Source : The Guardian, Stephen Buranyi, 27-06-2017

C’est une industrie à nulle autre pareille, avec des taux de marge dignes de Google – et elle a été créée par un des plus célèbres magnats britanniques : Robert Maxwell. Par Stephen Buranyi.

 

En 2011, Claudio Aspesi, analyste principal en investissement chez Bernstein Research à Londres, avait fait le pari que l’entreprise qui dominait l’une des industries les plus lucratives de la planète allait droit au crash. Reed-Elsevier, un géant mondial de l’édition avec des revenus annuels dépassant les 6 milliards de livres, était le chouchou des investisseurs. C’était un des rares éditeurs ayant réussi la transition vers l’internet et le dernier rapport de la société prévoyait une nouvelle année de croissance. Aspesi avait toutefois des raisons de penser que cette prévision, ainsi que toutes celles des autres principaux analystes financiers, était fausse.

Le cœur des opérations financières d’Elsevier, ce sont les revues scientifiques, les publications hebdomadaires ou mensuelles dans lesquelles les scientifiques partagent les résultats de leurs travaux. En dépit d’un lectorat restreint, la publication scientifique est un marché remarquablement important. Avec des recettes mondiales totales de plus de 19 milliards de livres sterling, ce marché se situe en chiffre d’affaire entre l’industrie du disque et celle du film, mais est beaucoup plus rentable. En 2010, la branche publication scientifique d’ Elsevier déclarait des bénéfices de 724 millions de livres sur des recettes d’un peu plus de 2 milliards de livres. Cela représentait une marge de 36%, plus élevée que celles d’Apple, Google ou Amazon publiées cette année-là.

Mais le modèle économique de Elsevier semblait une chose vraiment étrange. Pour gagner de l’argent, un éditeur traditionnel – un magazine par exemple – doit d’abord couvrir une multitude de frais : il paie les rédacteurs d’articles, il emploie des relecteurs pour commander, mettre en forme et vérifier les articles et il paie la distribution des produits finis aux abonnés et aux détaillants. Tout cela est coûteux et les magazines qui marchent ont en général des marges de profit de 12 à 15%.

La manière de gagner de l’argent en publiant un article scientifique semble très similaire, à la différence que les éditeurs scientifiques parviennent à éviter la plupart des coûts réels. Les scientifiques rédigent leurs travaux sous leur propre direction – largement financés par les gouvernements – et les donnent gratuitement aux éditeurs ; l’éditeur paie des relecteurs scientifiques qui jugent si les travaux méritent d’être publiés et appliquent des corrections grammaticales, mais l’essentiel de la charge éditoriale – vérifier la validité scientifique et évaluer les expériences, un processus qu’on appelle « évaluation par les pairs » est faite par des scientifiques en activité de manière bénévole. Les éditeurs revendent alors le produit aux bibliothèques universitaires et institutionnelles subventionnées par l’État, pour être lu par des scientifiques, qui, pris au sens collectif, sont ceux qui ont créé le produit en premier.

C’est comme si le New Yorker ou The Economist exigeaient que les journalistes écrivent et relisent le travail des uns et des autres gratuitement, et demandaient au gouvernement de régler la note. Les observateurs extérieurs ont tendance à être frappés d’incrédulité quand on leur décrit cette organisation.Un rapport de 2004 de la commission parlementaire sur la science et la technologie observait sèchement que « dans un marché traditionnel les fournisseurs sont payés pour les marchandises qu’ils fournissent ». Un rapport de la Deutsche Bank daté de 2005 le qualifiait de système « bizarre » « à triple profit », dans lequel « l’État finance la plus grande partie de la recherche, paie les salaires de la plupart de ceux qui vérifient la qualité de la recherche, et ensuite achète la plus grande partie du produit publié. »

Les scientifiques sont bien conscients qu’ils semblent conclure un mauvais accord. Le marché de l’édition est « pervers et inutile », écrivait le biologiste de Berkeley Michael Eisen dans un article de 2003 pour The Guardian, déclarant que cela « devrait être un scandale public ». Adrian Sutton, un physicien à l’Imperial College, me confiait que les scientifiques « sont tous esclaves des éditeurs. Quelle autre industrie reçoit ses matières premières de ses clients, fait faire à ces mêmes clients le contrôle qualité de ces matériaux, et ensuite revend ces mêmes matériaux aux clients à un prix qui a subi une très forte inflation ? »

Beaucoup de scientifiques pensent aussi que l’industrie de l’édition exerce trop d’influence sur ce que les scientifiques choisissent d’étudier, ce qui est mauvais au final pour la science elle-même. Les revues attachent beaucoup de valeur aux résultats nouveaux et spectaculaires – après tout, leur métier c’est de vendre des abonnements – et les scientifiques, sachant exactement quels types de travaux sont publiés, alignent leurs contributions en conséquence. Cela produit un flux continu d’articles, dont l’importance est immédiatement apparente. Mais cela signifie aussi que les scientifiques n’ont pas une vision précise de leur champ d’investigation. Les chercheurs peuvent par hasard se retrouver à explorer des impasses auxquelles leurs collègues scientifiques se sont heurtées précédemment, simplement parce qu’aucune place n’a été accordée dans les pages des publications scientifiques sérieuses à l’information sur des échecs précédents. Une étude de 2013, par exemple, rapporte que que la moitié des essais cliniques aux USA ne sont jamais publiés dans une revue.

Selon les critiques, le système des revues freine en réalité le progrès scientifique. Dans un essai datant de 2008, le Dr Neal Young du NIH [Instituts nationaux de la santé], qui finance et mène les recherches médicales pour le gouvernement américain, soutenait que compte tenu de l’importance de l’innovation scientifique pour la société, « il est d’un impératif moral de reconsidérer la manière dont les données scientifiques sont jugées et diffusées. »

Apesi, après s’être adressé à un réseau de plus de 25 scientifiques et activistes de renommée, en est arrivé à penser que le vent commençait à tourner contre le secteur dirigé par Elsevier. De plus en plus de bibliothèques qui achètent les revues pour les universités affirmaient que leurs budgets étaient épuisés en raison de décennies d’augmentation des prix, et menaçaient d’annuler leurs forfaits d’abonnement pesant des millions de livres, si Elsevier ne baissait pas ses prix. Les organismes étatiques tels que le NIH américain ou la DFG (Fondation allemande pour la recherche) s’étaient récemment engagés à rendre disponibles leurs recherches au moyen de revues en ligne gratuites, et Aspesi pensait que les gouvernements interviendraient peut-être pour garantir que toutes les recherches publiquement financées seraient disponibles gratuitement pour tout le monde. Elsevier et ses confrères allaient se retrouver dans la tourmente, les clients se retournant contre eux par le bas, et les réglementations gouvernementales menaçant par le haut.

En mars 2011, Aspesi publiait un rapport recommandant à ses clients de vendre les actions d’Elsevier. Quelques mois plus tard, lors d’une téléconférence entre la direction d’Elsevier et les sociétés de placement, il pressait le président d’Elsevier, Erik Engstrom, au sujet de la dégradation des relations avec les bibliothèques. Il demanda ce qui n’allait pas dans l’entreprise si « vos clients sont si désespérés ». Engstrom évita la question. Les deux semaines suivantes virent la valeur de l’action d’Elsevier dégringoler de plus de 20%. Les problèmes qu’Aspesi avait vus étaient profonds et structurels, et il était convaincu qu’ils entreraient en jeu dans les cinq années suivantes, mais les choses semblaient déjà bouger dans la direction qu’il avait prévue.

Cependant, l’année suivante, la plupart des bibliothèques se rétractèrent et signèrent avec Elsevier, et les gouvernements échouèrent dans une large mesure à introduire un modèle alternatif de diffusion de la recherche. En 2012 et 2013, Elsevier enregistrait des marges de profits de plus de 40%. L’année suivante, Aspesi inversa sa recommandation de vendre. « Il nous a trop bien écoutés, il s’en est un peu brûlé les ailes », me confiait David Prosser, le chef de Research Libraries UK (Bibliothèques de la recherche Royaume Uni), et un acteur de poids dans la réforme de l’industrie de l’édition. Eslevier était là pour durer.

Illustration: Dom McKenzie

Aspesi n’était pas la première personne à se tromper en prédisant la fin de l’essor de l’édition scientifique, et n’est vraisemblablement pas la dernière. Il est difficile de croire que ce qui est essentiellement un oligopole à but lucratif fonctionnant au sein d’une organisation par ailleurs lourdement réglementée et financée par l’État, puisse échapper l’extinction à longue échéance. Mais l’édition est profondément imbriquée dans la profession scientifique depuis des décennies. Aujourd’hui, tout scientifique sait que sa carrière dépend de la publication de ses travaux, et son succès professionnel se déterminera particulièrement selon que ses travaux apparaissent dans les revues les plus prestigieuses. Le travail long, lent, quasiment sans direction de certains des scientifiques les plus influents du XXe siècle n’est plus une option viable en matière de carrière. Dans le système actuel, le père du séquençage génétique, Fred Sanger, qui ne publia guère durant les vingt années séparant ses deux prix Nobel de 1958 et 1980, se retrouverait probablement sans emploi.

Même les scientifiques qui luttent pour une réforme n’ont souvent pas conscience des origines du système : comment, durant les années prospères après la Seconde Guerre mondiale, des entrepreneurs construisirent leurs fortunes en soustrayant l’édition des mains des scientifiques, développant ainsi l’industrie à une échelle inimaginable auparavant. Et nul n’a été plus créatif et ingénieux que Robert Maxwell qui a fait des revues scientifiques une spectaculaire machine à faire de l’argent permettant ainsi son ascension dans la société britannique. Maxwell deviendra un membre du Parlement, un baron de la presse défiant Rupert Murdoch, et une des figures les plus célèbres de la société britannique. Mais sa véritable importance était bien plus grande que ce que la majorité d’entre nous ne réalise. Aussi improbable que cela puisse paraître, peu de personnes durant le siècle dernier ont contribué davantage à la façon dont la science est traitée aujourd’hui que Maxwell.

En 1946, Robert Maxwell, alors âgé de 23 ans, travaillait à Berlin et jouissait déjà d’une réputation remarquable. Bien qu’il ait grandi dans un village tchèque pauvre, il avait combattu pour l’armée britannique durant la guerre comme membre d’un contingent d’exilés européens, recevant au passage une croix militaire et la nationalité britannique. Après la guerre, il exerça la fonction d’officier du renseignement à Berlin, usant de ses neuf langues pour interroger les prisonniers. Maxwell était grand, bravache et aucunement satisfait de son succès pourtant déjà considérable ; une connaissance de l’époque se souviendra qu’il lui confia son plus grand souhait : « devenir millionnaire ».

Au même moment, le gouvernement britannique préparait un projet improbable qui allait justement lui permettre d’y arriver. Les plus grands scientifiques britanniques (depuis Alexander Fleming qui découvrit la pénicilline jusqu’au physicien Charles Galton Darwin, petit-fils de Charles Darwin) craignaient que bien que la science britannique fût de classe mondiale, sa branche d’édition ne fût lamentable. Les éditeurs scientifiques étaient principalement connus pour être inefficaces et constamment fauchés. Les revues, paraissant souvent sur du papier fin et bon marché, étaient presque reléguées au second plan par les cercles scientifiques. La Société britannique de chimie avait un arriéré de plusieurs mois d’articles à publier, et comptait sur des dons d’argent de la part de la Royal Society pour gérer ses opérations d’impression.

La solution du gouvernement fut d’unir la vénérable maison d’édition britannique Butterworths (aujourd’hui propriété d’Elesvier) à l’éditeur allemand Springer, afin de profiter de l’expertise de ce dernier. Butterworths devait apprendre à créer du profit sur les revues, et la science britannique verrait ses travaux publiés plus rapidement. Maxwell avait déjà créé sa propre entreprise qui aidait Springer à expédier les articles scientifiques vers la Grande-Bretagne. Les gérants de Butterworths, eux-mêmes des anciens du renseignement britannique, engagèrent le jeune Maxwell pour les aider à gérer la société, ainsi qu’un autre ancien espion, Paul Rosbaud, métallurgiste de métier qui transmit durant la guerre des secrets nucléaires nazis aux Anglais au travers de la résistance française et hollandaise, recruté en tant qu’éditeur scientifique.

Ils ne pouvaient pas commencer à un meilleur moment. La science était sur le point d’entrer dans une période de développement sans précédent, autrefois un passe-temps de gentleman fortuné, elle acquérait le statut d’une profession respectée. Dans les années d’après-guerre, elle deviendrait synonyme de progrès. « La science demeurait en coulisse. Elle devrait être amenée au-devant de la scène, car en elle réside une bonne partie de notre espoir pour l’avenir », écrivait l’ingénieur américain et administrateur du projet Manhattan, Vannevar Bush, dans un rapport datant de 1945 adressé au Président Harry S. Truman. Au lendemain de la guerre, le gouvernement s’imposera pour la première fois comme principal mécène des efforts scientifiques, non seulement dans le domains militaire, mais également au travers d’agences fraîchement créées comme la Natural Science Foundation américaine, et du système universitaire en expansion rapide.

Lorsque Butterworths décida en 1951 d’abandonner le projet naissant, Maxwell racheta les actions de Butterworths ainsi que celles de Springer pour treize mille livres (environ 420 mille livres d’aujourd’hui), s’octroyant ainsi le contrôle de la société. Rosbaud y conservait son titre d’éditeur scientifique, et nomma la nouvelle entreprise Pergamon Press, en référence à une pièce de monnaie de la ville de Pergame du temps de la Grèce antique, représentant Athéna, la déesse de la sagesse, qu’ils adaptèrent au logo de la société (un simple trait de dessin représentant judicieusement la connaissance et l’argent).

Dans un milieu fraîchement empli de liquidités et d’optimisme, ce fut Rosbaud qui lança la méthode qui mènera Pergame au succès. Alors que la science se développait, il réalisa qu’il lui faudrait de nouvelles revues pour couvrir les nouveaux secteurs d’étude. Les sociétés scientifiques qui avaient traditionnellement créé les revues étaient des institutions lourdes qui avaient tendance à réagir lentement, ralenties par des débats internes entre leurs membres sur les limites de leur expertise. Rosbaud n’avait aucune de ces contraintes. Il n’avait qu’à convaincre simplement un universitaire de renom que son expertise particulière justifiait l’existence d’une nouvelle revue pour la présenter régulièrement, puis ensuite installer cette personne à sa tête. Pergame lançait ensuite la vente d’abonnements aux bibliothèques universitaires qui se trouvaient soudainement dotées de beaucoup d’argent public à dépenser.

Maxwell apprenait vite. En 1955, il participa avec Rosbaud à la conférence de Genève sur l’énergie atomique pour usages pacifiques. Maxwell loua un bureau près de la conférence et déambula de séminaires en événements officiels, proposant de publier tous les travaux que les scientifiques étaient venus présenter, et leur demandant de signer des contrats d’exclusivité pour éditer les revues de Pergame. Les autres éditeurs étaient choqués par son style impétueux. Daan Frank du North Holland Publishing (aujourd’hui propriété d’Elsevier) se plaindra plus tard que Maxwell était « malhonnête » d’avoir raflé des scientifiques sans considération pour le contenu spécifique.

Rosbaud également était semble-t-il rebuté par l’avidité de Maxwell. Contrairement à l’ancien scientifique modeste, Maxwell préférait les costumes coûteux et les cheveux gominés. Après avoir transformé son accent tchèque en une très chic voix de basse digne d’un présentateur, il avait l’allure et le ton du magnat qu’il rêvait d’être. En 1955, Rosbaud confiera au physicien nobélisé Nevill Mott que les revues étaient ses petites « agnelles », et que Maxwell était le roi David de la Bible, qui les dépècerait pour se faire de l’argent. En 1956, les deux eurent une dispute, et Rosbaud quitta la société.

A l’époque, Maxwell avait transformé le modèle économique de Rosbaud en quelque chose qui n’appartenait qu’à lui. Les conférences scientifiques avaient tendance à être des choses ternes dans des salles bas de plafond, mais lorsque Maxwell retourna à la conférence de Genève cette année-là, il loua une maison à Collonge-Bellerive, une ville voisine pittoresque au bord du lac, où il organisait des soirées pour ses invités leur offrant alcool, cigares et virées en voilier. Les scientifiques n’avaient jamais vu quelqu’un comme lui. « Il disait toujours que la concurrence n’était pas sur les ventes mais sur les auteurs », me confia Albert Henderson, un ancien vice-directeur chez Pergame. « On participait aux conférences précisément pour recruter des éditeurs pour de nouvelles revues ». Des histoires courent sur des fêtes organisées sur le toit du Hilton d’Athènes, des vols offerts sur le Concorde, de scientifiques se voyant embarqués sur une croisière entre les îles grecques pour organiser leur nouvelle revue.

En 1959, Pergame publiait 40 revues. Six ans plus tard, elle en publiait 150. Ce qui plaçait Maxwell bien en tête de la compétition. (En 1959, le rival de Pergame, Elsevier, avait seulement 10 revues en anglais, et la société n’en compterait que 50 dix ans plus tard). En 1960, Maxwell avait pris l’habitude de se faire conduire en Rolls-Royce, et avait déménagé son domicile et les bureaux de Pergame de Londres à la propriété grandiose de Headington Hill Hall à Oxford, qui accueillait également la maison d’édition de livres britannique Blackwell.

Les sociétés scientifiques telles que la Société britannique de rhéologie, voyant comment les choses tournaient, commencèrent même à laisser Pergame prendre le contrôle de leurs revues moyennant une somme modique régulière. Leslie Iversen, ancien rédacteur en chef à la Revue de Neurochimie, se souvient avoir été courtisé avec des dîners somptueux au domaine de Maxwell. « Il était très impressionnant », se souvient Iversen. « Après un dîner arrosé d’un bon vin, il nous présentait un chèque, quelques milliers de livres pour la société. C’était plus d’argent qu’aucun de nous, pauvres scientifiques, n’avions jamais vu. »

Maxwell tenait aux titres solennels — « Revue internationale de » était un de ses préfixes favoris. Peter Ashby, ancien vice-président chez Pergame, décrit cela comme une « astuce de Relations Publiques », mais c’est également le reflet d’une solide compréhension de la façon dont la science, et l’attitude de la société envers la science, avait changé. Collaborer et rendre leur travail visible au niveau international était devenu une nouvelle forme de prestige pour les chercheurs, et à plusieurs reprises Maxwell avait accaparé le marché avant que quiconque ne réalise jusqu’à son existence. Lorsque l’Union soviétique lança Spoutnik, le premier satellite artificiel, en 1959, les scientifiques occidentaux se ruèrent pour rattraper la recherche spatiale russe, et furent surpris d’apprendre que Maxwell, plus tôt dans la décennie, avait déjà négocié un accord exclusif pour publier en anglais les revues de l’Académie russe des sciences.

« Il avait des intérêts partout. Je suis allé au Japon, où il avait mis un Américain qui gérait un bureau tout seul. Je suis allé en Inde, il y avait mis quelqu’un », dit Ashby. Et les marchés internationaux pouvaient être très lucratifs. Ronald Suleski qui géra le bureau japonais de Pergame dans les années 70, me confia que les sociétés scientifiques japonaises, prêtes à tout pour voir leur travail publié en anglais, avaient cédé à Maxwell les droits des travaux de leurs membres sans contrepartie.

Dans une lettre fêtant les 40 ans de Pergame, Eiichi Kobayashi, directeur de Maruzen, le distributeur japonais de longue date de Pergame, écrivait en se souvenant de Maxwell : « chaque fois que j’ai le plaisir de le rencontrer, cela me fait penser aux mots de F. Scott Fitzgerald qu’un millionnaire n’est pas un homme ordinaire ».

L’article scientifique est essentiellement devenu la seule façon pour la science d’être systématiquement représentée dans le monde. (Comme le dit Robert Kiley, chef des services numériques à la bibliothèque du Wellcome Trust, la seconde source de financement mondiale de la recherche bio-médicale : « Nous dépensons un milliard de livres par an, et en échange, nous avons des articles. ») Il est la source première de notre domaine de compétence le plus respecté. « La publication est l’expression de notre travail. Une bonne idée, une conversation ou une correspondance, même de la part de la personne la plus brillante du monde… ne compte pour rien si vous ne la faites pas publier », explique Neal Young du NIH. Contrôler l’accès à la littérature scientifique, c’est comme, à tous égards, contrôler la science.

Le succès de Maxwell s’est construit sur un aperçu de la nature des revues scientifiques que d’autres mettront des années à comprendre et reproduire. Pendant que ses concurrents se plaignaient qu’il diluait le marché, Maxwell savait qu’en fait le marché n’avait pas de limite. En créant la Revue de l’énergie nucléaire, la revue de l’éditeur concurrent North Holland, Physiques nucléaires, n’en perdait pas d’activités pour autant. Les articles scientifiques parlent de découvertes uniques : un article ne peut pas se substituer à un autre. Si une nouvelle revue sérieuse apparaît, les scientifiques demanderaient simplement à leur bibliothèque universitaire de s’y abonner aussi. Si Maxwell créait trois fois plus de revues que ses concurrents, il gagnait trois fois plus d’argent.

La seule limite possible était un ralentissement du financement public, mais il y avait peu de risque que cela arrive. Dans les années 60, Kennedy finança le programme spatial, et au début des années 70, Nixon déclarait « la guerre au cancer », alors qu’au même moment le gouvernement britannique développait son propre programme nucléaire avec l’aide des Américains. Peu importe le climat politique, la science se voyait stimulée par de grandes vagues de deniers publics.

Robert Maxwell en 1985. Photographie: Terry O’Neill/Hulton/Getty

A ses débuts, Pergame s’est trouvée au centre de débats virulents sur l’éthique de l’introduction des intérêts commerciaux au monde de la science supposé désintéressé et anti-profits. Dans une lettre datant de 1988 célébrant le 40e anniversaire de Pergame, John Coales de l’université de Cambridge remarquait qu’initialement, beaucoup de ses amis « considéraient [Maxwell] comme le plus grand bandit pas encore pendu ».

Mais à la fin des années 60, l’édition commerciale se présentait comme le statu quo, et les éditeurs étaient considérés comme un partenaire nécessaire aux avancées de la science. Pergame a permis d’amplifier le grand essor de ce domaine en accélérant le processus d’édition et en le présentant sous un ensemble plus élégant. Malgré leurs réserves quant au renoncement à leurs droits d’auteurs, les scientifiques appréciaient davantage la commodité de faire affaire avec Pergame, l’éclat que cela procurait à leurs travaux, et la force de la personnalité de Maxwell. Les scientifiques semblaient bien heureux avec le loup qu’ils avaient laissé entrer.

« C’était un tyran, mais je l’aimais bien », au dire de Denis Noble, un physiologiste de l’université d’Oxford et l’éditeur de la revue Progrès en biophysique et biologie moléculaire. De temps en temps, Maxwell invitait Noble chez lui pour une réunion. « Souvent c’était la fête, il y avait un bel ensemble musical, il n’y avait pas de séparation entre son travail et sa vie personnelle », explique Noble. Maxwell alternait ensuite entre intimidation et charme pour le faire scinder la revue semestrielle en une publication mensuelle ou bimensuelle, laquelle permettrait l’augmentation des cotisations d’abonnement.

En fin de compte, Maxwell s’inclinait presque toujours face aux scientifiques, et les scientifiques avaient fini par apprécier sa personnalité imposante. « Je dois avouer, même en réalisant très tôt ses ambitions d’entrepreneur prédateur, il m’a néanmoins beaucoup plu », écrira Arthur Barret, alors éditeur de la revue Vacuum, dans un article datant de 1988 sur les premières années de la revue. Et le sentiment était partagé. Maxwell adorait ses liens avec les célèbres scientifiques qu’il traitait avec une déférence peu habituelle. « Il a réalisé très tôt que les scientifiques étaient essentiels. Il faisait tout ce qu’ils voulaient. Ça rendait le reste des employés fous », me confia Richard Coleman, qui avait travaillé à la production des revues chez Pergame vers la fin des années 60. Lorsque Pergame a fait l’objet d’une tentative de prise de contrôle hostile, un article du Guardian en 1973 nous apprenait que les éditeurs de revues menaçaient de « désertion » plutôt que de travailler pour un autre PDG.

Maxwell avait transformé le domaine de l’édition, mais le travail quotidien de la science était resté le même. Les scientifiques pouvaient toujours proposer leurs travaux à n’importe quelle revue qui convenait le mieux au domaine de leurs recherches — et Maxwell était heureux de publier toutes recherches que ses éditeurs jugeaient comme suffisamment rigoureuses. Mais au milieu des années 70, les éditeurs ont commencé à se mêler de la pratique de la science elle-même, s’engageant ainsi sur un chemin qui emprisonnera la carrière des scientifiques dans le système de l’édition, imposant ainsi à la direction des recherches les règles propres à l’édition. Une revue devint le symbole de cette transformation.

« Au début de ma carrière, peu importait vraiment où nous étions publiés, mais tout a changé en 1974 avec Cell [cellule] », me confia Randy Schekman, biologiste moléculaire à Berkeley et prix Nobel. La revue Cell (aujourd’hui propriété d’Elsevier) fut créée par le Massachusetts Institute of Technology (MIT) dans le but de présenter un domaine fraîchement dominant, celui de la biologie moléculaire. Elle était éditée par un jeune biologiste du nom de Ben Lewin qui abordait son travail avec acharnement et un talent presque littéraire. Lewin préférait les articles longs et rigoureux qui traitaient de grandes questions (souvent représentant des années de recherches qui auraient fourni plusieurs articles dans d’autres revues) et faisant un trait sur l’idée que les journalistes étaient des instruments passifs utiles de communication scientifique, il a rejeté bien plus d’articles qu’il n’en a publié.

Il avait créé une revue pour les « superproductions » scientifiques, et les scientifiques ont commencé à modeler leurs travaux selon ses règles. « Lewin était malin. Réalisant que les scientifiques sont très vaniteux, ils voulaient êtres membres de ce club select ; Cell était LE club, et il fallait y avoir son article », explique Schekman. « Moi aussi je subissais cette sorte de pression ». Il a fini par publier dans Cell certains de ses travaux qui furent cités pour son prix Nobel.

Subitement, l’espace l’on était publié était devenu extrêmement important. D’autres éditeurs suivirent une démarche activiste similaire dans l’espoir de renouveler le succès de Cell. Les éditeurs avaient également adopté un indicateur appelé « facteur d’impact », inventé dans les années 60 par Eugene Garfield, un bibliothécaire et linguiste, destiné à calculer sommairement la fréquence avec laquelle un article paru dans une revue en particulier est cité dans d’autres revues. Il devint le moyen pour les éditeurs de classer et promouvoir la portée scientifique de leurs produits. Les nouvelles versions des revues, mettant l’accent sur les grandes trouvailles, se retrouvèrent très rapidement au sommet de ces nouveaux classements, et les scientifiques qui publiaient dans les revues à « fort impact » se voyaient récompensés par des emplois et des financements. Presque du jour au lendemain, une nouvelle monnaie du prestige fut créée dans le monde scientifique. (Garfield plus tard dira de sa création qu’elle était « comme l’énergie nucléaire… un bienfait tout relatif »).

On ne peut surestimer l’influence que l’éditeur d’une revue avait désormais sur le cours de la carrière d’un scientifique, et sur la direction même de la science. Schelman explique : « Les jeunes me disent tout le temps : si je ne publie pas dans CNS [un acronyme commun pour Cell/Nature/Science, les revues les plus prestigieuses en biologie], je ne trouverai pas d’emploi ». Il comparaît la recherche de publications à fort impact à un système d’incitation aussi pourri que les bonus bancaires. Il poursuit : « Ils ont une influence énorme sur la où va la science. »

Ainsi la science est-elle devenue une étrange coproduction entre les scientifiques et les éditeurs de revues, ces derniers recherchant de plus en plus les découvertes qui impressionneront les premiers. De nos jours, s’il a le choix des projets, un scientifique refusera presque toujours aussi bien le travail prosaïque de confirmer ou d’infirmer des études passées que les recherches qui dureraient des dizaines d’années pour risquer de ne rien donner, et préférera plutôt un compromis ; un sujet qui soit populaire auprès des éditeurs et qui ait des chances d’être régulièrement publié. « Les universitaires sont incités à produire des recherches qui répondent à ces demandes », avançait le biologiste et prix Nobel Sydney Brenner dans une interview en 2014, qualifiant le système de « corrompu ».

Maxwell avait compris la façon dont les revues étaient désormais les faiseurs de rois de la science. Mais son souci principal était toujours de se développer, fort de sa vision perçante de la direction qu’avait prise la science et des nouveaux domaines de recherches qu’il pouvait coloniser. Richard Charkin, ancien PDG de l’éditeur britannique Macmillan, et qui était en 1974 éditeur chez Pergame, se souvient de Maxwell brandissant un rapport d’une page fait par Watson et Crick sur la structure de l’ADN, lors d’une réunion éditoriale, et déclarant que l’avenir était dans la science de la vie et dans la multitude de ses petites questions, chacune propice à sa propre revue. « Je crois que nous avons lancé une centaine de revues cette année-là », se souvient Charkin. « Je veux dire, bordel… »

Pergame a également étendu ses activités aux sciences sociales et à la psychologie. Une série de revues commençant par « Ordinateurs et » suggère que Maxwell avait repéré l’importance grandissante de la technologie numérique. Comme me le dit Peter Ashby, « C’était sans fin. Oxford polytechnic [aujourd’hui Oxford Brookes University] a ouvert un département Réceptions avec un chef cuisinier. Il a fallu qu’on aille chercher qui dirigeait le département et lui faire lancer une revue. Et paf, Revue internationale de la gestion de réceptions. »

A la fin des années 70, Maxwell avait également affaire à un marché plus encombré. « A l’époque j’étais à Oxford Univerity Press », m’explique Charkin. « On s’est assis et dit : Bon sang, ces revues rapportent beaucoup d’argent ! » Au même moment, aux Pays-Bas, Elsevier avait commencé à développer ses revues en anglais, absorbant la concurrence domestique grâce à une série d’acquisitions et croissant à raison de 35 titres par an.

Comme Maxwell l’avait prédit, la concurrence n’a pas eu l’effet de diminuer les tarifs. Entre 1975 et 1985, le prix d’une revue a doublé. Le New York Times nous informe qu’en 1984, un abonnement à la revue Brain Research coûtait 2 500 dollars; en 1988, il coûtait plus de 5000 dollars. La même année, la bibliothèque de Harvard avait dépassé son budget pour les revues de recherches d’un demi-million de dollars.

Même si les scientifiques remettaient en question occasionnellement l’équité de ce commerce immensément rentable auquel ils fournissaient leurs travaux gratuitement, les bibliothécaires universitaires furent cependant ceux qui prirent conscience du piège que Maxwell avait construit dans le marché. Les bibliothécaires utilisaient les fonds universitaires pour acheter les revues au nom des scientifiques. Maxwell en était bien conscient. « Les scientifiques ne sont pas aussi sensibles aux prix que d’autres professionnels, principalement parce qu’ils ne dépensent pas leur propre argent », confie-t-il dans une interview de son édition Global Business en 1988. Et vu qu’il n’était aucunement possible d’échanger une revue pour une autre moins chère, le résultat fut, continue Maxwell, « une machine à financement perpétuel ». Les bibliothécaires se trouvèrent prisonniers d’une série de milliers de petits monopoles. Avec désormais plus d’un million d’articles scientifiques publiés par an, ils devaient les acheter tous au tarif défini par les éditeurs.

D’un point de vue commercial, c’était une victoire absolue pour Maxwell. Les bibliothèques étaient un marché captif, et les revues s’étaient invraisemblablement placées comme les gardiennes du prestige scientifique — c’est-à-dire que les scientifiques ne pouvaient pas simplement les abandonner s’il advenait une nouvelle méthode de partage des découvertes. « Si nous n’avions pas été aussi naïfs, nous aurions depuis longtemps compris notre position réelle : que nous sommes assis sur une montagne d’argent que des malins de tous bords tentent de transférer vers leurs montagnes », écrivait le bibliothécaire de l’Université du Michigan, Robert Houbeck, dans une revue professionnelle en 1988. Trois ans plus tôt, en dépit d’une baisse des financements scientifiques qui était la première depuis des décennies à durer autant d’années, Pergame enregistrait une marge bénéficiaire de 47%.

Maxwell ne continuerait pas de s’occuper de son empire victorieux. La nature avide qui a permis le succès de Pergame sera également ce qui l’amènera à effectuer une pléthore d’investissements exubérants mais douteux, comme ceux des équipes de football de Oxford United et Derby County FC, les chaînes de télévisions autour du globe, et en 1984, le groupe de presse anglais Mirror où il passa de plus en plus de son temps. En 1991, afin de financer l’acquisition imminente du New York Daily News, Maxwell vendait Pergame à son discret concurrent hollandais Elsevier pour 440 millions de livres (919 millions de livres aujourd’hui).

Beaucoup d’anciens employés de Pergame m’ont confié individuellement qu’ils savaient que c’en était fini pour Maxwell lorsqu’il signa avec Elsevier, car Pergame était la société qu’il aimait vraiment. Plus tard la même année, il se trouva empêtré dans des scandales en relation avec ses dettes croissantes, des pratiques comptables douteuses, et une accusation explosive de la part du journaliste américain Seymour Hersh selon laquelle il était un espion israélien lié à des trafiquants d’armes. Le 5 novembre 1991, on retrouvait Maxwell noyé près de son yacht dans les îles Canaries. Tout le monde en fut choqué, le lendemain, le journal à scandale rival du Mirror soulevait la question que tout le monde avait en tête : « EST-IL TOMBÉ … A-T-IL PLONGÉ ? » criaient les titres. (Une troisième explication, qu’on l’avait poussé, sera aussi évoquée).

L’histoire a dominé la presse anglaise pendant des mois, la thèse du suicide prenant de l’ampleur après qu’une enquête avait révélé qu’il avait volé plus de 400 millions de livres au fonds de retraite du Mirror pour éponger ses dettes. (En décembre 1991, le rapport d’un médecin légiste espagnol déclara sa mort comme accidentelle.) Les spéculations étaient sans limite : en 2003, les journalistes Gordon Thomas et Martin Dillon ont publié un livre affirmant que Maxwell avait été assassiné par le Mossad dans le but de dissimuler ses activités d’espionnage. Maxwell, à cette époque, était mort depuis longtemps, mais l’entreprise qu’il avait lancée continuait de prospérer chez son nouveau propriétaire, pour atteindre de nouveaux niveaux de bénéfice et de puissance globale dans les décennies a suivre.

Si le génie de Maxwell résidait dans le développement, celui d’Elsevier était dans la consolidation. Avec l’acquisition de Pergame et son catalogue de 400 revues, Elsevier contrôlait désormais plus de 1 000 revues scientifiques, en faisant ainsi de loin le plus grand éditeur scientifique du monde.

Lors de la fusion, Charkin, l’ancien PDG de Macmillan, se souvient avoir prévenu Pierre Vinken, PDG d’Elsevier, que Pergame était une entreprise arrivée à maturité, et qu’Elsevier l’avait achetée trop cher.Mais Vinken n’avait aucun doute, se souvient Charkin : « Il disait : vous n’avez aucune idée à quel point ces revues sont rentables une fois que vous arrêtez de faire quoi que ce soit. Lorsque vous préparez une revue, vous y passez du temps pour créer de bons comités éditoriaux, vous les choyez, vous leur offrez des dîners. Ensuite vous lancez le truc sur le marché et vos vendeurs partent vendre des abonnements, ce qui est lent et difficile, et vous tentez de faire de cette revue la meilleure possible. C’est ce qui s’est passé chez Pergame. Après, on l’achète et on arrête de faire tout ça, et donc l’argent ne fait que se déverser et vous n’y croyez pas tellement c’est merveilleux. Il avait raison, et j’avais tort. »

En 1994, soit trois ans après l’acquisition de Pergame, Elsevier avait augmenté ses tarifs de 50 %. Les universités se plaignaient que les budgets étaient poussés à la limite — le Publishers Weekly américain faisait état de bibliothécaires parlant d’une « machine apocalypse » dans leur industrie — et pour la première fois, ils commencèrent à annuler leurs abonnements au profit de revues moins populaires.

Illustration: Dom McKenzie

At the time, Elsevier’s behaviour seemed suicidal. It was angering its customers just as the internet was arriving to offer them a free alternative. A 1995 Forbes article described scientists sharing results over early web servers, and asked if Elsevier was to be “The Internet’s First Victim”. But, as always, the publishers understood the market better than the academics.

A l’époque, l’attitude d’Elsevier paraissait suicidaire. Leurs clients étaient furieux, juste quand internet faisait son entrée en leur offrant une alternative gratuite. Un article du Forbes en 1995 décrivait des scientifiques partageant leurs recherches sur les premiers serveurs web et se demandait si Elsevier allait être « la première victime du net ». Mais comme toujours, les éditeurs saisissaient le marché mieux que les universitaires.

En 1998, Elsevier déployait son plan pour l’ère de l’internet qu’elle appellera « The Big Deal » [le grand plan]. Il offrait l’accès électronique à des forfaits de centaines de revues à la fois : une université payait un tarif fixé chaque année (selon un rapport fondé sur des requêtes de liberté d’information, la facture en 2009 de l’université de Cornell s’élevait à peine 2 millions de livres) et tout étudiant ou professeur pouvait télécharger toute revue qu’il souhaitait à partir du site web d’Elsevier. Les universités adhérèrent en masse.

Ceux qui avaient prédit la chute d’Elsevier avaient présumé que les scientifiques qui s’essayaient au partage en ligne gratuit de leurs travaux pourraient doucement surpasser les titres d’Elsevier en les remplaçant, un par un. En réponse, Elsevier a créé un interrupteur qui fusionnait en un seul les milliers de petits monopoles de Maxwell, si énorme qu’au même titre qu’une ressource de base (comme l’eau ou l’électricité) il était impossible pour les universités de s’en passer. Soit ils payaient, et les lumières scientifiques restaient allumées, soit ils refusaient, et presque un quart de la littérature scientifique se retrouvait dans le noir dans chaque institution. Un pouvoir immense se trouvait concentré entre les mains des plus grands éditeurs, et les profits d’Elsevier connurent une nouvelle montée en flèche qui atteignaient des milliards dans les années 2010. En 2015, le Financial Times consacrait Elsevier comme « l’entreprise qu’Internet n’a pas réussi à tuer ».

Les éditeurs se sont tellement immiscés dans les divers organes du corps scientifique qu’aucun effort n’a pu les en déloger. Dans un rapport de 2015, un informaticien de l’université de Montréal, Vincent Larivière, démontrait qu’Elsevier possédait 24% du marché des revues scientifiques, tandis que Springer, les anciens partenaires de Maxwell et ses rivaux dans son secteur Wiley-Blackwell en contrôlaient chacun 12%. Ces trois sociétés représentaient la moitié du marché. (Un représentant d’Elsevier au fait du rapport me confiait que selon leur propre estimation ils publient à peine 16% de la littérature scientifique.)

« Malgré les conseils que je donne partout dans le monde à ce sujet, le règne des revues semble encore plus important qu’auparavant », me confiait Randy Schekman. Cette influence, plus que les profits qui ont permis l’expansion du système, est ce qui frustre le plus les scientifiques aujourd’hui.

Selon Elsevier, son objectif principal est de faciliter les travaux des scientifiques et autres chercheurs. Un commercial d’Elsevier remarquait que la société recevait un million et demi de soumissions d’articles l’an passé, et en publiait 420 000 ; 14 millions de scientifiques confiaient à Elsevier la tâche de publier leurs résultats, et 800 000 scientifiques font don de leur temps pour aider à la relecture et à l’évaluation par les pairs. « Nous aidons les chercheurs à être plus productifs et efficaces », me disait Alicia Wise, vice-présidente directrice des réseaux stratégiques globaux. « Et c’est un gain pour les institutions de recherche et pour les sources de financement de la recherche comme les gouvernements ».

Quant à savoir pourquoi tant de scientifiques sont aussi critiques vis-à-vis des éditeurs de revue, Tom Reller, vice-président des relations d’entreprise chez Elsevier, explique : « Ce n’est pas à nous de parler des motivations des autres. Nous nous fions aux nombres [de scientifiques qui confient leurs résultats à Elsevier] et cela montre que nous faisons du bon travail ». Interrogé au sujet des critiques relatives au modèle économique d’Elsevier, Reller écrivait dans un e-mail que ces critiques ne prenaient pas en compte « tout ce que les éditeurs font pour ajouter de la valeur — bien au-delà des contributions apportées par les financements du secteur public ». Voilà, dit-il, ce qu’ils facturaient.

Dans un sens, ce n’est la faute d’aucun éditeur si le monde scientifique semble se plier à la force de gravité de l’industrie. Si des gouvernements comme ceux de la Chine et du Mexique offrent des bonus financiers pour publier dans des revues à fort impact, ce n’est pas parce qu’ils répondent à une demande d’un éditeur, mais parce qu’ils suivent les avantages d’un système extrêmement complexe qui se doit de satisfaire les idéaux utopiques de la science face aux objectifs commerciaux des éditeurs qui la dominent. (« Les scientifiques que nous sommes n’avons pas abondamment réfléchi sur les eaux dans lesquelles nous nageons », me confia Neal Young).

Depuis le début des années 2000, les scientifiques défendent une alternative à la publication par abonnement appelée « accès libre ». Cela résout la difficulté d’équilibrer les impératifs scientifiques et commerciaux simplement en faisant fi de l’élément commercial. En pratique, cela prend habituellement la forme de revues en ligne, auxquelles les scientifiques versent une commission initiale couvrant les frais de d’édition, ce qui assure ensuite la disponibilité des travaux accessibles à tous gratuitement et à perpétuité. Cependant, malgré l’appui de quelques-unes des plus grosses agences de financement au monde, comme la fondation Gates et le Wellcome Trust, à peine un quart des articles scientifiques sont rendus accessibles gratuitement au moment de leur publication.

Le concept selon lequel les recherches scientifiques devraient être gratuitement disponibles pour tous se démarque nettement du système actuel, le menace même — il se fonde en effet sur la capacite des éditeurs à restreindre l’accès à la littérature scientifique afin de maintenir son immense rentabilité. Ces dernières années, l’opposition la plus radicale au statu quo s’est concrétisée autour d’un site web controversé appelé Sci-Hub — une sorte de Napster pour la science qui permet à chacun de télécharger gratuitement des articles scientifiques. Sa créatrice, Alexandra Elbakyan, une kazakh, vit dans la clandestinité, accusée de piratage et de violation de droits d’auteur aux États-Unis. Elsevier a récemment obtenu une injonction de 15 millions de dollars (le montant autorisé maximal) contre elle.

Elbakyan est une utopique invétérée. « La science devrait appartenir aux scientifiques et non aux éditeurs », m’a-t-elle écrit dans un e-mail. Elle citait dans une lettre adressée au tribunal, l’article 27 de la déclaration universelle des droits de l’homme, faisant valoir le droit « de profiter de l’avancement scientifique et de ses bénéfices ».

Quel que soit le sort de Sci-hub, il semble que la frustration à l’égard du système actuel prenne de l’ampleur. Mais l’histoire montre que parier contre les éditeurs scientifiques est une opération risquée. Après tout, si l’on se remémore 1988, Maxwell avait prédit qu’à l’avenir il ne resterait qu’une poignée de maisons d’édition, et qu’elles exerceraient leurs activités dans une ère de l’électronique sans aucun coût d’impression, menant ainsi presque à « un pur profit ». Ça ressemble beaucoup au monde dans lequel nous vivons aujourd’hui.
Illustrations par Dom McKenzie

Source : The Guardian, Stephen Buranyi, 27-06-2017

63 réponses à Le marché extraordinairement lucratif de la publication scientifique est-il mauvais pour la science ? Par Stephen Buranyi

Commentaires recommandés

Nicolas Le 29 septembre 2017 à 08h08

C’est le modèle américain dit “de la concurrence libre et non faussée” : le public paie, les actionnaires encaissent les dividendes.
L’alternative serait que des agences nationales de recherche (par exemple CNRS, Max Planck, CNR italien, RAN russe) s’unissent pour mettre en commun tous les frais liés à la publication et relecture, et se partagent tous les résultats. On peut rêver. Tant qu’il n’y aura pas un accord de ce genre, le système actuel perdurera.

  1. Ninkasi Le 29 septembre 2017 à 07h32
    Afficher/Masquer

    Bonjour , Data gueule avait traité le sujet dans une de leur vidéo.
    https://youtu.be/WnxqoP-c0ZE


    • LBSSO Le 29 septembre 2017 à 07h57
      Afficher/Masquer

      Effectivement, et elle avait été reprise sur ce Blog dans les Miscellanées le 5 11 2016 :
      http://www.les-crises.fr/video-prives-de-savoir/

      Significative de notre époque cette simultanéité, ce télescopage :
      – éviction de J Sapir d’une plateforme
      – marchandisation accélérée du savoir scientifique permise par les nouvelles technologies
      – appel par une pétition (sur une plateforme)à la création d’un media libre et indépendant.

      “Ca bouilllonne…”


      • Kiwixar Le 29 septembre 2017 à 10h15
        Afficher/Masquer

        Comptons les points du télescopage :
        – côté camp du mal : élection de Macron, Merkel, censure de Sapir et Romaric Gaudin, marchandisation accelerée, CETA, la super-classe qui continue à s’enrichir à tours de bras, destruction du Code du Travail, vente de la France (Alstom, etc)
        – côté camp du bien : Brexit + une pétition pour le création d’un média libre et indépendant

        Je ne sais pas trop où classer Washington DC-la folle et les risques d’embrasements en Syrie (mort de généraux russes) et en Corée du Nord.


        • LBSSO Le 29 septembre 2017 à 19h59
          Afficher/Masquer

          @Kiwixar je viens d’approuver votre post.Je voudrais rebondir sur le Brexit et votre commentaire d’ hier je crois sur défense française vs l’ Allemagne.

          -Le Brexit pose un problème à la France en matière de défense et d’opérations extérieures (du type de la Libye)
          -Vous avez sans doute noté que l’on reparle d’une Europe aux cercles concentriques “en même temps” qu’une relance du projet européen.
          -Cette rhétorique pourrait se “transformer” en une tactique pour contourner un éventuel appétit de l’Allemagne dans le domaine de la défense.En établissant, un cercle concentrique large qui engloberait le Royaume Uni sur ce thème.

          Je sais @Kiwixar, c’est du billard à 3 bandes mais suivons de près parallèlement les négociations sur le Brexit et la relance (sic) de l’idée européenne pour suivre l’évolution de la doctrine de la défense française .

          ( ce n’est pas un parti pris , juste le choix de partager cette idée qui traine dans les “milieux autorisés”)


        • madake Le 01 octobre 2017 à 13h56
          Afficher/Masquer

          @kiwixar qui d’habitude fait preuve de plus de discernement.
          Pour raisonner sainement, est-il adéquat de reprendre la rhétorique “bushéenne” délimitant un camp du mal et camp du bien?

          Ca implique d’emblée de penser selon un schéma éculé, qui a largement fait la preuve de travers rédhibitoires, qui ont généré les “magnifiques” échecs dont nous voyons les conséquences…
          Pourquoi toujours vouloir coller ses si pratiques étiquettes,
          pour les bons et les méchants, qui sont autant d’oeillères?
          Comment résoudre des problèmes avec les raisonnements qui les ont causé?


  2. Nicolas Le 29 septembre 2017 à 08h08
    Afficher/Masquer

    C’est le modèle américain dit “de la concurrence libre et non faussée” : le public paie, les actionnaires encaissent les dividendes.
    L’alternative serait que des agences nationales de recherche (par exemple CNRS, Max Planck, CNR italien, RAN russe) s’unissent pour mettre en commun tous les frais liés à la publication et relecture, et se partagent tous les résultats. On peut rêver. Tant qu’il n’y aura pas un accord de ce genre, le système actuel perdurera.


    • red2 Le 29 septembre 2017 à 11h46
      Afficher/Masquer

      Un pays, un organisme scientifique ou même pourquoi pas l’UE pourrait faire le job, les éditeurs ne font quasiment rien!
      Les papiers sont écrits et mis en forme par des scientifiques, le plus souvent ces scientifiques proposent eux même des referees competents pour valider leur travail, ce sont des scientifiques qui font ce travail de validation bénévolement et c’est ensuite des scientifiques qui lisent de discutent des résultats dans des nouveaux papiers…

      Franchement, ça demande très peu de moyen de gérer une maison d’édition,c’est juste une question de com. Je suis par ailleurs très surpris des marges minimales citée dans l’article plutôt que 30-40% j’imagine plutôt des marges à 80-95%… A part gérer le site internet et négocier des contrats délirant avec les organismes scientifiques que fait Elsiever du fric des abonnements ?


      • PierreH Le 29 septembre 2017 à 15h11
        Afficher/Masquer

        Il paie des indiens pour mettre en forme les articles au format du journal (si si, ils ont bien délocalisé en Inde, tous…). Et certains sont quand même encore abonnés à la version papier (de moins en moins).


  3. Nicolas Le 29 septembre 2017 à 08h14
    Afficher/Masquer

    La créatrice de Sci-Hub a fait parler d’elle récemment : elle a été critiqué par des chercheurs russes, donc (??) elle a fermé l’accès de son site à tous les chercheurs russes. Elle a des problèmes psychiatriques à régler avant de révolutionner quoi que ce soit.


    • wesson Le 29 septembre 2017 à 15h57
      Afficher/Masquer

      Ce serait assez bien de prendre des pincettes avec cette histoire, car elle est plus compliquée qu’il n’y parait.

      Alexandra Elbakyan est depuis un certain temps en conflit larvé avec une partie de la communauté scientifique Russe précisément au propos de sci-hub, disons avec la partie des scientifiques Russes qui ne rechignent pas à trouver des budgets de recherche auprès de bailleurs occidentaux.

      Pour schématiser, l’action judiciaire des Américains n’est pas la seule action intentée contre sci-hub, il y a aussi clairement une tentative de prise de contrôle du site depuis la Russie et à l’aide d’obligés de l’occident qui pullulent partout en ce monde dans toutes les universités ou centres de recherche. Ce n’est pas pour rien que les USA sont le seul pays qui ont la capacité de réécrire une histoire qui leur convient, même totalement fausse, parce qu’ils auront toujours un aréopage de scientifiques et de “personnes compétentes” pour l’appuyer. Mais je m’égare.

      Quoi qu’il en soit, ce “blocage” qui fut temporaire et pas vraiment un blocage dénote plus une lutte d’influence qu’un problème dans la santé mentale de Mme Elbakyan


      • Nicolas Le 29 septembre 2017 à 19h58
        Afficher/Masquer

        OK. Je me basais juste sur un article que j’avais lu dans un média plutôt sérieux (Vzgliad ou BFM probablement) mais je veux bien croire qu’il y a d’autres interprétations.


  4. J Le 29 septembre 2017 à 08h50
    Afficher/Masquer

    Globalement, les revues scientifiques “à relecture” visent avant tout à perpétuer l’autorité et les privilèges des spécialistes reconnus les plus pointus dans leurs domaines, donc des élites dans ce secteur. Ca marche très bien… un temps.

    Le problème, c’est que les élites désintéressées du début finissent toujours par devenir au fil du temps des castes seulement soucieuses de leurs privilèges.

    Et aussi, un certain Thomas Kuhn nous a appris qu’en science il se produit parfois des “révolutions”, et que ces révolutions ne viennent pratiquement jamais des spécialistes confirmés du domaine impliqué. John Dalton (théorie atomique) n’était pas chimiste. Louis Pasteur n’était pas médecin (et la médecine institutionnelle a résisté becs et ongles), Charles Darwin était carrément un amateur lors de ses premiers travaux.


    • Raphaël Le 29 septembre 2017 à 16h00
      Afficher/Masquer

      Faut pas exagérer, il n’y a bien encore que dans l’édition scientifique qu’un inconnu (non institutionnel) peut présenter une théorie révolutionnaire si elle passe le process de relecture. Même si les guerres de chapelles font rages dans certains milieux scientifique, on peut toujours changer de revue.

      Essayez d’envoyer une pige au Monde pour voir…


  5. Wakizashi Le 29 septembre 2017 à 08h56
    Afficher/Masquer

    En-dehors de tout ce que l’on peut dire sur les méfaits du système capitaliste dans ce domaine (comme dans tant d’autres), il faut noter que les premiers à jouer le jeu sont les scientifiques eux-mêmes. L’immense majorité des scientifiques sont obnubilés par l’idée de publier le plus possible, et le plus vite possible, dans un but exclusivement carriériste. Oui parce que la science est un système pyramidal comme partout ailleurs, avec des postes de pouvoir et de prestige très désirables.

    Et la recherche fondamentale dans tout ça ? Eh bien elle est en panne depuis près d’un siècle, notamment en physique. Oui parce que c’est long et laborieux la recherche fondamentale ; elle ne permet pas de publier beaucoup. Par contre la recherche appliquée permet de publier énormément… sauf qu’elle ne fait pas avancer le schmilblick, puisque elle ne fait qu’utiliser les résultats de la recherche fondamentale. Résultat, les 2 piliers de la physique (la RG et la MQ) n’ont pas bougé depuis 1 siècle…


    • bili Le 29 septembre 2017 à 09h51
      Afficher/Masquer

      Le système capitaliste ne fait qu exploiter les faiblesses des hommes : vanité, cupidité… qui peut être un bon moteur. Mais qui peut vite déraper en predation et être contre productif d ou sa nécessaire régulation.


      • Wakizashi Le 29 septembre 2017 à 11h43
        Afficher/Masquer

        Oui mais le système capitaliste est lui-même créé par l’homme. Il ne s’impose pas à nous comme la pluie ou la gravitation par exemple. En dernière analyse, c’est bien l’homme qui est responsable, non seulement des systèmes qu’il met en place, mais aussi et surtout de ses propres actes (notamment quand il cautionne un système délétère en jouant le jeu du système en question).

        Quand les scientifiques font de la science par carriérisme et non pour chercher à dévoiler les mystères du réel comme le faisaient leurs illustres prédécesseurs (Galilée, Newton, Kepler, Planck, Bohr, Heisenberg, Schrödinger, Einstein et tant d’autres), c’est avant tout leur propre responsabilité qui est en cause. Nous ne sommes pas des marionnettes impuissantes ; nous sommes tous collectivement responsables de l’état du monde dans lequel nous vivons…


        • bili Le 29 septembre 2017 à 19h49
          Afficher/Masquer

          Oui mais non … l homme individuellement est tres faibles et est vite “detournable” on ne peut résister seul contre une mega structure: entreprise , société ect…
          Donc il est du devoir du politique de veiller à ce que l homme (faible) individuel soit réellement libre de ces choix et qu il ne tombe pas dans ces mauvais penchant, quite à le recadré par la force pour le bien de la société.
          Aujourd’hui le bonheur individuel est devenue supérieure au bonheur collectif, et on vois le résultat que sa donne…


          • Wakizashi Le 30 septembre 2017 à 10h05
            Afficher/Masquer

            C’est la théorie de l’homme impuissant et donc irresponsable que vous défendez là. Je ne souscris pas à cette vision, qui est contraire aux faits de toute façon : encore une fois, l’être humain est responsable de ses actes, et la société humaine est de facto le résultat de la somme des actes de l’humanité (de la conscience collective en fait).

            Certes, les puissants et les décideurs politiques ont une grosse part de responsabilité dans l’état du monde, mais nous jouons le jeu collectivement, notamment celui de la consommation de masse. Rien ne nous oblige par exemple à acheter des produits dont on sait très bien qu’ils sont fabriqués dans des conditions sociales et environnementales exécrables.

            Finalement, il suffit de se rendre dans une galerie marchande un samedi après-midi pour trouver matière à méditer longuement sur la condition humaine…


    • red2 Le 29 septembre 2017 à 11h54
      Afficher/Masquer

      “L’immense majorité des scientifiques sont obnubilés par l’idée de publier le plus possible, et le plus vite possible, dans un but exclusivement carriériste”

      Enfin, dans le monde du “Publish or perish” et du financement par projet, ils n’ont pas trop le choix si ils veulent rester scientifiques ou avoir un minimum de moyen pour mettre en œuvre leurs recherche…

      J’ai fait de la recherche, je n’en suis plus car mon équipe refusait ce modèle débile, ce qui veut dire pas de poste et peu de moyen… et pourtant on publiait beaucoup mais ce n’était pas l’unique objectif, on faisait aussi de la recherche de haut niveau ce qui demande du temps… Baser tout son travail sur le nombre de publication amène à publier de la merde uniquement pour publier et à passer son temps à publier et non à faire de la recherche, c’est juste débile.


      • PierreH Le 29 septembre 2017 à 15h14
        Afficher/Masquer

        Je ne vous le fait pas dire, on s’adapte ou on dégage ! Le problème étant que lorsqu’on commence à déroger aux critères (normalement drastiques) de l’éthique scientifique, on se laisse aller de plus en plus facilement…


    • Le Rouméliote Le 29 septembre 2017 à 12h08
      Afficher/Masquer

      C’est également vrai dans les sciences humaines et sociales. Il n’y a plus aucune recherche sérieuse de collecte de données, de monographies sur le terrain en géographie alors que les paysages sont bouleversés par la croissance démographique et la mondialisation. Il n’y a aucune réflexion théorique fondée sur cette recherche de terrain. L’utilisation des données satellitales ne fait l’objet d’aucun programme : elle reste le domaine de quelques chercheurs isolés qui ne peuvent rien publier en France.


    • Physicien mathématicien Le 29 septembre 2017 à 13h25
      Afficher/Masquer

      C’est évidemment complètement faux. Évidemment que la recherche fondamentale a fait des progrès énormes, en physique comme ailleurs. Si la mécanique quantique a un bon siècle, la théorie des champs, le modèle standard, les théories “au-delà du modèle standard” sont beaucoup plus récentes et ont beaucoup évolué tout au long du XXème siècle. Et il n’y a pas que la mécanique quantique : la physique statistique a fait des progrès considérables, la physique du solide, l’astrophysique, etc., ont toutes fait des avancées spectaculaires. Bien sûr, il n’y a pas eu de changement de paradigme comparable à ceux du début du XXème siècle, mais cela n’est en aucun cas dû au comportement “carriériste” des chercheurs, mais au fait que les théories actuelles permettent d’expliquer l’essentiel des observations. Tant qu’il n’y a pas de tensions entre les observation expérimentales et les prédictions théoriques, il y a peu de chances d’observer une révolution…


      • PierreH Le 29 septembre 2017 à 15h20
        Afficher/Masquer

        Oui merci beaucoup, dire qu’en physique fondamentale rien n’a bougé depuis un siècle ça fait bondir, et très haut !!!
        Après, évidemment le modèle de gestion managerial par projets avec délivrables et tout le toutim ne pousse pas à la réflexion de long terme, je pense qu’on peut le dire… Faire de la recherche “contre” le mode de fonctionnement majoritaire de la communauté n’a jamais été facile. Et puis les chercheurs sont aussi des être humains: voir ses efforts reconnus par une promotion, à qui ça ne fait pas plaisir ? Dire que c’est la seule chose qui motive les chercheurs, par contre, c’est tout à fait malhonnête…


        • Wakizashi Le 29 septembre 2017 à 16h57
          Afficher/Masquer

          “Oui merci beaucoup, dire qu’en physique fondamentale rien n’a bougé depuis un siècle ça fait bondir, et très haut !!!”

          Je veux bien admettre que j’ai exagéré un tantinet, mais pas tant que ça. Je ne suis pas le seul à le dire d’ailleurs : la physique (des hautes énergies) est face à un mur, tout le monde le sait très bien, et pour l’instant on n’a que des modèles non validés pour tenter de répondre à ça (ou alors j’ai loupé un épisode).

          Et il n’y a pas qu’en physique ; en science de la vie, prenez les recherches sur l’origine de la conscience par exemple, c’est pareil, échec sur toute la ligne. C’est d’ailleurs pour ça que l’IA forte n’a toujours pas vue le jour, alors qu’on nous la promet “pour dans quelques années” depuis les années 50 (forcément : il est difficile de fabriquer quelque chose dont on ne connaît pas la nature…)


          • POL Le 29 septembre 2017 à 18h46
            Afficher/Masquer

            et c’est la qu’il est temps de changer de paradigme,
            il y en a de rafraichissants
            https://www.youtube.com/watch?v=glepnXSkiyE&t=4s

            Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement,
            Et les mots pour le dire arrivent aisément.
            BOILEAU, l’art poétique, 1674


      • Wakizashi Le 29 septembre 2017 à 16h41
        Afficher/Masquer

        “C’est évidemment complètement faux.”

        On ne peut pas dire que l’on n’a pas changé de paradigme, tout en affirmant que la recherche fondamentale a fait “des progrès énormes”, question de cohérence. Mais je parlais de recherche fondamentale, pas de bricolage autour des théories existantes ; ça doit être pour ça que l’on ne se comprend pas.

        “les théories actuelles permettent d’expliquer l’essentiel des observations”

        Première nouvelle : comment expliquez-vous (au hasard) l’origine de la réduction du paquet d’onde, l’accélération de l’expansion, l’origine de la valeur des constantes libres du modèle standard ou la source de l’inertie ? Et je ne parle pas de l’unification des 4 interactions fondamentales, avec nos amis cordistes qui pédalent dans la choucroute depuis des années… tout ça pour un modèle dérivable à l’infini et non-réfutable.


        • pol Le 29 septembre 2017 à 18h54
          Afficher/Masquer

          une théorie qui n’est confirmée par aucune observation est une théorie fausse, ce qui est le cas de la plupart des élucubrations de ces 40 dernières années qui ne parviennent à tenir debout qu’au prix de multiples contorsions, genre 6 variables d’ajustement dans le modèle cosmologique standard et autres joyeusetés du même tonneau,


        • Physicien mathématicien Le 29 septembre 2017 à 19h43
          Afficher/Masquer

          “On ne peut pas dire que l’on n’a pas changé de paradigme, tout en affirmant que la recherche fondamentale a fait “des progrès énormes”, question de cohérence. ”

          Euh… Je suppose que vous n’êtes pas chercheur et ne connaissez la science qu’à travers sa vulgarisation. Ce qui est exceptionnel, d’un point de vue historique, c’est la situation ayant eu lieu au début du XXème siècle. La majeure partie du temps, l’évolution d’une discipline se fait de manière continue, les discontinuités (changements de paradigme) sont des événements exceptionnels et ne se produisent que tous les quelques siècles. Cela n’empêche en rien une discipline de faire des progrès énormes le reste du temps.


          • Wakizashi Le 29 septembre 2017 à 19h55
            Afficher/Masquer

            “Euh… Je suppose que vous n’êtes pas chercheur et ne connaissez la science qu’à travers sa vulgarisation.”

            1- Hors-sujet.

            2- Vous supposez oui… comme les cordistes.

            “les discontinuités (changements de paradigme) sont des événements exceptionnels et ne se produisent que tous les quelques siècles. ”

            En tant que scientifique, il faut être aveugle pour ne pas voir que la physique est à l’aube d’une discontinuité justement (d’un changement de paradigme), et qu’en attendant elle patine. Ce que je dénonce, c’est que ce changement est retardé par des blocages idéologiques (les cordes notamment) et par le carriérisme dont il est question plus haut.


            • Physicien mathématicien Le 29 septembre 2017 à 20h06
              Afficher/Masquer

              Je ne vais pas discuter davantage (on s’éloigne du sujet de l’article), mais vous avez tort: le “blocage” dont vous parlez n’est pas du tout idéologique. Comme je l’ai dit, il est (malheureusement) dû à un manque de données expérimentales permettant de faire un tri parmi les nombreuses voies actuellement tentées, ou d’en indiquer de nouvelles. Rien ne ferait plus plaisir aux physiciens qu’une énorme surprise remettant en question les théories actuelles. Les physiciens du début du XXème siècle ont eu une chance énorme de vivre une période pareille.

              Sur ce, bonne soirée.


            • Wakizashi Le 29 septembre 2017 à 20h13
              Afficher/Masquer

              Vous n’admettez même pas que nombre de doctorants sont sommés de rentrer dans le club des cordites s’ils veulent espérer faire carrière ? J’en connais plusieurs qui ont arrêté à cause de ça, mais bon, vous avez raison on s’éloigne du sujet.

              Bonne soirée à vous aussi.


            • R Le 30 septembre 2017 à 02h40
              Afficher/Masquer

              Tout à fait d’accord avec vous, et ce n’est malheureusement pas circonscrit à la physique. Je pense de plus que dans le climat épistémologique actuel et étant donné la manière dont la recherche fonctionne aujourd’hui, les changements de paradigme vont devenir de plus en plus compliqués.


        • Physicien mathématicien Le 29 septembre 2017 à 19h43
          Afficher/Masquer

          Il y a évidemment de nombreux problèmes ouverts aujourd’hui (l’ontologie de la mécanique quantique et, plus généralement, de la théorie quantique des champs, comme vous le mentionnez; également l’unification entre cette dernière et la relativité générale; le problème de la “matière noire” et de l'”énergie noire”, et beaucoup, beaucoup d’autres moins vulgarisés, etc.). évidemment qu’on ne sait pas tout (loin s’en faut !).

          Ce que je voulais dire, c’est qu’on ne dispose pas d’autant de données expérimentales incompatibles avec les théories actuelles que ce n’était le cas au début du XXème siècle. C’est ce manque qui fait que les physiciens doivent avancer un peu à l’aveugle (théorie des cordes, gravitation quantique à boucles, etc.), en espérant toujours que le CERN leur produise un résultat inattendu pour les guider dans la bonne direction. La plus grande tension actuelle est l’incompatibilité apparente entre relativité générale et théorie quantique des champs, et il est possible que la solution à ce problème conduise à un nouveau changement de paradigme.

          Mais tout ceci ne change rien au fait que la physique a fait des progrès immenses ce dernier siècle (et continue d’en faire). Ceux-ci sont peut-être moins évident à percevoir pour le grand public, mais ils n’en existent pas moins.


          • Wakizashi Le 29 septembre 2017 à 20h08
            Afficher/Masquer

            “Ce que je voulais dire, c’est qu’on ne dispose pas d’autant de données expérimentales incompatibles avec les théories actuelles que ce n’était le cas au début du XXème siècle. ”

            Mouais… l’invention des concepts de matière noire et d’énergie noire sont un bon contre-exemple quand-même : au lieu de revoir notre modèle, on lui ajoute des variables ex nihilo pour faire coller les observations à la théorie. On pourrait aussi parler des modèles de formation des galaxies spirales qui ne tiennent pas la route, et de tant d’autres choses…

            “Mais tout ceci ne change rien au fait que la physique a fait des progrès immenses ce dernier siècle (et continue d’en faire).”

            Tout est une question d’acceptation de l’expression “immenses progrès”… Evidemment que la physique a fait des progrès en 100 ans, mais de là à dire qu’ils sont “immenses” (au niveau fondamental), il y a un pas. Vous le dites vous-mêmes : il n’y a pas eu de bifurcation depuis un siècle.


    • Raphaël Le 29 septembre 2017 à 16h01
      Afficher/Masquer

      Faut bien nourrir sa famille. Moi je le fais à grands coups de h-index.


  6. bili Le 29 septembre 2017 à 10h01
    Afficher/Masquer

    Sa me confirme l idée que derrière chaque fortune ,il y à une escroquerie , exploitation (legale ou pas ) sauf quelques exceptions.
    Ici l état finance la recherche, et l état (via les bibliothèques) rachete les résultats de ces recherches… et sa dure depuis des décennies, à pars sa tout est normal…
    Demain je vais me pointer devant ma mairie , et je vais leur proposer de leur louer les logements qu il viennent de construire lol


    • R Le 30 septembre 2017 à 02h41
      Afficher/Masquer

      « Plus t’as de pognon, moins t’as de principes. L’oseille c’est la gangrène de l’âme. »


  7. jules vallés Le 29 septembre 2017 à 10h45
    Afficher/Masquer

    ” l’importance de l’innovation scientifique pour la société”
    Pour la société capitaliste… Pour une société décente on se passera aisément de la création de dizaine de milliers de nouveaux composés chimiques , de l’omniprésence des métaux lourds, de la diffusion massive de gaz délétères, de tous les nouveaux armements, explosifs, productions radio-actives, rayonnements électro-magnétiques, etc, etc… et même de nos objets connectés, polluants à fabriquer, énergivore à utiliser, et repolluants à s’en débarrasser, et qui m’empêchent d’avoir des vraies relations humaines, comme tout de suite!!!!


    • Wakizashi Le 29 septembre 2017 à 11h34
      Afficher/Masquer

      “Pour la société capitaliste…”

      Vous n’avez pas tort, mais vous confondez l’innovation technologique et la recherche fondamentale, celle qui permet d’explorer les mystères de l’univers et de la vie. La science permet des applications technologiques, bonnes ou mauvaises, mais elle permet surtout de donner un paradigme, de décrire le monde dans lequel on vit, de donner une vision du réel.

      Sans parler des ravages de l’ignorance, ces paradigmes sont structurels pour toute société. Il suffit pour s’en convaincre de noter qu’une des plus grandes mutations de la société occidentale (le passage du Moyen-Âge à la Renaissance) a été impulsé par un changement de paradigme scientifique, à savoir la révolution copernicienne.


      • Crapaud Rouge Le 29 septembre 2017 à 21h13
        Afficher/Masquer

        “vous confondez l’innovation technologique et la recherche fondamentale” : non, jules vallés ne confond rien du tout. Toute avancée en recherche fondamentale donne lieu à une recherche appliquée qui alimente la R&D des industriels, exemple avec la spintronique. Et si certains domaines, cosmologie ou autres, donnent l’impression d’être sans retombées techniques, ce n’est qu’un leurre : les sciences physiques sont toutes très gourmandes en technologies de pointe pour leurs instruments, de sorte qu’il y a toujours une étroite imbrication entre sciences et techniques. Le distinguo n’est qu’intellectuel.


        • Wakizashi Le 30 septembre 2017 à 07h49
          Afficher/Masquer

          “Le distinguo n’est qu’intellectuel.”

          Non, le distinguo est factuel : la recherche fondamentale et les applications technologiques que l’on peut en tirer sont 2 choses totalement différentes. Grâce à la théorie quantique, on peut fabriquer des IRM ou des bombes atomiques, mais il n’y a aucune fatalité là-dedans : rien n’oblige à le faire, ce sont des choix effectués par des humains.

          Maintenant si le discours est de dire qu’il faut arrêter de faire de la science, il faut le dire tout de suite et je cours acheter des bougies…


    • PierreH Le 29 septembre 2017 à 15h22
      Afficher/Masquer

      Pareil que Wakizashi, d’ailleurs vous trouverez plein de scientifiques qui ne sont pas franchement fans des gadgets technologiques à la dernière mode… On n’est pas OBLIGES de produire et polluer à mort parce qu’on a trouvé un moyen de le faire.


  8. Quintus Le 29 septembre 2017 à 15h24
    Afficher/Masquer

    Ce qui est totalement hypocrite dans les revues scientifiques, c’est que le travail d’édition se limite à de la simple modération, étant donné que les pairs font bénévolement le travail de relecture et que les articles sont édités selon un canevas logiciel mis à disposition des rédacteurs (ex. classe LaTeX).

    Soit presque rien par rapport à un éditeur plus classique, qui effectue un travail réel et complexe de relecture et de mise en forme (typographie, pagination). Les frais d’un éditeur scientifique qui se limitent à l’impression et l’expédition des volumes écrits et à l’hébergement des versions électroniques sur un site si possible pas trop mal fichu.

    Si j’étais ministre de la recherche je mettrais en place une plateforme de publication étatique et obligerais à évaluer chercheurs et labos uniquement sur leurs publications acceptées sur cette plateforme-là.


  9. Physicien mathématicien Le 29 septembre 2017 à 16h26
    Afficher/Masquer

    Publier en open-access implique en général (il y a des exceptions, mais surtout pour des journaux publiés par des institutions scientifiques) de payer pour publier, ce qui n’est certainement pas une solution acceptable : cela ne fait que déplacer le problème du lecteur vers l’auteur, avec le problème supplémentaire du conflit d’intérêt pour le journal (cf la multiplication sans fin de pseudo-journaux scientifiques !)
    Une bien meilleure solution est de mettre une copie de tous ses articles également sur des plateformes libres d’accès, comme arXiv. De très nombreux physiciens et mathématiciens font cela systématiquement, les autres disciplines devraient faire de même.


    • Alban Le 30 septembre 2017 à 06h26
      Afficher/Masquer

      J’ai récemment eu la surprise de voir une publication refusée par arXiv. Pas assez de références, e motivation, etc. Je voulais juste publier une preuve !
      Depuis, je passe par viXra et je boycote arXiv !
      Dans le domaine de la physique, je crois que les publications open sont très populaires. En intelligence artificielle, on a aussi nos propres moyens d’édition, grâce à AAAI et JAIR.


  10. Crapaud Rouge Le 29 septembre 2017 à 20h56
    Afficher/Masquer

    Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi il se trouve des scientifiques bénévoles pour se “casser le c..” à relire gratuitement les articles de leurs pairs. Ce sont eux, et eux seuls, qui confèrent une valeur à ces fameuses revues. Qu’ils se mettent en grève et l’affaire est pliée !


    • Raphaël Le 29 septembre 2017 à 21h27
      Afficher/Masquer

      Se casser le cul pour pas un rond est l’essence même du travail de scientifique… En plus en France c’est sans la reconnaissance sociale et sans aucune ligne directrice. Vous croyiez que ça tourne comment la recherce ?


      • frank Le 30 septembre 2017 à 00h45
        Afficher/Masquer

        Crapaud Rouge, vous avez raison, mais notre carrière est entièrement évaluée sur les publications dans les plus prestigieuses revues (souvent anglo-saxonnes). Leur faire la guerre ne va pas non plus nous aider. De plus le fait d’être relecteur rentre dans nos critères d’évaluation. Le plus marrant, c’est que mon laboratoire pourtant affilié au CNRS n’a plus les moyens de payer l’abonnement à Elsevier ni IEEE et donc je ne peux même pas lire les articles des autres équipes. Je suis obligé de leur supplier de m’envoyer le draft ou le rapport technique par email….la honte….

        Raphaël a tout compris : on se casse le cul pour aucune reconnaissance sociale dans un silence médiatique assourdissant. A part en sciences humaines, les chercheurs sont très rarement invités sur les plateaux TV.


      • Globule rouge Le 30 septembre 2017 à 03h57
        Afficher/Masquer

        De facon de plus en plus stupide…

        Il “suffirait” que ces gens la s’organisent entre eux pour se relire, ce qu’ils font deja quasiment tout seul, (la publication n’etant plus vraiment un obstacle) pour faire economiser une somme non-negligeable d’argents qui pourraient etre reinjecter dans leurs recherches ou dans le budget de l’enseignement…

        Je ne sais pas le pourquoi du manque d’auto-organisation, sachant qu’ils font deja la quasi totalite du boulot dans le systeme existant qui de plus est deja finance.

        On dirait un manque de volonte general de la communaute… triste de voir des gens senses avoir une intelligence superieur a la moyenne, qu’ils sont au final aussi mediocre que le reste de la population.


        • Raphaël Le 30 septembre 2017 à 09h16
          Afficher/Masquer

          Je pense que vous vous méprenez sur l’état de déliquescence de la recherche et de l’enseignement supérieur en général en France. Mes tutelles n’ont même plus les moyens d’imprimer les supports de cours pour les étudiants. Les sanitaires ne sont même plus réparés (à part par nous). Le système fonctionne uniquement par zèle. Et se dire que l’argent dégagé par l’auto organisation de la publication reviendra à la recherche est d’une naïveté touchante.

          C’est vraiment pire que ce que vous pourriez imaginer.


        • Raphaël Le 30 septembre 2017 à 09h27
          Afficher/Masquer

          Les gens sensés avoir une intelligence supérieure à la normale savent compter. Passer par les éditeurs privés ne coûte pas plus cher à la recherche (donc à vous si vous avez la chance de payer des impôts) que de maintenir des services administratifs entiers dédiés à la publication et au maintien des serveurs. Par contre quand les éditeurs privés abusent des tarifs, ce dont Elsevier est coutumier, pas compliqué, on renouvelle pas l’abonnement. Vous voyez on est pas si bêtes en fait !

          Cela se fait sans que vous soyez au courant. Le cas allemand a fait le “buzz” parce que les journalistes oublient qu’en France aussi on fait de la recherche.


          • Globule rouge Le 30 septembre 2017 à 14h51
            Afficher/Masquer

            “des services administratifs entiers”

            Euh… faut juste quelques gars qui entretiennent un reseau informatique, visiblement deja existant, un service administratif qui “accredite” une personne comme chercheur ou assimile, les administratifs des universites, organismes comme le cnrs and co font deja ce taff… et d’ajouter au menu des “rencontres internationales” un peu de temps pour etablir les normes de ce systeme de referenciation hierarchisation, dont pour la plupart existent deja…
            La revu par les pairs est deja fait avec “zele”, “benevolement”…

            il est ou le cout supplementaire ?


      • Globule rouge Le 30 septembre 2017 à 04h04
        Afficher/Masquer

        Meme le mecanisme de referenciation/hierarchisation est pas si “complique” un truc du style moteur de recherche, avec en complement un systeme “commentaire” (le scientifique est pas si different d’un internaute lambda, il commente ce qu’il l’interesse), quelques reunions pour fixer des normes, c’est pas si difficile a mettre en place aujourd’hui, mais faut surtout le vouloir…

        en bref internet… surprenant…

        du coup les editeurs ont peut etre pas tort, leur intermediation onereuse est peut etre justifie par la mollesse de cette communaute.


        • Raphaël Le 30 septembre 2017 à 09h20
          Afficher/Masquer

          Il ne faut pas oublier que comme tout consommateurs lambda, il est toujours possible de ne pas consommer. Elsevier est banni pour moi par exemple. L’offre Open Access est largement suffisante pour trouver son bonheur.


          • Globule rouge Le 30 septembre 2017 à 15h12
            Afficher/Masquer

            On parle d’une communaute dans son ensemble, pas d’une minorite qui, elle, a decide de se bouger le cul, d’initiatives publiques que la masse ne suit pas….


    • R Le 30 septembre 2017 à 02h43
      Afficher/Masquer

      C’est bien simple, cela contribue à leur réputation, leur CV et les fait progresser dans les cercles académiques. Ce n’est finalement qu’un aspect du tristement célèbre “publish or perish”


      • Raphaël Le 30 septembre 2017 à 09h31
        Afficher/Masquer

        On est agiles. Faut faire du chiffre, on fait du chiffre. Pas compliqué. Cyniques au possible.


    • Crapaud Rouge Le 30 septembre 2017 à 19h37
      Afficher/Masquer

      A vu de toutes les réponses, je ne vois plus guère qu’une solution, sans doute aussi naïve que ma question : porter plainte contre Elsevier pour abus de position dominante. Idée déjà discutée quelque part ? Le gros écueil, c’est qu’il y faudrait une sacrée dose de volonté politique, on ne s’attaque pas du jour au lendemain au “géant mondial de l’édition avec des revenus annuels dépassant les 6 milliards de livres”. Mais théoriquement, avec cette Union Européenne censée nous protéger de la mondialisation, ça devrait le faire, non ? 🙂


  11. olivier Le 30 septembre 2017 à 11h54
    Afficher/Masquer

    Je m’étonne que le coeur du sujet ne soit abordé nul part.

    Malgré un titre prometteur, il est carrément balayé dans le premier paragraphe : « l’évaluation par les pairs ».

    L’article ne renvois d’ailleurs que vers une page de tag sur le site généraliste du Gardian. C’est de l’auto-promotion et cela dévoile l’ignorance de l’auteur sur ce point qui se focalise sur le biais anti-capitalisme. Rien sur la question de l’essence de ce qui fait la science et de ce qui pourrais la dénaturer.

    C’est aujourd’hui un principe fondamental dans la procédure de validation scientifique : il faut se faire évaluer par ses pairs. Sans reconnaissance de le communauté – scientifique – il n’y pas de pas de validité, donc officiellement pas de science. La science est une question de méthode. Et le passage d’un système marchand a un système ouvert façon logiciel libre ne suppose pas seulement une libération des contraintes marchande, mais plutôt celle de l’autorité qui détermine.

    Dans une société de plus en plus imprégnée et gouvernée par la technique, contrôler le processus de validation c’est d’une certaine manière contrôler la société et influer sur son agenda (réchauffement climatique, pays émergeants nécessitant de l’information scientifique pour se developer…).

    Il est embêtant que les scientifiques, peu formé aujourd’hui aux questions d’éthique et philosophique (quand il ne sont plus que des techniciens ) ne perçoivent pas le problème de fond que cela pose.

    Personne ne parle du « publish or perish » ?

    L’ article suivant, traitant du bras de fer entre l’Etat et les publications aboutissant à une impasse est en soit révélateur et effrayant.


    • Crapaud Rouge Le 30 septembre 2017 à 17h22
      Afficher/Masquer

      olivier, voulez-vous dire que le processus de validation par les pairs conduirait à des choix non éthiques ? Je n’ai pas bien compris où se trouve “le coeur du sujet” selon vous. Si vous pensez à la biologie, c’est une chose, mais en matière de physique des particules…


      • olivier Le 30 septembre 2017 à 20h06
        Afficher/Masquer

        «  le processus de validation par les pairs conduirait à des choix non éthiques ? »

        La dénaturation du processus conduit à des dérives non éthique. Certains resultats sont fréquement retouchés parce qu’ils ne cadrent pas avec le but poursuivis de l’article et que pensant bien faire, l’auteur s’autorise des libertés. C’est courant.

        Au dela du « publish or perish », le système en l’état est utilisé pour conduire les recrutements, construire une carriere, l’accord des subventions… Il est facile d’imaginer le pouvoir de nuisance à la clef, aucun secteur n’est épargné. C’est la Science en général qui est impacté. Sciences humaines, sciences dures, biologie etc.

        Le coeur du sujet est « l’évaluation par les pairs » et la liberté scientifique.


      • olivier Le 02 octobre 2017 à 00h14
        Afficher/Masquer

        Et c’est dommage, ce fil n’intéresse personne malgré le haut niveau supposé des intervenants sur ce blog.

        « publish or perish »
        Une pression faite dans le millieux académique qui pousse a publier régulièrement pour faire avancer sa carriere. Et qui donc alimente le business des revues payante. Joli cercle vicieux.
        Tout cela formate dans un moule unique et verrouillé : recherches inutile, redondante, de pietre qualité ou encore faussée. Une course au rendement,

        Une corruption.

        Au hasard, puisqu’on est sur le Gardian.
        https://www.theguardian.com/science/2011/sep/05/publish-perish-peer-review-science

        Pour les francophiles.
        https://www.letemps.ch/sciences/2017/09/19/vos-temoignages-publish-or-perish-stress-precarite-petits-arrangements-grosse

        Transformer les chercheurs en gratte-papier journalistique, amateur de petites phrases. Abandonner les sujets non sexy : donc non-porteur médiatiquement, non validé par la pensée unique. De l’éthique.

        Et ne croyez pas l’argent seul coupable.


  12. Perret Le 30 septembre 2017 à 14h24
    Afficher/Masquer

    Maxwell savait aussi “intéresser” les politiques à ses affaires, sinon comment expliquer que Chirac, en tant que maire de Paris, aie fait attribuer à Pergamon Press un très beau local de bureau en rdv sur rue au 24 rue des Ecoles, à 200 m de la Sorbonne… Ensuite et comme pour effacer la tache, ce fut le siège d’une structure d’insertion professionnelle des diplômés de la ville de Paris.


Charte de modérations des commentaires