Les Crises Les Crises
27.septembre.202127.9.2021 // Les Crises

La fièvre idéologique post-Guerre froide de l’establishment américain

Merci 25
J'envoie

L’ensemble de l’establishment américain de la politique étrangère a succombé à une fièvre idéologique post-Guerre froide monumentalement autodestructrice.

Source : Responsible Statecraft, Andrew J. Bacevich

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises


Munich, Allemagne — 15 février 2020 : 64e secrétaire d’État américaine (1997-2001) Madeleine Albright lors de la Conférence de Munich sur la sécurité. (Goutte de lumière / Shutterstock.com).

« L’inter-règne de trente ans d’hégémonie mondiale des États-Unis, écrit David Bromwich dans la revue Raritan, a été exposé comme une fraude, un leurre, une tricherie, [et] c’est ce qu’on a vendu. Aujourd’hui, poursuit-il, les armées de ceux qu’on a trompés s’efforcent de trouver le mot pour désigner quelque chose qui s’est produit et qui a mal tourné. »

En fait, les armées des floués savent exactement ce qui s’est passé, même si elles n’ont pas encore trouvé le terme exact pour décrire le désastre qui s’est abattu sur cette nation [US, Ndt].

Voici ce qui s’est passé : peu après la fin de la Guerre froide, l’ensemble de la politique étrangère américaine a sombré dans une fièvre idéologique autodestructrice monumentale.

Appelons cela le SNI, ou Syndrome de la nation indispensable. Comme le Covid-19, le SNI fait de douloureuses victimes. Contrairement au Covid, nous attendons le vaccin qui pourra empêcher sa propagation. Nous savons que des conditions médicales préexistantes peuvent augmenter la susceptibilité d’une personne au coronavirus. La condition préexistante qui augmente la vulnérabilité d’une personne au SNI est le culte du pouvoir.

En 1998, la secrétaire d’État Madeleine Albright a non seulement identifié le SNI, mais elle en a également saisi l’essence. Lors d’une émission télévisée nationale, elle a déclaré : « Si nous devons recourir à la force, c’est parce que nous sommes l’Amérique. Nous sommes la nation indispensable. Nous nous tenons debout. Nous nous projetons au-delà, dans l’avenir. »

Maintenant, permettez-moi d’être franc : ce n’est tout simplement pas vrai. Ce sont des balivernes, des idioties, des bobards, des foutaises. Des conneries, en somme.

Les États-Unis ne voient pas plus loin dans le futur que l’Irlande, l’Indonésie ou tout autre pays, aussi ancien ou récent soit-il. L’affirmation d’Albright n’était pas plus digne d’être prise au sérieux à l’époque et ne l’est toujours pas plus aujourd’hui que l’affirmation de Donald Trump selon laquelle « l’État profond » a conçu la pandémie de coronavirus. C’est aussi de la foutaise.

Certains d’entre nous (mais en aucun cas tous les Américains) ont conclu depuis longtemps que Trump était et reste un menteur invétéré. Cependant, accuser Albright de mentir est en quelque sorte mal vu, impoli, voire grossier. Elle est, après tout, une ancienne fonctionnaire distinguée et a reçu de nombreux honneurs.

Les mensonges de Trump ont fait de lui une persona non grata dans la société polie. Albright n’a pas subi un sort similaire. Et pour être juste, Albright elle-même n’est pas uniquement ou même principalement responsable des ravages causés par le SNI. Si l’ancienne secrétaire d’État a fait la promotion du syndrome dans un langage particulièrement expansif, la substance de sa remarque était tout sauf nouvelle. Elle ne faisait que réitérer ce qui, à Washington, passe encore pour un truisme évident : l’Amérique doit diriger. Il n’existe aucune alternative concevable. Le leadership implique des responsabilités et, par extension, confère des prérogatives. Pour le dire crûment – plus crûment qu’Albright ne l’aurait exprimé devant un public de télévision – nous déterminons les règles.

Plus précisément, Mme Albright faisait allusion à une prérogative particulière qu’une succession de présidents de l’après-Guerre froide, dont Donald Trump et maintenant Joe Biden, ont exercée. Nos dirigeants politiques autorisent régulièrement l’élimination, avec un préjudice extrême, des personnes qui ne veulent pas reconnaître notre caractère indispensable.

Si les dirigeants irlandais ou indonésiens revendiquaient une telle prérogative, les responsables américains les condamneraient sans ambages. En effet, lorsque le président russe et le prince héritier d’Arabie saoudite ont chacun eu la témérité d’abattre un adversaire, les responsables américains (dans le premier cas) et les médias américains (dans le second cas) se sont déclarés profondément choqués. Comment peut-on permettre que de telles choses se produisent dans un monde civilisé ? Pourtant, lorsqu’un président américain fait de telles choses, cela fait tout simplement partie de la nature de son poste.

Trois fautes et vous êtes viré !

Maintenant, permettez-moi de reconnaître l’attrait de l’exercice des privilèges. J’ai volé une fois dans un jet privé – très cool, en effet.

Aujourd’hui, cependant, les armées de David Bromwich ont de bonnes raisons de se sentir trompées. Leur déception n’est pas sans fondement. La connerie a perdu son charme. Depuis la promulgation de la doctrine Albright, les forces américaines ont bombardé, envahi et occupé divers pays du Grand Moyen-Orient et d’Afrique avec élan. Elles ont tué beaucoup de gens, en déstabilisant des millions d’autres. Et notre pays divisé et dysfonctionnel s’en trouve appauvri, comme les abusés eux-mêmes l’ont découvert tardivement.

Blâmer Donald Trump pour cette division et ce dysfonctionnement ? Pas moi. Je tiens les pourvoyeurs militants du SNI pour les principaux responsables. Aussi méprisable soit-il, Trump n’était guère plus qu’un accessoire du délit.

Pour comprendre comment nous en sommes arrivés là, rappelons-nous le récit qui valide ostensiblement notre caractère indispensable. Il consiste en des séquences binaires, opposant la liberté et la démocratie à toutes sortes de maux. Pendant la Première Guerre mondiale, nous avons combattu le militarisme ; pendant la Seconde Guerre mondiale, nous avons détruit le fascisme ; pendant la Guerre froide, nous avons résisté au communisme et l’avons « contenu ». Et après le 11 Septembre, bien sûr, est venue la guerre mondiale contre le terrorisme, qui approche maintenant de son 20e anniversaire.

Le bien contre le mal, nous contre eux, encore et encore. Ce thème récurrent de la politique américaine a donné au SNI son contexte historique.

Aujourd’hui, à Washington, le milieu de la politique étrangère atteint de rigidité cadavérique revient par réflexe à la logique de 1917, 1941, 1947 et 2001, même si ces binaires du passé sont aussi instructifs aujourd’hui que les conflits religieux déclenchés par la Réforme protestante des années 1500.

La confrontation avec le mal n’est plus le nom du jeu. Toutefois, pour comprendre la nature réelle de ce jeu, il faudrait se débarrasser d’un passé qui est censé éclairer mais qui, en réalité, enferme les Américains dans un désastre permanent.

Aujourd’hui, la race domine la conversation nationale. Et peu d’Américains nieraient que nous avons un problème de race. Mais les États-Unis ont également un problème de guerre. Et presque personne ne tient à parler de ce problème.

Plus précisément, nous avons en fait trois problèmes avec la guerre.

Le premier est que nous en avons trop. Le deuxième est que nos guerres durent beaucoup trop longtemps et coûtent beaucoup trop cher. Le troisième est qu’elles n’ont pas de but : lorsque nos guerres finissent par se terminer plus ou moins, les objectifs politiques déclarés de l’Amérique restent trop souvent non atteints. Les forces américaines ne subissent pas nécessairement de défaite. Elles échouent simplement. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder la conduite et les résultats des guerres en Irak et en Afghanistan.

Deux expéditions entreprises. Deux ratés. Comment cela a-t-il pu se produire ? À Washington, la question reste non seulement sans réponse, mais elle n’est absolument pas posée, ce qui, bien sûr, laisse ouverte la possibilité d’un autre échec similaire à l’avenir.

En tant que soldat de longue date sans distinction particulière, je suis stupéfait par l’absence apparente de curiosité concernant l’incapacité de l’armée la plus généreusement soutenue du monde à accomplir les missions qui lui sont assignées. Si l’attaque du 6 janvier contre le Capitole mérite une enquête approfondie – et c’est sûrement le cas – alors comment cette nation peut-elle passer sous silence une succession de guerres ratées comme s’il s’agissait de simples désagréments ? Notre engagement collectif à « soutenir les troupes » ne devrait-il pas inclure un minimum de curiosité quant aux raisons pour lesquelles elles ont été si mal utilisées, même si l’enquête qui en résulte s’avère embarrassante pour les hauts responsables civils et militaires ?

Les médias libéraux qualifient la prétention de Trump à avoir gagné l’élection de 2020 de gros mensonge, ce qui est effectivement le cas. Mais ce n’est pas le seul. Le syndrome de la nation indispensable, ainsi que le militarisme qu’il a engendré au cours de ce siècle, devrait certainement être considéré, à tout le moins, comme l’autre grand mensonge. Pour réduire la susceptibilité de Washington au SNI, il faut reconnaître que les défis immédiats auxquels ce pays est confronté ne se prêtent en aucun cas aux solutions militaires les plus créatives. Donner encore plus de dollars des contribuables au Pentagone permet de soutenir le complexe militaro-industriel, mais ne résout rien.

Pensez-y. La réalité déterminante de notre époque est le chaos climatique qui ne cesse de s’aggraver et que tant d’entre nous vivent personnellement. Cette menace, après tout, a des implications potentiellement existentielles. Pourtant, dans la hiérarchie des préoccupations de sécurité nationale de Washington, le climat est relégué au second plan par rapport à la préparation d’un nouveau cycle de « compétition entre grandes puissances ». En effet, un establishment de politique étrangère dépourvu d’imagination a étiqueté la Chine de Xi Jinping pour qu’elle remplisse le rôle autrefois assigné à l’Allemagne du Kaiser Wilhelm, à l’Allemagne d’Adolf Hitler, à l’Union soviétique de Joseph Staline et à l’Irak de Saddam Hussein.

Le fait que la Chine et les États-Unis doivent faire cause commune dans la lutte contre la crise climatique semble compter pour peu. Pas plus que le fait que la République populaire est le premier partenaire commercial des États-Unis et qu’elle détient plus de mille milliards de dollars de dette américaine. Si l’on veut maintenir le principe binaire du bien et du mal comme base de la politique, il faut un ennemi de taille. Il importe peu que les hypothèses les plus fondamentales sur la continuité entre le passé et le présent soient non seulement illusoires mais aussi nettement contre-productives.

Donc, voici la situation : l’histoire ne s’est pas arrêtée avec la Guerre froide. Tout au plus a-t-elle fait une brève pause pour reprendre son souffle. Aujourd’hui, elle a repris et s’élance dans des directions que nous commençons à peine à identifier. Le passé que nous avons été conditionnés à chérir, qui est censé donner un sens à tout, ne donne plus de sens à rien du tout. Par conséquent, il ne peut servir ni de carte ni de boussole. Nation indispensable ? Épargnez-moi cela.

Ne vous méprenez pas. Je n’attends pas de Madeleine Albright qu’elle présente des excuses, mais il serait utile qu’elle fasse au moins une rétractation. Elle pourrait considérer cela comme son cadeau d’adieu à la nation.

Source : Responsible Statecraft, Andrew J. Bacevich, 07-08-2021

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Jean // 27.09.2021 à 08h24

« Certains d’entre nous (mais en aucun cas tous les Américains) ont conclu depuis longtemps que Trump était et reste un menteur invétéré.  »

La plupart des politiciens sont des menteurs invétérés, Trump ne fait pas exception à la règle. Cependant, malgré tous ses défauts, je lui suis reconnaissant de ne pas avoir déclenché de nouvelles guerres. Pourquoi devrait-il avoir plus mauvaise presse qu’Obama ? Je préfère avoir affaire à un type qui me traite de tous les noms plutôt qu’à un autre qui me sourit avant de me mettre son poing dans la gueule.

23 réactions et commentaires

  • Jean // 27.09.2021 à 08h24

    « Certains d’entre nous (mais en aucun cas tous les Américains) ont conclu depuis longtemps que Trump était et reste un menteur invétéré.  »

    La plupart des politiciens sont des menteurs invétérés, Trump ne fait pas exception à la règle. Cependant, malgré tous ses défauts, je lui suis reconnaissant de ne pas avoir déclenché de nouvelles guerres. Pourquoi devrait-il avoir plus mauvaise presse qu’Obama ? Je préfère avoir affaire à un type qui me traite de tous les noms plutôt qu’à un autre qui me sourit avant de me mettre son poing dans la gueule.

      +37

    Alerter
    • LibEgaFra // 27.09.2021 à 13h20

      « Pourquoi devrait-il avoir plus mauvaise presse qu’Obama ? »

      Parce qu’il a plus bombardé qu’Obama, parce qu’il a envoyé des missiles sur la Syrie (ce qu’Obama a refusé de faire), parce qu’il a rompu le traité sur le nucléaire avec l’Iran, parce qu’il a fait assassiner Soleimani, parce qu’il a aggravé les sanctions contre l’Iran, la Russie et la Chine, parce qu’il a transféré l’ambassade yankee à Jérusalem…

        +18

      Alerter
    • RV // 29.09.2021 à 14h49

      je vous invite à lire la tribune libre « Notre crise constitutionnelle est déjà là » de Robert Kagan parue dans le Washington Post
      https://www.washingtonpost.com/opinions/2021/09/23/robert-kagan-constitutional-crisis/

        +0

      Alerter
    • Dupond(t) // 30.09.2021 à 22h47

      Et surtout parce que lui n’a pas détruit la classe moyenne comme Obama… ni assassiné par drones autant d’innocents qu’Obama, etc …

        +1

      Alerter
  • James Whitney // 27.09.2021 à 08h28

    « … nous avons en fait trois problèmes avec la guerre.

    Le premier est que nous en avons trop. Le deuxième est que nos guerres durent beaucoup trop longtemps et coûtent beaucoup trop cher. Le troisième est qu’elles n’ont pas de but : lorsque nos guerres finissent par se terminer plus ou moins, les objectifs politiques déclarés de l’Amérique restent trop souvent non atteints. »

    Non, le seul problème avec ces guerres, c’est qu’elles sont des crimes. Pas besoin que je dis plus.

      +22

    Alerter
    • Jean // 27.09.2021 à 08h44

      @James Whitney

      Oui et cet article en dit long, en creux, sur la nature belliqueuse et inconséquente de cette nation dispensable.

        +13

      Alerter
      • Olivier77 // 27.09.2021 à 09h33

        Mélanger le bigotisme et les affaires, ça donne ces nations belliqueuses. Dommage que l’on suive aveuglement cet obscurantisme, tant ça rapporte (ait).

          +6

        Alerter
    • LibEgaFra // 27.09.2021 à 12h59

      « Le deuxième est que nos guerres durent beaucoup trop longtemps et coûtent beaucoup trop cher. »

      Ce qui est un coût pour certains est un bénéfice pour d’autres, notamment les marchands d’armes. D’où leur intérêt de faire durer les guerres.

      « Le troisième est qu’elles n’ont pas de but : lorsque nos guerres finissent par se terminer plus ou moins, les objectifs politiques déclarés de l’Amérique restent trop souvent non atteints. »

      Parce que certaines personnes prennent encore au sérieux les discours sur les « objectifs politiques déclarés »? Quelle naïveté! Le premier des droits humains, c’est de vivre; un droit supprimé par les guerres d’agression des yankees.

      Et aussi quel cynisme, car le premier « problème » de la guerre, c’est qu’elle tue, et les millions de victimes des guerres d’agression yankees ne font pas partie des « trois problèmes » mentionnés. Normal, quand les ennemis déclarés ne sont pas considérés comme humains par les yankees.

        +9

      Alerter
      • LibEgaFra // 27.09.2021 à 13h10

        « ’l’incapacité de l’armée la plus généreusement soutenue du monde à accomplir les missions qui lui sont assignées. »

        La principale mission de l’armée est de nourrir le complexe militaro-industriel et cette mission est parfaitement remplie.

        « la guerre mondiale contre le terrorisme, qui approche maintenant de son 20e anniversaire. »

        Les terroristes sont ceux qui prétendent mener cette guerre, mais qui en fait utilisent les terroristes comme forces supplétives au sol, et les font circuler entre la Syrie, la Libye, l’Afghanistan ou même l’Azerbaïdjan.

          +6

        Alerter
  • Jean // 27.09.2021 à 08h35

    « Le leadership implique des responsabilités et, par extension, confère des prérogatives. »

    Le leadership américain se caractérise plutôt par des prérogatives disproportionnés et l’irresponsabilité.

    « Pour le dire crûment – plus crûment qu’Albright ne l’aurait exprimé devant un public de télévision – nous déterminons les règles. »

    Et nous les changeons quand cela nous arrange…Trop peu d’américain ont conscience de la nature réel de leur domination sur le monde.

      +4

    Alerter
  • Lev // 27.09.2021 à 08h55

    Et les tenants de la FranceAfeique sont des pacifistes convaincus de De Gaulle à Macron en passant par Sarkozy et Hollande. Nous en parlerons dans une rubrique prochaine.

      +6

    Alerter
    • utopiste // 27.09.2021 à 12h00

      On peut aussi l’écrire France-à-frique, ce qui est le véritable problème.
      Là-bas comme ici, il s’agit de « capitalistes » qui courent après le profit rapide au détriment de toutes les autres personnes concernées.

        +10

      Alerter
  • Christian Gedeon // 27.09.2021 à 09h03

    Rien de nouveau. Je me demande toutefois ce que pensait ce monsieur au moment de l’invasion de l’Afghanistan ou de la guerre d’Irak. Je vais essayer de trouver.

      +3

    Alerter
  • LibEgaFra // 27.09.2021 à 12h32

    « elles n’ont pas encore trouvé le terme exact pour décrire le désastre qui s’est abattu sur cette nation [US, Ndt]. »

    Quel cynisme!

    Moi qui croyais que le désastre s’était abattu sur l’Afghanistan, la Yougoslavie, l’Irak, la Libye, la Syrie, l’Ukraine, le Yémen.

    On est passé du révisionnisme historique au révisionnisme en direct sur l’actualité.

      +7

    Alerter
  • Savonarole // 27.09.2021 à 13h47

    Sérieux … Madeleine , Madame « Worth it » était bien plus gravement atteinte que par un peu exceptionnalisme, fut il Américain.
    C’est pas des excuse qu’il faut, c’est un monument aux victimes de ces politiques plus haut que le new-WTC (vu le nombre de nom à inscrire) et une justice qui permette d’envoyer Mad et ses chums rejoindre Hitler et Pol-Pot dans les poubelles de l’Histoire.

      +9

    Alerter
  • Fernet Branca // 27.09.2021 à 17h35

    Alexandria Ocasio-Cortez explique le vote «présent» sur le Dome de fer
    00:05 25 septembre 2021

    AOC s’excuse aux constituants du vote de la dôme de fer, cite se précipiter pour voter pour sa décision

    Rep. Alexandrie Ocasio-Cortez (Dn.y.) a expliqué vendredi pourquoi elle a voté «présent» sur la législation qui fournirait 1 milliard de dollars pour soutenir le système de défense de missiles du dôme Israël .

    https://pressfrom.info/fr/actualite/monde/-1193147-ocasio-cortez-explique-le-vote-present-sur-le-dome-de-fer.html

    Et soi disant elle se réclamait du socialisme démocratique dans la lignée de Bernie Senders.
    Et en mai 2021 elle voulait bloquer une vente d’armes qui devait servir à bombarder Gaza.

    https://www.lapresse.ca/international/etats-unis/2021-05-19/des-elus-democrates-veulent-bloquer-une-vente-d-armes-a-israel.php

      +4

    Alerter
    • Incognitototo // 27.09.2021 à 23h28

      Il y a quand même une grande différence entre refuser de vendre des armes offensives et accepter de vendre des armes défensives. Donc je n’y vois personnellement pas tant de contradictions que cela.

        +2

      Alerter
  • Ahmed Miloud // 27.09.2021 à 23h16

    « Allez-y massivement. Balayez tout. Que les choses soient liées ou non. » Donald Rumsfeld.
    Cette sentence de Donald Rumsfeld, proclamée après les attentats du 11/09/2001, a plongé dans le chaos l’Irak, l’Afghanistan, la Somalie etc…
    Les États-Unis ne connaissent pas la paix. Ce pays a été créé par le nettoyage ethnique de millions de amérindiens, puis il est entré dans la guerre de sécession suivie d’autres guerres interminables. Maintenant, sa (fausse) suprématie est en déclin.

      +8

    Alerter
  • Myrkur34 // 28.09.2021 à 07h35

    https://bracingviews.com/

    Gros extrait: (sur les lanceurs d’alerte)

    « La punition américaine des dénonciateurs de principe est un autre signe de la mort de la démocratie en Amérique. Si le président Biden voulait faire quelque chose d’important, quelque chose d’inspirant, quelque chose de significatif, il permettrait à Snowden de revenir sans inculpation, il pardonnerait Hale et il arrêterait de poursuivre l’extradition d’Assange. Mais Biden ne fera rien de tout cela. Les lanceurs d’alerte doivent être persécutés, doivent être punis, non pas parce qu’ils ont fait quelque chose de mal, mais parce qu’ils ont fait quelque chose de bien, quelque chose qui embarrasse les puissants. Et cela ne peut tout simplement pas être toléré. »

      +8

    Alerter
  • yannos // 28.09.2021 à 10h21

    lors d’un entretien ou on lui demandais si le fait de tuer 500 000 enfant irakiens en valait la peine, mme albright à répondu « yes it was worth it » (ou ça en valait la peine)

      +5

    Alerter
    • Fernet Branca // 28.09.2021 à 15h17

      Le 27 septembre 1996 , les Talibans prennent Kaboul, Madeleine Albright déclare que c’est un pas positif. Fort de son soutien positif , les fondamentalistes s’emparent dès lors du pouvoir à Kaboul
      Source Wikipédia et Europe 1.

        +3

      Alerter
      • moshedayan // 28.09.2021 à 18h53

        Merci de rappeler cela, comme il faut rappeler que ce fut la même équipe (avec Clinton, Biden…) qui appuya le « parti musulman » en Bosnie-H puis au Kosovo… et qui maintenant a aussi évacué des Afghans musulmans sur la base américaine du Kosovo -et avec des vols suspects de C 17 vers l’Europe de l’Est via l’Autriche pourquoi ??? (une récente violation de l’espace aérien autrichien observé – vol à bien moins de 10 000 m – limite fixée comme exception tolérée pour des avions militaires de l’OTAN)…. S’il faut que les Américains payent … ce devrait être aussi pour les accords de Dayton, la Yougoslavie… parce qu’ils ont bien volontairement introduit une menace pour nombre de nations en Europe… mais ne demandez pas aux dirigeants polonais ou tchèques actuels de comprendre quelque chose d’intelligent…pour les Slovaques… c’est le marasme attentiste avec une présidente aux bottes de l’UE mais gênée par des ministres plus inquiets et réalistes…

          +3

        Alerter
  • RV // 29.09.2021 à 14h44

    en écho à ces trois passage de l’article :
    – La condition préexistante qui augmente la vulnérabilité d’une personne au SNI est le culte du pouvoir.
    – Les mensonges de Trump ont fait de lui une persona non grata dans la société polie
    – Aussi méprisable soit-il, Trump n’était guère plus qu’un accessoire du délit.
    je vous invite à lire la tribune libre « Notre crise constitutionnelle est déjà là » de Robert Kagan parue dans le Washington Post
    https://www.washingtonpost.com/opinions/2021/09/23/robert-kagan-constitutional-crisis/

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications