Les Crises Les Crises
17.octobre.202117.10.2021
Article LesCrises

PROPAGANDE, GUERRE NUCLÉAIRE, CLIMAT : Il faut sauver notre espèce !

Merci 28
J'envoie

Noam Chomsky, dans cette interview accordée à Olivier Berruyer pour ÉLUCID, revient sur les grands enjeux du moment : risque de guerre nucléaire mondiale, vaccination, climat, médias et propagandes. Le grand capital continue son œuvre et détruit tout sur son passage, pourra-t-on sauver l’humain ?

Chapitrage

[00:00 à 04:45] – Le modèle chomskyste de propagande et son évolution avec l’émergence des réseaux sociaux.

[04:45 à 13:10] – Les élections américaines et les soupçons de fraude.

[13:10 à 16:45] – Le mensonge en politique et les croyances des électeurs.

[16:45 à 23:55] – Le risque de guerre nucléaire.

[23:55 à 30:05] – La crise du Covid, symbole des failles du système capitaliste et de l’Union européenne.

[30:05 à 34:38] – Des solutions pour améliorer le système médiatique : une meilleure éducation des citoyens et des médias alternatifs.

Pour aller plus loin :

Consulter sur cette page les sources citées par Chomsky dans cette interview.

Commentaire recommandé

Ribouldingue // 17.10.2021 à 00h39

On voit pas bien en quoi il y aurait un impératif de quoi que ce soit, faudrait peut être abandonner ses réflexes de consommateurs quand on vient sur un site gratuit. A la limite si quelqu’un a du temps qu’il fasse un sommaire et qu’il le publie ici si le bénévole qui a posté n’a pas eu le temps de le faire. Personnellement un sommaire ne me sert à rien. Si j’ai envie de prendre une note je n’ai pas besoin d’assistance.

39 réactions et commentaires

  • LibEgaFra // 16.10.2021 à 13h40

    Tiens, pour une fois l’effort a été fait de fournir un sommaire. Merci.

      +4

    Alerter
    • un citoyen // 16.10.2021 à 19h27

      Ce n’est pas qu’une fois, Les Crises l’ont fait sur d’autres, mais pas forcément sur tout (beaucoup de boulot et on peut le comprendre). Oui, merci, je plussoie.
      Sinon, sur Elucid (et, pour ma part, en espérant que ce nouveau média investi réussisse en permettant de partager davantage la compréhension approfondi des divers sujets), beaucoup d’efforts ont été faits dans ce sens, dont entre-autres ceux permettant de faire partager quelques livres clefs.

        +7

      Alerter
    • Ribouldingue // 17.10.2021 à 00h39

      On voit pas bien en quoi il y aurait un impératif de quoi que ce soit, faudrait peut être abandonner ses réflexes de consommateurs quand on vient sur un site gratuit. A la limite si quelqu’un a du temps qu’il fasse un sommaire et qu’il le publie ici si le bénévole qui a posté n’a pas eu le temps de le faire. Personnellement un sommaire ne me sert à rien. Si j’ai envie de prendre une note je n’ai pas besoin d’assistance.

        +12

      Alerter
      • LibEgaFra // 17.10.2021 à 12h27

        Effectivement il n’y a aucun impératif de quoi que ce soit. Sauf que les journées ne font qu 24 heures et que j’ai aussi d’autres choses à faire, même si je peux faire plusieurs choses en même temps.

        Quand je lis: « La crise du Covid, symbole des failles du système capitaliste et de l’Union européenne », je me dis que je peux écouter ses arguments, car je pense exactement le contraire, à savoir que le système capitaliste avait besoin de cette crise et sait l’utiliser à fond les manettes. La peur pour faire rentrer bien sagement les moutons à la bergerie est un grand classique de la manipulation des foules. Je vais donc écouter ces 6 minutes. Le reste des sujets ne m’intéresse pas tellement ils sont rebattus. Je souris même en pensant aux élections américaines.

        A propos de site gratuit:
        1- il n’est pas le seul
        2- jetez un coup d’oeil sur le nombre des commentaires… en chute libre depuis quelque temps.

          +4

        Alerter
        • LibEgaFra // 17.10.2021 à 12h49

          J’ai écouté ces 6 minutes. Eloge de Cuba, bien. Mention du vaccin russe, bien, mais il n’est pas identique aux vaccins « occidentaux ». Oubli de la présence de médecins et de matériel russes en Italie.

          NC se place du point de vue moral, bien, mais depuis quand le capitalisme est-il moral? Il y aura une faille dans le capitalisme lorsque celui-ci se préoccupera de morale et moins de profits. NC parle du vaccin russe pour le Brésil, mais il ne parle pas du boycott de ce vaccin dans l’ue, boycott qui curieusement n’existe plus pour ce vaccin s’il est administré à Saint Marin.

          Bref, cette crise ne révèle pas une faille du capitalisme, mais sa toute puissance, car il se renforce à toute blinde grâce à cette crise.

          NC craint les variants. Il concourt ainsi hélas à la peur des variants distillée par les capitalistes.

            +9

          Alerter
          • un citoyen // 17.10.2021 à 13h38

            A propos de votre dernier point (la peur des variants distillée par les capitalistes) : Les variants en eux-même, en dehors de tout le reste, politique ou autres, ne font pas peur après tout ce que l’on a assisté ?

              +0

            Alerter
            • LibEgaFra // 17.10.2021 à 14h56

               » après tout ce que l’on a assisté ? »

              On a assisté à quoi? Mon argument a déjà été modéré 2 fois. Je ne vais pas le répéter une 3me fois pour subir le même sort. Voyez les données de l’INSEE pour 2020.

                +2

              Alerter
            • un citoyen // 17.10.2021 à 16h21

              Je suis surpris que vous ne m’ayez pas compris. Pour aller au plus simple et éviter d’autres enchaînements de commentaires : les variants et la peur qu’ils engendrent sont du fait de la nature et non d’une quelconque distillation venant des capitalistes. N.Chomsky a raison de les craindre (les variants) et a aussi bien résumé ce qui peut se passer encore (entre 23:55 à 30:05 -5ème partie-), c’est pour cela que j’ai réagi à votre commentaire.
              Après, pour le fait que les capitalistes profitent de la crise pour s’enrichir davantage, le boycott du vaccin Russe et d’autres choses encore, je ne dis pas le contraire.

                +1

              Alerter
        • LibEgaFra // 17.10.2021 à 12h57

          Ici on vous explique pourquoi la crise du covid est une bénédiction pour le capitalisme:

          https://andreacecchi.substack.com/p/the-right-virus-at-the-right-time

          Titre: le bon virus au bon moment (pour le système capitaliste bien sûr).

          Mon commentaire: pour les décès, on peut parler de « dommages collatéraux ».

            +3

          Alerter
  • Yann // 17.10.2021 à 04h42

    Un bon point de depart serait de changer un peu la manière de poser les questions. Par exemple :

    1> Sans capitalisme aurions nous, au 16 octobre 2021, la possibilité de communiquer à travers la planète avec autant de facilité. Notamment, la possibilité de rendre visible à quelques milliards de personnes une vidéo de plusieurs dizaines de mégaoctets, et ce aussi facilement qu’un sms de 160 caractères.
    2> Si la réponse est non, n’est-il pas voué à l’échec de critiquer le capitalisme en utilisant des canaux de communication qu’il à lui même permis.
    3> Aux vues de tous les textes, vidéos, et interviews de Chomsky déjà disponibles, cette vidéo apporte-t-elle vraiment 35 minutes de reflexion additionnelles, ou 99% de ce qui y est dit existe deja ailleurs? On a parfois l’impression que le seul but commun de l’humanité est d’arriver à bourrer les serveurs de Youtube avec du contenu redondant, juste pour voir si on arrive à faire déborder le bazar.
    Et pour ne pas trop charger Chomsky et seulement lui, essayez à titre d’exercice de compter combien de fois apparaît dans des conférences d’Etienne Klein la phrase : « Que diraient les équations de la physique si elles pouvaient parler ? »

      +3

    Alerter
    • Bast0 // 17.10.2021 à 09h24

      « Sans capitalisme aurions nous, au 16 octobre 2021 la possibilité de communiquer à travers la planète avec autant de facilité », et sans internet que serait devenu le capitalisme néo-libéral actuel ?
      C’est incroyable que tant de personne critique avec tant de facilité et si peu de réflexion le travail d’autrui.
      « La critique est facile, l’art est beaucoup plus difficile »

      En tout cas merci pour cet entretien, qui nous rappelle que la personne interviewée, Noam Chomsky, est considérée par une grande partie des habitants de la planète, comme intellectuel le plus important et le plus influent de notre époque.

        +4

      Alerter
    • Dominique Gagnot // 17.10.2021 à 11h53

      Bonne remarque, mauvaise réflexion.

      Sans aucun doute le capitalisme a favorisé l’explosion de nos savoirs et réduit l’extrême pauvreté, mais notre espèce risque de disparaître car dans le même temps nous avons détruit les équilibres planétaires.

      Il est tout à fait étonnant, pour ne pas dire extravagant, que, pour ainsi dire, jamais dans les « grands médias » on ne discute du système économique qui induit cette destruction.
      Merci donc à Elucid de faire le boulot.

      Sous ce lien http://bit.ly/capitalisme vous trouverez par ailleurs une analyse où est mise en lumière la tare originelle de ce système : la propriété lucrative privée de ressources premières qui – en réalité – sont des biens communs de par leur nature. Cette propriété privée interdit une éventuelle gestion raisonnée indispensable à leur pérennité.

      De plus nous en déduisons un «système d’après», utilisant ce qui fait la force du capitalisme : le profit, non plus pour accumuler des fortunes mais, étonnamment, pour servir la collectivité et reconstruire la biosphère.
      Comme quoi on pourrait se passer avec bonheur du capitalisme.

        +4

      Alerter
      • Grd-mère Michelle // 17.10.2021 à 14h04

        Dominique, je vous conseillerais d’héberger votre réflexion sur le capitalisme ailleurs, car elle n’est pas accessible à tou-te-s… Dans mon cas, en clickant sur le lien, je n’obtiens que la page/titre, sans aucune possibilité d’aller plus loin.

          +0

        Alerter
        • Dominique Gagnot // 17.10.2021 à 15h36

          Merci de l’info 😉

          Voici « Comprendre l’Arnaque capitaliste, imaginer le système d’après » sur google drive : https://bit.ly/3vm8R3j

            +0

          Alerter
    • Didier // 17.10.2021 à 12h45

      A propos de bon point de départ, faudrait peut-être arrêter de se gargariser avec de fausses évidences. La question à se poser est rigoureusement inverse : avec le capitalisme, aurions nous la possibilité de communiquer à travers la planète avec autant de facilité ?

      Et la réponse est non. Dans une optique capitaliste, les protocoles TCP/IP et HTTP, le langage HTML et tant d’autres briques du réseau auraient toutes été protégées par des brevets, et donc tué internet dans l’œuf. Et ceci, alors même que ces innovations majeures ont été pour l’essentiel développées dans le cadre de la recherche publique.

      A l’inverse, les entreprises privées n’ont cessé de mettre des bâtons dans les roues du développement d’internet : que l’on songe aux formats propriétaires (privés) des vidéos et du son et aux DRM ; à l’entêtement de Microsoft à ne pas respecter les standards du Web ; et la liste des exemples (Adobe, Apple et tant d’autres) pourrait s’allonger sans fin…

      Si internet et tout ce qui en découle (mails, messageries, tchat, vidéo en ligne…) est aujourd’hui accessible au plus grand nombre, c’est bien en dépit de toutes les tentatives capitalistes de s’approprier ce domaine au bénéfice des seuls intérêts privés. Et si une fréquentation décente du web n’est plus guère possible sans un solide bloqueur de publicités, c’est bien «grâce» au capitalisme…

        +10

      Alerter
    • JEAN DUCHENE // 17.10.2021 à 13h45

      cette réflexion est étonnante par son manque de prise en compte de la complexité et de la dialectique. Le capitalisme a créé la classe ouvrière qui est une menace pour son existence même. Sans le capitalisme aurions nous la possibilité de renverser le capitalisme ?

        +5

      Alerter
  • Oli // 17.10.2021 à 09h24

    Notre espèce mérite-t-elle vraiment qu’on la sauve? C’est etnocentrée comme réflexion. Par contre, que l’on agisse mieux en tant qu’espèce évoluée, oui. Et on verra si on peut être sauvé ensuite.

      +7

    Alerter
    • Bats0 // 17.10.2021 à 14h20

      Le bug humain ou comment notre cerveau nous pousse à détruire la planète
      Le cerveau humain est programmé pour poursuivre quelques objectifs essentiels, basiques, liés à sa survie à brève échéance : manger, se reproduire, acquérir du pouvoir, le faire avec un minimum d’efforts et glaner un maximum d’informations sur son environnement.
      Voir livre « Le Bug Humain » de Sébastien Bohler (2019); très bon résumé : https://planetaddict.com/le-bug-humain-ou-comment-notre-cerveau-nous-pousse-a-detruire-la-planete/
      Conclusion, l’être humain n’est qu’un primate évolué qui a découvert des ressources énergétiques, au début pouvant l’aider à se réchauffer, mais ensuite a très vite compris qu’une fois cette ressource transformées en énergie, elle pouvait l’aider à produire moins d’effort pour mieux vivre, sans se soucier de l’équilibre de la nature qu’il était en train de rompre.

        +3

      Alerter
      • LibEgaFra // 17.10.2021 à 14h51

        « Le cerveau humain est programmé »

        « sans se soucier de l’équilibre de la nature qu’il était en train de rompre. »

        Le cerveau humain est programmé par les idéologies. Certaines idéologies favorisent la pullulation humaine et la domination et la destruction de la nature. D’autres idéologies dictent tout le contraire. Certaines idéologies sont individualistes et ne se préoccupent nullement du bien être de tous, d’autres mises sur la solidarité et le groupe, la communauté.

        Bien sûr les premières n’ont de cesse de détruire les secondes (par exemple pour avoir le champ libre pour piller les ressources). Les premières ne se préoccupent pas de la nature à moins de pouvoir faire du fric, lever des taxes, mais toujours sans conscience collective.

        Tout ça les Amérindiens l’ont rapidement compris au contact des envahisseurs européens.

          +8

        Alerter
      • Cévéyanh // 25.10.2021 à 19h05

        Concernant le livre « le bug humain », voici un article intéressant sur le site de Bonpote de Thibault Gardette qui critique le contenu. Ce ne serait pas aussi « simple » ce que dit Bohler. D’autres paramètres entrent en jeu.
        https://bonpote.com/la-faute-a-notre-cerveau-vraiment-les-erreurs-du-bug-humain-de-s-bohler/

        A LibEgaFra,
        Les amérindiens ont tout de même décimé la grande faune sauvage. De plus, Il y avait auparavant des éléphants, des chevaux…

          +0

        Alerter
    • Oceane // 24.10.2021 à 20h38

      Bonne question, si je pense aux différentes évolutions de la vie sur Terre, le hasard à une grande part mais les options qui n’étaient pas intéressantes sur le temps long ont été éliminées au profit de nouveaux tests. Imaginons que l’homme soit juste un test d’une forme donnée d’intelligence, alors il y’a for à parier que ce test à échoué. La prochaine forme d’intelligence sera différente de l’humain. Plus collective peut-être : les cafards et les fourmis sont déjà en course, depuis plus longtemps que l’humain, mais rien ne dit que la vie ne prendra pas une voie encore plus ‘révolutionnaire’ . Bon pour que l’humanité puisse être sauvée il vaudrait mieux changer de direction de pensées et d’imaginaire, vite, très vite.

        +0

      Alerter
  • Profun // 17.10.2021 à 12h06

    C’est bon Olivier, j’ai compris en visionnant et lisant votre nouveau média pourquoi vous vous êtes éloignés des éconoclastes.
    Les éconoclastes sont des libéraux ( Gave, Sabatier, Delamarche,..) et classés à droite politiquement alors que vous, vous êtes keynésien et plutôt placé à gauche.
    La cohabitation ne pouvait donc pas durer…
    Il y a dû avoir de houleuses discussions, surtout lorsque Charles Gave a rejoint l’équipe…

    Longue vie à Elucid, le keynésianisme vaincra !!!

      +1

    Alerter
  • Grd-mère Michelle // 17.10.2021 à 15h01

    @Oli « …que l’on agisse mieux en tant qu’espèce évoluée, oui. »
    Malheureusement, l’évolution de l’espèce humaine, si elle a considérablement « progressé » au cours des millénaires, n’a guère tenu compte de la partie « mentale » des humains, sauf à développer les moyens de la manipuler.
    Heureusement, la transmission des connaissances et des capacités, qui est l’un des facteurs principaux de l’évolution(comme de la perpétuation) d’une espèce, est aujourd’hui parvenue à un niveau inédit, qui laisse entrevoir un espoir de « mieux vivre ensemble », tout en élargissant cet ensemble aux autres espèces vivantes(toutes interdépendantes).
    Reste à faire le tri des connaissances et capacités utiles à cet objectif…

      +2

    Alerter
  • Sandrine // 17.10.2021 à 17h48

    Marre d’entendre parler de l’Homme comme « notre espèce ».
    L’homme est un animal doté d’esprit et c’est uniquement en cela qu’il mérite des égards. Pas en tant qu’espèce. Toute espèce sur terre est voué potentiellement à disparaître et à être remplacée.
    Parler de l’homme en tant espèce, c’est faire accepter aux humains leur obsolescence programmée.
    Et si on ajoute comme j’ai lu plus haut que notre cerveau est programmé pour détruire la planète… alors la la boucle est bouclée. On n’a plus qu’à espérer que les post-humains prennent le plus vite possible le contrôle de la situation !

    Je commence sérieusement à m’interroger sur ce blog un peu trop complaisant par rapport à ce type de discours.

      +1

    Alerter
    • Grd-mère Michelle // 17.10.2021 à 19h20

      @Sandrine L’être humain est une espèce (une sorte) d’animal(en l’occurrence, un petit mammifère fort faible, raison de sa « sociabilité ») doué de PAROLE. Il ne « mérite » ni plus ni moins d’égards que chacun des autres phénomènes vivants(groupes ou individus). Et, bien sûr, comme tous les phénomènes surgis du néant, il mute continuellement et disparaîtra, tôt ou tard (et plus tard que tôt, espérons-le).
      Que nommez-vous « esprit »? Selon moi, ce ne peut être, au mieux, qu’une intuition…
      Et dans ce cas, pourquoi la circonscrire à l’espèce humaine?
      Qu’importe de disparaître, quand on a bien longuement profité de la vie et de sa manne de bienfaits, sensations et émotions!?
      L’important étant, en attendant, d’utiliser sa raison et ses mots, autant que possible, pour réduire les douleurs et les souffrances… les nôtres et celles des autres, TOU-TE-S LES AUTRES.
      Qu’est-ce qui vous énerve, dans tout ça?

        +3

      Alerter
      • Sandrine // 17.10.2021 à 21h14

        « Qu’importe de disparaître, quand on a bien longuement profité de la vie et de sa manne de bienfaits, sensations et émotions!? »
        Vous résumez très bien ce qui conduit irrémédiablement notre civilisation vers l’anéantissement. C’est précisément de ça que nous crèverons; « nous », pas en tant qu’espèce humaine (qui elle continuera d’exister, en ne cessant pas d’évoluer biologiquement, peu importe le réchauffement ou les diverses catastrophes écologiques en cours ). Mais «nous », en tant que civilisation humaine.

        Nb: vous confondez je pense esprit et âme. Les autres animaux ont une âme en tant qu’ils sont animés d’affects. Seul l’homme a le don de l’esprit, qui lui a permis d’inventer l’art et la morale. Nier cette spécificité, ça s’appelle du post-humanisme « 

          +1

        Alerter
      • Grd-mère Michelle // 18.10.2021 à 14h38

        De quelle « civilisation » parlez-vous? De l’actuelle, celle du « merchandising », qui n’a d’autre but que d’accumuler compulsivement et égoïstement? Il en fut, et il en existe encore, bien d’autres, que cette dernière ne pense qu’à avaler dans sa gloutonnerie démente(=privée de sa capacité de penser de manière équilibrée, c-a-d en appréhendant raisonnablement le réel, l’imaginaire et le symbolique qui constituent le mental, forcément différent, de chaque être humain).
        Âme, esprit… remarquez que ce sont des mots, qui tentent de définir le domaine mental mystérieux et peu exploré… sauf par la psychanalyse tant décriée par la médecine soumise à l’industrie pharmaceutique/chimique(tout comme y sont soumis l’élevage et l’agriculture).

        Je constate que vous contestez ma proposition de « bien vivre » en soulignant sa première partie et en ignorant la phrase qui suit et la complète en précisant « l’important »…

        Remarquez que les arts doivent surtout beaucoup au fait que l’être humain possède des MAINS et l’habileté consécutive, autre particularité importante de son évolution qui favorise sa « prospérité » et sa « créativité », et qui le pousse à se croire supérieur aux autres espèces (si pas carrément le « peuple élu » d’un dieu imaginé pour maintenir en ordre de fonctionnement le troupeau des populations laborieuses… et des armées!)
        Quant à « la morale »… » C’est toujours la morale des autres »(comme l’a chanté Léo Ferré dans « Y’a plus rien »).

          +0

        Alerter
        • Sandrine // 18.10.2021 à 20h22

          Les mains permettent la matérialisation de l’esprit. Un homme sans main est toujours un homme, grâce à son esprit. La proposition inverse est beaucoup plus problématique.
          De même, un homme avec un cerveau défaillant est toujours un homme grâce à son esprit ( même si se dernier, du fait de la défaillance du cerveau ne peut pas se matérialiser, s’exprimer dans notre monde sensible). Un cerveau performant sans esprit suffit-il pour faire un homme? Personnellement je ne pense pas.
          Le langage de la raison que vous avez évoqué dans votre premier commentaire est aussi un moyen, à l’instar du cerveau; un dispositif.
          (Vous savez comme moi , j’espère, que la raison humaine à elle seule, ne peut pas être l’arbitre ni du Vrai, ni du Bien – elle aide tout au plus à s’en approcher)

            +0

          Alerter
        • Sandrine // 18.10.2021 à 20h35

          La civilisation que vous décrivez (celle de ce que vous appelez le « merchandising ») est précisément une civilisation qui nie l’existence de l’esprit et de la dignité de l’homme qui en découle – l’homme en tant que seul être vivant sur terre capable de matérialiser l’esprit ( la plupart des hommes/femmes ne le font évidemment pas et se comportent comme des animaux lambda, mais potentiellement, chaque humain en a la capacité)

            +0

          Alerter
        • Grd-mère Michelle // 19.10.2021 à 03h29

          M’enfin, Sandrine, où l’avez-vous donc trouvé, cet esprit qui s’incarnerait seulement chez l’homme et lui dirait, seulement à lui(et elle?) ce qui est bien?
          Ignorez-vous que des Amérindiens parlent à l’esprit de l’ours, du poisson, de l’oiseau? Et lui demandent pardon avant de le manger, en l’appelant frère ours, frère poisson, frère oiseau?
          Mais c’est vrai qu’il y a encore des gens qui pensent que les Amérindiens ne sont pas des hommes…
          La raison, comme la science, et l’être humain, ont leurs limites.
          Nécessaire d’apprendre de ses erreurs. Sans cesser d’espérer, et de tirer parti de ce qu’on a, plutôt que de courir après ce qu’on n’a pas!

            +0

          Alerter
          • Sandrine // 19.10.2021 à 08h34

            Pour moi, les animistes entre en communication avec des âmes. Les âmes des animaux en l’occurrence, qui selon eux sont immortelles. Ils considèrent que les animaux sont des « êtres humains ». Et c’est d’ailleurs pour cela que l’anthropophagie est si répandue et si peu taboue chez eux…
            Mais ça, bien sûr les modernes occidentaux, qui rigolent quand on leur parle d’esprit ne veulent pas le voir.
            Les animistes font d’ailleurs très bien la différence entre les âmes individuelles des animaux ( ceux, matériels, qu’ils mangent) et l’esprit qui est le maître de chacun de ces individus animaux et qu’il convient de se concilier pour éviter les représailles.
            Et les amérindiens identifient d’ailleurs aussi un « grand-esprit « , maître de tous les esprits protecteurs des individus-âmes animaux.

            Voyez, il n’y a pas que moi qui aie l’intuition de l’existence de « l’esprit »

              +0

            Alerter
            • Sandrine // 19.10.2021 à 11h20

              (…) qui ai l’intuition(…).désolée pour la faute.

              Et pour compléter : par rapport à votre remarque /interrogation sur le type de civilisation dont je parle:
              Faire de l’homme le médiateur de l’esprit sur terre est le cœur de toutes les civilisations humaines.
              L’animisme eurasiatique et amérindien dénie généralement cette place à l’homme ( il considère ainsi par exemple que les animaux ont aussi leurs chamanes, capables d’interagir avec les esprits).. Je ne connais pas suffisamment les civilisations chinoises ou méso-américaines pour en parler, mais dans les civilisations proche-orientales et gréco-romaines( dont la civilisation européenne procède), l’homme a toujours une position de surplomb et de médiateur par rapport aux puissances invisibles.
              D’abord cette position de médiateur privilégiée ne concerne qu’une caste (opposée aux esclaves par exemple) ou un groupe ethnique ( conception comparable en cela a celles des animistes qui distinguent eux aussi leur groupe ethnique du reste de l’espèce humaine – dont le concept, d’ailleurs, n’existe pas pour eux…).
              Et puis on a étendu cette dignité à l’ensemble des êtres humains – d’où l’émergence de l’idée « d’espèce humaine« après la révolution scientifique, traduction dans le langage de la biologie de la notion spirituelle d’humanité.

              Voilà le type de civilisations que le « post-humanisme «  s’applique à détruire – et ce contre quoi, personnellement, je m’oppose

                +0

              Alerter
            • Grd-mère Michelle // 19.10.2021 à 13h07

              Franchement, quoi que « l’intuition » inspire à quiconque, les seules convictions à même de me convaincre sont celles qui découlent de l’observation… Et certaines découvertes scientifiques du 20ème siècle nous démontrent que tous les êtres vivants sont interdépendants(déjà remarqué dans la constitution de la chaîne alimentaire- car la vie se nourrit de la vie, calamité désignée dans les philosophies asiatiques).
              En tant qu’êtres humains, et grâce à la parole(qui nous permet de régler nos conflits sans nous entre-tuer), nous avons une grande chance de réduire les souffrances inhérentes à notre condition.

              « L’humanisme » qui a présidé à l’inscription « dans le marbre » des droits fondamentaux dans différentes constitutions politiques successives fut suscité par le ras le bol du type de relations dominants/dominés, exploiteurs/exploités, et par les horreurs consécutives et destructrices des guerres mondiales, ainsi que par l’appréhension qu’elles se répètent. Sauf qu’il continue à reposer sur des croyances antiques qui place l’être humain au-dessus des autres espèces, alors qu’il ignore encore à quel point il en a BESOIN, non seulement pour les manger, mais aussi pour respecter le subtil équilibre qui régit le phénomène de la VIE, lui permet de durer.

                +0

              Alerter
            • Sandrine // 19.10.2021 à 17h24

              Quand je vous entend parler en termes de « besoin », « d’interdépendance », de « durer( comme si c’était la le but ultime de l’existence) », je me dis que votre approche est typique du scientisme occidental contemporain, qui prend ses réussites en matière de technologie pour la preuve irréfutable qu’il détient les clés de la connaissance du monde…. Et ce faisant, en oublie complètement d’où il vient, comment il en est arrivé là et sur quels fondements philosophiques son monde est édifié.

              Le discours du primat de la vie (qu’il faut préserver, « coute que coute » comme disait l’autre) est un détournement, une version « subvertie » de l’ancien discours chrétien sur la vie éternelle (celle de l’ame). Quand Jesus dit « Je suis la Vie », il ne dit pas « Je suis la «Suite de phénomènes qui font évoluer l’œuf fécondé (zygote) vers l’âge adulte, la reproduction et la mort » (définition de vie dans le Larousse). Quand le discours scientiste occidental contemporain proclame que la vie est sacrée et qu’elle mérite d’être préservée, il oublie complètement (ou plutôt, il ne veut pas voir…) qu’il le dit parce que le christianisme (et derrière lui toute une tradition) le lui a enseigné…

              Ce sont, à mon avis, les causes principales de l’effondrement que nous sommes en train de vivre. Un effondrement symbolique. Un effondrement du sens des mots et des concepts que nous employons pour structurer notre monde. Et qui nous conduit tout droit à la barbarie. La crise du covid n’en est qu’un épisode. De nombreux épisodes l’ont précédé depuis la « mort de Dieu » et l’avènement des totalitarismes

                +0

              Alerter
            • Grd-mère Michelle // 20.10.2021 à 14h22

              Désolée que vous me lisiez tout de travers, partiellement, superficiellement… et donc que vous ne me compreniez pas du tout. Tout qui m’a déjà lue attentivement ici sait que je ne suis pas partisane du « scientisme » et du « transhumanisme », alors que je plaide continuellement pour une sobriété raisonnable.
              Je ne suis pas plus que vous dénuée d’aspirations métaphysiques, et j’ai exploré de nombreuses voies mystiques… qui m’ont surtout appris les limites de mon entendement en tant qu’être humain, et les dangers des « croyances », « fondements philosophiques » si habilement utilisés pour nous priver de notre juste compréhension des choses et donc de notre liberté de choix.
              D’où mon choix de considérer les choses de manière « terre à terre » pour tenter de trouver des solutions à des situations urgentes
              (guerres, famines, menaces nucléaires, dégradation des conditions de vie comme la désertification et/ou la gigantesque fracture sociale, entre autres) auxquelles vous semblez fort insensible (contrairement à N.Chomsky).
              Bref, comme dit plus ou moins BatsO, il est sans doute vain de parler à qui ne veut point entendre.
              Heu… si vous avez découvert le « but ultime de l’existence », merci de nous le préciser…

                +0

              Alerter
            • Sandrine // 20.10.2021 à 22h20

              Grand mère Michelle, je ne vous juge pas personnellement – car je ne vous connais pas. Je réponds uniquement aux arguments que vous avancez.
              Et je dis sincèrement ce qu’ils m’inspirent. Est-ce un crime ?
              Peut-être je me trompe. soit. Mais peut-être ne voulez vous pas voir non plus certaines apories de votre discours.
              J’ai parlé de scientisme car vous avez écrit : « certaines découvertes scientifiques du 20ème siècle nous démontrent que tous les êtres vivants sont interdépendants(déjà remarqué dans la constitution de la chaîne alimentaire- car la vie se nourrit de la vie, calamité désignée dans les philosophies asiatiques).
              En tant qu’êtres humains, et grâce à la parole(qui nous permet de régler nos conflits sans nous entre-tuer), nous avons une grande chance de réduire les souffrances inhérentes à notre condition.« 
              Vous utilisez le discours de la biologie pour décrire l’humain et pour vous ce type d’approche ne peut pas être contredit puisque « des découvertes scientifiques l’ont démontré «. Selon moi, c’est le propre du scientisme.

              Mais bon, vous avez raison , laissons la cette discussion qui devient stérile car je vous sens sur la défensive et de toute façon vous avez l’air d’avoir tout compris à la vie de longue date; donc à quoi bon s’échiner…

                +0

              Alerter
    • Bats0 // 17.10.2021 à 20h07

      @Sandrine « j’ai lu plus haut que notre cerveau est programmé pour détruire la planète »
      Êtes-vous certaine que votre lecture est objective, ou bien avez-vous fait un raccourci afin de vous réconfortez dans votre position par rapport à votre approche aux conséquences des actes humains pour poursuivre la continuité de sa survie sur cette planète, aux détriments de la biodiversité et de l’environnement qui l’entourent ?
      Je suis tous les jours les billets de ce blog depuis dix ans, et certains reprochent que les commentaires y sont de plus en plus rares, pour ma part je me résoudrai à fournir que quelques discrets commentaires qui me semblent pertinents par rapport au sujet proposé, mais éviterai de rentrer dans des discussions conflictuelles qui n’aident pas à élever les débats.

        +1

      Alerter
      • Sandrine // 17.10.2021 à 21h32

        Je ne vous visais pas spécialement. Je visais le type d’arguments dont vous vous faites l’écho et qu’on entend un peu trop souvent à mon avis : la comparaison de l’espèce humaine à une espèce nuisible par nature, et par essence.

        Vous savez bien que comparer un groupe d’individus a une espèce nuisible a été par le passé un préalable à de nombreux massacres de masse. Et qu’on a réussi à en persuader les masses en leur répétant inlassablement ce genre d’idées

          +2

        Alerter
  • Sebastien // 18.10.2021 à 00h55

    Bonjour,
    Est-il possible de voir une version de l’interview sous titrée mais sans le doublage 😇
    Ou d’avoir le texte de l’interview en français quelque part
    Je suis assez sensible à ces questions là et lorsqu’il y a trop d’effet de voix le visionage m’est difficilement supportable (désolé pour le doubleur)
    Merci pour votre travail

      +3

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications