N’oublions pas ce dramatique accident survenu il y a 3 ans…

Vijfhuizen (Pays-Bas) (AFP) – Trois ans après le crash du vol MH17 dans le ciel ukrainien, plus de 2.000 proches ont rendu hommage aux 298 victimes lundi aux Pays-Bas, lors de l’inauguration d’un “bois du souvenir” et d’un mémorial près de l’aéroport d’Amsterdam d’où avait décollé l’appareil.

Formant un “ruban vert”, 298 arbres ont été plantés, parfois par les proches eux-mêmes, en hommage à chacune des victimes, dont 196 Néerlandais qui se trouvaient à bord du Boeing 777 à destination de Kuala Lumpur, abattu par un missile dans l’est de l’Ukraine en guerre.

Au pied de chaque arbre, familles et amis ont déposé des tournesols, comme il y en avait dans les champs ukrainiens où avaient été retrouvées certaines parties de l’appareil. Un peu plus loin, une petite fille a planté dans le sol plusieurs papillons en plastique.

Le monument a été inauguré en présence du roi Willem-Alexander et de la reine Maxima des Pays-Bas et du Premier ministre Mark Rutte dans le parc de Vijfhuizen, à proximité de l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol.

“Cela fait trois ans aujourd’hui que le MH17 a été abattu en plein ciel”, a déclaré Evert van Zijtveld, président de l’association des proches des victimes. “Mais pour nous, c’était hier. Ce jour (…) a fait un vide dans nos vies. Il y a une vie avant et après le 17 juillet 2014.”

“Les victimes ne peuvent jamais être oubliées”, a ajouté, d’une voix très émue, celui qui a perdu dans le drame deux enfants de 18 et 19 ans ainsi que ses beaux-parents. “Ce monument national MH17 est pour maintenant, mais aussi pour les générations après nous.”

– 298 noms égrenés –

Avant que l’orchestre national des Armées n’entame les premières notes, un lourd silence s’est abattu sur l’assistance, interrompu par le bruit des avions atterrissant et décollant à deux pas de là, et que de nombreuses personnes suivaient de leur regard embué.

Puis, à l’ombre de la rangée de drapeaux en berne des dix pays touchés par le drame, les noms des passagers et membres d’équipage ont lentement été égrenés par leurs familles et amis venus des Pays-Bas mais aussi d’Australie, de Malaisie, du Royaume-Uni, d’Allemagne ou encore d’Indonésie.

“Tessa van der Sande, 26 ans, Kaela Goes, un an, Alex Ploeg, 58 ans, dont le corps n’a pas encore été identifié…”: sous un soleil de plomb, les proches se sont succédés au micro. Une dame âgée a cité les noms de ses trois petits-enfants avant de se rasseoir en sanglots.

Autour des proches, en larmes ou se tenant la main, les 298 arbres, chacun marqué d’un nom, “gardent vivant le souvenir des victimes”, a indiqué la fondation.

Au coeur de la forêt aux onze variétés, changeant au fil des saisons, le mémorial est un bâtiment en forme d’oeil, dirigé vers le ciel. Les noms des 298 victimes sont gravés dans la pupille, fabriquée en acier inoxydable.

Financé par des dons, le projet conçu par l’artiste Ronald A. Westerhuis et l’architecte paysagiste Robbert de Koning a été sélectionné en novembre 2015 par 60% des proches parmi trois propositions.

– Responsabilité –

A l’aube de ce troisième anniversaire, les auteurs présumés du drame n’ont pas encore été arrêtés, mais les autorités néerlandaises ont annoncé début juillet qu’ils seraient jugés aux Pays-Bas.

L’équipe d’investigation conjointe (JIT) a conclu que l’appareil avait été touché par un missile de type BUK acheminé depuis la Russie et tiré depuis une zone de combat contrôlée par les rebelles pro-russes. Une centaine de personnes “ayant joué un rôle actif dans le drame” ont été identifiées par les enquêteurs.

A Kiev, le président ukrainien Petro Porochenko a affirmé lundi que la Russie devrait “répondre” de la destruction du vol MH17.

Mais les autorités séparatistes et Moscou démentent toute responsabilité et accusent l’armée ukrainienne.

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres a quant à lui appelé lundi “tous les Etats à coopérer entièrement aux efforts (d’investigation) pour établir la responsabilité” du crash.

“(Mes) pensées sont avec les familles des victimes”, a-t-il ajouté dans un communiqué.

Source : Yahoo, d’après AFP

---

53 réponses à Vol MH17 : un “bois du souvenir” inauguré trois ans après le crash

Commentaires recommandés

tzLouis Robert Le 18 juillet 2017 à 02h05

Je ne comprends toujours pas le mutisme des familles des victimes devant

1. les responsabilités de la compagnie aérienne qui a engagé un de ses appareils sur cet itinéraire en zone de guerre,

2. les initiatives, nombreuses et variée, des autorités ukrainiennes du transport aérien pour faire taire les témoins, faire disparaître les preuves, les dissimuler ou encore en créer de toutes pièces à leur convenance,

3. la composition de la commission d’enquête internationale sur ce drame, le secret convenu qui a entouré son travail, l’accord de non-divulgation des résultats de ladite enquête sur simple demande de l’un des états membres, etc., initiatives inacceptables, néanmoins documentées abondamment et rendues publiques,

4. la partialité manifeste, dès après le drame, du gouvernement hollandais ainsi que des diverses autorités hollandaises, en l’absence de toutes preuves véritables à l’appui d’une assignation incontestable de responsabilités.

Forte odeur de fraude.

  1. Alain Le 17 juillet 2017 à 23h43
    Afficher/Masquer

    Pour moi, c’est avant tout un accident, mais le premier responsable est bien sûr… la compagnie aérienne, qui a fait voler un avion de ligne dans une zone infestée de missile anti-aériens pour économiser un peu de carburant ; à l’époque, plusieurs dizaines d’appareils ukrainiens, une bonne trentaine de mémoire, avaient déjà été abattus.

    On pourrait également faire le rapprochement avec un autre accident du même genre (vol civil avec 290 passagers, tous morts), le vol 665 d’Iran Air. Les ÉU l’ont abattu, le reconnaissent volontiers, mais refusent de s’excuser. Et ça ne semble déranger personne.


    • David D Le 18 juillet 2017 à 04h36
      Afficher/Masquer

      Je l’avais déjà dit à l’époque. La première responsabilité est ukrainienne, c’était à l’Ukraine de fermer son espace aérien. Un silence complet est évidemment observé à ce sujet. La compagnie a il est vrai également des responsabilités. Maintenant, j’aimerais savoir ce que pensent les proches des victimes. Ils sont donc tous intoxiqués par la propagande qui sans enquête et surtout sans délivrer une preuve qui en plus serait une preuve a décidé que les russes et les pro-russes étaient conjointement à l’origine du tir, jusqu’à leur attribuer implicitement le fait exprès.


      • René Fabri Le 18 juillet 2017 à 11h55
        Afficher/Masquer

        Tout à fait d’accord avec Alain, c’est la compagnie aérienne qui est la première responsable.

        L’Ukraine est à blâmer essentiellement parce qu’elle est responsable de la guerre civile, en refusant la fédéralisation et le bilinguisme. Par contre, les aiguilleurs ukrainiens de Dniepropetrovsk ont fait leur travail en demandant à l’avion de passer ailleurs ou de prendre de l’altitude. C’est le pilote qui a refusé.

        N’oublions pas la responsabilité de la communauté occidentale, qui a interdit le survol de la Crimée, par idéologie. Pourtant, la route sud, passant au-dessus de la Crimée était moins risquée pour contourner les épais nuages que la route nord passant juste au-dessus d’une zone de combats intenses.


        • David D Le 18 juillet 2017 à 20h08
          Afficher/Masquer

          Votre réponse n’est pas logique : vous confondez les aiguilleurs de Dniepropetrovsk qui au passage sont des individus dont le cœur peut aller politiquement à l’un comme à l’autre camp avec l’espèce d’état ukrainien alors en place. Ce n’est pas les aiguilleurs ukrainiens qui sont spécialistes en buk et qui prennent la décision de fermer l’espace aérien national. Les pilotes ont eu le loisir de refuser une invitation à ne pas survoler une zone de tir, c’est un peu léger. Enfin, la pire responsabilité ukrainienne, je parie que c’est celle du tir qui a détruit l’avion. Qui me prouve le contraire ?
          Mais je prends note de ce que vous dites sur la communauté internationale à propos du survol de la Crimée, très intéressant !


      • Serguei Le 18 juillet 2017 à 14h45
        Afficher/Masquer

        Et il n’y a pas que cela. Les systèmes BUK de l’armée ukrainienne étaient bien présents dans la zone. C’est un fait indéniable. https://www.youtube.com/watch?v=urjhwRCxOiU
        Mais on cherche toujours un BUK russe mystérieux )))))


    • Fritz Le 18 juillet 2017 à 10h11
      Afficher/Masquer

      Au sujet du vol Iran Air 655 (abattu le 3 juillet 1988), conçoit-on ce communiqué de l’AFP
      “A l’aube de ce trentième anniversaire, les auteurs avérés du drame n’ont pas encore été arrêtés, comme le capitaine William Rogers, mais les autorités iraniennes ont annoncé début juillet qu’ils seraient jugés en Iran.”
      https://en.wikipedia.org/wiki/William_C._Rogers_III


  2. Nyx Le 18 juillet 2017 à 01h05
    Afficher/Masquer

    Que les coupables soient jugés. Comme dans toutes les affaires où apparaît les russes ils sont accusés, mais quels sont les preuves? Comme pour les attaques chimiques syrienne ces affaires sont trop graves et sérieuses pour être jugés sur des suppositions et des préjugés.
    Sincères condoléances aux victimes


    • David D Le 18 juillet 2017 à 04h39
      Afficher/Masquer

      Il n’y a qu’à interviewer Gérard Chaliand, le préfacier du Grand échiquier de Brzezinski, il fera une déclaration de haute probabilité.


  3. tzLouis Robert Le 18 juillet 2017 à 02h05
    Afficher/Masquer

    Je ne comprends toujours pas le mutisme des familles des victimes devant

    1. les responsabilités de la compagnie aérienne qui a engagé un de ses appareils sur cet itinéraire en zone de guerre,

    2. les initiatives, nombreuses et variée, des autorités ukrainiennes du transport aérien pour faire taire les témoins, faire disparaître les preuves, les dissimuler ou encore en créer de toutes pièces à leur convenance,

    3. la composition de la commission d’enquête internationale sur ce drame, le secret convenu qui a entouré son travail, l’accord de non-divulgation des résultats de ladite enquête sur simple demande de l’un des états membres, etc., initiatives inacceptables, néanmoins documentées abondamment et rendues publiques,

    4. la partialité manifeste, dès après le drame, du gouvernement hollandais ainsi que des diverses autorités hollandaises, en l’absence de toutes preuves véritables à l’appui d’une assignation incontestable de responsabilités.

    Forte odeur de fraude.


  4. Javier dl Le 18 juillet 2017 à 02h37
    Afficher/Masquer

    On endort les gens avec des histoires sur les méchants russes et on fait pousser des bois pour soit disant se souvenir, tandis que les vrais coupables disparaîteront dans les oubliettes de l’histoire….(ou bien seront commémorés au côté des martyrs)

    Qui disait que l’occident était décadent?


  5. Mr K. Le 18 juillet 2017 à 03h06
    Afficher/Masquer

    MH17 Inquiry, une version russe des évènements en 6 épisodes (en anglais assez facilement compréhensible : débit lent du commentateur) :

    https://www.youtube.com/watch?v=0phakc1d-1M&list=PLBQzTb5PhQGIgO1hN-Jo0iYZUFyRe5md-

    L’épisode introductif présente des couvertures de journaux anglais et américains qui dès le lendemain du drame connaissent l’arme du crime (missile) et son auteur (Poutine)… Comment ne pas avoir de gros doutes sur le sérieux de la presse occidentale sur cette affaire après une telle entame?


  6. ricard'eau Le 18 juillet 2017 à 05h58
    Afficher/Masquer

    Comme à chaque fois , lors qu’un fait majeur arrive il y a toujours un responsable politique qui viens nous pondre la phrase ” une enquête sera ouverte et les responsables seront condamnés ” patati patata…

    Ça calme les ardeurs de certains … À moi ça me mets encore plus en colère car en réalité les choses ne se passent jamais comme ça ! La justice passe bien après tout un tas d’intérêts personnels politiques , géostratégiques etc


  7. Gonzo Le 18 juillet 2017 à 07h03
    Afficher/Masquer

    “L’équipe d’investigation conjointe (JIT) a conclu”

    Super elle a conclu, quelqu’un sais ou peut on trouver l’enquête?


  8. openmind Le 18 juillet 2017 à 07h52
    Afficher/Masquer

    Avec tous ces satellite US et autres qui gravitent autour de notre Terre, pas une image du missile supposé…par contre Lucien Cerise qui a écrit un excellent ouvrage sur Maidan, a fait des recherches très sourcées et des victimes ont été retrouvées avec des masques à oxygène et pire, certains extraits des boîtes noires laisseraient supposer que les passagers ont compris ce qui était en train de se passer….donc un missile est peu probable, quant à deux avions ukrainiens….par contre il n’y avait aucun avion russe dans le ciel ukrainien, tous les radars de l’OTAN étaient braqué en leur éventuelle direction mais pas un à se mettre sous la dent.


  9. RGT Le 18 juillet 2017 à 08h22
    Afficher/Masquer

    Ça me rappelle aussi l’affaire du vol 103 de la TWA à Lockerbie en 1988 qui a tout de suite été incriminé à Kadhafi.

    Ce dernier a nié toute implication dans cet acte terroriste mais bien sûr la “communauté internationale” l’a montré du doigt, “preuves à l’appui”.

    Kadhafi avait même indemnisé les victimes pour calmer le jeu en précisant qu’il n’y était pour rien.

    Un de ses proches avait même été incarcéré mais fut libéré dans le silence médiatique le plus complet par la justice écossaise.

    Officiellement pour “raison de santé”.

    Officieusement suite aux révélations d’un inspecteur écossais qui a soulagé sa conscience en témoignant sur les circonstances de la “trouvaille miraculeuse” du détonateur qui avait fait incriminer la Libye.

    Cet inspecteur a été immédiatement embastillé “pour faux témoignage” (initial ou pour ses révélations tardives ?) et il est toujours en attente de son procès en attendant sa mort qui permettra de clore l’enquête et d’interrompre les poursuites.


    • Fritz Le 18 juillet 2017 à 10h05
      Afficher/Masquer

      @RGT
      Le retardateur qui a permis d’incriminer la Libye avait été frauduleusement introduit par Ulrich Lumpert, avec la complicité des “enquêteurs”. Cette information capitale a été révélée en 2007, tout en étant minimisée aussitôt.

      Ainsi, le Figaro du 27 août 2007 annonce sobrement en Une (consacrée aux incendies en Grèce) : “Lockerbie : l’enquête relancée”, tout en détaillant cette information en page 3.


  10. Catalina Le 18 juillet 2017 à 08h25
    Afficher/Masquer

    C’est bien de l’AFP, d’un côté ils affirment connaître le coupable et ensuite ils demandent à ce que tout le monde collabore aux investigations….
    Ouais…..

    Si les usa avaient la moindre preuve (photos satellites) que c’étaient les séparatistes, nous les aurions vues depuis belle lurette mais ce qu’ils ont, ils ne peuvent pas le montrer car cela désignerait les vrais coupables. Attention toutefois de ne pas mélanger les familles aux divagationsde l’AFP; ici, c’est l’AFP qui parle pas les familles. Christelle Néant est entrain de faire un gros travail de synthèse sur l’affaire. Quid des témoins qui n’ont pas entendu le bruit, ni vu les traces du BuK ? Quid des témoins qui ont vu plusieurs avions dans le ciel ce jour-là dont un qui “escortait” le M17 ? Quid des systèmes buks que l’armée ukrainienne avait disposé dans le secteur ? et le Figaro fait un article à charge dans lequel il écrit pourtant : ” Mais Washington ne dévoile aucune de ses preuves. Le 23 juillet, de hauts responsables des services de renseignements avouent qu’il leur est impossible de dire qui a «appuyé sur le bouton» ni si des Russes étaient présents sur la batterie.” http://www.lefigaro.fr/international/2014/07/23/01003-20140723ARTFIG00344-vol-mh17-la-guerre-des-preuves-entre-washington-et-moscou.php


  11. Catalina Le 18 juillet 2017 à 08h29
    Afficher/Masquer

    Quel aurait été l’intérêt du Donbass de descendre un avion rempli de civils ? en revanche, dans la longue série des nouvelles truquées : Sadam, ADM; attaques chimiques par Al Assad, Koweit,bébés dans les couveuses; Rwanda, génocide, etc, etc….. cet horrible massacre a bien sa place.


    • JNX75 Le 18 juillet 2017 à 08h50
      Afficher/Masquer

      En tout cas à lire les 16 commentaires au dessus je suis surpris par le rejet de la version officielle. Il semble probable que le BUK soit à l’origine. Le missile a visiblement été tiré d’une zone non contrôlée par l’Ukraine.
      Ca ne fait pas de la Russie le grand méchant loup face aux gentils américains. C’était probablement un accident en zone de guerre (sans volonté délibérée). Mais de là à absoudre les séparatistes soutenus par la Russie sur la base d’un appel au complotisme… dans esprit critique il y a “critique” mais aussi “esprit”;)


      • Furet Le 18 juillet 2017 à 10h10
        Afficher/Masquer

        Ce qui me gêne dans la version officielle c’est que, parmi les enquêteurs, se trouve le suspect principal : l’Ukraine …


      • Javier dl Le 18 juillet 2017 à 10h38
        Afficher/Masquer

        Sachant que l’armée ukrainienne disposait elle aussi d’un certain nombre de batteries BUK déployées autour de la zone du crash, que leurs forces étaient constituées essentiellement de milice paramilitaires sans discipline ni contrôle mais animées par la forte volonté de casser du russe, sur la base de quoi prétendez-vous que la faute de l’accident revient au séparatistes et non aux milices?

        Sachant que la certitude mondiale que les russes et les séparatistes étaient derrière la catastrophe s’est forgée à la suite des déclarations de Kerry le lendemain ou le surlendemain, que les états-unis disposaient des preuves irréfutables, dont on ne voit toujours pas la couleur puisque l’essentiel des résultats officiels repose finalement sur l’enquête bringuebalante de Bellingcat (cela lui a-t-il permis de trouver du boulot depuis?) ne croyez-vous pas qu’il y a largement matièe à douter des conclusions de l’enquête officielle?

        On peut mettre en question les versions officielles sans gober toutes les théories du complot invraisemblables, c’est justement ça l’esprit critique.


      • wesson Le 18 juillet 2017 à 10h53
        Afficher/Masquer

        l’enquête m’est apparu biaisée dès le départ, d’autant qu’elle intégra immédiatement l’Ukraine
        qui est un des suspect potentiel tout en refusant catégoriquement d’y intégrer la Russie.

        Et dès lors que Bellingcat s’y est mis – et que le rapport reprends en réalité toute son “enquête” pour “établir” la provenance du BUK qui aurait atteint l’avion – cela ne pouvait être autre chose qu’une vaste foutaise manipulatoire.

        Ce rapport ne vaut rien, et si ils pensent faire plier Poutine comme ils ont fait plier Kadafi pour Lockerby, ils risquent d’en être pour leur frais.

        D’un autre coté, ne désespérons pas de l’Ukraine: elle est bien en train de se rendre insupportable, comme prévu !


  12. Catalina Le 18 juillet 2017 à 09h11
    Afficher/Masquer

    ” les séparatistes soutenus par la Russie”, la Russie en effet soutient le Donbass mais uniquement de manière humanitaire et elle recueille minutieusement les preuves de crimes de guerre ukrainien pour, un jour, faire traduire les coupables en justice.Si elle les soutenait vraiment, croyez-vous que Kiev continuerait journalièrement à bombarder des civils dans la périphérie de Donetsk et Lugansk ?
    L’armée russe est professionnelle, si vraiment elle était là (et je suis à Donetsk), ça ferait longtemps que cette agression sur le Donbass aurait pris fin. En face, il y a une armée démotivée bcp de déserteurs) et des ultra-nationalistes qui s’en prennent régulièrement à ses troupes. Il y a plus de militaires tués du côté Kiev aujourd’hui par les ultra-nationalistes nazis que par les milices du Donbass. Pas vu de militaires russes pour l’instant.


    • JNX75 Le 18 juillet 2017 à 16h08
      Afficher/Masquer

      Ne le prenez pas mal, mais vous confondez les buts et les moyens : la Russie n’a pas pour but d’envahir l’Ukraine, la Crimée lui suffit. Ca ne veut pas dire qu’elle ne soutient pas les séparatistes du Donbass, elle les aide juste ce qu’il faut pour maintenir un statu quo qui dérange l’Ukraine, sans toutefois constituer un casus belli ou forcer la Russie a administrer une région dont elle ne sait que faire. Les Russes ont une approche clausewitzienne, la guerre est la continuation de la politique par d’autre moyen, la guerre n’est pas l’écrasement de la partie d’en face.
      Et je dis ça sans jugement moral, les pays défendent leur intérêt nationaux, voilà tout. (Quant au crimes de guerre, hautement condamnables, j’imagine qu’ils se répartissent entre les camps).
      Ce que je trouve fou c’est votre prise de parti pro-russe (sauf si vous êtes russe, dans ce cas là cela s’explique et se comprend) sans prise de distance.


  13. Catalina Le 18 juillet 2017 à 09h23
    Afficher/Masquer

    d’autre part : http://ilfattoquotidiano.fr/vol-mh17-laustralie-confirme-lexistence-dun-accord-secret-de-confidentialite-sur-les-resultats-de-lenquete/

    Vol MH17 : L’Australie confirme l’existence d’un accord secret de confidentialité sur les résultats de l’enquête

    « Mettre en place une enquête internationale exhaustive et indépendante » sur le vol MH17 de Malaysia Airlines abattu au-dessus de l’Ukraine : c’était l’exigence exprimée par le Conseil de sécurité de l’ONU à travers sa résolution n° 2166 approuvée le 21 juillet 2014, autrement dit quatre jours après le tragique accident. Mais les faits montrent plutôt que l’enquête a depuis le début été organisée et menée sans donner aucune preuve d’indépendance et de transparence.”


  14. Raoul Le 18 juillet 2017 à 10h12
    Afficher/Masquer

    L’enquête a été biaisée dès le début. C’est le pays au-dessus duquel a eu lieu l’accident qui est en charge de l’enquête, mais l’Ukraine a délégué celle-ci au Pays-Bas. Le but de cette première enquête n’est pas de rechercher les responsabilités, mais de prévenir d’autres incidents.

    Un deuxième groupe, le JIT, a été constitué par l’Eurojust. Ce groupe comprend l’Ukraine, les Pays-Bas, le Belgique et l’Australie. On note la présence de l’Ukraine, un des pays soupçonnés, l’absence de la Malaisie (qui devait rejoindre l’équipe d’enquête sous des conditions mal définies), et la présence de trois pays membres de l’OTAN. On connaît donc déjà le coupable.

    Pire ! Les quatre pays ont signé un accord secret qui prévoit que chacun d’eux a un droit de veto sur les résultats de l’enquête et leur divulgation. Cela signifie donc que l’Ukraine ne peut, de fait, en aucun cas être mise en cause, même si tous les faits l’accusent. On ne peut mieux dire que cette enquête est complètement bidon.


    • Raoul Le 18 juillet 2017 à 10h55
      Afficher/Masquer

      Petite erreur de ma part. L’Australie n’est pas membre de l’OTAN, évidemment. Mais bien alignée sur Washington, alors c’est tout comme.


      • Fritz Le 18 juillet 2017 à 12h13
        Afficher/Masquer

        En effet : l’Australie a été membre de l’OTASE de 1954 à 1977, durant les vingt-trois années d’existence de ce pendant “sud-est asiatique” de l’OTAN.


  15. Gonzo Le 18 juillet 2017 à 10h54
    Afficher/Masquer

    Bon du coup c’est un 9N314M ou 9M38?

    Parce que jusqu’à présent l’on nous a présenté un système buk 9M38 photo a l’appui comme étant la cause, mais les débris serait de type 9N314 d’où le fait de savoir qui a ce type de modèles?

    http://www.onderzoeksraad.nl/uploads/phase-docs/1006/debcd724fe7breport-mh17-crash.pdf


    • Pegaz Le 18 juillet 2017 à 13h07
      Afficher/Masquer

      OGIVE 9N314M et MISSILE 9M38

      Le rapport final du Bureau d’enquête néerlandais pour la sécurité (Onderzoeksraad Voor Veiligheid, OVV) contenant 279 pages est publié le 13 octobre 2015. Confirmant la thèse du missile sol-air, il précise que la destruction de l’avion de ligne est dû à l’explosion d’une OGIVE 9N314M d’un MISSILLE 9M38 installé sur un système de type BUK11, tiré d’une zone de 320 km2, occupée par les troupes ukrainiennes et les séparatistes prorusses
      Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Vol_17_Malaysia_Airlines#Rapport_du_Bureau_d.27enqu.C3.AAte_n.C3.A9erlandais


      • Gonzo Le 18 juillet 2017 à 16h30
        Afficher/Masquer

        Dans le rapport ci dessus page 132 est ecrit:

        Almaz-Antei, assembleur du buk M2, affirme qu’il n’est pas possible que l’ogive soit une 9N314 ou 9N314M car ne pouvait être connectée à la série de missiles 9M38 ou 9M38M.

        Almaz-Antey a également demandé ou sont les milliers de fragments en X et en I.

        Du coup je maintiens ma question : est ce un 9N314M ou 9M38? (puisque non compatible)


  16. Lapige Le 18 juillet 2017 à 11h34
    Afficher/Masquer

    Faut pas généraliser, mais c’est pas non plus comme si ce n’était pas déjà arrivé.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Vol_1812_Siberia_Airlines#Information_initiale


  17. Le Rouméliote Le 18 juillet 2017 à 12h15
    Afficher/Masquer

    Le 20 juin 2014, j’étais dans le vol Vietnam Airlines Paris-Hanoï et je me souviens très bien que nous avions suivi une route plus au sud longeant la Crimée. ce que j’avais trouvé fort sage…
    Le seul moment où j’ai eu la trouille c’est au-dessus de l’Afghanistan.


  18. Daniel Le 18 juillet 2017 à 12h42
    Afficher/Masquer

    MH370 et MH17: ou comment punir la Malaisie pour ce jugement tout en mettant le crime sur le dos des Russes (d’une pierre deux coups):

    http://www.agoravox.tv/actualites/international/article/malaisie-bush-et-blair-reconnus-32636

    Quand il s’agit de faire disparaître des témoins gênants, les USA sont des maîtres incontestés. Voir le destin de Klaus Erberwein.


  19. moshedayan Le 18 juillet 2017 à 15h47
    Afficher/Masquer

    MH 17 une vraie sale histoire où chacun donne sa version. Les “insurgés” ont la leur, les Ukrainiens de Kiev la leur et les Russes la leur.
    Aucun dialogue, aucune commission mixte (refusée par la partie occidentale et ukrainienne d’ailleurs). Et vous savez le pire dans tout ça, c’est que je crains que l’on ne sache jamais la vérité. Si ce sont les pro-Russes : ils ont déjà effacé toutes les traces de leur faute. Si ce sont les Ukrainiens : pareil, les archives ont toutes été déjà détruites. D’ailleurs avons-nous l’intégralité des éléments de vols et des discussions du centre de contrôle aérien de Dniepropetrovsk ? Non, aucun. Les signatures de tous les objets ou appareils volants sur la zone au moment du crash? Rien. Le rapport localise l’endroit de départ du tir, mais aucune communication sur l’unité qui a réalisé le tir. Or pour un tel tir, il faut au moins 5 individus d’après les militaires russes. Et si ce sont les Russes, même constat : ils auront effacé aussi toutes les traces.
    Seul espoir : que les Occidentaux lâchent leurs alliés à Kiev, s’ils ont des choses à dire et pareil du côté russe.


    • Gonzo Le 18 juillet 2017 à 17h52
      Afficher/Masquer

      Et pas que ca, pour lancer un missile il faut illuminer la cible, et cela ce vois de tous, de manière très précise géographiquement, via dopler dans la zone de fraunhoffer.


  20. Hellebora Le 19 juillet 2017 à 00h51
    Afficher/Masquer

    A lire : la conversation entre deux Hollandais qui en connaissent un sacré rayon sur l’affaire du MH17 : Max van der Werff et Marcel van den Berg. Et pourtant leurs avis ne sont pas les mêmes: http://russia-insider.com/en/politics/whose-buk-dutch-researchers-discuss-mh17/ri20287#disqus_thread


  21. Hellebora Le 19 juillet 2017 à 00h55
    Afficher/Masquer

    Trois ans après le crash, Patrick John Lancaster est en colère. Il avait filmé la zone juste après la catastrophe et réalisé, avec Graham William Phillips, des tonnes de film et de photos. Il constate que sur le lieu même, on trouve toujours des débris de l’avion et des restes humains !
    https://www.youtube.com/watch?v=G1mWfh5Sa4Q


  22. Iskander Zakhar Le 19 juillet 2017 à 10h07
    Afficher/Masquer

    Sans dire de bêtise, je pense que la responsabilité première en terme de navigation aérienne au-dessus d’un État revient à cet État, en l’occurrence l’Ukraine.
    Ensuite, les compagnies aériennes se plient aux directives des États.
    Pour ce qui est de la destruction de l’avion, si on applique la théorie du Rasoir d’Ockham, il semblerait qu’il soit plus probable qu’un Buk soit tiré (accidentellement ou pas) par les forces qui en possèdent plutôt que par celles qui n’en possèdent pas… comprenne qui voudra !


  23. Catalina Le 20 juillet 2017 à 17h32
    Afficher/Masquer

    Pourquoi les milices séparatistes ont-elles demandé un cessez-le-feu ? pourquoi l’armée ukrainienne ne l’a pas respecté, a continué à bombarder le site du crash en empêchant ainsi les enquêteurs d’y accéder ?
    Une vidéo où appararaissent des éléments très intéressants.

    https://www.youtube.com/watch?v=xVJPSlSIJ3k


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charte de modérations des commentaires