Les Crises Les Crises
26.mars.202226.3.2022
Article LesCrises

« LE TRAVAIL NE DOIT PAS ÊTRE UNE MARCHANDISE » : le projet avorté de la Charte de la Havane

Merci 81
J'envoie

Pour cette chronique économique, l’économiste Frédéric Farah nous parle de la fameuse Charte de la Havane négociée au sortir de la Seconde Guerre mondiale qui prévoyait la mise en place au niveau international d’un système capable de contrebalancer la vision capitaliste du travail comme marchandise, mais plus encore la vision du monde comme marchandise. Cette Charte a été abandonnée en raison du rejet des Américains, mais ses enseignements sont encore riches aujourd’hui…

OFFRE SPÉCIALE D’ABONNEMENT ÉLUCID
Utilisez le code promo « LESCRISES », et accédez à tous nos contenus exclusifs : cliquez ICI pour découvrir nos offres

On a besoin de vous !

Commentaire recommandé

RGT // 26.03.2022 à 12h35

Frédéric Farah doit être la bête noire de « nos » dirigeants « inspirés » tout comme Frédéric Lordon.

Le travail, je dirais même les humains et TOUS les êtres vivants qui peuplent cette planète ne DOIVENT pas être des marchandises. Et les ressources naturelles aussi d’ailleurs.

Le problème, c’est que l’infime minorité qui profite de cette marchandisation à outrance ne veut surtout pas que cette règle soit appliquée, quelque soit le « régime politique » du pays qu’ils dirigent (souvent en sous-main) et qu’ils sont prêts à tout, jusqu’à massacrer « légalement » tous ceux qui souhaiteraient s’attaquer à leur gagne pain.

Et contrairement au discours officiel de la propagande, les pires « hooligans » ne manifestent pas dans les rues en arborant des signes de reconnaissance visibles et des banderoles décrivant leurs revendications.

Les hooligans les plus sanguinaires sont vêtus de costumes parfaitement taillés et se réunissent pour « manifester » dans des salons cossus en planifiant quelles seront les prochaines victimes de leur soif illimitée de profit et de puissance en détournant les structures de l’état à leur avantage.

Ils sont prêts à tout pour préserver leur statut de prédateurs ultimes.

Selon vous, quelle est la SEULE solution pour qu’ils cessent leurs activités nuisibles pour l’ensemble de l’écosystème ?

8 réactions et commentaires

  • Grd-mère Michelle // 26.03.2022 à 12h10

    Merci 1000 fois pour ce rappel historique, en plus exprimé clairement, intelligiblement, accessible et inspirant, donc, pour chacun-e.
    À transmettre au maximum, spécialement à la jeunesse qui, hier encore, se bougeait dans les rues pour être « plus chaude que le climat »!
    Afin que ce sage message parvienne à nos « dirigeant-e-s » (en réalité nos représentant-e-s).

      +3

    Alerter
  • RGT // 26.03.2022 à 12h35

    Frédéric Farah doit être la bête noire de « nos » dirigeants « inspirés » tout comme Frédéric Lordon.

    Le travail, je dirais même les humains et TOUS les êtres vivants qui peuplent cette planète ne DOIVENT pas être des marchandises. Et les ressources naturelles aussi d’ailleurs.

    Le problème, c’est que l’infime minorité qui profite de cette marchandisation à outrance ne veut surtout pas que cette règle soit appliquée, quelque soit le « régime politique » du pays qu’ils dirigent (souvent en sous-main) et qu’ils sont prêts à tout, jusqu’à massacrer « légalement » tous ceux qui souhaiteraient s’attaquer à leur gagne pain.

    Et contrairement au discours officiel de la propagande, les pires « hooligans » ne manifestent pas dans les rues en arborant des signes de reconnaissance visibles et des banderoles décrivant leurs revendications.

    Les hooligans les plus sanguinaires sont vêtus de costumes parfaitement taillés et se réunissent pour « manifester » dans des salons cossus en planifiant quelles seront les prochaines victimes de leur soif illimitée de profit et de puissance en détournant les structures de l’état à leur avantage.

    Ils sont prêts à tout pour préserver leur statut de prédateurs ultimes.

    Selon vous, quelle est la SEULE solution pour qu’ils cessent leurs activités nuisibles pour l’ensemble de l’écosystème ?

      +6

    Alerter
  • Lev // 26.03.2022 à 15h02

    Les travailleurs, manuels ou intellectuels, ne vendent pas leur travail mais leur force de travail. Les conditions de vente dépendent d’un rapport de force établis entre eux et les possédantes. Plus ou moins partageux selon leur humeur, ce qu’ils souhaitent ou ce qu’on leur impose
    Lire ou relire « Le talon de fer »

      +2

    Alerter
    • pseudo // 27.03.2022 à 11h11

      faut arrêter avec ce délire du salaire négociable. il y a une fourchette salariale, tu peux tenter de demander plus, mais a moins de t’appeler bezos ou gates cette négo n’ira pas dans les cieux… ça ressemble à une manière de mesurer le postulant…

        +0

      Alerter
  • Grd-mère Michelle // 26.03.2022 à 15h56

    @RGT Selon vous, on pourrait reprendre la solution de Boris Vian dans la chanson « La java des bombes atomiques »…
    Hélas, comme nous l’avons vu ces jours-ci à Bruxelles, et parce que d’autres y ont pensé, les réunions de « dirigeant-e-s » sont hyper-sécurisées…(au détriment des habitant-e-s de la ville qui n’est pas, svp, QUE le siège de l’UE -avec Strasbourg et Luxembourg- et de L’OTAN)
    Et, encore plus malheureusement, ces « dirigeant-e-s » bénéficient du soutien des populations laborieuses séduites, et donc bernées, par leur propagande (dont la publicité) déshumanisante, réductrice de notre état de petits mammifères capables de se PARLER pour régler leurs conflits plutôt que de se taper sur la g…

    La seule solution, c’est une information CORRECTE et ÉGALEMENT DISPENSÉE à tou-te-s et à chacun-e, pendant tout le temps de l’enseignement obligatoire, et sur les « ondes », avec la possibilité d’en discuter pour se mettre d’accord sur LES solutions à privilégier, pas à pas (citoyenneté active).
    Autrement dit, nous mêler de ce qui nous regarde… et cesser de nommer nos représentant-e-s (temporairement élu-e-s) « nos dirigeant-e-s », pour les empêcher de s’y croire!

    Voir ma réponse à votre commentaire dans la page « États-Unis: Un budget de la défense 2023… »
    Cordialement.

      +0

    Alerter
  • Dominique Gagnot // 27.03.2022 à 13h32

    Merci pour cette brillante leçon d’histoire. Ah les salauds !

    L’Arnaque fondamentale consiste en la privatisation des Ressources, biens communs de l’Humanité, et le contrôle lui aussi privé de la monnaie mis en place par de grands propriétaires et des banquiers, depuis des siècles.
    L’argent, l’Ecole et la propriété des grands médias leur permettent de manipuler populations et gouvernements sous une apparence de démocratie, dans un système capitaliste.
    Les ministres et autres collaborateurs sont au mieux des idiots utiles et au pire de brillants escrocs.
    Ces personnages n’ont pas de conscience, mais un Ego délirant.

    « Comprendre l’Arnaque du capitalisme, imaginer le système d’Après ! » https://bit.ly/4capitalisme

      +0

    Alerter
  • Fernet Branca // 27.03.2022 à 15h22

    En 1948 à la Havane ce devait être rhum , cigares , boléro cubain, son, mambo et salsa, péripatéticiennes de sus , dans un ambiance aussi conviviale les conférenciers se sont laissés allés.

      +0

    Alerter
    • kokiyoko // 27.03.2022 à 21h04

      C’est pour cela que Castro y est passé pour nettoyer les Écuries d’Augias …..

        +0

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications