Les Crises Les Crises
11.mars.201811.3.2018 // Les Crises

Revue de presse du 11/03/2018

Merci 0
J'envoie

La revue de presse avec cette semaine sous la rubrique “France”, vu le massacre en cours et en préparation, un spécial service public. Merci à nos contributeurs. Rejoignez les ! En postulant simplement via le formulaire de contact du blog.

CHINE

Malgré le scepticisme occidental, la démocratie se développe en Chine

"Les citoyens chinois ont lutté durement pour leur indépendance et ils ont combattu pendant la grande guerre révolutionnaire pour créer un système au service du peuple. Presque chaque année, juste avant les sessions annuelles du Congrès national du peuple, l’organe législatif suprême, et du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois, le plus haut organe consultatif du pays, certains ont affirmé que les deux grandes institutions jouent un rôle de tampon encreur et que la démocratie chinoise ne peut pas vraiment représenter le peuple. La critique du système chinois vient surtout de l’étranger. Mais même certains critiques chinois ont été parfois influencés par ces perceptions étrangères. La Chine est souvent analysée et jugée selon des normes et des règles strictement occidentales, ce qui est pour le moins chauvin et incroyablement condescendant."

Source : INVESTIG'ACTION

DÉMOCRATIE

L’Union européenne exige que Google et Facebook intensifient la censure sur Internet

"Dans une nouvelle attaque contre la liberté d’expression, l’Union européenne (UE) appelle les grandes entreprises de médias sociaux et d’Internet, notamment Facebook, Twitter et Google, à censurer automatiquement et immédiatement l’information mise en ligne. Le 1ᵉʳ mars, la Commission européenne a appelé les entreprises et les États membres à assurer « la détection et la suppression des contenus illégaux par des mesures réactives (dites « notification et action ») ou des mesures proactives. Elle a également identifié un vaste secteur d’information devant faire l’objet de la censure."

Source : WORLD SOCIALIST WEB SITE

ENVIRONNEMENT

C’était mieux avant ? Pour la nature, certainement.

"L’idéologie du progrès, dit l’auteur de cette tribune, disqualifie toute référence au passé sur le registre du « retour à la bougie ». Pourtant, la nature se portait mieux avant, quand l’homme ne possédait pas les moyens techniques de la détruire à grande échelle. L’un des préjugés de l’idéologie du progrès est de dévaloriser tout ce dont on a hérité du passé, qui serait porteur uniquement d’une nostalgie sans justification rationnelle ou autrement à faire l’objet d’une muséification. (...) La caricature dans ce domaine est représentée par le dernier livre du « philosophe » Michel Serres, intitulé C’était mieux avant !."

Source : REPORTERRE

350.org et les énergies

"Il y a quelques jours, j’ai regardé une vidéo[1] d’une discussion entre plusieurs jeunes figures de l’écologie relativement grand public, intitulée « Face à l’effondrement, continuer à se battre ? ». Parmi les intervenants qui prenaient part à cette discussion, on retrouvait Nicolas Haeringer, qui travaille pour la branche française de l’ONG internationale 350.org. Ainsi que le suggère le titre de la vidéo, leur discussion tournait autour de l’effondrement à venir de la civilisation industrielle, sujet — relativement — popularisé par le livre Comment tout peut s’effondrer de Pablo Servigne et Raphaël Stevens."

Source : Le Partage

EUROPE

Qui peut croire à l’Europe des économistes ?

"Ce n’est pas un scoop : l’Europe est en panne. Au-delà des embellies conjoncturelles, le projet européen est cassé. Pire, il nourrit le rejet et les populismes. Tous les Européens s’inquiètent. Raison pour laquelle quatorze économistes allemands et français ont phosphoré pendant six mois pour proposer mi-janvier un texte commun1. Leur objectif ? Réconcilier les visions de l’Europe des deux côtés du Rhin afin de redonner du tonus à l’intégration européenne. Du moins, c’est ce qu’ils croient. Soyons clairs : nul ne doute de leur engagement européen et de leur bonne volonté. Mais leur travail comporte trois profondes faiblesses. On voit le monde à son image."

Source : ALTERNATIVES ECONOMIQUES

FRANCE

A la tête de l'Etat

"Dans l'actualité des idées aujourd'hui, le macronisme comme nouveau mode d'exercice du pouvoir va-t-il profondément transformer les structures de l'Etat ? Nous en parlons avec notre invité, le sociologue et historien Pierre Birnbaum. Auteur également de "Les sommets de l'Etat", paru en 1977, retourne voir à sa tête avec "Où va l'Etat ? Essai sur les nouvelles élites du pouvoir", publié aux éditions du Seuil. Il se prête donc, quarante ans après, à une "nouvelle analyse empirique du personnel politico-administratif", perçu comme "variable essentielle de l'Etat" - ce sont ses mots -, "ou encore de son affaiblissement"."

Source : La grande table - France Culture

SNCF et autres services publics : comment les détruire en prétendant qu’on veut les sauver (de dégradations qu’on a provoquées) (1)

"C’est une recette éprouvée depuis longtemps dans le monde, et ses résultats – en termes de destructions de biens communs économiques, sociaux et écologiques comme en termes de relais par le privé lucratif sur les segments rentables - sont remarquables partout… où la résistance n’a pas été suffisante. Il faut pour cela manier plusieurs armes de destruction. Mais c’est tout un art si on veut éviter qu’elles ne vous explosent au visage. Je résume les étapes à suivre, en pensant aux lecteurs/trices ayant peu de temps… Je développerai tout cela dans les deux billets suivants."

Source : Debout ! Le blog de Jean Gadrey

Destruction des services publics (2) : asphyxie financière, dégradation de la qualité et dette « insupportable »

"Entrons dans les détails, en deux billets, de la stratégie de destruction résumée dans le précédent post. Commençons par les premières armes de destruction, essentielles mais dont on verra qu’elles ne suffisent pas."

Source : Debout ! Le blog de Jean Gadrey

Destruction des services publics (3) : la propagande sur les « privilèges », arme à double tranchant

"Dans ce dernier billet, j’en viens à l’accompagnement idéologique de la stratégie de destruction des services publics, ces entraves au projet rêvé de marchandisation concurrentielle de tout ce qui peut rendre du profit financier. Cet accompagnement (ou propagande) s’impose pour toute politique, mais ici c’est d’autant plus important qu’il y a un obstacle de taille, du côté de « l’opinion publique »."

Source : Debout ! Le blog de Jean Gadrey

Hôpital public : burn-out à tous les étages

"« Madame la Ministre, les agents ne veulent plus parce qu’ils ne peuvent plus ! Ils ont peur de commettre l’irréparable. Les glissements de tâches sont institutionnalisés ». Faute d’avoir réussi à faire entendre la dégradation de leurs conditions de travail depuis 2013, la CFDT de l’hôpital de Périgueux (Périgord) a écrit cet automne à Agnès Buzyn, nouvelle locataire de l’avenue Duquesne. Ces deux pages serrées reflètent le même ras-le-bol qui s’exprime, partout en France, dans les blocages, les grèves et sur les réseaux sociaux à travers le hastag #BalanceTonHosto."

Source : Alternatives Economiques

Accès à l’université : « Des algorithmes locaux seront utilisés pour faciliter la sélection ! »

"La loi « orientation et réussite des étudiants » vient d’être adoptée dans la précipitation par le Parlement. La loi introduit la possibilité pour les universités d’effectuer une sélection des étudiants. Elle risque, tout comme la réforme du bac, d’accentuer encore davantage les inégalités dans l’accès à l’enseignement supérieur entre élèves de centre-villes et de banlieues. C’est bien à la « mise en concurrence des élèves et des établissements scolaires », ainsi qu’à la « constitution d’un marché de l’enseignement » que nous assistons, selon la sociologue Leïla Frouillou, maître de conférence à l’université de Nanterre."

Source : BASTAMAG

GÉOPOLITIQUE

Énorme augmentation des ventes d’armes secrètes de la Grande-Bretagne à l’Arabie saoudite

"Alors que Mohammed ben Salmane doit se rendre mercredi à Londres pour rencontrer Theresa May, le Royaume-Uni est accusé d’avoir dissimulé la véritable ampleur de son soutien à la guerre au Yémen Le Royaume-Uni est accusé d’avoir dissimulé la véritable ampleur de son soutien à la campagne de bombardement du Yémen par l’Arabie saoudite via le recours accru à des licences secrètes d’exportation d’armes. (...) Le Royaume-Uni a utilisé des licences d’armement standard pour approuver plus de 6,4 milliards de dollars (environ 5 milliards d’euros) de vente d’armes à l’Arabie saoudite depuis le début de la guerre au Yémen en 2015, notamment des jets et munitions avancés."

Source : MIDDLE EAST EYE

RÉFLEXION

En art, « pour l’instant, le capitalisme mène la danse »

"Alain Troyas, fondateur du département des Arts plastiques de l’université Montpellier-III, aujourd’hui à la retraite, et Valérie Arrault, professeur d’arts plastiques dans cette même université, sont les auteurs de « Du narcissisme de l’art contemporain ». Ils y développent une approche critique qui se revendique du freudo-marxisme. À rebours de l’approche postmoderne de l’histoire de l’art, hégémonique, où le “Je” de l’artiste, son intention, son petit monde et son langage-d’un-seul priment sur le “Nous” (la société humaine) et ce qui la structure (conventions, codes et règles), leur essai s’efforce à dégager en quoi cet art contemporain est largement celui des élites et de la mondialisation néolibérale, dans leur œuvre de ravage économique, politique, social et anthropologique."

Source : LE COMPTOIR

« Pour le moment, l'intelligence artificielles produit surtout de la bêtise artificielle »

"Mises au service de l'économie spéculative et du capitalisme de prédation, les nouvelles technologies pourraient être autant la solution que le problème, prévient le philosophe Bernard Stiegler. Loin d'être technophobe, il appelle à une réponse politique qui place les machines au service de l'homme. Et non l'inverse."

Source : Le nouveau magazine littéraire

ÉCONOMIE

Les dessous du fiasco du « vaccin miracle » contre la dengue de Sanofi

"Lancé en fanfare en 2015, le vaccin contre la dengue Dengvaxia, développé et commercialisé par Sanofi, est aujourd’hui sur la sellette après plusieurs décès d’enfants aux Philippines. Le groupe pharmaceutique français est accusé aujourd’hui d’avoir mis ce vaccin trop rapidement sur le marché et d’en avoir minimisé les risques, alléché par les perspectives de profits juteux qu’il offrait."

Source : OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES

Commentaire recommandé

RGT // 11.03.2018 à 09h23

Un peu de réparation de “Fake News” (dans la lignée du sujet) : Voltaire n’a JAMAIS ecrit, ni dit ni même pensé ça.
Cette phrase lui a été attribuée post-mortem au XIXè siècle pour ajouter à son “aura bienveillante”.

En fait Voltaire était un sinistre individu qui a bâti sa fortune sur le “commerce de l’ébène” et qui considérait comme normal que les “gueux” soient réduis en esclavage pour que les membres de sa caste puissent s’enrichir.

Il souhaitait seulement que sa caste prenne la place de la noblesse et refusait toute forme de contradiction. simplement “être calife à la place du calife”..

Iznogoud et Voltaire ne sont au final que les deux facettes du même Janus.

Notons au passage que les “pensées” (plutôt désirs) de Voltaire sont actuellement bien implantés dans le cœur de nos “élites” qui appliquent à la lettre les principes de ce “Grand Homme”.

Comme référence au “siècle des lumières”, citez plutôt Rousseau, bien plus humaniste et traîné dans la boue pour le discréditer.

68 réactions et commentaires

  • Le Marsouin // 11.03.2018 à 06h56

    Le premier article sur la Chine a tort quand il décrit la Chine comme une sorte de démocratie mais soulève pas mal de points juste quand il compare avec le système pseudo-démocratique occidental

     3

    Alerter
    • cording // 11.03.2018 à 10h20

      Une démocratie, oui mais autoritaire et non libérale dans la mesure où le rôle dirigeant du PCC ne peut être remis en question.

       3

      Alerter
      • Shaolin // 11.03.2018 à 11h09

        Une démocratie autoritaire? J’ai pas lu l’article, mais la, le concept m’intrigue…

         5

        Alerter
      • Chris // 11.03.2018 à 13h44

        Chez nous, le soft power remplace à bon compte une démocratie “autoritaire”. Ni vu, ni connu.
        C’est fou, notre propension à toujours critiquer les autres pays alors que nous ne parvenons pas à résoudre nos propres problèmes !
        Que d’autres pays fonctionnent différemment ne me dérangent pas du tout.
        Je dirais même plus : me déplacer à travers un super-marché planétaire m’em….e au plus haut point. C’est pourtant ce à quoi les Occidentaux travaillent d’arrache-pied en imposant par tous les moyens (com’, guerres conventionnelle et commerciale, coups d’état) leur recette avariée.
        On n’a plus de droit à la différence (hormis les créneaux LGTB), de mourir dans son lit. Même mourir devient suspect !
        On est sommé de bêler en coeur et de se regarder le nombril pour refouler les réalités post-modernes qui dégradent tout, y compris notre propre humanité.

         26

        Alerter
  • Bigtof // 11.03.2018 à 07h32

    Excellent article du Comptoir sur l´art. Merci pour cette découverte !

     7

    Alerter
    • LBSSO // 11.03.2018 à 08h07

      “La technologie, cette bonne poire”

      J’ai découvert le “Comptoir” ,de mémoire lors du lancement de “Le Media”. Les articles proposés , y sont engagés et de qualité.
      Je profite de votre commentaire, que je partage , pour indiquer aux commentateurs et amateurs de la série Black Mirror (cette référence apparaît de temps en temps dans les fils concernant les nouvelles technologies) l’ article suivant: https://comptoir.org/2018/01/19/black-mirror-la-machine-presumee-innocente/
      ” Évitant ainsi la critique radicale (celle qui va à la racine), elle apparaît comme une œuvre faussement subversive et donc parfaitement intégrable à la domination libérale et capitaliste. Il n’est donc pas étonnant de l’avoir vue franchir l’Atlantique pour rejoindre les studios de propagande hollywoodienne.”
      Merci pour la revue de presse.

       6

      Alerter
      • douarn // 11.03.2018 à 09h01

        Merci LBSSO pour le lien
        Comble du cynisme, c’est le producteur de téléréalité (loft story, big brother) endemol qui produit black mirror…

         5

        Alerter
    • déplorable21 // 11.03.2018 à 17h10

      ci joint un autre site formidable dans le même esprit que ” le comptoir”:
      https://lesamisdebartleby.wordpress.com/
      merci encore aux ” Crises ” qui devient mon “hub intelligent ” préféré.

       5

      Alerter
  • douarn // 11.03.2018 à 07h59

    Bonjour
    “L’Union européenne exige que Google et Facebook intensifient la censure sur Internet”
    Pour aller dans le sens de ce que Tim Jackson écrit dans son livre “prospérité sans croissance”, il semble que nos actuels gouvernements de marchands réduisent nos libertés les plus fondamentales, numériques, informationnelles, … à la seule liberté de consommer. Cela virent même à l’injonction de “faire les magasins” (quelle drôle d’expression) pour faire tenir debout leurs édifices économiques bancales encore un peu.

    Si Voltaire disait : “Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire.”, que de progrès faits depuis … 🙁

     9

    Alerter
    • RGT // 11.03.2018 à 09h23

      Un peu de réparation de “Fake News” (dans la lignée du sujet) : Voltaire n’a JAMAIS ecrit, ni dit ni même pensé ça.
      Cette phrase lui a été attribuée post-mortem au XIXè siècle pour ajouter à son “aura bienveillante”.

      En fait Voltaire était un sinistre individu qui a bâti sa fortune sur le “commerce de l’ébène” et qui considérait comme normal que les “gueux” soient réduis en esclavage pour que les membres de sa caste puissent s’enrichir.

      Il souhaitait seulement que sa caste prenne la place de la noblesse et refusait toute forme de contradiction. simplement “être calife à la place du calife”..

      Iznogoud et Voltaire ne sont au final que les deux facettes du même Janus.

      Notons au passage que les “pensées” (plutôt désirs) de Voltaire sont actuellement bien implantés dans le cœur de nos “élites” qui appliquent à la lettre les principes de ce “Grand Homme”.

      Comme référence au “siècle des lumières”, citez plutôt Rousseau, bien plus humaniste et traîné dans la boue pour le discréditer.

       54

      Alerter
      • Duracuir // 11.03.2018 à 12h05

        Pour aller plus loin, Voltaire, qui passait son temps à trainer les armées Françaises dans la boue, s’est enrichit considérablement sur la… fourniture aux armées.
        Par ailleurs, tout comme Victor Hugo, d’ailleurs, c’était un sérial violeur de bonnes.
        Ensuite, ce sinistre admirateur de dictateur prussien, coqueluche de l’intelligentsia aristocratique parisienne, par ses pamphlets incendiaires contre les armées et la marine, rendait hilares de bonheur les officiers de marine anglaise qui, après leur traditionnel toast au roi à la fin d’un repas à bord, portait un toast à ce “bon monsieur Voltaire” qui valait bien à lui tout seul une flotte Anglaise.
        Nos cuculs enseignants républicains 3e républiques en ont fait une idole

         17

        Alerter
      • douarn // 11.03.2018 à 12h16

        Bonjour RGT
        C’est pour cela que j’écrivais “Si Voltaire…” Le “Si” me permettait de renvoyer au fait que la citation serait apocryphe (elle daterait de 1906 en fait). Il n’empêche que cela ne change rien à l’affaire, que de progrès faits depuis … 🙁

        Il me semble cependant qu’il faille prendre un peu de recul et se remettre dans le contexte du XVIIIe siècle, Voltaire (comme probablement beaucoup de gens plus ou moins “éclairés” de son époque) ne sont pas clairs (pour le moins) sur l’esclavage et les inégalités entre les variétés humaines. L’émission sur le sucre parle de Candide:
        https://www.franceculture.fr/emissions/concordance-des-temps/le-sucre-doux-et-mortel

        Quant au fait que les commerçants (caste à laquelle appartenait Voltaire) aient voulu évincer la noblesse à la fin du XVIIIe, cela ne fait aucun doute. C’est, je crois, un processus long toujours en cours illustré par le recul de nos libertés fondamentales au profit de la liberté de consommer, objet de mon commentaire.

         8

        Alerter
        • Pierre Bacara // 11.03.2018 à 14h15

          VOLTAIRE ET LE TRIOMPHE DES BOURGEOIS
          I. LES LUMIERES ET LES BOURGEOIS DU ROI

          ” […] les commerçants (caste à laquelle appartenait Voltaire) aient voulu évincer la noblesse à la fin du XVIIIe […]”

          On lit souvent que la Révolution française est la prise de pouvoir de la bourgeoisie au détriment de la noblesse. C’est incontestable. Cependant, il se pourrait que le siècle des Lumières qui, si j’ose dire, illumine cette victoire historique, soit un éclairage réducteur.

          La bourgeoisie ne s’impose pas “ex nihilo” et son triomphe ne date pas du “siècle des Louis”, le XVIIIe siècle. En réalité, son ascension irrésistible imprègne déjà nombre de siècles avant celui de Voltaire.

          Elle est déjà patente du temps de… Jeanne d’Arc : lors de la “révolution du XVe siècle” identifiée avec lucidité par Laurent HENNINGER, le roi de France Charles VII le Victorieux appuie déjà sa victoire militaire et politique dans la guerre de Cent Ans sur la force de la bourgeoisie. Elle seule, et personne d’autre, sait fournir au roi les piétons et financer l’artillerie qui vont “bouter l’Anglois de de France”. L’autre surnom de Charles VII, “le Bien Servi”, est on ne peut plus éloquent sur ce point.

           5

          Alerter
          • Pierre Bacara // 11.03.2018 à 14h51

            VOLTAIRE ET LE TRIOMPHE DES BOURGEOIS
            II. L’OR DES BONNES VILLES ET DES BOURGEOIS.

            Alors, si le zénith des bourgeois est déjà acté au temps de La Hire – le “chevalier” de nos jeux de cartes – de quand date l’essor même de ces riches commerçants ? Il crève les yeux dès l’époque des croisades, aux XIIe-XIIIe siècles, dans le cocon du champignonnage urbain qui est l’âme de ce temps et que l’irruption du carrefour commercial urbain de Provins, devenu deuxième ou troisième ville de France au temps de saint Louis, illustre avec force.

            Même la religion catholique portera la marque de la civilisation des villes : les “ordres mendiants » (dominicains, franciscains…), dès leur naissance à l’aube du XIIIe siècle, s’affirment comme la mutation urbaine des ordres monastiques anciens (bénédictins, clunisiens, cisterciens…) placés, eux, en leur temps, sous le signe du bucolisme, du “désert” cher à saint Benoît au haut Moyen-Âge.

            La foi se dénude à mesure que la société s’enrichit mais elle s’urbanise en même temps qu’elle.

             4

            Alerter
            • Pierre Bacara // 11.03.2018 à 15h29

              VOLTAIRE ET LE TRIOMPHE DES BOURGEOIS
              III. LES ORIGINES

              Quant à la cause de cette révolution urbaine-là, peut-être faut-il l’apercevoir dans l’explosion de prospérité matérielle des XIe-XIIe siècles, nourrie par la révolution agricole et par sa frénésie de défrichages et d’évolution techniques agricoles ; épopée menée par ailleurs sous l’oriflamme des cisterciens au tournant des deux millénaires et nourrie par le réchauffement climatique de l’an Mil. La richesse suscite le commerce et les routes, qui suscitent les carrefours commerciaux, c’est-à-dire les villes.

              Au total, il me semble que la lame qui fait rouler la tête de Louis XVI au matin glacial du 21 janvier 1793, moins d’une génération après la mort de Voltaire, est déjà affûtée depuis le temps des Valois, et qu’elle était sur la forge depuis les temps anciens des capétiens directs.

              C’est plus probablement en sept sept siècles et non en un seul (celui de Voltaire), que l’éclat de l’or finit par voiler celui de l’épée.

               5

              Alerter
            • theuric // 12.03.2018 à 13h59

              Monsieur Bacara, mes respects.
              Votre rapide cours d’histoire est un délice.

               2

              Alerter
          • vert-de-taire // 14.03.2018 à 10h14

            c’est trivialement la source de l’activité génératrice de plus-value monétisable

             0

            Alerter
      • BACFR // 12.03.2018 à 00h22

        Si vous aviez quelques sources à partager. Je les passerai à ma nièce qui prépare le français. Merci

         0

        Alerter
    • C. Lafota // 11.03.2018 à 11h15

      C’est l’auteure anglaise Beatrice Hall, née près de 100 ans après la mort de Voltaire, qui a écrit cette phrase et la lui a prêtée.

      Voltaire était l’archétype du bobo moderne, capitaliste franc et cupide, prêt à tous les aveuglements et partialités pour justifier ses ambitions personnelles. Si BHL avait eu le talent du vieil Arouet, on aurait pu les comparer, notamment leur élitisme commun et pas du tout démocrate (ouvertement de la part de V.).

      D’ailleurs, légitimement, si Voltaire avait pu faire taire l’Eglise qui le pourchassait, il ne se serait pas gêné.

      Comme c’est la bourgeoisie qui a gagné la Révolution, elle a écrit l’Histoire et choisi ses champions, dont Voltaire. Comme toujours, la médiatisation d’un personnage en dit plus sur l’époque que sur les qualités dudit personnage.

       24

      Alerter
      • V_Parlier // 11.03.2018 à 19h19

        C’est rare de lire des propos aussi réalistes sur Voltaire! Chapeau bas!

         2

        Alerter
  • Alfred // 11.03.2018 à 08h35

    Très bonne mise au point de simon Charbonneau dans reporterre, qui au passage fait un sort au désastreux Michel serre (le propagandiste croulant qui coulait t’expliquer ce qui le dépasse avec “petite poucette”).

     8

    Alerter
    • euromix // 11.03.2018 à 21h20

      J’ai beaucoup aimé le livre de Michel Serre qui n’est pas en contradiction avec Simon Charbonneau.
      Ce que dit Simon Charbonneau c’est qu’on avait pas les moyens d’action sur la nature qu’on a maintenant donc on la détruisait moins. la belle affaire. Avec les mentalités de l’époque et les moyens d’aujourd’hui on serait dans une situation bien plus dramatique.
      Au passage j’imagine que les deux dernière guerres mondiales ont eu un impact sur notre bonne nature aussi.

       0

      Alerter
  • Eric83 // 11.03.2018 à 10h11

    Excellents articles de Jean Gadrey sur la destruction programmée et orchestrée des services publics et notamment de la SNCF. L’article en lien de Samuel Gontier est tout aussi excellent sur la propagande médiatique pro-réforme de Macron.

    Autre service public en état de destruction programmé de fonctionnement, les hôpitaux. Depuis quelques temps, je suis amené à fréquenter régulièrement des hôpitaux et des services d’urgences pour un parent octogénaire à la santé de plus en plus précaire.

    Je plains sincèrement le personnel hospitalier au vu de leurs conditions de travail dans un environnement au quotidien déjà très éprouvant.

    Les patients aussi subissent les conséquences des réformes néolibérales de l’hôpital.
    Le constat que je peux faire, c’est une administration à outrance, un manque d’effectif médical, une désorganisation liée à ce manque d’effectif, des informations contradictoires données au patient selon les interlocuteurs, un manque d’information et/ou formation du personnel…

    Par expériences, petit conseil à ceux qui auraient à être hospitalisés et qui prennent des traitements médicamenteux. Emmener vos propres médicaments en plus de votre ordonnance à l’hôpital, cela vous évitera bien des déconvenues si vous voulez être sûr de pouvoir prendre vos traitements.

     16

    Alerter
    • patrick // 11.03.2018 à 10h19

      ” c’est une administration à outrance, un manque d’effectif médical, une désorganisation liée à ce manque d’effectif ”
      Ce n’est pas une destruction programmée , c’est juste la dérive habituelle d’un système de plus en plus étatisé et bureaucratisé. Les médecins libéraux sont en train de subir le même sort.
      La cour des comptes a noté que 50% des moyens de la médecine hospitalière étaient mangés par la bureaucratie.
      ” Vous leur donnez le Sahara , dans 5 ans ils importent du sable”

       11

      Alerter
      • Fabrice // 11.03.2018 à 10h42

        Et pourquoi autant d’administration ? pour chiffrer la rentabilité d’organes de soins qui ne sont pas fait pour être rentable mais assurer un niveau de soins favorable à la population du pays.

        La gouvernance d’entreprise appliquée aux etats tuera notre société pour déplacer les bénéfices sociétaux vers les bénéfices financiers de sociétés privées peut importe les conséquences.

         35

        Alerter
        • patrick // 11.03.2018 à 11h18

          Autant d’administration ? tout simplement parce que quand vous donnez le pouvoir à l’administration elle finit toujours par grossir et vouloir tout contrôler et pour cela elle impose de plus en plus de travail improductif aux acteurs “productifs”.
          Dans le cas de la médecine française , l’administration veut tout contrôler et est en train de tuer le privé donc son but n’est absolument pas de déplacer des bénéfices vers le privé.

          Effet pervers : quand l’administration grossit elle a besoin de plus en plus de budget et pour cela elle va prendre du budget aux gens sur le terrain pour son propre intérêt.
          Donc le “service public” nous coûte de plus en plus cher alors que ceux qui bossent sur le terrain ont de plus en plus de pression et de moins en moins de moyens.

           7

          Alerter
          • vinel // 11.03.2018 à 19h37

            Je prie les critiques systématiques de ce qui est ou ressemble à un service public d’avoir un peu plus d’objectivité.
            Les répétitions rances relatives à l’augmentation systématique de l’administration et gestion des hôpitaux conduisent à donner l’idée perverse que le privé ferait mieux.
            Cela reste à voir.
            En effet le privé se paiera d’abord avec une marge bénéficiaire de 20%.minimum.
            le privé n”acceptera pas toutes les pathologies et gardera les plus rentables.Que deviendront les plus démunis?
            Enfin une étude ,sujet de thèse,a montré que l’administration croissait avec la privatisation des organisations.Pourquoi?
            parce que ,s’agissant de leur “pognion”les propriétaires exige des contrôles supérieurs.
            Lorsqu’il s’agit d’un service public,ce concept est d’une étendue méconnue ou volontairement ignorée,les modes d’action et de finalité se diversifie humainement.
            L’entreprise ,elle n’a qu’un but et finalité ,faire des bénéfices,le service public a la satisfaction du public dans ses éxigences d’interet général.
            Pour ce dernier,le but atteint ne se budgète pas meme s’il a un cout.
            Si je me suis bien exprimé,les échos des tenants du néolibéralisme devraient etre silencieux.

             17

            Alerter
      • Alfred // 11.03.2018 à 11h29

        Méfiez vous d’une vision un peu trop lointaine : comme le fait remarquer Fabrice ce que vous dites n’est pas incompatible du tout avec l’approche idiotement comptable de la médecine. Je connais plusieurs médecins hospitaliers dont le temps est très mal employé au regard de leur formation coûteuse pour la société et de leur rareté : ils perdent une partie considérable de leur temps à quantifier leur travail et à le faire entrer dans des cases comptables et statistiques. Ils perdent une autre partie de leur temps à faire du travail qui pourrait être fait par des personnels non médicaux qui ont disparu … pour faire des économies. C’est malin de faire faire du secrétariat à des toubib non? C’est efficient non? Voilà à quoi conduisent ces discours “trop d’administration” pris de trop loin.
        Je suis tout à fait d’accord avec Fabrice ci dessous.

         23

        Alerter
        • marc // 11.03.2018 à 16h57

          et dans les hopitaux publics?
          les agents des hôpitaux doivent respecter 43 familles de règlements…
          la définition minutieuse de procédures onéreuses, non évaluées, simultanément inapplicables, voire contradictoires leur fait perdre beaucoup de temps et d’énergie
          cette organisation des soins de santé, qui fait la fièreté française, est tout de même pas très bien faite, mais c’est le capitalisme qui veut ça, il veut qu’on comptabilise tout, qu’on taxe tout et du coup qu’on perdre beaucoup de temps et d’énergie… (au profit de certains… qui sont plutôt du privé au final?)
          non, un toubib n’a pas que ça à faire…

           5

          Alerter
          • patrick // 11.03.2018 à 17h47

            non, ce n’est pas un problème de capitalisme.
            L’avalanche de réglementation vient de l’état français et de nos élus qui nous inondent de lois, règlements, normes et décrets, avec toutes les taxes qui vont avec.n
            C’est pratique de contrôler et taxer la population en disant que c’est la faute du méchant capitalisme.

             2

            Alerter
            • Alfred // 11.03.2018 à 18h44

              Il semble que vous raisonnez à l’échelle de votre petite entreprise (vous êtes patron?) et que vous parlez de ce qui vous bloque vous. Vous n’avez jamais travaillé dans une entreprise du caca rente? Elle se débrouille très bien toute seule en termes de complications et de gâchis (ce qui ne l’empêche pas d’arriver à sabrer en même temps), mais c’est hors sujet.
              Nous parlons ici d’usines à gaz pondues par des types qui ne jurent que par le capitalisme et la concurrence (en apparence). Les directeurs se voient comme des chefs d’entreprise. Le “reporting” et les “benchmark” sont des maladies managériales qui affectent autant des structures publiques que privées.

               6

              Alerter
            • Alfred // 11.03.2018 à 18h58

              Mais surtout le grand non dit de l’hôpital public (et d’ailleurs de tout le service publi, collectivités territoriales comme éduc nat) c’est que c’est une vache à lait qui fait bien des fortunes privées. La soit disant gabegie est bien entretenue par des intérêts convergents. Certaines larmes de crocodiles font bien sourire car dans certains domaines une juste facturation ferait bien du mal à certains acteurs privés (je dis cela en sachant très bien que par ailleurs l’état est parfois mauvais payeur en particulier avec les petites entreprises).

               5

              Alerter
            • patrick // 11.03.2018 à 20h16

              c’est vrai, je suis patron d’une petite boite.
              Dans le passé j’ai eu l’occasion de bosser avec des grandes boites. On y constate les mêmes dérives administratives que celles de l’état.
              Dés que vous mettez en place une bureaucratie vous arrivez aux mêmes résultats. Dans le privé , ça peut entraîner de graves problèmes voire même la faillite, alors que dans le cas de l’état il suffit de prendre un peu plus de fric dans les poches du contribuable.

               1

              Alerter
      • vert-de-taire // 14.03.2018 à 10h52

        Mais bien sûr,
        ils sont tellement c***s qu’ils s’arrangent pour être coûteux inefficaces et pire,
        dangereux pour la population.

        Et jamais vous n’avez entendu des fonctionnaires hospitaliers dénoncer cette situation, puisqu’ils la veulent et y contribuent …

        La propagande des salauds (ultra-riches activistes) est excellente puisque vous y croyez.

        on le savait mais c’est toujours bon d’avoir des preuves.
        Comme pour Assange ou Snowden qui nous informent, la réalité dérange alors on la noie dans les complots et les desinformations.

         0

        Alerter
    • Fritz // 11.03.2018 à 10h35

      Moi aussi, j’ai apprécié les articles de Jean Gadrey, et aussi les articles auxquels il renvoie, comme celui de Marianne : https://www.marianne.net/economie/reforme-de-la-sncf-les-privileges-du-statut-du-cheminot-sont-surtout-des-fantasmes

      Cela dit, l’un des avantages consentis aux cheminots me paraît excessif : la gratuité quand ils sont eux-mêmes passagers du rail, et la réduction de 90 % accordée à leurs conjoints et leurs enfants (qui ont droit en outre à seize trajets gratuits par an). Que les cheminots bénéficient de certaines facilités quand ils empruntent le réseau qu’ils font marcher, c’est normal, mais à ce point-là…

      De toute façon, je n’entrerai jamais dans la combine de l’oligarchie : monter les travailleurs (salariés ou indépendants) les uns contre les autres pour casser le service public et démanteler les structures de la France.

      Sur un autre plan, cette logique de démantèlement est en cours avec les intercommunalités forcées, les cantons refondus, les régions à la Valls, et le discours de longue haleine contre les départements.

       5

      Alerter
      • Ignotus // 11.03.2018 à 15h20

        Je serais curieux de savoir quelle est la valeur du manque à gagner pour la SNCF concernant la gratuité des transports des cheminots. Avez-vous des chiffres?
        Chiffres à mettre en perspective avec les revenus total des billets SNCF, à comparer aussi avec les coûts de transports (train, avion) de nos élus (France et UE), et des autres avantages en salaire et nature qu’ils reçoivent.

        Vous ne voulez pas monter les travailleurs les uns contre les autres mais vous avez déjà franchi la limite, il me semble.

         6

        Alerter
      • yack2 // 11.03.2018 à 18h06

        Avec un salaire de 1600 euros en moyenne….Tu vas ou avec ta famille….une fois que t’as pris le train?????…..Tu promène ta famille en France parce que le train est gratuit?…..Car avec 1600 boules tu sors pas de la gare!!!!
        Putain de privilégiés qui passe leurs weekend et leur vacances (nombreuses,16 fois!) dans le train!
        Sans blaguer,Bernard Arnaud peut dormir tranquille avec des rebelles comme vous…..il a gagné 700 euros à la seconde et on nous parle des familles de cheminots qui squattent les trains…..

         16

        Alerter
        • Alfred // 11.03.2018 à 18h46

          Que voulez vous entre les cheminots, les troufions et les élus on a plus de place en prem’s…

           3

          Alerter
        • Fritz // 12.03.2018 à 08h05

          @yack2 :
          1) Qui vous dit que le salaire moyen d’un cheminot est de 1 600 euros ?
          2) Combien de familles en France touchent ce salaire moyen sans avoir aucune réduction sur les lignes SNCF ?

          Quant à votre pique sur Bernard Arnault et les “rebelles comme vous”, vous pouvez la garder. Je n’ai de leçon à recevoir de personne à ce sujet. Sans blague !

           2

          Alerter
          • RV // 12.03.2018 à 10h18

            Mais enfin Fritz vous voulez vraiment que tous les salaires soient alignés sur ce qui se fait de pire en France ?
            Le salaire moyen SNCF est légèrement au dessus de 3000 quand la moyenne nationale est légèrement en dessous, ça se joue à quelques dizaines d’Euros. Le salaire moyen est une notion statistique qui cache une grande disparité.

             0

            Alerter
            • V_Parlier // 12.03.2018 à 10h59

              Un salaire moyen en France à 3000 euros???
              J’aurais donc si longtemps été pauvre (au moins 25 ans je pense) sans le savoir…

               4

              Alerter
            • madake // 14.03.2018 à 23h06

              L’un parle de salaire net, l’autre de salaire brut…
              Les primes, qui font beaucoup fantasmer améliorent un peu les choses, mais on a dit n’importe quoi sur les plateaux radios et TV.

               0

              Alerter
          • yack2 // 12.03.2018 à 19h16

            Salaires SNCF, France
            Maintenance et réparation Salaire moyen
            Technicien de Maintenance (H/F) 24 salaires reportés 1 549 € par mois
            Opérateur (H/F) 6 salaires reportés 1 773 € par mois
            Agent d’Entretien (H/F) 11 salaires reportés 1 873 € par mois
            Électricien (H/F) 6 salaires reportés 1 674 € par mois

            http://www.lefigaro.fr/societes/2014/06/18/20005-20140618ARTFIG00291-sncf-les-cliches-sur-les-cheminots-ont-la-vie-dure.php

            Voilà!! Je maintiens qu’avec ces salaires …..tu ne te promènes pas en France à tout bout de champs ….Que de bénéficier de la gratuité du train n’est pas un avantage indu…..
            Et que par ailleurs,il est plus intelligent de s’occuper des milliardaires, de l’évasion fiscale, de la financiarisation de l’économie etc etc que de chercher des poux dans la tête des cheminots…..Qui se me semble ne font pas partie de l’oligarchie et sont EUX des privilégiés.

             2

            Alerter
    • V_Parlier // 11.03.2018 à 19h24

      Jean Gadrey qui applaudit la disparition de l’emploi industriel (sous le faux prétexte de la robotisation et en évitant le sujet de la délocalisation), en nous chantant le monde des “emplois d’avenir” version larbinat (ça fait pleurer de lire ça: https://blogs.alternatives-economiques.fr/gadrey/2018/02/18/les-metiers-qui-devraient-creer-le-plus-d-emplois-dans-les-10-ans-aux-etats-unis-et-en-france-de-quoi-relativiser-la-grande-peur-des-robots ).

      Après il peut pleurer sur les services publics, qui va les payer? Les bonnes et les aides ménagères et les serveurs que nous serons tous? Pitoyable.

       6

      Alerter
      • RV // 12.03.2018 à 10h28

        En fait il écrit le contraire de ce que vous avancez !

        …/… Voici donc le classement des métiers qui, dans les dix ans à venir, devraient créer le plus grand nombre d’emplois dans ce pays de la high-tech, des start-ups, d’Apple, Microsoft et des robots gloutons mangeurs de millions d’emplois dans tous les secteurs si l’on croit aux contes de fées (ou aux histoires de sorcières) de la robotisation généralisée : voir ma série de billets de 2015 sur « le mythe de la robotisation détruisant des emplois par millions ». …/…

        Quand aux services publics ils sont souvent gérés à moindre frais que dans le privé. L’exemple le plus parlant est celui de la Sécu, 6% de frais de gestion comparé à celui des mutuelles, 12% de frais de gestion. L’explication est simple mais il faut s’en imprégner, dans les 12% vous avez un kolossale budget de publicité, les dividendes aux actionnaires et quelques salaires mirobolants en haut de la pyramide.

         2

        Alerter
        • V_Parlier // 12.03.2018 à 10h49

          J’ai relu pour vérifier et on ne peut pas dire qu’il dit le contraire de ce que je décris, même si il avoue ne pas être admiratif quant au modèle (avec réserves délicates). J’ai résumé peut-être trop brièvement mais sa critique est très timorée et évite les causes qui fâchent (délocalisation de l’emploi industriel qui va déstabiliser tout le reste, avec ou sans robots).

          Quant au public, même si on suppose qu’il puisse être bien géré, il peut dans certains cas avoir tout de même besoin d’un financement d’Etat (le vrai public, pas de simples entreprises nationalisées fournissant des biens de consommation ou de services non reconnus comme d’intérêt commun, profitant de la situation pour vivre en déficit permanent). Par exemple pour des investissements à long terme et/ou les services relatifs à la santé.

          Quand il écrit « le mythe de la robotisation détruisant des emplois par millions », il est encore plus optimiste en se consolant par la bureaucratisation du monde du travail. Juste ça.

           1

          Alerter
  • Eric83 // 11.03.2018 à 11h13

    Quand l’hystérie anti-russe ne vient pas directement des US, elle est relayée par ses supplétifs au sein de l’UE et membres de l’OTAN : l’Estonie, la Lituanie et la Lettonie.

    Rappelons que ces trois Etats membres de l’UE ne totalisent qu’à peine plus de 1% de la population de l’UE.

    https://www.romandie.com/news/ZOOM-Les-pays-baltes-previennent-les-Etats-Unis-de-ne-pas-sous-estimer-la-menace-russe/896474.rom

    “Les ministres des Affaires étrangères des pays baltes, trois pays membres de l’OTAN, sont venus venus à Washington pour exhorter les leaders occidentaux à prendre au sérieux les menaces russes d’un niveau “sans précédent depuis les années 30 et 40″.”

     14

    Alerter
    • Chris // 11.03.2018 à 13h55

      Le centre de propagande de l’OTAN-UE… siège en Lettonie !
      Direct au source…

       10

      Alerter
  • Eric83 // 11.03.2018 à 12h06

    Nous entendons depuis des mois nos médias MSM insister sur une “reprise” de la croissance mondiale et d’une baisse du chômage en occident et particulièrement aux US.

    Le cas échéant, si tout va si bien, pourquoi des groupes mondiaux du commerce de détail font-ils faillite ?

    Le groupe Toys ‘R’ US, qui a déjà fermé des dizaines de magasins pourrait être totalement liquidé dans les semaines qui viennent. ( CA 2016, plus de 11 milliards de dollars ! ).
    Cette semaine, c’est le groupe mondial Claire’s qui est sur la pente de la liquidation totale.

    Et la liste des faillites à venir et/ou à se terminer en liquidation totale ne va cesser de s’allonger. Les articles de Bloomberg et de wikipédia sont, à mon sens, de grand intérêt pour comprendre l’effondrement à venir.

    Ces grands groupes ont été rachetés en LBO, c’est à dire à crédit, par des fonds vautours comme Bain Capital, KKR – rachat de Pages Jaunes en France -… et sont noyés sous des dettes irrécouvrables…alors même que les taux d’intérêts des banques centrales sont faibles…

    https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-03-08/toys-r-us-said-to-be-prepping-liquidation-of-u-s-operations

    https://www.bloomberg.com/graphics/2017-retail-debt/

    https://en.wikipedia.org/wiki/Retail_apocalypse

     5

    Alerter
    • patrick // 11.03.2018 à 13h12

      Total des dettes ( publiques + privées ) : 233.000 milliards de $ !!
      Qui peut croire que ces dettes seront remboursées un jour ou l’autre ? à part en imprimant de la monnaie et comptant sur une inflation record ? ce qui finira par ruiner tout le reste de l’économie.

      Accrochez vous à vos fauteuils , il va y avoir des turbulences.

       4

      Alerter
      • ig // 11.03.2018 à 14h02

        Quand je vois ces chiffres, la question que je me pose c’est: qui détient ces dettes?
        Car si les entités sont à la fois créditrices d’une part et débitrices d’autre part, cela s’annule.

        Ce ne sont pas les états, on le saurait. Ni les banques, elles seraient en meilleure posture.
        De grands groupes ?

        Si vous avez la réponse, je suis preneur.

        Pourquoi parle t on toujours des dettes et n’entend on pas parler des créanciers?

         4

        Alerter
        • patrick // 11.03.2018 à 14h12

          Les banques peuvent prêter de l’argent qu’elles n’ont pas.

          voir : https://www.wikiberal.org/wiki/Réserves_fractionnaires

          C’est pratique tant que ça reste “raisonnable ” et que les emprunts peuvent être remboursés , mais là il est clair que les banques sont dans la m… , elles ont prêté de 40 à 100 fois ce qu’elles ont vraiment dans leurs coffres.
          Le ménage aurait du être fait il y a 10 ans , par la faillite de celles qui ont fait n’importe quoi , mais les états les ont sauvées , erreur fatale.

          Ensuite , les banques centrales ont émis pas mal de monnaie , refilée aux mêmes banquiers et zinzins, pour qu’ils puissent continuer leurs c…

           11

          Alerter
          • ig // 11.03.2018 à 14h30

            Merci!
            Mais je pensais par exemple qu’aux US il avait été mis en place une séparation entre banques d’affaires et banques de dépôts ( des clients) depuis la crise de 2008.
            Donc il n’y aurait plus, du moins aux US, que les spéculateurs en jeu, et plus les sommes des épargnants lambda, pour alimenter ces réserves fractionnaires.
            Alors les spéculateurs prennent leurs pertes, non?

             3

            Alerter
            • Patrick // 11.03.2018 à 15h04

              La FED imprime de la monnaie pour racheter les obligations ou actions aux banquiers et fonds d’investissements.
              Les américains impriment de la monnaies pour racheter les prêts qu’ils se font à eux-mêmes.., un système devenu fou.
              Bon , suite aux dernières péripéties boursières, des fonds ont perdu beaucoup de fric.
              Wait and See

               3

              Alerter
      • Chris // 11.03.2018 à 14h18

        Mais ce n’est pas tout !
        https://www.businessbourse.com/2018/03/06/1200-milliards-de-dollars-de-deficit-tresor-americain-2017/
        Le Trésor des États-Unis d’Amérique annonce publiquement que le gouvernement fédéral a perdu, en capital, 1 200 milliards de dollars à la page « i » de son rapport financier annuel de 2017.
        2017 a été une bonne année…
        La différence est négative de 20 400 milliards de dollars, c’est-à-dire que le gouvernement a beaucoup plus de passifs que d’actifs.
        Mais, en plus de cela, le gouvernement a calculé séparément les passifs à long terme de la sécurité sociale et de l’assurance-maladie. Et selon les propres calculs du gouvernement (à la page 58), la « valeur actualisée totale nette des dépenses futures par rapport aux revenus futurs » pour la sécurité sociale et l’assurance-maladie est de 49 000 milliards de dollars.
        Essentiellement, cela signifie que les deux programmes de retraite et de soins de santé les plus grands et les plus importants aux États-Unis sont insolvables de près de 50 000 milliards de dollars.
        Au total, le gouvernement est dans le rouge pour près de 70 000 milliards de dollars.
        Tout va bien, nous dit-on.

         7

        Alerter
        • marc // 11.03.2018 à 17h07

          j’ai l’impression d’un truc:
          est-ce que cela explique les envies de guerre des usa? (envers la russie essentiellement)
          on dirait que depuis un moment elle est programmée pour tomber “bientôt”

           7

          Alerter
        • VLADIMIR // 11.03.2018 à 20h52

          Et après vous voyez un changement?
          La planche à billets fonctionne très bien il va falloir attendre qu’elle se grippe grâce à la Chine.. .mais c’est eux qui le décideront

           2

          Alerter
    • Chris // 11.03.2018 à 14h15

      https://www.businessbourse.com/2018/03/09/etats-unis-au-28-fevrier-2018-plus-de-1017-millions-damericains-sont-toujours-sans-emploi/
      Le nombre d’américains se trouvant exclus du marché du travail au 28 Février 2018( Not in labor force), est de 95,012 millions d’individus auxquels il faut ajouter 6,706 millions d’américains officiellement déclarés au chômage (unemployed).

      Sur une population de 323,1 millions d’Américains (2017).

      Indice Baltic (BDI) 2003-2017 : http://www.kitco.com/commentaries/2016-12-21/The-14-Year-Record-of-the-Baltic-Dry-Index.html
      Montrant un encéphalogramme quasi plat depuis 2011.

      Dans le même temps :
      https://www.lematin.ch/economie/emploi-americain-porte-lindice-smi/story/22624382

      Kafkaïen !

       10

      Alerter
  • Eric83 // 11.03.2018 à 16h56

    Panique au Pentagone, aussi bien en ce qui concerne les armes hypersoniques des russes et des chinois…que sa communication dont les propos sont pour le moins contradictoires.

    http://www.dedefensa.org/article/le-pentagone-panique-pour-ses-porte-avions
    http://www.dedefensa.org/article/un-aveuglement-hypersonique

    https://www.romandie.com/news/ZOOM-Les-nouvelles-armes-russes-laissent-Washington-indifferent/897992.rom

     2

    Alerter
    • Alfred // 11.03.2018 à 18h52

      Entre DDE et ses longs articles partiaux mais argumentés et Romandie (ou n’importe quoi) qui se contente de reprendre la com americaine (que voulez vous que mattis dise d’autre?), ma religion est faite : le rapport de force est en train d’être bouleversé.

       5

      Alerter
      • regis24 // 11.03.2018 à 19h56

        et l’accumulation de:
        la crise économique
        la crise financière
        la crise politique
        la crise géostratégique…
        rend une guerre que l’on croyait improbable (nucléaire) possible…

         0

        Alerter
  • VLADIMIR // 11.03.2018 à 20h55

    Le pire est que personne n’évoque Sanofis et pourtant vous vous précipitez tous vers eux vers la fin.. faut y penser aussi

     1

    Alerter
  • bernadette // 12.03.2018 à 07h23

    Environnement Energies. Renouvelables

    Après avoir visionner le site sur les énergies, pourquoi l’éolien reste à construire parce que des opposants s’y opposent. Pourquoi cette opposition ?
    A quelques kms d’une centrale nucléaire, des associations se sont groupées pour refuser l’implantation d’un éolien.

     4

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications