Le monde Big Brother de demain…

“Un bébé qui naît aujourd’hui grandira sans la moindre idée de ce que “vie privée” peut bien vouloir dire. Il ne saura jamais ce que signifie avoir un moment à soi, une pensée sans qu’on l’enregistre ou qu’on l’analyse. C’est un problème grave, parce que la vie privée est fondamentale. Elle est la condition essentielle qui nous permet de nous réaliser et de décider qui nous voulons être dans la vie.” [Edward Snowden, 25/12/2013]

Source : JSL, 19/08/2017

La société américaine Ubiquiti vient de dévoiler FrontRow, une caméra connectée dans l’air du temps, capable de retransmettre en direct n’importe quel événement sur les réseaux sociaux. Elle prend la forme d’un pendentif, ce qui la rend à la fois très originale et surtout très pratique.

FrontRow est commercialisé à 399 dollars. ©Ubiquiti Networks, Inc.

Cet objet connecté a été spécialement pensé pour la captation en direct sur les réseaux sociaux. Plus pratique et discrète que des lunettes comme les Google Glass ou les Spectacles de Snap, ce pendentif de seulement 55g présente l’avantage de pouvoir retranscrire en direct un événement tout en ayant à la fois la tête et les mains libres.

FrontRow dispose d’un écran tactile de près de deux pouces de diamètre, son menu principal donnant un accès immédiat à de nombreux services de retransmission vidéo en direct, tels que Facebook Live, YouTube Live ou encore Twitter. En plus de filmer en grand angle (jusqu’à 148 degrés), l’appareil peut également prendre des photos. À noter que son mode “Story” permet de capturer toute une série de différentes séquences de quelques secondes se suivant dans le temps, créant ainsi une véritable “histoire” dynamique.

À l’image de n’importe quel smartphone, FrontRow dispose de deux caméras, l’une au dos et l’autre en façade, permettant toutes les deux de filmer en haute définition (1080 pixels). Son micro intégré permet de rendre compte de l’action ou de la commenter. L’appareil, qui fonctionne sous Android, dispose d’une autonomie qui lui permet d’enregistrer (en direct ou non) jusqu’à près de deux heures de vidéo, sachant que l’appareil dispose de 32Go d’espace de stockage.

Ce type de caméra portative est une tendance forte du moment, avec bien sûr les lunettes Spectacles de Snap mais également d’autres projets en cours sur des plateformes de financement participatif.

FrontRow est vendu 399 dollars, uniquement aux États-Unis pour le moment. Son application dédiée est quant à elle disponible gratuitement sur Google Play (Android) et l’App Store (iOS).

Découvrez FrontRow en mode “Story” dans cette vidéo

Source : JSL, 19/08/2017

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

71 réponses à FrontRow, le pendentif qui filme en toute discrétion

Commentaires recommandés

caliban Le 30 septembre 2017 à 06h08

Parce qu’ils sont jeunes, parce qu’ils sont sportifs, parce qu’ils le valent bien …
https://www.youtube.com/watch?time_continue=19&v=C7HcmY9g5Nk

Les pub pour les caméras miniatures ont toutes la même approche Sport & loisirs.
Comme pour mieux nous faire oublier l’usage profond de ces joujous hi-tech qui est de flatter les penchants exhibitionnistes de leurs utilisateurs.

Avec ces joujous hi-tech et les smartphones le propos n’est plus seulement celui des albums photos à partager avec ses proches (ou avec personne, juste pour le souvenir). Il y a l’instantanéité de la diffusion qui pose de nombreux problèmes :
• les personnes qui sont filmées ne sont pas forcément consentantes
• le repentir est interdit, toute vidéo transmise sur les réseaux est potentiellement virale, elle vous échappe en direct

Bref, la technologie permet de sauter l’étape “je réfléchis à ce que je fais”. Et généralement c’est jamais très bon pour responsabiliser les gens.

  1. caliban Le 30 septembre 2017 à 06h08
    Afficher/Masquer

    Parce qu’ils sont jeunes, parce qu’ils sont sportifs, parce qu’ils le valent bien …
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=19&v=C7HcmY9g5Nk

    Les pub pour les caméras miniatures ont toutes la même approche Sport & loisirs.
    Comme pour mieux nous faire oublier l’usage profond de ces joujous hi-tech qui est de flatter les penchants exhibitionnistes de leurs utilisateurs.

    Avec ces joujous hi-tech et les smartphones le propos n’est plus seulement celui des albums photos à partager avec ses proches (ou avec personne, juste pour le souvenir). Il y a l’instantanéité de la diffusion qui pose de nombreux problèmes :
    • les personnes qui sont filmées ne sont pas forcément consentantes
    • le repentir est interdit, toute vidéo transmise sur les réseaux est potentiellement virale, elle vous échappe en direct

    Bref, la technologie permet de sauter l’étape “je réfléchis à ce que je fais”. Et généralement c’est jamais très bon pour responsabiliser les gens.


    • toub Le 30 septembre 2017 à 07h09
      Afficher/Masquer

      Il y a un très bon épisode de la non moins excellente série Black Mirror qui traite de ce sujet, cette fois la caméra est directement implantée dans l’oeil de tout un chacun, dès le plus jeune âge, au nom du partage, de la création de souvenirs, pour rapprocher les êtres humains.

      Bien évidemment ça se termine en catastrophe, terminé l’intimité, le droit à l’erreur ou à l’oubli.

      Le thème de la série, c’est : si l’on dit que l’écran est une drogue, alors quels en sont les conséquences pour ses usagers ?


      • MaxB Le 30 septembre 2017 à 14h35
        Afficher/Masquer

        On ne recommandera jamais assez de visionner cette série de «Futuribles» absolument terrifiants car déjà possibles !


      • P.Lacroix Le 03 octobre 2017 à 10h11
        Afficher/Masquer

        Bonjour

        Dans notre grande série, tout a été dit, mais comme personne n’ écoute, on peut toujours recommencer :

        https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Mort_en_direct


    • LBSSO Le 30 septembre 2017 à 07h18
      Afficher/Masquer

      “Dis-moi tout”

      Hier @Nicolas écrivait dans son commentaire : “C’est le modèle américain dit “de la concurrence libre et non faussée” : le public paie, les actionnaires encaissent les dividendes”

      Le nouveau modèle est encore plus pervers.Non seulement “le public paie” mais dans le nouveau système c’est lui qui fournit “l’information” ,la matière première,gratuitement..

      Si “je réfléchis à ce que je fais” , “JE” devrait réaliser que Son monde a glissé du “ferme la” (=la dictature) au “cause toujours” (=démocratie) pour arriver aujourd’hui au “dis-moi tout” de l’individu star de lui-même.et …des dividendes.

      Euh, quand ,j’écris “pour arriver au” ,je devrais plutôt dire “pour s’échouer”.


      • caliban Le 30 septembre 2017 à 09h48
        Afficher/Masquer

        @LBSSO

        Pour poursuivre votre réflexion et abonder dans son sens pessimiste.

        Lorsque la matière première est fournie de manière imbécile par l’utilisateur de facebook ou un abruti se faisant greffer une puce, il est plus à blâmer qu’à plaindre.

        Mais lorsque les outils technologiques trompent notre vigilance, qu’il s’agisse des algorithmes espions de google ou de la caméra miniaturisée d’un geek, cela se complique.

        Car lorsqu’il n’y a plus “d’intimité”, c’est à dire lorsque vous n’avez plus aucune idée des informations vous concernant qui circulent, le “JE” devient tout relatif. Si le sujet vous intéresse, je vous conseille cet entretien de l’excellent chaîne Thinkerview : https://www.youtube.com/watch?v=zyB1eQFskf4


    • Fougnard Le 30 septembre 2017 à 08h51
      Afficher/Masquer

      Le mieux est de citer un passage de la préface de JC Michéa au livre “La révolte des élites” de C. Lasch:
      “…Telle est bien, en définitive, l’aliénation spécifique dans laquelle se débat de nos jours l’individu libéral-libertaire , prototype humain désormais fabriqué en série, dont la gauche n’a pas le monopole, bien qu’elle constitue à l’évidence son refuge de prédilection.
      Cet individu, en effet, doit s’imaginer en permanence qu’il est dans la marge afin de pouvoir continuer à se sentir dans la norme : il lui faut croire à tout instant qu’il vit dans la transgression, le libertinage et la volupté épicurienne – modes de vie bien évidemment au dessus de ses pauvres moyens – pour demeurer le pantin pathétique qui s’agite désespérément dans l’univers ennuyeux, tyrannique et puritain de la consommation obligatoire et de ses changements incessants.”
      Ceci, bien entendu, s’applique à une multitude de situation. Et, parce que rien n’est facile, ceci demande à chacun une introspection sincère pour examiner dans quelles mesures on ne participe pas à cette aliénation (qui ne consomme pas de ces “trucs” high tech ?)


      • Larousse Le 30 septembre 2017 à 17h56
        Afficher/Masquer

        Excellente la citation et
        aidez-moi dans quelle mesure cet objet n’ouvrira-t-il pas la voie à une multitude de procès pour le non-respect du “droit à l’image” ? Merci de m’aider à comprendre


    • olivier Le 30 septembre 2017 à 12h33
      Afficher/Masquer

      C’est un coup de pouce supplémentaire à l’individualisme qui nous gangrène.

      Glorification de l’individu.
      Mettre sa vie en scène.

      miroir aux alouettes, chasseur en embuscade.


      • caliban Le 30 septembre 2017 à 14h43
        Afficher/Masquer

        Faut pas exagérer quand même. Les caméras embarquées permettent de faire de belles images souvenir. C’est comme si vous disiez que se faire prendre en photo au pied de la tour Eiffel c’est promouvoir l’individualisme, et que si en plus elles sont en couleur alors on est un chantre du modernisme à tout crin.

        Ce qui à mon avis pose problème ce n’est pas de faire des images, c’est la façon de les partager : dans quel but, avec qui et avec ou sans le consentement des personnes filmées.


        • olivier Le 30 septembre 2017 à 15h51
          Afficher/Masquer

          Bien évidement.

          Mais cela n’enlève rien a ma remarque. Et je pense au contraire que la manière de faire les photos-video est tout aussi primordial. Snowden soulève bien ici la question de l’enregistrement, « du tout le temps », pas seulement du partage. Le partage est induit par la technologie (cloud) : 2 facettes de la même pièce. Les questions de l’analyse et du public-privé restent brulantes d’actualité.

          Il n’y a qu’a considérer le phénomène de la perche à selfie que l’on trouve en masse a la tour Eiffel justement. Les photos ne sont plus cadrées comme un tableau avec soin dans une représentation du réel, mais on s’incorpore dans l’image en s’y mettant en scène, nous devenons le sujet. En inversé on se retrouve immergé dans les yeux de l’acteur (Gorpro), dans sa peau : ici le pendentif, dans une forme de massification systématique.

          C’est une autre façon de se mettre en scène et de faire prévaloir l’individu sur toutes les autres formes de réalité.

          C’est intéressant mais cela change notre rapport a l’image, a soi, a l’autre, au monde. Attaquer la vie privée c’est attaquer notre identité (Snowden). Sur un mode ludique, cela ne responsabilise pas, comme vous le soulignez justement.


    • Tunk Le 01 octobre 2017 à 00h02
      Afficher/Masquer

      ça reste utile à porter lorsqu’on est dans la rue, et que le contrôle d’identité tourne mal.


  2. Moi , BHL , intello Le 30 septembre 2017 à 08h04
    Afficher/Masquer

    Comme je n’ai pas de smartphone ( ni de télévision d’ailleurs ) je pense que je vais en acquérir un ,juste pour filmer les délits quand il s’en produit autour de moi ,et ils sont légion ,ou plus simplement les violences policières !
    Même si personnellement je préférerais une bague !

    Qui met encore un pendentif de nos jours ?
    Ca n’a aucune discrétion !
    Quand a ” black Mirror ” ,le 1 er épisode était tellement stupide que je ne suis pas allé plus loin


    • Raphaël Le 30 septembre 2017 à 09h39
      Afficher/Masquer

      Filmer des délits qui ne seront jamais condamnés… Drôle de manière de se mettre en danger.


      • Moi , BHL , intello Le 01 octobre 2017 à 09h18
        Afficher/Masquer

        Ou ais je parlé de me mettre en danger ?
        Drôle de manière de réagir a mon post
        Quand au délit ,je rendrai public mon enregistrement selon le gravité des faits bien entendu!
        Et donc condamnation !.


    • Jac Le 30 septembre 2017 à 09h57
      Afficher/Masquer

      J’allais répondre à caliban que ça créait surtout des sociétés de voyeurs, délateurs, petits juges partiaux comme il y en a déjà beaucoup, et qu’in fine ça rend con comme déjà de nombreux gadgets à la mode (bien plus que la télé), mais je préfère vous répondre à vous..


  3. Crapaud Rouge Le 30 septembre 2017 à 08h23
    Afficher/Masquer

    @Moi , BHL , intello : “juste pour filmer les délits” : c’est d’abord à ça que j’ai pensé avant de lire, un pendentif “anti-viol”, mais non, l’idée n’est même pas évoquée. 🙁


    • Raphaël Le 30 septembre 2017 à 09h43
      Afficher/Masquer

      Surtout pas, l’hédonisme avant tout ! Cet objet a pour but de prouver que votre vie vaut mieux que les autres sur les réseaux sociaux, voire que l’acte de consommer un objet cher et inutile vous valorise.

      Pourtant c’est si simple d’être libre…


    • Jac Le 30 septembre 2017 à 10h05
      Afficher/Masquer

      crapaud rouge : Tout objet n’a d’usage que ce que l’on en fait. Un pendentif “anti-viol” peut tout aussi bien être un pendentif “violeur”. De même qu’un marteau conçu pour assembler, fabriquer et donc créer peut aussi être une arme pour tuer.


      • Moi , BHL , intello Le 01 octobre 2017 à 09h29
        Afficher/Masquer

        Un pendentif violeur ??????
        Comprenne qui pourra , un smartphone me semble bien + pratique !
        Mais je ne suis pas spécialiste
        Vous imaginez a quel point votre objet serait secoué en cas de viol ????
        Ca ferait un très mauvais film !!
        Et pour le reste ,la ou je vois un pendentif anti viol , d’autres y voient un violeur !
        Chacun les obsessions qui lui conviennent


      • Moi , BHL , intello Le 01 octobre 2017 à 09h54
        Afficher/Masquer

        Et donc il faut interdire le pendentif et le marteau ?


    • Moi , BHL , intello Le 01 octobre 2017 à 09h25
      Afficher/Masquer

      Non , non , non , écoutez plutôt la sagesse des petits juges et censeurs ( qui reprochent aux autres leurs propres travers rien de nouveau sous le soleil ) moi je suis qu’un délateur partial et ca me rend con ,je devrais pudiquement détourner le regard , comme eux le font n’en doutez pas !
      Et comme ces gens m’indiffèrent ,je préfère vous répondre a vous !


  4. Duracuir Le 30 septembre 2017 à 08h39
    Afficher/Masquer

    Il faut impérativement que le législateur soit infiniment plus sévère pour les délit de prise de vue, ou de son sans le consentement du sujet et surtout diffusion de ceux ci sans consentement.
    Il faut des peines de prison et des amendes faramineuses.


    • Alfred Le 30 septembre 2017 à 08h49
      Afficher/Masquer

      Avec tous les insolvables connectés c’est un peu utopique (même si comme vous je préférais). C’est surtout un problème d’éducation privée et a l’école. L’école est hors jeu toute beauté et confite qu’elle est face au numérique.


      • Nadine Le 30 septembre 2017 à 12h03
        Afficher/Masquer

        Cher Alfred !
        Je suis d’accord, si les combats sont conjoints ! Mais que faire quand dès 3 ans ils ont tablette et s’amusent avec le smart des parents ? Que peut-on quand l’argument massue après une réunion de 2h ou une discussion de plus d’une heure où on a posé le pb de concentration d’un petit de 3 ans, et de sa soeur de 5, (on ne compte pas l’aîné qui est en primaire 😉 on se voit répondre : “oh la la, vous vous prenez bien la tête ! nous on colle les 3 sur le canapé avec chacun sa tablette et on est tranquilles ! en plus c’est leur génération, ils savent mieux s’en servir que nous !”…
        Voilà où une grande part du public place la fierté d’éduquer…


        • Jac Le 30 septembre 2017 à 14h18
          Afficher/Masquer

          Il faut arrêter de croire que l’école “éduque”. Une bonne école enseigne du savoir et n’éduque pas.
          L’éducation est faite par les parents, les milieux sociaux, la rue, le sport, la religion, la culture, la vie… Et quand la rue, les milieux sociaux, les parents, les animateurs sportifs ou culturels et les religieux formatent plus qu’ils n’éduquent, les enfants ne sont plus livrés qu’à leur seule émotion vierge de l’expérience de la vie, mais ils savent obéir et marcher au pas.
          La meilleure éducation se fait par l’exemple, mais les exemples manquent tant la consommation à outrance nous pousse au paraître plus qu’à l’être. Les politiques qui nous dirigent adoptent eux-mêmes trop souvent le “fais ce que je dis pas ce que je fais”. En conséquence et de plus en plus, nous sommes dans une société d’enfants, dussent-ils avoir des enfants eux-mêmes. Ce pourquoi tous les gadgets à la mode marchent si bien, ce sont des jouets d’enfants attardés…..
          C’est pathétique.


          • Fougnard Le 30 septembre 2017 à 17h01
            Afficher/Masquer

            Afin de fabriquer les bons consommateurs de demain, la bonne école enseigne de l’ignorance.
            Les enfants des dirigeants des GAFA vont dans des écoles sans trucs hightech. Leurs parents ont compris ce qu’était la domination.


        • Tunk Le 01 octobre 2017 à 00h06
          Afficher/Masquer

          “Que peut-on” …? Rien, sans doute. A moins que l’on fasse enfin des lois qui viennent bousculer un peu le sacro-saint “les parents ont toujours raisons”, et le “tout le monde est en mesure d’avoir des enfants”.

          Mais c’est pas plus mal, ça s’appelle la sélection naturelle.

          La bêtise des parents colle les bâtons dans les roues des enfants, de générations en générations, jusqu’à ce qu’il ne soient plus en mesure de survivre.

          Réjouissez vous; vos gosses se retrouverons à diriger les leurs.


  5. Eric83 Le 30 septembre 2017 à 08h45
    Afficher/Masquer

    En somme, cela revient à épier tout ce que fait chacun et chacun devient alors agent de renseignements.

    Nous vivons de plus en plus dans le monde effrayant imaginé par Orwell dans “1984”.


    • Alfred Le 30 septembre 2017 à 08h51
      Afficher/Masquer

      C’est déjà le cas avec fesse de bouc. Un ancien responsable du renseignement disait: on avait jamais osé en rêver et ils l’ont fait: les gens donnent tout et sont eux mêmes acteurs et victimes.


    • Louis Robert Le 30 septembre 2017 à 10h36
      Afficher/Masquer

      J’ai le sentiment que le monde d’Orwell se répand, s’amplifie jusqu’à occuper insidieusement, et l’infiniment grand et l’infiniment petit.

      J’ai le sentiment que désormais Big Brother, c’est chacun d’entre nous.

      Consentants voire enthousiastes, nous ne nous appartenons même plus.


  6. Owen Le 30 septembre 2017 à 09h32
    Afficher/Masquer

    Satprem, dans l’Agenda de Mère (1977), qui prévient d’une métamorphose de notre espèce, constatait déjà l’inévitable explosion des moyens matériels et immatériels de communication. Tous reliés, la vie privée et l’intimité allaient disparaître (du moins avec les codes actuels). Une lecture qui m’a beaucoup perturbé, je suis plutôt ce que Malraux a dit: “Pour l’essentiel, l’homme est ce qu’il cache: un misérable petit tas de secrets”.

    Satprem explique qu’il est vain de lutter contre cette transformation qui nous dépasse, l’important est de la réussir.
    Si on rate la transformation, on va vers la société du panoptique (les frères Bentham, M. Foucault, les Maîtres du Monde et autres NSA, et les dystopies que l’on connait).
    Si on la réussit, nous devenons des interconnectés, agissant aussi bien pour nos actions individuelles que sur la cellule collective que l’espèce humaine secrète.


    • Chris Le 30 septembre 2017 à 12h17
      Afficher/Masquer

      Le principe des ruches ? Tous pour Une ?
      N’est-ce pas un des visages du communisme pas encore essayé ? Mao en eut rêvé…


      • Tunk Le 01 octobre 2017 à 00h09
        Afficher/Masquer

        Le crowfunding, les pétitions de masse, les tipee & autres patreon prouvent que ça a déjà commencé.

        Cela fonctionne, avec plus ou moins de bonheur, mais ça fonctionne.


    • Owen Le 30 septembre 2017 à 14h01
      Afficher/Masquer

      Vu son parcours et ses oeuvres, Satprem n’est pas un matérialiste et il est étranger à toute pensée totalitaire. S’il fallait le placer politiquement quelque part, ce serait – peut-être – du coté des anarchistes autogestionnaires.
      J’ai écrit “cellule collective”, faute de mieux: il faudrait chercher plutôt du côté de Mac Luhan (village global), de l’école de Palo Atlo (l’individu est son système), de J Ellul (penser global, agir local).
      En lisant le fil et l’interrogation de Kiwixar sur l’âme humaine, je pense que la limite de Satprem est qu’il l’imaginait lumineuse, plutôt que noire.

      Ce qu’on n’a peut-être pas anticipé, avec Internet et les réseaux sociaux est la fin de la barrière entre l’intime et le social.
      Le cerveau reptilien est le siège de l’intime (peur, fuite, agression, compétition…) et l’ego est son expression (désir, fantasmes…). Alors que le social est l’espace de la régulation (prendre sa place parmi les autres).
      Par exemple personne, en 2000, avec l’arrivée de l’Internet, n’avait prévu l’invasion des trolls.

      Reste la question de Satprem: l’explosion des moyens de communications transforme inéluctablement nos manières d’agir et il faut bien qu’on en fasse quelque chose de cette révolution avant qu’elle nous écrase.

      Cadeau: http://www.ina.fr/video/I10257139


      • Subotai Le 30 septembre 2017 à 18h56
        Afficher/Masquer

        Heu… Les Trolls existent depuis qu’Internet existe.
        Début pour moi 1996.
        Par contre j’ai vu arriver les professionnels du Trollage après 2001…


    • Bouddha Vert Le 30 septembre 2017 à 23h59
      Afficher/Masquer

      Des moyens IMMATERIELS de communication?

      Je n’en connais pas!
      Et ceux dont il est question sur ce post consomment force énergie et ressources.
      Ce genre de joujou contient une trentaine de métaux hautement raffinés, la miniaturisation y oblige.

      Bref nous continuons de nager dans nos utopies “cornucopiennes”.

      Mais peut être pourrons nous tous être équipés de FrontRow si nous nous départissons de tous nos autres objets HighTech?
      L’espoir fait vivre?


      • Owen Le 01 octobre 2017 à 03h53
        Afficher/Masquer

        “Moyens de transport et de communication”, j’aurais dû écrire. Je reconnais que mes propos gagneraient en clarté.

        Pour votre remarque, j’ignore, en effet, si Satprem a confronté ses réflexions avec le rapport Meadows.


  7. Raphaël Le 30 septembre 2017 à 09h37
    Afficher/Masquer

    En même temps, on est pas (encore) obligés de consommer ce genre de produit.


    • UnJournaliste Le 30 septembre 2017 à 09h59
      Afficher/Masquer

      Jusqu’au jour où votre fils ou votre femme en achètera un et où vous serez filmé et “taggé” à votre insu. Comme tous vos contacts qui ont mis votre photo ou votre adresse dans le carnet d’adresse de leur téléphone; pas besoin de vous, vous êtes fiché par Google ou Apple.


    • Jac Le 30 septembre 2017 à 10h41
      Afficher/Masquer

      On n’est jamais obligé d’acheter. Mais tout ce qui est en vente finit par être acheté par l’un ou l’autre, même ce qui ne marche pas. C’est un réflexe pour bcp. Et ce genre de gadget qui réveille les bas instincts de voyeurisme et délation en toute impunité aura très certainement beaucoup de succès.


      • Jac Le 30 septembre 2017 à 10h45
        Afficher/Masquer

        Bon, j’ ai essayé de vendre un lit médicalisé (abîmé) à 80 euros, personne n’en a voulu. Pas assez cher, donc suspect. Il n’est plus en vente, je l’ai recyclé.


  8. Fritz Le 30 septembre 2017 à 10h03
    Afficher/Masquer

    Élections, piège à cons ? Non : connexion, piège à cons.

    Ou comment la servitude volontaire passe par l’image : elle se jette sur tous les gadgets et va toujours plus loin, la culture du narcissisme prédite par Christopher Lasch.


  9. Kiwixar Le 30 septembre 2017 à 10h11
    Afficher/Masquer

    Une solution pour éviter d’être filmé tout le temps en temps réel par ce genre de gadget et les caméras de surveillance, c’est de porter… la burqa. Y compris pour les hommes, grâce aux lois sur l’égalité des sexes.

    Y a pas à dire, on vit une sale époque.
    La technologie, censée nous libérer, nous asservit. L’utilisation que fait l’homme de ses nouveaux outils reflète son âme, et c’est pas très beau.


    • Jac Le 30 septembre 2017 à 10h34
      Afficher/Masquer

      Ah ah ah ! J’y ai souvent pensé. Mais je crois que je vais opter pour les costume&masque vénitiens, c’est plus artistique. Et on me filmera !


    • Louis Robert Le 30 septembre 2017 à 10h47
      Afficher/Masquer

      “… reflète son âme… “?

      Vous la voyez, vous?

      Bizarre, par là, je ne vois strictement rien.


    • Nadine Le 30 septembre 2017 à 12h24
      Afficher/Masquer

      à Kiwixar et Jac : ou le masque des Anonymous ! au moins on se situe clairement 😉


      • Jac Le 30 septembre 2017 à 13h57
        Afficher/Masquer

        Justement, l’art est de ne pas se situer. Se sont les marchands d’art qui situent les artistes. Et les costumes vénitiens sont une autre forme d’art, de même les drag queen, ou les costumes de carnaval parfois…. Cela ferait une société bariolée riche en couleurs, non ? Bien mieux que les Anonymous qui reste une forme “d’armée”, de l’ombre certes…


        • Nadine Le 30 septembre 2017 à 22h41
          Afficher/Masquer

          Jac, les Anonymous n’ont pas été et ne sont toujours pas des gens sinistres, au contraire ! Et l’ombre qui parfois les entoure est là pour les protéger dans leur jeu devenu aujourd’hui politique, pas comme ce joujou dont il est question aujourd’hui !
          On retrouve le principe du masque “uniforme” chez les Gilles de Binche, en Belgique. Leur point commun étant la représentation du personnage se révoltant contre un régime politique. Et pourtant il est plein de couleurs aussi, leur costume, puisqu’inspiré des Incas !


  10. Nanker Le 30 septembre 2017 à 10h52
    Afficher/Masquer

    “Ou comment la servitude volontaire passe par l’image : elle se jette sur tous les gadgets et va toujours plus loin, la culture du narcissisme prédite par Christopher Lasch”

    Je suis sans doute complètement naïf mais je crois que les gens vont au final se lasser de ces trucs et se détourner de cette débauche technologique lorsqu’ils se rendront compte qu’elle leur pourrit la vie. Cette irruption de tous ces trucs a été tellement rapide et violente qu’elle ne peut ne pas provoquer une réaction en retour…

    Au lieu de décrocher le portable ils tenteront de décrocher DU portable. Mais je me trompe peut-être?


    • Nadine Le 30 septembre 2017 à 12h19
      Afficher/Masquer

      Nanker ! C’est ce que je dis quand je suis optimiste…ça arrive 😉
      Et parfois je doute…quand je dis que je n’ai pas la télé et ne lis que la presse écrite indépendante des groupes financiers (si, il en reste !) et qu’on me rétorque “oh, moi, la télé, je ne la regarde plus, d’ailleurs c’est pour les petits, pour leurs dessins animés !” et quand on passe par hasard, on voit la télé allumée en quasi-permanence et les mômes jouant (ou pas) devant…quand on sait qu’un seul et même évènement répété lors des infos est perçu comme plusieurs par le jeune gamin ! (même s’il semble faire autre chose, il capte !) et on demande aux enseignants de parler et relativiser après un attentat par exemple…et après une pseudo-enquête, le ministère conclut que c’est une réussite ?! ce n’est pas du foutage de g… ?
      Non, c’est du formatage ! comme le reste…trop souvent l’école est complice, ou impotente…
      En complément je vous invite à lire ma réponse à Alfred, plus haut.


      • Jac Le 30 septembre 2017 à 15h18
        Afficher/Masquer

        Vous avez raison. comme cf plus haut (votre réponse à Alfred) les responsables de l’éducation nationale ont voulu remplacer les parents et leur milieu social …etc, en cherchant à “éduquer” les enfants (d’où le nom du ministère de référence), au détriment bien souvent de la transmission du savoir, objectif premier de l’école.
        Différence entre transmission du savoir et éducation (définition personnelle) :
        La transmission du savoir consiste à apporter des connaissances qui permettront à l’élève, s’il fait l’effort d’apprendre, de mieux appréhender l’éducation apportée par le milieu familial et social pour qu’il puisse s’y conformer ou s’en séparer selon son propre jugement.
        L’éducation est ce que l’on reçoit malgré soi.


        • Nadine Le 30 septembre 2017 à 22h50
          Afficher/Masquer

          C’est assez juste, Jac, “apprendre à apprendre” devrait ne jamais avoir quitté les préceptes de l’enseignement. Quant à l’effort, il est au fond ancré chez chacun, c’est une histoire d’échange, d'”accroche”, d’entente… je dirais qu’il est inné chez tous, mais parfois des difficultés relationnelles ou un vécu personnel en bloque l’accès.
          Et c’est tout ce qui fait l’inégalité au sein d’un tel système éducatif…


  11. Jerome Le 30 septembre 2017 à 10h55
    Afficher/Masquer

    Ce que l’on oublie dans tous ces gadgets, c’est le danger des ondes.

    Tout le monde croit que cela ne fait rien… Bien au contraire, cela interagit avec notre organisme et bien plus fortement avec nos bactéries et nos levures.

    Nous vivons en symbiose avec nos habitants. Numériquement nous sommes largement inférieur en nombre.

    La conséquence de ces ondes : une accumulation des toxines dans le sang entre autres dues aux bactéries et aux levures que nous excitons.

    Petit à petit, le terrain se dégrade et des maladies comme la fibromyalgie, l’électrohypersensibilité apparaissent. Ces maladies n’existaient pas il y a 30 ans. On pourrait aussi parler de l’autisme…

    Ces maladies ont les mêmes racines. Un déséquilibre avec nos habitants.

    Je doute que dans 30 ans, il y ait beaucoup de personnes en bonne santé avec tous ces gadgets.


  12. Louis Le 30 septembre 2017 à 10h56
    Afficher/Masquer

    “Pour vivre heureux, vivons cachés.”

    Jean-Pierre Claris de FLORIAN (1755-1794), Le Grillon


  13. marc Le 30 septembre 2017 à 13h34
    Afficher/Masquer

    pas mal le gadget, ça permet effectivement de filmer tout en ayant les mains libres, c’est certainement très pratique

    mais c’est comme d’autres outils, tout dépend de ce qu’on en fait, en l’occurrence ce qu’on filme, c’est comme avoir une superbe toile blanche et des pinceaux, ça ne suffit pas pour obtenir un beau dessin

    par ailleurs sa position sur la poitrine n’est pas terrible, le must reste les lunettes pour une vue subjective correcte


    • Jac Le 30 septembre 2017 à 14h47
      Afficher/Masquer

      (…) ça permet effectivement de filmer tout en ayant les mains libres, c’est certainement très pratique

      mais c’est comme d’autres outils, tout dépend de ce qu’on en fait (…)

      L’outil est le prolongement de la main, la main est l’outil de l’intention, l’intention est la résultante du besoin, le besoin engendre la réflexion, la réflexion est le support de l’intelligence, l’intelligence est ce qui permet de créer, la création est le reflet de l’âme…
      Sans âme, sans intelligence, sans réflexion, sans intention, il n’y a plus d’oeuvre. Il n’y a que la main avec un gadget au bout.
      S’il n’y a même plus la main alors ! il n’y a plus que des singes manchots.


      • Nadine Le 30 septembre 2017 à 15h16
        Afficher/Masquer

        Si ! c’est pour filmer les mains, mais on leur fait dire ce qu’on veut…


  14. delta Le 30 septembre 2017 à 16h58
    Afficher/Masquer

    avec ce genre de gadget , les premières victimes seront probablement les utilisateurs , un peu comme avec ces caméras de surveillances piratées ou facilement accessibles car mal configurées .


  15. loki Le 30 septembre 2017 à 17h30
    Afficher/Masquer

    Et tous ces films à venir éparpillés en tous sens, il faudra bien que les uns et les autres consacrent du temps à les visionner !


  16. Tine Le 30 septembre 2017 à 20h33
    Afficher/Masquer

    Il va toujours exister la barrière du droit d’image non ? Je suppose que la profession d’avocat reste un bon métier pour l’avenir 🙂


  17. Pol Le 01 octobre 2017 à 01h45
    Afficher/Masquer

    Ce n’est pas l’objet qui est dangereux, c’est l’usage qui en est fait.
    Si frontRow est étanche, avec cette vision sur 150¤ on peut le diriger vers le ciel nocturne et contempler les météorites et autres ovni, connecté en réseau on obtient un formidable outil de trajectographie 24h/24…


  18. Moi , BHL , intello Le 01 octobre 2017 à 09h50
    Afficher/Masquer

    Bruxelles ,place Saint Josse ,un des hauts lieux de la petite délinquance et du trafic de drogue.
    On y a placé des caméras , les délits ont diminué de 99 % !!
    On n’y trouve + que des ménagères qui s’invectivent !


    • gryzor Le 01 octobre 2017 à 10h58
      Afficher/Masquer

      C’est un fait bien connu que la vidéo surveillance déplace la délinquance. Mettez des caméras dans un centre ville, les délinquants vont faire leurs méfaits ailleurs. Equipez toute une commune, ils vont dans la commune voisine.

      On se dirige donc vers des villes à l’américaine : quartiers de riches avec caméras, et quartiers de pauvres avec délinquants.

      Mais, cela n’est que transitoire, jusqu’au moment grandiose où le Progrès aura mis des caméras partout pour nous sécuriser.

      Big Brother is Watching you


      • Narm Le 01 octobre 2017 à 23h43
        Afficher/Masquer

        et après, on en viendra à Minority report…..

        arrêté avant même d’y penser….
        eutanasié à la naissance de manière préventive….


  19. Karim Wilmotte Le 01 octobre 2017 à 20h36
    Afficher/Masquer

    Objet dont il va falloir s’équiper avant une manif (ou quoi que ce soit qui puisse même de loin être “contestataire”).


  20. Narm Le 01 octobre 2017 à 23h48
    Afficher/Masquer

    “Ce pourquoi tous les gadgets à la mode marchent si bien, ce sont des jouets d’enfants attardés…..”

    remarque intéressante ….

    on peut remonter jusqu’au sens de la vie.
    l’usage et l’utilité
    priorité et nécessité…


Charte de modérations des commentaires