Encore une excellente vidéo de Thinkerview…

Source : Youtube, ThinkerView, 30-12-2015

Thinkerview revient sur l’actualité avec Hervé Brusini, Pierre Conesa et Eric Filiol.

Source : Youtube, ThinkerView, 30-12-2015

50 réponses à [VIDEO] Terrorisme, État d’Urgence, où sont les solutions ? Journaliste, Renseignement, Stratégiste, Hacker. Par Thinkerview

Commentaires recommandés

tepavac Le 08 janvier 2016 à 07h14

H. Brussini; “je dois d’abord retravailler l’information avant de pouvoir la transmettre”
Hé bien il ne fait que confirmer ce que beaucoup pensent déjà des journalistes en général. L’auto-censuré du service public, qui avoue que son ennemi c’est justement la vérité nue, brute et sans le “retravailler” si cher à sa tranquillité.

P. Conesa; Toujours égal à lui même, à révéler finement, avec même de l’humour ce que beaucoup pensent sans oser le dire. Mais au final, en fin diplomate il nous laisse l’agréable souvenir de son passage…

E. Filiol; Sans aucun doute le seul à tenter de répondre sincèrement à la problématique de la question.

Étant resté sur ma faim, j’ai hâte de lire les commentaires de mes “collègues criseurs”, sans doute aurais-je de meilleurs réponses à la question posée par les membres de thinker view.
Pour ma part je retiens qu’il est surtout question de manipulation de l’information, de propagande et d’une certaine lâcheté des populations.
Et du coup je repense au discours de P. Conesa lors d’une autre émission. En substance il raillait les esprits qui voyaient des complots partout, et dans ce partout il mettait l’accent sur les diverses versions du 11/9. Bref contre ceux qui contestent le résultat de la commission d’enquête du congrès. C’est à dire, que les attaques ont été pensées, organisées et finalisées par l’organisation terroriste Al-Qaïda”.
Conesa sur le sujet avance que 19 des terroristes sont des Saoudiens, nous laissant imaginer les relations qui pourraient exister entre Al-Qaïda, les Saoudiens et les auteurs de l’attentat du 11/9.

Reprenons, que savons-nous d’Al-Qaïda;
-qu’il est né quelques part en Afghanistan dans les années 80 sous appellation “moudjahidin” et financé par la CIA.
-En 1992, on retrouve cette organisation en Bosnie-Herzégovine et au Kosovo, peut-être pas financé par la CIA, mais en collaboration avec L’OTAN.
-puis après avoir presque disparu des médias, on la retrouve d’un coup en Irak, en Libye, au Soudan, Syrie, a partir de 2004 à 2016 au grès des pays soit, agressés par L’OTAN, soit révolutionnés par les “hivers arabes”
On apprend à ce sujet qu’al nusra, autre nom d’ Al-Qaïda, “fait du bon boulot”

Alors si Al-Qaïda est en coopération avec la CIA et l’Otan depuis 1979 jusque nos jours, qui donc alors était l’organisation qui est à l’origine des attentats du 11/9 ??

Manipulations, propagandes et lâcheté des populations qui ne veulent pas être des Citoyens;
il a fichtrement raison E. Filiol, et je plaint ces Américains qui comme les cocus, ne veulent pas voir combien leurs gouvernants les trompent.

  1. Fabrice Le 08 janvier 2016 à 06h39
    Afficher/Masquer

    très bonne vidéo mais le journaliste de la fin est bien à l’image de la profession à mettre en accusation une vidéo outrancière plutôt qu’à remettre en cause sa profession même si admet quelques défauts, il a du mal à admettre que les medias mainstream se sont décrédibilisés en devenant la voix de leur maître même si à la marge nous avons des exceptions qui cachent la forêt.

    un petit exemple de ces médias qui se décrédibilisent :

    http://www.lepoint.fr/monde/ou-va-le-monde-pierre-beylau/l-arabie-saoudite-indispensable-alliee-de-la-france-06-01-2016-2007360_231.php#xtor=CS3-190


    • Charles Michael Le 08 janvier 2016 à 08h25
      Afficher/Masquer

      Merci pour le lien,
      faut être courageux pour aller touiller ce marigot vaseux où l’AS est déclarée partenaire stratégique de la france… un enfilage de perles d’inculture ou plus exactement de propagande délibérée.

      la Turquie d’Herdogan mise à part . Qui est le vrai et vraiment stupéfiant “partenenaire stratégique” de l’AS ?
      Qui en toute logique geopolitique devrait être le partenaire privilégié de l’UE ?

      que voilà des questions basiques, quelles sont bonnes.


  2. tepavac Le 08 janvier 2016 à 07h14
    Afficher/Masquer

    H. Brussini; “je dois d’abord retravailler l’information avant de pouvoir la transmettre”
    Hé bien il ne fait que confirmer ce que beaucoup pensent déjà des journalistes en général. L’auto-censuré du service public, qui avoue que son ennemi c’est justement la vérité nue, brute et sans le “retravailler” si cher à sa tranquillité.

    P. Conesa; Toujours égal à lui même, à révéler finement, avec même de l’humour ce que beaucoup pensent sans oser le dire. Mais au final, en fin diplomate il nous laisse l’agréable souvenir de son passage…

    E. Filiol; Sans aucun doute le seul à tenter de répondre sincèrement à la problématique de la question.

    Étant resté sur ma faim, j’ai hâte de lire les commentaires de mes “collègues criseurs”, sans doute aurais-je de meilleurs réponses à la question posée par les membres de thinker view.
    Pour ma part je retiens qu’il est surtout question de manipulation de l’information, de propagande et d’une certaine lâcheté des populations.
    Et du coup je repense au discours de P. Conesa lors d’une autre émission. En substance il raillait les esprits qui voyaient des complots partout, et dans ce partout il mettait l’accent sur les diverses versions du 11/9. Bref contre ceux qui contestent le résultat de la commission d’enquête du congrès. C’est à dire, que les attaques ont été pensées, organisées et finalisées par l’organisation terroriste Al-Qaïda”.
    Conesa sur le sujet avance que 19 des terroristes sont des Saoudiens, nous laissant imaginer les relations qui pourraient exister entre Al-Qaïda, les Saoudiens et les auteurs de l’attentat du 11/9.

    Reprenons, que savons-nous d’Al-Qaïda;
    -qu’il est né quelques part en Afghanistan dans les années 80 sous appellation “moudjahidin” et financé par la CIA.
    -En 1992, on retrouve cette organisation en Bosnie-Herzégovine et au Kosovo, peut-être pas financé par la CIA, mais en collaboration avec L’OTAN.
    -puis après avoir presque disparu des médias, on la retrouve d’un coup en Irak, en Libye, au Soudan, Syrie, a partir de 2004 à 2016 au grès des pays soit, agressés par L’OTAN, soit révolutionnés par les “hivers arabes”
    On apprend à ce sujet qu’al nusra, autre nom d’ Al-Qaïda, “fait du bon boulot”

    Alors si Al-Qaïda est en coopération avec la CIA et l’Otan depuis 1979 jusque nos jours, qui donc alors était l’organisation qui est à l’origine des attentats du 11/9 ??

    Manipulations, propagandes et lâcheté des populations qui ne veulent pas être des Citoyens;
    il a fichtrement raison E. Filiol, et je plaint ces Américains qui comme les cocus, ne veulent pas voir combien leurs gouvernants les trompent.


    • Caracole Le 08 janvier 2016 à 13h42
      Afficher/Masquer

      Un des plus importants passages dans l’interview vient de E.Filiol, qui comme vous le dites qui tente vraiment de nous faire comprendre la problématique:

      E.Filiol: “J’ai été formé à l’OTAN sur les techniques […] de manipulation de l’information […] pour que des choses pas forcément acceptables le deviennent. Ces techniques se sont répandus partout […] une censure qui ne dit pas son nom”.

      On sent la gêne de l’ex-colonel qui ne veut pas non plus trop se mouiller. Mais ça fait plaisir.
      Manque juste un petit couplet sur l’achat des journalistes, qui reçoivent des dépêches prêtes à être publiées sur leur bureau avec un petit bifton, vidéo deja mise sur ce site:
      https://www.youtube.com/watch?v=lr8650BQ4aw


  3. Niya Le 08 janvier 2016 à 07h20
    Afficher/Masquer

    Hervé Brusini est bavard sur l’esprit critique citoyen, qu’en est-il de sa pratique professionnelle ?

    De septembre 2008 à 2011, il est rédacteur en chef du journal de 20 heures de France 2, et depuis 2012, il dirige FranceTV.info, le site d’information du groupe France Télévision !

    Peut-on en déduire que la cérémonie du 20 h met en avant l’esprit critique par une information pluraliste, hiérarchisée, qui donne à voir les grands enjeux de l’époque ?


    • Vigie Le 09 janvier 2016 à 13h18
      Afficher/Masquer

      Brusini à l’opposé des deux autres intervenants.

      En fait, Brusini en parfait chien de garde, en protecteur d’une corporation aux ordres, comme lui.
      Les journalistes sont injustement fustigés, victimes d’un population ingrate. car ils travaillent et contribuent avec courage à la vérité, ouiiinnn ouiiiinnnn blah blah.

      Vis-vis de la populace, Brusini et les troupes “font du bon boulot” (copyright LF)…


  4. Patrick Luder Le 08 janvier 2016 à 07h54
    Afficher/Masquer

    Tout est dit dans les six premières minutes … ingérence, ingérence, ingérence …


  5. Joséphine Le 08 janvier 2016 à 08h26
    Afficher/Masquer

    Je n’ai pas encore regardé la video. Mais au commentaire qui relève les propos d’une journaliste comme la preuve que “on nous manipule”, parce qu’elle dit retravailler l’information, je réponds que, bien évidemment une information, qui littéralement signifie “donner forme”. Que l’information soit transmise par mots ou images, des “données” sont forcément “retravaillées” ou passer par un prisme. Ce que l’on appelle un fait est déjà construit.Vous pouvez tout au plus chercher plusieurs sources d’information, pour essayer de diversifier votre point de vue. A moins d’être témoin direct, mais là aussi, aucune certitude.


  6. francois Le 08 janvier 2016 à 09h45
    Afficher/Masquer

    J’aime plutôt bien Tinkerview.
    Mais il faut UNE BONNE FOIS POUR TOUTES que Thinkerview, et d’autres, comprennent et mettent en application ceci :

    quand il s’agit de parler des media, de leur réalité, il ne FAUT PAS/PLUS inviter des journalistes français,
    et encore moins des gens avec des parcours tels que Brusini (https://fr.wikipedia.org/wiki/Herv%C3%A9_Brusini),
    et surtout pas des gens en poste.

    !


    • interlibre Le 08 janvier 2016 à 11h49
      Afficher/Masquer

      Pourquoi ?
      Tout le monde a le droit à une défense.
      Je trouve l’argumentaire de Brusini un peu pathétique, il ne voit pas certains changements critiques dans la société et c’est malheureux, il est resté dans une conception du journalisme du siècle dernier comme nos politicards sont restés dans une conception archaïque de la politique, comme nos dirigeants sont restés dans des conceptions archaïque des relations hiérarchiques… C’est toute la société qui joue un rôle et n’évolue plus.
      Donner la parole à ces gens, les mettre le nez dans leurs contradictions pourra peut être aider, ou pas, en tout cas ça permet de comprendre. Ici on comprends que Brusini croit en ce qu’il fait, il parle avec ses tripes, il a tort sur beaucoup de choses, soit, mais il est honnête dans sa démarche. Comme le sont la majorité des “acteurs” (dans les différents sens du terme) de notre système.


      • interlibre Le 08 janvier 2016 à 16h47
        Afficher/Masquer

        Je voudrais juste ajouter que comprendre la démarche des acteurs de notre société n’est pas partager leurs valeurs ou leurs idées. Par contre comprendre permet de tirer des constats justes. Si il est vrai que l’immense majorité des acteurs sont honnêtes dans leurs démarches et inconscients des systèmes dans lesquels ils vivent (ce que je pense) c’est une information absolument capitale pour tenter de les faire sortir de la matrice si l’on peut dire. Car les accuser de complotisme alors qu’ils sont persuadé d’être honnêtes aura l’effet inverse et les blessera dans leur ego, on le voit très bien dans cette vidéo et je suis très content que Thinkerview l’ai invité justement.


    • Vigie Le 09 janvier 2016 à 15h00
      Afficher/Masquer

      Brusini à l’opposé des deux autres intervenants.

      Brusini parfait chien de garde, protecteur d’une corporation aux ordres, comme lui.
      Selon lui, les journalistes sont injustement fustigés, victimes d’une population ingrate. vu qu’ils travaillent et contribuent avec courage à la vérité, …ouiiinnn ouiiiinnnn blah blah.

      Vis-à-vis de la populace, Brusini et les troupes “font du bon boulot”…


  7. Nerouev Le 08 janvier 2016 à 10h05
    Afficher/Masquer

    Interview intéressante mais comme le dit Patrick Luder tout est dit dans les 6 premières minutes. Je ne sais pas si quelqu’un a bien suivi le discours du journaliste, pour ma part je n’y ai rien pompé et je n’arrive toujours pas à faire la part de propagande et d’info utile, mais aussi que dire des infos manquantes de la plus grande utilité. Bref, je continue avec internet.


    • tepavac Le 08 janvier 2016 à 10h42
      Afficher/Masquer

      j’ai très bien suivi l’émission, notamment parce qu’il y a deux ex-DGSE, dont l’un est aussi un familier de la diplomatie. donc à écouter entre les lignes.
      J’ai eu le même sentiment que vous, avec néanmoins un plaisir indicible à la fin. Très bien jouer l’extrait du film, et là tout était dit, brutalement certes et n’en déplaise à H. Brusini.
      10/10 pour thinkerview


  8. sg Le 08 janvier 2016 à 11h00
    Afficher/Masquer

    News à suivre:

    https://francais.rt.com/france/13476-hillary-clinton-intervention-france-libye
    «Nouvelle monnaie unique africaine aurait été une vraie raison de l’intervention française en Libye»
    «««
    D’après les révélations trouvées dans les lettres de Hillary Clinton déclassifiées le 31 décembre, le prétexte réel de l’intervention en Libye était l’or qui aurait pu empêcher les plans de Nicolas Sarkozy de répandre son influence dans la région.

    La correspondance de l’ancienne secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a montré qu’en 2011, Mouammar Kadhafi possédait de 143 tons d’or et de 143 tons d’argent sur la base desquels il voudrait créer une nouvelle monnaie principale pour l’Afrique et donner aux pays francophones africains «une alternative au Franc français».
    »»»


    • Astatruc Le 08 janvier 2016 à 17h08
      Afficher/Masquer

      “Je le dis souvent : nos actions dépendent de notre manière à lire l’Histoire. Si vous lisez l’histoire dans le sens de ceux qui prétendent être les « maîtres du monde », alors votre jugement sera orienté dans le sens de ce qu’ils vous racontent. Voilà pourquoi, par exemple, certains Africains, s’alimentant auprès de CNN, France 24 ou Radio-Canada, traitent encore aujourd’hui Mouammar El Kadhafi, de « terroriste », de « fou », de « dictateur » et que sais-je encore. ”

      http://afriquenewsinfo.net/2014/08/28/libye-le-satellite-finance-par-khadafi-pour-les-africains-a-ete-terriblement-moins-couteux-plus-performant-que-celui-propose-par-les-occidentaux/


    • Patate Le 08 janvier 2016 à 20h51
      Afficher/Masquer
    • anne jordan Le 09 janvier 2016 à 14h30
      Afficher/Masquer

      avec , si ma mémoire est bonne , une implication de D.Strauss Kahn dans cette ” nouvelle monnaie “( Le doc russe envoyé par un internaute la semaine passée mentionne cette implication )
      :http://www.liveleak.com/view?i=4bd_1451583257
      le 1er est mort dans des conditions atroces – à la grande joie de H.Clinton – , le second a été mis hors course par une histoire de cul , bref , le cul partout , comme il sied à notre époque vulgaire !


    • chb Le 11 janvier 2016 à 00h04
      Afficher/Masquer

      DSK n’avait-il pas adoubé ce projet libyen de nouvelle monnaie pan-africaine ? Juste avant ses déboires judiciaires surprise aux USA, il avait aussi préparé au FMI un projet d’alternative au dollar… que C. Lagarde a mis au placard.
      Sarko (“l’américain” !) avait donc des relais outre atlantique pour foutre le chaos et reprendre le statu quo de prédation en Afrique.


  9. Astatruc Le 08 janvier 2016 à 11h07
    Afficher/Masquer

    Effarant comme M Brunisi a une cécité sur les journalistes.
    Il semble croire à ce qu’il dit et c’est ça qui me paraît le plus effrayant.


  10. Betty Le 08 janvier 2016 à 11h17
    Afficher/Masquer

    Il serait peut-être bon de rappeler les principes défendus dans la charte d’éthique professionnelle des journalistes:
    “Le journalisme consiste à rechercher, vérifier, situer dans son contexte, hiérarchiser, mettre en forme, commenter et publier une information de qualité ; il ne peut se confondre avec la communication. Son exercice demande du temps et des moyens, quel que soit le support. Il ne peut y avoir de respect des règles déontologiques sans mise en œuvre des conditions d’exercice qu’elles nécessitent.

    La notion d’urgence dans la diffusion d’une information ou d’exclusivité ne doit pas l’emporter sur le sérieux de l’enquête et la vérification des sources.”
    La sécurité matérielle et morale est la base de l’indépendance du journaliste. Elle doit être assurée, quel que soit le contrat de travail qui le lie à l’entreprise.”

    Or que constatons nous aujourd’hui? Que les “journalistes” se sont transformés en communicants. Il est possible d’opposer:
    une information qui part d’un émetteur jusqu’à un auditeur à une communication qui est, elle, réciproque, l’auditeur peut à son tour échanger avec l’émetteur.
    L’arrivée de la presse dans le paysage internet, (journaux en ligne, pages facebook, twitter) a doucement mais sûrement modifié le paysage journalistique.

    Le recours systématique aux dépêches AFP, recopiées pour la plupart in extenso en est un des exemples. L’immédiateté de l’information prive les lecteurs du temps de travail nécessaire à la production d’informations vérifiées recoupées, produisant ainsi une profusion de scoops censés
    frapper les esprits.

    22% des journalistes ont des contrats précaires (18,9% de pigistes et 2,9% en CDD chiffres de 2013 http://data.metiers-presse.org/chiffres2013/). Peut-on ici parler de sécurité matérielle? Pour les salaires ils varient de 1140€ à 4100€ nets mensuels dans la presse écrite…Pour les piges au Huffington Post par exemple , un sujet se rétribue 50 € bruts le feuille (http://blog.slate.fr/labo-journalisme-sciences-po/2013/01/23/les-questions-que-se-posent-les-jeunes-journalistes/).

    Ce listage ne se veut bien entendu pas exhaustif, et sans nul doute qu’il sera plus intéressant de lire ce qu’a dit Bruno Patino, directeur de l’Ecole de journalisme de Sciences Po en conclusion de la 6 ème conférence des nouvelles pratiques du journalisme de décembre 2014:

    Ces 10 dernières années, les journalistes ont dû faire face à de nouveaux défis : l’irruption du temps réel, l’apparition des pure-players, la montée en puissance des réseaux sociaux.
    La suite, à méditer, ici:
    http://www.journalisme.sciences-po.fr/index.php?option=com_content&task=blogcategory&id=104&Itemid=185


    • francois Le 08 janvier 2016 à 11h57
      Afficher/Masquer

      !!!

      Linker sciences po journalisme ou slate est il une bonne idée pour penser le JOURNALISME (qui est plus qu’un métier, mais une fonction) dans ce pays?

      Je ne le crois pas!!!


    • francois Le 08 janvier 2016 à 14h05
      Afficher/Masquer

      @olivier
      Olivier, tu veux pas t’y coller…?
      Je repasserai poiur 2eme couche.

      Il n’est PAS POSSIBLE de laisser passer ce truc MONSTRUEUX sur slate et science po journalisme comme “références” pour JOURNALISME!!!

      PAS POSSIBLE. On est au coeur d’un des plus grands problèmes, deux mêmes.


      • Betty Le 10 janvier 2016 à 14h51
        Afficher/Masquer

        Le lien sur slate est un lien sur un BLOG de Slate quel compile de façon assez “pratique” des éléments de réponses pour des jeunes qui souhaitent travailler dans le journalisme… il est possible de consulter les grilles de salaire sur le site du syndicat http://www.snj.fr/bareme/parisiens-spqn…faisable mais fastidieux…
        Quant à Sciences Po il est important de savoir que les journalistes les mieux payés sortent de ce type de formation et de fait avoir la connaissance de la pédagogie et de la pensée dispensées dans ces officines peut permettre – pour ceux qui ont une “petite ouverture d’esprit”, il s’entend – de mieux comprendre la nature et le mode de traitement des informations qui nous sont proposées.
        Voilà pour, je cite, les “trucs” “MONSTRUEUX”


  11. caliban Le 08 janvier 2016 à 11h18
    Afficher/Masquer

    Vidéo très intéressante.

    Le journaliste a une petite déformation professionnelle, très répandue je crois chez les journalistes. Elle consiste à considérer les journalistes comme des acteurs sociaux, conscients de ce qu’ils font. Alors que l’on sait tous, notamment depuis la petite enquête de Pierre Bourdieu (https://fr.wikipedia.org/wiki/Sociologie_des_m%C3%A9dias_de_Pierre_Bourdieu | https://www.youtube.com/watch?v=I7qlfiERLJU) qu’ils sont à l’instar de n’importe quel autre groupe social au sein d’un champ social, au moins autant agents qu’acteurs (au sens où leurs comportements leur échappe en partie).

    M. Conesa finalement me paraît plus lucide sur le métier de journaliste que le praticien M. Brusini. A partir de 41′, petite liste de filtres “mécaniques” des medias:
    • sujet médiatico-géniques
    • pas d’images = pas de crises
    • timing des médias

    L’autre intérêt que je vois dans cette vidéo c’est la description du fonctionnement de l’administration. M. Filiol ne met pas de gants (58”, approche du type Stazi …)

    Merci pour cette vidéo.


  12. adrien Le 08 janvier 2016 à 11h37
    Afficher/Masquer

    Naïveté des propos de Hervé Brusini, journaliste à “l’ancienne”: voir par exemple le livre de Julia Cagé de l’AFP : Sauver les médias, diagnostic très bien reçu par ces mêmes médias (bizarre …) http://www.acrimed.org/Quand-les-medias-dominants-consacrent-la-bonne-critique-des-medias. Propos toujours intéressants de Pierre Conesa, mais en retrait sur la critique de la loi Renseignement qui amène la dérive sécuritaire et la déchéance de na ..crédibilité hollando-valsienne. Analyse forte d’Eric Filiol sur la décervelage progressif de la population et l’acceptation du modèle étasunien : gavage quotidien d’infos prémâchées avec présentateurs-vendeurs comme Gilles Bouleau (My TF1 !) ou David Pujadas (A2).Voir par exemple la promo de Star Wars http://www.acrimed.org/Star-Wars-7-l-orchestre-mediatique-joue-La-Marche-promotionnelle .
    Il manque une donnée essentielle dans la critique des médias : la concentration capitalistique de ceux ci qui coute près de 2 milliards/an d’argent public http://www.books.fr/la-grande-misere-de-la-presse-francaise/ Mais le chien (de garde) ne mord pas la main qui le nourrit …


  13. Lysbeth Lévy Le 08 janvier 2016 à 12h01
    Afficher/Masquer

    En faire des tonnes sur les “terroristes” domestiques comme cela se dit aux Usa, c’est a dire que le couillon du coin, le simple quidam ayant un compte a régler avec la société (la politique) peut du jour au lendemain être déguisé en “djihadiste” en renversant les rôles : ce n’est pas AL Qaida qui nous attaque, mais ce sont bien les pays européens, dont la France, qui attaquent sans cesse depuis la colonisation des pays arabes “souverains”…Et pour diaboliser ces “méchants” syriens, maliens, targi, irakiens, afghans, ont les habillent de fanatiques “religieux de Mahomet” ce qui permet aux super-armées de l’OTAN, de verser du sang arabo-musulman dans les sables ou le pétrole affleure, et ou le gaz a une odeur bien plus interressante que le Channel n° 5 !! Quand ils se défendent avec leurs moyens faibles, car ces pays avant ont dû subir un boycott totale et criminel de la part des pays anglo-saxon-européens qui assassinent des milliers de malades ou d’enfants, on les accusent de fanatisme…Il est temps de regarder en face que c’est a la suite du 11 septembre 2001 (le plan écrit bien avant le 11 septembre 1991 par G. W Bush) qui fait que tant de pays arabes agressés par “nous” démocrates dans l’âme, le sont que pour le pétrole et le gaz, le coltan, l’uranium, etc..et non l’inverse …

    “ILs” ne nous attaquent pas ces attentats sont des “attentats aidés” (Amnesty Internationale a fait une enquête) par les services secrets, tout le monde le sait aux Usa, pour mettre en place la stratégie de la tension comme le Gladio dans les années 60-80 les “communistes ” sont remplacés par les “djihadistes” de toute façon crées par La CIA et Carter, Zbigniew Brzezinski..Bosnie, Kosovo, même pour le dépècement de la Yougoslavie par l’état allemand (BDN) les djihadistes ont servis les plans des européens et anglo-saxons.

    En Ukraine aussi ces djihadistes sont aussi recrutés et employés comme mercenaires à la solde de l’OTAN contre la Russie..alors beaucoup de non dits, de faux problèmes (les arabo-musulmans sont des tueurs) crées de toute pièce, afin de diviser la société en manipulant le concept de Lacité et lutte contre l’intégrisme.religieux. Je n’en démordrais pas !! I am not Charlie !.


  14. yt75 Le 08 janvier 2016 à 12h08
    Afficher/Masquer

    Qu’est-ce qui décrit le mieux notre époque que le “démocratie” de Rimbaud (dans les illuminations), avec éventuellement la bannière étoilée comme drapeau :


    Démocratie

    « Le drapeau va au paysage immonde, et notre patois étouffe le tambour.
    « Aux centres nous alimenterons la plus cynique prostitution. Nous massacrerons les révoltes logiques.
    « Aux pays poivrés et détrempés ! — au service des plus monstrueuses exploitations industrielles ou militaires.
    « Au revoir ici, n’importe où. Conscrits du bon vouloir, nous aurons la philosophie féroce ; ignorants pour la science, roués pour le confort ; la crevaison pour le monde qui va. C’est la vraie marche. En avant, route ! »

    Auquel on pourrait aussi ajouter(entre autres) :

    Phrases

    Quand le monde sera réduit en un seul bois noir pour nos quatre yeux étonnés, — en une plage pour deux enfants fidèles, — en une maison musicale pour notre claire sympathie, — je vous trouverai.
    […]


  15. René Fabri Le 08 janvier 2016 à 12h17
    Afficher/Masquer

    Permettez-moi de défendre Hervé Brusini, car bien qu’il emploie un langage familier, il parle de sujets journalistiques très techniques.

    – Hervé Brusini insiste sur “aller à l’essentiel”, présenter les informations dans l’ordre de leur importance, de leur priorité. Eric Filiol révèle que les boites de communications “noient le poisson” et que c’est une de leurs actions les plus courantes et les plus efficaces. Personnellement, je me demande pourquoi le gouvernement et les journalistes, au moment des élections régionales, ont parlé beaucoup plus du FN et de la COP21 que des régions.

    – Hervé Brusini ne sait pas si la presse est le quatrième, cinquième ou sixième pouvoir. Il sent un malaise. Personnellement, je ne suis pas satisfait de ce que fait la presse dans le cas de Guantanamo. Elle informe un peu le public, et elle demande parfois des justifications aux politiciens américains (le premier et le second pouvoir). Mais je ne l’ai jamais vue critiquer le troisième pouvoir qui est la Justice. La presse pourrait demander des comptes aux magistrats américains qui acceptent cette situation, au tribunal international de La Haye, à l’ONU. De même pour les cambriolages en France, les journalistes montrent très souvent le travail des policiers, mais jamais celui de la justice, et ne se permet pas de critiquer les décisions de justice.

    – Hervé Brusini rappelle que le journaliste est censé dire “la vérité”. Pour cela, il exige la multiplicité des sources, leur vérification, la présence sur le terrain, et les “échanges” (les débats). Je pense que c’est cela qu’il met derrière son expression “retravailler l’information”, et dans ce cas, c’est une bonne chose. Pierre Conesa demande que l’on donne la parole au petit spécialiste français plutôt qu’à un attaché d’ambassade qui a ses propres intérêts, et qu’on écoute le service de renseignements de pays comme le Maroc, relativement petit sur la plan international mais pointu sur certains sujets. Eric Filiol pense que c’est le public qui doit faire le tri entre le vrai et le faux grâce à sa culture et à son sens critique.

    – Hervé Brusini a une grande confiance dans l’AFP. Personnellement, je n’en ai pas, car j’ai pu constaté sa partialité dans le cas du conflit ukrainien que je connais bien. L’AFP est actuellement très liée au pouvoir, ne serait-ce que parce que son directeur actuel, Emmanuel Hoog, est un ancien collaborateur de Laurent Fabius et un ami personnel. Le soutien inconditionnel d’Hervé Brusini à l’AFP est la seule chose qui m’a choqué dans ses propos, mais c’est secondaire par rapport au reste.


  16. gilles Le 08 janvier 2016 à 12h24
    Afficher/Masquer

    Ce petit « complexe politico-médiatico-affairiste » est en effet surarmé. Il a la maîtrise de l’argent, ce qui lui permet d’en acquérir toujours davantage (sauf accident) et d’acheter les hommes qui lui sont utiles ; il dirige les communications, ayant acquis les grands médias, ce qui lui permet de formater les esprits, de fabriquer les leaders, de fixer « l’ordre du jour » et le vocabulaire du débat politique et de faire pression sur leurs comparses au sein de leurs monde ; il produit le droit (sauf exception) et l’interprète à son gré, grâce à ses juristes de cour (les vrais « intellectuels de marché »), et malgré les juges qu’il ne cesse de dénoncer les qualifiant de « rouges », ce qu’ils sont pourtant si rarement ! extrait d’un texte de Robert Charvin, professeur émérite de droit (spécialisé dans les relations internationales)

    http://www.michelcollon.info/A-propos-des-Dominants.html?lang=fr


  17. Julie Le 08 janvier 2016 à 12h25
    Afficher/Masquer

    Ayant écouté les débats ces jours-ci sur Da’esh, le djihadisme etc (ce sont bien les causes -officielles néanmoins-) je propose une solution très simple:
    les états “occidentaux” ou ceux qui prétendent lutter contre le terroriste avec l’aval de l’ONU doivent exiger la condamnation pure et simple par tous les états (une charte, quoi) de 1) le djihadisme et 2) le takfirisme, en désavouant tout support théologique à ces deux doctrines.
    Cela va être embêtant pour les Saoudiens car chez eux le takfirisme est presque une doctrine d’état, mais il y en a d’autres.
    Quant à la situation des femmes, ne pas oublier que le fantasme djihadiste ne l’aide pas à s’améliorer. Commençons donc par ce sur quoi il est le plus facile de se mettre d’accord.

    Bien sûr, il faut exiger la rupture des relations commerciales tout au moins avec les états non-signataires.


  18. Nora Le 08 janvier 2016 à 13h16
    Afficher/Masquer

    Très riche et intéressant, merci. Il me semble que ce débat souligne la responsabilité de chacun et nous invite à réinterroger nos schémas de penser .

    La question du terrorisme est située dans sa dimension historique et les croyances qui la sous-tendent : prééminence d’un modèle unique et planétaire, droit d’ingérence, pensée unique, méconnaissance des cultures. On le sait et puis on l’oublie.
    C’est aussi une invitation à dépasser nos certitudes linéaires (les journalistes, les renseignements, les hackers sont “des pourris”..) pour appréhender la complexité du système insidieux dans lequel ils s’inscrivent.
    Cette vidéo pointe le pouvoir individuel et/ou collectif de chacun pour un combat perpétuel pour la démocratie et la liberté. Elle encourage l’esprit critique et éthique, la lutte contre la pensée unique et la reconnaissance des cultures. Elle pose aussi la question de notre avenir via l’éducation des jeunes lobotomisés par le modèle américain.
    Si la culture Daesh est une réponse à la culture américaine, alors il nous faut réapprendre à cultiver notre jardin.


  19. Paul Pegaz Le 08 janvier 2016 à 15h07
    Afficher/Masquer

    En prolongement de ces interviews, le documentaire « Guerre, Mensonges et Vidéos » présente un exemple concret, résultat ultime (guerre Irak 2003) des dysfonctionnements et manipulations diverses.

    Réalisé par François Bringer en coproduction LCP-Assemblée nationale.
    « Ce documentaire retrace le cheminement de la stratégie néoconservatrice de l’administration Bush, avec ses retombées économiques et politiques, pour déclencher ce qui ressemble à une guerre d’agression. » …. ce qui est une guerre d’agression. »

    Il sera impossible aux détracteurs forcenés ou compulsifs de dénigrer le documentaire par un de ces vocables en isme « véritables armes de discrédit massif » à moins d’en engager la responsabilité de la coproduction. Par contre, ils auront peut-être l’honnêteté de qualifier ces faits de trahison, complot ou conspiration peut-être.. !

    http://www.lcp.fr/emissions/droit-de-suite/vod/145285-guerre-mensonges-et-video


  20. Louis Robert Le 08 janvier 2016 à 15h08
    Afficher/Masquer

    “On a créé le terrorisme en prétendant qu’on allait lutter contre.” (Michel Onfray)

    Comme si cela ne suffisait pas, on entretient le terrorisme et on l’accroît sans cesse en prétendant lutter contre.

    +

    Les actes terroristes ne sont pas des événements gratuits, sans causes.

    Nous serons donc dépourvus de solutions véritables et durables tant et aussi longtemps que nous nous délecterons à nier l’existence de ces causes premières, incontestables et profondes dhu terrorisme… qui engagent notre responsabilité collective depuis des dizaines d’années, voire bien plus longtemps encore.

    Censurer littéralement pour un oui ou pour un non, taire, “modérer” l’expression de cette vérité soupçonnée par tous sinon connue de tous ne fera jamais que perpétuer le terrorisme jusqu’au point d’éclatement qui ébranlera notre monde, et comme on n’ose même pas imaginer, bien entendu… Rendu là, comme pour le reste d’ailleurs, il sera trop tard.


    • Nora Le 08 janvier 2016 à 17h36
      Afficher/Masquer

      Désolée pour ma spontanéité et si vous parlez bien du terrorisme islamiste. Je ne pense pas que le monde sera détruit par l’islamisation radicale, même si on tente de le faire croire par le tapage médiatique. L’objectif des marchands de canon est aussi de maintenir dans le silence et hors projecteur l’Islam-s non radical pour favoriser l’amalgame, la division et la diversion.
      Le danger pour les citoyens du monde est la peur, la haine et la radicalisation quelque soit son nom.
      “Même le diable peut citer les écritures pour ses besoins” Shakespeare. Que Dieu bénisse l’Amérique!


  21. Spectre Le 08 janvier 2016 à 15h42
    Afficher/Masquer

    Trop drôle, à la fin de la vidéo, la réaction de Brusini à la harangue du personnage fictif… Au final, les masques tombent ; son discours c’est bel et bien : “Mon ennemi, c’est la vérité.”


    • saez Le 09 janvier 2016 à 19h07
      Afficher/Masquer

      J’ai trouvé aussi bien l’idée de la vidéo de Rampage 2. Finalement on se rend compte que les trois bottent en touche sur ce coup là, car ils n’ont pas vraiment de réponses politiquement correctes. Faisant partie, tout de même, de ce système de dominant, même si deux d’entre eux essaient de faire avancer les choses, ils ne peuvent pas acquiescer. Seul Brusini fait son numéro de l’indigné….


  22. vincent Le 08 janvier 2016 à 16h28
    Afficher/Masquer

    Pour ma part je trouve que Monsieurs Brusini, que je ne connais pas, a plutôt défendu sa profession et quoi qu’on dise, son discours n’est pas à rejeter, nous ne devons pas non plus tomber dans l’excès inverse et de dire qu’ils sont tous pourri, sinon on ne vaut guère mieux. J’ai aussi la conviction que certains journalistes tentent de dire des vérités, et comme l’a relevé le monsieur du milieu, il y a aussi une propension à noyer le poisson, on peut dire les vérités, le problème c’est que le système foutu comme il est , tend toujours à nous la dissimuler, et c’est donc à nous de faire l’effort, et Brusini le dit bien à la fin, c’est à nous de démarcher et de rechercher la vérité. Après tout Kant ne disait il pas que pour exercer sa liberté, il ne faut pas s’en remettre qu’à autrui. On a notre responsabilité. On voit aujourd’hui avec internet que pas mal de personnes commencent à se renseigner, prenons les informations valable de la part de ceux qui ne sont pas vendu et rejetons le reste. Dans ce monde rien ne peut être parfait;, reconnaissons les journalistes pour ce qu’ils sont, admettons leur réalité, et composons avec. Cela ne changera jamais, et je suis de l’avis du dernier intervenant, la liberté se travail tous les jours, rien n’est jamais acquis.

    Sinon quelqu’un pourrait il m’éclairer sur l’histoire des Labo P4, je n’ai pas compris s’il trouvait cela normal, parce que les hôpitaux sont des bombes bactériologique, ou si ce n’était pas normal, personnellement cela m’inquiète, ok les hôpitaux sont des mines de bactéries, m’enfin leur but n’est pas l’élaboration d’arme biologique contrairement à un labo militaire.


  23. Gilles Le 08 janvier 2016 à 17h21
    Afficher/Masquer
  24. Manant Le 08 janvier 2016 à 17h59
    Afficher/Masquer

    Coluche, qui ne manquait jamais de profondeur, disait qu’on ne peut pas dire la vérité à la télévision parce qu’il y a trop de gens qui regardent. L’intérêt de cette émission réside dans le panel représenté par les 3 invités dont chacun a une approche de la vérité de par sa profession et formation. Le plus proche de la vérité semble le militaire qui dit les choses de manière carrée et développe une réflexion frappée du coin du bon sens. Sa dénonciation de la lobotomisation de la jeunesse par les productions américaines est, à cet égard, une grande vérité. Mais le journaliste, M. Bursini, qui sait que la TV participe à cette lobotomisation 24h/24, ne relève pas cette vérité là. Ce n’est pas son “défi”. Son “défi”, c’est la vérité telle qu’elle se construit sur internet parce qu’il se sent directement mis en cause en tant que diseur officiel de la vérité qu’il prétend “plus complexe” qu’on ne croit. Au milieu, il y a la vérité d’État qui parle par la bouche de M. Conesa : c’est la doxa. Et la doxa du moment qui défend la loi sur le renseignement et, sans le dire, celle sur l’état d’urgence, et s’oriente, comme tout le camp occidental qui est en train de renouer avec l’Iran, vers un lâchage de l’Arabie saoudite. Cela suffit à donner raison, finalement, à Bursini, sur la complexité de la vérité. M. Bursini qui a parlé plus que les 2 autres se défend de représenter un quatrième pouvoir. Mais pourquoi? Parce que, tel qu’il décrit sa mission, celle de “travailler la vérité”, il fait de sa profession une nouvelle Église, c’est-à-dire, le deuxième pouvoir. Le rôle de l’Église et de ses ecclésiastiques est d’être les intermédiaires entre Dieu et le peuple qui, par définition, ne peut pas avoir l’expérience de la divinité sans passer par la médiation de l’Église. L’expérience directe de la divinité n’est pas à la portée du commun, mais des hommes qui fraient avec Dieu en permanence de par leur métier de prêtres. Et Bursini d’insister, en réponse à l’extrait du film : “je demande le respect pour le travail de journaliste parce que les choses sont complexes… et ce n’est pas si simple”!
    Pathétique démonstration, parce que, en attendant, la désinformation continue et la lobotomisation.


  25. FifiBrind_acier Le 08 janvier 2016 à 19h03
    Afficher/Masquer

    Un journaliste allemand, Udo Ulfkotte, lâche le morceau. Vidéo de 13 minutes où il explique:

    ” Je suis journaliste depuis 25 ans, et on m’a appris à mentir et à trahir, et non à dire la vérité au public. (…) Je parle parce que j’ai très peur d’une guerre contre la Russie (…) Payés pour mentir, pas seulement en Allemagne, dans toute l’ Europe (…) Nous vivons dans une république bananière, j’étais soutenu par le CIA, je devais être pro américain. Je n’en peux plus !”

    https://www.youtube.com/watch?v=7cwQ0fObxng


  26. reneegate Le 08 janvier 2016 à 19h16
    Afficher/Masquer

    La présence de Brusini montre clairement le journaliste dans son biotope, le nez dans le guidon. Brusini “gagne sa vie” et s’auto conditionne afin de conserver une image valorisante de son métier et de lui même. Comment lui en tenir rigueur? Son indice de (auto) satisfaction est aussi sensible que celui d’un président qui (le nez dans le marc de café) transforme des inflexions de mauvais résultats (courbe du chômage par exemple) en satisfaicit probant.
    Lui demander d’ “ouvrir les yeux” serait le condamner à ne plus supporter de miroir dans sa salle de bains mais aussi et surtout perdre son job et ses prérogatives (s’exprimer publiquement lors de cet interview).
    Qu’il soit donc enclin à fermer les yeux n’est ainsi qu’un des prérequis qui lui ont permis d’obtenir son poste et de le conserver.
    L’actualité après le décès d’un quidam aux portes d’un commissariat du 18ème montre clairement quels sont les prérequis pour obtenir et conserver un poste de journaliste dans le secteur public ou privé aujourd’hui :
    un titre qui valide les décisions gouvernementales du moment (policiers et port d’armes, état d’urgence, la France est en guerre), une sélection minutieuse de témoignages transforment le réel en une réalité hallucinée et propre à terroriser tout un chacun (policiers inclus). Ainsi, un objet brillant entrevu dans un bureau de poste devient un hachoir de boucher et tous les témoins qui ont affirmé n’avoir pas vu d’armes ni entendu “dieu est grand” ont été priés de rentrer chez eux.

    https://www.youtube.com/watch?v=gJOt5oVjTeE
    https://www.youtube.com/watch?v=ZBpNIXE-pl8

    Si l’information avait été relayée dans son intégralité, le conditionnel et les hypothèses bannis des titres, alors pourrait s’engager une véritable réflexion sur les effets secondaires d’un tel traitement sensationnaliste des évènements et une critique constructive des mesures prises par le pouvoir. Qu’un policier panique ou surréagisse dans ce contexte est tout à fait compréhensible.
    Par contre éluder et/ou transformer ces informations obligent des Brusini, des policiers à des compromissions sur l’étique de leur métier, et les citoyens français à détourner les yeux et mêlant ainsi le doute à la peur.
    Journalistes, policiers, comme tous les citoyens français sont soumis aux mêmes pressions, aux mêmes doutes et tous feignent de ne pas comprendre …. pour survivre.

    J’ai apprécié le franc parlé (sortir son doigt …) de l’interviewer qui finalement à été parfaitement accepté et donc validé par les autres intervenants.


  27. Eric83 Le 08 janvier 2016 à 21h03
    Afficher/Masquer

    Merci pour cette vidéo enrichissante grâce aux interventions de P Conesa et E Filiol.

    De nombreux sujets ont été abordés et je relèverai deux points qui me paraissent importants.

    Tout d’abord, je suis effaré – et le terme est faible – d’entendre que des services des renseignements français – et non des moindres – ont été sous-traités à des sociétés privées dont une possiblement anglo-saxonne ? Nos gouvernants, déjà passablement dangereux pour le peuple français, sont-ils devenus fous ?

    Ils prétendent lutter contre le terrorisme en confiant l’analyse de renseignements à des sociétés privées qui ont donc la possibilité de manipuler les informations sensées servir nos “élites” dans leurs prises de décisions. Ceci ne pourrait-il pas expliquer certains dysfonctionnements ayant permis, par exemple, à des fichés “S” de s’évanouir dans la nature et de perpétrer des attentats ?

    D’autre part, sur un autre sujet, E Filiol a particulièrement insisté sur l’importance fondamentale de l’esprit critique que devrait avoir et exercer chaque citoyen. Je partage totalement son analyse à ce sujet car il touche là, à mon sens, au cœur du problème si nous, le peuple, voulons changer la trajectoire qui a été tracée pour nous, à l’insu de notre plein gré.

    L’esprit critique, le discernement, la lucidité, la perception de la réalité sont bien entendu les ennemis de nos gouvernants/dirigeants. Il leur faut donc nous empêcher – notamment grâce aux médias MSM aux ordres – d’avoir et de prendre le temps la recherche, de l’investigation, de la réflexion…pour comprendre les causes et les conséquences des évènements, des situations, des crises…

    Il leur faut donc nous contraindre – sans que nous en ayons conscience – à minimiser, à détourner, voire à annihiler notre “temps de cerveau disponible”, pour reprendre les mots de P Le Lay.

    Le défi pour le peuple, face aux moyens colossaux adverses mis en oeuvre, est donc d’abord de retrouver son esprit critique.


  28. RGT Le 09 janvier 2016 à 10h21
    Afficher/Masquer

    J’aimerais connaître la réaction de nos “Élites” et des “Grands Journalistes Indépendants et Vertueux” si les pays occidentaux étaient la cible de “harcèlement” similaire à celui des pays actuellement victimes du bordel “démocratique”.

    Si d’aventure le Burkina-Fasso souhaitait nous imposer son mode de vie, ça risquerait de ruer dans la brancards…

    En dehors de la cupidité psychiatrique de ceux qui s’enrichissent suite au pillage et au dépeçage de ces pays, quelle raison VALABLE pousse les occidentaux à intervenir dans ces pays pour leur imposer leur diktat ?

    Il suffit juste de regarder les pays qui ne possèdent AUCUNE ressource naturelle et qui n’ont AUCUNE position géostratégique particulière : On leur fout tout simplement la paix.

    Et ne vous en faites pas : Même si DAESH est diabolisé par les “gouvernements démocratiques” et les médias, il joue le rôle d’idiot utile pour encore augmenter l’entropie de cette zone et vend du pétrole à prix cassé pour encore augmenter les profits des intermédiaires…

    DAECH est actuellement comme le régime nazi avant l’intervention US : Il commet de nombreux crimes contre l’humanité au nom d’un “idéal” mais ça ne gêne AUCUN oligarque, tant que le business tourne.
    En plus, ça permet en retour de déclarer la “guerre au terrorisme” pour faire tourner à plein pot le complexe militaro-industriel et justifier “en douceur” au prétexte de “protéger les populations” de mettre en place un flicage auquel Staline n’aurait jamais rêvé…

    Tout n’est qu’une simple question de FRIC.

    Et la subornation des politiques et des médias par le biais de la corruption ou du chantage n’est qu’un simple “investissement”.

    Orwell, au secours !!!
    Ils ont poussé ta réflexion à l’extrême et le résultat est largement PIRE que ce que tu avais envisagé !!!

    Le système médiatico-politique occidental est devenu totalement auto-référencé :
    C’est vrai parce que c’est passé à la télé, la télé qui fait référence à un journal, qui se réfère à un politicien ou un “expert”, qui lui-même puise ses sources… à la télé !!!

    Finalement, les seules informations réellement fiables et non biaisées sont la rubrique nécrologique et celle des chiens écrasés…
    Au moins il n’y a AUCUN intérrêt économique ou politique derrière ces informations.
    Quoique, pour la rubrique nécrologique je n’en ai pas la certitude absolue.

    Cordialement,


  29. ber Le 09 janvier 2016 à 10h59
    Afficher/Masquer

    Le président du tribunal de première instance de Bruxelles fustige les mesures anti-terroristes prises par le gouvernement Belge.

    « Tout le monde semble accepter cela sans se soucier des conséquences, fustige-t-il. Mais ces mesures peuvent également créer un terreau idéal pour une nouvelle génération de terroristes ».

    http://www.lesoir.be/1089063/article/actualite/belgique/2016-01-09/luc-hennart-gouvernement-federal-cree-nouveaux-terroristes


  30. natoistan Le 09 janvier 2016 à 15h05
    Afficher/Masquer

    Syrie la guerre des intox sur les informations en France
    http://www.arretsurimages.net/articles/2012-06-27/Syrie-la-guerre-des-sources-id5068
    l’OSDH, Observatoire syrien des droits de l’homme.dispose d’un site en arabe et d’un compte facebook en anglais. Un organisme créé par Rami Abdel Rahmane, 40 ans, entrepreneur sunnite syrien exilé en Grande-Bretagne depuis 2000
    Cet organisme serait selon lui proche d’Al-Jazeera, voire des frères musulmans, et amplifierait les victoires des opposants.
    Fabrice Balanche, directeur du Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (Gremmo), géographe à l’université de Lyon 2, spécialiste de la Syrie où il a vécu dix ans, déplore l’ampleur prise par cette source quasi unique de l’information dans la presse française.
    Syrie, guerre à huis-clos dans la foulée du Printemps arabe, le soulèvement syrien est devenu une guerre d’intox.
    Quel rôle jouent les combattants étrangers parmi les rebelles ?
    Les camps en présence usent-ils d’armes chimiques ?
    Comment les médias travaillent-ils sur le terrain ?
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Observatoire_syrien_des_droits_de_l'homme
    En 2011, l’OSDH se trouve sur la liste des associations financées par le National Endowment for Democracy financé lui même par le Congrès américain
    Pour Alain Chouet, ancien responsable de la DGSE et expert du monde arabo-musulman, l’OSDH fonctionne sur fonds saoudiens et qataris


    • bluerider Le 11 janvier 2016 à 03h59
      Afficher/Masquer

      RUSSIA TODAY est allé à la rencontre de ce Abdel Rahmane. Ils ont eu des difficultés incroyables à le rencontrer et ont réussi à le coincer lors d’une conférence dans un grand hôtel de luxe au Kazakhstan (hôtel RIXOS, qui a déjà servi pour des rencontres OTAN-opposition fabriquée par nous). Le résultat de la rencontre est décevant. Le protocole de validation des données OSDH est flou, leur site comprend des imprécisions majeures, et le type semble affolé à l’idée de parler sur RT. Il donne l’impression d’un homme qui essaie d’être à la hauteur de la mission que d’autres lui ont confiée ou “empruntée”, tout en mesurant pertinemment l’enjeu de son “travail”. Le résultat est prévisible : L’OSDH sert de caution. Ce qu’elle dit est la plupart du temps vrai dans l’absolu, mais soigneusement décérébré, éviscéré, et aseptisé avant d’être envoyé au maquillage pour passer sur les plateaux et antennes des pays OTAN. Tout sera donc véhiculé dans le discours implicite au travers de l’explicite… par exemple “frappes russes 39 morts parmi les civils”… qui que quoi dont où comment pourquoi ? les pays OTAN s’en foutent. C’est l’effet de sidération cher à Valls qui est recherché. tout le temps, par tous moyens, sur tus les médias… et pour ça, nous avons encore 1à ans de retard sur l’imagination des américains.

      https://www.youtube.com/watch?v=m2XpVSzYwXc


  31. Spectre Le 10 janvier 2016 à 14h02
    Afficher/Masquer

    Des commentaires intéressants à propos de la vidéo sur http://lesakerfrancophone.fr/thinkerview-etat-durgence


  32. madake Le 11 janvier 2016 à 03h15
    Afficher/Masquer

    Sans faire de procès d’intentions, il est manifeste qu’avec son passé professionnel de rédacteur en chef de France2, et son poste actuel de directeur de FranceTV.info,
    Hervé Brusini est à la fois juge et parti.

    Vu son poste et les propriétaires des groupes de médias, il ne peut parler librement, s’il veut poursuivre sa carrière… sans froisser son employeur actuel, ou des employeurs futurs, ni décrier son propre travail et ses propres équipes…

    Ce qui explique sa tiédeur sur ce sujet, “il y a un bon travail, on s’en sort pas si mal….”

    Je remarque surtout qu’il a tu complétement la carence des moyens et budgets affectés aux journalistes de terrain, et à l’investigation indépendante.
    Bien que la question ait été évoquée, la recopie et la sélection des dépêches de l’AFP, d’une qualité en baisse constante, non corrélées, ni confirmées sert de trame aux bulletins d’information.

    C’est cette approche à coût minimal, et réduite aux 2 agences AFP et Reuters, qui constitue le squelette des infos internationales, et le poste principal d’économies des rédactions.
    C’est selon de nombreux journalistes qui l’ont vécu, une des causes principales de l’uniformité mainstream, si nuisible à des informations de qualité.

    L’extrait vidéo de “rampage 2”, certes ludique, pêche par la dramatisation outrancière tirée d’une fiction.
    Bien que j’aie apprécié l’écho, entre les propos de Brusini, et la position du journaliste du film.
    Je ne suis pas sur que tous le recevront ainsi.
    AMHA, celà dessert le propos.

    L’écart de vision entre Hervé Brusini d’un côté et Pierre Conesa et Eric Filiol, qui eux ont l’expérience du terrain et des renseignements et dont la parole est libérée par la fin de leur activité est évident.
    D’un côté, on caresse dans le sens du poil pour ménager des intérêts et une carrière, de l’autre on trouve encore des qualités quasi disparues des médias et en voie de disparition dans l’administration:
    Un sens du service public
    un intérêt réel pour les populations et le bien commun,
    et ces deux points se projettent dans la durée.

    Ce sont d’ailleurs, ces mêmes travers, et ces mêmes qualités qui affectent nos politiques.


  33. bluerider Le 11 janvier 2016 à 03h36
    Afficher/Masquer

    y-a-t-il ici même quelqu’un qui COMPREND ce qu’a voulu dire le journaliste invité ? non seulement ce qu’il dit NE SERT A RIEN, mais en plus il semble extrêmement convaincu de l’importance de ce qu’il dit….


Charte de modérations des commentaires