Source : Vimeo, Gilles Perret, 2016

film documentaire de Gilles Perret sur la Sécurité sociale française

En racontant l’étonnante histoire de la Sécu, La Sociale rend justice à ses héros oubliés, mais aussi à une utopie toujours en marche, et dont bénéficient 66 millions de Français.

Distributeur: Rouge Productions

Bande annonce et DVD

59 réponses à [Vidéo] La sociale (2016), par Gilles Perret

Commentaires recommandés

Catalina Le 05 septembre 2017 à 07h40

à un moment dans ce documentaire on voit un patron s’exprimer (1.12 ), il dit que la France est communiste, et oui !!! pour les patrons, le fait que l’ouvrier soit protégé des aléas de la vie en fait un communiste !!! ces gens qui sont “privilégiés” de naissance ont un mépris et une haine farouches contre ceux qui naissent hors de leur caste, c’est d’autant plus ignoble que sans les travailleurs, ceux qui s’enrichissent ne sont pour la plupart pas capable de gagner “leur croute”. Oui,Olivier, il y avait la charité et c’est bien pour ça qu’Ambroise Croizat a eu l’idée de la sécu, sortir de la toute puissance de la charité; CHarité qui sévit encore aux usa où les puissants se réunissent dans les soirées d’un luxe impudique pour “donner leur chèque”.

  1. olivier Le 05 septembre 2017 à 07h16
    Afficher/Masquer

    «  À partir du Moyen Âge, certaines corporations organisent une assistance, limitée, entre les professionnels qui y adhèrent. L’abolition des corporations par le décret d’Allarde, en 1791, met fin à ce premier dispositif d’entraide, professionnel et privé. »  

    « 1871 Albert le Mun fonda alors les « cercles ouvriers », sous la forme de l’Œuvre des cercles catholiques d’ouvriers avec René de la Tour du Pin, Félix de Roquefeuil-Cahuzac et Maurice Maignen 1878 : cercles, 37 500 ouvriers » “(Les écrits de La Tour du Pin marqueront également le général de Gaulle. En 1970, Edmond Michelet, ministre du général, faisait remarquer à ce sujet « s’il est un personnage que le général de Gaulle connaît mieux que Marx, c’est peut-être le très ignoré aujourd’hui La Tour du Pin ») ».

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Catholicisme_social
    1833 : Antoine-Frédéric Ozanam : Confédération internationale de la Société de Saint-Vincent-de-Paul (aider les pauvres afin de soulager leurs souffrances et promouvoir leur dignité et leur intégrité humaines).

    Rien de parfait, juste pour information.


    • Chris Le 05 septembre 2017 à 15h13
      Afficher/Masquer

      A propos de l’ordre de Saint Vincent de Paul, se rappeler que leurs religieuses faisaient partie du bataillon des soignants en milieu hospitalier jusqu’aux années 1970.
      On peut voir leur cornettes dans un film avec Louis de Funes, à l’Hospice de Beaune.


    • Guadet Le 05 septembre 2017 à 15h51
      Afficher/Masquer

      Le documentaire gomme l’action des chrétiens sociaux qui ont eu une grande importance dans la rédaction du programme du CNR. Ils avaient la première place au CNR comme dans la première assemblée. Comme d’habitude, pourtant, on préfère laisser face à face communistes et capitalistes : productivistes contre productivistes.
      Les chrétiens sociaux, plutôt antilibéraux et anticapitalistes, annonçant les écologistes et les décroissants, sont effacés des livres d’histoire.


  2. Catalina Le 05 septembre 2017 à 07h40
    Afficher/Masquer

    à un moment dans ce documentaire on voit un patron s’exprimer (1.12 ), il dit que la France est communiste, et oui !!! pour les patrons, le fait que l’ouvrier soit protégé des aléas de la vie en fait un communiste !!! ces gens qui sont “privilégiés” de naissance ont un mépris et une haine farouches contre ceux qui naissent hors de leur caste, c’est d’autant plus ignoble que sans les travailleurs, ceux qui s’enrichissent ne sont pour la plupart pas capable de gagner “leur croute”. Oui,Olivier, il y avait la charité et c’est bien pour ça qu’Ambroise Croizat a eu l’idée de la sécu, sortir de la toute puissance de la charité; CHarité qui sévit encore aux usa où les puissants se réunissent dans les soirées d’un luxe impudique pour “donner leur chèque”.


    • Fanfan Le 05 septembre 2017 à 12h53
      Afficher/Masquer
      • Fanfan Le 05 septembre 2017 à 20h31
        Afficher/Masquer

        Dernière phrase prononcée par Ambroise Croizat lors de son dernier discours à l’Assemblée nationale, le 24 octobre 1950 avant son décès :
        “Jamais nous ne tolérerons qu’un seul des avantages de la sécurité sociale soit mis en péril. Nous défendrons à en perdre la vie et avec la plus grande énergie cette loi humaine et de progrès.”


    • olivier Le 05 septembre 2017 à 23h34
      Afficher/Masquer

      Il n’y a aucune difficulté à reconnaitre que notre système social prend sa source dans le christianisme, et n’est qu’une évolution du catholicisme social mis en place bien avant le sieur Croizat par des grandes figures de l’histoire, (catholiques et royalistes). C’est un fait, tres têtu. Quoi de plus normal ? même s’il n’y a rien de parfait en ce bas monde, s’occuper des pauvres, les instruire (Alcuin, Lasalliens, Dominicain, etc), protéger les plus faibles et les soigner (croix rouge, hospitalier, hospices, etc) : c’est tout l’enseignement du Christ qui a traversé 2000 ans d’histoire. La paille.

      A moins bien sur d’être dans la haine du croyant et dépourvu de charité à son encontre.

      Je rappelle également qu’avant sa mise sous tutelle par l’état, le système fonctionnait sans peine, et pourrais encore fonctionner sans. Malheureusement la tendance est à la régression, les vautours dépècent, aidés en cela par leur myopes complices.


      • Toff de Aix Le 07 septembre 2017 à 09h13
        Afficher/Masquer

        Faux et archi faux : vous simplifiez et noyez le poisson il me semble.

        La charité chrétienne est ça n’est absolument pas la même chose que la Solidarité.

        La charité chrétienne que vous décrivez, c’est implicitement insinuer que “les pauvres l’ont bien cherché”, et aussi que “celui qui les aide ira au paradis pour ses bonnes actions”. Donc on a une aide intéressée au final…

        Absolument pas pareil que la Sécurité Sociale mise en place en France, qui implique le principe de Solidarité : celui qui n’a pas les moyens de financer ses soins tout seul, le pourra car il cotisera. C’est à dire que chacun cotisera selon ses moyens et se soignera selon ses besoins.

        C’est l’inverse : c’est l’émancipation par le travail, en et se reposant les uns sur les autres.

        Ceci dit sur la dernière partie de votre message je suis d’accord, les vautours dépècent, depuis quelques décennies, allègrement ce beau système. Je rajouterai qu’il nous appartient tous de le défendre, car c’est une des plus belles réalisations sociales au monde, porteuse de progrès et stabilisatrice de la société dans son ensemble .


        • Olivier Le 07 septembre 2017 à 12h42
          Afficher/Masquer

          Vous me prêtez une définition de la charité qui ne semble être qu’une projection politique. Vous semblez vouloir trouver chez moi que vous condamnez.. Vous semblez avoir cette habitude de reformuler pour mieux déconstruire. Pour moi c’est manipulation de mes propos. Par ailleurs vous ne démontrez rien. Une pirouette sémantique n’efface pas l’histoire.

          Que vous fassiez une différence entre charité et solidarité est important. Mais Les pauvres sont ceux qui donnent le plus. Prendre soins les uns des autres, l’entraide, le bon samaritain, autant de chose qui vous échappent dans votre logique de lutte des classes. Quand vous cotisez vous ne cotisez pas pour vous directement mais pour ceux qui en ont besoin. je vous renvoi aux systèmes mis en place par les corporations des le moyen-âge – ce qui démontre une longue tradition culturellement bien ancrée – mais que vos forces du progrès ont abolie en 1791. Comme pour la loi le chapelier.

          On saluera évidement l’énergie des hommes de bien qui se sont battu pour voir naître un systeme que nous pleurons aujourd’hui. Pour le reste je vous renvois à mes posts plus bas que vous avez manqués. Laisser hier en paix il vous sauvera demain, oubliez aujourd’hui et pensez demain.


  3. Catalina Le 05 septembre 2017 à 07h42
    Afficher/Masquer

    documentaire où on voit qu’un médicament produit pour 150 dollars est vendu…48 000 euros…..
    inutile d’élaborer, rien que ça en dit long sur l’hyperpuissance des firmes pharmaceutiques.


    • Suzanne Le 05 septembre 2017 à 22h04
      Afficher/Masquer

      (C’est à 1h 02 par là) Aah je dois dire que oui, celle-là elle est fameuse, ça vaut le coup de la garder. Une honte absolue, et contre laquelle on ne peut absolument rien (parce que le boycott, pour la santé, c’est pas évident).


    • Sam Le 05 septembre 2017 à 22h47
      Afficher/Masquer

      Oui. Ou le bâtiment où la fenêtre est facturée 27000€, pour un loyer qui passe de 30 millions à 36 millions par an. L’argent est détourné des gens vers les firmes de toutes les façons possibles…


  4. Georges Clounaud Le 05 septembre 2017 à 07h48
    Afficher/Masquer

    Merci olivier pour cette piqure de rappel (qui n’a pas besoin d’être remboursée par la Sécu !) à l’heure où l’idéologie progressiste au pouvoir cherche par tous les moyens à déconstruire ce bien commun au seul regard de la logique budgétaire et économique. L’objectif étant uniquement de confier sa gestion à la sphère privée et ainsi permettre de judicieux profits à des intérêts amis….

    Nous avons tendance à oublier les bienfaits de cet acquis social obnubilés que nous sommes par nos égoïsmes et notre “intérêt individuel”.

    Même si ce système à des failles et des limites n’oublions jamais que les dépenses de santé par habitant en France sont largement inférieures à celles des États-Unis, pays où pourtant l’espérance de vie décroit régulièrement pour de nombreuses catégories sociales totalement démunies en terme de protection sociale…

    L’intérêt général ne correspond par forcément à la somme des intérêts individuels


    • josé Le 05 septembre 2017 à 09h58
      Afficher/Masquer

      Nous avons tendance à oublier les bienfaits de cet acquis social obnubilés que nous sommes par nos égoïsmes et notre “intérêt individuel”
      Bien entendu, nous sommes tous plus ou moins égoïstes, mais la monté des individualismes avec cette connotation égoïste fait partie du combat de ce camp libéral ; la preuve le « club » des désaffiliés présent dans ce film qui fait son travail de propagande, et reçoit la publicité qu’on veut bien lui faire.
      Constamment « l’intérêt individuel » est mis en avant devant « l’intérêt collectif » c’est le fruit d’une bataille ; pas la notre !
      Cher Georges, je ne souscris pas à cette phrase qui a l’air de bon sens mais qui manque d’optimisme et qui écarte le contexte politique.


      • Georges Clounaud Le 05 septembre 2017 à 10h47
        Afficher/Masquer

        Bonjour José,
        Il me semble justement qu’on ne cesse de mettre en avant l’intérêt individuel pour détruire toutes les structures collectives de solidarité. C’est bien sur ce point précis qu’il faut se battre. Accepter certaines contraintes – les fameuses charges, cotisations et impôts – qui sont trop lourdes pour les ménages et qui “réduisent le pouvoir d’achat des ménages” (selon le discours dominant) – pour maintenir des services indispensables au vivre-ensemble et à l’intérêt général (notion qui me semble justement beaucoup moins employée par ce même discours dominant).
        Résister à ce discours privilégiant systématiquement l’intérêt individuel au détriment de l’intérêt général passe par une prise de conscience de notre intérêt à tous à maintenir et à consolider nos biens collectifs. Pour cela il nous faut consentir à réaliser certains “sacrifices” financiers individuels qui, au regard des gains obtenus en échanges n’en sont en réalité pas.
        Cette résistance dans le contexte politique actuel est la plus noble des batailles.


  5. Bruno Le 05 septembre 2017 à 08h29
    Afficher/Masquer

    Olivier à propos des cercles catholiques ouvriers rappelons que la femme de Jupiter est la descendante d’une famille (Trogneux) ayant prospéré grâce au catholicisme à l’ombre de la cathédrale d’ Amiens ainsi qu’à Arras, par la vente de Dragées pour les Baptêmes, les Mariages et autres chocolatries pour Paques.. Une famille qui doit beaucoup donc à cette communauté.
    Macron lui œuvre pour une autre religion, le Néolibéralisme qui est plus dogmatique encore que toutes les religions monothéistes connues. Pour les Néo Libéraux les dogmes des « Sciences économiques » par essence scientifique donc, s’appuient sur la foi et uniquement sur la foi. Les ordonnances (Charias pour certaines religions) prises d’ailleurs par le gouvernement en sont une preuve incontestable. Ne voulant en aucun cas s’attaquer aux causes sujet tabou, et continuer d’aller au bout des injustices sociales, tant qu’il y aura de la viande à gratter sur les os, pour une minorité, le peuple est prié d’espérer de croire aux miracles, aux incantations de Gattaz, et de se réunir dans l’Oraison et la culpabilité. Ne voyez pas une quelconque corrélation face à la pauvreté qui augmente parallèlement aux dividendes captés, mais une simple punition de volonté divine à laquelle l’homme doit se plier , non pour le bien de tous mais de ceux qui ont déjà beaucoup…


  6. Fanfan Le 05 septembre 2017 à 08h38
    Afficher/Masquer

    “Un outil d’émancipation du salariat géré par les travailleurs.
    La mise en place d’un régime général de couverture sociale qui non seulement mutualise une part importante de la valeur produite par le travail, mais qui en confie aussi la gestion aux travailleurs eux-mêmes. Croizat n’invente pas la sécurité sociale, dont les éléments existent déjà ; il rassemble en une seule caisse toutes les formes antérieures d’assurance sociale et finance l’ensemble par une cotisation interprofessionnelle à taux unique…


  7. Fanfan Le 05 septembre 2017 à 08h41
    Afficher/Masquer

    “Les allocations familiales, l’assurance-maladie, les retraites et la couverture des accidents du travail du régime général ont ceci de renversant que la collecte des cotisations ne dépend ni de l’Etat ni du patronat, mais d’une caisse gérée par des représentants syndicaux. La puissance du régime général est redoutable : selon l’estimation de l’Assemblée consultative provisoire en août 1945 (1), il socialise dès le départ le tiers de la masse totale des salaires. Ce système unique sera effectif de 1946 jusqu’au milieu des années 1960. Entre-temps, il aura fait l’objet d’un travail de sape systématique…
    Par Bernard Friot & Christine Jakse
    https://www.monde-diplomatique.fr/2015/12/FRIOT/54395


    • Fanfan Le 05 septembre 2017 à 08h46
      Afficher/Masquer

      (1) « Rapport sur le projet d’organisation de la Sécurité sociale », débats de l’Assemblée consultative provisoire, no 68, Journal officiel du 1er août 1945.


    • Fanfan Le 05 septembre 2017 à 13h00
      Afficher/Masquer

      La privatisation programmée de la Sécurité sociale par Laurent Mauduit (Médiapart) :
      http://universitepopulairetoulouse.fr/IMG/pdf/article_657727.pdf


  8. Kazhim Le 05 septembre 2017 à 08h54
    Afficher/Masquer

    Les hôpitaux possèdent une histoire s’étendant sur plus d’un millénaire.
    D’établissements d’assistance charitable, ils sont devenus les outils essentiels d’une politique
    de santé au bénéfice de la population. En effet, l’hébergement et le traitement des
    pauvres, des malades, et des invalides sont apparus d’une part dans les pays où les
    grandes religions (boudhisme, christianisme et islam) se sont affirmées,et d’autre part
    aux périodes de prospérité économique et de développement du droit

    http://www.biusante.parisdescartes.fr/sfhm/hsm/HSMx2013x047x002/HSMx2013x047x002x0169.pdf

    Voila, donc pas besoin d’être une société avancé pour accorder de l’aide au nécessiteux, c’est un phénomène humain qui doit être entretenue et il est normal de bénéficier d’un soutient de santé de la part de l’état, car la bonne santé d’un peuple est aussi celle d'”un pays. Les USA en contre exemple parfait, sont dans une pente dangereuse et j’ignore comment tout cela va finir.


  9. Philvar Le 05 septembre 2017 à 09h32
    Afficher/Masquer

    Ok pour tout cela. Mais, car il y a un mais ! Aujourd’hui, il y a une grande différence entre la théorie bien-pensante respectable et une réalité bien différente. Ne serait-ce qu’entre le dévouement de la base et le gâchis de l’administration et des fournisseurs.
    En ce qui concerne les labos et le prix des nouveaux médicaments, la réglementation insère le coût considérable des recherches, pendant une durée que je n’ai pas en mémoire. Sans cela plus de recherche et plus de progrès !


  10. josé Le 05 septembre 2017 à 09h42
    Afficher/Masquer

    Pour prolonger notre information, ou notre curiosité, je vous propose ces deux vidéos sur le film : https://www.humanite.fr/videos/la-sociale-histoire-dune-conquete-malmenee-619975

    https://www.youtube.com/watch?v=MSWM6rY8fRQ


  11. Gwen Le 05 septembre 2017 à 09h44
    Afficher/Masquer

    Victor Hugo : Vous voulez la charité ? Moi, je veux abolir la misère !


    • olivier Le 05 septembre 2017 à 22h55
      Afficher/Masquer

      Plus de bien matériel, moins de cœur. De la part de V. Hugo, rien d’étonnant. La misère (au sens ou on l’entendait à l’époque) fut donc abolie, et la charité disparue. Morale de l’histoire : rien n’a changé, et si ce n’est que nous sommes bien plus miséreux aujourd’hui qu’hier.


    • olivier Le 06 septembre 2017 à 07h13
      Afficher/Masquer

      P.-S. : La véritable citation :
      « Vous voulez les pauvres secourus, moi je veux la misère supprimée »
      Victor Hugo, “Quatre-Vingt-Treize” (1874)

      Votre falsification à permis de souligner une cruelle vérité malgres tout.


  12. P. Peterovich Le 05 septembre 2017 à 10h53
    Afficher/Masquer

    Un documentaire historique, c’est bien… Mais ce qui me gêne, c’est la récupération politique qui en est faite par l’extrême-gauche, sur le thème “il n’y a qu’à faire cracher les riches”. Comme si c’était si simple… Comme si les conditions démographiques et économiques étaient les mêmes qu’à l’époque…

    En 1946, les plus de 65 ans représentaient 11,1 % de la population; aujourd’hui, ce chiffre a doublé. Et plus les plus 75 ans, on est passé de 3,4 à 9,2 %… Dans un autre registre, dans les années soixante, la croissance économique (celle du PIB) oscillait autour de 6-7 %. Aujourd’hui, elle est de l’ordre du 1 %.


    • Fanfan Le 05 septembre 2017 à 12h18
      Afficher/Masquer

      Des réponses à vos interrogations en suivant ce lien du réseau salariat, association d’éducation populaire :
      http://www.reseau-salariat.info/5b8ddeecc82d3cb301cefac66833a636?lang=fr


    • Andes Le 05 septembre 2017 à 13h41
      Afficher/Masquer

      Oui mais les riches sont nettement beaucoup plus riches qu’avant.


    • SanKuKai Le 05 septembre 2017 à 14h44
      Afficher/Masquer

      C’est vrai, les conditions ont changé. Le nombre de plus de 65 ans aurait augmenté de 100%.

      Mais les besoins vitaux d’un retraité n’ont pas vraiment changé. Or Le PIB de la France est quant á lui passé de 250 Mds en euros constants á 2000 Mds. Soit une augmentation de 700% ( á la grosse louche).
      A supposer que le PIB soit effectivement un bon indicateur (grosse supposition), les 1% de 2000 Mds d’aujourd’hui représentent davantage de richesse produite que les 6% de l’époque.
      (source: https://www.les-crises.fr/historique-pib-france/)

      Explication par Franck Lepage et Gaël Tanguy:
      https://www.youtube.com/watch?v=ZSC62xVEaVc


    • charles-de Le 05 septembre 2017 à 18h22
      Afficher/Masquer

      Eh oui, ça se passe PARTOUT. D’abord, partis de zéro ou presque, on se développe vite, puis le taux de croissance baisse pour finir par tendre vers zéro.
      Je compare tout simplement nos économies à l’évolution d’un être vivant : un bébé double sa taille dans la première année après sa naissance, taux de 100%. Continuera-t-il à la même allure ? Bien sûr que non. et à la fin de sa croissance viendra un jour sa DECROISSANCE.


    • rosecestlamort Le 05 septembre 2017 à 19h37
      Afficher/Masquer

      et les conditions economiques c’était quoi exactement ? un pays ruiné par la guerre (croissance ou pas, y’a pas photo, on est BEAUCOUP plus riche à l’heure actuelle). et ils ont QUAND MEME fait la Secu 🙂


  13. Marie-Claire Schreiner Le 05 septembre 2017 à 11h02
    Afficher/Masquer

    Merci pour de film si instructif!
    AMBROISE CROIZAT une personne admirable!
    Honneur à la CGT!


  14. Fanfan Le 05 septembre 2017 à 11h26
    Afficher/Masquer

    Le long, très long voyage de Pierre-André Imbert “fantassin du dialogue social” qui a fait ses premières armes à gauche par Gilles Balbastre : https://www.monde-diplomatique.fr/2017/09/BALBASTRE/57841, article qui peut-être écouté.

    Un maître mot, le “dialogue social”, langue de bois, langue du pouvoir…
    Franck Lepage nous parle de la manipulation mentale par les mots.
    “Animer un atelier de désintoxication de la langue de bois” : https://m.youtube.com/watch?v=8oSIq5mxhv8,
    sur ARTE : https://m.youtube.com/watch?v=vJTo6I2mR_M


  15. Ellilou Le 05 septembre 2017 à 13h08
    Afficher/Masquer

    Si je peux me permettre de corriger une petite erreur: ce ne sont pas “66 millions de français” qui bénéficient des bienfaits de la sécurité sociale mais bien l’ensemble des habitants de France, qu’ils aient ou pas la nationalité française 😉


  16. euromix Le 05 septembre 2017 à 13h14
    Afficher/Masquer

    Je suis perplexe, tout est vraiment convainquant. Et pourtant aucun responsable communiste, syndical , socialiste, n’a réussi a mettre en avant l’histoire du mouvement ouvrier dans les interminables débats avec les éditocrates a la télé.
    Pourquoi ?


  17. Fox 23 Le 05 septembre 2017 à 13h37
    Afficher/Masquer

    Touche pas à ma Sécu !
    Belle création de la Libération, en difficultés pour de nombreuses raisons, permettant à nos dirigeant de restreindre son usage et ses remboursements… en oubliant qu’ils sont responsables de SA crise.

    Déficit sécu lié au chômage, depuis 1981 (hasard ?) prise de pouvoir des syndicats sans respect des statuts- où sont les élections ?-, rattachement de régimes outrageusement déficitaires et depuis des années, ETC…
    Et elle vit toujours ? C’était surement une bonne idée !


  18. Fanfan Le 05 septembre 2017 à 19h42
    Afficher/Masquer

    FRIOT sur la LAÏCITÉ, outil radical de désintoxication des croyances religieuses capitalistes.
    Il ne faut pas réduire la laïcité à la seule séparation entre l’Église et l’État… le fondement de la laïcité, c’est de rendre possible des lois, des institutions, qui affirment, contre le pouvoir, la souveraineté populaire (laikos = peuple)… Le pouvoir exerce toujours son emprise contre la souveraineté populaire par le biais de croyances religieuses, en l’occurrence aujourd’hui des croyances “économiques”.
    Il décrit 5 croyances religieuses qui, aujourd’hui, appuient le pouvoir de la classe dirigeante contre la souveraineté populaire…
    https://chouard.org/blog/2015/04/29/passionnant-friot-sur-la-laicite-outil-radical-de-desintoxication-des-croyances-religieuses-capitalistes/


  19. David D Le 05 septembre 2017 à 20h19
    Afficher/Masquer

    L’idée d’une histoire de la sécurité sociale qui commence avec Ambroise Croizat à la fin de la Seconde Guerre Mondiale favorise l’édification d’un discours mythique, je trouve. La sécurité sociale n’est-elle pas une invention de droite devenue un symbole de gauche ? Bismarck avait un chapeau à pointe. De toute façon, le délire de la lutte des classes coûte nécessairement cher aux plus pauvres, c’est une catastrophe pour eux car le discours de la lutte des classes n’aboutit qu’à renforcer une opposition entre ouvriers qui peuvent demander trop et patrons renforcés dans leur égoïsme, et vainqueurs à la fin. Marxisme et communisme ont tué la lutte sociale et favorisé largement la victoire du capitalisme. Je préfère les histoires sans mythe et une refonte complète de la pensée pour un monde plus juste.


    • Fanfan Le 05 septembre 2017 à 20h43
      Afficher/Masquer

      Votre commentaire est pour le moins étrange et Non la sécu n’est pas un “invention de droite” ! (Cf. Supra)


      • Fanfan Le 05 septembre 2017 à 21h10
        Afficher/Masquer

        Intéressante vidéo : “Une autre lecture de la sécurité sociale et de la fonction publique Vidéo Réseau Salariat”
        Conférence donnée par Bernard Friot en novembre 2014 à la Sorbonne dans le cadre du séminaire Marx au XXIe siècle sur le thème « Peut-on changer la pratique de la valeur ? »
        https://vimeo.com/113375817
        Ou https://m.youtube.com/watch?v=msgQ6wrsp2k


    • Sam Le 05 septembre 2017 à 23h12
      Afficher/Masquer

      “De toute façon, le délire de la lutte des classes coûte nécessairement cher aux plus pauvres”.

      Non, parce que les plus pauvres sont aussi les plus nombreux, et donc les plus forts ;o)


    • Toff de Aix Le 06 septembre 2017 à 11h27
      Afficher/Masquer

      Je n’ai rien compris à ce que vous dites : est ce que vous insinuez que la sécurité sociale a été inventée par la droite ?

      Si l’on parle de la même chose (c’est à dire la sécurité sociale française, ce dont parle le documentaire cité dans le sujet de cet article, et que vous ne semblez donc pas avoir vu, ce qui est bien dommage) , c’est bien les forces progressistes de Gauche (et notamment sous la pression des résistants communistes) que cela a été inclus dans le programme du CNR, et mis en place par’de Gaulle contraint et forcé, sous la pression des ministres communistes, avec Croizat en première ligne.

      Vous avez déjà été malade ? En arrêt maladie ? Vous avez pu vous soigner sans vendre votre maison ou finir à la rue ?

      Dans ce cas, vous devez leur dire merci : c’est à eux que vous le devez.


      • olivier Le 06 septembre 2017 à 20h39
        Afficher/Masquer

        “c’est à eux que vous le devez. »
        Non, aux corporations, à Albert le Mun, René de la Tour du Pin… des royalistes, des catholiques. C’est dur mais il faut faire avec. Cessez de réécrire l’histoire à votre convenance.

        Vous ne croyez quand même pas la fable qui dit qu’il n’y avais aucun systeme d’entraide avant De Gaulle et que tout est sorti de terre ex nihilo par la seule magie communiste ? Ce serait ridicule.

        On ne diras pas merci aux communistes, non merci. On sais le mal qu’ils ont apporté sur cette terre. C’est bien de rappeler que De Gaulle à été forcé. C’étais carrement la menace d’une guerre civile. La violence est dans leur ADN. Il leur a laissé l’éducation avec le désastre que l’on sais aujourd’hui.


  20. Toff de Aix Le 06 septembre 2017 à 10h59
    Afficher/Masquer

    Prochaine “réforme” de ce gouvernement vendu au Medef : la privatisation intégrale du système de sécurité sociale.

    Devinette, reliez tous les points listés ci dessous, et décrivez le schéma qui émerge:

    -suppression des cotisations sociales, et report sur la csg. ( Indice : les cotisations sont directement perçues par les caisses de sécu, la csg non, c’est l’état qui la collecte)
    -prise en charge de plus de 6 millions d’assurés sociaux supplémentaires par le seul Régime Général, à effectifs constants et sans budgets supplémentaires (le Rsi, au 1er janvier prochain)
    -réduction exigée par bercy, des budgets de fonctionnement des caisses de sécurité sociale (15% par an sur les frais de gestion et 15 milliards d’euros cette année sur les budgets de prestations =recommandations issues des GOPE formulées à Bruxelles et que macron s’est engagé à appliquer)

    Je vous parie que d’ici 1 an grand maximum, le fameux “trou” (qui ne représente aujourd’hui que moins d’un jour de fonctionnement) aura quintuplé, voire pire, et qu’on nous dira, la main sur le cœur, qu’il faut “réformer” c’est à dire transférer encore plus d’activités au privé et aux mutuelles et autres assurances. Ces dernières étant déjà bien dans la place avec les politiques menées sous les deux derniers quinquennats(déremboursements massifs et continus, RGPP, fusions et restructurations de caisses, etc.)


    • olivier Le 06 septembre 2017 à 20h50
      Afficher/Masquer

      Ce sera désastre en effet.

      Ce qui me fait dire une chose : plutot que de pleurer sur le passé mythifié, arcbouté sur un présent moribond à défendre une dépouille en état de décomposition avancé (comme s’il restais quoi que ce soit de recuppérable, gatée par plus de 40 ans d’abus), il conviendrais de penser à demain.

      Il faut commencer à imaginer des solutions qui échapperaient aux charognards de l’argent et autre esclavagistes en col blanc. Le renouveau de l’entraide sociale prendra sa source dans les solutions qui ont fait leur preuve et le passé est la pour nous éclairer, à condtion de remonter un peu plus loin que 1945. La première des conditions est la mise à mort de ce systeme inégalitaire, injuste et oppressif. Retrouver notre liberté sera le premier pas pour reconstruire.

      A toute chose malheur est bon, et contre mauvaise fortune, bon cœur.


      • Ellilou Le 07 septembre 2017 à 14h14
        Afficher/Masquer

        Excusez par avance mon incommensurable bêtise mais je ne comprends pas votre phrase: “… la mise à mort de ce système inégalitaire, injuste et oppressif.” Ce système c’est la sécurité sociale telle qu’elle existe et dont vous semblez à tout prix vouloir attribuer la création “aux corporations, à Albert le Mun, René de la Tour du Pin… des royalistes, des catholiques.”?


        • olivier Le 08 septembre 2017 à 00h38
          Afficher/Masquer

          C’est aujourd’hui « une dépouille en état de décomposition avancé (comme s’il restais quoi que ce soit de recuppérable, gatée par plus de 40 ans d’abus) » c’est donc devenu « ce systeme inégalitaire, injuste et oppressif ».

          A mon avis c’est plus un soucis de lecture que de betise, rassurez-vous et prenez le temps.


          • Boris Le 09 septembre 2017 à 13h21
            Afficher/Masquer

            Bonjour,

            Injuste, inégalitaire, oppressif ? Êtes vous certain de connaître la définition de chacun de ces mots ? L’appliquer au RG de Sécurité sociale mérite de détailler un tout petit peu plus vos propos.


            • Olivier Le 09 septembre 2017 à 15h24
              Afficher/Masquer

              Bonjour. La place manque mais je peut essayer :

              Inégalitaire : On peut aisement le constater : Medecine a 2 vitesses, selon que vous soyez pauvre ou riche = meilleur chirugien, rendez-vous avancés grace au pot de vin , problematique de la carte vitale chez certains médecins, tourisme médicale parasitant l’ensemble (prince quatari privatisant un étage d’hôpital). Les pauvres qui renoncent a se soigner faute d’argent. Des remboursements ridicules pour les lunettes, pourtant orthèse vitale. Dérembourssement de plus en plus important… la liste est longue.

              Cela fait de facto de l’injustice sociale (même si l’inégalité n’est pas fondamentalement injuste).

              Oppressif : il est aujourd’hui impossible d’en sortir sous peine de procès, d’amendes ou de harcellement administratif. Nous sommes condamnés a payer un systeme qui nourris des abus intolérables comme le problème des médicaments survendu et inefficaces, au profits des laboratoires (Guide des 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux). l’oppression est aussi fiscale : les charges, les coût sont accablants.

              On peut organiser un système plus efficace pour moins cher. Nous avons besoin de nous en libérer car je pense que cela n’est pas réformable.


  21. P. Leroux Le 08 septembre 2017 à 01h07
    Afficher/Masquer

    Et paf, supprimée….
    Pour une fois que ça risquait d’être un peu vu, et de toucher du public, ce qui, il me semble est crucial, vus les manigances de notre Valet patronal en chef….

    Le compteur de vues à du flamber et aura attiré l’attention?
    La diffusion avait été avalisée avec l’auteur ou la prod?
    D’après Vimeo, ce serait pour cause de contenu de C-P productions (la boite de prod de Pierre Carles), ça ne leur ressemble pas franchement, ok, c’est à leur catalogue, mais c’est pas C-P prod qui l’a fait, non? c’est rouge productions?!

    Je veux bien que l’argent qu’ils toucheraient de projections ou de ventes équivalentes leur serait très utile, mais faut pas se leurrer, qui vit près d’un petit cinoche militant susceptible de passer ça?
    Pas grand monde…
    Qui à le plus besoin de voir ça, les gens qui militent déja de près ou de loin, ou “tata Monique” qui d’habitude s’en fout, et n’ira jamais prendre une place ou acheter un DVD pour ça, mais dont il est urgent qu’elle se rende compte qu’on est tous concernés?

    Enfin bref, quelqu’un l’a choppée avant la suppression?


  22. fanfan Le 11 septembre 2017 à 18h52
    Afficher/Masquer

    DÉBAT SUR «LA SOCIALE» AVEC GILLES PERRER le 9 novembre 2016
    https://m.youtube.com/watch?v=mXo6ksGuDNE


  23. Gizmo Le 14 septembre 2017 à 16h23
    Afficher/Masquer

    En complément de ce film, voir le débat organisé sur ARRÊT SUR IMAGES à l’occasion de la sortie du film en salles.

    Disponible ici : https://www.dailymotion.com/video/k4Hsz6I2YKCBFnlk4yL
    Source lien (abonnés) : https://www.arretsurimages.net/emissions/2017-01-06/Secu-Parlons-du-trou-de-memoire-et-non-du-trou-financier-id9437


Charte de modérations des commentaires