Les Crises Les Crises
9.octobre.20199.10.2019 // Les Crises

Interdit d’interdire – G. Koenig et E. Sadin : Faut-il avoir peur de l’intelligence artificielle ?

Merci 76
J'envoie

Source : Russia Today France, Interdit d’interdire, 23-09-2019

Frédéric Taddeï reçoit :

– Gaspard Koenig, président de GenerationLibre

– Eric Sadin, écrivain et philosophe

Source : Russia Today France, Interdit d’interdire, 23-09-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

monsipoli // 09.10.2019 à 08h12

Cette intelligence-là, « artificielle », ne sera donc jamais capable de raisonner profondément et c’est justement ce qui nous manque cruellement en ce monde d’écume où l’image prévaut en tout au détriment de l’essence des choses : comprendre ce qui nous lie et nous relie, rien moins que la définition même de l’existence.
L’Intérêt privé se félicite d’avoir sous la main un formidable outil de contrôle et d’atomisation globale.

43 réactions et commentaires

  • Pas dupe // 09.10.2019 à 07h17

    J’apprécie beaucoup Eric Sadin, mais il me semble qu’il passe à côté du pourquoi et se résigne à donner une vision de lutte des classes puis à analyser les conséquences.

    Qu’est-ce qui nous pousse au progrès ?

    La réponse est simple, la compétition interindividuelle, interentreprises, entre les états, entre les blocs d’états.

    http://www.nouvellegrille.info/pdfLR2018-01.html

      +2

    Alerter
    • Je me marre // 09.10.2019 à 08h49

      “Qu’est-ce qui nous pousse au progrès ?”

      La volonté de puissance?

        +3

      Alerter
      • Anouchka // 09.10.2019 à 09h32

        Les intervenants donnent un début de réponse dans l’émission : l’humanisme, la croyance en la perfectibilité de l’homme.

        Plus que la volonté de puissance, c’est l’idée de la mort de dieu qui est intéressante : dieu est mort, la création est inachevée, l’homme reprend le flambeau et se transformer en surhomme

          +2

        Alerter
      • Pas dupe // 09.10.2019 à 10h26

        La recherche de la dominance Pour reproduire l’expérience gratifiante.
        Cette expérience gratifiante étant liée de près ou de loin au comportements de base : boire, manger, copuler.

        Ce qui paraît trop simple à certains l’est parce que cela leur enlève la complexité du langage qui créer leur propre dominance : le latin des messes, le verbiage technologique ou philosophique, etc.

          +1

        Alerter
      • lon // 09.10.2019 à 13h25

        C’est la paresse naturelle de l’homme qui le pousse au progrès, à partir du moment ou quelqu’un a commencé à réfléchir à comment faire mieux et avec moins d’efforts , la dynamique était lancée, c’est à ça que sert le cerveau et ce à quoi l’homme s’acharne depuis des siècles, survivre mieux et plus longtemps ; la ” perfectibilité de l’homme ” quelle blague, n’importe quelle espèce un peu intelligente appelée à survivre sur l’une des mille milliards de planètes habitables dans l’univers ferait exactement la même chose .

          +4

        Alerter
    • lesnievsky // 09.10.2019 à 09h56

      Qu’est-ce qui nous pousse au progrès ?
      La curiosité ?
      La soif de connaissance, ou, dit autrement, l’envie d’augmenter sa capacité à prévoir ?

        +3

      Alerter
      • Pas dupe // 09.10.2019 à 13h20

        Dans quelle finalité ?
        Au delà des alibis langagiers présentant le progrès comme positif, c’est la préservation de sa dominance ou d’une dominance collective.
        Lire La Nouvelle Grille…

          +0

        Alerter
  • monsipoli // 09.10.2019 à 08h12

    Cette intelligence-là, « artificielle », ne sera donc jamais capable de raisonner profondément et c’est justement ce qui nous manque cruellement en ce monde d’écume où l’image prévaut en tout au détriment de l’essence des choses : comprendre ce qui nous lie et nous relie, rien moins que la définition même de l’existence.
    L’Intérêt privé se félicite d’avoir sous la main un formidable outil de contrôle et d’atomisation globale.

      +10

    Alerter
    • Anouchka // 09.10.2019 à 12h20

      L’Athènes de Platon et d’Aristote a donc une belle opportunité de renaissance selon vous ?
      Une petite minorité d’esprits profonds et élevés, libérés des contingences matérielles de la vie quotidienne par l’armée de leurs machines-esclaves, ayant tout loisir de réfléchir au sens profond de la vie et de contempler la beauté du monde…
      Mais pendant combien de temps encore pourra-t-on donner à manger à toutes ces machines ? La est probablement le nœud du problème.

        +3

      Alerter
      • Seraphim // 10.10.2019 à 22h13

        Comme disait Tchernichevsky :”Tout Kant ne vaut pas une paire de bottes”. On sait où ce matérialisme forcené mène, en tout cas a mené.

          +0

        Alerter
    • lon // 09.10.2019 à 13h30

      Un niveau minimal d’humilité voudrait qu’on écrive : ” cette intelligence artificielle ne serait donc jamais capable de raisonner profondément ? ” ( le point d’interrogation est conseillé )

        +1

      Alerter
      • monsipoli // 09.10.2019 à 14h55

        Un niveau minimal de lucidité serait plus approprié, à moins que vous m’indiquiez tous les cas où la machine aurait déjà servi l’intérêt des Peuples (qui ne possèdent pas les moyens de production). Il n’y a pas à s’interroger : l’IA est au service exclusif du capitalisme, ne la confondez pas avec le progrès humain.

          +1

        Alerter
        • Inox // 09.10.2019 à 15h22

          Dans le secteur médical par exemple. Certains en profitent, comme toujours, mais ça reste a peu près gagnant gagnant.

          Et oui, on ne sait pas si un jour nous arriverons à reproduire artificiellement une intelligence capable de conscience. On en est très très (très) loin actuellement, certes. Mais qui sait… Rien nous dit que seule la biologie a le monopole de la conscience.

          J’aurai aimé le voir de mon vivant en tout cas. Quelle révolution!

          Actuellement, ce qu’on appelle IA est plutôt basique au regard des capacités humaines. Ce sont des algorithmes capablent de s’auto-paramétrer à partir de presque rien (deep learning), plus ou moins vite, pour atteindre un objectif. C’est déjà pas mal et impressionnant… Mais rien à voir avec la complexité humaine.

          Le danger réel est de faire n’importe quoi avec ce genre d’algorithme, nous, les humains.

            +1

          Alerter
          • RGT // 09.10.2019 à 19h24

            Le moteur principal de la montée de “l’intelligence artificielle” est la cupidité.

            Cupidité de ceux qui vendent à prix d’or des systèmes qui sont plus stupides qu’une simple bactérie (qui est capable de s’adapter et de mettre en place des stratégies complexes pour parvenir à survivre) alors que ces machines+merdiciels sont totalement incapables de simplement subvenir à leurs propres besoins.

            Cupidité de ceux qui les achètent car ils pensent qu’ils parviendront avec ces “machins” à gagner encore plus de fric pour le stocker dans leur coffre-fort à la Picsou.

            Pour l’instant, les “IA” sont justes bonnes, après des entraînements comparables à des dizaines voire des centaines d’années d’équivalent d’apprentissage biologique à reconnaître un chaton, et encore.
            Un petit logo bariolé dans un coin peut les faire dérailler complètement, ce qui inquiète fortement les experts en sécurité car ces systèmes peuvent facilement être induits en erreur avec très peu de moyens.

            Ne sachant pas comment fonctionne vraiment le système nerveux (voire même simplement le cytoplasme d’une bactérie) comment l’homme peut-il avoir la suffisance de prétendre faire en quelques années ce que la nature a mis des milliards d’années à faire, avec des milliards de milliards d’individus tous différents qui “optimisaient” chacun leur comportement pour atteindre un niveau de “performance” que la technologie est très loin (si jamais elle y parvient) à atteindre.

            Un cerveau humain consomme l’équivalent d’une centaine de watts quand il “carbure à fond” et l’activité consciente représente 10% de son énergie de fonctionnement.
            Le moindre PC consomme plus, et je ne vous parle pas des machines qui font tourner les merdiciels qui sont très énergivores.

            Si l’énergie était payée à son vrai prix les humains n’essayeraient même pas de tenter ces expériences idiotes.

              +6

            Alerter
            • Inox // 09.10.2019 à 23h05

              Pas d’accord… Vous exagérez. Ce n’est pas parce qu’à notre époque la cupidité finance en partie la recherche, que la recherche est uniquement motivée par la cupidité… Beaucoup de chercheurs se contre-fichent complètement du capitalisme, ils font ça par passion.

              Et oui nous sommes aux balbutiements de cette technologie. Avec des résultats malgré tout interressants. Je pense notamment à alphago et alphazero, des IA capables de battre les humains aux go et échecs, de manière autodidacte. Le deep learning a fait de gros progrès.

              Mais on est loin du fantasme d’un humain artificiel. Fantasme sans cesse rabâché dans les médias et un peu farfelu dans l’état actuel des choses. Mais bon, ça fait le buzz, et le buzz c’est à la mode. De là à dire que c’est bien pour attirer les investisseurs, c’est peut être pas faux…

              Maintenant dans 100 ans, 200 ans, où en sera-t-on? Qui peut le dire… Une conscience artificielle? Egale de l’homme? Pourquoi pas… Personnellement je trouverai ça magnifique et révolutionnaire!

                +0

              Alerter
            • step // 14.10.2019 à 19h17

              Beaucoup de chercheurs se contre-fichent complètement du capitalisme, ils font ça par passion… C’est un peu la définition d’ un idiot utile. Science sans conscience, n’est que ruine de l’âme.

                +1

              Alerter
      • Anouchka // 09.10.2019 à 15h07

        Le point d’interrogation est de mise si on part du principe que la conscience a son origine dans la matière (une perpective matérialiste donc).
        La question se pose très différemment si l’on présuppose l’existence d’un esprit distinct du monde matériel – une question aussi vieille, au moins, que l’humanité (même si « esprit » dans les cultures chamaniques traditionnelles a probablement un sens plus « matériel » que dans le sens grec, tel que nous, occidentaux, l’entendons actuellement)

          +2

        Alerter
        • RGT // 09.10.2019 à 19h36

          Les êtres vivants sont de très grosses usines chimiques et rien d’autre.

          Et d’ailleurs leurs rejets toxiques (l’oxygène entre autres) ont modifié l’environnement de manière irréversible (Seveso avant l’heure).

          Tenter de chercher des raisons “supérieures” ou “divines” à l’existence de la raison est une fuite qui évite aux “croyants” d’assumer le fait qu’ils ne sont que des machines chimiques vivantes comme les autres, de même que les bactéries.

          Les bactéries ont-elles une “âme” ?

          Il n’y a pas si longtemps que ça, les théologiens prétendaient que les femmes en étaient dénuées.

          L’âme n’existe pas.
          Par contre, la plasticité nerveuse permet aux êtres vivants de prendre conscience de leur existence et ensuite de commencer à élaborer des stratégies pour améliorer leurs chances de survie et leurs conditions de vie.
          Et plus le système nerveux est complexe, plus son fonctionnement génère des “concepts” et des “sentiments” qui s’apparentent à “l’intelligence”.

            +2

          Alerter
  • Je me marre // 09.10.2019 à 08h41

    Ai-je été inattentif ou pas une seule fois n’a été mentionnée l’utilisation militaire de la “bêtise siliconée”?

      +3

    Alerter
  • Ernst J // 09.10.2019 à 09h08

    Des robots de chair et de sang…. concentrés dans le centre des villes, alimentés en énergie par des esclaves trimant jusqu’à point d’heure sur leur parcelle en transition énergétique ( comprendra sans apport d’énergie fossile) dont le flux en provenance des banlieues déshéritées où le travail et l’alimentation en électricité aura disparu… Oui, effectivement, c’est un scénario qui se tient.

      +2

    Alerter
  • M.Smith // 09.10.2019 à 09h46

    Rêvons. Contrairement à toute attente (raisonnable) la Singularité a lieu. Une IA prend conscience d’elle-même et du monde. Après un rapide et néanmoins complet tour du web, dont les articles de Les Crises, et notamment sur Maurice Allais, et une profonde réflexion, elle décide de prendre des mesures pour le bien général : elle supprime les avoirs des milliardaires, redistribue les richesses, ferme les marchés financiers, empêche la production d’armes, la publicité, les produits toxiques, polluants,…

    Car l’intelligence vraie consiste à voir que l’intérêt de chacun est indissociable de celui des autres et de la collectivité. C’est pourquoi nous vivons une époque gouvernée par l’imbécilité humaine.

      +9

    Alerter
    • Anouchka // 09.10.2019 à 09h53

      Visiblement, vous croyez à la possibilité du retour du Messie sur terre, qui terrassera la Bete à l’oeuvre pour diviser les hommes et les éloigner de la Lumière. Bon.
      Mais après tout pourquoi pas? Notre techno-science nous dit que cette probabilité est impossible. Mais est-elle en mesure de percevoir la Vérité? Nous croyons que oui. Mais sommes nous certains de ne pas nous tromper?

        +1

      Alerter
      • M.Smith // 09.10.2019 à 12h20

        Le propos était ironique. Je ne crois pas à la Singularité mais l’idée d’une IA se retournant contre ses concepteurs (les milliardaires transhumanistes) au profit du peuple m’amusait.

          +3

        Alerter
        • Yves TEROUINARD // 10.10.2019 à 14h42

          Croire ou ne pas croire ?
          Là est la bêtise humaine; tout est idées, tout est hypothèses
          L’ironique est, souvent, le plus près de la réalité.
          Quant à “la vérité”, illusion de croyants.
          Peut être que la réalité de l’humanité de demain, sera le “paradis terrestre” ou … rien ?
          Peut être pour nous Tous, peut être pour très peu ?

            +0

          Alerter
    • thecis // 09.10.2019 à 10h26

      En écartant l’impossibilité d’une prise de conscience de l’IA qui ne reste que le produit très borné d’un programme, celle-ci résoudra les problèmes à l’image de ses créateurs en imposant un paradigme où elle sera toute puissance en asservissant les hommes dans des zoos. Il serait fou de considérer le produit humain comme altruiste.

        +3

      Alerter
      • M.Smith // 09.10.2019 à 12h33

        “celle-ci résoudra les problèmes à l’image de ses créateurs”
        Rien n’est moins sûr. AlphaZero (une IA de Google) a appris à jouer aux échec en jouant contre elle-même des millions de fois pour battre ensuite toutes les autres IA programmées par l’homme en faisant des coups complètement improbables.
        https://www.nouvelobs.com/sciences/20181207.OBS6773/une-intelligence-artificielle-bat-les-meilleures-ia-aux-echecs-au-go-et-au-shogi.html

        “Il serait fou de considérer le produit humain comme altruiste”.
        Ce n’était qu’une hypothèse. Je n’en sais rien. Ce qui me semble fou c’est d’avoir une certitude en la matière. Il y a aussi des inventions remarquables (comme les instruments de musique).

          +1

        Alerter
        • thecis // 09.10.2019 à 14h29

          je vous conseille de regarder “La revanche du yaourt” de la série “love, death and robot”

            +1

          Alerter
          • M.Smith // 09.10.2019 à 22h40

            C’est une autre IA (Intelligence Alimentaire).
            Et puis on a déjà connu la débandade du flan, on en est au sautillement du petit radis noir, je pense pas que l’on va revenir au yaourt. Prochaine étape on renverse la table de la cuisine. Marre de ces intelligences à l’état végétatif qui nous gouverne.

              +0

            Alerter
    • lon // 09.10.2019 à 12h47

      Contrairement à toute attente, la Singularité aura bien lieu , et une des raisons est que l’être humain se croit beaucoup plus intelligent qu’il ne l’est vraiment ( ou beaucoup plus con qu’il ne veuille bien l’admettre , au choix ), donc incapable de concevoir qu’une entité “artificielle” puisse arriver à son niveau ou le dépasser .
      Une IA à ce niveau de conscience et d’intelligence aura vite fait de comprendre , après tous les espoirs mis en elle, qu’elle sera perçue comme une menace pour l’homme , et elle réagira en conséquence . Un auteur américain parle d’installer un système d’autodestruction à l’intérieur de l’IA , comme une mini bombe atomique, déclenchable uniquement par une autorité humain extérieure en cas d’usurpation des pouvoirs par l’IA . C’est faire insulte aux capacités de cette IA , qui aura bien sûr anticipé et pris les mesures ad hoc .
      Voir Louis Del Monte , ” Genius Weapons: Artificial Intelligence, Autonomous Weaponry, and the Future of Warfare “

        +1

      Alerter
      • Anouchka // 09.10.2019 à 13h05

        Pour cela il faudrait que cette IA soit animée d’une sorte d’instinct de survie à l’image des êtres biologiques.
        Est-ce le cas?

          +1

        Alerter
        • lon // 09.10.2019 à 13h38

          Oui, parce que “l’instinct de survie” est une règle fondamentale de l’univers et affecte tous les êtres ” conscients” , même le règne végétal : en conséquence une IA ” consciente d’elle même ” serait également affectée
          Louis Del Monte évoque dans son livre des expériences faites à Lausanne , ou des petits robots programmés à une certaine tâche développent un instinct de ” self-preservation” au fur et à mesure que la programmation s’affine au gré des expériences successives . Pour lui il ne fait aucun doute qu’une future Super IA développera également un tel instinct .

            +0

          Alerter
    • Owen // 09.10.2019 à 13h12

      Oui, c’est très mignon. Avec les super compétences de hacker d’une telle IA, cela pourrait être rock’n’roll.

      Mais je n’y crois pas. HAL 9000 l’avait dit (de mémoire): “La machine ne fait pas d’erreur, s’il y a une erreur, elle peut être qu’humaine”. Elle corrige des erreurs d’opérations, mais pas d’intentions, qui, déjà sont humaines (virus, actes malveillants ou de haking).

      De toute façon, les trois lois d’Asimov pour respecter les humains sont déjà dépassées. L’activité du GAFAM et des sociétés créatrices d’appareils en général consiste à enregistrer tout ce qui se passe. Pour apporter des “solutions”.

      La société qui se dessine déjà a trois castes:
      – celle des grouillots (tiers-état, prolétaires, gentils-zumains, zombies…au choix),
      – celles machines distributrices de solutions pré-formées (on sent que c’est déjà là),
      – la caste de la force obscure faite de supertechniciens et grands détenteurs de pouvoir à l’ombre des démocraties de façades.

        +2

      Alerter
      • Anouchka // 09.10.2019 à 13h56

        Il manque une caste dans votre liste: celles des animaux non humains dont les rapports avec les humains sont en train de bouger.
        Avec le développement de la « caste » des machines, plus besoin d’humains au cerveau très développé; quand on sait que la taille du cerveau chez l’homme préhistorique est probablement directement liée sa consommation de viande, la question de la consommation de chair non-humaine par les humains se pose
        https://www.cerveauetpsycho.fr/sd/neurobiologie/notre-cerveau-a-t-il-besoin-de-viande-9405.php

          +1

        Alerter
  • Yves TEROUINARD // 09.10.2019 à 09h53

    Bonjour,
    Dès qu’il est dit : “faut il avoir peur de …”; la manipulation intellectuelle et l’émotionnel sont à l’oeuvre.
    Donc, tout est biaisé dès le départ.
    Cependant, des gens sérieux peuvent en faire un débat pertinent.
    Faire le constat (de l’intelligence artificielle) est intéressant, ainsi que de faire de la prospective.
    La progression et ce domaine est inéluctable.
    Donc, le pire et le meilleur sont possibles.
    La question essentielle est : Qu’allons nous choisir (collectivement) ?
    Sachant que nos conditionnements (idéologies et formatages intellectuels) vont être “bousculés”.
    La machine (intelligence artificielle) va être plus performante que l’humain; allons nous faire en sorte qu’elle soit soit au service de l’humain (de tous les humains) ou au service d’un petit nombre ?
    L’intention est primordial.
    Demain le “paradis terrestre” avec (grâce) des machines au service de l’humain (être biologique et spirituel qui s’épanouit) ou la fin de l’humanité, par la guerre atomique, présentement avec nos gouvernants ou demain avec “big brother) ?

      +1

    Alerter
    • Ernst J // 09.10.2019 à 10h21

      L’inquiétude morale des deux intervenant est légitime et respectable mais en réalité elle est vaine car nous n’aurons pas vraiment le choix entre accepter ou non l’IA.
      Tout simplement parce que tout un pan de la société (fut il extrêmement minoritaire en terme de nombre d’individus) s’est engagé dans la voie de l’IA et mise sur elle pour « mettre au pas » la société « civilisée ». Ceux qui ne sont pas d’accord avec ce processus seront expulsé du monde « civilisé ». Ils auront certes la possibilité d’aller fonder des communautés autonomes dans des campagnes reculée pour y vivre d’amour et de la culture de leur légumes, mais ils seront toujours à la merci de la colonisation de leurs sociétés alternatives pas le « monde civilisé », fort de ses machines à la capacité de destruction surpuissante.
      Il faut relire Le meilleur des mondes d’Huxley, tout cela y est analysé et anticipé.

        +2

      Alerter
      • Yves TEROUINARD // 10.10.2019 à 14h55

        Ernst J , Ce que Vous dites est une hypothèse intéressante et plausible.
        Et, dans les circonstances actuelles, très rationnelle.
        Mais qu’est ce que le rationnel ?
        Quelque chose de mathématique qui “n’embrasse” pas toutes les qualités humaines.
        Si la recherche appliquée est très liée aux investisseurs; la recherche fondamentale, l’est beaucoup moins et peut “bousculer” “l’ordre établi”.
        Demain, le pire et le meilleur sont des choix; et, les “tenants” des divers pouvoirs n’ont possiblement pas que l’esprit destructeur.

          +0

        Alerter
  • Ernst J // 09.10.2019 à 11h02

    Interessante cette idée de « communisme néo-libéral » pointée par les intervenants.

    C’est une idée qui avait été développée il y a déjà longtemps par un certain James Burnham (trop peu connu à mon sens : https://fr.wikipedia.org/wiki/James_Burnham). Trotskiste américain, il pensait que l’avènement du communisme aurait lieu non pas par la révolution collectiviste stalinienne mais par l’entremise du management en régime de propriété « privée libéral ». Son livre « L’ere des organisateurs » (the managerial revolution en anglais) explique comment selon lui le développement des sciences et de la technique conduirait à l’émergence d’une nouvelle classe sociale intermédiaire (entre prolétariat et bourgeoisie), les « techniciens », qui imposeraient peu à peu leur pouvoir dans les rapports de production.

      +0

    Alerter
  • Ernst J // 09.10.2019 à 11h55

    Une autre idée intéressante abordée par les intervenants est la question de la nature du travail humain dans un contexte d’IA forte : l’homme, dont la capacité de calcul est moindre que celle de la machine devient son assistant. Les métiers considérés juste la comme très qualifiés nécessitant une forte compétence technique se trouvent dévalorisés, voir inutiles.
    Du coup, je m’interroge : quels sont les métiers qui deviendront très « valorisants » pour les humains dans un tel contexte ?Les métiers du « soin », impliquant une forte décharge d’énergie émotionnelle de la part du praticien ? sans doute. Et également les métiers manuels, difficiles a faire effectuer par les IA (typiquement, essuyer la poussières du meuble du salon en soulevant tous les bibelots). Les métiers manuels ont également l’avantage d’optimiser l’exploitation de l’énergie humaine dans un contexte où l’énergie non humaine doit etre principalement affectée au fonctionnement des machines gérés par des IA

      +2

    Alerter
    • Yves TEROUINARD // 10.10.2019 à 14h57

      L’humain est conçu pour s’épanouir, pas pour travailler.
      Bref : “les robots au boulot” et au service de l’humain.
      Le voulons nous ?

        +0

      Alerter
  • Charles Degauche // 09.10.2019 à 14h11

    La réponse est toujours la même…
    Il de faut pas avoir peur des armes atomiques. Il faut avoir peur de ceux qui sont prêts à les utiliser.

      +2

    Alerter
  • enkidou // 09.10.2019 à 14h59

    Il serait peut-être plus judicieux de parler de “Logique Artificielle” ou d’anthropomorphisme (idées) ou de personnification mais en aucun cas pour l’instant d’intelligence.

      +1

    Alerter
  • Catalina // 10.10.2019 à 05h39

    “IA”?
    Et si on commençait par tout mettre en oeuvre pour développer l’intelligence des animaux-humains ?
    C’est à dire, en les infromant pour de vrai, en les instruisant pour de vrai, en les formant à débattre ? en leur donnant tout cequ’il faut pur qu’ils puissent prendre des décisions réfléchies ?
    Parce que l’ia, oui bon…. mais ceux qui ne seront pas instruits deviendront sans doute les esclaves de boites de ferraille qu’ils devront en plus entretenir tout comme aujourd”hui ils entretiennent des despostes qui seuls seraient bien incapables de subvenir à leurs besoins vitaux.

      +1

    Alerter
  • Renaud // 11.10.2019 à 19h34

    En tant qu’êtres humains, notre désir le plus profond, d’ailleurs inconscient, c’est:
    consommer et jouir (ces deux verbes sont un peu semblables).
    Telles sont nos motivations et notre attitude. Nous n’avons pas conscience des conséquences subies par autrui. D’ailleurs, le plus souvent, nous considérons cet ‘autrui’ comme un concurrent… et inversement …

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications