Les Crises Les Crises
12.février.201912.2.2019 // Les Crises

Des nouvelles de MA “Ligue du Lol”

Merci 335
Je commente
J'envoie

Tiens, l’actualité veut qu’aujourd’hui les médias parlent… harcèlement.

Et tiens, on parle de harcèlement réalisé par des… journalistes (mais pas que).

Les exemples de “La Ligue du Lol”, que nous avons évoqués ce jour dans d’autres billets, sont édifiants.

Édifiants de perversité, de sadisme, de méchanceté, de bêtise, de lâcheté… Bien sûr.

Les interrogations autour de ces harceleurs des années 2008-2013 se sont quand même bien rapidement limitées au périmètre “harcèlement contre les femmes”. C’était bien entendu leur cible favorite, et celle qui a le plus été violentée.

Mais il est quand même étonnant que peu de gens s’intéressent au travail de ces individus dans leur journal.

C’est d’ailleurs très “français” : ne rien faire pendant 10 ans face à un phénomène assez répandu ; attraper 20 coupables ; les lyncher sur Twitter, sans s’interroger sur le Système qui l’a permis, et sur les multiples autres coupables ; reprendre le cours normal de la perversité.

En revanche, on voit mal pourquoi l’environnement qui a permis un tel manque d’humanisme et d’éthique à l’époque ne serait plus présent aujourd’hui. “Ne fais pas à l’autre ce que tu ne voudrais qu’on te fasse”, n’est toujours pas une devise importante pour beaucoup des nouveaux dans la profession.

Par chance, je n’ai pas eu à subir ce qu’ont subi ces femmes, et ces hommes, victimes de la Ligue du Lol à l’époque.

Mais je vois cependant un lien avec les formes de harcèlement que je subis occasionnellement depuis 5 ans, et surtout depuis les 2 dernières, et qui m’ont obligé à déposer une quinzaine de plaintes en diffamation, qui seront enfin jugées entre 11/2019 et 05/2020 – nous en reparlerons. Merci encore de votre soutien.

Vous comprendrez donc que j’ai souhaité faire un petit zoom pour montrer le problème d’une génération en dérive déontologique et faire une mise à jour sur quelques cas, présentés par ordre de gravité décroissante.

Bien entendu, ils ne sont pas comparables avec les pires harceleurs de la Ligue du Lol, dont ils ne font pas partie.

I. Samuel Laurent, des Décodeurs du Monde

Le 24 février 2017, Samuel Laurent des Décodeurs du Monde m’a traité de “Faussaire” SANS ME CONTACTER POUR VÉRIFIER :

Le tout, comme on le voit ( et expliqué en détail ici), en s’appuyant sans vérifier sur un tweet d’un Nobody, qui citait Cécilé Vaissié, qui citait… une fake news de Bruno Zéni, une source béton pourtant, à l’évidence, au vu de sa réaction en pleine polémique sur son Fake :

Comme il y a des choses qu’on ne peut accepter venant du responsable de l’équipe de Vérification du journal Le Monde, j’ai donc porté plainte contre Samuel Laurent le 22 mai 2017.

Ayant reconnu les faits, il a automatiquement été mis en examen le 28 novembre 2017 dans l’attente du jugement (cela ne présume en rien de sa culpabilité) :

On notera qu’il a réagi hier à la polémique “Ligue du Lol”. Il y a des choses intéressantes dans son papier sur l’atmosphère de l’époque (allez lire), mais il y aussi ceci :

Ah, oui, surtout ne pas enfoncer ses confrères….

C’est honnête.

Oui, c’est sûr que les moqueries sur Twitter, devant des dizaines de milliers de followers, c’est du virtuel, donc ce n’est jamais bien grave, hein ?

L’avantage c’est que ça permet de faire de prudence et de compassion après…

Ah oui, ouf, ça va. Tant que ce ne sont que des accusations de faussaire, manipulateur, tricheur, complotiste, diffuseur de fake news, un traitre vendu aux Popovs, etc. Ce n’est pas vraiment de l’ordre du “qui je suis”, non ?

Dans ma mémoire, en 2009, il me semble que pourtant que c’était super mal vu d’harceler une femme, de la faire souffrir, de la violer…

II. Adrien Sénécat, des Décodeurs du Monde

Le 16 mars 2017, Adrien Sénécat et Les Décodeurs du Monde publiaient cet article d’anthologie où ils m’accusaient d’avoir supprimé 500 articles pour “cacher mes erreurs” SANS ME CONTACTER POUR VÉRIFIER :

J’ai longuement répondu à ces accusations stupéfiantes dans ce billet.

Pour faire simple, M. Sénécat a farfouillé les archives de ce blog, et trouvé une vieille table des matières, qu’il a méthodiquement vérifiée pour constater 500 liens morts, d’où son article. Le coup de “cacher des erreurs” était un simple fantasme : si j’avais supprimé des articles, c’était pour cacher des choses (sachant que tous mes articles sont largement copiés-collés dès leur publication – bonjour le niveau du “complot”…).

Ce qui est magnifique c’est que cette table des matières n’était plus utilisée, car elle était gravement buguée. Et en fait, pour la grande majorité, lesdits articles 1/ avaient été renommés au fil du temps pour une meilleure indexation 2/ ou étaient des brouillons qui n’avaient jamais publiés ! Les quelques supprimés contenaient des miscellanées avec des vidéos qui ne marchaient plus et sans guère d’intérêt.

Le plus fantastique est que, dans l’article accusatoire de M. Sénécat, il a copié-collé une alerte que j’avais mise qui disait qu’il ne fallait SURTOUT PAS utiliser cette la table des matières, car elle n’était PAS FIABLE du tout ! :

“Bonjour, je vous accuse de choses très graves sans vous contacter, en utilisant une source que vous avez créée tout en précisant qu’il ne faut pas l’utiliser, car elle n’est pas fiable”. Inouï.

Bonus, Le Monde se pensant au-dessus des lois, il a refusé de publier mon Droit de réponse légal à cet article, ce qui était déjà arrivé une fois.

J’ai donc porté plainte contre Adrien Sénécat le 15 juin 2017.

Ayant reconnu les faits, il a automatiquement été mis en examen le 16 octobre 2017 dans l’attente du jugement (cela ne présume en rien de sa culpabilité) :

Bref :

samuel-laurent

Ben si, et il faudrait demander, hein…

samuel-laurent

Oh que oui, car ça montre l’acharnement non professionnel de certains journalistes

samuel-laurent

Il n’y a pas de mystère, car des individus bizarres l’utilisaient quand même malgré le message très clair disant de ne pas l’utiliser…

Bref :

III. Adrien Sénécat et Samuel Laurent

Ils fonctionnent aussi en duo. Le 15 décembre 2016, ils ont publié ceci SANS ME CONTACTER POUR VÉRIFIER :

Qu’avais-je fait ? Là encore, c’est incroyable :

À l’époque, il circulait sur Twitter un montage destiné à pointer le fait que des particuliers y annonçaient régulièrement que le “dernier hôpital d’Alep” venait d’être détruit :

hopital

J’ai simplement voulu vérifié si ceci était vrai, faire un fact-checking. Mon article est tout simple, c’est simplement une sélection de vrais tweets de particuliers qui parlent à tort régulièrement de cette destruction ultime – avec pour seul commentaire “il faut se méfier des réseaux sociaux” :

hopital

Comme on l’a vu, Le Monde m’a accusé d’avoir diffusé une fake news, dans laquelle j’aurais dit que les Grands médias disaient régulièrement que le dernier hôpital d’Alep venait d’être détruit – ce qui est évidement délirant. Ils ont donc été mis en examen le 6 octobre 2017 :

IV. Laurent Joffrin et Margaux Lacroux, Libération

Le 21 novembre 2017, j’ai porté plainte contre Laurent Joffrin et Margaux Lacroux / Désintox de Libération (la copie des Décodeurs du Monde) :

En effet, ce journal a publié ceci en aout 2017 SANS ME CONTACTER POUR VÉRIFIER :

Comme on l’a vu précédemment, je n’ai évidemment diffusé aucune “intox” (cela aurait été dur, il ne fait que 27 mots…).

V. Antoine Hasday, Slate

On peut aussi citer par exemple Antoine Hasday, qui indique le 1er mars 2008 dans un article sur la “désinformation”, SANS ME CONTACTER POUR VÉRIFIER, que ce site aurait adopté une “grille de lecture du ‘regime change'” sur la Syrie :

Évidemment ce charabia ne veut pas dire grand-chose – parle-t-on d’un complot généralisé prévu en amont, ce qui est faux, ou du fait que tous les gouvernements appellent depuis des années à un changement de régime ?

On note qu’il a mis un lien source : on se dit qu’on va donc comprendre de quoi il parle, mais quand on clique dessus :

Il a juste fait un lien sur le regroupement des centaines d’articles sur la Syrie du site, pêle-mêle : du travail de pro.

En fait, le point le plus grave est qu’Antoine Hasday a retweeté le 24 aout une liste délirante faite par un anglais de “151 assadistes”, dans laquelle j’étais :

Bien entendu, c’est faux, ayant toujours condamné les agissements criminels de ce régime (comme ici ou ).

Et c’était totalement irresponsable, bien entendu, dans le contexte actuel, de désigner ainsi des “soutiens” du régime ennemi des djihadistes…

Cependant, je n’ai pas porté plainte vu la faible gravité des propos.

VI. Simon Blin, Libération

Là, c’est tout récent, ce journaliste vient de faire un portrait de moi SANS ME CONTACTER POUR VÉRIFIER. J’en parlerai donc dans un prochain billet dédié.

Épilogue : Wikipédia

Beaucoup d’entre vous pensent peut-être “Pourquoi se formaliser de tout ceci, ce n’est pas si grave, ces gens n’ont pas une grande influence dans le pays”.

D’abord, c’est faux, ils ont une grande influence auprès des gens influents (médias).

Mais surtout, le problème n’est pas tant que leurs articles aient un impact immédiat. Car Google mais surtout Wikipédia (outil fantastique au demeurant) sont là.

En effet, il se trouve qu’on a créé une page Wikipédia à mon nom – ce qui reste incompréhensible pour moi, et que je ne souhaite pas. On y accède en premier dès qu’on tape mon nom dans Google.

Dès lors, la moindre critique dans un grand média s’y déverse – ma fiche va finir par devenir plus longue que celle d’Émile Zola…

Et je vous donne un exemple pour finir : l’article sur le régime change de Slate y est bien sûr :

Donc, déjà, Antoine Hasday me prête dans son article de propos que je n’ai jamais tenus, et que je ne pense pas – normal, il n’a pas vérifié en me contactant. Ensuite, c’est repris dans Wikipédia, et ça devient “l’avis de Slate”, et le mot complotiste est rajouté.

Et je m’aperçois dans l’historique qu’un contributeur a essayé de supprimer ce mot infamant en aout dernier :

Le 21/08 à 20:02, le contributeur Jpk26 supprime “complotiste” de la fiche ; 6 minutes plus tard (sic.), le contributeur Durifon le remet, indiquant que le journaliste “dit bien qu’il adhère à la théorie de “regime change” qui est décrite comme complotiste“? Je ne sais pas où il a vu ça d’écrit dans l’article

Le 21/08 à 01:12, le contributeur Jpk26 re-supprime “complotiste” de la fiche, et fait un copier-coller de la phrase de l’article source ; 9 minutes plus tard (sic. C’est plus long, à cause de la nuit, peut-être), le contributeur Tan Khaerr le remet, indiquant “Concernant la Syrie, la théorie du “”regime change” est une théorie complotiste”. Ah, CQFD.

C’est pourquoi, désormais, je ne laisse plus rien passer, tant au niveau de procédures en Diffamation que de Droits de Réponse…

D’ailleurs je cherche pour un article à contacter des administrateurs Wikipédia pour avoir des réponses – me contacter merci.

 

Ainsi, on voit bien dans les quelques exemples de ce bref article (sachant que j’ai écarté trois journalistes qui auraient dû s’y trouver) que le manque de déontologie professionnelle est loin d’être cantonné à une poignée d’individus ; et qu’il a des conséquences réputationnelles qui peuvent être lourdes.

Bien entendu, aucune de ces personnes ne m’a présenté d’excuses…

Billet édité.

Commentaire recommandé

Alfred // 12.02.2019 à 07h36

Pour les anonymes que nous sommes majoritairement ce combat n’est pas forcément perçu pour prioritaire mais grâce à cet article il est plus facile d’en comprendre la nécessité.
Bon courage car cela doit être très éprouvant. Et merci encore pour votre travail en général.
Pour ce qui est du front judiciaire, auriez vous une idée du moment possible du premier procès ?

44 réactions et commentaires

  • Alfred // 12.02.2019 à 07h36

    Pour les anonymes que nous sommes majoritairement ce combat n’est pas forcément perçu pour prioritaire mais grâce à cet article il est plus facile d’en comprendre la nécessité.
    Bon courage car cela doit être très éprouvant. Et merci encore pour votre travail en général.
    Pour ce qui est du front judiciaire, auriez vous une idée du moment possible du premier procès ?

    • Kallas // 12.02.2019 à 08h22

      Je pensais que si notre Hôte était de la MSM, le premier procès serait hyper médiatisé.
      Nous sommes avec vous M.Berruyer.

    • Les-crises // 12.02.2019 à 09h21

      Novembre 2019 – on compte sur vous 🙂

    • Vladimir K // 12.02.2019 à 17h01

      Il ne semble pas prioritaire, et pourtant… un article, une affaire peut détruire une vie, et même celle d’une famille.

      Je vois régulièrement des articles dans les médias Nord-américains, des faits-divers où les acteurs sont clairement nommés : “un tel est accusé de viol”, “une telle est accusée de maltraitance”… Dans une affaire de viols qui ont eu lieu dans une université du Québec, des jeunes gens ainsi nommés se sont vus innocentés ; trop tard, le mal est fait, et si un employeur cherche leurs nom sur Google, comme cela se fait régulièrement, il tombe sur les gros articles les plus commentés, pas sur son innocence.

      Donc oui, la prudence de la part des journalistes est très importante !

  • isidor ducasse // 12.02.2019 à 07h46

    Ne pouvant emprisonner les opposants à la pensée unique maastrichienne, ce qui rendrait visible la dictature dans laquelle nous sommes, nos dirigeants utilisent, entre autre, le harcélement, la calomnie, et l’insulte dont la presse aux ordres se fait souvent l’écho.

    • Kilsan Aïtous // 12.02.2019 à 10h28

      Procuste se flattait d’avoir un lit merveilleux qui s’adaptait à tous les voyageurs qu’il recevait dans son auberge… Jusqu’au jour où Thésée, évitant la mort de justesse sur ce lit, découvrit la vérité.

      – Ce sont les dieux qui me poussent, avoua Procuste, ils veulent que je raccourcisse ceux qui sont trop grands, alors je les découpe et que j’étire ceux qui sont trop petits alors je les écartèle.

  • pascale // 12.02.2019 à 08h03

    “Contournement des médias”: là est votre crime, surtout quand des lecteurs de plus en plus nombreux emploient cette voie de contournement !

    • northlane // 12.02.2019 à 10h03

      Bien sur ! Franchement quelle idée de vouloir informer les gens par des sources variées et des points de vue différents ? Cela dépasse l’entendement…

  • edrick d’Éstroy // 12.02.2019 à 08h15

    @ O.Berruyer: n’hésitez pas a me faire parvenir un appel au don, en cas de prochaine “erreur” propagandiste, je supporte pas les escrocs…

  • rjadot // 12.02.2019 à 08h16

    Wikipedia est vraiment un cas d’école, le côté collaboratif en a fait une merveille (je dis ce mot sans ironie), mais ça cache le fait qu’à un moment, notamment dans le domaine politique, certains admins idéologues ont tout pouvoir, et savent diffamer au calme tout en se cachant dans un «c’est pas moi qui le dit» en citant des sources que l’on pourrait qualifier de non-fiable objectivement (tous les journaux mainstream). Et la formulation, même au conditionnel, est suffisante pour lancer le FUD. La page d’Olivier Berruyer est une exemple connu, mais on peut retrouver le phénomène sur d’autres pages de personnalités publiques.

    Du coup difficile d’attaquer ces personnes (éditrices de Wikipedia) en justice pour diffamation, de par leur tournure de phrase et le fait de ne faire «que» citer une source alors qu’elles sont manifestement consciente du mal qu’elle font à la réputation d’une personne.

    Je pense d’ailleurs que Wikipedia devrait limiter les propos nuisant à la réputation d’une personne aux seules condamnations en justice.

    Un autre problème de Wikipedia est la génération rétroactive de sources, comme si bien illustré par cette BD https://xkcd.com/978/

    • Dune // 12.02.2019 à 08h39

      C’est bien d’avoir confiance dans l’institution judiciaire (et de l’appeler “justice” – notion transcendante ou philosophique – ce qui contribue à faire passer des vessies pour des lanternes)
      Remarquez, il en faut, car le rôle de cette institution est surtout de faire croire qu’elle est fonctionnelle (bien plus que de l’être réellement), une croyance qui évite effectivement qu’une société ne tombe dans le chaos..

      • Emmanuel // 12.02.2019 à 09h02

        La justice est au système judiciaire français ce que les soins palliatifs sont à la santé.

    • Lysbeth Levy // 12.02.2019 à 11h16

      A propos de Wikipedia France, du moins, il y a bien des contentieux :
      https://www.liberation.fr/ecrans/2014/10/21/il-modifie-la-fiche-wikipedia-de-son-chef-la-diffamation-n-est-pas-retenue_1126475 a méditer ..Puis le cas d’une historienne, conteuse bretonne qui explique son “cas” sur Wikipedia moults fois re-écrit elle retrace la guerre entre des “idéologues” militants que sont les “petites mains wikipediennes”
      http://francoisemorvan.com/censure/wikipedia/ Un peu long mais une vraie étude de “cas” en la matière. “”Wikipedia, c’est le pouvoir du nombre, le totalitarisme de l’anonymat, l’exercice kafkaïen du contrôle de la vérité à quoi se substitue la référence : il ne s’agit pas du tout d’apporter une information juste et assumée par une personne qui en prend la responsabilité ; il s’agit d’étayer une information, fût-elle parfaitement fausse, sur une référence, fût-elle fabriquée pour l’occasion.””
      En 2007 déjà une autre histoire : https://www.europe1.fr/politique/Diffamation-Wikipedia-n-est-pas-responsable-du-contenu-de-son-site-236064

  • opposum // 12.02.2019 à 08h19

    Allez faire un tour sur wikipédia (sur la fiche de Rudy Reischtat, par exemple) et ouvrez la page de discussion. Vous pourrez constater que les sources provenant du site les-crises.fr (ou d’Olivier Berruyer) sont automatiquement écartées car pas fiables (j’ai édulcoré le passage “pas fiables”).

    • Fritz // 12.02.2019 à 08h40

      Reichstadt n’a plus de page Wikipédia. C’est son privilège : du coup, il est intouchable, il est LA référence des néocons qui sévissent sur cette belle encyclopédie. L’un des exemples caricaturaux de ces néocons est le sinistre Tan Khaerr, qui taxe de « complotiste » et « non fiable » les sources qui lui déplaisent. Ces gens-là se croient tout permis, et cela donne des pages lourdes, malhonnêtes et biaisées comme celle qui affecte Olivier.

      Tous ceux qui ont un peu de mémoire se souviendront qu’en 2011 et 2012, les médias prédisaient un changement de régime imminent en Syrie (« la bataille pour la libération de Damas a commencé » annonçaient-ils fièrement le 17 ou le 18 juillet 2012). Les médias sont-ils complotistes ? Fin 2011, peu après le lynchage de Kadhafi, BHL déclarait dans Le Parisien : « Bachar al-Assad est le prochain sur la liste ». BHL serait-il complotiste ?

      • opposum // 12.02.2019 à 08h57

        Effectivement. Je m’en excuse. Je voulais parler de la fiche de “Conspiracy Watch” (interchangeable avec Rudy Reichstadt, dans mon esprit).

        • Fritz // 12.02.2019 à 09h07

          Je vous en prie. La discussion de la page Wikipédia de CW est instructive, en particulier la 3e section (“Redirection”) :
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Conspiracy_Watch#Redirection_de_

          « Tiens comme c’est pratique : il suffit de décréter un propos comme étant “conspirationniste”, et hop, on peut le censurer. Cool … ! »

          « Mais qui décide de ce qui est conspirationniste ? Rudy Reichstadt lui-même, c’est ça ? Ou franceinter.fr ? Ou Caroline Fourest, condamnée à plusieurs reprises pour diffamation ? »

          « Bloquer, par des actes de vandalisme récurrents, la création d’un article spécifique sur le politologue Rudy Reichstadt (dixit franceinter.fr) c’est participer à une information précise ? Créer un article pour distinguer le site Conspiracy Watch de la personne Rudy Reichstadt c’est nécessairement le fait d’un “conspirationniste” ? »

  • geedorah // 12.02.2019 à 08h25

    la réputation de wikipedia sur les propos qu’ils tiennent sur bon nombre de personnes (négatif bien évidemment) n’est plus à faire

  • Kilsan Aïtous // 12.02.2019 à 08h26

    Bonjour Olivier,
    Ce que vous signalez à multiples reprises “sans me contacter pour vérifier” est typique de l’ère post vérité. Vous avez “votre vérité”, ils ont “leur vérité”. Vous imaginez bien que la vérité d’un “journaliste officiel du Monde”, d’un ministre, et celle d’un “amateur”, d’un “Jojo” n’a pas du tout le même poids. Ils ne vont pas perdre leur temps avec des déficients. La vérité supérieure est celle de la personne “supérieure”. La vérité vraie objective n’existe plus, ne doit plus exister.

    C’est comme ça devant un tribunal : le juge écoute une vérité, puis une autre qui se valent bien dans le cas de 2 gueux inférieurs, ça l’ennuie ces gueux qui viennent devant le tribunal, ça prouve leur incapacité à vivre paisiblement, ça prouve leur déficience. Et puis sa vérité est de toute façon supérieure, même si ce n’est que le résultat de ses préjugés.

    • Eric83 // 12.02.2019 à 08h47

      “Vous avez “votre vérité”, ils ont “leur vérité”.”

      Ces propos, je les ai entendus récemment de la bouche…d’une avocate. J’ai été sidéré. La vérité, il n’y en a qu’une, ce sont les faits, le reste ce ne sont que des interprétations et des justifications de ces faits.

    • Dune // 12.02.2019 à 08h48

      “Et puis sa vérité est de toute façon supérieure, même si ce n’est que le résultat de ses préjugés.”
      Très juste.
      Préjugés appelés plus scientifiquement “biais cognitifs”, des biais inévitables et d’autant plus prégnants d”une part qu’il y a peu de faits démontrés et, d’autre part, que les acteurs de la décision exercent avec un statut de supériorité (qui plus est exercé sans contrôle réel) qui renforce leur tropisme à ne se pas questionner.

  • Eric83 // 12.02.2019 à 08h27

    Prétendre que la “théorie du régime change” est complotiste est un bel exemple d’inversion accusatoire.
    En effet, quantité d’articles et de propos tenus par des personnes qui savent de quoi elles parlent, elles, démontrent que la guerre en Syrie avait pour seul objectif ce “régime change” et que des dizaines de milliards de dollars ont été engloutis à cet effet.
    Ce sont tous les journalistes et leurs rédactions qui doivent être accusées de complotisme depuis plus de 7 ans pour avoir désinformé délibérément le public afin de faire accepter à “l’opinion publique” l’ingérence illégale de l’Etat français en Syrie.

    • degorde // 12.02.2019 à 09h31

      D’accord avec vous; mais ces gens là, je parle de ceux du Monde se sont livrés à toutes les falsifications sur la Syrie après l’avoir fait à propos de la Libye en 2010-2011. Ils critiquent RT mais qui s’offusquent que ce journal Le Monde soit le porte parole du quai d’Orsay ou que France 24 ait à peu près la même indépendance qu’une roue crantée pour reprendre l’expression de F. Lordon ?

  • NoComment // 12.02.2019 à 09h04

    Et après on se demande pourquoi certaines personnes préfèrent restées anonymes sur Internet pour se protéger…
    La seule fois où je suis allé sur Twitter, j’ai constaté l’ambiance délétère sur les fils de discussion liés à l’actu msm. Je suis parti aussi vite. Très peu pour moi.

  • Eric83 // 12.02.2019 à 09h13

    Apparemment, il y en a qui font un gros ménage de printemps dans leurs tweets :
    https://pbs.twimg.com/media/DzIKhJEWsAIPirR.jpg

    D’autre part, je partage mon interrogation sur le “timing” de cette révélation sur le harcèlement exécrable de cette ligue des “gens cool”. ( Vous remarquerez au passage la perversité des harceleurs de se faire passer pour des “gens cool”…ainsi que nom choisi )

    N’était-il pas fort à propos, en 2018, que les nombreuses victimes de ce harcèlement moral “profitent” des révélations sur le scandale du harcèlement sexuel aux US puis notamment en France pour dénoncer ce harcèlement psychologique à grande échelle ? Pourquoi maintenant ?

  • Fritz // 12.02.2019 à 09h21

    Si « Durifon » et « Tan Khaerr » étaient assignés devant les tribunaux pour ajout et rajout d’un adjectif infamant, et absent de la source utilisée, ce serait génial. Mais ces diffamateurs sont protégés par leur anonymat.

    • Lysbeth Levy // 12.02.2019 à 10h37

      Bonjour Fritz, n’est il pas possible de “trouver” le vrai nom de l’individu diffamateur sur Wikipedia ? Car de quel droit celui ci “Tan Khaerr et cies”, ont-ils le droit de désinformer, diffamer une personne, surtout au motif que celle ci a “une opinion divergente” a propos de faits sur des sujets historiques ou factuels type “le Maidan” ukrainien ou les tristes évènements en Syrie ? Cela veut dire qu’en France, il est interdit d’avoir une opinion, point de vue, différent de la narrative médiatique” désormais la seule valable (version officielle) définitivement, malgré les nombreux faux déjà connus dans le passé (ADM en Irak, bébés koweitiens en couveuses, charniers de Timisoara etc) La France en ce domaine, a mon avis, a la pire situation quand à la liberté d’expression, ou d’avoir un point de vue divergents basés sur des éléments pourtant “prouvés” (les enquêtes d’Olivier sont sérieuses) . En gros peut-on attaquer en justice, pour diffamation, les auteurs anonymes de Wikipedia ?? Bien à vous

      • opposum // 12.02.2019 à 10h46

        Allez voir sur les pages de discussion d’articles wikipédia sujets à polémique, comme par exemple : Olivier Berruyer, Annie Lacroix-Riz, Olivier Dard ou Conspiracy Watch. Vous verrez comment les personnes qui souhaitent bloquer une page y parviennent.

      • Fritz // 12.02.2019 à 10h54

        Bonjour Lysbeth. C’est peut-être possible, mais je ne connais rien à la traçabilité sur internet. Et personnellement, je me vois mal dévoiler des noms derrière des pseudonymes.

        Il n’empêche que le scandale est dans cette asymétrie que vous dénoncez, entre un discours atantiste dominant et les autres opinions, disqualifiées par les néocons sous prétexte qu’elles seraient « complotistes » (alors même qu’elles ne dénoncent aucun complot).

        Un grand merci pour votre recherche sur le “regime change” dans le Wikipédia anglophone. Comme c’est curieux : cette page existe en allemand, anglais, arabe, chinois, espagnol, japonais, persan, portugais, mais pas en français.

        Comme vous le dites ci-dessous, la censure en France est pire qu’ailleurs.

  • degorde // 12.02.2019 à 09h29

    Guère étonnant tout ça; qui pouvait encore avoir des illusions sur l’honnêteté intellectuelle de Samuel Laurent et de son équipe ? Le Decodex n’est ni plus ni moins qu’un avatar moderne et pervers de l’index du Vatican; une façon de tuer un auteur si on n’a pas d’abord réussi à le faire taire. Tous mes voeux pour votre action devant les tribunaux.
    Reste Wikipedia, là non plus rien de surprenant. Ce site qui pourrait et est dans une large mesure un excellent outil pour apprendre a été “squatté” par un groupe d’extrême droite qui “veille” à ce qu’aucune information de nature historique ou scientifique ne vienne contredire, surtout preuves et référence à l’appui, l’histoire “convenable”, c’est à dire comme le met en avant Annie Lacroix Riz, celle qui ménage les classes dirigeantes. J’en ai fais l’expérience plus d’une fois.

  • Lysbeth Levy // 12.02.2019 à 10h12

    Je suis sidérée que le “regime change” ou “changement de régime” soit considéré sur Wikipedia France, comme “complotiste”, car en anglais rien de tel : https://en.wikipedia.org/wiki/Regime_change le mot existe depuis 1925 ! Toujours en anglais le rôle des Usa dans les “changement de régime” dans de nombreux pays “convoités”, sont bien inscrits : https://en.wikipedia.org/wiki/United_States_involvement_in_regime_change. Sérieux Tan Kaheer a la botte de Rudy Reichstadt/Bruno Tertrais, démontre qu’en France malgré la réalité des faits, il est interdit de donner des sources sures d’origines américaines. La censure en France semble pire qu’ailleurs alors que “moults” documents démontrent que les Usa ont la spécialité des “changements de régime”, avec manipulation de l’information, “hollywoodisation” de l’histoire pour les “benêts” que nous sommes.
    C’est sur que pour salir la réputation des autres, ces “journalistes” sont excellents hélas, a travers cette histoire de ligue du Lol, ils démontrent qu’ils peuvent être pires que ceux qu’ils accusent de tous les maux habituels : homophobes, sexistes, islamophobes, méprisants.diffamateurs. . .

  • Thibaut // 12.02.2019 à 11h25

    On croit qu’on est blindé, que rien ne peut plus surprendre en matière de manipulation, puis un jour on tombe sur cet article de Libération sur le confusionnisme du 16 janvier.

    Je m’explique.

    Ce journal verse dans la russophilie la plus complète, car il ne mentionne pas la russophilie de BFM-Business. Cette chaîne n’en est pas encore à passer des contrats de sécurité avec des proches de Poutine, mais tout de même, elle invite régulièrement Jaques Sapir. En taisant cela, Libé protège BFMTV et se rend complice de Poutine. Mais peut-on s’étonner que le journal fondé par Sartre conserve un penchant pro-Russe ?

    • Fritz // 12.02.2019 à 11h36

      Votre humour au 2e degré peut tromper les lecteurs… Voici l’article brillantissime de Libé :
      https://www.liberation.fr/debats/2019/01/16/le-confusionnisme-est-il-le-nouveau-rouge-brun_1703403

      En bonus : les notices personnelles, comme celle d’Olivier Berruyer, « le blogueur russophile » ou de Jacques Sapir, « le pont entre les extrêmes ».

      « Celui qui s’inspire de la pensée de Chomsky, Orwell ou Snowden est régulièrement accusé de relayer des propos conspirationnistes et non sourcés sur son site » : comme c’est zentil !

      • Thibaut // 12.02.2019 à 13h30

        “Votre humour au 2e degré peut tromper les lecteurs… ”

        oh ben quand même pas j’espère 🙂

        il faut vraiment un démontage sérieux et méthodique de cet article, je m’y suis essayé mais au bout de quelques mots j’étais épuisé. Le discours qui parle de confusionnisme en l’alimentant lui-même, c’est juste orwellien et au-dessus de mes forces… ne restait que l’humour.

        merci pour le lien, il manquait effectivement.

  • Kiwixar // 12.02.2019 à 11h34

    Attaque en meute = manifestation de la première “qualité” du journaliste en France en 2019 : la lâcheté. Mâtinée d’un gros soupçon d’infantilisme.

    • Subotai // 12.02.2019 à 18h01

      C’est juste qu’aujourd’hui la facilité technologique permet à des “gamins” de jouer avec des “flingues”.
      Il n’y a pas plus de réflexion et de sérieux chez ces ados attardés que dans une cours de récréation de collège … Sauf que ce n’est pas un flingue en bois qui fait pan!
      Et c’est la que Macron a raison, la mise à disposition des technologies de communication à tout le monde “horizontalise” les propos. Sauf qu’il se trompe en voulant les réserver aux “Elites”; la définition mème de ces “Elites” étant sujet à caution. Mais mieux. Il faut comprendre que le mouvement des Gilets Jaunes c’est papa et maman qui disent au gamin : “ça suffit maintenant la déconnade”.
      En tout cas c’est ainsi que je le prends…

      • Krystyna Hawrot // 14.02.2019 à 14h59

        Exact, j’ai entendu des femmes Gilets Jaunes dire de Macron sur les ronds points que c’est un grand gamin a qui on a donné un pays entier, une police et une armée pour jouer. Effrayant.

  • ouam // 12.02.2019 à 12h21

    Bonjour
    Merci pour votre travail.
    Sans beaucoup de doute sur le fait que vous le connaissiez , je vous envoie le début du texte ” la vérité” de Simone Weil tiré de “L’enracinement”.
    Il est si juste , si actuel , il devrait etre sur le fronton des écoles de journalistes .

    La vérité

    Le besoin de vérité est plus sacré qu’aucun autre. Il n’en est pourtant jamais fait
    mention. On a peur de lire quand on s’est une fois rendu compte de la quantité et de
    l’énormité des faussetés matérielles étalées sans honte, même dans les livres des
    auteurs les plus réputés. On lit alors comme on boirait l’eau d’un puits douteux.
    Il y a des hommes qui travaillent huit heures par jour et font le grand effort de lire
    le soir pour s’instruire. Ils ne peuvent pas se livrer à des vérifications dans les grandes
    bibliothèques. Ils croient le livre sur parole. On n’a pas le droit de leur donner à
    manger du faux. Quel sens cela a-t-il d’alléguer que les auteurs sont de bonne foi ?
    Eux ne travaillent pas physiquement huit heures par jour. La société les nourrit pour
    qu’ils aient le loisir et se donnent la peine d’éviter l’erreur. Un aiguilleur cause d’un
    déraillement serait mal accueilli en alléguant qu’il est de bonne foi.
    À plus forte raison est-il honteux de tolérer l’existence de journaux dont tout le
    monde sait qu’aucun collaborateur ne pourrait y demeurer s’il ne consentait parfois à
    altérer sciemment la vérité.

    • Sandrine // 12.02.2019 à 22h11

      Texte magnifique que l’on devrait envoyer à tous ces journalistes de cour qui vampirisent les « temps de cerveau disponible» de leurs concitoyens.

      Heureusement, nous on a Les Crises :))
      Merci pour votre courage et votre énergie, Olivier.

  • Gilbert Le Pape // 12.02.2019 à 12h30

    Etre victime des attaques de la censure autoproclamée (type decodex le monde), c’est quasiment une preuve de qualité.

    Ça vaut toutes les médailles.

    Personne n’attaque les bons petits qui vont dans le sens du système.

  • Toutatis // 12.02.2019 à 15h37

    On parle aussi là
    https://www.youtube.com/watch?v=otG2qpsfyas
    d’utilisation de wikipedia pour salir des gens….

  • Frédérick // 12.02.2019 à 16h18

    bravo. peu de gens auraient le mordant indispensable pour ce genre de travail absolument nécessaire.
    bravo. tout mon soutien.

  • Krystyna Hawrot // 14.02.2019 à 14h56

    Vous avez tout à fait raison, la cyberguerre, c’est une vraie guerre. On est avec vous et on sera là le jour du procès pour vous soutenir. L’histoire a bien montré que la propagande dénigrante annonce le passage à l’acte quand la vraie guerre commence…

  • Afficher tous les commentaires

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Charte de modérations des commentaires

Et recevez nos publications