, effectivement J. Sapir très bien et sur l’Ukraine le Seul dans les médias.

      Emmanuel Todd avec Hervé lebras avaient aussi prévenu que avec le marriage pour tous le PS perdrait ses électeurs cathos, notament en Bretagne et Centre. Ce projet de loi aurait dut faire l’objet d’un référendum et sans dramatisation; mais ce sujet sociétal étant la feuille de vigne de gauche de ce gouvernement libéral à prétentions sociales, ça n’allait pas.

      Tsipras en grèce est crédité de 26 à 28 % est devient le premier parti de Grèce. mais Aube Dorée ferait entre 9 et 10 %. Pour la mairie d’Athènes Tsipras et la maire sortant (coalition gauche + droite modérée) sont au coude à coude; mais tsipras l’emporterait sur la région d’Attique.

      la France hélas s’apprète à acceuillir les cendres de Pétain au Panthéon (source anonyme)

      Le Front de gauche serait à 6.4 %, Nouvelle Donne à 3 %.


  35. BA Le 25 mai 2014 à 21h50
    Afficher/Masquer

    Belgique :

    Les nationalistes flamands, vainqueurs des élections législatives avec environ 33% des suffrages, veulent former un gouvernement.

    Les nationalistes flamands, grands vainqueurs des législatives de dimanche en Belgique avec environ un tiers des voix côté néerlandophone, veulent essayer de former un gouvernement fédéral, a déclaré leur chef, Bart De Wever.

    Avec quelque 32 à 34% des voix côté néerlandophone, tant au niveau du scrutin fédéral que régional, Bart De Wever a gagné son pari de franchir le seuil symbolique des 30%, alors que les autres formations s’étaient liguées contre lui.

    Autriche :

    L’extrême droite finit troisième et en forte hausse, avec 20,5% des suffrages.

    L’extrême droite a enregistré une forte poussée aux élections européennes dimanche en Autriche, remportées par le parti de centre-droit ÖVP.

    Le FPÖ, qui espère constituer un groupe commun avec notamment le Front national français de Marine Le Pen dans le prochain Parlement européen, est troisième du scrutin avec 20,5% des suffrages, contre 12,7% en 2009.

    Grèce :

    Le parti néonazi Aube Dorée atteint environ 10% lors des élections européennes.

    Le parti d’extrême-gauche Syriza obtiendrait entre 26% et 28% des voix et Nouvelle-Démocratie entre 23% et 25%.

    En troisième position arrive le parti néonazi Aube dorée avec un score compris entre 9% et 10%, ce qui pourrait lui donner au moins deux députés européens sur 21 élus grecs, une première pour ce parti qui a prospéré sur la crise et avait atteint 0,46% en 2009.

    En juin 2012 lors des dernières législatives, ce parti avait obtenu 18 députés au Parlement grec, avec un score de 6,9%.

    Allemagne :

    Les conservateurs d’Angela Merkel en tête, poussée des anti-euro.

    Les conservateurs de la CDU/CSU obtiennent 36% des voix, devant leur allié au sein du gouvernement de grande coalition, le SPD, qui obtient 27,5%.

    Le nouveau parti anti-euro AFD, créé au printemps 2013, qui plaide pour une dissolution de la monnaie unique européenne, réalise un score de 6,5%, qui lui permet de faire son entrée au parlement européen, d’après de premiers chiffres diffusés par les télévisions publiques allemandes.


  36. Suzanne Le 25 mai 2014 à 21h51
    Afficher/Masquer

    Pour la toute première fois, j’ai hésité, très fortement, à aller voter.

    J’y suis allée finalement, à cause des ukrainiens, mes frères et sœurs européens : moi, je sors de chez moi tranquillement, il fait beau et paisible, soleil, un dimanche à aimer le printemps, je vais au bureau de vote, les gens s’arrêtent à la boulangerie, achètent des gâteaux, la vie est douce.
    Si j’étais en Ukraine, je risquerais ma vie à faire cette balade dominicale. Alors je me dis bon, vas-y au moins pour eux.

    Ce soir, des cris d’orfraie de tous côtés à cause des 25 % du FN. Si demain il y a encore d’autres déclarations style c’est-le-désastre-l’extrême-droite-est-en-tête, je sens que je vais me mettre en rogne pour de bon : ‘spliquez-moi la cohérence qu’il y a à pleurer du score du FN, tout en soutenant les nazis en Ukraine, hein?


  37. william Le 25 mai 2014 à 22h00
    Afficher/Masquer

    Merci Mitterand !

    Si on ne reconnait pas notre erreur, on va droit dans un changement profond de société.

    D’un côté, on a développé l’a-culture de la jeunesse avec un internet qui ne sert à rien et une politique du BUZZ qui détruit toutes les valeurs.

    D’un autre côté, les élites gagnent beaucoup plus et encore plus.

    Le vote étant reservé à chacun d’entre nous, la vague est énorme. S’arrêtera-t-elle ?

    En même temps, les propositions FN vont poser d’énormes problèmes dans les équilibres. Là, ce n’est plus l’Ukraine. C’est chez nous.


  38. BA Le 25 mai 2014 à 23h39
    Afficher/Masquer

    Danemark :

    L’extrême-droite remporte la victoire, avec 23,1% des voix.

    L’extrême droite arrive en tête des élections européennes avec 23,1 % des voix pour le Parti du peuple danois, qui gagne presque dix points par rapport à 2009.

    Le Parti du peuple danois devient le premier parti du Danemark et obtient trois sièges, autant que le Parti social-démocrate (20,5 %). Avec seulement 17,2 %, les libéraux danois sont les grands perdants de ce scrutin.


  39. BA Le 25 mai 2014 à 23h54
    Afficher/Masquer

    Près de 130 députés europhobes pourraient siéger au Parlement européen.

    Tour d’Europe des performances des extrêmes dans les pays de l’Union européenne :

    1- Les pays où les extrêmes arrivent en tête :

    – En France, le Front national obtiendrait un score historique de 24,4 % des suffrages, devançant largement l’UMP (20,4%), selon un sondage Harris Interactive pour «Le Parisien»-«Aujourd’hui en France». Le FN décrocherait avec ce score 23 à 25 sièges sur les 74 accordés à la France. Le PS arrive en troisième position (14,2%), son pire score à une élection européenne depuis 1994. Avec 10,6% des voix, l’alliance des centristes (UDI-Modem) passerait devant Europe Ecologie-Les Verts (9,6%) qui dégringole par rapport à son score de 2009 (16,28%).

    – Au Royaume-Uni, le parti europhobe UKIP serait en tête devant le Labour (gauche) et le Parti conservateur avec 24 sièges contre 22 et 17, selon le quotidien allemand Die Welt.

    – Au Danemark, l’extrême droite (Parti du peuple danois) devancerait les sociaux démocrates et le centre droit avec 23,1%, contre 20,5% et 17,2%.

    – En Grèce, pays très durement touché par l’austérité, le parti de la gauche radicale Syriza d’Alexis Tsipras semblait arriver en tête, légèrement en avance sur la Nouvelle-Démocratie (droite, au pouvoir). Le parti néonazi Aube dorée espérait également avoir des élus et obtiendrait entre 8 et 10% des voix .

    2- Les pays où les extrêmes font une percée ou progressent :

    – En Allemagne, le parti anti-euro AFD, créé au printemps 2013, réaliserait un score de 6,5% qui lui permettrait de faire son entrée au parlement européen. Mais les conservateurs de la CDU/CSU restent largement en tête, crédités de 36% des voix, devant les sociaux démocrates qui amélioreraient leur score à 27,5% (contre 20,8% en 2009).

    – En Italie, le Mouvement Cinq étoiles de l’ex-comique Beppe Grillo est crédité de 26,5% des suffrages selon les premières estimations, derrière le Parti Démocrate du Premier ministre Matteo Renzi (33%) et devant le Forza Italia de Silvio Berlusconi (18%).

    – En Autriche, le parti d’extrême droite FPÖ progresserait nettement et arriverait en troisième position, avec 19,9% des suffrages, en hausse de plus de cinq points par rapport à 2009, derrière les chrétiens-démocrates et les sociaux-démocrates au pouvoir. Ce parti espère constituer un groupe notamment avec le Front national.

    – En Suède, les nationalistes (Démocrates suédois) arrivent en sixième position mais avec 7% des suffrages selon les premières estimations, et feraient leur entrée au Parlement européen pour la première fois.

    – En Finlande, les Vrais Finlandais arrivent en troisième position selon les sondages à la sortie des bureaux de vote et obtiendraient ainsi trois sièges au Parlement européen, un de plus qu’en 2009.

    – En Hongrie, le Jobbik arriverait en deuxième position derrière le parti conservateur avec 15% des suffrages et obtiendrait trois sièges au Parlement européen.

    – En Espagne, le Parti Populaire (droite) au pouvoir et le PSOE (gauche) cèderaient respectivement 8 et 9 sièges. Cela profite à l’extrême-gauche, issue du mouvement des Indignés. Podemos, né de la mouvance des indignés, entre au Parlement européen avec cinq sièges.

    3- Les pays où les extrêmes sont en échec :

    – Aux Pays-Bas, en revanche, le parti anti-islam PVV a subi un échec, en n’obtenant que 12% des voix contre près de 18% il y a cinq ans.

    – La Roumanie semblait de son côté se singulariser, avec une très large victoire de l’alliance de centre gauche créditée de 41% des voix. Le parti d’extrême droite Romania Mare (PRM), en chute libre depuis plusieurs années, a obtenu environ 2,5% des voix, privant son chef historique Corneliu Vadim Tudor du siège qu’il détient actuellement à Bruxelles.

    http://www.leparisien.fr/elections-europeennes/europeennes-la-poussee-attendue-des-extremes-se-confirme-dans-les-urnes-25-05-2014-3870283.php


  40. Macarel Le 26 mai 2014 à 00h10
    Afficher/Masquer

    1984-2014 l’irrésistible ascension du parti Le Pen.

    Merci Mitterrand, merci Delors, merci Fabius, merci Jospin, merci Strauss Khan, merci Hollande, et tous ceux que j’oublie.

    Mais enfin ce n’est pas grave, j’écoute Euronews, au parlement européen il n’y aura qu’une cinquantaine de députés d’extrême-droite. Pas de quoi fouetter un chat, pour Jean Claude Junker (ancien premier ministre d’un paradis fiscal) qui est très content des résultats de la soirée : le PPE est majoritaire, et le PSE est le second derrière le PPE. L’Europe s’est-il même permis de rappeler -citation de Delors-, est le fruit des amours (sic) des démocrates-chrétiens et des sociaux-démocrates, et il se sent tout à fait légitime pour remplacer Barroso à la tête de la commission. Autre sujet de satisfaction pour lui ce soir : le poulain ukrainien de l’UE, l’oligarque Mr Chocolat, a gagné l’élection présidentielle en Ukraine.
    Finalement dans ce petit monde Bruxellois tout le monde est content. 25% FN en France, 23% Cinque Stelle, 31% UKIP en Grande-Bretagne, tout cela n’est qu’épiphénomène. La fête peut continuer dans les cercles de l’oligarchie européenne.
    Quant à Hollande, il ne représente plus que 15% des français (de ceux qui se sont déplacés pour voter en tout cas), il va être en position de force à Bruxelles, c’est indiscutable.
    Ce soir, je n’ai pas honte d’être français, mais honte du personnel politique français qui depuis plus de 30 ans nous a amené là où l’on en est.
    J’écoute Euronews tout en écrivant, Schultz semble être moins content que Junker, il fustige les voyous de la fraude fiscale qui vont planquer leurs avoirs dans les paradis fiscaux, bla, bla, bla. Mais au final, PPE et PSE convoleront en juste noces, soyons en sûrs. Ils s’aiment tant, comme dirait Delors.


  41. Théo Ter-Abgarian Le 26 mai 2014 à 00h47
    Afficher/Masquer

    Sur FR3, la journaliste du Parisien Libéré, Mme Schuck : “avec ces résultats qu’est-ce qu’ils vont dire de nous à CNN !!!”
    C’est fantastique, l’Idéal du Moi dans les médias gouvernementaux c’est l’œil de CNN. Va falloir penser d’abord par soi-même et ensuite écrire par soi-même.


  42. Caroline Porteu Le 26 mai 2014 à 02h09
    Afficher/Masquer

    De l’art du mensonge et de l’entourloupe : Le Tafta et le TTIP quasiment adoptés le 16 Avril dernier au Parlement Européen , sur la partie des différends Etat /Investisseur par le vote d’une résolution législative . Il ne reste plus qu’à passer du conditionnel au présent :

    bit.ly/1jOuKia


  43. Macarel Le 26 mai 2014 à 07h27
    Afficher/Masquer

    Mesdames, messieurs les journalistes arrêtez !

    La France n’est pas devenue fasciste, le FN représente 43%x25% = 10,75% des électeurs inscrits, soit 4,7 millions d’électeurs sur 44 millions. Par contre c’est vrai que le PS ne représente que 43%x13%=5,59% des inscrits, soit 2,46 millions d’inscrits.
    Autant dire que si Hollande s’obstine dans la politique “compétitive de l’offre par la baisse du coût du travail”, le chômage va continuer à augmenter, et ce sera plié pour la gauche aux présidentielles de 2017. Le PS est comme c’était prévisible sur une trajectoire à la grecque, le PASOK ne pèse pas plus sur l’échiquier politique grec que le parti néo-nazi Aube Dorée.
    En 2017, la droite, même en crise, pourra présenter, même un âne, à la présidence de la France, il sera élu face à Marine Le Pen, sans doute avec moins que les 82% de Chirac en 2002, mais il sera élu.
    La France, n’est pas devenue fasciste, ce sont les électeurs de gauche qui ne se déplacent plus pour aller voter, surtout si une pseudo-gauche socialiste fait au pouvoir une politique de droite, c’est pas plus difficile que cela.
    Ce qui par contre est très préoccupant, c’est que 60% à 70% des plus jeunes ne sont pas allé voter à ces européennes, car ce sont eux qui incarnent l’avenir. Il est vrai que si l’explosion du chômage est assimilée aux “politiques européennes”…


    • bm607 Le 26 mai 2014 à 12h07
      Afficher/Masquer

      Sans vouloir appuyer un sens ou l’autre (France fasciste ou pas, quoique après avoir constaté le soutien de la France et de son gouvernement PS au gouvernement provisoire de l’Ukraine et à son aile Secteur Droit je me demande qui est quoi dans ce foutoir) il y a un sondage qui m’a interpelé, sur Valeurs Actuelles (bien qu’on puisse se poser des questions à la fois sur la justesse des sondages et sur l’impartialité de ce “journal” concernant des résultats même bruts ) :
      http://www.valeursactuelles.com/abstentionnistes-fn-t%C3%AAte

      On y voit que les intentions de votes des non-votants auraient été peu ou prou assez proches des résultats de ceux qui ont voté, si le vote avait été obligatoire en France.

      Certes donc, encore une fois, on peut mettre en doute l’objectivité et l’exactitude de ce sondage (IFOP), mais il me semble pour ma part donner une tendance à grosse maille, à savoir que les votes d’hier dans les grandes lignes sont représentatifs d’une tendance et de pourcentages réels dans la population globale du pays.

      Et que par contre c’est le désintérêt pour l’Europe et l’éloignement de celle-ci par rapport aux préoccupations quotidiennes qui ont conduit au score des abstentionnistes.


      • chatard Le 26 mai 2014 à 14h35
        Afficher/Masquer

        On voit que les idées des votants et des abstentionnistes sont les mêmes. intéressant. ca montre aussi que l’abstention ne profite pas au fn et qu’elle ne pénalise pas non plus le ps contrairement à une idée reçu.


  44. Macarel Le 26 mai 2014 à 07h43
    Afficher/Masquer

    Enfin en Allemagne ils sont contents avec Merkel, c’est déjà ça. Car quand ça ne va pas en Allemagne, le péril fasciste peu aller très loin, l’histoire l’a montré…


  45. Macarel Le 26 mai 2014 à 08h04
    Afficher/Masquer

    L’Europe et le fascisme, ce n’est pas une tentation nouvelle. La crise des années 30, nous l’a déjà montré. Et comme la Grande Crise post 2008, frappe de plein fouet ce continent…
    Hollande sur les traces de Heinrich Brüning ou de Pierre Laval ???


  46. Macarel Le 26 mai 2014 à 08h33
    Afficher/Masquer

    La France “homme malade de l’Europe”, ou la France malade de cette Europe, courroie de transmission de la mondialisation néo-libérale ?
    Je penche plutôt pour la seconde hypothèse, la mondialisation profite à une Allemagne mercantiliste, mais plombe une France qui reste attachée à une tradition étatiste.
    La mondialisation, a fait éclater l’attelage franco-allemand, il ne faut pas se voiler la face.
    Comment pourrions nous garder un euro monnaie unique dans ces conditions ?
    L’Angleterre, elle, lorgne toujours vers le grand large, l’Europe, elle n’en veut que comme grand marché concurrentiel, et de toute façon son industrie principale c’est la finance. L’Angleterre, c’est la City.


  47. VAILLANT GERARD Le 26 mai 2014 à 08h33
    Afficher/Masquer

    Que l’élite énarchique du PS est pourrie n’apporte guère de réponse aux questions posées, sauf qu’Emmanuel Tood (qui était sûr de ne pas avoir tort – bien qu’avec 2 % de moins qu’en 2009) peut être satisfait. Dans 3 ans il devient envisageable qu’une UMPFN devienne la première femme Présidente de la République.
    Bien joué !


  48. Macarel Le 26 mai 2014 à 08h45
    Afficher/Masquer

    Ce à quoi l’on assiste aujourd’hui c’est à la faillite de toute une génération des élites françaises, comme en 1870, comme en juin 40.


  49. Un_passant Le 26 mai 2014 à 09h18
    Afficher/Masquer

    Ni le PS ni l’UMP n’ont compris qu’ils ont perdu toute légitimité avec leurs lâchetés.

    Des europhiles raisonnables qui finissent pas voter pour des partis europhobes par dépit et dégoût de cette oligarchie qui oublie ses devoirs.

    Des personnes ni racistes ni xénophobes qui votent pour le nationalisme car à être humaniste et “tolérant” (y compris avec des intolérants, sous prétextes qu’ils sont étrangers ou sont liés à des “minorités”, soi-disant ostracisées -mais qui bénéficient de bien plus de respect et de droits, voire de facilités “sociales” ici qu’elles n’en avaient chez elles ou que n’en ont les chrétiens “ailleurs”), on en a oublié de leurs rappeler leurs obligation de respect envers le pays d’accueil et sa population.

    On a qualifié de racisme, et rejeté sur le pays d’accueil et sa population, une notion appelée “mal du pays”. Tout un ensemble de comportements inconséquents, démagogiques et mensongers qui détruisent petit à petit la capacité à vivre ensemble.

    Ces mêmes politiciens ont toléré l’entrisme de pays qui n’ont pas nos valeurs, notre culture pour en blâmer d’autres qui ne sont pourtant pas pires et parfois culturellement et historiquement plus proches.

    Où est leur crédibilité?



Charte de modérations des commentaires