Les Crises Les Crises
10.janvier.202010.1.2020 // Les Crises

Les jours heureux

Merci 116
J'envoie

Source : France TV, Youtube, 22-10-2014

Documentaire de Gilles Perret sur le Conseil National de la Résistance de la Seconde guerre mondiale.

Source : France TV, Youtube, 22-10-2014

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fritz // 10.01.2020 à 07h26

Les jours heureux ont été le fruit de la Résistance.
Les jours malheureux qui s’assombrissent depuis 1983 sont le fruit de la Collaboration. Collaboration avec la sainte Europe immaculée, CEE puis UE, « l’ami allemand », de Kohl à Merkel (Kohl avait mis son veto à la nomination de Philippe Séguin à Matignon), « nos alliés américains » (cf. Alstom), et d’une manière générale avec les intérêts étrangers, au nom de la mythique « mondialisation » qui a détruit le progrès social et précarisé les travailleurs.

Espérons qu’une guerre ne sera pas nécessaire pour retrouver les jours heureux du CNR. Mais il faudra passer par l’épreuve de renoncer à certaines idoles supranationales.

40 réactions et commentaires

  • Fritz // 10.01.2020 à 07h26

    Les jours heureux ont été le fruit de la Résistance.
    Les jours malheureux qui s’assombrissent depuis 1983 sont le fruit de la Collaboration. Collaboration avec la sainte Europe immaculée, CEE puis UE, « l’ami allemand », de Kohl à Merkel (Kohl avait mis son veto à la nomination de Philippe Séguin à Matignon), « nos alliés américains » (cf. Alstom), et d’une manière générale avec les intérêts étrangers, au nom de la mythique « mondialisation » qui a détruit le progrès social et précarisé les travailleurs.

    Espérons qu’une guerre ne sera pas nécessaire pour retrouver les jours heureux du CNR. Mais il faudra passer par l’épreuve de renoncer à certaines idoles supranationales.

      +80

    Alerter
    • Daniel // 10.01.2020 à 09h36

      nous sommes à la croisée des chemins :
      Soit la guerre suite à des fausses informations ayant entraîné l’assassinat du Général Soleimani : cadeau empoisonné des néo-conservateurs US.
      Soit la mise en place d’un nouveau système économique international par le dialogue.
      Dans ce cas, les chefs d’Etats Nations Souverains (USA-Chine-Russie-Inde) définissent un Nouveau Bretton Woods basé sur des principes sociaux (comme le programme du CNR) et environnementaux. Ce système serait basé sur l’idée que chaque pays possède sa banque nationale pour émettre du crédit pour développer les projets de développement comme ce fut le cas des 30 Glorieuses.
      C’est une idée exprimée ici :
      https://www.institutschiller.org/Appel-a-MM-Trump-Poutine-Xi-Jinping-et-Modi-pour-un-Nouveau-Bretton-Woods.html

        +5

      Alerter
      • florian lebaroudeur // 10.01.2020 à 12h56

        Si et seulement si on suppose que les 30 glorieuses sont reproductibles…
        Une fois qu’une page de l’histoire est tourné, il est impossible d’y revenir.
        Combien de rois et d’empereurs ont tenté de faire renaître l’empire romain, en vain…

          +4

        Alerter
        • barbe // 10.01.2020 à 14h02

          On va quand même pas, maintenant qu’on a compris le truc, laisser à tout jamais la création monétaire à des instituts privés, qui n’en ont rien à fiche du bien commun?

          Il nous suffira de reprendre collectivement la création de la monnaie : fin des inégalités considérables qui se sont manifestées depuis 1973…
          Le reste suivra.

            +25

          Alerter
      • RGT // 10.01.2020 à 18h36

        Avec l’assassinat du Général Soleimani, les USA se sont tirés SIX balles dans le pied et ne s’en remettront pas.

        – 1/ Cet homme était en Irak à la demande du gouvernement légal de ce pays pour lutter EFFICACEMENT contre les “amis” salafisto-wahhabites des USA. On assassine PAS l’invité OFFICIEL d’un pays, surtout quand on est à l’origine du bordel qui sévit dans ce pays depuis “l’intervention divine”.

        – 2/ Les iraniens ont répondu avec une TRÈS GRANDE MODÉRATION à cet assassinat en en ne faisant que des dégâts MATÉRIELS et en se gardant bien de faire des “victimes collatérales”.

        – 3/ Quand on observe les photos satellites de la base qui a subi ces représailles iraniennes, on se rend immédiatement compte qu’il s’agissait de VRAIES frappes chirurgicales de TRÈS HAUTE PRÉCISION, bien éloignées de de celles de l’armée US qui “arrose” la zone à 50 km à la ronde (et qui rate ses cibles comme en Syrie). Si j’étais à la place de l’état-major US je serais en PLS car les iraniens ont prouvé qu’ils étaient capables de tirs de très haute précision sans faire de victimes inutiles.

        – 4/ Les USA ont favorisé un regain de cohésion au sein de la population iranienne, ce qui rendra toute tentative de “regime change” désormais impossible, chaque iranien étant désormais totalement solidaire avec son gouvernement, même ceux qui étaient les les plus “retenus” dans leur soutien.

        – 5/ Les USA se sont mis à dos l’ensemble de la population irakienne qui désormais se rapproche encore plus de l’Iran et qui souhaite le départ immédiat des troupes US.

        – 6/ Toute la population du moyen-orient (hormis les Israoudiens) souhaite que les USA quittent au plus vite la région et la vie des soldats US risque de devenir très “compliquée” dans un avenir très proche. Sans parler des états “amis” de l’oncle Sam qui risquent fort d’avoir quelques “menus” problèmes.

        Un splendide cadeau aux russes, aux iraniens et aux chinois qui n’en demandaient pas tant.

        Comme disait le regretté Michel Audiard : “Les C… ça ose tout…”.

          +16

        Alerter
    • Paranoid // 10.01.2020 à 14h57

      @Fritz : avez-vous une source de ce que vous dites à propos du veto de Kohl contre la nomination de Séguin à Matignon

        +1

      Alerter
      • Fritz // 10.01.2020 à 17h01

        Non, malheureusement. Cette rumeur était insistante il y a vingt ans, Philippe Séguin l’avait même rapportée à Alain Griotteray : « l’autre ne veut pas de moi à Matignon » (à la place de Juppé, Premier ministre de 1995 à 1997). Quand on connaît la mollesse et l’europhilie de Chirac, cette rumeur est parfaitement vraisemblable, mais il n’en reste rien sur Internet.

          +0

        Alerter
    • christian B. // 10.01.2020 à 15h28

      Tout à fait d’accord avec vous Fritz : vous avez cité tous nos faux amis, qui sont nos vrais ennemis !

        +3

      Alerter
    • fox23 // 10.01.2020 à 16h43

      Mon cher Fritz, sans doute en raison d’une certaine différence d’âge, je situerais le début de ces jours malheureux plus avant, 1969, le départ de de Gaulle et l’arrivée du premier laquais des Rothschild au pouvoir.

      N’est ce pas lui qui imposa à l’Etat à faire ses emprunts dans les grandes banques d’affaire alors que la Caisse des Dépôts faisait ça très bien avant sans intérêt. La dette est ainsi devenu le premier poste budgétaire denos jours et il faut toujours plus serrer les boulons…

        +12

      Alerter
  • Jean // 10.01.2020 à 07h29

    Extrait “La Sociale”, film de Gilles Perret :

    https://www.youtube.com/watch?v=FQcKhRN-aDw

      +9

    Alerter
  • Jean // 10.01.2020 à 08h02

    Appel du Conseil National de la Résistance du 15 mars 2007 : Résister c’est créer ! Créer c’est résister !

    https://www.youtube.com/watch?v=vrA9zvqXW-I

      +11

    Alerter
  • calal // 10.01.2020 à 08h12

    1915-1945 dernier hiver
    1945-1975 printemps (les fameuses 30 glorieuses) -production en phase avec la creation monetaire-investir dans la production
    1975-2005 ete – la creation monetaire superieure a la production reelle a bien commence deja-investir dans le commerce
    2005-2035 automne-creation monetaire en plein delire-investir dans la speculation et le luxe
    2035-2065 prochain hiver-destruction des faux credits par la guerre-investir dans les armes,les forces de securite

    toujours changer le fusil d’epaule et se repositionner un peu avant la fin de la phase en cours et un peu avant le debut de la suivante.

      +7

    Alerter
  • Louis Robert // 10.01.2020 à 08h55

    « Horrible journée ! J’ai assisté, distant de quelques cent mètres, à l’exécution de B. Je n’avais qu’à presser la détente du fusil-mitrailleur et il pouvait être sauvé ! Nous étions sur les hauteurs dominant Céreste, des armes à faire craquer les buissons et au moins égaux en nombre aux SS. Eux ignorant que nous étions là. Aux yeux qui imploraient partout autour de moi le signal d’ouvrir le feu, j’ai répondu non de la tête… Le soleil de juin glissait un froid polaire dans mes os.

    Il est tombé comme s’il ne distinguait pas ses bourreaux et si léger, il m’a semblé, que le moindre souffle de vent eût dû le soulever de terre.

    Je n’ai pas donné le signal parce que le village devait être épargné à tout prix. Qu’est-ce qu’un village ? Un village pareil à un autre ? Peut-être l’a-t-il su, lui, à cet ultime instant ?

    (…)

    La qualité des résistants n’est pas, hélas, partout la même ! Á côté d’un… combien d’insaisissables saltimbanques plus soucieux de jouir que de produire ! Á prévoir que ces coqs du néant nous timbreront aux oreilles, la Libération venue…

    (…)

    Résistance n’est qu’espérance. Telle la lune d’Hypnos, pleine cette nuit de tous ses quartiers, demain vision sur le passage des poèmes. »

    (René Char — Capitaine Alexandre)

      +18

    Alerter
  • Anouchka // 10.01.2020 à 09h27

    Je n’ai pas encore visionné la totalité du documentaire mais l’introduction (dont le contenu est d’ailleurs relayé plus ou moins tel dans l’article de wikipédia consacré à de doc.) m’a fait bondir. Non ! désolée, la retraite par répartition et les comités d’entreprise ne sont pas une création du CNR… C’est Vichy qui les a mis en place… Oui je sais, certains ici vont grimper aux rideaux mais pourtant, c’est la réalité. Cela n’enlève rien à la dignité du CNR, mais par contre ça interroge sur la fiabilité du documentaire…

    A noter, d’ailleurs que les comités d’entreprise sont une institution typiquement corporatiste (je me demande d’ailleurs si Vichy n’a pas pris exemple sur ce qui se faisait à la même époque en Allemagne nazie dans ce domaine)

    En ce qui concerne les retraites par répartition, le principe existait avant-guerre, mais elles ont été généralisées par Vichy (sous le nom, lui aussi assez en phase avec l’idéologie de Vichy de « La retraite des vieux »)

      +9

    Alerter
    • Owen // 10.01.2020 à 15h22

      Oui, c’est ce que rapporte journal Libération:
      https://www.liberation.fr/societe/2012/10/19/marechal-nous-y-revoila_854540
      de Gaulle a reconnu que de nombreuses lois de Vichy étaient interessantes.

      Les programmes politiques de Pétain et du CNR, n’étaient pas si différents, mais ça déclenche les warning dans le cerveau de l’admettre. Pétain est le bouc émissaire facile de la guerre perdue et de Gaulle, -tant mieux pour les Français et le pays-, a sorti la France par le haut.

      Or on constate que les deux programmes ont été conçus en dehors du parlement et des appareils politiques.

      Au nom de la nouvelle société des égaux libres entre eux, la loi le Chapelier a détruit tout l’écosystème social qui tissait (ou gravitait autour des) unités de productions: corporations, compagnonnages, guildes, mutuelles, coopératives, marchés, syndicats, etc..
      Il a fallu attendre la loi Waldeck Rousseau (1884) pour mettre fin à cette séparation artificielle de l’économique et du social aux activités de production.
      Mais c’est revenu sous forme de bipolarisation politique: à droite l’économie, il faut créer la richesse, à gauche le social, il faut la partager. Ce sont devenu des idéologies en soi et des antagonismes. Alors que c’était encore naturel à une personnalite comme Pétain ou à des résistants de différents horizons.

      L’économie mixte et l’État gestionnaire m’intéressaient ni la droite ni la gauche qui sont revenues l’une à son tropisme: faire de l’argent, l’autre à sa lubie: changer la société.
      Maintenant, avec Macron, on a les deux. Chouette !

        +5

      Alerter
        • LBSSO // 10.01.2020 à 18h24

          Un détail de l’Histoire

          Annette Lévy-Willard conclut son article par “Vichy, c’est aussi la France”.
          Donc,Vichy , c’est la France parce que le CNR a repris les tickets restaurants ? Parce qu’il a continué à développer le sport ?
          C’est sérieux ? Vraiment ?

          Vous écrivez :”Les programmes politiques de Pétain et du CNR, n’étaient pas si différents”.
          Les membres du CNR étaient dans le Résitance alors que les autres collaboraient.
          De Gaulle dans un de ses discours public (de fin 44 je crois) rappelle qu ‘il y a des idées ( certaines mesures sociales) à reprendre de Vichy. Il rappelle immédiatement en suivant,pour lever toute ambiguité, que les résistants, eux, n’avaient pas collaboré.Une différence de programme entre Pétain et le CNR, vous ne pensez pas ? Un détail de l’Histoire sans doute…

          L’Etat français vichyste a commis des actes impardonnables. La France,elle, n’était pas à Vichy.

            +9

          Alerter
          • Owen // 11.01.2020 à 11h03

            J’ignore pourquoi mon commentaire a été refusé.
            Le gouvernement de Vichy est une réalité historique.

            Le problème de Pétain n’est pas son programme de politique intérieure, mais son allégeance à l’occupant. De fait, il a fait le pays avec ceux qui ont collaboré, trahi, dénoncé. Et il a lutté contre ceux qui ont risqué leur peau pour reprendre le pays, sa souveraineté, sa liberté de choisir sa politique et de conduire son destin.

            On dit que le programme de Révolution Nationale de Pétain était réactionnaire, d’extrême droite, voire fasciste. Quand je regarde les lois de Vichy, ce n’est pas ce qu’on j’appris.
            Par contre, l’abandon de souveraineté de notre pays par Pétain, que la Résistance a dû reprendre, cela fait presque 40 ans que les politiques la pratiquent.

              +3

            Alerter
            • Anouchka // 11.01.2020 à 16h44

              Ce que beaucoup ne veulent pas voir (ou ne comprennent pas), c’est qu’il y a une composante sociale dans le fascisme. C’est cette composante qu’un ultra-liberal comme Hayek par exemple appelait “la route de la servitude” et voulait voir disparaître.
              Mais comme communistes soviétiques et capitalistes anglo-saxons ont du procéder à une alliance de circonstance pour vaincre la folie hitleriennes, à la libération, les cartes ont été brouillées. Tout ceux qui s’étaient allié de près ou de loin aux nazis furent mis dans le même sac qu’eux. Et c’est comme ça que des gens comme Hayek, qui a la libération étaient très minoritaires, quelques décennies plus tard, ont pu triompher et imposer leur modèle radicalement individualiste et hostile à toute forme de socialisation dans un état national.
              Pourtant (contrairement aux fascismes latins), le nazisme était lui-même aussi fondamentalement hostile à l’état. Il a même inventé le principe de l’agence qu’on voit actuellement mis en place dans le new public management. https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-idees/du-crime-nazi-au-management-moderne-une-histoire-commune

                +3

              Alerter
            • Owen // 11.01.2020 à 21h09

              Le fascisme n’est pas une doctrine, mais un moment d’histoire, d’evolution qui a traversé l’aventure mussolinienne, socialiste au début.
              Raison pour laquelle je trouve niais cette obsession de vouloir chercher à étiqueter “fascisme”, tout et n’importe quoi aujourd’hui.

              Il est mieux d’examiner les raisons générales du courant autoritaire des années 30, et les formes politiques particulières qui ont pris selon les réalités des différents pays d’Europe.

              Un bon manuel pour ce travail est “La Grande Transformation” de Karl Polanyi.

                +0

              Alerter
            • Owen // 11.01.2020 à 21h10

              … Et merci pour le lien. Oui, il y a un continuum.

                +0

              Alerter
        • Ellilou // 13.01.2020 à 12h21

          “Or on constate que les deux programmes ont été conçus en dehors du parlement et des appareils politiques.”
          Je me trompe ou celui qui a vaillamment porté cette véritable réforme, Ambroise Croizat, avait la très mauvaise idée d’être communiste et cégétiste?
          Cette petite chanson lancinante qui circule pas mal sur les réseaux et ailleurs “la sécu c’est pas Croizat c’est Pétain” ça commence à bien faire!

            +2

          Alerter
    • RV // 10.01.2020 à 22h53

      @ Anouchka // 10.01.2020 à 09h27

      Bernard Friot :
      source : https://www.youtube.com/watch?v=tpyQp_9txE0

      …/… c’est en 46 que les choses se jouent pour l’essentiel, dans la fenêtre de tir extrêmement courte de la présence des Communistes au gouvernement, ce qui est créé contre la Sécurité sociale existante, qui est très abondante, penser qu’il n’y avait pas de Sécurité sociale et qu’elle aurait été créée en 45 est une absurdité. On peut faire l’inventaire rapide, le cœur de la Sécu à l’époque c’est les Allocations familiales, c’est fin XIXe siècle dans la fonction publique étendu définitivement en 1917, dans le privé en 32, les Accidents du travail et les Maladies professionnelles c’est 1898, la Couverture obligatoire maladie c’est 1930, la Couverture obligatoire vieillesse ça démarre en 1910 ça se prolonge en 1930, les Mutuelles existent depuis le XIXe, le Régime des fonctionnaires depuis 1853, la SNCF depuis les années 30, enfin, tout existe, il n’y a rien à créer en 45. Ce que va créer 45, 46, c’est contre tout cela, un Régime général de sécurité sociale avec trois caractéristiques, caisse unique, taux unique, gestion ouvrière. C’est ça qui va mobiliser les Communistes de la CGT contre les Socialistes qui vont se regrouper …/…

      Donc non, tout ce qui avait été mis en place avant 46 n’a pas grand chose à voir avec :
      un Régime général de sécurité sociale avec trois caractéristiques, caisse unique, taux unique, gestion ouvrière.
      Si vous voulez approfondir, il faut chercher d’autres vidéo de Bernard Friot, mais celle que je vous propose est assez explicite.

        +5

      Alerter
  • Macarel // 10.01.2020 à 10h43

    L’on ne soulignera jamais assez la responsabilité écrasante d’une certaine classe dirigeante du PS dans la situation de désordre civil qui règne aujourd’hui en France.
    Car la descente aux “enfers” a commencé dès le “tournant de la rigueur” de 1983, et le ralliement de Mitterand et du pouvoir “socialiste” à l’euro-atlantisme. Les victoires électorales du FN ont immédiatement suivi.
    Car l’objectif des caciques du PS, n’a plus été dès lors de mettre en oeuvre une politique socialiste (il ne faut pas oublier qu’ils avaient été portés au pouvoir en ayant mis en avant le “programme commun de la gauche”), mais de rester au pouvoir coûte que coûte, même et surtout au prix de la trahison des valeurs dites de gauche.
    Je ne referai pas tout l’historique des dernières décennies, qui a été riche en trahisons de la part du PS. Mais simplement, je dirai que le summum de la trahison a été atteint pendant le quinquennat Hollande, à tel point que ce dernier n’a pu se représenter en 2017 et a ouvert ainsi un boulevard à l’arrivée de la finance au pouvoir sous les traits du “jeune” Macron. L’on connaît la suite, la finance au pouvoir veut sa revanche sur les combats populaires historiques à la suite auxquels elle avait du céder des compensations sociales aux salariés qu’elle exploite, pour générer du profit actionnarial. Le drame c’est que sur l’échiquier politique aujourd’hui la gauche est balkanisée, et que la finance peut espérer rester au pouvoir en 2022, en usant encore une fois du stratagème du “front républicain contre le fascisme”. Alors que la finance c’est le berceau du fascisme !

      +28

    Alerter
    • Macarel // 10.01.2020 à 11h04

      Ironie du sort, Hollande est arrivé au pouvoir grâce à son fameux “Mon ennemi c’est la finance !”, et son quinquennat a été l’incubateur de la présidence Macron : en clair l’arrivée à la plus haute charge de la République d’un financier.
      D’un financier qui a profité de la naïveté et de la peur de bien des français, pour se faire élire face à une “menace fasciste”, qui sans les trahisons des différents “pouvoirs socialistes” n’existerai pas aujourd’hui en France. En tout cas au niveau où on la connaît aujourd’hui. Au point d’avoir le statut d’opposant préféré de la finance lors des rendez-vous électoraux majeurs dans notre pays.
      Ce “monstre fasciste” fruit de toutes les trahisons des pouvoirs “socialistes” depuis quatre décennies, est la meilleure assurance de la finance pour se maintenir au pouvoir en 2022, et finir de détruire tous les services publics et systèmes sociaux qui ont fait de la France, depuis l’après-guerre, un pays où il faisait bon vivre. C’est évidemment de moins en moins le cas, et le monde regarde médusé les exactions du pouvoir financier macronien contre sa propre population, qu’il maltraite violemment par une utilisation jamais vue depuis la guerre d’Algérie des forces de police et de l’institution judiciaire. Forces de police qui de “gardiens de la paix” (tâche respectable et nécessaire), ont été transformées en “forces de l’ordre” : en clair forces au service d’un ordre financier injuste et donc brutal envers toute forme de contestation. En ce sens là, le “macronisme” mérite bien d’être qualifié de start-up fasciste.

        +26

      Alerter
      • Gilles // 10.01.2020 à 11h44

        Vous oubliez (sciemment?) la droite qui,elle aussi, a sa part de responsabilité: les années Giscard (69 à 74 ministre des finances et 74 à 81 Président),Chirac (de 86 à 88 1° ministre, de 95 à 2007 président), Balladur (ministre des finances de 86 à 88, 1° ministre de 93 à 95), Barre (67 à 73 à l’UE et 76 à 81 ministre des finances), Sarkosy (ministre du budget en 1993,……) et bien d’autres.
        Bref toute ça pour dire que ces politiques menées depuis les années 70, l’étaient par des personnages ayant les mêmes desseins (issus des mêmes sphères sociales et se partageant finalement les étiquettes “droite et gauche”suivant les postes disponibles au début de leur carrière).
        Préciser aussi qu’à part la période mai 1981 à mars 1983, aucune politique véritablement de gauche n’a été menée. En fait, ils étaient tous d’accord pour mener des politiques néo-libérales, pro UE, pro OTAN, leurs différences respectives n’étant pas plus épaisses que du “papier à cigarettes”.

          +13

        Alerter
        • Macarel // 10.01.2020 à 14h49

          Disons que, de la droite je savais à quoi m’attendre ! Mais j’ai eu tort de me faire des illusions (trop) sur la gauche, et la déception n’en fût que plus grande !
          Ce sont ces désillusions qui alimentent le vote aux extrêmes, et surtout à l’extrême-droite. D’où mon réquisitoire sévère envers la gauche (PS plus particulièrement).
          De mon point de vue, la gauche lorsqu’elle arrive au pouvoir doit mettre en oeuvre de réelles avancées sociales (comme en 1936, mais en plus il a fallu la grève générale). Et si elle ne peut se maintenir au pouvoir, elle doit jouer un rôle d’opposant sans faille aux forces du capital. Ainsi les choses sont claires, et la confusion, la désillusion, ne conduisent pas à une confusion (entre droite et gauche) qui fait monter le vote d’extrême-droite. Mais il est vrai qu’en politique les egos sont souvent démesurés, beaucoup font carrière et cela conduit à se maintenir au pouvoir à tout prix (au prix de tous les reniements), et contre l’intérêt général et l’intérêt supérieur de la nation.
          Ce qui familièrement, se traduit par : “La soupe est bonne !”.

            +8

          Alerter
    • petitjean // 10.01.2020 à 14h45

      mais, ces 50 dernières années, la “droite” a été plus souvent au pouvoir que la “gauche” !!
      faut-il rappeler que la “droite” Et la “gauche” sont les deux faces d’une même médaille, socialiste-immigrationiste-mondialiste
      un minimum de mémoire s’impose pour parler de politique
      l’analyse des FAITS, des chiffres, prouvent à l’évidence que la France est profondément installée dans le SOCIALISME

        +0

      Alerter
    • petitjean // 10.01.2020 à 15h02

      @Macarel
      ” le summum de la trahison a été atteint pendant le quinquennat Hollande”
      non monsieur !
      le summum de la TRAHISON a été atteint par Sarkozy et Fillon son premier ministre. Sarkozy a trahi le vote des français qui avaient, par référendum, dit NON au projet de constitution européenne. 54% ont voté NON en 2005, et Sarkozy, sitôt élu, a fait adopter ce projet par les parlements réunis en congrès
      Double TRAHISON en fait : Celle du chef de l’état Sarkozy et celle des parlementaires.
      Cette double TRAHISON signa l’arrêt de mort de ce qui restait de démocratie en France……………..

        +11

      Alerter
      • christian B. // 10.01.2020 à 15h30

        Disons plutôt qu’avec Sarkozy et Hollande, on était dans un ‘faux-plat’ et qu’avec Micron on tient enfin le vrai sommet de la trahison !

          +5

        Alerter
        • Macarel // 10.01.2020 à 15h58

          Macron attaque frontalement, Hollande avançait plus sournoisement…

          Bien que lors de la fin du quinquennat, avec Valls, le rentre-dedans devenait de plus en plus explicite.

          La répression des manifestations contre la loi El Khomri préfiguraient l’évolution vers toujours plus de brutalité qui s’épanouit aujourd’hui sous le mandat de Macron.

            +9

          Alerter
      • Macarel // 10.01.2020 à 15h51

        @petitjean

        Votre mémoire est un peu sélective…

        Avez-vous oublié ce numéro de Paris Match où Sarkozy et Hollande posaient ensembles et

        défendaient le OUI au référendum de 2005 ???

        https://www.parismatch.com/Actu/Politique/Hollande-Sarkozy-les-coulisses-d-une-rencontre-149880

        Avez-vous oublié que beaucoup de députés PS ont concouru par leur abstention à ce que le Traité de Lisbonne soit ratifié lors du vote des parlements réunis en congrès à Versailles ???

        Au total, sur les 300 parlementaires socialistes et apparentés (204 députés + 96 sénateurs), il y a donc eu :

        – 32 voix POUR
        – 121 voix CONTRE
        – 142 ABSTENTIONS
        – 5 NON PARTICIPATION

        si les 5 parlementaires socialistes non présents étaient venus, cela aurait fait monter le nombre de parlementaires présents à 898, et donc le nombre de suffrages nécessaires pour valider la ratification à 539 (3/5). La révision de la Constitution aurait échoué s’il y avait eu au moins 360 suffrages exprimés CONTRE. (Car 898 – 360 = 538).

        Si tous les parlementaires socialistes avaient voté CONTRE, le nombre de voix CONTRE serait passé de 181 à…. 360 (181 + 179 = 360). Et la révision de la Constitution aurait été… rejetée.

          +10

        Alerter
        • petitjean // 10.01.2020 à 19h56

          @Macarel
          connaissez vous ce terrible discours de Sarkozy…….jamais désavoué par Fillon ni aucun parlementaire de l’UMP ou du Centre :
          Nicolas Sarkozy – Discours de Palaiseau du 17 décembre 2008 :
          « L’objectif, c’est relever le défi du métissage. […] Ce n’est pas un choix, c’est une obligation, c’est un impératif […] Si ce volontarisme républicain ne fonctionnait pas, il faudra alors que la République passe à des méthodes plus contraignantes encore »
          https://lesobservateurs.ch/2014/09/10/metissage-obligatoire/
          https://www.dailymotion.com/video/xbgm2p

            +2

          Alerter
    • fox23 // 10.01.2020 à 16h58

      Macarel, le PS et avant lui la SFIO sont depuis la nuit des temps les ennemis du Peuple, ils ont entre autres voté la guerre en 1914… sauf Jaurès qui fut abattu pour ça.
      Reprenez votre Histoire de l’entre deux guerres pour voir le nombre ahurissant de mesures contraires aux intérêt de ce dernier furent prises.
      Les socialistes sont uniquement des représentants des nantis et des notables… les bobos de nos jours.

        +10

      Alerter
      • Macarel // 10.01.2020 à 18h30

        Ennemi du peuple, je ne sais pas. Mais il est vrai que les sociaux-démocrates ont toujours fini par se ranger du côté de l’ordre capitaliste.

          +3

        Alerter
  • LBSSO // 10.01.2020 à 16h51

    Le politique divise, la Politique rassemble.

    Robert Chambeiron meurt en 1994 à l’âge de 99 ans. Il était le dernier survivant du CNR. Dans ce documentaire , c’est lui qui à 35mn50s , explique ironiquement que les gaullistes feraient bien de lire les Mémoires du général… Bien vu.
    Marie-Françoise Bechtel, ancienne directrice de l’ENA. Souvenez-vous. C’est elle qui avait déclaré en 2014 dans « L’ Expansion » que « la spécificité française tient surtout à la détestation des élites envers la nation ».Ça c’est dit.
    Elle avait donné par la suite un entretien dans Marianne repris sur le site les-crises.fr dans son intégralité (https://www.les-crises.fr/les-elites-francaises-honte/ ).
    Or , MF Bechtel , amie de longue date de R Chambeiron, avait su le convaincre de se livrer au cours de multiples entretiens relatés dans un livre intitulé « Résistant » paru chez Fayard et sous-titré « le dernier survivant du CNR parle ».
    Dans ce livre comme dans nombre d’entretiens , il n’a de cesse de rappeler que le CNR dépassait ses tensions et ses divergences : l’intérêt de la France prime.Cette unité a été aussi permise par l’habileté de De Gaulle à qui il n’hésite pas, par ailleurs, à faire des reproches. Elle n’a pas duré. Mais ces deux années marquent encore notre époque.

      +10

    Alerter
  • Catalina // 10.01.2020 à 20h21

    A 38:00
    je pleure
    Je lis la liste de tout ce que macron détruit.
    Faut rajouter du texte ?

      +3

    Alerter
  • Paul // 11.01.2020 à 10h35

    je pensais que c’était un “urluberlu”

    que pensez vous de l’action du CNT ?

    si Olivier pouvait se pencher sur la suite de ce mouvement en ligne avec le CNR
    entier
    https://youtu.be/5yVSGj0UEA8
    résumé : https://youtu.be/kTK8fFSHgJI

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications