Les Crises Les Crises
16.septembre.201816.9.2018 // Les Crises

Revue de presse du 16/09/2018

Merci 28
J'envoie

CRISE BANCAIRE

Dix ans après Lehman Brothers, les banques sont-elles plus sûres ?

"Le nouveau cadre réglementaire appliqué aux banques permet de limiter les risques. Mais déjà la tentation est grande, des deux côtés de l'Atlantique, d'en limiter la portée. Dix ans après la faillite de la banque américaine Lehman Brothers, l’Union européenne est encore en train de finaliser les nouvelles règles censées assurer que les banques prennent moins de risques. Les autres pays ne sont pas plus avancés1. Après son accession à la présidence en 1933, l’Américain Franklin D. Roosevelt avait été plus rapide : en quatre ans, il avait instauré un nouveau cadre de régulation des banques, copié par les autres Etats, qui allait assurer trente années de stabilité financière."

Source : ALTERNATIVES ECONOMIQUES

DÉMOCRATIE

Jeremy Corbyn, l’homme à abattre

" Corbyn a deux défauts majeurs. Pour chacun d’entre eux, il est l’homme à abattre. Pour le premier, il défend une politique résolument « anti-austérité ». Il brise le dogme ontologique TINA, ‘There Is No Alternative’ institué par Thatcher selon lequel la société n’existe pas, il n’existe que des individus. Etendu à la sphère économique, il a été traduit par la privatisation des services publics et la réduction avec dans certains cas la suppression des conquêtes sociales protégeant les travailleurs. Cette pionnière a promu un capitalisme sans règles, le blairisme ou la Troisième Voie n’ont fait que reprendre ses antiennes."

Source : AFRIQUE ASIE

EVASION FISCALE

"Dubaï Papers" : révélations sur un réseau international de fraude fiscale et de blanchiment

""L’Obs" a eu accès à des milliers de documents inédits qui lèvent le voile sur un système de blanchiment offshore aux Emirats arabes unis. Les "Dubaï Papers" nous permettent une plongée inédite dans l’industrie de l’évasion fiscale et du blanchiment de capitaux. Après plusieurs mois d’enquête, "l’Obs" a pu réunir une quantité impressionnante de documents internes, d’éléments d’enquête et de témoignages dévoilant le fonctionnement du groupe Helin, une nébuleuse spécialisée dans l’ingénierie de l’opacité et installée aux Emirats arabes unis."

Source : L'OBS

FRANCE

Expulsions accélérées, peines de prison : la loi « Elan » sur le logement s’apprête à criminaliser les plus précaires

"La loi sur l’« évolution du logement, de l’aménagement et du numérique » doit être définitivement adoptée par le Parlement en septembre. En l’état, après son durcissement par le Sénat, cette loi va conduire à privatiser des dizaines de milliers de logements sociaux chaque année, et à réduire le nombre de logements accessibles aux personnes handicapées. Elle va aussi criminaliser les occupants sans-titre, locataires non déclarés, victimes de marchands de sommeil ou squatteurs, tout en accélérant les expulsions et la destruction des habitats auto-construits. Les défenseurs du droit au logement dénoncent une « loi anti-pauvres »."

Source : BASTAMAG

Route solaire : le grand gaspillage

"Les expériences de routes solaires développés par Colas, filiale routière de la multinationale Bouygues, se révèlent extrêmement coûteuses. Mieux vaudrait se focaliser sur le solaire rentable.... et sur les économies d’énergie."

Source : REPORTERRE

GÉOPOLITIQUE

Parti Démocrate, vassaux et impérialisme

"Alors que ça chauffe autour d'Idlib et que les boxeurs se préparent à un jet d'éponge chimique qui n'arrêtera néanmoins pas le combat, penchons-nous pacifiquement (quoique...) ce soir sur un thème tout différent. Ce petit billet part d'un article du National Interest à propos des relations américano-indiennes. L'auteur aborde la question par un biais original, analysant les liens entre Washington et New Delhi à l'aune de leurs votes convergents ou divergents à l'ONU. La conclusion est que, derrière les belles paroles de partenariat - et même si un certain rapprochement a eu lieu depuis deux décennies, comme nous l'expliquions à propos du sommet 2016 des BRICS -, les deux pays ont emprunté des chemins relativement éloignés (80% de votes divergents !). Plus intéressant encore, est mis en graphique le vote de plusieurs autres pays."

Source : CHRONIQUES DU GRAND JEU

La Russie sabote le nouveau plan de Trump contre la Syrie

"Ce vendredi 31 août, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a annoncé que la Russie avait remis à l’OIAC (Organisation pour l’interdiction des armes chimiques), et à l’ONU, la « preuve » selon laquelle le gouvernement américain avait travaillé avec Al-Qaïda pour mettre en scène une attaque chimique, que les États-Unis et ses alliés allaient ensuite pouvoir utiliser comme justification à une attaque contre la Syrie, au prétexte de réponse « humanitaire » à ladite attaque chimique prétendument menée par le gouvernement syrien, mais en réalité par les États-Unis pour raviver la « guerre civile » de sept ans entre le gouvernement syrien et les « rebelles » soutenus par les États-Unis, qui se composent presque exclusivement de djihadistes sunnites fondamentalistes formés et dirigés par Al-Qaïda en Syrie, avec l’aide des États-Unis et d’un financement saoudien."

Source : ENTELEKHEIA

Skripal, le retour : le mystère s’épaissit

"Le moment où « Boshirov et Petrov » auraient été présents à Salisbury pour commettre l’attentat se situe entièrement dans les limites de la période de quelques heures où, selon toutes les sources officielles, les Skripal avaient quitté leur domicile avec leur téléphone portable éteint."

Source : ENTELEKHEIA

LIBERTÉS

Lors d’une audience au Sénat, Facebook s'engage à remplacer les «mauvais discours» par des «faits alternatifs»

"Les déclarations de mercredi devant la Commission du renseignement du Sénat par la directrice des opérations de Facebook, Sheryl Sandberg, et le PDG de Twitter, Jack Dorsey, ont marqué un tournant dans la transformation des sociétés de médias sociaux en un système avancé de censure et de propagande. Si l'on en juge par les déclarations publiques de Sandberg devant le Sénat, le plus grand réseau social au monde s'est dissout dans l'appareil du service de renseignement américain, et vice versa."

Source : WORLD SOCIALIST WEB SITE

Vous utilisez Gmail dans Chrome ? Si c'est le cas, sachez que Google vous connecte au navigateur Même si vous n'entrez pas vos identifiants

"Google a amorcé la diffusion de la version stable de Chrome 69 sur les plateformes Windows, MacOS, Linux et Android le 4 septembre. La dernière version du navigateur le plus couru intègre de nombreuses améliorations : nouveau design, barre d’adresse qui affiche directement des réponses, amélioration du remplissage automatique, etc. La liste est bien fournie, toute chose qui devrait en principe faire que ce dernier gagne en attractivité, mais les dernières décisions de la firme de Mountain View sont de nature à faire fuir les utilisateurs soucieux de leur vie privée."

Source : Développez.com

MARCHÉS FINANCIERS

Dur de réguler les marchés

"A l'instar de celle des banques, la régulation des marchés financiers a progressé au cours des dix dernières années. Mais elle est encore loin d'avoir abouti. Si la régulation des banques représente un pilier essentiel de la prévention des crises, les produits financiers à risque, dits "produits dérivés"*, sont l’expression concrète des innovations financières permettant de prendre beaucoup de paris. Ils ont toujours été au coeur des grands dérapages de l’histoire financière. Ils prennent la forme de contrats qui permettent de vendre ou d’acheter, à un prix et une période fixés à l’avance, du pétrole, des devises, des actions, etc. Et, surtout - 80 % du marché mondial -, des niveaux de taux d’intérêt !"

Source : ALTERNATIVES ECONOMIQUES

MATIÈRES PREMIÈRES

Le tube de l'année

"Oubliez Despacito ou Shakira, le tube de 2019 sera la chansonette énergétique russe, avec Gazprom au micro et Vladimirovitch aux manettes. A l'est de l'échiquier eurasien, le titanesque gazoduc sino-russe, Sila Sibirii pour les intimes, entre dans sa phase finale. Rappelons que ce chantier pharaonique de 4 000 km au coeur de la taïga sibérienne fait suite au contrat du siècle de 400 Mds d'équivalents dollars signé en 2014 entre Gazprom et le chinois CNPC, en pleine crise ukrainienne, époque où la Russie était "isolée" selon notre bonne vieille MSN. Le tube, qui reliera les deux principaux adversaires de l'empire, est construit à 93%."

Source : CHRONIQUES DU GRAND JEU

RÉFLEXION

Thomas Guénolé : « La ligne antisociale gouverne le pays »

"Politologue (titulaire d’un doctorat du Centre de recherches politiques de Sciences Po) et enseignant à l’université de Bretagne occidentale (UBO), Thomas Guénolé fait partie de cette nouvelle génération d’intellectuels de gauche qui accepte de mener la bataille des idées directement dans les médias dominants pour faire contrepoids au discours néolibéral. En 2017, il a rejoint la France insoumise dont il codirige l’école de formation. Dans son dernier livre, « Antisocial : La guerre sociale est déclarée » (Plon, 2018), il déconstruit les “fake news” de la propagande antisociale pour combattre les fausses évidences, lutter contre la résignation et amener chacun à se mobiliser."

Source : LE COMPTOIR

Libéralisation des transports, entre abandon du service public et moins disant environnemental - entretien avec Laurent Kestel

"Aujourd'hui sort en librairie En marche forcée - Une chronique de la libéralisation des transports, SNCF, cars Macron et quelques autres (Raisons d'agir), un livre particulièrement actuel puisque le gouvernement a entrepris une grande réforme de la SNCF. L'auteur, Laurent Kestel, a accepté de répondre à quelques questions de L'arène nue."

Source : L'ARENE NUE : BLOG CORALIE DELAUME

SOCIETÉ

Les « jobs à la con » sont partout (et c’est à ça qu’on les reconnaît…)

"Petits chefs, cocheurs de cases, rafistoleurs, larbins, porte flingues ... 35-40% des gens pensent que leur travail est inutile (D. Graeber)."

Source : La Grande Table - France Culture

ÉCONOMIE

L'accélération de la croissance US menace l'Europe

"Entre Europe et États-Unis, une nouvelle configuration de la croissance est en train de voir le jour. Clairement les États-Unis sont en train de reprendre le leadership par rapport à l’Europe, et cette course en tête n’est pas prête de s’arrêter à court terme. Ce changement notable par rapport aux attentes du marché, pourrait bousculer la formation des taux de change. Pour en prendre la mesure, il suffit de se remémorer la représentation de la croissance il y a encore quelques trimestre."

Source : XERFI CANAL

Commentaire recommandé

RGT // 16.09.2018 à 12h01

Je suis ingénieur électronicien et je suis censé faire de la conception de cartes électroniques…

Quand j’ai commencé ma carrière, au début des années 80, je ne faisais QUE de la conception, éventuellement moins de 10% de “paperasse”.

Désormais, je passe entre 60 et 80% de mon temps à remplir des rapports à la con pour que les cadres supérieurs et les dirigeants puissent présenter de beaux graphiques aux actionnaires afin de justifier leurs rémunérations.
Sans compter toutes les réunions d’auto-congratulation des “managers” soporifiques à souhait qui n’apportent strictement rien
Il existe pourtant un petit souci : Tout ce temps passé pour “optimiser le fonctionnement de l’entreprise” doit bien être payé, et il ne faut pas compter sur les actionnaires pour le financer.
Du coup, ce sont les clients qui s’y collent et ils commencent à rechigner car ils trouvent les devis bien trop élevés.

En supprimant ces tâches inutiles (et par la même occasion les postes de ceux qui les utilisent) il serait possible sans problème de diviser par deux le montant des devis.
Pat contre, ça semble difficile car il faut bien faire du “social” en préservant les “emplois indispensables” au sein de l’entreprise.
Par contre, pour “baisser les coûts” il n’y a aucun problème pour “dégraisser le mammouth” en supprimant des postes d’ingés de base (-50% des effectifs) sans toucher aux postes “stratégiques”, en rajoutant même quelques postes pour “optimiser le suivi des salariés”.

Petite question aux dirigeants et aux actionnaires : Le “cœur de marché” de l’entreprise est la conception de cartes électroniques ou la modélisation d’une structure pyramidale auto-consolidante qui génère elle-même de nouveaux niveaux au fil du temps ?

Il faudrait informer les clients car ils sont toujours convaincus que la première option est toujours valide.

Vivement la retraite.

32 réactions et commentaires

  • yack2 // 16.09.2018 à 07h44

    SIRYE …… Nous sommes à l’époque bénie des cueillettes de champignons….Serait-ce les derniers, pas trop radioactifs que nous ramassons?

      +1

    Alerter
  • Serge WASTERLAIN // 16.09.2018 à 08h22

    Le programme économique de Corbyn, n’a rien d’extrême gauche, c’est le programme appliqué par les sociaux-démocrates jusqu’à la fin des années 70 ! Le blairisme, qui avait convaincu les partis socialistes européens bien avant que Blair n’arrive au pouvoir (1997) et ne puisse l’appliquer en Grande-Bretagne, devait amener la prospérité pour tous et réconcilier les classes laborieuses avec les possédants. Dans un congrès du parti socialiste belge, j’avais déclaré que cette troisième voie était en fait une voie en impasse, tant pour les objectifs qu’elle prétendait atteindre que pour l’avenir du parti. L’histoire m’a donné raison au-delà de mon espérance, ou plutôt de ma désespérance, puisqu’en fait cette voie a mené au libéralisme pur et dur – en ce sens on peut donner raisons à nos détracteurs qui se moquaient de notre formule ‘’voie en impasse’’… …Et les choses ne sont pas prêtes de changer, tant les esprits d’une grande partie des gens et de presque tous nos politiciens ont été formatés par les m.erdias dominants qui n’ont de cesse de nous conditionner à accepter la casse (catastrophe) sociale que nous vivons, voire même à l’accentuer avec le macronisme !

      +17

    Alerter
  • Laurent // 16.09.2018 à 09h18

    Gmail et Chrome, quand on lit les commentaires on se dit que quoi qu’il arrive on est pas sorti de la berge…

      +2

    Alerter
  • Duracuir // 16.09.2018 à 09h20

    Excellente nouvelle cette loi ELAN, marre de ces associations qui guettent les maisons vides pour inviter des gens à aller squatter. Passé 48H, le propriétaire n’a plus aucun possibilité de les déloger. Et soyons sérieux deux minutes, il ne s’agit presque jamais de familles, mais de hordes de mecs seuls qui transforment le voisinage en enfer. Par ailleurs, loin de cibler les “immeubles vides” appartenant à des personnes morales, banques, assurances ou autres, la plupart du temps, les bien squattés sont des maisons ou des appartements appartenant à des particuliers, en maison de retraite, en attente de règlement de succession, vide momentanément sur une mutation du propriétaire.
    Que les membres de ces associations de bon-coeur-mais-chez-les-autres accueillent tout ce petit monde chez eux
    Bravo à nos législateurs pour ce courage mal-pensant.

      +23

    Alerter
    • Patrick // 16.09.2018 à 10h19

      Depuis 40 ou 50 ans , toutes les politiques ( de la ville, du logement … ) n’ont été qu’une série d’âneries coûteuses pour créer des clientèles électorales, e gaspillant l’argent des contribuables et sans se soucier du bien-être des citoyens.
      En sur-protégeant les locataires ( y compris les malfaisants ) , les gouvernements ont mis à mal tout le parc de logements locatifs , mais c’est pas grave il faut juste en “faire plus” et ponctionner encore plus les contribuables.
      En restreignant les possibilités de construire on fait augmenter les prix des terrains et les jeunes ménages ont encore plus de mal à emprunter pour faire construire.

      Mesdames et messieurs les politiciens , aidez-nous , ne faites plus rien.

        +13

      Alerter
      • Charles // 16.09.2018 à 11h10

        Vous dites : “En restreignant les possibilités de construire on fait augmenter les prix des terrains et les jeunes ménages ont encore plus de mal à emprunter pour faire construire.”

        Un autre point de vue, qui contredit votre affirmation :

        “Globalement, les prix de l’immobilier montent depuis maintenant 20 ans pour la simple et bonne raison qu’en 20 ans, les taux d’emprunt sont passés de 7 % pour un primo-accédant classique à des taux très proches de 0. Cette différence de taux sur des durées d’emprunt importantes, pouvant parfois dépasser les 25 ans, a permis une solvabilisation sans précédent des ménages.
        Si vous empruntez 100 000 euros hors assurance et autres menus frais, à 7 %, le coût de votre crédit, enfin, le montant cumulé des intérêts, sera de 86 071 euros !!! Soit 86 % du montant emprunté.
        À 1,5 %, le montant des intérêts sur 20 ans est de 15 811 euros. Un écart de 70 260 euros, ou encore de 70 %, sur la valeur totale du bien acheté ! C’est considérable et c’est globalement le montant de la hausse.
        Les prix de l’immobilier sont donc directement corrélés aux… taux d’intérêt.”
        https://insolentiae.com/la-bce-met-en-garde-contre-la-bulle-immobiliere-en-europe/

          +7

        Alerter
        • Alfred // 16.09.2018 à 11h50

          Votre commentaire n’est pas un réponse au précèdent car ce sont deux causes decorellees qui contribuent au même résultat. Les taux et les lois sont indépendants.

            +3

          Alerter
        • Laurent // 16.09.2018 à 11h55

          Je ne sais pas ou les prix globalement montent depuis 20 ans, je pense qu’on a pas vécu la même crise de 2008.
          Paris et les grandes métropoles ne représentent pas la totalité du parc immobilier français je crois.

            +3

          Alerter
        • Patrick // 16.09.2018 à 21h39

          Au fond de ma cambrousse , le terrain vaut aux environs de 2000 € l’hectare.
          Quand il devient constructible il passe à 100.000 € les 500 ou 600 m2 pour bâtir une maison de lotissement.
          En organisant la pénurie de terrains on fait la fortune de certains et les dettes des ménages.
          Il y a bientôt 70 millions de Français , il va falloir penser à les loger sans les endetter sur 30 ans.

            +3

          Alerter
          • TB // 17.09.2018 à 10h48

            Ce n’est pas un problème d’offre, il y a déjà beaucoup trop de logements disponibles.

            « C’est économiquement assez surprenant, car les Français ont un amour immodéré ou presque pour la pierre, pourtant, effectivement, il y a trop de logements en France et depuis maintenant 20 ans, nous en produisons 400 000 chaque année. 400 000 fois 20 ans cela fait 8 millions de logements, pouvant accueillir en moyenne 2,5 personnes (c’est le nombre moyen d’habitants par logement)… soit 20 millions de personnes.

            La population française n’ayant pas augmenté de 20 millions d’habitants, statistiquement, il est évident que nous sommes en excédent de logements même si cela n’est pas encore « perçu ».

            Pourquoi cet excédent n’est pas perçu me demanderez-vous ?

            Simple.

            Les taux sont proches de zéro ou négatifs, les investisseurs préfèrent donc acheter de la pierre qui est en plus un actif tangible que de n’avoir que de l’argent en banque… et des produits financiers plus ou moins risqués.

            La conjoncture économique pousse donc les épargnants à acquérir de la pierre, et cela va expliquer dès aujourd’hui la crise immobilière de demain qui verra les prix s’effondrer en raison d’une offre pléthorique.

            Retenez les chiffres et éléments de réflexion suivants : « La France dispose de l’un des plus grands parcs de résidences secondaires au monde (9,9 % des logements en 2016), tandis que le taux de logements vacants atteint 8,2 %. Un phénomène qui touche également les grandes agglomérations. En 2013, il y avait 7,7 % de logements vacants à Paris, 9 % à Lyon ou 13,2 % à Nice. Dans certaines villes plus petites, la situation est alarmante comme à Béziers (17 %) ou Vichy (20 %) »…

            L’immobilier sera, pour beaucoup, un très mauvais investissement sur le moyen terme. » — Charles Sannat

            Et commentaire de Patrick Reymond ce matin : « En réalité, le marché immobilier n’existe pas. Il s’agit d’un marché du prêt immobilier. »

              +1

            Alerter
            • Patrick // 17.09.2018 à 12h03

              c’est vrai qu’au fin fond de l’Ardèche ou de la Lozère il y a des tas de logements vacants , de fermes abandonnées et des résidences secondaires. Il suffirait de les déplacer vers les zones ou il y a un manque de logements.
              C’est vrai aussi qu’il n’est pas forcément intéressant de louer un bien et qu’il peut être préférable de la laisser inoccupé pendant quelques temps plutôt que d’avoir des emm… avec un locataire indélicat.

                +2

              Alerter
    • Anarkopsykotik // 16.09.2018 à 16h26

      Pas de pitié pour la rente immobilière, les proprio font un pari : exploiter des gens sur le long terme, si ça leur revient dans la gueule c’est leur problème, il me parait plus important de s’assurer qu’un maximum de gens ont un toit sur la tête et éviter les abus de pouvoirs plutôt que les propriétaires puissent s’enrichir tranquillou.

      Et je doute que la majorité des squats soient établis chez des personnes récemment décédés…

        +9

      Alerter
      • Patrick // 16.09.2018 à 21h42

        Les proprios font surtout un investissement qu’ils souhaitent rentabiliser comme tout investissement, ils prennent un risque pour cela et cela assure un logement à u maximum de gens.
        c’est beaucoup plus efficace que tout le fric gaspillé dans les politiques publiques.

          +2

        Alerter
      • K // 17.09.2018 à 00h28

        Les propriétaires-bailleurs immobiliers font un investissement productif lorsqu’ils batissent du neuf ou remettent à neuf du très vieux. En revanche, lorsque les propriétaires achetent de l’ancien, ils ne produisent rien. Ils ne font que grossir leur patrimoine avec l’argent des locataires.
        L’immobilier locatif n’est qu’un moyen de soutirer de l’argent aux malheireux ménages qui n’ont pas de capacité d’emprunt pour devenir eux-meme propriétaires.

          +3

        Alerter
        • Patrick // 17.09.2018 à 09h52

          les pires proprios sont d’ailleurs les offices HLM qui vivent en plus de l’argent des contribuables.
          Je propose d’interdire l’immobilier locatif et de distribuer gratuitement des tentes Quechua à l’ensemble des français qui ne peuvent ou ne veulent pas investir dans leur logement.

            +0

          Alerter
  • Duracuir // 16.09.2018 à 09h22

    S’IL VOUS PLAIT
    Bullshit jobs ne se traduit pas par “job à la con”, mais par “job pipeau”, “job bidon”, “job ficitif”.
    Ce qui ne signifie pas du tout la même chose.

      +9

    Alerter
    • Nico // 16.09.2018 à 12h04

      Job à la con me semble une meilleure traduction, peut-être pas correcte mais plus parlante.

      Job pipeau, bidon et fictif sous-entendent une intentionnalité car ces termes sont fréquemment associés aux emplois fictifs qui eux, visent à duper le sytème à des fins mercantiles.

      Hors, “bullshit job” est simplement le fait d’être payé à réaliser un boulot qui est ressenti comme ne servant à rien, sans objectif réel.

      Le meilleur synonyme “poli” en anglais est “pointless job”, et donc une meilleure traduction serait : “travail inutile et injustifié”.

        +6

      Alerter
  • Duracuir // 16.09.2018 à 09h30

    Quant à Facebook, et autre Google ou Microsoft, il est temps de ne plus croire au père Noël, ces entités ne sont pas des “miracles de génie managerial” typiquement US, comme ce pays en adore les légendes, et qui auraient été récupérés par les services US. Ces entités sont des créations des services US, ce sont des agences d’état, mais privées, car plus sexy ,moins contrôlable par les élus, moins soupçonnables des turpitudes qu’elles commettent effectivement et permettant de perpétuer la légende dorée du self-made-man génial à l’américaine.
    Réfléchissez, depuis 1970, que “héros américain” du capitalisme avons nous vu à part les prétendus créateurs de génie de ces monstres informatiques. Toutes ces boites, de Job et Gates à larry Page ou autre, n’ont pu exsiter que grâce à des coups de pouce stratégiques de Xerox ou IBM ou par des fonds appartenants à un officine d’état ou une autre.
    Atterrissez

      +18

    Alerter
  • Patrick // 16.09.2018 à 10h25

    “Les expériences de routes solaires ” !!!
    Coûteuses et inutiles , mais quel coup de pub pour Ségolène quand elle a inauguré la première .
    C’est affolant le pognon de dingue que les politiques sont capables de claquer pour s’assurer un petit passage devant les cameras. C’est ce qui détermine toutes les actions publiques et qui explique leur parfaite inutilité ( voire leur nocivité ).
    A quel moment il sera possible de se passer de gouvernement ?

      +17

    Alerter
    • RV // 16.09.2018 à 11h46

      “A quel moment il sera possible de se passer de gouvernement ?”
      La question ne serait pas plutôt à quel moment les citoyens seront ils en position de voter les lois ?
      Autrement dit à quand une démocratie digne de ce nom ?

        +8

      Alerter
      • Alfred // 16.09.2018 à 11h59

        L’action de nos différents gouvernements est tellement néfaste qui si nous figions tout et gardions indéfiniment les mêmes lois, même inadaptées au fil du temps mais SANS gouvernement ni représentants nous serions mieux.

          +3

        Alerter
  • dgrfv // 16.09.2018 à 10h59

    Pour illustrer le propos de D. Graeber lors de son interview sur la bureaucratie il suffit de chronométrer les différentes phases d’une consultation médicale pour se rendre compte que la partie réellement médicale n’excède pas 30%. Chez les ophtalmos par exemple ce sont les secrétaires médicales qui font les dossiers (normal) et en plus font les premiers examens. Le spécialiste lui n’est vu que 2 min chrono poignée de main comprise.

      +3

    Alerter
    • RGT // 16.09.2018 à 12h01

      Je suis ingénieur électronicien et je suis censé faire de la conception de cartes électroniques…

      Quand j’ai commencé ma carrière, au début des années 80, je ne faisais QUE de la conception, éventuellement moins de 10% de “paperasse”.

      Désormais, je passe entre 60 et 80% de mon temps à remplir des rapports à la con pour que les cadres supérieurs et les dirigeants puissent présenter de beaux graphiques aux actionnaires afin de justifier leurs rémunérations.
      Sans compter toutes les réunions d’auto-congratulation des “managers” soporifiques à souhait qui n’apportent strictement rien
      Il existe pourtant un petit souci : Tout ce temps passé pour “optimiser le fonctionnement de l’entreprise” doit bien être payé, et il ne faut pas compter sur les actionnaires pour le financer.
      Du coup, ce sont les clients qui s’y collent et ils commencent à rechigner car ils trouvent les devis bien trop élevés.

      En supprimant ces tâches inutiles (et par la même occasion les postes de ceux qui les utilisent) il serait possible sans problème de diviser par deux le montant des devis.
      Pat contre, ça semble difficile car il faut bien faire du “social” en préservant les “emplois indispensables” au sein de l’entreprise.
      Par contre, pour “baisser les coûts” il n’y a aucun problème pour “dégraisser le mammouth” en supprimant des postes d’ingés de base (-50% des effectifs) sans toucher aux postes “stratégiques”, en rajoutant même quelques postes pour “optimiser le suivi des salariés”.

      Petite question aux dirigeants et aux actionnaires : Le “cœur de marché” de l’entreprise est la conception de cartes électroniques ou la modélisation d’une structure pyramidale auto-consolidante qui génère elle-même de nouveaux niveaux au fil du temps ?

      Il faudrait informer les clients car ils sont toujours convaincus que la première option est toujours valide.

      Vivement la retraite.

        +31

      Alerter
      • Nico // 16.09.2018 à 12h20

        Je me reconnais dans ce que vous dites.

        Et j’ajoute : cela ne s’arrange pas ! Dans certains grands groupes, on en vient même à une organisation en “pyramide inversée” : plus de “managers” et moins de personnes qui produisent.

        Et la plupart des Managers n’ont aucune connaissance du métier (puisque tout le monde est censé être interchangeable, grande philosophie de tout département RH), donc ils ne servent qu’à “forwarder” les présentations PPT et autres “dashboard”, à s’attribuer le travail, et à répéter les instructions venues d’en haut (quand il y en a, c’est rare, la nouvelle mode étant de ne rien dire pour ne prendre aucune responsabilité).

        On pourrait écrire un bouquin sur le management moderne, temple de l’indécision et de la récupération des résultats à son compte.

          +13

        Alerter
      • douarn // 16.09.2018 à 12h36

        Bonjour RGT
        “Vivement la retraite” … c’est probablement ce que se disent 40% des gens qui reconnaissent l’inutilité de leur emploi (je parle “d’emploi” et pas “de travail” car ce sont 2 notions différentes)…

        AHHH!!! l’espoir d’une retraite bien méritée, cette carotte qui fait avancer la bête de somme. Mais une retraite qui ne suffira pas, pour certains, à leurs survies. Regardez en Allemagne, en GB, aux USA, …, ouvrez les yeux sur les conditions de vie des plus de 65 ans, obligés pour certains de reprendre un job à la con. Ces pays sont pourtant suffisamment riches pour prendre soin des plus faibles.

          +6

        Alerter
      • Kaki // 16.09.2018 à 13h11

        Ce système de paperasse généralisé , c est l adaptation du lean management, passé auparavant par les états unis pour lui donner une texture plus occidentale et mal adapté par nos ressources humaines pour au final travailler comme un toyotiste à Detroit.

          +4

        Alerter
        • Patrick // 17.09.2018 à 09h57

          c’est aussi l’avalanche de réglementations et de normes en tout genre.

            +0

          Alerter
          • Demoralisateur // 17.09.2018 à 13h44

            Les normes et règlements ne sont pas forcement une mauvaise chose. Personnellement je travaille dans une domaine ou l’erreur de conception ou de fabrication cause la mort directe de l’utilisateur. Donc il vaut mieux que ce soit bien encadré.

            Outre ce cadre particulier, un sacré paquet de norme et de règlement proviennent directement ou non des compagnies d’assurances parce qu’elle aiment vraiment beaucoup ne pas devoir payer en cas d’accident.
            Il y a aussi la norme dictée par un grand groupe pour s’assurer que seul ses produits, au moins à court terme, seront commercialisable.

              +0

            Alerter
  • BA // 16.09.2018 à 11h53

    Lisez bien la description officielle du mug « Palais de l’Elysée » :

    Mug en véritable porcelaine française
    Livré dans sa boîte cadeau Présidence de la République
    Crédit photo : Soazig de la Moissonnière
    Contenance : 30 cl
    Hauteur : 9 cm / Diamètre 7,5 cm / Poids : 270g
    Passe au four à micro-ondes et lave-vaisselle
    Vendu dans sa boite carton
    Fabrication française

    https://boutique.elysee.fr/les-souvenirs/391-mug-portrait-officiel-president-republique-emmanuel-macron-mug-in-france.html

    Vous avez bien lu :

    Mug en véritable porcelaine française
    Fabrication française

    Mort de rire !

    C’est lors d’une réunion avec des fabricants de porcelaine fin août qu’Alain Mouly, président de l’Union des fabricants de porcelaine de Limoges et président de l’organisme de défense et de gestion pour l’indication géographique protégée, a été alerté : “J’ai demandé dans l’assistance qui fabriquait de tels produits. Tout le monde a ri”.

    “Il y a bien longtemps qu’aucun porcelainier ne fabrique plus de mugs. Le produit revient trop cher, ne se vend pas et ça ne correspond pas au créneau de la porcelaine de Limoges. La plupart des mugs sont aujourd’hui fabriqués en Asie”, explique-t-il. 

    https://www.rtl.fr/actu/politique/les-mugs-destines-a-l-elysee-n-etaient-pas-fabriques-a-limoges-7794798824

      +11

    Alerter
    • RGT // 16.09.2018 à 12h12

      Pour appliquer le logo “Fabriqué en France” il suffit qu’une étape de fabrication soit réalisée en France.

      Il en va de même pour tous les pays de l’UE, c’est une “directive €uropéenne”.

      Si on pousse à l’extrême cette directive, le simple fait de sortir les cartons du conteneur peut être une “étape de fabrication” et dans ce cas c’est légal.

      Si on souhaite éviter les foudres d’un contrôleur pointilleux il est possible de faire une véritable opération de fabrication : Coller l’étiquette “Fabriqué en France” sur le carton est une opération de fabrication et donc c’est 100% légal.

      Renseignez-vous sur le circuit de fabrication du “Veau français”…
      Si vous souhaitez toujours en manger, vous irez personnellement assister à la naissance, puis vous resterez à portée de vue de l’animal 2 heures sur 24 jusqu’à ce qu’il se retrouve dans votre assiette.

        +10

      Alerter
    • Alfred // 16.09.2018 à 12h59

      Parce qu’on ne change pas une équipe qui gagne, parcequ’avec eux c’est toujours plus loin et toujours plus fort parceque la réalité se doit d’être plus clownesque que la fiction : tadaaaa:
      Benala était AUSSI en charge des la boutique de l’Elysée.
      https://www.huffingtonpost.fr/2018/09/14/alexandre-benalla-etait-aussi-en-charge-de-la-boutique-de-produits-derives-de-lelysee_a_23527649/
      (1- vous vous êtes dit “c’est une blague, et elle est bonne. Ah non…”
      2- vous vous êtes dit ” c’est une blague?! Yenamare!”
      3- vous vous êtes dit “même pas surpris ne changez rien”
      Cochez la bonne réponse (1 dans mon cas).

        +10

      Alerter
    • Ardéchoix // 16.09.2018 à 20h58

      Encore une start-up (la peinture sur tasse de Toulouse, lol) avec un bel avenir et quelques problèmes .
      https://www.ladepeche.fr/article/2018/08/18/2853340-mug-in-france-l-entreprise-qui-habille-vos-tasses.html
      A l’Elysée je sais pas qui s’occupe des référencements, mais il y a comme un problème ?
      On me dit dans mon oreillette M,Benala ?

        +3

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications