16
Sep
2017

Rentrée de la revue de presse, revue de presse de la rentrée, deuxième. Pour rejoindre la cause, nous vous attendons via le formulaire de contact du blog.

CRISE BANCAIRE

Vietnam : ouverture d'un immense procès de banquiers

"Les autorités vietnamiennes ont entamé ces dernières années une profonde réforme du système bancaire pour tenter d'assainir ce secteur, plombé par les dettes toxiques."

Source : L'Express

DÉMOCRATIE

Une journaliste bulgare licenciée après avoir révélé des livraisons d'armes aux terroristes en Syrie

"Après avoir découvert lors d'un reportage sur la libération d'Alep, en décembre 2016, des caisses contenant des armes en provenance de Bulgarie dans des caches du groupe terroriste, la journaliste a décidé de remonter la filière et a découvert un vaste système permettant d'alimenter des opposants à Bachar el-Assad en armes et munitions, par le biais de vols diplomatiques au départ de pays d'Europe de l'Est et d'Azerbaïdjan."

Source : RUSSIA TODAY

Les relations entre médias et haute finance en une citation de Xavier Niel

"Quand les journalistes m'emmerdent, je prends une participation dans leur canard et ensuite ils me foutent la paix."

Source : Medias Presse Info

Les médias de masse & le business de l’écologie™ : à propos du « jour du dépassement »

"Entre les travaux de Noam Chomsky, ceux de Serge Halimi, du Monde diplomatique, des médias comme Basta !, et de beaucoup d’autres, il devrait être évident et compris que les médias de masse sont un des principaux outils de propagande de la classe dirigeante. À l’image de la société capitaliste qu’ils défendent, leur raison d’être est également fortement lucrative. La vérité ne les intéresse pas. Pas plus que le bon sens, la justice, ou la morale."

Source : Le Partage

ENVIRONNEMENT

Europacity sous le feu des critiques

"Dans le cadre de la révision du plan local d’urbanisme (PLU) de la ville de Gonesse, dans le Val-d’Oise, le commissaire enquêteur Ronan Hébert a rendu un avis défavorable au nouveau projet de PLU : « Le projet d’aménagement du Triangle de Gonesse est peu compatible avec la notion de développement durable à différentes échelles », écrit-il. Concrètement, cela vient étayer les arguments contre le projet de mégacentre commercial et de loisirs Europacity, porté par une filiale du groupe Auchan et le groupe chinois Dalian Wanda."

Source : ALTERNATIVES ECONOMIQUES

Décarboner l'électricité européenne : une opportunité pour le gouvernement !

"Un prix minimum du carbone pour l’électricité permettrait à l’Europe de respecter l’accord de Paris. Si l’on peut se féliciter de la décision gouvernementale d’accélérer la hausse de la taxe sur les combustibles et les carburants (1), le gouvernement doit maintenant reprendre un autre dossier, celui de la taxation du contenu en carbone de l’électricité. Les travaux de la Commission Canfin-Grandjean-Mestrallet ont mis en évidence la difficulté d’une démarche unilatérale sur ce sujet. Il est, en particulier, essentiel de rallier l’Allemagne à cette ambition du fait de son poids politique et économique dans l’Union mais aussi car le mix électrique allemand est bien plus dépendant du charbon que le nôtre."

Source : CHRONIQUES DE L’ANTHROPOCENE

Des nanoparticules cachées dans nos assiettes

"100 % des bonbons et gâteaux que nous avons testés contiennent du dioxyde de titane sous forme « nano ». Contrairement aux dires des fabricants."

Source : 60 millions de consommateurs

EUROPE

Les nouveaux cauchemars de la BCE !

"Alors que les grands argentiers de notre monde se réunissent à Jackson Hole (le trou de Jackson, qui était apparemment un trappeur de castors) dans le Wyoming, nous assistons à l’impuissance des européens en matière monétaire."

Source : L'Echo

Ce que l’affaire STX nous dit de l’Europe

"Le 28 juillet dernier, le gouvernement d’Edouard Philippe décidait de nationaliser provisoirement la société STX France, les ex-Chantiers de l’Atlantique à Saint-Nazaire. Cette affaire illustre les raisons pour lesquelles l’Europe n’arrive pas à s’en sortir sur le plan industriel."

Source : ALTERNATIVES ECONOMIQUES

FRANCE

Robotisation trop faible, coût du travail élevé : le paradoxe français

"Pourquoi n'y a-t-il pas plus de robots en France ? Le constat peut sembler paradoxal pour un pays en avance en matière de productivité. Et surtout dont le système fiscal et règlementaire est supposé pénaliser le travail. Comment se fait-il alors que nos industries ne soient pas plus tentées par la substitution de l’homme par la machine ?"

Source : XERFI CANAL

Non, la France n’est pas allergique aux réformes !

"« La France n’est pas un pays réformable. Beaucoup ont essayé et n’y ont pas réussi, car les Français détestent les réformes », a estimé Emmanuel Macron en Roumanie, le 24 août. Ce discours stéréotypé est souvent tenu en France comme en Europe, pourtant rien n’est plus faux. Certes, à en juger par notre situation économique et sociale dégradée, nous n’avons peut-être pas toujours fait les bonnes réformes, mais nous en avons fait beaucoup. Trop sans doute, à certains égards. Notamment quand on compare la France à l’Allemagne, censée être LE modèle en la matière."

Source : ALTERNATIVES ECONOMIQUES

Le mauvais procès fait aux contrats aidés

"Haro sur les contrats aidés. La ministre du Travail Muriel Pénicaud a ouvert les hostilités le 9 août dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale, juste avant les vacances parlementaires. Sans s’embarrasser de nuances : « Les études de la Dares, de l’OCDE, comme celles de la Cour des comptes, montrent trois choses. Premièrement, les contrats aidés sont extrêmement coûteux pour la nation. Deuxièmement, ils ne sont pas efficaces dans la lutte contre le chômage. Troisièmement, ils ne sont pas un tremplin pour l’insertion professionnelle. » Fermez le ban !"

Source : ALTERNATIVES ECONOMIQUES

GÉOPOLITIQUE

En Syrie, le plus grand fiasco de la CIA ?

"Alors qu’il n’est plus tabou de critiquer le rôle trouble des puissances moyen-orientales dans le renforcement des réseaux djihadistes au Moyen-Orient, la coresponsabilité de leurs partenaires de l’OTAN ne peut et ne doit plus être éludée."

Source : MIDDLE EAST EYE

Des Syriens se retrouvent piégés dans des camps des FDS après avoir échappé à l’EI

"Des réfugiés des régions contrôlées par l’EI affirment être forcés à vivre dans des conditions épouvantables dans des camps dirigés par les FDS, et que les pots-de-vin sont le seul moyen d’en partirLes civils qui fuient les deux bastions syriens du groupe État islamique (EI) sont confrontés à des « conditions horribles » dans des dizaines de camps mal équipés en périphérie des villes syriennes."

Source : MIDDLE EAST EYE

Essai nucléaire nord-coréen : légitime et nécessaire

"La République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) vient de réussir spectaculairement, dimanche 3 septembre, son sixième essai nucléaire. Le gotha des élites politico-médiatiques mondialisées redouble d’indignation contre ce qu’il qualifie de « nouvelle provocation ». Il convient de rappeler d’emblée que, contrairement à une affirmation ressassée, ce pays ne viole nullement le droit international, puisqu’il s’était retiré du traité de non-prolifération en 2003. Et il n’est au pouvoir légal de personne, fût-ce du Conseil de sécurité, d’interdire unilatéralement à un Etat de choisir son armement, dès lors qu’il n’en fait pas un usage d’agression."

Source : RUPTURES

MEDIATHÈQUE

Couverture médiatique de l’attentat de Barcelone (1) : naufrages de l’information en temps réel

"Les séances (rituelles) d’autocritique médiatique (partielle) n’ont pas manqué depuis les attentats de janvier et, plus encore, de novembre 2015. Il serait grand temps de vérifier que les leçons ont été pratiquement tirées, comme l’actualité en a malheureusement donné l’occasion le 17 août dernier, lors des attentats en Espagne. Mais le moins que l’on puisse dire, c’est que rien n’a changé, comme en témoigne le panorama qui suit, fondé sur des observations effectuées au cours des 24 heures suivant l’attentat de Barcelone."

Source : ACRIMED

Couverture médiatique de l’attentat de Barcelone (2) : le retour des « experts »

"Dans un précédent article à propos de la couverture médiatique de l’attentat de Barcelone, nous avons montré comment la qualité et la fiabilité de l’information souffraient de la précipitation induite par la course au « direct » imposée à tous les médias par les chaînes d’information en continu. Mais cette course de vitesse avec les événements, souvent aussi confuse qu’anxiogène, n’est pas la seule tare de ce journalisme par temps d’attentat : pour meubler le vide et donner un semblant de recul aux commentaires mal informés des journalistes, les grands médias ont, comme à leur habitude, fait appel aux « experts ». Comme lors des précédents attentats, des « spécialistes » et autres « consultants » se sont ainsi succédé sur les antennes des principaux médias d’information pour prodiguer leurs pertinentes « analyses » d’un événement dont on ne savait alors à peu près rien."

Source : ACRIMED

RÉFLEXION

Une brève contre-histoire du “progrès” et de ses effets sur la santé de l’être humain

"A notre époque, et dans nos sociétés industrielles, il est difficile de faire entendre la moindre critique de l’idée de progrès. On se retrouve bien souvent immédiatement traité de passéiste, de réactionnaire, d’obscurantiste, de conservateur, de rétrograde, de toutes sortes de choses. Et pourtant, notre santé et notre qualité de vie se dégradent actuellement en raison d’un grand nombre de problèmes sanitaires qui ont émergés à cause de ce soi-disant « progrès » (et de la civilisation), et qui sont désormais connus et étudiés par les institutions scientifiques du monde entier (je mentionne cela parce que beaucoup trop de mes contemporains ne jurent que par elles, la Science™ étant l’autorité moderne). Voyons donc."

Source : LE PARTAGE

SOCIETÉ

Les états généraux de l’alimentation donnent une large place à l’agro-industrie

"L’industrie alimentaire et la grande distribution sont largement représentées à la présidence des ateliers des états généraux de l’alimentation, au détriment des écologistes et des paysans bio ou petits. À quoi ça sert ? Comment ça fonctionne ? Pourquoi certains sont invités et pas d’autres ? Où le gouvernement veut-il vraiment aller ? En quoi cela va-t-il changer l’agriculture et l’alimentation en France ?"

Source : REPORTERRE

VUES D’AILLEURS

Le passage des terroristes en France : l’État était-il au courant du projet d’attentat à Barcelone ?

"Une série d’informations a soulevé des questions sur la connaissance préalable que les gouvernements américain et européens pouvaient avoir des attentats terroristes du 17 août à Barcelone et à Cambrils qui ont tué 15 personnes et en ont blessé plus de 100, et sur comment on a pu laisser commettre cet attentat. Il devient de plus en plus clair que la cellule terroriste de l’État islamique (ÉI) était surveillée par de multiples services de renseignement des puissances de l’OTAN, y compris la France, les États-Unis et la Belgique. Étonnamment, quelques jours seulement avant l’attentat, plusieurs membres de la cellule terroriste se sont rendu à Paris, qui est un centre de la surveillance par les services de renseignement des activités islamistes en Europe."

Source : WORLD SOCIALIST WEB SITE

A Barcelone, la colère éclate contre la guerre et les complicités officielles avec le terrorisme

"La marche officielle organisée samedi après l’attentat terroriste du 17 août à Barcelone s’est transformée en une manifestation d’hostilité publique sans précédent aux guerres impérialistes au Moyen-Orient, ayant engendré les réseaux islamistes qui mènent les attaques terroristes en Europe."

Source : Mondialisation

47 réponses à Revue de presse du 16/09/2017

Commentaires recommandés

Madudu Le 16 septembre 2017 à 09h47

“C’est la guerre de l’état français conte son peuple”

L’État est un moyen, il fait ce qu’on lui fait faire, il n’a aucune autonomie. Ce sont ceux qui sont à la tête de l’État qui sont en guerre contre le peuple.

C’est important de faire cette distinction car c’est précisément par les institutions qu’on peut contrôler les “dirigeants” et le grand capital. La disparition de l’État va dans le sens du projet porté par les “élites”, contre les peuples.

Il faut donc bien désigner l’ennemi, ce n’est pas l’État : c’est le capital apatride, la finance nomade, la descendance des propriétaires d’esclaves états-uniens, etc.

  1. basile Le 16 septembre 2017 à 06h10
    Afficher/Masquer

    Article sur Barcelone : j’ai déjà dénoncé ce voyeurisme morbide à longueur de journée, pour meubler le temps d’antenne. Et pas que pour Barcelone, nous avons eu droit à tout cet été : le Vel d’Hiv, le père Hamel, l’affaire Grégory, Nice …. Nous revoici au temps des curés qui maintenaient leurs ouailles dans la peur, pour mieux faire espérer le paradis.

    Puisque parait-il nous sommes en guerre, il ne me semble pas qu’en temps de guerre, la radio annonce heure par heure, tous les jours, le nombre de morts dans nos rangs, le nombre de villes détruites.

    En temps de guerre, « on marche », messieurs dames les Marcheurs. Quand le copain d’à côté tombe, on ne s’apitoie pas sur son sort, on continue de marcher sur l’ennemi.

    Ah, ils me diront : mais on s’en occupe de l’ennemi. Vous, retournez à vore vie type « Meilleur des Mondes », votre télé, votre Mc Do, votre IPhone. Laissez les spécialistes faire, circulez, rentrez chez vous, calfeutrez vous, attendez les consignes des autorités, ne bougez pas, ne vous montrez pas


    • CZAR Le 16 septembre 2017 à 06h28
      Afficher/Masquer

      Vous avez raison. Nous sommes en guerre. C’est la guerre de l’état français conte son peuple qui lui n’a toujours pas (o tempor o mores…) découvert le “poteau rose”. À chaque attentat, c’est une nouvelle régression sociale qui passe comme une lettre à la poste au nom de la sécurité. Avez-vous remarqué l’inversion de la sémantique usuelle dans les lieux à “forte concentration d’individus” (notamment à la SNCF ou dans les aéroports) où nous sommes passés de la “vidéo-surveillance” à la “vidéo-protection” ?

      Puisqu’on vous dit que l’état français vous protège !

      “Du pain et des jeux” si possibles sanglants ceux-là pour titiller les cerveaux reptiliens et limbiques et neutraliser le cortex préfrontal du pékin moyen. Et chaque resquilleur sera d’emblée taxé de complotiste ! (Ceux d’ici en font leurs frais plus qu’à leur tour)

      Veuille qu’un jour les deux premiers (cerveaux) éclairés par le troisième se retournent contre leurs apprentis sorciers…

      Nous sommes dirigés par des psychopathes. Ceux-là devront être neutralisés si nous voulons un jour voir notre avenir sous un jour nouveau. Pour le coup, là, vraiment There Is No Alternative !!!


      • Madudu Le 16 septembre 2017 à 09h47
        Afficher/Masquer

        “C’est la guerre de l’état français conte son peuple”

        L’État est un moyen, il fait ce qu’on lui fait faire, il n’a aucune autonomie. Ce sont ceux qui sont à la tête de l’État qui sont en guerre contre le peuple.

        C’est important de faire cette distinction car c’est précisément par les institutions qu’on peut contrôler les “dirigeants” et le grand capital. La disparition de l’État va dans le sens du projet porté par les “élites”, contre les peuples.

        Il faut donc bien désigner l’ennemi, ce n’est pas l’État : c’est le capital apatride, la finance nomade, la descendance des propriétaires d’esclaves états-uniens, etc.


        • Spectre Le 16 septembre 2017 à 10h19
          Afficher/Masquer

          Et c’est en contrôlant la masse monétaire basée sur la dette perpétuelle que l’on corrompt si aisément les dirigeants politiques, médiatiques, syndicaux…

          La guerre de l’étalon-or contre la monnaie de singe. Voila se qui se joue en filigrane.

          La souveraineté monétaire n’est plus une option…Et la Chine, entre autres, semble l’avoir compris avec son prochain Pétro-Yuan-Or. (à noter que le correcteur automatique ne suggère que le gâteux “pétro-dollar”).

          Bien à vous,


        • olivier Le 16 septembre 2017 à 10h50
          Afficher/Masquer

          Cela va sans doute vous étonner, mais je suis en accord avec vous, même si j’emploierais le terme Mammon plus que Capital.

          Les crises du gouvernement belge, le deep state US, ou le mammouth de l’éducation national en sont de bon exemple.

          Il découle de votre démonstration que l’ennemi est aussi intérieur, par traitrise et collaboration. C’est du sabotage, idéologique ou matériel, et les saboteurs doivent être « neutralisés » avant l’action sinon cette dernière est vaine.

          Pour mener une lutte efficace contre la disparition de l’Etat, il faut retrouver notre souveraineté et l’usage de nos frontières, lutter contre l’individualisme et le communautarisme qui nous morcellent, favoriser la cohésion afin de retrouver une communauté nationale, avoir un passé commun à transmettre. Tout cela est littéralement impensable aujourd’hui.

          Pour être efficace il faut commencer par un mouvement centripète avant de pouvoir passer a un mouvement centrifuge.


          • Madudu Le 16 septembre 2017 à 11h23
            Afficher/Masquer

            Nous sommes en effet d’accord sur ce constat 🙂

            Par contre je ne pense pas qu’il existe de préalable à l’ “action”, à la mise en oeuvre des moyens par lesquels nous pouvons résister chacun à notre échelle.

            Nous ne sommes pas en position de force mais notre ennemis, quoi qu’il ait aujourd’hui tous les moyens possibles à sa disposition, a de moins en moins d’options pour durer dans le temps.

            Au quotidien, nous autres simples citoyens, pouvons agir à notre échelle. La principale et la plus efficace des actions, de mon point de vue, est de discuter en des termes simples avec tout le monde de la propagande quotidienne.

            Il existe une méfiance grande et grandissante à l’égard de la doxa, qui est aujourd’hui trop incohérente pour survivre à une simple discussion.

            L’erreur à ne pas faire c’est de vouloir convaincre, car il est trop tôt pour ça. L’objectif doit être de simplement en parler, sans partir dans les grandes considérations, les grands enjeux, etc, simplement en parler.

            Essayez vous verrez, il suffit d’en parler sans défendre aucune thèse, juste en relevant telle et telle incohérence, en des termes simples et sans vraiment conclure : pour beaucoup aujourd’hui cela suffit.

            L’objectif aujourd’hui ne doit pas être de convaincre, mais de préparer les esprits à changer bientôt radicalement d’avis 🙂


            • olivier Le 16 septembre 2017 à 11h59
              Afficher/Masquer

              Mais nous sommes toujours d’accord.
              Diantre, que se passe-t-il donc ? 😉

              Si j’évoque le mouvement centripète, c’est bien pour un changement de paradigme, la mutation du regard. Je hiérarchisais les actions car un ordre est nécessaire, celui que vous soulignez tres exactement, le jardin de Voltaire.

              Il faut en effet tisser des liens avec nos proches, renouer avec l’échange, le partage des points de vue (communauté) et redonner du sens aux mots. Accepter les divergences sans chercher à imposer. Cela implique de sortir de son cercle de confort et d’aller embrasser le point de vue d’autrui.

              le premier combat est aujourd’hui méta-politique. Et je suis d’accord, tenter de convaincre ne mene à rien car il y a trop de blocages, de biais. Les courants à l’oeuvre dans l’esprit et le coeur des hommes les rendent pour la plupart hermetique à la raison. Il nous faut donc lutter contre les perversions et le désastre. Perversion dans le sens éthymologique : l’inversion des valeurs, et le desatre : le mauvais astre comme orientation et guide. C’est donc par l’exemple de l’action personnelle plus que par le verbe que le fruit sera porté.

              Nous conservons des divergences, 🙂 toutes les âmes de bonne volontés sont nécéssaire et bienvenue


        • CZAR Le 16 septembre 2017 à 13h52
          Afficher/Masquer

          Vous avez parfaitement raison de faire cette distinction entre les représentants de l’Etat et l’Etat en soi. Quand bien même, il y aurait bien des choses à dire sur la notion d’état. Quoi qu’il en soit, les vermines qui se trouvent à la tête de l’Etat français ne sont que les marionnettes de ceux que je dénonçais par la suite.

          Ma dénonciation très sommaire, même partiale reste pertinente à mon avis. Il est vrai également que l’état, dans son principe, n’est que représentatif des desiderata du peuple. C’est ainsi que fctionne la Démocratie. Le problème c’est que de Démocratie, il n’en eut jamais en réalité. Alors évidemment, aussi longtemps que les véritables enjeux ne sont pas visibles (la domination du peuple par tous les moyens), la politique dénoncée par Juvenal fonctionne à merveille, même et surtout à titre d’exutoire.

          Bref. Il faut de toute urgence nous débarrasser des oligarchies et des mondialistes. En réalité, là aussi, c’est tout un. Alors évidemment, cela ne va pas plaire à tout le monde et en particulier aux modérateurs. Mais j’estime que tous les moyens sont bons. Le jour d’après, selon la formule de plus en plus en usage, il y a foule d’idées formulées ça et la pour nous en débarrasser une fois pour toute… Le petit problème c’est dans l’effectuation du jour d’avant… Et là, hélas, ça coince un peu. Le ventre mou de nos fausses démocraties sont complices de leurs maîtres, ce qui, on l’avouera ne facilitera pas la tâche. Ceci-dit, il reste la méthode Pol Pot, mais ça tâche un peu là aussi.


          • Madudu Le 16 septembre 2017 à 15h35
            Afficher/Masquer

            La plupart des révolutions ont abouti à des désastres encore plus grands que ce qu’elle venait remplacer. Il y a des exceptions, mais il est notable que notre révolution n’en fasse pas partie.

            Ce sont les institutions qui obligent ceux qui ont l’argent et les réseaux à ronger leur frein, à procéder par étapes. Et à terme la restauration des institutions doit faire revenir leurs privilèges à une mesure tolérable, avant de les effacer.

            Supprimer les irresponsables du moment, c’est-à-dire le résultat d’institutions défectueuses, ne règle aucun problème : d’autres les remplaceront dans leur fonction et tous les excès seront à nouveau commis.


            • CZAR Le 18 septembre 2017 à 07h45
              Afficher/Masquer

              Certes, mais comme dirait l’autre on ne fait pas d’omelettes sans casser des œufs. Sans révolution ou toute autre forme d’action ultra-violente concertée et et mûrement réfléchie cela ca sans dire, aucun, je dis bien aucun changement ne sera possible.

              Aussi bien la vermine au pouvoir que les larbins qui continuent à les servir continueront à mener le monde à la catastrophe en jouant les Bisounours ahuris ou les Charlie larmoyants. Apres tout, certains ont assuré leurs arrières, mais c’est tellement dommage pour les autres…


    • LBSSO Le 16 septembre 2017 à 10h46
      Afficher/Masquer

      “Puisque parait-il nous sommes en guerre”

      “Le cyclone a profondément attaqué ,puisque c’est le terme qui convient,ces deux iles (….).Je peux d’ores et déjà vous dire que ce bilan sera dur est cruel”
      IRMA.Conférence de presse d’E. Macron du 6 9 2017
      https://www.pscp.tv/w/1kvKpjaLLMPJE

      Un évènement climatique ,c’est la guerre ! Voilà que Irma , l’ouragan est doté d’un esprit de décision le conduisant à ” une attaque”, moi qui croyait naïvement qu’il n’était que le résultat de lois physiques.
      Et le bilan sera “dur et cruel” comme après …un attentat.

      Cette rhétorique est-elle volontaire ou traduit-elle une disposition mentale de notre Président ?
      Peu importe, dans les deux cas , je suis inquiet .


      • basile Le 16 septembre 2017 à 13h43
        Afficher/Masquer

        elle est le prolongement sans doutes des « luttes », mot fétiche des journalistes dans une France qui se bat.

        On a le cancéreux qui lutte contre la maladie, le comateux, qui bien qu’inerte, lutte contre la mort, et le syndicaliste qui lutte contre l’injustice.


  2. calal Le 16 septembre 2017 à 08h17
    Afficher/Masquer

    concernant les etats generaux de l’alimentation,j”aimerai apporter un eclairage sur le “gaspillage de nourriture”.

    amha il faut se mefier de toute reforme qui voudrait sous pretexte de lutter contre le “gaspillage de nourriture” augmenter les durees des dates limites de consommation. de nombreux produits alimentaires ne resteraient pas sur les etals jusqu’a leur date limite s’ils etaient vendus moins cher. un produit qui depasse la date limite de consommation est une perte pour le vendeur. augmenter cette duree leur donne du temps en plus pour maintenir des prix hauts et tenter de vendre pour extraire cette marge “exageree”.
    les consommateurs ne doivent pas oublier que chaque decision d’achat est un vote “pour” ou “contre”. beaucoup de produits de substition sont possible et limite que par notre “debrouillardise” ( mayo ou creme pour remplacer beurre par exemple). amah nos decisions d’achats ou de refus d’achat ont bien plus d’influence que nos votes…


    • patrick Le 16 septembre 2017 à 17h37
      Afficher/Masquer

      vendus moins chers ?
      – les marges nettes de l’industrie agroalimentaire sont ridicules , quand ces boites font un résultat net de 1% , elles sont contentes
      – les résultats nets de la grande distribution sont également à ras les pâquerettes à 1 ou 2 %.

      Pour la plupart des produits alimentaires c’est une guerre des prix dans la distribution avec étranglement des fournisseurs pour baisser les prix.

      L’augmentation des DLUO limiterait un peu les dégâts.


      • calal Le 16 septembre 2017 à 18h02
        Afficher/Masquer

        les marges nettes…soit la plus value moins tous les frais… quels frais? les impots ,les interets des emprunts a rembourser, les loyers,la pub?
        c’est bien de ce combat la que je parle: celui du consommateur final sur lequel s’engraisse tous les intermediaires ( banquiers ,fonks,publicitaires )
        si les salaires du prive baissent (deflation salariale du a l’ue), il faudra bien que les prix des produits de première necessite baissent, que les salaires des fonks s’adaptent ainsi que les impots… et les benefices des societes…
        quand a limiter les degats attendez qu’amazon se developpe autant qu’aux us…


    • Haricophile Le 17 septembre 2017 à 17h08
      Afficher/Masquer

      J’ai un avis différent : Le problème de l’allongement des dates limites de consommation est que ça favorise les produits qui font plusieurs fois l’équivalent tour du monde et le pire de ce que l’industrie nous met dans l’assiette (genre rajouter des nano-particules au actions totalement inconnues à long terme mais dont on sait qu’elles traversent les membranes cellulaires, on va nous refaire bientôt le coup du “seuil de radioactivité” comme quoi en dessous d’un certain seuil de cellule détruites comme les conséquences se manifestent de manière diluées sur un grand nombre d’année on ne peux pas juridiquement prouver une corrélation suffisamment directe pour poursuivre les empoisonneurs, ça pue à plein nez le foutage de gueule).

      Le gaspillage est une réflexion globale et aucunement un patch qu’on colle au détriment du consommateur pour permettre la continuation d’une politique délétère.

      Le fondement de l’ultra-libéralisme est : « Après moi, le déluge », de toute manière ils ne sont jamais sérieusement sanctionnés, même avec des preuves. Mieux vaut faire 1 million de morts industriels que braquer une banque.


  3. douarn Le 16 septembre 2017 à 08h20
    Afficher/Masquer

    Bonjour

    …difficile de faire entendre la moindre critique de l’idée de progrès…

    De mon point de vue, peut être confond on les mots “progrès” (sous entendu “pour l’homme”) et “modernité”. Ainsi la mitrailleuse gatling était moderne en sont temps mais n’a jamais représenté un progrès pour les hommes sur les champs de bataille qui tombaient sous ses balles.

    Essayez, faites remarquer l’amalgame entre “modernité” et “progrès” dans une conversation, et vous empêcherez votre interlocuteur de vous étiqueter de “passéiste voulant retourner à l’age de la bougie” 😉


  4. BA Le 16 septembre 2017 à 08h49
    Afficher/Masquer

    Jeudi 14 septembre 2017 :

    Êtes-vous dans les 10% de Français les plus aisés ? Vous allez être surpris.

    L’Insee vient de publier son étude annuelle dédiée au niveau de vie des Français. Une enquête qui permet à tout un chacun de se situer en fonction de ses revenus. Cette année, la tendance est à la stagnation.

    C’est un indicateur qui dit beaucoup de l’évolution de la situation financière des Français. L’Insee a publié mardi 12 septembre la dernière édition de son étude annuelle dédiée au niveau vie de la population française en 2015. Chaque année, elle permet à tout un chacun de déterminer s’il se situe en-dessus ou en dessous de la moyenne

    Si vos revenus atteignent au moins 37.500 euros nets par an (selon la définition de l’Insee du “revenu disponible d’un ménage”), soit 3.125 euros par mois, vous faites partie des 10% des Français les plus riches.

    http://www.capital.fr/votre-carriere/etes-vous-dans-les-10-de-francais-les-mieux-payes-vous-allez-etre-surpris-1243851


    • basile Le 16 septembre 2017 à 09h12
      Afficher/Masquer

      je crains le pire. J’ai commencé à me faire un tableau Excel par année, en remontant 10 ans en arrière :

      .
      – revenus
      – impôts sur le revenu
      – CSG
      – impôt foncier
      – taxe d’habitation

      – % de l’impôt total / revenus.

      je crains un transfert d’un impôt à un autre, mais bien sûr, en ma défaveur.


  5. Fred Le 16 septembre 2017 à 09h02
    Afficher/Masquer

    Bonjour, la déclaration de xavier niel a t elle été vérifiée et confirmée ? Où et quand a t il dit ça ?


    • fred Le 16 septembre 2017 à 15h42
      Afficher/Masquer

      Bon ben je réponds à ma propre question. La déclaration de Xavier Niels a été rapportée par Odile Benyahia-Kouider Grand reporter et journaliste au canard enchainé. Il n’y a donc pas de preuve si ce n’est la parole de cette personne qui a l’air crédible car reprise par tous les grands médias. Bien que n’ayant que de l’aversion pour des gens comme niels, je regrette que la véracité des faits n’intéresse pas plus de monde.


      • Leclercq Florent Le 18 septembre 2017 à 08h42
        Afficher/Masquer

        Si M.Niels na pas attaque le canard pour diffamation cest quil sen fout ou sait que cest vrai. Vous faites partie de ceux qui veulent que les journalistes devoilent leurs sources a priori ?


  6. Fritz Le 16 septembre 2017 à 09h40
    Afficher/Masquer

    Bravo pour l’article de Ruptures concernant la Corée du Nord. A lire et à partager.
    “Il convient de rappeler d’emblée que, contrairement à une affirmation ressassée, ce pays ne viole nullement le droit international, puisqu’il s’était retiré du traité de non-prolifération en 2003.”

    Et comme le précise l’article, le Conseil de Sécurité de l’ONU n’est pas habilité pour punir un pays qui poursuit un programme de défense, fût-il nucléaire. Les cinq membres permanents de ce Conseil sont particulièrement mal placés pour beugler contre la Corée du Nord, puisqu’ils sont tous des puissances nucléaires, qui totalisent à eux cinq… plus de 2 000 essais nucléaires.

    2 000 essais, Kim Jong-un est assez loin d’atteindre ce chiffre.


    • Kiwixar Le 16 septembre 2017 à 10h10
      Afficher/Masquer

      Les 5 membres permanents du Conseil de Sécurité sont aussi parmi les 6 plus grands exportateurs d’armes (avec l’Allemagne).


    • Eric83 Le 16 septembre 2017 à 14h23
      Afficher/Masquer

      Les deux articles qui suivent permettent, à mon avis, de mieux entrevoir ce qui se joue en Corée :
      ” Comprendre la crise coréenne grâce à l’histoire”
      “Corée du Nord: ce que les médias ne vous disent pas”.
      Je ne joins pas de lien car je ne sais pour quelle raison, le site qui a traduit les articles est manifestement blacklisté sur les Crises.

      L’Histoire de la Corée permet de comprendre non seulement la “haine” du président Coréen – quid du peuple Coréen ? – à l’encontre des gouvernements US. Elle permet aussi de comprendre pour quelles raisons la Chine comme la Russie ne laisseront jamais les US/Japon/Corée du Sud prendre le contrôle de la Corée du Nord.


  7. Florian Le 16 septembre 2017 à 10h30
    Afficher/Masquer

    Concernant la Corée du Nord, je me demande sincèrement ce qu’il se passe et où est réellement la vérité. Cela dit si la France ou n’importe qu’elle autre nation avait une grande partie de l’armée Américaine a proximité de ses frontières pour mettre la pression, comment réagirait son dirigeant ou son gouvernement ? Est-ce que ce dirigeant dormirait tranquille en sachant la pression exercée par l’armée US sur les frontières de sa nation ? Sans parler de la pression de l’ONU, ses sanctions, l’opinion publique occidentale acquise contre ce pays ? C’est quand même l’armée américaine qui encercle la Corée du Nord et non l’inverse.


    • Alfred Le 16 septembre 2017 à 10h42
      Afficher/Masquer

      J’ai beaucoup de mal avec cette posture pseudo neutre et pseudo en retrait-bienveillant. La terre est plate à ou elle est ronde et vous etes parfaitement apte à preferer une option et à l’assumer et à la défendre.
      Vous vous demandez “où est la vérité” du droit international ? Que la Corée du Nord soit une affreuse dictature ou un paradis terrestre injustement décrié ne change rien à l’affaire : elle est légalement dans son droit.


      • Florian Le 16 septembre 2017 à 11h02
        Afficher/Masquer

        Je ne parle pas de la vérité du droit international, je parle de tout ce qu’on peut lire, l’information, sur ce pays dans la presse, les médias, les blogs, les gens qui racontent leur voyage la bas etc.
        ils sont peut-être dans leur droit et vous avez raison de le signaler.


  8. olivier Le 16 septembre 2017 à 11h13
    Afficher/Masquer

    «  Des nanoparticules cachées dans nos assiettes »

    L’ironie est une déesse vicieuse.

    Nous craignons l’apocalypse du réchauffement, à l’image des gaulois craignant le ciel.
    Nous craignons tchernobyl et fukushima, l’effondrement ecologique ou la surpopulation.
    Nous craignons les conséquences nucléaires d’une destabilisation geopolitique majeurs en corée ou ailleurs.
    Nous craignons la finances prédatrice destructrice des peuples.

    Mais nous risquons tout avec une simple friandise sucrée. Un bonbon.
    un accident domestique, le véteran qui chute dans l’escalier apres avoir conquis le monde.


    • Caliban Le 17 septembre 2017 à 00h36
      Afficher/Masquer

      La dissémination des nanoparticules par les industriels a commencé dans les années 70. Et il n’est pas près de s’arrêter.

      Dans l’esprit des citoyens, nanoparticules = progrès de la science. Et effectivement, les nanoparticules ont parfois un intérêt “vital” (en médecine par exemple). Ces applications “vitrines” permettent de présenter toutes les nano – quel que soit leur usage (et dieu sait qu’ils sont variés) – comme un progrès. Or on sait bien d’expérience que la science n’est pas par nature bénéfique, ses bienfaits sont fonction de l’usage.

      Et d’un point de vue légal, les industriels ont réussi le coup de force (notamment par un intense lobbying auprès voire au sein de la Commission européenne) consistant à assimiler la création de nanoparticules à un procédé industriel et non comme un procédé chimique. Cette dernière qualification aurait contraint l’industrie à des essais “cliniques” et donc à prendre en compte le principe de précaution.

      Il est certainement trop tard pour notre génération et un scandale “amiante puissance 10” se prépare…


      • olivier Le 17 septembre 2017 à 12h26
        Afficher/Masquer

        Tres peu de molécules chimiques inventées ont pus être testé sur l’homme avec les degats que l’on sais (agent orange, DDT, plomb, metaux lourd…). Quand on constate la capacité des nanoparticules a s’affranchir des barrieres biologique, on a de quoi s’inquieter. Je crains que vous ayez cruellement raison.


      • Caliban Le 17 septembre 2017 à 20h03
        Afficher/Masquer

        Ce qui est inquiétant c’est effectivement la taille de ces composants, capables de franchir notamment la membrane qui protège le cerveau et qui est le fruit de millions d’années d’Evolution.

        Et pour rester dans le moyen terme, il est parfaitement scandaleux que rien n’ait été retenu des expériences passées (charbon, amiante, …). Les industriels font ce qu’ils veulent, comme ils veulent et mettent les décideurs – dont certains très complices – devant le fait accompli.

        Ce n’est pourtant pas anodin de créer des composants que l’univers n’a pas produit. Comment croire que c’est sans effet sur l’environnement ? Surtout quand on sait que ces nanoparticules ont été disséminées partout depuis 50 ans.


        • olivier Le 18 septembre 2017 à 00h16
          Afficher/Masquer

          « On arrête pas le progrès ».

          Ils s’en lavent les mains, demain est sensé être meilleur. Nous, nous avons déja commencé à payer.


        • Caliban Le 18 septembre 2017 à 02h51
          Afficher/Masquer

          Olivier,

          “demain est sensé être meilleur”
          … c’était le discours optimiste que l’on pouvait encore entendre dans les décennies de prospérité qui ont suivi la seconde guerre mondiale.

          Toutefois si vous êtes bien attentif aux discours actuels :
          • aucun gouvernant ne vous parle du futur, l’anticipation ne se limite qu’à des chiffres, celui de la croissance ou celui de la limitation du réchauffement
          • ils sont dans la “réaction” aux indicateurs économiques et non plus dans l’action pour agir sur le réel et façonner le futur
          • la “gouvernance” par les nombres a pris le pas sur le gouvernement par les lois (cf Alain Supiot sur Youtube), les sociétés sont mises en pilotage automatique avec pour plan de vol l’ultralibéralisme

          Dans ces conditions, demain n’est pas sensé être meilleur, tout le monde sait qu’il sera pire car on a les yeux fixés sur le compteur pour mieux oublier les nuages qui s’amoncellent.

          Mme Irma nous l’a rappelé récemment.


        • olivier Le 18 septembre 2017 à 23h56
          Afficher/Masquer

          Sur la gouvernance des nombres, je ne puis qu’être d’accord et je vous renvois a Olivier Rey ( mathématicien, philosophe, CNRS) sur le sujet de la taille mais surtout sur l’introduction des statistiques et les perversions qu’elles induisent.

          Sur le progrès, non.
          C’est plus subtile que ça, le discours se veut implicite et paradoxal. Les nombres sont d’abord une expression du progrès technique et son jugés d’une crédibilité supérieure au réel. Nous avons perdu la gouvernance et sommes dans une chute en avant. Il ne nous reste que l’engouement pour les nouvelles technologies, avec la nouvelle Byzance qu’est la silicone valley. Tous ne jurent que par et pour l’innovation technologique : médecine, transport, militaire, alimentation, éducation, climat…Il ne reste que cette fausse croyance entretenue au marketing qui nous vend du rêve et de l’espoir comme une Panacée à tous nos sombres préssentiments. Résultat des courses, l’iphone se vend très bien et Tesla fait la une, malgré un bruit de fond de plus en plus désabusé. Car en fin de compte « on ne va pas revenir au moyen âge ». L’illusion perdure…

          Entre ceux qui s’en lavent les mains, façon Ponce Pilate, et les autres, incapable de remettre en question le sacro-saint progrès (Tout le monde veut y croire, tout le monde espère ) la machinerie autonome poursuis son oeuvre, comme les fileuses du destin : les Moires chez les grecs ou les 3 Parques romaine.


  9. theuric Le 16 septembre 2017 à 11h35
    Afficher/Masquer

    Il en est qui parle de progrès sans savoir ce que ce mot veut dire.
    Mais il est vrai qu’aujourd’hui il y a moins de centenaire qu’hier.
    Les automobiles étaient bien moins polluantes et les champs donnaient infiniment plus de blé que par le passé.
    Il est de notre contemporanéité de simplifier l’idée à l’extrême, par faiblesse intellectuelle, peut-être.
    Ce n’est pas le progrès qui est à blâmer mais, tout au contraire, tous ceux qui veulent le freiner, en polluant avec des pots d’échappement catalytique, des insecticides aux néonicotinoïdes ou des éoliennes tueuses d’oiseaux et de chauves-sourie, en miniaturisant l’ordinateur sans laisser de place aux véritables inventeurs ou en ruinant les peuples, les banques et les états par de grotesques Q.E. qui ne font que ralentir l’inéluctable effondrement de l’économie-monde.
    Et puis, dites-moi comment quelqu’un peut rejeter le progrès en en diffusant l’idée sur internet?
    Internet et l’informatique seraient-ils hors de tout progrès?


    • Leclercq Florent Le 18 septembre 2017 à 08h58
      Afficher/Masquer

      La critique du “progres” sans definir le mot cest un peu absurde. Pour moi le progres cest une instabilite qui provoque un deplacement, avec une connotation generalement positive. L’article me rappelle le mythe du bon sauvage, auquel je nadhere pas entierement. Il est facile de critiquer la medecine quand la vie de votre gosse nen depend pas. Je pense que le progres est lie a notre desir davoir un meilleur avenir, sans tenir compte des risques


  10. Didier Mermin Le 16 septembre 2017 à 12h06
    Afficher/Masquer

    L’article de Partage à propos du « jour du dépassement », (http://partage-le.com/2017/08/les-medias-de-masse-le-business-de-lecologie-a-propos-du-jour-du-depassement/), m’a inspiré cet article : https://onfoncedanslemur.blog/2017/09/16/le-jour-du-depassement/

    Les raisons en sont que : 1) je m’intéresse particulièrement à ce sujet; 2) je ne demande pas mieux d’en parler avec d’autres internautes intéressés; 3) je “like” particulièrement Partage mais leur critique de “l’écologie TM” me semble insuffisante; 4) aborder un thème doit servir à élargir la réflexion, c’est ce que je pense avoir fait dans mon article.


    • douarn Le 16 septembre 2017 à 16h37
      Afficher/Masquer

      Bonjour Didier
      Je crains que l’idée même d’annoncer un jour du dépassement global (le 2 aout pour cette année) soit l’arbre qui cache la forêt, en particulier pour nous les “occidentaux”.

      Si j’en crois le lien suivant, les pays dits riches dépassent leurs capacités naturelles nationales à soutenir leurs modes de consommation avant le mois de mai (Luxembourg en tête avec le 17 février). Viennent ensuite les pays en récession forte (Grèce, Espagne, …) avec un jour du dépassement courant Juin. Puis les pays en “voie de développement”. A noter que le Costa Rica, malgré une alimentation en énergie renouvelable importante, et des parcs naturels passe son jour le 8 sept. Enfin, Cuba et le Honduras serait les seuls à permettre un mode de vie compatible avec les capacités nationales naturelles (jour du dépassement en décembre).

      http://www.overshootday.org/wp/wp-content/uploads/2017/07/GFN-Country-Footprint-final-1000.jpg


      • Didier Mermin Le 16 septembre 2017 à 20h15
        Afficher/Masquer

        Bien sûr que c’est l’arbre qui cache la forêt ! Les pays occidentaux (et leur épigones) ne pouvant pas “oublier” le rapport Meadows, (surtout que les pollutions en Chine sont là pour le rappeler), et ne pouvant changer la direction du Titanic, en sont réduits à faire de la com’ et à faire mousser toute cette histoire d’énergies “vertes”. Le capitalisme a réussi à transformer l’annonce d’une catastrophe en nouvelles promesses de bonheur. Tout baigne.


  11. Homère d'Allore Le 16 septembre 2017 à 12h32
    Afficher/Masquer

    Le Vietnam montre l’exemple, en tout cas !

    J’aimerais bien un gigantesque procès de banquiers dans l’eurozone…


  12. Julie Le 16 septembre 2017 à 15h29
    Afficher/Masquer
  13. Catalina Le 16 septembre 2017 à 15h45
    Afficher/Masquer

    un progrès serait de stopper pour toujours l’obsolescence programmée.


    • patrick Le 16 septembre 2017 à 17h54
      Afficher/Masquer

      l’obsolescence programmée n’existe pas , sauf quelques cas rares.
      En ce moment , nous assistons exactement à l’inverse ,un produit doit tenir le plus longtemps possible ( au moins la durée de la garantie ) en utilisant les matières premières les moins chères , les composants les moins chers , la main d’oeuvre la moins chère, le contrôle qualité le moins cher ( en fait ,pas de contrôle 🙂 ).

      un vrai casse-tête pour un bureau d’étude.
      🙂


  14. BA Le 17 septembre 2017 à 11h42
    Afficher/Masquer

    Dans cet article essentiel, l’Organisation des Nations Unies dénonce un monde de profit pour les grandes entreprises, pour les actionnaires, pour les hauts dirigeants et pour les rentiers.

    L’ONU critique aussi l’appauvrissement des classes populaires, l’augmentation de l’endettement des ménages, et la réduction de la part des salaires dans le revenu.

    Lisez cet article :

    Les Nations unies fustigent les dérives du capitalisme.

    https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/030565148539-les-nations-unies-fustigent-les-derives-du-capitalisme-2114605.php


  15. Julien Le 17 septembre 2017 à 15h54
    Afficher/Masquer

    Cette semaine, il s est déroule un procès très important à Lille malheureusement peu médiatisé : l affaire Claude Hermant. Je vous conseille de vous y intéresser.
    http://www.lavoixdunord.fr/218720/article/2017-09-15/claude-hermant-au-fil-des-audiences


  16. BA Le 21 septembre 2017 à 08h17
    Afficher/Masquer

    1- La banque centrale des Etats-Unis a injecté 4500 milliards de dollars dans l’économie depuis 2007.

    2- Depuis 2008, la croissance des salaires réels a été de … 0,2 % dans les pays riches !

    3- Autrement dit : les détenteurs de capitaux, c’est-à-dire les 5 % les plus riches, ont continué à s’enrichir. Les 95 % des autres citoyens ont continué à s’appauvrir.

    Les électeurs ont voté pour un milliardaire aux Etats-Unis et pour un ancien banquier d’affaires de la banque Rothschild en France.

    Quand les électeurs votent pour les 5 % les plus riches, il ne reste plus qu’à regarder le bateau couler. Les électeurs ont ce qu’ils méritent : le naufrage.

    https://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/030592021571-etats-unis-la-fed-tourne-la-page-de-la-crise-2115844.php

    En moyenne, depuis 2008, la croissance des salaires réels ne s’est élevée qu’à 0,2 % dans les pays riches. Ce sont les classes les plus défavorisées qui ont le plus souffert de cette tendance, souligne l’OCDE.

    https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/030589576880-la-croissance-mondiale-se-raffermit-2115725.php


Charte de modérations des commentaires