Les Crises Les Crises
3.mars.20163.3.2016 // Les Crises

10 idées dingues de Trump en politique étrangère, par Vincent Jauvert

Merci 1
J'envoie

Ce qu’il y a de bien avec Vinvent Jauvert, c’est qu’il livre du caviar dans chaque article…

(je précise que je n’ai pas vérifié ses dires – mais cela aurait surement été drôle)

10 idées dingues de Trump en politique étrangère

Source : Le Nouvel Obs, Vincent Jauvert, 29-02-2016

Le milliardaire, qui survole la primaire républicaine, est l’archétype du populiste américain modèle année 30, isolationniste et protectionniste.

Ah, donc le genre de président qui ne veut pas détruire l’ Irak et la Libye par exemple ? Hmmm ?

Donald Trump, le 23 février 2016 (Ethan Miller / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Donald Trump, le 23 février 2016 (Ethan Miller / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Vous notez comme les journalistes choisissent souvent une photo désavantageuse pour Trump ?

Comment le milliardaire incendiaire voit-il le monde ? Quel rôle veut-il que l’Amérique joue sur l’échiquier planétaire ?

Malgré ce que l’on croit, Donald Trump, qui décroche succès sur succès dans la primaire républicaine et pourrait donc bien obtenir l’investiture pour l’élection présidentielle, a des idées certes dingues mais assez cohérentes en matière de politique étrangère.

Ce corpus implicite, cette doctrine disent certains, fait de lui l’archétype du populiste américain modèle années 30, isolationniste et protectionniste. S’il gagne, le monde en sera bouleversé – pour le pire.

parce que le Vincent Jauvert lit l’avenir, c’est magnifique !

Voici les dix propositions qu’il a mises sur la table.

1 Construire un mur entre le Mexique et les États-Unis

Et faire payer l’ouvrage par le gouvernement mexicain. C’est la formule choc qui l’a fait décoller dans les sondages au cours de l’été dernier. Depuis, il a détaillé son plan radical. Pour contraindre Mexico à financer ce rempart anti-immigration, il entend par exemple imposer des amendes aux chefs d’entreprises et aux diplomates mexicains en visite aux Etats-Unis ou saisir l’argent que les immigrés clandestins envoient à leur famille.

Et voilà même son projet :

mur

oups, bon, désolé, c’est le mur construit par Israël en Palestine… (oui, ça existe façon Berlin 1962, mais chuuuut)

2 Saisir le pétrole

Saisir manu militari les puits de pétrole irakiens et syriens au bénéfice des compagnies américaines. Cela fait plusieurs années que Donald Trump affirme que Washington doit adopter les méthodes des conquérants d’autrefois et se “payer sur la bête”. Avec la présence de Daech sur le terrain, on se demande comment une telle entreprise pourrait être menée. Sur ce point, il ne dit rien.

3 Ne pas se mêler du dossier Daech

Laisser Bachar al-Assad et Vladimir Poutine régler, à leur façon, le problème de Daech en Syrie. Fidèle à son isolationnisme viscéral, le milliardaire ne veut pas que l’Amérique se mêle de ce dossier. Son directeur de campagne, Corey Lewandowsky, affirme, malgré les évidences, que Bachar “maîtrise la situation” et que Poutine frappe bien les zones contrôlées par l’Etat islamique. Autrement dit, il s’en lave les mains.

C’est à dire que, pour lui, l’idée que les USA ne se mêlent pas de la situation en Syrie (comme uen vulgaire Suisse), c’est donc “dingue”… OK…

4 Rétablir la torture

Employer de nouveau la torture contre les terroristes et massacrer leurs familles. Donald Trump veut non seulement réintroduire le “waterboarding” dans les techniques d’interrogatoire mais, selon lui, “ce n’est pas assez dur”… Evidemment, il ne fermerait pas la prison de Guantanamo, qu’il ferait au contraire prospérer.

Ah, il a oublié de dire que presque tous les candidats Républicains ont dit pareil, flûte…

5 Haro sur l’islam

Interdire, pendant une période, l’entrée des musulmans sur le territoire américain. Cette mesure anticonstitutionnelle concernerait même les touristes. Il ne dit pas si elle s’appliquerait aussi aux riches Saoudiens…

ahahaah…

6 Passer des accords avec Poutine que “beaucoup de monde respecte”

Les deux hommes ne cessent de faire assaut de compliments l’un sur l’autre. Le maître du Kremlin affirme que Trump est un “leader talentueux”. Comme dans les années 30, les populistes nationalistes s’entendent comme larrons en foire. Jusqu’au jour où

Oh non, j’ai voulu éviter le mot “psychiatrie” pour une fois…

7 Renégocier le traité d’alliance entre les Etats-Unis et ses deux principaux alliés en Asie, le Japon et la Corée du Sud

Selon Trump, Tokyo et Séoul ne participent pas assez au financement de la présence américaine sur leur sol. Là encore, c’est l’une de ses obsessions récurrentes, dont il parlait déjà au début des années 90.

Hmmm, et ?

8 Réduire aussi la présence militaire américaine en Europe

“Cela permettrait à notre pays d’économiser des millions de dollars”, assure Donald Trump, qui ne juge pas le Vieux Continent menacé par la Russie de Poutine.

Celui là est évidemment collector, je ne sais même pas quoi en dire. C’est d’ailleurs cette “idée dingue” qui a justifié la reprise de cet article…

M. Européiste veut donc que les 500 millions d’Européens soient protégés par les 300 millions d’Américains contre la menaaaaaaaaaace des 150 millions de Russes – et j’imagine, gratuitement ?

9 Faire éliminer Kim Jong-un par la Chine

Récemment le milliardaire a déclaré que Pékin devait “faire disparaître” le leader nord-coréen. Cette proposition radicale a le mérite de la franchise… En revanche, il propose d’augmenter fortement le déploiement américain dans le Pacifique en vue de contrer ce qu’il considère comme la vraie menace contre les Etats-Unis : la Chine.

Ah oui, c’est vraiment “dingue”, hmmmmm

10 Revenir sur tous les accords de libre échange

Depuis longtemps, Trump est un opposant farouche de la diplomatie commerciale multilatérale. En bon protectionniste, il veut dénoncer le traité dit Nafta (North American Free Trade Agreement) avec le Canada et le Mexique, et le tout récent TPP (Trans Pacific Parnership) avec certains pays d’Asie. Evidemment, s’il est élu, il stopperait les négociations en cours avec l’Union européenne.

Bref, on comprend pourquoi le Front National se réjouit de son avance dans la course à la Maison Blanche

Bon, évidemment, un article sur Trump implique très logiquement de citer 3 fois Poutine et 1 fois le FN, c’est la logique “Chien de Garde”.

C’est sûr qu’après ça, on se demande comment autant de Républicains américains votent pour un “dingue” pareil…

Vincent Jauvert

Source : Le Nouvel Obs, Vincent Jauvert, 29-02-2016

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Spectre // 03.03.2016 à 02h44

De jour en jour, on sent une désespérance croissante de la part des journaleux : non, le “phénomène” Donald Trump ne dégonfle pas ; non, les polémiques à deux balles montées en épingle par les médias respectables ne dissuadent pas le sans-dent local d’adresser un sérieux bras d’honneur au système en votant pour lui ; non, une part croissante de la population ne veut plus des vieilles élites corrompues au service exclusif des 1%.

Le choix de photos pourries est parfaitement volontaire et fait partie des procédés classiques de diabolisation et/ou de discrédit : http://www.acrimed.org/De-Hitler-a-Melenchon-Petite-genealogie-de-la-diabolisation-visuelle De même, les expressions utilisées pour le présenter (“milliardaire excentrique,” etc.) ne sont évidemment pas appliquées pour la candidate sérieuse : personne ne présente Clinton comme la “millionnaire belliciste” ou la “boute-en-train de Wall Street”.

Naturellement, aucun “journaliste” n’écrira un décalogue des dingueries de Sainte Hillary. Il y aurait pourtant de quoi faire : continuer les politiques néolibérales dont ses sponsors sont si friands, réenvoyer la milice au Moyen-Orient, prôner l’escalade permanente face à la Russie au risque de déclencher la troisième guerre mondiale, …

59 réactions et commentaires

  • Sayo // 03.03.2016 à 01h55

    Le problème avec Trump c’est qu’il y a autant de raisons de le haïr (1,2,4,5) que de l’apprécier (3,6,8,10) …

      +53

    Alerter
    • Chevrier Michèle // 03.03.2016 à 06h19

      Trump n’est pas “comme tout le monde” et c’est cela qui fait sa force.
      C’est un original qui peut bouleverser les USA dans le bon sens.

        +33

      Alerter
      • JCH // 03.03.2016 à 10h17

        …ou dans le mauvais sens. Comme les gens aiment les loteries, il a ses chances.

          +5

        Alerter
      • bm607 // 03.03.2016 à 12h20

        … Alors que côté démocrates la candidate qui semble se détacher a environ 100% de chances d’aller dans tous les mauvais sens.

        Copinage avec les grandes banques (voir ses financements de campagne : les plus gros donateurs), déclarations guerrières (elle a soutenu ouvertement les interventions militaires américaines en Afghanistan et en Irak, entre autres, et combattu le réglement pacifique de la guerre en Syrie http://www.legrandsoir.info/hillary-clinton-et-le-bain-de-sang-en-syrie-the-huffington-post.html), anti-Poutinisme primaire qu’elle a traité de “nazi” (http://www.leparisien.fr/international/ukraine-quand-hillary-clinton-compare-poutine-a-hitler-06-03-2014-3649713.php), “…la Russie qui s’est saisie d’une partie de l’Ukraine et a abattu un avion de ligne”, interventionnisme (“J’ai toujours été dans le camp qui considère que les Iraniens n’ont pas de droit à l’enrichissement”), soutien à Israël dans ce qu’il y a de pire (« Israël a le droit de se défendre », « Le Hamas a déclenché ce conflit »), plus quelques casseroles bien collantes (l’affaire des SMS sur sa boîte privée), et d’autres choses encore, tout ça laisse penser qu’elle pourrait choisir 100% des pires directions.

        Donc Pile (Clinton) je perds dans 100% des cas, ou Face (Trump) je gagne peut-être quelques trucs ?

        Il me parait donc logique en voyant cela que nos chers (chers au sens : onéreux pour ce qu’ils font) médias choisissent d’encenser Clinton.

          +39

        Alerter
    • pinaute // 03.03.2016 à 15h07

      Et quels sont les dix idées dingues de la Clinton ?

        +5

      Alerter
  • vincent // 03.03.2016 à 02h00

    Sauf que la moitié, si ce n ‘est les 3/4 de ces fameuses idées sont déjà appliquées quotidiennement, que ce soit celle à l’égard des mexicains, ou c’elles à l’égard de la prise de pétrole, ce qui se fait en libye actuellement avec la force de l’Otan envoyée sur place, 6 000 hommes. La seule originalité c’est la posture vis à vis de Poutine.

    Il y a aussi beaucoup d’incohérence; L’isolationnisme se caractérise selon moi, par une politique de fermeture du pays l’égard du monde, et de l’absence de tout action en dehors de son territoire, Or aller piquer le pétrole chez les autre, demander la mort de Kim Jung Hong, et préparer une guerre contre la chine, n’a rien d’isolationniste, d’ailleurs en parlant de Chine, Trump ne reprend que la politique actuelle, puisque les militaires US font beaucoup d’excursion en mer de Chine et tentent d’attiser les tension entre Pékin et ses voisins. Faudrait pas que les américains oublient que l’Art de la Guerre c’est un chinois qui l’a rédigé.

    Bref, c’est pas cohérent, ni logique, ou alors l’isolationnisme à évoluer comme le socialisme, cela doit maintenant signifier conquête du monde et pillage, comme libéralisme pour le socialisme.

      +41

    Alerter
    • Andrae // 03.03.2016 à 16h33

      Or aller piquer le pétrole chez les autres, demander la mort de Kim Jung Hong .. vincent.

      Trump insiste sur le fait que les USA doivent être les plus forts et accaparer des ressources. “Take the oil!”

      En Iraq, post 2003, les cos. pétrolières USA n’ont pris quasiment aucun contrôle, n’on rien investi, se sont montrés absents.

      Wiki (assurément pas le ‘top’) montre que les hydro-carbures en Iraq sont exploités par, comme d’hab, des contrats entre le Gvmt et des mega-corporations privées sous différents mandats de partage (actions, profits: structures complexes, industries connexes, forage, raffinerie, pipelines, etc.)

      Les acteurs extérieurs sont essentiellement la Malaysie (Petronas), la Russie (Lukoil), la Chine (CNPC), les Pays-Bas (Shell), l’Italie, la Korée, le Japon, la Turquie, l’Angola. Les USA n’ont que deux mini-participations par Occidental et Exxon.

      https://en.wikipedia.org/wiki/Petroleum_industry_in_Iraq

      Trump ne peut pas contourner ce biz complexe et ardu qui est managé non pas par des Etats mais par des corporations globalisées. Ce dont il est bien conscient.

        +4

      Alerter
  • Pascalcs // 03.03.2016 à 02h35

    Si Trump est un milliardaire “incendiaire”, je suis impatient de savoir de quoi sera qualifiée Clinton par Vincent Jauvert. Clinton a qui l’on doit la Lybie, la Syrie, l’Ukraine et bien d’autres enfers et cimetières contemporains.
    Elle que tout ce que compte l’Europe comme médias, intellectuels et politiciens corrompus, encensent à tout va, alors que la crise actuelle de cette même Europe est due aux politiques ouvertement décidées par Clinton et sa clique de Neocons qui la soutiennent.
    Dans une bataille Trump Clinton pour la présidence, Trump aura un boulevard en face de lui. Il n’a qu’à se baisser pour trouver un scandale à rattacher à la sulfureuse et tartuffe Clinton. A incendiaire, incendiaire et demi!

      +93

    Alerter
  • Spectre // 03.03.2016 à 02h44

    De jour en jour, on sent une désespérance croissante de la part des journaleux : non, le “phénomène” Donald Trump ne dégonfle pas ; non, les polémiques à deux balles montées en épingle par les médias respectables ne dissuadent pas le sans-dent local d’adresser un sérieux bras d’honneur au système en votant pour lui ; non, une part croissante de la population ne veut plus des vieilles élites corrompues au service exclusif des 1%.

    Le choix de photos pourries est parfaitement volontaire et fait partie des procédés classiques de diabolisation et/ou de discrédit : http://www.acrimed.org/De-Hitler-a-Melenchon-Petite-genealogie-de-la-diabolisation-visuelle De même, les expressions utilisées pour le présenter (“milliardaire excentrique,” etc.) ne sont évidemment pas appliquées pour la candidate sérieuse : personne ne présente Clinton comme la “millionnaire belliciste” ou la “boute-en-train de Wall Street”.

    Naturellement, aucun “journaliste” n’écrira un décalogue des dingueries de Sainte Hillary. Il y aurait pourtant de quoi faire : continuer les politiques néolibérales dont ses sponsors sont si friands, réenvoyer la milice au Moyen-Orient, prôner l’escalade permanente face à la Russie au risque de déclencher la troisième guerre mondiale, …

      +108

    Alerter
    • kasper // 03.03.2016 à 04h32

      J’ai du mal a comprendre comment Trump ne ferait pas partie des ” vieilles elites corrompues au service des 1%”. S’il n’est pas “au service” des 1%, c’est simplement parcequ’il en fait partie. On est jamais mieux servi que par sois meme.

      Je suis pret a parier qu’il ne mettra en oeuvre aucune des mesures de son programme que nous jugeons positives, trop mauvaises pour les affaires. Et meme en imaginant qu’il en ait l’intention sincère, le deep state ne le laissera pas faire.

      De ce point de vue la, le seul merite que je trouve a sa candidature c’est qu’au moins les choses sont claires: le 1% n’envoie plus ses sbires pour le servir au sommet de l’etat, il se presente directement aux elections.

      Cela dit j’espere qu’il sera elu, ne serait ce que pour voir bisquer les atlantistes. Foutu pour foutu, autant rigoler un peu.

        +79

      Alerter
      • WhereIsMyMind // 03.03.2016 à 13h19

        Après le “yes we can”, j’ai totalement perdu la foi quant à la possibilité de faire bouger les choses en politique. On avait un vrai soutient populaire et un président qui envoyait du lourd… Même Berni ne m’a pas entousiasmé plus que ça. Qui penses encore qu’une révolution politique est possible. ça fait juste pensé à la chanson “talking about a revolution sounds like wisper”. Soit le système s’éffondre et tu reprend le pouvoir dans la foulée, soit faut sortir les armes… le reste c’est se voiler la face.

          +11

        Alerter
    • Charles Michael // 03.03.2016 à 07h10

      Si, si, sur le site anti-war de Justin Raimundo:

      http://original.antiwar.com/justin/2016/02/28/the-lion-and-the-sheep

      plus zerohedge, etc…

      Saunders ou Trump, deux populistes (c’est grave docteur ?) qui secouent l’establishment ; moins démago pourtant que la chérie des presstituées, WallStreet oblige.

      [Modération : phrase supprimée, restons sur le sujet]

        +9

      Alerter
  • patrickluder // 03.03.2016 à 04h34

    La politique de Donald Trump …

    Cela ne vient à l’idée de personne que la politique d’une nation ne devrait jamais venir d’une seule personne ???

      +30

    Alerter
  • Alberto // 03.03.2016 à 04h39

    Hillary Clinton, avec ses 188 millions de dollars face à Donald Trump avec ses 27,3 millions, est sûre de gagner, puisque c’est toujours le plus riche qui gagne. Donc il faut plutôt s’attendre aux dingueries de Clinton qu’à celles de Trump.

    http://www.nytimes.com/interactive/2016/us/elections/election-2016-campaign-money-race.html?_r=0

      +21

    Alerter
    • oz // 03.03.2016 à 04h45

      Jeb Bush avait beaucoup plus d’argent que tous les autres candidats républicains, et la presse l’annonçait il y a quelques mois comment inévitable gagnant de la primaire. Il est rentré chez lui sans l’avoir remporté dans aucun État. Cette élection sort de l’ordinaire.

        +34

      Alerter
    • Furax // 03.03.2016 à 06h00

      C’est l’argent des sponsors auxquels se réfère l’article du NYT. Trump se finance surtout sur sa fortune personnelle. Et sinon, je suis du même avis qu’Oz.

        +16

      Alerter
    • Pascalcs // 03.03.2016 à 16h57

      A ce stade, comme aux précédents, ce n’est pas tellement une question d’argent en ce qui concerne cette course. Le cas Bush est là pour le démontrer. J’ai déjà eu l’occasion de le dire par le passé, cette élection est une mascarade car Hitlary est, sauf accident ou bévue énorme, déjà Presidente; elle est la désignée de l’Etat profond (deep state) pour le devenir.
      Elle est un pur produit de cet État et tout sera mis en œuvre pour arriver à cette fin. Et à ce stade, l’argent ne joue pas (plus) de rôle. C’est desormais une entreprise bi partisane qui va être mise sur pied pour démolir Trump. Figures de proue Démocrates et Republicains avec l’aide de leurs souteneurs (souvent identiques) vont y œuvrer puissamment au quotidien. Cela a d’ailleurs déjà commencé avec des charges inouïes des clairons républicains contre Trump. Romney le plus récent en date.
      Donc, mis de côté la facette grand spectacle qu’est cette élection mascarade, c’est à la suite qu’il va falloir se préparer, c’est à dire une administration Lady Macbeth-Clinton peuplée de coupes-gorges et de va-t-en guerre de pire espèce et qui vont encore souffler un peu plus sur l’incendie planétaire qu’ils ont déjà allumé un peu partout.
      Le vrai tragique de cette élection c’est cela.

        +23

      Alerter
  • oz // 03.03.2016 à 04h42

    Un des aspects les plus intéressants de Trump est qu’il unit contre lui les néocons américains. Ils en perdent les pédales, et même ceux qui sont des Républicains à vie appellent à voter pour Clinton plutôt que pour Trump s’il est le candidat républicain.

    Quant aux néocons français qui sévissent à l’Obs et autres médias socialistes, ils répètent simplement ce que disent les néocons américains…

      +67

    Alerter
    • Eric83 // 03.03.2016 à 08h38

      Des républicains aux US seraient prêts à voter pour Clinton contre Trump et en France le PS et le gouvernement Hollande/Valls a fait élire le LR dans des régions contre le FN.

      Donald Trump et Marine Le Pen ont – quoique l’on pense de leurs supposées politiques – le mérite indéniable de dévoiler au grand jour que républicains/démocrates ou droite/gauche ne sont que les deux faces d’une même pièce : la défense des intérêts de la caste des 1% dont ils sont les vassaux.

      Quand les citoyens, individuellement et collectivement, vont-ils prendre conscience que les élections dans nos soi-disant démocraties ne sont pas les républicains contre les démocrates ou la droite contre la gauche mais le maintien par tous les moyens des dominants contre les dominés ?

        +62

      Alerter
  • pariss // 03.03.2016 à 05h20

    Ce sont les grands électeurs qui choisissent le Président, pas les citoyens de base… donc il ne s’agit que d’un jeu de rôle… que nos marionnettes républicaines ont appris aussi à jouer

      +11

    Alerter
    • Furax // 03.03.2016 à 06h01

      Les grands électeurs élus par les électeurs sont juridiquement obligés de voter pour le candidat au nom duquel ils ont été élus.

        +5

      Alerter
      • oz // 03.03.2016 à 06h19

        Pas toujours vrai. Pendant les primaires, les grands électeurs (delegates en anglais) votent pour le candidat qui obtient le plus de suffrages. En revanche, les superdelegates (qui sont des membres éminents du parti- gouverneurs, congressmen, etc.) votent pour qui ils veulent, sans égard au résultat des élections. Il est important de noter que seuls les démocrates ont des superdelegates…
        Voir les explications sur ce site pro-Sanders.
        http://voteforbernie.org/elections-faq/
        Grâce à son mari, et à sa position dans le parti démocrate, Clinton obtient en général les voix des superdelegates.

          +19

        Alerter
        • Furax // 03.03.2016 à 10h12

          Il y a beaucoup moins d’équivalents de superdélégués au parti républican (environ 150) qu’au parti démocrate.
          C’est pour cela qu’aucune magouille interne au parti républicain ne peut empêcher celui qui remporte une nette majorité des délégués lors des primaires des Etats d’être désigné comme candidat.

          Tout ce qu’ils peuvent faire, c’est la grève du zèle, c’est lui pourrir sa campagne. Et se pose de toute façon la question de la capacité du candidat à attirer à lui les différents segments d’électorat républicains (les modérés, les libéraux, les conservateurs, la droite religieuse, les bellicistes, les isolationnistes, … etc) ou pas républicains d’ailleurs (les “Reagan democrats” par exemple).

          Or ce que Trump réussit, c’est à faire revenir aux élections côté républicains des électeurs traditionnels du parti républicain qui s’en étaient détournés, et même des démocrates conservateurs. La participation est beaucoup plus forte, côté républicain (déjà près de 10 millions de votants) que lors des précédentes présidentielles, beaucoup plus élevée que chez les démocrates où elle est au contraire en baisse. On appelle ça une dynamique.

            +19

          Alerter
          • Renaud 2 // 03.03.2016 à 14h29

            C’est effectivement assez comique que la primaire chez les Républicains soit plus démocratique que chez les Démocrates…
            Sinon parmi toutes les incohérences de Trump, il faut quand même noter la présence de la proposition 10). Bloquer les négociations du TAFTA, ce serait déjà énorme !

              +12

            Alerter
  • Kiwixar // 03.03.2016 à 07h05

    Lors de campagnes électorales, le positionnement stratégique évolue en fonction de l’objectif du moment : gagner les primaires républicaines fait appel à un positionnement “particulier” qui nous fait écarquiller les yeux tellement il est creux (pas vraiment de programme), fait de postures, s’adressant au cerveau reptilien de l’électeur moyen américain. Le positionnement de Trump ne sera pas le même dès qu’il sera face à Hillary (repositionnement vers le centre). Personne n’a jamais gagné de bataille en roulant en ligne droite.

    Sans préjuger du résultat (tout est possible), je trouve qu’Hillary a de sacrés handicaps en cette période où il y a un rejet populaire de l’establishment, sans parler de la casserole de l’emailgate où, au-delà de l’aspect juridique, elle apparaît IRRESPONSABLE.

      +32

    Alerter
  • Georges Clounaud // 03.03.2016 à 07h37

    Dans la catégorie chien de garde, France Inter Bobo en a trouvé un magnifique, “un champion du monde”, un roquet de premier choix, visiblement choisi pour remplacer à terme l’inénarrable mais fatigué Bernard Guetta dont l’unique disque “si ça va mal c’est parce qu’il n’y a pas assez d’Europe” semble de plus en plus tourner en rond.
    Il a donc fallu insuffler une once de jeunesse, de modernité et c’est comme ça qu’est apparu Anthony Bellanger, un jeune “qui n’en veut”.
    http://www.franceinter.fr/emission-geopolitique-le-plan-de-guerre-du-camp-democrate-contre-donald-trump
    Extraits :
    “Comment faire pour battre la terreur blonde républicaine en duel ? La question se pose à tous les analystes politiques, sondagistes, démographes, sociologues et autres « pundits », ou spécialistes, qui entourent Hillary Clinton. […] il faut préparer la candidate au pire. Donald Trump a déjà prévenu qu’il allait s’attaquer vicieusement, « vicious », à la candidate démocrate en lui parlant des aventures sexuelles de Bill et de ses courriels privés. Elle a donc déjà commencé des séances d’entrainement au débat à venir au cours desquels ses conseillers passent leur temps à l’insulter, hurler, lui opposer des arguments sexistes et ou salaces. Pour elle, c’est vraiment très dur.[…] Elle qui est si brillante, si éloquente, si réactive et si inclusive, c’est à dire féministe, ouverte sur le monde, aimant la diversité sexuelle ou raciale, n’est équipée pour affronter un “clown sinistre et fanatique “”.

    Quel talent ! je reste sans voix….
    Chapeau l’artiste !
    N’oubliez pas au passage de prier pour Sainte Hillary 😉

      +48

    Alerter
  • philbrasov // 03.03.2016 à 07h38

    le vrai visage d’hilary Clinton….

    “we came , we saw , he died”

    https://www.youtube.com/watch?v=Fgcd1ghag5Y

    faudrait que Trump lui rappelle de temps en temps… ce cynisme…
    Je crois du reste q’il s’en est pas privé..

      +23

    Alerter
    • alexg81 // 03.03.2016 à 07h57

      D’ailleurs, il n’a pas fait cas de son mépris pour la classe politique actuelle. Puisqu’il a avoué avoir fait des dons à Hilary Clinton lors de l’investiture démocrate en 2008 et 2012.
      Je n’aime pas Trump, mais c’est le moins pire sur le papier, face à une néocon prête à utiliser l’arme atomique contre la Russie ou autre pays qui déplaît à l’Oncle Sam

        +19

      Alerter
    • OFJ // 03.03.2016 à 10h24

      Il y a aussi le livre de Diana Johnstone : “Hillary Clinton, la reine du chaos” qui révèle son vrai visage. A acheter et à prêter au maximum de personnes autour de vous.

        +19

      Alerter
  • lievin // 03.03.2016 à 08h10

    Désolé mais…certains de ses objectifs sont positifs ! et vrais sur le fond,
    d’autres beaucoup moins, tant pas sur le fond mais sur la forme…
    – mais pourquoi faire un fromage de ces déclarations ?

    Nos politiques actuels sont tous aussi “menteurs” en bien ou en mal, déclarations et promesses non tenues sont légions ! rien de nouveau !

    – car il y a différence entre “programme électoral et la réalité ! et ce monsieur, très loi d’être idiot le sait tout autant que les autres…

    Vous ne l’aviez pas remarqué ?

    passons à autre chose …

      +7

    Alerter
  • Jmk011 // 03.03.2016 à 08h43

    De toutes façons, Clinton ou Trump c’est bonnet blanc et blanc bonnet comme disait l’autre.
    C’est surtout un grand retour en arrière pour la politique US, après les quelques tentatives un peu progressistes de B. Obama en matière sociale. Et de toutes façons encore c’est le complexe militaro-financiaro-industriel qui continuera à garder le véritable pouvoir aux USA.

      +6

    Alerter
  • Ailleret // 03.03.2016 à 09h00

    Le désarroi de Vincent Jauvert nous rassure : Hillary “he died” Clinton pourrait donc perdre la présidentielle, sinon face à Bernie Sanders, du moins face à Donald Trump. Bien sûr, Jauvert n’est que la caisse de résonance des médias-qui-mentent, jour après jour, en une sorte de crescendo.

    Amusante, l’insistance de Jauvert sur “les années 30”. Puisqu’il fait de Trump “l’archétype du populiste américain… isolationniste et protectionniste” de cette sombre période, serait-il assez bon pour nous citer d’autres exemples ? Huey Long, peut-être ? (Oups, M. les connaissances de M. Jauvert ne vont pas jusque-là). Franklin D. Roosevelt ?

    Un peu partout dans le monde, beaucoup aimeraient l’élection d’un président américain “populiste” (= pour le peuple, contre les banksters), “protectionniste” (= ni Nafta, ni Tafta) et “isolationniste” ( = plus de massacre au Moyen-Orient). Après tout, l’isolationnisme était l’intention fondatrice des États-Unis d’Amérique.

      +30

    Alerter
    • Ailleret // 03.03.2016 à 11h50

      J’ajoute que cette crainte de “l’isolationnisme” américain est révélatrice : nos médias veulent absolument une Amérique interventionniste, c’est-à-dire impérialiste. Nos élites veulent un maître ! Cela s’appelle : la servitude volontaire.

        +26

      Alerter
  • Max // 03.03.2016 à 09h35

    La Russie, respirera peut être mieux avec Trump qu’avec Clinton et donc je ne reprendrai pas le texte sur ce point.
    Pour la Chine c’est entre la Peste et le Cholera.
    Clinton veut continuer une politique musclée à la limite de l’affrontement militaire avec certes la Russie mais aussi et surtout la Chine qui est en plein réarmement nucléaire.
    Trumps veut renégocier les accords commerciaux avec la Chine.
    Il faut comprendre qu’un IPad qui se vends 700$ coute sortie usine asiatique en fait 155$.
    http://www.metronews.fr/high-tech/apple-iphone-6-vendu-709-euros-il-ne-coute-que-155-euros-a-fabriquer/mniy!18JSNUxShMfTU/
    Si, il était manufacturé aux USA, il couterait peut être 300$ ca donnerai du travail aux nationaux américains mais ca diminuerait les bénéfices d’Apple.
    En interne la vraie bataille entre Trumps et Clinton est raciale.
    Clinton a besoin massivement du vote Noir même si elle ne le mérite pas.
    http://www.lemonde.fr/
    Trump a encore plus besoin d’un vote massif de l’électorat blanc, qu’il devra aller chercher dans le camp Démocrate…………….. Ce qui n’est pas gagné
    http://www.atlantico.fr/decryptage/trump-champion-blancs-presidentielle-2016-prefigure-t-elle-amerique-ou-vote-deviendrait-pure-affaire-ethnique-yannick-mireur-2610889.html

      +8

    Alerter
    • Furax // 03.03.2016 à 11h32

      Lors des primaires, Trump a recueilli beaucoup plus de suffrages latinos que Cruz et Rubio qui sont pourtant des latinos. Comme quoi le vote communautariste est plutôt une exception et que de nombreux latinos partagent l’objectif de limiter l’immigration latino.

      Le cas du vote noir est à part, en effet, à cause de la mémoire de l’esclavage puis de la ségrégation, et de l’attachement au parti démocrate depuis FD Roosevelt.

      Mais pour le reste, l’électorat est fluide et ce n’est pas le facteur ethnique qui est le déterminant du vote.

        +6

      Alerter
      • Amsterdammer // 03.03.2016 à 21h23

        Le vote noir pourrait difficilement être attaché au parti Démocrate en raison de l’abolition de l’esclavage, vu que Lincoln et les abolitionistes étaient du parti républicain, et que le parti démocrate regroupait les segregationistes.
        C’est l’histoire sociale et politique du XXe S américain qui a mené à un complet renversement des rôles entre les deux grands partis.

        Après tout, au XIXe S, les libéraux se situaient en Europe à la gauche de l’échiquier politique.

          +5

        Alerter
  • Loxosceles // 03.03.2016 à 09h46

    1- Il existe déjà une barrière entre les USA et le Mexique. Il ne s’agit donc que de la renforcer.

    4- Sur Guantanamo, Obama a prétendu l’inverse, mais n’a au final pas fait “mieux” que Trump.

    9- La principale raison du laisser-faire concernant la dictature nord-coréenne est qu’elle ne représente pas une vraie menace ni un véritable intérêt pour les USA ou la Chine, mais que tant qu’elle existe, elle fournit un prétexte à l’établissement de bases militaires dans la région, qui servent en réalité déjà à l’opposition entre la Chine et l’USA.

    Bref les positions de Trump sont scandaleuses car elles sont moins hypocrites que ce qui se fait actuellement, et c’est tout. Ses intentions de moindre ingérence dans le monde sont plutôt louables par ailleurs, étant donné les “résultats” de cette ingérence jusqu’à présent, du Vietnam jusqu’à la Libye et la Syrie au moins.

      +27

    Alerter
  • Alae // 03.03.2016 à 10h51

    L’important sur Trump n’est pas ce qu’il dit, mais de quoi il est le symptôme.
    Aux States, les décennies de propagande anticommuniste de la Guerre froide s’étant chargées de transformer le mot socialisme en injure et de diluer la gauche dans le progressisme sociétal, aucune révolte ne peut en venir ; la rébellion populaire s’est donc déportée à droite. C’est la raison pour laquelle quoi qu’il dise et quels que soient les torrents de boue que les autres lui jettent, rien n’entame l’avance de Trump.
    Les électeurs républicains en ont marre de l’establishment, marre des guerres, marre de la corruption de leurs élites, marre de leur baisse constante de niveau de vie, marre des chaises musicales républicains-démocrates qui ne visent qu’à perpétuer un système constamment au bord de la banqueroute et totalement périmé. Ils ne votent pas pour un homme, mais contre le système.
    C’est pourquoi s’en prendre aux déclarations à l’emporte-pièce de Trump, “déconstruire” son discours ou le traiter de bouffon comme le font les officines médiatiques est une erreur. Les âneries qu’il dégoise, ses électeurs s’en contrefichent. Trump n’est que le symbole de leur méga-ras-le-bol.

      +39

    Alerter
  • alexg81 // 03.03.2016 à 11h05

    Mon avis :

    1- Il existe déjà un mur anti-migrants entre les Etats-Unis et le Mexique. S’il veut le terminer et/ou le renforcer, autant envoyer la facture à la CIA et aux fondations pour la démocratie puisque ce sont les dernières qui organisent le trafic.

    2- Bachar El-Assad ne va pas apprécier de se faire voler ses puits de pétrole. La politique étrangère néo-coloniale va continuer. Ce qui va en contradiction avec le point 3 de non-intervention en Syrie.

    4- Comme Guantanamo est légal grâce à la suspension clause, cela explique pourquoi Obama ne l’a pas fermé.

    5- Comment ajouter la religion sur les passeports biométriques, sous couvert de lutter contre le terrorisme ?

    6- A voir avec la lutte de pouvoir avec les différents lobbies s’il arrive à la Maison Blanche

    7,9- Dans la continuité du pivot vers l’Asie d’Obama, en désignant la Chine comme ennemi

    8- On peut rêver, pas sûr que le Royaume-Uni, les pays scandinaves et de l’Est apprécient. Ces pays ont construit leur politique de défense sur leur intégration dans l’OTAN.

    10 – Un grand bouleversement géopolitique pour un pays qui veut dominer le monde par la guerre et le libre-échange.

    Je suis sceptique sur la possibilité d’un grand chamboulement politique avec Trump.

      +4

    Alerter
  • Max // 03.03.2016 à 11h09

    Pourquoi pour Donald Trump, la Corée du Nord est un problème Chinois ?
    Pour la Corée du Nord, c’est plus un problème Chinois ou Japonais qu’Américain.
    Pour la Chine, le problème des essais nucléaires de la Corée du Nord est qu’ils ont lieu à 100 Km de sa frontière.
    En ce qui concerne une bombe H il faut savoir en ce qui concerne les essais qu’il y a deux cas de figures, URSS et Chine, ces pays étant des états Continents, ils ont faits les tests à l’intérieur de leurs territoires.
    Pour les USA une partie a eu lieu dans le Nevada : https://www.youtube.com/watch?v=vUqkNxW1Yqo
    Les plus importants tests ont eu lieu dans les iles Marshall.
    https://www.youtube.com/watch?v=5nWFx-zmI0k
    La France et la Grande-Bretagne à cause de la taille réduite de leurs pays les ont faits : Pour la France en Polynésie et pour la Grande-Bretagne en Australie.
    La Corée du Nord a une superficie de 120.000km2 soit 4 fois moins que la France, en supposant qu’elle en a la maitrise ce dont je doute, elle ne peut donc pas faire des tests de bombes H en interne et pleine puissance surtout que ca mettrait la Chine en mode panique et donc que l’essai ai été de faible puissance n’est donc pas anodin.
    De plus la Corée du nord n’a pas de super calculateurs.
    http://www.latribune.fr/technos-medias/informatique/pourquoi-la-france-doit-rester-dans-la-course-des-supercalculateurs-461372.html

      +3

    Alerter
  • Chris // 03.03.2016 à 12h04

    Franchement, je me marre du sauve-qui-peut général de l’establishment qu’un Trump tonitruant débusque au grand jour.
    Car qu’est-ce-qu’il raconte le bougre ? Il éructe publiquement ce que les guignols carriéristes cachent et manigancent depuis des décennies dans les coulisses avec pour résultat le chaos planétaire actuel.

      +8

    Alerter
  • Gilles // 03.03.2016 à 12h08

    apparemment, les républicains font et feront tout pour éviter que “le Donald” soit leur représentant, jusqu’à bidouiller les bulletins de vote, et peut-être même à l’exclure de leur parti.
    En 2018, ce n’est pas un trump, mais une armée de trumps qui se présenteront aux élections du congrès.

    https://www.rt.com/usa/334211-voting-problems-super-tuesday/

    https://www.rawstory.com/2016/03/austin-radio-station-flooded-with-reports-of-voting-machines-switching-votes-from-trump-to-rubio/

      +1

    Alerter
  • jp // 03.03.2016 à 12h57

    elle le dit par entretien téléphonique et le confirme le lendemain : elle ne compare pas directement les personnes mais les politiques sur “bases ethniques” :
    “Tous les Allemands qui étaient (…) des Allemands ethniques, les personnes d’origine allemande qui se trouvaient en Tchécoslovaquie, en Roumanie et ailleurs, Hitler n’arrêtait pas de dire qu’ils étaient maltraités. Je dois aller protéger mon peuple, et c’est ce qui a rendu tout le monde si nerveux”.
    “Quand il (Vladimir Poutine) regarde l’Ukraine, il voit un endroit qui, selon lui, fait partie intégrante de la mère patrie russe”

    c’est sur https://www.youtube.com/watch?v=kTeCRPzMscE

      +5

    Alerter
    • Laurent Outang // 04.03.2016 à 09h55

      C’était le même discours que Slobodan Milosevic: “partout où il y a un serbe, c’est la Serbie”

        +0

      Alerter
  • Lea_ // 03.03.2016 à 13h44

    C’est sûr que l’on peut déceler quelques idées dingues chez Donald Trump mais ne nous sommes pas habitués à entendre de la part des candidats au poste suprême des propos/promesses qui ne sont pourtant pas mis à exécution une fois qu’ils arrivent au pouvoir ? On se souvient bien de notre “Moi, je” assurant que “mon ennemi c’est la finance” et qu’il allait inverser la courbe du chômage…

    Pour nous, européens, ce qui compte avant tout c’est une politique non agressive américaine sur notre continent et celle là est proposée par Trump. Le fait qu’il ait un regard positif envers Poutine pourrait assurer la paix sur notre continent et moins de conflits dans le monde. Et cela est très rassurant. Après tout, ce qu’il veut faire chez lui, aux States, on s’en fiche.

    Ps Entourer la Russie de bases militaires de l’OTAN n’est pas dingue ?

      +18

    Alerter
    • Amsterdammer // 03.03.2016 à 21h30

      Mollande avait dit “mon ADVERSAIRE c’est la finance”. Mais tout les gogos ont entendu ‘ennemi’.

      Ennemi et adversaire, ce n’est pas la même chose.

        +2

      Alerter
  • Andrae // 03.03.2016 à 14h08

    A cause de Trump, en cherchant des infos sur le mur avec le Mexique (car il existe déjà, voir d’autres posts) je suis tombée sur le documentaire “Broken Land” (ang. trad français) par des réalisateurs Suisses. Est exposé la relation et l’implication de 7? citoyens Américains, du coté US, avec ce mur. Cela va du macho toujours armé en patrouille perso, qu’on peut imaginer commettant le pire, à celui qui analyse les dépouilles, classifie les identités des inconnus, à d’autres, opposant le mur, pour diverses raisons. Sur RTS dispo pour sur encore qqes jours (au moins?) Trump reprend régulièrement des éléments identiques à certains des points montrés dans ce doc.

    http://www.rts.ch/docs/lundi/7300122-le-doc-du-lundi.html

      +1

    Alerter
  • DooM // 03.03.2016 à 14h49

    Euh c’est moi ou le 2 “prendre le contrôle du pétrole en Syrie et Irak” est contradictoire avec le 3 “Laisser Poutine se débrouiller” ?

    On ne peut pas être isolationniste et interventionniste dans la même partie du monde…

      +2

    Alerter
    • Sumbawa // 03.03.2016 à 20h27

      Idem point 7 et 9 qui se contredise.
      Si les US quitte la Corée du sud , il n’y a plus de Corée du nord.

        +3

      Alerter
      • DooM // 03.03.2016 à 21h34

        En effet, s’opposer à la Chine et augmenter les bases dans le pacifique tout en s’éloignant des Japonais…

        L’article simplifie un peu le programme de Trump à mon avis. Peut-être que Trump simplifie son discours aussi.

          +2

        Alerter
  • Andrae // 03.03.2016 à 15h08

    L’auteur écrit que la politique étrangère de Trump est assez cohérente, exactement mes mêmes mots ici auparavant. Isolationniste et nationaliste, oui.

    A l’intérieur, pareil: un sujet: L’école.

    Trump dit qu’il faut *abolir!* (ou réduire presque totalement, etc.) le Dpt. de l’Education Fédéral et retourner à un système local, par Etat, et miser, en bonne partie, sur le privé. Cela se discute bien sur, mais lui attire une sympathie énorme de la part d’enseignants, parents, autorités locales, etc. Bcp de monde…

    Le programme de Bush No child left behind (label sympa) et le progamme d’Obama Race to the top (le nom dit tout, programme ridicule) ont été des échecs complets, dans le sens que les résultats mesurés continuent de chuter grave. Trump est contre le Common Core qui définit ce que les élèves doivent maitriser chaque année de la scolarité obligatoire, mesuré par des tests imposés, etc.

    Bien sur les “résultats scolaires” dépendent de bcp de facteurs, pas simple: pauvreté, transports/ acessibilité, santé, nourriture, criminalité, formation et paye des enseignants, ambiance dans l’école, etc.

    http://www.ontheissues.org/2016/Donald_Trump_Education.htm

    https://en.wikipedia.org/wiki/Race_to_the_Top

      +2

    Alerter
    • John V. Doe // 03.03.2016 à 20h02

      … et espoir ! Surtout de l’espoir. Il ne sert à rien de faire d’investir de l’argent dans l’enseignement si les futurs diplômés n’ont pas l’espoir que ce “papier” va leur servir.

      Que ce soit aux USA ou en Europe, la pauvreté sans espoir et la rigidification de la stratification sociale sont les causes premières tant de la violence que de l’échec scolaire : à quoi sert d’étudier si nous voyons ceux qui l’ont fait être aussi enfermés que les autres. Et pourquoi se refuser la violence si je sais qu’il n’y a pas de “grand soir” demain au petit matin.

        +5

      Alerter
    • sassy2 // 04.03.2016 à 12h33

      le systeme educatif US (QCM) n’existe plus depuis 10 ou 15ans

        +0

      Alerter
  • Ghislaine ROUDIL // 03.03.2016 à 18h21

    J’ai dit que Hillary Clinton fait peur car elle est extrêmement perverse, corrompue jusqu’ à la moelle – il suffit de lire plusieurs medias américains et quelques uns de leurs journalistes + des politiques pour savoir que cette femme devrait être en taule tant elle traîne de casseroles et pas des moindres !

      +3

    Alerter
  • GUS // 04.03.2016 à 10h19

    S’agissant de la construction d’un mur entre le Mexique et les USA, il existe déjà dans certaines zones, sauf erreur de ma part, et n’a jamais été démantelé par Obama. La question de la pression migratoire mexicaine existe depuis très longtemps aux USA et Trump n’est pas le premier républicains à adopter une ligne dure.
    Quant à la torture, il me semblait avoir entendu d’une zone hors du droit international où les USA pratiquent la torture, depuis Bush, zone qui n’a pas été fermée par Obama : Guantanamo si je ne m’abuse ….

      +1

    Alerter
  • sassy2 // 04.03.2016 à 12h30

    Trump est un homme parfait pour les us de 2016

    il a fonctionné pour le moment avec 3/4 mois d’avance
    (par ex ses piques sur kelly en aout, il nous explique maintenant pourquoi /murdoch al waleed…)

    sur le nasdaq qui ne paie pas d’impot
    sur aapl dont les blaireaux comprendront pourquoi dans 5ans il a de toute facon raison
    (robots chez foxconn+ pas d ‘impot societe)

    sur clinton dont on SAIT maintenant, notamment grace a lui qu’elle est tarée que son mari est un malade (elle peut finir en taule)

    sur l’immigration qui n’a aucun avenir

    sur la chine qui de toute facon va dévaluer de 30% (il veut taxer a 30% les imports)

    une attaque des koch bros commence via romney (cf infowars roger stone publié le 28 fevrier!)
    du reste Jim rickards dit depuis des mois que biden va remplacer Clinton de la même maniere

    c’est bien simple tout est bon chez lui, c’est un bon bougre
    (hormis ses gouts de decoration mais il est americain on ne peut rien faire pour lui lol)

    avec lui GS peut finir a deux dollar l’action : une des conditions pour sortir de la crise

      +0

    Alerter
  • georges glise // 07.03.2016 à 19h21

    l’idée de traiter avec poutine, l’idée de réduire la présencemilitaire en europe sont excellentes, et peut-être ne voudra-t-yl pas du ttip/tafta.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications