Les Crises Les Crises
12.mars.201912.3.2019 // Les Crises

À Chortkiv en Ukraine, des trottoirs et des routes contiennent des pierres tombales juives

Merci 387
J'envoie

I. D’étranges trottoirs…

Dans la ville ukrainienne de Chortkiv (Czortków en polonais), dans la région de Ternopil, l’avocate et chef de projet pour la préservation du patrimoine juif Marla Osborne a découvert qu’une des rues de la ville était pavée d’anciennes pierres tombales juives.

Elle a publié les photos sur son compte Facebook, en indiquant “En se basant sur ce que nous avons vu aujourd’hui, nous soupçonnons que cette rue contient probablement des dizaines de fragments de pierres tombales. Nous espérons qu’en braquant les projecteurs sur cette question, les habitants de Chortkiv et des militants locaux vont demander à la ville de faire enlever ces pierres tombales et de les renvoyer au cimetière. ”

Elle a également indiqué que ce n’est pas la première fois que des pierres tombales de cimetières juifs sont utilisées comme pierres de voirie ou bordures de trottoirs.

Les pierres tombales sur la photo se trouvent devant la porte d’une maison privée.

Coordonnées GPS : 49.020222, 25.791444 et plus d’infos ici :
https://www.google.com/maps/place/49%C2%B001’12.8%22N+25%C2%B047’29.2%22E/@49.0202222,25.7906029,176m/data=!3m2!1e3!4b1!4m5!3m4!1s0x0:0x0!8m2!3d49.020222!4d25.791444

II. Un peu d’Histoire

En 1931, environ 9 000 des 31 000 habitants de Chortkiv étaient juifs. La ville a été prise le 6 juillet 1941, lors de l’offensive allemande. À ce moment, avec l’aide de collaborateurs locaux, les Allemands ont tué 300 Juifs. En mars 1942, un ghetto a été créé, où tous les Juifs ont été réinstallés – soit environ 8 000 personnes. De l’été 1942 à novembre 1943 eu lieu l’extermination massive des Juifs. Deux groupes de Juifs dirigés par Rosenberg et Reuven Meir Wasserman se sont enfuis dans la forêt et ont été tués dans une lutte armée contre les nazis. Lors de la libération par l’armée rouge le 28 mars 1944, environ 100 Juifs avaient survécu. (source)

Trois cimetières juifs sont situés à Chortkiv. Ils sont dans un état de délabrement avancé, la plupart des pierres tombales sont brisées.

Sur le site du “vieux” cimetière juif (près de la rue Nezaleznosti), fondé au début du XVIIe siècle, se trouve maintenant l’hôpital de la ville qui a été érigé sur une partie du cimetière. La municipalité est propriétaire d’une parcelle maintenant utilisée à des fins récréatives (parc, terrain de jeux et sports). Le cimetière a été vandalisé pendant la Seconde Guerre mondiale. Il contient moins de 20 tombes.

Le mieux préservé est le “nouveau” cimetière juif, situé sur la colline de Wygnanka, près de la rue Prowulok Kopykhynyeckoi, près du pont sur la rivière Seret, de la gare routière et d’une nouvelle petite église orthodoxe. Il a probablement été créé au début des années 1920, et utilisé jusqu’en 1940. Il est grand (plusieurs centaines de tombes), clôturé mais mal indiqué sur les cartes, ce qui explique qu’il est longtemps resté inconnu de Maria Osborne, malgré de nombreuses visites de Chortkiv. Il a également été vandalisé pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le troisième est le cimetière juif de 1915, datant de l’époque de l’épidémie de choléra, où sont conservés des pierres tombales et des inscriptions sur les portes à l’entrée. Il a été utilisé de 1915 à 1926. Il contient plusieurs dizaines de tombes. Le cimetière est à l’intérieur du cimetière chrétien. La municipalité est propriétaire d’une parcelle actuellement utilisée pour le déversement des déchets. Les déchets de cimetière chrétien sont déversés dans l’ancien cimetière juif.

III. Le drame urkainien

Nous terminons par cette traduction du rapport d’enquête soviétique du 21 juin 1944 sur les atrocités commises à Chortkiv :

Date : 21-28 juin 1944
Rapport de la Commission spéciale soviétique d’État chargée de la conduite des opérations de l’enquête sur les crimes commis par les fascistes allemands sur le territoire de la ville de Chortkiv et de la Région, Ouest Ukraine, Ukr. SSR.

L’exhumation des victimes du fascisme allemand dans la ville de Chortkiv et de la région, Ukr. SSR, a débuté le 21 juin 1944, et dura jusqu’au 28 juillet 1944. La ville de Chortkiv a été occupée par les nazis en juillet 1941, et libérée des nazis par l’Armée rouge le 28 mars 1944.

La Commission spéciale a établi ce qui suit : des “Actions” de masse et fusillade de Juifs, Polonais, Ukrainiens, enseignants, médecins, avocats, membres de l’intelligentsia, de militants du parti, de personnes âgées et d’enfants, ont eu lieu au cours des années d’occupation nazie. La vie a commencé à devenir intolérable.

L’extermination des Juifs s’appelait “Actions”, et consistait en une fusillade massive des victimes. Il y a eu trois “Actions” de masse à Chortkiv. La première “Action” a eu lieu en 1941.

Les nazis ont ordonné la création du ghetto juif, où environ 8 000 Juifs ont été forcés de résider. Les conditions à l’intérieur du ghetto étaient terribles. Les Juifs étaient obligé de porter l’étoile de David. Beaucoup d’entre eux ont été emmenés pour du travail physique à l’extérieur. Il était interdit de quitter la Ghetto ou d’apporter de la nourriture, sous peine de mort. Les victimes ont reçu un peu de soupe aqueuse avec un morceau de pain de substitution. Beaucoup sont morts de faim et de maladies.

La deuxième “Action” anti-juive eut lieu en 1943. À la suite de ce massacre, il ne restait plus beaucoup de Juifs dans la ville. Certains ont essayé de se cacher dans des bunkers souterrains ou dans la forêt.

Environ 115 Juifs travaillaient dans un domaine agricole. Un jour, ils ont été encerclés par un groupe d’Allemands et de policiers (nationalistes) ukrainiens. Un véritable pogrom bestial était en cours. Certains ont été abattus sur le terrain, d’autres ont été massacrés avec des pelles, des barres de fer, des bâtons, etc. Beaucoup d’autres ont été pris dans la rue, dans les maisons du village. Les morts et les blessés ont été chargés sur des wagons à chevaux et jetés dans un puits d’eau vide.

Des groupes de 50 ou 100 Juifs ont été emmenés hors du ghetto, (prétendument pour le travail), à l’extérieur de la ville où ils ont été fusillés. Certains individus ont réussi à échapper à de telles “Actions”. Parmi eux, il y avait : Rosa Shnermlib, née en 1925, Bernknopf Josef, né en 1923, Berkovich Zoya et quelques autres. Les bêtes fascistes allemandes ont jeté les morts, les blessés et les enfants, vivants, dans les fosses et les ont enterrés ensemble. Selon des témoins oculaires de la ville de Chortkiv, des nazis allemands et des nationalistes ukrainiens ont jeté des enfants juifs des balcons (troisième et quatrième étages) dans les rues. Les morts et les blessés ont ensuite été jetés dans la rivière Seret. Ceux qui sont restés en vie se cachaient dans des bunkers souterrains, dans la forêt, avec des non-juifs ou avec de faux papiers.

Des exécutions massives de juifs, de Polonais, de militants soviétiques, etc. ont eu lieu dans la cour de la prison, sur l’ancien aérodrome, dans les anciens et nouveaux cimetières juifs, dans la forêt Noire, dans les villages : Yagolnitsa, Swydova, Mylowe, Marelovka, Sosulivka, Rossoxan, dans la forêt Galileya et ailleurs.

La Commission Spéciale d’enquête a ordonné l’ouverture des fosses et l’excavation des corps. Ce qui suit a été établi :

1/ 16 fosses (de tailles différentes) ont été trouvées sur l’ancien aérodrome, situé à l’ouest de la ville de Chortkiv, près d’une autoroute menant à la ville de Tchernovtsi, Ukr. SSR.

La fosse n° 1 mesurait 3 x 2 x 1,5 mètres. Elle contenait 27 corps. La plupart étaient nus, avec une balle dans la nuque. La fosse n° 2, 4 x 3 mètres, contenait 22 corps, en phase de décomposition, hommes et femmes. Beaucoup d’entre eux avaient les mains liées par du câble téléphonique. La plupart des victimes ont reçu une balle dans la tête. Fosse n° 3, 5 x 7 x 2,5 mètres. La plupart des victimes portaient de vieux vêtements déchirés, des hommes et des femmes – une quarantaine de corps, aux crânes fracassés, les mains liées dans le dos. Fosse n° 4, 25 corps. Certains portaient des uniformes militaires. Mains liées dans le dos.

Fosse n° 5, 29 corps, taille 6 x 5 x 1,7 mètres. Fosse n° 6, 4 x 5 x 1,5 mètres. Femmes-19, hommes-2, enfants-4. Tous nus. Corps en décomposition. Fosse n° 7, 4 x 3 x 3 x 1,75 mètres, 15 corps, nus, abattus derrière la tête. Fosse n° 8, 5 x 7 x 1,75 mètres, hommes 9, femmes 19, enfants 8, total 36 corps, abattus derrière la tête. Fosse n° 9, 10 corps. Fosses n° 10, 11, 12, à peu près comme ci-dessus. Fosses : 13, 14, 15, 16 — non ouvertes.

2/ Ancien cimetière juif de Chortkiv, à l’ouest de la ville : Total, 5 fosses. Environ 45 corps. Une balle derrière la tête.

3/ Nouveau cimetière juif de Chortkiv, à l’est de la ville. Fosses : 3. Corps-450. Victimes : Hommes, femmes et enfants. Tous abattus.

4/ Emplacement : Cour de la prison. Des corps… Des hommes. Beaucoup avec des documents, des noms, des numéros de passeport. Et aussi des femmes. Noms : Wasserman Sofia, Broncle Israel, Schecter Meyer, Shoter Mojsej, Wolyster David, Wolf Yakubovich, Abram Broder, Berkenfeld Herman, Elner, et d’autres, tous tués.

5/ Emplacement : Forêt Noire, vers l’est, ville de Chortkiv. Deux fosses. Nombre total de corps : 140 hommes et femmes. Abattus avec des mitrailleuses. Crânes fracassés. Jetés dans un puits d’eau.

6/ Emplacement : Village Miliontse, région de Chortkiv. Profondeur du puits : 8 m. Victimes travaillant sur la ferme. Tous des Juifs. Hommes et femmes. Corps – 123.
7/ Village Yagolnitsa. Deux grandes fosses. Nombre total de corps 950. La plupart ont reçu une balle dans la tête. Hommes, femmes et enfants.

8/ Village Swyclova, région de Chortkiv. Deux fosses ont été trouvées ; taille des fosses : 10 x 4 x 2 mètres, et 3,5 x 1,5 x 1,5 x 2 mètres. Elles contenaient 18 corps, hommes et femmes, en décomposition. Certains complètement nus, d’autres en sous-vêtements. Selon des témoins oculaires, environ 350 à 400 personnes ont été enterrées dans cette zone.

9/ Village Marelovka. Région de Chortkiv, Ukr. SSR : Deux fosses de 2 x 2,5 mètres ont été trouvées. La plupart des corps ont été abattus. Les têtes de certaines victimes ont été fracassées. Au total, 55 corps ont été dénombrés.

10/ Village Ulashkovtse, sur la ferme. Une fosse, taille 15 x 15 x 1, corps d’hommes et de femmes, certains ont été abattus, d’autres ont été massacrés avec des couteaux et d’autres instruments. 17 corps exhumés. D’après des témoins oculaires, environ 185 personnes sont enterrées dans cette zone.

11/ Forêt Galileya : Dans la partie dense de la forêt, dans une cachette en forme de bunker, de taille 5 x 2 x 2 mètres, 15 corps, tous des femmes, ont été retrouvés. Tous nus, dispersés dans différentes positions. Tous en phase de décomposition. Tous ont été abattus à l’arrière de la tête, la plupart avec des crânes endommagés. Le bunker souterrain servait de cachette aux victimes.

La Commission a conclu que plus de 13 000 corps de citoyens innocents de la ville de Chortkiv et de la région de Chortkiv avaient été retrouvés dans les endroits susmentionnés (ainsi que dans d’autres puits non encore fouillés).

La Commission Spéciale d’enquête considère les personnes suivantes comme coupables d’avoir commis des crimes :

1. Capitaine Hildeman, chef de la Gestapo.
2. Capitaine Pekman, Chef de la Gestapo
3. Stefan : chef de la prison
4. Maierhofer : chef de la prison
5. Rozenhof (?) : chef de la prison
6. Paal, Commandant, camp juif
7. Tumanek, Commandant, camp juif

Membres de la Gestapo :

1. Kelner, 2. Richter, Lt.., 3. Frank, 40 Keltswich, 5. Breitschneider, 6. Hagerman, 7. Rimpler, 8. Ruks, 9. Radke, 10. Kuchman, 11. Tsich, 12. Meier, 13. Basso, 14. Eisel, 15. Martin, 16. Miller, 17. Felde, 18. Kimperg, 19. Keller, 20. Lutsel, 21. Knispel, 22. Kaminsky, 23. Ferus, 24. Grocholsky, 25. Shudert, 26. Hubert, 27. Otto, 28. Gross, 29. Urban, 30. Frynd.

Traîtres de la Patrie. (nationalistes ukrainiens) :

1. Mula Ivan, 2. Mulyk, 3. Roshko, 4. Mykechans, 5. Hushulak, 6. Starovsky, 7. Skab, 8. Skorevych, 9. Ivasiv, 10. Moroz, 11. Podlubny, 12. Gnatkivsky, 13. Slobodyan, 14. Leschinsky, 15. Kachmanyuk, 16. Krchak, 17. Melnychenko, 18. Tyll.

Membres de la Commission :

Médecins : Shorr, Goldberg (signatures)
Citoyens, ville de Chortkiv: Wolanski, Eisenberg.
Militaires: Département de la Justice (signature) Lt. M/S (illisible) (signature)
Prêtres, église catholique romaine (signature)
Prêtres : église grecque-catholique (signature)
W. Druzhynin, Turevich, Brytski, Cheverda, Prokopov, Krupko, Litvynenko, Evstygnewa, Kozachenko, Cheremysinov, Shuter, Lutsyk.

Head of’ Extraordinary State Commission: Investigating Fascist crimes: Kuzhmin Medical Expert, Major M/S: Chervinsky Medical Expert, Major M/S: Chursanov (stamp signatures) Courtesy: Soviet State Archives. Ukr. SSR.” (Sabrin, pp. 264-8) Work Cited Sabrin, B.F., Ed. Alliance for Murder: The Nazi-Ukrainian Nationalist Partnership in Genocide. New York: Sarpedon, 1991

Chef de la Commission extraordinaire de l’État :
Enquêteur sur les crimes fascistes : Kuzhmin
Expert médical, Major M/S : Chervinsky
Expert médical, Major M/S : Chursanov

(signature cachet)

Remerciements : Archives d’État soviétiques. Ukr. SSR.” (Sabrin, pp. 264-8)

Travaux cités
Sabrin, B.F., Ed. Alliance for Murder: The Nazi-Ukrainian Nationalist Partnership in Genocide. New York: Sarpedon, 1991

IV. Sources

https://www.facebook.com/marla.osborn/posts/2834649183219227

Merci, de nouveau, à Edouard Dolinsky, directeur du Comité juif ukrainien, pour son alerte
https://www.facebook.com/eduard.dolinsky/posts/2231419243556798

Cimetières de Chortkiv
https://www.iajgsjewishcemeteryproject.org/ukraine/chortkov.html

Pierres tombales de Chortkiv
https://www.czortkow.org.il/en/site_pages/documentation-of-gravestones-in-cemeteries-in-czortkow/

Cimetières juifs de la région
https://lvivecotour.com/jewish-landmarks-gallery/

Merci à Hervé pour l’alerte.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Jean-Paul B. // 12.03.2019 à 08h24

Tout en sachant que c’est en pure perte,je propose quand même d’envoyer cet article à BHL,ce “philosophe” de Cour qui s’émeut devant le prétendu antisémitisme attribué aux Gilets Jaunes par ses amis des “grands” me(r)dias et qui reste muet devant l’antisémitisme abject et bien réel celui là, revendiqué sans honte par ses amis “démocrates” de Maïdan. Beurk!

50 réactions et commentaires

  • Jean-Paul B. // 12.03.2019 à 08h24

    Tout en sachant que c’est en pure perte,je propose quand même d’envoyer cet article à BHL,ce “philosophe” de Cour qui s’émeut devant le prétendu antisémitisme attribué aux Gilets Jaunes par ses amis des “grands” me(r)dias et qui reste muet devant l’antisémitisme abject et bien réel celui là, revendiqué sans honte par ses amis “démocrates” de Maïdan. Beurk!

      +78

    Alerter
    • Louis // 12.03.2019 à 08h36

      Et au CRIF. Je vais faire les deux, publiquement via Twitter et VK.

        +40

      Alerter
    • Vladimir K // 12.03.2019 à 15h14

      Il dira que ce sont les soviétiques qui ont saccagé les tombes pour en faire de trottoirs. Nous n’avons aucune preuve de qui a fait quoi.

        +1

      Alerter
  • Toff de Aix // 12.03.2019 à 08h38

    Que dire ? Que cet antisémitisme là est financé par l’UE ? J’entends déjà les cris d’orfraie des bons petits soldats de la macronie, hurlant au complotisme et au rouge brun…tout le monde sait que l’UE protège les peuples, non ? Contre qui me demanderez vous ? Contre le vilain méchant ogre russe, bien sûr !

    L’Ukraine ayant récemment annoncé l’inscription dans sa constitution, non pas du délit d’antisémitisme aigu et intergénérationnel, mais plutôt du principe d’adhésion à l’UE et à l’Otan, je suppose que tout ça va rentrer dans l’ordre rapidement. L’UE ne pourra laisser faire les admirateurs du 3e reich et les neo-bandéristes impunément … Non ? Que de questions sans réponses officielles, tout de même !

      +36

    Alerter
  • Rond // 12.03.2019 à 08h53

    Il y a des tombes mérovingiennes devant chez moi, oubliées de l’histoire.
    Des actes terribles ont été commis au nom d’une prétendue surhumanité. N’oublions jamais, d’accord. Les faits rapportés datent de plus de 70 ans. D’accord, n’oublions jamais !
    Et après, on fait quoi de ce texte ? On arrête de vivre, on s’asperge de cendre, on se mortifie ?
    La persistance des idéologies qui ont contribué à ces crimes, voilà la vraie question.

      +12

    Alerter
    • Chris // 12.03.2019 à 12h09

      Considérant les dégâts causés [modéré] et la paupérisation galopante des populations européennes par les politiques d’austérité menées à l’avantage de l’oligarchie, on peut très bien imaginer que de pareilles horreurs se reproduisent en Europe dans un futur relativement proche, cette fois en désignant les Musulmans… ou vive-versa les Chrétiens, jetés en pâture comme exécutoire !
      Les récents nettoyages ethniques et/ou religieux en Syrie, Irak, Libye, Ex-Yougoslavie menés sous la bienveillante autorité morale et colonialiste de l’Union Européenne/USA/OTAN sont là pour nous le rappeler. Sous nos yeux aveuglés par une presse propagandiste techniquement habile à masquer les réalités crues en usant des neurosciences.

      “La persistance des idéologies qui ont contribué à ces crimes”, n’est rien d’autres que l’envie, le pouvoir, le vol et/ou les “récompenses” de toute nature, y compris l’anéantissement criminel et odieux de coupables désignés par les “prêtres et officiants” qui en retirent les intérêts.
      L’Histoire n’est qu’un incessant défilé et renouvellement de ces luttes d’appropriation et expropriations par tous les moyens : tout changer pour que rien ne change.

        +5

      Alerter
    • Louis Robert // 12.03.2019 à 14h57

      « Et après, on fait quoi de ce texte »?

      Je suggère que quiconque se pose cette question le mette sous son oreiller et le lise au coucher et au lever, jusqu’à ce qu’il/elle le connaisse par cœur.

      Cure accélérée de compassion, programme intensif de réhumanisation.

      Ce sont des personnes qui ont commis ces crimes, non pas une idéologie. Ce sont bien des créatures déshumanisées qui agissent ainsi, aujourd’hui encore, par les bons soins de l’Empire dont nous sommes.

        +5

      Alerter
  • Eric83 // 12.03.2019 à 09h08

    Il fut un temps où Les Crises faisait des articles réguliers et intéressants sur la situation en Ukraine et pas seulement comme ces dernières semaines sur l’antisémitisme en Ukraine.

    En revanche, rien sur l’élection présidentielle fin mars en Ukraine et le “climat” politique qui y règne.
    RFI, le 9 mars, “Ukraine: des nationalistes assiègent l’administration présidentielle”.

    Rien non plus sur le “climat” politique en Israël à moins d’un mois d’une élection cruciale et alors qu’il se passe des événements notamment anti-démocratiques qui méritent notre attention.

    Je voulais développer un peu mais après x tentatives et avoir perdu 1/4 ‘heure suite aux rejets de mon commentaire, pourtant respectueux des règles du blog, j’abandonne.

      +41

    Alerter
    • Chris // 12.03.2019 à 12h27

      Il y a tellement d’événements qui adviennent “en même temps”, qu’il est difficile de parler de tous.
      Oui, la planète Occident s’affole, à force de s’être arcboutée pour stopper le déclin irrésistible de son statut impérial pluriséculaire, imaginant mille stratagèmes pour éviter, au pire amortir, les évolutions inéluctables en cours.

        +8

      Alerter
  • Mr K. // 12.03.2019 à 09h56

    On peut se poser la question si la pierre tombale juste devant l’entrée du jardin est un hasard.
    On piétine littéralement la pierre tombale pour rentrer chez soi…

    Et bien évidemment, à la faveur des massacres, les maisons et les biens ont été volés.

    Cela me rappelle ce passage du film de Claude Lanzmann (Shoah, 1985) où l’on voit en Pologne des maisons volées, avec des cadres de porte d’entrée comportant des inscriptions en hébreu.

    Et si je me souviens bien, des habitants du village contents de ce résultat.

      +1

    Alerter
    • Myrkur34 // 12.03.2019 à 10h55

      Ou le petit juif polonais rescapé dont tout le village se souvient car il était tout le temps en train de chanter à la demande des soldats allemands ou pour lui-même. Devenu grand il est dans ce village dans les années 70 à se rappeler l’époque sans dire un mot et bien sûr, un charmant polonais de l’époque embraye sur le fameux “Oui mais ils ont tué le fils de dieu und so weiter….” Et tu vois dans son regard qu’il se dit à lui-même, pas possible ils sont toujours aussi cons ! “.

        +3

      Alerter
      • Mr K. // 12.03.2019 à 13h11

        Merci pour le rappel, c’est cela.
        C’est peut-être (je l’ai vu il y a très longtemps) ce même “charmant polonais” qui rajoute que le rabbin ayant rassemblé ses coreligionnaires leur aurait dit face au pogrom qui s’annonce “nous l’avons peut-être mérité”, une autre auto-excuse cautionnant le massacre, et c’est plus de quarante ans après…

        Il pose à ce moment, je crois, avec un groupe de villageois et il y a ce moment de vérité sidérant.

        Il doit s’agir de Szymon Srebrnik (la page française est minimaliste) :

        https://en.wikipedia.org/wiki/Szymon_Srebrnik

          +0

        Alerter
  • Philvar // 12.03.2019 à 11h51

    Combien de pierres tombales de cimetières anciens chrétiens ont-ils été reconvertis dans les constructions ? Ce n’est en rien injurieux que de réutiliser les anciens. On le fait bien pour les écrits et pensées ! Les cimetières, comme toutes choses humaines ont une durée de vie finie. Ainsi va la vie !

      +14

    Alerter
    • Chris // 12.03.2019 à 12h36

      Vous avez raison. Eu une maison en Bourgogne (ancienne cure) où un pignon comporte une pierre sculptée légèrement saillante d’un monument funéraire avec l’inscription “Pax Parizot” : les oiseaux aiment s’y percher.

        +4

      Alerter
      • Haricophile // 13.03.2019 à 02h24

        Ce qui est ignoble n’est pas de piétiner les morts, mais de piétiner symboliquement leur famille, l’important ce sont les vivants, pas les morts.

        Mais d’un autre côté, dans pas mal de cathédrales et églises il y a des pierres tombales sur lesquelles on marche ; et c’est complètement fait exprès ! Certes le contexte n’est pas le même, mais il y a plusieurs manière de prendre les choses : Subir et être triste et effrayé, ou retourner la situation et être fier de voir ses ancêtres être tellement ancrés dans le pays que leur pierre en pavent les rues. Penser a eux non pas dans le cimetière, mais a chaque pas que l’on fait dans la ville ne peut-il pas être pris comme un hommage ?

        Et ne pas oublier que celui qui pense que quelque chose en ce monde est immuable et éternel s’expose a de cruelles désillusions. Les pierres tombales y compris.

          +3

        Alerter
    • Mr K. // 12.03.2019 à 13h18

      Sauf que les cimetières dont sont tirées les pierres tombales existent encore, on les voit sur les photos.

      Et même si une partie d’un cimetière a été utilisée pour autre chose, il aurait été facile de déplacer les pierres tombales de quelques dizaines de mètres.

      Cimetière ancien, cela veut dire quoi pour vous?

        +3

      Alerter
  • VoxPopuli // 12.03.2019 à 12h27

    En URSS on recyclait les églises et les synagogues vidées par les communistes dans les entrepots ou dans les “maisons de cultures”. Ou bien pire, dans le très connus “Babyj Yar”, à Kiev, le lieu d’extermination de juifs et pas seulement dans les années 1941-43, les communistes on contruit des maisons d’habitation par dessus des charniers et comme résultat : la tragédie de 1961 avec au moins 145 morts reconnus par le pouvoir soviètique suite au glissement de terrain. Plus de détails en russe :http://russiahousenews.info/outline-sketch/kurenev-1961-kiyev-ukraine.

      +1

    Alerter
  • BOURDEAUX // 12.03.2019 à 12h47

    Sans négliger l’importance du drame des juifs ukrainiens, le support choisi ici pour l’illustrer est-il vraiment solide ? Le recyclage des pierres tombales n’est pas un scandale en soi, et il se pratique même en France, alors en Ukraine… Peut-on leur reprocher de n’avoir pas eu la délicatesse de faire effacer les inscriptions avant d’attribuer à ces pierres une fonction moins spirituelle que celle qui leur avait valu d’être taillées et gravées par le passé ?

      +4

    Alerter
    • jp // 12.03.2019 à 13h52

      justement, il faudrait savoir ce qui est écrit, car si ce sont des noms de personnes, c’est insultant de marcher dessus et les effacer, c’est les tuer une 2è fois

        +3

      Alerter
      • Vincent // 12.03.2019 à 15h51

        Beaucoup de pierres tombales d’anciens évêques ou dignitaires religieux, sont positionnées dans les allées centrales des nefs ou des transepts des vieilles églises, et donc par définition, piétinées depuis des siècles par les visiteurs.
        Je sais néanmoins que pour certains, c’était une volonté, par humilité, d’éviter tout culte à titre posthume, pour d’autres encore de reposer au plus près du Mystère de la célébration de l’Eucharistie, ce qui n’est évidemment pas le cas pour le sujet qui nous occupe….

          +7

        Alerter
  • Pegaz // 12.03.2019 à 13h17

    Toujours active : Cette extrême droite, absente voir insignifiante à l’époque, s’est distinguée dernièrement.
    https://www.lematin.ch/monde/Convoi-presidentiel-pris-a-partie-par-l-extreme-droite-/story/31752197
    (Info n’ayant pas fait l’unanimité de la presse française à priori)
    Il y est question du parti d’extrême droite « Corps national ». Wikipédia nous apprend qu’il est fondé et dirigé par Andri Biletsky en 2016, constitué de vétérans du régiment Azov, rejoint par des membres du Secteur Droit et organise le 22 février 2017, conjointement avec les organisations d’extrême droite Svoboda et Secteur droit une « marche de la dignité » ! la révolution ukrainienne est également dénommée « révolution de la Dignité » !

      +3

    Alerter
  • kapimo // 12.03.2019 à 14h30

    La haine séculaire des paysans polonais/ouest ukrainien pour les juifs est parfaitement documentée, les seconds vivant principalement dans les villes et exploitant les premiers pour le compte des quelques seigneurs locaux. Cette haine augmenta dans la première partie du vingtième siècle en Ukraine avec les famines et la déchristianisation organisées par les bolcheviques dirigés en grande partie par des juifs.
    Si on y rajoute l’arrivée en 1941 des allemands combattants les soviétiques dans une lutte à mort, on arrive à ces massacres de juif par les einsatzgruppen aidés par les nationalistes locaux, et on comprend mieux la survivance de cet antisémitisme ancestral des ukrainiens de l’Ouest (qui sont très proches des polonais).

      +4

    Alerter
    • Sandrine // 12.03.2019 à 15h34

      Sauf que la ville de Chortkiv dont il est question dans l’article ne faisait pas du tout partie de l’Union soviétique avant la guerre.
      Donc vous auriez pu vous dispenser de mentionner les famines soviétiques comme cause de l’antisémitisme éliminationiste dont l’émergence est largement antérieure à l’URSS et d’origine religieuse tout autant que politique et sociale.

        +6

      Alerter
      • kapimo // 12.03.2019 à 16h13

        Vous avez raison sur le fait que Chortkiv faisait partie de la Pologne (partie occupée par les soviétiques) en 1941, et que la ville de Chortkiv n’avait pas été soumise à l’horreur bolchevique et tchekiste des années 30 (qui est une des causes de l’antisémitisme actuel en Ukraine). Vous aurez néanmoins noté que mon commentaire concerne dans son ensemble la population de l’est polonais et ouest Ukrainien, qui forme un bloc culturel.
        Concernant l’antagonisme Judaisme-Chrétienté, il n’a rien de particulier à cette région.

          +4

        Alerter
        • Fritz // 12.03.2019 à 17h55

          Le système domanial imposé par les Polonais est lui aussi responsable de l’anti-sémitisme ukrainien (comme aussi, je suppose, le comportement passé des agents de ce système). Quant aux atrocités de la Tcheka-Guépéou-NKVD… il faudrait que des excuses soient présentées aux victimes de TOUTES les horreurs.

            +2

          Alerter
        • Sandrine // 12.03.2019 à 18h12

          « Il n’a rien de particulier à cette région» Oui, c’est sûr que si on se rappelle que ce sont les expulsions de juifs d’Europe occidentale à partir des croisades qui sont à l’origine de la majeure partie de la communauté juive de Pologne-lithuanie (qui a l’epoque faisait figure de terre d’accueil à la manière du « wit schaffen das » de Merkel), on comprend vite que ce n’est pas une spécificité ukrainienne.
          Le préjugé du « judéo-bolchévisme » auquel vous attribuez l’antisemitisme des années 30-40 n’est pas non plus une spécificité ukrainienne, loin s’en faut.

          Pour ma part je mettrai en avant la réalité contemporaine de l’Ukraine. C’est un fait que contrairement à l’eglise catholique, beaucoup d’eglises orthodoxes (pour les greco-catholiques, je ne sais pas) n’ont pas fait d’agiornamento concernant la judephobie. Cela ne doit pas trop aider à lutter contre l’antisemitisme structurel qui existe historiquement dans ces régions.

            +0

          Alerter
          • kapimo // 12.03.2019 à 20h58

            Concernant la composition des instances dirigeantes bolcheviques et tchekistes, il ne me semble pas qu’ils s’agisse d’un préjugé, par exemple tel que décrit ci-dessous par Poutine qui connaît son histoire russe.
            https://www.youtube.com/watch?v=j6p1zxKnDeM

            Sinon, je serais très intéressé de connaître les sources qui permettent d’affirmer que “ce sont les expulsions de juifs d’Europe occidentale à partir des croisades qui sont à l’origine de la majeure partie de la communauté juive de Pologne-lithuanie”. Je cherche à débunker les théories en vogue sur l’origine Kazar des juifs de l’Est, mais je n’arrive pas à trouver d’éléments. Merci pour vos lumières.

              +1

            Alerter
            • Fritz // 12.03.2019 à 21h59

              Un argument contre cette théorie que vous voulez démonter (pas “débunker”, par pitié) ?
              En voici un : il n’y a pas de mots khazars ou turcs en yiddish, à ma connaissance. La langue des Ashkénazes a pour base l’allemand de Franconie, pas la langue des Khazars. C’est un fait massif qui indique une origine “occidentale” des Ashkénazes.

              Un autre groupe était surreprésenté chez les Bolcheviks : les Baltes…

                +1

              Alerter
            • Sandrine // 12.03.2019 à 22h13

              Quelques infos ici sur l’histoire des juifs en Pologne
              https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Histoire_des_Juifs_en_Pologne

              Le sujet des khazars est intéressant mais complexe et force est de constater que l’on ne connaît pas grand chose. A noter cependant qu’en Europe de l’est, il y a toujours eu une forte présence de juifs Karaites (qui n’étaient d’ailleurs pas considérés comme juifs par les nazis et ne furent pas persécutés comme tels). De là à dire que les juifs karaites d’Europe de l’est sont les descendants des Khazars, il y a un pas que je ne saurais pas franchir.

                +1

              Alerter
  • un citoyen // 12.03.2019 à 18h36

    Ce qui me choque, ce n’est pas seulement l’action antisémite (qui voudrait que des morceaux des tombes de ses proches soient disséminés dans les ruelles comme des matériaux de récup sans aucun consentement ?) mais c’est aussi le “j’enfoutisme” local.
    Je m’explique : ce qui est étrange c’est que les inscriptions soient toujours visibles, aussi pourquoi un antisémite n’aurait pas pris soin de retourner les pierres pour ne plus voir ce qui est écrit dessus?
    On ne sait pas tout après la lecture de cet article, mais on peut imaginer ceux qui ont autorisé cela, ou qui ont enfreints des lois -que je ne connais pas en Ukraine-, (notamment pour aller se ‘servir’ dans un cimetière) et ceux qui ont exécuté les travaux. Et dans ce cas, cela nous conduit à penser que les premiers auraient été plus antisémites que les seconds qui ne se seraient pas posé de questions ou beaucoup moins, tout comme les voisins qui semblent ne pas s’être manifestés.
    Ceci étant à prendre comme une hypothèse, bien entendu, surtout pour un sujet délicat.

      +1

    Alerter
    • kapimo // 12.03.2019 à 20h59

      L’Ukraine est un pays qui reconnait comme héros national Bandera, un antisémite décomplexé. Donc aucun problème à s’essuyer les pieds sur des pierres tombales.

        +1

      Alerter
      • un citoyen // 12.03.2019 à 22h05

        (erf, rectificatif : “jemenfoutisme”)

        Oui (*), mais en ayant toujours des inscriptions judaïques sous les yeux à chaque fois que l’on marche dessus. C’est ça que je trouve paradoxal.

        (*) J’ignore cependant la portée globale dans l’opinion ukrainienne pour Bandera, je ne me suis pas encore beaucoup informé.

          +0

        Alerter
    • Mr K. // 13.03.2019 à 06h12

      Je ne crois pas qu’il y ait ambiguïté concernant la grande pierre tombale que l’on voit devant un portail vert.

      Vu la taille de la dalle et des caractères en hébreu que l’on y voit, pour moi il n’y a guère de doute qu’il s’agit d’un choix délibéré de les laisser visibles.
      La pierre tombale est parfaitement symétrique, rien ne s’oppose à ce qu’elle puisse s’ajuster de même en étant tournée de l’autre côté.

      D’où mon commentaire de 9h56.

      Complément : à y bien regarder il y a non pas une, mais deux pierres tombales devant ce portail vert. Inscriptions apparentes au-dessus, ce qui renforce l’idée qu’il s’agit d’un choix

        +1

      Alerter
      • un citoyen // 13.03.2019 à 13h07

        Il y a aussi d’autres morceaux qui ne sont que des fragments. Et quant à l’une qui est complète sur la photo, il y a une petite couche de béton qui en cache un peu une partie. Ceci dit, je ne sais pas si des photos nous permettent de nous rendre compte efficacement.
        Ce qui serait bien, c’est d’avoir les avis des gens du quartier, qui pourraient nous apprendre un peu plus sur l’histoire de cette ‘réalisation’.

          +1

        Alerter
  • alain maronani // 13.03.2019 à 05h12

    Je ne vois pas vraiment en quoi cette campagne visant à souligner l’antisémitisme ukrainien, virulent, largement documenté par les historiens de l’holocauste mène à quoi que ce soit. On pourrait du même souffle ajouter les pays baltes (Latvia, Estonie par exemple qui n’ont pas été en reste…).
    Pour la réutilisation des pierres etc..après tout les Romains et les Grecs ont fait la même chose sans oublier les temples vandalisés systématiquement et les cimetières abandonnées, peu importe la religion sont destinés à être plus ou moins vandalisés..

      +2

    Alerter
    • Mr K. // 13.03.2019 à 09h29

      Dans l’article ci-dessus on retrouve des photos de pierres tombales juives utilisées à Chortkiv comme trottoir, déjà publiées sur le site “Les-Crises” dans un article plus large sur l’anti-sémitisme en Ukraine :

      https://www.les-crises.fr/ukraine-l-antisemitisme-se-developpe-en-ukraine-avec-le-soutien-de-certaines-autorites/

      L’article de ce jour qui, entre autres, fait le bilan des massacres massifs et épouvantables qui ont eu lieu à Chortkiv pendant l’occupation nazie, donne donc des éléments cruciaux pour élargir le champ de vision, donc de réflexion, sur le contexte historique et géographique de la ville où se situent les photos déjà vues par ailleurs.

      Rendre compte ici du local, avec de plus son aspect visuel ancrant dans le réel, est très important pour la vision globale puisque ce genre de massacres c’est répété dans toute l’Ukraine et bien évidemment au-delà.

        +1

      Alerter
    • un citoyen // 13.03.2019 à 13h17

      Oui (*), sauf que ce n’était pas la même situation. Le vandalisme n’était pas lié à une forme de racisme physique et culturelle.

      (*) pour les cimetières, je ne sais pas.

        +0

      Alerter
      • alain maronani // 13.03.2019 à 20h34

        Devriez lire un petit peu sur l’empire romain…

          +0

        Alerter
        • un citoyen // 13.03.2019 à 22h46

          Je ne vais pas dire que j’ai lu l’histoire romaine ni même que je ne l’ai pas lu, simplement que lorsque l’on s’intéresse à l’histoire d’un pays ou d’autres choses, on n’a jamais fini et on n’est jamais au bout de ses surprises.
          Donc, possible que je sois au bout d’une surprise dans ce cas précis.
          Mes excuses dans le cas où j’aurais écrit quelque-chose d’erronée.

            +0

          Alerter
  • juju77 // 13.03.2019 à 10h50

    et en même temps , dans le pays le plus pauvre d’Europe -salaire minimum sous les 40€ par mois .. (et quasiment ruiné depuis plus de 20 ans) que certains aillent se servir dans les cimetières n’est peut être pas si étonnant (acte anti-juif ou pas).
    a Paris lorsque l’on a construit les catacombes (1789 et 1800 et quelques) -détruisant les anciens cimetières et stockant les ossements) on ne s’est pas posé toutes ces questions.

      +3

    Alerter
  • L’affreux // 13.03.2019 à 11h34

    On détruit des tombes tous les jours. Tous les jours des tombes abandonnées sont reprises. Des cimetières ou des concessions non entretenues sont reprises continuellement. Des généraux d’empires ont été exhumés au Père Lachaise pour libérer des places pour des morts plus « frais ».
    Personne ne s’en offusque. Personne ne s’offusque non plus de la récupération de ces monuments pour en faire du remblais, les retravailler en pavés, ou les revendre pour refaire d’autres monuments…
    L’art de fabriquer de l’antisemiste à la commande et au coup de sifflet…
    D’autant plus que ces monuments ont probablement été installés pendant la période soviétique…

      +2

    Alerter
    • un citoyen // 13.03.2019 à 16h50

      N’oubliez pas cependant que, en France, le remplacement des tombes est réglementé. Et encore heureux car lorsque l’on va dans un cimetière il y a toujours des gens qui se recueillent sur des tombes très vieilles de proches très lointains.

      “L’art de fabriquer de l’antisémitisme à la commande et au coup de sifflet…” => Non… il ne s’agit pas de faire de l’antisémitisme à la commande mais d’essayer d’analyser la situation sur l’antisémitisme en Ukraine le mieux possible.

        +0

      Alerter
  • Subotai // 14.03.2019 à 05h57

    Bon, c’est glauque.
    Et ce qui ce passe en Ukraine pue.
    Mais de le Bougnoulistan de la France ou j’habite, les conquérants ne se sont pas gênés pour construire des lieux de cultes (chrétiens) et autres édifices avec pierres tombales et autres cailloux rituels et, assez récemment, un hôtel sur un cimetière. Voir des cranes et autres ossements humains retournés par des bulldozers ne les a pas vraiment émus…
    Perso, je n’attache pas grande importance à ma carcasse une fois crevé. 🙂
    Mais bon, il y en a qui se soucie de leur reste, autant le respecter.

      +1

    Alerter
  • Julien // 14.03.2019 à 11h30

    Bonjour,

    mon précédent commentaire à été publié, visible plusieurs jours et “liké” par une trentaine de personnes et il est désormais supprimé ? Pourrai-je connaitre la raison de cette censure ??? c’est incompréhensible, je respectais la charte, j’ai donné mon point de vue en dénonçant le matraquage fait autour de l’antisémitisme dans notre société et que cela finirai par produire l’effet inverse, ce qui en substance veut dire que je suis bien entendu contre l’antisémitisme. Bref … qu’on ne vienne pas me parler de liberté d’expression, Mr Berruyer, j’aimerai une réponse claire sur le pourquoi cette censure. Merci.

      +0

    Alerter
  • Christian Gedeon // 14.03.2019 à 16h16

    En Égypte en Syrie en Irak,et je raccourcis les anciens cimetières juifs ont vandalisés et détruits. Pas de commentaires?

      +0

    Alerter
  • Piccolozis // 15.03.2019 à 12h48

    [modéré]
    https://fr.timesofisrael.com/un-comique-juif-ukrainien-en-tete-de-la-course-a-la-presidentielle/

    “Zelensky, que des médias locaux ont déjà surnommé le ‘Donald Trump ukrainien’, n’est pas encore président. Mais le ressentiment qui est évoqué dans sa série n’est pas de la fiction.

    Dans un sondage effectué auprès de 40 000 Ukrainiens interrogés l’année dernière, 41 % des personnes sondées ont classé la corruption comme le deuxième problème le plus urgent en Ukraine. La question la plus importante pour les Ukrainiens était le conflit territorial avec la Russie, a indiqué le sondage.

    Né à Kryvyi Rih près de Dnièpr d’une famille juive de scientifiques, Zelensky n’a pas mentionné son identité juive dans ses entretiens avant ou pendant la campagne, dont des critiques ont dit qu’elle serait assez vague.

    Quand un journaliste l’a interrogé pour savoir comment il traiterait avec le président russe Vladimir Poutine, Zelensky a eu recours à son fameux sens de la répartie en répondant : « Je lui parlerais au niveau du regard ». Il s’agissait d’une référence à Poutine qui fait au moins 10 cm de moins que l’actuel président ukrainien Poroshenko.”

      +0

    Alerter
  • Djulz // 18.03.2019 à 04h54

    Ces faits sont déjà connus et on peut les entendre tels que relatés par les prisonniers français des stalags en Pomeranie/Ukraine : Les Evades de Rawa Ruska, dispo en replay ou ailleurs. Excellent documentaire par ailleurs.
    http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/48952_1

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications