Les Crises Les Crises
17.novembre.201517.11.2015 // Les Crises

[1984 ?] Quand les médias modifient leurs archives dérangeantes…

Merci 29
J'envoie

J’avais vu sortir sur le web hier le cas de France Inter, qui a modifié un de ses articles assez dérangeant :

Aujourd’hui :

La semaine passée encore (merci archive.org !) :

Heum heum, fantasme assez réel, en effet.. Et merci pour “l’explication” – ils n’allaient pas laisser penser que Le Pen ou Estrosi avaient raison sur ce point là – alors que c’est du simple bon sens : comme s’il n’y avait pas un risque colossal que Daesh profite de l’émigration de dizaines de milliers de Syriens pour glisser quelques hommes à lui dans le lot…

J’avais trouvé cette manipulation du texte très dérangeante, mais, bon, il y a d’autres urgences.

EDIT : 18/11 On me signale qu’en effet France Inter a inséré à droite du texte :

Je n’ai pas souvenir d’avoir vu ça dimanche. sois j’étais inattentif (comme ce soir), soit ça a été rajouté après la polémique sur le web, je ne sais pas.

C’est mieux, mais j’ai du mal à comprendre : qu’ils enlèvent le nom de la journaliste, je peux très bien comprendre, mais qu’ils modifient le texte, non. Cela engage France Inter. Et puis effet Streisand garanti…

Arrêts sur Images a analysé ce cas d’ailleurs…


Et voilà qu’aujourd’hui un lecteur me signale que Paris Match a fait de même pour l’interview choc du juge Trévidic du 30 septembre dernier :

Aujourd’hui :

Ça m’avait étonné, car j’ai repris cette interview sur le site, mais j’avais changé le titre tant il était insipide et correspondait peu au contenu explosif de l’interview. J’aurais dû me méfier de cette “frilosité” peu courante dans les médias – mais outre que je manque de temps vu l’urgence, j’avoue que je n’aurais pas pensé qu’un grand média ose faire ça, mea culpa (notez que c’est marqué en tout petit, la date de modification a en effet changé)… Et en effet, on voit que l’adresse de la page comporte l’ancien titre…

La semaine passée encore en effet (merci archive.org !) :

Tiens, c’est vrai qu’on pourrait se demander :

  • ce qu’on a fait pour être leur “ennemi numéro 1” (genre les bombarder, bomber plein d’États musulmans, ne pas régler le conflit israelo-palestinien, etc) ;
  • pourquoi on n’écoute pas le “cri d’alarme” (qui a disparu) du plus grand juge anti-terroriste français ;
  • voire, soyons fou, s’il faut demander des comptes à nos dirigeants…

C’est classique dans plein de domaines : quand on alerte avant le drame, on est un sale “pessimiste”. Quand le drame a eu lieu, il faut vous effacer, car vous êtes la preuve de l’incompétence des décideurs, qui ne vous ont pas écouté. On peut alors sortir le “personne n’avait pu prévoir que…”

Bref, il n’y a pas mort d’homme, le corps des billets n’ayant pas été modifié, mais il ne faudrait pas que ça s’étende… – et ça donne en tous cas des arguments aux “tous pourris” contre les journalistes (tu m’étonnes qu’il y a des complotistes délirants quand ils voient des trucs comme ça)…

Il faudrait peut être qu’un rappel déontologique ait lieu : on ne modifie pas rétroactivement des archives dérangeantes !

P.S. signalez-nous si vous tombez sur d’autres choses comme ceci…


Nous n’en sommes évidemment pas là, mais, relisons 1984 d’Orwell (1948) pour finir :

“À partir de ce moment, la guerre, pour ainsi dire, n’avait jamais cessé, mais, à proprement parler, ce n’était pas toujours la même guerre. Pendant plusieurs mois de l’enfance de Winston, il y avait eu des combats de rue confus dans Londres même, et il se souvenait avec précision de quelques-uns d’entre eux. Mais retrouver l’histoire de toute la période, dire qui combattait contre qui à un moment donné était absolument impossible. Tous les rapports écrits ou oraux ne faisaient jamais allusion qu’à l’événement actuel. En ce moment, par exemple, en 1984 (Si c’était bien 1984) l’Océania était alliée à l’Estasia et en guerre avec l’Eurasia. Dans aucune émission publique ou privée il n’était admis que les trois puissances avaient été, à une autre époque, groupées différemment. Winston savait fort bien qu’il y avait seulement quatre ans, l’Océania était en guerre avec l’Estasia et alliée à l’Eurasia. Mais ce n’était qu’un renseignement furtif et frauduleux qu’il avait retenu par hasard parce qu’il ne maîtrisait pas suffisamment sa mémoire. Officiellement, le changement de partenaires n’avait jamais eu lieu. L’Océania était en guerre avec l’Eurasia. L’Océania avait, par conséquent, toujours été en guerre avec l’Eurasia. L’ennemi du moment représentait toujours le mal absolu et il s’ensuivait qu’aucune entente passée ou future avec lui n’était possible. […]

Le Parti disait que l’Océania n’avait jamais été l’alliée de l’Eurasia. Lui, Winston Smith, savait que l’Océania avait été l’alliée de l’Eurasia, il n’y avait de cela que quatre ans. Mais où existait cette connaissance ? Uniquement dans sa propre conscience qui, dans tous les cas, serait bientôt anéantie. Si tous les autres acceptaient le mensonge imposé par le Parti – si tous les rapports racontaient la même chose –, le mensonge passait dans l’histoire et devenait vérité. « Celui qui a le contrôle du passé, disait le slogan du Parti, a le contrôle du futur. Celui qui a le contrôle du présent a le contrôle du passé. » Et cependant le passé, bien que par nature susceptible d’être modifié, n’avait jamais été retouché. La vérité actuelle, quelle qu’elle fût, était vraie d’un infini à un autre infini. C’était tout à fait simple. Ce qu’il fallait à chacun, c’était avoir en mémoire une interminable série de victoires. Cela s’appelait « Contrôle de la Réalité ». On disait en novlangue, double pensée. […]

Elle était, par certains côtés, beaucoup plus fine que Winston et beaucoup moins perméable à la propagande du Parti. Il arriva une fois à Winston de parler, à propos d’autre chose, de la guerre contre l’Eurasia. Elle le surprit en disant avec désinvolture qu’à son avis il n’y avait pas de guerre. Les bombes-fusées qui tombaient chaque jour sur Londres étaient probablement lancées par le gouvernement de l’Océania lui-même, « juste pour maintenir les gens dans la peur ». C’était une idée qui, littéralement, n’était jamais venue à Winston. Julia éveilla encore en lui une sorte d’envie lorsqu’elle lui dit que, pendant les Deux Minutes de la Haine, le plus difficile pour elle était de se retenir d’éclater de rire. Mais elle ne mettait en question les enseignements du Parti que lorsqu’ils touchaient, de quelque façon, à sa propre vie. Elle était souvent prête à accepter le mythe officiel, simplement parce que la différence entre la vérité et le mensonge ne lui semblait pas importante.

Elle croyait, par exemple, l’ayant appris à l’école, que le Parti avait inventé les aéroplanes. Winston se souvenait qu’à l’époque où il était, lui, à l’école, vers 1958-59, c’était seulement l’hélicoptère que le Parti prétendait avoir inventé. Une douzaine d’années plus tard, pendant les années de classe de Julia, il prétendait déjà avoir inventé l’aéroplane. Dans une génération, il s’attribuerait l’invention des machines à vapeur. Et quand il lui dit que les aéroplanes existaient avant qu’il fût né et longtemps avant la Révolution, elle trouva le fait sans intérêt aucun. Après tout, quelle importance cela avait-il que ce fût celui-ci ou celui-là qui ait inventé les aéroplanes ?

Ce fut plutôt un choc pour Winston de découvrir, à propos d’une remarque faite par hasard, qu’elle ne se souvenait pas que l’Océania, il y avait quatre ans, était en guerre contre l’Estasia et en paix avec l’Eurasia. Il est vrai qu’elle considérait toute la guerre comme une comédie. Mais elle n’avait apparemment même pas remarqué que le nom de l’ennemi avait changé.

– Je croyais que nous avions toujours été en guerre contre l’Eurasia, dit-elle vaguement.

Winston en fut un peu effrayé. L’invention des aéroplanes était de beaucoup antérieure à sa naissance, mais le nouvel aiguillage donné à la guerre datait de quatre ans seulement, bien après qu’elle eût grandi. Il discuta à ce sujet avec elle pendant peut-être un quart d’heure. À la fin, il réussit à l’obliger à creuser sa mémoire jusqu’à ce qu’elle se souvînt confusément qu’à une époque c’était l’Estasia et non l’Eurasia qui était l’ennemi. Mais la conclusion lui parut encore sans importance.

– Qui s’en soucie ? dit-elle avec impatience. C’est toujours une sale guerre après une autre et on sait que, de toute façon, les nouvelles sont toujours fausses.

Il lui parlait parfois du Commissariat aux Archives et des impudentes falsifications qui s’y perpétraient. De telles pratiques ne semblaient pas l’horrifier. Elle ne sentait pas l’abîme s’ouvrir sous ses pieds à la pensée que des mensonges devenaient des vérités. […]

– Te rends-tu compte que le passé a été aboli jusqu’à hier ? S’il survit quelque part, c’est dans quelques objets auxquels n’est attaché aucun mot, comme ce bloc de verre sur la table. Déjà, nous ne savons littéralement presque rien de la Révolution et des années qui la précédèrent. Tous les documents ont été détruits ou falsifiés, tous les livres récrits, tous les tableaux repeints. Toutes les statues, les rues, les édifices, ont changé de nom, toutes les dates ont été modifiées. Et le processus continue tous les jours, à chaque minute. L’histoire s’est arrêtée. Rien n’existe qu’un présent éternel dans lequel le Parti a toujours raison. Je sais naturellement que le passé est falsifié, mais il me serait impossible de le prouver, alors même que j’ai personnellement procédé à la falsification. La chose faite, aucune preuve ne subsiste. La seule preuve est à l’intérieur de mon cerveau et je n’ai aucune certitude qu’un autre être humain quelconque partage mes souvenirs. […]

Je ne pense pas que nous puissions changer quoi que ce soit pendant notre existence. Mais on peut imaginer que de petits nœuds de résistance puissent jaillir çà et là, de petits groupes de gens qui se ligueraient et dont le nombre augmenterait peu à peu. Ils pourraient même laisser après eux quelques documents pour que la génération suivante reprenne leur action au point où ils l’auraient laissée. […]

Au sixième jour de la Semaine de la Haine, après les processions, les discours, les cris, les chants, les bannières, les affiches, les films, les effigies de cire, le roulement des tambours, le glapissement des trompettes, le bruit de pas des défilés en marche, le grincement des chenilles de tanks, le mugissement des groupes d’aéroplanes, le grondement des canons, après six jours de tout cela, alors que le grand orgasme palpitait vers son point culminant, que la haine générale contre l’Eurasia s’était échauffée et en était arrivée à un délire tel que si la foule avait pu mettre la main sur les deux mille criminels eurasiens qu’on devait pendre en public le dernier jour de la semaine, elle les aurait certainement mis en pièces ; juste à ce moment, on annonça qu’après tout l’Océania n’était pas en guerre contre l’Eurasia. L’Océania était en guerre contre l’Estasia. L’Eurasia était un allié.

Il n’y eut naturellement aucune déclaration d’un changement quelconque. On apprit simplement, partout à la fois, avec une extrême soudaineté, que l’ennemi c’était l’Estasia et non l’Eurasia. […]

L’Océania était en guerre contre l’Estasia. L’Océania avait donc toujours été en guerre contre l’Estasia. Une grande partie de la littérature politique de cinq années était maintenant complètement surannée. Exposés et récits de toutes sortes, journaux, livres, pamphlets, films, disques, photographies, tout devait être rectifié, à une vitesse éclair. Bien qu’aucune directive n’eût jamais été formulée, on savait que les chefs du Commissariat entendaient qu’avant une semaine ne demeure nulle part aucune mention de la guerre contre l’Eurasia et de l’alliance avec l’Estasia.

Le travail était écrasant, d’autant plus que les procédés qu’il impliquait ne pouvaient être appelés de leurs vrais noms. Au Commissariat aux Archives, tout le monde travaillait dix-huit heures sur vingt-quatre, avec deux intervalles de trois heures de sommeil hâtif. Des matelas furent montés des caves et étalés dans tous les couloirs. Les repas consistaient en sandwiches, et du café de la Victoire était apporté sur des chariots roulants par des gens de la cantine.

Chaque fois que Winston s’arrêtait pour un de ses tours de sommeil, il tâchait de ne pas laisser de travail à faire sur son bureau. Mais lorsqu’il se traînait, les yeux collants et malades, vers sa cabine, c’était pour trouver une autre pluie de cylindres de papier qui recouvraient le bureau comme un monceau de neige et commençaient à s’abattre sur le parquet. Si bien que le premier travail était toujours de les entasser en une pile assez régulière pour avoir la place de travailler. Le pire était que le travail n’était pas du tout purement mécanique. Souvent, il suffisait simplement de substituer un nom à un autre, mais tout rapport détaillé d’événements demandait de l’attention et de l’imagination. Les connaissances géographiques mêmes, nécessaires pour transférer la guerre d’une partie du monde dans une autre, étaient considérables.

Au troisième jour, il avait des maux d’yeux insupportables et il lui fallait essuyer ses verres à chaque instant. C’était comme de lutter contre une tâche physique écrasante, quelque chose qu’on aurait le droit de refuser, mais que l’on était néanmoins nerveusement anxieux d’accomplir. Autant qu’il pût s’en souvenir, Winston n’était pas troublé par le fait que tous les mots qu’il murmurait au phonoscript, tous les traits de son crayon à encre étaient des mensonges délibérés. Il était aussi désireux que n’importe qui dans le Département, que la falsification fût parfaite.

Le sixième jour au matin, l’écoulement des cylindres ralentit. Pendant près d’une demi-heure, rien ne sortit du tube, puis il y eut un autre cylindre, puis plus rien. Partout, au même moment, le travail ralentit. Un profond et secret soupir fut exhalé dans tout le Commissariat. Une œuvre importante, dont on ne pourrait jamais parler, venait d’être achevée. Il était maintenant impossible à aucun être humain de prouver par des documents qu’il y avait jamais eu une guerre contre l’Eurasia.”

Commentaire recommandé

dervan // 17.11.2015 à 20h33

Personnellement moi çà m’ embête : drôle de monde où tout le monde est hypocrite, ne reconnait jamais ses erreurs et ne sais dire” y ‘ a qu’ à” , “c’ est pas moi , c’ est lui, il n’ est pas gentil”
et dire qu’ on passe son temps à éduquer nos gamins pour qu’ ils soient honnêtes, courageux, méritants… A se poser des questions.
Cela me fend d’ autant le cœur que ce matin j’ ai croisé en faisant les courses, de petits vieux arabes d’ environ 80 ans, déboussolés, s’ excusant presque de ne pas être déjà plus loin…
marre des manipulations, des boucs émissaires bien commodes qui ne peuvent pas se défendre pendant que les vrais fauteurs de troubles quelqu’ ils soient restent pour l’ heure impunis.;; navrant, navrant et tant pis pour ceux qui diront que je suis idéaliste, y ‘ en a marre!!!!

51 réactions et commentaires

  • Eric // 17.11.2015 à 19h21

    Au sujet des ambitions constitutionnelles de notre cher Président… quelques rappels importants s’imposent concernant les risques liés a l’Etat d’Urgence

    Hitler, Démocratie et État d’Urgence – Mythe de l’élection démocratique du régime Hitlérien, et réalité de la tentation de l’État d’Urgence Permanent comme seul horizon politique
    http://puissantsetmiserables.fr/2015/11/16/hitler-democratie-et-etat-durgence/

      +7

    Alerter
  • Xavier // 17.11.2015 à 19h29

    De 1984 on retient trop sou en la surveillance (des membres du parti et pas des prolétaires exclus du système) alors que la réécriture de l’histoire me semble la principale alerte.

    Wikipedia et internet sont aussi géniaux que dangereux…

      +8

    Alerter
    • Suzanne // 17.11.2015 à 21h09

      Non, TOUTES les versions des pages wiki sont conservées, c’est-à-dire qu’une fois que vous avez écrit un truc sur wiki, eh ben c’est rapé, gravé dans le marbre. Même si ça n’apparaît pas au premier abord, c’est archivé, voir l’historique des pages.

        +10

      Alerter
      • Ty89 // 18.11.2015 à 08h18

        Oui oui gravé dans le marbre. Vous êtes bien crédule. Les archives sont bien évidemment falsifiables…

          +5

        Alerter
  • Pierre Ratcliffe // 17.11.2015 à 19h34

    J’ai ce commentaire sur mon blog à ce propos http://bit.ly/1OdRl5E:

    “A titre d’exemple, la pseudo information des 4000 terroristes qui auraient infiltré les réfugiés est tiré d’un article de Valeurs Actuelles qui s’appuie lui-même sur un article du tabloïd britannique Express, qui lui-même cite (on devrait dire déforme”) une interview donnée par un combattant de Daech au site américain Buzzfeed. La source est donc anonyme et sujette à caution. De plus, les propos, plusieurs fois repris, ne sont pas de première fraicheur : ils remontent en effet au 29 janvier 2015. “

      +6

    Alerter
  • El Caballero // 17.11.2015 à 19h46

    Difficile de corriger des journaux ou des livres edites a des dizaines d’exemplaires, mais rien de plus que de modifier un contenu numerique !

      +3

    Alerter
    • Patrick Luder // 17.11.2015 à 20h18

      Je comprends mieux pourquoi certains essaient de passer au tout numérique …
      quand nous confions nos vies réelles au virtuel,
      le virtuel prend le dessus sur le réel !!!!!!!!!!!!

        +18

      Alerter
      • olivier M // 18.11.2015 à 00h01

        Remarque digne de réflexion.

        Il me semble toutefois que la censure est plus difficile dans le virtuel que dans le réel; ce site en est la preuve, aucun editeur-papier ne diffuserait les-crises.fr sans finir par jeter l’éponge, harcelé par les redressements fiscaux a répétition.

          +2

        Alerter
      • HELLEBORA // 18.11.2015 à 00h09

        C’est un peu comme pour la dématérialisation de la monnaie… “Plus de cash, plus (+ ?) de fraude”s qu’ils disent alors que le but est tout autre, à savoir faire de nous ce qu’ils veulent sans qu’il soit possible de se défendre

          +12

        Alerter
      • yt75 // 18.11.2015 à 01h52

        il serait surtout temps d’arrêter avec l’emploi de ce pauvre adjectif virtuel à propos d’internet et compagnie, une vraie maladie…

          +6

        Alerter
  • Ced // 17.11.2015 à 19h48

    Bonsoir

    Enorme vous dis je !

    http://www.lepoint.fr/invites-du-point/idriss-j-aberkane/aberkane-le-pravdagate-une-guerre-froide-2-0-15-02-2015-1905159_2308.php#xtmc=aberkane&xtnp=7&xtcr=64

    Extrait : “L’agence de presse russe La Pravda (“La vérité” en russe) a récemment déclaré vouloir rendre publiques des images satellites de Ground Zero, dans l’objectif avoué de prouver une implication intérieure et américaine dans les attentats du 11 Septembre 2001.”

    Étrange la différence entre le titre de l’article et son contenu explosif…

      +3

    Alerter
    • Scrongneugneux // 17.11.2015 à 20h47

      @Ced,
      Heu…l’article cité date du 15 Février 2015… 😉

        +0

      Alerter
      • Ced // 17.11.2015 à 21h07

        Ça ne change rien. On parle de manipulation des médias. Cet article n’est pas resté longtemps en première page lors de sa sortie. Il a vite disparu. Et on comprend pourquoi…

          +3

        Alerter
  • dervan // 17.11.2015 à 20h33

    Personnellement moi çà m’ embête : drôle de monde où tout le monde est hypocrite, ne reconnait jamais ses erreurs et ne sais dire” y ‘ a qu’ à” , “c’ est pas moi , c’ est lui, il n’ est pas gentil”
    et dire qu’ on passe son temps à éduquer nos gamins pour qu’ ils soient honnêtes, courageux, méritants… A se poser des questions.
    Cela me fend d’ autant le cœur que ce matin j’ ai croisé en faisant les courses, de petits vieux arabes d’ environ 80 ans, déboussolés, s’ excusant presque de ne pas être déjà plus loin…
    marre des manipulations, des boucs émissaires bien commodes qui ne peuvent pas se défendre pendant que les vrais fauteurs de troubles quelqu’ ils soient restent pour l’ heure impunis.;; navrant, navrant et tant pis pour ceux qui diront que je suis idéaliste, y ‘ en a marre!!!!

      +36

    Alerter
  • FDM // 17.11.2015 à 21h14

    Bonsoir,

    Tout à fait !

    D’ailleurs: La fin du monde selon Sansal.

    http://www.lepoint.fr/culture/la-fin-du-monde-selon-sansal-17-11-2015-1982243_3.php

      +0

    Alerter
    • Lisbeth Levy // 18.11.2015 à 15h58

      Oui, enfin, Boualem Sansal lui fait parti du “groupe” d’amis les “initiés” néoconservateurs, son texte fait écho à celui de Bernard Henri. Levy toujours à l’affut d’une bonne guerre “sans l’aimer ” hein ! http://www.bernard-henri-levy.com/guerre-mode-demploi-par-bernard-henri-levy-49203.html

      Il fait le parallèle facile avec le nazisme et le fascisme. Ces intellectuels appelés les “collabeurs” par leurs congénères français du peuple, sont parmi les plus virulents contre l’islam(isme) en général et leurs pratiquants puisque pour eux il faudrait éradiquer “tout ça” Voir refonder l’islam .

      Zineb El Rhazaoui de Charlie Hebdo dit de même accusant de “pleurnichards” ceux qui ne veulent pas soit “être charlie” ou “contre l’Islam en général.

      Et bien sur il faudrait que tout “français musulman” pense comme eux “les Eclairés”. Ils y voit des “signes” alors qu’ils parlent d’une prophétie “auto-réalisatrice”.comme si nous n’étions pas déjà en guerre partout en Afrique, Afghanistan, moyen-orient sans oublier que nous avons bien armé ces ISIS ou Daesh ou Etat lslamique du Levant avant que Poutine les oblige à “repenser leur position” étant donné les circonstances actuelles.

      Je préfère et de loin l’article de WSWS sur le sujet du jour la guerre comme toute réponse a cet attentat : http://www.wsws.org/fr/articles/2015/nov2015/germ-n18.shtml, La guerre encore,
      : http://www.wsws.org/fr/articles/2015/nov2015/pers-n18.shtml

      La réponse française “impitoyable” bien sur avec un “état d’urgence” de trois mois : http://www.wsws.org/fr/articles/2015/nov2015/bomb-n18.shtml. Nous finissons l’année et abordons la prochaine sous de mauvais augures ..Aurons nous de la neige à Noël ?? …

        +2

      Alerter
  • Scrongneugneux // 17.11.2015 à 21h20

    ….et quand les radios modifient les traduction ?

    Lorsqu’on écoute l’interview de Bachar al-Assad sur Europe1 à propos des attentats Parisiens, la traduction lui fait dire à propos des Français : “on ne peut pas affronter le terrorisme quand les politiques ne nous soutiennent pas”

    Ici à 1’38 : http://www.europe1.fr/politique/attentats-a-paris-les-europeens-nont-pas-ecoute-ce-que-nous-disions-dit-bachar-el-assad-2620399

    mais pour la même interview, diffusée en Arabe, la même partie de l’interview devient “tant que la politique Française continuera à soutenir le terrorisme”

    ici à 2’32 : https://www.youtube.com/watch?v=pxzk3H7vewI
    ou là à 2’45 : https://www.youtube.com/watch?v=ebEQqn7tCB4

    Quelqu’un aurait-il l’interview originale en Anglais ?

      +12

    Alerter
      • Lysbeth Lévy // 18.11.2015 à 16h15

        Rôhh, heureusement que vous avez traduit, mais c’est lamentable quand même cette pratique courante dans nos médias de faire dire autre chose comme cela l’a été de l’interview de Poutine. Mais la vérité c’est très courant, hélas, car il y a la propagande a faire passer et “sauver la face” surtout en ce moment ou on a tant diabolisés Poutine et Assad ou la Chine, qu’avec nos Fabius et ces “bons gars d’Al Nosra” qui font du bon boulot” et bien c’est connu internationalement désormais. La risée de la planète Terre et je crois pas pousser le bouchon trop loin en parlant de la planète Mars. ! là je galège !

        En plus c’est encore la Russie, qui mène le jeu, avec Poutine qui n’en profite pas, car en bon adepte de Sun Tzu il sait bien qu’il ne faut jamais humilier un ennemi ou un “mauvais partenaire”…Il a même réussi à sauver la face a Obama lors de l’affaire du gaz en Syrie. Et Hollande va devoir “temporiser” a propos de la Russie et Poutine il me semble jusqu’à la prochaine “bourde” hein….

          +2

        Alerter
  • BA // 17.11.2015 à 21h24

    Grâce à ses empreintes digitales, la police française a découvert qu’un djihadiste du Stade de France était entré en Europe par la Grèce, infiltré au milieu des migrants.

    La police grecque l’a enregistré le 3 octobre, avec d’autres migrants.

    La police française a reconstitué l’itinéraire du djihadiste.

    Le djihadiste a voyagé dans plusieurs pays européens, caché au milieu des migrants :

    https://i.imgur.com/21t0EUK.jpg

    La police serbe l’a enregistré dans le camp de réfugiés de Presevo le 7 octobre.

    La police croate l’a enregistré dans le camp de réfugiés d’Opatovac le 8 octobre.

    Ce soir, la police française lance un appel à témoin pour connaître son identité réelle, car ce djihadiste avait sur lui un faux passeport :

    http://www.europe1.fr/faits-divers/la-police-lance-un-nouvel-appel-a-temoins-pour-identifier-lun-des-kamikazes-du-stade-de-france-2622051

      +2

    Alerter
  • interlibre // 17.11.2015 à 21h48

    Que pensez vous, si on imposait via pétitions ou lois aux médias (les systèmes de communications sont devenus critiques) la représentation de la société civile à sa juste valeur ? (au lieu de communicants qui nous font tourner en rond)

      +4

    Alerter
    • sergeat // 17.11.2015 à 22h53

      :1)l’aide aux médias d’information (privilège des journalistes,taxes,salaire des équipes journalistiques publics,TVA,…)représente au moins 3’5milliards d’euros soit 5 pour cent de l’impôt sur le revenu,(70 milliards)
      2)Tous les médias prives appartiennent à des milliardaire (pigasse,lagardere,drahi,berger,dassault, et aux banques surtout la presse régionale…)
      3)PETITION/Tout individus payant un impôt sur le revenu pourra si il le veut verser 5 pour cent de la somme de son impôt à tout médias d’information de son choix déductible de son impôt.Exclusion faite aux médias appartenant à des groupes financiers.
      4)Conclusion ce n’est pas très démocratique car 50 pour cent des familles ne paient pas d’impôts mais au moins les contribuables choisiront au lieu des incapables qui croient nous gouverner.

        +8

      Alerter
  • koui // 17.11.2015 à 22h15

    4 exemples de réécriture de l’histoire qui m’ont frappés :
    – Nous avons obtenu la fin de l’Apartheid par le boycott et soutenu Nelson Mandela : il y a le nom de 2000 soldats cubains sur le monument aux morts de la lutte contre l’Apartheid, souvent tués par des armes francaises à l’époque ou Mandela n’était jamais mentionné dans la presse mainstream, sauf comme terroriste
    – Saddam Hussein était un monstre : Mitterand et Chirac lui ont donné des armes (jamais payées) pour l’aider à commettre tout ses crimes
    – il y a un processus de paix en Palestine/Israel
    – Le Cambodge ne veut pas juger les khmer rouges : le Vietnam a mis fin au génocide khmer rouge mais a du se battre pendant 10 ans pour les empecher de revenir depuis leur refuge thailandais. Les khmer rouges était le seul gouvernement reconnu par les occidentaux et la Chine. Libé et Le Monde disaient que le Vietnam a envahit le Cambodge pour exterminer les cambodgiens et les remplacer par des viets. A la fin, l’ONU a imposé un gouvernement de coalition avec les khmers rouges, puis éxigé 10 ans plutard qu’ils soient jugés.

      +7

    Alerter
  • John V. Doe // 17.11.2015 à 22h30

    Les titres sont le plus souvent issus de la direction du journal, parfois totalement contre l’avis du journaliste concerné d’ailleurs. Leurs réécritures sont une énième lâcheté et/ou malhonnêteté de (petits) chefs qui comme toujours refusent d’assumer les conséquences et les responsabilités de leurs actes, dans les journaux comme dans le reste du monde. Voir à ce sujet le lampiste et autres Kerviel.

    Cette malédiction traverse indifféremment tous les systèmes politiques et économiques. Elle trouve sa source première dans la nécessaire illusion d’infaillibilité que cherche à projeter tout chef pour satisfaire son ego sur-dimensionné et sa carrière. Sa deuxième source est à rechercher dans la couardise intrinsèque au goût pour le pouvoir.

      +16

    Alerter
    • olivier M // 18.11.2015 à 00h42

      Mon éducation m’entraine a penser qu’un monde sans chef, c’est anarchie. Mon éducation – endoctrinement, faite par d’autres endoctrinés-, me dit que l’anarchie, c’est pas bien.

      Puis, je découvre que les entreprises coopératives “performent” mieux (sont plus efficaces économiquement) que les entreprises purement capitalistes…

      L’Homme est un être social, je propose aux DRH de méditer cela.

        +3

      Alerter
      • Old Ohm // 18.11.2015 à 01h56

        Réponse-type du DRH : « Je vous vire, avec la mention “fait du prince” inscrite sur la lettre de rupture du contrat de travail.
        Si vous ne dégagez pas, maintenant, j’appelle les forces de l’ordre.
        Au revoir.»

          +2

        Alerter
      • step2 // 18.11.2015 à 11h54

        mais les DRH le sont ils ? telle est la question !

          +0

        Alerter
  • olivier M // 17.11.2015 à 23h48

    Merci pour votre rappel, cinq minutes pour rappeler aux journalistes que leur indépendance est primordiale pour la démocratie (4eme pouvoir), c’est du temps -malheureusement- perdu, mais qui fait du bien.

    Je ne copierai pas ici le contenu de mon message a radiofrance, mais le thème est: vous, journalistes, ne comprenez pas comment des gens tombent dans le terrorisme islamiste, moi, je ne comprends pas comment des journalistes tombent dans la propagande grossière.

      +6

    Alerter
  • joechip // 18.11.2015 à 00h13

    Malheureusement ici cette note qui est manipulatrice…

    Concernant paris match, il est bien stipulé que l’article a été mis à jour le 14 novembre. Donc pas de “manipulation d’archives” à postériori dès lors que la mise à jour est notifiée avec la bonne date.

    Concernant France Inter, on peut trouver un petit cartel d’explication sur la page de l’article (cartel dont vous ne parlez pas du tout dans votre article). Ce petit texte, encadré et nettement visible dans la mise en page stipule que : (copier coller)

    “NDLR : Ce dimanche 15 novembre 2015, compte tenu des graves menaces et des insultes proférées à l’encontre de la journaliste à l’origine de cet article, nous avons décidé, dans le contexte des événements tragiques de ce week-end, d’en modifier le titre et le sous-titre, dans le souci premier de protéger notre consoeur.
    Le contenu de cet article publié, initialement le 14 septembre sous le titre “Réfugiés : le fantasme de l’immigration”, est resté inchangé.”

    En effet, en comparant l’article actuel avec l’article archivé sur archive.org, on constate que le contenu de l’article est intégralement le même. Seul le nom de la journaliste a disparu, à sa place est simplement écrit : source : france Inter.

    Dénoncer des manipulations est important, manipuler des faits pour pouvoir dénoncer une manipulation est au mieux une étourderie, au pire pervers.

    Bien à vous..

      +3

    Alerter
    • olivier M // 18.11.2015 à 01h19

      “Dénoncer des manipulations est important, manipuler des faits pour pouvoir dénoncer une manipulation est au mieux une étourderie, au pire pervers.”

      Dans le premier titre, il est question de fantasmes… dans le second, cela devient une question.

      Les actes terroristes de Gladio en Italie dans les années 1980 ne sont pas un fantasme.
      Fabius disant que Al Nosra fait du bon boulot en Syrie n’est pas un fantasme.
      Les medias qui tuent les aveux de Colin Powell sur ses mensonges a l’ONU pour les ADM irakiens, ce n’est pas un fantasme.

      Selon vous, le terme “fantasme” aurait mis en danger cette journaliste. C’est ridicule. Cela ressemble plus a un retournement de veste qui veut se cacher.

      JOURNALISTES = SPIN-DOCTORS; soit en français: MANIPULATEURS

        +5

      Alerter
      • olivier M // 18.11.2015 à 01h32

        Je me cite pour etre plus precis:

        “Selon vous, le terme “fantasme” aurait mis en danger cette journaliste. C’est ridicule. Cela ressemble plus a un retournement de veste qui veut se cacher.”

        C’est a dire que la journaliste a voulu que son nom disparaisse.

        Le fantasme de la journaliste! Mise a jour: est-ce une journaliste? Si le modo peut editer ce post sous le pseudo “les crises”, je lui promets mille et une vierges au paradis: “Effet Streisand garanti.” 😉 LOL

          +0

        Alerter
    • Eric83 // 18.11.2015 à 08h38

      “Concernant paris match, il est bien stipulé que l’article a été mis à jour le 14 novembre. Donc pas de “manipulation d’archives” à postériori dès lors que la mise à jour est notifiée avec la bonne date”.

      Postulez-vous au Ministère de la Pensée ou vous faites-vous le porte-parole des medias aux ordres du pouvoir ?

      Le titre de l’article du 30/09 était L’information cruciale interpellant les lecteurs. Ce titre a été sciemment modifié le lendemain des attentats, le 14/11 pour un titre “bateau” – concernant une revendication récurrente de personnels supplémentaires – qui est déconnecté du sens de l’article.

      Si cela n’est pas de la manipulation, pourriez-vous nous éclairer sur votre interprétation de ce qu’est la manipulation ?

        +5

      Alerter
    • Alex3 // 18.11.2015 à 09h48

      Concernant Match, je ne vois effectivement pas où est le problème. On s’est simplement dit que ce serait utile de mettre la version intégrale de l’interview du juge Trévidic (plus longue que celle publiée à l’époque dans le mag et sur le site) en changeant le titre pour recontextualiser. Tout est d’ailleurs précisé dans le chapo:
      “…Marc Trévidic nous avait longuement parlé, en septembre dernier. Son cri d’alarme a malheureusement trouvé un écho vendredi soir avec une série d’attentats sans précédent à Paris. Voici la version intégrale de cet entretien terriblement prémonitoire.”
      Je veux bien qu’on cherche la petite bête mais encore faut-il qu’il y en ait une (de petite bête)

        +0

      Alerter
      • Old Ohm // 18.11.2015 à 13h15

        1/ C’est qui ça « On » ?

        2/ Très drôle la périphrase « la petite bête » ne serait-ce pas ce qu’ il conviendrait de communément nommer ” déontologie ” ? Dans ce cas, je vous accorde que l’on en cherche encore la trace.

          +1

        Alerter
      • Old Ohm // 18.11.2015 à 13h21

        1/ C’est qui ça « On » ?

        2/ La périphrase « petite bête » est-ce synonyme de ce que l’on nomme communément par le terme déontologie ? Dans l’affirmative, effectivement on en cherche encore la trace.

          +0

        Alerter
  • jpt // 18.11.2015 à 00h54

    de la part de france inter, c’est pas étonnant, c’est vraiment devenu une radio de “chiotte ”
    (et encore des “chiottes”..c’est utile :D)

    Ce que je n’arrive pas a comrendre (enfin si) c’est comment f.inter à pu aller dans ce point dans cette médiocrité ?

    Dans le service public la seule qui est (encore super le matin tres tot cad vers 5-6h jusqu’a 7 ou 8h) c’est r.f.i

    Pour combien de temps ? alors profitons de l’instant présent.

    salutation a tous

      +4

    Alerter
  • jpt // 18.11.2015 à 00h58

    @Olivier Berruyer: c’est evident ce que tu dit, je l’ai constaté de mes propres oreilles !
    la seconde technique tres utilisée est de “faire disparaitre” l’information.
    (youpiie!!!, G. Majax est de retour 😀 )

      +0

    Alerter
  • Tutu // 18.11.2015 à 01h53

    Le médiatisme est un des nombreux masques du démocratisme.

    Le démocratisme proclame haut et fort qu’il ne peut se passer d’une presse libre, alors qu’il fait tout pour la contrôler, que ce soit par la concentration des pouvoirs, la formation et le cadrage des journalistes, l’inféodation à la publicité et à l’argent roi.

    La croyance en une liberté de la presse a été pulvérisée par l’arrivée d’internet, qui remet les pendules à l’heure en permettant à tout un chacun de s’exprimer à la face du monde. L’illusion d’une presse libre est passée à la moulinette de la révolution informatique.

    C’est la grande peur des mediats professionnels.

    Les journalistes expriment leur défiance envers toute information qu’ils ne contrôlent pas, et se lamentent de la fin du monopole de leur expression. Ils dénigrent les informations divulguées sur la toile, mais sont à la remorque des différents sites et blogs qu’ils qualifient de conspirationnistes, de propagandistes, ou tout simplement d’amateurisme.

    http://democratisme.over-blog.com/article-mediatisme-123904157.html

      +4

    Alerter
  • Christophe // 18.11.2015 à 02h58

    C’est choquant. Mais comme on est sous ultra-choc, cela passe inaperçu et devient même “justifiable”. Après tout, ce type de petite manipulation, c’est pour notre bien, ou celui d’une journaliste, puisque nous sommes tous dans une situation exceptionnelle.

      +1

    Alerter
  • Bruno // 18.11.2015 à 06h16

    Matignon, via les patrons de presse de l’industrie (de l’armement principalement), ou parce que les medias sont des medias d’état, écrit les lignes éditoriales de 90% de la presse et de la radio française. Faudrait peut-être arrêter de s’étonner de la réécriture de l’histoire qui n’est pas favorable à nos dirigeants.

    Sur le mensonge, je vous conseille aussi Céline, Voyage au bout de la nuit.
    « Mentir, baiser, mourir. Il venait d’être défendu d’entreprendre autre chose. On mentait avec rage au-delà de l’imaginaire, bien au-delà du ridicule et de l’absurde, dans les journaux, sur les affiches, à pied, à cheval, en voiture. Tout le monde s’y était mis. C’est à qui mentirait plus énormément que l’autre. Bientôt, il n’y eut plus de vérité dans la ville.

    Le peu qu’on y trouvait en 1914, on en était honteux à présent. Tout ce qu’on touchait était truqué, le sucre, les avions, les sandales, les confitures, les photos ; tout ce qu’on lisait, avalait, suçait, admirait, proclamait, réfutait, défendait, tout cela n’était que fantômes haineux, truquages et mascarades. Les traîtres eux-mêmes étaient faux. Le délire de mentir et de croire s’attrape comme la gale. La petite Lola ne connaissait du français que quelques phrases mais elles étaient patriotiques : « On les aura !… », « Madelon, viens !… » C’était à pleurer. »

      +5

    Alerter
  • abfab // 18.11.2015 à 07h07

    Ne vous leurrez pas. L’instauration de l’état d’urgence inclus dans les mesures le contrôle des médias… ce que ce billet illustre parfaitement. Il va falloir s’y habituer, l’état d’urgence est déclaré pour les prochains 3 mois.

    Cette mesure a, entre autre, pour but une orientation de l’information (vision non fausse mais orientée) afin de nous préparer à des mesures qui ne seraient pas passées en temps normal (cf ‘la stratégie du choc’ Naomi Klein). Un homme averti en vaut 2.

      +5

    Alerter
    • Deres // 18.11.2015 à 12h02

      Normalement, l’État d’urgence ne contient que l’interdiction de publication, pas le contrôle des contenus. Mais on comprend bien qu’indirectement, c’est la même chose. D’ailleurs M6 a subit des pressions de l’Etat suite à son reportage chez les pompiers pendant l’événement alors que le CSA avait explicitement autorisé la diffusion du reportage. Il est probable que c’était donc une démonstration de force du gouvernement histoire de rappeler aux médias qu’ils doivent se contrôler eux-même sinon ils le seront par le gouvernement.

        +1

      Alerter
  • Bogastok // 18.11.2015 à 09h54

    On constate donc que c’est de plus en plus “1984”.

    Ok, tout le monde à pu faire ce constat je crois.

    Et quand on en sera à se dire “C’est pire que dans “1984””, on fera quoi ?

    Parce que là ça sera trop tard j’imagine. (j’évite les textes trop long, ca me saoul de me faire censurer)

      +1

    Alerter
  • Deres // 18.11.2015 à 12h00

    Notez que le fameux “story telling” très à la mode chez nos politiques est une forme soft de réécriture de l’histoire très semblable à 1984. On n’efface pas le passé mais on l’enfouie et le dilue avec une version réécrite tenant compte du futur.

      +0

    Alerter
  • Yannick // 18.11.2015 à 12h00

    1984, aujourd’hui, ça doit plutôt se passer comme cela:

    De: Jean-Kévin Lagardolloré, fonctionnaire de 1er niveau au Ministère de la Vérité
    A: François H., porte-parole de Big Brother pour la région FuckingEU, département Frankreich
    Date: 12 novembre 1984
    Sujet: Discours pr demain

    Salut Flamby,
    Voici ton discours pour demain SOIR:

    Mes chers cons patriotes,

    Aujourd’hui, Otania a subi une attaque double plus meurtrière ! La barbarie d’Islamia a frappé la civilisation otanienne en son coeur.
    Otania est en guerre contre Islamia, nous avons toujours été en guerre contre Islamia.
    Eurasia est notre alliée, Eurasia a toujours été notre alliée.
    Si vous rencontrez quelqu’un vous disant qu’Otania a financé ou armé Islamia dans le passé, ou disant qu’Eurasia n’a pas toujours été notre allié, ne l’écoutez-pas ! Il s’agit d’un terroriste-complotiste d’Islamia, alertez immédiatement la Police de la Pensée, qui se chargera de la recharlisation du terroriste.

    On se retrouve après la publicité pour les 2 minutes de la haine.

    Vive Big Brother ! Vive Otania ! Et vive l’arrêt public !

    Voila pour le discours.
    Sinon, n’oublie pas de voir avec Rance Télévision pour qu’ils remplacent le portrait de Poutine par celui d’Al Badghadi dans les 2 minutes de la haine.

    Merci d’avance et continue comme cela ! Tu seras bientôt promu au parti intérieur 😉

    Jean-Kév.

      +12

    Alerter
  • Lisbeth Levy // 18.11.2015 à 13h17

    Moi ce que je trouve étrange c’est la répétition incroyable des mêmes infos, mais comme si les journalistes venaient d’enquêter sous peu sur l’affaire alors qu’il ne fait que copier-coller ceux déjà écrit plusieurs années en arrière car cela “colle” bien “avec l’ambiance de peur des terroristes” islamistes”.

    Scoop un ancien de la “cellule artigatoise” aurait revendiqué l’attentat : http://www.europe1.fr/faits-divers/le-djihadiste-francais-fabien-clain-a-enregistre-la-revendication-audio-des-attentats-du-13-novembre-2621851

    Mais en 2013 il avait porté plainte contre un journal : http://www.20minutes.fr/societe/1168487-20130605-20130605-presente-comme-proche-merah-reportage-attaque-france-televisions-justice

    Donc on attends d’en savoir plus sur ce personnage douteux : http://www.lemonde.fr/attaques-a-paris/article/2015/11/18/fabien-clain-la-voix-du-massacre-de-paris-avait-deja-menace-le-bataclan-en-2009_4812298_4809495.html la voix de l’Etat islamique sur le figaro :
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/11/17/01016-20151117ARTFIG00287-fabien-clain-la-voix-de-l-etat-islamique.php

    Par rapport au “petit village” loin de Paris des faits repris par tous les médias, souvent à l’inconditionnel jamais vérifié parfois, comme si les médias savaient très bien que personne ne viendrait ni vérifier, ni faire parler des gens du pays, recouper les infos, car des petits détails souvent sont rajoutés.mais bon attendons la Justice !

    On veut nous faire peur, oui quitte à ne pas trop respecter la Charte de Munich, la recension des faits passés, arrangés, modernisée de 2007 a nos jours. Je connais donc ce cas précis, éloigné de Toulouse après “l’affaire merah” ou comme la petite ville belge Moleenbeck a été “mise en avant” pour avoir des cellules de “djihadistes” tout comme un village dans le piémont pyrénéen que je connais, Artigat lieu de l’affaire historique de “Martin Guerre”.

    A peine l’affaire de Paris plus ou moins finie, sur wikipédia des “petites mains” ont déjà écrit l’histoire de la prétendue “filière artigatoise” : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fili%C3%A8re_d'Artigat a ce jour :
    http://www.lemonde.fr/attaques-a-paris/article/2015/11/17/attentats-du-13-novembre-un-francais-tres-probablement-identifie-dans-un-communique-de-l-ei_4811985_4809495.html en 2013 :

    http://www.bfmtv.com/societe/affaire-merah-olivier-corel-surnomme-l-emir-blanc-d-artigat-en-garde-a-vue-844486.html

    En 2014 Olivier Corel surnommé “l’Emir Blanc” par les médias, bien qu’il n’est pas plus “émir” que je ne suis “bonne soeur”, est régulièrement posté comme ci, par exemple là (si on clique bien sur l’image on le voit avec sa kalachnikov !!)

    D’après donc les médias il instruit des jeunes apprentis terroristes venus de France et de Navarre, pour ensuite les envoyer en Irak en 2007 et en Syrie depuis le début du conflit.
    Il est vrai qu’en temps normal il vie de “bric et de brocs”, retape sa maison jamais bien finie, ou vends des légumes au marché, ne gène pas ses voisins..

    Mais si on a décidé qu’il entrainait “là-bas” des jeunes, le village Artigat reste désormais ce que la presse en a dit : une base arrière servant de filière vers la Syrie. Le hameau “les Lanes” ou habite le dangereux Mr Corel est bien connu : https://www.google.fr/maps/place/Les+Lanes,+09130+Artigat/@43.1338182,1.4608176,268m/data=!3m1!1e3!4m2!3m1!1s0x12af20dd87e3e415:0xfa1613695d79b83c

    Aaah comme ils sont heureux les gens du village, alors que ce pays est régulièrement visité pour sa nature, les chateaux Cathares pas loin et les lieux préhistoriques proches, d’apprendre soudain qu’ils sont encore dans la presse pour faits de terrorisme.!!

    http://www.viamichelin.fr/web/Hotels/Hotels-Artigat-09130-Ariege-France?strLocid=31NDI3eTkxMGNORE11TVRNMk5ERT1jTVM0ME5EQXdNZz09

    Je me demande pourquoi toujours plus d’anglais, hollandais, viennent passer leurs vacances, voir s’y implanter pour leurs vieux jours, ce qui permet de faire revivre les vieilles maisons, et les villages souvent un peu dépeuplés au fil du temps…

    Venez en vacances chers amis “n’ayez pas peur” pour paraphraser le pape jean paul 2 ! Bordel di diou !

      +1

    Alerter
  • amelie1985 // 18.11.2015 à 13h50

    c’est bien on peut utiliser les arguments dramatiques à toute les sauces. On peut continuer comme avant parce qu’il ne faut pas donner raisons au terroriste, ou bien on se permet de changer quelque chose parce que ça a un rapport avec l’événement dramatique.

      +0

    Alerter
  • triari // 18.11.2015 à 16h50

    C’est maintenant qu’il va falloir faire un copier-coller systématique des unes & des articles des médias mainstream.

      +1

    Alerter
  • Derek FLINT // 18.11.2015 à 20h26

    La charte de Munich du journalisme précise le droit à “Rectifier toute information publiée qui se révèle inexacte”.
    La charte de la SNJ (2011) indique qu’un journaliste “Dispose d’un droit de suite, qui est aussi un devoir, sur les informations qu’il diffuse et fait en sorte de rectifier rapidement toute information diffusée qui se révèlerait inexacte”.
    Ce qui est grave aujourd’hui, c’est que malheureusement ce soit les faits qui aient justifié ces rectifications.
    http://www.journalisme.com/images/stories/pdf/charte_munich.pdf
    http://www.snj.fr/sites/default/files/documents/Charte2011-SNJ.pdf

      +0

    Alerter
  • kinimodo // 18.11.2015 à 20h35

    Sur le même sujet, un travail intéressant sur cette petite vidéo

    France Inter pris le nez dans la propagande
    http://www.youtube.com/watch?v=1-J9rOwCdF4

      +0

    Alerter
  • Lysbetha Lévy // 19.11.2015 à 00h13

    Allez un héros qui disparait du storystelling ? http://rmcsport.bfmtv.com/football/attentats-de-paris-l-histoire-du-faux-heros-du-stade-de-france-930673.html Là on accuse les “‘réseaux sociaux'” (facebook, twetter) d’emballement mais c’est bien la presse qui l’a raconté en premier :

    http://www.francetvsport.fr/football/equipe-de-france/les-kamikazes-voulaient-entrer-dans-le-stade-de-france-308301 Le dénommé “Zouair” n’a pas donc sauvé des milliers de personnes, et c’est sur Wall-street que ce fait a été connu.:http://www.wsj.com/articles/attacker-tried-to-enter-paris-stadium-but-was-turned-away-1447520571.

    .Et puis hop Voilà que Libération sauve Poutine de la désinformation, incroyable quand on pense qu’avant il était trainé dans la boue et accusé de tous les maux : http://www.liberation.fr/desintox/2015/11/18/non-poutine-n-enverra-pas-les-terroristes-au-bon-dieu_1414457

    “Poutine ira peut-être buter les terroristes jusque dans les chiottes, mais il ne les enverra pas auprès de dieu”. Dans le lot de hoax foisonnant sur les réseaux sociaux après les attentats de Paris, les fausses citations. Depuis mardi soir, une citation de Vladimir Poutine circule sur les réseaux sociaux. «Pardonner aux terroristes dépend de dieu, mais les envoyer auprès de lui, cela dépend de moi.» Une belle punchline digne du président russe, qui nous a habitués aux déclarations chocs. “”

    Quel retournement ! Sauvé par Libération, on attends la même chose du Monde, espérons….

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications