Les Crises Les Crises
17.novembre.201917.11.2019 // Les Crises

Revue de presse du 17/11/2019

Merci 82
J'envoie

ALLEMAGNE

L’Allemagne, un paquebot qui vire lentement

"Entrée en récession, l’Allemagne est désormais en proie au doute. Les dogmes que ses dirigeants ont imposés à l’Europe depuis dix ans se fissurent. Mais les résistances restent fortes. Allemagne a traversé sans grande difficulté la crise de 2008 et ses suites. Elle a même profité à plein de son statut de safe harbour, de refuge sûr. Non seulement avec des taux d’intérêt nettement plus bas que le reste de l’Europe, mais aussi sur le plan démographique : la crise lui a permis d’attirer massivement les jeunes qualifiés de Grèce, d’Italie, d’Espagne, du Portugal…, comblant ainsi son déficit en la matière. Pourtant, depuis deux ans, la mécanique s’est enrayée : l’économie ralentit, les exportations stagnent. Du coup, le débat s’ouvre sur des sujets jusque-là tabous."

Source : ALTERNATIVES ECONOMIQUES

CRISE FINANCIÈRE

La BCE a acheté pour près de 3 milliards d'obligations d'entreprise en une semaine

"Pour sa première semaine complète depuis la reprise de son programme d'achat d'actifs, la Banque centrale européenne a inondé de liquidités le marché des obligations d'entreprises. Elle en a acquis près de 3 milliards d'euros, son deuxième plus gros volume hebdomadaire depuis 2016. 2,8 milliards d'euros d'obligations d'entreprises en une semaine. La Banque centrale européenne a frappé fort pour marquer le retour de son programme d'achat d'actifs (QE), destiné à faire baisser le coût du crédit et soutenir ainsi l'économie européenne. Le montant - son deuxième plus gros volume hebdomadaire depuis le lancement du QE - a surpris les spécialistes de marché."

Source : Les Echos

DÉMOCRATIE

La soirée déguisée de quatre députés LREM avec des lobbyistes

"C’était mardi dernier, le 5 novembre : au restaurant Chez Françoise, à deux pas des Invalides, le cabinet de lobbying Com’Publics fêtait son quart de siècle. 25 bougies soufflées en compagnie des amis de l’agence, parmi lesquels on a pu apercevoir quatre députés LREM. L’élue de Haute-Savoie Marion Lenne a en effet posté sur son compte Instagram public un cliché de la soirée où elle apparaît, visiblement heureuse, avec ses joyeux collègues Aina Kuric (Marne), Liliana Tanguy (Finistère) et Jean-Bernard Sempastous (Haute-Pyrénées). On les reconnaît malgré le fait qu’ils soient rarement grimés ainsi à l’Assemblée. Le cabinet de lobbying Com’Publics se définit lui-même comme une agence qui «conseille les entreprises, les organisations professionnelles, les associations et les institutions dans le développement de leur stratégie de communication institutionnelle et de lobbying auprès des pouvoirs publics nationaux et territoriaux». Il est notamment engagé sur les sujets touchant à l’agroalimentaire ou au recyclage des déchets."

Source : Libération

Comment les tribunaux se transforment en champ de bataille contre les abus des multinationales

"Lafarge et la Syrie, Total et le réchauffement climatique, BNP Paribas et le Soudan, Vinci et le Qatar... Les procédures judiciaires ciblant les activités douteuses des grandes entreprises françaises à l’étranger se multiplient. Tour d’horizon de plusieurs procès et affaires en cours. Il pleut des procédures judiciaires contre les multinationales. Ce 23 octobre, les Amis de la Terre France, Survie et quatre ONG locales assignent en référé Total devant un juge français pour empêcher des « violations imminentes » des droits humains dans le cadre d’un projet pétrolier en Ouganda. Le lendemain, la cour d’appel de Paris se prononce sur la validité de la procédure contre l’entreprise Lafarge et de ses anciens dirigeants pour financement du terrorisme en Syrie. Entre fin septembre et début octobre, au moins trois nouvelles procédures contre des multinationales ont été lancées, ciblant BNP Paribas, EDF et la firme de transport XPO Logistics (États-Unis)."

Source : OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES

De la France à l’ONU, la pression monte pour un encadrement juridique des multinationales

"Aux Nations unies, un groupe de travail tente de faire adopter un traité pour rendre les multinationales enfin responsables de leurs violations sur les droits humains. Surprise : malgré l’opposition farouche des lobbies économiques et de grandes puissances, il pourrait bien y parvenir. Une nouvelle semaine de négociations vient de se terminer à Genève, dans l’enceinte des Nations unies, en vue de l’adoption d’un traité international sur les multinationales et les droits humains. C’est la cinquième depuis que l’Équateur et l’Afrique du Sud ont fait voter par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, en 2014, la création d’un groupe de travail intergouvernemental à cet effet. Mais de puissants ennemis se dressent sur son chemin..."

Source : OBSERVATOIRE DES MULTINATIONALES

ENVIRONNEMENT

Des incendies violents touchent l’Australie, l’état d’urgence déclaré

"Les habitants de la région de Sydney se préparaient, lundi 11 novembre, à affronter une situation « catastrophique » en raison d'incendies ayant poussé les autorités à déclarer l’état d’urgence. Pour la première fois, la plus grande ville australienne et ses environs sont confrontés au plus haut niveau d’alerte aux incendies jamais émis. Les autorités ont averti :« Des vies et des habitations seront en danger. » « Rien n’est construit ou conçu pour résister au genre de situation catastrophique à laquelle on peut s’attendre », a déclaré S. Fitzsimmons, responsable des pompiers de l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud. Ce même 11 novembre, la Nouvelle-Calédonie située à 2000 km de Sydney, s'est réveillée lundi sous les fumées poussées d'Australie par un anticyclone. Des alertes à la pollution de l'air y ont été déclenchées pour les personnes sensibles (https://la1ere.francetvinfo.fr/nouvellecaledonie/partie-nouvelle-caledonie-fumee-incendies-australiens-769995.html)"

Source : Le Monde

Pollution de l'air : la France condamnée par la justice européenne

"La pollution atmosphérique n'en finit pas d'asphyxier nos agglomérations. Le dernier épisode est judiciaire puisque la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) condamne, ce 24 octobre, la France, pour non-respect de la directive de 2008 relative à la qualité de l'air ambiant pour le paramètre « dioxydes d'azote ». La Commission européenne avait engagé une procédure en manquement en 2014 contre la France et formé un recours devant la juridiction européenne en mai 2018, faute de mise en œuvre des mesures nécessaires.La Cour la condamne aujourd'hui pour avoir dépassé « de manière systématique et persistante » la valeur limite annuelle pour le dioxyde d'azote (NO2) depuis le 1er janvier 2010."

Source : ACTU ENVIRONNEMENT

EUROPE

Von der Leyen et Borrell martèlent que l’UE doit « apprendre à parler le langage de la puissance »

"Ursula Von der Leyen prendra ses fonctions à la tête de la Commission européenne le 1er décembre – en principe. L’ancienne ministre allemande de la Défense n’a pas attendu pour dévoiler son état d’esprit martial. Dans un discours prononcé à Berlin le 8 novembre, précisément à l’occasion du trentième anniversaire de la chute du Mur de Berlin, elle a tenu de mâles paroles, passées hélas trop inaperçues. Pour la future plus haute dirigeante de l’UE, « l’Europe doit apprendre à parler le langage de la puissance ». Et pour que tout soit clair, elle a martelé : « aujourd’hui, le soft power ne suffit plus si nous voulons nous affirmer dans le monde comme Européens ». Le futur Haut représentant pour la politique extérieure et la sécurité de l’UE Josep Borrell a suscité l’enthousiasme de ses anciens collègues en exposant ses intentions, à commencer par un discours très dur à l’égard de Moscou."

Source : Ruptures

FRANCE

Anas, 22 ans, s'immole par le feu et nous regardons ailleurs

"C’est un gamin, mon fils, ou votre frère. Il s’appelle Anas, un étudiant de 22 ans, venu de Saint-Étienne à Lyon, pour apprendre et avancer. C’est un jeune homme, désespéré autant que déterminé, qui, vendredi, a tenté de se tuer sur la place publique. Depuis, la presse détourne les yeux. Des rassemblements sont prévus ce mardi."

Source : Blog Mediapart David Dufresne

GÉOPOLITIQUE

Pendant ce temps, dans la steppe...

"Elle n'est pas sous les feux de l'actualité mais l'intégration du continent-monde continue, inexorable, au grand dam du Washingtonistan. Les stratèges états-uniens ont dû se ronger quelques ongles en apprenant que l'Ouzbékistan allait rejoindre L'UEE. Le dernier "e" est d'importance : il ne s'agit évidemment pas de l'attirail d'euronouilles sis à Bruxelles mais de l'Union Economique Eurasienne. Il y a un mois, la nouvelle est tombée : La présidente du Conseil de la Fédération de Russie a déclaré que le président ouzbek Chavkat Mirzioïev avait pris la décision d’engager la procédure d’entrée de son pays dans l’Union économique eurasiatique. Jusqu’alors, l’Ouzbékistan s’était toujours refusé à rejoindre l’union douanière. C’est un revirement de taille et rapide. Le président de l’Ouzbékistan a pris une décision et travaille sur la question de l’adhésion du pays à l'UEE."

Source : CHRONIQUES DU GRAND JEU

INEGALITES

L’aristocratie financière française a doublé sa richesse en une décennie

"Comme chaque année depuis 23 ans, le magazine Challenges a dévoilé son classement des fortunes les plus riches de France. Un an après le début du mouvement des «gilets jaunes» et l’émergence de mouvement des jeunes et des travailleurs dans le monde contre les inégalités sociales, la fortune des plus riches en France a doublé en dix ans. Selon Challenges, le patrimoine des 500 premières fortunes françaises, le 0.001 pour cent le plus riche s’approche des 650 milliards d’euros. C’est équivalent à 30 pour cent du PIB de la France. Depuis la première édition du classement, en 1996, le total du patrimoine des plus riches est passé de 81 à 650 milliards d’euros. Depuis 2008, leur fortune a doublé et augmenté bien plus que la production nationale. Les dix premiers du classement qui ont vu leur fortune quadrupler alors que celle des 490 suivants a doublé."

Source : WSWS

RÉFLEXION

"La France pourrait être la première puissance écologique mondiale"

"La croissance serait la seule clef de sortie de la crise économique qui nous suit depuis le choc pétrolier de 1974… Selon Thomas Porcher, « économiste atterré », il est plus que temps de penser autrement et d’imaginer d’autres clefs. Si le défi, c’est que les émissions de CO2 diminuent à partir de 2020, nous devons soit changer radicalement nos modes de production et de consommation, soit décroître."

Source : Kaizen Magazine

Jeremy Rifkin, visionnaire écolo ou imposteur techno-libéral ?

"On commence le récent livre de Jeremy Rifkin « New Deal Vert mondial » en se disant que les valeurs écologiques et démocratiques sont au rendez-vous, que les objectifs et les intentions sont à la hauteur des urgences, dont il a pleine conscience. Il en va de même dans la conclusion du livre. Jeremy Rifkin dit grand bien d’Alexandria Ocasio-Cortez, la jeune étoile montante de la gauche du parti démocrate, des mouvements et grèves de la jeunesse, il estime qu’il faut réduire les patrimoines des ultra-riches pour contribuer au financement de son New Deal Vert aux États-Unis (c’est le pays le plus cité dans son livre), il fixe un objectif de 100% d’énergies renouvelables en 20 ans, surtout le vent et le soleil, hors nucléaire, plaide pour le désinvestissement massif et rapide de toutes les énergies fossiles. Il nous parle même (très incidemment) de biens communs et de gouvernance partagée, voire de « pouvoir au peuple » (p. 59) et de « glocalisation » opposée à la globalisation. Il est hostile à la privatisation des grandes infrastructures de services publics. Et surtout, il nous explique que, moyennant un peu d’intelligence, l’humanité va réussir sa transition en sauvant le climat et la biosphère, dans l’abondance matérielle et énergétique."

Source : DEBOUT ! : BLOG JEAN GADREY

VUES D’AILLEURS

Bolivie : Comment Evo est tombé

"Coup d’État militaire contre un gouvernement populaire? Rébellion de la société contre un régime tenté par l’autoritarisme? La chute d’Evo Morales, que personne – pas même ses adversaires – n’aurait imaginé il y a à peine trois semaines, mérite mieux que des clichés idéologiques en roue libre."

Source : Mediapart Pablo Stefanoni

ÉCONOMIE

[À l’origine] L’obsolescence programmée inventée en 1932 pour lutter contre le chômage de masse

"Et si l'obsolescence programmée partait d'une bonne intention ? En 1932 le promoteur immobilier Bernard London publie un ouvrage dans lequel il défend l'idée de réduire la durée de vie des objectifs pour sortir de la crise économique dans lequel le pays est enlisé depuis le krach boursier de 1929. Soutenir l'activité des entreprises en renouvelant fréquemment nos biens de consommation, voilà la recette miracle qui paraît aujourd'hui totalement loufoque."

Source : Novethic

Commentaire recommandé

charles // 17.11.2019 à 10h12

bien que je soit d’accord avec cette critique, je tiens à signaler qu’ils sont prêt à vous faire crever de faim et de statut sociale pour faire perdurer leurs superflus. Les pauvres ne sont pas une fatalité naturelle imposée par une loi physique oubliée dans un carton, ce sont des constructions humaines. Surtout n’oubliez pas que planquer derrière nos commentaires nous sommes les premiers maillons de soutenance de la construction. En acceptant de fait de vivre pour travailler, plutôt que de travailler pour vivre, en crachant sur ces pauvres “qui ne travaillent pas”, en refusant de refuser leurs logique sadique d’un bonheur au creux de leurs mains, nous sommes les premiers catalyseurs de leurs délires hégémonique totalitaire. Ils nous tiennent par les couilles de nos faiblesses face à l’âpreté d’une vie de refus à toutes leurs manigances, qui au final, sont, à l’avenant, pratique, jubilatoire ou simplement plus paisible.. Cependant, ce que nous avons vécu dernièrement avec l’annulation des arrêtés municipaux anti pesticide par l’état, ou bien encore les diverses affaires prud’homale ubuesques que nous connaissons régulièrement, ou les déconvenues pro écologie hebdomadaire, démontre que, la bête grassement nourrie à nos faiblesses, se retourne désormais contre nous. Ceci implique qu’il ne faudra pas seulement nous refonder intérieurement pour combattre ces faiblesses, mais aussi, refonder nos communs et faire table rase de nos institutions pour redémarrer un nouveau cycle. https://www.youtube.com/watch?v=gB-wuYga0xg

38 réactions et commentaires

  • Gribouille // 17.11.2019 à 08h12

    A écouter, la grande table évoque la réunification de l’ALLEMAGNE sous l’angle d’une réécriture de l’Histoire. Était-ce une annexion ?

    https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-idees/1989-2019-les-murs-invisibles

      +4

    Alerter
  • monsipoli // 17.11.2019 à 09h49

    Inégalités.

    « Les classes moyenne et modeste, dont certaines vivent déjà une forme de décroissance subie, ont droit à une meilleure qualité de vie, les très riches n’ont pas besoin d’autant de superflu. »

    « …d’autant de superflu », formulé ainsi faudrait-il comprendre que le riche a naturellement droit au superflu si c’est en quantité raisonnable ?!

    Ceci n’est pas un détail, les mots ont un sens tout comme leurs sous-entendus. C’est l’aveu implicite d’une soumission à l’Ordre libéral établi. Si c’est toute la conviction dont on fait preuve contre l’ennemi en regard de l’état des choses, les nantis peuvent dormir tranquilles et les pauvres se démerder tout seuls.
    Quand des gens par centaines de millions, et très rapidement beaucoup plus puisque l’écart grandira encore, vivent dans l’indigence sans espoir d’en jamais sortir le « superflu » est un crime que des lois doivent interdire et punir sévèrement !
    On n’est pas sorti de l’auberge…

      +18

    Alerter
    • charles // 17.11.2019 à 10h12

      bien que je soit d’accord avec cette critique, je tiens à signaler qu’ils sont prêt à vous faire crever de faim et de statut sociale pour faire perdurer leurs superflus. Les pauvres ne sont pas une fatalité naturelle imposée par une loi physique oubliée dans un carton, ce sont des constructions humaines. Surtout n’oubliez pas que planquer derrière nos commentaires nous sommes les premiers maillons de soutenance de la construction. En acceptant de fait de vivre pour travailler, plutôt que de travailler pour vivre, en crachant sur ces pauvres “qui ne travaillent pas”, en refusant de refuser leurs logique sadique d’un bonheur au creux de leurs mains, nous sommes les premiers catalyseurs de leurs délires hégémonique totalitaire. Ils nous tiennent par les couilles de nos faiblesses face à l’âpreté d’une vie de refus à toutes leurs manigances, qui au final, sont, à l’avenant, pratique, jubilatoire ou simplement plus paisible.. Cependant, ce que nous avons vécu dernièrement avec l’annulation des arrêtés municipaux anti pesticide par l’état, ou bien encore les diverses affaires prud’homale ubuesques que nous connaissons régulièrement, ou les déconvenues pro écologie hebdomadaire, démontre que, la bête grassement nourrie à nos faiblesses, se retourne désormais contre nous. Ceci implique qu’il ne faudra pas seulement nous refonder intérieurement pour combattre ces faiblesses, mais aussi, refonder nos communs et faire table rase de nos institutions pour redémarrer un nouveau cycle. https://www.youtube.com/watch?v=gB-wuYga0xg

        +23

      Alerter
      • monsipoli // 17.11.2019 à 12h39

        « Les pauvres ne sont pas une fatalité naturelle, ce sont des constructions humaines. »

        C’est bien l’idée qui fonde mon propre commentaire. Quant à notre participation « involontaire » au processus même qui nous meurtrit, je suis d’accord aussi. Rien de nouveau, l’Anarchisme a théorisé tout cela depuis longtemps.
        Dessiller les consciences semble une tâche quasi impossible, hélas. Les atermoiements d’un atterré – finalement à demi seulement – ne sont-ils pas révélateurs d’une impuissance quasiment acceptée ?
        Le peuple doit reprendre le pouvoir, seul, puisqu’il ne doit compter sur personne que lui-même.

          +8

        Alerter
  • Yuri G. // 17.11.2019 à 10h22

    “La France pourrait être la première puissance écologique mondiale”

    On est bien d’accord. Encore faudrait-il parler des acteurs qui proposent des pistes concrètes pour amorcer ce changement. Pour parler de ce que je connais, nous avons en France les meilleurs agronomes, botanistes et spécialistes des agro-systèmes (Lucien Seguy, Olivier Husson, Marcel Bouché, Marc-André Selosse, Gérard Ducerf, Konrad Shreber, Claude Bourguignon, Francis Hallé, Hervé Covès,.. etc).
    Ces chercheurs (en étroite collaboration avec des praticiens) proposent d’ores et déjà des solutions permettant d’atteindre à courte échéance la neutralité carbone (pour ce qui concerne l’agriculture) si elles étaient mises en pratique à grande échelle. Toutes ces propositions, résultant d’une meilleure compréhension des écosystèmes, ont été présentées devant un par-terre de spécialistes et dirigeants internationaux lors de la COP21 et n’ont malheureusement pas été concrétisées par l’application d’un vision globale (je ne parle pas des 2, 3 mesurettes insuffisantes et inefficaces).
    On peut parler de marqueurs économiques, de variables d’ajustements, etc. mais il faut avant tout comprendre la logique intrinsèque du vivant, du cycle du Carbone par exemple, et bâtir notre système économique là-dessus.

    Comme c’est évoqué dans l’article suivant avec le green new deal, on a bien l’impression que ces enjeux pédo-climatiques sont utilisés par nos élites non pas pour réformer le système mais pour le “repeindre en vert” sans rien changer. Ne nous y trompons pas, les modèles de production de demain n’émaneront pas de nos dirigeants en proie aux lobbys mais bien de citoyens engagés dans des démarches responsables, légitimement préoccupés du monde qu’ils vont laisser à leurs enfants.

      +11

    Alerter
    • Jean D // 17.11.2019 à 12h16

      L’expression “green new deal” est en elle-même très suspecte.

      Non pas tant par l’anglicisme … quoique, la colonisation de la pensée par des termes coupés de toute racine étymologique équivaut un peu à réfléchir dans le vide.

      Mais surtout par le fait que “New deal” fait référence à une politique de relance économique keynésienne … et qu’évidemment, dans un monde de raréfaction des ressources énergétiques, on en est déjà plus là.

      Comme le dit si bien un colibri fameux, la croissance du PIB n’est pas la solution, c’est le problème.

      Petit citation pour appuyer votre commentaire : « Celui qui pense qu’une croissance exponentielle infinie est possible dans un monde fini est soit un fou soit un économiste. » (https://www.terraeco.net/%EF%BB%BFLa-croissance-n-est-pas-la,48447.html)

      Nos dirigeants n’étant pas économistes, une déduction s’impose…

        +12

      Alerter
      • Yuri G. // 17.11.2019 à 13h03

        “Comme le dit si bien un colibri fameux, la croissance du PIB n’est pas la solution, c’est le problème.”

        Absolument. Et inversement, le Carbone (CO2) n’est pas le problème, il est une partie de la solution, pour autant qu’il soit séquestré dans les plantes et dans les sols.

          +2

        Alerter
        • Alligator427 // 17.11.2019 à 16h34

          Patrick,

          Indécrottable libéral que vous êtes. Espèce en voie d’extinction, mais ne vous inquiétez pas, on vous protègera … de vous même 🙂

          Blague mise à part, vous dénoncez le montant des dépenses publiques alors que les gouvernements qui se succèdent depuis les années 80 ne cessent de tailler dedans. On voudrait bien vous croire, mais faudrait du plus tangible qu’une simple affirmation.

          Tenez, je vous donne un chiffre qui devrait vous faire réfléchir : dans les années 80, le salarié travaillait 1 semaine par an pour rémunérer les actionnaires. Aujourd’hui il en est à 3 semaines et demi.

          Vous êtes certain que le problème ce sont les dépenses publiques ? Et si on commençait par diminuer les hyper-riches qui nous coûtent un pognon de dingue ?

            +14

          Alerter
          • Patrick // 17.11.2019 à 22h44

            désolé , mon commentaire a été “modéré”. Je ne sais pas pourquoi.
            Les dépenses publiques représentent maintenant 57% du PIB ( sur un PIB lui-même en augmentation ) donc … forte augmentation.

            à lire sur vie-publique.fr
            “D’après les données publiées par la DREES(nouvelle fenêtre), les dépenses de protection sociale représentaient en 2016 34,1% du PIB, soit 759,1 milliards d’euros. C’est le principal poste de dépenses publiques en France.
            Depuis la fin des années 1950, les dépenses de protection sociale ont fortement progressé, passant de 14,3% du PIB en 1959 à 24,5% en 1981, puis à 29,6% en 2006 et à plus de 30% depuis 2010. ”

            Donc globalement des dépenses qui explosent et qu’il faut bien financer , c’est donc normal que les salaires nets restent faibles ( les salaires chargés par contre auglentent fortement )

              +1

            Alerter
            • Alligator427 // 18.11.2019 à 02h16

              Euh ? Avec quoi on finance la solidarité ? Ce seraient pas les salaires par hasard ?

              Du coup je ne comprends pas votre assertion qui à minima relève du paradoxe : “Donc globalement des dépenses qui explosent et qu’il faut bien financer , c’est donc normal que les salaires nets restent faibles”.

              ‘les dépenses de protection sociale” … vous mettez quoi là-dedans ? Si vous aviez un lien il serait possible d’entrer dans le détail … si vous incluez les dépenses consacrées à indemniser les chômeurs, c’est assez logique que les montants grimpent.

              Et donc, c’est bien ce que je dis : le pognon est siphonné par la caste des super-riches au lieu de créer des emplois / réduire le chômage.

                +6

              Alerter
            • Patrick // 18.11.2019 à 08h55

              Le coût global du salaire est composé du net et des charges qui financent les dépenses sociales.
              Plus de dépenses entraînent plus de charges donc le salaire net reste faible pour ne pas impacter le coût final.
              Il faudrait mettre en place le salaire complet, le salarié touche intégralité (net + charges) et il paie lui-même ses charges.

                +1

              Alerter
            • Alligator427 // 18.11.2019 à 11h01

              Comprends toujours pas.

              Ce que vous appelez charges sont en fait les cotisations sociales.

              Vous serez d’accord avec moi que plus il y a de cotisants, plus il y a d’argent pour financer la solidarité (retraites, santé, assurance chômage, …). Et plus les salaires sont élevés, plus la part reversée comme cotisations est élevée (c’est un %)

              Du coup affirmer que pour financer les dépenses on doit réduire / faire stagner les salaires ne me paraît pas logique. Faire stagner les salaires et maintenir un chômage élevé ne peut qu’aboutir à une réduction des recettes et à creuser le déficit, des caisses de solidarité et in fine de l’Etat…

                +8

              Alerter
    • Louis Robert // 17.11.2019 à 13h32

      Et puisqu’il est encore question, malgré tout, de se contenter de « repeindre en vert », un rappel récent de Jancovici, surtout pour ceux qui « ne connaissent pas déjà la chanson, ni même le refrain ».

      « Jancovici : CO2 ou PIB, il faut choisir – Sciences Po – 29/08/2019 »

      https://www.youtube.com/watch?v=Vjkq8V5rVy0

        +2

      Alerter
  • Alligator427 // 17.11.2019 à 10h23

    Article très intéressant sur la Bolivie, merci pour sa diffusion. Pas un coup d’Etat mais un joli coup fourré quand même. A suivre…

    Et au passage, la judiciarisation de la vie politique se poursuit : https://www.france24.com/fr/20191115-evo-morales-menace-poursuites-retour-bolivie-exil-mexique

      +1

    Alerter
    • Anarkopsykotik // 17.11.2019 à 16h52

      Mouais, mediapart sur l’international, ils sont mignons, mais un peu, voir complètement insuffisant. C’est CLAIREMENT un putain de coup d’état, quand c’est grâce à l’armée (dont les généraux, surprise, on été entrainés aux US) que le président démissione, c’est comme ça que ca s’appelle. Pas de mentions des USA malgré des enregistrements de l’oppositions et de généraux qui tapent la discute avec des sénateurs US, de la nouvelle présidente ultra raciste, dire qu’il perd le “vote populaire” alors qu’il a gagné il ya moins de deux mois. Faire comme si l’armée est pas impliquée alors qu’il y a des vidéos ou ils sont déjà en train de tirer dans les rues sur les manifestant pro evo et que la présidente (reconnu par le tiers d’assemblé qui lui reste) les a déjà exempté de toutes poursuite légale suite aux répressions. Aucune mention des manifestations monstres qui ont déferlé sur la paz depuis les villes alentour, les armuries de flic pillées à El Alto, les dizaines de mort déjà faits par les flics et militaires.
      Courage aux camarade boliviens.

      https://bunkerchan.xyz/.media/56b4e41e691f218d3dd8806ac1b61165-imagepng.png
      https://erbol.com.bo/nacional/surgen-16-audios-que-vinculan-c%C3%ADvicos-exmilitares-y-eeuu-en-planes-de-agitaci%C3%B3n

        +14

      Alerter
      • Louis Robert // 17.11.2019 à 17h44

        Ce sont tous les médias occidentaux qui sont en cause, désormais incapables, par plusieurs ordres de grandeur, d’estimer le nombre de manifestants contre le Pouvoir impérial, de révolutionnaires, de victimes de l’Empire, y compris les morts, de réfugiés vers l’Europe, de ceux qui ont péri en Méditerranée… incapables même de voir et de nommer un coup d’état qui se déroule sous leur nez: Honduras, Ukraine, Égypte, Brésil, Vénézuela, Bolivie, etc. …

        Depuis longtemps, sur l’essentiel, il n’y a plus rien à attendre des médias occidentaux, si ce n’est qu’ils appuient inconditionnellement la conduite des voyous et des terroristes comme ceux qu’on trouve à Hong Kong, qu’ils transforment du reste médiatiquement en chevaliers de la « démocratie »… alors qu’ils ne tolèreraient pas le centième de leurs actes criminels dans leurs propres pays.

        Cela est clair: ces médias n’ont plus de raison d’être citoyenne, seulement une utilité à servir le Pouvoir qui les maintient en vie, même dans ses exploits criminels.

          +8

        Alerter
      • douarn // 17.11.2019 à 19h35

        Bonjour Anarkopsykotik
        Selon zerohedge, le 4 novembre, E. Morales a décidé d’annuler l’accord de décembre 2018 avec ACI Systems Alemania (ACISA) en Allemagne, après des semaines de protestations des habitants de la région de Potosí. La région possède 50% à 70% des réserves mondiales de lithium dans les salines de Salar de Uyuni. Entre autres clients, ACISA fournit des batteries au lithium à Tesla.
        https://www.zerohedge.com/geopolitical/bolivian-coup-comes-less-week-after-morales-stopped-lithium-deal

          +6

        Alerter
  • Jean // 17.11.2019 à 10h25

    Von der Leyen et Borrell martèlent que l’UE doit « apprendre à parler le langage de la puissance »… étrangère.

      +9

    Alerter
    • Patrick // 17.11.2019 à 13h09

      quelle puissance ?
      encore faudrait-il être d’accord entre nous avant de songer à être puissant 🙂

        +2

      Alerter
      • Jean // 18.11.2019 à 05h27

        Quelle puissance ?
        Celle des USA en premier lieu, puis celle de l’Allemagne. Et quand les bellicistes atlantistes s’arment, ce n’est ni pour faire la paix, ni pour faire régner la justice.
        L’armée française au service du complexe militaro-industriel américain jusqu’au détriment des intérêts de la Nation, de l’Europe, du Monde ? Veut-on faire de l’UE le prochain proxy de la guerre que se livrent les grandes puissances ? Car l’Europe vassalisée ne peut servir ses intérêts, alors que pour être véritablement puissant, il faut être souverain.

          +2

        Alerter
  • douarn // 17.11.2019 à 10h30

    Von der Leyen : « l’Europe doit apprendre à parler le langage de la puissance » « le soft power ne suffit plus si nous voulons nous affirmer dans le monde comme Européens »

    Au fait, de quelles forces militarisées l’UE dispose t’elle dans un paysage post-brexit si ce n’est majoritairement de celles de la France (rafale, blindés, sous-marins nucléaires lanceurs d’engin, porte-navions et autres frégates) ? Jupiter n’aurait il pas dit qu’il fallait une armée unioneuropéenne?

    Les forces armées sont, je crois, l’expression de la souveraineté d’un pays, elles sont théoriquement sous les ordres des représentants du peuple. Levez la main ceux qui pensent, qu’à la lumière des déclaration de von der Leyen, les forces françaises seront sous les ordres d’une UE allemande et non plus d’un OTAN en état de mort cérébrale, selon Jupiter. Il me semble que beaucoup de nos glorieux ainés doivent se retourner dans leurs tombes…

    https://www.lesechos.fr/monde/europe/europe-berlin-convoite-des-postes-clef-138188
    https://www.liberation.fr/depeches/2019/11/07/macron-juge-l-otan-en-etat-de-mort-cerebrale_1762116

      +10

    Alerter
    • Kokoba // 18.11.2019 à 14h09

      Ne vous faites pas d’illusions.

      “l’Europe doit apprendre à parler le langage de la puissance”
      Il ne faut pas traduire par :
      “L’Europe doit défendre ses interets face aux autres grandes puissances : USA, Chine, etc…”
      Mais par :
      “On va taper encore plus sur les méchants Russes”

        +7

      Alerter
  • pat // 17.11.2019 à 13h01

    Je reprends en partie mon commentaire posté tardivement sur la revue de presse de la semaine dernière compte tenu que nous avons ci-dessus un article sur le sujet.
    “””
    https://www.youtube.com/watch?v=L-hpHAR_Aow
    Juste une reprise du récit de cette syndicaliste étudiante :
    “J’ai l’impression que la musique, elle est particulièrement claire. On fait de la sélection sociale pour que tous les pauvres ne puissent pas aller à l’école. Et ceux qui veulent quand même y aller, ceux qui veulent se battre pour les études, ils finissent tellement précaire, tellement dans des situations intenables mentalement, psychologiquement, physiquement, qu’en fait soit ils arrêtent les études, soit ils se flinguent. Est ce que c’est cela aujourd’hui la France ? Est ce que ce sont des étudiants à qui on refuse les études, qui vont se cramer devant des CROUS, bah non je ne crois pas …”
    “””
    Ce malheureux évènement n’est rien d’autre que le résultat de la violence permanente des ultra-riches qui se propage à travers les différentes strates sociales et finit son apogée sur les plus pauvres. C’est cette violence là qui est continuellement cachée, minimisée, déconstruite, inversée par tous ces médias oligarchiques qui osent se dire “journaliste”.

      +7

    Alerter
  • Patrick // 17.11.2019 à 13h18

    Inégalités et BCE : deux articles à mettre en parallèle.
    Les plus riches sont encore plus riches simplement par la hausse de la valeur de leurs actifs , eux-mêmes gonflés par les dérives monétaires de la FED et de la BCE.
    La BCE a racheté des actions et des obligations d’état ( ce qui n’est absolument pas dans son rôle !! ) , maintenant elle est obligé de maintenir les valeurs de ces actifs pour ne pas se retrouver à poil.
    Donc : la BCE va continuer à imprimer du pognon, maintenir des taux bas , racheter des actions et des obligations … et les actifs financiers vont continuer à augmenter et les riches à s’enrichir , jusqu’à l’effondrement du tout

      +6

    Alerter
  • Patrick // 17.11.2019 à 13h51

    l’obsolescence programmé !!!
    en fait ce concept a été abandonné depuis longtemps .
    Le principe de départ était simple : on limite la qualité d’un produit pour qu’il ne dure pas trop longtemps.
    Maintenant le principe général est de faire le produit le moins cher possible donc en utilisant des matériaux pas trop chers , des composants pas chers , des salariés pas chers … en espérant que ça tienne au moins le temps de la garantie, plus besoin de programmer quoi que ce soit.
    La guerre des prix est passée par là.

      +7

    Alerter
    • marc // 17.11.2019 à 17h30

      “Maintenant le principe général est de faire le produit le moins cher possible”

      pas sûr que ça date d’aujourd’hui…

        +2

      Alerter
  • jp // 17.11.2019 à 14h11

    au sujet du lobbying, la dame dit
    “ça me semblait normal d’y aller. Le lobbying n’est pas quelque chose que je vois forcément de manière péjorative”

    ça montre déjà le niveau de connivence, comme (si ma mémoire est bonne) ce que dénonçait déjà le film “les nouveaux chiens de garde” de Gilles Balbastre et Yannick Kergoat, à frocs d’être copains comme cochons, les journalistes ne se rend plus compte des limites franchies.

    Qaunt au lobbying officiel, je pense que ça devrait être tout simplement interdit, c’est de la corruption au fond, légalisé mais immoral et injustifiable.

    Il suffit d’imaginer un lobby des très pauvres, des SDF, des malades victimes de pollutions : ce n’est pas avec leurs petits sous qu’ils peuvent peser sur les politiques.

      +6

    Alerter
    • Myrkur34 // 17.11.2019 à 18h41

      Que voulez vous, il n’y a sûrement pas assez de rapports émis sur chaque sujet par les services administratifs de l’UE, donc elle consulte le lobbyiste du coin et puis quand elle ne sera plus députée européenne, elle pourra se reconvertir illico presto.

      Elle a pas signé un truc déontologique avec son mandat , la dame ?

      Et justification à deux balles de la dame,mes petits copains lobbyistes, ils ne font du lobbyisme pour l’industrie du tabac…..:o)

      Encore une qui doit jongler avec trois emplois différents pour arriver à joindre les deux bouts…..

        +1

      Alerter
  • Jean // 18.11.2019 à 05h49

    Gilets jaunes, un an après : François Boulo

    https://www.youtube.com/watch?v=42X8cT2ThB8

      +1

    Alerter
  • Jean // 18.11.2019 à 06h15

    La Ligue des Droits de l’Homme sur les violences policières :

    https://www.youtube.com/watch?v=ilKYQaxebGo

    Détails sur l’affaire évoquée par la représentante de la Ligue des Droits de l’Homme :

    https://www.youtube.com/watch?v=eeU3Uy6Yp3k

      +0

    Alerter
  • Jean-Pierre Georges-Pichot // 18.11.2019 à 10h59

    Rifkin. Dans les années trente, on construisait des autoroutes pour la défense nationale. Dans les années soixante, on construisait des autoroutes pour la croissance économique. Dans les années soixante-dix, on construisait des autoroutes pour jouir de l’existence. Dans les années quatre-vingt, on construisait des autoroutes pour créer des emplois. Dans les années quatre-vingt-dix, on construisait des autoroutes pour réduire le nombre des accidents. Aujourd’hui, on va nous dire que c’est pour sauver la qualité de l’air. Aujourd’hui, il y a des centaines de scientifiques sérieux qui expliquent que nous courons à la catastrophe et que des mesures sévères s’imposent. Moins bétonner les terres et moins transporter les trucs, par exemple… Et puis il y a des gens qui voudraient que certaines choses ne changent pas. Rifkin roule pour Renault-Ford-Toyota-Volkswagen, qui veulent nous convaincre que sauver la planète consiste à changer de voiture… Vous savez ce que c’est qu’un contre-feu ? Si oui, vous comprenez ce que Rifkin fait dans le paysage. Sinon, regardez Rifkin et vous comprendrez.

      +1

    Alerter
  • Jean-Pierre Georges-Pichot // 18.11.2019 à 11h12

    La BCE achète pour trois milliards d’obligations… Ces choses là sont compliquées et je ne suis pas spécialiste. J’attendrai donc qu’on m’explique pour juger de ce qui se passe. Mais tout de même : on précise qu’il s’agit de “faire baisser le coût du crédit pour relancer la croissance”. Donc : retour du mythe de la “croissance” dans l’explication médiatique des choses. L’arnaque est garantie. Puis : faire baisser le coût du crédit ? Mais les taux d’intérêt sont négatifs et on nous dit que c’est un problème. Donc, je ne juge pas de l’objet réel de la manoeuvre, mais je sais déjà une chose : au niveau de la justification publique, on nous prend pour des cons
    .

      +3

    Alerter
    • Kokoba // 18.11.2019 à 14h16

      Qu’une banque centrale achète des obligations d’entreprises est totalement anormal.
      Cela fait parti de ce qu’on appelle gentiment “les mesures non conventionnelles”.

      Il s’agit en fait d’une simple fuite en avant et de faire marcher la planche à billet au maximum.
      Avec le Quantitative Easing, l’argent généré est distribué aux banques.
      Mais comme cela ne suffit pas, ici on le distribue aux entreprises plus directement.
      Un pas de plus, c’est par exemple comme au Japon d’acheter des actions en plus des obligations.

      Vous noterez que l’argent va dans la poche des banquiers/entreprises mais jamais dans celle des gens ordinaires.
      (encore que quand on parle d’helicopter money…)

        +1

      Alerter
  • guzy // 18.11.2019 à 11h43

    Macron devrait mettre en application ses idées (délires) professées à longueur de discours fleuve ces dernières années et mettre l’armée française (la seule qui tienne un peu la route en Europe, après le départ des anglais) à la disposition de la commission européenne qui décidera, conformément aux rêves des européistes, quelle est la politique des 27 États membres. Si la France ou d’autres ne sont pas d’accord, ils la fermeront ….ou en leur enverra l’armée. Si les soldats français rechignent à obéir aux ordres (en anglais) donné par les officier de l’Empire contre leur propre pays, alors on enverra l’armée US, puisque la Wehrmacht est quasiment une armée d’opérette.
    Macron en européen modèle doit s’effacer, on ferme le quai d’orsay (ça fera des économies). Au lieu de ça il est en pleine dérivé populiste, se met à parler poliment à des gouvernements élus d’Europe centrale et demande à ce qu’on fasse la paix avec les russes. Hé Manu, tu le dis toi-même, c’est l’UE qui décide ; visiblement ils n’ont pas les mêmes vues que toi, alors tu la fermes.
    Non mais, vous trouvez que les gens qui nous gouvernent sont des gens raisonnables, pragmatiques et compétents ?

      +0

    Alerter
  • La Petite Porte En Bois // 19.11.2019 à 11h47

    l’argent dette…. tout part de là, ou presque, puisque l’origine de ce système usuraire et surtout QUI l’a mis en place est un sujet hautement sensible…. bien peu de chance que ça change car il faudrait déjà oser expliquer ça. Les historiens honnêtes sont muselés, les abrutis deviennent prof et transmettent leur ignorances depuis des décennies donc c’est game over les enfants.

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications